Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Cinquième partie. Les inspecteurs des Finances dans la tourmente : les par‎cours de 1939 à 1946

Chapitre XVI. Les parcours militaires et patriotiques 1939-1945

Texte intégral

I. Les engagements militaires des inspecteurs en 1939-1940

A. La mobilisation

  • 1 Note sur la « Situation actuelle de l’Inspection des inspecteurs dans les cadres » ; « Tableau nomi (...)

1Nous avons vu, dans la deuxième partie de ce livre, la ponction opérée par la mobilisation sur les effectifs des inspecteurs des Finances restés dans les cadres : 62 mobilisés (quelle que soit leur affectation) sur 98 inspecteurs théoriquement dans les cadres, soit 65 %1. Ce tableau, établi par le Service, ne concerne que les inspecteurs dans les cadres.

  • 2 « États de service à l’Inspection des Finances non compris les anciens inspecteurs des Finances », (...)
  • 3 Notons, en passant, que selon les témoignages, les combats, tardifs, sur le front italien ont engen (...)

2Une autre source du 1er mars 1945, dans le contexte de défense du corps devant les attaques et menaces, fait état de 57 inspecteurs « mobilisés dans des unités combattantes » en 1939-1940, excluant les affectés spéciaux mais prenant en compte, cette fois, tous les inspecteurs restés fonctionnaires (dans les cadres ou non). Ce chiffre pose problème à l’historien car les promotions 1941-1944 sont prises en compte, c’est-à-dire les plus jeunes et donc les plus mobilisables, mais qui ne sont pas encore inspecteurs. La population de référence donnée par ce document est de 173, ce qui fait un pourcentage de combattants, en 1939-1940, de 33 %2. Parmi eux, il compte 19 cités, 8 blessés et 2 tués : Donon (1935) et Meaudre (1930)3.

3Le 10 décembre 1945, le Service ne distingue plus les combattants de 1939-1940 de l’ensemble des combattants de 1939-1945 et aboutit à un chiffre de 82 inspecteurs ayant servi dans des unités combattantes, sur 180 inspecteurs fonctionnaires en décembre 1945, soit 40 %, et cumulant quarante citations. On reste perplexe devant ces comptabilités variables de l’après-guerre, destinées d’abord à défendre l’honneur du corps.

  • 4 Il restait 57 inspecteurs disponibles au 31 juillet 1914 : 15 inspecteurs généraux et trop âgés pou (...)
  • 5 Idem.

4Que retenir ? Faute d’un décompte pointu des états de service militaire des inspecteurs des promotions antérieures à 1940, on peut, avec réserve, retenir le chiffre d’un tiers ayant participé aux combats. Ce n’est pas le lieu ici de rappeler les combats de chaque inspecteur. Une chose est sûre : la mobilisation en 1939 a été plus importante qu’en 1914 où 39 inspecteurs et adjoints étaient mobilisables sur 96 au 2 août 1914, soit 40 %4. Mais il faut y voir la conséquence de la pyramide des âges dans les cadres de l’Inspection où le contingent le plus important est devenu, depuis le début des années vingt, celui des classes d’âge mobilisables, contrairement à la situation en 1914. Surtout, l’évolution profondément différente des opérations militaires, d’une guerre à l’autre, explique les différences de comportement. Très vite, dès le 31 décembre 1914, 51 sont sur le front (6 étaient déjà tombés au champ d’honneur). En 1918, ils seront 57 inspecteurs dans les cadres à avoir combattu – inégalement longtemps (pour 8 d’entre eux, moins de deux ans) –, soit une participation très importante au front de 58 %, dont 16 morts au combat et 18 revenus avec citation5. Or c’est exactement l’inverse qui se produit en 1940 : devant l’inaction sur le front, le ministre des Finances a obtenu facilement que bien des inspecteurs mobilisés soient, en réalité, affectés à des emplois civils, nécessaires en cette période de mobilisation économique, au ministère des Finances ou auprès d’autres administrations.

  • 6 J.-F. Potton, La Cour des comptes pendant les années noires (1939-1945), communication du 19 décemb (...)

5Par comparaison avec la Cour des comptes, les inspecteurs d’avant 1940 et dans les cadres ont davantage participé au deuxième conflit : 66 magistrats sont mobilisés (y compris les affectés spéciaux) dont 2 conseillers maîtres, 47 conseillers référendaires et 17 auditeurs sur 145 magistrats, selon l’annuaire de 1939, soit 45 % de ses effectifs (et deux tiers de ses rapporteurs)6 pour 65 % des cadres à l’Inspection. Mais la pyramide des âges des deux grands corps est bien différente et le renouvellement des générations moins rapide, la Cour ayant encore peu exporté ses membres hors de leur fonction judiciaire.

B. Les affectés spéciaux

  • 7 SAEF, PH 169/93-006, dossier Guindey, no 311 (2), service de l’IGF.

6Les chiffres des mobilisés ne distinguent pas les affectés spéciaux des combattants. L’article 52 de la loi du 31 mars 1928 et un règlement d’administration publique du 17 septembre 1930 prévoient que les inspecteurs généraux et inspecteurs appartenant soit au service auxiliaire 1re et 2e réserve, soit au service armé 2e réserve, soit au service armé 1re réserve s’ils ont plus de six ans d’ancienneté, peuvent être classés dans l’affectation spéciale. L’affectation spéciale ne touche pas les plus jeunes. La comptabilité de ces affectés spéciaux n’est pas aisée car beaucoup ont été successivement, voire alternativement, combattants et affectés spéciaux. Par exemple, Guindey (1932), mobilisé le 1er septembre 1939, est affecté spécial pendant 3 mois puis renvoyé dans ses foyers, puis rappelé au front le 10 juin 19407. René Sergent (1929), sous-lieutenant d’artillerie en tant que polytechnicien, né en 1904, père de quatre enfants, contrôleur financier de sociétés aéronautiques, raconte :

  • 8 Entretien enregistré avec l’auteur en septembre 1981.

« J’ai été mobilisé à la section technique d’artillerie. Je me suis occupé de roulements à billes et de pneus increvables pour l’artillerie. Et puis, au bout de trois mois, j’ai vu que je perdais mon temps et que c’était idiot… Alors on a mis pour me remplacer un garçon qui s’appelait Jean Richard (1926), un de mes collègues. […] Je suis revenu au mois de décembre probablement [dans ses fonctions de contrôleur financier], j’y suis resté jusqu’au mois de mai. Alors le 11 mai, j’ai demandé à être remobilisé, ce qui s’est produit le 12 juin ou quelque chose comme ça8. »

  • 9 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, de la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920 (...)
  • 10 Courrier de J.-M. Drouineau au cabinet du ministère de l’Air du 26 décembre 1939, dossier no 245, s (...)

7Georges-Picot (1925) a raconté, dans ses Souvenirs d’une longue carrière, comment, affecté comme officier de réserve de l’Armée du Levant, il est mobilisé, comme tous les Français d’Égypte, dans les derniers jours du mois d’août. Affecté à l’état-major du général Weygand à Beyrouth, il supporte mal son inactivité et propose sa collaboration à René Pleven, son ami de préparation au concours, qui assiste Jean Monnet, chef du Comité de coordination d’achats à Londres. Sa demande est acceptée en mars, il finit la guerre à la mission d’achats à New York9. À l’inverse, Miné (1935), affecté spécial au ministère du Ravitaillement dès septembre 1939, demande en janvier de rejoindre son bataillon de l’Air, dans la zone d’opération du Nord, mais il semble avoir été maintenu au Ravitaillement comme le laisse entendre sa lettre du 2 juin 1940 annonçant son départ sur le front : « Je pense que la génération à qui il appartiendra plus tard de redresser certaines erreurs sera mieux à même de remplir sa tâche si ses membres ont subi dans leur chair et dans leurs affections toutes les conséquences des malheurs qui frappent le pays10. »

  • 11 Dossier no 245, service de l’IGF.

8Il est certain que sa mise en affectation spéciale hors du ministère des Finances ne fut pas du goût de Drouineau (1901) qui fait alors fonction de chef du Service et qui la juge « inadmissible », d’autant plus que certains ministères abusent, comme celui du Ravitaillement qui emploie déjà Gregh (1930) et Carmoy (1930), alors « que les services de Monsieur Miné me sont indispensables notamment pour l’enquête demandée par le ministre de l’Intérieur sur la gestion financière des municipalités communistes suspendues11 ».

C. Les prisonniers, blessés, morts au combat

  • 12 À la Cour, 10 membres de la Cour sont faits prisonniers sur 66 mobilisés.
  • 13 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.
  • 14 H. Culmann, À Paris sous Vichy, témoignages et souvenirs, Paris, Les éditions la Bruyère, 1985, 344 (...)

9Sur les 57 combattants, le service compte, le 1er mars 1945, 21 prisonniers, soit 37 %, dont 10 l’ont été plus de dix mois, 4 ont réussi à s’évader, 14 ont été rapatriés et 3 sont encore prisonniers en 194512. Parmi eux, Waldruche de Montrémy (1939) organise une écurie de préparation dans le camp de prisonniers de l’oflag IV D, en Haute-Silésie, où il aura comme poulain Lauré, Guillot-Tantay, Véron, C.-A. Vincent de Vaugelas qui seront reçus au concours spécial de 194513 et Marcille, qui le sera au concours de 1946. Ceux qui sont mis en congé de captivité sont obligés de se faire contrôler tous les mois et ne peuvent se déplacer sans autorisation, comme ce fut le cas de Culmann14 (1933) ou Calan (1936). Ceux qui se sont évadés ne peuvent quitter la zone libre.

  • 15 Le Roy (1919), H. Bizot (1925), Du Chaffaut (1926), Herrenschmidt (1931), Cardin (34), Vacher-Desve (...)
  • 16 N.-C. Deschamp, « Maurice Wallon », La Gazette de l’Inspection, no 4, décembre 1940, p. 3-6.
  • 17 G. Libersart, « Mort au front de S. Donon », La Gazette de l’Inspection, no 1, janvier 1940, p. 2-4
  • 18 G. de Wailly, « Jean Meaudre », La Gazette de l’Inspection, no 4, décembre 1940, p. 7-8.

108 inspecteurs sont blessés (Le Roy, H. Bizot, Du Chaffaut, Herrenschmidt, Cardin, Vacher-Desvernais, Schweitzer, Montplanet15) et 3 inspecteurs, démissionnaires compris, meurent sur le champ de bataille. Maurice Wallon (1910), déjà mobilisé en 1914 et cinq fois cité au cours de la Première Guerre mondiale, démissionnaire depuis 1921 et sous-directeur du CIC, est à nouveau mobilisé en 1939 comme chef de bataillon, chef d’état-major du 169e régiment d’infanterie de forteresse. Blessé mortellement dans les Vosges, il meurt le 18 juillet 194016. Sacha Donon (1935), polytechnicien, resté dans les cadres, est mobilisé comme lieutenant officier de liaison auprès de l’infanterie. Mortellement blessé par une mine le 10 septembre, il meurt le 15 septembre à 32 ans17. Jean Meaudre (1930), chef de cabinet des ministres des Finances Joseph Caillaux (1888), du 4 au 7 juin 1935, puis de Marcel Régnier, jusqu’en juin 1936, est entré comme secrétaire général du Crédit foncier en 1936. Mobilisé en 1939, promu capitaine, il est mortellement blessé par un éclat d’obus à Neufchâtel-en-Bray (en Normandie), le 10 juin 1940, et meurt 9 jours plus tard18.

II. Les dissidents et évadés de France

A. Les « absents » entre 1940 et 1944 : la coupure de 1942

11Les dissidents et évadés de France, comme les nomment les documents de l’IGF, n’ont en commun que de cesser de servir l’État français. La date de la dissidence, le lieu où ils se trouvent et où ils se rendent, la forme qu’elle prend, les risques encourus, les fonctions qu’ils occupaient avant, l’employeur civil ou militaire qu’ils servent après sont trop divers pour les étudier comme un tout homogène. Mais une estimation de l’ensemble est possible.

  • 19 Nous nous limitons, nous aussi, aux inspecteurs fonctionnaires. Mais sachons que parmi les démissio (...)
  • 20 Un autre tableau nominatif, dactylographié et complété à la main, des inspecteurs généraux et inspe (...)

12En effet les archives de l’Inspection contiennent un tableau des inspecteurs fonctionnaires19 « absents », daté d’avril 1943, tableau complété à la main en août 1943 sans qu’on sache pour qui ce tableau a été rédigé. Il donne les noms de 28 inspecteurs des Finances (fonctionnaires) dissidents et évadés20. Si l’on ajoute les deux jeunes inspecteurs reçus au concours de 1943 qui ne figurent pas sur le tableau, Ledoux et Le Portz, on compte 30 « absents » à l’été 1943, soit 16 % des 179 inspecteurs des promotions 1904-1943, d’après nos calculs, c’est-à-dire ayant moins de quarante ans de carrière en 1943 et encore fonctionnaires.

  • 21 Dossiers du personnel, nos archives orales, celles de l’IGPDE ou des souvenirs publiés

13Mais ce tableau de l’IGF (par grade) a dû être complété par d’autres sources21 afin d’opérer les distinctions nécessaires dans ce groupe peu homogène.

14La première distinction qui s’impose est d’ordre chronologique. La coupure de novembre 1942, avec le débarquement allié en Afrique du Nord, le sabordage de la flotte et la fin de la zone libre, entraîne chez certains de ces hauts fonctionnaires soit une dissidence de fait, pour ceux qui sont en Afrique du Nord ou à l’étranger, soit la conviction que la légalité se trouve désormais à Alger (ou à Londres) et non plus à Vichy et donc l’évasion.

  • 22 R. Belot, Aux frontières de la Liberté, Paris, Fayard, 1998, 793 p.

15Sur ces 30 dissidents ou évadés de France, 8 sur 30, soit un quart, ont rompu avec le régime avant novembre 1942 (4,8 % des 179 inspecteurs). Pour les 22 autres, les ruptures ou les évasions s’échelonnent entre novembre 1942 (9 dissidents, 3 évadés en 1942) et l’été 1943 pour les dernières évasions de Métropole ou les ultimes dissidences (10 évasions, 1 dissidence en 1943). Ce qui est curieux, c’est l’arrêt des évasions, chez les inspecteurs des Finances, à partir de l’été 1943, soit un an avant la libération du territoire alors que le flux se poursuit pour l’ensemble des Français22. Nous verrons plus loin si les engagements ultérieurs au sein de la résistance intérieure prennent le relais.

16La deuxième distinction à faire est leur situation géographique avant leur engagement, qu’on retrouve dans les deux appellations différentes de dissident et d’évadé de France même si, administrativement, le tableau de l’Inspection les confond.

B. Les dissidents

  • 23 Attaché financier à Berlin, il avait été envoyé en Algérie en 1940 mais il est rappelé d’urgence pa (...)
  • 24 Sur la dissidence de Largentaye, cf. R. Belot, Aux frontières de la Liberté, op. cit., p. 231. Il s (...)

17Plus de la moitié (16 sur 30), soit 11 % des 179 inspecteurs des promotions 1904-1943, c’est-à-dire ayant moins de quarante ans de carrière en 1943, ne sont pas en Métropole lorsqu’ils rompent avec le régime de Vichy. Ce sont les dissidents au sens propre. Vacher-Desvernais (1935), blessé en Belgique à la Panne le 28 mai 1940, est évacué vers la Grande-Bretagne par Dunkerque deux jours plus tard et hospitalisé jusqu’au 11 juillet 1940. Leca (1932) et Devaux (1932), nommés d’abord attachés financiers aux USA en juin 1940, attendent début juillet 1940 au Portugal l’arrivée de Paul Reynaud, futur ambassadeur aux USA. Quand ils apprennent l’annulation de cette nomination et les poursuites menées contre eux, ils décident de rejoindre l’Angleterre. Soubirou-Pouey (1920) est directeur du Contrôle financier en AEF lorsqu’il suit le ralliement à de Gaulle du gouverneur Félix Éboué en décembre 1940. Alphand (1930) est attaché financier à New York lorsqu’il démissionne, le 14 juin 1941, pour rejoindre Londres et le général de Gaulle. Ehrhardt (1921), conseiller financier du haut-commissariat en Syrie et au Liban, est une première fois arrêté en Syrie le 2 septembre 1940, et remplacé par Dobler (1928), puis acquitté le 23 février 1941. Il est toujours à Beyrouth lorsqu’il rallie le général Catroux, nouveau haut-commissaire, le 1er juillet 1941. Il rejoint Londres en juillet 1942 puis Alger en novembre 1942. Aris (1921) est attaché financier en Argentine lorsqu’il démissionne, le 19 novembre 1942, et reste en Argentine23. Rioust de Largentaye (1931) est attaché financier en Espagne lorsqu’il est révoqué, le 15 avril 1943, avant même son départ pour Alger en mai24. En Afrique du Nord, Gonon (1929), directeur des Finances en Algérie, Tron (1930) directeur des Finances de l’empire chérifien au Maroc, et les cinq inspecteurs « en mission à la tournée d’Afrique du Nord », Tocqueville (1921), Essig (1924), Goetze (1937), Robert (1937), Dhavernas (1938) cessent d’obéir à Vichy.

Tableau 1. Inspecteurs des Finances non démissionnaires, déclarés dissidents et évadés de France, par ordre chronologique de dissidence ou d’évasion1

Situation géographique avant/après

1940

1941

1942

1943

Angleterre/Angleterre

Vacher-Desvernais, 11/072

Portugal/Angleterre

Leca, 21/073

Portugal/Angleterre

Devaux, 21/74

AEF/AEF

Soubirou-Pouey, 27/125

USA/Angleterre/Alger

Alphand, 13/066

France/Portugal/Angleterre/Alger

Diethelm, 01/087

Beyrouth/Angleterre/Alger

Ehrhardt, 13/088

Argentine/Argentine

Aris, 19/119

Alger/Alger

Gonon, 16/1110

Alger/Alger

Essig, 17/1111

Alger/Alger

Tocqueville, nov.

