Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Cinquième partie. Les inspecteurs des Finances dans la tourmente : les par‎cours de 1939 à 1946

Introduction

Texte intégral

  • 1 Source essentielle de R. Paxton, ce qui l’a conduit à écrire, en 1974, en conclusion de son étude s (...)

1La guerre, l’Occupation, le régime de Vichy, la France libre, la résistance, les épurations ont bouleversé le déroulement des carrières des inspecteurs des Finances. Pourtant, jusqu’à une époque récente, il était difficile de faire un état des lieux des emplois occupés et perdus, comme des comportements, patriotiques notamment, faute d’archives conservées et consultables, les annuaires publiés étant très insuffisants1. L’Inspection des finances et les inspecteurs eux-mêmes, comme les autres grands corps, ont entretenu longtemps une certaine opacité, alimentant involontairement une légende, plus souvent noire que rose d’ailleurs, sur l’Inspection dans les années 1939-1946.

  • 2 « Les fonctionnaires (civils) sous Vichy, essai historiographique », histoire@politique, politique, (...)
  • 3 M.O. Baruch, Servir l’État, L’Administration en France 1940-1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.
  • 4 Notre demande était dictée par une communication sur « Les inspecteurs des Finances sous l’Occupati (...)

2Or, nous l’avons montré récemment2, après le tournant « paxtonien » de 1974, l’historiographie de Vichy a connu, au milieu des années quatre-vingt-dix, un autre tournant, plus fécond, sur le service de l’État français avec la publication en 1997 de la thèse majeure de M.O. Baruch3, l’ouverture des archives et le discours de J. Chirac, le 16 juillet 1995, sur les responsabilités de l’État. Ensemble, ces éléments ont contribué à lever les tabous et à développer des thèses sur les différentes administrations. Restait, pour nous et notre recherche sur les inspecteurs, à accéder aux quelques cartons d’archives sur cette période, conservés au sein du Service, et à des dossiers de personnel complémentaires. En 1999, le chef du Service, Thierry Bert, accédait à notre demande4, faisant sauter les derniers obstacles et nous permettant de rompre avec notre autocensure inavouée. L’Inspection devenait ainsi le premier grand corps à faciliter la recherche sur les choix de ses membres dans ces années noires et nous, nous pouvions prolonger notre thèse au-delà de 1939.

  • 5 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996, 284 p.
  • 6 Une fois encore, nous n’étudions par leur action dans ces emplois. M. Margairaz (suivi par d’autres (...)

3Disons-le tout de suite, notre propos n’est pas d’établir une « quelconque échelle des responsabilités5 », de l’héroïsme à la collaboration, ni de définir la palette des attitudes plus ou moins convenables. Cet exercice a été tenté naguère par deux inspecteurs des Finances au cours d’un examen de conscience à la fois fécond et discutable scientifiquement. Notre propos est autre : établir à partir des archives, nourries des témoignages, non seulement les emplois occupés sous Vichy par les inspecteurs des Finance, fonctionnaires mais hors des cadres, et leur chronologie entre 1940 et 1946, mais aussi leurs engagements patriotiques, tout aussi méconnus. Derrière quelques grands noms toujours cités, derrière la même appartenance de ces dirigeants à l’Inspection, cette recherche de bénédictin, qui a porté sur les 170/180 inspecteurs fonctionnaires, aboutit à quelques constats qui contredisent le double postulat de continuité et d’homogénéité de ce corps6 au bénéfice d’une réalité plus différenciée par génération et équipes. En effet, Vichy est une étape supplémentaire importante et durable dans l’expansion de l’Inspection hors de son métier ; les dirigeants administratifs, financiers et économiques de Vichy, toujours puisés à l’Inspection, ne sont pas les mêmes, en dehors de quelques figures d’avant la guerre ; les engagements, divergents, prudents, vichystes, vichysso-résistants ou résistants, pour faire court, ne concernent pas « une petite minorité » mais des effectifs importants, chaque fois entre 20 % et 40 % du corps ; à la Libération et dans les années qui ont suivi, le grand état-major des finances publiques a été largement renouvelé, là encore malgré le maintien de quelques figures, au profit d’équipes souvent plus jeunes, au patriotisme incontestable, et au détriment des inspecteurs dirigeants des années d’occupation qui ont su trouver de nouveaux débouchés mais moins prestigieux. Il est vrai que ces nouveaux dirigeants sont toujours puisés à l’Inspection qui, après la guerre, fait plus que consolider ses positions en répondant à des besoins accrus du ministère des Finances dans la vie politique et économique, française et internationale.

4Mais il faut dire aussi que ce sujet, comme toute étude socio-administrative sur cette période, présente de vraies difficultés que nous n’avons pas pu toujours résoudre, nos listes et dénombrements pouvant présenter des lacunes ou imprécisions. Difficultés dans les définitions qui sont autant de questions auxquelles nous avons cherché à répondre. En raison des sources accessibles nous n’étudions ici, sauf mention contraire, que les inspecteurs des finances encore fonctionnaires, c’est-à-dire ni retraités ni démissionnaires.

5Mobilisés : mais où ? Au front ? Dans les ministères en affectation spéciale ? À quel prix humain ?

6Dissidents : mais volontairement ? Où ? Quand ? Évadés de France : mais quand ? Pour servir où ? Et qui ? Giraud ? De Gaulle ? La Grande-Bretagne ? Résistants de l’intérieur : mais quand ? Sous quelle forme ? À qui ou à quoi ont-ils résisté ? Aux Allemands ? À la révolution nationale ? À la collaboration voulue par Pétain, Darlan et Laval ?

7Maintenus, promus ou sanctionnés par Vichy : mais quand ? Combien de temps ? Où ? Au ministère des Finances et des Affaires économiques ? Dans quelles autres administrations et cabinets ? À quelles responsabilités ? Dans des emplois anciens ou créés ? Avec quel statut ?

8Sanctionnés à la Libération et après : mais comment ? Quand ? Officiellement ? Plus discrètement ? Par qui ? Et combien de temps ? À quels emplois ? La bonne connaissance des carrières et des responsabilités, du déroulement désirable d’une carrière nous a aidés à ne pas être dupes des titres et des apparences, pas plus qu’eux-mêmes ne l’ont été, tant la hiérarchie des emplois est intériorisée dans ce corps d’élite ou qui se pense comme tel.

9Difficulté aussi pour dénombrer et faire des pourcentages dans le temps. Combien sont-ils dans chaque sous-groupe ? Avec qui les comparer ? Car comment parler de représentativité si on ne connaît pas les autres comportements ? Faut-il comparer avec tous les inspecteurs, démissionnaires et retraités compris ? Avec les actifs de moins de 65 ans ? Avec seulement ceux qui ont conservé un lien avec la fonction publique ? À la Libération, qui prendre en compte ? Les promotions avant 1940 ? Avant 1944 ? Jusqu’en 1946 ? Nos tableaux et calculs donneront toujours les critères retenus et compareront avec ce qui est comparable. Ainsi, pour les prises d’emplois sous Vichy, nous n’avons compté que les emplois en Métropole et les seuls inspecteurs fonctionnaires ; ailleurs, les effectifs pourront changer selon la question posée et le critère retenu. Le cumul des emplois donné par les témoins n’apparaît pas nécessairement dans les dossiers. Les chiffres émanant du service de l’Inspection à la Libération sur les comportements résistants ne fournissent pas les critères retenus, ne donnent pas toujours les noms, évoluent dans le temps en fonction des informations reçues et des promotions d’inspecteurs (1941 à 1946) prises en compte et, enfin, visent un autre objectif que celui de l’historien, celui de défendre la réputation du corps. Les données qui en résultent, toujours utiles, sont donc biaisées. Par exemple, les chiffres émanant du Service de septembre 1944 à 1946 et dénombrant les « résistants » évoluent dans le temps et finissent par prendre en compte ceux qui n’avaient même pas passé encore le concours.

10Difficultés dues à la nature des sources pour l’établissement de la chronologie, critère pourtant essentiel dans ces cinq années. Les sources sont, à cet égard, imprécises, lacunaires, contradictoires. Par exemple, les dossiers ne contiennent pas d’informations fiables et précises sur la date de dissidence, le lieu d’arrivée et l’emploi de ces hommes qui, par nature, ne servent plus l’État de Vichy. Les attestations de résistance ne sont pas toujours présentes dans les dossiers et sont reconstituées a posteriori, avec des dates qui peuvent changer au fil des années Les décisions administratives sont plus ou moins en retard sur l’événement, quand les carrières ne sont pas purement et simplement reconstituées après la guerre. Les dossiers du CFLN, consultés enfin après plusieurs refus, se sont avérés désespérément pauvres en général.

  • 7 Le chapitre VII de la deuxième partie ci-dessus, sur les menaces de suppression du corps en 1946, s (...)

11Difficultés quant à l’ampleur des sources. Le Service n’a conservé, sauf exception, aucun mémoire ou avis du jury d’honneur du ministère des Finances. Le chef du Service les aurait détruits. Mais ils ont disparu aussi des archives de la direction du Personnel, qui organisait le jury. Le seul jury d’honneur à avoir conservé un dossier d’inspecteur et un seul est celui du ministère de l’Économie nationale, jury créé ad hoc. Il n’y a donc pas de listes exhaustives d’inspecteurs déférés devant le jury d’honneur, ou d’autres comités des autres administrations, et encore moins leur mémoire et les avis rendus. Seuls sont accessibles, depuis 1999, les mémoires et avis de ceux qui ont déposé un recours au Conseil d’État ou de quelques cas litigieux, auxquels s’ajoutent quelques fonds dispersés dans d’autres centres d’archives, des prêts de documents par les inspecteurs ou leur famille, à l’auteur ou à l’IGPDE, et, dans les dossiers personnels, des échanges de courriers conservés au petit bonheur. On dispose aussi, depuis 1999, au Service (mais transféré en 2008 au CAEF) des dossiers « Guerres », « Épuration » ou « Suppression », contenant tous les échanges du chef du Service avec le ministre ou avec la direction du Personnel dans ces années 1944-19467.

12Difficultés, enfin, de la méthode prosopographique. L’étude quantitative à partir de la succession d’emplois occupés ne suffit pas à la compréhension des engagements dans cette période. Elle doit plus que jamais s’appuyer sur des portraits plus étoffés, choisis moins pour leur représentativité qu’en raison des sources supplémentaires disponibles, sachant que les témoignages, spontanés ou provoqués, sur cette période sont parfois inexacts et toujours imprécis sur les dates, exigeant donc une prudence particulière.

13C’est dire que nos résultats, qui auront croisé toutes les sources disponibles, comporteront encore certaines inconnues et n’éviteront pas le conditionnel.

14En dépit du critère chronologique évident pour cette période, nous avons préféré, quitte à imposer des redondances au lecteur, les étudier d’abord sur le front, dans la France libre, dans la résistance intérieure ou dans la France combattante. Ensuite, nous verrons la « projection » des inspecteurs dans l’appareil de l’État français, aboutissement caricatural de pratiques antérieures, pour développer plus précisément les types de carrière et les motivations à travers l’étude d’un groupe particulier. Enfin, on proposera, après l’analyse du rôle du Service dans la mise en place de l’épuration administrative, un bilan quantitatif de l’épuration visible et invisible.

Notes

1 Source essentielle de R. Paxton, ce qui l’a conduit à écrire, en 1974, en conclusion de son étude sur 1940-1944, qu’à l’Inspection, « C’est pourtant la continuité qui apparaît à l’évidence lorsqu’on feuillette les annuaires », assimilant en outre quelques directeurs à l’ensemble du corps. R. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, 1974, 380 p., p. 316.

2 « Les fonctionnaires (civils) sous Vichy, essai historiographique », histoire@politique, politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences-Po, no 2, septembre-octobre 2007. Communication faite dans le cadre du colloque « Guerre, collaboration, résistance, un siècle d’historiographie française », Université de Tel-Aviv, Institut de sciences politiques de Paris, 17-19 mai 2005. On y trouvera une bibliographie sur l’administration sous Vichy et notamment sur les grands corps.

3 M.O. Baruch, Servir l’État, L’Administration en France 1940-1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

4 Notre demande était dictée par une communication sur « Les inspecteurs des Finances sous l’Occupation : les passages de l’entreprise à l’Etat », Actes du Colloque, l’Occupation, l’État français et les entreprises, O. Dard, J.-C. Daumas et F. Marco (dir.), tenu à l’Université de Besançon, mars 1999, Paris, Éditions ADHE, avril 2000, 487 p., p. 261-276.

5 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996, 284 p.

6 Une fois encore, nous n’étudions par leur action dans ces emplois. M. Margairaz (suivi par d’autres, cités en bibliographie) l’a bien étudié dans sa thèse. À cet égard, le livre de P. Lalumière, qui date pourtant de 1959, reste toujours valable. P. Lalumière, L’Inspection des Finances, Paris, PUF, 1959, VIII-228 p., préface de M. Duverger.

7 Le chapitre VII de la deuxième partie ci-dessus, sur les menaces de suppression du corps en 1946, s’appuie essentiellement sur ces dossiers.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540