Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

L’impossible dialogue social

Chapitre XXV. Le calme trompeur d’une rentrée sociale trop peu animée

Texte intégral

I. LES OPPOSITIONS À LA POLITIQUE SOCIALE GOUVERNEMENTALE POSTÉRIEURES AUX ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DE 1967

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro du 18 avril 1967.

1Deux semaines après la formation du nouveau gouvernement Pompidou, dans un article qui paraît dans Le Figaro, Valéry Giscard d’Estaing assène un premier coup à l’équipe gouvernementale, lui indiquant le prix à payer pour le « soutien critique » des Républicains indépendants, propulsés au rang de groupe charnière à l’Assemblée. L’ancien ministre des Finances écrit : « La France éprouve un désir évident de nouveauté et d’action. C’est à sa capacité d’y répondre que sera jugé le gouvernement. (…) La vie politique est plus proche de la vie biologique que de la vie morale. Elle enregistre faiblement la reconnaissance, et ressent par contre les besoins immédiats du corps social. Les élections ont agi comme un révélateur en faisant surgir les besoins et les aspirations de l’opinion : plus de justice sociale, mais aussi davantage d’ouverture politique. C’est dans ces deux directions que doivent se manifester et s’employer la nouveauté et l’action »1. Valéry Giscard d’Estaing voit deux raisons majeures au malaise social : la persistance d’inégalités trop fortes avec l’existence de catégories aux ressources insuffisantes pour la vie moderne et l’apparition de l’insécurité dans le domaine de l’emploi avec le chômage partiel, l’inadaptation et la sous-rémunération des capacités professionnelles requises. C’est donc bien sur la capacité des deux principaux responsables de la politique économique et sociale que sera jugé l’ensemble de l’action du gouvernement.

  • 2 Arch. CHEVS JMJ 53. Parisien Libéré du 11 octobre 1967.
  • 3 Arch. CHEVS JMJ 53. La Nation du 11 octobre 1967.

2La vigueur nouvelle de la gauche est autrement plus dangereuse pour le gouvernement que celle de l’aile libérale de la majorité. Le 10 octobre 1967, le gouvernement ne tombe pas lors du vote d’une motion de censure précisément déposée contre sa politique économique et sociale par la FGDS du fait de la large abstention du groupe centriste. Après avoir été mis en cause par François Mitterrand, Georges Pompidou va se lancer dans une longue défense de son bilan, rappelant certaines vérités qui, pour être réelles et importantes, n’en sont pas moins souvent oubliées. Le budget social est passé de 40 à 125 milliards de francs entre 1957 et 1967, il représente 26 % du PIB contre 20 % dix ans plus tôt. La Sécurité sociale a été étendue à 10,5 millions de personnes entre 1961 et 1967. Depuis 1959, la part des salaires dans le PIB n’a cessé d’augmenter, alors que baissait celle des revenus du capital. Les cotisations sociales versées par les employeurs ont progressé nettement plus vite que le chiffre d’affaires ou que les dividendes. Même la stabilisation n’a pas entamé le pouvoir d’achat. Quant au chômage, il ne frappe que 1 % de la population contre 1,4 % en Allemagne, 2,3 % au Royaume-Uni, 3,3 % en Italie et 4 % aux États-Unis. Georges Pompidou se lance ensuite dans un virulent réquisitoire contre le PCF, accusé d’être le véritable inspirateur de l’opposition2. Le jour même où intervient ce vote, Jean-Marcel Jeanneney est reçu à déjeuner par l’Association des journalistes de l’information sociale. Questionné par ses hôtes sur la manière dont il réagit au climat d’opposition auquel il est constamment soumis, il leur confie que « le problème qui se pose à une société comme la nôtre est celui de l’organisation des contestations la plus propre à assurer l’intérêt général »3, mais sa force de caractère lui permet, semble-t-il, de bien résister au stress inhérent aux fonctions ministérielles.

3Sans que l’on puisse réellement parler d’une opposition interne au mouvement gaulliste, certaines voix discordantes au Parlement prouvent qu’il sait ne pas être monolithitique et que certains députés soutiennent secrètement la voie d’une « autre politique ». On peut ranger dans cette catégorie impalpable William Jacson, député de l’UD-Ve, qui insiste, lors du débat budgétaire, sur la nécessité d’une politique sociale en lançant à Jean-Marcel Jeanneney un vibrant appel : « Donnez-nous une politique sociale, nous vous donnerons un gouvernement fort et durable ». Selon lui, « la priorité des problèmes internationaux n’a pas permis jusqu’à maintenant à la France de consacrer plus particulièrement ses efforts à l’évolution sociale indispensable à une nation d’avant-garde ». À en juger par les origines géographiques des parlementaires gaullistes posant des questions sociales « dérangeantes » pour le gouvernement, il semble que cette sensibilité soit le fait d’élus de circonscriptions ouvrières ou d’outre-mer pour lesquels la réélection se joue en grande partie sur leur capacité à faire déboucher favorablement des demandes d’aide d’une « clientèle » déclassée.

  • 4 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 241.
  • 5 Arch. CHEVS JMJ 53. France-Soir, 24 novembre 1967.
  • 6 Arch. CHEVS JMJ 53. Le Monde, L’Humanité, 25 novembre 1967.
  • 7 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Humanité, 1er décembre 1967.

4Entre la fin de la fièvre sociale du printemps 1967 et les grandes grèves de mai 1968, le climat social connaît une période atone qui ne manque pas d’intriguer. Au début de l’automne 1967, les syndicats concentrent leurs critiques sur les ordonnances réformant la Sécurité sociale, laissant de côté les problèmes des entreprises. Jean-Marcel Jeanneney relève le calme de la rentrée sociale au Conseil des ministres du 22 novembre en suggérant que la progression du chômage n’y est sans doute pas étranger4. Aussi convient-il de se montrer plus prudent que Roland Mauray, dans France-Soir, qui s’interroge, fin novembre, sur les raisons du ratage de la rentrée sociale de la CGT5. En plaçant ses partenaires devant des décisions de grève prises unilatéralement, la centrale de la rue La Fayette contraint les autres syndicats à refuser l’action pour ne pas se voir cantonnés dans un rôle d’appoint. Cette tactique permet, sur le terrain, aux délégués cégétistes de faire valoir que seule la CGT agit, ce qui leur facilite ensuite la tâche pour enrôler de nouvelles troupes ou débaucher des militants d’autres syndicats et plus particulièrement de la CFDT. Dans les régions, la fébrilité revendicative commence à se faire à nouveau sentir à la RATP, à EDF-GDF, chez Renault au Mans, aux Mutuelles du Mans, chez Dassault, chez Rhodiacéta, chez Berliet, chez Jeumont-Schneider, chez Westinghouse, chez SGF, dans le Vimeu, chez Kulhmann dans le Nord, à l’usine de Saint-Chély d’Apcher dans la Loire à la Compagnie des ateliers et forges de la Loire, chez les mineurs de fer de Segré dans le Maine-et-Loire, à la SNECMA, chez Hispano-Suiza, etc6. Le 25 novembre, le bureau confédéral de la CGT étudie la réponse du CNPF aux propositions que la centrale lui avait faites à l’occasion d’une rencontre le 24 octobre. Le patronat rejette l’idée d’accords-cadres au niveau national sur l’ensemble des problèmes touchant les salariés, refuse de discuter de la garantie de l’emploi et des ressources, des salaires, des conditions de travail, du contenu des conventions collectives et des libertés syndicales7. Cette absence de dialogue au sommet entre les partenaires sociaux fait peser un risque de nouvelle dégradation du climat social dans le pays, d’autant que le ministre des Affaires sociales n’exerce, semble-t-il, aucune pression sur le patronat pour qu’il entame des négociations. L’essentiel du dispositif de la politique gouvernementale consiste à renforcer l’aide à l’emploi, mais Jean-Marcel Jeanneney n’a pas tenté de provoquer une évolution souhaitable des relations dans le monde du travail. Sans embrasser le libéralisme de Georges Pompidou en la matière, le ministre des Affaires sociales répugne d’intervenir dans une politique contractuelle contraignante si elle avait été dangereuse pour les grands équilibres et la compétitivité.

  • 8 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Humanité, 12 décembre 1967.
  • 9 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Aurore, 8 décembre 1967 ; Combat, 15 décembre 1967 ; L’Humanité, 21 décembre (...)

5La position attentiste du gouvernement va pouvoir être confirmée par l’échec de la grève organisée le 13 décembre par la CGT et la CFDT. Les deux centrales ne parviennent pas à démontrer leur capacité à mobiliser leurs troupes et à faire pression sur le gouvernement. La grève est surtout suivie à EDF et par le syndicat CGT du Livre. Dans le secteur privé, Michelin ou la sidérurgie lorraine, par exemple, ont fonctionné sans problème, alors que des débrayages de courte durée ont été enregistrés chez Usinor à Valenciennes, chez Sud-Aviation à Marignane, chez Dassault à Bordeaux8. Le seul succès notable a concerné Rhodiacéta, mais déjà le 7 décembre, cinq mille grévistes avaient manifesté contre un projet de deux mille suppressions d’emplois dans les usines lyonnaises du groupe9.

