Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. L’année des paradoxes, juin 1968-juin 1969

Chapitre XXXIV. Le temps de la victoire : la victoire de « JMJ » sur « PMF »

Texte intégral

Le cahier électoral édité par Jean-Marcel Jeanneney lors de la campagne des législatives de juin 1968 à Grenoble.

  • 1 Jean Lacouture, Pierre Mendès France, Paris, Seuil, 1981, 547 p. et Jean Lacouture (dir.), Le citoy (...)
  • 2 Précision de Jean-Marcel Jeanneney.

1Rien n’aurait dû opposer Jean-Marcel Jeanneney à Pierre Mendès France. Les deux hommes partageaient un sens élevé de l’État, une sensibilité réformiste, des racines radicales et un goût prononcé pour les sciences économiques1. D’ailleurs, lors de la parenthèse mendésiste en 1954, la famille Jeanneney fut tout entière sous le charme du président du Conseil. Simon Nora et Bernard Guy-Grand s’en souviennent encore. Si les deux hommes étaient très proches sur le plan intellectuel, la différence de caractère entre les deux futurs adversaires de 1968 n’en était pas moins grande. De nature peu expansive, Jean-Marcel Jeanneney a sans doute été heurté par la tendance de Pierre Mendès France à entretenir autour de sa personne une certaine dévotion. Il est difficile de dater avec précision le moment où Jean-Marcel Jeanneney a commencé à se détacher de son admiration pour la figure de l’ancien président du Conseil. Sans doute, Jean-Marcel Jeanneney a-t-il été déçu de constater le refus obstiné de Mendès de soutenir le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958 et d’adhérer au principe d’efficacité sous-tendu par la nouvelle Constitution, alors que le régime parlementaire de la IVe République ne lui avait pas donné les moyens d’inscrire son action gouvernementale dans la durée. Toutefois, l’hostilité boudeuse de Mendès France envers le régime gaullien n’était pas encore une raison suffisante pour que Jean-Marcel Jeanneney accepte d’aller croiser le fer avec lui, lors de la campagne des élections législatives de 1967. Lors de l’entretien qu’il eut avec le chef de l’État au sujet de cette proposition de duel désirée par Georges Pompidou, le ministre des Affaires sociales avait soutenu au général de Gaulle que « la présence d’un opposant d’une telle qualité à l’Assemblée était souhaitable »2. Aussi, peut-on affirmer que c’est bien davantage l’attitude de Pierre Mendès France durant les événements de Mai 1968 qui va précipiter le divorce entre les deux hommes. La présence, silencieuse, de Mendès au rassemblement de Charléty ulcère Jean-Marcel Jeanneney. Pour le ministre des Affaires sociales, cette participation à un happening durant lequel s’exprimeront toutes les utopies gauchistes ruine le crédit du plus crédible adversaire du général de Gaulle.

  • 3 Voir Olivier Dard, « Économie et économistes des années trente aux années cinquante : un tournant k (...)
  • 4 Jean-Marcel Jeanneney, « L’œuvre scientifique de quelques économistes étrangers ». VIII John Maynar (...)
  • 5 Jean-Marcel Jeanneney, « L’expérience économique du Front populaire ». Exposé-débat … sous la direc (...)
  • 6 Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney.

2Au fil des années, un certain contentieux intellectuel s’est instauré. Aujourd’hui, l’ancien ministre aime rappeler que Pierre Mendès France n’a pas été le seul introducteur de la pensée keynésienne en France, contrairement à ce que l’intéressé a souvent laissé entendre3. Avant même la parution de la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Gaëtan Pirou avait demandé à Jean-Marcel Jeanneney un compte rendu d’un précédent ouvrage de Keynes dans la Revue d’économie politique4. Surtout, les deux hommes s’étaient opposés lors du colloque organisé par la fondation nationale des sciences politiques, à l’École normale supérieure, en 1965 sur le gouvernement Blum de 19365. Lors du débat ayant suivi l’intervention de Jean-Marcel Jeanneney consacrée à la politique économique du gouvernement du Front populaire, Jean-Marcel Jeanneney avait été amené à évoquer un tout autre sujet : l’action de Mendès en qualité de ministre de l’Économie dans le gouvernement de Gaulle de la Libération. Rappelant qu’il était, alors, directeur de cabinet de son père ministre d’État, il contestait la position défendue par Pierre Mendès France dans sa querelle avec René Pleven au sujet de la nécessité de procéder à une réforme monétaire. Pour Jean-Marcel Jeanneney, le raisonnement de Mendès, qui était juste d’un point de vue économique, n’était pas applicable car, à la différence du gouvernement belge en exil, le GPRF n’avait pas fait imprimer de nouveaux billets durant le conflit et compte tenu des destructions d’infrastructures en France, les conditions de sécurité et surtout de confidentialité qu’une telle opération aurait exigé n’étaient pas réalisées6.

3L’accumulation de ces griefs et le climat passionnel de la campagne des élections législatives de juin 1968 expliquent dans une large mesure l’âpreté du combat politique auquel les deux adversaires vont se livrer à Grenoble et le symbole que traduit l’élection de Jean-Marcel Jeanneney contre un adversaire puissamment enraciné et rompu aux joutes électorales depuis plus de trente ans.

