Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Quatrième partie. Les inspecteurs des Finances en action : deux ‎études de cas

Chapitre XV. Le rôle des inspecteurs, attachés financiers, à la veille de la guerre

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre, légèrement modifié, a été publié dans : « Les attachés financiers en 1938 – technocrat (...)
  • 2 Avec l’inflation des titres, ils portent aujourd’hui le titre plus prestigieux de ministres plénipo (...)
  • 3 Les chiffres entre parenthèses correspondent à la date de leur entrée à l’Inspection. Cette date es (...)
  • 4 Question à laquelle répond aussi Robert Frank dans sa communication « Les attachés financiers et la (...)

1Puisque, dans le cadre du colloque international organisé par René Girault en 1982 sur la perception de la puissance en Europe occidentale en 1938, la perception des décideurs était à l’ordre du jour, les hauts fonctionnaires des Finances à l’étranger devaient être « entendus1 ». Ils sont alors quatre inspecteurs des Finances qui portent le titre d’attachés financiers2 et sont en poste à Londres, New York, Berlin et Rome. Il s’agit respectivement d’Emmanuel Mönick (1920), de Paul Leroy-Beaulieu (1929), de Jean Aris (1921) et de Robert Montarnal (1931)3. Trois questions se posent. Sont-ils des décideurs ? De quoi est faite cette perception4 ? Les attachés financiers ont-ils pu la faire partager ?

  • 5 J.-B. Duroselle, Tout empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 120 et suiv.

2Le problème peut être énoncé selon la terminologie de J.-B. Duroselle, proposée dans son étude de la décision en politique étrangère5. En effet, les attachés financiers, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, sont-ils des experts « choisis » ou des experts seulement « accessibles » ? Des conseillers entendus ou seulement éclairés ? Autrement dit : ces experts, conseillers aux « opinions motivées », se situent-ils dans ou hors de l’équipe décisionnelle de la politique extérieure, notamment financière, de la France ? La réponse a été cherchée dans leurs attributions, dans le contenu de leurs discours mais aussi dans l’usage qu’ils en ont fait et dans leurs relations avec leurs interlocuteurs au ministère des Finances. Car si dans ce domaine, comme ailleurs, la fonction crée l’organe, l’influence personnelle de ces hommes reste déterminante. Or cette influence est largement la résultante de leur passé (origine sociale, formation, carrière). Une étude croisée des biographies est donc nécessaire, qui permet de mesurer l’inégale aptitude de ces techniciens à être technocrates. Aptitude car à l’analyse, il apparaît bien qu’ils n’ont, sauf exception, pas joué de rôle dans la détermination des objectifs ou dans le choix du ministère des Finances et, plus largement, du gouvernement. S’ils ont bien perçu collectivement la faiblesse relative de la France, ils ont joué un rôle inégal somme toute secondaire dans ces années qui ont immédiatement précédé la Seconde Guerre mondiale.

I. Portraits croisés

3Ces biographies comparées peuvent rendre compte des divergences ou des ressemblances, d’une part dans la capacité des attachés financiers à jouer un rôle personnel important, d’autre part dans leur perception de la puissance relative de la France à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Trois facteurs d’explication sont à retenir : la date de naissance, donc l’appartenance à une génération mais aussi l’âge en 1938 ; la situation sociale, l’éducation familiale, la formation intellectuelle et les réseaux hérités jusqu’à l’entrée à l’Inspection générale des finances ; les premières étapes de la carrière jusqu’à leur nomination au poste d’attaché financier, occupé en 1938, l’expérience acquise et les réseaux constitués.

A. Des générations différentes

  • 6 « J’ai compris ce jour-là, à jamais, que dans toute action humaine, l’erreur, l’injustice, le malhe (...)

4Ils sont reçus avec dix ans d’écart au concours de l’Inspection des finances et l’âge en 1938 les sépare plus encore. Mönick (né en 1893) a 45 ans, Aris (né en 1896) 41 ans, Leroy-Beaulieu (né en 1902) 36 ans, Montarnal (né en 1908) 30 ans. Quinze années séparent donc l’aîné, Mönick, du benjamin, Montarnal. Mais au-delà des années, le vécu surtout importe et sous-tend le concept de génération. En effet, Aris et Mönick sont des anciens combattants de la Grande Guerre. Par le sang versé, par la souffrance, la peur et la peine, par l’expérience de la fraternité et du commandement, ce vécu est assurément d’une épaisseur bien différente de celui des deux autres. Mönick, dans un chapitre très émouvant de son Pour mémoire, explique, à travers quelques souvenirs de guerre, qu’il a alors appris à ne pas « fléchir » devant le devoir et ses responsabilités6.

  • 7 D. Leca, La Rupture de 1940, Paris, Fayard, 1978, p. 96.

5Pourtant, la guerre pèse lourd aussi dans la formation de Paul Leroy-Beaulieu. Il a 12 ans en 1914, 16 ans en 1918, et grandit dans l’ombre portée de la gloire d’un père mort héroïquement au combat. Orphelin aussi de ses deux grands-pères, il subit l’influence posthume de Paul, l’économiste, de son grand-oncle Anatole, écrivain et homme politique, de son arrière-grand-père Michel Chevalier, le saint-simonien. Héritier moral et intellectuel de la Belle Époque mais trop jeune pour le feu, il appartient à cette génération charnière épargnée démographiquement mais orpheline et cherchant, en « autodidacte » dit-il, de nouvelles réponses à de nouveaux problèmes. Témoin et victime indirecte des hécatombes de Verdun, il n’a pour autant pas adhéré au pacifisme intransigeant et inconditionnel qui a pu séduire certains de ses contemporains. On peut lui appliquer cette réflexion de Dominique Leca (1932) : « l’horreur de la violence injuste reste compatible avec l’approbation de la violence légitime, avec l’adhésion résolue à une guerre sanctifiée par un bon motif7 ».

6Le cas de Montarnal est encore différent, dont l’adolescence studieuse et brillante traverse, imperméable, les « années folles ». Il appartient à la génération de l’avant-Seconde Guerre (qui s’épanouit après 1945), bien qu’il dise se sentir plus proche de ses anciens que des énarques.

B. Origine géographique, sociale et formation intellectuelle

7D’ancienne bourgeoisie tous les quatre, ils se situent assez inégalement sur l’échelle subtile des bourgeoisies. Deux provinciaux, Aris et Mönick, deux Parisiens, Leroy-Beaulieu et Montarnal. Cette précision est particulièrement importante pour comprendre Aris. Fils d’un grand médecin de Pau à la clientèle internationale, anglophile, petit-fils d’un « propriétaire » et d’un ingénieur des chemins de fer, il ne connaît personne à Paris où il vient faire son droit en 1914 à la veille de sa mobilisation. Personne, sauf un ami de son père, Boulangé (1902), modeste inspecteur des Finances et contrôleur au Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), qui, devant son incertitude et son refus de la médecine, lui dit : « Pourquoi pas l’Inspection ? » Il n’en avait jamais entendu parler. Pas de tradition de service de l’État : « Jamais je n’ai eu un fonctionnaire dans ma famille » ; son mariage avec la fille d’un médecin illustre de Berk, le docteur Calot, relève d’une logique familiale et personnelle, mais non carriériste. Aris ne dispose pas des relations familiales adaptées à sa future carrière. Des études supérieures bâclées après la démobilisation (licence en six mois) et quelques cours suivis à l’École libre des sciences politiques ne suffisent pas non plus pour nouer des amitiés utiles.

8Cette éducation libérale, catholique, provinciale, nourrie des grands classiques, avant l’épreuve de 1914, est aussi celle de Mönick mais entre les deux, que de nuances ! Sciences-Po, la faculté de droit et la Sorbonne font de ce provincial, fils de rentier et sans famille dans la capitale, un parisien intégré dans un réseau de camaraderie – noué notamment dans une pension de famille, l’hôtel Jean-Bart, près du Luxembourg – dont n’a pas bénéficié Aris. Emmanuel Mönick n’est plus un isolé à Paris. Mais s’il peut espérer une belle carrière, rien ne laisse prévoir, en 1920, que celle-ci passera par l’étranger.

  • 8 « Dans ma famille, nous avons toujours été très orientés sur l’étranger, contrairement à beaucoup d (...)
  • 9 Jacques Bardoux, fils du sénateur, chef de cabinet du maréchal Foch, délégué français à la conféren (...)

9Entre Aris (et même Mönick) et Leroy-Beaulieu, il y a plus que des nuances. La distance est grande qui sépare le provincial isolé et l’héritier Leroy-Beaulieu, inséré par naissance dans le milieu politico-intellectuel de Paris, membre de l’establishment, comme il se définit lui-même. Paul Leroy-Beaulieu incarne cette grande bourgeoisie libérale, intellectuelle, philosémite, catholique, patriote mais cosmopolite8. Cette ouverture sur l’étranger le conduit à maîtriser l’allemand et l’anglais, puis, sur les conseils de Jacques Bardoux9, ami de sa mère qui surveille les études des six enfants, à faire ses études à Oxford avant d’entrer aux Sciences-Po où il se retrouvera « chez lui ». Leroy-Beaulieu se destinait au « Quai » afin de satisfaire son goût hérité pour l’étranger et une ambition légitime. Son oncle le lui déconseille : « carrière trop mondaine et sans intérêt », lui dit-il. « Si tu veux un rôle vraiment intéressant à l’étranger, sois attaché financier. » Si, donc, Leroy-Beaulieu se retrouve à New York en 1938, ce n’est donc pas par hasard de carrière mais par vocation.

10Né avec une cuillère d’argent dans la bouche, ses qualités intellectuelles sont relayées par une curiosité de l’étranger, par la réputation internationale de son nom et par un réseau de relations dans tous les lieux de pouvoir ; ce réseau est hérité, certes, mais aussi entretenu et développé par ses études supérieures, par son mariage avec Marie-Thérèse Gailhard de Bancel, liée aux grandes familles italiennes, et, plus tard, par sa carrière. Il est assurément le mieux armé des quatre, à l’entrée dans le corps, pour devenir un attaché financier non pas seulement éclairé mais aussi entendu.

  • 10 Le père de Montarnal est fonctionnaire dans l’administration de l’Enregistrement et du Domaine, dir (...)

11Montarnal, parisien également mais issu de la moyenne bourgeoisie, acquiert, au cours de ses études, la réputation de compétence et le réseau10. L’Inspection des finances est chez les Montarnal le sommet d’une carrière dont le grand-père a gravi les premières pentes. Fils unique, « élevé dans la conception bourgeoise du service public », porteur des ambitions paternelles, Montarnal est un produit brillant des Sciences politiques, des facultés de lettres et de droit. Il y trouve ses futurs camarades de carrière et, mieux encore, l’occasion de démontrer sa valeur. Lauréat des Sciences politiques (2e en 1928, derrière Maurice Couve de Murville), il suit les bonnes « écuries » de préparation au concours de Ferronnière (1929) puis de Couve de Murville (1930), les majors des deux promotions précédentes ; il sera reçu second. Ses résultats scolaires et universitaires brillants, les camaraderies nouées aux Sciences-Po, son mariage, après l’entrée à l’Inspection, avec la fille de Borduge, ancien directeur général au ministère des Finances, devenu vice-président de la Banque d’Indochine, sont autant d’atouts pour être « entendu ». Mais rien n’induit une carrière à l’étranger et une vision du monde plus perspicace. C’est donc dans sa vie active qu’on trouvera les autres morceaux du puzzle.

12À leur entrée dans l’Inspection, ces quatre futurs attachés financiers ne disposent pas d’une « égalité des chances » identique. Ils ont pourtant en égal partage : leur appartenance à la bourgeoisie, une formation solide plus littéraire que scientifique, une éducation libérale, un individualisme qui les écarte des organisations de jeunesse et de l’engagement politique, une méfiance avouée devant les théories quelles qu’elles soient. S’ajoute, bien que le trait n’apporte rien au tableau, un sens de l’humour plus ou moins caustique et insolent mais toujours exprimé avec art. Ce qui les sépare : la guerre, la connaissance de l’étranger et des langues, l’insertion dans l’establishment parisien, la tradition familiale du service public, le bagage des connaissances, notamment en économie politique. Leroy-Beaulieu et Montarnal sont, dans ce domaine et dans les limites d’une époque qui se contente de peu pour un observateur d’aujourd’hui, incontestablement mieux pourvus.

13La carrière accentue-t-elle ces clivages ou les atténue-t-elle ? La réponse est différente selon que l’on s’intéresse à leur perception de la puissance française ou que l’on s’attache à comprendre leur rôle personnel.

C. Les carrières : du concours de l’Inspection à leur nomination au poste d’attaché financier

14La carrière d’Aris et de Mönick ne progresse pas vite malgré le vide démographique provoqué par la guerre ; il leur a manqué au départ, à l’un les diplômes et des relations, à l’autre un bon rang (il est reçu 17e sur 17 à sa deuxième tentative) et des camaraderies utiles. Autant d’éléments qui favorisent au contraire les deux plus jeunes : Leroy-Beaulieu ne fait que quatre ans de tournée avant d’être détaché, en janvier 1934, au cabinet de Piétri (1906), ministre des Finances, puis de Germain-Martin, son successeur, en février 1934. Il succède ensuite à Bouthillier (1927) à la direction du Contrôle des régies en avril 1935 : il n’a pas 33 ans. Son passage dans le cabinet de Germain-Martin a élargi ses appuis, son expérience et sa réputation. Ses conseils en seront-ils plus écoutés ?

  • 11 À son tour, Montarnal introduira au cabinet des Finances son ancien « poulain », Dominique Leca.

15Montarnal aussi adhère très vite, plus vite encore, au sous-groupe des chargés de mission, réussissant à « sortir » très vite du service de l’Inspection. Reçu en 1931 à sa première tentative, à 22 ans et demi, benjamin de l’Inspection, ses mérites démontrés avec tant d’éclat lui épargnent de longues années de tournée. Le service de l’Inspection propose son nom dès 1934 à Germain-Martin auprès de qui il est chargé de mission. Puis son camarade aux Sciences-Po et à l’Inspection, Hervé Alphand (1930), directeur de cabinet de Georges Bonnet (1878), l’appelle comme chef adjoint, d’abord au ministère du Commerce, ensuite au ministère des Finances, enfin au ministère d’État chargé de coordonner l’activité économique du gouvernement11. Il cumule cette fonction en 1937 avec celle d’attaché financier à Bruxelles, qui s’accommode à l’époque très bien d’une résidence parisienne. Il a 29 ans.

16De cette voie royale, Emmanuel Mönick est bien loin. Il fait tournée pendant huit ans. C’est sa nomination comme chef adjoint du service de l’Inspection des finances qui lui permet, en 1930, de « sortir » enfin, en profitant de la première opportunité qui se présente à lui : le poste d’attaché financier aux États-Unis, laissé vacant par le retour volontaire de Lacour-Gayet (1921). À New York, Mönick mène une politique particulièrement heureuse. Il est rapidement – le terrain avait été bien préparé par Lacour-Gayet – en excellents termes avec les banquiers et avec l’administration de Hoover, puis de Roosevelt.

« [Lors du moratoire Hoover en 1932] je fus un de ceux qui encouragèrent avec le plus d’insistance le gouvernement Herriot à régler l’annuité de la dette qui venait à échéance… Herriot mit en jeu sur cette question la vie de son gouvernement, il fut renversé par un vote de la Chambre des députés. »

17Il est en effet convaincu très tôt de la nécessité de liens privilégiés entre la France et les États-Unis et il a su faire partager sa conviction à Herriot qu’il accueille à New York. Il est aussi l’heureux gérant des fonds de trésorerie détenus par le gouvernement français aux États-Unis (plus d’un milliard de dollars, dit-il) et donc l’un des clients les plus importants des grandes banques. Or la France traverse la crise bancaire de 1932 sans perdre un seul dollar. Enfin il est, avec l’ambassadeur Claudel, l’hôte des visiteurs français de marque aux États-Unis. Si ce rappel n’est certes pas exhaustif, il permet de comprendre qu’en quatre ans de présence à New York, Mönick rattrape le handicap d’un mauvais rang au concours et d’une origine provinciale. Il s’est donné, en quelque sorte, les moyens d’être entendu.

  • 12 Pour une approche précise de cette fonction qui prend une tout autre importance à partir de la guer (...)

18Aris, comme Leroy-Beaulieu, comme Montarnal, aurait pu profiter d’un classement honorable pour entrer dans le cercle étroit des chargés de mission, « filière qui est restée irremplaçable pour accéder à des postes intéressants », reconnaît-il. Mais nul ne connaît Aris. Il lui faut attendre sept ans pour qu’on lui propose, en 1928, une « sortie », et encore une sortie modeste : contrôleur des dépenses engagées du gouvernement général de l’Algérie. L’année suivante, il est promu sur place directeur des Services financiers, poste intéressant, véritable petit ministère des Finances (trois cents personnes sous ses ordres), qu’il dirige jusqu’en 193612. L’exil hors Métropole était pour Aris la condition nécessaire pour occuper une fonction intéressante, active, où il ait un rôle personnel à jouer. Mais il reconnaît : « Ce poste ne constituait pas une belle carrière, il tentait peu les autres inspecteurs des Finances parce qu’ils ne voulaient pas quitter Paris. »

  • 13 Cf. chapitre ci-dessus, « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc ».

19Leroy-Beaulieu, lui, a choisi l’étranger non par défaut mais par vocation. L’ailleurs le séduit toujours. En 1935, on l’envoie en mission en Belgique faire une enquête sur la dévaluation belge. Après avoir rencontré le professeur Baudhuin, les banquiers et les industriels, il remet ses conclusions à Baumgartner (1925), le directeur du Mouvement général des fonds, et à Bouthillier, le directeur du Budget, qui ne l’écoutent pas13. La dévaluation belge a réussi, sa conviction est faite : désormais, il sera partisan de la dévaluation française. Mais il tire une autre conclusion de son passage en Belgique quant à l’efficacité du monde diplomatique. Lorsqu’il interroge le professeur Baudhuin sur la réaction de l’ambassadeur de France à Bruxelles lors de la dévaluation du belga, cet économiste reconnu lui répond : « Monsieur, je n’ai jamais été invité à l’ambassade de France. » Leroy-Beaulieu vérifie le carnet des invitations. Il n’y trouve que des noms princiers, des invitations mondaines « qui, au point de vue économique et politique, ne représentaient rien ». Son opinion sur « la vieille diplomatie à la recherche de succès mondains » se confirme. Elle ne changera guère par la suite. Son oncle avait raison : les attachés financiers inspecteurs des Finances ont un rôle important à jouer. Rôle important d’observateur et de conseiller, dont il mesure, aussi, assez vite les limites. L’année suivante, le Front populaire arrive et il est envoyé comme attaché financier en Italie (1er décembre 1935), succédant à Rome à un autre inspecteur des Finances, Roumilhac (1922). Bien introduit par sa femme dans la haute société italienne, il cultive non les mondanités mais les contacts utiles (par exemple Volpi, ancien ministre des Finances de Mussolini et président du patronat italien, la Cofindustria, ou Garnieri, sous-secrétaire d’État aux Changes, ou encore l’attaché militaire allemand). Il a en outre l’avantage, on l’a vu, d’être connu à Paris aux Finances comme aux Affaires étrangères. Sa mission ? Comprendre le fonctionnement de l’économie fasciste, étudier les conséquences des sanctions. Il comprend vite que des sanctions qui ne s’appliquent pas au pétrole sont inefficaces et dangereuses car « elles ont mis le peuple italien derrière le Duce, ce qui lui a permis d’achever la conquête plus rapidement avant qu’on ne puisse lui couper l’approvisionnement en pétrole ». Il est venu à Paris faire part de ses inquiétudes à Massigli, directeur des affaires politiques du ministère des Affaires étrangères. En vain. Pour la deuxième fois, son conseil « motivé » n’a pas été entendu.

20Le bilan de ces quatre carrières, arrêtées arbitrairement à la veille de leur nomination aux postes qu’ils occuperont en 1938, révèle que les clivages observés à leur entrée dans le corps se sont atténués : ils ont tous occupé des postes actifs et ils ont tous l’expérience du pouvoir. Mais des différences notables demeurent : Montarnal connaît toujours aussi mal l’étranger ; Aris n’a pas de contact rue de Rivoli ; Leroy-Beaulieu a l’expérience de l’un et de l’autre mais il a pu mesurer les résistances du ministère des Finances devant ses avis les plus « motivés » et il s’éloigne pour New York ; Mönick, qui arrive à Londres, paraît donc le mieux armé pour faire partager ses vues sur la puissance relative de la France et jouer un rôle dans la politique extérieure, notamment financière de la France.

II. Des conseillers éclairés mais peu entendus

21C’est à présent dans l’exercice de leurs fonctions en 1938-1939 qu’il faut saisir leur influence et leur perception. Mais cette saisie ne peut être signifiante que si, au préalable, on prend la mesure de leurs responsabilités. Celles-ci peuvent se lire dans les conditions de leur nomination, dans le fonctionnement de l’agence financière et dans leurs rapports avec l’ambassadeur et le ministre des Finances. Après seulement, réponse pourra être donnée aux questions soulevées : comment ont-ils perçu le rapport de force entre la France et les autres pays ? Représentants du ministre des Finances, sont-ils restés des informateurs techniciens des Finances seulement « accessibles » ? Ou bien ont-ils joué un rôle important dans les négociations internationales et ont-ils été des experts convaincants ?

A. Des responsabilités réelles mais inégales d’un pays à l’autre

  • 14 Sur les responsabilités des attachés financiers dans l’entre-deux-guerres, on doit aussi se reporte (...)

22Observer la situation, notamment économique et financière, de « l’Autre » puis informer Rueff (1923), le directeur du Mouvement général des fonds, et, à travers lui, le ministre des Finances (successivement Bonnet, Marchandeau puis Reynaud) et le président du Conseil : tel est le plus petit commun dénominateur de leurs missions respectives14. En fait, masquée pour le profane sous une étiquette commune, une hiérarchie existe entre ces quatre agences financières. Celle-ci dépend de la puissance financière des pays d’accueil, de la situation du Trésor français à l’étranger, de la conjoncture internationale, de la proximité de Paris et des rapports entretenus avec les partenaires de l’attaché financier : ministre, directeur, ambassadeur. Cette hiérarchie se lit bien dans les circonstances de la nomination.

23En 1938, Mönick et Leroy-Beaulieu sont attachés financiers à Londres et à New York parce qu’ils l’ont souhaité, Aris et Montarnal à Berlin et à Rome parce qu’ils ont dû l’accepter. Rappelons tout de suite que ce poste équivaut théoriquement à une sous-direction. Berlin est plus important que Rome, non pas tant comme place financière (les épineux problèmes de transfert se posent dans les deux pays) mais en raison de la tension internationale. Ce témoignage de Leroy-Beaulieu, qui passe de Rome à New York, confirme la place secondaire de Berlin, la prédominance de Londres et de New York, mais laisse présager des reclassements :

  • 15 Ce témoignage est confirmé par celui de Montarnal.
  • 16 Appert a contesté ultérieurement ce jugement abrupt de Leroy-Beaulieu, qui doit être considéré par (...)

« Auriol désirant envoyer Tron [1930], son chef de cabinet, à Rome au début de l’été 193715, il fallut dégager le poste alors on m’a offert Berlin. J’ai dit que je ne voulais pas y aller parce que je n’aimais pas l’atmosphère nazie, déjà les fascistes ce n’était pas agréable, mais les nazis c’était pire… et moi je suis plutôt philosémite… et l’Amérique c’était beaucoup plus important. C’était le plus grand poste d’attaché financier avec Londres. C’était encore Londres par tradition, mais ça devenait l’Amérique… Alors on a rappelé Appert [1922]… Il savait mal l’anglais et il n’avait pas beaucoup de contacts… Quand on m’a offert ça, j’ai bondi dessus. C’était un grand avancement… On savait que j’avais été à Oxford, que je connaissais très bien l’anglais… Le nom a peut-être un peu joué aussi16. »

24Sa vocation pour l’étranger passe avant l’inconvénient de carrière que représente l’éloignement, quoique, par son excellente insertion dans l’establishment parisien, il n’ait pas à craindre son retour en France. Pour Aris, au contraire, la fonction comporte des risques, comme il le dit en répondant à la question : « Le poste d’attaché financier était-il important dans une carrière ? ».

« Non. En principe c’est une faute professionnelle de quitter Paris. Dès qu’on s’éloigne de Paris, on est très vite oublié. Alors, il faut avoir de fortes amitiés pour remonter le courant. »

25Emmanuel Mönick en est très conscient lorsqu’il m’explique pourquoi il passe de New York à Londres en 1934 :

« Il se trouva que Monsieur Jacques Rueff, qui était attaché financier à Londres, fut nommé directeur adjoint du Mouvement des Fonds. Je présentais alors ma candidature au poste d’attaché financier à Londres, qui me rapprochait de Paris où était installée ma famille. Le rôle d’attaché financier à Londres avait ce grand avantage qu’il permettait, grâce à la proximité de Paris, d’avoir un contact personnel fréquent avec le ministre des Finances, rue de Rivoli, et de pouvoir jouer un certain rôle dans la politique financière du gouvernement. »

  • 17 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, Paris, Plon, 1977, p. 110.

26Naguère, Rueff avait compris et pratiqué cette nécessaire fréquentation du Louvre, facilitée par le développement des transports aériens, au point que la femme de l’attaché militaire à Londres, Mme de La Panouse, l’avait surnommé le « détaché financier17 ».

  • 18 Pour l’historique des agences financières, voir l’article cité de Robert Frank ; pour l’agence de N (...)

27Comment, matériellement, les agences financières à l’étranger18 fonctionnent-elles ? Ce qui frappe à la première lecture des archives, c’est la faiblesse des effectifs employés. Si le prestige d’une fonction se mesurait quantitativement au personnel, à coup sûr l’attaché financier ferait piètre mine : quatre à cinq personnes au maximum. Le cas extrême est celui de l’agence financière de Bruxelles, qui se réduit à un « demi-homme » dans la mesure où le titulaire réside à Paris et où il cumule cette fonction avec une autre (raisons pour lesquelles il reste hors du cadre de l’épure). La plus étoffée est celle de Londres : trois personnes plus le comptable et un secrétariat. À Berlin, Aris est secondé par deux adjoints « pour la paperasse » imposée par l’existence du contrôle des changes, c’est-à-dire « les autorisations d’emprunts et surtout les visas pour les transferts de devises ». Aidé d’une secrétaire, il semble s’être chargé surtout des rapports qui, trois ou quatre fois par semaine, partent par la Valise, qu’il résume ainsi : « Informations et opinions personnelles qu’on avait sur l’évolution de la situation ». À Rome, l’effectif paraît faible : à la mesure de l’intérêt porté par le ministre des Finances à ce poste ? À New York, Leroy-Beaulieu n’a qu’un adjoint chiffreur, Mousselier, et une secrétaire pour envoyer un rapport mensuel et répondre aux demandes de renseignements les plus diverses. En 1939, ses tâches s’étant alourdies, il réclame de l’aide et deux adjoints lui sont envoyés. Effectifs faibles à la mesure de leur rôle d’observation et d’information.

  • 19 SAEF, B 21816.

28Leur importance peut-elle se mesurer autrement ? Est-elle fonction de leur indépendance vis-à-vis de l’ambassadeur ? Cette indépendance est réelle, elle se manifeste géographiquement, administrativement, mais elle connaît des limites qui tiennent aux personnalités en présence. Matériellement, seul l’attaché financier à Rome travaille dans les locaux de l’ambassade. Les splendeurs du Farnèse le consolent-ils de cette dépendance matérielle ? À Londres, à Berlin, faute de place, les bureaux de l’attaché financier sont ailleurs dans la ville. Aux États-Unis, la distance s’accroît puisque l’ambassadeur est installé à Washington tandis que l’attaché financier travaille à New York, capitale financière, dans un modeste bureau loué pour 200 dollars par mois à la National City Realty Corporation19. Cela n’empêche pourtant pas des visites fréquentes à Washington pour « information ». Cette distance physique correspond au statut particulier des attachés financiers.

29En effet, administrativement, les attachés financiers dépendent exclusivement du ministère des Finances, dont ils sont les représentants directs, et non du ministère des Affaires étrangères ou des ambassadeurs. Rattachés à la direction du Mouvement général des fonds, c’est par l’intermédiaire de celle-ci qu’ils adressent au ministre les communications périodiques. Ce rattachement leur est précieux, comme l’a montré la place qu’ils lui ont accordée dans leurs réponses. En l’absence de supérieur hiérarchique sur place, ils se sentent leur propre maître dans l’exercice de leur fonction, correspondant directement avec les Finances et se contentant de remettre copie à l’ambassadeur pour information. Libres de nouer les contacts les plus divers, ils n’ont pas d’autorisation à demander mais ils rendent compte. Par exemple, Leroy-Beaulieu se souvient de ses déjeuners fréquents chez l’ambassadeur Saint-Quentin, à Washington, « homme très digne, homme très bon », au cours desquels il le tenait courant de ses entretiens avec Morgenthau (secrétaire d’État au Trésor). À Rome, Montarnal précise :

« Bien entendu, comme tous les autres attachés techniques, je relevais, sur le plan de la discipline et de la coordination de l’action sur place, du chargé d’affaires [Blondel], plus tard de l’ambassadeur [François-Poncet] à qui je remettais copie de mes communications au ministre des Finances, sans être le moins du monde tenu de leur en soumettre le texte pour approbation préalable. »

30Qu’en a-t-il été à Berlin sous le règne de François-Poncet à « la réputation redoutable quant à son attitude à l’égard de ses collaborateurs » ? Aris écrit : « Sous la direction d’un chef exceptionnel, je ne puis prétendre avoir joué un grand rôle. » À la question : « Aviez-vous des initiatives, un pouvoir ? », il répond clairement :

« Aucun pouvoir. Un attaché financier de cette époque avait une position assez délicate parce qu’en réalité il était sous les ordres de l’ambassadeur, tout en ayant le droit de correspondre directement avec le ministre des Finances, ce qui chatouillait un peu François-Poncet. »

31Cette autorité de François-Poncet se manifeste dans sa méthode de travail : (à Berlin ou à Rome) réunion quotidienne dans son bureau, à 11 heures, des principaux membres de l’ambassade, y compris les experts. « On parlerait aujourd’hui de concertation », dit Montarnal.

  • 20 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 117.

32Concertation donc à Rome et à Berlin, indépendance réelle en 1938 à New York et Londres, « indépendance passionnée », écrit Rueff à Londres20. Le clivage entre le rôle personnel que peuvent jouer Leroy-Beaulieu ou Mönick d’une part, Aris et Montarnal d’autre part s’accentue ; responsabilité inégale qui se voit lorsqu’on les étudie dans l’exercice de leur fonction. Celle-ci est double : représentant du Mouvement des fonds à l’étranger, observateur et informateur de la vie économique et financière du pays d’accueil à destination de la rue de Rivoli.

B. Des intermédiaires, techniciens des Finances

33Il n’est pas question, ici, de recenser tout ce qu’ils ont fait dans ces années précédant la défaite de 1940. Plus modestement, il s’agit, à travers quelques exemples tirés de leur témoignage ou des archives, de comprendre dans quelle mesure ils ont joué un rôle personnel déterminant ou secondaire. Selon le moment et selon la personnalité, la réponse sera différente tant il est vrai que leur fonction ne constitue pas un cadre rigide aux limites établies une fois pour toutes.

  • 21 Ce montant peut être connu par les archives des agences financières, cf. SAEF, B 21816 pour New Yor (...)
  • 22 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 70.
  • 23 L’attaché financier devait gérer également un terrain à Brooklyn.

34La position dominante des attachés financiers de Londres et de Washington est aussi la résultante de leur tâche spécifique de gestion des avoirs en francs et en dollars détenus par le Mouvement des fonds depuis 1928. Ces fonds sont encore importants en 193821 même si la Belle Époque (1930) évoquée par Rueff est révolue. « Le montant de mes dépôts était si élevé qu’on disait – était-ce vrai ? – qu’à moi seul je représentais 10 % de tous les dépôts de la City22. » Leroy-Beaulieu explique : « Il fallait les répartir entre les banques. » Courtisés par les banquiers américains ou anglais et désireux d’obtenir les meilleurs taux d’intérêt, ils entretiennent des relations personnelles amicales avec les banquiers de la City ou de Wall Street. Ces contacts privilégiés leur permettent d’être mieux informés et de jouer un rôle appréciable dans les négociations23.

35Avec moins d’atouts dans leur jeu, Aris et Montarnal aussi cultivent ces relations et sont susceptibles, à l’occasion, d’être des intermédiaires précieux. Mais là encore, quelle différence ! Il est frappant de constater que dans la longue réponse écrite à notre questionnaire, Montarnal n’a cité aucun nom italien, non qu’il n’en ait pas rencontré sans doute, mais il avait toutes les raisons pour être le moins bien introduit : jeune, tard venu, sans expérience de l’étranger et dans l’ombre d’un ambassadeur exceptionnel ou de délégations venues de Paris. Ses fonctions « comportaient aussi la participation aux négociations officielles entre la France et ce pays au sujet des accords commerciaux (en coopération avec l’attaché commercial Sanguinetti) et des accords de transfert ». Pour toutes les négociations commerciales et financières importantes, Paris envoie une délégation tripartite composée d’un représentant des Affaires étrangères, du ministère du Commerce et du Mouvement des fonds. Hervé Alphand, qui occupe le 1er janvier 1937 le poste de directeur des Accords commerciaux, ou Guillaume Guindey (1932), chargé de mission au Mouvement des fonds, se déplacent aisément. Parmi les négociations qu’il mène – seul – à bien, il se rappelle « avoir ainsi négocié la reprise du transfert en France du coupon de la Montecatini avec le ministre des Finances italien et son office des changes ». Tâche technique mineure donc pour Montarnal à Rome.

36Aris, à Berlin, par son ancienneté dans le poste (quatre ans), joue-t-il un rôle d’intermédiaire ou de négociateur plus important ? Il a des contacts avec les banquiers, avec la Reichsbank ; c’est lui, dit-il, qui prend l’initiative de présenter Coulondre, successeur de François-Poncet, à Schacht, ministre de l’Économie et président de la Reichsbank, et à Blessing, son adjoint. Il se souvient : « Je les ai invités chez moi à déjeuner. Quand Schacht et Blessing sont arrivés, ils se sont mis à rigoler, ils m’ont dit : “Nous avons glissé sur le parquet ce matin, nous ne sommes plus rien !” »

  • 24 H. Alphand, L’Étonnement d’être, Paris, Fayard, 1977, p. 15.

37En réalité, son rôle dans le domaine politique est secondaire : ses contacts politiques sont peu nombreux, il connaît surtout les hommes de la République (Brüning par exemple). En outre, il « bafouille » l’allemand même s’il le lit et l’écrit très bien. Il est dominé par François-Poncet, « la plus belle intelligence que j’aie connue ». Enfin, lors des négociations franco-allemandes, les « missionnaires » de Paris – experts choisis, eux – le laissent dans l’ombre. Hervé Alphand, dans son Journal24, rappelle qu’en 1937 et 1938, Léon Blum le chargea d’« examiner avec le gouvernement allemand, en particulier avec Schacht, président de la Reichsbank, les possibilités d’accroître le commerce entre les deux pays, notamment par les échanges de minerais lorrains contre le coke allemand et l’exploitation en commun de certaines régions sous-développées ». Alphand évoque le consul à Düsseldorf mais ne mentionne pas l’attaché financier, camarade de l’Inspection pourtant. Lorsque nous avons demandé à Aris quel avait été son rôle dans cette négociation, il nous a répondu : « Il était tout à fait secondaire. C’était de faire partie de la commission française pour donner des renseignements. », et il ajoute : « Tout à fait secondaire. Quand des gens viennent de Paris, ils n’aiment pas que ceux qui sont sur place jouent un rôle. » Son jugement sur l’application de ces accords en est d’autant plus libre… et sévère : « On a fait un très bel accord… Le malheur a voulu qu’en France on n’a jamais contrôlé […] et les Allemands nous ont eus jusqu’au trognon. »

38La proximité de Paris ne permettrait donc pas aux attachés financiers d’être plus que d’honnêtes collaborateurs ? Cette explication n’est pas satisfaisante à elle seule, la conjoncture et l’influence personnelle de l’attaché financier jouent tout autant, comme le prouve le cas de Mönick à Londres. Aris reconnaît que Mönick a eu « en effet un rôle important, Londres étant plus important ; d’ailleurs, il était plus souvent à Paris qu’à Londres ». À l’inverse, l’éloignement ne semble pas avoir servi Leroy-Beaulieu. Rappelons qu’à New York aussi, lorsque sont en jeu des accords monétaires et financiers importants, la France ne se contente pas de son attaché financier, elle envoie une délégation, comme ce fut le cas lors des accords tripartites sur la monnaie et la dévaluation du franc en 1936. C’est Mönick, pourtant attaché financier à Londres, que Blum, le nouveau président du Conseil, envoie en mission consulter Roosevelt ; Appert, qui est en poste à New York depuis plus de deux ans, ne fait que « l’accompagner dans ses négociations ». La négociation est menée par le missionnaire, l’attaché règle les détails.

  • 25 J. Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1991, 642 p.
  • 26 SAEF, B 21816, no 13676.

39Pourtant, Leroy-Beaulieu dispose d’atouts pour être le représentant privilégié du ministre des Finances, qui peuvent s’avérer indispensables si les circonstances l’exigent. L’administration américaine présente en outre l’avantage, comme il le fait remarquer lui-même, d’être « beaucoup moins charpentée qu’en Europe », il est donc en rapport direct avec le ministre. Ainsi, il voit Morgenthau tous les mois. Pourtant, avant la déclaration de la guerre, le rôle de Leroy-Beaulieu dans les négociations est mineur. L’étude des négociations de contrats d’avions américains pour la France, menée par la mission Monnet-Hoppenot à la fin de 1938 et au début de 1939, le montre bien. Il est significatif que Jean Monnet, dans ses Mémoires, ne cite pas une seule fois le nom de Leroy-Beaulieu25. Dans les archives du ministère des Finances, Leroy-Beaulieu apparaît seulement comme le trésorier-payeur du gouvernement français et l’intermédiaire entre les sociétés de construction aéronautiques (Curtiss, Douglas, Glenn Martin, United Aircraft Corporation) d’une part, la banque Morgan de l’autre26. Il informe régulièrement le Mouvement des fonds du montant total des engagements et il facilite les contacts des « missionnaires ». Son rôle s’arrête là. S’en plaint-il ? Cherche-t-il à prendre une initiative ? Apparemment non ; respectueux de la hiérarchie, Leroy-Beaulieu ne conteste pas son rôle secondaire.

  • 27 P. Fridenson et J. Lecuir, La France et la Grande-Bretagne face aux problèmes aériens (1935-mai 194 (...)
  • 28 Témoignage qui n’a pu être confronté avec les archives, encore inaccessibles pour la période de la (...)
  • 29 Jean-Frédéric Bloch-Lainé, reçu en 1911, fut chef de l’agence financière aux États-Unis pendant la (...)

40Ce sera la drôle de guerre et l’invasion de mai-juin 194027 qui élargiront sa fonction et lui fourniront l’occasion de jouer un rôle personnel, parfois décisif. Du moins c’est ce qui ressort de son témoignage28. Contrôleur financier des missions d’achat dans le cadre du groupement d’achats franco-anglais, présidé à Londres par Jean Monnet et à Washington par Arthur Purvis, représentant du gouvernement anglais, il doit lire tous les contrats, donner le point de vue du représentant du ministre des Finances sur place et sa signature. Lors de la grande mission J.-F. Bloch-Lainé (1911)29 en 1940, son travail s’alourdit car le contrôleur général Morissot (qui doit signer tandis que J.‑F. Bloch-Lainé négocie) ne parle pas l’anglais ! Pour autant, il n’est toujours pas « décideur ». Mais avec l’invasion, les décisions à prendre se font plus urgentes. Ainsi, le 16 juin 1940, devant les rumeurs d’armistice, J.‑F. Bloch-Lainé et Leroy-Beaulieu, à la demande pressante de Purvis, signent un accord avec les Anglais, leur cédant tous les contrats faits aux USA.

« Il y en avait pour 800 millions de dollars… au moins 800 avions dont une partie était à livrer et, leur dit Purvis, “Si nous avons à rediscuter tous ces contrats avec tous les entrepreneurs, ça n’en finira plus, donc rendez-nous ce service”. »

  • 30 Dans ses Mémoires, Jean Monnet raconte que ces transactions ont été faites à sa demande. Il a trans (...)

41Dans cette affaire, l’attaché financier a suivi, car « l’initiative en revient à J.-F. Bloch-Lainé », dit-il30.

42En revanche, le récit suivant démonte admirablement le mécanisme d’une décision (ou d’une non-décision) qu’un attaché financier, dans des circonstances exceptionnelles, peut être amené à prendre ou à ne pas prendre. Peu de temps après, Morgenthau convoque Leroy-Beaulieu et J.-F. Bloch-Lainé :

« – “Well you ave been very smart […] de céder ces contrats aux Anglais, mais maintenant il faut que vous fassiez quelque chose de plus. Vous savez que les Anglais ont des difficultés pour payer, ils ont des ressources en devises qui ne sont pas très grandes ; il faudrait que vous les aidiez par exemple en transférant l’or, que vous avez en dépôt à Washington, au Canada. Ils pourraient se servir de cet or…” Je réponds : “Mais l’or que nous avons aux USA me paraît en de très bonnes mains ; je ne vois pas ce qu’il risque.” Morgenthau a eu le toupet de me dire : “C’est que, voyez-vous, le gouvernement français – il ne faut pas oublier que nous sommes neutres – le gouvernement français qui est en train d’arriver au pouvoir peut, sous la pression allemande, nous demander cet or et comme nous sommes neutres, nous serions peut-être obligés de le lui livrer.” Alors la moutarde m’est montée au nez, je lui dis : “Monsieur le Ministre, je demande à votre secrétaire d’écrire ce que je vais dire. Vous me dites que si un jour le gouvernement français, sous la pression allemande, vous demandait de lui livrer cet or, vous ne pourriez pas refuser ? Alors, la guerre est perdue ! Si vous êtes dans cet état d’esprit-là, l’Allemagne a gagné. Mais je ne vous crois pas. Je crois que vous ne livreriez jamais cet or mais vous me demandez ça parce que vous voulez retarder le moment où vous aurez à faire des crédits aux Anglais. Moi, au contraire, je veux précipiter ce moment-là, c’est pour ça que je garde mon or ici.” Bloch-Lainé voulait le faire pour aider les Anglais. Moi ça m’a été très désagréable parce qu’il y avait Bloch-Lainé qui me disait de le faire dans le bureau de Morgenthau. Moi seul, j’avais la signature et la disposition. Je suis rentré à l’ambassade, j’ai mis au courant Saint-Quentin et l’attaché commercial (passé aux gaullistes tout de suite après). Lui-même m’a dit : «Ça va être notre seule ressource peut-être après la guerre ces avoirs-là et les Américains finiront bien par aider les Anglais.” Moi je voulais précipiter ce moment-là. »

43Dans cette affaire, Leroy-Beaulieu est devenu « décideur » dans le cadre de ses fonctions de contrôleur des avoirs du gouvernement, fonctions qui échappent à l’autorité des « missionnaires » qui, sur ce point, ne sont pas en mesure de faire prévaloir leurs vues. Dans une conjoncture exceptionnelle, Leroy-Beaulieu a pu faire preuve d’une autorité exceptionnelle. Cet exemple, unique dans la longue interview de Leroy-Beaulieu, montre a contrario les limites de son pouvoir en temps normal. Intermédiaire utile dans les grandes négociations, plus utile qu’un autre, mais technicien consulté et non fonctionnaire d’autorité.

44À Londres, il semble que, dans l’intervalle qui sépare les accords tripartites de 1936 et l’armistice de juin 1940, Mönick n’ait pas non plus joué un rôle majeur dans les négociations. Ni les archives consultées ni ses réponses ni ses mémoires ne font état d’un rôle déterminant. Il faut attendre, là aussi, des circonstances exceptionnelles pour le voir réapparaître sur le devant de la scène. Jean Monnet et lui-même ont longuement raconté leur 16 juin 1940, comment ils ont tenté de convaincre les leaders de la IIIe République de se replier en Afrique du Nord puisque, « Churchill regnante », l’Angleterre, forte de sa marine, de son aviation de chasse et de sa foi, résisterait, entraînant à terme l’intervention américaine. Cette tentative s’est soldée par un échec mais elle montre que Mönick entendait ses fonctions dans leur résonance la plus large.

  • 31 Ibid., p. 55.

45L’exemple des accords tripartites de 1936 avec Mönick à Londres, comme celui de 1940 avec Leroy-Beaulieu à New York démontrent à loisir ce que peut produire le mariage d’une conjoncture exceptionnelle et d’une personnalité à rayonnement renforcé. Encore faut-il une autre condition pour que les idées préconisées soient audibles par les décideurs. Comme l’écrit Jean Monnet : « C’est là que se mesure le prix de la confiance lentement acquise dans les échanges quotidiens fondés sur la sincérité31. »

C. Des attachés financiers inspecteurs des Finances perspicaces mais inaudibles

46Tirons sans attendre la leçon des témoignages et des archives consultés : quels que soient les atouts dont ils ont inégalement disposé, leur devoir d’informer ne s’est, en général, pas transformé en pouvoir de persuasion. Les raisons sont à chercher dans les limites de leurs fonctions mais aussi dans le contenu de leur message. En effet, et sans jouer les Procuste, l’éclairage porté sur leur perception de la puissance relative de la France révèle à l’évidence le fossé mental qui les sépare souvent des « métropolitains » ; il les rend impuissants à convaincre, d’autant que rien, dans leurs attributions, ne contraint le directeur ou le ministre à les consulter. Pour rendre compte de ce fossé mental, le mieux est de les lire ou de les écouter, hier ou aujourd’hui, l’un après l’autre. Dans les archives, on trouve essentiellement des informations sur « l’Autre », moins souvent des informations, généralement techniques, sur la France, parfois la perception qu’a « l’Autre » de la France, et plus rarement la vision de l’attaché financier sur la puissance française.

47Qu’attend le ministre des Finances de son « envoyé spécial » ? Deux catégories d’informations. L’une, d’intérêt mineur mais quantitativement considérable, concerne les renseignements les plus divers que l’on puisse demander à un documentaliste ou à une agence de renseignements. Les inventaires sont, à cet égard, éloquents et ne laissent pas de surprendre, révélant par là même l’ambiguïté de la fonction : ces renseignements, si on prend l’exemple de New York, vont du régime fiscal des briquets, fabriqués en France pour l’exportation, au trafic sur la Loterie nationale ou le fonctionnement de l’assurance-vieillesse aux États-Unis, en passant par le bilan de certaines entreprises américaines ou des indications sur des particuliers ayant travaillé aux États-Unis, etc. L’autre catégorie concerne tout ce qui peut éclairer le Mouvement des fonds sur les relations économiques et financières du pays. Prenons encore l’exemple des États-Unis : réactions de la presse et de Wall Street sur la situation financière française ; étude comparée de la situation française, anglaise, américaine ; accords entre le Brésil et les États-Unis ; évolution de la situation économique et financière des États-Unis, etc. À cet inventaire à la Prévert, il faut ajouter, à New York comme à Londres, un relevé des comptes du Trésor.

48À New York comme à Londres, la mission, compte tenu de la politique française d’alliance avec les démocraties, a un troisième volet : « Mon rôle était aussi d’expliquer la politique financière française », dit Leroy-Beaulieu. On trouve en effet, dans les archives, mention de la diffusion aux USA de discours officiels français, par exemple. L’attaché financier informe également par oral, à titre personnel ou non. Mais il ressort des interviews d’Appert (attaché financier à New York de 1934 à 1937) et de Leroy-Beaulieu que les Américains sont mal informés. Appert explique :

« Sans méconnaître les liens historiques ayant existé avec notre pays, les dirigeants publics et privés – sauf peut-être quelques fonctionnaires du State Department – étaient aussi peu informés des affaires françaises que nous l’étions en France de celles de l’Albanie ou du Montenegro. »

49Leroy-Beaulieu témoigne de cette ignorance et des illusions américaines sur la puissance de la France. « Ils croyaient les Anglais et les Français beaucoup plus forts qu’ils ne l’étaient […]. Ce n’est qu’au moment de la défaite que les Américains comprennent que la France n’est plus une grande puissance. »

  • 32 SAEF, B 21830. Voir aussi : R. Frank, « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatiq (...)

50Le 18 mai 1938, il envoie un article du New York Times au titre révélateur : « Le Malade imaginaire », commentant l’emprunt de la Défense nationale lancé par Marchandeau (ministre des Finances). On peut y lire : « Le succès instantané de l’emprunt ne signifie pas que la crise est passée mais il est le signe de la puissance de relèvement et des réserves de patriotisme et de richesse que les étrangers ont tendance à oublier32. »

51L’information transmise aux Américains concerne-t-elle la puissance française ? À cette question posée aux deux attachés financiers successifs, Appert, pour 1937, nous a répondu : « On ne parlait pas de ça. On était encore assez loin en 1937 de la guerre. Évidemment, on était inquiet de voir les pirouettes d’Hitler mais il avait à peine commencé… C’est plutôt l’attaché militaire qu’il faudrait interroger ! »

52Inconscience ? Sans doute, mais aussi, chez Appert, une conception étroite de sa tâche d’information. Ce que confirme Leroy-Beaulieu qui répond : « Si, mais on ne pouvait leur dire… moi je ne leur parlais pas de ça. C’était à l’attaché militaire de leur dire. » Technicien des finances publiques, l’attaché financier n’a pas à sortir de ses compétences. Expliquer les difficultés économiques et financières de la France et rendre compte de la politique financière, soit, mais parler du rapport des forces France-Allemagne, non, si ce n’est à titre privé. Or sa perception était la suivante :

« Je vais peut-être vous choquer, mais j’ai cru, pour moi ça n’a pas fait une minute, que la France serait battue pour une raison très simple. D’abord, j’avais mes amis allemands… Mon frère [tué en mai 1940], avocat, avait été deux fois au congrès de Nuremberg. Il était revenu terriblement impressionné et il était au contraire très défavorablement impressionné par ses périodes d’officier de réserve, il trouvait que le moral n’était pas bon […]. D’autre part, on connaissait très bien cette mentalité de l’extrême droite où les conservateurs disaient : “Mieux vaut Hitler que Blum.” D’autre part, il y avait les communistes qui disaient : “Ce sont les guerres capitalistes.” ; enfin, les instituteurs qui n’étaient plus du tout les mêmes que les grands instituteurs de la Troisième […]. Autant j’étais pour la réoccupation de la Rhénanie en 1936, autant j’ai été pour Munich parce que je me disais : “Nous sommes en état d’infériorité complète.” ; je savais pour l’aviation parce que j’étais en relation avec Monnet […]. Pour Munich, pour gagner du temps, mais je savais que la guerre était inévitable. […] La France me paraissait faible parce que la natalité était de plus en plus en baisse. On était 38 millions, les Allemands 70 millions… Les Anglais n’avaient pas d’armée, pas la conscription, une armée moins forte qu’en 1914. »

53La perception de la puissance de la France, pour Leroy-Beaulieu (mais exprimée en 1982), est donc avant tout perception de sa faiblesse en face de l’Allemagne. Cette faiblesse, il l’explique par la force allemande, le mauvais moral de l’armée, le pacifisme britannique, la crise du patriotisme, la démographie, la démission de la droite et de la gauche. Il ne mentionne pas, fait curieux pour un inspecteur des Finances, de cause économique ou monétaire. Non, cette faiblesse de la France est avant tout morale : « On n’avait pas le ressort moral, on n’avait pas le nombre, on était divisés alors qu’eux étaient fanatisés, on y allait comme un chien qu’on fouette. » De ce changement des mentalités par rapport à 1914, il donne un exemple personnel :

« Quand mon père avait été porté disparu dans la Première Guerre, ma mère a dit : “Il est certainement mort, ton père ne s’est pas laissé faire prisonnier.” Quand mon frère a été porté disparu en mai 1940, ma mère a dit : “Pourvu qu’il soit prisonnier !” »

54En tout cas, si Leroy-Beaulieu a tenté de faire partager par les Américains ses inquiétudes afin de les préparer à l’idée d’une intervention – éventuelle et à terme – dans un conflit européen, il l’a fait à titre personnel car administrativement il n’avait pas à tenir ce langage-là.

55En revanche, Leroy-Beaulieu a-t-il transmis au ministre des Finances son opinion sur l’attitude américaine en cas de conflit ? Opinion qu’il résume ainsi :

« Pour moi, autant je disais : “Nous serons battus.”, autant je croyais que finalement nous serions victorieux à cause des Américains et des Anglais… J’étais persuadé que les USA entreraient le plus tard possible ; tant qu’ils croiraient que les Anglais pourraient résister tout seuls, ils n’entreraient pas en guerre mais s’ils voyaient que les Anglais étaient vraiment menacés, ils entreraient ; ils ne pouvaient pas faire autrement. »

56D’où lui vient cette conviction ? De son expérience, de son séjour aux États-Unis, de ses relations avec le « gratin républicain » pour qui « l’affaire en Europe n’était pas leur affaire », et de ses liens avec Roosevelt et Morgenthau. L’un et l’autre l’avaient convaincu qu’à terme les États-Unis, « Roosevelt regnante », aideraient l’Europe, comme il l’explique : « Je suis sûr que Roosevelt dans son for intérieur, dès le début, était décidé à mener l’Amérique en guerre, seulement il lui fallait être prudent parce que l’opinion n’était pas du tout pour lui. »

À ce moment-là, Morgenthau, au cours d’une de ses visites à l’automne 1939, lui fait la réflexion suivante : « Those fellows in the Pentagone haven’t yet understood that you are fighting our war. » Lui avait compris, il était juif en plus. »

57Les attributions d’un attaché financier lui font obligation d’informer régulièrement Paris sur ce sujet fondamental. Il est alors au sens plein un « expert accessible ». Rueff, Reynaud, Daladier, Bouthillier ont été informés par leur attaché financier des limites de l’isolationnisme américain. Informés mais non convaincus si l’on en juge un an plus tard par la signature de l’armistice.

58À Berlin, Aris est très clair : il n’avait pas à informer les Allemands de la situation française. C’est la raison pour laquelle on voit mal dans les archives quelle était sa perception de la puissance de la France. Interrogé aujourd’hui sur l’avant-guerre, il offre une vision large et contradictoire. La France était faible en face de l’Allemagne. Pourtant, elle restait pour lui une grande puissance militaire car « nous avions une marine splendide mais une armée lamentable ». Elle était une grande puissance financière, « et puis avec toutes ses colonies, elle représentait une puissance énorme ». Sa carrière préalable en Algérie nourrit sa vision du monde. Ce témoignage est tardif et ne peut être confirmé par les archives.

59Aris dit avoir tenté en vain de faire comprendre la situation économique et financière de l’Allemagne :

« Mon seul mérite est d’avoir suivi de près la politique économique et financière du docteur Schacht qui a permis le réarmement de l’Allemagne et le plein-emploi et d’avoir averti le ministre qu’il ne fallait pas escompter un effondrement du régime dans ce domaine, ce qui n’a pas dû plaire à tout le monde, car on se berçait de l’espoir que le régime disparaîtrait dans une faillite. Bonne excuse pour ne rien faire en vue de parer aux dangers. »

60Un an plus tard, à l’oral, il confirme : « J’étais tout à fait contre l’avis des gens de Paris qui croyaient que Hitler allait s’effondrer par suite de difficultés financières. Moi je leur ai dit : « Non ! ce n’est pas vrai ! N’attendez pas l’effondrement de Hitler des difficultés financières. »

  • 33 SAEF, B 31475.

61À la question : « Rueff ne croit pas ce que vous lui dites ? » Il répond : « À Paris, ils n’ont jamais cru… Ils n’ont pas compris la mentalité allemande. C’est un peuple tout à fait à part. » Or, cette fois, son témoignage est confirmé par les sources écrites, notamment par la conclusion de son rapport sur « Les conséquences monétaires et financières de l’Anschluss », le 18 mars 193833.

  • 34 Idem.

« Qu’importe si l’Allemagne, depuis 1933, consomme sa propre substance ? Sa politique ne lui a-t-elle pas permis en fin de compte de récupérer largement ce qu’elle avait gaspillé ? Il semble donc que ce serait une grave erreur de croire que l’absorption de l’Autriche nous rapproche du moment où l’Allemagne, ayant atteint les buts qu’elle s’était proposés – sans trouver d’ailleurs de résistance –, s’estimera satisfaite. Les succès éclatants qu’elle a emportés jusqu’ici ne font que l’inciter à persévérer dans sa politique de force et d’intimidation pour obtenir toujours davantage, politique qui n’exclut d’ailleurs pas l’emploi de moyens plus souples ni d’une propagande fort habile et ne connaît pas d’obstacles financiers34. »

  • 35 SAEF, B 31476.

62Quelle analyse perspicace ! Pourtant Paris reste sceptique, on le sait. De cette myopie, le nouvel ambassadeur, Coulondre, est le symbole, lui qui écrit, comme s’il n’avait jamais lu les rapports de son attaché financier, le 25 mai 1939, au ministre des Affaires étrangères qui transmet à Rueff : « On n’apercevrait pas comment le gouvernement allemand, malgré ses efforts, parviendrait à éviter l’écroulement de l’édifice instable construit par le docteur Schacht35. » Entre un attaché financier expérimenté, lucide mais peu introduit rue de Rivoli et dont l’analyse est contraire à tous les principes de politique économique en vigueur rue de Rivoli et l’ambassadeur traditionnel dont l’analyse est conforme à la doctrine financière orthodoxe, les Finances à Paris ne feront pas le bon choix.

63On retrouve le même fossé mental entre Montarnal à Rome et le ministère des Finances à Paris. Son témoignage n’a pu être vérifié, faute d’archives au ministère des Finances, mais il confirme ce que dit son homologue à Berlin :

« J’attachais plus d’importance aux lettres que, à chaque valise diplomatique – toutes les semaines –, j’envoyais au sujet des problèmes particuliers de l’économie et des finances italiennes. Je crois qu’elles intéressaient parfois un certain nombre de gens dont Rueff qui, en libéral convaincu, attendait, avec un certain étonnement devant la lenteur de l’évolution, l’explosion de l’économie italienne – comme d’ailleurs celle de l’économie allemande. Personnellement, plus sceptique, je lui disais, lorsque je le voyais à Paris, qu’une économie fermée bien organisée pouvait alors, au prix d’un certain aménagement de la vie interne du pays, durer assez longtemps. J’ajoutais que l’antagonisme entre les méthodes économiques des pays autoritaires comme l’Allemagne et l’Italie, et celles des autres nations occidentales, m’inspirait des inquiétudes quant à l’avenir car elles me paraissaient faire partie d’un ensemble. Hélas ! »

64Si les paroles changent, la musique est la même mais Paris n’est visiblement pas sur la même longueur d’ondes !

65Pourquoi ce scepticisme français devant la réalité rapportée ?

66Doute-t-on à Paris de la qualité des sources ? Bien sûr, en régime dictatorial, les contacts, on l’a vu, sont moins aisés et Aris, comme Montarnal, sont les moins bien introduits des attachés financiers. Mais ils disposent tous deux des revues spécialisées et de leurs relations avec les autres attachés français et étrangers. Aris est très lié avec l’attaché financier anglais et ceux des « petits pays quelquefois qui sont très bien informés, les Suisses surtout ! » Enfin, il connaît bien Schacht.

67Est-ce le mode de transmission de l’information qui atténuerait la portée du message ? L’information parvient-elle jusqu’aux « décideurs » ? Quel rôle de filtre jouent le directeur du Mouvement général des fonds, leur supérieur hiérarchique, ou ses sous-directeurs, tous inspecteurs des Finances ? Il est vrai qu’Aris est peu connu à Paris, que Leroy-Beaulieu accumule les rapports écrits et franchit assez peu l’Atlantique, mais ce n’est pas vrai de Montarnal. Enfant prodige de l’Inspection des finances, bien introduit au Louvre, il informe directement Paris. Et Leroy-Beaulieu, à chaque passage à Paris, rencontre Couve de Murville, son ami, Rueff et Reynaud.

68Les raisons sont donc aussi ailleurs. Leurs attributions les relèguent à un rôle secondaire d’« experts accessibles » et non « choisis » ; autrement dit, ils sont nommés pour informer, non pour être consultés ni pour convaincre. Mais, on l’a vu, leur fonction a une certaine élasticité qu’ils peuvent faire jouer selon leur rayonnement personnel et selon le moment.

69Aussi bien, s’ils ne sont pas entendus c’est aussi parce que leur conviction ou leur perception est trop différente de celle du ministère des Finances. Ainsi, on voit que sa foi dans le libéralisme ne permet pas à Rueff de comprendre la solidité relative des économies en autarcie.

70Leur séjour à l’étranger, leur connaissance de l’autre les rendent perméables à des réalités objectives contraires aux croyances dominantes des « décideurs » de Paris, sédentaires pour la plupart, engoncés dans des certitudes rigides et souvent doctrinales. Les résistances aux informations sur l’étranger sont d’autant plus grandes que celles-ci sont plus éloignées des opinions dominantes. Là se trouve la limite du pouvoir des attachés financiers.

  • 36 Sur le rôle joué par E. Mönick en 1936, voir R. Girault, « Léon Blum, la dévaluation de 1936 et la (...)

71Le témoignage d’Emmanuel Mönick à Londres, sur un autre sujet, confirme cette hypothèse. La foi dans le « parapluie » anglais, garant de la sécurité, a en quelque sorte aveuglé les « décideurs » qui n’ont pas compris le pacifisme anglais et n’en ont pas tiré les conséquences. Pourtant, Mönick a bien perçu cette crise du « pacifisme anglais » ; elle le conduit à conseiller comme seul salut l’union des trois grandes démocraties car il est également convaincu de la faiblesse de la France, faiblesse qui tient, si l’on résume son témoignage, à la crise économique aggravée par la politique monétaire, à l’incohérence du Front populaire, à la division du peuple français. En 1936, les démarches de Mönick s’inscrivaient dans la logique de l’union des démocraties avec pour corollaire une meilleure information des États-Unis sur l’Europe. Il a réussi36. Mais cela est resté une exception. Ensuite, « La diplomatie française et la diplomatie britannique ont manqué d’autorité et de savoir-faire vis-à-vis des États-Unis d’Amérique. » Ses conseils à propos de l’Allemagne ne sont pas plus suivis : « Je suis resté, jusqu’à la dernière minute avant la guerre, partisan d’initiatives économiques vis-à-vis de l’Allemagne mais à une condition expresse, c’est qu’elles fussent toujours prises en commun par les trois grandes démocraties. »

72Or les relations économiques ont été bilatérales, les accords commerciaux franco-allemands de 1937-1938 ont été négociés par la France seule.

Conclusion

73Ces inspecteurs des Finances attachés financiers sont donc éclairés mais leurs lumières ont rarement guidé les occupants du Louvre. Quant à leur perception de la puissance de la France, elle est (reconstituée de mémoire aujourd’hui) perception de faiblesse : militaire, démographique, économique et surtout morale. Assurément, pour eux, la France a cessé, dans les années trente, d’être une puissance au sens où J.-B. Duroselle l’entend Elle conserve sa marine, son Empire, des capitaux, mais les attachés financiers lucides ont compris qu’elle n’est plus en mesure, à partir de 1936, de « faire fléchir la volonté de l’adversaire ». Le comprenant, ils ont cherché, inégalement il est vrai, à en avertir Paris afin que les « décideurs », eux, en tirent les conséquences implacables.

74« Experts accessibles » toujours, « experts choisis » très exceptionnellement, les attachés financiers restent des techniciens des Finances et non des fonctionnaires d’autorité, technocrates dirions-nous aujourd’hui. Pour autant, leur poids n’est pas égal. Emmanuel Mönick s’est donné les moyens de faire prévaloir ses vues même s’il a échoué plus souvent qu’il n’a réussi. Paul Leroy-Beaulieu, au départ mieux armé, a compris ses attributions dans leur sens le plus large. Aris et Montarnal, avec moins d’atouts pour convaincre et sur un rayon d’action plus limité, ont prêché en vain, eux, pour leur vision des réalités.

75Trop souvent, cette petite minorité a raison, seule ou presque. Leur lucidité s’explique par leur passé et leur carrière, mais plus encore par les compétences acquises, leur maîtrise de la situation économique et financière du pays où ils sont en poste ; ils cherchent à comprendre au-delà de l’approche mondaine ou théorique. Leurs fonctions de gestionnaires, d’intermédiaires et d’informateurs ne les conduisent pas à faire partie de l’équipe décisionnelle mais deux d’entre eux, au moins, disposent des relais nécessaires pour se faire mieux entendre : Leroy-Beaulieu et Mönick et, plus à la marge, Montarnal.

76Pourtant, tous ont rencontré des résistances, proportionnelles à l’écart existant entre leur perception des réalités et celle du ministère des Finances. Court-circuités par les missionnaires de Paris dans les négociations internationales, trop rarement écoutés par ceux-là mêmes qu’ils sont chargés d’informer, ces hauts fonctionnaires « nomades » ne sont pas vraiment pris au sérieux par leurs camarades de l’Inspection à la carrière plus prestigieuse. Ils peuvent d’autant moins convaincre, en dépit d’un langage commun et d’une commune appartenance à l’Inspection, qu’ils tiennent des propos trop éloignés de la perception des inspecteurs de la rue de Rivoli. Hélas !

Notes

1 Ce chapitre, légèrement modifié, a été publié dans : « Les attachés financiers en 1938 – technocrates ou techniciens ? – et la perception de la puissance économique de la France », Relations internationales, no 33, 1983, p. 43-64.

2 Avec l’inflation des titres, ils portent aujourd’hui le titre plus prestigieux de ministres plénipotentiaires après celui de conseillers financiers.

3 Les chiffres entre parenthèses correspondent à la date de leur entrée à l’Inspection. Cette date est mentionnée à la suite du nom d’un inspecteur la première fois qu’il est cité dans le chapitre. Cette étude n’a pu être menée que grâce à la bienveillante collaboration de ces hauts fonctionnaires eux-mêmes. En effet, ils étaient tous les quatre vivants et ont bien voulu répondre, par écrit ou oralement, à un questionnaire qui leur a été adressé en 1981. Il y a là une homogénéité et une qualité de sources exceptionnelles pour l’historien, d’autant que ces témoignages ont pu être complétés ou confrontés avec les archives du ministère des Finances. Toutes les citations – sauf exception signalée – sont issues de ces quatre témoignages.

4 Question à laquelle répond aussi Robert Frank dans sa communication « Les attachés financiers et la perception de la puissance », Relations internationales, no 33, printemps 1983, p. 23-42, article qui complète une étude publiée peu avant : « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique, 1919-1945 », Relations internationales, no 32, hiver 1982, p. 489-503.

5 J.-B. Duroselle, Tout empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 120 et suiv.

6 « J’ai compris ce jour-là, à jamais, que dans toute action humaine, l’erreur, l’injustice, le malheur sont indivisiblement mélangés au bien, à la bonne volonté, à la chance comme dans l’air l’oxygène à l’azote. Ce n’est pas une raison de se refuser à l’action, c’en est une de montrer un peu d’indulgence aux autres… et parfois à soi-même », E. Mönick, Pour mémoire, Paris, édité à compte d’auteur, 1970, 235 p.

7 D. Leca, La Rupture de 1940, Paris, Fayard, 1978, p. 96.

8 « Dans ma famille, nous avons toujours été très orientés sur l’étranger, contrairement à beaucoup de Français de l’époque… par exemple nous n’avions que des amis étrangers allemands et anglais et polonais […] pendant toute la guerre […] ma mère (mon père a été tué en 1915) a exigé qu’à dîner on parle allemand à table. »

9 Jacques Bardoux, fils du sénateur, chef de cabinet du maréchal Foch, délégué français à la conférence de Gênes et à la Société des Nations.

10 Le père de Montarnal est fonctionnaire dans l’administration de l’Enregistrement et du Domaine, directeur départemental avant de terminer sa carrière comme conservateur des hypothèques. Ses grands-pères sont administrateur d’immeuble et receveur-percepteur.

11 À son tour, Montarnal introduira au cabinet des Finances son ancien « poulain », Dominique Leca.

12 Pour une approche précise de cette fonction qui prend une tout autre importance à partir de la guerre, il faut lire les quatre interviews menées par F. Descamps en 1989 avec Roger Goetze (conservés à l’IGPDE), son successeur de 1942 à 1949 : Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, texte établi, présenté et annoté par N. Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, notamment p. 97-129 et p. 181-210.

13 Cf. chapitre ci-dessus, « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc ».

14 Sur les responsabilités des attachés financiers dans l’entre-deux-guerres, on doit aussi se reporter R. Frank, « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique 1919-1945 », art. cité ; R. Frank, « Les attachés financiers et la perception de la puissance en 1938-1939 », art. cité ; A. Boy de La Tour-Terray, « Les attachés financiers à Washington depuis 1919 », dans A. Girault, P.-F. Pinaud (dir), Vieux papiers, vieux souvenirs, 80 ans de glanes d’histoire financière, Paris, Éditions du Trésor, 1999, 365 p., p. 351-357 ; et L. Quennouëlle-Corre, « Le Mouvement général des fonds et la coopération européenne au tournant des années trente », dans L. Badel, S. Jeanneson, N.P. Ludlow, (dir), Les Administrations nationales et la construction européenne, une approche historique, (1919-1975), Bruxelles, Peter Lang Éditions, 2005, 409 p.

15 Ce témoignage est confirmé par celui de Montarnal.

16 Appert a contesté ultérieurement ce jugement abrupt de Leroy-Beaulieu, qui doit être considéré par comparaison. Il est sûr, en effet, que sur ces deux critères-là, Leroy-Beaulieu l’emporte.

17 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, Paris, Plon, 1977, p. 110.

18 Pour l’historique des agences financières, voir l’article cité de Robert Frank ; pour l’agence de New York, cf. A. Boy de la Tour-Terray, « Les attachés financiers à Washington de 1919 à nos jours », La Revue du Trésor, août-sept. 1993, p. 520-527 et, aux archives du ministère des Finances, le carton B 39680.

19 SAEF, B 21816.

20 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 117.

21 Ce montant peut être connu par les archives des agences financières, cf. SAEF, B 21816 pour New York.

22 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 70.

23 L’attaché financier devait gérer également un terrain à Brooklyn.

24 H. Alphand, L’Étonnement d’être, Paris, Fayard, 1977, p. 15.

25 J. Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1991, 642 p.

26 SAEF, B 21816, no 13676.

27 P. Fridenson et J. Lecuir, La France et la Grande-Bretagne face aux problèmes aériens (1935-mai 1940), Service historique de l’armée de terre, 1976, III-208 p., p. 31.

28 Témoignage qui n’a pu être confronté avec les archives, encore inaccessibles pour la période de la guerre à l’époque du colloque pour lequel cette recherche a été faite.

29 Jean-Frédéric Bloch-Lainé, reçu en 1911, fut chef de l’agence financière aux États-Unis pendant la Première Guerre. Dès 1919, il quitte l’administration pour exercer des responsabilités dans plusieurs banques successives et, depuis 1929, il dirige la maison Lazard Frères.

30 Dans ses Mémoires, Jean Monnet raconte que ces transactions ont été faites à sa demande. Il a transmis à J.-F. Bloch-Lainé un ordre câblé de Bordeaux de la présidence du Conseil, demandant la suspension de signature de tout contrat pour la France et d’essais de résiliation, sous réserve de transfert, de quelques-unes, conformément aux accords signés entre Weygand et l’ambassadeur d’Angleterre Campbell. Mais prenant l’initiative d’une interprétation large de ces accords, il donne pour consigne de transférer aux Anglais tous les contrats. J. Monnet, Mémoires, op. cit., p. 176.

31 Ibid., p. 55.

32 SAEF, B 21830. Voir aussi : R. Frank, « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique 1919-1945 », art. cité ; « Les attachés financiers et la perception de la puissance en 1938-1939 », art. cité.

33 SAEF, B 31475.

34 Idem.

35 SAEF, B 31476.

36 Sur le rôle joué par E. Mönick en 1936, voir R. Girault, « Léon Blum, la dévaluation de 1936 et la conduite de la politique extérieure de la France », Relations internationales, no 13, printemps 1978, p. 91-109.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540