  • 10 À titre de comparaison on avait observé 2,533 millions de journées de grève en 1966 ; 980 000 en 1 (...)
  • 11 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Humanité, 29 décembre 1967.

6En guise de bilan de l’année, L’Humanité estime que l’année 1967 aura été marquée par 4 millions de journées de grève, soit un « score » qui l’amènera près de 196310. Alors que le général de Gaulle avait voulu placer l’année sous de bons auspices, elle aura finalement été agitée, et marquée par une forte progression du chômage11. Comme souvent en économie, le « trou d’air » de croissance, perçu entre la fin 1966 et l’automne 1967 est encore ressenti par l’opinion que la reprise s’esquisse pour les conjoncturistes.

  • 12 Arch. CHEVS JMJ 54. Les Échos du 21 janvier 1968.
  • 13 Le Royaume-Uni a été contraint de dévaluer la livre de 14,3 % en septembre 1967, « le pool de l’or (...)
  • 14 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, p. 233.
  • 15 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 234.
  • 16 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 234.

7À l’aube de la nouvelle année, Jean-Marcel Jeanneney est consulté, tel un oracle, par Les Échos, pour ses prévisions sur l’année 196812. Il se montre résolument optimiste, sauf en cas de déclenchement d’une crise grave du SMI qui commence à apparaître inévitable à de nombreux experts économiques compte tenu des dysfonctionnements de la mécanique mise en place à Bretton Woods13. Jean-Marcel Jeanneney estime qu’après la fin janvier, date d’échéance de la TVA pour les entreprises, le mouvement de stockage devrait reprendre naturellement alors que la fin de 1967 avait été caractérisée par le déstockage massif imputable aux fêtes et aux soldes. Estimant que le paroxysme de la cure d’austérité imposée au pays a été dépassé, le ministre des Affaires sociales pronostique un vigoureux redressement de la consommation pour le printemps et un tassement des difficultés de l’emploi qui résultent principalement de la découverte de gisements de productivité par les entreprises sous les effets de la concurrence internationale. Aucun indice ne permet donc, a priori, de pronostiquer de nouveaux troubles sociaux en 1968 à l’image de ce qui s’est produit en 1967. D’ailleurs en recevant une délégation de la CFDT au ministère quelques semaines avant le déclenchement des troubles, les syndicalistes concluent leur entretien en lançant à Jean-Marcel Jeanneney : « En tout cas, monsieur le ministre, maintenant vous êtes tranquille jusqu’à la rentrée d’octobre ». Pour autre preuve de cette confiance dans la paix sociale, le responsable du CNPF François Ceyrac choisit précisément le printemps 1968 pour se faire opérer d’une hernie14. En fait, le seul qui semblait s’attendre à des événements fâcheux était le général de Gaulle. Jean-Marcel Jeanneney rapporte qu’au cours de l’entrevue qu’il eut avec le chef de l’État en janvier 1968, à l’occasion des vœux, il lui fit la remarque suivante : « Quand on regarde l’agitation qui règne à l’étranger, les révoltes des étudiants aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne, la France apparaît comme une oasis de calme. Je crois que c’est en grande partie grâce à vous ». De Gaulle lui rétorqua : « Grâce à moi, peut-être, mais ne vous faites pas d’illusion, ça ne va pas durer »15. Le chef de l’État nourrissait de réelles inquiétudes concernant l’état d’esprit de la jeunesse et il n’avait pas hésité, après les législatives de 1967, à rappeler François Missoffe de l’ambassade de Tokyo pour lui confier un ministère de la Jeunesse. Celui-ci s’était rendu à Nanterre pour rencontrer Daniel Cohn-Bendit dès la naissance du mouvement estudiantin16.

  • 17 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 255. L’adjectif « impressionné » est emp (...)

8Lors du Conseil des ministres du 24 janvier 1968, Michel Debré dresse la liste des facteurs positifs observables depuis le dernier trimestre de l’année précédente : reprise des exportations et des investissements privés. Pourtant, le maintien d’un objectif de croissance à 5 % pour l’année 1968, comme il avait été tablé dans le Plan, semble mal engagé. Aussi, le ministre de l’Économie et des Finances propose de doper la croissance. À cette fin, il préconise d’anticiper la hausse des allocations familiales, d’augmenter les crédits pour la construction de logements HLM, de réduire l’imposition des contribuables les plus modestes, d’accorder de plus larges crédits d’équipement aux régions défavorisées, d’accélérer les procédures d’emprunt pour la construction. Au total, ces mesures permettraient d’injecter trois milliards de francs. À ce programme mûrement réfléchi et qui ne paraît pas appeler de remarques particulières autour de la table du Conseil, Jean-Marcel Jeanneney va apporter certaines corrections qui vont faire une forte impression au général de Gaulle et qu’on ne peut s’empêcher de qualifier de critiques à l’égard de la politique budgétaire menée par Michel Debré depuis deux ans17. Le déchirement qui vient de se produire en décembre entre les deux amis de trente-cinq ans est trop proche pour qu’on ne puisse s’empêcher de rapprocher les deux événements.

  • 18 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 255.

9Le ministre des Affaires sociales débute sa démonstration en faisant mine de se féliciter que le ministre des Finances choisisse de mobiliser la capacité productive inemployée, ce qui est une manière de dire qu’il aurait pu le faire plus tôt. En même temps, il relativise l’effet d’entraînement des trois milliards en les rapportant au PNB dont ils ne représentent que 0,70 %. Jean-Marcel Jeanneney pointe du doigt le risque de blocage social en rappelant l’immobilité de la main-d’œuvre et la sclérose patronale qui risquent de faire repartir l’inflation et invite à constater en mai comment les mesures auront été perçues pour éventuellement les adapter. Involontairement, Jean-Marcel Jeanneney fixe une échéance qui va, effectivement, être un rendez-vous social majeur avec les négociations de Grenelle ! Enfin, il suggère de modeler la réduction fiscale en fonction de l’impôt payé et non des seuls revenus de manière à ne pas pénaliser les familles18.

  • 19 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 256.
  • 20 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 256.

10La pertinence des considérations de Jean-Marcel Jeanneney ne débouche, toutefois, sur aucune remise sur le métier du mini-plan de relance mûri par Michel Debré. Georges Pompidou le qualifie d’« équilibré », se félicitant que « ces trois milliards ne rendent même pas ce qui a été pompé pour le redressement de la Sécurité sociale »19. Le général de Gaulle confirme l’acceptation de l’ensemble des mesures soumises par le ministre des Finances car il s’agit « de répondre à la conjoncture par des mesures conjoncturelles » et de continuer à préparer les grandes réformes en chantier (politique familiale, réforme de l’impôt, politique du logement) en se bornant à provoquer des effets spectaculaires sur des sujets ciblés comme pour le logement ou la reconversion du Nord et de la Lorraine20. Pour l’heure, le président regrette « qu’on fasse un peu plus d’inflation ». La forte fièvre revendicative du printemps va bientôt balayer ce qu’il est possible d’appeler une politique de relance à dose homéopathique, à laquelle Jean-Marcel Jeanneney ne s’associait nullement.

II. LA TOURMENTE DU PRINTEMPS 1968 ET LES NÉGOCIATIONS DE GRENELLE

  • 21 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 235.

11Signe de la fébrilité ayant régné au cours des dernières semaines de vie du ministère Jeanneney aux Affaires sociales, les archives du cabinet de l’année 1968 ont été anéanties dans un autodafé décidé à l’initiative de Guy Fougier durant les événements de mai. Il n’est, par conséquent pas possible de retrouver les traces de l’activité du ministre et de ses collaborateurs lors des heures difficiles de mai 1968, ni de connaître avec précision les mois les ayant précédées. Sur la foi des témoignages, tous les collaborateurs et directeurs interrogés affirment avoir pu continuer à travailler et avoir vu le ministre fidèle à son poste. D’ailleurs, Jean-Marcel Jeanneney insiste sur cette continuité de l’État pendant la crise et réfute l’idée communément avancée d’une vacance du pouvoir. Selon lui : « Les pouvoirs publics n’étaient pas en déshérence. Pendant les journées les plus dures, un comité de sécurité publique se réunissait tous les matins à Matignon, présidé par Pompidou, où les ministres directement concernés étaient tous présents : ceux de l’Éducation nationale, de l’Intérieur, des Armées et moi-même. Peut-être quelques autres ministres se sont-ils absentés de leur bureau, intriguant ailleurs. Mais le noyau du gouvernement n’a cessé d’être présent aux commandes. On ne quittait pas son ministère »21.

  • 22 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 238.
  • 23 Jean-Marcel Jeanneney évoque, toutefois, avoir été associé à une conversation avec des collègues m (...)

