Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume II

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Troisième partie. Un ancien ministre toujours actif

Chapitre XVIII. Un plaidoyer pour une remise à plat de la politique de coopération

Texte intégral

1En janvier 1963, Jean-Marcel Jeanneney se retrouve à nouveau « sans emploi ». Il ne lui est pas possible de reprendre immédiatement son enseignement, l’année universitaire ayant débuté. Comme il fait partie de la« réserve sélectionnée » du chef de l’État, le général de Gaulle lui offre, dès son retour, de présider une commission chargée de proposer des réformes. Jean-Marcel Jeanneney doit choisir entre trois thèmes de réflexion : l’éducation nationale, la décentralisation et la coopération avec les pays en voie de développement. Spontanément l’ancien ministre de l’Industrie incline vers le deuxième sujet, mais, après réflexion, le général de Gaulle l’estime prématuré. Ce sera donc la coopération qui sera retenue. En vérité, le général de Gaulle a déjà une idée des dysfonctionnements de la politique de coopération mais il désire qu’une commission puisse travailler, en totale liberté, pour comparer ses résultats à son analyse. Quant à la portée pratique des conclusions qui pourraient être avancées, le président de la République prend grand soin de ne pas évoquer le sujet.

I. LA COMPOSITION DE LA « COMMISSION JEANNENEY »

2Dès le 7 mars 1963, Jean-Marcel Jeanneney prend contact avec François Perroux pour l’inviter à se joindre aux travaux de la commission. Dans la lettre qu’il adresse au professeur d’économie au Collège de France, il qualifie la commission qu’il préside de « royale », non pas parce qu’elle lui a été confiée par le général de Gaulle, mais parce qu’elle s’apparente davantage au genre des grandes commissions britanniques, mêlant hauts fonctionnaires, intellectuels, politiques et militaires, qu’à la tradition des commissions françaises chargées d’enterrer les questions qu’elles sont censées étudier. Jean-Marcel Jeanneney définit ses ambitions de manière réaliste : « Il ne s’agit pas de faire des découvertes, tout a été dit (…), mais de mettre en lumière certaines idées qui paraissent essentielles ».

3La parution au Journal officiel de l’arrêté de nomination des membres de la « commission d’étude de la politique de coopération avec les pays en voie de développement » intervient le 25 mars 1963. Outre Jean-Marcel Jeanneney, la commission comprend vingt et un membres et un rapporteur général, Simon Nora. Une brève enquête biographique sur les membres de la commission révèle une forte concentration d’anciens élèves de grandes écoles dont certains cumulent des titres prestigieux et peuvent être comptés dans plusieurs catégories. On trouve en effet deux normaliens (Pierre Auger et Jean Baillou), trois polytechniciens (Raymond Chéradame [X-Mines], Claude Gruson [X-ENA, inspection des finances], Maurice Lemaire) ; trois inspecteurs des Finances dont un énarque (François Bloch-Lainé, Claude Gruson, Simon Nora [ENA]) ; trois conseillers d’État (Jacques Donnedieu de Vabres, Roger Grégoire, Léon Pignon) ; quatre universitaires (Jean-Marcel Jeanneney, Georges Balandier, Louis Malassi, François Perroux), un sénateur (Jean Bertaud), trois officiers supérieurs saint-cyriens (colonel Buis, général Rondot, général Vatinelle), deux diplomates (Jean Baillou, Jean Chauvel), un instituteur (Denis Forestier, le président de la MGEN), un président de syndicat patronal (Jean de Précigout), un HEC (Jean Sadrin), un chercheur (Jacques Tréfouel).

II. L’INSTALLATION DE LA COMMISSION D’ÉTUDE DE LA POLITIQUE DE COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN VOIE DE DÉVELOPPEMENT ET L’OBJECTIF ASSIGNÉ

4C’est Louis Joxe, devenu ministre d’État chargé de la réforme administrative, qui préside la séance inaugurale de la commission, le 13 mars1963 à l’hôtel Matignon. Le ministre d’État se refuse à aborder sur le fond le sujet soumis à la commission mais rappelle les attentes du gouvernement. Le premier piège dans lequel la commission ne doit pas tomber, c’est de rééditer la démarche qui avait guidé certains travaux antérieurs comme la commission Pignon, qu’il mentionne explicitement alors que le conseiller d’État se trouve autour de la table de réunion. La nouvelle commission doit conseiller directement le gouvernement sur la politique et la doctrine à mener en matière de coopération, non seulement à l’égard des pays de la zone franc, mais des autres également. Louis Joxe résume l’objectif assigné à la commission en une question fleuve : « Aux yeux de quels principes et en vue de la réalisation de quelles valeurs les pays industrialisés peuvent-ils tenter d’aider des pays sous-équipés et ceux-ci accepter de recevoir une aide en vue de leur développement économique et social, et ceci non pas au nom d’un chantage facile du côté des pays sous-développés, et non pas au nom d’une nouvelle forme de conquête ? » Le ministre d’État remarque que dans les jeunes générations de dirigeants des pays nouvellement indépendants, les préoccupations matérielles et sociales sont primordiales, aussi demande-t-il à la commission d’y accorder toute l’importance suffisante. Louis Joxe pose aussi d’emblée les deux principales difficultés auxquelles les membres de la commission seront confrontées lorsqu’ils voudront évoquer les moyens d’application de la nouvelle politique qu’ils auront définie. La première difficulté est celle de la variété des structures administratives traitant des relations avec les pays en développement, la seconde est le manque de coopérants.

III. LA RECHERCHE D’UNE PROBLÉMATIQUE

5À la suite de Louis Joxe, Jean-Marcel Jeanneney imprime immédiatement son style d’animateur vigilant en insistant auprès des membres de la commission sur le délai extrêmement court qui leur a été imparti pour rendre leurs conclusions. En effet, le rapport doit être terminé au plus tard le 1er juillet. Étant donné que les membres de la commission conservent leurs activités professionnelles, il n’est pas question de leur imposer une assiduité absolue aux réunions intermédiaires, ce qui laisse déjà entrevoir que le président ne se laissera pas retarder par ceux qui n’auraient guère le loisir de travailler de manière suffisante. Afin de ne pas laisser les membres de la commission partir sur de mauvaises pistes, Jean-Marcel Jeanneney a décidé de concentrer les réflexions de la commission dans deux directions majeures : définir l’attitude générale des pays développés à l’égard des pays sous-développés et rechercher plus particulièrement la position française. Jean-Marcel Jeanneney désire que la commission réfléchisse sur les moyens de différencier les réponses à apporter aux pays du tiers-monde en fonction de leur diversité et sur le moyen de leur faire comprendre que le haut degré de développement des pays riches ne peut s’acquérir en une génération. Se positionnant en maître du débat, Jean-Marcel Jeanneney fait déjà part de ses a priori sur la question de la politique française en dissociant bien les zones géographiques dans lesquelles la France doit jouer le rôle de « chef de file » et celles dans lesquelles elle « doit se contenter d’une présence ». Il montre ainsi que, selon lui, la politique de coopération ne doit pas se traduire par un saupoudrage qui aboutirait à une dilution des moyens et des résultats. Les préoccupations de l’économiste affleurent aussi car il propose de réfléchir à la politique d’aide en terme de volume acceptable par rapport au produit national.

6La réunion inaugurale permet une première discussion à bâtons rompus entre les membres de la commission qui livrent leurs premiers sentiments sur les thèmes à aborder. L’ambassadeur Jean Chauvel critique le terme même de « coopération », auquel il voudrait voir substitué celui de « solidarité », porteur d’un sens plus fort. Pierre Auger, le directeur du CNES, souligne le décalage existant entre les revendications des peuples et leurs besoins véritables. Georges Balandier se félicite que la commission ait à définir une politique qui doit reposer avant tout, selon lui, sur l’enseignement. Claude Gruson, le directeur de l’INSEE, souligne les difficultés pour se procurer des sources sûres. Le conseiller Roger Grégoire renchérit en indiquant que les estimations les plus fantaisistes sur les besoins des pays ont été véhiculées. François Bloch-Lainé considère pour sa part que les hommes influent plus que les idées. Pour le président de la commission des Échanges de l’Assemblée et ancien ministre Maurice Lemaire, priorité doit être donnée à l’agriculture et à l’énergie. Le directeur de l’Institut Pasteur, Jacques Tréfouel, veut favoriser la venue en France d’Africains susceptibles de devenir les cadres dirigeants des pays indépendants. Jean de Précigout, le président du syndicat des textiles artificiels, désire rechercher l’efficacité dans les différents secteurs. Jean Sadrin, le directeur du Comptoir national d’escompte, préconise de définir une politique à double détente, moyen et long termes. Raymond Chéradame, le directeur des études de l’École polytechnique, souhaite voir développée la formule des coopérants du service national. Denis Forestier, le président de la MGEN, se félicite de la recherche d’une éthique de la coopération. Le conseiller Jacques Donnedieu de Vabres attire l’attention sur la possibilité de réaliser de grandes opérations sous l’égide des Français. Léon Pignon, également conseiller d’État, craint que l’étude ne puisse être achevée en juillet. Enfin, le dernier à s’exprimer est le professeur François Perroux qui émet le souhait de voir la commission « rompre avec le dogmatisme » pour vraiment présenter des solutions concrètes aux problèmes.

  • 1 Simon Nora, coauteur du rapport avec Jean-Marcel Jeanneney, dispose peut-être de sources complémen (...)

7Lors de la deuxième rencontre de la commission, le 19 mars, six grandes orientations de travail sont arrêtées. La commission n’hésite pas, à partir de la question fondamentale « pourquoi une aide ? », à se demander comment borner son champ d’action, à poser le problème de la spécialisation de l’aide, de sa durée, de sa globalité et de son partage éventuel. Ensuite, les archives personnelles de Jean-Marcel Jeanneney demeurent muettes jusqu’aux réactions à la publication du rapport1. Selon Jean-Marcel Jeanneney, la commission s’est réunie à plusieurs reprises en mai et juin 1963, en conservant le principe de discussions libres.

IV. LA PUBLICATION DU RAPPORT

8Le 1er août 1963, lorsque Louis Joxe remercie Jean-Marcel Jeanneney de lui avoir transmis son rapport, le ministre d’État indique qu’il « répond très exactement aux attentes du gouvernement » et ajoute qu’« il ne s’agissait pas, en effet, dans son esprit, de faire l’analyse d’une situation ou simplement de proposer des solutions administratives, mais bien de dominer un vaste sujet et de définir une politique ». Louis Joxe promet qu’une fois sa lecture achevée par le général de Gaulle, « une très large diffusion de ce document ne pourra que servir la France dans tous les pays du monde ».

9Au moment où le rapport est sur le point d’être rendu public, Jean-Marcel Jeanneney adresse personnellement son rapport, sous forme ronéotée, à un petit groupe de personnalités. On y retrouve des professeurs à la faculté de droit de Paris, de hauts fonctionnaires, des hommes politiques, des amis. À la lecture de la lettre introductive de Jean-Marcel Jeanneney, on comprend bien qu’il ne s’agit pas là d’un « réseau » d’alliés constitué en sphère d’influence. En dépit de ce premier envoi, il faut attendre plusieurs mois avant que ne paraisse officiellement le rapport, amputé de sa quatrième et dernière partie consacrée aux nécessaires réformes administratives. C’est qu’entre-temps, les solutions préconisées par la commission, critiquant assez nettement le fonctionnement du ministère de la Coopération, ont mis hors de lui le locataire de la rue Oudinot, Raymond Triboulet.

10Par conséquent, lorsque Jean-Marcel Jeanneney donne, le 14 janvier 1964, une conférence de presse à l’occasion de la sortie officielle de son rapport, il juge utile de ne pas envenimer le débat. Il rappelle que la commission a travaillé rapidement entre la mi-mars et le 18 juillet 1963 et que ses membres ont siégé à titre personnel et non en qualité de représentants de leurs organismes d’emploi. Jean-Marcel Jeanneney compare à nouveau l’esprit de ce document aux « rapports des commissions royales britanniques », et on comprend pourquoi il ira le présenter aux Communes en avril 1964. Désireux de désamorcer la polémique avec Raymond Triboulet, il rappelle que l’arrêté de création a précisément défini le programme de travail de la commission qui ne s’est arrogée aucun droit d’immixtion dans les administrations dispensatrices de l’aide. Il s’agissait « d’étudier les divers éléments d’une politique de coopération avec les pays en voie de développement, appartenant ou non à la zone franc, ainsi que l’organisation administrative et financière nécessaire à la mise en œuvre de cette politique ». Jean-Marcel Jeanneney défend l’idée selon laquelle il aurait, depuis le début, décidé avec Louis Joxe de ne pas publier la partie financière et administrative du rapport, qui aurait été « considérée comme une consultation au seul usage du gouvernement ». La publication de la partie politique du rapport en septembre 1963 s’explique par le fait que le gouvernement n’est pas tenu d’adhérer à la lettre du rapport, même s’il souscrit à son esprit.

  • 2 Royaume-Uni 1,31 %, Allemagne fédérale 1,17 %, États-Unis 0,97 % du P.I.B.
  • 3 Arch. CHEVS JMJ 39. Articles de presse du 15 janvier 1964.
  • 4 Arch. CHEVS JMJ 39. France-Observateur du 16 janvier 1964.
  • 5 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Monde du 20 janvier 1964.

11La commission a voulu répondre à trois questions concernant la politique de coopération : pourquoi ? combien ? comment ? Le pourquoi était sous-entendu par les critiques sur le coût de la coopération. La commission y a répondu en argumentant par des considérations de solidarité humaine, mais aussi de préoccupations politiques lointaines et de prestige national, diplomatique et militaire. Le combien était une question cruciale. Les experts de la commission ont dû recouper des sources diverses pour parvenir à montrer que la France accordait à elle seule 14,5 % de l’aide mondiale, ou encore 2,41 % de son produit national avec près de 7 milliards de nouveaux francs, au deuxième rang après les États-Unis d’Amérique2. Placée entre les camps antagonistes des partisans de la solidarité et des « cartiéristes » qui défendent le principe d’une résorption des misères françaises, la commission a choisi d’apporter une réponse de conciliation. Elle pense que l’aide doit être maintenue à son niveau mais qu’elle ne peut pas être augmentée en taux, ce qui revient à dire qu’elle continuera d’augmenter beaucoup en valeur étant donné la progression annuelle de la richesse nationale. Enfin, la commission s’est demandé comment organiser cette aide, c’est-à-dire où et selon quelles modalités. Pour des raisons historiques, l’aide française est très concentrée sur l’Afrique (à 95 % dont 42 % pour la seule Algérie), mais la commission s’est refusé à faire toute proposition de changement de répartition car elle a estimé qu’une telle décision relevait de la responsabilité gouvernementale. Si l’absence d’engagement dans la répartition ou l’adoption d’une voie moyenne entre « solidaristes » et « cartiéristes » peut donner à penser que les membres de la commission ont refusé de prendre des risques, il n’en est, en fait, rien car les modalités de l’aide ont, quant à elles fait l’objet d’une indiscutable remise en cause. Le rapport Jeanneney condamne explicitement « l’exclusivisme » entretenu par des relations bilatérales qui débouchent sur de véritables « chasses gardées ». L’atténuation de ce comportement serait le meilleur moyen de donner un réel contenu au terme d’indépendance, c’est-à-dire de liberté dans les choix, sans entretenir un lien de type néocolonialiste, même si Jean-Marcel Jeanneney se garde bien d’employer ce terme sulfureux. Le rapport se montre nettement plus favorable à l’« aide liée » qui facilite le déblocage des fonds car le pays donateur y trouve aussi son avantage. La commission prend nettement position contre l’utilisation des fonds d’aide pour la réalisation de dépenses somptuaires ou pour combler les déficits publics. Elle est favorable aux financements de travaux d’infrastructures, de programmes d’amélioration de l’agriculture, de programmes d’éducation. Sur le plan de la répartition géographique, la commission suggère un redéploiement de l’aide vers le Mexique, l’Iran, le Cambodge3, ce qui cautionnerait la politique diplomatique du général de Gaulle qui a déjà accordé son aide aux deux premiers pays, tandis que Pierre Messmer se rendait dans le troisième4. Le bulletin de la semaine du Monde consacré à la publication du rapport et à la conférence de presse de Jean-Marcel Jeanneney et de Simon Nora est très louangeur pour les idées mises en avant par la commission5. Il conclut : « Combattant les idées reçues aussi bien que la démagogie, le rapport Jeanneney peut servir de fil conducteur aux initiatives gouvernementales. Souhaitons seulement que les chasses gardées que l’on abolit du côté du tiers-monde ne ressuscitent pas du côté de l’administration française lorsqu’il s’agira de mettre sur pied les institutions nouvelles de la coopération ».

  • 6 Cette partie sera publiée à titre documentaire par l’Institut Charles de Gaulle dans sa revue Espo (...)
  • 7 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Monde du 15 janvier 1964.

12Dans la partie du rapport non publiée et consacrée à la réforme des structures administratives en charge de la politique de coopération, les membres de la commission Jeanneney prennent nettement leurs distances avec la politique consistant à faire intervenir isolément le Quai d’Orsay et le ministère de la Coopération6. La commission propose les créations d’un Commissariat à la Coopération, rattaché au ministère des Affaires étrangères, d’un comité interministériel de la coopération calqué sur le Secrétariat général du comité interministériel chargé des questions de coopération économique européenne (SGCI), d’une agence de gestion du personnel de coopération pour décharger l’administration du Quai d’Orsay, d’une caisse de coopération issue de la caisse centrale de coopération économique, d’un conseil de la coopération d’une quarantaine de membres choisis parmi les parlementaires, les membres du Conseil économique et social, les universitaires, les syndicalistes, chargé de discuter des rapports annuels remis au gouvernement. La suppression effective du ministère de la Coopération au profit d’organes administratifs semble sous-entendre que la commission préférerait confier la gestion de la coopération à des hauts fonctionnaires plutôt qu’à des politiques pouvant entretenir des relations personnelles fortes avec les dirigeants des pays africains7.

V. LES RÉACTIONS AU RAPPORT

13Parmi les réactions au rapport, il faut évoquer celle de René Pleven dans Le petit bleu des Côtes-du-Nord, qui a l’originalité de critiquer les conclusions de la commission en insistant sur le fait que, dans l’avenir, l’aide devrait être moins nationale et davantage multilatérale, passant par le canal de la CEE ou de l’OCDE. En revanche, il se montre séduit par la suggestion de la commission qui propose l’instauration d’un impôt international prélevé dans les pays développés pour venir en aide au tiers-monde.

14Le 22 janvier 1964, Jean-Marcel Jeanneney présente son rapport aux membres de l’Association nationale des docteurs en sciences économiques (ANDESE) dans les salons de l’Automobile-Club, place de la Concorde. Le cahier de l’ANDESE, Vie et science économique, souligne que ce document démontre que la France s’interroge sur sa politique de coopération, sur les raisons, l’ampleur et les modalités de l’aide qu’elle fournit à ses anciennes colonies, au moment où le chef de l’État semble faire du tiers-monde un nouveau champ du rayonnement national.

  • 8 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Canard enchaîné du 29 janvier 1964.

15Dans sa livraison du 31 janvier 1964, l’hebdomadaire Minute émet l’hypothèse selon laquelle le retentissement accompagnant la publication du rapport Jeanneney pourrait bien signifier son possible retour au gouvernement. Trois ministres se sentiraient particulièrement visés par un éventuel remaniement. Tout d’abord, Raymond Triboulet le ministre de la Coopération, qui a réagi avec promptitude et fermeté dans la presse et sur les ondes aux critiques formulées par la commission au sujet de la politique de coopération. Ensuite, Michel Maurice-Bokanowski, qui craindrait de perdre le ministère de l’Industrie au profit de son ancien titulaire. Enfin, Gaston Palewski, le ministre de la Recherche dont l’autorité serait contestée dans le dossier atomique. Pour Le Canard enchaîné, au contraire, c’est Louis Joxe qui se verrait bien à la tête d’un grand ministère d’État de la Coopération et qui aurait subtilement distillé les fuites sur l’inaptitude de Raymond Triboulet8.

