Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

L’impossible dialogue social

Chapitre XXIII. L’échec de la refondation du dialogue social

Texte intégral

1La paralysie du pays lors des grèves du printemps 1968 a effacé de la mémoire collective l’agitation sociale des deux années précédentes. Pourtant, à y regarder de plus près, la dégradation des relations sociales dans de nombreux secteurs d’activité est palpable. Celle-ci prend déjà la forme d’une remise en question de la manière de gérer les liens hiérarchiques dans l’entreprise au moment où naissent les premières inquiétudes pour l’emploi, dues à la concentration du capital et à l’internationalisation de l’économie. Dans ce contexte, la gauche et les syndicats n’entendent pas désarmer après les victoires en demi-teintes du général de Gaulle à l’élection présidentielle de décembre 1965 et de ses partisans aux législatives de mars 1967. On peut se demander si certains responsables de l’opposition et du monde syndical n’en viennent pas à rêver d’une sorte de « troisième tour social » comme en témoignent certaines attitudes lors des grèves qui émaillent le printemps 1967 ? Pourtant, ce n’est pas du monde du travail que partira la contestation la plus forte du régime, mais de la jeunesse. Dans ce contexte, Jean-Marcel Jeanneney est manifestement mal à l’aise.

I. UN MINISTRE CONFRONTÉ À UNE POLITISATION CROISSANTE DU DIALOGUE SOCIAL

  • 1 Franck Georgi, L’invention de la CFDT 1957-1970, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, pp. 307-399.

2La venue de Jean-Marcel Jeanneney à l’hôtel du Châtelet, en janvier 1966, coïncide exactement avec l’entrée en vigueur du pacte d’action commune noué entre la CGT et la CFDT1. Cette alliance tactique entre les deux principales confédérations syndicales de travailleurs ne va pas faciliter le travail du nouveau ministre. Au ministère de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney avait fini par établir des liens de confiance et de respect réciproques avec toutes les centrales, y compris la CGT, pour les secteurs qui dépendaient de sa compétence. En reprenant les fonctions du ministre du Travail, ce sont de tout autres qualités qu’il va lui falloir déployer. Désormais il ne s’agira plus de s’entretenir avec les représentants de quelques puissantes fédérations, mais avec les secrétaires des confédérations. Le général de Gaulle a peut-être pensé que Jean-Marcel Jeanneney serait idoine pour ce rôle difficile dans la mesure où il était parvenu à faire passer son plan d’adaptation des charbonnages sans grève générale et où l’ambassade d’Alger avait encore mûri ses talents de négociateur. Incontestablement, et de l’opinion même de l’intéressé, le ministre des Affaires sociales ne va pas se révéler l’homme que la situation aurait exigé dans le climat social du second septennat du général de Gaulle. Tout d’abord, la situation politique a profondément évolué entre 1962 et 1966. À l’Industrie, note l’ancien ministre, « les syndicats observaient une trêve tacite due à la politique gaullienne en Algérie. Ils savaient que le régime préparait l’indépendance et que sa chute signifierait, au minimum, une perte de temps supplémentaire ». Comme exemple significatif, on peut citer l’extraordinaire appel du secrétaire CGT de la fédération des électriciens au ministre, quelques jours après la semaine des barricades de janvier 1960. En dépit de ses divergences politiques, le responsable cégétiste promet d’ordonner à ses agents de découpler le réseau pour paralyser les manœuvres d’éventuels factieux, en cas d’un coup de force. En 1966, le contexte n’est heureusement plus aussi tragique, mais, de fait, plus conflictuel. La fracture entre le régime et une certaine partie du monde du travail a été révélée en 1963 par le parti pris d’une large partie de l’opinion en faveur des mineurs en grève. La baisse de popularité du chef de l’État, alors enregistrée par tous les instituts de sondage, dans de nombreuses familles modestes sera irréversible. De nouveaux éléments de réponse sur le divorce entre le pouvoir et les masses seraient inévitablement exhumés par une analyse des trois premières années du gouvernement Pompidou, des répercussions du plan de stabilisation de Valéry Giscard d’Estaing et de la campagne des élections présidentielles de 1965. En effet, à travers les rares reportages de l’ORTF sur la campagne de François Mitterrand, candidat de la gauche rassemblée, se profilent des auditoires nombreux et de fortes attentes sociales.

3Pour Jean-Marcel Jeanneney, la montée en puissance de l’action revendicative et la politisation croissante du débat social sont les deux éléments majeurs devant influer sur sa propre conduite vis-à-vis des syndicats. Hélas pour lui, ce sont deux contraintes presque insurmontables compte tenu de sa personnalité. Jean-Marcel Jeanneney n’aime rien moins que les aspects « palabre » et poker menteur des discussions avec les syndicalistes. Son caractère tranché, scientifique, ne sied pas aux méandres des négociations sociales. Jean-Marcel Jeanneney peut difficilement partir d’une position fausse par rapport à celle qu’il désire défendre pour y parvenir par des biais détournés. Cette rhétorique est trop éloignée de son esprit positiviste. Jean-Marcel Jeanneney n’est pas l’homme qui peut donner « du grain à moudre » (selon la formule du syndicaliste FO André Bergeron) aux négociations durant de longues nuits d’âpres marchandages, à des esprits artificiellement maintenus en éveil par la caféine et la nicotine. À la différence des secrétaires des fédérations de mineurs, gaziers et électriciens qui étaient ses interlocuteurs ordinaires au ministère de l’Industrie, ayant presque tous un long passé de travailleur, Jean-Marcel Jeanneney va se trouver mal à l’aise face aux apparatchiks des confédérations ayant fait, de longue date, du syndicalisme leur véritable profession et n’ayant plus qu’un lien éloigné vis-à-vis de la profession qu’ils sont censés représenter. Il ne saura, non plus, guère trouver les mots justes pour se rallier les suffrages des syndicalistes de bonne composition mais devant composer avec leur base. Quant à ceux qui, de toute évidence, seront de mauvaise foi parce que agissant en lieu et place d’un parti politique d’opposition, il ne leur opposera qu’une sourde hostilité sans chercher à les manipuler ou à les découvrir sous un aspect plus humain. Ces constatations relèvent tout à la fois d’une analyse psychologique du personnage à travers sa pratique des syndicats mais aussi des entretiens avec certains proches du ministre ou d’une comparaison avec le témoignage de Bernard Ducamin sur son ancien patron Gilbert Grandval.

4Au moment de sa rentrée au gouvernement, Jean-Marcel Jeanneney adopte une attitude qui ne traduit aucune soumission de principe au ministre de l’Économie et des Finances, Michel Debré, ni aucun pacte secret lui permettant de revenir au gouvernement dans le sillage de l’ancien Premier ministre. Elle signifie simplement que le nouveau ministre des Affaires sociales, à la différence de certains de ses prédécesseurs, refuse de se prêter à la petite lâcheté consistant à toujours invoquer les foudres de la Rue de Rivoli pour refuser aux syndicats des revendications irréalistes. Jean-Marcel Jeanneney ne se prêtera pas non plus, toujours comme certains de ses prédécesseurs et successeurs, au petit jeu consistant à inviter à déjeuner les responsables syndicaux pour leur expliquer que le ministre partage tout à fait leur avis sur les revendications présentées alors qu’il a reçu, le matin même, un appel de Matignon ou du cabinet du ministre des Finances pour lui répéter qu’il doit indiquer le contraire à ses interlocuteurs.

  • 2 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 14 janvier 1966 ; Le Figaro, 12 janvier 1966.

5Laissant au ministre de l’Économie et des Finances le soin de régler la définition de sa politique, Jean-Marcel Jeanneney refuse, deux jours après son entrée en fonction, le 13 janvier 1966, de recevoir une délégation des métallurgistes CGT de la Seine désireux de lui présenter leurs doléances. Naturellement, sur un plan symbolique, ce geste n’est certainement pas le meilleur moyen d’instaurer un climat de confiance avec les syndicats, alors que ces derniers se souviennent du compréhensif ministre de l’Industrie du début de la décennie2. Le quotidien communiste reproduit, le matin même de ce qui va devenir un rendez-vous manqué, un entretien avec Denis Bord, le responsable des métallos CGT. Celui-ci explique que depuis le 23 décembre la centrale syndicale a déposé un mémorandum sur le bureau du ministre du Travail pour que cessent les licenciements et que se réunisse la commission mixte paritaire de la métallurgie parisienne. D’autre part, L’Humanité a demandé dès le 12 janvier à Jean-Marcel Jeanneney s’il ne voulait pas inciter au rattrapage des salaires à la Régie Renault. Le souvenir d’EDF-GDF demeure sans doute présent à l’esprit des communistes.

  • 3 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 11 juillet 1966.
  • 4 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Figaro, 19 octobre 1966 ; La Croix, 20 octobre 1966.
  • 5 Arch. CHEVS JMJ 49. Les Échos, 19 octobre 1966.

6Si la démarche de la CGT paraît malvenue début janvier, force est de constater que le gouvernement n’a pas la même attitude à l’égard de sa sœur ennemie Force ouvrière, dont une délégation est reçue par le ministre, le 22 février. Faut-il voir à travers cette différence de traitement l’expression du « favoritisme » pratiqué par Georges Pompidou à l’égard de la grande centrale réformiste ? Le moins que l’on puisse dire est que le premier semestre 1966 est ensuite marqué par un calme plat dans les relations entre le nouveau ministère et les centrales puisque aucun rendez-vous marquant ne peut être relevé dans la presse. Pourtant, au cours du Conseil des ministres du 27 juillet, Jean-Marcel Jeanneney indique que les 2 millions d’heures de grève enregistrées au cours du premier semestre 1966 traduisent une détérioration par rapport aux six années antérieures où la moyenne semestrielle n’était que de 1,6 million d’heures de grève3. Si cet indicateur a valeur de baromètre du climat social, on peut en conclure qu’un grain s’annonce pour la rentrée. C’est d’ailleurs la prédiction de Jean Boissonnat dans La Croix du 6 octobre. L’éditorialiste du quotidien chrétien explique qu’on peut s’attendre à une rentrée sociale agitée du fait des difficultés d’adaptation aux besoins existant dans les grands services publics (RATP, SNCF, PTT), de suppressions d’emplois dans le privé. Décidément choyée, FO est reçue par le Premier ministre en personne, le 18 octobre 1966. André Bergeron demande une confrontation générale entre gouvernement, syndicats et patronat sur les problèmes sociaux posés par les reconversions industrielles et une révision du SMIG qui devrait être considéré comme un minimum mensuel national calculé à partir d’un objectif minimum de consommation4. Ces suggestions ont, en tout cas, davantage de chances d’être entendues que celles de la fédération des gaziers et électriciens CFDT qui propose, quant à elle, de faire reposer les revendications salariales sur un salaire minimum de 1 000 francs par mois, avec un maximum de 9 000 francs en haut de la hiérarchie5.

  • 6 Arch. CHEVS JMJ 48. Journal officiel, Assemblée nationale, Débats, 19 octobre 1966. Arch. CHEVS JM (...)

7Pénalisée par le pouvoir gaulliste, la CGT n’en est pas moins un interlocuteur trop important pour être ignorée par le gouvernement. Aussi n’est-il guère étonnant de voir, à trois jours de distance, le député communiste Pierre Doize dénoncer, lors de la discussion budgétaire, le fait que la première centrale ne bénéficie que de 250 000 F d’aide de l’État sur les 8 millions de francs inscrits au chapitre budgétaire affecté au soutien des syndicats et Georges Pompidou recevoir une délégation de la CGT6. Cette dernière, emmenée par Léon Mauvais, comprend aussi André Berteloot, Livio Mascarello et surtout Georges Séguy, figure montante de la rue La Fayette.

  • 7 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 27 octobre 1966.
  • 8 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Monde, 25 novembre 1966.
  • 9 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Monde, 30 novembre 1966.

8Ces consultations au plus haut niveau de la fin octobre paraissent indiquer que le Premier ministre souhaite ajourner les négociations Toutée, contestées depuis le début par les syndicats et totalement pilotées depuis Matignon où officie Édouard Balladur, conseiller social du Premier ministre. Ces négociations sur les salaires ont, en effet, provoqué une cascade de grèves catégorielles, tournantes ou générales. Didier Dutailly, dans Combat, se hasarde à écrire que le gouvernement craint, plus que jamais, une explosion sociale pour le premier trimestre 1967, avant les élections législatives. Or la contrainte électorale l’amènerait forcément à céder, alors même que le budget en discussion redouble de rigueur. La conclusion de l’article remémore au lecteur que « la grève des mineurs de 1963 a montré que le gouvernement pouvait céder et même vaciller sur une poussée de fièvre sociale. Cela, les syndicats en sont parfaitement conscients »7. Finalement, la rentrée sociale 1966 se passera calmement, même si l’on assiste au succès de la première grande journée d’action commune lancée par la CGT et la CFDT, le 23 novembre. Plus de 30 000 personnes répondent à l’avertissement au gouvernement à Paris, 20 000 personnes à Maubeuge, 3 500 à Reims, 3 000 à Saint-Etienne, 2 000 à Douai et des manifestations ont été organisées à Caen, Le Havre, Rouen, Clermont-Ferrand, Marseille, Limoges, Bordeaux, Toulouse, Merlebach, Mulhouse…8 Après quelques hésitations, aucune grève d’ampleur nationale n’est organisée en décembre9.

  • 10 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 12 janvier 1966.
  • 11 L’année 1966 a connu une progression de 7 % de la production industrielle et de 5 % du produit int (...)

9Dans ces conditions, comment ne pas s’étonner de voir Jean-Marcel Jeanneney présenter d’un ton serein le bilan social du second semestre 1966 lors du premier Conseil des ministres de 1967, le 11 janvier ? Le ministre des Affaires sociales se félicite de la très forte diminution du nombre de journées perdues pour cause de grève au second semestre 1966, puisque ses services n’ont comptabilisé que 244 000 journées perdues contre 2 250 000 au premier semestre. La principale raison de cette chute s’explique par la forte réaction du gouvernement et par des divergences survenues entre la CGT et la CFDT après leur lune de miel consécutive à leur accord de janvier10. En insistant longuement sur le maintien d’une forte expansion en 1966, le ministre des Affaires sociales donne à penser que le gouvernement, à quelques mois des élections législatives, peut se payer le luxe de ne pas entamer de réelles négociations avec les syndicats dans la mesure où les résultats économiques sont à même de faire taire toute contestation sociale11. Le régime gaulliste craint davantage la montée politique de la gauche aux prochaines élections qu’un premier tour social. C’est pourtant à ce scénario imprévu qu’il va se trouver confronté sans comprendre réellement l’autonomie des aspirations sociales par rapport aux enjeux partisans des élections.

II. LA REVENDICATION SOCIALE COMME PROLONGEMENT DE L’OPPOSITION POLITIQUE : LES GRÈVES DE 1967

  • 12 Les élections législatives se déroulent les 5 et 12 mars 1967.

10Entre la fin janvier et la fin avril 1967, c’est-à-dire au plus fort de la campagne électorale des élections législatives et après les résultats ambigus de ces dernières, différentes régions connaissent une vague de grèves plus ou moins massives et longues12. Doivent-elles être assimilées à une répétition générale du mai 1968 des salariés ou bien faut-il y voir une campagne orchestrée par les syndicats et l’opposition de gauche pour prendre leur revanche ?

  • 13 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro, 30 janvier 1967 ; Le Monde, 31 janvier 1967.
  • 14 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 14 février 1967.
  • 15 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 4 mars 1967.
  • 16 Arch. CHEVS JMJ 50. La Croix, 4 mars 1967.

11La lecture de la presse montre qu’à partir de la dernière semaine de janvier, toute une série de grèves perturbent les services publics (RATP, SNCF, PTT, enseignement, santé, EDF-GDF, aviation civile) et le secteur privé (presse, entreprises, banques)13. Le 1er février, une manifestation rassemble plusieurs dizaines de milliers de personnes à Paris entre République et Nation. En refusant, le 10 février, de signer le procès-verbal des discussions de la commission nationale tripartite chargée du règlement des conventions collectives, le gouvernement donne le sentiment de ne pas vouloir prendre d’engagement précis dans le domaine social jusqu’aux élections14. Cette absence de signal de la part des pouvoirs publics va sans doute contribuer à l’amplification du mouvement de contestation. Fin février, un vaste mouvement de grève débute dans des secteurs et des régions éloignés. À Saint-Nazaire, les deux mille quatre cents mensuels de la métallurgie nazairienne, c’est-à-dire les employés et agents de maîtrise, cessent le travail le 17 février avant d’entamer une grève illimitée le 1er mars. À Revin, dans les Ardennes, trois mille cinq cents personnes manifestent, le 3 mars, contre la réduction de la prime d’ancienneté chez Arthur Martin15. À Lyon et à Besançon, respectivement sept mille et trois mille employés des usines Rhodiacéta bloquent l’activité des deux sites, tandis qu’à Bordeaux, deux mille ouvriers des usines Dassault débrayent à leur tour16. Aucune orchestration visible ne peut être invoquée dans le déclenchement de ces actions massives et déterminées, du moins à première vue.

  • 17 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 16 mars 1967.

12Quatre jours après le second tour des législatives, le responsable cégétiste Benoît Frachon donne une première clé de lecture sur les grèves en cours à Saint-Nazaire, Bordeaux, Lyon et Besançon dans L’Humanité17. Il fait observer qu’elles ont un dénominateur commun, la suppression des abattements de zones sur les salaires promise par le Premier ministre. L’atmosphère générale oscille entre détermination pacifique et tension. Le premier raidissement est observé le 17 mars quand la direction des usines Berliet décide de faire procéder à l’évacuation des usines de Vénissieux et Saint-Priest par les CRS, au motif que des déprédations ont été commises lors de l’irruption des grévistes dans les ateliers et les bureaux des cadres. Le 18 mars, Raymond Gelly, toujours dans l’organe central du PCF, écrit que « la résistance du pouvoir et du patronat multiplie les points chauds ». En réalité, ne seraient-ce pas plutôt les communistes qui attisent le mécontentement social sous-jacent en tentant, par la grève, d’infléchir la politique de rigueur poursuivie depuis 1966 ? J. de Marsan dans Combat pense plutôt que la « marée des revendications ouvrières sert, dans une grande mesure, la revendication patronale et porte un coup au régime actuel des prix contre lequel les protestations se multiplient ». La vieille inclination française pour l’inflation, partagée tant par le patronat que par les syndicats, commence à l’emporter dans les esprits. Le journaliste de Combat peut même écrire : « La fameuse stabilité ne repose que sur le sacrifice des ouvriers et n’a donc que les apparences d’une réelle stabilité. Salazar a une monnaie forte, mais les Portugais sont misérables ». Neuf années après l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle, l’accusation de césarisme demeure l’argument le plus commode pour critiquer le régime. À trente-cinq ans de distance, Jean-Marcel s’insurge encore contre le « sentimentalisme des journalistes », constatant que la réalité économique était tout autre avec une hausse annuelle des salaires nominaux de 6 % et encore de 3 % en ôtant l’inflation.

  • 18 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde, 21 mars 1967.
  • 19 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde, 21 mars 1967.
  • 20 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 21 mars 1967.
  • 21 Arch. CHEVS JMJ 50. France-Soir, 22 mars 1967.
  • 22 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Aurore, 22 mars 1967.
  • 23 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro, 22 - 23 mars 1967.
  • 24 Arch. CHEVS JMJ 50. Paris-Presse, 23 mars 1967.

13Le 20 mars, les usines Berliet et les Chantiers de l’Atlantique sont placés en situation de lock-out par les directions. À Vénissieux, les deux mille grévistes de Berliet se voient apporter le soutien du nouveau député FGDS de Vienne, Louis Mermaz, qui promet aux ouvriers l’établissement d’une « véritable démocratie économique »18. Il faut attendre le 21 mars pour que le ministre des Affaires sociales réagisse officiellement aux grèves en cours, en choisissant de se mettre en situation de médiateur dans le conflit Rhodiacéta qui s’éternise depuis un mois19. Le jour même, à Lyon, onze mille personnes défilent sous les bannières de la CGT, la CFDT, la FEN et des étudiants de l’AGEL. Entre Rhodiacéta (10 000 grévistes) et Berliet (12 000 lock-outés), l’atmosphère dans la deuxième ville de France est explosive. Selon L’Humanité, plusieurs milliers de CRS et de gendarmes mobiles, soit des dizaines de compagnies et d’escadrons, ont été dépêchés de toute la France pour occuper les usines Berliet et assurer le maintien de l’ordre20. Dans France-Soir, Paul Parisot relève que les négociations Rhodiacéta vont avoir un petit air de ressemblance avec les accords Matignon de 1936 qui avaient suivi des élections législatives21. Une soixantaine de membres de la commission paritaire de l’entreprise ont donc rendez-vous rue de Grenelle, le 21 mars. Le ministre des Affaires sociales entend cantonner son rôle à une mission de bons offices dans un conflit du secteur privé, mais il court le risque d’être placé en position d’accusé à tout moment par les parties en présence autour de la table de négociation. Le choix d’intervenir s’est sans doute porté sur Rhodiacéta parce qu’il s’agit d’un conflit « simple », ne portant que sur des augmentations de salaires. En revanche, son pourrissement ne manquerait pas de déboucher sur une extension des grèves dans le textile lyonnais. En effet, la négociation parisienne débute au moment même où des débrayages sont enregistrés dans de nouvelles entreprises de l’agglomération lyonnaise, comme chez Pechiney-Saint-Gobain, Crylor-Rhodiacéta et à la Compagnie des textiles artificiels22. Finalement, la médiation de Jean-Marcel Jeanneney se solde par un franc succès qui repose avant tout sur les qualités de négociateur de son directeur de cabinet Bernard Guitton : celui-ci fera la navette entre les représentants de la direction et des syndicats siégeant dans des salles différentes du ministère. La reprise du travail est décidée pour le 22 mars au matin, mais elle sera émaillée d’incidents23. Les salariés n’obtiennent qu’une augmentation de 3,78 % alors que les syndicats demandaient entre 12 % et 15 %24.

  • 25 Arch. CHEVS JMJ 50. Combat, La Nation, 23 mars 1967.

14Lors de sa communication au Conseil des ministres du 23 mars, Jean-Marcel Jeanneney fait le point sur la situation des différents conflits sociaux et rappelle que « la France est dans un système de commerce international dont elle tire des avantages, qui comporte des risques et qui suppose aussi un état d’esprit ». Concernant plus particulièrement Rhodiacéta, dont il vient de s’occuper, il souligne que les industries textiles connaissent des difficultés depuis 1965 du fait de la concurrence internationale et que la direction de la société du groupe Rhône-Poulenc avait envisagé de réduire les horaires et de fait les salaires. Lors du traditionnel point de presse donné par le secrétaire d’État chargé de l’information, à l’issue du Conseil des ministres, celui-ci insiste sur le fait que Jean-Marcel Jeanneney n’a pas « arbitré » le conflit chez Rhodiacéta mais a davantage joué le rôle d’un « entremetteur » investi par le Premier ministre25.

  • 26 Arch. CHEVS JMJ 50. La Croix, Le Monde, 31 mars 1967. Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 8 avril 1967.
  • 27 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 3 avril 1967.
  • 28 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 4 avril 1967.
  • 29 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 4 avril 1967.
  • 30 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 5 avril 1967.
  • 31 Arch. CHEVS JMJ 51. Les Échos, 6 avril 1967.

15La victoire étriquée des gaullistes aux élections législatives, loin de calmer les ardeurs sociales, avive au contraire les tensions. Les mineurs de fer lorrains votent la grève illimitée à compter du 1er avril, ils ne reprendront le travail qu’un mois plus tard26. Le 2 avril, les mille employées de l’usine Béjy-Autun qui fabriquent les collants DIM se mettent en grève pour une augmentation de salaire de 7 %. À Port-de-Bouc, les ouvriers d’Eternit sont également résolus à débrayer27. En grève depuis le 25 mars et soumis au lock-out deux jours plus tard, les métallos des Forges et aciéries du Sud-Ouest obtiennent, le 3 avril, 6 % d’augmentation28. À Saint-Fons, les deux mille trois cents employés de l’usine Rhodiacéta entament leur 26e jour de grève, rejoints par 80 % des effectifs de l’usine sud de Rhône-Poulenc et neuf cents employés mensuels de Spécia, tandis que se poursuit la grève à l’usine La Cellophane à Saint-Maurice de Beynost dans l’Ain29. Le 4 avril, des arrêts de travail se produisent dans la sidérurgie lorraine, ainsi qu’à la Banque de France, et l’agitation se poursuit chez Berliet. Enfin, chez Sud-Aviation, à Marignane, les syndicats invitent les salariés à débrayer30. Le 6 avril, Le Figaro juge la situation sociale « confuse et dangereuse » : les conflits « anciens » s’éternisent depuis plus d’un mois, tandis que de nouvelles entreprises commencent à s’agiter comme celles du groupe d’équipementier automobile DBA (Ducellier, Bendix, Air-équipement). À Saint-Fons aussi, le climat est en train de dégénérer. Une rumeur faisant état de l’occupation de l’usine Rhodiacéta par les CRS suffit à faire cesser le travail aux employés de Rhône-Poulenc, de Ciba, Saint-Gobain et Spécia et à susciter un rassemblement houleux devant les deux compagnies de CRS disposées devant les grilles de l’usine. Le quotidien économique Les Échos refuse en revanche de dramatiser et insiste au contraire sur « la bonne tenue d’ensemble de l’économie régionale » en Rhône-Alpes. Il remarque que les reclassements d’ouvriers licenciés à la suite de la fermeture des hauts-fourneaux de Chasse et d’une usine de Vienne se sont passés sans difficulté31.

  • 32 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Aurore, 7 avril 1967.
  • 33 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 8 avril 1967.
  • 34 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 10 avril 1967.
  • 35 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, L’Aurore, 10 avril 1967.

16Le 6 avril, la CGT et la CFDT font paraître un « manifeste commun ». Les deux centrales ont changé de tactique. Au lieu de lancer des mots d’ordre nationaux, comme le 17 mai 1966, elles laissent mûrir les conflits à la base, en en profitant pour élargir le débat. Le climat revendicatif est également relayé par l’opposition parlementaire. La nouvelle FGDS affiche son soutien aux luttes en cours32. La journée du vendredi 7 avril est marquée par une indéniable décrispation. Les syndicats de mineurs de fer lorrains appellent au dialogue avec le patronat, à Lyon les négociations reprennent chez Berliet et Rhodiacéta33. Le conflit de la partie chimie de Rhodiacéta à l’usine de Saint-Fons s’achève dans la nuit du 7 au 8 avril. Les ouvriers, après trente-deux jours de conflit, obtiennent 2,5 % d’augmentation et un reclassement des plus anciens travailleurs sans qualification34. À première vue, de petits gestes salariaux de la part des dirigeants patronaux suffisent à la reprise du travail, mais cette présentation est simpliste. D’autres motifs entrent en ligne de compte comme à Lille, le 8 avril, où un grand rassemblement vise à alerter le gouvernement sur la récession frappant la région, ou bien encore les « rencontres pour l’égalité de traitement entre hommes et femmes »35.

  • 36 Arch. CHEVS JMJ 51. Combat, 15 avril 1967.

17Devant le congrès de l’Union départementale CFDT du Haut-Rhin, le secrétaire général de la CFDT Eugène Descamps déclare qu’« il n’y a pas de chef d’orchestre clandestin à Besançon, Lyon, Saint-Nazaire, dans les mines de fer et l’aéronautique. Mais il existe chez les travailleurs une profonde inquiétude quant à leur emploi, aux reconversions industrielles, aux garanties de ressources. Il y a aussi la volonté à maintes reprises exprimée par la CFDT et la CGT de voir s’établir de véritables négociations contractuelles articulées à tous les niveaux : national, régional et professionnel ». Dans La Croix du 12 avril, Yvon Chotard, président du patronat chrétien et membre du Conseil économique et social, répond indirectement au responsable de la CFDT. Lui aussi juge que « les conditions semblent requises pour que s’engage enfin le dialogue patronat-syndicats ». Mais il regrette que ce dialogue « n’a[it] pas de chances réelles de s’instaurer sur un plan national » car pour beaucoup de patrons, « une telle négociation rappelle[rait] 1936 et signifie[rait] capitulation » ; elle « exigerait de longs mois pour être autre chose qu’une capitulation de l’une ou l’autre partie ». Quand on pense qu’un an plus tard, les partenaires sociaux se retrouveront au ministère des Affaires sociales pour des négociations aussi fameuses que celles de juin 1936, cette réflexion prouve combien le dialogue social était bloqué avant l’explosion du printemps 1968. Elles permettent surtout de mieux comprendre l’absence de réponse gouvernementale d’ensemble aux « feux de broussailles » du printemps 1967. Paul Menier, dans La Croix, écrit le 15 avril que « la détente sociale reste liée à l’ouverture de négociations au sommet ». Combat, citant des propos de responsables syndicaux, vise nommément le ministre des Affaires sociales pour la première fois en estimant que « M. Jeanneney reste très discret dans ces rencontres officieuses, « trop » lui reprochent les délégués syndicaux »36.

  • 37 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 237.
  • 38 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 237.

18En vérité, ces attaques de la presse à l’encontre du ministre des Affaires sociales s’avèrent infondées, a posteriori. Grâce à Alain Peyrefitte, il est, désormais, possible de savoir qu’au cours du Conseil des ministres du 12 avril, Jean-Marcel Jeanneney a livré, pour la première fois, son analyse des conflits du printemps 1967 en faisant preuve d’une prescience tout à fait remarquable concernant le sens du conflit engagé par les mensuels de la métallurgie nazairienne. Selon le ministre des Affaires sociales, la grève de Saint-Nazaire est « une grève de prospérité, elle a quelque chose de messianique. L’idée règne à Saint-Nazaire, et surtout à la CFDT, que l’on mène le combat de tous les salariés de France et d’Europe »37. Cette référence à une certaine forme d’exaltation n’est pas du goût de Georges Pompidou qui contredit son ministre en lâchant sèchement qu’« à Saint-Nazaire, nous avons une cause de grève tout à fait classique : ils veulent obtenir les mêmes avantages que les ouvriers de Dassault »38.

  • 39 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.
  • 40 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.
  • 41 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.
  • 42 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.
  • 43 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.

19Lors du Conseil des ministres suivant, le 19 avril, Jean-Marcel Jeanneney refait le point des conflits en cours en constatant que la région parisienne reste à l’écart de la contestation, que la région lyonnaise se calme mais que la situation demeure toujours aussi préoccupante à Saint-Nazaire et en Lorraine avec une différence près de taille, l’emploi n’est pas menacé en Basse-Loire alors qu’il l’est en Lorraine. Face à ces deux foyers contagieux, Georges Pompidou prône la plus extrême prudence et une réponse adaptée, tant du point de vue de la communication que de l’action. Admettant la spécificité du cas de la Lorraine, il demande à ce que la priorité soit mise sur l’ordre public et le respect de la liberté du travail. En revanche, il se montre nettement moins compréhensif pour les Nazairiens, comparant leur attitude à « de la déraison pure et simple » et évoquant « la frénésie locale » qui a fait capoter l’accord trouvé au ministère des Affaires sociales à la fin de la semaine précédente. Dans un tel contexte, il préconise la politique du cordon sanitaire : « Le gouvernement doit se retirer. La grève finira bien par cesser. Mais il faut que les uniformes soient le moins visibles possibles. On est en face d’une Commune assiégée »39. Le Premier ministre conclut son exposé en réaffirmant le bien-fondé de la tactique choisie : « Isolons les conflits, puisque la CGT s’efforce de les réunir »40. Le chef de l’État partage l’exigence de sang-froid défendue par son chef de gouvernement en relativisant l’importance numérique des grévistes ramenés à l’échelle de la population active nationale : « Ne nous excitons pas. Il y a 100 000 grévistes pour dix millions de travailleurs au travail »41. Comme Georges Pompidou, il dissocie le cas lorrain des autres conflits : « Il y a une affaire lorraine spécifique, qu’il faut reprendre complètement, ou accélérer. Il ne faut pas donner le sentiment qu’après la reprise du travail, on va s’en tenir là. Le fond de l’affaire, c’est que les mineurs ne savent pas ce qui les attend dans un avenir plus ou moins proche »42. Concernant le conflit de Saint-Nazaire, le général de Gaulle refuse, apparemment, de s’aventurer sur la piste « messianique » avancée une semaine plus tôt par Jean-Marcel Jeanneney et préfère s’en tenir à une interprétation plus terre-à-terre et, de fait, plus rassurante : « On a fait la gaffe de laisser Dassault augmenter ses mensuels et les aligner sur Paris. On a les conséquences. Mais il faut marquer un coup d’arrêt »43.

  • 44 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Parisien libéré, 20 avril 1967. La mission des Archives nationales auprès d (...)
  • 45 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 15 avril 1967.
  • 46 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 19 avril 1967.
  • 47 Arch. CHEVS JMJ 51. France-Soir, 20 avril 1967.
  • 48 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit, p. 239.
  • 49 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 239.

20À l’issue du Conseil, le secrétaire d’État à l’Information se borne à répéter à la presse que le gouvernement ne peut aller au-delà de l’engagement qu’il a pris en favorisant la reprise du dialogue44. Ce choix délibéré de refuser une réaction politique forte attise, dans un premier temps, les brandons de la discorde sociale, en apportant de nouvelles énergies revendicatives. En marge des grands conflits de la période, il en est d’autres qui défrayent la chronique comme celui chez Massey-Ferguson à Beauvais qui trouve son terme après une semaine de grève ou encore ceux d’entreprises métallurgiques de la région stéphanoise (Bennes-Marel, Ernault-Somua), Thomson-Houston à Lesquin, Usinor à Dunkerque, dans la sidérurgie bordelaise aux Chantiers navals France-Gironde. D’autres repartent comme des feux mal éteints, c’est le cas chez Rhodiacéta à l’usine de Vaise le 14 avril45. Aucun axe de propagation logique ne peut être avancé. Les conflits « sautent » d’une région à une autre dans des secteurs différents. Le « foyer lorrain », parti début avril, connaît un point d’orgue le mardi 18 avril quand de grands rassemblements se forment dans les villes du bassin lorrain à Hayange, Moyeuvre, Villerupt et Pompey en raison de l’interdiction faite par le préfet d’une grande manifestation à Metz46. Plusieurs dizaines de milliers de personnes participent à ces démonstrations de rue dans une région où la gauche a nettement progressé aux dépens des gaullistes aux dernières élections. Sans doute faut-il admettre, comme Paul Parisot l’écrit dans France-Soir, que « c’est un sentiment profond d’insécurité [qui] explique l’âpreté de la bataille sociale à Saint-Nazaire comme en Lorraine ». « Cette inquiétude devant les bouleversements techniques et devant l’avenir suffit à expliquer que le dialogue soit difficile à engager et que l’affrontement soit très dur »47. Cette crainte d’une dérive vers la violence est prise au sérieux par Jean-Marcel Jeanneney lors de sa communication au Conseil des ministres du 25 avril. Le ministre des Affaires sociales constate que le gouvernement est « en présence de mouvements qui tiennent aux divisions et donc aux surenchères syndicales et aussi à l’inexpérience d’ouvriers qui, depuis quinze ans, ont perdu la pratique de la grève et ne savent pas la terminer »48. Cette situation navre le chef de l’État qui s’exclame : « Il faut informer les salariés. En permanence, il faut qu’ils soient au courant de la vie et des problèmes de l’entreprise. C’est bien pour cela que nous avons créé les comités d’entreprise, et pas seulement pour s’occuper des sapins de Noël et des colonies de vacances. Mais ils ne jouent pas le rôle que l’on peut attendre d’eux »49.

  • 50 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 28 avril 1967.
  • 51 Arch. CHEVS JMJ 51. La Croix, 29 avril 1967.
  • 52 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 24 et 30 avril 1967.
  • 53 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 2 mai 1967.

21L’apogée du printemps social 1967 est certainement atteint le 27 avril, date de la journée nationale d’action lancée par la CGT et la CFDT dans la chimie, le textile, les hôpitaux… Le mot d’ordre des deux puissantes centrales est suivi par plusieurs dizaines de milliers de personnes dans des villes industrielles épargnées par les grèves comme Saint-Étienne, Le Havre, Rouen ou encore la région parisienne50. Pour autant, ces conflits peuvent-ils déboucher sur une crise générale ? Paul Menier dans La Croix ne le pense pas. Il remarque que les mots d’ordre lancés dans le textile ou la chimie n’ont pas eu de prise dans les régions déjà touchées par des conflits : « Les travailleurs jugent plus efficaces les coups de boutoir appuyés sur des points précis ; ils ne veulent pas les noyer ni user inutilement leur combativité »51. Ce point de vue est globalement pertinent. Fin avril, la plupart des mouvements s’essoufflent. Chez Berliet, le processus de reprise de dialogue entamé dès le 22 avril a débouché sur un accord le 27 pour une reprise du travail le 2952. En Lorraine, le travail va reprendre dans les mines le 2 mai, après un mois de grève. Là, l’accord a porté sur la requalification, le reclassement des licenciés, l’indemnisation des journées chômées durant deux mois, une augmentation de 80 à 120 F par mois pour ceux qui font trente-deux heures par semaine, l’acceptation de la retraite anticipée et de la retraite complémentaire à 4 %53.

  • 54 Arch. CHEVS JMJ 50. Les Échos, 29 mars 1967.

22Dans Paris-Presse, le secrétaire de la CGT, A. Berteloot, revenant sur les causes des grèves évoque tour à tour les craintes pesant sur l’emploi, les conditions de travail et le problème de l’alignement des salaires sur la région parisienne. En ne voyant dans les mouvements des trois mois de fièvre sociale que des motifs « classiques » de revendication et en rejetant avec mépris les militants pro-Chinois qui font de la surenchère, le responsable cégétiste commet déjà l’erreur d’analyse que rééditera un an plus tard la centrale procommuniste. D’autres commentateurs de la vie sociale sont autrement plus perspicaces. C’est le cas de Paul Menier, dans La Croix, qui constate que « le malaise est trop profond pour que disparaisse l’inquiétude ; et trop dur est le coup porté à ce qui pouvait rester d’espoir dans l’instauration de franches discussions contractuelles pour que l’on puisse escompter à bref délai un retour à une indispensable paix sociale. Il y a, à coup sûr, quelque chose de cassé et les syndicats paraissent décidés à manifester publiquement la déception qu’ils éprouvent à voir “escamotée” par le gouvernement la volonté de renouveau manifestée par les élections ». De même, Les Échos ont une présentation intéressante des événements, voyant, en partie, comme origine des difficultés sociales du moment, l’arrivée dans le monde de l’usine de jeunes ouvriers, peu syndiqués, sans charge de famille et soucieux de l’élévation de leur standing, ce dont témoigne leur venue à l’usine en voiture. Cette clé de lecture serait en particulier valable pour une industrie nouvelle comme les textiles artificiels (Rhodiacéta). En revanche, chez les anciens, qui avaient vingt ans en 1936, les revendications restent très marquées par l’esprit du Front populaire. Il se produit donc un décalage entre les revendications et les réactions des uns et des autres. De leur côté, les directions des usines sont amenées à modifier leur méthode de gestion de personnel. Elles accélèrent le brassage des cadres qui ne le supportent pas bien lorsqu’ils ont de l’ancienneté. Cette observation se trouverait particulièrement vérifiée dans des entreprises à la grille hiérarchique rigide comme aux Chantiers de l’Atlantique54.

Notes

1 Franck Georgi, L’invention de la CFDT 1957-1970, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, pp. 307-399.

2 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 14 janvier 1966 ; Le Figaro, 12 janvier 1966.

3 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 11 juillet 1966.

4 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Figaro, 19 octobre 1966 ; La Croix, 20 octobre 1966.

5 Arch. CHEVS JMJ 49. Les Échos, 19 octobre 1966.

6 Arch. CHEVS JMJ 48. Journal officiel, Assemblée nationale, Débats, 19 octobre 1966. Arch. CHEVS JMJ 49. L’Humanité, 22 octobre 1966.

7 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 27 octobre 1966.

8 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Monde, 25 novembre 1966.

9 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Monde, 30 novembre 1966.

10 Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, 12 janvier 1966.

11 L’année 1966 a connu une progression de 7 % de la production industrielle et de 5 % du produit intérieur avec seulement 1,5 % d’augmentation des effectifs, ce qui traduit des gains de productivité conséquents.

12 Les élections législatives se déroulent les 5 et 12 mars 1967.

13 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro, 30 janvier 1967 ; Le Monde, 31 janvier 1967.

14 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 14 février 1967.

15 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 4 mars 1967.

16 Arch. CHEVS JMJ 50. La Croix, 4 mars 1967.

17 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 16 mars 1967.

18 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde, 21 mars 1967.

19 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde, 21 mars 1967.

20 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, 21 mars 1967.

21 Arch. CHEVS JMJ 50. France-Soir, 22 mars 1967.

22 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Aurore, 22 mars 1967.

23 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro, 22 - 23 mars 1967.

24 Arch. CHEVS JMJ 50. Paris-Presse, 23 mars 1967.

25 Arch. CHEVS JMJ 50. Combat, La Nation, 23 mars 1967.

26 Arch. CHEVS JMJ 50. La Croix, Le Monde, 31 mars 1967. Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 8 avril 1967.

27 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 3 avril 1967.

28 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 4 avril 1967.

29 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 4 avril 1967.

30 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 5 avril 1967.

31 Arch. CHEVS JMJ 51. Les Échos, 6 avril 1967.

32 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Aurore, 7 avril 1967.

33 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 8 avril 1967.

34 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 10 avril 1967.

35 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, L’Aurore, 10 avril 1967.

36 Arch. CHEVS JMJ 51. Combat, 15 avril 1967.

37 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 237.

38 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 237.

39 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.

40 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.

41 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.

42 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.

43 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 238.

44 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Parisien libéré, 20 avril 1967. La mission des Archives nationales auprès du secrétariat général du gouvernement n’a pu donner une suite favorable à une demande de dérogation pour consulter les procès-verbaux des Conseils des ministres, le délai de communication étant fixé à soixante ans.

45 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 15 avril 1967.

46 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Figaro, 19 avril 1967.

47 Arch. CHEVS JMJ 51. France-Soir, 20 avril 1967.

48 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit, p. 239.

49 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 239.

50 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 28 avril 1967.

51 Arch. CHEVS JMJ 51. La Croix, 29 avril 1967.

52 Arch. CHEVS JMJ 51. Le Monde, 24 et 30 avril 1967.

53 Arch. CHEVS JMJ 51. L’Humanité, 2 mai 1967.

54 Arch. CHEVS JMJ 50. Les Échos, 29 mars 1967.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable