Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

L’impossible dialogue social

Chapitre XXIV. L’annonce de mai 1968 : la grève des mensuels de la métallurgie nazairienne du printemps 1967

Texte intégral

  • 1 Serge Mallet, La Nouvelle Classe ouvrière, Paris, Seuil, 1963.

1De tous les conflits du printemps 1967, celui qui affecte les entreprises de la métallurgie de Saint-Nazaire au printemps 1967, au premier rang desquelles le fleuron de la construction navale française les fameux Chantiers de l’Atlantique, mérite une analyse particulière et approfondie dans la mesure où les acteurs syndicaux et politiques s’interrogent sur le caractère précurseur d’un conflit paraissant annoncer le bras de fer entre syndicats et pouvoir gaulliste du printemps 1968 sur fond de « revendications qualitatives », chères à la CFDT autogestionnaire des années 1970. Ce conflit est d’un genre presque inédit car il concerne au premier chef cette fameuse « nouvelle classe ouvrière », dépeinte par Serge Mallet dans un ouvrage marquant de 19631, ces agents de maîtrise, les dessinateurs industriels et autres employés qui n’avaient guère l’habitude des luttes sociales. Après un mois et demi de face à face, Jean-Marcel Jeanneney intervient très prudemment pour sortir les partenaires sociaux de l’enlisement dans lequel ils se trouvent. Toutefois, le ministre des Affaires sociales ne va pas savoir analyser les signes avant-coureurs de la grande révolte du monde du travail qui paralysera la France un an plus tard dans la foulée de la contestation estudiantine.

I. LE RESSENTIMENT DES « PROLÉTAIRES EN COL BLANC »

A. UNE TRADITION DE LUTTES ET UN CONTEXTE DE DIFFICULTÉS ÉCONOMIQUES

  • 2 Éric Kocher-Marbœuf, « Les luttes des métallurgistes nazairiens depuis la Libération à l’épreuve d (...)

2À la décharge du ministre des Affaires sociales, il est exact que de 1948 à 1968 au moins, Saint-Nazaire a constitué un foyer quasi permanent d’agitation sociale, véritable casse-tête pour le patronat des entreprises métallurgiques implantées en Basse-Loire, le corps préfectoral de Loire-Atlantique, les forces de l’ordre et, bien entendu, les gouvernements2.

  • 3 Pour l’histoire sociale de la ville, de sa fondation à la Seconde Guerre mondiale, rien ne remplac (...)
  • 4 L’épisode est relatée dans Louis Oury, Les Prolos, Paris, Temps actuels, 1983, 280 p.

3Quasiment rasée au printemps 1945, après les raids et les bombardements alliés contre la poche où se sont retranchés plusieurs milliers d’Allemands décidés à empêcher l’accès de l’estuaire aux navires américains, Saint-Nazaire se forge une identité de rebelle à l’époque de la reconstruction, même si elle a déjà un passé de luttes3. Si les grèves de 1947-1948 y sont relativement peu observées, surtout chez les dockers chargés d’entraver le déchargement des Liberty ships convoyant l’aide Marshall, c’est que les communistes et la CGT ne dominent pas le monde ouvrier local et que l’antiaméricanisme ne mord pas chez les Nazairiens qui ont accueilli les Sammies du général Pershing en 1918. En revanche, le sentiment identitaire, la solidarité des métallos-paysans de la Brière jouent à plein en 1950 quand éclate la première grève de la métallurgie de l’après-guerre. Les vieux réflexes unitaires des grèves des années de crise et du Front populaire 193236 refont surface et soudent la population dans une lutte très déterminée en vue d’obtenir une revalorisation significative des salaires ouvriers afin de contrebalancer la cherté de la vie dans une cité en ruine où tout doit être acheminé. Las, malgré la mobilisation des femmes, des associations, des autorités religieuses, des commerçants, paysans de la Grande-Brière et pêcheurs du Croisic ou de La Turballe, les directions des chantiers navals de la Loire et de Penhoët ou de Sud-Aviation ne cèdent pas et les ouvriers reprennent le chemin des ateliers de chaudronnerie et des cales de lancement avec le sentiment d’une injustice trop criante pour être digérée. En juin 1955, peu de temps après la fusion entre les deux chantiers navals dans une société nouvelle, les Chantiers de l’Atlantique, la CGT profite que les projecteurs sont braqués sur Saint-Nazaire à l’occasion du lancement du pétrolier de nouvelle génération Esso-France pour orchestrer la mise à sac du bâtiment de la direction. La réaction disproportionnée du préfet Rix, qui parvient à convaincre la Place Beauvau de l’imminence d’un coup de force communiste, crée le mythe fondateur de la « violence nazairienne ». Alors qu’aucun conflit nazairien, et il y en avait eu de mémorables depuis la fin du xixe siècle, n’avait jusque-là dégénéré, l’envoi à Saint-Nazaire de milliers de CRS et de gendarmes mobiles, pour certains rapatriés d’Algérie par avion, alimente la violence jusque-là sublimée. Deux opérations de dégagement du terre-plein de Penhoët, haut lieu des meetings syndicaux, et des abords de la direction des chantiers se soldent en affrontements d’une extrême violence entre métallurgistes et forces de l’ordre en juin et août 19554. Ce fut un miracle si on ne releva aucun mort mais il y eut des centaines de blessés, parfois très gravement atteints, et la naissance d’une mauvaise réputation qui allait nuire pour plusieurs décennies à la ville. Ce que les ouvriers n’avaient pu obtenir pacifiquement en 1950, ils l’obtiennent par la violence cinq années plus tard, la direction des chantiers et les autres établissements métallurgiques (Sud-Aviation, fonderies, Ateliers et forges de l’Ouest…) acceptent une substantielle revalorisation du galon des « horaires ». Cette victoire ouvrière, acquise à l’aide du tire-fond chauffé à blanc et envoyé à l’aide d’un embout relié à une bombonne d’air comprimé sur les vareuses des CRS ou des gendarmes, nourrit un légitime sentiment de puissance chez les intéressés et un climat social détestable qui tourne au débrayage chronique, à l’exacerbation des pulsions au cours des années suivantes. Point d’orgue de cette ambiance délétère, en 1957 un ouvrier meurt écrasé par la lourde porte de l’entré principale de Penhoët sortie de son rail à l’occasion d’une manifestation. Le drame jusque-là évité réveille brusquement les consciences et calme les plus excités. En 1960, le général de Gaulle et une bonne partie du gouvernement, dont Jean-Marcel Jeanneney, peuvent venir tranquillement assister au lancement du paquebot France sans craindre le lynchage. En fait, Saint-Nazaire vit de nouveau dans l’angoisse de la crise possible de la construction navale. Certes, les carnets de commandes de pétroliers et de cargos sont encore bien garnis mais il existe, aussi, des signes inquiétants. Le Boeing 707 sonne le glas des paquebots transatlantiques et l’achèvement du France a été permis par l’État qui a, un court moment, envisagé de reconvertir sa coque pour la transformer en porte-avions. Or la création des chantiers de Saint-Nazaire au xixe siècle émanait de la Compagnie générale transatlantique et c’était donc le savoir-faire et la vocation première de la construction navale nazairienne qui était, de facto, menacée. Au début des années 1960, les spécialistes de la construction navale savent que le Japon et certains chantiers coréens sont à même ou seront prêts en peu d’années à lancer des tankers et des navires de fret à des coûts nettement inférieurs à ceux des chantiers européens. L’industrie de la construction navale va donc devenir une industrie de pays émergents et provoquer une crise sociale et de reconversion aux États-Unis mais aussi en Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Suède…). C’est pour cette raison que Saint-Nazaire est intégrée dans le dispositif des zones spéciales de conversion en 1960 par Jean-Marcel Jeanneney et que Michel Debré envisage un temps d’y bâtir une société nationale de machines-outils qui permettrait d’éponger le surplus de main-d’œuvre prévisible. La crise des fonderies est déjà patente à cette période, elle débouche sur leur fermeture en 1964, crise sociale qui soude encore un peu plus les Nazairiens mais qui ne dégénère pas en affrontements car Georges Pompidou suit le dossier de près via deux de ses jeunes conseillers, Jacques Chirac et Édouard Balladur.

  • 5 Service des archives économiques et financières, B 23 634. Chantiers de l’Atlantique à la directio (...)

4Il n’empêche, malgré l’argent public injecté dans les Chantiers de l’Atlantique par le fonds de soutien à la construction navale, les rapports alarmistes s’accumulent à partir de 1965 et contribuent à rendre les relations sociales moroses aux chantiers. Alors que la construction navale est en proie au doute, l’aéronautique se porte bien. La direction des Chantiers de l’Atlantique a une solution : moderniser les chantiers afin de maintenir leur compétitivité, jouer la carte de la technicité avec la construction de navires toujours plus grands (pétroliers, méthaniers) en abandonnant les coques simples des cargos aux Asiatiques. La négociation de ce programme avec le ministère des Finances à partir de 1966 focalise l’attention de la direction parisienne des Chantiers de l’Atlantique qui ne suit pas de près la dégradation parallèle du dialogue social sur place5.

  • 6 Dès la fin 1967, les chantiers retiendront un poids total de coque moyen de 130 000 tonnes obligea (...)

5En 1965, alors que la capacité de production des chantiers français était limitée à 400 000 tjbc, le gouvernement français décide de diminuer son aide à la construction navale afin de la ramener au taux de l’aide communautaire de 10 %. Conscient des difficultés ainsi créées aux chantiers français, l’État les autorise à augmenter leur production afin de leur permettre de diminuer leur pourcentage de frais généraux et d’améliorer leurs prix de revient. Des négociations vont s’engager entre pouvoirs publics et chantiers afin de mettre sur pied un contrat professionnel de production. Celui-ci ne verra le jour qu’en 1968, portant la production à 500 000 tjbc pour 1969 et 1970 et 580 000 tjbc pour 1971, mais dès 1966, les chantiers nazariens savent que leur plan de charge moyen doit comporter 2 pétroliers de 175 000 tdw, quelques pétroliers ou minéraliers de 100 à 150 000 tdw ainsi que des cargos et navires spécialisés pour un poids de coque métallique moyen de 90 000 tonnes soit une augmentation de 50 % par rapport aux réalisations antérieures (60 000 tonnes). Cette forte hausse s’expliquant par la forte augmentation des navires de plus de 200 000 tdw. Dans la course à la taille des tankers, les Chantiers de l’Atlantique optent d’emblée pour la construction d’une forme de 380 mètres de longueur et de 60 mètres de largeur capable de construire des pétroliers de 350 000 tdw. Le coût de ce programme d’investissements arrêté au début de 1966 était de 91 millions de francs hors taxes ; mais dès le milieu de l’année, les armateurs pétroliers envisagent l’hypothèse de passer commande de pétroliers s’affranchissant du canal de Suez, à l’aller comme au retour, de capacités allant de 500 000 à 1 million de tdw6. Cette nouvelle politique du transport pétrolier amène donc le chantier nazairien à revoir immédiatement sa copie en étudiant les modifications à apporter à la forme afin qu’elle puisse abriter des coques de 500 000 tdw. Finalement, c’est une forme de 415 mètres de longueur et de 70 mètres de largeur que les Chantiers de l’Atlantique retiennent. La fermeture du canal de Suez par l’Égypte en juin 1967 va accélérer les commandes de grands pétroliers, mais cette inflexion est postérieure à la grève du printemps 1967 et l’optimisme demeure jusqu’au premier choc pétrolier.

  • 7 Service des archives économiques et financières, B 23 634. Chantiers de l’Atlantique à la directio (...)

6Le programme d’investissements 1966-1968 déjà modifié en cours de réalisation par les Chantiers de l’Atlantique va devoir être suivi d’un autre plan radicalement nouveau dès la fin 1969, ce qui montre combien la grève des mensuels de 1967 est un conflit d’une période de très grandes incertitudes dans le domaine de la construction navale7. Ces raisons macroéconomiques expliquent en grande partie pourquoi la direction des chantiers navals ne voit pas venir le vent de fronde des « mensuels », la catégorie de salariés qui ne lui a jamais fait défaut dans les conflits passés, ses « collaborateurs » comme elle les appelle depuis la convention collective les régissant, étrangement signée en 1945 ! Agents de maîtrise, techniciens, dessinateurs, petit encadrement des bureaux, tels sont les profils très diversifiés des salariés payés au mois et non à l’heure comme les ouvriers. À force de ne s’être jamais révoltés, leurs traitements et leurs conditions de travail se sont étrangement dégradés par rapport à ceux des ouvriers qui ont appris à se faire craindre. Le resserrement des rémunérations réelles entre horaires et mensuels depuis 1955 est évident. De plus, certains mensuels des chantiers et plus encore de Sud-Aviation, qui dépendent aussi de la convention collective de la métallurgie nazairienne, constatent, à l’occasion de mutations dans des établissements de leurs sociétés situés en région parisienne, que le différentiel de salaire par rapport à Paris est plus important que la seule différence de zone de salaire. Selon les Nazairiens, les mensuels en région parisienne perçoivent dans les faits des rémunérations d’environ 20 % supérieures aux leurs. La proportion n’est sans doute pas exacte mais le problème vient du fait qu’ils en sont persuadés. Un autre phénomène alimente les conversations entre mensuels : il s’agit de l’obsolescence de la convention de 1945 vis-à-vis des tâches nouvelles apparues entre temps. Certains dessinateurs s’estiment particulièrement lésés car leur niveau théorique ou pratique n’est pas reconnu à leur juste mérite car leur savoir-faire n’existait pas vingt ans plus tôt et leur classement indiciaire ou leur rémunération flottante sont calculés à leur détriment. Enfin, dans un contexte marqué par une certaine incertitude, les mensuels, en tout cas aux chantiers navals, désirent être tenus informés des projets de la direction.

B. L’IMPOSSIBLE CONCILIATION DES POSITIONS PATRONALES ET SYNDICALES

  • 8 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Rapport des Renseignements généraux, 9 février
  • 9 La salle de l’Union Méan-Penhoët est un lieu symbole de la mémoire ouvrière nazairienne, elle est (...)
  • 10 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n° 79 des RG de Loire-Atlantique, 9 février 1967 (...)

7Ces revendications font l’objet d’une lettre de remontrance, adressée le 23 janvier 1967, au président des Chantiers de l’Atlantique, Jules Pinczon, qui est aussi le tout-puissant président de la chambre patronale de la métallurgie nazairienne. Restés sans réponse à leur lettre, les syndicats CGT, CFDT et FO des mensuels organisent une première grève le 1er février à laquelle la CFTC ne s’associe pas. Une assemblée générale se déroule le 9 février 1967. Sur les 3 026 mensuels des entreprises métallurgiques nazairiennes, 1 765 (58 %) observent un débrayage afin de voter le principe d’une nouvelle grève d’avertissement de 24 heures dans les huit jours suivants et d’envisager l’éventualité d’une grève générale illimitée8. D’emblée, les observateurs des renseignements généraux notent la très forte mobilisation des mensuels car la salle de l’Union Méan-Penhoët9 où se tient l’AG ne peut accueillir que 900 personnes et de nombreux participants doivent se contenter de percevoir des bribes des allocutions des délégués syndicaux. L’inspecteur des Renseignements généraux qui s’est fondu dans le public note dans son rapport qu’il a assisté à une « réunion passionnée, l’auditoire ne marquant aucun désaccord dans la ligne générale qui lui a été tracée afin d’obtenir, près du syndicat patronal, des discussions valables pour une revalorisation de la valeur du point »10.

  • 11 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 101 des RG de Saint-Nazaire, 14 février 1967.
  • 12 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 109 des RG de Saint-Nazaire, 15 février 1967.
  • 13 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 111 des RG de Saint-Nazaire, 15 février 1967.
  • 14 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 112 des RG de Saint-Nazaire, 15 février 1967.

8Après le succès de cette initiative, Gand, le directeur du personnel des Chantiers de l’Atlantique, accompagné de son adjoint Baume se rendent à la direction générale rue Auber, à l’Opéra, afin de rencontrer le président Jules Pinczon. Peu coutumière des accès de mauvaise humeur des mensuels, la direction des Chantiers tente de jouer la carte de la relation privilégiée et individualisée en adressant une lettre à chacun de ses collaborateurs. Dans le contexte du moment, cette initiative est mal venue car elle est interprétée comme un signe de nervosité et une volonté de briser la solidarité de corps en jouant sur l’individualisme. Au matin du 13 février, une affichette signée par les trois syndicats de mensuels est apposée à l’entrée des entreprises métallurgiques. Elle énonce la revendication principale des mensuels, à savoir 16 % de revalorisation en s’appuyant sur les indices patronaux et gouvernementaux ainsi que sur le SMIG. Le lendemain, une délégation de six syndicalistes (Guy Texier et Louis Lemaître pour la CGT, Robert Bigaud et Lucien Douin pour la CFDT, Raoul Violet et André Noblet pour FO) rencontre M. Caldairou, le délégué général du syndicat patronal11. Cette rencontre ne débouche sur rien et le lendemain, Robert Bigaud déclare devant un millier de mensuels observant un débrayage en fin d’après-midi que : « Depuis 1963, les travailleurs n’ont obtenu aucun avantage sur le plan de l’entreprise »12. Le résultat du référendum organisé auprès des mensuels les 13 et 14 février donne 70 % des voix en faveur de l’action engagée. Au cours d’une entrevue obtenue le 15 février à 17 heures par Louis Morice de la CFDT avec le délégué général Caldairou, ce dernier rappelle que la proposition patronale s’établit à 3,5 F le point avec une partie de la hausse prise sur les galons. De leur côté, les mensuels exigent 3,64 F sans toucher aux galons13. Au même moment, entre 16 et 18 heures, les représentants des horaires sont reçus par le directeur des chantiers, Pierre Gon. Les délégués des ouvriers lui font également part de leurs attentes et revendications. Ils veulent surtout un retour à un accord d’entreprise, trois ans après la dénonciation du précédent par la direction. Contrairement aux mensuels, ils ne réclament pas de revalorisation des points mais la révision de certains boni et un taux d’incorporation supérieur des boni à la taxe (c’est-à-dire au traitement indiciaire). Le directeur affirme avoir carte blanche du président pour régler les problèmes et annonce que le président Pinczon n’entend pas lock-outer les horaires lors de la grève de 24 heures des mensuels prévue le 17 février14.