16Georges Suffert, dans L’Express du 30 janvier 1964, explique les raisons de la colère de Raymond Triboulet à la suite de la publication officielle du rapport et les raisons de la non-diffusion de la IVe partie. La commission s’est aperçue que la sectorisation des rapports avec les États pouvant bénéficier de l’aide technique et de la coopération française était le principal handicap à la réalisation de la politique mondiale à laquelle vise le général de Gaulle. Ainsi, les rapports avec l’Amérique du Sud et l’Extrême-Orient dépendent-ils du Quai d’Orsay, l’aide étant gérée par Jean Basdevant, directeur de l’assistance technique. De leur côté, les rapports économiques et culturels avec l’Afrique noire relèvent du ministère de la Coopération de Raymond Triboulet, les crédits à l’Algérie proviennent du secrétariat d’État aux Affaires algériennes de Jean de Broglie. Quant à Jacques Foccart, secrétaire général de la présidence de la République pour les affaires africaines et malgaches, il touche un peu à tout. Enfin, il ne faut pas oublier que la gestion des professeurs affectés au titre de la coopération est assurée par le ministère de l’Éducation nationale et que le ministère des Finances donne son avis pour tous les crédits. La commission Jeanneney a pointé du doigt le conflit de prérogatives existant entre toutes ces administrations.

  • 9 Arch. CHEVS JMJ 39. Interview complète reprise par France-Eurafrique de février 1964.
  • 10 Le ministre de la Coopération cite les chiffres de 110 millions de francs versés par le ministère (...)
  • 11 Arch. CHEVS JMJ 39. Les Échos du 27 janvier 1964, AFP du 25 janvier 1964, Le Monde du 28 janvier 1 (...)

17Organisant une vigoureuse contre-offensive pour ne pas avoir à répondre sur le fond aux questions soulevées par la commission, Raymond Triboulet réclame, au contraire, un renforcement de son ministère par le rattachement de la direction de la Coopération du ministère des Affaires étrangères à son ministère. Naturellement hostile au schéma administratif proposé par la commission qui propose ni plus ni moins que le démantèlement de son ministère au profit d’un commissariat général, d’une banque et d’une agence d’assistance technique, Raymond Triboulet s’en prend à certains chiffres retenus dans le rapport. Georges Suffert conclut son article en affirmant que « les grandes politiques ont besoin de petits moyens. On sait à quel point ces petites choses irritent le général, qui n’a pas de temps à perdre sur ces détails ». Raymond Triboulet s’est défendu au cours d’un entretien avec Pierre Dogon sur la RTF au cours duquel les termes d’« erreur, défaut, caractère superficiel, inexactitude » ont été fréquemment usités pour qualifier le rapport9. Le ministre de la Coopération conteste le montant de 760 millions de francs consacrés aux charges militaires en Afrique noire pour 1962 car il n’atteindra que 670 millions en 1963 et devra encore baisser pour 196410. Il a aussi repéré la confusion faite par les membres de la commission qui appellent « dépenses civiles de souveraineté » les 245 millions de francs versés au titre de pensions civiles et militaires à d’anciens citoyens français, ainsi que les dépenses d’intervention économique pour l’exportation des céréales ou du sucre français. Selon le ministre de la Coopération, les dépenses de souveraineté « n’excéderaient pas une soixantaine de millions au total pour les quatorze États anciennement français d’Afrique ». Il indique enfin qu’entre 1962 et 1964, les dépenses en subventions sont passées de 180 millions de francs, plus 58 millions en avances du Trésor pour neuf États en 1962, à 95 millions pour six États en1963 et à 65 millions pour quatre États en 1964, ce qui est « une chute extrêmement rapide »11. Raymond Triboulet reproche à Jean-Marcel Jeanneney de s’être éloigné du terrain de la doctrine pour prendre position sur des problèmes concrets et de ne pas l’avoir suffisamment contacté. Il lance de manière cinglante à l’égard du professeur d’économie politique : « Moi, je suis dans l’action, je regrette que ce rapport soit de pure théorie ».

  • 12 Arch. CHEVS JMJ 39. Carte manuscrite de Raymond Triboulet du 25 juin 1963.

18En vérité, les relations entre Jean-Marcel Jeanneney et Raymond Triboulet se sont tendues dès la rédaction du rapport. Dès la fin juin 1963, le ministre de la Coopération écrit au président de la commission : « J’ai la conviction absolue que nos idées sur la coopération ne peuvent aboutir sur une structure unifiante. Vous devriez vous en tenir là, ou indiquer les deux options et demie »12. Raymond Triboulet expose alors son idée d’un « grand ministère de la Coopération [ ] seul capable de promouvoir ce grand objet » ou d’un « grand commissariat » dépendant du Premier ministre ou des Affaires étrangères. Toutefois l’hypothèse d’être rattaché au Quai d’Orsay ne le séduit guère : le ministre estime, sans doute à juste titre, qu’un ministère pèse davantage. Les conseils pressants du ministre de la Coopération ne paraissent pas avoir été du goût de Jean-Marcel Jeanneney, ce qui ne surprendra guère. À la suite d’un entretien que Raymond Triboulet qualifie d’« orageux », le ministre de la Coopération s’abstiendra de toute nouvelle intervention auprès de la commission. C’est pourquoi il prend un ton ironique lorsqu’il écrit à nouveau à Jean-Marcel Jeanneney le 18 janvier 1964 pour se féliciter de la non-publication de la dernière partie du rapport. Rappelant à Jean-Marcel Jeanneney que « vous m’avez assez fait comprendre que vous entendiez le rédiger à votre guise, sans avoir besoin de mes renseignements ou de mes conseils », Raymond Triboulet savoure ce qu’il considère comme sa victoire. Jean-Marcel Jeanneney connaît à cette date depuis longtemps l’état d’esprit du ministre de la Coopération à son encontre puisque Louis Joxe a eu le geste de lui communiquer une lettre de Raymond Triboulet d’octobre 1963 commentant le rapport. Elle est édifiante. Le ministre de la Coopération confie au ministre d’État qu’il « le digère à petites doses » et qu’il trouve la réponse à la question institutionnelle « incomestible » (sic). C’est ensuite, début janvier 1964, au cours d’une réunion hebdomadaire avec des représentants du Premier ministre, du Quai d’Orsay et du service de Jacques Foccart, faisant suite à la publication du rapport, que le ministre de la Coopération se laisse aller à critiquer certains chiffres cités par la commission et à proposer une rectification des conclusions que le rapporteur général en tire.

  • 13 Arch. CHEVS JMJ 39. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 19 janvier 1964.
  • 14 Arch. CHEVS JMJ 39. Lettres de Louis Joxe du 27 janvier 1964, mot à Jean-Marcel Jeanneney du 28 ja (...)
  • 15 Arch. CHEVS JMJ 39. Mot à Jean-Marcel Jeanneney du 29 janvier 1964.
  • 16 Arch. CHEVS JMJ 39. Mot à Jean-Marcel Jeanneney du 30 janvier 1964.

19Toutefois, à côté de certaines tournures ironiques, Raymond Triboulet ne cache pas que la rédaction de cette lettre lui est pénible, précisant à Jean-Marcel Jeanneney : « Vous connaissez suffisamment mon caractère pour penser que je ne vous écris pas cette lettre avec plaisir, mais puisque mes collègues [Louis Joxe] m’affirment que c’est mon devoir, je n’hésite pas à risquer une nouvelle discussion ». La conclusion de Raymond Triboulet prouve que les relations dans le milieu politique sont parfois cruelles car le ministre de la Coopération s’estime blessé, il désire voir la politique qu’il conduit, « de toutes ses forces », présentée de « façon équitable » et espère qu’il aura bientôt « enfin le plaisir de retrouver le Jeanneney passionné, mais équitable pour qui [il avait] tant d’amitié et non point le Jeanneney obstiné et injuste, que ce rapport [lui] a malheureusement permis de rencontrer ». Désireux avant tout de ne pas se hasarder sur le terrain des sentiments, Jean-Marcel Jeanneney répond immédiatement à Raymond Triboulet pour lui indiquer qu’il devait impérativement travailler en étant détaché des avis des administrations afin de répondre à l’objectif qui lui avait été fixé13. Concernant la divergence sur les structures à mettre en place, il ajoute que « par égard pour vous, j’ai accepté que le rapport soit publié en étant amputé de sa partie administrative » et que par conséquent il ne croit pas « avoir fait preuve d’obstination ». Mais Jean-Marcel Jeanneney refuse de modifier les passages dans lesquels la commission dénonce les structures héritées de l’époque coloniale et fait remarquer, en s’inspirant de la formule de Beaumarchais qui est la devise du Figaro, que l’« éloge n’a de poids qu’autant que la liberté de critique est entière » et il félicite Raymond Triboulet d’avoir infléchi certaines orientations pour 1963 et 1964 dans le sens des indications préconisées par le rapport sans qu’il y ait eu consultation. Louis Joxe prend soin de couvrir Jean-Marcel Jeanneney auprès du général de Gaulle et de Georges Pompidou en écrivant à Étienne Burin des Roziers et François-Xavier Ortoli pour « regretter les méthodes employées par M. Raymond Triboulet »14. À la sortie du Conseil des ministres du 29 janvier 1964, Louis Joxe admoneste Raymond Triboulet pour ses déclarations à la RTF15. Le lendemain, il réécrit une troisième fois à Jean-Marcel Jeanneney pour le féliciter de ne pas répondre aux attaques, ajoutant « Ce T est un âne », et espère que le général de Gaulle parlera en bien du rapport le 31 janvier lors de sa conférence de presse16.

  • 17 Arch. CHEVS JMJ 39. France-Eurafrique, « La tribune libre des deux continents », janvier 1964.
  • 18 Arch. CHEVS JMJ 39. Les Échos n˚9119.
  • 19 Arch. CHEVS JMJ 39. L’Observateur du Moyen-Orient et de l’Afrique du 28 février 1964.

20La réception du rapport dans certains milieux intellectuels africains n’est pas mauvaise. Ainsi, pour le Camerounais Mathieu Ekani-Onambele, le mérite du rapport est de préciser « les grandes lignes d’une politique cohérente de coopération franco-africaine », de « respecter un ordre de priorités qui relègue au dernier rang les investissements spectaculaires et place pour la première fois en tête la modernisation de l’agriculture, devant la création des industries légères et enfin de l’industrie lourde, définition des choix qui est à l’avantage des masses ». L’objectif de création de grands marchés communs africains est également salué par l’auteur qui dénonce le démantèlement des grands ensembles AOF et AEF. Il émet néanmoins deux réserves sur les conclusions du rapport : tout d’abord le plafonnement de l’aide en pourcentage du produit national, ensuite le « désengagement » de la métropole vis-à-vis de ses anciennes dépendances et l’intention de procéder à une diversification géographique17. Ces critiques sont, au demeurant, fort compréhensibles de la part d’un Africain. Les conclusions du rapport sont également approuvées par la Confédération du patronat chrétien18. L’Observateur du Moyen-Orient et de l’Afrique se réjouit de constater que le rapport évoque la coopération avec les pays arabes et plus particulièrement avec le Liban, l’Iran, la Syrie, la Jordanie et l’Arabie Saoudite, et estime que la position de la France sera d’autant plus favorable qu’elle n’est pas membre du CENTO et donc qu’elle est libre de l’influence américaine19.

21Le 3 février 1964, dans Combat, Émile Roche, le président du Conseil économique et social, analyse, à son tour, les conclusions du rapport. Il rappelle que si 73 % des Français avaient soutenu l’idée d’une aide financière de la France à ses anciennes colonies dans un sondage effectué à l’été 1962, un certain nombre avaient changé d’avis après s’être vu indiquer le montant de cette aide. La principale réserve que le président de l’assemblée socio-économique formule vis-à-vis du rapport, c’est sa trop grande timidité dans sa dénonciation des dépenses somptuaires.

  • 20 Arch. CHEVS JMJ 39. Correspondance économique du 1er février 1964.

22Dans sa conférence de presse du 31 janvier 1964, le chef de l’État se contente d’évoquer le « très important rapport » conduit sous la présidence de Jean-Marcel Jeanneney, sans entrer plus avant dans les conclusions qu’il tire des propositions formulées20.

VI. LES SUITES DU RAPPORT

  • 21 Arch. CHEVS JMJ 39. L’Information du 20 mars 1964, Le Figaro du 20 mars 1964.
  • 22 Arch. CHEVS JMJ 39. Arts, semaine du 11 au 17 mars 1964.
  • 23 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Monde du 12 mars 1964.
  • 24 Arch. CHEVS JMJ 39. Correspondance économique du 9 mars 1964.

23Après la publication du rapport, le débat sur la politique de coopération connaît encore des prolongements. Ainsi peut-on évoquer la tenue d’un colloque du comité central français pour l’outre-mer et la coopération tenu en mars 1964 ou encore un billet de Raymond Aron dans le Figaro qui s’interroge sur la possibilité pour la France de consacrer une part aussi importante aux dépenses dites « improductives », c’est-à-dire celles de la défense et de l’aide extérieure21. Jean d’Ormesson, dans la revue Arts, relève que Simon Nora, qui « ne passait pas couramment pour un homme de droite », écrit dans l’introduction du rapport qu’« en Europe, tout au long du xxe siècle, le développement des capacités de production n’a été obtenu qu’au prix d’un travail intense, auquel ont été soumis des masses d’hommes, de femmes et d’enfants, qui n’a amélioré leur sort que lentement »22. Cette phrase paraît, selon l’écrivain, accréditer le caractère inévitable des aspects les plus noirs du capitalisme. Dans Le Monde, Alfred Sauvy prend également position pour le maintien de la politique d’aide de la France23. Comme à l’accoutumée, la thèse avancée par François Bruel dans la Correspondance économique pour expliquer la publicité faite autour du rapport de la commission Jeanneney mérite un développement. Selon le rédacteur de la feuille confidentielle, en confiant à Jean-Marcel Jeanneney la tâche d’établir la future doctrine française en matière d’aide au tiers-monde, le général de Gaulle a voulu marquer les esprits pour préparer les Français aux nécessités de sa grande ambition politique sur la scène internationale et aux moyens financiers importants qu’il conviendrait d’y consacrer. Aussi la virulente campagne d’articles publiés par Raymond Cartier dans Paris-Match amène-t-elle à se poser plusieurs questions. Tout d’abord, pourquoi l’industriel du textile Prouvost qui possède le magazine a-t-il accepté de déclarer la guerre au pouvoir gaulliste ? Cherche-t-il à obtenir des avantages particuliers dans son secteur industriel ? Comment peut-il prendre le risque de voir étalées dans un magazine à très fort tirage des comparaisons assez subversives, somme toute, pour les plus humbles ? Les dirigeants gaullistes paraissent accréditer la thèse d’une déstabilisation d’origine américaine, compte tenu des liens anciens existant entre Raymond Cartier et certains milieux américains. Cette entreprise aurait pour but de contrecarrer la politique étrangère, mondialiste et tiers-mondiste du président français en lui créant une vive opposition interne qui l’empêcherait d’intervenir dans des régions que les Américains considèrent comme des chasses gardées comme l’Amérique latine et centrale, le Moyen-Orient et l’Asie. Les Américains semblent redouter que le général de Gaulle s’érige comme un nouveau chef pour le tiers-monde, voulant briser le monde bipolaire. La critique sur les dépenses engagées dans le tiers-monde serait donc un alibi, le chef de l’État devant se résoudre à favoriser la diffusion des biens de consommation en France au lieu de diffuser le rayonnement de la France partout dans le monde24. Cette construction intellectuelle est peut-être entièrement fausse, mais elle a le mérite d’une certaine logique et elle explique aussi pourquoi le rapport Jeanneney eut une large diffusion et un vif retentissement, ce qui est inhabituel pour ce type de document administratif. On retrouve même un digest du rapport dans le Congressional record-Senate du 3 mars 1964.

  • 25 Arch. CHEVS JMJ 39. Combat du 24 avril 1964.

24Le 14 avril, dans Combat, Henri Laugier, ancien secrétaire général adjoint des Nations unies, réclame « que soit mobilisée l’audience la plus large autour de ce rapport », critiquant le fait qu’il ne soit en vente qu’à la Documentation française et non en librairie et qu’il ne fasse pas l’objet d’une émission-débat à la télévision. Henri Laugier critique également le contenu du rapport de manière intéressante. Il regrette par exemple la timidité des rédacteurs envers un nécessaire contrôle des naissances et surtout le postulat, largement repris au fil des chapitres, suivant lequel il faudrait envisager le développement des jeunes nations dans un cadre trop exclusivement national alors que l’économie est en train de se globaliser. C’est là une remarque judicieuse et qui a déjà été développée dans France-Eurafrique. Henri Laugier attend du gouvernement et de l’université qu’ils répandent largement les conclusions du rapport de la commission Jeanneney qui donnera aux anticartiéristes des arguments de valeur pour lutter contre les sophismes à courte vue et trop hexagonaux25.

  • 26 Arch. CHEVS JMJ 39. Combat du 25 avril 1964.
  • 27 Raymond Cartier avance le montant de 6 922 millions de nouveaux francs pour 1962.
  • 28 4 912 millions de nouveaux francs d’aides publiques.

25Le 24 avril, le cercle de L’opinion en 24 heures organise un déjeuner-débat au pavillon Dauphine, en présence de Raymond Cartier, de l’ancien ministre Pierre Abelin, député du Centre démocratique, d’Aymar Achille-Fould, député du groupe Europe-Afrique, de Jacques Baumel, sénateur et secrétaire général de l’UNR, d’Édouard Bonnefous, sénateur et ancien ministre, de Gérard Jaquet, ancien ministre socialiste, secrétaire du Mouvement européen, de Michel Ringeard, président de la coopération technique au Conseil économique et social et de Georges Riond, président du comité central français pour l’outre-mer26. Le journaliste de Paris-Match développe sa thèse suivant laquelle les sommes accordées au tiers-monde sont directement prélevées sur les dépenses d’équipement d’avenir du pays27. Édouard Bonnefous apporte son soutien à Raymond Cartier en mentionnant que l’aide publique accordée au tiers-monde permettrait le développement de la Bretagne et la construction d’un réseau autoroutier qui permettrait de réduire l’hécatombe provoquée par l’augmentation de la circulation sur des routes conçues pour un trafic nettement moindre que celui des années 196028. Seul Jacques Baumel porte la contradiction à ces propos.

  • 29 Arch. CHEVS JMJ 39. L’Aurore du 29 février 1964.

26Le rapport Jeanneney s’inscrit dans une série de grandes enquêtes confiées à des commissions d’experts, puisque au même moment sont publiés les rapports du conseiller d’État Jean Toutée sur les possibilités de conciliation dans le secteur public, le rapport du commissaire général au Plan, Pierre Massé, sur la politique des revenus, le rapport d’André Boulloche sur une réforme des grandes écoles. Deux autres rapports portant sur l’assurance-auto et sur une réforme du commerce n’ont pas encore trouvé de responsables. Cette politique des « palabres » est dénoncée par L’Aurore qui y voit un moyen pour ne pas engager des discussions salariales sérieuses alors que le retard des revenus par rapport à l’inflation atteindrait 12 %29.

VII. LE RETENTISSEMENT DU RAPPORT À L’ÉTRANGER

27Les 28 et 29 avril 1964, Jean-Marcel Jeanneney se rend à Londres pour expliquer dans une salle de la Chambre des communes les solutions à l’aide prônées dans son rapport, à l’invitation d’Adrian Moyses, président de l’ODI (Overseas Development Institute), de la société franco-britannique et du groupe de relations parlementaires franco-britannique. Devant le secrétaire d’État chargé de la Coopération technique, Robert Carr, et un auditoire de parlementaires, de hauts fonctionnaires britanniques, ainsi que d’universitaires, Jean-Marcel Jeanneney expose ses vues sur l’organisation de l’aide, avouant sa préférence pour une administration centralisée placée sous le contrôle du ministère des Affaires étrangères. L’allocution lui permet encore d’évoquer la place que devrait occuper l’assistance technique, l’attitude de l’opinion publique, le rôle des investissements privés dans les pays du tiers-monde, les problèmes financiers et de balance des paiements, le soutien des prix comme forme d’aide, la place des ONG dans le dispositif d’aide, le contrôle de l’aide accordée, l’aide multilatérale qu’il souhaiterait faire passer de 13 % à 25 %, la nécessité d’une aide centralisée. Lors de son passage, Jean-Marcel Jeanneney est invité à déjeuner par l’ambassadeur de France Geoffroy de Courcel en compagnie du sous-secrétaire d’État à la Coopération technique, sir Alan Dudley, de parlementaires des deux partis des Communes, de journalistes des grands quotidiens, d’un ancien gouverneur général au Ghana, le comte de Listowell, et du docteur Little, du Nuffield College d’Oxford.