I. UNE CAMPAGNE MARQUÉE PAR L’EXACERBATION DES PASSIONS

4Début juin 1968, contrairement à ce qui s’était passé pour les élections législatives de 1967, Jean-Marcel Jeanneney prend l’initiative de proposer à Georges Pompidou d’aller défier l’ancien président du Conseil dans son fief grenoblois. Écarté du gouvernement restreint devant conduire les affaires jusqu’aux élections législatives, Jean-Marcel Jeanneney peut entièrement se consacrer à la campagne électorale. N’ayant plus ni résidence ni soutien dans la capitale du Dauphiné après dix-sept ans d’absence, l’ancien doyen se rabat sur la faible structure gaulliste locale, animée par Henri Bensaïd, un rapatrié. Jean-Marcel Jeanneney peut surtout compter sur les grandes capacités organisationnelles de son ancien chef de cabinet, Guy Fougier. Ce dernier élit domicile à l’hôtel, bientôt rejoint par Bernard Guy-Grand qui s’est donné un mois de congé afin d’aider son beau-père. Début juin, lorsque s’engage la campagne électorale, le rapport de forces semble bien inégal entre le ministre gaulliste et la machine électorale de Pierre Mendès France, renforcée par la municipalité socialiste de Hubert Dubedout.

5De son côté, Jean-Marcel Jeanneney n’a qu’un atout : un « trésor de guerre », généreusement alimenté par Georges Pompidou depuis les fonds non affectés à disposition du Premier ministre, autrement dit les « fonds secrets ». Comme le note avec humour l’ancien chef de cabinet du ministre qui était chargé de veiller sur l’emploi des fonds, « c’était le financement public avant la lettre, à tout le moins du parti majoritaire » ! Le recours à l’argent du contribuable aura au moins permis de ne pas entrer dans les manœuvres traditionnelles du financement des campagnes électorales de l’époque, le détournement de l’argent des collectivités locales, les enveloppes des sociétés privées, voire pire…

6La campagne débute réellement avec la location d’un local, un café situé square des Postes à proximité du cœur historique de la ville. Guy Fougier ne privilégie pas le labourage de terrain dans les quartiers ou les communes de gauche de la circonscription, mais encourage, plutôt, les réunions ciblées devant des parterres de notables soigneusement sélectionnés. Heureusement pour l’ancien doyen de la faculté de droit, bon nombre de ses anciens élèves appartiennent désormais à « la bonne bourgeoisie » grenobloise. Certains battent le rappel des avocats, notaires, juristes de toutes professions, médecins, ou chefs d’entreprise pour des soirées-débats comme celle du Grand Cerf, tenue le 21 juin, entre les deux tours. D’autres soirées plus démocratiques, comme celle de la salle des Marronniers organisée par le responsable local de l’UJP, Alain Carignon, ciblent la moyenne bourgeoisie des professeurs de lycée, des ingénieurs de production ou des cadres moyens. La classe moyenne supérieure se retrouve aussi incarnée dans le choix de Pierre Volumard, cadre à EDF, comme suppléant du ministre candidat.

7Pour sa part, Bernard Guy-Grand loue deux camionnettes Renault Estafette bientôt recouvertes de deux grandes banderoles sur lesquelles les passants peuvent lire : « Votez républicain ! », « Votez Jeanneney ! » À leur bord, des militants de l’UJP profitent des arrêts aux feux rouges pour descendre distribuer des tracts aux automobilistes. Dans certaines rues, des trombes d’eau soudaines lancées depuis des balcons anonymes aguerrissent les ardeurs militantes…

8L’odeur de l’argent vite gagné pour une soirée de collage attire aussi des « bonnes volontés » d’un genre particulier. Guy Fougier et Bernard Guy-Grand ont tôt fait de repérer et de s’inquiéter de la présence de certains énergumènes, à mines plus ou moins patibulaires, parmi les colleurs d’affiches recrutés par le Service d’action civique (SAC). Après renseignements, pris auprès des services de police par Guy Fougier, il ressort que sept d’entre eux ont été condamnés à plusieurs titres par les tribunaux. Les casiers judiciaires comportent des peines plus ou moins graves pour non-paiement de cotisations patronales, tenue de maison de jeux illicite, proxénétisme, recel, détention d’armes, fraudes d’alcool et d’aliments, corruption de fonctionnaire, vol avec recel, chèque sans provision et banqueroute frauduleuse. Différents « milieux » resurgissent pour trente-deux autres habitués de la permanence : clients d’un bar de rapatriés fréquenté par des anciens de l’OAS, amis de proxénètes, personnages liés au milieu toulousain ou dont les fréquentations furent douteuses sous l’Occupation.

  • 7 Arch. CHEVS JMJ 55. D’après les confessions recueillies par Jean-Marcel Jeanneney auprès d’autres é (...)
  • 8 Arch. CHEVS JMJ 55. Jean-Marcel Jeanneney dément avoir recouru à l’affichage sauvage, mais cela n’e (...)
  • 9 Arch. CHEVS JMJ 55. Les autres postes de dépense se répartissent de la manière suivante :
    - Location (...)

9Les comptes de campagne, scrupuleusement consignés sur des cahiers par Henri Bensaïd, ainsi que toutes les factures, ont été conservés. Par ce biais, il est possible de connaître, fait rarissime, le montant réel de la campagne du candidat gaulliste. Elle fut relativement dispendieuse puisqu’elle atteignit 136 108,58 F7. La ventilation entre les différents postes de dépense est éloquente. En effet, les deux tiers de la somme engagée sont allés aux frais d’impression et de diffusion (90 646 F, soit 66,6 %). Partant avec un déficit d’image et de notoriété, Jean-Marcel Jeanneney a été contraint de dépenser énormément pour être « visuellement » présent. De plus, comme le rappellent Guy Fougier et Bernard Guy-Grand, les employés municipaux de Grenoble étaient chargés, chaque matin, d’arracher le maximum d’affiches collées durant la nuit. Du coup, les militants gaullistes vont recouvrir le macadam d’inscriptions en lettres géantes à chaque grand carrefour8. Les autres postes de dépense laissent également supposer une indéniable abondance9.

10Certaines factures permettent de mieux connaître l’ambiance de la permanence du candidat Jeanneney. Plusieurs restaurateurs de la ville de Grenoble ont ainsi généreusement rempli les estomacs des militants et colleurs d’affiches dont on peut se demander s’ils étaient tous en total accord idéologique avec le ministre gaulliste. Un loueur de véhicules se verra escroqué par de jeunes militants qui partiront en week-end avec une Renault 16 prétendument louée pour les besoins de la campagne ! Un break Citroën ID sera gravement accidenté lors d’une virée nocturne de militants peut-être un peu trop guillerets. Quelques costumes seront victimes d’échanges de propos un peu vifs avec une équipe adverse près d’un panneau d’affichage… On retrouve aussi parmi les « fournitures » du parfait colleur une dizaine de manches de pioche dont on peut douter qu’ils aient été destinés à leur fonction originelle… L’échange d’arguments entre « esprits démocrates » conserve parfois ses mystères pour les non-initiés !

  • 10 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Figaro, 29-30 juin 1968.

11Le café-permanence est aussi le lieu où se conçoivent le journal de campagne, les slogans des affiches et des autocollants. L’envoyé spécial du Figaro, à la veille du second tour, trouve que « monsieur Jeanneney respire le professeur en famille qui mène son élection un peu comme un jeu scout auquel participeraient la tribu des enfants et une épouse qui fait des efforts méritoires pour cacher qu’elle préfère les périodes plus tranquilles »10. Toutes les idées sont les bienvenues, surtout si elles sont humoristiques.

12Bernard Guy-Grand, qui a conservé l’esprit farceur des carabins, y veille tout particulièrement. Les Grenoblois pourront ainsi lire sur les murs et les panneaux électoraux :

  • « Mendès France, un homme libre ? Rendez-lui sa liberté le 23 juin, des Grenoblois compatissants ! »

  • « Mendès France a signifié à la patinoire : si nous gagnons les élections… elles auront été démocratiques ; si nous perdons les élections… elles auront été faussées. Jeanneney lui a répondu : nous gagnerons les élections mais si nous les perdons nous accepterons le verdict du peuple. Où est le vrai démocrate ? »

  • « Le grand absent. Les Grenoblois présents à la patinoire jeudi 13 se sont tous demandés pourquoi Jean Giard représentant le parti communiste n’est pas venu. La gauche a-t-elle peur de porter ses contradictions au grand jour ? »

  • « Tiens ! revoilà M. Mendès France à Grenoble… ! Ah, oui ! Les élections… ! »

  • « Action de notre député de gauche (un carré blanc) PS : les fameux états généraux de Grenoble tant promis par Mendès France ont eu lieu… à Charléty ».

13Une dernière affichette due à Jean-Noël Jeanneney, qui s’impliqua beaucoup dans la campagne, ne fut tirée qu’à quelques exemplaires car jugée trop littéraire par son beau-frère : « Quel drapeau choisir, se demande Mendès France. Dans la ville de Stendhal, il hésite entre le rouge et le noir. »

  • 11 Il n’existe aucune trace de ce dessin dans les archives conservées par Jean-Marcel Jeanneney.
  • 12 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Journal de Genève, 29 juin 1968.

14Hélas, ces attaques, plutôt cabotines, vont être gâchées, à la veille du second tour, par la diffusion d’une caricature antisémite visant Pierre Mendès France dans le journal de campagne du candidat gaulliste11. Étrangement, aucun article de presse ne fera état de cette affaire dans les jours suivant la victoire de Jean-Marcel Jeanneney. Deux journalistes helvétiques du Journal de Genève ont bien remarqué, placardée sur un mur de la permanence, une caricature représentant le candidat de gauche « tout habillé de rouge, avec des traits pesamment accusés, [qui] garde entre ses doigts un pan de la jupe de Marianne qui se réfugie auprès de M. Jeanneney, tout auréolé de petits cœurs ». Néanmoins Guy Fougier leur assura que cette affiche était purement à « usage interne »12. Sans nier la réalité du fait et son caractère inepte, Jean-Marcel Jeanneney explique qu’il ne supervisait pas directement le journal de campagne, souvent imprimé à la hâte, et que cette bavure ne pouvait que le desservir auprès d’une partie de l’électorat grenoblois.

II. LE DIFFICILE DÉBAT DÉMOCRATIQUE ET LA BONNE SURPRISE DU 1er TOUR

15Le premier duel avec Pierre Mendès France a lieu le 12 juin 1968 sur les ondes de Radio Monte-Carlo. Jean-Marcel Jeanneney attaque durement l’ancien président du Conseil, expliquant sa propre candidature comme une réaction contre la dérive antidémocratique de son adversaire, accusé d’avoir voulu s’emparer du pouvoir sans le passage par les urnes. Jean-Marcel Jeanneney joue sur le décalage entre les qualités personnelles dont il honore Pierre Mendès France et la gravité de son accusation. Jean-Marcel Jeanneney résume ainsi sa démarche : « L’explication de ma candidature est politique. Elle ne vous vise pas personnellement, je suis venu à Grenoble pour défendre une certaine conception de la République et de la démocratie ».

16Cette rhétorique oblige Pierre Mendès France à adopter une attitude défensive. Il tente de reprendre l’initiative en s’attachant à démontrer que le régime gaulliste est responsable de ce qui s’est passé en mai, mais admet aussi implicitement qu’il a eu tort de soutenir certains actes qui « risqu[ai]ent de dégénérer au-delà de ce qu’on aurait pu souhaiter ». Vivement critiqué par Jean-Marcel Jeanneney pour sa présence, silencieuse, au rassemblement de Charléty, le député sortant confesse qu’il « ne regrette pas d’avoir participé à cette réunion. Cela ne veut pas dire qu’[il ait été] d’accord avec tout ce qui y a été exprimé ». Ces petites contradictions contribuent à brouiller l’image sérieuse de l’ancien président du Conseil. Jean-Marcel Jeanneney redouble alors de virulence en décochant une dernière philippique : « Vous êtes le candidat d’un parti dont M. Waldeck-Rochet disait hier qu’il était l’allié des trotskistes, des maoïstes et autres anarchistes. Ce que vous proposez, c’est la disparition de toute autorité. » Cette argumentation, qui se révélera payante dans le contexte passionnel de ces élections législatives, élude le débat sur les véritables enjeux économiques et sociaux que les électeurs dauphinois auraient été en droit d’attendre de la part de deux hommes aussi rompus aux sciences économiques.

  • 13 Souvenir de Jean-Marcel Jeanneney.

17Le 13 juin, Jean-Marcel Jeanneney se rend, avec quelques militants, à l’invitation de Pierre Mendès France qui tient une réunion publique à la patinoire olympique. Les deux candidats tiennent un débat contradictoire qui se déroule dans des conditions tout à fait correctes13.

18Au soir du premier tour, le dimanche 23 juin au soir, Jean-Marcel Jeanneney arrive en tête des candidats de la 2e circonscription de l’Isère avec 22 707 suffrages contre 19 577 à Pierre Mendès France. Cette avance de 3 130 voix du candidat gaulliste est la première surprise de taille du scrutin, Pierre Mendès France n’ayant jamais été devancé jusque-là. L’arithmétique des reports de voix est légèrement favorable à l’ancien ministre des Affaires sociales. En effet, Pierre Mendès France ne peut compter que sur les voix du candidat communiste, Jean Giard, soit 10 715 suffrages. En revanche, Jean-Marcel Jeanneney peut espérer additionner au second tour les scores de deux petits candidats divers droite, Jean Vanier et Armand Boissenot. Candidat gaulliste malheureux en 1967 contre Pierre Mendès France, Jean Vanier a choisi de se représenter en dépit de la venue de Jean-Marcel Jeanneney, mais il ne totalise le 23 juin que 6 549 voix. Quant au second divers droite, le pharmacien Armand Boissenot, il réalise un petit résultat avec 2 071 suffrages. Les électeurs de ces deux hommes détiennent une partie de la clé du second tour car leur report sur Jean-Marcel Jeanneney au second tour assurerait 31 337 voix au candidat gaulliste contre seulement 30 292 à Pierre Mendès France. L’annonce d’un duel très serré pour le second tour entre deux hommes politiques d’envergure nationale amène, bien entendu, les médias à placer le duel de la 2e circonscription de l’Isère en tête des points chauds du second tour.

III. L’ÉTRANGE VICTOIRE

  • 14 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Figaro, 29-30 juin 1968.

19Dans une note qu’il rédige entre les deux tours, Jean-Marcel Jeanneney estime que le rapport de forces entre la majorité et l’opposition qui était de 120 au profit de la gauche en 1967 est passé à 97 en 1968. Le retournement de fond qui s’est produit au premier tour ne doit donc qu’être accompagné et non plus suscité. Après le désistement sans équivoque des deux petits candidats de droite, Jean-Marcel Jeanneney définit sa stratégie. Pour l’emporter, il lui suffit de recourir aux méthodes classiques consistant à sensibiliser les abstentionnistes par publipostage, à travailler les personnes âgées et les parents d’élèves, à tenir des réunions de quartier dans les points forts de l’opposition. De manière plus spécifique, le candidat gaulliste désire travailler le milieu des rapatriés et tenter une nouvelle réunion avec PMF. Sur le plan politique, il s’abstient de toute attaque directe contre les communistes mais suggère d’amplifier les déclarations du PSU et de Michel Rocard contre le parti de Waldeck-Rochet. Il espère ainsi mettre son compétiteur en porte-à-faux vis-à-vis de l’électorat de Jean Giard. Face à une tactique clairement établie, Pierre Mendès France semble marquer le pas. Jacques Derogy, envoyé spécial de L’Express à Grenoble entre les deux tours, rapporte les propos désabusés de l’ancien président du Conseil qui lui aurait déclaré qu’il allait lui « falloir se battre dans le brouillard ». Pourtant plus âgé de seulement trois années que Jean-Marcel Jeanneney, Pierre Mendès France apparaît physiquement nettement plus usé. Le reporter du Figaro observe que « l’ancien président du Conseil [lui] a paru plus fatigué que son adversaire. Cette campagne l’a visiblement marqué. Tassé dans son éternel veston sans forme, le teint parcheminé et l’œil charbonneux, il semble avoir été exhumé par un conservateur distrait de la section égyptienne des antiquités du Louvre »14. Ce portrait, certes outrancier et émanant d’un journaliste d’un quotidien hostile, ne serait cependant jamais venu à l’esprit de son auteur si le candidat de gauche lui était manifestement apparu dynamique. Cette impression de lassitude sera confirmée à la presse lorsque, à la veille du scrutin, Pierre Mendès France déclarera préférer prendre sa retraite, en cas de défaite, plutôt que d’envisager de nouveaux combats. Jean-Marcel Jeanneney aura alors toute latitude pour dénoncer le comportement de mauvais joueur de son adversaire et sa mauvaise grâce à accepter la sanction du suffrage universel.

  • 15 Jacques Foccart, Le Général en mai..., op. cit., p. 234. Le conseiller du général de Gaulle admet q (...)
  • 16 Arch. CHEVS JMJ 55. Comme cela avait déjà été le cas pour les élections législatives de 1967, l’UDR (...)
  • 17 Arch. CHEVS JMJ 55. L’Aurore, 28 juin 1968.

20C’est donc un Jean-Marcel Jeanneney en position de force qui met sur pied le dernier rendez-vous de la campagne pour le 2e tour, un grand meeting qui doit se tenir à la patinoire olympique le 28 juin. Bénéficiant de la dynamique du premier tour, Jean-Marcel Jeanneney a-t-il réellement mal défendu devant des journalistes le principe de l’intervention annoncée du général de Gaulle à la veille du second tour, comme l’affirme Jacques Foccart ? Rien n’est moins sûr15. Jean-Marcel Jeanneney désire, certainement, conserver à son duel avec Mendès une dimension tout à la fois symbolique et intimiste. Afin de rendre la politesse à son adversaire, Jean-Marcel Jeanneney a pris l’initiative d’inviter Pierre Mendès France et de préparer sa venue. Dès midi, une dizaine d’hommes du SAC gardent le bâtiment et la sonorisation. Guy Fougier a choisi de séparer les militants des deux camps pour éviter un pugilat en attribuant les gradins aux militants de gauche, alors que les sympathisants UDR seront assis sur des sièges disposés à l’emplacement de la piste. À 21 heures, les quatre-vingts jeunes de l’UJP se répartissent dans la salle tandis que trente membres du SAC assurent la sécurité à l’extérieur16. Lors de l’entrée de Jean-Marcel Jeanneney et de Maurice Schumann, invité de la soirée, les applaudissements sont presque couverts par les sifflets en provenance des gradins. À l’arrivée de Pierre Mendès France qui doit s’asseoir au premier rang, les militants des deux camps se déchaînent. En dépit des appels au calme lancés par micro, les hurlements des uns répondent aux sifflets des autres. Bientôt, des militants de gauche commencent à bombarder de projectiles divers les sympathisants gaullistes en contrebas. Des excités veulent alors s’en prendre physiquement à Pierre Mendès France qui est évacué sous la protection conjuguée de Pierre Volumard, de son service d’ordre et des hommes du SAC. Guy Fougier se souvient que les militants de l’UJP seront contraints de recourir aux lances à incendie pour refroidir les esprits échauffés ! Le grand débat contradictoire que la majorité de la population grenobloise attendait n’aura pas lieu, pas plus que l’intervention de Maurice Schumann. Le lendemain, une partie de la presse rend responsable les militants de gauche de l’échec de la soirée. Le Figaro parle du « spectacle attristant » offert par les partisans de l’ancien président du Conseil, Paris-Presse-L’Intransigeant évoque un « combat à mains nues ». Pierre Mendès France, conscient que ce sont des individus se réclamant de lui qui ont empêché la tenue du meeting, déclare, un peu maladroitement : « Les jeux sont maintenant faussés par la haine et la peur ». En fait, dans son édition du matin du 28, L’Aurore avait prédit un beau chahut à la patinoire du parc Frédéric-Mistral. Le quotidien avait fait état de la rumeur de la venue par camionnettes depuis Lyon d’« escouades de garçons aux cheveux longs et aux tenues pittoresquement sales. Ces enragés d’occasion auraient été lestés de 100 F par tête, d’un colis de victuailles convenablement assorties et d’une floraison de drapeaux rouges et de drapeaux noirs »17.

21De là à penser que le gâchis de la soirée du 28 juin a été orchestré, il n’y a qu’un pas. Sans en avoir la certitude, Jean-Marcel Jeanneney penche pour le sabotage prémédité et suspecte fort des groupuscules anarchistes, gauchistes, voire le PCF d’avoir sciemment fomenté les troubles. A posteriori, il se souvient avoir été abordé, à la fin de sa dernière réunion électorale, par un homme se présentant comme un militant communiste qui lui aurait glissé à l’oreille d’un air entendu : « Monsieur Jeanneney, dimanche prochain vous serez élu ! »

22Dans son ultime message, Jean-Marcel Jeanneney exalte des valeurs résolument positives et en appelle aux électeurs « pour confirmer la République, c’est-à-dire avant tout vos libertés, pour proclamer votre volonté de réforme, votre opposition à l’aventure (il raye « et à l’anarchie ») qui ne pourrait conduire qu’à la pauvreté des salariés et à la ruine des commerçants et des artisans ». Il conclut : « Grenoble ne doit pas s’enfermer dans une opposition boudeuse et stérile, Grenoble doit être représentée dans la majorité élargie de demain, pour y faire valoir ses intérêts, son sens critique, son expérience, son dynamisme. »

  • 18 Arch. CHEVS JMJ 55. France-Soir-Paris-Presse, 2 juillet 1968.

23La soirée du second tour, le 30 juin 1968, restera, sans nul doute, comme l’une des plus longues vécues par Jean-Marcel Jeanneney. À 21 heures, sur 38 000 bulletins, les deux candidats sont à égalité. Une heure plus tard, à l’issue du dépouillement des urnes des bureaux des quartiers huppés, Jean-Marcel Jeanneney distance Pierre Mendès France d’un millier de voix. Il semble que la bourgeoisie ait opéré un rééquilibrage en faveur du candidat d’opposition, peut-être parce qu’elle juge que la victoire gaulliste est inéluctable au plan national. Une demi-heure plus tard, Jean-Marcel Jeanneney ne l’emporte définitivement qu’avec 132 voix. Sitôt les résultats proclamés, le nouvel élu fait une déclaration dans laquelle il refuse d’entrer dans l’analyse des électeurs ayant voté pour lui et préfère mettre en avant leur commune volonté de défendre « les libertés et la République »18.

  • 19 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Nouvel Observateur, 3 juillet 1968.

24Trois cantons, Saint-Martin-d’Hères, Échirolles, Les Abattoirs, traditionnellement ancrés à gauche ont fait partiellement défaut à Pierre Mendès France. Aucun doute n’est possible, certains électeurs communistes ne se sont pas déplacés au second tour ou ont voté pour l’ancien ministre du général de Gaulle. Une semaine après les résultats, René Backmann, envoyé spécial du Nouvel Observateur, parle de « coup bas »19. Selon lui, « dans la léthargie de la gauche officielle, Mendès France apparaissait comme un gêneur et comme un recours. On le lui a fait payer ». Dans les manœuvres de l’entre-deux tours, le lâchage de l’ancien président du Conseil par le PCF était visible. Alors que le président du conseil général, Antoine Buisson, menait une action discrète en faveur du député sortant, relayé par Germaine Voisin, l’adjointe aux affaires sociales de Grenoble, Jean Giard a réussi l’exploit d’appeler ses électeurs à voter pour Pierre Mendès France sans jamais le citer. Visiblement contesté par sa base pour son attitude dans la reprise du travail à la fin mai, le parti communiste semble préférer la victoire de Jean-Marcel Jeanneney afin d’éliminer Pierre Mendès France de la scène politique grenobloise voire nationale. Les dissensions ont été, de surcroît, attisées par la soirée de la patinoire. En effet, M. Genin, conseiller général gaulliste du secteur nord de Grenoble, a profité du chahut pour diffuser un tract mettant en parallèle la soirée du 28 juin avec le « carnaval de Charléty ». Pour les vieux militants communistes, le nom de Mendès France était décidément trop associé aux « agitateurs » gauchistes.

IV. UN DÉPUTÉ PEU INTÉRESSÉ PAR SON MANDAT

25Après son élection, Jean-Marcel Jeanneney ne se préoccupe qu’épisodiquement de sa circonscription. Sa nomination au ministère d’État chargé de la Réforme régionale et du Sénat le contraint naturellement à la démission et à son remplacement par Pierre Volumard, qui semble autant préoccupé par la perte de salaire à EDF qu’entraîne sa prochaine arrivée au Palais-Bourbon que par la responsabilité nouvelle qui lui incombe… Dans un premier temps, Jean-Marcel Jeanneney annonce qu’il reviendra à intervalles réguliers dans sa circonscription afin de rendre compte aux électeurs de son travail au gouvernement et de répondre à leurs demandes d’intervention. Mais Guy Fougier se souvient que le ministre refusait obstinément de perdre son temps à « jouer les assistantes sociales » ou à enregistrer les demandes de « piston » pour le service militaire. Un militant gaulliste, René Polvéroni, patron d’une petite entreprise de peinture-décoration-papiers-peints, écrit à Robert Poujade, secrétaire général de l’UDR, en janvier 1969, pour se plaindre du manque de dynamisme de l’UDR dans une circonscription gagnée de haute lutte. Jean-Marcel Jeanneney ne répond pas, non plus, aux sollicitations du trésorier du SAC, Jacques Massino, qui lui demande d’appuyer la candidature d’un ancien membre du service d’ordre de la campagne à un concours de recrutement de pompier professionnel. Il ne montre pas davantage d’empressement à acquitter la facture de la réparation du véhicule de la « blanchisserie grenobloise » accidenté lors d’un collage. Cela lui vaut d’être tancé par le patron de l’entreprise qui lui fait remarquer : « Je sais qu’après les élections, vos électeurs vous intéressent moins, mais la route est longue ». Ces réactions de l’électorat montrent l’immensité du travail de terrain auquel Jean-Marcel Jeanneney aurait dû se livrer afin de « bétonner » sa circonscription en vue de sa réélection, d’autant que sa tâche est compliquée par les relations conflictuelles qu’il entretient très vite avec l’équipe municipale d’Hubert Dubedout.

V. DE MAUVAISES RELATIONS AVEC LA MUNICIPALITÉ GRENOBLOISE

26Le 24 septembre 1968, le député-maire socialiste de Grenoble, Hubert Dubedout, écrit au préfet de l’Isère pour lui faire part de « sa profonde surprise » à la suite de la visite du ministre d’État dans sa ville. Jean-Marcel Jeanneney s’est, en effet, rendu à la préfecture pour y rencontrer les corps constitués, les membres du « conseil régional » (sic), a évoqué le problème des zones industrielles et a annoncé le déblocage du financement de l’hôpital des Sablons, sans en avoir averti, au préalable, la municipalité. Hubert Dubedout demande au préfet s’il serait « possible de proposer que ces règles de courtoisie soient respectées, serait-ce au moins dans le cadre des règles habituelles du protocole qui veut qu’un ministre venant dans une ville prenne des contacts officiels et en avise le maire de la ville, avec un délai suffisant pour qu’il prenne ses dispositions pour l’accueillir » et il ajoute, non sans une pointe d’ironie : « Souhaitant le maintien de relations harmonieuses entre les personnalités politiques attachées au développement de notre ville, je préfère exprimer franchement mon désaccord lorsque ces relations risquent d’être inutilement compromises. »

27Visiblement piqué au vif, Jean-Marcel Jeanneney répond directement à Hubert Dubedout dès le 27 septembre 1968 afin de « préciser sa position ».Le ministre d’État entend « venir à Grenoble, dans la deuxième circonscription, de façon régulière », dans le but de « conserver le contact avec les électeurs » et de s’« entretenir avec les personnes ou les organismes qualifiés, sur les sujets qui feront l’objet d’études de la part du gouvernement ou qui [le] préoccuperont ». C’est pourquoi le ministre d’État « entend choisir librement les personnes qu’ [il] rencontrera et qu’ [il] consultera ». Selon lui, le rôle actif du maire et de certains membres de l’équipe municipale de Grenoble contre sa candidature aux élections législatives « exclut que la coopération nécessaire de l’élu de la deuxième circonscription et du maire de Grenoble déborde le cadre des problèmes administratifs ou techniques spécifiquement grenoblois ». Concernant plus particulièrement les dossiers de financement du CHU et de la zone industrielle de Vizille que le maire n’avait pas accepté de voir traiter par le ministre d’État sans concertation avec la ville, Jean-Marcel Jeanneney accepte que le maire lui fasse part des dossiers qu’il aimerait voir avancer, mais refuse tout copilotage des projets. Hubert Dubedout répond à Jean-Marcel Jeanneney le 3 octobre en lui indiquant dès les premières lignes qu’« en ce qui concerne les rapports entre élus ayant défendu des options politiques différentes, [la position du ministre] a au moins le mérite de la clarté, même si elle ne va pas dans le sens du dialogue ». Le maire de Grenoble se pose ainsi en champion du « dialogue ». Afin de gêner Jean-Marcel Jeanneney, il indique qu’il demandera « que soient appliquées strictement les règles du protocole lorsqu’un ministre se déplace dans une ville en donnant un caractère officiel à sa visite ». Le respect de cette règle vise à transformer les séjours de Jean-Marcel Jeanneney en visites officielles, ce qui n’est évidemment pas son intention. Hubert Dubedout ajoute encore que les partisans déclarés de Jean-Marcel Jeanneney dans la ville « trouveront toujours auprès de [lui] un accueil aussi cordial que par le passé ». Et il s’autorise même une nouvelle pique en faisant remarquer que « le sectarisme politique [lui] paraît aller à l’encontre de l’intérêt supérieur de [la] collectivité ». Ce comportement serait d’autant plus regrettable que toutes les « forces vives » grenobloises ont montré ce dont elles étaient capables à l’occasion de la préparation des Jeux Olympiques du début 1968.

28La victoire électorale remportée sur Pierre Mendès France par Jean-Marcel Jeanneney à l’été 1968 a, avant tout, une portée symbolique dans la mesure où, ironie du sort, le fils du dernier président radical du Sénat de la IIIe République provoque la retraite du seul radical qui pouvait prétendre incarner la modernité et l’actualité de la culture politique parlementaire des IIIe et IVe République. Force est de constater qu’une fois l’élection passée, par son relatif détachement vis-à-vis des contraintes du métier de parlementaire, Jean-Marcel Jeanneney laisse vite transparaître qu’il n’entend pas bâtir une nouvelle baronnie gaulliste à Grenoble. Selon lui, l’édification d’un fief est un combat que l’on mène lorsqu’on est âgé d’une trentaine d’années et que l’ambition vous porte à scruter l’horizon des mandats futurs. Son retour au gouvernement dès juillet 1968 précipite son désengagement de la vie politique grenobloise, d’autant que le chantier de la réforme constitutionnelle dont il est investi apparaît comme un défi d’une tout autre portée.

Notes

1 Jean Lacouture, Pierre Mendès France, Paris, Seuil, 1981, 547 p. et Jean Lacouture (dir.), Le citoyen Mendès France, Paris, Seuil, 1992, 253 p.

2 Précision de Jean-Marcel Jeanneney.

3 Voir Olivier Dard, « Économie et économistes des années trente aux années cinquante : un tournant keynésien ? », Historiens et géographes, mars-avril 1998, pp. 173-195.

4 Jean-Marcel Jeanneney, « L’œuvre scientifique de quelques économistes étrangers ». VIII John Maynard Keynes. Revue d’économie politique, mars 1936.

5 Jean-Marcel Jeanneney, « L’expérience économique du Front populaire ». Exposé-débat … sous la direction de Pierre Mendès France et Jean-Marcel Jeanneney, ENS, avril 1965

6 Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney.

7 Arch. CHEVS JMJ 55. D’après les confessions recueillies par Jean-Marcel Jeanneney auprès d’autres élus gaullistes, ce montant peut être considéré comme raisonnable.

8 Arch. CHEVS JMJ 55. Jean-Marcel Jeanneney dément avoir recouru à l’affichage sauvage, mais cela n’est pas confirmé par les lieutenants de campagne. Les inscriptions aux carrefours sont mentionnées par Le Nouvel Observateur, 3 juillet 1968.

9 Arch. CHEVS JMJ 55. Les autres postes de dépense se répartissent de la manière suivante :
- Location d’une permanence : 1 755 Fr (12,89 %)
- Repas, réceptions, boissons : 15 458,75 F (11,36 %)
- Timbres, téléphone : 10 824,7 F (7,95 %)
- Essence, location de véhicules, divers : 7 847 F (5,76 %)
- Papeterie, articles de bureau : 5 650 F (4,15 %)
- Divers : 1 200 F (0,88 %)
- Réparation d’un véhicule accidenté lors d’un collage : 1 175 F (0,86 %)
- Dépenses personnelles de Jean-Marcel Jeanneney : 1 006,23 F (0,74 %)
- Mobilier: 545,9 F (0,4%)

10 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Figaro, 29-30 juin 1968.

11 Il n’existe aucune trace de ce dessin dans les archives conservées par Jean-Marcel Jeanneney.

12 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Journal de Genève, 29 juin 1968.

13 Souvenir de Jean-Marcel Jeanneney.

14 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Figaro, 29-30 juin 1968.

15 Jacques Foccart, Le Général en mai..., op. cit., p. 234. Le conseiller du général de Gaulle admet que ce bruit lui a été rapporté concernant Yves Guéna et Jean-Marcel Jeanneney, sans qu’il ait pu le vérifier.

16 Arch. CHEVS JMJ 55. Comme cela avait déjà été le cas pour les élections législatives de 1967, l’UDR a souscrit une assurance pour couvrir les membres de son service d’ordre au cas où l’un d’entre eux viendrait à être victime d’une agression ou d’un accident dans le cadre de ses fonctions.

17 Arch. CHEVS JMJ 55. L’Aurore, 28 juin 1968.

18 Arch. CHEVS JMJ 55. France-Soir-Paris-Presse, 2 juillet 1968.

19 Arch. CHEVS JMJ 55. Le Nouvel Observateur, 3 juillet 1968.

Table des illustrations

Légende Le cahier électoral édité par Jean-Marcel Jeanneney lors de la campagne des législatives de juin 1968 à Grenoble.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 613k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540