Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Troisième partie. Un ancien ministre toujours actif

Chapitre XIX. Trois ans de vacances ministérielles

Texte intégral

1Comme toutes les périodes creuses de la carrière d’un homme politique, celle qu’a traversée Jean-Marcel Jeanneney de 1963 à 1966 mérite une analyse sur les raisons et les conditions de cette vacance de responsabilités, avec l’idée que c’est peut-être durant cette période qu’il a reforgé le sens de son action publique ultérieure.

I. UNE MISE À L’ÉCART TOUT À FAIT LOGIQUE

  • 1 Michel Debré, Gouverner autrement 1962-1970, Mémoires, tome IV, Paris, Albin Michel, p. 18.

2L’absence de Jean-Marcel Jeanneney au gouvernement dans les années 1963-1965 n’est pas fortuite. En dehors de la grande grève des mineurs de mars-avril 1963, du plan de stabilisation Giscard d’Estaing et des grèves de l’automne de la même année, aucun événement vraiment marquant sur le plan économique ne caractérise ces années. Les grandes réformes économiques et sociales, les grands programmes d’équipement semblent marquer le pas et laisser s’épanouir les initiatives privées. La crainte d’un embourgeoisement du régime, exprimée par Jean-Marcel Jeanneney au général de Gaulle lors de son départ du ministère de l’Industrie, se confirme. Michel Debré, auquel l’ancien ministre de l’Industrie rend visite, se souvient des critiques adressées à l’« immobilisme qui s’est emparé de Matignon »1. Petit à petit, le gaullisme érode son capital de sympathie dans le monde du travail, les clivages idéologiques se raffermissent à mesure que cicatrisent les plaies causées par le drame algérien. Le général de Gaulle donne également le sentiment de privilégier la politique étrangère au détriment, peut-être, d’une attention suffisamment soutenue pour les questions intérieures. Après tout, qu’apportent au « Français moyen » les attaques symboliques contre la toute-puissance américaine qui passent par la reconnaissance de la Chine populaire, le dialogue franco-soviétique, une tournée triomphale en Amérique latine, la critique de la politique américaine au Viêt Nam, le retrait de la flotte puis des autres armées françaises du commandement intégré de l’OTAN, les attaques contre le système monétaire de Bretton Woods… ? Quant à la construction européenne, elle est en panne après l’abandon du plan Fouchet, le veto officiel à l’entrée dans la Communauté du Royaume-Uni en janvier 1963, le remplacement d’Adenauer par Erhard et la politique de la « chaise vide » en protestation contre les mesures arrêtées par la commission Hallstein.

3Années charnières d’une décennie riche en rebondissements, elles n’ont pas laissé le même souvenir dans la mémoire collective que les heures tragiques d’Alger et du printemps 1968. Jean-Marcel Jeanneney n’aurait, en vérité, guère eu sa place dans un gouvernement davantage gestionnaire que réformateur.

II. UN TEMPS PARTAGÉ ENTRE LES « CHÈRES ÉTUDES » ET LES ASSEMBLÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

  • 2 En 1946, Robert Marjolin avait aussi fait entrer Noël Monod, frère adoptif de madame Jeanneney, à (...)

4Le rapport sur la coopération n’aura été qu’un pis-aller pour meubler l’année 1963. Après l’avoir secrètement espéré durant quelque temps, Jean-Marcel Jeanneney se résout à ne pas revenir au gouvernement, du moins dans l’immédiat. Cependant il n’accepte pas l’exil doré de la vice-présidence de la Commission européenne à Bruxelles que lui propose le général de Gaulle au printemps 1963. Le chef de l’État songe en effet sérieusement à ne pas renouveler Robert Marjolin dans ses fonctions de commissaire européen après que celui-ci eut été candidat d’opposition aux élections législatives de 1962 sans même se mettre en congé temporaire de l’institution européenne. En vérité, Jean-Marcel Jeanneney n’est guère enthousiasmé par une carrière au sein d’une institution dont il ne partage pas l’esprit impérialiste et technocratique. De plus, la perspective de se séparer de sa famille pour rejoindre le plateau du Berlaymont le rebute, car il n’envisage pas de déménager pour la capitale belge. Enfin, sa vieille amitié pour Robert Marjolin, qui remonte au temps où celui-ci officiait au laboratoire de Charles Rist avant-guerre, lui interdit, moralement, de l’éliminer d’une fonction qu’il remplit parfaitement2.

  • 3 Jeanneney (Jean-Marcel), « La politique économique du gouvernement Blum », in colloque Léon Blum c (...)

5C’est donc en totale liberté que Jean-Marcel Jeanneney retrouve sa chaire d’économie politique et la direction du service de l’activité économique de la Fondation nationale des sciences politiques à l’automne 1963. Pour cette rentrée universitaire, le professeur se sert des enseignements de ses « travaux pratiques » d’un genre un peu particulier pour aborder les thèmes de la politique économique et financière ou encore les conditions de maintien de l’équilibre économique à travers des comparaisons historiques prises dans les grandes nations industrielles. C’est dans ce contexte que Jean-Marcel Jeanneney est amené à étudier tout particulièrement la politique économique du gouvernement Blum de 1936 en vue d’une communication lors d’un colloque organisé par la Fondation nationale des sciences politiques en 19653.

  • 4 Jean-Marcel Jeanneney n’a conservé aucune archive de cet épisode de sa carrière.

6Lors du renouvellement du Conseil économique et social de l’été 1964, le général de Gaulle nomme son ancien ministre de l’Industrie à l’assemblée du palais d’Iéna. Jean-Marcel Jeanneney interprète ce choix comme le signe d’un possible retour au gouvernement. À court terme, c’est, pour lui, l’occasion de renouer avec un cénacle avec lequel il avait travaillé en bonne intelligence. Tout en se montrant affable, le président Émile Roche ne l’écarte pas moins de la prestigieuse section de la conjoncture économique au prétexte un peu grossier que l’ancien ministre est nouveau venu dans l’institution. Il envisage plutôt de l’affecter à la section de l’industrie. Sentant qu’il sera pris au piège de devoir prendre position sur des projets soutenus par son successeur, Jean-Marcel Jeanneney opte, finalement, pour la section de l’agriculture. Bien qu’assidu aux séances de la section et aux sessions plénières, l’ancien ministre se garde de tout investissement intellectuel de poids en ne prenant à sa charge aucun rapport particulier4.

  • 5 Invité en 1992 au Conseil économique et social, Jean-Marcel Jeanneney rappellera cette interventio (...)

7À l’approche de l’élection présidentielle de 1965, l’ambiance feutrée régnant traditionnellement au Palais d’Iéna cède la place à un climat plus lourd. Sans jamais être explicitement citée, l’échéance de la fin de l’année conduit les conseillers proches des oppositions au régime à marquer leur différence. Fin septembre, les orientations pour le Ve Plan d’équipement, présentées par Pierre Massé, sont vigoureusement critiquées dans le projet d’avis de la section des investissements du Plan. Jean-Marcel Jeanneney s’offusque des assauts de démagogie des représentants des différentes catégories socio-professionnelles et surtout de la menace d’ajournement du texte. Adoptant une attitude de franc-tireur voire de « kamikaze », faisant preuve d’un indéniable courage, il décide de prendre la défense du projet Massé, seul et sans le soutien d’aucun groupe. Cette initiative lui vaut une passe d’armes mémorable avec Émile Roche qui doit s’incliner en admettant que le règlement autorise un conseiller à s’exprimer en son nom personnel, même si cela ne fait pas partie des usages du lieu5.

8Face à une assemblée stupéfaite, Jean-Marcel Jeanneney, d’un ton volontairement provocateur, vilipende l’aveuglement de ses collègues. Synthétisant les remarques des uns et des autres, il les place devant leurs contradictions et l’irréalisme de leurs revendications. Le recours à l’ironie qui fit, en leur temps, le succès de Voltaire ou de Swift confère aux propos de Jean-Marcel Jeanneney une certaine intemporalité quand il remarque : « Le Conseil aurait certes aimé qu’il fût possible simultanément de réduire la durée du travail, d’accroître substantiellement les revenus salariaux et plus encore ceux de l’agriculture, d’améliorer les prestations sociales et d’en étendre le bénéfice à tous, de faciliter les investissements productifs, d’augmenter les investissements de l’État et des collectivités locales comme aussi certaines de leurs dépenses de fonctionnement, notamment en ce qui concerne l’Éducation nationale et la recherche scientifique, d’alléger la pression fiscale et d’assurer un plein emploi de tous les travailleurs, tout en maintenant la hausse du niveau général des prix à moins de 1,5 % par an et tout en assurant l’équilibre de notre commerce extérieur, sans pour autant recourir ni au blocage des prix ni à une police des revenus ».

9Hélas ! l’art du gouvernement demeure toujours celui des choix, des arbitrages entre de légitimes aspirations et c’est en vertu de ces règles élémentaires de l’action publique que Jean-Marcel Jeanneney plaide, dans la seconde partie de son allocution, pour l’adoption des orientations du Ve Plan. Même si l’ancien ministre estime qu’il s’agit de questions distinctes, l’historien ne peut que faire le rapprochement entre cette critique de l’irréalisme des conseillers économiques de 1965 et le rôle des futurs conseillers régionaux prévu dans le projet référendaire de 1969. En optant pour l’implication forte des acteurs économiques et sociaux locaux dans l’élaboration des programmes régionaux d’équipement, aux côtés des décideurs politiques, Jean-Marcel Jeanneney désirera leur inculquer le sens des responsabilités. Dans le même ordre d’idées, il s’attachera à accroître le rôle des futurs sénateurs socio-économiques dans l’examen des projets de loi soumis au nouveau Sénat.

10En marge de la place du Panthéon et de la colline de Chaillot, Jean-Marcel Jeanneney fréquente encore, durant sa « retraite sur l’Aventin », les rives du lac Léman puisqu’il est nommé président de la délégation française au Conseil économique et social de l’Organisation des Nations unies par Maurice Couve de Murville. Grâce à cette position honorifique, Jean-Marcel Jeanneney est amené à prendre la parole dans l’ancien palais des Nations pour expliciter les finalités sociales de la politique économique du gouvernement français. Mais le grand avantage procuré par la fonction demeure la possibilité de voyager au long cours, dans des conditions agréables et en étant reçu par les autorités officielles et diplomatiques des pays visités. En mars 1965, la délégation française se rend au Chili en faisant escale au Brésil, en Uruguay et en Argentine. Dans chacune des capitales visitées, Jean-Marcel Jeanneney prononce des conférences devant des aréopages de personnalités venues de tous horizons, réunies par les ambassadeurs de France. Parvenu au Chili, le président de la délégation française est cordialement reçu par l’ambassadeur Auboyneau, a un entretien avec le président Frei qui met à sa disposition un avion militaire pour lui faire découvrir la Terre de Feu. Pour le professeur d’économie ce voyage d’étude est une occasion unique pour prendre conscience des dysfonctionnements d’économies très marquées par l’intervention tatillonne de l’État. Jean-Marcel Jeanneney se souvient encore des locomotives neuves mais rongées par la rouille sur le port de Montevideo qui faisaient l’objet d’un litige douanier entre les ministres de l’Économie et des Finances. À son retour en France, Jean-Marcel dressera au ministre des Affaires étrangères un constat pessimiste sur les perspectives de développement des pays visités.

  • 6 On peut, entre autres, penser à l’Algérie qui se lance en 1965 dans un programme d’industrialisati (...)

11C’est encore dans le cadre de la délégation française au Conseil économique et social de l’ONU que Jean-Marcel Jeanneney suit Maurice Couve de Murville à New York pour l’assemblée générale de l’ONU, en octobre 1965. Intervenant devant la commission économique du Conseil économique de l’organisation mondiale, le chef de la délégation française critique les programmes de développement centrés sur les industries lourde sou « industrialisantes » inaugurés dans un certain nombre d’États du tiers monde6. À force d’observer les comportements des jeunes élites des pays nouvellement indépendants, Jean-Marcel Jeanneney est frappé de constater la séduction intellectuelle que le marxisme opère sur elles. Pour lui, ce n’est pas tant l’influence soviétique qui est à craindre que les chimères de la transposition idéologique d’un dogme édicté au xixe siècle et qui ne correspond nullement à la situation des anciennes colonies dans la seconde moitié du xxe siècle. En 1965, la faillite du système économique collectiviste lui semble déjà patente. Un voyage en Bulgarie et en Roumanie en novembre 1964 à l’occasion de la tenue d’un congrès de l’Association internationale de sciences économiques n’a pu que lui confirmer des impressions anciennes. À la différence de nombreux hôtes des pays de l’Est, Jean-Marcel Jeanneney ne se laisse pas abuser par la modernité des rares fermes-modèles visitées. En revanche, les propos apparemment novateurs de certains de ses interlocuteurs roumains lui font croire à une possible réforme qui sera démentie par les faits.

III. LA TENTATION DE BÂTIR UNE NOUVELLE « BARONNIE » GAULLISTE

  • 7 Le 10 octobre 1962, l’Assemblée, par 280 voix, adopte une motion de censure condamnant le recours (...)

12À côté de son magistère à la faculté de droit et de ses fonctions au palais d’Iéna ou aux Nations unies, Jean-Marcel Jeanneney entame, à quarante cinq ans, une carrière d’élu local qui ne manque pas de surprendre. En choisissant de se porter candidat au siège de conseiller général du canton de Rioz à l’occasion d’une élection cantonale partielle en 1965, Jean-Marcel Jeanneney semble se résoudre à écorner son image d’universitaire venu aux affaires de l’État dans le but unique de servir le pays et le général de Gaulle. Comprendre ce choix réclame un court retour en arrière. En effet, son désir de se constituer un fief électoral dans son berceau familial de Rioz remonte à la dissolution de l’Assemblée en octobre 1962, Jean-Marcel Jeanneney est alors à Alger, mais il demande au préfet Débia de Haute-Saône d’analyser les effets de sa possible candidature aux législatives prévues en novembre contre l’Indépendant Pierre Vitter qui vient de voter la censure7. Les conclusions chiffrées, cartographiées et argumentées du représentant du gouvernement dans le département sont envoyées à la villa des Oliviers. Jean-Marcel Jeanneney a toutes les chances de battre le député sortant s’il se présente. Cette perspective enthousiasme l’ambassadeur qui en profite pour l’évoquer auprès du général de Gaulle quelques jours plus tard lors d’une de ses visites à Paris. L’idée n’agrée pas au chef de l’État qui lui explique tout simplement qu’à l’avenir il choisira de moins en moins ses ministres parmi les parlementaires et que par conséquent, pour un homme comme lui, ce serait se gâcher que d’entrer au Palais-Bourbon ! L’évolution du régime n’a pas vraiment pris la tournure désirée par son fondateur. Aujourd’hui, Jean-Marcel Jeanneney affirme n’éprouver aucun regret d’avoir obéi au général de Gaulle à ce moment, mais il ajoute aussitôt que toute sa carrière ultérieure en aurait été modifiée car il aurait suivi le cursus de l’écrasante majorité des « barons » du gaullisme de parti et son évolution n’aurait peut-être pas été la même.

13Aux élections cantonales du printemps 1964, Jean-Marcel Jeanneney choisit, sans en référer à quiconque, de se présenter, comme candidat « sans étiquette », dans le canton de Rioz qui fut jadis celui de Jules Jeanneney. Face à un conseiller général sortant âgé, maire de la petite commune de Fondremand, l’ancien ministre désire surtout œuvrer pour sa « petite patrie » au sein d’une assemblée départementale peu politisée. Aujourd’hui encore, Jean-Marcel Jeanneney se défend d’avoir voulu « revenir dans la course » par la base. Ce désir de représenter une communauté qu’il affectionne se solde toutefois par un échec. Après avoir mis son compétiteur en ballotage pour la première fois, il est assez largement battu au second tour. Quelque temps plus tard, un de ses voisins de Rioz lui confiera que la population n’aura sans doute pas voulu faire de la peine au vieux conseiller général mais qu’il le remplacera assurément la prochaine fois. Cette prédiction se réalise plus tôt que prévu puisque dès 1965, le conseiller décède. Cette fois, à l’occasion d’une élection partielle, Jean-Marcel Jeanneney l’emporte avec plus 70 % des suffrages !

14En exerçant ce mandat de conseiller général, mandat de terrain par excellence, l’ancien ministre technicien va pouvoir porter un jugement différent sur des problèmes qu’il avait tendance à juger subalternes. Néanmoins ce n’est pas ce mandat de conseiller général de Haute-Saône qui lui ouvre le chemin du retour au gouvernement en janvier 1966, mais bien la volonté du général de Gaulle, ses liens d’amitié avec Michel Debré et la nécessité de changer de politique économique et sociale après trois années assez ternes.

Notes

1 Michel Debré, Gouverner autrement 1962-1970, Mémoires, tome IV, Paris, Albin Michel, p. 18.

2 En 1946, Robert Marjolin avait aussi fait entrer Noël Monod, frère adoptif de madame Jeanneney, à la nouvelle ONU au sein de laquelle il exercera les fonctions de trésorier. Arch. CHEVS JMJ 42. La bonne entente entre Jean-Marcel Jeanneney et Robert Marjolin perdurera comme en témoigne une lettre de Robert Marjolin de juillet 1967 dans les archives du secrétariat du ministère des Affaires sociales.

3 Jeanneney (Jean-Marcel), « La politique économique du gouvernement Blum », in colloque Léon Blum chef de gouvernement 1936-1937, Paris, Armand Colin, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, 1967, 440 p.

4 Jean-Marcel Jeanneney n’a conservé aucune archive de cet épisode de sa carrière.

5 Invité en 1992 au Conseil économique et social, Jean-Marcel Jeanneney rappellera cette intervention à peu près unique dans les annales de l’assemblée consultative.

6 On peut, entre autres, penser à l’Algérie qui se lance en 1965 dans un programme d’industrialisation à l’initiative du ministre Belaïd Abdesselam.

7 Le 10 octobre 1962, l’Assemblée, par 280 voix, adopte une motion de censure condamnant le recours au référendum pour procéder à l’élection du président de la République au suffrage universel. Après la dissolution de la chambre par le président de la République, des élections législatives sont prévues les 18 et 27 novembre 1962.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540