Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. L’année des paradoxes, juin 1968-juin 1969

Chapitre XXXVI. Un rôle majeur dans la décision du maintien de la parité du franc le 23 novembre 1968

Texte intégral

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 77. Une chronologie précise des événements a été établie par Jean-Noël Jeanneney d (...)
  • 2 Jacques Foccart, Le Général en mai…, op. cit., p. 466.
  • 3 Jacques Foccart, Le Général en mai…, op. cit.,p. 460.

1Jean-Marcel Jeanneney n’aura sans doute jamais pesé autant dans une décision du général de Gaulle que lorsque celui-ci choisit de ne pas dévaluer le franc le 23 novembre 19681. Cet acte important de la carrière politique de Jean-Marcel Jeanneney est confirmé, entre autres, par Jacques Foccart qui écrit dans son Journal de l’Elysée que « celui qui en a le plus fait, en fin de compte, qui a été le plus percutant auprès du général pour empêcher la dévaluation, c’est Jeanneney, qui a été très net, catégorique et a beaucoup pesé dans l’esprit du Général »2. On retrouve dans les étapes de la décision du chef de l’État la marque de la méthode de raisonnement tactique de l’ancien élève de l’École supérieure de guerre, qu’il avait eu l’occasion d’exprimer à Jacques Foccart dans les termes suivants : « Le propre d’un chef, c’est de s’entourer de toutes les indications possibles, d’écouter, de se faire une idée et, tout seul, vous m’entendez bien, tout seul, de prendre ses responsabilités et de prendre sa décision, tout seul et en dernier ressort. Après quoi, quand elle est arrêtée, de ne se laisser en aucune façon encombrer par les pleurnicheries et les réclamations d’aucune sorte »3.

I. L’ÉCONOMISTE AU SECOURS DU FRANC

  • 4 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., pp. 253-254.

2Depuis les événements du printemps 1968, la fuite des capitaux ne cesse de s’amplifier. Les spéculateurs et la communauté financière internationale en général estiment que les hausses salariales concédées sous la pression de la rue à Grenelle doivent inéluctablement conduire à une dévaluation assumée ou subie du franc. Jean-Marcel Jeanneney rappelle que les opérateurs financiers ont, dès ce moment, « transféré des capitaux de francs en dollars, en livres ou en marks ». Le contrôle des changes rétabli en mai par Michel Debré a dû être supprimé par Maurice Couve de Murville à son arrivée à Matignon car il se révélait peu efficace et donc pervers. En août, Jean-Marcel Jeanneney a assuré l’intérim de chef de gouvernement pendant les courtes vacances prises par le Premier ministre. Il a constaté qu’une des priorités du moment de Maurice Couve de Murville était de superviser le rachat par la Banque de France des billets français qui étaient en décote en Suisse. Cette opération visait à soutenir le cours dans la confédération helvétique et devait servir de signe aux opérateurs tentés d’attaquer la monnaie française. En outre, à la suite des troubles du printemps, le gouvernement avait tellement eu la crainte d’une récession qu’il avait facilité la distribution du crédit. Les disponibilités monétaires se sont accrues respectivement de 4 % et 3 % aux deuxième et troisième trimestres 19684.

3La situation ne cesse d’empirer durant l’automne. Dans la nuit du 19 au 20 novembre, Jean-Marcel Jeanneney trouve le Premier ministre assez préoccupé dans les couloirs du Palais-Bourbon, après avoir assisté à un rassemblement de jeunes gaullistes à la Mutualité. Depuis des jours, la Banque de France doit intervenir pour soutenir le franc. Le mardi 19 novembre, elle a perdu 400 millions de dollars dans la journée et a été contrainte d’entamer ses réserves d’or. Jean-Marcel Jeanneney est frappé du contraste existant entre la base parlementaire UDR, prête à soutenir le gouvernement, y compris par des mesures impopulaires, et les atermoiements de l’exécutif. Maurice Couve de Murville, pourtant ancien fonctionnaire du Mouvement général des fonds avant-guerre, semble assez désemparé et peu confiant dans les avis de son ministre des Finances et du secrétaire d’État aux Finances, François-Xavier Ortoli et Jacques Chirac, qui lui ont été plus ou moins imposés par Georges Pompidou. Jean-Marcel Jeanneney l’exhorte à limiter le crédit, ce qui permettrait d’enrayer la hausse de la masse monétaire et donnerait un signal aux spéculateurs.

  • 5 Arch. CHEVS JMJ 77. Voir la presse parisienne de la semaine du lundi 18 novembre 1968.

4Malgré les dénégations du chef de l’État répétées d’un ton à demi assuré par Joël Le Theule, les rumeurs de dévaluation s’amplifient dans les « conversations parisiennes », les petits épargnants se ruent sur les pièces d’or dans les officines proches du palais Brongniart5. La presse tient le principe d’une dévaluation de 10 % pour acquis depuis que le ministre des Finances a participé à une réunion de ministres des Finances au cours de laquelle les ministres allemands en charge de l’Économie et des Finances, Strauss et Schiller, ont donné le là d’une dévaluation en Europe.

5Le jeudi 21 novembre, à l’occasion d’une audience rue de Lille, Jean-Marcel Jeanneney reçoit Jacques Rueff venu lui expliquer que l’Institut le désignerait comme sénateur s’il devait être prévu qu’un siège revienne au quai de Conti. Les deux économistes font la même analyse de la crise monétaire en cours et partagent l’avis que la dévaluation serait le déclenchement d’une spirale inflationniste incontrôlable.

  • 6 Termes de la note de Jean-Noël Jeanneney

6Le même soir, Jean-Claude Paye, chef de cabinet de Raymond Barre à la Commission européenne, vient voir en coup de vent ses beaux-parents après avoir assisté à un banquet d’analystes financiers. Jean-Marcel Jeanneney aborde naturellement le sujet clé de l’actualité avec son gendre. Le ministre d’État est ravi de constater que Raymond Barre partage son opinion et qu’il est très « monté contre la politique de Paris »6. Avant son départ, Jean-Claude Paye presse son beau-père d’agir.

  • 7 Michel Debré, Gouverner autrement…, mémoires, tome 4, op. cit., pp. 324-325.

7Dès son arrivée au ministère d’État, le vendredi 22, Jean-Marcel Jeanneney trouve une lettre de Michel Debré lui faisant part de son « angoisse ». Se rendant au Quai d’Orsay en fin de matinée, Jean-Marcel Jeanneney est surpris de trouver le ministre des Affaires étrangères favorable à la dévaluation à condition qu’elle soit « sauvage », c’est-à-dire au moins égale à 25 %, pour déstabiliser le dollar et le SMI. Cette opinion lui a été soufflée par son directeur de cabinet, Jean-Yves Haberer, auteur d’une note dont le ministre d’État prend connaissance et qui a déjà été adressée à l’Élysée. Bien qu’en désaccord, Michel Debré invite le ministre d’État à exprimer ouvertement son point de vue au général de Gaulle afin de soulager sa conscience. La décision de dévaluer semble déjà arrêtée, les stations de radio en ont fait leur principale information des journaux matinaux7.

8De retour pour déjeuner à son domicile de la rue d’Assas, Jean-Marcel Jeanneney, tout en pensant la décision déjà scellée, ne peut s’y résoudre. Madame Jeanneney et Jean-Noël Jeanneney trouvent les mots justes pour convaincre le ministre d’écrire au général de Gaulle. Dans ce plaidoyer contre la dévaluation, le ministre d’État admet « ne pas avoir d’autre appréciation de notre situation monétaire que celle donnée par la presse et la radio ». Néanmoins, il « pense qu’actuellement – il n’en eût pas été de même en juillet – une dévaluation, même modérée, constitue une faute politique grave, car l’opinion publique accusera le gouvernement d’avoir laissé dilapider inutilement les réserves de change au profit des spéculateurs ». Jean-Marcel Jeanneney a sans doute raison de prétendre qu’en juillet, dans la foulée du raz de marée des élections législatives, l’opinion aurait compris le sens d’une dévaluation car elle aurait encore été proche des troubles de mai ; six mois plus tard, la situation a évidemment changé. Toujours très hostile à la haute banque et à une certaine partie de la haute bourgeoisie, Jean-Marcel Jeanneney ne supporte pas l’idée de donner gain de cause à ceux qui ont adopté une attitude antinationale.

9Hélas, Jean-Marcel Jeanneney n’a guère d’élément nouveau à apporter au président de la République pour infléchir le cours des événements. Aussi fait-il reposer tous ses espoirs sur une accentuation de la coopération monétaire européenne en suggérant de passer « un accord de solidarité illimitée » des banques centrales européennes pour maintenir les parités entre les monnaies des dix États regroupés au sein de l’Union européenne des paiements (UEP). C’est une solution, certes tentante, mais impraticable quand la pression dévaluationniste se fait plus pressante d’heure en heure !

  • 8 Arch. CHEVS JMJ 57. Communication de Raymond Barre à la conférence des ministres des Finances des (...)
  • 9 En fait, il est furieux contre l’attitude des hommes de Paris qu’il rencontre depuis juin, selon u (...)

10Ce message est directement remis par Jean-Marcel Jeanneney à Bernard Tricot à l’Élysée qui lui confie qu’il aimerait que le général de Gaulle rencontre d’autres personnes défendant cette position. Dès la fin d’après-midi, Jean-Marcel Jeanneney est en mesure de communiquer au secrétaire général de la présidence une copie d’une déclaration faite à Bonn par Raymond Barre et transmise par Jean-Claude Paye8. Donnant son point de vue de vice-président de la Commission, Raymond Barre a expliqué aux ministres des Finances des Six qu’il n’était ni souhaitable ni nécessaire de procéder à une dévaluation. Invité à venir exposer son point de vue au général de Gaulle par Bernard Tricot, Raymond Barre indique qu’il ne pourra gagner Paris que le lendemain9. Dans la soirée du vendredi 22 novembre, Jean-Marcel Jeanneney tente encore de s’entretenir avec Pierre Messmer, Jacques Chirac et Robert Galley, mais ne parvient à joindre aucun d’eux. Vers 22 heures, il rappelle Bernard Tricot car un élément nouveau lui est parvenu par le canal de Jean-Claude Paye. À Bonn, le secrétaire d’État allemand aux Finances aurait déclaré, officieusement, qu’une non-dévaluation française serait plutôt une bonne chose. Le ministre d’État obtient la confirmation d’une audience chez le président à 11 heures le lendemain.

11C’est ensuite au tour de Michel Debré d’appeler. Sa voix est « vibrante d’excitation, de passion contre les Anglo-Saxons ». Cette fois, le ministre des Affaires étrangères n’a plus aucun doute : « Il faut dévaluer ! » Jean-Marcel Jeanneney tente alors d’expliquer qu’il a eu des nouvelles par Raymond Barre, il est immédiatement coupé par Michel Debré qui s’exclame : « Barre est un enfant de chœur ! Il ne se rend pas compte. C’est d’une utopie, les Allemands sont entièrement dans la main des Américains ».Jean-Marcel Jeanneney lui rétorque : « Écoute, on ne peut tout de même pas dire qu’on va faire des bêtises simplement pour Barre et les Américains. Si notre intérêt coïncide avec celui des Américains, ce n’est pas une raison pour faire le contraire de ce qu’ils souhaitent, le malheur des uns ne fait pas forcément le bonheur des autres ». Contrarié, Michel Debré raccroche brusquement.

12Après cette conversation qui démontre combien les relations sont devenues tendues entre les deux amis d’hier, Jean-Marcel Jeanneney s’entretient avec Jean Ausseil, son ancien collaborateur parti à Matignon. Celui-ci conseille au ministre d’État de rendre visite à Maurice Couve de Murville avant son audience à l’Élysée, au risque d’être mal reçu car le Premier ministre est souvent d’humeur passable en début de journée.

II. LA SALVATRICE INTERVENTION DE RAYMOND BARRE

13Tôt le samedi 23 novembre, Jean-Marcel Jeanneney fait son entrée dans la cour de l’hôtel Matignon, précédant Maurice Couve de Murville. Lorsqu’il arrive, le chef du gouvernement se montre affable, comme à son habitude, mais fataliste : la dévaluation est devenue inéluctable. De passage au ministère d’État avant son départ pour l’Élysée, Jean-Marcel Jeanneney est à nouveau appelé par Raymond Barre, depuis Bruxelles, qui cherche à joindre le gouverneur de la Banque centrale de Belgique, président du collège des gouverneurs des banques centrales de l’UEP, pour obtenir confirmation que les partenaires de la France ne posent aucune condition à l’octroi d’un prêt de 2 milliards de dollars. Si tel était le cas, la dévaluation ne se justifierait plus.

14Vers 10 h 30, Roger Goetze gravit le perron de l’Élysée sous les regards interrogatifs de la soixantaine de journalistes de la presse nationale et internationale présents dans la cour du palais, venus attendre l’annonce de la dévaluation. Le Conseil des ministres n’est pourtant programmé qu’à15 heures. À sa sortie, une demi-heure plus tard, le président du Crédit national croise Jean-Marcel Jeanneney mais sans échanger une parole sur l’objet de leurs visites respectives. Le général de Gaulle, ne sachant à quel spécialiste s’en remettre sur un sujet pour lequel il n’a aucune compétence particulière, a demandé à son ancien conseiller de 1958 de venir lui exposer son point de vue sur la pertinence de la dévaluation. Roger Goetze n’a pu qu’exprimer ses réticences de principe à l’idée de dévaluer, mais sans pouvoir infléchir le chef de l’État, faute d’argument nouveau. Tel n’est pas le cas de Jean-Marcel Jeanneney. Le ministre d’État a obtenu de Raymond Barre la quasi-certitude que les partenaires de la France dans le pool de l’or n’exigeaient aucune compensation à l’octroi d’un crédit de 2 milliards de dollars. Le vice-président de la Commission européenne doit encore obtenir confirmation de cet élément capital en joignant le gouverneur de la Banque de Belgique.

15Durant un quart d’heure, Jean-Marcel Jeanneney ne parvient qu’à susciter des remarques désabusées chez le chef de l’État qui s’exclame : « Que puis-je y faire ? Je n’ai personne autour de moi ». C’est alors que la conversation est interrompue par un huissier venu porter un pli au ministre d’État. Il s’agit d’un message de Raymond Barre qui a obtenu la confirmation de l’absence de contrepartie à l’obtention du prêt de 2 milliards de dollars par l’UEP. Afin de s’en assurer, le vice-président de la Commission n’a pas hésité à faire sortir le président de la Banque de Belgique de son bain ! Cette nouvelle et les arguments du ministre d’État revigorent le moral jusque-là vacillant du général de Gaulle. Le président de la République adresse alors à son ministre la remarque suivante : « Ah ! Vous comprenez bien que si c’était possible, c’est naturellement ce que vous me proposez que je voudrais pouvoir choisir ! » Puis, il conclut brusquement l’entretien sur une formulation énigmatique : « Bon, et bien laissez-moi réfléchir sur ce que l’on peut faire… » Il demande, toutefois, au ministre d’État de rédiger immédiatement deux notes techniques au sujet du franc commercial et de l’action par la TVA dans le bureau de Bernard Tricot et de se tenir prêt à réitérer ces arguments au Conseil des ministres de l’après-midi. Jean-Marcel Jeanneney maugrée en confiant : « Mon général, votre Conseil est une passoire ! » Le chef de l’État lui rétorque : « Vous ferez ce que vous voudrez ! »

III. UN EXTRAORDINAIRE RETOURNEMENT DE SITUATION

  • 10 Arch. CHEVS JMJ 77. L’ambiance est relatée dans le numéro de Paris-Match du 27 novembre 1968

16À 14 h 30, lorsque débute le ballet des DS ministérielles dans la cour de l’Élysée, les ministres ont pris connaissance de la première édition du Monde daté des 24-25 novembre, qui annonce une dévaluation de 9,785 %10. À 15 heures précises, le Conseil des ministres débute, il va durer quatre heures et sera l’un des plus longs de la présidence gaullienne.

17Le général de Gaulle confie immédiatement à François-Xavier Ortoli la lourde tâche d’introduire le débat qu’il entend ensuite instaurer au sein du gouvernement. Le ministre des Finances aurait pu se retrouver dans une situation délicate s’il n’avait pu inverser, in extremis, sa démonstration. Averti par Maurice Couve de Murville, quelques minutes avant d’entrer dans la salle du Conseil, des développements nouveaux intervenus en fin de matinée, mais ne sachant pas très bien où veut en venir le général de Gaulle, il choisit de développer les trois hypothèses en présence. En substance, le gouvernement va devoir trancher entre une forte dévaluation supérieure à 15 %, une dévaluation moyenne autour de 10 % et l’absence de dévaluation. À l’issue de cette présentation, le grand argentier se garde de prendre nettement position.

18En maître du débat, le chef de l’État procède ensuite à un tour de table. Mais, contrairement à son habitude, il donne en premier la parole au ministre d’État, assis à sa droite. Jean-Marcel Jeanneney comprend que le général de Gaulle attend de lui qu’il répète devant les ministres les arguments qu’il lui a développés le matin dans son bureau. Jean-Marcel Jeanneney s’exécute.

19Reprenant les trois hypothèses de discussion énoncées par le ministre des Finances, le ministre d’État opte pour la troisième pour des raisons politiques et techniques. Sur le plan politique, Jean-Marcel Jeanneney estime que la confiance des électeurs ayant voté pour le gouvernement en juin serait trahie par une dévaluation et ce d’autant plus que le général de Gaulle a personnellement annoncé qu’il n’y en aurait pas dix jours auparavant. Le chef de l’État coupe le ministre d’État pour préciser qu’il est prêt à endosser les conséquences impopulaires d’un revirement. Admiratif mais furieux que le général de Gaulle puisse être traité de menteur, Jean-Marcel Jeanneney vilipende les fonctionnaires des Finances qui n’ont cessé de répandre dans les milieux d’affaires, les médias et l’opinion que la décision de dévaluer était d’ores et déjà prise parce qu’ils la désiraient. De même, il leur reproche encore leurs déclarations sur l’approbation du gouvernement français à la réévaluation du mark. À l’adresse de l’argumentation de Michel Debré, le ministre d’État expose devant l’ensemble de ses collègues qu’une forte dévaluation du franc pourra, certes, déstabiliser passagèrement le dollar et la livre, mais qu’à terme, ce sera bel et bien la monnaie française qui en pâtira le plus.

20Le choix de la non-dévaluation ne doit pas, pour autant, être assimilé à une position « en creux », mais à un acte de résistance du gouvernement. Jean-Marcel Jeanneney indique que ce choix doit apparaître définitif et non lié aux circonstances et qu’il réclame la prise de mesures énergiques pour lutter contre le déficit de la balance des paiements. À compter du moment où les banques centrales européennes n’exigeraient aucune contrepartie à une aide financière, il n’y aurait aucune raison de donner satisfaction aux marchés qui spéculent sur la dévaluation du franc. Faisant semblant de ne pas avoir la certitude de cette dernière condition, le ministre des finances répond par l’affirmative au regard interrogatif du général de Gaulle. La partie est définitivement gagnée.

  • 11 C’est Michel Debré dans ses mémoires qui relate le propos d’André Malraux et la position de Pierre (...)

21Lorsque les ministres se séparent, Joël Le Theule, ministre de l’Information, annonce que le chef de l’État rendra public un communiqué un peu plus tard dans la soirée. Dans l’antichambre, Raymond Barre, qui a finalement fait le déplacement depuis Bruxelles, attend d’être reçu par le général de Gaulle. Lorsqu’il l’aperçoit, François-Xavier Ortoli, manifestement mécontent de cette présence inattendue, se précipite vers lui pour lui en demander la raison, il paraît redouter une conspiration11. Recevant brièvement Jean-Marcel Jeanneney en aparté, le général de Gaullelui dit : « Alors, vous êtes content ? » Le ministre d’État lui répond : « Oui, bien sûr. Mais il faut changer de ministre des Finances ; prenez Raymond Barre comme ministre de l’Économie, et moi, je suis prêt à faire le sale boulot de ministre du Budget ». Cette offre demeurera vaine. Edgar Faure et Michel Debré acquiescent immédiatement aux propos du ministre d’État. Toutefois, le ministre des Affaires étrangères ne peut s’empêcher d’évoquer l’hypothèse de la « dévaluation sauvage ». Albin Chalandon, André Malraux (qui déclare : « Le général de Gaulle ne dévalue pas »), Maurice Schumann, Pierre Messmer qui se montre d’abord réticent, basculent tous dans le camp antidévaluationniste dans la mesure où il s’agit d’une position « gaulliste ». Chez les ministres Républicains indépendants, seul Raymond Marcellin se déclare favorable à une dévaluation de 10 %. En définitive, le dernier partisan de la dévaluation est Jacques Chirac, secrétaire d’État aux Finances, qui donne l’impression de parler en lieu et place de Georges Pompidou.

22Il ne faudra attendre qu’une grosse demi-heure pour que la France et le monde soient fixés sur le sort du franc. À 19 h 40, l’AFP diffuse sur ses téléscripteurs l’information selon laquelle, « la parité du franc français est maintenue ». Dix minutes plus tard, le communiqué officiel est transmis dans son intégralité : « Le président de la République fait connaître qu’à la suite du Conseil des ministres d’aujourd’hui 23 novembre, la décision suivante a été prise : la parité du franc est maintenue. Le général de Gaulle s’adressera au pays par la radio demain 24 novembre à 20 heures ».

IV. UNE VICTOIRE À LA PYRRHUS ?

23L’effet de surprise passé, la presse est rapidement informée du contenu de ce Conseil des ministres exceptionnel. Des sources aussi différentes que Paris-Match et Le Monde relatent fidèlement les prises de position des ministres car elles se recoupent avec la narration des événements dictée par le ministre à son fils aîné le dimanche 24 novembre. La précision des articles prouve à l’évidence que, dès l’époque gaullienne, le respect du secret des délibérations gouvernementales n’est pas assuré alors qu’il est censé garantir la liberté de point de vue des intervenants. Dans le Monde daté du mardi 27 novembre, Jacques Fauvet fait le mea culpa de son journal dans un article intitulé : « Comment le monde entier a cru à la dévaluation… » Ne pouvant conclure formellement à une machination, à une opération délibérée d’intoxication qui aurait touché les ministres et hauts fonctionnaires eux-mêmes, il se demande « si le président de la République n’avait pas, selon son habitude, gardé deux fers au feu avec le secret espoir que la dévaluation pourrait être évitée jusqu’à ce que samedi matin deux de ses visiteurs, M. Jeanneney, puis M. Roger Goetze, qui fut longtemps son conseiller financier, l’aient convaincu que le refus de dévaluer était techniquement et politiquement souhaitable ». Et il conclut qu’« une fois de plus, en tout cas, le général de Gaulle avait réussi, non plus seulement à créer le “suspense” comme le 29 mai, mais à surprendre ses adversaires, ses partisans et avec eux la France et le monde ».

  • 12 Arch. CHEVS JMJ 63. Lettre de François Michelin du 11 décembre 1968.

24Le rétablissement immédiat du contrôle des changes aux frontières est la conséquence immédiate la plus visible du refus de dévaluation. Les contrôles aux frontières sont renforcés. Les Français n’ont le droit de quitter le territoire qu’avec 200 F et l’équivalent de 500 F en devises étrangères et chèques. Cette mesure, très impopulaire dans la bourgeoisie, jouera certainement contre le général de Gaulle au moment du référendum, quelques mois plus tard. L’argent ne connaît pas « le patriotisme financier ». Toutefois, cette remarque mérite d’être nuancée comme en témoigne la lettre de François Michelin reçue par le ministre d’État quelques jours après le nouveau « Verdun financier ». Le président de la célèbre firme clermontoise sollicite une audience auprès de Jean-Marcel Jeanneney en présence de Michel Debré tant il se déclare « effrayé de voir la situation actuelle de la France et surtout de constater que l’analyse profonde des causes de nos difficultés n’a pas été faite avec la rigueur nécessaire »12.

  • 13 Arch. CHEVS JMJ 77. Le Figaro du 2 décembre 1968.

25En apportant au général de Gaulle l’information essentielle lui permettant de surseoir à la dévaluation, Jean-Marcel Jeanneney n’a-t-il pas amoindri les chances de réussite du référendum ? À la lecture d’un article de Pierre Drouin dans le Monde, énonçant les conditions à remplir pour réussir la non-dévaluation, il est aisé de mesurer les risques politiques auxquels le gouvernement s’exposait. La réduction de moitié du déficit budgétaire, le rétablissement du contrôle des changes, le contrôle des prix, ont forcément des répercussions négatives dans l’ensemble du corps social. À quelques mois du référendum, le chef de l’État a pris un risque politique évident. Même si la régionalisation et la réforme du Sénat sont sans rapport avec la politique économique, la tentation, toujours latente, de sanctionner le gouvernement ne pourra qu’être renforcée. D’un autre côté, choisir la dévaluation, c’était donner le signal d’affaiblissement du régime, ce qui n’était évidemment pas politiquement souhaitable non plus. Maurice Couve de Murville le confirmera dans un long entretien qu’il accordera à trois journalistes du Figaro, quand il déclarera : « De toute manière et quel qu’en soit l’objet, un référendum est toujours un acte politique d’une portée capitale. L’accord du pays dans son ensemble est demandé sur une question de grande importance. Cet accord ne peut être dissocié de la confiance que la nation fait à ses dirigeants et à l’ensemble de leurs orientations »13.

26Hormis les notes prises sur le moment par son fils Jean-Noël, Jean-Marcel Jeanneney n’a conservé aucune archive de ce qu’il ne faut surtout pas considérer comme un non-événement car la résistance à une pression dévaluationniste constitue au contraire un acte politique plein, ayant une portée forte. Même si l’histoire psychologique n’a plus sa place dans l’historiographie contemporaine, force est de constater que les individus agissent parfois librement, sans être prisonniers de leur fonction ou d’un déterminisme social absolu. Si Jean-Marcel Jeanneney devient un acteur capital de la journée du 23 novembre 1968, c’est parce qu’il ose pour la première fois sortir de sa fonction ministérielle et demander une audience au chef de l’État sur une question qui n’est pas de son ressort. Jusque-là, il s’était toujours interdit d’évoquer des problèmes n’entrant pas dans ses compétences, du moins tant que le chef de l’État ne l’y invitait pas expressément. Le ministre d’État doit d’abord surmonter ses propres réticences et l’inquiétude qu’on ne peut s’empêcher d’éprouver en demandant audience au général de Gaulle quand on vient le trouver pour soulager sa conscience, alors qu’une décision contraire à votre conviction intime semble avoir été prise. C’est finalement madame Jeanneney qui paraît avoir trouvé les mots justes pour convaincre le ministre à appeler l’Élysée et à demander une audience pour la fin de la matinée du samedi 23 novembre. A posteriori, madame Jeanneney regrette de ne pas avoir poussé son mari à aller voir le général en d’autres occasions, tout au long de cette décennie de responsabilités. Elle pense qu’il aurait pu être écouté du chef de l’État et qu’il aurait peut-être pu briguer des responsabilités ministérielles encore supérieures à celles qu’il a eues. Cette réserve, cette discrétion de Jean-Marcel Jeanneney, personne ne la conteste, mais en politique, si elle protège de certains coups, elle n’est pas non plus le meilleur moyen d’ascension. Mais était-ce là l’ambition de Jean-Marcel Jeanneney ? Désirait-il par exemple vraiment le ministère des Finances ou rêvait-il de l’hôtel Matignon ? Rien n’est moins sûr car il n’était pas prêt à sacrifier son équilibre interne ou familial pour ses « travaux pratiques ».

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 77. Une chronologie précise des événements a été établie par Jean-Noël Jeanneney dans des notes rédigées sur le vif et dictées par Jean-Marcel Jeanneney le 24 novembre 1968. Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., pp. 253-259.

2 Jacques Foccart, Le Général en mai…, op. cit., p. 466.

3 Jacques Foccart, Le Général en mai…, op. cit.,p. 460.

4 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., pp. 253-254.

5 Arch. CHEVS JMJ 77. Voir la presse parisienne de la semaine du lundi 18 novembre 1968.

6 Termes de la note de Jean-Noël Jeanneney

7 Michel Debré, Gouverner autrement…, mémoires, tome 4, op. cit., pp. 324-325.

8 Arch. CHEVS JMJ 57. Communication de Raymond Barre à la conférence des ministres des Finances des Six, 22 novembre 1968.

9 En fait, il est furieux contre l’attitude des hommes de Paris qu’il rencontre depuis juin, selon une interprétation de Jean-Noël Jeanneney.

10 Arch. CHEVS JMJ 77. L’ambiance est relatée dans le numéro de Paris-Match du 27 novembre 1968

11 C’est Michel Debré dans ses mémoires qui relate le propos d’André Malraux et la position de Pierre Messmer.

12 Arch. CHEVS JMJ 63. Lettre de François Michelin du 11 décembre 1968.

13 Arch. CHEVS JMJ 77. Le Figaro du 2 décembre 1968.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540