12En vérité, par son ampleur et son caractère très nettement politique, la crise échappe à la compétence du ministre des Affaires sociales et incombe au chef du gouvernement. Il ne fait aucun doute que Matignon a joué un rôle nettement plus prononcé que l’hôtel du Châtelet dans l’amorce de dialogue avec les syndicats. La mission, narrée parfois de manière quelque peu rocambolesque, qui aurait été confiée à Jacques Chirac pour prendre langue avec la CGT n’a assurément pas été décidée par Jean-Marcel Jeanneney qui en ignore tout et pour qui Jacques Chirac « agissait non pas tant comme secrétaire d’État à l’Emploi que comme homme de confiance de Pompidou »22. D’ailleurs, à y regarder de plus prés, le ministère des Affaires sociales semble même oublié par les cortèges de manifestants dont certains empruntent pourtant le boulevard des Invalides. Jean-Marcel Jeanneney aura eu tort de craindre l’assaut de l’hôtel du Châtelet. Situé au cœur du cyclone, c’est-à-dire dans un calme trompeur, le ministre des Affaires sociales se garde de s’associer de trop près aux cercles officieux qui envisagent les pires hypothèses ou qui appelleront à manifester à l’Arc de triomphe et sur les Champs-Élysées23.

  • 24 Michel Debré, Entretiens avec le général de Gaulle 1961-1969, Paris, Albin Michel, 1993, p. 116.
  • 25 Michel Debré, Entretiens avec le général de Gaulle 1961-1969, op. cit., p. 120.
  • 26 Michel Debré, Entretiens avec le général de Gaulle 1961-1969, op. cit., p. 121.

13Pourtant, le visage de Jean-Marcel Jeanneney demeurera éternellement attaché à Mai 1968 en sa qualité d’hôte des négociations de Grenelle, les 25, 26 et 27 mai. Figurant à la droite de Georges Pompidou sur la photographie historique de ces journées de discussion-marathon, il est assuré d’une postérité dont il se serait bien passé étant donné le coût politique et économique de cette grande mise à plat de la politique sociale. Cette image est, cependant, elle-même trompeuse car Jean-Marcel Jeanneney va s’interdire d’intervenir directement dans la négociation. Le verbatim qu’il fait établir par Jacques Legrand est formel sur ce point. Cette attitude est dictée par le souci de ne pas laisser transparaître le moindre soupçon de divergence de vues avec le Premier ministre. C’est naturellement parce qu’il n’aurait pas obtenu le même résultat avec Michel Debré que Georges Pompidou a décidé de ne pas le convier à la discussion. Cette marque évidente de défiance entraîne la démission du ministre de l’Économie et des Finances, acte qui ne sera accepté par le chef du gouvernement que quelques jours plus tard. En fait, Michel Debré ne semble prêt à quitter le gouvernement qu’en cas de changement complet de l’équipe gouvernementale, c’est ce qu’il indique lors de l’entretien qu’il a le 26 mai avec le général de Gaulle24. S’il est d’accord sur le principe de l’ouverture de négociations avec les syndicats, Michel Debré souligne qu’il a été « profondément mécontent d’avoir été écarté de ces conversations ». Le plus grave, selon lui, est qu’« un certain nombre de réflexions n’ont pas été dites aux participants, et notamment, le gouvernement n’a pas fait savoir à cette occasion à quel point, en remettant en cause le coût de revient de l’économie, nous risquions d’aggraver les problèmes de l’emploi »25. Le chef de l’État tient, toutefois, à le ménager en lui répétant que « le Premier ministre a voulu négocier seul. Qu’en fin de compte, c’était une opération politique et uniquement politique, et qu’il était préférable qu’[il] n’y [fût] pas ». À la fin de leur entretien, le général de Gaulle aurait été plus franc encore en ajoutant : « Vous l’auriez gêné alors que Jeanneney, qui reste silencieux, ne peut pas le gêner ; ne compte pas. Tandis que vous … Et c’est mieux ainsi. Pour l’avenir »26.

  • 27 André Bergeron, Ma route et mes combats, op. cit., p. 48-49.
  • 28 Jacques Foccart, Le Général en mai, Journal de l’Élysée II, Paris, Fayard-Jeune Afrique, 1998, p. (...)
  • 29 Édouard Balladur, L’arbre de mai, chronique alternée, Paris, Plon, 1979, p. 249.

