Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Annexes

Texte intégral

ANNEXE 1. Évolutions sectorielles des productions entre 1958 et 1962

ÉVOLUTION DE L’INDICE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE 1958-1962

11958 : 152

21962 : 200 (100 pour 1952 hors BTP)

31959 : 100

41962 : 122 (hors BTP)

5Sont au-dessous de la moyenne : combustibles minéraux solides (92) ; corps gras (108) ; extraction des minerais métalliques (109) ; tabac et allumettes (110) ; cuirs (110) ; caoutchouc (115) ; extraction et préparation de minerais divers (116) ; production des métaux (116) ; industries textiles (117) ; presse, édition (120) ; céramique et fabrication de matériaux de construction (121) ; papiers, cartons (121).

6Sont au-dessus de la moyenne : industries chimiques (139) ; pétrole et carburants (139) ; gaz naturel et d’usine (133) ; électricité (129) ; industrie du verre (127) ; transformation des métaux (125) ; extraction de matériaux de construction (122).

INDUSTRIES TEXTILES

7Compte tenu de la faiblesse de renseignements dans les sources concernant la direction de Jean-Pierre Lévy, le recours aux séries statistiques de l’Insee est précieux.

8Entre 1958 et 1962, la production de fibres artificielles se stabilise autour de 129 000 t, mais en connaissant une forte baisse entre 1958 et 1959 (129 200 t à 112 600 t soit – 12,85 %). La récession est marquée en 1959. Cet accident n’affecte pas les fibres synthétiques (23 400 t en 1958 à 65 400 t en 1962 soit + 166,6 %), l’avènement du Nylon, du Tergal l’explique.

9La production des fibres naturelles décline. C’est le cas du jute dont la production a culminé en 1955 à 79 300 t pour descendre à 72 900 t en 1958 et 63 600 t en 1962, soit – 12,75 % sur 5 ans. La même tendance s’observe pour le lin et le métis. Après le record de 1957 (38 900 t), la production passe entre 1958 et 1962 de 36 300 t à 28 200 t soit une baisse de 22,3 % en 5 ans.

10Les productions de coton et de laine baissent aussi entre 1958 et 1962, mais elles sont moins significatives pour expliquer l’état de l’industrie textile qui les concerne à cause du recours aux importations.

11Entre 1958 et 1962, le marché des filés de laine est marqué par la chute très nette du cycle cardé qui passe de 62 400 tonnes à 52 900 t (– 15,2 %), entraînant la crise de certaines villes dont la prospérité était liée à l’industrie de la laine cardée comme Vienne. En revanche, le cycle cardé connaît un essor vigoureux durant la période considérée, la production augmentant de 30 % en proportion, passant de 71 400 t en 1958 à 92 600 t en 1962. Les ouvrages tissés en laine sont stables (75 900 t en 1958, 74 200 t en 1962).

12De son côté, l’industrie cotonnière amorce son déclin durant la période mais sans que cela puisse être nettement interprétable. En effet, si la production diminue de 4 %, passant de 297 000 t de filés de coton en 1958 à 285 100 t en 1962, les années 1960 et 1961 atteignent, avec 303 000 t annuelles pendant deux ans, le maximum de production jamais réalisé. Le tonnage d’ouvrages tissés en coton et lin augmente encore de 4,4 % entre 1958 et 1962 (221 800 t à 231 700 t) et il atteindra un record absolu en 1964 avec 250 000 t.

13De même, l’année 1961 est marquée par le record de production des filés de lin avec 30 500 tonnes, maximum avant une baisse inéluctable qui ne se redressera qu’une trentaine d’années plus tard du fait de la redécouverte de ce textile naturel dans la haute couture.

14Dans le secteur du luxe, la production de tissus et de rubans de soie progresse vivement entre 1958 et 1962, + 30,5 %, passant de 24 500 t à 32 000 t, signe du renouveau du luxe français dans les années 60.

15Certaines « niches » se portent très bien, c’est le cas de la fabrication de feutre qui progresse de 118 % (9 500 t à 20 600 t), alors que la ficellerie, corderie baisse de 20 % (51 200 t à 40 800 t), l’usage de sacs en matière synthétique dans le domaine agricole se fait ainsi nettement ressentir.

16La bonneterie connaît une forte progression durant le ministère de l’Industrie de Jean-Marcel Jeanneney, symbolisée par l’inauguration par le ministre du centre de recherche de la bonneterie de Troyes. Ainsi, la production annuelle de bas et chaussettes passe-t-elle de 213,8 M de paires à 324,2 M, soit une hausse de 51 % en quatre ans. Certains articles, symboles de la société de loisir et de consommation voient leur production s’envoler : c’est le cas des maillots de bain (+ 72 %), des survêtements (+ 77 %). Dans une moindre mesure, les productions de sous-vêtements (+ 17 %), de layette (+ 7 %) suivent la tendance. Signes évidents du recul de la ruralité, la production de coiffes et bérets diminue de 31 %. Les parlementaires du Sud Ouest insistent lors de la négociation du premier accord commercial franco-japonais sur l’importance du contingent de bérets basques, alors que l’industrie textile nippone concurrence déjà l’industrie cotonnière nationale. La hausse du niveau de vie se mesure aussi par la hausse de 20 % du métrage de tapis de laine en quatre ans.

17L’évolution du métrage imprimé des différents tissus permet aussi d’appréhender la santé économique de l’industrie textile. Sur la période, tous tissus confondus, le métrage diminue de 4 %, passant de 260,5 M de mètres à 250,5 M de mètres, baisse significative car après le record de 282,5 M de mètres de 1960, le métrage décroîtra sans cesse. Entre le record de 1960 et 1962, la chute atteint 11,3 %. Tout le secteur textile n’entre pas pour autant en déclin avec la même force. La crise affecte surtout les secteurs traditionnels : coton (– 4,7 % sur 1958/1962 et – 15,7 % sur 1960/1962), laine (– 24 % sur 1958/1962 et – 36,7 % sur 1960/1962), soie (– 2,6 % sur 1958/1962 et – 18,6 % sur 1960/1962). Les textiles artificiels et synthétiques connaissent une crise d’adaptation entre les vieilles matières artificielles qui décroissent (rayonne) et les nouvelles matières synthétiques qui entrent en fabrication (Nylon, Lycra). La production évolue ainsi en dents de scie (– 16 % sur 1958/1962 et + 2,5 % sur 1960/1962).

18L’augmentation du niveau de vie a également des répercussions sur la production des industries du cuir et de la chaussure. La production de peaux tannées de bovins diminue de 9,5 % en quatre ans (34 500 t en 1959 et 31 200 t en 1962), celle de peaux de veaux reste stable (4 939 t en 1959 et 4 966 t en 1962), celle d’équidés se maintient à un faible niveau (496 t en 1959 et 472 t en 1962). Plus significative est l’évolution de la production de chaussures (de toutes matières) qui progresse de 20 % en quatre ans (115 M à 137 M de paires entre 1959 et 1962). Cette production est un très bon indicateur de la hausse du niveau de vie et de la frénésie de consommation de ce début de décennie. De même, la direction des Industries diverses et textiles a sous son autorité le secteur du papier et du carton, également connu pour être un bon indicateur de la consommation. La production de papier d’emballage s’envole entre 1957 et 1958, + 40 % en une année. Elle passe entre 1959 et 1962 de 814 000 t à 1,03 M t, soit + 26,5 %. Bien sûr, le ministre de l’Industrie n’est en rien à l’origine de cette évolution, mais il est frappant, qu’en qualité d’économiste, il ne s’en serve pas, ne semble pas s’intéresser à ces secteurs dynamiques, autrement que lors des inaugurations de foires-expositions.

ÉNERGIE

19Durant la période 1959-1962, la production d’électricité passe de 64,5 M de kW/h à 83,1 M de kW/h soit une augmentation de 29 %. L’électricité d’origine hydraulique passe de 32,6 à 35,8 M de kW/h (+ 11,1 %). L’hydraulique est définitivement doublée par l’énergie thermique classique et nucléaire dont la production passe de 31,9 M de kW/h à 35,8 M de kW/h. Alors qu’en 1959, l’hydraulique assure 50,5 % de la production, elle ne représente plus que 43 % du total en 1962.

20La production gazière augmente également très fortement durant le ministère de Jean-Marcel Jeanneney. Elle passe de 105,6 M de thermies en 1959 à 152 M en 1962, soit + 59,2 %. Plus encore que la production, c’est la structure de cette dernière qui change radicalement. Le gaz manufacturé chute de 61 % (3,9 M de thermies en 1962 contre 10 M en 1959) tandis que la production de gaz naturel s’envole avec une hausse de 188 % (15,1 M à 43,5 M de thermies), celle du gaz de cokeries minières augmente encore de 12,7 % (14,1 M à 15,9 M de thermies) ce qui prouve que la politique officielle a bien utilisé les qualités de charbons excédentaires. La production de gaz de cokeries sidérurgiques augmente également mais de 4,7 % (8,5 M à 8,9 M de thermies), celle de gaz de hauts-fourneaux stagne + 2,7 % (47,3 M à 48,6 M de thermies), la production du gaz de raffineries augmente de 60 % (9,9 M à 15,9 M de thermies) suivant la forte hausse de la consommation de produits pétroliers. Enfin, pour la première fois en 1962, le gaz de pétrole liquéfié fait son apparition avec 14,8 M de thermies, s’adjugeant près de 10 % de la production d’un coup, ce qui est considérable.

SIDÉRURGIE

21Le début de la Ve République correspond à un âge d’or de la production de minerai de fer. L’année 1960 est celle de l’apogée de la production française de minerai de fer (66,9 M de t), mais dès 1961-1962, la production recule. Néanmoins, entre 1959 et 1962, la production passe de 60,9 M à 66,6 M de t (+ 12 %). La progression de 11 % du gisement mosellan est la plus élevée sur la période (23,7 M à 26,5 M de t). L’extraction des mines de Meurthe-et-Moselle demeure au premier rang (33,5 M à 35,9 M de t) tandis que les gisements de Normandie-Bretagne augmentent encore de 10 % (3,3 M à 3,5 M de tonnes). Le petit gisement pyrénéen apparaît de plus en plus résiduel, s’effondrant d’un tiers (350 000 à 230 000 t).

22La production de fontes brutes passe de 12 à 14 M de tonnes entre 19591962 (+ 12 %), mais 1962 est une mauvaise année. La production d’aciers bruts s’accroît de 13 % (15,2 à 17,2 M de tonnes). Parmi les produits sidérurgiques, la production de bandages, feuillards laminés et larges plats augmente de 18 % (939 000 à 1,11 M t), tandis que la production de feuilles en tôles n’augmente que de 6 % (3,5 à 3,75 M de t), les fils tréfilés baissent de 7 % (369 000 à 343 000 t), les étirés et plats croissent de 43 % (255 000 à 364 000 t).

23Dans le secteur des métaux non ferreux, la modernisation se caractérise par la forte croissance : aluminium (+ 56 % de 1958 à 1962 et 218 à 341 000 t), zinc (+ 13 % et 178 à 201 000 t), cuivre (+ 19,4 % et 36 à 43 000 t), nickel (+ 57 % et 6,5 à 10,2 M t). Seule la production d’étain baisse (– 3 %).

24Le secteur verrier bénéficie également de la forte demande. La production de verre plat augmente de 14 % (416 000 à 474 000 t). Elle le doit surtout à la glace (à miroir) + 15 %, tandis que la progression de 41 % du verre technique (44 000 à 62 000 t) s’explique par le boom des ampoules de radio et tubes de télévision (+ 44 %), les ampoules et tubes divers (+ 71 %).

CHIMIE

25Le boom de la chimie, tant minérale qu’organique, est demeuré assez largement à l’écart des préoccupations les plus importantes de Jean-Marcel Jeanneney. Pourtant les productions ont fortement progressé sous son ministère :

26soufre : + 633 % (désulfuration du gaz de Lacq) (193 000 à 1,415 M t)

27acide sulfurique : + 21 % (1,8 à 2,2 M t)

28soude : + 18 %

29acide nitrique (composant de base des engrais azotés) : + 41 %

30urée : + 218 %

31ammoniac : + 45 %

32superphosphates : + 30 %

33engrais composés : + 18 %

34eau oxygénée : + 115 %

35fluorure d’aluminium : + 90 %

36silicate de sodium liquide : + 28 %.

37Dans la chimie organique, les évolutions de production ont également été fortes pendant les années du ministère Jeanneney :

38Production de benzène : + 36 %

39Production de toluène : + 22 %

40Production de xylèmes mélangés : + 195 %

41Production de méthanol : + 111 %

42Production de formol : + 60 %

43Production d’acétone : + 50 %

44Production de phénol : + 73 %

45Parmi les matières plastiques, on relèvera plus particulièrement la forte progression du polystyrène + 60 %, des polyéthylènes + 320 % entre 1959 et 1962, du chlorure de polyvinyle + 68 %, du caoutchouc synthétique et des élastomères + 970 %.

46La parachimie profite également de la conjoncture générale. La production de savons de toilette et de parfumerie s’accroît légèrement entre 1959 et 1962 de 27 000 à 28 000 tonnes, celle de savons de ménage s’accroît de 6 % et celle de lessive au savon de 19 %, ce qui traduit la diffusion des machines à laver le linge. L’essor du bâtiment est marqué par l’augmentation sensible des productions de peintures. La diffusion de la photographie grand public est très sensible. En effet, les productions de papier photographique et de films portraits et amateurs augmentent respectivement entre 1959 et 1962 de 51 % et 38 %

FONDERIE

47Il s’agit d’un secteur quelque peu à la traîne, mais qui connaît aussi ses marchés dynamiques. On remarque par exemple que sous le ministère de Jean-Marcel Jeanneney, la production de fonte d’hydraulique et de bâtiment (tuyaux, raccords) augmente de 41 % (403 à 570 000 tonnes), tandis que la fonte utilisée dans les chaudières, les cuisines et les sanitaires augmente de 9 %.

CONSTRUCTION MÉCANIQUE

48Entre 1959 et 1969, la fabrication de tracteurs agricoles diminue assez sensiblement en nombre de 79 000 en 1959 à 56 000 en 1962 (– 29 %) mais beaucoup moins en facturations puisque la valeur des matériels vendus était de 936 millions de NF en 1959 et de 867 millions de NF en 1962 (-8 %). Cette distorsion signifie donc que les premières années de la Ve République ont été marquées par un seuil de suréquipement relatif en tracteurs de faible puissance et par le démarrage des ventes de puissants tracteurs coûteux, preuve de l’agrandissement de la taille moyenne des parcelles, grâce au remembrement, et des exploitations. La production de charrues à soc et à disques pour tracteurs n’a baissé que de 4 000 unités entre 1959 et 1962 (80 000 à 76 000), la production de herses s’est fortement accrue de 24 000 à 41 000 (+ 70 %). Au total, les facturations de matériel de préparation des sols ont augmenté de 16 % en valeur entre 1959 et 1962. Les ventes de distributeurs d’engrais ont presque doublé sur la période de 12 à 22 000, preuve du recours massif aux engrais chimiques qui a déjà pu être mesuré par les statistiques du secteur de la chimie. Plus fort encore, la diffusion des semoirs mécaniques dont les ventes triplent en trois ans de 12 à 36 000. En revanche, le nombre de batteuses, machines à traire, tonnes à eau ou à purin, poudreuses et soufreuses vendues reste stable.

49Toujours au chapitre des constructions mécaniques, on relèvera la progression de la production de produits de la robinetterie, qui suit le mouvement d’amélioration de l’habitat (installation de salles d’eau ou de bains), de 62 000 tonnes en 1959 à 76 000 tonnes en 1962 (+ 22,5 %).

50La concurrence du mazout sur le charbon se caractérise aussi par l’essor de la fabrication des brûleurs à mazout, 16 000 en 1958, déjà 36 000 en 1959 et plus du double avec 77 000 en 1962. De même, le nombre de chaudières de chauffage central passe de 3 000 en 1958 à 31 000 en 1963 (5 à 13 000 entre 1959 et 1962). Les années Jeanneney sont bien celles du passage à l’économie pétrolière. Dans le même intervalle, le montant des facturations pour les turbines à vapeur et à gaz, turbines hydrauliques, conduites et vannes décroît de 310 millions de NF en 1959 à 273 en 1962 (la seconde loi d’équipement électrique fera remonter les commandes à 286 et 355 millions en 1964/1965). En termes de tonnage de livraison, on remarque que celui des turbines à gaz a fortement diminué, 1 600 tonnes en 1959 contre 437 tonnes en 1962, de même le tonnage des turbines à vapeur est passé de 5 235 tonnes en 1959 à 3 360 tonnes en 1962. La réduction de construction de barrages se marque aussi par la baisse de tonnage des turbines hydrauliques, 8 985 tonnes en 1959 et 6 254 tonnes en 1962, conduites forcées et vannes, 21 525 tonnes en 1959 et 8 955 tonnes en 1962.

51La production de lampes électriques augmente beaucoup, elle passe de 128 à 151,5 millions et de 58,2 à 75,2 millions pour les lampes pour automobiles.

52Le début des années 60 est aussi caractérisé par la progression de la production de radios, de 1,8 million en 1959 à 2,7 millions en 1962 et de téléviseurs, 510 000 en 1959 et 991 000 en 1962. En revanche, la production de téléphones demeure assez basse, elle passe de 506 000 en 1959 à 689 000 en 1962.

53Au cours des inaugurations de foires-expositions, Jean-Marcel Jeanneney peut aussi mesurer combien se diffusent les différents appareils qui apportent un nouveau confort à la ménagère. Ainsi, la production de fers à repasser augmente de 30 % sur la période (1,2 à 1,5 million), les cuisinières électriques demeurent encore confidentielles mais progressent de 16 % (69 à 80 000), 1962 est aussi l’année de la production record d’aspirateurs avec 963 000 unités soit 144 % de plus que trois ans plus tôt Quant au sèche-cheveux, il passe de 70 000 à 1 618 000 exemplaires produits entre 1959 et 1962. Les séries statistiques ne permettent pas de connaître le nombre de machines à laver vendues durant la période, ni de chauffe-eau ou de chaudières murales, séries qui auraient permis de mieux mesurer la progression de l’équipement en salles de bains.

54La production automobile française franchit en 1959 pour la première fois le cap du million d’exemplaires (1,085 million), elle atteint 1,278 million trois ans plus tard (+ 18 %). La fabrication de camionnettes suit également une pente ascendante, de 155 000 à 186 000 (+ 19,5 %), tandis que la construction de cars baisse de 2 726 à 2 499, signe de la fin de l’essor des lignes d’autocars qui avait marqué les années 50 et de la diffusion plus grande de l’automobile.

55La production de réveils et pendulettes, sans atteindre à nouveau les chiffres du début des années 1950 passe de 2,6 millions en 1959 à 3,2 millions en 1962.

ANNEXE 2. Nombre et montant des primes spéciales d’équipement accordées entre 1956 et 1973

ANNEXE 3. Résultat de la politique de décentralisation industrielle

ANNEXE 4. Autorisations de constructions de surfaces industrielles supérieures à 1 000 m2 par région en 1954, 1960, 1965

ANNEXE 5. Opérations importantes de décentralisation industrielle décidées entre 1954 et 1962

561954 :

  • Michelin à Bourges
  • Gillette à Annecy

571955 :

  • Naissance de Lacq
  • Création des primes spéciales d’équipement et des zones critiques

581956 :

  • Chausson et Timwear à Reims
  • Fruehauf à Auxerre
  • Jaeger à Châlons-sur-Marne
  • Ferrodo à Condé-sur-Noireau et Amiens
  • Usinor se décide pour Dunkerque

591957 :

  • LMT à Laval

601958 :

  • Citroën à Rennes
  • Thomson CSF à Brest
  • Kléber-Colombes à Decize (Nièvre)
  • Labinal à Rodez

611959 :

  • Renault à Cléon
  • GoodYear à Amiens
  • Firestone à Béthune
  • Timken à Colmar
  • Idéal-Standart et DIM à Autun

621960 :

  • Centre national des télécommunications à Lannion
  • Schneider au Mans
  • Jaeger à Châtellerault
  • Comptoirs de Montrouge à Poitiers

631961 :

  • Joint français à Saint-Brieux
  • Kléber-Colombes à Troyes et Nevers
  • DBA à Vergonghean
  • Promécam à Château-du-Loir
  • Bull à Angers
  • Carabati à Châteauroux
  • Michelin à Bordeaux
  • Société de mécanique de précision de l’Atlantique à Montoir-de-Bretagne (conversion partielle des Chantiers de l’Atlantique)

641962 :

  • Radiall à Voiron
  • Plasticomnium à Langres
  • DBA à Moulins
  • CGE à Cherbourg
  • IBM à Montpellier
  • Olida à Loudéac
  • Thomson-CDF à Laval

ANNEXE 6. Extrait du rapport La politique de coopération avec les pays en voie de développement

65Paris, La Documentation française, 1963, « les aptitudes de la France »

66La France doit se sentir d’autant plus obligée d’agir en faveur des pays en voie de développement qu’elle est, à bien des égards, en position favorable pour être efficace.

67Elle a proclamé et appliqué le droit des peuples à l’autodétermination ; elle a achevé la décolonisation de vastes territoires qui furent sous sa souveraineté ; sans renier son passé de puissance coloniale, elle a cessé d’en être une et se trouve ainsi à l’abri de bien des suspicions.

68Des traits permanents de sa personnalité lui valent bonne audience, maintenant que la fin du drame algérien lui permet de les rendre à nouveau évidents.

69Son goût de la liberté s’est manifesté tout au long de son histoire. Les principes qu’elle a énoncée en 1789, en 1848 et, à Brazzaville, en 1944, retentissent encore à travers le monde. Ils conservent un grand pouvoir d’attraction dès qu’ils cessent de servir d’alibis à des politiques impérialistes. La sympathie que ses intellectuels ont manifestée envers tous les opprimés est connue. L’accueil dépourvu d’hostilité et parfois bienveillant que ses habitants font en France aux hommes d’autres races, comme aussi le respect dont les Français ont fait preuve en des pays lointains à l’égard des coutumes et des religions locales lui valent la réputation de savoir comprendre, admettre et apprécier les différences de civilisations.

70Sa situation et son comportement lui attirent des sympathies. On sait qu’elle risque de souffrir parfois de l’action de pays plus grands, mais qu’elle n’est nullement résignée à se soumettre ; on la suppose à juste titre préparée à comprendre les irritations, les susceptibilités et les appréhensions qui naissent d’une inégalité de puissance.

71Ses dimensions modérées rassurent aussi. Bien que la France n’hésite pas à affirmer son appartenance au monde occidental et à être solidaire de sa défense, un concours apporté par elle à un pays du Tiers Monde est peu compromettant. Le recours exclusif aux États-Unis et à l’URSS fait du pays aidé un enjeu de la guerre froide ; une action décisive de l’URSS en Amérique du Sud ou une dépendance trop étroite d’un pays africain envers les États-Unis risque de provoquer des réactions adverses, tandis qu’une présence européenne, notamment française, n’est de nature à inquiéter gravement ni l’URSS, ni les États-Unis. Ceux-ci peuvent même la souhaiter à leur côté, lorsqu’ils redoutent d’être seuls par crainte de charges excessives ou de l’inconvénient psychologique d’un tête-à-tête.

72Plusieurs caractères de l’économie française sont en outre propices aux actions en faveur des pays en voie de développement.

73La paysannerie conservant en France une importance économique et sociale plus grande qu’en aucun autre pays industriel, nous sommes peut-être mieux capables de comprendre les aspirations de populations qui veulent vivre librement de la terre. Les mutations que notre classe paysanne connaît actuellement anticipent sur les problèmes que les populations agricoles des pays sous-développés devront résoudre. Les efforts en cours pour améliorer les structures des exploitations et leurs rendements, pour inciter les agriculteurs à coopérer dans l’accomplissement de certains travaux et à commercialiser mieux leurs produits constituent des expériences utiles.

74La vitalité dont nos entreprises privées font preuve, malgré l’importance donnée à nos entreprises publiques, montre aux pays qui redoutent une emprise totale du capitalisme comment il est possible de faire coexister secteur public et secteur privé. La France reconnaît les mérites de l’initiative privée, mais n’a pas de mystique de la libre entreprise. Elle voudrait discipliner les mécanismes des marchés, lorsqu’ils sont les plus efficaces, pour les mettre au service du bien commun. Au lieu de glorifier tout ce qui satisfait des besoins individuels artificiellement créés par des publicités obsédantes, elle souhaiterait convenablement répondre à des besoins collectifs qu’aucune demande monétaire ne manifeste et dont une réflexion désintéressée peut seule apprécier la valeur et l’urgence.

75Le rôle joué en la France par la planification est propre à plaire à des pays que la rigidité et les servitudes de la planification soviétique effraient, mais à qui les mécanismes de marchés paraissent mystérieux et trop peu efficaces. Les méthodes françaises d’élaboration du Plan, qui recourent à de multiples confrontations entre un grand nombre d’intéressés publics et privés, ont le double mérite de soumettre les hypothèses retenues à des discussions variées et de provoquer l’adhésion de l’opinion.

76La France ne doit pas pour autant s’offrir comme modèle. Sa mission est de tirer parti de qu’elle est pour énoncer un message inspiré des valeurs auxquelles elle croit et dont elle s’efforce de prendre plus nette conscience. Cherchant à concevoir pour elle-même un projet de civilisation plus humaine, elle pourra, si elle y parvient, aider mieux encore d’autres peuples à définir des ambitions qui ne leur soient pas imposées du dehors, mais correspondent à leur nature et à leurs vœux profonds.

77Bien que l’immensité des besoins du Tiers Monde fasse paraître minimes les ressources de la France, elle peut, si elle sait jouer de toutes ses aptitudes, avoir un rôle utile. Mais avant de rechercher qu’elles seraient les meilleures modalités de son action, il faut prendre la mesure de l’effort qu’elle peut fournir, compatible avec ses devoirs envers elle-même.

ANNEXE 7. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney aux électeurs de la 2e circonscription de l’Isère

78Grenoble le 19 juin 1968

79Madame, Monsieur,

80Depuis un mois, une minorité s’efforce à la faveur de la crise étudiante et sociale que nous avons vécue de détruire les structures de notre société en y installant la contestation permanente et le désordre dans la rue.

81L’événement a surpris tout le monde, mais plus encore les hommes politiques des partis de l’opposition, qui depuis dix ans veulent retourner aux délices de la IVe République. Sans volonté commune, se méprisant cordialement les uns les autres, ils se sont précipités à la tête d’un mouvement qu’ils sont incapables de diriger et moins encore de maîtriser.

82Là est le véritable danger. Ces hommes dont Pierre Mendès France est l’exemple type se présentent comme des réformateurs éclairés et modérés. Ils s’emploient à vous convaincre en réclamant plus de justice, plus de liberté, plus de bonheur.

83Mais parce qu’ils ne représentent rien, parce qu’ils n’ont pas pu s’entendre entre eux, depuis 10 ans, parce qu’ils sont condamnés à se combattre entre eux dans l’avenir comme dans le passé, s’ils étaient au pouvoir leur gouvernement serait paralysé et la rue à nouveau aurait la parole.

84Alors écartant les Mendès France, Mitterrand et Guy Mollet, le vrai maître du jeu s’imposerait : le parti communiste.

85Alors adieu la justice, adieu les libertés, adieu le bonheur. Vous connaîtriez les rigueurs d’un régime totalitaire. Cela vous ne le voulez pas. Vous ne voulez certainement pas d’un univers où l’on ne trouve qu’un journal au kiosque le matin, où des comités révolutionnaires de quartier, d’entreprise, de faculté surveillent vos paroles et vos gestes, où l’on apprend aux enfants à dénoncer leurs parents.

86Alors veillez sur vos libertés avant qu’il ne soit trop tard, avant que Pierre Mendès France ne vous dise, de la prison où l’enfermeraient ses amis d’aujourd’hui, « je n’ai pas voulu cela ».

87Et puis ne vous laissez pas intoxiquer par tout ce qu’on raconte dans ce mauvais printemps. Ne reniez pas cette Ve République qui, malgré ses insuffisances, vous apparaîtrait vite comme un paradis perdu.

88Réfléchissez, observez autour de vous. Ne vous laissez pas impressionner par les critiques systématiques de ceux qui détestent d’instinct la stabilité, la prospérité, le bonheur.

89Le Républicain que je suis aspire à vivre libre dans un pays libre. C’est pour cela que je vous demande de m’aider par vos votes à défendre notre bien le plus cher : nos libertés.

90Jean-Marcel Jeanneney

91Union pour la Défense de la République

ANNEXE 8. Carte des résultats du référendum du 27 avril 1969

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Primes d’État
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Aides du FDES
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2544/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540