  • 15 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 122 des RG de Saint-Nazaire, 17 février 1967.
  • 16 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 128 des RG de Saint-Nazaire, 17 février 1967.
  • 17 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 128 des RG de Saint-Nazaire, 20 février 1967.

9Comme toujours en cas de climat social dégradé à Saint-Nazaire, les armateurs commencent à se détourner des activités liées aux chantiers, ce qui contribue à couper la ville du reste du pays et du monde. C’est ainsi que le vendredi 17 février, jour de la grève d’avertissement des mensuels, le minéralier Ile d’Arz, qui devait être réparé aux Ateliers et forges de l’Ouest est dérouté vers Dunkerque15. Le succès de la grève est certain avec 84,3 % de participants16. La grève contraint la direction à ne pas ouvrir le chantier le samedi 18 alors qu’un samedi sur deux, 60 % de l’effectif travaille pour honorer les commandes. À la reprise, le lundi 20 février, la CGT des chantiers se félicite dans son bulletin interne du démarrage de l’action « grâce aux efforts et à la persévérance de tous les militants de la CGT », précise-t-elle17.

  • 18 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 134 des RG de Saint-Nazaire, 21 février 1967.
  • 19 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 137 des RG de Saint-Nazaire, 22 février 1967.
  • 20 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 139 des RG de Saint-Nazaire, 22 février 1967.
  • 21 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 150 des RG de Saint-Nazaire, 24 février 1967.

10Le succès de la grève amène les quatre syndicats de mensuels à préciser leurs desiderata dans une lettre commune adressée au directeur des Chantiers de l’Atlantique. Ils lui exposent que jusqu’en 1963, la valeur du point de Saint-Nazaire était fixée à 2 points au-dessous de Paris avec un décalage d’un semestre. Selon leurs calculs, la dégradation enregistrée depuis 1955 se monte à 16 % et doit se traduire par un point porté à 3,64 F. Le point aux Chantiers de l’Atlantique est de 3,34 francs et le point minimal au 1er mars 1966 n’est que de 3,16 F. Les délégués des mensuels ont essayé de joindre Caldairou le 17 février mais ce dernier était, semble-t-il, absent. Devant ce qu’ils estiment être un refus de dialogue, ils publient le lundi 20 février un communiqué annonçant leur intention de déclencher une grève générale illimitée à compter du lundi 27 février18. Cette nouvelle conduit le délégué général Caldairou à accepter une rencontre, le mardi 21, avec une délégation d’une trentaine de représentants des mensuels. Cette entrevue permet la signature d’un avenant à la convention collective majorant de 12,5 % les remboursements de frais et de 18 % les primes imposables19. En parallèle au mouvement des mensuels, les pointeuses révèlent que 1 548 horaires sur les 1 726 que comptent les chantiers (89 %) ont assisté, le lundi 20, à des réunions d’information des syndicats. Elles ont été suivies le mardi matin par une troisième rencontre avec 895 ouvriers sur les 978 concernés à la manutention, au montage des bords de coque, au montage des groupes propulsifs, à la tuyauterie, à la serrurerie, au magasin du bord et à la peinture. Jules Pinczon semble accorder une importance au moins aussi importante à cette mobilisation car il a immédiatement accepté de recevoir une délégation des syndicats d’horaires, le lundi 2720. Les débrayages d’horaires, le 24, à la mécanique, à l’entretien et au magasin général avec 650 participants sur un effectif de 785 (82 %). Durant cette journée du vendredi 24, 1 256 horaires sur 1 541 ont débrayé21.

  • 22 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Grève des mensuels de 1967, compte rendu de la commission (...)

11C’est dans ce contexte que se réunit le samedi 25 février la commission mixte paritaire de la métallurgie nazairienne à l’inspection du travail de Saint-Nazaire. Autour de l’inspecteur du travail Tomi, le patronat est représenté par MM. Baume, Bonnaffé, Caldairou, Cattin, Colas, Pierre Gon et Penos. Les délégués de la CGT sont MM. Delassalle, Jean Lescure, Pussat, Gomez, Beaupuis et Suer. Ceux de la CFDT sont MM. Louis Morice, Loussouran, Fouré, Carré et Bréus. Pour FO, siègent MM. Tudal, Le Mercier, Sato, Chopin, Guy Ménezo. Enfin, Guillon assure la représentation de la CGC22. En revanche, on relève l’absence de la CFTC.

12L’inspecteur du travail rappelle que, dans une lettre du 15 mars 1966, les « collaborateurs » avaient déjà demandé l’ouverture de discussions sur deux points : celui de la revalorisation du point et celui de la révision du barème des primes et indemnités. Ce second point a fait l’objet de l’avenant n˚ 11 à la convention collective le 22 février 1967.

  • 23 Le mode de calcul en glissement est le suivant : point parisien à 3,7 F au 1/1/67, point nazairien (...)

13S’agissant de la détermination de la valeur du point, le patronat a accepté de la porter à 3,5 F dans une décision rendue le 12 janvier 1967. Selon le délégué général du syndicat patronal nazairien, M. Caldairou, la valeur du point place Saint-Nazaire dans une situation identique aux autres régions françaises comparables. Le point parisien étant à 3,7 F le 1er janvier 1967, le point nazairien ressort à 3,53 F23. M. Colas, directeur de l’établissement nazairien de Sud-Aviation, juge que cette valeur du point est tout à fait honnête car elle n’est que de 3,15 F en Gironde, de 3,51 F dans les Bouches-du-Rhône, de 3,34 F à Toulouse, de 3,06 F à Nantes et de 3 F à Tarbes dans les autres établissements de sa société.

14Après cet exposé sur les raisons de la tenue de la commission mixte, Pierre Gon tient à expliquer aux syndicalistes qu’il s’est senti injustement attaqué par eux à l’occasion de lettre ouverte qu’il a cru bon d’adresser à chaque mensuel. Selon le directeur des Chantiers de l’Atlantique, les délégués n’ont pas procédé autrement que lui en recourant aux tracts, affiches et courriers. En réponse à l’argumentation patronale, Louis Morice, Tudal et Jean Lescure font état de leur désaccord complet.

  • 24 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Grève des mensuels de 1967, compte rendu de la commission (...)

15Une nouvelle commission mixte se réunit le lundi 27 février sous la présidence de Salmon, le directeur départemental du travail et de la main-d’œuvre. Lescure, de la CGT, rappelle d’entrée qu’il est hors de question d’intégrer le galon dans le calcul du point car « le galon est un élément personnel, de ce fait intouchable, et que pour son organisation il est impossible de prendre sur les galons. Sur ce point, nous sommes intransigeants et il n’est pas possible d’accepter une incorporation des galons ». Cette position est partagée par tous, y compris par le représentant de la CGC. Du côté patronal, Colas de Sud-Aviation rappelle que les galons n’existent pas dans son entreprise, le débat concerne donc les chantiers. Pour sa part, Pierre Gon se montre inflexible, le syndicat patronal veut ni plus ni moins faire cesser cette spécificité nazairienne qui consiste à sortir les galons de la réflexion salariale et il fait observer au directeur départemental du travail que les galons ont beaucoup progressé depuis 1962. Les représentants patronaux comprennent que les syndicats craignent un écrasement des appointements vers le bas mais Pierre Gon ne comprend pas cette peur car l’évolution du point des mensuels est symétrique de celle des horaires. Après une interruption de séance entre 16 heures 30 et 19 heures 15, Lescure annonce le déclenchement de la grève à compter du 1er mars. Pierre Gon regrette cette décision et répète qu’ « il n’y a pas eu de dégradation des appointements des mensuels à Saint-Nazaire, que la proposition du point à 3,53 F se situe à un niveau qui place Saint-Nazaire presque en tête des régions de France après la région parisienne et qu’il ne faut pas être surpris si la décentralisation des industriels ne se fait pas au bénéfice de Saint-Nazaire, car les salaires qui y sont pratiqués sont à un niveau plus élevé que dans la plupart des régions de France avec lesquelles Saint-Nazaire est en concurrence (…). Il croit devoir attirer l’attention de ses interlocuteurs sur la responsabilité que prennent les organisations syndicales en se lançant ainsi dans une grève “illimitée”, alors qu’il a démontré que les appointements des mensuels des Chantiers de l’Atlantique ne se sont pas dégradés et qu’il y a encore des possibilités de discussion. Une telle action risque d’avoir de très graves conséquences sur les individus, sur les entreprises et sur l’avenir économique de la région »24.

  • 25 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚158, 28 février 1967.

16Dès le lendemain matin, mardi 28 février, les représentants des quatre syndicats de mensuels se réunissent à l’Union Méan-Penhoët pour affiner leur stratégie et rédiger le communiqué motivant le lancement de la grève illimitée. Ils constatent l’échec des deux commissions mixtes en affirmant à leurs adhérents que les représentants patronaux leur ont affirmé « sans preuve que le coefficient moyen avait augmenté entre 1963 et 1967 ; que les galons n’étaient pas des éléments de promotion individuelle mais des augmentations de salaire ; que dans la France entière les mensuels de la métallurgie abandonnaient sans protester leurs galons ou leur fourchette pour le plus grand bien des appointements de base. On nous a soutenu ce raisonnement incroyable, qu’en partant de la valeur du point de janvier 1963 à 2,8 F, sans incorporation des galons, pour arriver à 3,53 F en février 1967 avec incorporation des galons, nos appointements suivraient un parallélisme quelconque avec Paris. Nous avons tout fait pour que la bonne foi aie le dessus. En vain. La grève sera donc effective à compter du 1er mars, comme la grande majorité des mensuels l’a décidée lors du référendum »25.

17En réponse à l’argumentaire des syndicats, le syndicat patronal défend ses positions dans un communiqué concurrent qui révèle l’écart des positions initiales : « La valeur du point de Saint-Nazaire a été fixée, pour la dernière fois, par un accord signé par l’ensemble des organisations syndicales, pour application le 1er janvier 1963. Cette valeur du point est de 2,8 F. En appliquant à cette valeur la même évolution que celle constatée à Paris, on obtient une valeur du point à 3,53 F. Les représentants patronaux se sont déclarés d’accord pour appliquer cette valeur, mais avec le même système que celui pratiqué à Paris et dans le reste de la France. Si on avait voulu maintenir le “système Saint-Nazaire”, il aurait fallu, bien entendu, tenir compte de l’augmentation constatée des “galons” pendant la même période. Cette correction aurait conduit à un chiffre évidemment inférieur.

18L’application de cette valeur du point, dans les conditions habituelles pour le reste de la France, aurait donné immédiatement les résultats suivants :

  • augmentation de toutes les primes d’ancienneté
  • augmentation de tous les appointements (base et galons) inférieurs aux minima obtenus en multipliant les indices hiérarchiques par 3,53. Cette augmentation aurait intéressé à Saint-Nazaire environ 600 mensuels. »26

II. LA PHASE RODAGE DU CONFLIT SUR FOND D’ÉLECTIONS LÉGISLATIVES (1er-19 MARS 1967)

  • 27 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 164, 1er mars 1967.

19Mille cinq cents mensuels assistent au premier meeting intersyndical au matin du mercredi 1er mars 1967 où se relaient au micro les trois leaders du mouvement, Louis Morice de la CFDT, Tudal de Force ouvrière et Jean Lescure de la CGT. Le ton est offensif comme il sied à un début de conflit et la foule entame un premier cortège, accompagné de deux voitures, entre les bureaux des directions des Chantiers de l’Atlantique et de Sud-Aviation. Le pourcentage de grévistes est de 83 % pour l’ensemble de la métallurgie nazairienne mais atteint 91,5 % aux Chantiers de l’Atlantique et même 97 % aux Ateliers et forges de l’Ouest27.

  • 28 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 175, 3 mars 1967.
  • 29 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 179, 4 mars 1967.

20Le vendredi 3 mars, le conflit envahit pour la première fois de manière pacifique les longues artères rectilignes du centre de Saint-Nazaire avec une marche de 1 600 personnes convergeant vers le syndicat patronal auxquelles se joignent deux candidats aux élections législatives du 5 mars, Nestor Rombeaut, l’ancien syndicaliste chrétien devenu député MRP et Maurice Rocher du PCF. La CFDT s’intéresse de très près au mouvement car la centrale a dépéché sur place Gilbert Declercq, membre du conseil fédéral de la métallurgie28. À la sortie des chantiers, le vendredi 3 mars, un orateur harangue les ouvriers, les enjoignant à assurer « la défaite des hommes de l’UNR et du gaullisme » à l’occasion des prochaines élections législatives dont le premier tour se tient le dimanche 5 mars29.

  • 30 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 180, 6 mars 1967.

21À la reprise du lundi 6, ce sont pas moins de deux mille mensuels qui se donnent rendez-vous à l’Union Méan-Penhoët. La détermination est d’autant plus grande que les chefs d’ateliers annoncent leur adhésion à la cause des autres mensuels, cela concerne quarante chefs d’ateliers des Chantiers de l’Atlantique ainsi que trente-cinq contremaîtres et quatorze chefs d’ateliers de Sud-Aviation30.

  • 31 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 184, 7 mars 1967.

22S’il ne fait encore aucun geste en faveur des grévistes, bien que certains industriels nazairiens affirment que le conflit coût 300 000 francs par jour aux chantiers, Pierre Gon désamorce la crise sous-jacente des horaires. Le directeur des chantiers accepterait l’intégration d’un pourcentage du boni dans la taxe et sa répercussion sur le personnel à la taxe d’emploi pour lequel le boni fait partie intégrante du salaire. De même, il entérinerait des améliorations concernant la prime d’ancienneté, l’assurance décès et le paiement des journées de convocation sous les drapeaux. Enfin, grâce à la mobilisation des mensuels non grévistes et des ingénieurs, les « petits gris », indispensables à la paye des ouvriers ont pu être distribués et la paie pourra être effectuée le mercredi 8 mars31.

23Si le pourcentage de grévistes a encore progressé une semaine après le début du conflit, s’établissant à 87 % de l’effectif des mensuels nazairiens, quelques sociétés travaillent encore normalement. C’est le cas à la Société de mécanique de précision (SMPA) de Montoir-de-Bretagne à quelques kilomètres des chantiers et de l’usine aéronautique. Afin de punir la soixantaine de mensuels non grévistes qui permettent à l’entreprise de fonctionner normalement, environ 200 grévistes se rendent le mercredi 8 à la sortie de la société dans l’espoir de faire « une conduite de Grenoble » à ces « jaunes ». Cette humiliante procession avait été infligée en 1950 au directeur de l’usine d’aviation ainsi qu’à l’inspecteur du travail de l’époque, elle s’inscrit donc dans le « folklore de grève » de Saint-Nazaire. Heureusement, l’entreprise tourne court en 1967.

  • 32 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 193, 8 mars 1967.

24Le mardi 7 mars, les mensuels organisent une conférence de presse relayée par la presse locale32. En révélant certaines rémunérations, ils veulent persuader le public de la justesse de leurs prétentions salariales. Selon eux, alors qu’une sténo-dactylo gagne 535 F aux chantiers de Saint-Nazaire, ses collègues perçoivent 798 F à la SNECMA à Paris, 717 F chez Thomson à Bagneux, 692 F chez Nord-Aviation à Châtillon, 650 F chez Timken à Colmar, 628 F à la SNR d’Annecy, 653 F aux Câbles de Lyon et 592 F à la SAFE en Moselle. Dans un communiqué publié le mercredi 8, le syndicat patronal nazairien précise que ces entreprises ne sont pas en concurrence avec les chantiers, que le chiffre donné pour Saint-Nazaire est celui du salaire de base de 40 heures et qu’il doit être majoré de 27 % car il faut tenir compte d’une majoration de 12 % par heure supplémentaire entre 41 et 44 heures, d’une prime de gratification de 3 % de fin d’année, d’une prime d’intéressement de 4 %, de la proposition patronale d’augmentation du point soit 5 % de hausse et éventuellement d’une prime d’ancienneté de 3 %. Toutes ces majorations portent le salaire de la dactylo nazairienne à 679,45 F soit un niveau totalement comparable à celui de ses collègues parisiennes et supérieur à celui de ses collègues provinciales.

25En divulgant ainsi les salaires, le délégué général Caldairou, auteur du communiqué, choisit de riposter sans ménagement aux mensuels car la divulgation des salaires n’est pas dans la tradition française. Il profite de l’occasion pour mettre les syndicats au défi d’apporter la preuve que les mensuels des chantiers de Saint-Nazaire sont plus mal lotis que leurs collègues des autres chantiers français et quant à la thématique de la dégradation de 16 % depuis 1956, il s’en offusque, précisant que les appointements des mensuels ont suivi ceux des horaires.

  • 33 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 190, 8 mars 1967. Il (...)

26Malgré cette manœuvre qui vise clairement à ne pas créer une empathie à l’égard des grévistes, la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) apporte le 8 mars son soutien aux mensuels en expliquant dans un texte que « par leur manifestation, les mensuels sont conscients de lutter pour la reconnaissance et le respect de corps intermédiaires que sont les syndicats. Devant les tentatives de désagrégation du monde ouvrier, les divisions entretenues ou favorisées, les méthodes de relations humaines utilisées par les entreprises, les grévistes affirment qu’ils entendent défendre ensemble leur situation de travailleurs qui est commune à tous. Depuis quelques années déjà, la reconversion et la réorganisation des entreprises se font au niveau des “états-majors de direction”, sans que les principaux intéressés puissent intervenir par leurs syndicats. La conception et l’organisation actuelles du travail écrasent et engendrent des souffrances »33.

27L’argumentation de la mouvance chrétienne progressiste contient ici plusieurs thèmes particulièrement intéressants à relever pour leur caractère précurseur des mots d’ordre de mai 1968 et de débats bien plus contemporains. La présentation des syndicats en tant que corps intermédiaires indispensable à la régulation sociale n’est pas un truisme dans la France gaullienne. Depuis 1958, la véritable opposition au régime trouve sa source dans les syndicats. Les mineurs en ont apporté la preuve lors de leur populaire mouvement du printemps 1963, les grèves de 1967 contemporaines de celle de Saint-Nazaire et bien entendu celles de mai 1968 vont faire vaciller le régime. Cette union efficace du monde du travail tranche d’autant plus nettement avec les formations politiques de la gauche qui vont bénéficier du mécontentement social lors des législatives des 12 et 19 mars 1967 mais sans parvenir à s’assurer la victoire. Le texte de la Jeunesse ouvrière chrétienne nazairienne met aussi l’accent sur le nécessaire partage de l’information à l’occasion des opérations de conversion et des réorganisations. Derrière la dénonciation des états-majors lointains, ce sont les transformations profondes que connaît le capitalisme français qui sont visées et qui font peur, cette globalisation de l’économie qui exige que les chantiers de Saint-Nazaire ou Sud-Aviation arrêtent leurs stratégies en fonction des chantiers Mitsui, Mitsubishi ou Daewoo ou bien de Boeing ou de MacDonnell Douglas. Or face à ces enjeux mondialisés, les compétences des syndicats d’ouvriers et même de techniciens comme les mensuels sont dépassées, court-circuitées, les hommes sont broyés par des décisions éminemment techniques ou financières qui leur sont incompréhensibles, d’où leur lutte pour conserver leur dignité. C’est en cela que le combat des mensuels nazairiens est d’avant-garde.

  • 34 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme 139/2110 de la Sécurité publique et RG de Nantes (...)
  • 35 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 201, 10 mars 1967. Té (...)
  • 36 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚164/2553 de la Sécurité publique et RG de Nant (...)

28Le 9 mars, un cortège de cent cinquante voitures amène un demi-millier de grévistes à la préfecture de Nantes où un rendez-vous a été pris avec le préfet de Loire-Atlantique. Devant les grilles de la préfecture, les manifestants déploient une banderole portant le slogan : « CGT, CFDT, FO, CGC Unité dans l’action ». L’Internationale est naturellement entonnée, accompagnée de vigoureux mots d’ordre tels que « Les patrons sont des voleurs » ou « Négociez nos salaires »34. À cette occasion, le comité intersyndical organise une conférence de presse à laquelle n’assiste pas l’ORTF. Cette attitude est blâmée par les délégués mais elle est compréhensible dans la mesure où le secrétariat d’État à l’Information n’entend pas faire de publicité aux grèves en cours à trois jours du premier tour des législatives. Ce que redoute le gouvernement, c’est une coordination entre les mouvements, d’autant plus réaliste que les mensuels nazairiens reçoivent des télégrammes d’encouragement de leurs collègues de Berliet, Dassault et Renault et qu’une délégation de mensuels de l’établissement de Bouguenais de Sud-Aviation vient soutenir les Nazairiens35. Ce geste rare, car les deux communautés ouvrières de Basse-Loire vivent à leur rythme social propre et dans une absence de solidarité réelle en temps ordinaire, va être suivi d’un débrayage général des horaires et mensuels nantais de la métallurgie le lundi 13 mars avec un taux de participation de 80 % chez les horaires et de 50 % chez les mensuels36. Il ne fait guère de doute que ce succès s’explique par les résultats médiocres pour les gaullistes du premier tour des élections législatives de la veille.

  • 37 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 197, 10 mars 1967.
  • 38 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 190, 8 mars 1967.

29La situation commence à avoir des répercussions défavorables sur l’économie portuaire nazairienne comme en témoigne les licenciements de trois peintres et de quatre caréneurs par la Société des peintures industrielles et maritimes37. Le délégué général Caldairou s’évertue à apporter des remèdes aux revendications des horaires comme en témoigne une entrevue avec Paul Malnoe, le secrétaire du syndicat FO des horaires, qui se déclare prêt à signer avec le syndicat patronal en échange d’un engagement sur une évolution parallèle des primes et indemnités avec les salaires38.

  • 39 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la réunion du 12 mars 1967 à l’inspection (...)

30Pour autant, le patronat travaille à l’élaboration de nouvelles propositions à destination des mensuels en se réunissant en secret l’après-midi du dimanche électoral du 12 mars. La réunion se tient à l’inspection du travail de Saint-Nazaire, en présence de Salmon et Tomi pour l’administration et de Gon, Grilliat et Baume pour les Chantiers de l’Atlantique. Cadre à la direction des ressources humaines, M. Grilliat a dressé une courbe de l’augmentation du point aux chantiers qui a été rendue publique le 9 mars. Sa méthode de calcul a retenu les critères en vigueur dans la métallurgie parisienne, à savoir l’incorporation des primes imposables dans le salaire. Il a pu ainsi démontrer que la prime d’ancienneté moyenne qui représentait 12,35 % des appointements de base en septembre 1961 atteignait 13 % en janvier 1967. Par ailleurs, le coefficient moyen du mensuel des chantiers (classement indiciaire) n’a cessé de progresser depuis octobre 1956, année retenue par les syndicats pour étayer leur revendication. En une décennie, il est passé de 225,62 (octobre 1956) à 228,13 (janvier 1967). Ces éléments permettent aux syndicats de revendiquer une augmentation du point de 33 % à 3,64 F en glissement depuis octobre 1962 d’après ce qui a été observé dans les régions portuaires. Pierre Gon juge cette majoration trop élevée et pense qu’elle n’est que de 24 %39.

  • 40 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 204, 14 mars 1967.
  • 41 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 208, 15 mars 1967.
  • 42 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 206, 15 mars 1967.

31Alors que la 6e circonscription de Loire-Atlantique, celle de Saint-Nazaire, accorde sa confiance à M. Carpentier de la FGDS au soir du dimanche 12 mars, la semaine postélectorale est caractérisée par des tensions. C’est ainsi que le mardi 14, les responsables syndicaux de Sud-Aviation décident d’envahir les ateliers et de disposer des wagons devant les portes d’entrée des bâtiments. Selon les informateurs des Renseignements généraux, cet accès de colère est dû à l’apathie manifestée par les horaires de l’usine aéronautique vis-à-vis du mouvement des mensuels et ils commencent à craindre que cette entrave à la liberté du travail entre dans une stratégie qui contraindrait la direction de la société d’aviation à lock-outer les ouvriers et à demander la protection des forces de l’ordre, ce qui conduirait « fatalement » à des heurts40. Le mercredi 15, un millier de manifestants occupent les abords de la sous-préfecture tandis que le PCF conteste les résultats des élections en appelant à l’intensification de la lutte41. Selon les communistes : « La politique économique et sociale du pouvoir gaulliste est condamnée massivement par le pays. C’est ce qui ressort des élections législatives où les gaullistes obtiennent de justesse une majorité grâce à une loi inique et à l’apport de députés d’outre-mer frauduleusement élus. L’union qui s’est réalisée lors des législatives entre les partis de gauche doit aider au soutien actif des luttes revendicatives »42.

  • 43 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 206, 15 mars 1967.

32C’est dans ce climat glissant du terrain social au politique que la direction des chantiers navals choisit d’adresser une nouvelle lettre aux mensuels. La direction leur pose à la voie interrogative des questions qui sont autant de menaces voilées : « Croyez-vous que la situation désordonnée dans laquelle se trouvent actuellement les Chantiers de l’Atlantique soit de nature à servir, pour l’avenir, notre implantation industrielle à Saint-Nazaire, la stabilité de votre emploi et l’accroissement des chances industrielles de la région ? »43 C’est la première fois dans un conflit que la direction évoque clairement l’hypothèse d’une relocalisation des Chantiers.

  • 44 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 209, 211, 16 mars 196 (...)
  • 45 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 210, 218, 16 mars 196 (...)
  • 46 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Nantes n˚ 230/46, 16 mars 1967.

33Une course de vitesse semble s’engager entre le patronat, qui cherche par tous les moyens à casser une jonction entre ouvriers et mensuels, et les syndicats qui attisent les braises pour « un troisième tour social » que les communistes appellent de plus en plus clairement de leurs vœux. La CGT et la CFDT commencent à mobiliser leurs troupes ouvrières pour un conflit à partir du 17 mars, tandis que le PCF dans un nouveau tract suggère la possibilité d’un « grand soir » en écrivant : « Le pouvoir et le patronat ont peur que le mouvement de Saint-Nazaire, celui de la Rhodiacéta dans la région lyonnaise, ne s’étendent et embrasent tout le pays. De là viennent leur raidissement mais aussi, en même temps, leurs hésitations, leurs promesses de discussion, leurs quelques offres jusqu’alors plus ou moins dérisoires. Le moment est propice… N’est-ce pas devant la lutte unie que Dassault, pourtant un des piliers du régime gaulliste, a dû céder aux travailleurs bordelais ; le retard de leurs salaires était de 16 % sur ceux de la région parisienne et fut ramené à 5 %. La victoire des 5 et 12 mars ne peut rester isolée, sans lendemain. Un succès ne vient jamais seul, la satisfaction des légitimes revendications des travailleurs doit suivre, doit triompher »44. Certains esprits paraissent s’échauffer comme en témoigne, le 16 mars, le bouclage des accès de la SMPA par des piquets de grévistes venus des autres entreprises et le dégonflage d’une douzaine de pneus sur le parking des cadres de la direction des chantiers le 1745. À Paris, le président de Sud-Aviation, Maurice Papon, reçoit les délégués syndicaux des horaires46.

  • 47 Jules Pinczon était particulièrement respecté aux chantiers pour son passé d’ingénieur de grand ta (...)
  • 48 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 212, 17 mars 1967.

34Pour la première fois depuis le début du conflit, Jules Pinczon, le tout-puissant président des Chantiers de l’Atlantique et président du syndicat patronal, fait le voyage pour l’Ouest47. Le 15 mars, à Nantes, il rencontre tout d’abord les délégués des horaires et annonce lui-même les nouvelles propositions de la direction en leur faveur : intégration à 62 % du boni dans le salaire de base, alignement des taxes d’emploi sur les taxes au rendement (soit 0,12 à 0,24 F d’augmentation à l’heure), création d’une nouvelle tranche de prime d’ancienneté et majoration des taux existants, instauration d’un salaire plancher de 530 F pour 40 heures sans ancienneté, augmentation des salaires de 2 % semestriels et 1 % sous la forme de galons, alignement sur les mensuels pour les congés familiaux et de mariages, paiement aux jeunes des trois jours de présélection militaire, augmentation de 30 % de l’assurance décès. La direction semble parvenir à ses fins, elle fait éclater les positions des syndicats. Alors que FO est d’accord pour signer, la CFDT veut poursuivre la discussion et la CGT passer immédiatement à la grève48.

  • 49 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la réunion à la DDT de Nantes, 16 mars 196 (...)

35Fort de cette première division, Jules Pinczon rencontre pour la première fois les délégués de mensuels le 16 mars à la direction départementale du travail de Nantes. Le président est accompagné de Pierre Gon, Baume et Grilliat. Il met immédiatement la pression sur ses interlocuteurs syndicalistes Walter Buffoni et Le Bigot de la CGT, Le Mercier et Rival de FO, Aoustin et Carré de la CFDT, en protestant vivement contre des incidents survenus la veille dans l’atelier de chaudronnerie. Jouant de son ascendant naturel sur le personnel, Jules Pinczon affecte de n’avoir pas été tenu informé par des représentants « qui le connaissent pourtant fort bien » et estime incroyable qu’il y ait pu y avoir une dégradation des traitements des mensuels depuis onze ans alors qu’ils sont indexés sur ceux des ouvriers. Il tente, une nouvelle fois, de faire comprendre aux syndicalistes que le conflit risque d’avoir des répercussions très graves pour les chantiers s’il venait à perdurer. Sans se démonter, Aoustin évoque le manque réel de dialogue social dans l’entreprise depuis un an, tandis que Walter Buffoni souligne que la valeur du point a toujours été fixée à - 2 par rapport à Paris avec un décalage de six mois. Jules Pinczon lui rétorque que « la valeur du point est une chose et que la valeur des appointements en est une autre, que d’ailleurs le syndicat patronal a toujours fixé la valeur du point, non pas uniquement en tenant compte de la valeur du point de Paris, mais également en tenant compte de la valeur du point dans les centres portuaires »49.

  • 50 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la commission mixte paritaire tenue à l’hô (...)

36L’après-midi du jeudi 16 mars, une nouvelle commission mixte de la métallurgie nazairienne siège à l’hôtel de ville de Nantes durant quatre heures. Le délégué général Caldairou en ouvrant la séance tient à rappeler qu’il existe deux référents de point de base et que le mode de calcul arrêté pour Saint-Nazaire diffère de celui du reste de la France d’où la différence observée. Colas rappelle que le point nazairien rapporté au calcul de la France entière ressortait de 3,53 F au 1er janvier 1967 et qu’il atteindrait 3,63 F au 1er septembre, soit précisément le niveau revendiqué par les syndicats. En revanche, si on reste dans le système nazairien mettant hors calcul les primes, Pierre Gon insiste sur le fait que le point n’est qu’à 3,42 F et que l’offre patronale est donc plus intéressante. Après plus de deux semaines de grève, les deux parties restent arc-boutées sur leurs positions. Après une interruption de séance, Louis Morice martèle que « dans la valeur du point ne doivent entrer ni l’ancienneté ni les galons, l’ancienneté était un avantage social, les galons représentant une récompense du travail personnel de chacun ». M. Grilliat expose alors aux délégués syndicaux les raisons pour lesquelles la direction des chantiers veut sortir du système nazairien classique. Sans qu’il le dise explicitement, on comprend que la direction du personnel des chantiers a fini par se faire piéger par le système des galons pour des raison fort différentes suivant les cas. C’est ainsi qu’il lui a toujours fallu accorder un gros galon aux ouvriers devenant mensuels afin de leur éviter une baisse de rémunération en changeant de grille indiciaire. S’agissant des mensuels récemment embauchés, la direction leur a accordé de gros galons afin de leur offrir une rémunération attractive limitant le turnover. Seuls une soixantaine de chefs d’équipe bénéficient de galons relativement faibles du fait de leur promotion récente à ce grade. Ces arguments qui ont le mérite de la franchise viennent trop tard. Jean Lescure de la CGT conclut : « Quoiqu’il en soit, dites-vous bien qu’un pareil conflit n’a pu éclater que parce qu’il existe un profond mécontentement dans les Chantiers ; ce mécontentement est le fait de facteurs que vous connaissez bien. Nous ne savons pas si nous rentrerons vainqueurs ou vaincus, mais si nous rentrons vaincus, le mécontentement profond de votre personnel mensuel ne sera qu’aggravé et la situation restera très tendue dans votre entreprise »50. Tudal insiste sur le nombre important de démissions de mensuels récemment intervenues. En toute fin de réunion, Louis Morice et Pierre Gon veulent encore tous deux croire à un accord, mais ils savent qu’ils ne se retrouveront qu’après avoir prolongé leur bras de fer.

  • 51 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 217, 17 mars 1967.
  • 52 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 215, 17 mars 1967.

37La question des horaires réglée, Jules Pinczon peut croiser le fer avec les mensuels. Le conflit est à un tournant, certains signes avant-coureurs ne trompent pas : il sera long et comparable à celui de 1950. Le 17 mars, la direction de Sud-Aviation décide de renvoyer dans leurs foyers une cinquantaine de mensuels non grévistes afin d’éviter des heurts51. Surtout, ce vendredi jour de marché, les militants des APF, Union des femmes françaises, Veuves civiles, commissions de femmes travailleuses CFDT-CGT s’associent pour diffuser un tract aux ménagères. Cinq mille macarons, sur lesquels figure un vibrant « Solidarité » noir sur fond rouge, ont été commandés à une imprimerie locale52. Ce sont là autant de signes annonciateurs d’une mobilisation générale de la cité.

III. LE LOCK-OUT DES CHANTIERS DE L’ATLANTIQUE ET LES PREMIÈRES TENTATIVES DE MÉDIATION DU MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES (20 MARS-13 AVRIL 1967)

  • 53 La réalité de ces propos n’a pu être vérifiée.
  • 54 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 223, 20 mars 1967.

38Le lundi 20 mars 1967 à l’embauche, deux mille « horaires » de l’équipe du matin trouvent portes closes aux Chantiers de l’Atlantique. Jules Pinczon a décidé le lock-out. Officiellement, la direction prétend qu’elle a arrêté sa décision dans l’après-midi du dimanche 19 en raison des incidents survenus à la chaudronnerie le 17. En milieu de matinée, les ouvriers des Chantiers sont rejoints par leurs collègues de Sud-Aviation (1 500), de la SMPA (310), des AFO (300), rapidement ils forment un cortège long d’un kilomètre d’environ 7 000 personnes. À 11 heures, une tribune et un appareil de sonorisation ayant été installés à l’angle de la rue Albert de Mun, les secrétaires des trois principaux syndicats d’horaires tiennent un meeting improvisé. Le premier à prendre la parole est Yves Thoby de l’union locale CGT : « Il y a longtemps que nous n’avions pas eu une telle manifestation à Saint-Nazaire. Cela est dû aujourd’hui au fait que la direction des Chantiers de l’Atlantique vient de proclamer le lock-out. En face de cette situation, il faut rester lucide. Les patrons et le gouvernement veulent casser le mouvement de la classe ouvrière mais les horaires et les mensuels ne se laisseront pas faire. Nous ne tomberons pas dans cette provocation du gouvernement et des patrons : eux seuls portent la responsabilité. Hier soir, nous avons eu une entrevue avec le sous-préfet. Il a déclaré que les travailleurs de la région nazairienne s’étaient “vautrés dans l’illégalité”. Il a ajouté : “si vous semez le désordre, je rétablirai l’ordre”53. Nous savons avec quoi. Ce sont les patrons qui provoquent le désordre. À eux, on fait des sourires alors que la matraque est prévue pour les travailleurs. Nous voulons discuter valablement, avoir de véritables discussions. Il y a douze ans que nous n’avons pas discuté sur la convention collective. Celle de 1956 était bonne pour l’époque mais elle est maintenant dépassée. Chez Dassault, des résultats intéressants ont été obtenus. Avec Berliet, il y a une nouvelle force. Nous saluons la présence ici des membres de l’union départementale et de la Fédération ; nous leur disons que nous voulons une action qui s’étende à tout le pays. Aujourd’hui, nous ne nous battons pas uniquement sur la question du lock-out mais sur des revendications »54.

39Après cette première intervention conclue par des applaudissements nourris, c’est au tour de Paul Malnoe de FO de prendre le micro, accueilli par quelques sifflets. Celui qui fait ordinairement figure de leader modéré dans les conflits adopte cette fois une tonalité nettement offensive, sentant bien que l’heure n’est pas au calme. Son argumentation est moins politique que celle du responsable cégétiste qui, répondant à l’orientation de sa centrale, place le conflit dans une perspective nationale et antigouvernementale de revanche contre les résultats des élections. Malnoe, quant à lui, concentre ses flèches sur le patronat, « Nous rejetons la responsabilité du conflit actuel sur les patrons qui refusent de discuter » et ses piques contre le gouvernement sont plutôt des appels du pied pour nouer un dialogue. C’est ainsi qu’il déclare que « Si le gouvernement se garde bien d’intervenir contre le lock-out, c’est qu’il est un pouvoir défenseur des patrons ». Le troisième orateur est Texier, secrétaire du syndicat CGT des Chantiers de l’Atlantique, qui reprend une argumentation proche. À l’issue de ce rassemblement, une délégation conduite par le nouveau député Carpentier est reçue par le sous-préfet pendant une dizaine de minutes.

40Jamais jusqu’à ce jour, les « horaires » n’avaient exprimé leur solidarité envers les mensuels. En effet, au cours des grèves antérieures, la contestation était toujours partie de la base et les ouvriers ont d’abord eu tendance à considérer avec une certaine condescendance un mouvement issu de la maîtrise et des bureaux. Lorsque, durant la dure grève de 1955, les CRS harcelés avaient fini par jeter dans le bassin de Penhoët les bicyclettes et les cyclomoteurs des « horaires », les « mensuels » s’étaient bien gardés de venir à leur rescousse dans la bataille. Aussi le lock-out va-t-il permettre à deux mondes qui s’ignoraient presque de se découvrir, de s’apprécier et de se forger une nouvelle culture commune de lutte. En choisissant l’épreuve de force, Jules Pinczon a favorisé, sans le vouloir, l’émergence d’une culture d’entreprise nouvelle aux chantiers, qui va survivre durant une génération au moins et dont les départs à la retraite des années 1990 a sonné le glas.

  • 55 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 228, 22 mars 1967.
  • 56 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 228, 22 mars 1967.

41Le 21 mars 1967, une nouvelle étape est franchie dans le conflit avec l’apparition des cortèges ou plutôt des processions en centre-ville. À l’appel des associations de femmes, une première manifestation part en milieu d’après-midi de la rue Albert-de-Mun, tandis qu’une délégation d’horaires des chantiers est reçue au syndicat patronal par M. Coudé du Tertre remplaçant Caldairou victime d’un malaise cardiaque à son domicile nantais la nuit précédente. De leur côté, les mensuels inaugurent des sit-in improvisés dans les carrefours stratégiques de la ville ou de ses abords, entraînant une mobilisation de la police et de la gendarmerie pour dévier la circulation. Le lendemain, 22 mars, de nouveaux barrages bloquent la circulation en provenance de Nantes mais lorsque 300 grévistes tentent de bloquer le pont de Méan à Montoir-de-Bretagne en fin de matinée, ils voient arriver pas moins de quatre escadrons de gendarmes mobiles commandés par un lieutenant-colonel qui leur intime de dégager les lieux sans délai55. Les mensuels remontent dans leurs véhicules mais convergent vers la sous-préfecture pour protester contre cette intervention des forces de l’ordre. Lors du meeting matinal des mensuels, certaines voix proposent de bloquer les trains, les voitures de Parisiens se rendant en villégiature pour Pâques à La Baule. D’autres veulent aller manifester devant le casino de la station balnéaire huppée proche de la ville ouvrière, et partant, d’aller ainsi sous les fenêtres proches de la villa du directeur des chantiers. La présence d’un inspecteur des Renseignements généraux étant découverte dans l’auditoire, les grévistes se ravisent56.

  • 57 Sur cet aspect des conflits nazairiens voir la thèse de Dominique Loiseau, Femmes et militantisme, (...)
  • 58 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 229, 23 mars 1967.

42Ces débuts de trouble à l’ordre public conduisent les policiers des Renseignements généraux nazairiens à consigner plusieurs éléments sur la psychologie du conflit. Dans leur synthèse du 23 mars, ils écrivent : « Il faut tout d’abord noter un net durcissement chez les grévistes qui se rendent compte que leurs manifestations spectaculaires n’ont, jusqu’à présent, pas fait avancer la solution de leurs problèmes. On décèle, également, une semblable attitude chez les femmes des grévistes. Alors qu’elles étaient des éléments de modération dans les conflits antérieurs, la manifestation de femmes du 21 mars, à laquelle les responsables syndicaux ne croyaient guère, leur a fait prendre conscience de la force qu’elles représentent57. Un fait nouveau dans ce conflit, c’est d’entendre de nombreuses femmes affirmer “qu’il faudra passer quelques jours de vacances avec les touristes de La Baule en fin de semaine”. Cependant, les responsables syndicaux ne paraissent pas souhaiter l’affrontement avec les forces de police et veulent à tout prix éviter les incidents : “Nos militants assureront l’ordre, nous n’avons pas besoin des forces de police”, a déclaré un leader syndical »58.

43Devant un auditoire de 6 000 grévistes et épouses, plusieurs leaders du comité de grève prennent la parole à l’issue de la manifestation du jeudi 23 mars. Louis Morice est le premier à exprimer ses « remerciements » aux grévistes ainsi qu’à la population qui a répondu à l’appel des syndicats.

  • 59 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 229, 23 mars 1967.

44Il est suivi par le cégétiste et communiste Maurice Piconnier qui prend à témoin les journalistes de la presse nationale de plus en plus nombreux à couvrir le conflit nazairien. Il en veut particulièrement à l’hebdomadaire L’Usine nouvelle, qualifié de journal des patrons pro-gouvernemental, dont un article relatif à Saint-Nazaire évoque : « Un réflexe ancien [celui de la grève], mais la foi n’y est plus. » À ce constat il s’exclame : « Pauvres petits rédacteurs, vous mesureriez bien votre erreur si vous étiez maintenant à Saint-Nazaire. Vous auriez vu le défilé des femmes qui a fait se serrer tous nos cœurs. Nous en avons assez de vivre aussi médiocrement. Le général a dit avant les élections : “Il y a beaucoup à faire”. Nous avons mis la main à la pâte pour que “ce beaucoup à faire” se transforme en véritables négociations. Qu’ont-ils fait pour appliquer les propositions de Rochard [le candidat PCF aux législatives à Saint-Nazaire] d’augmenter de 8 % les mensuels ? Ce mouvement est la suite logique des conflits de 1955 et 1956. Le patronat peut tenir car il est aidé avec notre argent. Le gouvernement est prêt à utiliser les CRS mais nous ne rechercherons pas l’affrontement avec eux. Ce que nous voulons, c’est faire payer les patrons (…). Si le patronat ne veut pas nous recevoir, nous irons à Nantes la semaine prochaine pour faire sortir le préfet de sa tanière. En raison de ses anciennes fonctions de directeur des Renseignements généraux, son seul langage est de faire parler la matraque »59. Il est suivi sur cette voie par Yves Thoby de l’Union locale CGT qui réitère à la base la consigne de non-violence. La CGT redoute des incidents depuis l’arrivée des forces de l’ordre : « Nous ne voulons pas nous bagarrer avec les forces de police. Sous-préfet ! tu voulais nous provoquer par l’intervention des gardes mobiles qui sont arrivés ; mais nous ne tomberons pas dans cette provocation ».

45Il ne faudrait pas réduire ces propos à de simples propos de tribune. Maurice Piconnier et Yves Thoby délivrent ici la stratégie de la centrale syndicale à laquelle il appartient et du parti politique auquel il adhère. À la différence de 1955, la CGT ne désire pas la violence car elle a compris qu’elle n’y avait pas intérêt pour populariser la lutte. Les communistes entendent bien forcer le patronat et le gouvernement à les reconnaître comme leurs principaux interlocuteurs dans le pays, ils vont y parvenir un an plus tard à Grenelle.

  • 60 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 231, 24 mars 1967.

46Le vendredi 24 mars, vendredi saint du week-end pascal, horaires et mensuels décident d’aller pique-niquer à La Baule sur la proposition de FO. Le lieu choisi est plus médiatique que celui d’un déjeuner sur l’herbe en Brière suggéré par la CGT. Alors que les mensuels déjeunent sur l’esplanade du casino, les horaires font de même sur le remblai ; même dans un tel moment de convivialité, les différences catégorielles et sociales se marquent encore60. L’initiative, pour symbolique qu’elle soit, se garde bien de perturber l’afflux touristique des samedi, dimanche et lundi de Pâques et le conflit marque une pause pour les retrouvailles familiales et la pratique religieuse pour certains.

  • 61 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 235, 28 mars 1967.

47À la messe du dimanche de Pâques du 26 mars 1967, monseigneur Vial, évêque de Nantes, fait lire dans toutes les églises de la région nazairienne une homélie qui témoigne de l’engagement de l’Église dans les luttes sociales en le mettant sous le signe du concile Vatican II dont il reprend, en guise d’introduction, une des déclarations : « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres et surtout de ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur ». C’est ce passage du concile qui permet au prélat de faire le lien avec le conflit en cours à Saint-Nazaire où « un grand nombre de travailleurs, avec leurs familles, se trouvent dans une situation difficile. Nous avons à partager leur angoisse, dans le présent et dans l’avenir, avec ce qu’il y a de légitime dans leurs aspirations. Nous sommes invités à comprendre l’inquiétude de ceux qui, à des titres divers, sont touchés par ces problèmes posés à la conscience de ceux qui assument la charge des entreprises en cette période de transformation économique. En face de cette situation, l’Église, qui ne se confond pas avec une catégorie sociale, ni avec une organisation temporelle, n’a pas à proposer une solution concrète. Elle veut, toutefois, rappeler la dignité de tout homme. “C’est l’homme en effet qui est l’auteur, le centre et le but de toute la vie économique et sociale”, ce qui implique la reconnaissance de sa responsabilité. En ces jours de Pâques, l’Amour du Christ se fait plus pressant et doit ouvrir les chrétiens à une fraternité universelle. L’évêque de Nantes, les prêtres et les laïcs du comité d’évangélisation de Saint-Nazaire souhaitent que des discussions loyales entre les organisations ouvrières et patronales favorisent une solution rapide qui tienne compte des droits et des devoirs de tous et renouvelle le climat social. Dans l’immédiat, ils font appel à une large entraide fraternelle. Ce soutien se concrétisera dans les paroisses nazairiennes le dimanche 2 avril où toutes les quêtes de ce jour seront destinées aux grévistes »61.

  • 62 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 236, 28 mars 1967.

48L’intervention publique de l’Église dans les conflits sociaux à Saint-Nazaire n’est pas nouvelle, elle remonte au moins à la crise des années 30. En 1950, clergé catholique et pasteurs protestants avaient aussi nettement soutenus les grévistes. Dans cette presqu’île de Saint-Nazaire, si liée à cette Brière chère à l’écrivain royaliste Alphonse de Châteaubriant, proche de Savenay où fut écrasée l’armée catholique et royale des Vendéens le24 décembre 1793, l’Église sait qu’il lui faut lutter, comme ailleurs, contre la déchristianisation, le matérialisme et l’individualisme. Aussi, pense-t-elle qu’elle doit partager, communier avec les ouvriers pour ne pas se les aliéner. Malgré la ferveur de la période pascale, les fêtes de Pâques sont gâchées pour de nombreux communiants. Les bouchers et poissonniers de la ville ont vu beaucoup de leurs commandes annulées et les hôteliers des plages de Saint-Marc ont enregistré bon nombre de désistements62. C’est grâce à ce climat de trêve familiale et religieuse que le préfet de Loire-Atlantique peut venir à Saint-Nazaire le samedi 25 mars afin d’inaugurer la foire commerciale, il ne fait aucune promesse d’une reprise rapide du dialogue à la délégation de mensuels qui vient le trouver.

  • 63 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 236, 28 mars 1967.

49Le long week-end pascal est marqué, pourtant, par un tournant capital dans le conflit, celui de l’implication du ministre des Affaires sociales. En sus d’un rendez-vous pris pour le mardi 28 avec Jules Pinczon à Paris, les représentants des mensuels sont invités à se présenter au ministère des Affaires sociales, le mercredi 29 à 9 heures, afin d’être reçus par Bernard Guitton, directeur de cabinet de Jean-Marcel Jeanneney. La délégation qui part pour Paris par le train de 11 heures est chaudement accompagnée par au moins 700 mensuels qui entonnent L’Internationale et Ohé Matelot sur le quai de la gare63.

  • 64 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la réunion du 28 mars 1967. Présence de Pi (...)

50Les dirigeants et syndicalistes des Chantiers de l’Atlantique, se retrouvent, ainsi, rue Louis-le-Grand à Paris, au soir du mardi 28 mars pour des négociations qui vont s’achever peu avant minuit64. Jules Pinczon adopte d’emblée un ton grave, affirmant : « Nous sommes en présence d’un conflit extrêmement sérieux ; il est nécessaire que l’on s’efforce de le régler. Je représente ici des intérêts économiques importants et je vais vous tenir le langage d’un président directeur général d’une société industrielle qui, plus peut-être qu’aucune entreprise de ce pays, doit affronter une concurrence extrêmement vigoureuse ». Ce dernier argument s’avère particulièrement exact. Dans cette France gaullienne qui, certes, s’ouvre progressivement à l’économie-monde, la construction navale, même aidée par l’État, est un secteur à part, soumise de tous temps à la loi d’airain du libéralisme des armateurs qui ont toujours été libres du choix de leurs chantiers de construction de navires. Cette donnée fondamentale de l’économie, les salariés des chantiers ne la perçoivent sans doute pas.

51Premier à s’exprimer, comme souvent, du fait de son aisance oratoire admirée par tous, Louis Morice, de la CFDT, ne répond pas au président en le suivant dans des considérations macro-économiques. Il préfère être l’interprète de la volonté générale et répète donc comme il le fait depuis le premier jour de la grève les raisons qui ont conduit à la situation du moment. Les discussions antérieures lui permettent de dire que le désaccord ne porte pas sur les rémunérations réelles mais sur les appointements de base. Les mensuels veulent conserver leurs galons en tant que stricte récompense personnelle. Si l’ancienneté croît rapidement, comme l’a montrée une étude de la direction, Louis Morice juge qu’il s’agit là d’un phénomène dont l’entreprise doit se montrer satisfaite car elle dispose ainsi d’un personnel toujours plus expérimenté. De surcroît, l’ancienneté est un avantage social communément admis et l’élévation du niveau technique dans l’entreprise justifie cette élévation du coefficient moyen. Par rapport au début de la grève, les syndicats ont eu le temps de peaufiner leur argumentation. Louis Morice en apporte deux exemples. D’une part, il constate qu’à l’occasion de la grève, la direction a, pour la première fois, accepté de communiquer la courbe des appointements réels, et d’autre part, il nuance la sacro-sainte référence à l’indice de la métallurgie parisienne compte tenu du fait de la surpondération des ouvriers spécialisés dans sa valeur. À demi-mots, les mensuels admettent que leurs prétentions sont élevées et d’ailleurs Jules Pinczon saisit la balle au vol en rappelant que la référence à l’indice de la métallurgie parisienne a initialement été retenue d’un commun accord.

52Reprenant le fil de son propos liminaire, le président Pinczon insiste sur les conséquences financières de la grève pour les chantiers, martelant que : « Sur un plan général, je dois vous dire que notre entreprise commence à être en danger dans certains de ses compartiments, je dois également vous prévenir que vous connaissez les limites d’une négociation éventuelle ». Puis, ouvrant l’exemplaire du Journal de la Marine marchande du 23 février 1967 évoquant la situation dramatique de certains chantiers suédois, Jules Pinczon « rappelle l’urgente nécessité pour les chantiers d’obtenir la commande de deux navires de moyen tonnage ». Puis, il dresse un historique des investissements, tant dans les divisions de la Mécanique, de la Chaudronnerie que pour la construction navale. Il s’évertue à relativiser la portée de cette situation : « Ne croyez pas qu’avec les investissements, nous vivons sur un matelas, nous nous sommes munis de pare-chocs. Nous ne pouvons dépasser le rythme annuel des augmentations de salaires dans la transformation des métaux, car nous vivons, en partie, de l’aide des contribuables, et cela suffit à vous faire comprendre qu’il est impossible de demander plus ».

53À ces arguments auxquels il devient difficile de répondre, Louis Morice réplique en parlant de l’accroissement des cadences, du problème des ouvriers préparateurs, des bas salaires. Jules Pinczon lui rétorque que « dans toutes les entreprises de France, les mensuels font sans doute des efforts semblables, car l’ouverture des frontières dans le cadre du Marché commun, oblige toutes les entreprises à lutter pour survivre ». Cet argument, que Pinczon veut imparable, a être réapproprié par les communistes puis tous les détracteurs de la construction communautaire, accusée de « casser l’outil de production », d’être le cheval de Troie du libéralisme américain en Europe, etc. En vérité, l’ouverture des frontières en Europe n’est que le premier pas d’une économie encore plus globalisée qui permettra une redistribution des cartes industrielles sur tous les continents, avec ses vaincus mais aussi ses vainqueurs, plus silencieux par définition !

  • 65 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 238, 29 mars 1967.

54Au moment même où se déroulent ces négociations parisiennes, environ 600 personnes participent à une manifestation nocturne dans les rues du centre de Saint-Nazaire. Très tôt le lendemain matin 29 mars, 500 horaires enfourchent leurs bicyclettes dans le but d’aller pique-niquer en Brière et de collecter des fonds jusqu’à Saint-Joachim au cœur du marais où la municipalité accueille les randonneurs autour d’un vin d’honneur. Puis, la procession cycliste se rend à Sainte-Reine-de-Bretagne, Crossac et revient à Saint-Nazaire. Pour leur part, les mensuels attendent le retour de leurs délégués à la gare, au train de 13 h 20. Carré (CFDT), Buffoni (CGT) et Le Mercier (FO) expliquent que la direction des Chantiers a accepté une majoration de 2 % du point, un salaire plancher à 530 F pour 40 heures sans ancienneté. Une délégation demande au sous-préfet de convoquer la commission mixte paritaire et Walter Buffoni apprend à ses collègues que le maire, François Blancho, sera reçu le soir même par le directeur de cabinet du ministre des Affaires sociales65.

55Le jeudi 30 mars est marqué par plusieurs rendez-vous importants dans la chronologie du conflit. Tout d’abord, c’est à l’Union Méan-Penhoët que Tudal, Lescure et Morice font le compte rendu de leur entrevue de la veille avec Bernard Guitton. Ils font le point des dernières propositions de Jules Pinczon qui représentent une augmentation totale de 7 % pour 1967, un chiffre dont le ministère des Affaires sociales ne veut pas entendre parler sur l’année civile mais éventuellement en l’étalant d’avril 1967 à avril 1968. Au cours de l’audience qu’il leur a accordée, Jean Guitton a précisé qu’il demanderait à Maurice Papon d’adopter des hausses équivalente dans son établissement.

  • 66 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme 174/2756 de la Sécurité publique et des RG de Na (...)
  • 67 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme 173/2714 de la Sécurité publique et des RG de Na (...)

56Après cette présentation, une partie des grévistes gagne le point de rassemblement pour la grande manifestation des mensuels et horaires nazairiens prévue l’après-midi à Nantes. Celle-ci se déroule sans trouble dans les artères centrales de la ville, depuis les cours Saint-André et Talensac jusqu’à la place de la Duchesse-Anne, non loin de la préfecture où Jean-Claude Ténard des mensuels CGT de Saint-Nazaire, Rousselot de l’Union départementale CGT, Declercq de l’Union départementale CFDT et Hébert, secrétaire de l’Union départementale FO haranguent les 4 000 manifestants66. Les neuf-dixièmes de l’effectif des horaires des trois chantiers navals nantais ont observé un débrayage à 16 h 45, mais seulement un tiers des mensuels. Dans l’aéronautique, l’usine Sud-Aviation de Bouguenais comptabilise un peu plus de la moitié de grévistes67.

  • 68 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte du 30 mars 1967. Côté (...)

57C’est donc dans un contexte de mobilisation mais aussi de reprise du dialogue sous l’arbitrage des pouvoirs publics que s’ouvre une nouvelle réunion de la commission mixte paritaire de la métallurgie nazairienne dans le grand salon de l’hôtel de ville le jeudi 30 mars 1967 à 17 h 15. Pas moins de neuf représentants du patronat nazairien, emmenés par Jules Pinczon, font face à quinze représentants syndicaux68.

  • 69 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 237, 29 mars 1967.

58En guise d’introduction et afin d’insister sur l’effort consenti par le syndicat patronal, Jules Pinczon rappelle que, selon lui, la valeur du point nazairien au 1er janvier 1967 doit être de 3,42 F et que continuer à la rattacher à l’évolution du point parisien est une décision très libérale, entendu dans le sens de laxiste, qu’il ne pourra garantir dans l’avenir. Néanmoins, il accepte de porter le point à 3,44 F au 1er avril et à 3,55 F pour Sud-Aviation. Le président des Chantiers de l’Atlantique s’emporte ensuite contre un article intitulé « le moment est venu » expliquant que la situation des chantiers navals les rend vulnérables aux revendications. Selon l’auteur d’une source qui n’est pas citée, « le carnet de commandes des Chantiers de l’Atlantique est garni pour dix-huit mois, les Chantiers font de gros efforts d’investissements pour faire face à la concurrence, la mise en place le 1er juillet 1968 de la totalité des obligations du Marché commun va rendre encore plus difficile à soutenir qu’il n’a jamais été facile de trouver des navires à construire et qu’il est plus que jamais nécessaire que les prix de revient des chantiers ne s’accroissent pas ». Cette argumentation révolte le dirigeant des Chantiers de l’Atlantique par son caractère démagogique et irresponsable, et il tente, une fois encore, de convaincre les syndicalistes d’ouvrir les yeux, de dépasser leurs œillères idéologiques. Jules Pinczon insiste sur le fait que les investissements permettent surtout et avant tout de continuer à donner du travail à 2 500 ouvriers et que la bataille des prix de revient est quotidienne. Il est soutenu par Le Mouroux de la réparation navale nazairienne qui cite le cas d’un pétrolier parti en réparation à Gênes où les coûts sont inférieurs de 10 %. Quelques jours plus tôt, les Ateliers et Forges de l’Ouest avaient annoncé leur décision de réduire le travail à 40 heures, de recourir au chômage partiel pour 37 ouvriers et de licencier 9 intérimaires69.

59Malgré ces arguments, Louis Morice revendique toujours un point à 3,61 F au 1er avril 1967. Après une interruption de séance, Jules Pinczon propose un échéancier allant jusqu’en octobre 1968 mais les positions demeurent trop éloignées et le désaccord est toujours aussi total à 21 heures quand la séance est levée.

60En dépit de l’échec de la veille, les protagonistes se retrouvent à la mairie de Saint-Nazaire le 31 mars. Les délégués ont été à nouveau légitimés à l’issue d’un vote en assemblée générale qui, à l’unanimité moins une voix, a entériné le refus des nouvelles propositions patronales. À la reprise, Jules Pinczon déclare qu’il n’accepte pas l’éventualité d’un point à 3,68 au 1er juillet 1967 alors que c’est à cette valeur que chiffre Jean Lescure de la CGT l’équivalent du point à 2,8 en 1963. Les négociations sont rendues extrêmement techniques du fait des pourcentages de galons à prendre en considération qui donnent lieu des résultats différents suivant qu’on les minore ou les majore. Au fil des heures, des idées nouvelles sont testées comme autant de ballons-sonde par les deux parties. L’intégration des galons de fin d’année dans les appointements, une proposition de Louis Morice, est refusée par Jules Pinczon. Finalement, la commission mixte du vendredi 31 se solde par le même constat d’échec que celle de la veille.

  • 70 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte du 2 avril 1967.

61Les discussions reprennent le dimanche 2 avril à 17 heures. Jules Pinczon veut maintenir les fils du dialogue, expliquant qu’« il serait regrettable que vous fassiez une erreur de jugement sur l’impossibilité où je suis d’aller plus loin. Mon attitude n’est pas dictée par l’entêtement. Je serais, au contraire fort heureux de pouvoir vous donner plus, et vous devez bien comprendre que si je l’avais pu, il y a longtemps que cela serait fait. Mais je suis comptable de l’avenir de cette société, et je ne veux pas, parce que j’aurais, comme vous dites “cédé”, me retrouver, ensuite, avec vous autour d’une table, dans quelques mois, pour examiner des problèmes beaucoup plus graves »70. Toutefois, aucun déblocage des positions ne se dessine au cours de cette réunion qui se solde, comme les précédentes, par un échec.

  • 71 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 243, 3 avril 1967.
  • 72 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 245, 4 avril 1967.

62L’embauche du lundi 3 est marquée par l’irruption d’environ 800 mensuels dans l’enceinte de la SMPA et la capture de trois contremaîtres71. Après un mois de grève, la direction des chantiers fait parvenir la prime trimestrielle d’intéressement à tous les membres du personnel par mandat postal (180 F pour un mensuel et 120 F pour un horaire). Selon les informations dont disposent les Renseignements généraux, 1 800 mensuels se sont inscrits à la caisse de solidarité et 140 000 F ont été récoltés au 1er avril. Petit à petit, la ville s’enfonce dans la « grève chronique ». Afin de mesurer la popularité du conflit, les policiers des Renseignements généraux procèdent à une estimation quotidienne de l’assistance aux meetings à l’Union Méan-Penhoët ou à la bourse du travail. L’auditoire moyen est d’environ un millier de mensuels. Les policiers constatent que ce gros noyau « comprend des métallurgistes qui ne débrayaient jamais auparavant et qui sont parmi les plus acharnés comme le sont souvent les néophytes. Il est à noter que certains syndiqués FO ne se sont pas privés de critiquer la tiédeur de leurs dirigeants au début de la grève (…). Parmi les 2 200 mensuels qui ne suivent pas régulièrement [les réunions], près des trois quarts, soit la moitié du total, sont las de la grève et aspirent à reprendre le travail. Ils n’ont pas d’espoir de voir leurs revendications satisfaites et sont plus sensibles que leurs camarades “engagés” dans le conflit. Cependant, leur influence demeure encore faible, dans la mesure où ils ne font pas entendre leur point de vue, parce qu’ils n’assistent pas aux réunions de leurs camarades et ne semblent pas pour le moment, en mesure de reprendre le travail séparément, de peur d’être traités de “jaunes”, de “traitres” et d’être en butte à la vindicte de leurs camarades, des horaires et de leurs voisins. Environ le quart des mensuels qui ne participent pas activement au conflit sont “de tout cœur” avec les manifestants mais ne prennent pas part aux réunions et manifestations à cause de leur âge, de l’éloignement de leur domicile, de leur répugnance à défiler dans les rues en chantant ou en criant des slogans, étant donné leur timidité naturelle ou tout un passé de “respectabilité” qu’ils n’ont pas réussi à surmonter »72.

63Cette analyse des Renseignements généraux de Saint-Nazaire reprend bien des arguments figurant dans leurs rapports rédigés lors des conflits antérieurs. Pour la police, l’unité des grévistes est toujours forcée par l’action des « meneurs ». À la différence des ouvriers toujours prompts à suivre leurs « leaders charismatiques », les mensuels sont des grévistes plus « intellectuels », plus conscients des enjeux, des risques et des conséquences de leur action. Leur meilleure assise financière leur permet de moins avoir besoin des dons de nourriture qui avaient fait une part du « folklore » du conflit de 1950 par exemple. À la différence des horaires qui se rendent aux chantiers par cars ou à bicyclette, les mensuels sont souvent motorisés, ce qui leur permet d’être plus autonomes.

  • 73 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 245, 4 avril 1967.
  • 74 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 246, 4 avril 1967.
  • 75 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 248, 5 avril 1967.

64L’arrivée de nouveaux renforts de CRS et gendarmes mobiles le lundi 3 avril exacerbe les tensions latentes. Certains grévistes s’en vont protester contre l’arrivée des unités de maintien de l’ordre aux abords du commissariat de police et adressent des quolibets provocateurs aux « vareuses bleues » du style : « Les chiens à la niche ! » Jouant délibérément au « chat et à la souris » avec le dispositif policier, les organisateurs des cortèges de mensuels et d’ouvriers communiquent par talkies-walkies en croisant leurs itinéraires73. Autre signe de la nervosité perceptible chez certains grévistes, deux journalistes du Figaro et d’Ouest-France sont pris pour des hommes des RG et doivent prouver leur qualité de reporters en exhibant leurs cartes de presse74. Cet incident est exploité dès le lendemain dans le quotidien régional qui dénonce l’offre d’abonnement à France-Polices faite à des commerçants nazairiens75.

  • 76 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 259, 10 avril 1967.

65Toute cette agitation traduit, en fait, un malaise grandissant. Le mardi 4 avril, les trois secrétaires des unions départementales CGT, CFDT et FO rencontrent leurs collègues nazairiens, sans doute pour arrêter une stratégie de reprise du dialogue. Depuis Nantes, Jules Pinczon répète qu’il ne fera aucune offre nouvelle. Les Renseignements généraux veulent voir de la lassitude sur les visages et affirment que les commerçants se montrent peu généreux lors des collectes. Il faut attendre le lundi 10 avril pour que les syndicats nazairiens rompent le silence en diffusant un communiqué s’inquiétant des conséquences économiques pour la ville et la région du conflit en cours. « Un vent de défaite » soufflerait-il sur les grévistes comme écrivent les Renseignements généraux ou bien ces derniers prendraient-ils leurs désirs pour la réalité ? Plusieurs faits bien établis permettent d’incliner dans ce sens. Tout d’abord, il est certain que l’assistance au meeting matinal diminue nettement. D’autre part, Louis Morice, à la tête d’un cortège de 800 mensuels est allé demandé solennellement au sous-préfet la reprise des négociations sans préalable. Enfin, la proposition, faite en assemblée générale, d’aller manifester devant les domiciles de personnalités politiques régionales comme Olivier Guichard paraît bien refléter l’absence de réelle stratégie. Lors de la manifestation quotidienne de l’après-midi, les CRS interviennent pour la première fois afin de procéder au rétablissement de la circulation à un carrefour du centre-ville mais sans affrontement. Les manifestants leur répondent en entonnant La Marseillaise et la sonnerie aux morts76.

  • 77 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 260, 11 avril 1967.
  • 78 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 260, 11 avril 1967.

66C’est précisément afin de mesurer la popularité du conflit et la détermination de la population à suivre les grévistes que les trois unions locales ont choisi la journée du mardi 11 avril pour organiser une paralysie totale de Saint-Nazaire. Cette journée morte se traduit par un succès pour les syndicats avec 80 % de grévistes dans les services publics et entreprises concernées77. Dans l’enseignement, un tiers des élèves du primaire et du secondaire ne se sont pas présentés aux cours et 90 % dans l’enseignement technique. Cette grande journée de protestation a vu un premier défilé des mensuels en matinée après une énième réunion à l’Union Méan-Penhoët. Le cortège d’un demi-millier de manifestants s’est ébranlé à 11 heures du faubourg des chantiers pour se rendre dans un concert de klaxons à l’union patronale et à la sous-préfecture en passant par les grandes artères centrales depuis la perspective de gare. Toutefois, le « clou » de la journée est la grande manifestation interprofessionnelle qui se déroule l’après-midi, rassemblant 12 000 personnes dont 2 500 femmes et un millier d’enfants, à partir de la place de la gare. Cette manifestation massive se déroule dans une ambiance grave et sans aucun incident, les forces de l’ordre n’étant pas visibles. À l’issue du défilé, ce sont environ 15 000 personnes qui assistent à l’angle de l’avenue Albert-de-Mun et de l’avenue de la République au meeting syndical auquel participent des membres des fédérations nationales de la métallurgie de FO (Tharreau), de la CGT (Beaumont) et de la CFDT (Jacques Chérèque)78.

67Pour le responsable de la fédération des métallurgistes FO, le succès de la manifestation est évident et « les travailleurs de l’ensemble du pays ont les yeux fixés sur Saint-Nazaire et la victoire de ses habitants en lutte sera celle des travailleurs de tout notre pays ». Pour lui, il ne fait aucun doute que « le conflit actuel est l’aboutissement de la remise en cause de la politique sociale du gouvernement ». Le responsable syndical de Force ouvrière situe explicitement le conflit dans une perspective politique à travers des formules qu’il veut percutantes pour l’auditoire mais qui indiquent tout de même que les syndicats semblent complètement oublier que le pouvoir gaulliste vient d’être relégitimé par le suffrage universel. C’est ainsi qu’il insiste sur le fait que « votre lutte est la lutte de tous les mensuels et de tous les horaires dans leur ensemble. C’est celle engagée contre une classe patronale soutenue par un gouvernement qui pratique la politique réactionnaire que l’on connaît ». Plus étonnant encore, il s’en prend directement au général de Gaulle avec une critique ad hominem inconcevable dans les premières années de la Ve République. Selon Tharreau, en effet : « On dépense de l’argent pour faire venir la police à Saint-Nazaire et la collectivité se trouve ainsi frustrée, n’en déplaise à un homme grand par la taille mais petit par l’esprit, le président de la République ».

68Après cette salve du responsable de FO, Beaumont, du bureau de la fédération de la métallurgie de la CGT se félicite du bel esprit combatif et solidaires des mensuels, « prolétaires en faux col », qui savent se battre comme les ouvriers. Cette attitude modérée n’est décidément pas celle des autres centrales dans ce conflit. L’allocution de Jacques Chérèque s’inscrit plutôt dans le droit fil de son collègue de FO, comme s’il y avait surenchère entre les deux centrales. La CFDT entend bien faire de ce conflit un exemple d’une dialectique nouvelle dans l’art de la revendication. Le leader CFDT pointe bien un des paradoxes de la France gaullienne en forçant le trait pour les besoins de la cause s’il reconnaît que le franc est « stable », il rappelle que l’escudo de Salazar aussi mais que les Portugais sont misérables. Il reproche au gouvernement et particulièrement au ministre des Affaires sociales de faire traîner les négociations et qualifie même Jean-Marcel Jeanneney de « chien de quartier », arc-bouté sur la défense d’une hausse limitée des augmentations salariales à 5 %. Jacques Chérèque est aussi le seul à faire référence à des revendications que l’on peut qualifier de « qualitatives », même s’il est imprécis. C’est ainsi qu’il déclare : « Nous voulons une réforme des entreprises au profit de ceux qui y travaillent car nous refusons une expansion au profit exclusif du patronat » et conclut sur un thème d’émancipation qui sera à la mode en 1968 : « On ne doit pas mendier sa liberté. Il faut la prendre. Vous l’avez prise ». En se mettant en grève, les mensuels nazairiens ont transgressé un tabou, celui qui interdisait à la maîtrise d’employer les méthodes des ouvriers, cette transgression en appellera d’autres dans tous les domaines à partir du printemps de l’année suivante.

  • 79 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 261, 12 avril 1967.
  • 80 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 2610, 12 avril 1967.

69Au soir du 11 avril 1967, à la veille d’une nouvelle rencontre avec Bernard Guitton et Jean Ausseil à l’hôtel du Châtelet, les chefs de « l’insurrection des mensuels » savourent leur victoire, comme l’admettent les Renseignements généraux eux-mêmes dans leur synthèse quotidienne, jamais une manifestation n’avait atteint une ampleur de la sorte à Saint-Nazaire, y compris lors des conflits précédents79. Au petit matin du mercredi 12 avril, quatre cars quittent Saint-Nazaire pour Le Havre, Toulouse, Vierzon et Tulle, emmenant à leur bord 200 collecteurs afin de recueillir les dons de solidarité. Déjà le 11 soir, cinquante-sept collecteurs sont revenus avec 90 000 F dont 20 000 F recueillis à Decazeville, tout un symbole et un raccourci saisissant pour Jean-Marcel Jeanneney ! En Loire-Atlantique, la caisse de solidarité redistribue entre 200 et 300 kg de poissons tous les jours, offerts par les pêcheurs du Croisic ou de La Turballe. La communauté des sœurs de Saint-Gildas a, pour sa part, offert 1 200 kg de pommes de terre et 500 kg de carottes, tandis que le Secours catholique distribuait 3 tonnes de pommes de terre80.

  • 81 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 14 avril 1967.

70La seconde mission de bons offices conduite par Bernard Guitton et Jean Ausseil au ministère des Affaires sociales ne parvient pas réellement à débloquer la situation, même après douze heures de négociations s’achevant à 2 heures du matin le 13 avril81. En quittant la rue de Grenelle, les grévistes ont obtenu la garantie d’une évolution totale de 7,8 % de leurs rémunérations. De retour à Saint-Nazaire par le premier train du matin du jeudi 13, la délégation conduite par Louis Morice, Tudal et Jean Lescure annonce la tenue d’une nouvelle commission mixte pour le vendredi 14 avril en début d’après-midi.

IV. L’IMPLICATION DE JEAN-MARCEL JEANNENEY DANS LA RÉSOLUTION DU CONFLIT (14 AVRIL-1er MAI 1967)

  • 82 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 264, 14 avril 1967.

71Au cours de l’assemblée générale du 14 avril, les grévistes se montrent particulièrement intransigeants et la CFDT s’affiche en pointe pour défendre une augmentation de 4 % en sus des 7,35 % auxquels le patronat semble se rendre. Prétextant la survenue du naufrage du pétrolier Torrey Canyon au large des côtes nord de la Bretagne et de la marée noire qui s’est ensuivie, les mensuels écrivent une lettre au ministre de l’Intérieur lui demandant d’envoyer les CRS sur les plages mazoutées en précisant qu’ils s’y rendraient si le conflit devait perdurer82.

  • 83 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte paritaire de la métall (...)

72C’est à un véritable marathon que se livrent représentants patronaux et syndicalistes du vendredi 14 au lundi 17 avril 1967 durant vingt-cinq heures de négociations. Le compte rendu de ces négociations, établi par un des directeurs des Chantiers de l’Atlantique, constitue un exemple rare de négociations entre partenaires sociaux83.

73Alors que Jules Pinczon se félicite de l’accord conclu au ministère des Affaires sociales, il est échaudé par Jean Lescure qui lui rétorque « qu’il n’y a pas eu d’accord de donné à Paris sur les chiffres et que les syndicats de mensuels se sont contentés d’enregistrer les propositions faites par les Chantiers de l’Atlantique et Sud-Aviation ». Selon le délégué CGT, la seule certitude à l’issue de la rencontre au ministère concerne la valeur du point à Sud-Aviation qui doit être portée à 3,7. Visiblement furieux, Jules Pinczon objecte à Jean Lescure que ses déclarations sont en désaccord complet par rapport à ce qui a été entendu au ministère et que le syndicat patronal n’ira pas plus loin. L’ambiance devient électrique et Louis Morice se montre particulièrement remonté, estimant que la délégation syndicale a été prise dans un guet-apens et il réclame qu’on rappelle immédiatement le ministère, ce qui est fait à l’occasion d’une suspension de séance entre 18 h 15 et 20 h 50. À la reprise, Jean Lescure demande que la négociation porte aussi sur l’évolution en 1968 car Bernard Guitton l’a évoqué et cela a été confirmé par Jean Ausseil au téléphone lors de l’interruption de séance. Louis Morice insiste pour lier le sort des mensuels de Sud-Aviation à ceux des chantiers navals car ils ont une technicité supérieure, mais leur directeur, Guibert, demeure évasif. Cette accumulation de divergences débouche sur une nouvelle suspension de séance entre 21 h 10 et 1 h 10 le 15 au matin. Les négociations vont durer jusqu’à 3 h 15 ! Au milieu de la nuit, Jules Pinczon propose de fixer les appointements plancher à 530 F au 1er avril et finit par concéder 550 F à compter du 1er janvier 1967. Ces appointements plancher seraient révisables tous les ans mais sans être liés à aucun indice. Cette hausse des appointements plancher sous-tend bon nombre de modifications induites que les délégués syndicaux, sans doute fatigués, découvrent au fil des minutes. C’est ainsi que Tudal constate qu’un grand nombre de mensuels vont avoir les mêmes appointements ou que le volume des galons distribués risque d’être réparti davantage au profit des petits coefficients. À l’initiative de la proposition, les délégués patronaux paraissent plus à l’aise pour en débattre. En réponse à une question de Jean Lescure qui demande si les appointements plancher feront l’objet d’un accord séparé avec le syndicat patronal, Pierre Gon lui répond que cela n’est pas possible dans le cadre de ces négociations car le comité directeur du syndicat patronal ne s’est pas saisi de la question et il renvoie à la politique contractuelle des entreprises adhérentes. Toutefois, Jules Pinczon promet que les modifications de la valeur du point se traduiront bien par des raccordements pour tous les niveaux hiérarchiques et qu’aucune catégorie ne sera lésée aux dépens d’une autre.

74Avant de se séparer pour quelques heures de récupération, les protagonistes se mettent d’accord sur le régime des avances que les entreprises pourront accorder aux mensuels qui en feront la demande. Comme gage de sa bonne volonté, Jules Pinczon promet aussi que les chantiers et la SMPA paieront bien la prime d’intéressement du deuxième trimestre si un accord intervient rapidement.

75À la reprise des négociations, le samedi 15 à 15 heures, le directeur départemental du travail, M. Salmon, demande aux parties de s’entendre sur un ordre du jour. Il faut encore une interruption de séance de cinquante minutes pour s’entendre sur les modalités de fonctionnement d’une commission paritaire d’études. Sud-Aviation en possédant au niveau de sa direction générale, l’établissement de Saint-Nazaire ne peut en constituer une de manière autonome, il faudra disjoindre les négociations entre les entreprises.

76S’agissant des Chantiers de l’Atlantique et de la SMPA, Jean Lescure et Louis Morice doutent de l’efficacité de l’instauration d’une telle commission alors que Jules Pinczon la justifie. Les deux délégués entrent réellement dans le cœur des négociations en évoquant le cas des traceurs du bureau de traçage au 1/10e et du bureau de traçage de la chaudronnerie pour lesquels ils estiment que les débutants sont désavantagés par rapport aux préparateurs et agents techniques. Pierre Gon justifie leur classement indiciaire mais Jules Pinczon accepte que cette question soit inscrite prioritairement à l’ordre du jour de la nouvelle commission d’études. Fort de cette avancée, Louis Morice glisse alors sur le classement des employés administratifs et leurs modalité d’accès à des catégories supérieures à celles en vigueur. Une fois encore Jules Pinczon acquiesce et fait de même en autorisant que des observateurs de la Société de mécanique de précision, filiale des chantiers, assistent à la commission d’études des chantiers. Enfin, le président des Chantiers détaille l’échéancier des avances promises durant la nuit.

77Tous ces signes de bonne volonté de Jules Pinczon démontrent que le président des chantiers veut absolument en finir. Avant une nouvelle suspension de séance à 20 heures, il s’adresse aux délégués et leur parle dans un langage empreint d’une émotion réelle : « Si le travail ne reprend pas, tous les efforts que les chantiers ont faits concernant la reconversion risquent d’être réduits à néant. Nos divisions mécanique et chaudronnerie vont en supporter toutes les conséquences. J’ai fait tout ce que je pouvais. Il faut que chacun, maintenant, prenne ses responsabilités. Vous devez savoir ce que vous avez à faire ; vous êtes majeurs, vous êtes informés, vous connaissez la position géographique de Saint-Nazaire et vous savez que ce qui a été fait en 1955 ne peut se reproduire, car nous sommes à la veille de l’ouverture des frontières et à la veille donc d’une arrivée massive sur le marché français des produits fabriqués par nos concurrents proches. Vous savez, par exemple, la différence considérable de prix de moteurs fabriqués en Italie et aux Chantiers. Je ne vous ai rien dissimulé. Vous devez informer loyalement tous vos camarades de mes déclarations, car la poursuite de votre mouvement risque d’être extrêmement grave ».

78Malgré ou peut-être à cause de la sincérité de ces propos, les délégués des mensuels restent inflexibles. À la reprise des travaux de la commission mixte à 22 heures, Louis Morice revient à la charge en réclamant l’ouverture de négociations sur les bas coefficients administratifs et l’ouverture de la filière administrative au dessus du coefficient 212. Ainsi posée, la revendication est irrecevable car Jules Pinczon, en sa qualité de président du syndicat patronal, n’a reçu aucun aval du comité directeur. En revanche, en tant que président des Chantiers, il accepte de se pencher sur la question.

79Puis, la discussion roule sur des questions matérielles qui semblent démontrer que le conflit est en voie de résolution. S’agissant de l’incidence de la grève sur les congés payés. Pinczon et Colas de Sud-Aviation acceptent qu’il ne soit procédé à aucune diminution de droits, le président insiste sur le caractère exceptionnel et important de la mesure. De même, Pinczon accepte qu’il ne soit pas tenu compte de la grève dans l’octroi des gratifications de fin d’année. En abordant la question des éventuelles sanctions, le président distingue le droit de grève qui « ne peut constituer un fait susceptible de sanctions » et « d’autres faits dont certains relèvent du code pénal et d’autres [qui] sont difficilement acceptables sur le plan humain ». Concernant ces derniers, Jules Pinczon désire ne pas remettre en présence des gens incapables de travailler ensemble et envisage une quinzaine de mutations aux chantiers et trois à la SMPA. Colas et Le Mouroux n’envisagent pas de semblables mesures dans leur entreprise. En revanche, les membres du syndicat patronal refusent catégoriquement de retirer les plaintes déposées pour menaces et voies de fait alors que Jean Lescure de la CGT en fait une question de principe. Finalement, cette question du retrait des plaintes provoque plusieurs navettes entre les parties lors de la suspension de séance entre 23 h 30 et 2 h 45 du matin, le dimanche 16. À la reprise, directions et syndicats s’accordent sur un texte commun regrettant les faits ayant pu porter atteinte à la dignité des personnes et, dans un souci d’apaisement, les directions acceptent de retirer leurs plaintes.

80Le troisième round de ce deuxième jour de négociations s’achève à 3 h 30 du matin sans que la question de la valeur du point, question pourtant centrale de la grève, ait été abordée ! Tudal critique l’intervention du ministère des Affaires sociales, position à laquelle ne se range pas Jules Pinczon qui estime que le malentendu vient de la délégation syndicale. En toute fin de dialogue, Louis Morice réclame l’abandon du terme de « collaborateur » dans la convention collective et son remplacement par celui de « mensuel ».

  • 84 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 270, 18 avril 1967.

81Les négociations de l’après-midi du dimanche 16 avril achoppent finalement sur le taux d’augmentation des appointements alors que tous les autres points sont acceptés par les deux parties et qu’un avant-projet d’accord est remis au directeur départemental Salmon. La persistance du désaccord sur la valeur du point signifie dans l’immédiat la poursuite de la grève, reconduite par 87,7 % des votants à l’assemblée générale du lundi 17 avril qui se déroule dans un climat passionnel. Les résultats du scrutin donnent lieu à une longue ovation des leaders, à de chaudes embrassades et à une vibrante Internationale. Cette ambiance tout à fait exceptionnelle fait l’objet d’une nouvelle analyse des Renseignements généraux qui veulent croire que le mouvement ne sait plus où il va. La décision, prise le 18 avril, d’adresser un télégramme aux élus du département semble signifier que « la solution passera par le haut car, désormais, seul le gouvernement peut mettre fin au conflit par une intervention autoritaire auprès des patrons ». Après plus d’un mois et demi de grève des mensuels, un mois de lock-out des horaires, c’est toute la vie sociale de Saint-Nazaire qui est entrée en ébullition comme en atteste le conflit à l’entreprise Begy. Dans cette fabrique de bas et collants, une centaine d’ouvrières ont commencé d’occuper les ateliers, contraignant la direction à intenter une action en référé auprès du parquet pour obtenir leur expulsion. Finalement, l’évacuation de l’entreprise par les grévistes évite au procureur de se saisir de l’affaire mais les policiers ne sont pas dupes. Selon eux, cette occupation s’inscrit dans une politique d’intimidation téléguidée par l’union locale CGT, dirigée par Maurice Piconnier, qui entend se servir des métallurgistes comme « d’une masse de manœuvre » pour peser sur les patrons des autres secteurs et les non-grévistes. En accusant ainsi la CGT de faire de l’agitation tous azimuts, les fonctionnaires de police trahissent leur exacerbation à l’encontre de Maurice Piconnier et de Maurice Rocher, secrétaire du PCF, qui, dans une harangue aux ouvriers de Sud-Aviation, ont exigé le départ des CRS et du commissaire de police de Saint-Nazaire84.

  • 85 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 268, 18 avril 1967.
  • 86 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 269, 18 avril 1967.
  • 87 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 277, 18 avril 1967.

82Après l’échec des négociations du week-end précédent, le conflit est entré dans une phase nouvelle. La direction de Sud-Aviation tente de briser la solidarité entre ses mensuels et ceux des chantiers en annonçant le 19 avril l’entrée en application du protocole d’accord arrêté à la commission mixte (augmentation de 2 % des horaires, valeur du point portée à 3,635 F au 1er avril, avances de trésorerie versées dès la reprise, prime mensuelle versée en intégralité, rétablissement des jours de congés payés perdus)85. Les conséquences du conflit sont nombreuses. Selon leurs informations, les Renseignements généraux estiment que si les grands magasins et la grande surface parviennent à maintenir leurs ventes, il n’en est pas de même pour les petits commerçants qui auraient vu leur chiffre d’affaires amputé de moitié. Beaucoup doivent consentir des crédits car les bas de laine sont vides. Cette constatation est encore plus vraie à Méan et Penhoët. En centre-ville, les magasins d’habillement, d’appareils électro-ménagers, les concessionnaires d’automobiles vivent au ralenti. Les seuls bénéficiaires sont les cafetiers situés sur les axes des cortèges. Les pêcheurs sont doublement victimes en raison de la mévente locale et des conséquences de la marée noire86. En gare de Montoir-de-Bretagne, ce sont 256 wagons chargés de matériels destinés aux chantiers navals qui se retrouvent bloqués87.

  • 88 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 21 avril 1967.
  • 89 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 283 et n˚ 291 des 21 (...)

83Signe certain du pourrissement de la situation au 50e jour de grève, les gendarmes mobiles chargent les horaires qui désiraient bloquer la circulation place de la gare. Il n’y a pas d’affrontements mais une délégation d’horaires décide d’aller se plaindre à la sous-préfecture. Selon les communistes, des groupuscules trotskistes étrangers à la ville tentent de détourner le mouvement de ses buts mais les « horaires » de la CGT veillent et mettent le feu à des tracts découverts dans un véhicule88. Le même soir du 20 avril, une grande manifestation nocturne rassemble 7 000 personnes entre l’avenue de la République, la sous-préfecture et l’hôtel de ville. En passant rue du Croisic, certains excités tambourinent à la porte de la maison de M. Martin-Grousset, le directeur de la SMPA, et lui tiennent des propos injurieux. Cet incident sera condamné le lendemain par Jules Pinczon dans une lettre aux syndicats et treize directeurs d’usines du bassin écriront dans le même sens aux élus89. La foule se sépare vers minuit après avoir chanté L’Internationale et applaudi à l’annonce d’une rencontre dès le lendemain à Paris entre les délégués et Jean-Marcel Jeanneney lui-même.

  • 90 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 22 avril 1967.
  • 91 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 283, 24 avril 1967.

84Les nuits sont décidément très courtes pour les négociateurs. Dès 5 heures du matin le vendredi 21 avril, les trois secrétaires des unions locales, accompagnés de six délégués (3 mensuels et 3 horaires) prennent le premier train pour Paris où les attend le ministre des Affaires sociales90. À leur retour, Louis Morice reconnaît que « la délégation a été très sensible au fait que monsieur Jeanneney ait félicité les délégués pour la bonne tenue des manifestations nazairiennes ». Le jeune dessinateur de la CFDT, explique le ministre, « a paru n’être pas très au fait de la thèse des mensuels ». Jean-Marcel Jeanneney refuse, toutefois, de convoquer une nouvelle commission mixte en l’absence de signe tangible d’avancée. De leur côté, les syndicats choisissent d’écrire à l’Union des industries minières et métallurgiques (UIMM) pour lui demander de resituer le problème nazairien au sein de la branche. Cette démarche se solde par un camouflet. Le syndicat patronal de branche refuse d’arbitrer le conflit en cours car c’est un conflit local qui « a donné lieu à des réunions où tous les aspects ont été examinés, ces mêmes aspects ont donné lieu à des solutions maximales pouvant régler le conflit. Malgré un accord de principe trouvé au ministère des Affaires sociales, le conflit se poursuit. Dans ces conditions, l’UIMM ne pense pas que de nouvelles rencontres puissent apporter un élément nouveau à ce qui a déjà été discuté »91.

  • 92 Les archives des Chantiers de l’Atlantique sont édifiantes à ce sujet. Loin de chercher l’apaiseme (...)
  • 93 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 283, 24 avril 1967.

85Le matin même de cette audience à l’hôtel du Châtelet, les mensuels des Chantiers ont reçu de leur direction une lettre de quatorze pages les enjoignant à reprendre sans délai le chemin du travail. La démonstration de la direction vise à faire comprendre aux mensuels que leur sentiment d’injustice est faussé par des références statistiques erronées et qu’une forte augmentation de la masse salariale aurait des conséquences désastreuses en termes de prix de revient. En guise de conclusion, la direction se désole que la situation de l’entreprise soit opposée à celle de ses travailleurs et que tous les coups portés à son intégrité soient assimilés à autant de succès pour les salariés. C’est, en effet, ce climat social détestable, fait de haines personnelles et de lutte des classes mal comprise, qui règne aux Chantiers depuis 195092. C’est d’ailleurs cette incapacité à dialoguer qui inquiète les ingénieurs et cadres des Chantiers. Dans un communiqué de presse daté du lundi 24 avril, ils « attirent l’attention des mensuels sur le danger croissant que la poursuite du conflit fait peser sur l’avenir de la région et la vie de leur entreprise ». C’est pourquoi ils « souhaitent que le travail soit repris dans la dignité, avec un renouveau du climat social auquel ils sont prêts à apporter leur contribution ». Cette démarche s’inscrit dans le droit fil de la ligne de conduite définie par André Malterre lors d’une récente allocution au Havre. Le chef de la CGC avait alors déclaré : « Dans une crise sociale, la tâche des cadres et des agents de maîtrise est particulièrement ingrate. Il est difficile de faire comprendre aussi bien aux employeurs qu’aux ouvriers que le plus grand service que puissent rendre les cadres n’est pas de se déclarer inconditionnellement d’accord avec uns ou les autres, mais d’être suffisamment objectifs pour renouer les fils brisés lorsque le moment est venu, afin de permettre l’établissement d’un dialogue entre les divers partenaires sociaux. Tout conflit se règle, à moins d’une révolution, par une négociation qui aboutit à un compromis. Le rôle des cadres est de substituer à un climat passionnel un climat de raison à la fois réaliste et humain. C’est ce que firent notre organisation et notre fédération des ingénieurs des mines lors de la grève de mars 1963. Il appartient à nos fédérations et à nos syndicats de s’inspirer de cet exemple pour agir dans les circonstances présentes »93.

  • 94 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 295, 28 avril 1967.
  • 95 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Georges Leclair du 15 juillet 1995.

86Le 20 avril, les collectes ont déjà rapporté 800 000 francs mais, à l’approche d’un nouveau week-end, ce sont trois cent cinquante nouveaux grévistes qui prennent la route afin de récolter les subsides des communautés ouvrières de nouvelles régions françaises : Dunkerque, Arras, Lille Dieppe, Auxerre, Melun, Nevers, Dijon, Puteaux, Gennevilliers et Nanterre. Fin avril, ce sont plus d’un million quatre cent trente mille francs qui auront été collectés dans toute la France. Toutefois, cet élan de générosité sans précédent ne peut être renouvelé et les grévistes en ont conscience94. Certains s’apercevront a posteriori qu’entre la solidarité et l’indemnité de grève versée par le syndicat, leurs revenus auront été plus élevés durant la grève qu’en temps normal !95

  • 96 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 286, 25 avril 1967.
  • 97 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 291, 26 avril 1967.
  • 98 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG et Sécurité publique de Nantes n˚ 238/352 (...)

87Tous les témoignages de sympathie ne doivent pas masquer que l’adhésion au mouvement commence à connaître des brèches que seule la détermination des leaders peut balayer, en particulier celle de Louis Morice que les Renseignements généraux présentent comme « l’élément le plus dur ». C’est ainsi que la proposition d’une marche de quinze kilomètres avec « casse-croûte » à Donges est repoussée à main levée au cours de l’assemblée générale du 25 avril à l’Union Méan-Penhoët dont l’assistance a fortement diminué depuis quelques temps96. Le lendemain, deux mensuels interpellent les tribuns à l’assemblée générale en leur demandant : « Vous nous avez fait voter pour la grève. Allez-vous pouvoir nous nourrir jusqu’à Noël ? Comment envisagez-vous la reprise du travail ? » Ces deux questions sont demeurées sans réponse97. La contamination que semblait rechercher les centrales syndicales au début de la grève n’a pas eu lieu. Aucune jonction ne s’opère non plus avec les étudiants nantais. La venue de trois mensuels à l’université de Nantes à l’invitation de AGEN-UNEF le 25 avril ne mobilise guère plus d’une trentaine d’étudiants98. La solidarité travailleurs-étudiants ne fonctionne déjà pas mieux qu’en 1968.

  • 99 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 295, 28 avril 1967.

88Aussi, doit-on s’interroger sur le succès et la portée réels de la nouvelle journée interprofessionnelle de solidarité organisée le vendredi 28 avril99. À en croire la presse régionale (Ouest-France, Ouest-Éclair, Presse-Océan) ou certains titres nationaux (L’Humanité), la manifestation nazairienne aurait alors atteint 40 à 50 000 participants. Dans leur synthèse quotidienne, les Renseignements généraux divisent ce nombre par deux, mais il ne s’agit pas là uniquement de la petite guerre des chiffres à laquelle se livrent syndicats et police lors de toute manifestation. Pour les Renseignements généraux nazairiens, qui ne sont pas la préfecture de police de Paris loin s’en faut, « dire aux ouvriers et aux mensuels qu’un rassemblement de moins de 20 000 personnes en compte deux fois plus n’est évidemment pas objectif. Mais ceci a surtout pour résultat de persuader les grévistes d’un crédit dont ils ne bénéficient pas entièrement ». Selon les policiers nazairiens, qui connaissent naturellement bien tous les protagonistes du conflit : « On a la confirmation, au travers de ces chiffres, que la presse locale, admise au sein des rassemblements et à l’intérieur des bourses, ne veut pas déplaire aux syndicats et leur jette des fleurs lorsqu’elle en a l’occasion ». Les Renseignements généraux en sont persuadés après avoir recueilli les opinions de nombreux commerçants, la solidarité envers les grévistes bascule vers leurs familles et non vers les grévistes eux-mêmes dont on souhaiterait qu’ils retournent au travail après presque deux mois d’absence. Les Nazairiens sont peu favorables aux happenings, ils le montreront en 1968, et leur propre solidarité envers d’autres causes trouve rapidement ses limites. C’est ainsi que la CGT, qui avait loué la salle de 1 200 places du cinéma Athénée pour le passage de la troupe « Un milliard pour le Viêt Nam », espérant verser une partie de la recette aux grévistes a essuyé un revers : seule une centaine de spectateurs étaient présents pour assister à la représentation !

  • 100 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 29 avril 1967.
  • 101 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 2 mai 1967.

89Les esprits sont sans doute ailleurs car la reprise du dialogue en vue du dénouement de la crise a débuté secrètement. Déjà le 24 avril, trois personnalités jusque-là en retrait ont été contactées par les syndicats : M. Touchet, ingénieur et directeur de la chambre de commerce et d’industrie, M. Primicia, président de l’Union des commerçants et le député SFIO Carpentier. Mais le véritable noyau pour la nouvelle médiation auprès de Jules Pinczon se constitue le 26 avril avec la grande figure qu’est François Blancho, le maire de Saint-Nazaire qui fut sous-secrétaire d’État à la Marine marchande du Front populaire, Pierre Tissot, le président de la chambre de commerce et d’industrie et le sénateur Sambron qui est aussi le président du comité d’expansion de la Loire-Atlantique. Ces trois notables rencontrent discrètement Jules Pinczon le 27 avril à Pont-Château. Le lendemain, ils font part des dernières propositions de la direction aux délégués syndicaux réunis à la chambre de commerce de Saint-Nazaire, lieu inhabituel pour une rencontre de ce genre100. Le samedi 29 avril, 97,7 % des mensuels ayant pris part au vote confient les pleins pouvoirs à Louis Maurice, Jean Lescure et Tudal101.

  • 102 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte paritaire du 30 avril (...)

90À 9 heures 30 le dimanche 30 avril, la commission mixte de la métallurgie nazairienne se réunit au siège du comité d’expansion de la Loire-Atlantique (CODELA) situé au 171, boulevard Haussmann102. Elle ne se séparera, l’accord final signé, que le lundi 1er mai à 0 h 45. Le maître des débats est fort logiquement le directeur départemental du travail Salmon. Jules Pinczon, Pierre Gon, M. Baume représentent les Chantiers de l’Atlantique,

91M. Martin-Grousset leur fililale de la SMPA. La délégation de Sud-Aviation comprend le directeur Guibert assisté de MM. Colas et Excoulin, les Ateliers et Forges de l’Ouest sont représentés par M. Le Mouroux. Du côté syndical, Louis Morice, Aoustin et Carré ont été délégués par la CFDT, Jean Lescure et Walter Buffoni par la CGT, Tudal et Le Mercier par FO et Guillon par la CGC.

92Dans son introduction, Jules Pinczon rappelle les conditions qu’il a posées à la reprise du dialogue lors de sa rencontre avec les trois « sages ». Le président du syndicat patronal de la métallurgie nazairienne part des conclusions de la réunion du dimanche 16 avril et constate que la grève ayant été prolongée de quinze jours, ces journées sont définitivement perdues dans le calcul de la prime d’intéressement. De plus, l’avance accordée aux grévistes sera plafonnée à 60 % des heures perdues à partir du 15 avril. En tout état de cause, si la grève se poursuit après le 1er Mai, il y aura des abattements sur les droits aux congés payés. En posant ses conditions, Jules Pinczon renvoie d’entrée de jeu la pression qui s’exerçait sur lui sur les délégués syndicaux. D’ailleurs, Louis Morice semble en prendre acte en utilisant des mots proches, très proches de ceux utilisés antérieurement par le président quand il lui répond : « On a voulu faire porter aux syndicats la responsabilité des conséquences économiques de la grève. Nous sommes là pour rechercher un accord. Nous attirons votre attention sur les conséquences dramatiques que la continuation des grèves aura sur l’économie locale et sur la vie des entreprises ». Tout le monde veut aboutir, certes, les rumeurs de dépôt de bilan de la tôlerie Thiriet ont pu contribuer à une prise de conscience. Pour sa part, Jean Lescure « regrette que les discussions débutent aussi mal » et affirme même « qu’il ne serait pas venu s’il avait su que la prime d’intéressement serait abattue d’un tiers ». Mais Louis Morice se montre habile tacticien en relevant la contradiction entre l’attitude rigide du président en ce début de matinée alors qu’il avait promis aux médiateurs « qu’un petit geste serait fait à Paris pour aboutir ».

93C’est à l’initiative du cégétiste Lescure que la discussion roule immédiatement sur la valeur du point, puisque c’est sur cette question que tout bloque depuis le 16 avril. Jean Lescure revendique un point à 3,59 au 1er septembre 1967, l’avancement à mars 1968 de la prochaine négociation sur le point et pose la question des conditions du calcul de la courbe de raccordement et des galons car les échelles du syndicat patronal et des chantiers ne correspondent pas. Sur ces points, le directeur du personnel des Chantiers promet que rien ne sera changé aux habitudes et Pinczon accepte un avenant maintenant le mode d’établissement des galons. En revanche, il refuse tout net d’augmenter le point à 3,59. Ce nouveau blocage permet alors à Louis Morice de « tenter une percée », ce registre tactique semble tout à fait convenir, dans les circonstances du moment, pour intégrer certains points aux travaux de la future commission paritaire techniques d’études. Ce sont là autant de revendications catégorielles de type nouveau. Le délégué CFDT cite pêle-mêle le rôle des préparateurs et agents techniques de préparation, les définitions des fonctions de techniciens et de dessinateurs, les bas coefficients administratifs, le cas des chefs de gâche et celui du personnel technique détaché dans les bureaux. Sur tous ces points, le président admet qu’une discussion peut s’engager et assure que les représentants du personnel ne seront pas pénalisés pour leur participation aux travaux de la commission. Si les précisions apportées par Jules Pinczon paraissent satisfaire Louis Morice, Jean Lescure continue de s’interroger sur les modalités de fonctionnement de la commission, ce qui finit par irriter le président qui s’exclame : « Votre insistance à critiquer les textes concernant cette commission me surprend. Ils ont été faits pour améliorer certaines situations anormales qui, selon vous, existent aux chantiers. Ils n’ont certes pas pour but de régler le cas de tous les mécontentements, car au fond, tout le monde est mécontent. J’ajoute que ces textes sont rédigés sans chausse-trapes. Je croyais qu’ils répondaient à vos désirs. Si vous ne voulez plus qu’ils figurent au protocole d’accord, je suis prêt à les supprimer immédiatement ». Cette menace contraint les délégués à se raviser. Jules Pinczon vient de marquer un nouveau point. Il enfonce le clou en réitérant son refus de payer l’intégralité de la prime d’intéressement. Furieux, Walter Buffoni et Aoustin se lèvent et laissent éclater leur mécontentement mais le président reste impavide, démontrant encore un peu plus sa force nouvelle.

94L’étude des protocoles particuliers des chantiers, de Sud-Aviation et de la SMPA occupent les négociateurs durant une grande partie de l’après-midi. Vers 20 heures, une réunion en petit comité comprenant Pinczon, Tissot, Sambron, Tudal, Morice, Lescure et Guillon règle la question du point. Les délégués doivent admettre que les médiateurs leur avaient bien expliqué toutes les conditions de la direction des chantiers dont la détermination du point. Celle-ci passera de 3,53 F au 1er avril à 3,59 au 1er décembre 1967, le paiement de la journée du 1er Mai, la fixation d’un salaire plancher à 550 F pour 40 heures au 1er mai. Jules Pinczon accepte, dans la dernière ligne droite, de céder sur la question de la prime d’intéressement, elle sera bien versée intégralement. C’est fort de ces dernières concessions que les quatre délégués débattent avec leurs camarades de 21 h à 22 h 30 afin d’arrêter leur position définitive. Quand ils reviennent, ils demandent s’ils peuvent s’absenter pour dîner. Cette requête irrite Jules Pinczon qui leur fait remarquer que le premier à avoir droit de dîner est le plus âgé, sous-entendu lui-même, et qu’il n’attendra pas au-delà de 23 heures car il doit partir dans la nuit même pour Saint-Nazaire pour aller négocier avec les horaires. Selon M. Baume qui a consigné la négociation, les délégués vont débattre pendant une demi-heure sur l’opportunité d’aller dîner, ce qu’ils ne font finalement pas. Quand ils font leur rentrée dans la salle de réunion à 23 heures, c’est pour dire qu’ils acceptent les dernières propositions du syndicat patronal. M. Salmon procède ensuite à la relecture de tous les protocoles jusqu’à 0 h 45, le lundi 1er mai.

  • 103 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG n˚ 299, 2 mai 1967. Pour les horaires, le (...)
  • 104 Le journaliste de l’ORTF Marcel Trillat a réalisé avec Hubert Knopp un film durant la grève de Sai (...)

95Le conflit de Saint-Nazaire touche à sa fin. Comme il l’a indiqué aux délégués des mensuels dans la soirée, Jules Pinczon, arrivé pendant la nuit par avion privé, reçoit dès 7 heures du matin les délégués des ouvriers à l’Inspection du travail, il ne les quittera que dans la soirée, démontrant ainsi son extraordinaire maîtrise de soi !103 Jules Pinczon aura négocié sans prendre de réel repos pendant 36 heures d’affilées ! Pour leur part, après leur « victoire », les délégués mensuels sont, finalement, allés souper tard dans la nuit dans une brasserie des grands boulevards et se sont accordés un sommeil réparateur afin d’arriver frais et dispos à Saint-Nazaire par le train de 13 h 23. À la gare, une foule nombreuse attend ses héros, les ovationne, tandis que les cars de CRS passent sur le pont voisin104.

96Afin de laisser les esprits s’apaiser le jour de la fête du travail, les délégués refusent de divulguer le contenu de l’accord avant le mardi 2 au matin. L’ultime assemblée générale des mensuels se déroule le 2 mai au soir au stade de Penhoët. C’est à Louis Morice de la CFDT, qui aura été incontestablement le meilleur orateur des mensuels durant le conflit, que revient l’honneur de tirer le bilan de ces semaines historiques. Il insiste sur les avancées, les concessions patronales mais fait comprendre à ses collègues que la victoire est aussi immatérielle : « Dès notre première manifestation du 3 mars, nous disions que la lutte serait âpre et difficile. Nous n’avons rien à regretter. Cette lutte aura au moins permis à 3 000 mensuels qui s’ignoraient auparavant de lutter ensemble contre les agissements d’un patronat rétrograde. Il n’y a pas tellement longtemps, Pinczon déclarait qu’il suffisait de mensualiser les ouvriers pour que la classe ouvrière disparaisse. Cet accord permet de reprendre le travail dans l’unité retrouvée et le patronat devra tenir compte de notre force ». Détermination dans l’action, unité syndicale, solidarité, voire connivence avec le reste de la société française, rupture du dogme des 4 % de hausse annuelle de salaire arrêtés pour le Ve Plan comme le souligne de son côté Jean Lescure de la CGT, tels sont les points saillants de ce conflit d’un type nouveau.

  • 105 Lors des face-à-face avec les CRS, les grévistes apprendront que ceux-ci gagnent jusqu’à 1 450 fra (...)
  • 106 C’est également l’opinion formulée a posteriori par Alain Peyrefitte qui note dans son C’était de (...)

97Après soixante-trois jours de grève, les « mensuels » et les « horaires » obtiennent des hausses de salaires comprises entre 7,3 % et 7,8 %, mais surtout un salaire plancher à 550 F par mois et une révision de la classification relevant l’indice de fin de carrière105. Certains expliquent la détermination des contremaîtres dans le mouvement par leur crainte de ne plus pouvoir parvenir en fin de carrière aux postes d’encadrement auxquels ils avaient traditionnellement droit du fait du recrutement de jeunes ingénieurs sortis des grandes écoles. En fait, les grévistes revendiquent un « combat pour la dignité », thème éminemment précurseur des revendications qualitatives du printemps 1968…106

  • 107 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 239

98Le 3 mai, à l’embauche de 7 h 30 aux chantiers, les mensuels de Penhoët ont droit à une haie d’honneur formée par leurs collègues de Sud-Aviation en congé jusqu’au 8 mai qui entonnent tour à tour L’Internationale, Ce n’est qu’un au revoir mes frères et Le Travail c’est la santé, un « tube » d’Henri Salvador. Le même jour en Conseil des ministres du 3 mai 1967, Jean-Marcel Jeanneney explique à ses collègues que les dernières propositions patronales qui ont été acceptées par les syndicalistes correspondent à celles qui leur avaient été faites trois semaines auparavant et qu’« ils ont donc perdu trois semaines pour rien »107. Ce constat objectif fait fi du sentiment de « victoire » et de la convivialité festive de la grève demeurée gravées dans la mémoire ouvrière nazairienne. Pour le général de Gaulle, cette grève a, une fois de plus, montré l’absence d’information du grand public et des salariés de la réalité concurrentielle dans laquelle vit en réalité l’économie française. Aucune voix ne s’élève donc autour de la table du Conseil pour suggérer qu’il existe un malaise social en France et que le gouvernement ferait bien de le prendre en considération…

Notes

1 Serge Mallet, La Nouvelle Classe ouvrière, Paris, Seuil, 1963.

2 Éric Kocher-Marbœuf, « Les luttes des métallurgistes nazairiens depuis la Libération à l’épreuve des impératifs économiques » in La vie littorale, Paris, CTHS, 124e congrès national des sociétés savantes, 2002, pp. 355-366. Christophe Belser, L’aventure de la métallurgie en Loire-Atlantique, 120 ans d’action patronale et d’essor industriel 1881-2001, La Crèche, Geste éditions, 2001, 253p.

3 Pour l’histoire sociale de la ville, de sa fondation à la Seconde Guerre mondiale, rien ne remplace la thèse d’État de Marthe Barbance, Saint-Nazaire : le port, la ville, le travail, Moulins, Crépin-Leblond, 1948, 645 p. Les métallurgistes de la construction navale de Saint-Nazaire furent les premiers en France à bénéficier d’une convention collective en 1917.

4 L’épisode est relatée dans Louis Oury, Les Prolos, Paris, Temps actuels, 1983, 280 p.

5 Service des archives économiques et financières, B 23 634. Chantiers de l’Atlantique à la direction du Trésor, rectification au programme d’investissements 1966-69, 2 décembre 1969.

6 Dès la fin 1967, les chantiers retiendront un poids total de coque moyen de 130 000 tonnes obligeant à porter le montant des investissements à 125 puis 135 millions de francs du fait de l’augmentation de l’aire de prémontage, des surfaces de stockage, de la capacité de l’atelier des panneaux plans.

7 Service des archives économiques et financières, B 23 634. Chantiers de l’Atlantique à la direction du Trésor, rectification au programme d’investissements 1966-69, 2 décembre 1969.

8 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Rapport des Renseignements généraux, 9 février
Image img01.jpg

9 La salle de l’Union Méan-Penhoët est un lieu symbole de la mémoire ouvrière nazairienne, elle est située à la limite des deux faubourgs de Méan et de Penhoët qui ont été les lieux d’origine de la construction navale à Saint-Nazaire, ils abritaient des ateliers de calfats dès la première moitié du xixe siècle. Ces deux faubourgs jouxtent la porche principal d’accès aux Chantiers de l’Atlantique et sont le lieu de rendez-vous favori des ouvriers qui peuvent s’attabler dans les nombreux cafés faisant face au terre-plein de Penhoët bordé par les darses destinés aux navires en réparation.

10 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n° 79 des RG de Loire-Atlantique, 9 février 1967 adressé à la direction générale de la Sûreté nationale et à la direction centrale des Renseignements généraux.

11 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 101 des RG de Saint-Nazaire, 14 février 1967.

12 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 109 des RG de Saint-Nazaire, 15 février 1967.

13 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 111 des RG de Saint-Nazaire, 15 février 1967.

14 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 112 des RG de Saint-Nazaire, 15 février 1967.

15 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 122 des RG de Saint-Nazaire, 17 février 1967.

16 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 128 des RG de Saint-Nazaire, 17 février 1967.
Image img02.jpg

17 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 128 des RG de Saint-Nazaire, 20 février 1967.

18 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 134 des RG de Saint-Nazaire, 21 février 1967.

19 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 137 des RG de Saint-Nazaire, 22 février 1967.

20 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 139 des RG de Saint-Nazaire, 22 février 1967.

21 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚ 150 des RG de Saint-Nazaire, 24 février 1967.

22 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Grève des mensuels de 1967, compte rendu de la commission mixte paritaire du 25 février 1967.

23 Le mode de calcul en glissement est le suivant : point parisien à 3,7 F au 1/1/67, point nazairien à 2,8 F au 1/1/63 par glissement majoré de 4,1 % au 1/7/62 soit 2,935. Il ressort en 1967 à 2,8 x 3,7 : 2,935 = 3,53 F.

24 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Grève des mensuels de 1967, compte rendu de la commission mixte paritaire du 27 février 1967.

25 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚158, 28 février 1967.

26 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 158, 28 février 1967.

27 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 164, 1er mars 1967.
Image img03.jpg

28 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 175, 3 mars 1967.

29 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 179, 4 mars 1967.

30 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 180, 6 mars 1967.

31 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 184, 7 mars 1967.

32 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 193, 8 mars 1967.

33 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 190, 8 mars 1967. Il s’agit là d’une référence au concile Vatican II qui affirme : « Bien souvent, ce n’est déjà plus au niveau de l’entreprise, mais à des instances supérieures que se prennent les décisions économiques et sociales dont dépend l’avenir des travailleurs et de leurs enfants ».

34 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme 139/2110 de la Sécurité publique et RG de Nantes, 9 mars 1967.

35 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 201, 10 mars 1967. Télégramme 42/207 des RG de Nantes du 9 mars 1967.

36 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme n˚164/2553 de la Sécurité publique et RG de Nantes, 13 mars 1967.

37 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 197, 10 mars 1967.

38 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 190, 8 mars 1967.

39 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la réunion du 12 mars 1967 à l’inspection du travail.

40 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 204, 14 mars 1967.

41 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 208, 15 mars 1967.

42 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 206, 15 mars 1967.

43 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 206, 15 mars 1967.

44 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 209, 211, 16 mars 1967.

45 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 210, 218, 16 mars 1967.

46 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Nantes n˚ 230/46, 16 mars 1967.

47 Jules Pinczon était particulièrement respecté aux chantiers pour son passé d’ingénieur de grand talent. Il fut l’un des introducteurs de la soudure électrique dans la construction navale française avant-guerre.

48 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 212, 17 mars 1967.

49 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la réunion à la DDT de Nantes, 16 mars 1967, 8 heures.

50 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la commission mixte paritaire tenue à l’hôtel de ville de Nantes, 16 mars 1967, 15-19 heures.

51 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 217, 17 mars 1967.

52 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 215, 17 mars 1967.

53 La réalité de ces propos n’a pu être vérifiée.

54 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 223, 20 mars 1967.

55 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 228, 22 mars 1967.

56 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 228, 22 mars 1967.

57 Sur cet aspect des conflits nazairiens voir la thèse de Dominique Loiseau, Femmes et militantisme, Paris, L’Harmattan, 1996, 240 p.

58 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 229, 23 mars 1967.

59 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 229, 23 mars 1967.

60 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 231, 24 mars 1967.

61 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 235, 28 mars 1967.

62 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 236, 28 mars 1967.

63 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 236, 28 mars 1967.

64 Archives des Chantiers de l’Atlantique, compte rendu de la réunion du 28 mars 1967. Présence de Pinczon, Baume et Gon pour les chantiers. Lescure et Buffoni pour la CGT, Maurice et Carré pour la CFDT, Le Mercier et Tudal pour FO.

65 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 238, 29 mars 1967.

66 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme 174/2756 de la Sécurité publique et des RG de Nantes, 30 mars 1967.

67 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme 173/2714 de la Sécurité publique et des RG de Nantes, 30 mars 1967.

68 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte du 30 mars 1967. Côté patronal : Pinczon, Gon, Baume, Grilliat, Martin-Grousset (SMPA), Bonnaffé, Colas (Sud-Aviation), Penos, Le Mouroux. Côté syndicats : Lescure, Delassalle, Garry, Le Bigot, Gomes pour la CGT ; Morice, Bréus, Carré, Fouré, Leclair pour la CFDT, Tudal, Ménezo, Sato, Le Mercier pour FO.

69 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 237, 29 mars 1967.

70 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte du 2 avril 1967.

71 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 243, 3 avril 1967.

72 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 245, 4 avril 1967.

73 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 245, 4 avril 1967.

74 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 246, 4 avril 1967.

75 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 248, 5 avril 1967.

76 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 259, 10 avril 1967.

77 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 260, 11 avril 1967.
Image img04.jpg

78 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 260, 11 avril 1967.

79 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 261, 12 avril 1967.

80 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 2610, 12 avril 1967.

81 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 14 avril 1967.

82 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 264, 14 avril 1967.

83 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte paritaire de la métallurgie nazairienne, 14-16 avril 1967.

84 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 270, 18 avril 1967.

85 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 268, 18 avril 1967.

86 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 269, 18 avril 1967.

87 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 277, 18 avril 1967.

88 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 21 avril 1967.

89 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 283 et n˚ 291 des 21 et 26 avril 1967.

90 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 22 avril 1967.

91 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 283, 24 avril 1967.

92 Les archives des Chantiers de l’Atlantique sont édifiantes à ce sujet. Loin de chercher l’apaisement, la direction du personnel cherche parfois délibérément l’affrontement pour tester « nos amis de la CGT » comme l’écrit un directeur dans un petit billet trouvé dans une liasse.

93 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 283, 24 avril 1967.

94 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 295, 28 avril 1967.

95 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Georges Leclair du 15 juillet 1995.

96 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 286, 25 avril 1967.

97 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 291, 26 avril 1967.

98 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG et Sécurité publique de Nantes n˚ 238/3524, 26 avril 1967.

99 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG de Saint-Nazaire n˚ 295, 28 avril 1967.

100 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 29 avril 1967.

101 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 2 mai 1967.

102 Archives des Chantiers de l’Atlantique. Compte rendu de la commission mixte paritaire du 30 avril 1967.

103 Arch. dép. Loire-Atlantique 270 W 232. Télégramme des RG n˚ 299, 2 mai 1967. Pour les horaires, le nouveau salaire plancher correspond à un taux horaire de 3,17 F et bénéficiera aux gardiens, pompiers et serveuses des cantines qui étaient payés sur une base de 2,6 F compte tenu des heures de repos obligatoire. Pour rattraper les heures perdues, les syndicats vont accepter de porter la durée hebdomadaire du travail à 48 heures.

104 Le journaliste de l’ORTF Marcel Trillat a réalisé avec Hubert Knopp un film durant la grève de Saint-Nazaire et c’est sur cette scène qu’il s’achève. Ce reportage d’une demi-heure fut interdit de diffusion par la commission de censure de l’ORTF et le service de liaison interministérielle qui exigea sa destruction. La bobine fut néanmoins conservée par Hubert Knopp. Elle a été retrouvée en 1996 par sa veuve et confiée à Marcel Trillat qui l’a donnée à l’Eco-musée de Saint-Nazaire. Le reportage a fait l’objet d’une projection à la Maison du peuple de Saint-Nazaire au printemps 1997, en présence de plusieurs centaines d’anciens mensuels, horaires, syndicalistes et cadres.

105 Lors des face-à-face avec les CRS, les grévistes apprendront que ceux-ci gagnent jusqu’à 1 450 francs par mois.

106 C’est également l’opinion formulée a posteriori par Alain Peyrefitte qui note dans son C’était de Gaulle, tome 3, ibid., p. 238 : « Rétrospectivement, on voit ce qu’il y avait de répétition générale, un an à l’avance et sur un théâtre de province, de la dramaturgie de Mai 1968. »

107 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 239

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540