Alger/Alger

Goetze, novembre

Alger/Alger

WillecotDe Rincquessen, novembre12

Alger/Alger

Dhavernas

Maroc/Maroc/FFL

Tron13

Maroc/Maroc

Robert, novembre14

France/Tunisie/Alger

Guindey, déc./avril15

France/Angleterre/Alger

Postel-Vinay, 21-0916

France/Alger

Gregh, déc.17

France/Alger

G. Ardant, février18

France/Alger

Couve de Murville, 24/0319

France/Alger

Leroy-Beaulieu,24/0320

France/Alger/FFL

Ricquebourg, avril21

France/Alger/FFL

J. de Fouchier, avril22

France/Alger

Clermont-Tonnerre, printemps23

Suisse/Suisse

Du Moulin de Labarthète

USA/USA

Lacour-Gayet24

France/Alger/FFL

Le Roy, 13/0425

Espagne/Alger

Largentaye (Rioust de), 02/0526

France/Alger

Bresson, 08/0227

France/Alger/FFL/Alger

Ledoux, 14/0828

France/Buchenwald

Le Portz, été29

Total : 30

4

3

12

11

1. Les deux noms figurant en italique ne sont pas comptés dans les 30 dissidents/évadés : Du Moulin de Labarthète (1925) et Lacour-Gayet (1921) n’ont en effet rallié ni la France libre ni les alliés, cf. chapitre XVIII.
2. SAEF, PH 169/93-0010 (IGF 335-1), dossier de carrière. Il continue d’être rémunéré à son insu comme officier français avec indemnité différentielle compensatrice de l’IGF.
3. SAEF, PH 169/93-0007. Leca et Devaux sont suspendus de leur fonction par décret du 27 juin 1940, révoqués par décret le 15 novembre et rayés des cadres par arrêté du 16 novembre. La date de départ pour l’Angleterre figure dans le récit de Leca transmis au jury d’honneur, en 1947, qui prononça leur réintégration dans les cadres. Texte non retrouvé dans les archives mais qui figure dans : D. Leca, La Rupture de 1940, Paris, Fayard, 1978, 353 p., p. 264-273.
4. SAEF, PH 169/93-0007.
5. Cf. tableau de l’IGF. Il est révoqué le 27 décembre 1940 et rayé des cadres de l’IGF le 22 janvier 1941.
6. SAEF, PH 169/93-0007. H. Alphand, L’Étonnement d’être, Journal, 1939-1973, Paris, Fayard, 1977, 614 p., p. 78-87. Il dit avoir démissionné le 14 juin. Dans son dossier, il est précisé qu’il n’a pas répondu à l’ordre de rapatriement. Il est rayé des cadres et révoqué le 18 juin 1941 avec effet au 13 juin. Il quitte les États-Unis pour l’Angleterre le 24 août.
7. Dans son dossier de Légion d’honneur, il déclare avoir quitté la France en juillet 1941, cf. base Léonore ; dans ses états de service militaires, il est enregistré le 27 août 1941 dans les FFL, cf. dossier n° 220, service de l’IGF. Il est rayé des cadres le 1er septembre 1941 puis révoqué et déchu de la nationalité française par décret du 15 octobre 1941.
8. SAEF, 1 C 0034829. Il est rayé des cadres le 13 août 1941 ; ses biens sont mis sous séquestre en novembre 1941.
9. SAEF, 1 C 34818. Sa démission est acceptée par courrier de Cathala le 3 décembre 1942. En réponse à une demande du service du 8 décembre 1942, le CGQJ écrit au ministère des Finances, service de l’Inspection, le 20 janvier 1943, qu’il a adressé une attestation relative à la non appartenance à la race juive au nom de M. Aris au garde-meuble, mais qu’il lui faut un acte de baptême de Aris et de ses grands parents afin d’envoyer un « certificat de non appartenance définitif ». Fayol le lui envoie le 19 mars 1943.
10. SAEF, PH 169/93-0005.
11. SAEF, 1 C 5915.
12. SAEF, 1 C 34853.
13. SAEF, 1 C 633.
14. SAEF, PH 169/93-0009.
15. SAEF, PH 169/93-0006 ; 1 C 541. Il est mis en disponibilité d’office le 3 avril 1943. Mais F. Bloch-Lainé et C. Gruson datent son départ de France de fin 1942. Cf. F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996, 284 p., p. 116.
16. SAEF, PH 169/93-0008. A. Postel Vinay, Un fou s’évade souvenirs de 1941-1942, Paris, Éditions du Félin, 1997, 207 p. (voir p. 173). Arrêté depuis décembre 1941, il s’est évadé de prison le 3 septembre 1942.
17. SAEF, 1 C 536 ; 1 C 5933 ; 1 C 2889. Dossier n° 327 (2), service de l’IGF. Il est placé en disponibilité du corps des contrôleurs financiers où il était détaché depuis 1935.
18. Il cesse d’être rémunéré en avril 1943.
19. SAEF, PH 169/3/93-0006. Il est révoqué par décret du 24 mars 1943.
20. SAEF, 1 C 567. Il est révoqué par décret du 24 mars 1 943.
21. Dossier n° 298 (2), service de l’IGF ; G. Libersart, « Éloge funèbre à la mémoire de Jean Ricquebourg », La Gazette de l’Inspection, n° 15, décembre 1944, p. 11-20.
22. Il est révoqué le 10 avril 1943 ; J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 161 et suivantes.
23. Il cesse d’être rémunéré en avril 1943.
24. Il est considéré comme démissionnaire en mai 1943, se tourne vers l’enseignement et reste aux USA.
25. SAEF, 1 C 0034840.
26. SAEF, PH 169/93-0004.Il est révoqué le 15 avril 1943 (à effet au 27 avril).
27. SAEF, PH 169/93-0011 (IGF 375). Il est payé comme adjoint jusqu’en janvier 1943.
28. Dossier : IGF 40-45, service de l’IGF. Il est révoqué le 27 septembre 1943.
29. Entretien n° 3, cassette n° 5, avec C. Rouvier le 13 mars 1991, IGPDE.

  • 25 Il a raconté, dans ses Souvenirs, qu’il est revenu, après avoir sondé en vain Pleven à Londres, dan (...)
  • 26 E. Mönick, Pour mémoire, édité à compte d’auteur, 1970, 237 p., p. 68.

18Pour autant, cette circonstance géographique favorable à la dissidence précoce n’entraîne pas de conséquence automatique chez tous. Plusieurs inspecteurs en fonction à l’étranger, lors de l’armistice, choisissent le retour en Métropole, quitte parfois à résister de l’intérieur ou à s’évader plus tard. Citons Mönick (1920) et Auboyneau (1928), qui sont en poste à Londres en 1940 et reviennent en France, Georges-Picot et Leroy-Beaulieu (1929), qui rentrent, eux, des États-Unis25. Si le refus de la dissidence les conduit à servir le régime de Vichy, l’un d’entre eux s’emploie dès le début à poursuivre le combat sous d’autres formes. On doit en effet à E. Mönick, secrétaire général auprès du Résident au Maroc (le général Nogues) d’août 1940 à août 1941, la mise en place de relations étroites entre le Maroc et les États-Unis et la négociation des accords Murphy-Weygand facilitant l’approvisionnement de l’Afrique du Nord. Mönick, qui était attaché financier à Londres, a raconté dans ses Mémoires26 son aller et retour en hydravion le 18 juin à Bordeaux, avec Monnet, Pleven et Marjolin, pour tenter de convaincre les plus hauts responsables de la République de s’envoler vers l’Empire, et sa décision, une fois revenu bredouille à Londres, de rentrer en France pour lutter « contre les menées de l’ennemi ». Avant son départ, il rend visite au général de Gaulle pour lui expliquer son désir de ne pas se soustraire aux dangers, alors qu’affecté spécial, il n’a pas combattu sur le front, et sa volonté de combattre autrement. De Gaulle lui aurait déconseillé ce choix, considérant ses rêves comme illusoires et trouvant sa présence à ses côtés à Londres plus utile, « Mais, précise Mönick, il comprenait mes scrupules. Il s’abstenait de toute pression sur moi. » Après la Libération, quand le ministre Lepercq le propose, au cours d’un Conseil des ministres de septembre 1944, comme gouverneur de la Banque de France, Diethelm (1920), ministre de la guerre et son camarade de promotion, tente en vain d’en dissuader de Gaulle, rappelant qu’il n’était pas resté à Londres en 1940. La réponse de de Gaulle lui a été rapportée :

  • 27 Idem, p. 113.

« C’est vrai. Mais je ne peux oublier que M. Mönick, seul de la mission diplomatique à Londres a tenu à me voir avant son départ et à m’expliquer les raisons de son retour en France. Je les ai trouvées respectables sinon convaincantes27. »

19Et sa nomination fut entérinée.

  • 28 Dossier Cousin, dossier Affaires spéciales, service de l’IGF. Cf. ci-dessus chapitre XI et ci-desso (...)

20Les options prises par les gouverneurs locaux dans l’Empire ont pu être déterminantes, comme le démontrent les choix opposés de Soubirou-Pouey en AEF et Cousin (1920) en Indochine28.

21En revanche, quand le territoire d’outre-mer où ils exercent, est dans une zone de conflit entre la France libre et Vichy, le choix est plus difficile. Dobler, conseiller aux affaires financières en Syrie et au Liban, choisit, en juillet 1941, de rester fidèle au régime de Vichy et de revenir en Métropole alors qu’Ehrhardt, son prédécesseur, resté sur place, choisit la France libre et le général Catroux.

  • 29 Alphand, reçu en 1930, était directeur des Accords commerciaux au ministère des Affaires étrangères (...)
  • 30 D. Leca, La Rupture de 1940, op. cit., p. 278-279 et p. 327 et annexes, notamment pièce no 17 bis, (...)
  • 31 SAEF 1 C 34818, dossier no 228 (1), service de l’IGF ; réponse écrite à notre questionnaire en déce (...)

22Rappelons que la dissidence n’équivaut pas au ralliement immédiat au général de Gaulle. Si Alphand offre ses services au général de Gaulle29, d’autres servent d’abord Giraud, comme Largentaye, d’autres encore préfèrent servir auprès des Alliés, c’est-à-dire la Grande-Bretagne. Leca et Devaux, partis le 21 juin 1940 pour Washington, via l’Espagne et Lisbonne, préparer l’arrivée comme ambassadeur de leur ancien patron Paul Reynaud, se rendent finalement en Angleterre, le 20 juillet, où ils sont assignés à résidence jusqu’en mars 1943 et où ils vivent, étant révoqués, notamment de leurs activités d’enseignement et de traduction. Faute de réponse favorable du CFLN à leurs offres de service et n’étant pas autorisés à combattre dans les forces britanniques, ils sont finalement affectés aux émissions en français de la BBC « dans un service auxiliaire du travail de guerre », début mai 1944, où ils restent jusqu’à leur réintégration en 194730. Vacher-Desvernais, évacué via Dunkerque, se met au service lui aussi de la BBC. Aris, en Argentine, démissionne après novembre 1942 ; il envoie un télégramme à Couve de Murville le 28 mars 1943 pour se mettre à la disposition du CFLN, entre en contact avec Guindey à qui il fournit renseignements et services mais n’obtient pas de poste officiel. Dans son dossier, on trouve ce commentaire : « Son attitude au point de vue national n’a donné lieu à aucune critique de la part des autorités de la France libre. ». Il occupe en Argentine plusieurs postes d’administrateurs de société avant de rentrer en Europe en 196231.

  • 32 Dès novembre 1942, il est nommé directeur des Finances de l’Algérie, chargé, en outre, en 1944 de l (...)
  • 33 Cf. J.O. du 16 novembre (premier numéro). Il est révoqué par Cathala le 29 janvier 1943.
  • 34 Entretien enregistré de Mme Tron avec l’auteur en 1981.

23En Afrique du Nord, les dissidents, involontaires, ont des engagements successifs auprès de Giraud, voire même Darlan, les premiers jours puis de Gaulle. Leurs engagements peuvent être civils ou militaires voire les deux. Sans parler du cas particulier de Dhavernas, étudié dans le chapitre sur l’épuration, ni de celui du jeune Goetze, bien connu32, le parcours de Tron, atypique, mérite d’être évoqué. Directeur des Finances du Protectorat marocain, il est nommé secrétaire général aux Finances du nouveau haut-commissariat en Afrique du Nord33 le 16 novembre 1942 par Darlan. Remplacé le 7 juin 1943, à la demande de Giraud, par son camarade Couve de Murville (1930), il n’est pas non plus gaulliste34 et s’engage le 20 août 1943 comme lieutenant d’artillerie dans la 1re armée, commandée par le général de Lattre de Tassigny dont il devient le directeur de cabinet, et participe aux campagnes d’Italie et de France.

C. Les évadés de France

24Sur les 30 « absents », 14 ont quitté la Métropole pour rejoindre (ou tenter de rejoindre) les Alliés ou la France libre entre juin 1941 et août 1943, soit 8 % des 179 inspecteurs des promotions 1904-1943. Redonnons les noms de ces évadés de France par ordre chronologique de départ même si les dates données restent parfois imprécises sur le jour ou le mois, leurs démarches ne laissant guère de traces dans les archives jusqu’à la prise de sanction : Diethelm en août 1941 ; Postel-Vinay (1938) en décembre 1942, Gregh en décembre 1942, G. Ardant (1929) en février 1943, Leroy-Beaulieu et Couve de Murville en mars 1943 ; Guindey l’hiver 1943, Clermont-Tonnerre (1937) et Bresson (1941), « disparus » en février 1943, Fouchier (1934) en mars/avril 1943 ; Le Roy, « disparu » en mai 1943, Ricquebourg (1939) en avril 1943, Ledoux et Le Portz en août 1943.

  • 35 L. Douzou, D. Peschanski, « La Résistance française face à l’hypothèque de Vichy » et D. Peschanski (...)

25Certains de ces évadés de France peuvent être qualifiés de « vichysto-résistants », selon l’expression de Denis Peschanski et J.-P. Azema, puisqu’avant de rompre avec le régime, ils ont occupé des fonctions hors du Service, répondant aux besoins du gouvernement de l’armistice. Jusqu’en 1942 ils « agissent sans réserve contre l’Occupant mais font confiance au maréchal et approuvent même souvent sa politique35 ». Il en va ainsi des plus connus : Couve de Murville ou Leroy-Beaulieu mais aussi Clermont-Tonnerre, Ricquebourg, Fouchier. En revanche, les emplois plus modestes occupés par G. Ardant, Guindey et même Diethelm, la position dans les cadres de Le Roy, Postel-Vinay, Ledoux ou Le Portz interdisent de les considérer comme tels.

26Outre la date et la position occupée auparavant, il est un autre clivage entre eux : la prise de risques, de nature différente. L’anecdote du départ « en wagon-lit » de Couve de Murville et de Leroy-Beaulieu a en effet éclipsé le danger encouru par les autres inspecteurs évadés.

  • 36 Entretien no 3, cassette no 5 avec C. Rouvier le 13 mars 1991, IGPDE. Sa tentative d’évasion vers l (...)
  • 37 R. Belot développe longuement les risques encourus par le passage vers l’Espagne. R. Belot, Aux fro (...)
  • 38 Prisonnier en Espagne d’août à novembre 1943.
  • 39 SAEF, PH 169/93-0011 (DPMA 342-2).
  • 40 SAEF, 1 C 0034840, dossier Le Roy, no 285 (2), service de l’IGF.

27Il y a peu de commune mesure entre les trois inspecteurs (Diethelm, Couve de Murville et Leroy-Beaulieu) qui ont bénéficié de mission officielle et de passeport pour franchir la frontière et ceux qui sont partis clandestinement au risque de se faire arrêter avant l’Espagne (ce qui arrivera en fait à l’un d’entre eux, Le Portz36) ou au prix d’un séjour difficile dans les prisons espagnoles, dont le tristement célèbre camp de Miranda37. 4  inspecteurs au moins (Bresson, Ledoux38, Le Roy, Clermont-Tonnerre) sont ainsi emprisonnés en Espagne tandis que Ricquebourg et Fouchier parviennent à les éviter. Ainsi J. de Bresson, né en 1912, reçu au concours de 1941, mobilisé, une citation, fait prisonnier le 16 juin 1940 puis libéré, s’évade de France le 5 février 1943. Arrêté en Espagne, interné d’abord dans le camp de Gerone puis mis en résidence surveillée à Caldas, Madrid et enfin à Barcelone jusqu’en août 1943, il met huit mois pour rejoindre Casablanca le 20 août 1943. Arrivé en Afrique du Nord, il est mobilisé au 1er REC et incorporé au Commissariat aux Finances, le 25 mai 1944, à la mission militaire de liaison administrative39. Un autre exemple spectaculaire de patriotisme est celui de Le Roy (1919)40. Brillant combattant de 1914-1918, blessé, deux citations – un des rares à avoir les deux croix de guerre –, engagé volontaire en 1939, à nouveau blessé en juin, une citation, il est fait prisonnier de juin à septembre 1940. Il s’évade de France deux ans et demi plus tard, par la vallée de Luchon, le 13 avril 1943, est interné un mois à Serida puis Mabio et arrive à Casablanca le 27 mai 1943. Il est aussitôt affecté comme capitaine au 6e régiment de chasseurs d’Afrique jusqu’au débarquement en France en septembre 1944. Il est immédiatement choisi comme président de l’Association des inspecteurs des Finances, mais, très affaibli, il doit être hospitalisé.

  • 41 SAEF, PH 169/93-0006 ; 1 C 541. Notons que les dates des dossiers administratifs peuvent induire en (...)

28Sans connaître les prisons espagnoles, certains ont rencontré, sur d’autres itinéraires, des difficultés extrêmes, comme Guindey, parti sous un faux nom dès novembre 1942, déguisé en douanier ; il échoue en Tunisie où il doit se cacher, pendant la campagne de Tunisie, jusqu’en mai 194341.

  • 42 Dès septembre 1941, de Gaulle le nomme commissaire national à l’Intérieur, à l’Information et au Tr (...)

29Par comparaison, « l’évasion » de Diethelm apparaît bien confortable même s’il encourt la révocation. Ancien directeur des Affaires économiques du ministère des Colonies et directeur de cabinet du ministre des Colonies Mandel en 1938, il est inspecteur général hors cadre et sans fonction quand il obtient, en juillet 1941, de son camarade Du Moulin de Labarthète, directeur de cabinet de Pétain, une mission au Portugal destinée à améliorer les échanges économiques des deux pays. De là, il embarque aussitôt pour Londres, où il parvient en août 1941, selon son dossier d’engagement, et devient très vite un proche collaborateur du général de Gaulle42.

  • 43 J.-P. de Garate, Couve de Murville (1907-1999), Un président impossible, Paris, L’Harmattan, 2007, (...)
  • 44 J.-M. Jeanneney, entretien avec J.-P. de Garate le 25 novembre 1996. Cf. J.-P. de Garate, Couve de  (...)

30Dans sa biographie sur Maurice Couve de Murville, nourrie surtout de témoignages, J.‑P. de Garate43 cite longuement celui de Paul Leroy-Beaulieu, compagnon de route au sens propre de Couve de Murville, qui dément les propos peu amènes de Pompidou dans les années soixante ou ceux d’A. Conte en 1986 ou de J.-M. Jeanneney reprenant la légende44 d’un Couve de Murville ayant rejoint Alger via l’Espagne en wagon-lit. Leroy-Beaulieu, cité par Garate, est clair et précis :

  • 45 Il s’agit de Largentaye.

« Nous avons pris le train tout simplement et pas un wagon-lit comme on n’a cessé de le dire. En réalité, nous avons fait deux voyages. Un voyage officiel durant l’hiver 1942-1943 à Madrid puis à Lisbonne […] Le passeport allemand comportait la mention “ein” voyage autorisé. J’ai confié les passeports à l’organisation de résistance chargée des faux papiers du ministère des Finances et la mention “ein” a été remplacée par la mention “mehr”, abréviation de “mehrere” (plusieurs) voyages autorisés. Le second voyage, celui qui nous a menés à Alger, ne s’est pas davantage déroulé en wagon-lit que le premier. Nous nous sommes d’ailleurs séparés avant la frontière franco-espagnole et, tandis que Maurice continuait jusqu’à Irun en train, j’ai passé la frontière à pied. Comment pourrais-je oublier un tel détail ? […] En Espagne, après le passage sans encombre de la frontière, nous nous sommes retrouvés et avons été accueillis par des Anglais (sic), avertis par le truchement de notre attaché financier à Madrid45. C’est lui qui avait organisé cette rencontre. Ensuite, nous avons traversé l’Espagne, en passant par Madrid, convoyés par des Anglais en train. »

  • 46 Entretien avec J.-P. de Garate, non daté, op. cit., p. 107.

31Il raconte ensuite qu’un chargé d’affaires anglais à Madrid leur conseille de passer par Gibraltar, pour se rendre en Afrique du Nord, en prenant le chemin de fer jusqu’à la station précédant Gibraltar d’où ils sont emmenés en voiture à Gibraltar où le gouverneur les reçoit46. Mais alors : Alger et Giraud sous légalité de Vichy ou Londres, le général de Gaulle et les Anglais ? On connaît leur choix : un avion américain les emporte à Alger. Un décret, signé le 24 mars 1943 et paru au J.O. le 25 mars, les a révoqués. Pas de wagons-lits, donc, mais deux jours de train et voiture. Rien à voir avec les marches dans les Pyrénées et les mois de captivité dans les funestes camps espagnols

D. Leur engagement dans des unités combattantes

  • 47 Le document de décembre 1945 tient compte, visiblement, de la promotion 1945, donc des combattants (...)

32Une fois rompus les liens avec l’État français, la nature civile ou militaire de leur engagement les distingue encore. La comptabilité du Service opérée après la Libération, confrontée avec les dossiers du personnel, aboutit au chiffre de 8 inspecteurs, mobilisés dans des unités combattantes et qui participeront aux campagnes d’Italie ou de France, soit un tiers des dissidents et évadés et 4,5 % des 179 inspecteurs des promotions 1904-1943 encore fonctionnaires, d’après nos calculs. La liste de mars-avril 1943 donne les noms de : Le Roy, G. Ardant, Tron, Fouchier, Clermont-Tonnerre, Dhavernas et Ricquebourg. Il faut citer aussi Ledoux, fait prisonnier en Espagne d’août à novembre 1943, engagé ensuite sur le front italien deux mois puis retourné à Alger au CFLN. D’autres documents plus tardifs font état de 10 inspecteurs combattants sur 173 en mars 1945, puis de 11 sur 181 en décembre 194547.

33Quelle que soit la nature de ces engagements, civils ou militaires, dissidences ou évasion, le Service et le ministre n’ont pas hésité à prendre des sanctions.

III. Les victimes de Vichy

34Avant d’évoquer ces sanctions, il faut rappeler que deux inspecteurs fonctionnaires ont été victimes, eux, de la politique d’exclusion de Vichy.

  • 48 Pour ses mérites mais rappelons aussi que Mme Rueff, née Christine Vignat, était la filleule du mar (...)
  • 49 Entretien transcrit, cassette no 3 bis, avec A. Terray le 25 janvier 1989, IGPDE ; F. Bloch-Lainé, (...)
  • 50 C. Rist, Une saison gâtée, Journal de la Guerre et de l’Occupation, 1939-1945, établi, présenté et (...)
  • 51 H. du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions…, op. cit., p. 149-150. Comme nous l’avons déjà (...)
  • 52 Cf. courrier du ministre de l’Intérieur au ministre des Finances, du 27 novembre 1944, en réponse à (...)
  • 53 Cf. ci-dessous, chapitre XVIII.
  • 54 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, Autobiographie, Paris, Plon, 1977, 443 p., p. 170. Rueff n’exerc (...)

35Dans le chapitre XII de la troisième partie, sur la Banque de France, on a vu que Rueff (1923) dut présenter sa démission de sous-gouverneur de la Banque de France le 22 janvier 1941, en dépit d’un décret de Pétain le relevant de l’interdiction prévue par la loi portant statut des juifs du 3 octobre 1940. Le décret du maréchal, qui était du 22 décembre 1940, paru le 26 à l’Officiel, prévoyait de le relever de cette interdiction pour sa double qualité d’inspecteur des Finances et de sous-gouverneur de la Banque de France48. Mais cette dernière qualité a été effacée du texte, « au corrector », dit Bloch-Lainé (1936)49. Résultat, Rueff a bien pu rester inspecteur des Finances mais a dû quitter la Banque de France. Rist, dans son journal, s’est fait longuement l’écho, à la date du 15 février 1941, de la visite de Rueff « écœuré » : « Rueff prononce le mot “d’abjection” en parlant de Vichy50. » Rist raconte aussi son entrevue avec Du Moulin, le directeur de cabinet de Pétain. Ce dernier évoque, dans ses Mémoires, la responsabilité de Bouthillier (1927) : « Ainsi ce ministre commet un faux en écriture publique pour nuire à un juif51. » Après la guerre, Ripert (1927), fidèle camarade de Bouthillier et directeur des Impôts depuis le 4 septembre 1940, sera révoqué, notamment, pour cette faute commise sur les ordres de Bouthillier. René Courtin (1884), alors secrétaire général provisoire pour l’Économie nationale52, dont dépend la direction des Assurances que Ripert dirige après avoir dirigé les Impôts, dans une déclaration reprise dans une note du 10 septembre 1944, confirme avoir été informé depuis 1942 par Rueff de cette intervention de Bouthillier et de Ripert53. Fin août 1944, Ripert est arrêté à la demande de Courtin. Des origines de cette éviction de la Banque, Rueff, curieusement, ne dit mot dans ses Mémoires et se contente d’écrire : « Le 22 janvier 1941, cette tâche accomplie, je démissionne de la Banque de France et suis réintégré dans l’Inspection générale des Finances54. » Rueff, réintégré dans les cadres de l’Inspection, n’exerce que quelques enquêtes au cours de toutes ces années, selon son témoignage. Dans son dossier de carrière, consulté à l’IGF, on apprend que, tout en restant dans les cadres, il est aussitôt placé à la disposition du Secrétariat général pour les questions économiques, dirigé par Filippi (1930), à la direction de l’Économie générale, à l’échelon de Vichy, fonction qui ne doit pas l’empêcher, souligne Filippi dans un courrier du 11 décembre 1941, de faire plusieurs enquêtes pour l’Inspection. Il ne semble pas avoir effectué ces enquêtes car le 16 mai 1942, Drouineau, faisant fonction de chef du Service, lui demande que ses rapports pour la direction de l’Économie générale transitent par Vichy : « De cette manière, il restera dans les dossiers du Service de l’Inspection trace de vos intéressants travaux… » La remarque ne semble pas dénuée d’ironie. Consacrant son temps à la rédaction de L’Ordre social. Sollicité par Courtin en février 1943, il participe au rapport économique du Comité général d’études puis, en mars 1944, il se met, dit-il, à la disposition du maquis de Monestier, près d’Annonay.

  • 55 SAEF, 1 C 536 ; 1 C 5933 ; 1 C 2889 ; dossier no 327 (2), service de l’IGF.

36Gregh est, lui, victime du second statut des juifs de juin 1941, plus restrictif. Il bénéficie, lui aussi, pour services rendus par lui et par son père, poète reconnu, d’une dérogation qui l’oblige à renoncer, le 17 novembre 1941, à sa fonction de directeur des Services financiers au secrétariat d’État au Ravitaillement mais l’autorise à réintégrer son cadre d’origine, celui des contrôleurs financiers dont il était détaché depuis 193555.

  • 56 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 203-205. À cette oc (...)

37Pour les demi-juifs, comme ils se nomment eux-mêmes, Guindey, Bloch-Lainé et Alphand, le statut ne s’applique pas mais l’invasion de la zone Sud met Guindey en danger. Chargé de mission à la direction des Finances extérieures, il doit quitter le territoire métropolitain après l’invasion de la zone Sud, on l’a vu. Alphand, attaché financier en juillet 1940 aux États-Unis, a rejoint Londres en juin 1941. Quant à Bloch-Lainé, qui n’est pas menacé par le statut, il entre en clandestinité en raison de ses activités de résistance à partir du printemps 1944. Il a raconté, dans ses entretiens et son ouvrage rédigé avec Claude Gruson (1936), que son père, Jean-Frédéric Bloch-Lainé (1911), inspecteur des Finances également mais démissionnaire et dirigeant de la banque Lazard, doit se réfugier en Suisse après avoir en vain essayé de partir par l’Espagne56.

38Aucun inspecteur n’a été victime de la loi du 17 juillet 1940, qui permet au pouvoir de relever de ses fonctions tout fonctionnaire, même magistrat, sans formalité ni motivation, ni de celle du même jour, complétée le 14 août, qui permet l’exclusion de la fonction publique des fonctionnaires nés de pères non français, ni de celle du 13 août interdisant les « sociétés secrètes », c’est-à-dire les organisations maçonniques.

  • 57 J.-F. Potton, La Cour pendant les années noires, op. cit.

39À la Cour des comptes, J.-F. Potton, dans sa communication, n’a relevé que trois « victimes » du nouveau régime : le premier président, Labeyrie, suspendu puis révoqué de ses fonctions pour son engagement politique antérieur ; le directeur du cabinet de Lebrun, président de la République, René Ferry, relevé de ses fonctions en décembre 1940 et François Walter, né de parents étrangers et juifs, admis à cesser ses fonctions par arrêté du 15 juillet 1942 à compter du 10 décembre 1940, en application du statut des juifs57.

40Nous n’évoquerons pas ici les parcours de ceux qui ont subi, sous Vichy et plus précisément avec Bouthillier, le clientélisme politique, déjà en vigueur sous la IIIe République, particulièrement en période d’alternance politique forte, comme en 1924 ou en 1936, que nous avons rencontré dans les chapitres précédents. Mais citons au moins pour mémoire, en attendant de les retrouver plus loin, Fournier (1919), évincé à la Banque de France, Alphand, de la direction des Accords commerciaux, Saltes, de la direction du Mouvement des fonds, P. Calvet, de celle des Finances extérieures, sans présumer de l’exhaustivité de cette liste.

  • 58 Cf. notes du tableau 1 sur les « absents », ci-dessus.
  • 59 R. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, Paris, Seuil, 1972, 366 p., p. 315. Les approximations de (...)
  • 60 Arch. nat. F60 442, d. Il cite les 7 noms de : Alphand, Diethelm, Couve de Murville, Guindey, Large (...)

41Si de nombreux inspecteurs sont sanctionnés sous Vichy, c’est en raison du nombre relativement élevé d’évadés de France ou de dissidents58. R. Paxton, en 1972, sans citer ses sources, comptait, à tort, 4 inspecteurs radiés par Vichy et 4 démissionnaires59. En 1991, s’appuyant sur les coupures du J.O. figurant dans un dossier « Organisation du ministère des Finances » pour évoquer « les quelques révocations prononcées sous Vichy », Michel Margairaz sous-estimait encore largement les sanctions : « Parmi les inspecteurs des Finances, il en est peu qui aient été frappés » par Vichy et de citer 7 noms plus un non-inspecteur60. Or le gouvernement de Vichy, sollicité par le Service le plus souvent, a eu la main lourde sur la grande majorité des 30 inspecteurs qui ont rompu avec le régime. Les dossiers consultés font état d’au moins 19 inspecteurs sanctionnés dont 12 révoqués ou rayés des cadres, parfois déchus de la nationalité française ou dont les biens sont mis sous séquestre. Les autres sont considérés soit comme démissionnaires d’office, soit mis en disponibilité, soit suspendus, soit seulement non rémunérés.

  • 61 SAEF, PH 169/93-0010 (IGF 335-1), service de l’IGF.

42En effet, curieusement et sans qu’on puisse en comprendre toujours les raisons, le ministre a sanctionné différemment ces inspecteurs « absents », allant même parfois jusqu’à l’oubli de sanction. Le cas de Vacher-Desvernais, à la BBC pendant toute la guerre, est le plus étonnant puisqu’il continue de percevoir une solde d’officier avec une indemnité différentielle de l’Inspection61. Pour ceux qui étaient déjà en Algérie avant novembre 1942, il n’y a pas, semble-il, de sanction prise par Vichy et ils restent rémunérés, mais sur le budget de l’Inspection de l’Afrique du Nord, tandis que ceux qui servent la France libre sont pris en charge financièrement (avec une indemnité différentielle pour ceux qui combattent) par le CFLN. Mais pourquoi, par exemple, Diethelm, évadé à Londres, est-il rayé des cadres le 1er septembre 1941 puis révoqué et déchu de la nationalité française le 15 octobre 1941 alors que G. Ardant, évadé vers Alger en 1943, ne perd que sa rémunération ou que Guindey, la même année, est « seulement » mis en disponibilité ? L’hypothèse d’une plus grande indulgence, par prudence, en raison de l’évolution du conflit est contredite par l’examen attentif des dossiers.

43Le 21 janvier 1943, le chef du Service, Drouineau, demande au ministre (et obtient) que soient réservées à quatre « absents », en réalité dissidents (dont Postel-Vinay, encore aux mains des Allemands), les vacances nécessaires à la promotion à une classe supérieure à laquelle ils ont droit puisqu’ils sont dans les cadres de l’Inspection. Mais le 16 mars 1943, le même Drouineau fait savoir à Douffiagues (1937), chef de cabinet du ministre des Finances Cathala, qu’il fait suspendre le traitement de G. Ardant, Clermont-Tonnerre et Bresson et précise :

  • 62 Dossier Bouthillier, service de l’IGF. Le 3 mai 1943, le même ordre est donné pour Ricquebourg.

« Quel que soit le jugement que l’on veuille porter sur l’acte de ces Messieurs, il n’en reste pas moins qu’ils n’exercent plus leurs fonctions. Et c’est le principe le plus essentiel de la comptabilité publique qu’aucune dépense ne peut être acquittée que pour un service fait62. »

  • 63 Dossier no 238, service de l’IGF, Rapport au ministre, signé André Fayol, du 18 octobre 1944 portan (...)
  • 64 Dossier Lacour-Gayet, Affaires spéciales, service de l’IGF. « Il a perçu son traitement sans qu’auc (...)

44Cette rigueur administrative, particulièrement dommageable pour les intéressés dans cette période, n’est pourtant pas également appliquée à tous par Drouineau. On vient de voir que, dans le cas de Rueff, le service fait est bien contestable. Drouineau n’aura pas non plus les mêmes scrupules lorsqu’il consultera la direction du Budget pour maintenir la rémunération sur les crédits de l’Inspection d’un inspecteur en instance de réintégration, faute de vacance disponible, ce que le Budget acceptera le 22 décembre 194363. On trouve d’autres exemples de souplesse au cas par cas, contraire à ses positions de principe. Ainsi, Drouineau sait pertinemment que le chef du Service en titre, Lacour-Gayet, qu’il ne fait que remplacer, touche son traitement d’inspecteur général alors qu’il n’exerce plus de fonction64. Lorsque le nouveau ministre Pleven le lui reprochera à la Libération, Lacour-Gayet n’aura pas de mal à s’en défendre, apportant la preuve du courrier envoyé dès novembre 1942 pour demander des instructions d’abord à Darlan puis à Giraud. Il rappellera qu’il a signé son engagement (aux États-Unis) en mai 1943 et qu’il a écrit le 22 septembre et le 23 octobre 1943 au nouvel attaché financier, Valensi (non-inspecteur), en demandant sa mise en disponibilité et la cessation de sa rémunération pour le 4e trimestre 1943, ce qui n’a pas été suivi d’effet. On trouve un autre exemple d’indulgence dans le témoignage de Gruson. Évoquant Drouineau, « personnage qui avait des réactions de pureté administrative », Gruson raconte :

  • 65 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 100.

« J’étais en très bons termes avec lui. Cette bienveillance à mon égard s’était manifestée d’ailleurs par le fait que je me suis soigné en montagne pendant deux ans et demi sans avoir été mis en congé. Je dis cela avec reconnaissance car, comme finalement je me suis soigné pendant cinq ans, j’aurais été privé de traitement assez vite s’il n’avait pas pris cette décision65. »

45La « bienveillance » du chef du Service, qui peut, éventuellement, s’expliquer pour les dissidents par un déficit d’informations, cesse quand il s’agit des évadés mais, là encore, que de différences ! Pour les plus jeunes, il apparaît particulièrement sévère, plus même parfois que son ministre. Le 22 septembre 1943, il fait prendre un arrêté de révocation pour Le Portz, adjoint de la promotion 1943, arrêté au cours de sa tentative d’évasion de France et déporté en Allemagne. Il semble là que Drouineau ait cherché à lutter contre un phénomène de contagion puisqu’il écrit : « J’engage les jeunes camarades à réfléchir sur la gravité de cet incident et à peser les conséquences qu’un tel acte peut avoir à l’égard de la famille de l’intéressé et éventuellement du corps tout entier […] »

46Pourtant, Le Portz avait pris la peine d’écrire à Fayol (1929), l’adjoint de Drouineau, le 30 août 1943, une lettre expliquant son engagement :

« Il m’est infiniment pénible de penser que des milliers de garçons de vingt ans souffrent de la déportation, que d’autres végètent derrière des barbelés et que les jeunes adjoints de l’Inspection continuent avec désinvolture à passer de service en service en une initiation dont l’efficacité immédiate est assez douteuse. Je crois certes à la formation de la tournée mais il me semble que le pays demande de nous plus d’action directe que le service, et plus immédiat, ailleurs ».

47Et il précise :

« Je ne voudrais pas rompre avec l’Inspection et c’est pourquoi vous ne trouverez pas ici une lettre de démission : j’ai le bon espoir, une fois la paix revenue, d’y être utile à la France et à la Bretagne et de travailler au mieux de leurs intérêts dans une carrière dont j’aime le désintéressement et l’action qu’elle permet. »

  • 66 Dossier Concours, service de l’IGF.

48Le 27 septembre 1943, dans un rapport au ministre proposant la révocation de Ledoux, « parti pour se battre », Drouineau précise : « Monsieur Ledoux est entré dans la fonction publique en avril 1943, il aurait pu s’aviser dès avant cette date que son projet était incompatible avec le service de l’État66. » Le ministre Cathala, ou plutôt son directeur de cabinet, Douffiagues, également inspecteur, moins sévère, suggère deux jours plus tard de se contenter d’une mise en disponibilité. Mais Drouineau tient bon, faisant référence au statut des inspecteurs et, le 4 octobre, il rappelle que la disponibilité ne peut être accordée aux adjoints.

  • 67 Cf. ci-dessus, tableau 1 et les différentes sanctions signalées en note.

49Le respect des règles et des statuts a supporté bien des bémols et le Service ou le ministre a sanctionné plus lourdement les évadés et, parmi eux, les plus jeunes, les proches des ministres de la IIIe République, notamment de Paul Reynaud ou Georges Mandel, les ralliés précoces au général de Gaulle67.

IV. Les résistants de l’intérieur : comptabilité et itinéraires

50Notre souhait étant d’avoir la perception la plus exhaustive des parcours des inspecteurs des Finances, nous avons retenu les engagements reconnus officiellement après la guerre. À ce dénombrement strict, estimation basse, nous avons choisi d’évoquer aussi d’autres engagements plus discrets, rencontrés dans des sources diverses, qui témoignent d’une réelle prise de risques pour accélérer, d’une manière ou d’une autre, la libération du territoire, estimation haute.

A. Un ministère résistant ?

  • 68 M.O. Baruch, Servir l’État français, l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997 (...)
  • 69 Idem, p. 489.
  • 70 M. Broszat, Bayern in der NS-Zeit, Munich, R. Oldenburg Press, 1977-1983, 6 vol.

51On comprendra, par conséquent, que nous n’avons pas retenu dans cette comptabilité et dans notre tableau les inspecteurs des Finances qui, dans leurs fonctions, ont cherché à s’opposer, en négociant durement, aux exigences allemandes. En effet, comme le souligne M.O. Baruch, les dirigeants partagent l’idée selon laquelle la France doit négocier sa place dans le cadre d’une Europe durablement allemande, qu’ils soient à la Délégation de Wiesbaden (qui siège, en fait, à Paris à partir de 1941) ou dans les ministères. « Faire son métier, pour des centaines de hauts fonctionnaires, c’était en permanence négocier les signes du maintien de la souveraineté, fut-elle formelle, du pays. » Mais nous suivons M.O. Baruch lorsqu’il ajoute : « Ce n’était pas, du moins à nos yeux, faire acte de résistance68. » Ils ne peuvent donc être considérés comme des « fonctionnaires résistants », pour reprendre son expression69. En revanche, si on reprend la distinction de l’historiographie allemande qui, à la suite des recherches de Martin Broszat en 197770, distingue resistenz et widerstand, on peut ranger certains inspecteurs dans la première catégorie et évoquer l’action de certains bureaux, qu’ils ont créés et dirigés, moins connue que la lutte menée par un Couve de Murville ou un Jacques Brunet (1924) à la Délégation ou au Majestic.

  • 71 Il remet au ministre le même jour, le 15 mars 1945, une note de deux pages concernant le directeur (...)
  • 72 Même au sein des Finances stricto sensu, Calvet ne cite pas toutes les directions ; notamment, il « (...)
  • 73 Par ordre d’ancienneté, rappelons qu’il s’agit de : Pignerol (1905), Escallier (1909), Baumgartner (...)

52À la Libération, et dans les témoignages ultérieurs, l’accent est mis sur la résistance ou l’obstruction administrative du ministère des Finances. Ainsi, Calvet (1933), directeur de cabinet du ministre des Finances Lepercq, puis de son successeur, Pleven, dans une note de cinq pages rédigée le 15 mars 1945, souligne l’attitude « exemplaire » de « tout le haut personnel du Ministère des Finances et en particulier (les) inspecteurs des Finances ayant occupé dans ces Départements les postes importants de Direction71 ». Calvet soutient qu’à part le ministre et deux ou trois collaborateurs, « résidant en général à Vichy […] le ministère tout entier a fait de la résistance officielle à visage découvert… avec des risques sérieux […] Les hauts fonctionnaires du Ministère des Finances ne sont pas des créatures de Vichy. Ce sont de grands serviteurs de l’État qui, sous l’Occupation, ont accompli leur devoir au bénéfice non de Vichy mais du pays72 ». Et on retrouve cette phrase, souvent mentionnée après la guerre : « Les Allemands ne s’y sont pas trompés. », avec, à l’appui, la mention de l’arrestation, en août 1943, parmi bien d’autres hauts fonctionnaires civils ou militaires, de 6 inspecteurs des Finances73 envoyés en otage à Plansee, résidence surveillée confortable mais dépendant de Dachau et dont tous reviendront.

  • 74 Dossier Épuration, service de l’IGF. Nous reviendrons longuement sur ce rapport dans le chapitre XV (...)

53À la Libération, avoir exercé des responsabilités dirigeantes dans l’administration n’est pas en soi répréhensible dès lors que les fonctionnaires se sont comportés en « bons Français » et le ministre Lepercq a tenu à l’écrire lui-même dans la marge d’un rapport de Fayol (1929), du 20 septembre 1944, proposant de prendre des sanctions contre ceux qui ont eu « une attitude répréhensible du point de vue national en acceptant ou conservant des postes de commande au service du gouvernement de Vichy ». Lepercq lui rappelle, en effet, que « Les comités de Londres et d’Alger n’ont jamais invité les fonctionnaires à quitter leur poste, ceux-ci étaient donc en droit de penser que le général préférait avoir de bons Français faire de la résistance dans leurs postes plutôt que d’abandonner ceux-ci à des mains indignes74. »

  • 75 Cf. J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 119 et suivantes.
  • 76 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. R. Sergent fera venir deux camarades de l’Inspection, J (...)
  • 77 R. Sergent, dans son témoignage, évoque les exportateurs français furieux allant se plaindre auprès (...)
  • 78 P. Cathala, Face aux réalités, La Direction des Finances françaises sous l’Occupation, Paris, Éditi (...)
  • 79 M. Margairaz, L’État, les finances, et l’économie, histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Com (...)

54Sans revenir sur l’action de Couve de Murville, membre de la Délégation française à la Commission allemande d’armistice (dite « commission Wiesbaden ») depuis le 29 juin 1940, sous-directeur en juillet 1940 des Finances extérieures et, depuis le 12 septembre 1940, président de la sous-commission des Finances de la Délégation française économique de la Commission allemande d’armistice, présidée, elle, par Boisanger et déjà bien étudiée, il est bon d’évoquer, au sein du ministère, deux structures écrans mises en place par des inspecteurs des Finances et ayant pour but de mieux « résister » aux demandes allemandes. Ces structures sont maintenues, après avril 1942, par le nouveau ministre Cathala. La première, dans le domaine commercial, est le BAVE, Bureau des achats et des ventes à l’étranger, dirigé par René Sergent et auquel a également collaboré J. de Fouchier75, créé par arrêté du ministère des Finances dès le mois de septembre 1940 et rattaché à la direction du Commerce extérieur. Selon le témoignage de Sergent, Couve de Murville et lui se sont concertés pour chercher ce qu’ils pourraient bien faire « pour empêcher les Allemands, cela se passait au mois d’août 40, de rafler sans payer ce qu’ils projetaient de nous prendre76 ». Ce bureau est destiné à corriger les effets néfastes du nouveau cours du mark, fixé arbitrairement trop bas par les Allemands et très défavorable aux importations françaises, les anciennes parités de pouvoir d’achat cessant d’être respectées. Ce bureau est chargé d’établir une péréquation, c’est-à-dire de percevoir sur toutes les exportations, y compris vers les pays neutres, une taxe arbitraire, égale en principe à la différence entre le prix de vente à l’exportation et le prix intérieur. Le produit de cette taxe indispensable pour obtenir une licence d’exportation à l’étranger sert à alimenter une caisse permettant de financer les importations77. Le ministre Cathala, dans ses Mémoires, fait remarquer que « son objet principal fut de contrôler et de freiner les achats massifs auxquels se livraient les Allemands et les exportations à destination de l’Allemagne ». Il précise, même, que ce bureau, à partir du 28 septembre 1943, est allé jusqu’à refuser de rembourser les fournisseurs des frais, après vérification des factures, afin d’éviter les achats allemands sur le marché noir, « action patiente et méthodique », « tâche éminemment décevante et éminemment ingrate, mais poursuivie sans défaillance78 ». Michel Margairaz, dans sa thèse, a analysé minutieusement les effets du déséquilibre commercial et les différentes modalités, dont le BAVE, pour tenter de s’y soustraire pour conclure in fine sur les « grandes déconvenues » des Français dans ce domaine79.

  • 80 J. Sémelin a rappelé que le sens étymologique du verbe résister est « faire frein ». J. Sémelin, Sa (...)
  • 81 Dans son entretien enregistré avec l’auteur en 1980, Calvet dit avoir été à l’origine de la créatio (...)
  • 82 Calvet cumule cet emploi avec celui de chef du service des Assurances contre les risques de guerre (...)
  • 83 M. Margairaz, L’État, les finances, et l’économie…, op. cit., t. I, p. 669.
  • 84 Idem, p. 634.
  • 85 Idem, p. 637. La plus connue, depuis l’étude fouillée de M. Margairaz, est la société Francolor.

55Un autre bureau est créé pour freiner80 les prises de participation dans les affaires industrielles, le Bureau des intérêts étrangers en France ou bureau B, qui dépend, lui, de la direction de l’Économie générale, mais qui, comme le BAVE, relève du secrétariat général pour les Affaires économiques81. Ce bureau est dirigé d’abord par Berthoud, conseiller référendaire à la Cour, puis, lors de son départ pour le CCF en octobre 1942, par Calvet82. Utilisant la réglementation sur le contrôle des changes, qui soumet la cession de valeurs mobilières françaises ou étrangères à autorisation, ce bureau cherche à y faire obstacle et à établir une unité de vue entre administrations concernées. M. Margairaz a montré, à travers plusieurs exemples, que Bouthillier, en 1940-1941, envisage les concessions, sur les filiales étrangères notamment, comme des atouts pour obtenir des compensations. Les dirigeants de Vichy, en dépit de leurs divergences, partagent l’accord de principe d’une collaboration financière, technique et économique constructive à condition que les modalités ne servent pas à l’excès les intérêts allemands. Avec la mise en place et d’une législation et des institutions ad hoc pour jouer les intermédiaires entre entreprises allemandes et françaises, trop contentes de s’abriter derrière l’État pour échapper à la gourmandise allemande, M. Margairaz démontre que : « Le capital français a été relativement préservé par les dirigeants du premier Vichy83 », exception faite des entreprises aryanisées qui peuvent représenter une part importante de la branche (les cuirs notamment). Mais encore faut-il que l’occupant manifeste un réel intérêt. « Or il se porte sur un nombre limité d’intérêts à l’étranger84. » Il ajoute : « les visées allemandes sur le capital situé en France même apparaissent relativement limitées, malgré les déclarations prononcées après la guerre par certains dirigeants sur l’ampleur de l’appétit allemand85 ».

  • 86 Idem, p. 667.
  • 87 Idem, p. 669.

56Globalement, dit-il, « l’emprise allemande sur le capital français n’a été ni systématique ni d’une égale ténacité86 ». La faiblesse des contreparties accordées par les Allemands dissipe les attentes et, à partir d’avril 1942, les demandes allemandes se raréfient : « Il n’existe même plus l’illusion d’une collaboration financière possible87. »

  • 88 Dossier Filippi, IGPDE, Mémoire, p. 2.
  • 89 Idem, p. 4.
  • 90 Idem, p. 6.

57Outre ces deux services, d’autres actions anti-allemandes prises par le ministère sont mises en avant dans les rares mémoires pour le jury d’honneur conservés. On dispose à l’IGPDE du mémoire de sept pages de Filippi (1930), rédigé en octobre 1944. Outre ses actions personnelles, Filippi évoque le BAVE et le bureau B, mais aussi d’autres mesures prises aux Finances pour freiner, dans le domaine financier, les exigences allemandes. Rappelons que Filippi est chef de cabinet de Bouthillier du 6 juin au 12 juillet 1941 après avoir dirigé celui de Lamoureux depuis le 25 mars 1940, puis secrétaire général aux Affaires économiques jusqu’en avril 1942 où il retrouve ses fonctions de secrétaire général de la SNCF qu’il occupait, avant la guerre, depuis juillet 1937. Ainsi, Filippi rappelle qu’au sein de l’Institut de conjoncture, « une équipe de techniciens a été chargée en 1941 […] de mener une enquête en quelque sorte permanente pour localiser, au moins approximativement l’emploi des frais d’occupation, en vue de fournir une base aux reprises ultérieures88 ». Il évoque la surveillance, par les services du ministère, des frais de logement et de cantonnement et le refus, « assez souvent », de paiements non justifiés. Dans le domaine de l’économie intérieure, pour éviter le double écueil « laisser s’instituer un désordre préjudiciable aux classes laborieuses, faciliter les prélèvements allemands par un excès d’ordre et de clarté89 », il a été créé, au sein du ministère, « un service de fixation des prix, et un service du contrôle des prix ». Sans préciser que la direction de tous ces services nouveaux a été confiée à des inspecteurs, il rappelle que le recrutement, l’établissement de leur statut, l’élaboration et la mise en œuvre des réglementations nécessaires étaient de sa responsabilité. Contestant les choix de répartition de matière première du ministère de la Production industrielle, en faveur de l’industrie et au détriment de l’agriculture, il a, comme secrétaire général aux Affaires économiques, lutté pour faire modifier la répartition de certaines matières premières afin de satisfaire les besoins alimentaires et de rendre plus difficiles les prélèvements allemands qui « ne pouvaient pas s’effectuer aussi facilement en matière agricole qu’en matière industrielle ». Enfin, pour contourner le veto allemand sur la hausse des salaires, il a donné verbalement instruction aux préfets d’appliquer la hausse décidée pour les salaires anormalement bas. Et il conclut : « Pendant mon passage rue de Rivoli, j’ai devant les exigences allemandes, résisté et lutté en pleine communauté de sentiments et d’idées avec l’ensemble du ministère des Finances90 ». Ainsi, c’est l’ensemble de la politique financière et économique, menée par les dirigeants du ministère des Finances pour défendre les intérêts français du temps de Bouthillier, qui est présentée comme de la « résistance », sans que soient jamais précisées d’ailleurs les contreparties. À élargir ainsi le concept de « résistance », cette présentation en atténue grandement la vertu et parler de ministère résistant ou d’inspecteurs résistants dans leurs attributions diverses hors des cadres est plus complexe qu’il n’y paraît après la guerre.

58Quant aux actes individuels de résistance des inspecteurs aux Finances dans l’exercice de leur fonction, l’historien est bien en peine de les comptabiliser, faute d’archives fiables, et ne peut que s’appuyer, mais avec une grande prudence, sur les témoignages a posteriori. À titre d’illustration, on se contentera de trois exemples tirés des archives orales de l’IGPDE.

59Le premier de ces témoignages a le mérite de ne pas émaner d’un inspecteur. Il s’agit de celui d’un rédacteur à la direction du Budget, Jacques d’Arbonneau sur Tabard de Grièges (1935), alors sous-directeur du Budget :

  • 91 Entretien transcrit, p. 4, cassette no 2, avec P. Masquelier le 18 mai 1992, IGPDE.

« J’ai eu des problèmes parce que en 43… Non, depuis 44 à peu près, il y a eu une désignation par le Ministère des Finances de 20 personnes pour partir au STO. On prenait les 20 plus jeunes des classeurs-émargeurs, des plantons et puis un inspecteur des finances qui était Le Portz et puis moi puisque j’étais dans les plus jeunes du ministère, désignés d’office. Alors, à ce moment-là, j’ai eu un sous-directeur extraordinaire qui m’a convoqué et qui m’a dit : “Écoutez, je vais aller voir.” Il est allé au quai Branly, il est rentré, il a vu que pour sortir il fallait absolument avoir le ticket détaché du contrat signé. Lui a eu du mal à s’en tirer mais à l’époque il avait juste trente ans et il m’a dit : “Écoutez, n’allez pas là, vous êtes sûr de vous faire prendre dans la souricière… malgré vos oreilles… malgré votre état de santé – vous n’y échapperez pas – vous partez, je ne veux pas savoir où. Vous téléphonerez une fois par semaine” – « Je dois prévenir la direction du personnel. » – Il m’a dit : “Surtout personne ne sait où vous êtes, disparaissez !” Alors, j’étais à Sciences-Po et là, ils m’ont dit : “Très bien, écoutez, on va vous donner un nom fictif et puis on vous appellera sous ce nom-là, de telle sorte que si jamais il y avait des Allemands de passage, éventuellement des dénonciations, on ne saurait pas qui vient passer les examens… oraux bien sûr” – pour l’écrit, la problématique n’était pas la même. “Donc vous pourrez passer tous vos examens”. Et je les ai passés comme ça, même en juin 4491. »

  • 92 Dossier no 338 (2), service de l’IGF. Norguet a été arrêté comme otage avec plusieurs dizaines d’au (...)
  • 93 Entretien no 2, cassette no 3, avec F. Demarigny le 30 janvier 1990, IGPDE.

60Le deuxième exemple retenu nous est fourni par Clappier, le futur gouverneur de la Banque de France, reçu au concours de 1939 et nommé, le 28 septembre 1942, chargé de mission au cabinet de Norguet, secrétaire général à l’Industrie et au Commerce intérieur, puis adjoint auprès de Norguet, devenu secrétaire général de la Production industrielle jusqu’à son arrestation le 10 août 194392. Il demande par écrit, le 29 septembre, au Service de revenir dans les cadres et de partir dans la division d’inspection de Limoges. Depuis quelque temps, la milice et un maquis FTP important se côtoyaient difficilement. Il raconte que pour ses vérifications, il circulait à vélo, bardé de sauf-conduits du gouvernement, de la milice et des différents maquis, se transformant malgré lui, dit-il, en émissaire entre le maquis FTP et le reste de la région. Mais il précise : « Je n’ai jamais appartenu à un seul mouvement de résistance, officiellement jamais. – Mais est-ce qu’on vous l’a proposé ? – Non. Je rendais des services dans la mesure de mes moyens et les gens s’en trouvaient bien, c’est tout ce que je puis dire93. »

  • 94 Entretien no 1 avec L. Quennouëlle-Corre le 15 novembre 1989, IGPDE. Son rapport, dit-il, a été pub (...)

61Le dernier témoignage relève moins de la résistance à l’occupant que de la préparation de l’après-guerre et des sanctions contre les collaborateurs… C’est celui d’un tout jeune adjoint au concours de 1943, Wirth, à qui l’adjoint au chef du Service Fayol confie, à l’hiver 1943-1944, parce qu’il parle allemand (comme presque tous les polytechniciens de cette époque), la vérification de la comptabilité centrale de la Luftwaffe à Étampes où étaient centralisées les factures de dépenses de l’armée de l’air allemande, payées sur l’indemnité d’occupation, factures que les autorités allemandes demandaient à l’IGF de vérifier ! « Assez ahurissant », reconnaît Wirth. Avec l’aide d’un contrôleur de l’impôt sur le chiffre d’affaires doté d’une bonne mémoire, raconte-t-il, « nous avons très vite détecté une douzaine de très gros fournisseurs de l’armée allemande […] Nous en avons tiré un document à notre usage très strict dont j’ai déposé une copie au Service en indiquant que ce papier ne devait pas sortir avant la victoire. » Après la Libération, Pleven, cherchant à mettre en place la confiscation des profits illicites, demande ce qu’il y a dans les archives, reçoit le rapport de Wirth, le convoque et le charge « de la première opération de récupération de profits illicites ». Mais Wirth, alors engagé volontaire dans la 2e DB, bien que très honoré, refuse et repart au combat94.

  • 95 Entretien no 2 avec L. Quennouëlle-Corre le 17 octobre 1989, IGPDE.

62Pour eux comme pour l’historien, ces inspecteurs ont parfois « résisté » dans l’exercice de leurs fonctions mais ces activités n’en font pas pour autant des inspecteurs résistants. L’un d’entre eux, Chaix de Lavarène (1935), chargé de mission aux Finances extérieures, le dit d’ailleurs fort bien : « Je ne me suis pas posé de questions, peut-être à tort, je pensais qu’il fallait défendre les intérêts français, dès lors que je n’étais pas parti. Je dois avouer que je n’ai pas participé à la Résistance95. »

B. Qui compter ? Combien furent-ils ?

  • 96 F. Marcot, « Combien étaient-ils ? », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marcot (dir), Pa (...)
  • 97 F. Bédarida, « L’histoire de la Résistance, lectures d’hier, chantiers de demain », Vingtième siècl (...)

63Tous les historiens de la Résistance ont rencontré des difficultés pour dénombrer et dater les engagements et pour répondre à la question préalable : qui considérer comme résistant ? Les réponses dépendent de la problématique, donc des critères plus ou moins étroits retenus et des sources disponibles ou utilisées96. François Bédarida en 1986, en proposait une définition assez stricte : « action clandestine menée au nom de la Liberté de la nation et de la dignité de la personne humaine, par des volontaires s’organisant pour lutter contre la domination et le plus souvent l’occupation de leur pays par un régime nazi ou fasciste ou satellite ou allié97 ». Nous avons choisi de ne retenir que l’engagement organisé, excluant donc les actes individuels. Mais même dans cette option stricte, les sources peuvent se contredire ou prêter à discussion. François Marcot fait, en effet, remarquer que « les historiens débattent des précautions à prendre dans le maniement des chiffres » compte tenu des modalités d’homologation par l’administration des titres et la distribution de cartes de combattant volontaire de la Résistance, par exemple, qui aboutit à une rigueur différente d’un département à l’autre et à une représentativité discutable des dossiers et des demandes.

  • 98 Hostilité qui resurgit en 1946 avec une grande violence, dans la presse communiste notamment, lors (...)

64Par nature, leur engagement dans l’ombre ne les conduit pas à une rupture officielle avec le service public et ne laisse donc pas de trace immédiate dans leur dossier administratif. Leur dossier militaire, rétrospectif, est plus bavard mais, souvent en retard sur leur engagement réel, lacunaire sur le contenu et inégalement informé selon la nature de leur engagement et de l’organisation. Ces sources peuvent être utilement complétées, avec prudence, par la comptabilité, à partir de l’automne 1944, du service de l’Inspection lui-même. Avide de dénombrer ses héros, dans cette période de règlement de comptes où certains inspecteurs des Finances, démissionnaires ou non, ayant occupé des postes politiques ou administratifs notoires, sont poursuivis98, le Service, dirigé alors par André Fayol, établit deux listes nominatives non datées mais visiblement immédiatement postérieures à la Libération, dont l’une est de la main même de Fayol. Elles montrent que le Service est encore mal informé, ce qui n’est pas étonnant pour des activités éminemment clandestines. Les documents postérieurs, mieux informés, ne livrent plus de noms, seulement des chiffres accompagnés de quelques exemples, et sont donc difficiles à vérifier.

65Les deux listes nominatives de l’automne 1944 aboutissent à un effectif de 24 résistants en Métropole : 13 participants à la résistance civile (Mönick, H. Boissard (1921), Fayol, Gruson, Schweitzer, Bloch-Lainé, R. Boulloche, Miné, Cottier (1941), Bizard (1942), Le Portz, Gaillard (1943) et Calvet) et 11 participants aux FFI (Cardin, Delouvrier (1941), Larre (1942), P. Célier (1942), J. Vincenot (1942), Cruse (1942), Forgeot (1943), Delmas [Chaban] (1943), Wirth, J. de Chalendar (1944) et Treuille (1939), tué sur le Vercors). Le pourcentage donné à l’automne 1944 est de 14 % sur 173 (effectifs retenus par le Service cette année-là). La nouvelle promotion de 1944 est prise en compte.

  • 99 FFL : Bresson, Ledoux ; Résistance civile : Cottier, Bizard, Le Portz, Gaillard ; FFI : Delouvrier, (...)

66On remarquera les noms de 13 jeunes adjoints ou 4e classe issus des promotions 1941-194499 dans ces deux groupes, soit 40 % des 32 inspecteurs issus de ces promotions et 54 % des 24 « résistants » de l’intérieur. Le moins que l’on puisse dire est que la résistance intérieure des inspecteurs ne reflète pas la pyramide des âges de l’Inspection et qu’elle est bien conforme à celle des résistants en général.

  • 100 Entretien no 3, cassette no 5, avec C. Rouvier le 13 mars 1991, IGPDE.

67On remarquera aussi le nom de Le Portz dans la colonne « résistance civile » alors que, évadé de France mais arrêté lors de son évasion et déporté à Buchenwald, il a, en toute modestie, toujours refusé le qualificatif de résistant100.

  • 101 Il est situé dans l’une des deux listes parmi les membres de « divers groupes d’études ou d’action  (...)
  • 102 A. Postel-Vinay, Un fou s’évade, Souvenirs 1941-1942, Paris, Éditions du Félin, coll. « Résistance  (...)
  • 103 Entretien no°2 avec A. Rasmussen, 1989, IGPDE.

68On remarquera encore que Fayol, adjoint puis chef du service de l’Inspection, s’est lui-même inscrit dans le sous-groupe de la résistance civile101 alors que son dossier consulté ne contient aucune information ni attestation sur sa résistance, pas même dans ses états de service pour la légion d’honneur reçue le 10 juillet 1946. De la « résistance » de l’adjoint au chef du Service, nous n’avons que des témoignages attestant qu’il a plutôt fermé les yeux sur les activités probables des jeunes inspecteurs en tournée, comme Postel-Vinay dès 1941102. Delouvrier, dans ses entretiens avec Roselyne Chenu, évoque Fayol en 1941 : « Je le sentais souffrant, anxieux, rejetant en silence la politique de Pétain. » Plus loin, il situe l’engagement de Fayol au printemps 1944 : « À partir du moment où Segonzac avait dit qu’il se ralliait à de Gaulle et qu’il donnerait des ordres ensuite s’il fallait prendre le large. Fayol était passé sous ses ordres. Il me l’avait dit avec une grande simplicité qui le caractérisait103. »

  • 104 R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, exemplaire imprimé mais non corrigé, Paris, Seuil, (...)
  • 105 Entretiens avec A. de Castelnau en 1988 et 1989, IGPDE.

69Il ajoute qu’au printemps 1944, « André Fayol était favorable à toute forme de résistance : il nous mit en congé de tournée104 ». Delettrez (1941), lui, affirme dans ses entretiens que c’est en janvier 1944 que Fayol laisse partir les inspecteurs parisiens en province, dans la ville de leur choix, en leur demandant seulement de se mettre à la disposition de l’inspecteur général le plus proche105. L’exemple de Fayol illustre la difficulté pour les historiens de dénombrer avec rigueur les engagements qui ne sont pas homologués officiellement et de les dater. Nous avons donc conservé Fayol dans notre estimation haute mais nous ne l’avons pas retenu dans l’estimation la plus rigoureuse et officielle.

  • 106 Outre les lacunes déjà citées sur les FFL.

70À l’inverse, certains noms de la résistance civile, qui ont pourtant donné lieu à une reconnaissance officielle ultérieure, ne figurent pas encore dans cette liste106 : Faivre d’Arcier (1932), Le Bec (1917), Lavaissière de Lavergne (1938), Louvencourt (1935), Yrissou (1934).

  • 107 Entretien no 2 avec A. Rasmussen, IGPDE, et R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, op. cit (...)
  • 108 Polytechnicien comme son frère jumeau Olivier Mourre et reçu comme lui en 1927, dans la même promot (...)
  • 109 Dossier no 313, service de l’IGF.

71Ne sont pas non plus cités dans cette liste : Gibert (1941), dont Delouvrier atteste la contribution dans le sauvetage d’aviateurs anglais et la transmission de renseignements dès 1941107 ; Rueff, associé au Comité général d’études via Courtin ; Edgar Mourre (1927), dont le nouveau ministre de l’Information, Henri Teitgen, tiendra à rappeler, dans une lettre du 10 octobre 1944, la participation active à la Résistance alors qu’il était directeur de l’Administration générale au ministère de l’Information depuis le 29 juin 1942108. Teitgen, en le remettant à la disposition du ministre des Finances pour des « considérations d’opportunité politique », insiste « vivement » pour que le ministre des Finances facilite son reclassement « dans des conditions telles qu’elles constituent pour lui une récompense pour les services rendus par lui109 ». Teitgen demande d’ailleurs de pouvoir l’utiliser « encore pendant deux ou trois semaines ». De cette activité résistante, nous n’avons pourtant trouvé aucune trace d’homologation ultérieure dans son dossier mais, en mars 1945, le ministre de la Guerre Diethelm lui confie la coordination des services de réquisition dépendant du ministère, notamment les réquisitions immobilières de la région parisienne, qu’il exercera jusqu’en 1947.

  • 110 Témoignage de J.-M. Delmas, un de ses « poulains ». Entretien no 2 avec P. Masquelier le 28 septemb (...)
  • 111 Saltes comme Rueff, on l’a vu, est en contact avec le CGE et Courtin dès 1943 ; Carmoy (pris en ota (...)
  • 112 P. Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marcot (...)

72Ne sont pas non plus comptés ni par le service ni par nous : Pignerol (1941), pourtant arrêté quelques semaines en 1943 pour avoir lacéré, en pleine rue, des affiches des autorités d’occupation110 ; Saltes et Carmoy, qui avaient déjà des contacts avec la Résistance avant d’être arrêtés avec d’autres otages le 10 août 1943111 ; ni ceux qui ont rendu, dans leur fonction, des services, attestés plus tard, à la Résistance, comme Filippi à la SNCF. Même si nous les mentionnons, les dossiers consultés ne nous permettent pas de considérer ces derniers « faits de résistance » comme des « actes de résistance », pour reprendre la distinction de Pierre Laborie dans le dictionnaire de la Résistance112. Enfin, la participation de Moeneclaey (1920) au réseau Persée-Andromède en 1943, dont il nous a fait part, dans sa réponse écrite en 1980, en ajoutant, avec humour, « sans le savoir » et que nous ne mettons pas en doute, n’a pas été retenue faute d’avoir trouvé confirmation dans d’autres sources.

  • 113 Lettre à Mounier, A 73, 20 octobre 1945, dossier Résistance, service de l’IGF.

73À partir de 1945, plus aucun document du Service n’est nominatif et donc vérifiable. Un « état de services de l’Inspection » du 1er mars 1945 compte 13 inspecteurs, et non plus 11, dans les FFI, 16 dans la résistance civile dont 3 déportés pour faits de Résistance, et non plus 13, soit 29 sur un total de 173, soit 16,7 % des effectifs d’inspecteurs encore fonctionnaires. Le 20 octobre 1945, des états de service corrigés à la main, destinés à une note envoyée à Pleven pour une discussion à l’Assemblée nationale, donnent de nouveaux résultats : 17 FFI et non plus 13 ; 16, toujours, dans la résistance civile (dont toujours 3 déportés), soit 33 sur un effectif donné de 181 cette fois et donc 18,23 %. En effet, les 8 recrues du concours normal de 1945, qui ont « résisté » avant d’être inspecteurs, sont prises en compte. Et comme le dit la note, ces chiffres ne comprennent toujours pas « les fonctionnaires ayant rendu à la Résistance des services occasionnels113 ». Un autre récapitulatif, du 10 décembre 1945, donne : 18 dans la résistance civile (dont 3 déportés) et non plus les 13 de 1944 ou les 16 d’octobre 1945 ; 17 dans les FFI, soit 35 sur 180 et 31 %.

  • 114 B. Ronze, Histoire de l’Inspection générale des Finances, 1939 à 1945, exemplaire dactylographié, 1 (...)

74Les chiffres du Service sont donc passés de 24 à l’automne 1944 puis 29 sur 173 en mars 1945, puis 35 sur 180, soit entre 16 % et 19 %. L’historiographe de l’Inspection sur cette période, Bernard Ronze, reprend ce dernier chiffre en 1990 dans une étude non publiée114.

75L’historien qui doit tenir compte des sources fiables et de la population réellement concernée préfère retenir le chiffre minimum d’inspecteurs dans la résistance intérieure, attesté officiellement d’après les sources consultées, de 28 sur 188 inspecteurs fonctionnaires des promotions 1905-1944, soit 15 %. Ce chiffre monte à 32, chiffre maximum en comptant Fayol, E. Mourre, Gibert et Rueff, soit 16 % (cf. tableau 2, ci-dessous).

Tableau 2. Inspecteurs dans la résistance intérieure (civile ou militaire), y compris FFI lors de la Libération par ordre chronologique d’engagementa

Année

Engagés dans la résistance intérieure (civile ou militaire), y compris FFI lors de la Libération

1940 = 2

Postel-Vinay

Chaban-Delmas

1941 = 1

Minéb

1942 = 4 + 1

Faivre d’Arcier
Gaillard
Schweitz
erc

Cruse
Gibert

1943 = 6 + 2

Boissard (H.)d
Calvet
Louvencourt
Gruson
Bloch-Lainé (F.)e

Forgeotf
Fayol
Moeneclaey
Rueff

1944 = 15 + 1

Le Becg
Mönick
h
Cardin
Yrissou
E. Mourre
Lavaissière de Lavergne
R. Boulloche †
Treuille †

Delouvrier
P. Célier
Bizard
Larre
J. Vincenot
Cottier
Wirth
J. de Chalendar

Total : certain/probable

28/33

a. Sont en italique ceux dont les engagements dans la Résistance ne figurent pas dans les dossiers personnels consultés mais sont mentionnés dans des témoignages ou des documents d’époque.
b. Date probable.
c. Date précise inconnue mais probable.
d. Date connue par Guy de Carmoy, Otages à Plansee, op. cit., p. 31. G. de Carmoy écrit, le 15 septembre 1943, avoir reçu une lettre de sa femme donnant des nouvelles : « Henri Boissard a pris le maquis. »
e. Date incertaine, cf. plus haut.
f. Date précise inconnue.
g. Date précise inconnue.
h. E. Mönick, Pour mémoire, op. cit., p. 112. Rappelé du Maroc, il reste « terré » en zone libre puis revient incognito à Paris : « Là je fus promptement contacté par Alexandre Parodi, alias Quartus, […] Il me demanda d’assurer la charge du ministère des Finances, comme secrétaire général, dans cette période délicate et de m’y préparer avec lui dès maintenant. »

  • 115 Jean Morin, directeur des agences du Crédit Lyonnais en Égypte, décrit les milieux dissidents franç (...)
  • 116 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient, Histoire de la banque de l’Indochine, 1875-1975, Paris (...)
  • 117 Dossier no 232, service de l’IGF.
  • 118 Réseau Jade-Amicol, selon M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient…, op. cit., p. 421. Ce servic (...)

76Les démissionnaires n’apparaissent dans aucun document du Service sur la résistance et leur dossier de carrière est lacunaire. Nous sommes bien conscients de cette lacune mais, comme pour les dissidents ou évadés, les recherches au cas par cas seraient trop chronophages et sans certitude d’exhaustivité. De même que nous avons cité plus haut J. Vincenot et Minost (1917)115 parmi les dissidents ou Brézet (1927) parmi les évadés de France et combattants, citons tout de même Laurent et Bizot parmi les démissionnaires résistants. Jean Laurent (1923), directeur général adjoint de la Banque de l’Indochine116, est entré en résistance en décembre 1940 si l’on en croit son dossier117, l’attestation de Passy Dewavrin du 16 octobre 1945 et sa citation à l’ordre de la division du 10 novembre 1945, signée du maréchal Juin. Mais selon M. Meuleau, dès juin 1940, Laurent aide des Français souhaitant rejoindre Londres – informations communiquées via le colonel Jousse – et il a prêté son appartement londonien et de l’argent à de Gaulle le 16 juin 1940118. Henry Bizot, directeur général adjoint du CNEP, dépose ainsi, le 8 avril 1948, devant la CNIE :

  • 119 Arch. nat F 12 9567, dossier CNEP. Information aimablement transmise par Hervé Joly que nous remerc (...)

« Je n’ai jamais eu, en dehors des cas où ma fonction m’obligeait à répondre à leurs questions, aucun contact avec les Allemands. Cette politique coïncidait d’ailleurs avec l’activité clandestine que je menais parallèlement. Blessé en juin 1940, inscrit aux formations militaires de l’OCM en octobre 1942, rattaché aux FFI à leur formation, adjoint au commandant du 4e arr. de Paris, je fus cité au titre FFI à l’occasion de la Libération de Paris. Je rengageais en fin 1944 au 12e régiment de cuirassiers où je fus fait OLH à titre militaire à l’occasion de la prise de Royan119. »

C. La chronologie des engagements résistants

  • 120 D. de Bellescize, « Le Comité général d’études », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marc (...)

77Celle-ci est encore plus difficile à cerner et si l’année peut être donnée sans trop d’erreur, le mois est incertain, les engagements officiels étant souvent rétrospectifs voire attestés après la guerre. Par ailleurs, les témoignages même fiables peuvent être contradictoires ou trop imprécis. La date de l’engagement de François Bloch-Lainé au Comité général d’études puis à la Délégation générale en est un bon exemple. Rappelons que le CGE est créé le 1er juillet 1942 à l’initiative de François de Menthon, professeur d’économie, avec l’aval de Jean Moulin. Il dépend donc directement de la Délégation dirigée et incarnée alors par Jean Moulin. Comme l’explique bien Diane de Bellescize dans son ouvrage Les Neuf Sages de la Résistance, au départ, cet organisme d’études clandestin est chargé de préparer les mesures et projets à la Libération120. Au début, à Lyon, il réunit, outre Menthon, Robert Lacoste, syndicaliste, Paul Bastid, député, Alexandre Parodi du Conseil d’État. Fin 1942, toujours à Lyon, il s’étoffe avec Pierre-Henri Teitgen, professeur de droit, René Courtin, professeur d’économie. L’été 1943, le CGE quitte Lyon pour Paris, accueille alors Jacques Charpentier, bâtonnier, Michel Debré, conseiller d’État, et Pierre Lefaucheux, industriel, et se transforme en « véritable Conseil d’État clandestin », consulté sur tous les problèmes et préparant l’administration de la Libération y compris les projets de Constitution.

78Or, au cours de leur dialogue, F. Bloch-Lainé et C. Gruson ne sont pas précis sur la date de leur engagement actif au Comité général d’études et le situent fin 1943-début 1944 :

FB-L : « À quel moment Courtin a-t-il donné mon nom à Parodi, lequel m’a convoqué au bois de Boulogne ? Était-ce la fin de l’année 1943 ou au tout début de l’année 1944 ? Je ne sais plus. Il faisait froid. » […]

  • 121 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 172-173.

CG : « Sur les prémisses de cette rencontre, je n’ai que peu de souvenirs121. »

FB-L : « Courtin a peut-être eu cette idée-là parce que nous nous étions rencontrés chez Berthoud. »

  • 122 Dossier Bloch-Lainé, IGPDE.
  • 123 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980 et G. de Carmoy, Otages à Plansee, 19 p., exemplaire dac (...)
  • 124 J. Rueff, De l’aube au crépuscule…, op. cit., p. 171.

79Berthoud, membre de la Cour des comptes, a démissionné en 1942 pour entrer au CCF ; il réside et travaille à Paris, comme Bloch-Lainé qui n’a pu rencontrer Courtin et participer au CGE qu’après son installation à Paris, l’été 1943. Dans son dossier à l’IGF, figure l’attestation d’appartenance aux FFC avec la date de son engagement, « 1er mars 1944 », le réseau, « Délégation générale », le grade, « agent P2 en qualité de chargé de mission de première classe ». L’engagement de Bloch-Lainé au CGE peut être daté de sa rencontre avec Courtin dans le deuxième semestre 1943 mais son engagement dans le Comité de financement de la Délégation générale, le COFI, est du 1er mars 1944 et il est chargé, le 15 mai 1944 par Parodi, des comptes des services financiers pour la Délégation générale en zone Nord et, à ce titre, en charge aussi de récolter des fonds122. C’est d’ailleurs cet engagement-là qui l’oblige à entrer dans la clandestinité. La chronologie retenue dépend donc de la réponse donnée à la question : doit-on considérer la simple collaboration avec le CGE comme un acte de résistance ? Ou faut-il y exercer des responsabilités ? Bloch-Lainé n’est pas le premier inspecteur contacté par Courtin : Saltes avant son arrestation comme otage le 10 août 1943123 ou, plus tôt encore, Rueff. Ce dernier publie dans ses Mémoires une lettre de Courtin du 8 février 1943 expliquant la mission du Comité (institué par le général de Gaulle, est-il précisé), constitué de 4 personnes, chargées « de préparer sa prise de pouvoir sur le plan politique administratif et économique » et faisant appel « à votre autorité qui nous est absolument indispensable124 ». Pour Bloch-Lainé, nous avons retenu la fin 1943 plutôt que le printemps 1944.

  • 125 Les entretiens avec R. Chenu reprennent largement ceux accordés à l’IGPDE, cf. R. Chenu, Paul Delou (...)
  • 126 R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, op. cit., p. 87.
  • 127 Idem, p. 91.
  • 128 Idem, p. 95.
  • 129 Entretien no 3 avec A. Rasmussen le 30 janvier 1990, IGPDE.
  • 130 Entretien no 2 avec A. Rasmussen le 18 mai 1989, IGPDE.
  • 131 Entretien no 3 avec A. Rasmussen le 30 janvier 1990, IGPDE.

80Un autre exemple de difficulté à dater les engagements nous est fourni par le cas Delouvrier. Celui-ci, dans ses entretiens avec Roselyne Chenu125 et avec l’IGPDE, raconte qu’au premier hiver 1941-1942, un camarade de la Cour des comptes, Costa, lui propose de réfléchir à ce qu’il faudrait faire après le départ des Allemands, ce qu’il accepte même si cela lui paraît « prématuré ». Par ailleurs, il évoque son « petit rôle de renseignements » à la même période mais, il le reconnaît lui-même, « Ce que je faisais là n’était pas de la résistance. Le mot ne commença à exister à mes oreilles que plus tard126. » Plus loin, il raconte qu’à son retour d’Uriage, à la fin de l’été 1942, il aurait reçu des demandes pressantes de son « réseau anglais », ce qui aurait « cristallisé ce rejet de Vichy qui se préparait lentement dans mon esprit127 ». À partir de 1943, il fait état de réunions de 2 à 3 personnes pour préparer le jour où la France serait libérée : « Nous avons travaillé intensément. » Mais l’activité de maquis de Delouvrier ne commence qu’après le retour de Dunoyer de Segonzac d’Alger, fin avril 1944, et à son ordre de « prendre le maquis » et de servir « la résistance active128 ». « C’est sur les instructions de Segonzac que je me suis raccroché à un maquis129. » Il opère « des contrôles comme inspecteur des finances pour « emprunter de l’argent130 ». Il reconnaît n’avoir eu aucun lien avec le NAP, qu’il découvre le 26 août 1944131.

  • 132 SAEF, PH 22/96 0004.

81Alors, quand situer l’engagement de Delouvrier ? L’hiver 1942-1943 ? Son dossier consulté ne fait état que de son engagement dans le maquis132. Nous avons retenu le printemps 1944, sur les ordres de Segonzac et après un lent cheminement.

82En dépit de ces difficultés, nous avons tenté, dans le tableau 2 ci-dessus, une présentation chronologique, par année, des engagements des inspecteurs des Finances dans la résistance intérieure. La moitié ne s’engage qu’en 1944, un petit quart entre 1940 et 1942, un autre quart en 1943. Et, répétons-le, près de la moitié (13) est issue des concours 1941-1944…

V. Quelques engagements méconnus

  • 133 Lettre de Fayol du 13 novembre 1947 à Bourdeau de Fontenay directeur de l’ENA, citation pour la Cro (...)

83Derrière ces chiffres et tableaux, les itinéraires sont bien différents. Trop nombreux pour être tous évoqués, certains, comme Chaban-Delmas, ont déjà donné lieu à des biographies ou autobiographies déjà bien connues. Mais bien d’autres inspecteurs méritent en revanche qu’on s’y arrête, même brièvement, non parce qu’ils seraient représentatifs mais parce que leur parcours méconnu est au moins aussi exceptionnel, y compris dans le courage ou la modestie, à commencer par les deux victimes de la résistance intérieure : Treuille, tué le 9 août 1944 après avoir rejoint le maquis du Vercors comme lieutenant de chasseur en juin 1944133 ; Robert Boulloche (1938), mort à Dora dans le kommando d’Ellrich, en janvier 1945, après avoir été arrêté par la Gestapo en août 1944 avec ses parents, Jacques Boulloche, directeur des Routes au ministère des Travaux publics, mort à Buchenwald le 19 février 1945, et Hélène Boulloche, morte à Ravensbrück le 25 octobre 1944. La citation pour la Croix de guerre de Robert Boulloche fait état de « nombreux mois de travail dans la résistance à Vichy et à Toulouse avant de se mettre à la disposition du délégué militaire de la région P. (Paris) auquel il a rendu de grands services, l’aidant puissamment dans sa vie clandestine ». Son frère, André Boulloche, du mouvement OCM, était en effet délégué militaire régional à Paris avant d’être lui aussi déporté.

  • 134 A. Postel-Vinay, Un fou s’évade…, op. cit. Cf. aussi ses entretiens no 2 du 24 février 1989 et no 3 (...)
  • 135 SAEF, PH 169/93-0008, dossier no 329 (2), service de l’IGF.
  • 136 L’ordre de la Libération a été créé par ordonnance du général de Gaulle du 16 novembre 1940.

84Le premier résistant de l’Inspection, chronologiquement parlant, est André Postel-Vinay dont le combat, dès octobre 1940 en Métropole, a été tragiquement interrompu avec son arrestation par la police allemande le 14 décembre 1941. Le site de l’ordre de la Libération, ses Mémoires et ses entretiens à l’IGPDE134 ainsi que sa notice, rédigée par Laurent Douzou, dans le Dictionnaire historique de la Résistance nous apprennent son engagement, dès octobre 1940, dans le réseau « SR guerre » du 5e bureau, dépendant du service de renseignement de l’armée de terre (de Vichy) travaillant pour les Anglais et dirigé par le colonel Rivet et, en zone occupée, par le capitaine d’Autrevaux. On connaît aussi sa participation active (mais sans pouvoir la dater avec précision) au réseau anglais de Pat O’Leary, pseudonyme d’Albert Guériss, médecin militaire belge qui a repris la direction, en juillet 1941, de ce réseau créé par un officier écossais, Ian Garrow, en décembre 1940 pour rapatrier les militaires anglais et les aviateurs alliés. Il a magnifiquement et sobrement raconté ses activités de résistant, son arrestation, sa tentative de suicide pour ne pas parler, ses opérations et ses souffrances, sa simulation de la folie et son évasion spectaculaire de l’hôpital Sainte-Anne le 3 septembre 1942 puis son exfiltration vers Londres le 20 septembre 1942. En revanche, dans son dossier consulté au Service puis au SAEF, y compris son dossier militaire, on ne trouve pas sa participation au réseau SR 2. Ne figurent que ses services comme lieutenant de réserve mobilisé le 25 août 1940, fait prisonnier le 7 juin 1940, évadé le 24 juin 1940. Curieusement, on y trouve une attestation rétrospective (en 1947) de son engagement, commençant le 14 décembre 1941 (le jour de son arrestation !) et se terminant le 3 septembre 1942 (jour de son évasion !), comme agent P2 dans le réseau du Musée de l’homme135. Cette période lui sera comptée comme service accompli en qualité de chef de mission 1re classe, grade correspondant à celui de lieutenant-colonel à titre fictif. Son dossier prend bien acte de son engagement dans les Forces françaises libres le 28 novembre 1942 sous le nom d’André Duval. En effet, très grièvement blessé et handicapé, il ne peut rejoindre les armées de la France libre et de Gaulle le nomme à la tête de la toute nouvelle Caisse centrale de la France libre, devenue Caisse centrale de la France d’outre-mer en 1944 (l’Agence française de développement d’aujourd’hui), qu’il dirigera jusqu’en 1973. Dans son dossier, autre curiosité, on découvre l’attribution, le 3 août 1943, par Vichy, alors qu’il est à Londres depuis septembre 1942, de la Croix de guerre 1939-1940 avec étoile de bronze, à la suite d’une homologation tardive d’une citation à l’ordre du régiment (et alors qu’il avait déjà reçu une citation à l’ordre de la division le 24 mai 1940). C’est dire à quel point les dossiers administratifs, indispensables certes, sont complexes à interpréter. Fait compagnon de la Libération le 21 octobre 1943136, il sera nommé au Conseil de l’ordre de la Libération le 23 février 1944.

  • 137 L’étude la plus complète, même si elle reste encore lacunaire faute d’archives, se trouve dans M.O. (...)
  • 138 C. Bourdet, L’Aventure incertaine, op. cit., p. 306.
  • 139 Idem, p. 336.

85On aimerait connaître mieux l’action de Pierre-Paul Schweitzer. Mobilisé, blessé et fait prisonnier le 20 mai 1940, évadé en juillet 1940, chargé de mission depuis mai 1941 à la direction des Finances extérieures, en zone Sud, il entre au service du Super-NAP à partir de 1942. Ce mouvement de noyautage des administrations publiques et, plus précisément, des ministères à Paris et à Vichy est encore mal connu faute d’archives. Dans ses entretiens enregistrés à l’IGPDE, Schweitzer, hélas, reste trop discret et imprécis sur son action et sur ce réseau137. Claude Bourdet, un des dirigeants du mouvement Combat et cofondateur à Lyon, avec Plaisantin et Peck, en octobre 1942, du NAP d’abord en zone Sud puis, à partir de l’été 1943, en zone Nord, évoque la disparition de son collaborateur Peck, en novembre 1943, et son successeur auprès de lui, B. de Chalvron, fonctionnaire aux Affaires étrangères. Il précise que Chalvron avait auparavant repéré et engagé en zone libre « une quantité appréciable de jeunes hauts fonctionnaires » et ajoute : « Dès qu’il fut entièrement intégré dans notre service [à Paris], Chalvron utilisa sa “réserve” de fonctionnaires résistants pour améliorer l’implantation du NAP surtout en zone nord », et il cite P.-P. Schweitzer, responsable du NAP-Normandie138. En 1944, NAP et Super-NAP fusionnent. Dans sa réponse écrite à notre questionnaire en 1980, Schweitzer dit avoir abandonné toutes ses fonctions pour entrer dans la clandestinité en avril 1944. Lors de l’arrestation de Claude Bourdet le 25 mars 1944, Chalvron lui succède à la tête du NAP jusqu’à sa propre arrestation le 11 mai. Schweitzer en prend alors la tête mais pour peu de temps puisqu’il est arrêté, à son tour, le 21 juin 1944. Il eut le courage de s’ouvrir les veines139 pour ne pas parler, raconte C. Bourdet, admiratif. Sauvé de justesse, il fut déporté en mauvais état le 17 août 1944 à Buchenwald jusqu’à la libération du camp par les Américains le 11 avril 1945. Il sera bien sûr décoré de la Médaille de la Résistance avec rosette.

  • 140 Où il retrouve deux autres inspecteurs, Gregh et Carmoy.
  • 141 Cf. courrier du chef du Service au cabinet du ministre de l’Air, n245, service de l’IGF. La deman (...)
  • 142 Idem, il est pourtant déjà marié en 1935.

86Miné, engagé également très tôt dans la Résistance et secrétaire général du ministère du Ravitaillement à la Libération, est particulièrement méconnu. Titulaire d’un DES de droit public, fils de fonctionnaire, d’abord rédacteur puis reçu au concours de 1935, il est chargé de mission en 1939 à la direction du CFPP puis mobilisé comme 2e classe à la station météo d’Orléans. C’est son affectation spéciale à l’administration centrale du ministère de l’Agriculture140, « où sont traitées des questions financières de la plus grande importance », le 16 décembre 1939 pour trois mois, demandée, « sans démarche personnelle » de l’intéressé141, par Henri Queuille, ministre de l’Agriculture, qui change son destin et sa carrière. Ses états de services militaires indiquent qu’il retourne au front du 23 janvier 1940 au 31 juillet 1940. Pourtant, on trouve dans son dossier une lettre du 2 juin 1940 demandant de retourner au front avec cette précision, déjà citée : « Je pense que la génération à qui il incombera plus tard de redresser certaines erreurs sera mieux à même de remplir sa tâche si ses membres ont subi dans leur chair et dans leurs affections toutes les conséquences des malheurs qui frappent le pays142. »

  • 143 Il n’a accordé qu’un entretien avec A. Rasmussen, le 22 juin 1989, IGPDE, et n’évoque que la périod (...)
  • 144 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit. Preuve une fois de plus (...)

87Son affectation spéciale a donc dû être plus longue qu’il n’y paraît dans les états militaires. Il retrouve son ministère le 1er septembre 1940, comme sous-directeur, à titre temporaire, à l’Administration centrale du service du Ravitaillement, nommé par Caziot, ministre de l’Agriculture. Le 14 octobre, il devient directeur adjoint à l’Administration centrale du secrétariat d’État au Ravitaillement. Avec les changements d’organigramme, il se retrouve chef du service des Prix au ministère de l’Agriculture et du Ravitaillement le 18 juin 1942, puis directeur, en novembre 1943, des Industries et Commerces de l’Alimentation au ministère du Ravitaillement. En janvier 1944, il est relevé de ses fonctions sans qu’on sache si cette sanction est due à ses activités clandestines. On se doute de l’importance des services rendus à la Résistance et aux Alliés, sous le pseudonyme de « Pain », mais nous n’en savons pas plus. Le 28 août 1944, le Gouvernement provisoire le nomme secrétaire général provisoire du ministère. Il est réintégré dans les cadres officiellement en mars 1946, dirige le cabinet de Poher, élu sénateur MRP, en octobre 1946 puis démissionne pour occuper, dans le privé, la fonction de directeur général de l’Omnium (Office français pour l’importation et l’exportation) en mars 1947. D’une trop grande discrétion, hélas, dans son unique entretien à l’IGPDE143, son témoignage ne nous apprend rien de plus sur son action personnelle. Décoré de la rosette de la Résistance, de la Médaille royale britannique et de celle de la Liberté américaine, il figure légitimement parmi les héros de l’Inspection, même s’il reste méconnu. Il n’est même pas cité par ses camarades, F. Bloch-Lainé et C. Gruson, dans leur livre sur les Hauts fonctionnaires sous l’Occupation144.

  • 145 Sur la résistance de Chaban-Delmas, la mise au point la plus complète et la plus récente est celle (...)
  • 146 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.
  • 147 Réponse écrite le 6 septembre 1989 à M. Bontoux et F. Descamps (IGPDE) ; réponse écrite à notre que (...)

88Un autre héros de l’Inspection, resté un peu dans l’ombre portée par son chef Chaban-Delmas145 ou par son « collègue » en résistance Bourgès-Maunoury, s’appelle Lorrain Cruse. Ils se sont connus tous les trois lors de la préparation du concours de l’Inspection, l’hiver 1941. Si Bourgès-Maunoury, déjà polytechnicien, renonce en 1942 et part pour Londres avant de revenir en France, si Chaban n’est reçu qu’en 1943 tout en poursuivant son action pour son réseau, Lorrain Cruse, lui, est reçu en 1942 et se sert de ses missions d’inspecteur en tournée, pour couvrir ses « activités coupables146 ». En 1944, Chaban, devenu délégué militaire national, le choisit comme délégué militaire pour la zone Nord tandis que Bourgès-Maunoury assume cette fonction pour la zone Sud. Au printemps-été 1944, Cruse crée avec François Michel et Delouvrier un maquis à Milly-la-Forêt. En août 1944, Chaban l’envoie en mission derrières les lignes ennemies pour presser la 2e DB d’arriver à temps à Paris. Mission réussie puisqu’il arrive à convaincre le colonel Langlade grâce à l’intermédiaire de son ami Hubert Rousselier, officier de la 2e DB qu’il connaît bien147.

  • 148 Dossier no 293 (1), service de l’IGF. Dans son dossier ne figure que la mention de sa décoration, l (...)

89Faivre d’Arcier148 est un autre résistant ignoré encore aujourd’hui mais aussi à l’époque. Il sera d’ailleurs appelé à comparaître devant la commission d’épuration du ministère des Travaux publics, tout en étant décoré de la Médaille de la Résistance dès le 20 octobre 1944. Licencié en droit et ancien élève d’HEC, il est conseiller technique, en septembre 1938, puis chef de cabinet du ministre des Travaux public Monzie et de son successeur Albertin jusqu’en mai 1940, fonction qu’il cumule, depuis 1938, avec celle de chef du service des Études économiques à la direction générale des Transports du ministère des Travaux publics. Tout en conservant cette fonction jusqu’en 1944, il est appelé par son frère à la Délégation générale du Gouvernement français dans les territoires occupés, comme chargé de mission auprès de La Laurencie en 1941. À la demande de son réseau Orion (il avait été contacté par Griotteray pour fournir renseignements et fausses cartes), il y reste, à temps partiel toujours, jusqu’à la fin de la guerre malgré l’arrivée de F. de Brinon. Cet emploi secondaire ne figure pas dans ses états de service. Dans son entretien, il raconte : « Les deux tiers de mon temps j’étais au Ministère des travaux publics […] je tentais de retarder les exigences allemandes […] ce n’était pas très glorieux […] je faisais des fausses cartes. » Sa secrétaire, résistante active, est déportée et son mari fusillé. Il raconte également qu’il a collaboré, les deux dernières années, avec le groupe dit « de la rue de Lille », créé en octobre 1940 par Émilien Amaury, fondateur avant la guerre de l’Office de publicité générale, devenu plaque tournante de publication et de diffusion au service de la Résistance et contre la propagande ennemie. C’est cette activité clandestine dans la Résistance qui orientera sa carrière dans une direction imprévue : « J’avais travaillé avec lui [Amaury] et d’autres, Salleron, pour faire un livre sur la démographie française ». En décembre 1944, il m’a dit : « Je pense prendre l’agence Havas, Vous devriez venir avec moi. »

90Il accepte et devient secrétaire général de l’agence jusqu’en 1948.

  • 149 Société de métaux précieux qui avait été entraînée dans la faillite de la Banque nationale de crédi (...)
  • 150 Dossier de carrière, no 288 (1), service de l’IGF, états des services militaires et entretiens de l (...)

91Un autre cas de résistant dont le nom a été oublié, mais qui figure dans la première liste de Fayol, est celui de Le Bec, que nous avons déjà évoqué dans le chapitre XI sur l’outre-mer. Brillant combattant de la Première Guerre, blessé, titulaire de la Croix de guerre avec palme, il part comme directeur financier du haut-commissariat en Syrie et au Liban en 1927. Après une brève tentative de sortie dans le privé, en 1929-1930, auprès d’un consortium de fabriques automobiles, il revient au service de l’État en 1931 puis devient contrôleur financier en 1935, directeur de l’Office de compensation en 1940 et, enfin, administrateur et directeur de la nouvelle Société du Comptoir Lyon-Alemand, compagnie de métaux précieux, jusqu’en 1949149. Ses états de service militaires font état de sa qualité d’agent P-I du réseau Kasanga des Forces françaises combattantes du 1er novembre 1941 au 30 septembre 1944150 et, à ce titre, il est titulaire de la Croix du combattant volontaire de la Résistance en 1948. On ne connaît pas son action au sein de ce réseau et le peu que l’on sache de son comportement patriotique concerne ses responsabilités professionnelles. On trouve en effet dans son dossier un courrier du 21 janvier 1951, de l’ancien président de la filiale italienne Societa generale dei metalli preciosi, rappelant que Le Bec, en 1942 et 1943, a défendu avec succès les intérêts des actionnaires français contre les tentatives de mainmise du gouvernement fasciste italien. Déjà commandeur de la Légion d’honneur en 1936, il est promu grand officier le 1er septembre 1941 et grand-croix en novembre 1946.

92On sait aussi qu’Alof de Louvencourt, mobilisé, fut fait prisonnier jusqu’au 7 avril 1941 puis chargé de mission successivement au secrétariat d’État à l’Intérieur, direction des Réfugiés (avril 1941), au cabinet du secrétariat d’État au Ravitaillement (septembre 1941) puis à la direction du Commerce extérieur (mai 1942). René Sergent, dans son entretien, confirme avoir recruté Louvencourt au BAVE en avril 1942 pour remplacer Fouchier. Louvencourt est fait chevalier de la Légion d’honneur à titre exceptionnel, en 1948, pour services rendus à la Résistance. Dans son dossier, la note concernant cette décoration rappelle :

  • 151 Dossier no 339 (1), service de l’IGF. Cf. aussi ci-dessus, troisième partie, chapitre XI et ci-dess (...)

« Notamment, pendant l’occupation allemande, en liaison avec Debray, Ziegler et Sergent, il a fait parvenir au Comité d’Alger, courant ainsi des risques certains, de nombreux renseignements économiques destinés à faciliter la préparation du plan d’importation des ressources alliées en France, plan qu’immédiatement après la Libération, il a achevé de mettre au point sous la direction de M. Monnet avec M. Alphand au Ministère des Affaires étrangères151. »

  • 152 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981 ; dossier de carrière, no 282 (2), service de l’IGF.

93En 1945, il est en effet secrétaire général du Conseil de coopération économique franco-belgo-hollandais-luxembourgeois jusqu’en 1948, fonction qu’il cumule avec celles de directeur de cabinet du ministère de l’Armement, de la Marine puis des Forces alliées. Nous n’avons trouvé aucune mention de ses services dans la Résistance dans le dossier de René Sergent ni dans son entretien. Modestement, il se contente de dire qu’après la Libération, « on savait que j’avais fait quelques petites choses, pas dans le mauvais sens152 ». Les sources nous ont conduits à compter Louvencourt dans le tableau des résistants mais pas Sergent, pourtant chevalier de la Légion d’honneur en novembre 1946, ce qui peut paraître discutable et illustre une fois encore la difficulté pour l’historien de dénombrer les inspecteurs résistants.

  • 153 Dossier de carrière, no 306 (1), service de l’IGF ; entretien no 1 avec A. de Castelnau le 10 avril (...)

94Yrissou, contrôleur des contributions directes depuis 1928, reçu directement au deuxième concours en 1937, est resté dans les cadres jusqu’en août 1941. Il est alors nommé chef adjoint puis sous-directeur, en février 1942, du cabinet de Bouthillier, puis intendant des Affaires économiques de la région de Limoges, du 26 mai 1942 à août 1944, et, enfin, secrétaire général pour les Affaires économiques de la région de Toulouse, du 21 août à décembre 1944153, en remplacement de son camarade Cardin. Croix de guerre 1939-1945, son engagement dans le réseau « Action R5 » des FFC à la date du 1er janvier 1943, attesté par ses états de service, équivaut à une campagne double et il reçoit la Médaille de la Résistance le 15 juin 1946, c’est là encore un bel exemple de ce qu’on a appelé les vichysto-résistants. De 1945 jusqu’en 1950, il est inspecteur général de l’Économie nationale, chargé du service d’Afrique du Nord, avec des passages brefs en cabinet, notamment auprès de Paul Reynaud, et à partir de 1950, il dirige tous les cabinets de Pinay, on l’a vu.

  • 154 Cardin, en 1940, est cité à l’ordre de la division et du corps d’armée et est titulaire de la Croix (...)

95On ne connaît pas les activités dans la résistance de Cardin qui est pourtant cité dans la catégorie FFI de la première liste d’inspecteurs résistants rédigée par Fayol à l’automne 1944. Son dossier ne contient aucune information si ce n’est la Légion d’honneur à titre exceptionnel en 1950154. Son parcours sous l’Occupation est proche de celui d’Yrissou puisqu’il a été chargé de mission au cabinet du ministre de l’Intérieur Peyrouton, le 31 juillet 1940, puis chef adjoint de cabinet de Bouthillier et enfin nommé, lui aussi, intendant des Affaires économiques en juin 1941 à Toulouse jusqu’à la Libération où Yrissou lui succède… En 1946, il passe lui aussi inspecteur général de l’Économie nationale, effectue plusieurs missions, à Ottawa en 1946, en Sarre en 1947, puis s’installe en 1950 à Buenos Aires comme chef du service d’Expansion économique. En 1955, il démissionne pour entrer dans une filiale de Parisbas. Ce sont plus ses responsabilités pour les affaires économiques sous l’Occupation qui ont orienté le reste de sa carrière que son engagement possible dans la Résistance, dont on ne connaît pas grand-chose.

  • 155 Mort en 1962, il n’a pas été interviewé.

96Comment considérer la résistance de Guy de Lavaissière de Lavergne qui reçoit lui aussi la Légion d’honneur à titre exceptionnel mais, lui, dès le 5 novembre 1944 alors qu’il est contrôleur financier depuis 1943 et chargé de mission à la direction de l’Économie générale depuis le 15 mars 1943 ? Il ne figure sur aucune liste de résistants du Service et son dossier est muet sur ce sujet155.

97N’ont pas été cités ni comptés ici les engagements militaires des inspecteurs postérieurs à la Libération. Il y en eut quelques-uns pourtant, et nous les verrons dans le dernier chapitre sur l’épuration, mais il faut citer ici Le Prado (1917), enseigne de vaisseau avant d’intégrer l’Inspection au concours spécial de 1917, réservé aux anciens combattants. Mobilisé au deuxième régiment de canonnier marin, il est grièvement blessé en 1916 ; deux fois cité dont une fois à l’ordre de l’armée, il reçoit la légion d’honneur à titre militaire et la croix de guerre 1914-1918. Après une carrière quasi exclusivement dans les cadres, il s’engage à nouveau de mars à juin 1945 et est affecté à la première armée française (artillerie). Il est à nouveau cité (à l’ordre du régiment) et reçoit la croix de guerre 1939‑1945. Il est donc, à notre connaissance, avec Le Roy (1919), un des deux inspecteurs titulaires des deux croix de guerre.

98On voit à quel point les parcours dans la tourmente, y compris ceux des héros, sont difficiles à reconstituer. Malgré tout, nous avons voulu rassembler, en fin de ce chapitre, dans un tableau récapitulatif tous les noms des dissidents, évadés et résistants de l’intérieur, afin d’avoir une vue d’ensemble.

  • 156 Rappelons les noms des démissionnaires que nous avons retrouvés : Minost, M. Vincenot, J. Laurent, (...)

99À la Libération, sur 188 inspecteurs des Finances toujours fonctionnaires156, ayant moins de quarante ans de carrière en 1944, et en comptant ceux qui se trouvaient déjà en Afrique du Nord en novembre 1942, 60 – soit 31 %, près d’un tiers des membres du corps – peuvent légitimement considérer avoir « résisté », c’est-à-dire avoir, avant le 25 août 1944, combattu le régime ou l’Occupant dans une organisation ou au CFLN et, ainsi, avoir contribué à la libération du territoire, plus ou moins tardivement, en ayant pris plus ou moins de risques, les armes à la main ou non, en Métropole ou hors Métropole. Si on exclut ceux qui étaient en Afrique du Nord en novembre 1942 (sauf Dhavernas et Tron, engagés ensuite dans l’armée d’Afrique) et ceux dont l’engagement dans la résistance intérieure n’est avéré par aucun document officiel, ce chiffre descend à 50, soit le quart : 25 %.

  • 157 Nous ne comptabilisons pas les 2 inspecteurs révoqués en septembre 1944 puis engagés : Boisanger (1 (...)

100Plus précisément encore, 19 inspecteurs ont combattu les armes à la main, soit 10 % : 8 dans les Forces françaises libres avant août 1944 (Le Roy, Tron, Fouchier, Ricquebourg, Bresson, Ledoux, G. Ardant, Dhavernas) et 11 dans les FFI (Cardin, Treuille (†), Delouvrier, Larre, P. Célier, J. Vincenot, Cruse, Forgeot, (Chaban) Delmas, Wirth, J. de Chalendar)157.

101La lecture de ces noms ne peut que frapper tous ceux qui s’intéressent à l’histoire financière et économique de la France après 1945. On y trouve tous les inspecteurs qui vont diriger les finances et l’économie des Trente Glorieuses. L’Inspection a réussi à assurer la relève des équipes exigée par l’opinion. Ce sont toujours des inspecteurs qui sont aux commandes mais ce ne sont plus les mêmes, exception faite de quelques rares anciens comme Baumgartner, Brunet, Watteau (1922), Moreau-Néret (1919). Ce n’est pas seulement une génération plus jeune (moins de quinze ans dans le corps) qui dirigera désormais les finances et de l’économie du pays, c’est aussi une génération engagée qui, pour la plupart, a pris des risques et rompu avec l’État français et sa politique, bien tardivement parfois mais majoritairement dès l’hiver 1943.

  • 158 Londres n’a été la capitale de la France libre et combattante que jusqu’en 1943, avant, donc, l’eng (...)

102On comprend que l’Inspection ait voulu et pu, à la Libération, corriger une image compromise par la participation de certains de ses membres à la politique ou à l’administration du gouvernement de Vichy. Que le Service ou ses porte-parole aient ensuite gonflé un peu les chiffres en incluant les promotions 1945-1946, qui comptaient nombre de héros mais n’étaient pas encore inspecteurs, n’empêche pas qu’elle ait eu de quoi défendre l’honneur de ses membres. À partir de mars 1946, le chiffre de 56 sur 180 devient le chiffre « officiel » des historiographes ultérieurs. Entre 50 pour l’historien rigoureux et 56 pour le Service, à chacun de choisir, mais quel que soit le chiffre, la comparaison avec d’autres grands corps est tout à l’avantage des inspecteurs. De même qu’ils sont plus nombreux que les autres grands corps à avoir servi Vichy, de même ils sont plus nombreux à avoir rompu avec ce régime. Recrutés depuis plus d’un demi-siècle pour leur capacité d’adaptation et de projection dans les domaines les plus variés, formés intellectuellement et mentalement dans la perspective de sortir de leur fonction d’origine, il n’est pas étonnant qu’on les trouve bien plus que les magistrats de la Cour moins expansionnistes, aux responsabilités aussi bien à Vichy, Londres, Alger, dans les FFL ou dans la Résistance158.

  • 159 J.-F. Potton, La Cour des comptes dans les années noires, op. cit.
  • 160 François Walter, révoqué et engagé dans les services financiers de la France Libre, et Hubert Hubac (...)

103Grâce aux travaux de Jean-François Potton, publiés à la Documentation française159, la comparaison avec la Cour des comptes est en effet possible. La Cour s’honore, elle aussi, de ses résistants « incontestables » et sans compter, elle non plus, les démissionnaires. Aucun magistrat n’est entré en dissidence puisqu’aucun n’était en fonction hors Métropole, deux se sont évadés de France160, aucun n’a combattu dans les FFL. Au total, 16 magistrats sur 150 (prisonniers compris), soit 11 %, ont participé à la Résistance, soit beaucoup moins en pourcentage que les inspecteurs mais elle a fourni aussi beaucoup moins de collaborateurs à Vichy (16 magistrats, 11 % aussi). Les magistrats, peu enclins à sortir de leur fonction, ont été tout aussi peu enclins à résister. Mais la Cour, comme l’Inspection, a eu ses héros (Cusin, Brouillet, Bresson) et, comme les inspecteurs, plus de la moitié des résistants était entrée à la Cour après 1940.

  • 161 François du Castel (X-1943), lors des Journées d’étude des 9 et 10 mars 1999 sur « L’École polytech (...)

104Nous arrêterons là les comparaisons car l’histoire des conseillers d’État ou celle des ingénieurs du corps des Mines dans les années noires, populations plus analogues, reste à faire161. Mais on comprend qu’à la cérémonie du 21 février 1948, à la mémoire des inspecteurs des Finances morts pour la France au cours de la guerre 1939-1945, le président de l’Association des inspecteurs des Finances, comme on l’a dit plus haut, ait pu déclarer :

« Aucune administration publique ou privée, nous avons le droit de le rappeler avec fierté, ne peut aligner des chiffres comparables à ceux dont s’honore l’Inspection des Finances aussi bien pour l’effectif des Évadés de France partis rejoindre les forces de la Libération, que pour le nombre et l’éclat des postes occupés dans les cadres de la Résistance intérieure. Partout notre corps a été représenté, partout nous pleurons des morts. »

105Et le ministre des Finances René Mayer peut leur répondre :

  • 162 Cérémonie du 21 février 1948, plaquette commémorative éditée par l’Association des inspecteurs des (...)

« En rendant hommage à un corps auquel ils appartenaient […], vous pouvez avec tranquillité affronter les critiques faciles dont les membres de ce corps ont souvent été l’objet et contre lesquelles s’élèvent aussi les actes mêmes des combattants que nous honorons aujourd’hui162. »

Tableau 3. Synthèse par année des engagements patriotiques des dissidents et évadés de France : juin 1940-août 1944a

1940

1941

1942

1943

1944

Total estimation large en comptant ceux qui sont déjà en Afrique du Nord en 1942

Total estimation stricte sans compter ceux qui sont déjà en Afrique du Nord en 1942 et non FFL

Dissidents
(y compris Afrique du Nord) ou évadés de France

Vacher-Desvernais
Leca
Devaux,
Soubirou-Po
uey

Alphand,
Diethelm
Ehrhar
dt

Tron (FFL)
Gonon
Essig
Tocqueville
Goetze
Willecot de Rincquessen
Dhavernas (FFL)
Robert
Guindey

Gregh

Rioust de Largentaye
G. Ardant (FFL)
Couve de Murville
Leroy-Beaulieu
Ricquebourg, (FFL)
Fouchier (FFL)
Clermont-Tonnerre
Le Roy, (FFL)
Bresson (FFL)
Ledoux (FFL
)
Le Portz

28

20

a. Les noms en italique sont ceux des inspecteurs des Finances déjà en Afrique du Nord avant novembre 1942. Les années d’engagement ne sont pas toujours connues avec précision, nous avons choisi l’année la plus probable. Cf. tableau 2 ci-dessus.

Tableau 4. Synthèse par année des résistants de l’intérieur : juin 1940-août 1944a

1940

1941

1942

1943

1944

Total estimation large

Total estimation stricte

Résistants de l’intérieur

Postel-Vinay
Chaban-Delma
s

Miné

Faivre d’Arcier
Gaillard
Schweitzer
Cruse

Gi
bert

Boissard (H.)
Calvet
Louvencourt
Gruson
Bloch-Lainé (F.)
Forgeot
Fayol
Moeneclaey

Rueff

Le Bec
Mönick
Cardin
Yrissou
E. Mourre,
Lavaissière
R. Boulloche †
Treuille †
Delouvrier
P. Célier
Bizard
Larre
J. Vincenot
Cottier
Wirth
J. de Chalendar

33

28

a. Les noms en gras sont ceux d’inspecteurs dont l’appartenance à un réseau de résistance probable reste incertaine. Les années d’engagement ne sont pas toujours connues avec précision, nous avons choisi l’année la plus probable. Cf. tableau 2 ci-dessus.

Notes

1 Note sur la « Situation actuelle de l’Inspection des inspecteurs dans les cadres » ; « Tableau nominatif des membres de l’IGF non mobilisables ou affectés spéciaux », non daté ; Rapport sur les travaux effectués par l’Inspection générale des finances au cours de l’année 1940, service de l’IGF.

2 « États de service à l’Inspection des Finances non compris les anciens inspecteurs des Finances », signés A. Fayol, 1er mars 1945, service de l’IGF.

3 Notons, en passant, que selon les témoignages, les combats, tardifs, sur le front italien ont engendré une incompréhension voire un refus de la défaite plus vifs que ceux mobilisés sur le front Est ou Nord. Cf., à ce sujet, les Mémoires de J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 271 p. ; les entretiens avec R. Goëtze, Entretiens avec R. Goëtze, texte établi, présenté et annoté par N. Carré de Malberg, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1996, 450 p.

4 Il restait 57 inspecteurs disponibles au 31 juillet 1914 : 15 inspecteurs généraux et trop âgés pour la mobilisation, 42 inspecteurs et adjoints. Cf. B. d’Été, L’Inspection générale des Finances pendant la guerre, exemplaire manuscrit, rédigé au milieu des années vingt, 72 p., avec un tableau manuscrit « Situation militaire des membres de l’Inspection au 2 août 1914, Service de l’IGF » ; Tableau dactylographié : « État nominatif du personnel mobilisé ou mobilisable en service à l’Administration à la date du 25 avril 1917 », dossier de carrière, Goussault, service de l’IGF.

5 Idem.

6 J.-F. Potton, La Cour des comptes pendant les années noires (1939-1945), communication du 19 décembre 2007 à l’occasion des célébrations du bicentenaire de la Cour, La Documentation française, 2010, 168 p.

7 SAEF, PH 169/93-006, dossier Guindey, no 311 (2), service de l’IGF.

8 Entretien enregistré avec l’auteur en septembre 1981.

9 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, de la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920-1971, Introduction et notes de H. Bonin et N. Carré de Malberg, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1993, 427 p., p. 153-165.

10 Courrier de J.-M. Drouineau au cabinet du ministère de l’Air du 26 décembre 1939, dossier no 245, service de l’IGF.

11 Dossier no 245, service de l’IGF.

12 À la Cour, 10 membres de la Cour sont faits prisonniers sur 66 mobilisés.

13 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

14 H. Culmann, À Paris sous Vichy, témoignages et souvenirs, Paris, Les éditions la Bruyère, 1985, 344 p., annexe 1, « Prescriptions à l’usage des prisonniers de guerre en captivité ».

15 Le Roy (1919), H. Bizot (1925), Du Chaffaut (1926), Herrenschmidt (1931), Cardin (34), Vacher-Desvernais (1935), Schweitzer (1936) et Montplanet (1939).

16 N.-C. Deschamp, « Maurice Wallon », La Gazette de l’Inspection, no 4, décembre 1940, p. 3-6.

17 G. Libersart, « Mort au front de S. Donon », La Gazette de l’Inspection, no 1, janvier 1940, p. 2-4.

18 G. de Wailly, « Jean Meaudre », La Gazette de l’Inspection, no 4, décembre 1940, p. 7-8.

19 Nous nous limitons, nous aussi, aux inspecteurs fonctionnaires. Mais sachons que parmi les démissionnaires, Brézet (1927) est le seul à s’évader de France en 1943 pour s’engager sur le front italien où il mourra le 4 avril 1944. SAEF, 1 C 0034822 en 1943 et notice nécrologique de M. Lorain dans La Gazette de l’inspection, no 15, décembre 1944, p. 1-9. Il avait été mis en disponibilité en 1931 pour la Société générale et avait démissionné en 1934. Un autre inspecteur démissionnaire en Égypte choisit la France libre : Minost (1917), directeur général du Crédit foncier égyptien, membre du Comité national français d’Égypte, président de la Société d’édition Les Lettres françaises (Beyrouth). Papiers privés, remis à l’auteur. Il est vraisemblable que son président, M. Vincenot (1908), aussi ait fait le même choix même si nous n’en avons pas trouvé trace. Un autre, J.-F. Bloch-Lainé (1911), se réfugie en Suisse. Voir aussi note 115 dans ce même chapitre.

20 Un autre tableau nominatif, dactylographié et complété à la main, des inspecteurs généraux et inspecteurs en Afrique française, non daté mais de 1943, a été utilisé.

21 Dossiers du personnel, nos archives orales, celles de l’IGPDE ou des souvenirs publiés

22 R. Belot, Aux frontières de la Liberté, Paris, Fayard, 1998, 793 p.

23 Attaché financier à Berlin, il avait été envoyé en Algérie en 1940 mais il est rappelé d’urgence par Bouthillier pour être délégué à la commission franco-allemande de l’armistice. Refusé par les Allemands il est nommé attaché financier en Argentine. SAEF, 1 C 34818, dossier no 228 (1), service de l’IGF.

24 Sur la dissidence de Largentaye, cf. R. Belot, Aux frontières de la Liberté, op. cit., p. 231. Il situe ce départ au 2 mai 1943 d’après une note du 3 mai 1943 de l’ambassade d’Allemagne à sa délégation de Vichy, signée Schleier et trouvée dans les papiers de Brinon, MAE, Fonds Brinon, vol. 3, pièce 133. Cette note précise que Largentaye serait parti en dissidence avec les fonds du gouvernement de Vichy à Lisbonne – de 30 millions d’escudos –, ce qui semble confirmé par une note de Piétri, ambassadeur de France en Espagne (et inspecteur des Finances démissionnaire), à Laval, du 30 avril 1943, dénonçant le blocage de ces fonds par Largentaye sur ordre de Couve de Murville.

25 Il a raconté, dans ses Souvenirs, qu’il est revenu, après avoir sondé en vain Pleven à Londres, dans l’espoir vain de repartir au Caire où il est secrétaire général de la Compagnie de Suez. J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière…, op. cit., p. 153-165. Le chef du Service Lacour-Gayet rentre de Turquie où il était en mission à Ankara.

26 E. Mönick, Pour mémoire, édité à compte d’auteur, 1970, 237 p., p. 68.

27 Idem, p. 113.

28 Dossier Cousin, dossier Affaires spéciales, service de l’IGF. Cf. ci-dessus chapitre XI et ci-dessous chapitre XVIII.

29 Alphand, reçu en 1930, était directeur des Accords commerciaux au ministère des Affaires étrangères. Il a remplacé Leroy-Beaulieu comme attaché financier dès le 21 juillet 1940, ce dernier devenant directeur du Commerce extérieur au ministère des Finances. Cf. H. Alphand, L’Étonnement d’être…, op. cit., p. 78-87.

30 D. Leca, La Rupture de 1940, op. cit., p. 278-279 et p. 327 et annexes, notamment pièce no 17 bis, « témoignage des autorités britanniques » pour le jury d’honneur en 1947. Ils seront réintégrés et promus officier de la Légion d’honneur à titre exceptionnel dès 1948, Leca devenant le collaborateur permanent des trois experts militaires de la BBC et Devaux rédigeant les éditoriaux de la revue Cadran.

31 SAEF 1 C 34818, dossier no 228 (1), service de l’IGF ; réponse écrite à notre questionnaire en décembre 1980 et entretien enregistré avec l’auteur en 1981. Cf. aussi ci-dessus quatrième, chapitre XV.

32 Dès novembre 1942, il est nommé directeur des Finances de l’Algérie, chargé, en outre, en 1944 de la cinquième direction du Commissariat aux Finances (F5, équivalent à la direction de la Comptabilité publique) du CFLN, sous l’autorité de Mendès France. Il n’a pas encore 30 ans. Entretiens avec Roger Goëtze…, op. cit.

33 Cf. J.O. du 16 novembre (premier numéro). Il est révoqué par Cathala le 29 janvier 1943.

34 Entretien enregistré de Mme Tron avec l’auteur en 1981.

35 L. Douzou, D. Peschanski, « La Résistance française face à l’hypothèque de Vichy » et D. Peschanski, « Les Vichysto-résistants », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marcot (dir), Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », 2006, 1 187 p., p. 844-846. Cf. chapitre suivant.

36 Entretien no 3, cassette no 5 avec C. Rouvier le 13 mars 1991, IGPDE. Sa tentative d’évasion vers l’Espagne avec Jean Riboud, par canoë venant de Port-Vendres, échoue en raison d’une tempête. Arrêtés, ils sont déportés à Buchenwald via Drancy.

37 R. Belot développe longuement les risques encourus par le passage vers l’Espagne. R. Belot, Aux frontières de la Liberté, op. cit.

38 Prisonnier en Espagne d’août à novembre 1943.

39 SAEF, PH 169/93-0011 (DPMA 342-2).

40 SAEF, 1 C 0034840, dossier Le Roy, no 285 (2), service de l’IGF.

41 SAEF, PH 169/93-0006 ; 1 C 541. Notons que les dates des dossiers administratifs peuvent induire en erreur. Son évasion est antérieure à sa mise en disponibilité d’office du 3 avril 1943. Cf. aussi l’entretien enregistré avec l’auteur en 1980 et 1982.

42 Dès septembre 1941, de Gaulle le nomme commissaire national à l’Intérieur, à l’Information et au Travail au sein du CNF puis, en juillet 1942, commissaire aux Finances puis commissaire à la Production et au Commerce et, enfin, en avril 1944, commissaire puis ministre de la Guerre. Cf. F. Turpin, André Diethelm, (1896-1954), Paris, Les Indes savantes, 2004, 277 p., p. 79 ; H. du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions, Souvenirs, juillet 1940-avril 1942, Genève, Les Éditions du Cheval ailé, 1946, 436 p., p. 181. Du Moulin parle, lui, de l’Espagne et pas du Portugal et d’un passeport régulier.

43 J.-P. de Garate, Couve de Murville (1907-1999), Un président impossible, Paris, L’Harmattan, 2007, 410 p., p. 106-108.

44 J.-M. Jeanneney, entretien avec J.-P. de Garate le 25 novembre 1996. Cf. J.-P. de Garate, Couve de Murville, op. cit.

45 Il s’agit de Largentaye.

46 Entretien avec J.-P. de Garate, non daté, op. cit., p. 107.

47 Le document de décembre 1945 tient compte, visiblement, de la promotion 1945, donc des combattants qui ne sont pas encore inspecteurs, donc notamment de J. M. Delmas, évadé de France, engagé volontaire en 1943, reçu au concours spécial de 1945. Difficile aussi de savoir si ce chiffre tient compte des trois inspecteurs Boisanger, Renand et Guillemin de Monplanet qui, après avoir exercé de hautes responsabilités sous Vichy, se sont engagés à partir de septembre 1944.

48 Pour ses mérites mais rappelons aussi que Mme Rueff, née Christine Vignat, était la filleule du maréchal Pétain.

49 Entretien transcrit, cassette no 3 bis, avec A. Terray le 25 janvier 1989, IGPDE ; F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 203.

50 C. Rist, Une saison gâtée, Journal de la Guerre et de l’Occupation, 1939-1945, établi, présenté et annoté par J.‑N. Jeanneney, Paris, Fayard, 1983, 471 p., p. 140-141.

51 H. du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions…, op. cit., p. 149-150. Comme nous l’avons déjà dit, Du Moulin précise que le Maréchal lui en a gardé rancune quelque temps.

52 Cf. courrier du ministre de l’Intérieur au ministre des Finances, du 27 novembre 1944, en réponse à une demande du 8 novembre du ministre des Finances de provoquer sa mise en liberté pour comparaître devant le jury d’honneur. Dossier Ripert, Affaires spéciales, service de l’IGF.

53 Cf. ci-dessous, chapitre XVIII.

54 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, Autobiographie, Paris, Plon, 1977, 443 p., p. 170. Rueff n’exercera que quelques enquêtes, selon son propre témoignage, consacrant son temps à la rédaction de L’Ordre social.

55 SAEF, 1 C 536 ; 1 C 5933 ; 1 C 2889 ; dossier no 327 (2), service de l’IGF.

56 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 203-205. À cette occasion, Bloch-Lainé et Gruson méditent longuement sur l’indifférence et la tolérance de leur milieu socioprofessionnel à l’antisémitisme à cette époque, qui leur paraît toujours aussi inexplicable cinquante ans après.

57 J.-F. Potton, La Cour pendant les années noires, op. cit.

58 Cf. notes du tableau 1 sur les « absents », ci-dessus.

59 R. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, Paris, Seuil, 1972, 366 p., p. 315. Les approximations de Paxton sur le sujet des épurations sont d’autant plus gênantes qu’elles ont été souvent reprises. Un exemple de cette méconnaissance des dossiers est donné par la mention d’Alphand radié parce qu’israélite, p. 315. Or Alphand, qui ne relève pas du statut des juifs d’octobre 1940, nommé attaché financier à New York, en démissionne en juin 1941 pour rejoindre de Gaulle à Londres et est révoqué par Vichy pour dissidence !

60 Arch. nat. F60 442, d. Il cite les 7 noms de : Alphand, Diethelm, Couve de Murville, Guindey, Largentaye, Leroy-Beaulieu, Fouchier et y ajoute un non inspecteur : F.-L. Closon. M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, histoire d’une conversion 1932-1952, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol., t. II, p. 774.

61 SAEF, PH 169/93-0010 (IGF 335-1), service de l’IGF.

62 Dossier Bouthillier, service de l’IGF. Le 3 mai 1943, le même ordre est donné pour Ricquebourg.

63 Dossier no 238, service de l’IGF, Rapport au ministre, signé André Fayol, du 18 octobre 1944 portant sur les réintégrations d’inspecteurs remis à la disposition du ministre évocant le précédent de décembre 1943 sans donner le nom.

64 Dossier Lacour-Gayet, Affaires spéciales, service de l’IGF. « Il a perçu son traitement sans qu’aucun service à l’administration en ait été la contrepartie », note de Pleven du 22 janvier 1945, citée dans le rapport au ministre du chef de Service Fayol, du 13 février 1948, au sujet de Lacour-Gayet.

65 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 100.

66 Dossier Concours, service de l’IGF.

67 Cf. ci-dessus, tableau 1 et les différentes sanctions signalées en note.

68 M.O. Baruch, Servir l’État français, l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p., p. 432‑433.

69 Idem, p. 489.

70 M. Broszat, Bayern in der NS-Zeit, Munich, R. Oldenburg Press, 1977-1983, 6 vol.

71 Il remet au ministre le même jour, le 15 mars 1945, une note de deux pages concernant le directeur du Trésor J. Brunet. Dossier Épuration, service de l’IGF, document figurant aussi dans le dossier Brunet à l’IGPDE et envoyé par Calvet à l’auteur en 1981.

72 Même au sein des Finances stricto sensu, Calvet ne cite pas toutes les directions ; notamment, il « oublie » les changements de directeurs (non inspecteurs) à la direction du Budget, à celle du Personnel et à celle des Douanes au cours de la période, directions qui changeront à nouveau de titulaire à la Libération, comme la Loterie nationale.

73 Par ordre d’ancienneté, rappelons qu’il s’agit de : Pignerol (1905), Escallier (1909), Baumgartner (1925), A. Boissard (1927), Saltes (1930) et Carmoy, rejoints le 10 mars 1944 par Bouthillier.

74 Dossier Épuration, service de l’IGF. Nous reviendrons longuement sur ce rapport dans le chapitre XVIII, ci-dessous, sur l’épuration des inspecteurs. A. Fayol est encore adjoint au chef du Service pour quelques semaines.

75 Cf. J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 119 et suivantes.

76 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. R. Sergent fera venir deux camarades de l’Inspection, J. de Fouchier, en janvier 1941 jusqu’en avril 1942, puis Alof de Louvencourt. Sur le BAVE, on peut aussi consulter le témoignage concordant de J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 119 et suiv.

77 R. Sergent, dans son témoignage, évoque les exportateurs français furieux allant se plaindre auprès des services allemands du montant excessif de cette taxe alors que leurs débouchés étaient exclusivement à l’exportation, comme les producteurs de vins et spiritueux. Cette taxe était modulée en fonction des pays d’accueil, moins élevée pour les Suédois, plus élevée pour les Allemands. Toujours selon son témoignage, avec 5 personnes, ils ont recueilli, au cours des quatre ans, 3 milliards, chiffre non vérifié.

78 P. Cathala, Face aux réalités, La Direction des Finances françaises sous l’Occupation, Paris, Éditions du Triolet, 1948, 309 p., p. 73.

79 M. Margairaz, L’État, les finances, et l’économie, histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol., t. I, p. 594-629.

80 J. Sémelin a rappelé que le sens étymologique du verbe résister est « faire frein ». J. Sémelin, Sans armes face à Hitler, la résistance civile en Europe, 1939-1943, Paris, Payot, 1989.

81 Dans son entretien enregistré avec l’auteur en 1980, Calvet dit avoir été à l’origine de la création de ce bureau avec Couve, en septembre-octobre 1940, alors qu’il était chargé de mission à la direction des Finances extérieures.

82 Calvet cumule cet emploi avec celui de chef du service des Assurances contre les risques de guerre maritimes et terrestres au sein de la direction des Assurances. Au J.O. du 17 octobre 1946, on peut lire, dans les attendus du décret nommant Pierre Calvet au grade de chevalier de la Légion d’honneur à titre exceptionnel, alors qu’il est attaché financier près l’ambassade de France en Grande-Bretagne : « A rendu spécialement sous l’occupation les plus éminents services en s’opposant systématiquement et avec plein succès aux tentatives d’immixtion de l’ennemi dans maintes entreprises nationales. Animé d’un patriotisme ardent a mis au service de la Résistance l’étendue de sa compétence financière, notamment en élaborant dans la clandestinité la réforme monétaire et le plan de réorganisation financière des trois départements d’Alsace et de Lorraine. N’ayant en vue que les intérêts supérieurs du pays, s’est, pendant la période insurrectionnelle de la Libération, dépensé sans compter dans de hauts postes de l’administration des Finances où il a continué à faire preuve de remarquables qualités d’autorité de jugement et de dévouement. » (16 octobre 1946).

83 M. Margairaz, L’État, les finances, et l’économie…, op. cit., t. I, p. 669.

84 Idem, p. 634.

85 Idem, p. 637. La plus connue, depuis l’étude fouillée de M. Margairaz, est la société Francolor.

86 Idem, p. 667.

87 Idem, p. 669.

88 Dossier Filippi, IGPDE, Mémoire, p. 2.

89 Idem, p. 4.

90 Idem, p. 6.

91 Entretien transcrit, p. 4, cassette no 2, avec P. Masquelier le 18 mai 1992, IGPDE.

92 Dossier no 338 (2), service de l’IGF. Norguet a été arrêté comme otage avec plusieurs dizaines d’autres hauts fonctionnaires le 10 août 1943 et déporté à Plansee.

93 Entretien no 2, cassette no 3, avec F. Demarigny le 30 janvier 1990, IGPDE.

94 Entretien no 1 avec L. Quennouëlle-Corre le 15 novembre 1989, IGPDE. Son rapport, dit-il, a été publié dans un numéro rouge de la Revue de statistique, « La France au pillage ». Mobilisé en 1939, une citation, gravement blessé, il s’engage dans un maquis près de la frontière suisse au printemps 1944 puis dans la 2e DB.

95 Entretien no 2 avec L. Quennouëlle-Corre le 17 octobre 1989, IGPDE.

96 F. Marcot, « Combien étaient-ils ? », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marcot (dir), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, 1 187 p., p. 339-342.

97 F. Bédarida, « L’histoire de la Résistance, lectures d’hier, chantiers de demain », Vingtième siècle, revue d’histoire, no 11, juillet-septembre 1986, p. 75-89 ; définition citée dans M.O. Baruch, Servir l’État français…, op. cit., p. 429, chapitre XI, note 7.

98 Hostilité qui resurgit en 1946 avec une grande violence, dans la presse communiste notamment, lors du projet de suppression de l’Inspection. Cf. ci-dessus, deuxième partie, chapitre VI.

99 FFL : Bresson, Ledoux ; Résistance civile : Cottier, Bizard, Le Portz, Gaillard ; FFI : Delouvrier, Larre, P. Célier, J. Vincenot, Cruse, Forgeot, Delmas [Chaban] ; Wirth, J. de Chalendar.

100 Entretien no 3, cassette no 5, avec C. Rouvier le 13 mars 1991, IGPDE.

101 Il est situé dans l’une des deux listes parmi les membres de « divers groupes d’études ou d’action » en compagnie de Bizard, Calvet, Larre, Gruson.

102 A. Postel-Vinay, Un fou s’évade, Souvenirs 1941-1942, Paris, Éditions du Félin, coll. « Résistance », 1997, 206 p., p. 9. « Fayol le chef du Service (sic) et Lebelle, mon inspecteur général, acceptèrent mes activités clandestines. […] Grâce à leur complicité je pus travailler presque à plein temps pour la Résistance. Fayol alla même jusqu’à m’affecter au secteur géographique souhaité par le capitaine d’Autrevaux : quatre départements coupés par la frontière de zone interdite. »

103 Entretien no°2 avec A. Rasmussen, 1989, IGPDE.

104 R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, exemplaire imprimé mais non corrigé, Paris, Seuil, 1995, 413 p., p. 89 et p. 96.

105 Entretiens avec A. de Castelnau en 1988 et 1989, IGPDE.

106 Outre les lacunes déjà citées sur les FFL.

107 Entretien no 2 avec A. Rasmussen, IGPDE, et R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, op. cit., p. 86. L’hiver 1942-1943, « Un contact avec les alliés put finalement être établi grâce à Jean Gibert un camarade de promotion engagé dans la réception d’aviateurs parachutés en France qui me donna une filière de transmission. »

108 Polytechnicien comme son frère jumeau Olivier Mourre et reçu comme lui en 1927, dans la même promotion que Bouthillier, il quitte les cadres pour la première fois le 15 novembre 1940, détaché comme chef des services administratifs et financiers au secrétariat général à l’Information, à la vice-présidence du Conseil. Après 1947, il reprendra une carrière de contrôle dans les cadres, à la SNCF, aux Transports notamment.

109 Dossier no 313, service de l’IGF.

110 Témoignage de J.-M. Delmas, un de ses « poulains ». Entretien no 2 avec P. Masquelier le 28 septembre 1990, IGPDE, entretien soumis à autorisation, accordée en mars 2006.

111 Saltes comme Rueff, on l’a vu, est en contact avec le CGE et Courtin dès 1943 ; Carmoy (pris en otage comme Saltes en août 1943) est en contact avec Bollaert, délégué général à partir de juillet 1943. Cf. entretiens enregistrés avec l’auteur en 1980 ; J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 171.

112 P. Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marcot (dir), Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », 2006, 1 187 p., p. 33.

113 Lettre à Mounier, A 73, 20 octobre 1945, dossier Résistance, service de l’IGF.

114 B. Ronze, Histoire de l’Inspection générale des Finances, 1939 à 1945, exemplaire dactylographié, 1990, 62 p., service de l’IGF

115 Jean Morin, directeur des agences du Crédit Lyonnais en Égypte, décrit les milieux dissidents français en Égypte et les divisions entre pro-gaullistes et antigaullistes. J. Morin, Souvenirs d’un banquier français, 1875-1947, Paris, Denoël, 1983, p. 322. Cette division est illustrée, au Crédit Foncier égyptien, par Minost et M. Vincenot, respectivement directeur général et président du Crédit foncier égyptien. En 1945, Minost est nommé président de la Banque de l’Indochine à la suite de l’arrestation de son PDG, Baudouin. Cf. H. Bonin, « Peut-on imaginer des banquiers patriotes et Résistants (1940-1944) », Revue des conflits contemporains et de la Seconde Guerre mondiale, à paraître en 2011. Voir aussi note 19 dans ce chapitre.

116 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient, Histoire de la banque de l’Indochine, 1875-1975, Paris, Fayard, 1990, 647 p.

117 Dossier no 232, service de l’IGF.

118 Réseau Jade-Amicol, selon M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient…, op. cit., p. 421. Ce service rendu au général de Gaulle est abondamment rappelé dans les commémorations du 18 juin 1940. J. Laurent est pourtant arrêté, en novembre 1944, comme membre du conseil d’administration d’Air France, compagnie accusée d’avoir vendu des avions à l’Allemagne, et emprisonné à la prison de Fresnes, dont il est libéré le 31 décembre 1944 sur ordre du ministre de la Guerre, et camarade de l’IGF, Diethelm. Cf. aussi H. Bonin, « Peut-on imaginer des banquiers patriotes et Résistants (1940-1944) », Revue des conflits contemporains et de la Seconde Guerre mondiale, op. cit.

119 Arch. nat F 12 9567, dossier CNEP. Information aimablement transmise par Hervé Joly que nous remercions chaleureusement.

120 D. de Bellescize, « Le Comité général d’études », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marcot (dir.), op. cit., p. 178-179 et Les Neuf Sages de la Résistance, Le Comité général d’études dans la clandestinité, Paris, Plon, 1979, 302 p.

121 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 172-173.

122 Dossier Bloch-Lainé, IGPDE.

123 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980 et G. de Carmoy, Otages à Plansee, 19 p., exemplaire dactylographié confié à l’auteur ; entretiens enregistrés avec l’auteur en 1980/1981.

124 J. Rueff, De l’aube au crépuscule…, op. cit., p. 171.

125 Les entretiens avec R. Chenu reprennent largement ceux accordés à l’IGPDE, cf. R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, op. cit., p. 8 et suiv.

126 R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, op. cit., p. 87.

127 Idem, p. 91.

128 Idem, p. 95.

129 Entretien no 3 avec A. Rasmussen le 30 janvier 1990, IGPDE.

130 Entretien no 2 avec A. Rasmussen le 18 mai 1989, IGPDE.

131 Entretien no 3 avec A. Rasmussen le 30 janvier 1990, IGPDE.

132 SAEF, PH 22/96 0004.

133 Lettre de Fayol du 13 novembre 1947 à Bourdeau de Fontenay directeur de l’ENA, citation pour la Croix de guerre, SAEF, 1C/34821, dossier no 248, service de l’IGF.

134 A. Postel-Vinay, Un fou s’évade…, op. cit. Cf. aussi ses entretiens no 2 du 24 février 1989 et no 3 du 28 février 1989 avec A. Georges-Picot, IGPDE ; L. Douzou, « André Postel Vinay », Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 507.

135 SAEF, PH 169/93-0008, dossier no 329 (2), service de l’IGF.

136 L’ordre de la Libération a été créé par ordonnance du général de Gaulle du 16 novembre 1940.

137 L’étude la plus complète, même si elle reste encore lacunaire faute d’archives, se trouve dans M.O. Baruch, Servir l’État français, op. cit., p. 493-50. Cf. aussi L. Douzou, « Noyautage des Administrations publiques », Dictionnaire historique de la Résistance, F. Marcot (dir.), op. cit., p. 197-199 ; C. Bourdet, L’Aventure incertaine, Paris, Stock, 1975, 479 p. ; entretien avec A. Georges-Picot en 1989, IGPDE, 19 h 30 transcrites.

138 C. Bourdet, L’Aventure incertaine, op. cit., p. 306.

139 Idem, p. 336.

140 Où il retrouve deux autres inspecteurs, Gregh et Carmoy.

141 Cf. courrier du chef du Service au cabinet du ministre de l’Air, n245, service de l’IGF. La demande de Queuille du 23 octobre 1939 met deux mois à être acceptée.

142 Idem, il est pourtant déjà marié en 1935.

143 Il n’a accordé qu’un entretien avec A. Rasmussen, le 22 juin 1989, IGPDE, et n’évoque que la période avant 1939.

144 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit. Preuve une fois de plus que ces auteurs étaient bien mal informés à l’époque et le sont, hélas, restés en partie.

145 Sur la résistance de Chaban-Delmas, la mise au point la plus complète et la plus récente est celle de G. Picketty, « Le Résistant », Jacques Chaban-Delmas en politique, ss. la dir. de B. Lachaise, G. Le Béguec, J.-F. Sirinelli, Paris, PUF, 2007, 481 p., p. 23-34.

146 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

147 Réponse écrite le 6 septembre 1989 à M. Bontoux et F. Descamps (IGPDE) ; réponse écrite à notre questionnaire, le 18 mars 1981 ; notice nécrologique de Paul Delouvrier, Le Monde du 9 décembre 1989. J. Chaban-Delmas en parle dans tous les ouvrages qu’il a écrits sur cette période ainsi que dans ses entretiens à l’IGPDE. Cf. sources et bibliographie en fin d’ouvrage.

148 Dossier no 293 (1), service de l’IGF. Dans son dossier ne figure que la mention de sa décoration, les autres informations nous ont été fournies par ses entretiens no 1 et 2 avec A. Georges-Picot, en octobre-décembre 1989, IGPDE. Ces entretiens sont décevants en raison de la faible mémoire de l’interviewé qui multiplie les « je ne sais plus » ; cf. aussi G. Picketty, « Groupe de la rue de Lille, » Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 190.

149 Société de métaux précieux qui avait été entraînée dans la faillite de la Banque nationale de crédit, et reprise par l’État.

150 Dossier de carrière, no 288 (1), service de l’IGF, états des services militaires et entretiens de l’auteur avec Mme Le Bec en 1981.

151 Dossier no 339 (1), service de l’IGF. Cf. aussi ci-dessus, troisième partie, chapitre XI et ci-dessous chapitre XVIII.

152 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981 ; dossier de carrière, no 282 (2), service de l’IGF.

153 Dossier de carrière, no 306 (1), service de l’IGF ; entretien no 1 avec A. de Castelnau le 10 avril 1989, IGPDE.

154 Cardin, en 1940, est cité à l’ordre de la division et du corps d’armée et est titulaire de la Croix de guerre étoile d’argent et de vermeil.

155 Mort en 1962, il n’a pas été interviewé.

156 Rappelons les noms des démissionnaires que nous avons retrouvés : Minost, M. Vincenot, J. Laurent, H. Bizot, Brézet sans parler de J. Maxime-Robert (1927), dont F. Bloch-Lainé rappelle qu’il « a rejoint tardivement le camp gagnant », recevant chez lui le « groupe Berthoud » où se discutaient, en 1944, les « papiers Mendès ». F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 173.

157 Nous ne comptabilisons pas les 2 inspecteurs révoqués en septembre 1944 puis engagés : Boisanger (1920) et Renand (1938).

158 Londres n’a été la capitale de la France libre et combattante que jusqu’en 1943, avant, donc, l’engagement significatif d’inspecteurs.

159 J.-F. Potton, La Cour des comptes dans les années noires, op. cit.

160 François Walter, révoqué et engagé dans les services financiers de la France Libre, et Hubert Hubac, qui gagna Londres par l’Espagne fin 1942.

161 François du Castel (X-1943), lors des Journées d’étude des 9 et 10 mars 1999 sur « L’École polytechnique et les polytechniciens, 1940-1944 », organisées par l’association X-Résistance, a fait état de 25 résistants sur une population de 255, soit 10 % (Paris, Fayard). B. Esambert, président de l’association X-Résistance, parle de 350 X ayant sacrifié leur vie dans les campagnes d’Afrique, d’Italie, de France et d’Allemagne sur 7 000 X en âge de combattre en 1940. Discours de Bernard Esambert, président d’X-Résistance, Inauguration au Sénat (foyer Clemenceau) de l’exposition « Des polytechniciens dans la Résistance » (13 mars 2007).

162 Cérémonie du 21 février 1948, plaquette commémorative éditée par l’Association des inspecteurs des Finances, service de l’IGF.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable