Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’Europe et l’aide au développement. Des traités de Rome à nos jours

 | 
Gérard Bossuat

Vers de nouveaux horizons

Table ronde : Vers de nouveaux horizons

Sylvianne Guillaumont Jeanneney, Tertius Zongo, Omar Kabbaj, Philippe de Fontaine Vive, Dov Zerah, Dieter Frisch et Bernard Petit

Note de l’éditeur

Modératrice : Sylviane Guillaumont Jeanneney

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sylvianne Guillaumont Jeanneney
Notre dernière session est consacrée aux nouveaux horizons de l’Europe en matière d’aide au développement. Deux évènements importants sont survenus au cours de l’année 2011 : le G20 développement et, comme cela a déjà été évoqué, le « Haut forum sur l’efficacité de l’aide » qui s’est tenu à Busan. Par rapport à ces évènements, il est intéressant de voir comment devrait se situer la politique européenne de développement ou de coopération. Dans la déclaration finale du Haut forum figurent deux conclusions qui me paraissent importantes. La première est que, pour accroître l’efficacité de l’aide, il est indispensable de revenir à un principe essentiel de la déclaration de Paris, le « principe de l’alignement » des bailleurs sur la stratégie de développement des États receveurs de manière à permettre l’appropriation par ceux-ci de leur politique, appropriation considérée comme une condition d’efficacité de celle-ci. Dans ce but, il convient de mettre en œuv...

Auteurs

Sylviane Guillaumont Jeanneney est professeur émérite à l’université d’Auvergne, chercheur au Centre d’études et de recherches sur le développement international (CERDI), consultante de la fondation pour les études et recherches sur le développement international (FERDI), Fellow de l’Oxford Centre for Studies on African Economies. Elle est membre du conseil d’administration de l’Agence Française de Développement. Elle a été présidente de l’Association française de sciences économiques et membre du Conseil d’analyse économique. Elle a publié de nombreux ouvrages et articles dans des revues internationales. Ses principaux centres d’intérêt sont le développement économique, la coopération internationale, les politiques monétaire, budgétaire et de change et les questions environnementales.

Tertius Zongo est fondateur de Skylimit Consulting Group, dont il assure la direction. Il a exercé les fonctions de Premier ministre du Burkina Faso de juin 2007 à avril 2011. Il a été ambassadeur à Washington (2002-2007), ministre délégué chargé du Budget et du Plan puis ministre de l’Économie et des Finances (1995-2000), chef du département de la coopération multilatérale puis directeur général de la coopération au ministère de l’Économie et des Finances (1988-1995). Ancien secrétaire général de la Chambre de commerce, de l’industrie et de l’artisanat du Burkina Faso et ancien directeur général de l’Office national des céréales, il a été gouverneur à la Banque mondiale et au FMI et administrateur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de la Banque ouest-africaine du développement (BOAD). Titulaire d’une maîtrise en économie et gestion des entreprises de l’université de Dakar et d’un DESS en administration des entreprises de l’IAE de Nantes, Tertius Zongo est grand officier de l’Ordre national du Burkina Faso et docteur honoris causa de l’université chrétienne LOGOS de Floride. Il a notamment contribué à la rédaction de Perspectives économiques en Afrique : 2002-2003 (Banque africaine de développement et OCDE), The Macro-economic Management of Foreign Aid : Opportunities and Pitfalls (FMI, 2006), Budget Support as more effective Aid : Recent experiences and emerging lessons (Banque mondiale, 2006).

Omar Kabbaj est, depuis 2006, conseiller du roi Mohammed VI. Il est membre du conseil consultatif auprès du secrétaire général de l’ONU sur l’eau et l’assainissement (UNSGAB) et du conseil d’administration de l’Agence Française de Développement (AFD). Il a servi successivement comme chef du service de la commercialisation des minerais à la direction des participations (1963-1966), attaché au département du contrôle des crédits puis chef du département financier à la Banque nationale pour le développement économique (BNDE, 1966-1970), directeur général de la Sucrerie nationale du Tadla (SUNAT, 1970-1974), directeur général de la Sucrerie nationale de canne du Sebou (SUNACAS) et chargé de mission au cabinet du ministre du Commerce, de l’Industrie, des Mines et de la Marine marchande (1974-1977). Directeur de cabinet du ministre des Finances (1977-1979), il rejoint ensuite le conseil d’administration du groupe de la Banque mondiale. En 1980, il devient membre du conseil d’administration du FMI, représentant le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Iran, le Ghana, Oman et l’Afghanistan. En 1993 il est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’incitation économique. Élu en 1995 président du groupe de la Banque africaine de développement (BAD), il est réélu en 2000 puis nommé président d’honneur. Diplômé de l’École supérieure de commerce de Toulouse, il est décoré de l’Ordre du Trône (Ouissam El Arch). Il a reçu une motion de félicitations et d’encouragement de la Chambre des représentants des États-Unis pour son œuvre à la tête de la Banque africaine de développement (BAD).

Philippe de Fontaine Vive est premier vice-président de la Banque européenne d’investissement où il a été nommé en 2003. Il est chargé de l’innovation, de la responsabilité d’entreprise et des relations avec la société civile, ainsi que des activités en France et dans les pays partenaires méditerranéens. Il a déroulé sa carrière à la direction du Trésor où son dernier poste était celui de chef du service du financement de l’État et de l’économie. Il a également été sous-directeur en charge des participations de l’État, sous-directeur dette, développement et marchés émergents, chef du bureau transports et urbanisme, conseiller pour les affaires internationales du ministre de l’Économie et des Finances et chef du bureau des assurances de dommages. Vice-président du Club de Paris (1996-2000) et secrétaire général du conseil de direction du Fonds de développement économique et social (FDES) entre 1995 et 1996, Philippe de Fontaine Vive a été administrateur suppléant de la Banque mondiale (1990-1992) et membre du conseil de surveillance de l’Agence Française de Développement (1996-2000). Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, licencié en économétrie et ancien élève de l’École nationale d’administration.

Dov Zerah est directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) depuis juin 2010. Ancien élève de l’École nationale d’administration (1980, promotion Voltaire), il débute sa carrière à la direction du Trésor jusqu’à en devenir, en 1991, sous-directeur. En 1993, après avoir été directeur de cabinet du ministre de la Coopération, il rejoint l’AFD comme directeur délégué à la direction générale. De 1995 à 1997, il dirige le cabinet du ministre de l’Environnement avant de diriger celui de la commissaire européenne, Édith Cresson, jusqu’en 1999. De 1999 à 2002, M. Zerah est président de DAGRIS (Développement des agro-industries du Sud) et de la Compagnie cotonnière (COPACO). Il est nommé directeur des Monnaies et Médailles en 2002 avant de devenir conseiller maître à la Cour des comptes en 2007.

Diplômé en sciences économiques de l’université de Bonn et en langues modernes de l’université de Heidelberg, Dieter Frisch a servi à la Commission européenne de 1958 à 1993, dont 24 ans dans diverses fonctions relatives à la politique de coopération au développement. Directeur général du développement de 1982 à 1993, il a été notamment négociateur des conventions de Lomé III et IV. Il est l’auteur de nombreux articles et notamment d’un opuscule sur La politique de développement de l’Union européenne : un regard personnel sur 50 ans de coopération internationale, ECDPM, 2008. Il est membre du conseil d’administration du Centre européen pour la gestion de la politique de développement (ECDPM, Maastricht) dont il préside le comité de programmation. Dieter Frisch est aussi cofondateur de Transparency International et en est membre du conseil consultatif et conseiller spécial pour les affaires européennes.

Bernard Petit est directeur général honoraire de la Commission européenne, consultant pour la fondation Bill et Melinda Gates, président du conseil d’administration de la fondation TuBerculosis Vaccin Initiative (TBVI) et membre du conseil d’administration de la Fondation pour les études et la recherche sur le développement international (FERDI). Il a servi pendant 37 ans à la Commission européenne (1971-2008), exclusivement sur les questions de développement. Il a notamment exercé les fonctions de directeur des politiques globales et sectorielles, a été responsable de plusieurs divisions traitant en particulier des financements, de la programmation, des politiques macroéconomiques, de l’appui budgétaire et de la prospective. Responsable de la “Task force”, il a été chargé de la négociation de l’accord de Cotonou (1998-2000) et négociateur en chef de la première révision de cet accord (2004-2005). Il a occupé les fonctions de directeur général adjoint de la direction générale du Développement jusqu’en décembre 2008. Bernard Petit est titulaire d’un doctorat de spécialité de droit européen de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, diplômé du centre universitaire d’études des Communautés européennes de la Faculté de droit de Paris et de l’École supérieure de commerce de Marseille. Il est chevalier de l’Ordre national du mérite.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable