Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

L’impossible dialogue social

Chapitre XXI. Jean-Marcel Jeanneney rattrapé par les clivages de la vie politique

Texte intégral

1Au ministère des Affaires sociales, Jean-Marcel Jeanneney va indéniablement adopter un comportement plus politique qu’il ne l’avait fait à l’Industrie, tout en continuant à se comporter en homme de pensée. Les élections présidentielles ont achevé de réveiller le clivage droite-gauche. Il devient rapidement impossible au ministre des Affaires sociales de reprendre le langage de technicien et de pédagogue qu’il affectionnait tant au ministère de l’Industrie, même en face des parlementaires de l’opposition. Heureusement, dans ce climat souvent houleux, l’agenda de Jean-Marcel Jeanneney lui réserve parfois de bonnes surprises. C’est le cas le 8 février 1966 lorsqu’il revoit Ludger Westrick. L’ancien secrétaire d’État à l’Économie de la République fédérale est, entre-temps, devenu ministre d’État dans le gouvernement Erhard. Les deux anciens partenaires de Luxembourg procèdent à un libre échange de vues semblable à ceux qu’ils pratiquaient lors de leurs petits déjeuners luxembourgeois. Ludger Westrick fait part à son collègue français de son souhait de voir un jour une « fusion » des trois traités européens et non simplement celle des exécutifs, comme cela a été décidé en 1965. Selon lui, ce n’est qu’en modifiant les textes qu’il sera possible de mettre sur pied une véritable politique commune de l’énergie telle qu’ils l’avaient tous deux imaginée au début de la décennie. On sent nettement que Jean-Marcel Jeanneney est demeuré attentif et attaché à sa première grande œuvre ministérielle car il est tout à fait à même de répondre au ministre fédéral quand celui-ci se plaint de la surproduction charbonnière en Allemagne et du mauvais fonctionnement de la CECA qui contraint son gouvernement à fermer des mines nettement plus rentables que les houillères belges. Une nouvelle fois, les deux ministres envisagent le recours à l’article décrétant l’état de crise manifeste mais en souhaitant que la Haute Autorité ne fasse pas preuve de la même intransigeance qu’en 1959 et qu’elle renonce à appliquer des quotas par entreprise ou par houillère de bassin. Le ministre d’État fait plaisir à son interlocuteur en lui apprenant qu’il cite souvent au chancelier Erhard la méthode empirique qu’ils avaient inaugurée pour régler les différends communautaires. Le dégagement de certains excédents agricoles dus aux trop bons effets de la politique agricole commune suscite déjà un certain souci chez les Allemands, bien qu’ils soient à l’origine du prix élevé du blé, comme Jean-Marcel Jeanneney le fait à juste titre remarquer à son interlocuteur. Les deux ministres envisagent déjà d’introduire un système de « quota ». Enfin, le dernier souci dont Ludger Westrick fait part à Jean-Marcel Jeanneney est relatif à la poussée inflationniste observée en RFA, menace qui est prise très au sérieux par le gouvernement en raison de son histoire récente. Jean-Marcel Jeanneney explique à son collègue qu’il en est de même pour le gouvernement français, mais que la meilleure arme anti-inflationniste, la réduction des droits de douane, ne peut plus guère être utilisée compte tenu des baisses déjà effectuées. À la fin de leur entretien, les deux ministres se promettent de se revoir pour poursuivre leurs échanges d’opinions sur les grandes questions économiques en suspens, mais cette intention restera lettre morte.

2Il faut attendre septembre 1966 pour voir Jean-Marcel Jeanneney encaisser sa première attaque de la part d’un adversaire. Le 23 septembre, il reçoit de Gabriel Montpied, sénateur-maire socialiste de Clermont-Ferrand, une lettre dont le contenu le blesse. Le maire d’opposition reproche au ministre d’avoir, en quelque sorte, fait cadeau au docteur Guy Fric, député UDR, de l’information suivant laquelle le financement d’une buanderie pour le CHU de la ville a été inscrit au budget de la ville pour 1967. En tant que maire de la ville depuis la Libération et président de la commission administrative des hospices, il se juge d’autant plus offensé qu’il rappelle avoir reçu avec égards Jean-Marcel Jeanneney lorsqu’il était ministre de l’Industrie. Qualifiant cette façon d’agir de « très discourtoise », Gabriel Montpied en appelle surtout à feu le président Jeanneney pour regretter cet oubli de correction de son fils. Comme à chaque fois qu’un homme politique utilisera son père contre lui, Jean-Marcel Jeanneney réplique avec force. Dans sa réponse en date du 1er octobre, il écrit que « rien ne me serait plus pénible, croyez-le, que de me penser indigne de lui, ou même seulement infidèle à sa mémoire ». Invoquant le mot d’ordre de boycott des élus d’opposition lors des déplacements du chef de l’État et des membres du gouvernement, Jean-Marcel Jeanneney fait remarquer que son père « n’aurait point manqué de considérer le fait comme une incorrection grave, envers les institutions démocratiques plus encore qu’envers les personnes. Cette attitude d’un parti, hautement proclamée, enlève à ses membres (…) le droit de prétendre aux attentions de ministres avec lesquels ils déclarent se refuser à tout contact officiel ». Cette lettre est incontestablement la plus sèche que Jean-Marcel Jeanneney ait jamais écrite à un adversaire politique durant sa carrière ministérielle.

3D’une façon générale, Jean-Marcel Jeanneney va connaître des relations plus tendues et aussi plus directes avec le monde politique durant cette période du ministère des Affaires sociales que celles qu’il avait vécues à l’époque du ministère de l’Industrie. S’il ne ménage pas son soutien au général de Gaulle, il refuse toujours d’être enfermé dans le système gaulliste et affirme nettement son indépendance vis-à-vis de Michel Debré, au risque de voir se distendre leur ancienne amitié.

I. MINISTRE DU GÉNÉRAL ET PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT EN HAUTE-SAÔNE

  • 1 Sa correspondance avec ses ministres le révèle.

4Lorsqu’il séjourne dans son terroir franc-comtois, Jean-Marcel Jeanneney en profite pour faire l’exégèse de la politique gouvernementale auprès de ses administrés. C’est le seul endroit où il s’autorise à parler publiquement de thèmes politiques extérieurs à ses compétences. Contrairement à une pratique devenue habituelle trente ans plus tard, les ministres qui évoquaient des thèmes ne relevant pas de leur domaine étaient immédiatement repris par le Premier ministre, voire le général de Gaulle en Conseil des ministres. Durant son gouvernement, Michel Debré maintint continûment une attention vigilante contre les débordements d’autorité de ses ministres ou leurs propos à des journalistes et ses remises au pas étaient souvent cinglantes1. Estimant tout à fait naturel l’impératif de cohésion du discours gouvernemental, Jean-Marcel Jeanneney s’est toujours plié de bonne grâce à cette discipline. Aussi ses « sorties » de territoire à Rioz doivent-elles être comprises autrement. Elles apparaissent plutôt comme le nécessaire devoir d’explication de l’élu local à ses électeurs, une manière de leur rendre des comptes et tant mieux pour eux si cet élu est ministre et a un regard particulièrement averti sur les grandes décisions engageant le pays.

5C’est ainsi que profitant d’une visite à la coopérative laitière de Rioz, le 2 avril 1966, le conseiller général Jeanneney tient à expliquer la politique du gouvernement et du chef de l’État au sujet du Marché commun et du retrait du commandement intégré de l’OTAN. Étant donné le caractère rural et agricole de l’économie haute-saônoise, Jean-Marcel Jeanneney revient sur la crise institutionnelle déclenchée en 1965 par la France à Bruxelles qui s’est achevée en janvier 1966 par le fameux « compromis de Luxembourg ». Loin de vilipender les « eurocrates », comme cette expression commence déjà à être à la mode à cette date, le ministre de la République gaullienne justifie la politique de la chaise vide et le blocage des institutions communautaires comme l’unique moyen de défendre la politique agricole commune et la capacité de la France à s’opposer à toute décision qu’elle jugerait contraire à ses intérêts. Cette présentation des faits est tout à fait orthodoxe et il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’en dépit de son attachement à la construction européenne, Jean-Marcel Jeanneney ait approuvé une mesure limitant la supranationalité et le pouvoir administratif de la Commission, et s’inscrivant dans la même perspective que son combat contre le renforcement de la Haute Autorité.

6La vigilance de la politique européenne de la France a permis d’augmenter le prix du lait de 7 %, de fixer un prix garanti pour la viande. Pour son compte, Jean-Marcel Jeanneney revendique l’abaissement de 6 % à 5 % de l’abattement sur les zones rurales des prestations familiales, ce qui est aussi une manière d’élever le revenu agricole. Mais toute politique agricole doit passer par une meilleure connaissance des prix de revient et, comme toujours, Jean-Marcel Jeanneney plaide pour l’adoption de la comptabilité d’exploitation-type afin de pouvoir faire des comparaisons et mieux déterminer les orientations de la politique globale. Il ne faut pas y voir uniquement une préoccupation d’économiste, mais aussi une nécessité.

7Commentant le retrait du commandement intégré de l’OTAN à compter du 1er juillet 1968, annoncé par le général de Gaulle le 7 mars 1966, l’enfant du pays devenu ministre se hasarde sur un terrain qu’il n’a guère l’habitude de fréquenter ailleurs qu’au Conseil des ministres. Cette décision, qui suscite beaucoup d’interrogations, voire d’inquiétudes dans le pays, l’amène à déployer tous ses talents de pédagogue, expliquant ce qu’est l’organisation, son fonctionnement et la nécessité pour la France de ne pas se trouver liée lors d’un conflit sur un théâtre extérieur à l’Europe, dans lequel elle n’aurait aucun intérêt vital à défendre.

8En réponse à un habitant qui assimile la force de frappe à une charge improductive, Jean-Marcel Jeanneney se lance dans une démonstration qui a pour but d’en démontrer l’utilité. Entre l’absence totale d’armée, et le risque de tomber dans l’asservissement, et une nombreuse et coûteuse armée conventionnelle, il faut choisir. L’adoption de la force de frappe reposant sur la dissuasion nucléaire permet d’échapper à ce dilemme en favorisant le développement de la technologie française, elle devient ainsi une dépense particulièrement bénéfique pour l’économie française.

  • 2 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Monde du 5 avril 1966.
  • 3 Arch. CHEVS JMJ 42. Mot manuscrit de Michel Debré du 6 avril 1966.
  • 4 Arch. CHEVS JMJ 45. Inauguration du Crédit agricole de Rioz, 5 septembre 1966.
  • 5 Arch. CHEVS JMJ 45. Conférence de presse à Vesoul du 10 septembre 1966. Arch. CHEVS JMJ 49. Combat (...)
  • 6 Arch. CHEVS JMJ 49. Paris-Presse du 13 décembre 1966 annonce la quasi-certitude de la non-présenta (...)
  • 7 Arch. CHEVS JMJ 49. Paris-Presse du 30 décembre 1966.

9Ce discours est jugé d’une telle qualité que les propos du ministre des Affaires sociales sont repris le lendemain dans Le Monde : il n’est pas parvenu à passer inaperçu2. Deux jours plus tard, le 6 avril, Michel Debré adresse un petit mot à Jean-Marcel Jeanneney, lui affirmant que les représentants de l’UD-Ve estiment qu’il a toutes ses chances en Haute-Saône pour les prochaines législatives et qu’il ferait bien d’y réfléchir3. Cinq mois plus tard, lors de l’inauguration de la nouvelle agence du Crédit agricole de Rioz, le ministre et conseiller général revient, pour s’en féliciter, sur la réforme du financement de la PAC scellée en juillet 1966. Même si les producteurs de lait de Haute-Saône ne le percevront pas dans l’immédiat, car le prix de leur lait baissera, la réforme est bonne pour relever le défi de la modernisation, de la diversification des productions, comme l’avait fait Raguin, le fondateur de la coopérative du village4. Une semaine plus tard, à la foire de Vesoul, Jean-Marcel Jeanneney refuse de se prononcer sur son éventuelle candidature aux futures élections législatives, mais n’envisage pas de pouvoir se présenter hors de Franche-Comté5. C’est sans doute en grande partie à cause de cet attachement au terroir franc-comtois qu’il va tenir une nouvelle fois tête à Georges Pompidou en n’allant pas se présenter à Grenoble contre Pierre Mendès France. En effet, alors que le Premier ministre et le général de Gaulle ont décidé d’envoyer tous les ministres « au front », y compris les moins « combattants » comme Louis Joxe ou Maurice Couve de Murville, seuls deux membres du gouvernement seront dispensés de bataille électorale, André Malraux, jugé trop au-dessus de la mêlée, et Jean-Marcel Jeanneney6. Le ministre des Affaires sociales aura réussi à faire valoir que seule la Haute-Saône comptait à ses yeux et qu’à partir du moment où Pierre Vitter, devenu Républicain indépendant, était le candidat de la majorité, il n’allait pas se présenter contre lui7. Lors de son explication avec Georges Pompidou, Jean-Marcel Jeanneney refusera aussi d’aller se présenter contre l’ancien président du Conseil à Grenoble, jugeant qu’il était bon pour le fonctionnement démocratique des institutions qu’un adversaire tel que lui siège à l’Assemblée. En vérité, compte tenu du rapport des forces de 1967, Jean-Marcel Jeanneney aurait vraisemblablement été battu par Pierre Mendès France.

II. DES RÉTICENCES À DONNER DES GAGES PARTISANS ET À RENDRE DE « MENUS SERVICES »

  • 8 Arch. CHEVS JMJ 42. Mot de Georges Pompidou du 23 novembre 1966.
  • 9 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre d’Olivier Philip du 13 janvier 1967. Il y a désormais prescription pour (...)

10Au ministère de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney n’avait guère été mêlé aux petites manœuvres de la vie politique. Seuls quelques articles de journalistes en mal de révélations l’avaient présenté tour à tour comme un possible ministre des Finances, de l’Éducation, voire comme un successeur de Michel Debré. S’agissant de cette dernière hypothèse, il avait d’ailleurs immédiatement appelé son « ami Michel » pour lui réaffirmer son entière fidélité afin de ne pas altérer leurs relations, un Premier ministre étant toujours un « ex-Premier ministre en sursis ». Mais, en dehors de ces anecdotes qui venaient pimenter le quotidien, Jean-Marcel Jeanneney n’était en rien associé aux inévitables petites combines des amis ou membres des sphères de la majorité. Sous le gouvernement de Georges Pompidou, les choses changent. À l’occasion d’un Conseil des ministres de la fin novembre 1966, c’est le Premier ministre lui-même qui glisse à son ministre des Affaires sociales un petit billet lui demandant s’il peut trouver des places susceptibles d’être attribuées à des députés gaullistes qui seraient battus aux prochaines élections ou bien encore s’il lui est possible d’étudier de près la situation du CHU de Limoges, question capitale pour Pierre Mazeaud8. Aucun décret portant nomination de fonctionnaires du ministère postérieur aux élections de mars 1967 ne permet de dire que le ministre ait suivi avec zèle cette « recommandation » douteuse sur le plan de la neutralité de l’État. En fait, en 1966, la dérive tendant à confondre certains corps de l’administration avec un refuge pour « éclopés du suffrage universel » a déjà refait surface, comme à d’autres périodes de la République, et elle n’en est qu’à ses débuts. Le 13 janvier 1967, Olivier Philip, préfet, membre du cabinet du Premier ministre, transmet au cabinet des Affaires sociales les offres de service de Pierre Poujade, qui se déclare prêt à transmettre une liste de vingt-cinq circonscriptions dans lesquelles il peut faire du démarchage pour des candidats de l’UD-Ve République contre un émargement aux fonds secrets. Jean-Marcel Jeanneney, comme dans tous les cas un peu troubles du marigot politique, retourne le dossier. De même, le cabinet des Affaires sociales refuse d’acheter une page de publicité dans le Dauphiné libéré en dépit de la demande de MM. Noël Chapuis, Aimé Paquet et Boyer, parlementaires gaullistes de l’Isére9.

  • 10 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde du 18 janvier 1967.
  • 11 Arch. CHEVS JMJ 50. Paris-Presse du 19 janvier 1967.
  • 12 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Aurore du 17 février 1967.

11Parfois, la presse crée de toutes pièces l’événement. C’est le cas lors de l’absence de Jean-Marcel Jeanneney, fin janvier 1967, lorsqu’il se rend à Dakar afin d’assister aux journées médicales des pays francophones d’Afrique noire. Le choix par le général de Gaulle du ministre des Affaires étrangères pour assurer l’intérim intrigue Le Monde qui mesure la possibilité pour l’ancien inspecteur des Finances devenu diplomate de conduire, un jour, les affaires économiques et sociales du pays. Jean-Marcel Jeanneney précise, aujourd’hui, que c’est lui qui a suggéré le nom de son collègue des Affaires étrangères afin de le faire sortir de son « ghetto » du Quai d’Orsay. On ne peut qu’être frappé, rétrospectivement, par la finesse de cette analyse quand on sait que le général de Gaulle reconduira, à contrecœur, Georges Pompidou après les élections de 1967 et qu’il choisira Maurice Couve de Murville comme ministre des Finances puis comme Premier ministre en 196810. Plus grossièrement, Paris-Presse voit dans cet arrangement un « complot Couve de Murville-Jeanneney »11. Quant à L’Aurore, par la plume de Jacques Delbos, elle s’inquiète d’une possible ascension du ministre des Affaires sociales à l’occasion d’un remaniement, ajoutant d’un air ironique, qu’il a été « assez bien inspiré en ne posant pas sa candidature » aux prochaines élections législatives12.

12Une place particulière doit être accordée à la correspondance avec les autres membres du gouvernement car elle constitue un éclairage incomparable et attachant de la vie gouvernementale sous la présidence de Charles de Gaulle. La variété des messages, billets et lettres échangés entre Jean-Marcel Jeanneney et ses collègues prouve le caractère transversal des responsabilités ministérielles qui allient l’essentiel à l’accessoire, l’intérêt général, l’intérêt particulier bien compris. Les rares lettres du secrétariat particulier conservées par le ministre apprennent ainsi quelques bribes de l’intimité des ministres de l’ère gaullienne.

13La correspondance la plus sérieuse concerne Alain Peyrefitte, ministre de l’Éducation nationale, qui, le 17 mai 1967, écrit à Jean-Marcel Jeanneney pour lui demander s’il ne croit pas venu le temps de rouvrir le dossier de la médecine scolaire car il estime que son rattachement à l’Éducation nationale a constitué une erreur. C’est aussi ce petit billet sans date de Jean Foyer, échangé en Conseil des ministres, qui demande l’opinion de Jean-Marcel Jeanneney sur l’opportunité d’une réforme de l’autorité parentale. C’est encore l’exemple d’un message de Raymond Marcellin, ancien ministre de la Santé, qui met en garde son successeur contre la possibilité d’exercer à mi-temps pour les infirmières. Jean-Marcel Jeanneney lui répond qu’il compte bien ne réserver la mesure qu’aux femmes ayant un enfant en bas âge. Dans un autre mot, le député-maire de Vannes supplie le ministre de penser à l’hôpital de sa ville et à la maison de retraite des médaillés militaires.

  • 13 Arch. CHEVS JMJ 42.

14D’autres échanges s’attachent à défendre des intérêts, certes louables, mais particuliers et s’apparentent à une forme française de lobbying. C’est le cas d’une lettre du 23 septembre 1966 d’Alain Peyrefitte, ministre délégué chargé de la Recherche scientifique, qui demande la possibilité de la mise à la retraite pour inaptitude des mineurs de glaise de Provins. Une promesse à laquelle avait acquiescé Gilbert Grandval, l’ancien ministre du Travail, réputé pour ne pas savoir dire non aux sollicitations ! Accessoirement, cette faveur servirait les intérêts politiques d’Alain Peyrefitte, élu député de la circonscription de Provins en 1962. Autre ministre plaidant pour ses terres d’élection, Maurice Schumann, qui argue des « soucis croissants » du Nord – selon l’expression même de Michel Debré affirme-t-il – pour réclamer l’implantation dans son département d’une des trois caisses nationales. Jean-Marcel Jeanneney lui répond qu’il peut envisager la possibilité de décentraliser la gestion du risque de la caisse de vieillesse13. Edmond Michelet se préoccupe, quant à lui, des intérêts de la CFTC dite maintenue qui s’est vu promettre une subvention supplémentaire lors d’une rencontre en janvier 1968 avec Jean-Marcel Jeanneney, mais qui n’a toujours rien perçu en mai. Jacques Tessier, son secrétaire général s’en est inquiété.

15Seul un petit mot d’Edgar Faure, demandant à son collègue quand sa fille médecin hospitalier pourra être payée, permet d’appréhender une demande d’intervention, certainement justifiée, mais d’ordre personnel.

III. UN ENGAGEMENT ACTIF DANS LA CAMPAGNE DES LÉGISLATIVES DE 1967

  • 14 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Georges Pompidou du 7 février 1967.
  • 15 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro du 28 février 1967.
  • 16 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité du 1er mars 1967.

16Exempté de « corvée électorale », Jean-Marcel Jeanneney est tout de même mis à contribution par Georges Pompidou pour la campagne électorale. En dépit de leurs relations un peu distantes, le Premier ministre semble apprécier le style pédagogique et sérieux du ministre des Affaires sociales. Le 7 février 1967, il demande à Jean-Marcel Jeanneney de participer à une conférence de presse prévue à la Maison de l’Amérique latine. Il s’agit pour les membres du gouvernement de se comporter moins en qualité de ministres qu’en qualité d’hommes politiques soucieux de chercher à faire dévoiler leurs projets réels à l’opposition14. C’est dans ce cadre que le ministre des Affaires sociales viendra présenter le bilan de la première année d’existence de son ministère à la presse, le 27 février15. Nelly Feld dans L’Humanité ne se prive pas de railler le ministre des Affaires sociales16.

  • 17 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité du 8 février 1967.
  • 18 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro du 21 février 1967.
  • 19 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde du 22 février 1967.
  • 20 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde du 4 mars 1967.

17Sur le terrain, Jean-Marcel Jeanneney n’hésite pas à payer de sa personne dans un contexte parfois difficile. C’est ainsi qu’à son arrivée en gare de Longwy il est accueilli par une foule hostile rassemblée par la CGT et le PCF. Ses gardes du corps doivent lui frayer un chemin jusqu’à l’hôtel de ville où l’attend le candidat UNR aux élections législatives17. Quelque temps plus tard, en visite à Strasbourg en compagnie d’André Bord et de Michel Debré, il doit affronter le chahut des étudiants « situationnistes »18, mais le pire est encore devant lui. Au retour, alors que le Mystère 20 du GLAM survole les Vosges, il connaît une panne de réacteur qui le fait chuter de plusieurs centaines de pieds en quelques secondes. Jean-Marcel Jeanneney, qui discutait avec le ministre des Finances, a conservé en mémoire le visage figé de Michel Debré, cramponné à la tablette. Pendant quelques secondes, ils croient que leur fin est arrivée. L’appareil parviendra à se poser de nouveau à Strasbourg-Entzheim et les deux ministres choisiront de revenir le lendemain matin à Paris en train !19 Lors de son déplacement sur les terres de Lucien Neuwirth, le 3 mars, auquel il est venu apporter son concours dans son duel face à Charles Hernu, Jean-Marcel Jeanneney se livre à la dure loi du débat contradictoire à la bourse du travail de Saint-Étienne. C’est l’occasion pour le ministre des Affaires sociales de défendre le bilan du gouvernement mais aussi de préciser qu’il ne saurait approuver par avance tous les propos du général de Gaulle, résumant sa pensée ainsi : « Je suis un gaulliste très sincère, mais je suis aussi un citoyen »20. Ce genre de propos n’est pas forcément bien accueilli dans les rangs gaullistes où la discipline l’emporte parfois sur la réflexion.

  • 21 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Populaire du 25 février 1967.

18Mis à part les grèves en cours, la campagne électorale révèle aussi le malaise commençant à monter dans les jeunes générations. Le 23 février, le ministre de la Jeunesse et des Sports, François Missoffe, communique son « livre blanc » sur la jeunesse au Conseil des ministres, mais refuse d’en divulguer le contenu au grand public avant les élections. Pour Le Populaire, il s’agit là de la preuve que la jeunesse fait des reproches au pouvoir gaulliste. Le ministre laisse juste filtrer que trop de jeunes apparaissent comme déclassés21.

  • 22 Le ministre des Affaires sociales dispose de dix minutes d’antenne dans le cadre de la campagne of (...)

19La campagne électorale de 1967 marque, bien plus encore que celles des présidentielles de 1965, l’entrée dans l’ère de la communication télévisée. Désigné pour s’exprimer le 7 mars, deux jours après les résultats apparemment bons pour le gouvernement lors du premier tour, le ministre des Affaires sociales peaufine son allocution22. En vérité, Jean-Marcel Jeanneney n’est pas très à l’aise pour cet exercice imposé, préférant les brillantes improvisations et raffolant plus encore du petit jeu des questions-réponses. Il rédige de sa belle écriture de professeur deux versions successives, très dissemblables, de l’allocution qu’il doit prononcer, comme s’il se donnait les moyens de choisir entre l’une ou l’autre jusqu’au dernier moment, en fonction des circonstances. C’est, sans conteste, la version non diffusée qui se révèle être la plus intéressante. Jean-Marcel Jeanneney s’y montre sous un jour inhabituel. Il adopte un ton très offensif et engagé, se départissant de son image de technicien, n’hésitant pas à polémiquer avec les représentants des partis de gauche. Le début de l’épure plagie par son style le général de Gaulle lors de sa première intervention pour les élections présidentielles, le 4 novembre 1965. Le ministre des Affaires sociales écrit, en effet : « Pendant plus de trois semaines, vous avez entendu à la radio ou à la télévision les représentants des oppositions vous dire que si par vos votes vous leur permettiez de se partager le pouvoir, tout irait merveilleusement ! Mais vous les connaissez de longue date, ces hommes qui depuis vingt ans considèrent la politique comme un jeu sans rapport avec la réalité ». À la différence du général de Gaulle, Jean-Marcel Jeanneney ne cloue pas les « partis » au pilori mais préfère s’en prendre aux hommes qui les incarnent. Plus étonnant de sa part, il brutalise aussi ceux qui ont négocié le traité de Rome, ce qui ne lui est pas familier depuis 1959, quand il projette de dire : « Ils chantaient les mérites d’une Europe où les frontières disparaîtraient, alors même qu’incapables d’équilibrer nos échanges extérieurs, ils fermaient nos frontières au commerce international ». Et il poursuit son réquisitoire en prenant pour exemple la guerre d’Algérie et la politique monétaire, en affirmant : « Ils se faisaient élire pour faire la paix en Algérie et y intensifiaient la guerre. Ils s’apitoyaient sur le sort des petits salariés et truquaient les indices pour que le salaire minimum ne soit pas relevé ».

20Cette version non diffusée respecte également des topoï que le téléspectateur lambda est en droit d’attendre de Jean-Marcel Jeanneney, c’est-à-dire une vulgate économique pour heure de grande écoute. À l’image de monsieur Jourdain, Jean-Marcel Jeanneney fait de la « mercatique politique » avant la lettre, admettant bien volontiers que les Français se plaignent de leurs fins de mois difficiles, mais faisant remarquer que depuis 1958, le nombre d’automobiles en circulation a presque doublé, que celui des ménages disposant d’un réfrigérateur a été multiplié par trois et que la proportion de ceux disposant d’un téléviseur a été multipliée par sept. Ce genre d’argument, censé toucher le téléspectateur-électeur, est, tous les spécialistes de la communication politique le savent, « invendable », dans la mesure où la société de consommation génère toujours davantage de besoins et que personne ne s’avoue réellement satisfait par ce qu’il possède. Tout rappel d’un passé difficile est interprété comme une volonté de faire régresser les acquis, tandis qu’en son for intérieur, un sentiment confus de mauvaise conscience, qui ne peut se traduire par un vote favorable, taraude la conscience de l’électeur moyen dans son logement confortable.

21L’autre raison majeure expliquant l’abandon de ce premier projet d’allocution est sans doute l’insuffisante simplicité du message délivré aux électeurs. Le ministre des Affaires sociales entre beaucoup trop avant dans la réforme du fonds national pour l’emploi ou les mesures en faveur des agriculteurs. Et puis peut-on réellement s’adresser à des électeurs en leur disant : « Salariés, ne vous plaignez pas que les entreprises où vous travaillez soient prospères car c’est la condition de toute amélioration de votre sort. Vous le savez bien » ? Dans la version définitive, cette mise en garde abrupte devient un appel à la bonne foi : « Les salariés savent bien, au fond d’eux mêmes, qu’ils ont avantage à ce que l’entreprise où ils travaillent soit prospère, car une entreprise qui, faute de profits suffisants, décline ne peut augmenter ses salaires et finit tôt ou tard par débaucher ».

22C’est d’ailleurs tout le message du ministre des Affaires sociales qui devient plus lisse, moins polémique, mais aussi plus compréhensible par l’électeur-téléspectateur moyen dans la rédaction finale. Renversant sa démonstration du premier projet, Jean-Marcel Jeanneney fait mine de se demander où sont passés les fruits de la croissance, étant donné que les revenus ne progressent pas au même rythme que le produit national. En fait, la réponse est évidente : « Voilà où va l’argent : aux vieillards, aux enfants, aux infirmes, aux malades, à nos équipements industriels, à notre défense, à notre agriculture, à l’Éducation nationale, à la recherche scientifique et à nos équipements publics. Voilà pourquoi chaque travailleur gagne individuellement moins qu’il ne produit ; mais il n’est pas frustré pour autant, car il est solidaire des autres Français et l’enrichissement collectif de la nation est aussi le sien ». La critique du programme des formations de gauche se borne à susciter la crainte de l’inflation et de la crise financière chez l’électeur, une peur difficile à susciter dans la conjoncture porteuse de 1967, d’autant que le souvenir de la crise de 1956-1957 s’estompe et qu’il n’y a plus de conflit de décolonisation coûteux à financer. En somme, le langage raisonnable n’est pas celui qu’attend un électorat avant tout désireux de toucher les dividendes des efforts salariaux consentis lors du plan de stabilisation et soucieux du maintien des acquis sociaux.

  • 23 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, Paris-Jour, Combat du 8 mars 1967.

23Les journalistes commentant la prestation télévisée du ministre des Affaires sociales sont impressionnés par son argumentation, mais constatent qu’elle n’a guère de prise sur le sentiment largement répandu qu’il est temps de mieux partager ces richesses si savamment décrites, pesées et comparées23. Les opposants et bon nombre de téléspectateurs peuvent retenir de ce message que, depuis 1958, la richesse nationale a davantage progressé que les revenus et que les « revenus invisibles » découlant des équipements, on les préférerait dans le caddie mensuel que de savoir qu’on les partage avec le voisin. Avant même les résultats du second tour, L’Aurore, qui n’apprécie guère Jean-Marcel Jeanneney depuis l’époque de sa querelle avec Antoine Pinay et l’affaire pétrolière, lui promet déjà un enterrement de première classe au Conseil constitutionnel et son remplacement par le très libéral Albin Chalandon.

24L’analyse du courrier reçu au ministère après la prestation télévisée du ministre est également représentative des arguments des électeurs de base contre la politique gouvernementale. Un habitant de Rezé-lès-Nantes affirme qu’il vivait mieux lorsqu’il était en activité sous la IVe République car il gagnait 90 000 anciens francs par mois contre 400 nouveaux francs maintenant et que le prix du kilo de pot-au-feu est passé dans le même temps de 1,5 F à 5 F. Reprenant l’argument du ministre qui avait parlé des constructions hospitalières engagées, le retraité nantais rappelle que le chantier avait débuté sous la IVe mais que la Ve République a construit une faculté de médecine et de pharmacie qui est un « palace ». Un autre retraité de Gironde reproche au ministre d’avoir affirmé qu’il y avait trop de « vieux » alors qu’il est ancien combattant de la Première Guerre mondiale. Lui aussi se plaint de la faiblesse des pensions, du délabrement des hôpitaux, de la vie chère. Pourtant, il a voté pour la Constitution en 1958. Une téléspectatrice se plaint des conditions dans lesquelles sa fille a été hospitalisée trois semaines durant dans un couloir d’un hôpital parisien, soignée par des « infirmières arabes ». Sur les éléments de bien-être, elle reconnaît que dix ans auparavant elle n’avait pas la TV, le réfrigérateur mais « ces appareils ne sont pas un luxe car, il y a dix ans, nous ne vivions pas dans des cages à poule. Nous avions une petite maison et un jardinet en location, et maintenant nous sommes dans une HLM » à un prix de 350 F par mois alors que les revenus ne sont que de 800 F. Un autre téléspectateur s’affirmant gaulliste de toujours ne l’est plus depuis qu’il a compris que « cette formation n’était qu’une association de financiers doués pour faire suer le burnous au peuple ». Il affirme que dix ans plus tôt il gagnait net 50 865 anciens francs contre 611 F en 1967.

IV. LE MAINTIEN AU GOUVERNEMENT ET LE MARIGOT POLITICIEN

  • 24 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 227.
  • 25 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 227.

25Le 15 mars 1967, lors du premier Conseil des ministres tenu après le second tour des élections législatives, le général de Gaulle invite les ministres à livrer leur analyse sur les résultats médiocres obtenus par la majorité gaulliste. Jean-Marcel Jeanneney se livre sans détour à une critique du comportement de certains de ses collègues en affirmant que « depuis des années, l’État donne l’impression qu’il s’occupe de tout, et pourtant les candidats de la Ve République gardent la majorité : ce n’est pas si mal. Le gouvernement concentre sur lui la mauvaise humeur. Il s’occupe de trop de petites choses ; le ministre qui doit trancher sur le licenciement d’un ouvrier ! Ce n’est pas raisonnable »24. En somme, le pouvoir gaulliste n’a pas su conserver l’indispensable part de mystère, d’éloignement et de prestige qui faisait son aura durant les premières années du régime. À trop se frotter aux petits intérêts, il aurait perdu l’attachement et le respect d’une partie croissante de l’électorat. Ce constat ne conduit pas, pour autant, le ministre des Affaires sociales à préconiser une forme de condescendance vis-à-vis des Français, au contraire ! Analysant aussi le faux pas électoral de la majorité comme un avertissement du corps social, il encourage une autre forme de gouvernance, plus moderne, rappelant peut-être par certains aspects la séduction qui fut la sienne pour « la méthode Mendès » de 1954. C’est pourquoi, il ajoute aussitôt qu’il est temps pour le régime gaullien d’accroître les responsabilités locales, d’encourager ce qu’on a pris coutume depuis d’appeler « le dialogue citoyen », mentionnant la mode des clubs politiques, et surtout il exhorte le gouvernement à « donner à la jeunesse l’occasion de discuter »25. Cette dernière remarque prouve, qu’à l’instar d’André Malraux, de Pierre Billotte ou de François Missoffe, l’universitaire devenu ministre a également perçu ce malaise latent de la jeunesse française.

26Pourtant, malgré ce sens politique évident, il n’est pas invraisemblable que Georges Pompidou ait songé à se séparer de son ministre des Affaires sociales dès lors qu’il eut la confirmation de son maintien à Matignon. La seule explication logique du maintien de Jean-Marcel Jeanneney et d’autres membres du gouvernement dans leurs fonctions à l’issue des élections réside dans le fait que le Premier ministre a lui-même été repêché par le président de la république. Il n’y a, aujourd’hui, aucun mystère à répéter que le général de Gaulle aurait souhaité le remplacement de Georges Pompidou en 1967, sans doute déjà par Maurice Couve de Murville, et que seuls les mauvais résultats des élections l’ont conduit à ne pas prendre une décision qui n’aurait pas manqué d’être interprétée comme un aveu d’erreur pour la politique suivie depuis sa réélection. D’un autre côté, Jean-Marcel Jeanneney ne s’est pas encore réellement attaqué, au printemps 1967, au deuxième grand chantier arrêté par le général de Gaulle pour la durée de son ministère, à savoir la réforme de la Sécurité sociale. Aussi ne serait-il pas étonnant de penser qu’un changement de chef de gouvernement n’aurait pas forcément impliqué un changement de titulaire pour le récent portefeuille des Affaires sociales.

  • 26 Arch. CHEVS JMJ 42.

27À la suite des élections législatives, Jean-Marcel Jeanneney reçoit les remerciements des candidats, heureux ou non, auxquels il est venu apporter son soutien et adresse des témoignages à d’autres. Parmi les correspondants, on peut citer de Charles Chambrun, qui quitte le gouvernement, Jean Charbonnel, Michel Habib-Deloncle, Jean de Broglie, Edmond Michelet, Lucien Neuwirth, Maurice Herzog, Pierre Messmer, qui vient d’être battu et auquel Jean-Marcel Jeanneney adresse un mot d’une extrême sympathie : « Ainsi votre courageux combat s’achève sur la victoire électorale d’une coalition hétéroclite ! Ma femme et moi, et mes enfants, en entendant hier soir la nouvelle en avons été très attristés, non point seulement pour vous, mais pour ce que cela révèle quant à la conscience politique de certains électeurs. Cela ne fait qu’accroître l’affection qu’on vous porte »26.

  • 27 Combat du 8 avril 1967.
  • 28 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Aurore, décidément toujours obnubilé par le départ de Jean-Marcel Jeanneney (...)

28Le 8 avril 1967, au lendemain de la publication du décret nommant le gouvernement, Philippe Tesson dans Combat analyse la reconduction de Georges Pompidou et de ses principaux ministres comme un véritable défi lancé par le général de Gaulle. Marcel Gabilly dans Le Figaro estime que le maintien de Jean-Marcel Jeanneney aux Affaires sociales signifie que le régime maintient ses « options anciennes ». Le remaniement ministériel conduit à créer un poste de secrétaire d’État à l’Emploi, confié à Jacques Chirac, « jeune loup » de Pompidou, auprès de Jean-Marcel Jeanneney. Il ne faut pas voir dans cette nomination un croc-en-jambe fait au ministre des Affaires sociales par le Premier ministre. Jean-Marcel Jeanneney juge son jeune collègue « sympathique » et « tout soucieux de la Corrèze », il prend soin de lui laisser le maximum de liberté en l’autorisant à s’installer rue de Tilsitt, très loin de la rue de Grenelle ou de la place de Fontenoy. Pourtant la création du secrétariat d’État recrée une structure duale comme lors du ministère Gazier sous la IVe République. Jean-Marcel Jeanneney doit-il sa reconduction au fait que Michel Debré ait refusé qu’Edmond Michelet prenne la tête d’un ministère du Travail ressuscité ? C’est l’avis de Jean-Claude Vajou dans Combat27. Pourtant, dans le billet d’Asmodée de L’Aurore, le 13 avril, on lit que Pompidou voulait éliminer Jean-Marcel Jeanneney comme Foyer, Kaspereit, La Malène, Tomasini et Missoffe, tous amis de Michel Debré28. Même s’il est impossible de sonder les cœurs, il n’est pas invraisemblable que ce grand « toilettage de printemps » aurait plu à Georges Pompidou, mais il était hors de question de l’exprimer dans toute sa rigueur, il se serait coupé de la machine militante gaulliste au sein de laquelle Michel Debré était très populaire. Si les résultats des élections avaient été moins serrés, il ne fait guère de doute qu’on aurait assisté à un redéploiement des compétences. C’est, en substance, ce que Jean-Marcel Jeanneney avait compris des propos énigmatiques que lui avait tenus le général de Gaulle lorsqu’il était venu lui dire qu’il ne se présenterait pas à Grenoble contre Mendès. Loin de s’en offusquer, le chef de l’État lui avait répondu : « Vous n’aurez pas à le regretter ! » Dans ce climat lourd au sein de la majorité, la seule joie politique de Jean-Marcel Jeanneney en 1967 est son élection, le dimanche 16 avril, comme conseiller municipal puis, quelques jours plus tard, comme maire de Rioz. En se présentant, Jean-Marcel Jeanneney entend avant tout écarter le danger de l’élection à la magistrature municipale de l’épouse, militante communiste, d’un ingénieur de l’Équipement membre actif du PCF.

V. L’EFFRITEMENT DE L’AMITIÉ ENTRE JEAN-MARCEL JEANNENEY ET MICHEL DEBRÉ

29L’étude de la correspondance échangée entre deux ministres, amis de près de quarante ans en 1966, se révèle être un exercice délicat. Dans l’esprit de Michel Debré, il ne fait aucun doute que Jean-Marcel Jeanneney lui doit son retour au gouvernement. Le général de Gaulle a désiré s’appuyer, une seconde fois, sur le binôme Debré-Jeanneney pour réintroduire en force la fibre d’ardeur républicaine et sociale. En s’appuyant sur des hommes rompus aux missions difficiles, ayant démontré leur capacité à travailler main dans la main, le chef de l’État entend retrouver la force d’action du premier gouvernement de la Ve République pour entamer ce second septennat qu’il désire être celui des grandes réformes de société. Pourtant cette combinaison ne va pas bien fonctionner.

30La raison principale de l’échec du dispositif souhaité par le chef de l’État vient sans doute du désir perpétuel d’empiétement de Michel Debré sur les attributions de Jean-Marcel Jeanneney. Une multitude de billets, notes, lettres, messages en témoignent. Au fil des semaines, les relations vont lentement, presque imperceptiblement, se dégrader entre les deux hommes. Jean-Marcel Jeanneney est irrité d’être littéralement submergé par les recommandations en provenance de la Rue de Rivoli, de devoir défendre ses hauts fonctionnaires contre l’impérialisme grandissant des directions des Finances. De son côté, Michel Debré continue d’œuvrer avec sa passion coutumière, ne comprenant peut-être pas suffisamment qu’il n’est plus Premier ministre et qu’il lui faut maintenant accepter de travailler avec ses collègues. Il est toujours plus facile de monter en grade que de rétrograder ! Sans que l’on puisse parler de rupture, il ne fait aucun doute que ces vingt-huit mois de gouvernement vont changer la nature de la relation entre les deux anciens de la rue Saint-Guillaume. L’analyse de la correspondance permet de dégager trois grandes périodes dans ce feuilleton d’une amitié mise à mal. La première va du printemps 1966 au printemps 1967, elle est caractérisée par toute une série de tentatives d’empiétements du ministre des Finances qui débouchent sur la grande remise à plat de février 1967. Profitant de leur retour en train à Paris après l’avarie du Mystère du GLAM au-dessus des Vosges, les deux ministres relativisent leurs divergences. Il s’en suit la restauration d’un climat de confiance jusqu’à décembre 1967, avant une dernière période de tension qui perdure au-delà de mai 1968 puisque Michel Debré se tiendra à l’écart de la préparation du référendum en prétextant des contraintes d’emploi du temps lorsque Jean-Marcel Jeanneney demandait à le rencontrer pour en discuter.

  • 29 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Jean-François Larger du 29 juin 1966.
  • 30 Arch. CHEVS JMJ 42. Note du 15 mars 1966.
  • 31 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Michel Debré du 6 juin 1966.

31Michel Debré s’immisce surtout dans les problèmes hospitaliers et médicaux qu’il juge être une « chasse gardée » familiale depuis la réforme hospitalo-universitaire. Jean-Marcel Jeanneney croit, à trente ans de distance, que son ami a mal supporté d’être tenu à distance de ses projets touchant le monde médical et de ses relations avec le professeur Robert Debré. Qu’il s’agisse des honoraires médicaux, des filières médicales ou paramédicales, ou de l’équipement hospitalier, les interventions de Michel Debré ne se comptent plus. Parfois elles deviennent ouvertement gênantes pour le ministère des Affaires sociales. C’est ainsi que le ministre des Finances accepte la création d’une centaine de postes de médecins du cadre médical exclusif dans les services d’électro-radiologie, sans en référer au ministre des Affaires sociales29. Si ces créations permettent de résoudre un problème immédiat, elles n’en dénaturent pas moins l’esprit de la réforme Debré. C’est du moins l’avis de Gabriel de Broglie30. Un autre travers du ministre des Finances, consiste à saisir ses services de problèmes ne les concernant pas de prime abord, comme dans le cas du statut des chercheurs de l’INED31. Jean-Marcel Jeanneney est tout surpris d’apprendre que la révision du déroulement de carrière de ces fonctionnaires figure parmi ses priorités, alors qu’il n’a rien envisagé de tel ! Même depuis sa douce retraite estivale de Montlouis, Michel Debré continue de s’intéresser à de petits détails que Jean-Marcel Jeanneney juge encore aujourd’hui de bien peu d’intérêt pour un ministre des Finances.

  • 32 Arch. CHEVS JMJ 42. Note du 12 avril 1966.
  • 33 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Jean-Marcel Jeanneney du 13 juillet 1966. La mesure reviendrait à 120 (...)
  • 34 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Michel Debré du 17 septembre 1966.
  • 35 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Michel Debré du 25 novembre 1966.

32Surtout, l’ancien ministre des Affaires sociales se reproche de ne pas avoir suffisamment résisté à l’obsession anti-inflationniste du ministre des Finances. Certes, tous deux avaient jugé le plan de stabilisation de 1963 insuffisamment rigoureux, mais Jean-Marcel Jeanneney n’était pas partisan pour autant d’une politique à ce point restrictive qu’elle allait finir par cristalliser tous les mécontentements. Au gré des notes, Michel Debré apparaît, effectivement, soumis à la dictature de l’indice des prix. Ne va-t-il pas jusqu’à accuser les services de la Sécurité sociale de négligence pour une hausse des consultations médicales qui n’influera que sur 0,1 % de l’ensemble des prix32 ! Même le relèvement des prestations familiales, thème qui pourtant lui était cher, ne trouve plus grâce à ses yeux. Devant l’excédent de plusieurs milliards du fonds des prestations familiales, Jean-Marcel Jeanneney souhaiterait voir appliqué le décret Fontanet du 6 avril 1962 qui prévoit une certaine affectation des cotisations d’allocations familiales au financement des prestations familiales. Cette mesure, qui permettrait d’aller au-delà de la progression annuelle de 3 % recommandée par la commission Bordaz, n’excéderait pas 0,8 % du montant total des allocations33. Michel Debré s’y opposera après deux mois de réflexion34. Fin novembre 1966, le ministre des Finances, inquiet de la croissance des dépenses publiques et d’un possible redémarrage de la hausse des prix, renvoie au printemps 1967 toutes « décisions relatives au budget »35.

  • 36 Arch. CHEVS JMJ 42. Circulaire du ministre des Finances du 8 septembre 1966.
  • 37 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 4 octobre 1966.

33Le 4 octobre 1966, Jean-Marcel Jeanneney ne peut cacher à Michel Debré qu’il ne lui a pas facilité la tâche en s’adressant directement aux préfets au sujet de la croissance des dépenses d’aide sociale36. Le ministre des Affaires sociales n’a pas été informé de l’envoi d’une lettre-circulaire aux directeurs de l’Action sanitaire et sociale qui lui posent un problème « de reprise en main », suite à la réforme des services extérieurs de 1964. Pour Jean-Marcel Jeanneney, « il est clair que [son] autorité, tant sur les préfets que sur les directeurs départementaux de l’action sanitaire et sociale, ne peut qu’être compromise par une lettre qui paraît ignorer complètement l’existence du ministère des Affaires sociales, cependant ordonnateur des crédits en cause, et qui demande aux préfets de te présenter des suggestions à toi seul ». Ce jeu personnel du ministre des Finances ne servirait, en outre, à rien selon Jean-Marcel Jeanneney car « la tâche à accomplir sera trop difficile, elle aura à vaincre trop de vieilles habitudes et d’intérêts politiques, elle lèsera trop de clientèles pour que nous puissions nous permettre de paraître, aux yeux des préfets, l’entreprendre isolément, alors qu’en fait toi et moi sommes, j’en suis certain, en plein accord sur les objectifs. Il se trouve que le ministre des Affaires sociales de ce gouvernement est aussi soucieux que le ministre des Finances de rigueur financière. Le cas n’est pas habituel. Il faut qu’ils en profitent pour agir de concert. Pour ma part, j’y suis, tu le sais, pleinement décidé. Fais qu’il en soit ainsi ! »37.

  • 38 Arch. CHEVS JMJ 42. Billets du 29 décembre 1966.

34Cette lettre joue-t-elle l’effet d’un révélateur ? Force est, en tout cas, de constater qu’à la fin décembre 1966, Michel Debré adopte un ton différent. Il prend soin de recueillir l’avis du ministre des Affaires sociales avant une entrevue avec le général de Gaulle sur le financement de la Sécurité sociale. De même, il le félicite pour ses propos en Conseil des ministres sur la nécessaire limitation de l’immigration algérienne38.

  • 39 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre du 23 février 1967.

35La véritable remise à plat des relations entre les deux hommes intervient à leur retour de Strasbourg, en février 1967. Pour la première fois depuis plus d’un an, ils peuvent vraiment dialoguer durant plusieurs heures d’affilée et aller « au fond des choses ». Cette conversation a manifestement plu à Michel Debré qui écrit s’être « très enrichi à l’énoncé des orientations de [la] pensée [du ministre des Affaires sociales] pour ce qui concerne la Sécurité sociale »39.

  • 40 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre du 28 mai 1967.
  • 41 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre du 23 août 1967.

36Jusqu’à la fin de l’année 1967, la vieille complicité renaît. Fin mai, Michel Debré confie à Jean-Marcel Jeanneney qu’il s’inquiète de la manière dont le nouveau secrétaire d’État à l’Emploi, Jacques Chirac, prépare ses ordonnances40. Il craint « l’éparpillement, l’arrosage ». Selon lui, l’Agence nationale pour l’emploi « doit être un grand et intelligent bureau de placement et d’orientation, avec des délégués quasiment bénévoles à l’échelon du canton, et non un ministère-bis ». La préparation des ordonnances ne donne lieu à aucun échange particulier. En revanche, à la fin août, Michel Debré confirme à Jean-Marcel Jeanneney qu’il n’ampute pas le budget d’équipement des Affaires sociales, alors qu’il a été contraint de le faire pour la quasi-totalité des départements ministériels, suite aux décisions prises par le Premier ministre pour le lancement du projet Airbus41.

  • 42 Arch. CHEVS JMJ 42. Notes des 16 et 23 octobre 1967.
  • 43 Cette querelle intervient dans les derniers jours de décembre 1967.
  • 44 Arch. CHEVS JMJ 42. Correspondance entre Jean-Marcel Jeanneney et Michel Debré (sans date).

37À partir de l’automne 1967 se développe une nouvelle période de tension. Michel Debré reprend, de plus en plus fréquemment, l’habitude de porter des jugements sur la conduite du ministère des Affaires sociales. Qu’il s’agisse des infirmières, des handicapés, de la préparation de la loi hospitalière, aucun sujet n’échappe à ses remarques souvent sourcilleuses42. À quelques heures d’une opération de la prostate par le professeur Aboulker, il critique encore la réforme des études médicales qui va brouiller les deux hommes fin décembre43. L’amertume de Michel Debré à l’encontre de Jean-Marcel Jeanneney est grande quand il écrit : « Sur l’affaire de la réforme médicale, qui fut mon souci pendant des mois, tu as pris le parti de ne pas m’écouter, même quand, faisant effort pour me limiter à mes responsabilités financières, je te signalais les graves conséquences budgétaires d’un projet par ailleurs néfaste. Mais une autre affaire vient faire déborder le vase de ma tristesse, il s’agit du quotient familial. (…) Je viens d’apprendre que tu as imposé à Laroque de conclure à l’interdiction de toute remise en cause du quotient familial afin qu’une décision soit prise, hors de ma présence, par le général de Gaulle. Or tu savais que j’étudie cette affaire capitale. Or tu savais que j’étudie notamment d’autres projets qui peuvent être plus efficaces du point de vue de la politique familiale. Que cherches-tu ? Que veux-tu ? Me “coincer” ? Me mettre devant le fait accompli ? C’est un cafouillage, mais c’est aussi plus que cela. Peut-être triompheras-tu, dans l’une et l’autre affaire (…). Pour ce qui me concerne, dès lors que je n’ai plus la parole pour des questions fiscales et budgétaires d’une extrême importance, je me retirerai. Et tu le sais bien. J’ai tout fait pour que tu reviennes au gouvernement. Sans doute apparaîtra-t-il normal que je te doive mon départ. Avec tristesse »44.

  • 45 Arch. CHEVS JMJ 42. Correspondance entre Jean-Marcel Jeanneney et Michel Debré (sans date).

38Jean-Marcel Jeanneney ne veut voir dans cette conclusion blessante que l’effet passager de la colère, mais ne l’accepte pas pour autant. Sa lettre en réponse est un vibrant plaidoyer pour restaurer une amitié à la dérive : « Moi aussi, ta lettre me consterne. Je t’assure qu’aucune de tes accusations n’est fondée. Jamais depuis deux ans je n’ai été à l’arbitrage du Premier ministre et toujours j’ai voulu que nous nous mettions d’accord. Jamais aucun ministre responsable des Affaires sociales n’a été aussi respectueux dans les propos et les actes des nécessités financières telles que définies par le ministre des Finances »45. Naturellement, Jean-Marcel Jeanneney se défend d’avoir préparé sa réforme des études médicales en secret et d’avoir voulu contourner l’avis du ministre des Finances dans les dossiers de la politique familiale.

  • 46 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Michel Debré du 4 mai 1968.
  • 47 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre-circulaire de Michel Debré du 4 mars 1968.

39Cette dispute sera la dernière. La complicité intellectuelle cède lentement la place à l’indifférence et à l’éloignement. La correspondance échangée durant les premiers mois de 1968 se borne à des points techniques. À première vue la complicité n’est plus de mise. Tout début mai 1968, Michel Debré fait encore preuve de son obsession de l’indice des prix, se déclarant prêt à convoquer le docteur Monier, président de la Confédération syndicale des médecins de France (CSMF), pour lui montrer la part imputable aux médecins dans la hausse des prix46. Cette intention semble décalée par rapport aux événements en préparation. En fait, dans sa lettre de cadrage budgétaire pour 1969, Michel Debré a prévenu ses collègues qu’il n’entendait pas relâcher l’effort de rigueur pour le prochain budget, se plaçant ainsi en porte-à-faux par rapport à l’évolution choisie par Georges Pompidou quelques semaines plus tard47. Durant les négociations de Grenelle, Jean-Marcel Jeanneney évitera de répondre aux mises en garde téléphoniques du ministre des Finances, sachant qu’elles ne seraient suivies d’aucun effet.

Notes

1 Sa correspondance avec ses ministres le révèle.

2 Arch. CHEVS JMJ 49. Le Monde du 5 avril 1966.

3 Arch. CHEVS JMJ 42. Mot manuscrit de Michel Debré du 6 avril 1966.

4 Arch. CHEVS JMJ 45. Inauguration du Crédit agricole de Rioz, 5 septembre 1966.

5 Arch. CHEVS JMJ 45. Conférence de presse à Vesoul du 10 septembre 1966. Arch. CHEVS JMJ 49. Combat, Le Figaro du 12 septembre 1966.

6 Arch. CHEVS JMJ 49. Paris-Presse du 13 décembre 1966 annonce la quasi-certitude de la non-présentation du ministre des Affaires sociales. Le Figaro du 29 décembre 1966.

7 Arch. CHEVS JMJ 49. Paris-Presse du 30 décembre 1966.

8 Arch. CHEVS JMJ 42. Mot de Georges Pompidou du 23 novembre 1966.

9 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre d’Olivier Philip du 13 janvier 1967. Il y a désormais prescription pour ces faits qui tomberaient aujourd’hui sous le coup de la loi et qui ont été reprochés récemment à un élu du même département, qui a commencé sa carrière politique à cette époque.

10 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde du 18 janvier 1967.

11 Arch. CHEVS JMJ 50. Paris-Presse du 19 janvier 1967.

12 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Aurore du 17 février 1967.

13 Arch. CHEVS JMJ 42.

14 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Georges Pompidou du 7 février 1967.

15 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro du 28 février 1967.

16 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité du 1er mars 1967.

17 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité du 8 février 1967.

18 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Figaro du 21 février 1967.

19 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde du 22 février 1967.

20 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Monde du 4 mars 1967.

21 Arch. CHEVS JMJ 50. Le Populaire du 25 février 1967.

22 Le ministre des Affaires sociales dispose de dix minutes d’antenne dans le cadre de la campagne officielle entre 20 h. 40 et 20 h. 50, Jean Lecanuet et François Mitterrand qui l’ont précédé n’ont eu respectivement droit qu’à quatre et six minutes, Pierre Mendès France qui le suivra n’aura droit qu’à cinq minutes.

23 Arch. CHEVS JMJ 50. L’Humanité, Paris-Jour, Combat du 8 mars 1967.

24 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 227.

25 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 3, op. cit., p. 227.

26 Arch. CHEVS JMJ 42.

27 Combat du 8 avril 1967.

28 Arch. CHEVS JMJ 53. L’Aurore, décidément toujours obnubilé par le départ de Jean-Marcel Jeanneney du gouvernement, annoncera encore son départ le 27 décembre 1967.

29 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Jean-François Larger du 29 juin 1966.

30 Arch. CHEVS JMJ 42. Note du 15 mars 1966.

31 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Michel Debré du 6 juin 1966.

32 Arch. CHEVS JMJ 42. Note du 12 avril 1966.

33 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Jean-Marcel Jeanneney du 13 juillet 1966. La mesure reviendrait à 120 millions de francs en année pleine à mettre en rapport avec les 15 milliards de francs des allocations familiales.

34 Arch. CHEVS JMJ 42. Note de Michel Debré du 17 septembre 1966.

35 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Michel Debré du 25 novembre 1966.

36 Arch. CHEVS JMJ 42. Circulaire du ministre des Finances du 8 septembre 1966.

37 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 4 octobre 1966.

38 Arch. CHEVS JMJ 42. Billets du 29 décembre 1966.

39 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre du 23 février 1967.

40 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre du 28 mai 1967.

41 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre du 23 août 1967.

42 Arch. CHEVS JMJ 42. Notes des 16 et 23 octobre 1967.

43 Cette querelle intervient dans les derniers jours de décembre 1967.

44 Arch. CHEVS JMJ 42. Correspondance entre Jean-Marcel Jeanneney et Michel Debré (sans date).

45 Arch. CHEVS JMJ 42. Correspondance entre Jean-Marcel Jeanneney et Michel Debré (sans date).

46 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre de Michel Debré du 4 mai 1968.

47 Arch. CHEVS JMJ 42. Lettre-circulaire de Michel Debré du 4 mars 1968.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540