14Les participants aux négociations ne vont pas tous interpréter ce mutisme librement consenti à sa juste valeur. René Mathevet, de la délégation CFDT, n’ira-t-il pas jusqu’à demander à son voisin : « Le monsieur en noir au nœud papillon, à la droite de Pompidou, qui est-ce ? » Quant à André Bergeron, dans Ma route et mes combats, il apparaît comme le plus virulent critique du ministre des Affaires sociales, n’hésitant pas à écrire : « Jean-Marcel Jeanneney participa bien au débat, mais il ne joua aucun rôle car il était complètement dépassé par la situation. Quelques mois plus tard, M. Jeanneney, qui avait été chargé de préparer la réforme institutionnelle, ne devait pas mieux réussir dans sa tâche. Son honnêteté n’est pas en cause, mais je dois dire que son entêtement a été dans une large mesure responsable de l’échec du général de Gaulle. S’il se souvient des discussions que nous avons eues à l’époque, il ne me démentira pas. Mais je laisse à d’autres le soin de commenter son évolution politique »27. Jacques Foccart dans son Journal pointe, également, les reproches que le général de Gaulle adressa, sur le moment, à Jean-Marcel Jeanneney. Ainsi, le 21 mai, quelques jours avant l’ouverture des négociations au ministère de la rue de Grenelle, le chef de l’État regrette devant son fidèle conseiller le manque « de contact » du ministre28. Seul Édouard Balladur dans L’arbre de mai, son livre témoignage paru en 1979, explicite la présence « discrète s’il en fut jamais » du ministre des Affaires sociales. Mêlant le venin de la critique aux lauriers de la louange, l’ancien conseiller social de Matignon dépeint le ministre des Affaires sociales sous les traits d’« un homme respecté pour ses capacités et son désintéressement, mais dont l’esprit de système et le manque de chaleur ne rendaient pas l’abord facile, [qui] se révéla remarquable aussi par son sens de la discipline ; ayant compris que, face à tant d’interlocuteurs aux intérêts contradictoires, le gouvernement ne pouvait parler que d’une seule voix, il demeura quasi muet pendant deux jours aux côtés de Georges Pompidou sans lui ménager son concours et ses avis »29.

  • 30 Édouard Balladur, L’arbre de mai…, op. cit., p. 249.

15L’ouverture de la négociation, le vendredi 25 mai, est émaillée par un incident car Jean-Marcel Jeanneney, en accord avec Georges Pompidou, a fixé à quatre le nombre de délégués par centrale syndicale et a fait disposer un nombre approprié de chaises. Lorsqu’elles pénètrent dans la cour de l’hôtel du Châtelet, peu avant 15 heures, les délégations sont deux fois plus nombreuses que prévu. De surcroît, la présence de la FEN et de la CGPME, qui n’avaient initialement pas été conviées aux discussions, bouscule le plan de table. L’exiguïté de la salle du ministère des Affaires sociales ne permet pas à chacun des délégués de trouver un siège. Cet inconfort vaut au ministre des lieux d’être tancé par René Mathevet, de la CFDT, qui s’exclame : « Je tiens dès le début à faire observer, monsieur le Premier ministre, que monsieur le ministre des Affaires sociales n’a pas pris la peine de faire installer un nombre de chaises suffisant. Je n’ai même pas de siège pour m’asseoir ! »30

  • 31 BDIC, « Table ronde du CEVIPOF et du CRHMSS sur les négociations de Grenelle (3 octobre 1989) », M (...)
  • 32 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 237.
  • 33 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 237.

16Au cours d’une table ronde organisée à l’initiative du CEVIPOF et du CRHMSS en 1989, Jean-Marcel Jeanneney a apporté quelques éclairages sur ce qu’avaient été les préoccupations du gouvernement au cours des négociations de Grenelle31. La première d’entre elles fut bien la limitation du nombre de protagonistes afin d’écarter tout risque de rééditer les conséquences fâcheuses de la grande conférence tenue au Palais-Royal en 1947. On avait alors mis en présence les représentants des salariés, des agriculteurs, le patronat, les fonctionnaires et le gouvernement. Il était ressorti de cette grand-messe une hausse de 25 % des salaires, des prix agricoles et des traitements des fonctionnaires qui n’avait fait que relancer l’inflation. C’est pour centrer les discussions sur le secteur privé que, dans un premier temps, la FEN fut écartée. Ensuite, le gouvernement fit machine arrière en considérant le poids de l’Université dans la crise. La raison de l’invitation tardive de la CGPME s’explique, quant à elle, par la nécessité de renforcer la présence patronale, étant donné qu’il n’était prévu, initialement, d’attribuer que quatre sièges au CNPF comme aux centrales ouvrières. La seule véritable inquiétude de la représentation gouvernementale au cours de la soixantaine d’heures de négociation demeura la forte revalorisation du SMIG concédée d’emblée par Paul Huvelin qui acceptait de porter le SMIG horaire à 3 F, ce qui représentait une majoration de 35 % et même de 50 % pour le SMIG agricole qui devait s’aligner sur lui. Pris de stupeur, Georges Pompidou se pencha vers Jean-Marcel Jeanneney pour lui murmurer : « Il est fou ! » Cette forte hausse devait immanquablement se traduire par une perte de compétitivité des entreprises françaises qui conduirait, inéluctablement, à une dévaluation du franc. Pourtant, à la veille de l’ouverture des discussions, Jean-Marcel Jeanneney avait personnellement insisté auprès du chef du patronat sur la nécessité de ne pas déséquilibrer l’économie32. Selon l’ancien ministre des Affaires sociales, cette attitude du CNPF reflétait une « éternelle tentation du patronat, mais qui, en l’occurrence, frôlait l’escroquerie vis-à-vis des salariés »33.

17Au Conseil des ministres du lundi 27 mai, Georges Pompidou rend compte du contenu de la réunion de Grenelle. Le chef de l’État, bien que d’une humeur exécrable, félicite Jean-Marcel Jeanneney et Jacques Chirac. Le ministre des Affaires sociales renvoit le compliment au Premier ministre en répétant son mutisme volontaire pour ne pas gêner le chef du gouvernement. Toutefois, le 28 mai, Jean-Marcel Jeanneney reprend la parole en se chargeant d’aller présenter les quatorze mesures arrêtées par les partenaires sociaux et le gouvernement devant une représentation parlementaire réduite aux seuls députés de la majorité après l’appel au boycott lancé par les groupes d’opposition. Les décisions arrêtées au ministère des Affaires sociales, qui n’ont donné lieu à aucun « accord » formel, constituent une mise à plat de la politique sociale d’une importance semblable aux accords Matignon de 1936.

18La mesure la plus symbolique est la revalorisation du SMIG, majoré de 35 % en zone d’abattement 0, de 38 % dans la zone à 2 % d’abattement et de 50 % dans l’agriculture. Pour sa part, l’État s’engage à ouvrir immédiatement des négociations visant à revaloriser les rémunérations dans les secteurs public et nationalisé. Dans le secteur privé, la hausse des salaires autres que le SMIG est portée à 7 % à compter du 1er juin 1968 en incluant les hausses accordées depuis le début de l’année. L’effort sera porté à 10 % pour le 1er octobre.

19Outre ces trois mesures quantitatives, le CNPF et les syndicats s’engagent à conclure un accord-cadre concernant la durée du travail pour un retour progressif à la semaine des 40 heures. Cette mesure est extrêmement importante car pour la première fois depuis la Libération et la période de la reconstruction, un coup d’arrêt net est donné aux heures supplémentaires. Devant l’apparition du chômage, l’idée d’une diminution du temps de travail et donc d’un partage du volume des tâches fait son chemin. La réduction minimale devra être de deux heures pour les travailleurs des branches et secteurs dans lesquels la durée hebdomadaire du travail est d’au moins 48 heures et d’une heure pour les salariés accomplissant entre 45 et 48 heures hebdomadaires. Cette diminution devra intervenir avant l’accomplissement du Ve Plan.

20La refondation du dialogue social passera, également, par la convocation de la commission des conventions collectives afin de procéder à leurs révisions et à leur extension à tous les secteurs. De plus, patronat et syndicats promettent de trouver un accord pour assurer la sécurité de l’emploi et la formation professionnelle, ce qui atteste des craintes pesant sur le plein emploi. Enfin, le patronat accepte de reconnaître le droit à la création de sections syndicales dans les entreprises, ce qui constitue une avancée certaine pour la défense des salariés.

21Sur le terrain de la protection sociale, les syndicats arrachent au gouvernement plusieurs concessions d’inégale importance. Le plus net revirement concerne la Sécurité sociale. Si les ordonnances de 1967 ne sont pas retirées, le gouvernement est contraint d’accepter la tenue d’un débat parlementaire sur leur ratification et une diminution du ticket modérateur de la consultation de 30 % à 25 % (contre 20 % avant 1967). La politique familiale bénéficie de quelques améliorations, en particulier une réforme de l’allocation de salaire unique et de la mère au foyer ainsi qu’une majoration de la prestation versée aux familles d’au moins trois enfants. Comme les autres prestations sociales, le minimum vieillesse est concerné par une revalorisation au 1er octobre 1968.

  • 34 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 239-240.

22Enfin, trois mesures s’inscrivent dans la durée et donnent à penser que le marathon social de Grenelle ne traite pas seulement les questions sociales dans l’urgence. Ainsi, le gouvernement et le patronat promettent de réunir les représentants des organisations professionnelles et syndicales en mars 1969 pour étudier l’évolution du pouvoir d’achat. Afin de maintenir la compétitivité des entreprises, le CNPF obtient qu’en matière de formation des prix, elles ne soient pas pénalisées par rapport à leurs concurrentes de la CEE. Enfin, comme preuve de bonne volonté réciproque entre patrons et ouvriers au moment de la reprise, un accord est passé pour la récupération des jours de grève et l’octroi d’une avance aux grévistes34.

  • 35 Jacques Foccart, Le Général en mai…, op. cit., p. 155.

23Cette annonce du contenu des trois journées de négociations mémorables fut le dernier acte politique de Jean-Marcel Jeanneney en tant que ministre des Affaires sociales, mais ce geste revêtait une grande importance pour le dénouement de la crise. Bien que félicité par le chef de l’État devant ses collègues du gouvernement, le 27 mai, le général de Gaulle constate, à regret, le 31 mai devant Jacques Foccart que Jean-Marcel Jeanneney « n’est absolument pas fait pour être où il est »35. Le sort du ministre des Affaires sociales est scellé, Jean-Marcel Jeanneney perdra son portefeuille dans le gouvernement remanié, mais pourra-t-il en briguer un autre ?

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro du 18 avril 1967.

2 Arch. CHEVS JMJ 53. Parisien Libéré du 11 octobre 1967.

3 Arch. CHEVS JMJ 53. La Nation du 11 octobre 1967.

4 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 241.

5 Arch. CHEVS JMJ 53. France-Soir, 24 novembre 1967.

6 Arch. CHEVS JMJ 53. Le Monde, L’Humanité, 25 novembre 1967.

7 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Humanité, 1er décembre 1967.

8 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Humanité, 12 décembre 1967.

9 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Aurore, 8 décembre 1967 ; Combat, 15 décembre 1967 ; L’Humanité, 21 décembre 1967.

10 À titre de comparaison on avait observé 2,533 millions de journées de grève en 1966 ; 980 000 en 1965 ; 2,496 millions en 1964 ; 5,591 millions en 1963.

11 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Humanité, 29 décembre 1967.

12 Arch. CHEVS JMJ 54. Les Échos du 21 janvier 1968.

13 Le Royaume-Uni a été contraint de dévaluer la livre de 14,3 % en septembre 1967, « le pool de l’or » instauré au début des années 60 va prendre fin en 1968, la convertibilité du dollar en or est supprimée pour les particuliers, l’hémorragie en métal précieux de la Réserve fédérale américaine atteint un niveau inquiétant et sur le marché libre, l’once d’or vaut déjà nettement plus que 35 $. Au Conseil des ministres du 20 mars 1968, Jean-Marcel Jeanneney livre son analyse au sujet de la grave crise que traverse le système monétaire international. Cité par Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 286.

14 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, p. 233.

15 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 234.

16 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 234.

17 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 255. L’adjectif « impressionné » est employé par Alain Peyrefitte pour dépeindre la réaction du général de Gaulle aux propos de Jean-Marcel Jeanneney.

18 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 255.

19 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 256.

20 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 256.

21 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 235.

22 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 238.

23 Jean-Marcel Jeanneney évoque, toutefois, avoir été associé à une conversation avec des collègues ministres au cours de laquelle a été évoqué le scénario d’un départ vers la Belgique d’une partie du gouvernement en avion-taxi depuis un aérodrome de la périphérie parisienne, au cas où il arriverait malheur au général de Gaulle.

24 Michel Debré, Entretiens avec le général de Gaulle 1961-1969, Paris, Albin Michel, 1993, p. 116.

25 Michel Debré, Entretiens avec le général de Gaulle 1961-1969, op. cit., p. 120.

26 Michel Debré, Entretiens avec le général de Gaulle 1961-1969, op. cit., p. 121.

27 André Bergeron, Ma route et mes combats, op. cit., p. 48-49.

28 Jacques Foccart, Le Général en mai, Journal de l’Élysée II, Paris, Fayard-Jeune Afrique, 1998, p. 117.

29 Édouard Balladur, L’arbre de mai, chronique alternée, Paris, Plon, 1979, p. 249.

30 Édouard Balladur, L’arbre de mai…, op. cit., p. 249.

31 BDIC, « Table ronde du CEVIPOF et du CRHMSS sur les négociations de Grenelle (3 octobre 1989) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, Nanterre, juillet-septembre 1990, n˚60, pp. 29-48.

32 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 237.

33 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 237.

34 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, op. cit., p. 239-240.

35 Jacques Foccart, Le Général en mai…, op. cit., p. 155.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540