Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Quatrième partie. Le ministère des occasions manquées : les affaires sociales (1966-1968)

Introduction à la quatrième partie

Texte intégral

Jean-Marcel Jeanneney, ministre des Affaires sociales s’entretenant avec Jacques Chirac, secrétaire d’État à l’Emploi lors d’une réception en 1967.

  • 1 Michel Debré, Gouverner autrement…, op. cit., p. 56.

1Jean-Marcel Jeanneney fait sa « rentrée » politique lors de la campagne des élections présidentielles de 1965. Le 15 décembre, à la demande personnelle du général de Gaulle, il prend la parole au Palais des sports de la porte de Versailles à Paris, au cours d’une réunion à laquelle participent François Mauriac, André Malraux, Maurice Schumann et Germaine Tillon1. L’ancien ministre de l’Industrie a pour mission de faire la défense et illustration du bilan économique et social du septennat du général de Gaulle. Jean-Marcel Jeanneney part du postulat que « plus que jamais, les peuples, tous les peuples, veulent un progrès matériel rapide ». Cette exigence correspond à l’esprit hédoniste de la société de consommation occidentale des années 60. Vis-à-vis de cette demande sociale, Jean-Marcel Jeanneney juge que l’État a un rôle majeur à jouer en « s’interdisant de se complaire dans le présent ». C’est ce qui explique son adhésion à la Ve République et au général de Gaulle. Sept ans après sa fondation, il s’agit encore et toujours de défendre le régime, d’ouvrir la France sur le monde, d’accélérer les progrès de l’enseignement, de la recherche industrielle et scientifique. Seulement, en 1965, l’œuvre est inachevée, il reste beaucoup à faire. Jean-Marcel Jeanneney peut sans peine égrener la longue liste des besoins en équipements dont les villes et les campagnes françaises ont encore à se doter. Dans les années 60, il est facile de céder à ce que Jean-Marcel Jeanneney appelle le « mythe ruineux (…) de l’abondance, fille miraculeuse du progrès technique, dont il suffirait de partager les bienfaits pour combler chacun ». C’est pourquoi il s’empresse d’ajouter que « longtemps encore, les hommes devront fournir d’intenses efforts pour vivre mieux ». C’est ce qui le différencie des forces de gauche qui ne tiennent pas, à cette époque, le langage de la rigueur. L’effort, ce doit être aussi dans son esprit celui des gouvernants envers l’inflation car « ce sont toujours les faibles qui sont les victimes de l’inflation ». En avançant cet argument deux ans après le plan de stabilisation de Valéry Giscard d’Estaing et ses répercussions néfastes sur la consommation, Jean-Marcel Jeanneney se montre solidaire de la politique économique conduite par Georges Pompidou, qui est vigoureusement dénoncée par la gauche, les syndicats et le monde du travail qui s’estime trahi par le gaullisme. Il y ajoute, cependant, une touche personnelle en insistant sur l’indispensable planification. En effet, il lie progrès économique et planification en valeur, tournant résolument le dos à la planification quantitative en vigueur dans le bloc soviétique. Sa conception de la planification est bien loin des stéréotypes classiques car il prône l’« adaptation des plans à la réalité mouvante, chaque fois qu’il est utile, mais sans que jamais leur cohérence soit sacrifiée ». Pour réfléchi qu’il soit, il est douteux que ce genre d’argument puisse enthousiasmer un auditoire de militants et de sympathisants en pleine campagne présidentielle ! Décidément, Jean-Marcel Jeanneney ne peut céder à la facilité de la démagogie électoraliste. S’il préfère faire appel à la domination des factions par l’État, à l’indépendance nationale, c’est plutôt pour retomber habilement sur une conclusion en forme d’appel au vote pour le général de Gaulle.

Notes

1 Michel Debré, Gouverner autrement…, op. cit., p. 56.

Table des illustrations

Légende Jean-Marcel Jeanneney, ministre des Affaires sociales s’entretenant avec Jacques Chirac, secrétaire d’État à l’Emploi lors d’une réception en 1967.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540