Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Épilogue. La chancellerie

Texte intégral

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 63. René Capitant est très sensible à ce geste et écrit à deux reprises au ministr (...)
  • 2 Jacques Foccart, Le Général en mai..., op. cit., p. 487.

1Le 29 avril 1969 au matin, Jean-Marcel Jeanneney reçoit un appel de René Capitant, le garde des Sceaux, qui lui annonce son intention de quitter le gouvernement après l’annonce de la démission du général de Gaulle. Le ministre d’État refuse d’adopter la même attitude, estimant qu’il va falloir « veiller au grain » lors de l’intérim d’Alain Poher. Maurice Couve de Murville est du même avis et décide d’affecter le ministre d’État à la Justice jusqu’aux élections présidentielles. En fait, Jean-Marcel Jeanneney a déjà exercé l’intérim du ministère en décembre 1968 durant une absence de René Capitant consécutive à un infarctus1. Amené à connaître le contenu du dossier Markovitch, le garde des Sceaux par intérim se rend boulevard de la Latour-Maubourg au bureau de Georges Pompidou qui le remercie d’être le premier à venir le trouver pour lui parler du fond de l’affaire. Georges Pompidou a été averti le 6 décembre par Jacques Foccart que le ministre d’État va assurer l’intérim de la place Vendôme et le conseiller de l’Élysée l’invite à « faire tout de suite le point avec lui, voir comment vous pouvez sortir de cette situation, car c’est trop lamentable »2. Les atermoiements des uns et des autres ont profondément blessé l’ancien Premier ministre car ils ont contribué à l’amplification d’une rumeur odieuse et infondée reposant sur des photos grossièrement truquées et des déclarations de malfrats. Guy Fougier et Pierre Creyssel sont convaincus que l’affaire a été montée de toutes pièces par des policiers qui auraient rendu l’ancien Premier ministre responsable de sanctions prises à leur encontre.

2Peu rancunier, Alain Poher signe sans difficulté le décret de nomination du nouveau garde des Sceaux. La petite équipe de la rue de Lille émigre alors dans les somptueux salons de la place Vendôme. Marie-Thérèse Bocabeille se souvient de ces quelques semaines comme d’un rêve, elle a d’ailleurs conservé quelques clichés de cet intermède. Jean-Marcel Jeanneney administre plus que jamais son ministère en collaboration étroite avec les six directeurs. En l’espace d’un mois, il aura tout de même le temps de participer à l’élaboration d’un texte réformant les primes versées aux magistrats. Ancien directeur de cabinet de Louis Joxe, Pierre Creyssel trouve son ancienne maison en grand désordre et tente de contrecarrer les menées syndicales qui visent à cogérer avec l’administration la carrière des magistrats. Jean-Marcel Jeanneney noue des contacts plus assidus avec deux magistrats : Pierre Arpaillange, le directeur des Affaires criminelles et des grâces, et Paul-André Sadon, qu’il a confirmé comme conseiller technique à son cabinet. Le premier lui permet de donner les bonnes instructions au Parquet concernant certaines affaires sensibles ; le second le conseille dans les choix de nomination des magistrats.

3Jean-Marcel Jeanneney participe un minimum à la campagne électorale en faveur de Georges Pompidou, sans se faire d’illusions sur son avenir ministériel. Sa priorité est ailleurs. Pierre Creyssel la situe déjà dans le combat pour l’Histoire, dans la justification du référendum et dans les propositions pour l’avenir. Ces raisons expliquent l’ambiance sereine dans laquelle s’effectue la passation de pouvoirs avec René Pleven à la fin juin.

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 63. René Capitant est très sensible à ce geste et écrit à deux reprises au ministre d'État pour le remercier et lui donner des nouvelles de sa santé.

2 Jacques Foccart, Le Général en mai..., op. cit., p. 487.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable