Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 Anecdote rapportée par Jean-Noël Jeanneney.

1Avec l’élection de Georges Pompidou à la présidence de la République en juin 1969, s’achève cette « Odyssée au pays de l’État » poursuivie par Jean-Marcel Jeanneney depuis l’automne 1958. Jusqu’à l’élection de François Mitterrand, il ne participera plus au règlement de questions touchant directement au cœur des intérêts de l’État. Cette retraite prématurée résulte d’une mise à l’écart. Pour ceux qui ont connu les deux hommes, elle n’est pas une surprise, presque tout séparait Jean-Marcel Jeanneney, héritier de l’austère morale républicaine de son père, à un Georges Pompidou, pétri d’une intelligence vive mais enclin à un certain hédonisme comme beaucoup d’esthètes. Une anecdote confirme cette différence de sensibilité. À l’issue d’un repas officiel, Georges Pompidou tendit à Jean-Marcel Jeanneney une boîte de cigares en lui proposant en outre un cognac. Devant le double refus de l’intéressé, le Premier ministre lui rétorqua : « Que vous devez être ennuyeux ! »1

  • 2 Anecdote rapportée par Paul-André Sadon.

2Jean-Marcel Jeanneney illustre parfaitement l’axiome selon lequel les ministres de la Ve République doivent leur nomination à la volonté régalienne du président et non au chef du gouvernement. Ceux qui seraient tentés de ne voir dans la nomination de Jean-Marcel Jeanneney au ministère de l’Industrie que la seule traduction de son amitié ancienne pour Michel Debré se trompent en partie. Le général de Gaulle n’aurait jamais donné son accord pour ce choix personnel s’il n’avait connu de longue date le fils de Jules Jeanneney. Peut-être a-t-il aussi voulu créer une filiation symbolique entre la République nouvelle et l’ancienne en recourant à un nom attaché au régime parlementaire, aux mânes de Georges Clemenceau ? Il lui aurait été impossible d’accepter un inconnu à la table du Conseil des ministres. À partir de 1962, le parcours de Jean-Marcel Jeanneney prend son indépendance par rapport au destin de Michel Debré, même si ce dernier s’emploie à permettre leur retour commun au gouvernement en janvier 1966. Il serait réducteur de cantonner Jean-Marcel Jeanneney au rôle de « l’ami » de Michel Debré, de second rôle. Cette étiquette a parfois contribué à mettre Jean-Marcel Jeanneney dans une position fausse. Ainsi, lors de son bref séjour place Vendôme au printemps 1969, il fut très surpris d’entendre Paul-André Sadon, son conseiller technique en charge des magistrats, lui déclarer qu’il était à la droite de l’UDR puisqu’il était l’ami de Michel Debré. Jean Marcel Jeanneney attacha une telle importance à ces propos qu’il reviendra voir son ancien collaborateur après son départ de la Chancellerie pour lui demander comment il avait bien pu se forger une telle opinion de lui2.

3Comme pour toute histoire en construction, celle de la France gaullienne doit d’abord se forger ses repères chronologiques. À côté des « grandes dates » déterminées par les décisions du chef de l’État, ses interventions, ses voyages ou encore le calendrier électoral, il existe d’autres mesures du temps noyées dans la presse, les procès-verbaux de réunions publiques ou privées, les comptes rendus des Conseils restreints, les peluriers des ministres, les archives des entreprises ou des syndicats… La restitution du parcours de Jean-Marcel Jeanneney aura commencé de révéler des réalités oubliées de la décennie gaullienne et permis de comprendre que les fondateurs de la Ve République doutaient en leur for intérieur de leur capacité à vaincre les résistances des tenants du parlementarisme, des défenseurs de la fameuse « transaction républicaine » qui, au fil du temps, s’était muée en syndicat de défense des notables de tous bords. L’analyse des débats parlementaires, des procès-verbaux des commissions et du courrier du cabinet révèle toute « la machinerie » gouvernementale et sa tendance perpétuelle à céder aux intérêts particuliers dès lors qu’ils bénéficient d’appuis efficaces. La promotion d’une technostructure jeune et ne devant pas sa carrière aux compromissions fut la réponse rationnelle à ce problème permanent de la vie politique et administrative que mit en œuvre la République gaullienne. Elle ne triompha qu’un temps et devait se briser ultérieurement sur l’écueil des seuils de promotion pour accéder à tel corps ou à tel échelon… comme dans le système antérieur.

4Les grandes priorités d’un ministre ont toujours un rapport étroit avec les défis du moment et si ceux-ci semblent rejouer à plusieurs décennies d’intervalle, ils ne sont plus identiques même si les comportements humains, eux, sont invariables. Ainsi, lorsque Jean-Marcel Jeanneney accède au ministère de l’Industrie, est-il mis en demeure de répondre à la crise charbonnière et à la nouvelle donne énergétique mondiale. Sa tâche prioritaire est commandée par l’actualité. Son habileté politique va consister à donner à la France les moyens de répondre à une situation de crise conjoncturelle par un plan à effets immédiats mais aussi porteur d’une doctrine d’action sur le long terme. Celle-ci ne sera plus suivie avec autant de rigueur à partir de la grève des mineurs du printemps 1963, mais peu importe, sa justesse sera confirmée une décennie plus tard. Son succès majeur, assurant aujourd’hui la postérité de Jean-Marcel Jeanneney dans les manuels d’histoire économique, est le plan de régression de 1960, premier exemple d’une politique de conversion en pleine période des « Trente glorieuses ». Ses répercussions sociales ont été vues à travers la grève de Decazeville de l’hiver 1961-1962 qui révèle l’ampleur du décalage existant entre les élites décisionnelles et les citoyens meurtris et prompts à récuser l’implacable dureté des lois économiques. Comment répondre à la légitime angoisse d’une profession condamnée par l’évolution technologique, à la peur des familles, des bassins d’emploi ainsi mis en demeure de changer radicalement leur savoir-faire sous peine de disparition ? Toutes ces questions furent, pour la première fois, posées « grandeur nature » à Decazeville. Les crises ultérieures du textile, de la sidérurgie, de la métallurgie, de l’électronique ou des biens d’équipement prouvent qu’elles n’ont toujours pas trouvé de solution indolore pour le corps social.

5Impuissant face à la peine des bassins houillers, Jean-Marcel Jeanneney a, en revanche, le plaisir d’accompagner pour quelques pas les « hommes du pétrole français », dont il partage l’enthousiasme et admire le charisme. Les aspects géopolitiques du secteur lui confèrent une aura sans équivalent. La naissance de l’Union générale des pétroles, embryon d’Elf Aquitaine, doit beaucoup à Jean-Marcel Jeanneney. Le combat épique du réseau de Pierre Guillaumat, des ingénieurs du bureau de recherches de pétrole, contre les majors anglo-saxonnes et la Compagnie française des pétroles, maison mère de la marque Total, s’est finalement soldé par une gigantesque fusion à l’aube du xxie siècle. Il est cependant permis de penser que c’est la concurrence entre les deux sociétés pétrolières françaises pendant près de quarante années qui leur aura permis de grandir au point de pouvoir compter parmi les plus grandes multinationales du secteur. Dans cette lutte souvent secrète, aux intérêts financiers colossaux, Jean-Marcel Jeanneney n’a ni tout vu, ni tout contrôlé, en particulier dans l’attribution du pétrole saharien à l’Algérie indépendante, mais pouvait-il en être autrement ? Comment croire une seconde que les richesses en or noir du Sahara ou de l’Afrique auraient laissé de marbre les Anglo-Saxons, les Italiens de l’ENI ou les Soviétiques ?

6S’il est bien un domaine auquel le nom de Jean-Marcel Jeanneney doit désormais être accolé, c’est bien celui de l’aménagement du territoire vu sous l’angle de la décentralisation industrielle et des infrastructures énergétiques. Il n’est plus désormais possible d’écrire que l’aménagement du territoire a débuté en 1963 avec la création, savamment orchestrée, de la trop fameuse Datar. Le bilan des quinze premières années de décentralisation et d’expansion industrielles doit être tiré de l’oubli et le nom de Jean-Marcel Jeanneney s’intercaler entre ceux d’Eugène Claudius-Petit, de Pierre Mendès France et d’Olivier Guichard. L’originalité des solutions de financement, le côté empirique des premières opérations n’ont rien à envier aux techniques et aux « coups » montés ultérieurement par la délégation. Une cartographie des difficultés économiques par bassin d’emploi depuis les années 1960 faciliterait la compréhension du mécanisme d’enclenchement de la crise des années 1970 tant il est faux de présenter cette dernière comme la résultante du choc pétrolier et des dérèglements monétaires consécutifs à l’abandon de la convertibilité du dollar en or décidé par le président Nixon en 1971. Dès 1961, Jean-Marcel Jeanneney tient des propos sur la mondialisation de l’économie que ne renieraient pas ses successeurs actuels. Les phénomènes d’obsolescence, de concentration de la production ont été constamment observés depuis le début du capitalisme. L’ouverture de l’économie française, largement réalisée par Jean-Marcel Jeanneney en ce qui concerne l’abandon des contingentements et des licences d’importation, accélère les mutations de l’économie française. Il serait sans doute intéressant de chercher à savoir si la chute de popularité du régime gaulliste dans le monde du travail ne résulte pas, au moins en partie, des conséquences de la libéralisation des échanges. En effet, celle-ci contribue à faire disparaître les entreprises produisant de manière traditionnelle des articles destinés à un marché captif (métropolitain et colonial) tandis qu’elle offre aux consommateurs toute une gamme variée d’articles nouveaux. L’exemple détaillé de la laine cardée en est une illustration parmi tant d’autres.

7La pérennité de l’action de Jean-Marcel Jeanneney au ministère de l’Industrie concerne, enfin, sa réforme des chambres de commerce et d’industrie et des chambres de métiers. L’instauration des délégués consulaires aura été une grande réussite, permettant la modernisation continue des chambres professionnelles. La place réservée aux socioprofessionnels dans le Sénat rénové et les conseils régionaux de la réforme référendaire de 1969 militent là encore pour cette recherche constante, mais somme toute vaine, d’une démocratie ressourcée qui ne serait plus uniquement l’expression des volontés individuelles comme dans le modèle libéral. Sans jamais sombrer dans le corporatisme réactionnaire, Jean-Marcel Jeanneney tente de guider les esprits vers un modèle participatif qui s’apparente beaucoup à ce qui est appelé aujourd’hui le « modèle rhénan » ou « économie sociale de marché ». Ses origines franc-comtoises expliquent, vraisemblablement, son empathie pour les particularités économiques et sociales du système bismarckien en vigueur dans les départements d’Alsace et de Moselle.

8À bien des égards, la nature profonde de l’ambassade en Algérie de Jean-Marcel Jeanneney peut être rattachée à des préoccupations d’ordre économique, ce qui permet de mieux comprendre le choix d’un ambassadeur technicien par le général de Gaulle. Derrière le volet politique de la mission, la recherche d’interlocuteurs légitimes, se profilent des questions financières et économiques. Le chef de l’État entend s’appuyer sur son ambassadeur et haut-représentant pour rompre au plus vite le cordon ombilical avec l’ancienne colonie, débrancher la « pompe à finances » par la séparation des trésors, mettre sur pied les grandes lignes de la future coopération. Toutefois les enjeux sahariens demeurent en dehors de la compétence du réseau diplomatique officiel et continuent à dépendre du domaine élyséen. Ces constatations conduisent à se demander si la généreuse ou dispendieuse (selon les interprétations) politique d’aide à l’Algérie, accordée sous le couvert de la coopération culturelle, administrative, technique…, ne serait pas, au moins en partie, un moyen de « rémunérer » l’État FLN pour son concours aux objectifs stratégiques poursuivis par le général de Gaulle. Les seuls véritables perdants de l’indépendance auront été les Français demeurés en Algérie et, bien entendu, les harkis, tout à la fois victimes de l’insécurité et de l’arbitraire du nouveau pouvoir. Ils ne bénéficièrent d’aucun engagement réel de la France pour leur venir en aide. La tradition juridique française, qui veut que les droits et surtout les biens de l’État soient mieux garantis que ceux de ses citoyens, aura été respectée.

9Les problèmes soulevés au cours des vingt-neuf mois d’existence qu’aura duré le ministère des Affaires sociales de Jean-Marcel Jeanneney ne présentent pas un caractère aussi sensible que ceux de l’Algérie. Premier des ministres du Travail et de la Santé à prendre le titre de ministre des Affaires sociales, Jean-Marcel Jeanneney a ouvert ou poursuivi des chantiers aux répercussions évidentes pour la vie quotidienne des Français, souvent jusqu’à nos jours. Sa loi sur l’assurance maladie des non-salariés, ses avancées en faveur des constructions sociales et hospitalières, son projet de réforme des études médicales, les ordonnances réformant la Sécurité sociale sont autant de pans majeurs du « Welfare State à la française ». Un système généreux et efficace auquel les Français demeurent attachés, bien au-delà de leurs préférences partisanes. Offrir les conditions nécessaires à l’équilibre entre la maîtrise des dépenses et une offre de soins de grande qualité aura constitué un tour de force dont la remise en cause s’avère délicate.

10En revanche, la présence de « l’homme au nœud papillon » sur les clichés pris lors de la conférence de Grenelle en mai 1968, associe pour toujours le visage de Jean-Marcel Jeanneney à la crise sociale majeure que la France ait connue durant la seconde moitié du xxe siècle. Pourtant, il est trop facile de conclure que Jean-Marcel Jeanneney n’a pas su endiguer la poussée revendicative et les aspirations sociales des Français. Son entrée en fonctions en janvier 1966 coïncide avec la stratégie d’unité d’action arrêtée par la CGT et la CFDT. Dans un paysage politique marqué par l’émiettement des forces de gauche, les confédérations syndicales animent l’opposition la plus efficace au régime gaulliste. Elles peuvent se targuer de leur victoire symbolique remportée à l’occasion de la grève des mineurs de mars 1963. Elles avaient alors mis en échec la fermeté affichée par le général de Gaulle en intimant l’ordre à leurs adhérents de ne pas obéir à son décret de réquisition. Attendant leur heure et désireuses d’aider une Gauche politique dont elles sont officiellement détachées, elles exercent une pression constante sur l’État UNR pendant la campagne des élections législatives de 1967, contribuant ainsi à ne pas lui assurer une franche majorité. Au vu de ces résultats tangents, il est certain que les syndicats sont tentés par un troisième tour à caractère social, décidés à obtenir dans la rue ce que leurs alliés n’ont pu leur apporter en remportant une majorité dans les urnes. Cependant, il serait aussi réducteur de borner les luttes sociales de cette période à leur dimension politique. Il est évident que les grèves de 1967 témoignent aussi d’un malaise social sous-jacent, du rejet de relations sociales héritées de la révolution industrielle, jugées archaïques par les baby-boomers diplômés et nouvellement arrivés sur le marché du travail. À cet égard, la longue grève des mensuels nazairiens se révèle être un conflit précurseur du mai 1968 des travailleurs du fait de l’apparition de revendications qualitatives à côté des traditionnelles augmentations salariales. Ce combat nouveau pour la dignité n’est pas perçu à sa juste dimension par le patronat et le pouvoir.

11L’action de Jean-Marcel Jeanneney durant cette période ne peut se comprendre, non plus, sans une meilleure connaissance des profondes réformes impulsées par Michel Debré depuis la rue de Rivoli tant la politique sociale est liée à l’effort de rigueur financière. Il semble encore prématuré de porter un jugement définitif sur la « responsabilité » des deux ministres en charge de la politique économique et sociale dans le déclenchement du mai 68 des salariés. La présence silencieuse de Jean-Marcel Jeanneney à la table des négociations de son propre ministère de la rue de Grenelle a pu induire certains commentateurs en erreur. Cette attitude n’était en aucun cas une preuve de désarroi ou de culpabilité mais la marque d’une totale solidarité envers le chef du gouvernement, quitte à supporter le prix politique de l’impopularité. Toujours est-il que l’ancien ministre des Affaires sociales regrette, à trente ans de distance, de ne pas avoir suffisamment insisté auprès du ministre des Finances afin qu’il infléchisse sa ligne de position trop rigide.

12Il apparaît légitime de s’interroger sur le sens profond de l’engagement partisan de Jean-Marcel Jeanneney à Grenoble en juin 1968. Ce choc frontal contre Pierre Mendès France n’est-il réellement qu’une réaction épidermique aux déclarations de l’ancien président du Conseil lors des troubles de mai et à sa présence au rassemblement aux accents gauchistes du stade Charléty ? Ce subit engagement partisan, qui va s’accompagner de tous les débordements d’une campagne passionnelle, ne correspond pas à la personnalité profonde de Jean-Marcel Jeanneney. Par certains aspects, il ressemble davantage à un geste de survie politique. Vaincre Mendès équivaudrait, d’une certaine façon, à gommer la faillite du dialogue social entre 1966 et 1968. La récompense sera à la hauteur de la tâche : le maintien au gouvernement, à un rang inégalé de ministre d’État. Bien entendu, le vrai film des événements ne conforte pas ce scénario, mais il présente un ordonnancement séduisant.

13La logique de la nomination de Jean-Marcel Jeanneney au ministère d’État chargé des réformes régionales et du Sénat n’est pas aussi surprenante qu’elle puisse le paraître au premier abord. Jean-Marcel Jeanneney, alors directeur de cabinet de son père ministre d’État dans le gouvernement provisoire du général de Gaulle, n’avait-il pas été l’auteur du fameux bulletin de vote à deux choix du référendum du 21 octobre 1945 ? Il faut se souvenir que le général de Gaulle attendait déjà de son nouveau ministre des Affaires sociales qu’il prenne en charge la réflexion sur la participation. Le refus de tout idéalisme sur ce sujet, exprimé un peu abruptement à l’automne 1966 par Jean-Marcel Jeanneney au cours d’une audience plus tendue que d’ordinaire, ne fermait pas la porte à une solution plus institutionnelle et politique. À l’été 1968, le général de Gaulle demande à Jean-Marcel Jeanneney d’étudier la possibilité d’appréhender la participation par le biais qu’il a toujours préconisé, la réforme des liens unissant gouvernants et gouvernés. La réponse du ministre d’État sera en tous points semblable à la philosophie mise à l’honneur lors de la réforme des chambres de commerce et d’industrie et des chambres de métiers. Les choix du ministre d’État en faveur de l’élection des conseillers régionaux et des sénateurs socioprofessionnels et du vote plural reprennent le principe d’une représentation associant une élite du corps électoral au processus décisionnel. Même si ces propositions ne seront, en fin de compte, pas retenues par le général de Gaulle, elles postulent clairement la préférence de Jean-Marcel Jeanneney pour une démocratie rimant avec méritocratie et responsabilité. Ce sont là deux valeurs sur lesquelles il est toujours difficile de rassembler une majorité. Les archives du ministère d’État ne permettent certes pas d’élucider ce que certains qualifient « d’énigme du 27 avril » et de prendre position sur la cause profonde du rejet de la réforme et du départ du général de Gaulle. Ce projet aux allures « d’usine à gaz », selon l’expression de Pierre Creyssel, n’était pas aussi technique qu’il en avait l’air. La portée politique du texte était loin d’être anodine et les Français le comprirent et le rejetèrent car il ne répondait pas à leurs attentes du moment. On ne modifie pas une culture politique remontant à seulement une décennie en profondeur dans une période de retour au calme. En France comme partout dans le monde, les grandes évolutions constitutionnelles coïncident avec des crises majeures. Il n’est pas certain que les événements de mai 1968 auraient pu suffire à justifier un tel bouleversement. Au printemps 1969, il était de toute façon trop tard. Jean-Marcel Jeanneney et le général de Gaulle le sentirent nettement après le discours de Quimper de février mais il ne fut jamais question de faire machine arrière. De Gaulle n’avait jamais voulu le pouvoir pour le plaisir de l’exercer mais pour amener la France sur la voie qui lui paraissait correspondre à sa destinée à nulle autre comparable. Ce fut le plus grand des honneurs qu’il fit à Jean-Marcel Jeanneney que d’associer son nom à cette dernière bataille, elle lui assure une place privilégiée dans ce qui restera comme l’une des grandes pages de l’histoire de la France.

Notes

1 Anecdote rapportée par Jean-Noël Jeanneney.

2 Anecdote rapportée par Paul-André Sadon.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540