Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’Europe et l’aide au développement. Des traités de Rome à nos jours

 | 
Gérard Bossuat

Remise en cause de l’approche européenne du ‎developpement (1995-2010)‎

Débat

Bernard Petit, Dieter Frisch, Olivier Cattaneo, Philippe Mazuel, Issiaka Mandé et Corinne Balleix

Note de l’éditeur

Modérateur : Philippe Mazuel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De la salle
Votre dernière phrase m’a beaucoup intéressé, à savoir qu’il ne faut pas instrumentaliser le développement, mais lorsque nous regardons les accords de Cotonou, il y a un ou deux points qui me chiffonnent, enfin un surtout, celui sur l’émigration, notamment l’obligation des États ACP d’avoir à accepter les émigrés et potentiellement les expulser. L’autre point, très court aussi, c’est le problème de la sécurité qui intervient aussi dans ce traité de Cotonou. Comme vous aimez les formules intéressantes, tout à l’heure j’ai oublié de la donner : « L’addition des misères ne fait pas l’abondance ».

Bernard Petit
Dans Cotonou, pour la première fois, il y a des dispositions, mais ce n’est pas celles que vous venez de citer. Relisez l’accord. Les dispositions sur les migrations dans l’accord de Cotonou prévoient essentiellement la possibilité de créer dans les pays qui sont sources d’immigration (Afrique de l’Ouest en particulier) des centres dans lesquels seront données toutes les...

Auteurs

Bernard Petit est directeur général honoraire de la Commission européenne, consultant pour la fondation Bill et Melinda Gates, président du conseil d’administration de la fondation TuBerculosis Vaccin Initiative (TBVI) et membre du conseil d’administration de la Fondation pour les études et la recherche sur le développement international (FERDI). Il a servi pendant 37 ans à la Commission européenne (1971-2008), exclusivement sur les questions de développement. Il a notamment exercé les fonctions de directeur des politiques globales et sectorielles, a été responsable de plusieurs divisions traitant en particulier des financements, de la programmation, des politiques macroéconomiques, de l’appui budgétaire et de la prospective. Responsable de la “Task force”, il a été chargé de la négociation de l’accord de Cotonou (1998-2000) et négociateur en chef de la première révision de cet accord (2004-2005). Il a occupé les fonctions de directeur général adjoint de la direction générale du Développement jusqu’en décembre 2008. Bernard Petit est titulaire d’un doctorat de spécialité de droit européen de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, diplômé du centre universitaire d’études des Communautés européennes de la Faculté de droit de Paris et de l’École supérieure de commerce de Marseille. Il est chevalier de l’Ordre national du mérite.

Diplômé en sciences économiques de l’université de Bonn et en langues modernes de l’université de Heidelberg, Dieter Frisch a servi à la Commission européenne de 1958 à 1993, dont 24 ans dans diverses fonctions relatives à la politique de coopération au développement. Directeur général du développement de 1982 à 1993, il a été notamment négociateur des conventions de Lomé III et IV. Il est l’auteur de nombreux articles et notamment d’un opuscule sur La politique de développement de l’Union européenne : un regard personnel sur 50 ans de coopération internationale, ECDPM, 2008. Il est membre du conseil d’administration du Centre européen pour la gestion de la politique de développement (ECDPM, Maastricht) dont il préside le comité de programmation. Dieter Frisch est aussi cofondateur de Transparency International et en est membre du conseil consultatif et conseiller spécial pour les affaires européennes.

Olivier Cattaneo est avocat au Barreau de New York. Il est enseignant et chercheur associé auprès du groupe d’économie mondiale de Sciences Po à Paris. Il a travaillé comme expert des politiques commerciales et du développement à l’OCDE, l’AFD et la Banque mondiale. Il a également travaillé à l’Assemblée nationale et aux ministères du Travail, de la Santé et, plus récemment, de l’Agriculture dans le cadre de la présidence française du G 20. Docteur en droit international de l’IUHEI de Genève, il est diplômé de Sciences Po et de Georgetown, et World Fellow de l’université de Yale. Il est l’auteur de nombreuses publications sur le commerce et le développement, dont récemment, avec Gary Gereffi et Cornelia Staritz, Global Value Chains in a Postcrisis World, Banque mondiale, 2010.

Philippe Mazuel est directeur de la recherche de l’IGPDE. Il a successivement servi comme officier dans l’arme blindée cavalerie, responsable export dans l’industrie papetière, conseiller défense au cabinet du président de l’Assemblée nationale (Laurent Fabius), adjoint du préfet coordonnateur pour la justice et les affaires intérieures au SGCI, chargé de mission à la DG Élargissement de la Commission européenne et auprès des Nations unies au Kosovo, puis directeur des affaires européennes du cabinet de conseil Ethos Challenge (Groupe Axcess). Il est diplômé de l’IEP de Paris et de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. Ancien maire adjoint d’Abbeville chargé de l’économie et de l’emploi, Philippe Mazuel est titulaire de la Croix de la Valeur militaire (Liban). Il est président du Parti des citoyens européens (PACE, AISBL).

Professeur au département de sciences politiques de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et maître de conférences en histoire socio-économique de l’Afrique à l’université Paris VII, Issiaka Mandé collabore activement, en qualité de chercheur, avec le Centre international de recherches sur les esclavages (CIRESC-CNRS), le CIRDIS (UQAM) et le SEDET (université Paris Diderot). Ses recherches portent sur l’histoire socio-économique de l’Afrique contemporaine, l’histoire des populations de l’Afrique occidentale et la circulation migratoire des Burkinabés. Ses réflexions portent également sur la dimension diaspora de la migration internationale en Afrique en rapport avec l’État-nation, la citoyenneté et la question des nationalités. Il est actuellement impliqué dans des projets de recherche en histoire sociale et en économie du développement. Il a publié de nombreux articles et codirections d’ouvrages dont Les historiens africains et la mondialisation (Karthala), être étranger et migrant en Afrique (L’Harmattan) et Le Burkina contemporain : enjeux nouveaux (L’Harmattan, 2012).

Corinne Balleix est attachée auprès du Conseil d’État, actuellement rapporteur près la Cour nationale du droit d’asile. Elle travaille actuellement sur l’asile et l’immigration en Europe. Vacataire, elle anime un séminaire sur l’aide européenne au développement dans le cadre du collège universitaire de Sciences Po Paris ; elle intervient par ailleurs dans le cadre du master Études du développement auprès de l’Institut d’étude du développement économique et social (IEDES) de l’université de Paris I et dans le certificat en développement durable (formation continue) de l’IEP d’Aix-en-Provence. Spécialiste de politiques publiques européennes, elle donne des conférences de méthode sur les questions européennes dans le master Affaires publiques de Sciences Po Paris. Elle a été chargée de mission à la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne à Bruxelles. Corinne Balleix a publié en décembre 2010 un ouvrage sur L’aide européenne au développement à la Documentation française et en 1999 un ouvrage sur La France et la Banque centrale européenne (PUF). Elle est docteur en sciences politiques de l’université de Paris II-Panthéon-Assas.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540