  • 30 Arch. CHEVS JMJ 39. Dépêche AFP du 14 mai 1964.

28À son tour, le 14 mai 1964, par un communiqué, la Commission européenne précise « le grand intérêt » que lui a inspiré la présentation du rapport sur la coopération. En prévoyant une extension des moyens et des compétences du Fonds européen de développement et de la Banque européenne d’investissement, le rapport va dans le sens souhaité par l’institution communautaire30.

VIII. LE DÉBAT À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

  • 31 Arch. CHEVS JMJ 39. Journal officiel, Assemblée nationale, 11 juin 1964 ; Le Monde du 12 juin 1964 (...)

29Le 10 juin 1964, l’Assemblée nationale débat des propositions et conclusions du rapport Jeanneney. Cinq députés sont inscrits pour poser des questions orales à Georges Pompidou31. Le premier député à s’exprimer est Xavier Deniau, membre de l’UNR-UDT, qui demande au Premier ministre comment « faire passer dans les faits les conclusions de ce rapport concernant les réformes de structure gouvernementales et administratives nécessaires » et comment « assurer une nouvelle répartition géographique de l’aide apportée par la France ». Le député de la majorité souligne que « la réunion de la commission Jeanneney marque dans la pratique administrative française, dans une certaine mesure, une nouveauté. Cette réunion d’un certain nombre d’hommes éminents à différents titres, fonctionnaires, économistes, diplomates, pour examiner un sujet d’intérêt national n’est pas dans notre coutume. Si donc vous l’avez fait, c’est que vous attachiez à ce problème une importance toute particulière ». Après cette remarque et une citation de la lettre de cadrage de Louis Joxe à Jean-Marcel Jeanneney, du 2 octobre 1963, Xavier Deniau souhaite parler de la partie du rapport qui n’a pas été publiée officiellement mais qui a été largement citée dans la presse, à savoir l’émiettement administratif de la coopération entre plusieurs ministères. Le député n’a guère de mal à le démontrer et cela a pour conséquence fâcheuse de voir les différentes administrations mener leur propre politique, sans concertation ni vision globale. Le député gaulliste critique une politique qui conduit à concentrer l’aide ou les détachements de professeurs sur certains pays alors que d’autres tout aussi importants sont délaissés. Il y a nécessité d’agir car l’opinion publique est de plus en plus convaincue de la vanité de l’aide.

30Le second intervenant au débat est Jacques Mer, également membre du groupe UNR-UDT, qui se place sur un terrain beaucoup plus polémique en estimant que ceux qui critiquent la politique gouvernementale de coopération et insinuent le doute dans l’opinion n’utilisent ces arguments que dans le dessein de « couvrir une opération de pure politique intérieure, dirigée contre le chef de l’État, le gouvernement et sa majorité ». Jacques Mer affirme que les montants de l’aide sont inférieurs à ce qu’ils étaient en 1957, opérations militaires exclues, et pourtant, note-t-il sarcastiquement, « on n’a jamais entendu en ce temps-là ce concert de protestations vertueuses qui dénoncent, une fois de plus, les mythes de la grandeur ». Par conséquent, le député UNR invite le gouvernement à justifier sa politique en diffusant largement ses résultats afin de ne pas permettre de tromper les Français qui sont tout de même très majoritairement conscients de la nécessité d’apporter de l’aide aux pays en voie de développement. En outre, 45 % de l’aide française est liée en contrepartie à des achats de produits français. Quant à la politique de coopération menée en Algérie, elle a été posée par le gouvernement français comme une condition sine qua non dans la négociation en vue de l’indépendance. L’Afrique noire représente encore 34 % des exportations françaises de coton, 18 % de celles de sucre, 28 % de celles de ciment, 10 % de celles de produits sidérurgiques, 8 % de celles d’automobiles. Tout l’exposé de Jacques Mer consiste en une longue recommandation au gouvernement afin qu’il fasse mieux connaître la politique de coopération.

31Le ton change avec Rémy Montagne, du Centre démocratique, qui préfère admettre que « la coopération n’est sans doute pas une « bonne affaire », mais une entreprise difficile et coûteuse, une question de civilisation. C’est sur ce terrain qu’il faut en défendre le principe, ainsi que l’a magistralement rappelé le rapport de la commission Jeanneney… » Ce qui est critiqué n’est pas tant la coopération dans son principe que l’application de la politique. D’ailleurs, comme le fait remarquer le député d’opposition, « le rapport Jeanneney a presque un an », et il demande : « qu’a fait le gouvernement depuis cette date pour traduire en vigoureuses orientations les prudentes suggestions de ce rapport ? » Il énonce trois « évidences » qui devraient, selon lui, dicter cette politique. La première, c’est que l’aide pour être efficace doit atteindre ce qu’on pourrait appeler « un effet de seuil », éviter la dispersion, être assurée pour une période longue. La deuxième « évidence », c’est que la France ne peut continuer à placer 2 % à 3 % de son PIB dans l’aide si ses principaux concurrents ne consentent pas un effort de leur côté. Enfin, la troisième « évidence » résiderait dans la non-utilisation des virtualités du traité de Rome en matière d’aide. Pourtant l’année 1963 a été marquée par la signature de la convention de Yaoundé, mais le député centriste n’en fait pas état.

  • 32 Le député d’opposition rappelle que la France est au 13e rang mondial pour les constructions de lo (...)

32Le quatrième orateur est Jean Montalat, député-maire socialiste de Tulle. Son argumentation est nettement calquée sur les thèses cartiéristes, à savoir que le coût de la coopération doit être précisément mesuré dès lors que la France est encore sous-développée32. Le député SFIO reproche au gouvernement de pratiquer la politique budgétaire du « saucisson », qui consiste à dissoudre les sommes consacrées à l’aide dans divers chapitres budgétaires pour masquer son montant réel. En vérité, diverses sources, et le chef de l’État lui-même, semblent s’accorder pour 1962 à 5 milliards de nouveaux francs d’aides directes et à 2 milliards de francs d’aides privées. La charge d’aide, c’est-à-dire la ponction dans la richesse nationale opérée par la politique de coopération, a atteint 12,6 milliards de nouveaux francs en 1962. Loin de condamner le principe de l’aide aux pays du tiers monde, Jean Montalat critique l’inégalité dans les termes de l’échange qui la condamne à l’inutilité. Outre la dispersion des moyens et le coût en charges administratives qui en découle, le député corrézien demande au gouvernement de ne plus autoriser que l’aide aille aux budgets de fonctionnement civil et aux budgets militaires des pays aidés. Les socialistes critiquent aussi le principe de l’aide bilatérale, très largement utilisée par la France, car dans ce système « se créent d’homme à homme des liens, des relations personnelles, une dépendance qui nous obligent parfois à intervenir dans les affaires des États pour soutenir l’équipe en place… » Il ajoute qu’« il faut avoir le courage de le dire, la plupart des hommes actuellement au pouvoir en Afrique ont été élevés chez nous, dans le respect des principes démocratiques, mais nombre d’entre eux, revenus sur le continent africain, ont oublié ces principes et créé dans leurs États des caricatures de démocraties ».

33Le dernier député à s’exprimer sur la politique de coopération est François Mitterrand. Selon le député UDSR de la Nièvre, « l’aide est une obligation », elle présente aussi un aspect économique et un aspect politique. Devant les causes du sous-développement, les conclusions du rapport Jeanneney ne vont pas suffisamment loin. François Mitterrand constate que « si nous avions à investir dans le monde exactement la même proportion de notre produit brut national, il est vraisemblable que nous l’investirions rationnellement partout ailleurs que dans la zone franc », il suggère que l’aide soit « de moins en moins liée et (…) déployée sur le plus grand nombre possible de territoires, si possible hors de la zone franc ». En fait, François Mitterrand glisse imperceptiblement vers une critique globale du régime du général de Gaulle qu’il qualifie de « politique du bourdon sur la vitre ». Aussi profite-t-il de l’occasion qui lui est offerte de s’exprimer pour dénoncer la politique de la force de frappe, la politique extérieure gaullienne et en matière de coopération l’intransigeance vis-à-vis de la Guinée de Sékou Touré. Il finit par demander : « J’ai besoin de savoir si la seule politique du gouvernement qui serait cohérente (…) serait celle qui consiste à distribuer les crédits français selon le tracé fantaisiste qui préside au choix des voyages à l’étranger accomplis ou prévus par M. le président de la République ».

34Dans sa réponse, Georges Pompidou fait assez peu référence au rapport Jeanneney. Il rappelle les nécessités historiques et politiques de la politique de coopération et prend à part le cas de l’Algérie en soulignant l’impossibilité de couper les ponts avec l’ancienne colonie. Pour autant, le gouvernement est-il d’accord avec les conclusions du rapport Jeanneney ? « En tous points, ce serait trop dire. On n’est jamais assez d’accord sur le tout. Mais il est certain que le gouvernement fait sien l’essentiel du rapport Jeanneney. Après tout, cette commission Jeanneney, c’est nous qui l’avons convoquée, c’est nous qui en avons choisi les membres, c’est nous qui en avons nommé le président, c’est nous qui avons choisi les questions sur lesquelles elle a travaillé. Et, quelle que soit l’indépendance totale de pensée qui a guidé les membres de cette commission, on peut penser que, si nous l’avons constituée, si nous l’avons réunie et si nous lui avons confié une mission, c’est probablement parce que nous étions conscients des problèmes et même que nous pressentions les solutions ». Ce n’est pas à proprement parler rendre un hommage appuyé au travail intellectuel effectué. La seule véritable question qui ait été adressée au chef du gouvernement est celle de la refonte des structures administratives dispensant l’aide. Georges Pompidou admet bien volontiers que l’éclatement du moment résulte de l’histoire récente et qu’il est obsolète. Le gouvernement n’a pas encore décidé s’il confiera toute l’aide au ministère des Affaires étrangères ou bien à un grand ministère de la Coopération.

35En fait, le schéma imaginé par la commission Jeanneney ne sera jamais concrétisé, sans doute en partie à cause de l’extraordinaire capacité de résistance des responsables des administrations concernées et aussi des nécessités de la « politique africaine de la France », domaine réservé de l’Élysée sous le général de Gaulle et ses successeurs.

Notes

1 Simon Nora, coauteur du rapport avec Jean-Marcel Jeanneney, dispose peut-être de sources complémentaires inédites dans ses archives personnelles non encore exploitées à ce jour.

2 Royaume-Uni 1,31 %, Allemagne fédérale 1,17 %, États-Unis 0,97 % du P.I.B.

3 Arch. CHEVS JMJ 39. Articles de presse du 15 janvier 1964.

4 Arch. CHEVS JMJ 39. France-Observateur du 16 janvier 1964.

5 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Monde du 20 janvier 1964.

6 Cette partie sera publiée à titre documentaire par l’Institut Charles de Gaulle dans sa revue Espoir.

7 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Monde du 15 janvier 1964.

8 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Canard enchaîné du 29 janvier 1964.

9 Arch. CHEVS JMJ 39. Interview complète reprise par France-Eurafrique de février 1964.

10 Le ministre de la Coopération cite les chiffres de 110 millions de francs versés par le ministère de la Coopération pour les armées nationales en 1962 et de 47 millions de francs pour 1963.

11 Arch. CHEVS JMJ 39. Les Échos du 27 janvier 1964, AFP du 25 janvier 1964, Le Monde du 28 janvier 1964.

12 Arch. CHEVS JMJ 39. Carte manuscrite de Raymond Triboulet du 25 juin 1963.

13 Arch. CHEVS JMJ 39. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 19 janvier 1964.

14 Arch. CHEVS JMJ 39. Lettres de Louis Joxe du 27 janvier 1964, mot à Jean-Marcel Jeanneney du 28 janvier 1964.

15 Arch. CHEVS JMJ 39. Mot à Jean-Marcel Jeanneney du 29 janvier 1964.

16 Arch. CHEVS JMJ 39. Mot à Jean-Marcel Jeanneney du 30 janvier 1964.

17 Arch. CHEVS JMJ 39. France-Eurafrique, « La tribune libre des deux continents », janvier 1964.

18 Arch. CHEVS JMJ 39. Les Échos n˚9119.

19 Arch. CHEVS JMJ 39. L’Observateur du Moyen-Orient et de l’Afrique du 28 février 1964.

20 Arch. CHEVS JMJ 39. Correspondance économique du 1er février 1964.

21 Arch. CHEVS JMJ 39. L’Information du 20 mars 1964, Le Figaro du 20 mars 1964.

22 Arch. CHEVS JMJ 39. Arts, semaine du 11 au 17 mars 1964.

23 Arch. CHEVS JMJ 39. Le Monde du 12 mars 1964.

24 Arch. CHEVS JMJ 39. Correspondance économique du 9 mars 1964.

25 Arch. CHEVS JMJ 39. Combat du 24 avril 1964.

26 Arch. CHEVS JMJ 39. Combat du 25 avril 1964.

27 Raymond Cartier avance le montant de 6 922 millions de nouveaux francs pour 1962.

28 4 912 millions de nouveaux francs d’aides publiques.

29 Arch. CHEVS JMJ 39. L’Aurore du 29 février 1964.

30 Arch. CHEVS JMJ 39. Dépêche AFP du 14 mai 1964.

31 Arch. CHEVS JMJ 39. Journal officiel, Assemblée nationale, 11 juin 1964 ; Le Monde du 12 juin 1964 ; AFP du 10 juin 1964.

32 Le député d’opposition rappelle que la France est au 13e rang mondial pour les constructions de logements, au 19e rang pour l’équipement téléphonique et les télécommunications, au 30e rang pour les dépenses d’enseignement, à l’avant-dernier rang pour les autoroutes et au dernier rang pour les voies navigables.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable