Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Quatrième partie. Les inspecteurs des Finances en action : deux ‎études de cas

Chapitre XIV. Les inspecteurs et la défense du franc, 1934-19361

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est une version, remaniée et actualisée, d’une communication publiée dans « Les Inspect (...)
  • 2 J. Le Goff, « La Vision des autres. Un médiéviste face au temps présent », Questions à l’histoire d (...)

« Quand les économistes recourent à l’histoire, c’est en général pour invoquer les théoriciens et les théories… ou remonter au plus loin à la crise de 1929… Sait-on que le discrédit des dévaluations remonte au Moyen Âge, où elles apparaissent comme des fabrications de mauvaise monnaie ? »
Jacques Le Goff2

  • 3 C. Gide, C. Rist, Histoire des doctrines économiques, 6e édition, Paris, Recueil Sirey, 1944, p. 86 (...)

« Cependant il reste un terrain sur lequel non seulement les divergences, les luttes continuent, mais probablement ne cesseront jamais : c’est celui de la politique économique et sociale… Libéraux, socialistes, interventionnistes, socialistes d’État et socialistes chrétiens continuent à opposer leur idéal et leurs méthodes d’action. Est-ce la Science qui les départagera ? Certainement non, car les raisons sur lesquels ils s’appuient sont empruntées pour une bonne part à d’autres choses qu’à la science. Les croyances religieuses ou morales, les convictions politiques et sociales, les sentiments et les préférences individuels jusqu’aux expériences et aux intérêts personnels jouent ici leur rôle et contribuent à déterminer l’orientation de chacun. »
C. Gide, C. Rist3

  • 4 Exception faite de trois élus : Caillaux (1888), Lasteyrie (1902) et Piétri (1906). L’influence de (...)
  • 5 Ces chiffres représentent les emplois occupés par des inspecteurs des Finances, non les hommes. Ces (...)

1En 1934-1935, une vingtaine d’inspecteurs des Finances détiennent les plus hautes responsabilités monétaires, budgétaires, fiscales, financières et bancaires hormis le pouvoir politique4, près d’une quarantaine si l’on compte ceux qui sont consultés sans être acteurs directs. Les emplois qu’ils occupent concernent : les cabinets de la présidence du Conseil, (3), du ministre des Finances (4) et de quelques autres (7) ; les directions du ministère des Finances (16) et agences financières (5) ; les établissements publics, banques surtout, (13) ; les commissions ou conseils consultatifs5. Ils sont donc acteurs (décideurs ou conseillers) des politiques suivies alors.

  • 6 Ce « bloc-or » est le résultat de l’accord des banques centrales de la France, la Belgique, l’Itali (...)
  • 7 Cité par J. Rueff, De l’Aube au crépuscule, Paris, Plon, 1997, 443 p., p. 125.
  • 8 Nous laissons volontairement de côté les autres aspects de la politique économique et financière de (...)

2Choisis pour leur compétence intellectuelle et leur connaissance des finances publiques, ils ont pourtant presque tous fait une analyse erronée et ont suggéré ou accepté le mauvais choix en défendant le franc Poincaré et le « bloc-or6 ». Ils ne se sont ralliés que très tardivement (généralement après les élections de 1936) à la thèse de la dévaluation, c’est-à-dire de la parité avec la livre et le dollar, ce « remède spécifique à un mal mondial, la baisse des prix de gros7 », thèse défendue depuis le 28 juin 1934, lors d’un débat à la Chambre, par Paul Reynaud. Ils ont préconisé ou participé, selon leurs emplois, à la politique de Doumergue, Flandin et Germain-Martin d’abord, de Laval, Sarraut et Régnier ensuite : politique protectionniste à l’extérieur, politique de déflation budgétaire à l’intérieur, qui se sont révélées, avant même les élections de mai 1936, à la fois financièrement inefficaces, économiquement nuisibles et politiquement impopulaires, voire suicidaires pour un gouvernement modéré8.

  • 9 Outre O. Feiertag, il faut citer, par ordre alphabétique : J.-C. Asselain, Entre l’État et le march (...)

3Les historiens ou les économistes, à commencer par Jean Bouvier ou Alfred Sauvy mais, plus récemment, Olivier Feiertag, Kenneth Mouré, Bertrand Blancheton, Michel Margairaz, Jean-Marcel Jeanneney9, s’appuyant sur les archives publiques, privées et la presse, ont montré les prises de position, les arguments avancés et les résultats obtenus. Analyse sévère résumée par J.-M. Jeanneney :

  • 10 J.-M. Jeanneney, « Monnaie et mécanismes monétaires », art. cité, p. 326.

« Lorsque en 1934 et en 1935 les graves inconvénients de cette surévaluation du franc apparurent de plus en plus manifestes, le refus aussi bien par les partis de gauche que par les gouvernements de droite alors au pouvoir de toute dévaluation du franc fut une erreur grave de politique économique, beaucoup moins excusable à ce moment-là10. »

  • 11 Même si depuis 1933 et plus précisément en 1935, la SFIO refuse la déflation et « l’hypnose du défi (...)

4De ces études ressort l’étroite communauté de vue entre hauts fonctionnaires des Finances, hommes politiques de droite ou de gauche, économistes et milieux d’affaires jusqu’aux élections de 193611. Toutes mettent également en avant les contraintes intérieures et extérieures, perceptibles dès 1933 et plus encore en 1935.

  • 12 A. Sauvy, Histoire économique de la France, op. cit., p. 103 et suiv.
  • 13 J.-M. Jeanneney, « Monnaie et mécanismes monétaires », art. cité, p. 326.
  • 14 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 53.
  • 15 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 129-134 ; M. Margairaz, L’État, les finances et l’é (...)
  • 16 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 55.

5Pour expliquer la non-clairvoyance dès 1933, les explications, jusqu’à présent, mettent l’accent sur l’ignorance des décideurs position d’Alfred Sauvy, contestée par Michel Margairaz ; sur la méconnaissance de la durée nécessaire en politique12 ; sur le souvenir de la dépréciation et de l’inflation de l’après-guerre ; ou sur les « conceptions passionnelles de politique économique13 ». Les différents motifs qui ont pu conduire à « cette erreur grave » ont bien été analysés. « Motifs superficiels, de caractère moral à destination de l’opinion, abondamment cités dans divers sottisiers du fétichisme monétaire », pour reprendre les mots de Michel Margairaz14. Motifs psychologiques, mis en évidence par Olivier Feiertag. À propos de Baumgartner (1925), le fétichisme de l’équilibre budgétaire des épargnants entraîne un effet psychologique désastreux du déséquilibre budgétaire alors que depuis 1933, les ministres des Finances ont tant besoin de la confiance pour placer leurs bons du Trésor15. Motifs d’ordre technique, présents dans la presse plus spécialisée et surtout dans les archives des grandes directions des Finances, qui tiennent compte de la difficulté d’obtenir le renouvellement des bons et de lancer de nouveaux emprunts à l’heure où les capitaux étrangers font défaut. Motifs sociopolitiques enfin, soulignés par tous les auteurs, décelables autant dans les archives que dans les témoignages a posteriori, résumés par Michel Margairaz dans la conclusion de son chapitre sur « le rejet cohérent de la dévaluation » : « La surévaluation des prix français était connue mais, à tort ou à raison, les risques sociopolitiques de la dévaluation ont été jugés supérieurs à ceux de la déflation, à la fois par les autorités administratives, patronales et politiques16. »

6Notre propos n’est pas de revenir sur ces constats solidement étayés mais de prendre en compte plus spécifiquement, pour l’immense majorité d’entre eux, leur qualité d’inspecteurs des Finances. Il s’agit de donner à l’histoire de l’Inspection et de la haute administration des Finances toute sa place dans l’histoire financière, monétaire et budgétaire de cette période et, plus précisément, aux inspecteurs des Finances leur responsabilité dans l’histoire du franc de ces années 1934-1936.

  • 17 Ceux que nous avons enregistrés entre 1980 et 1982, grâce à l’appui du service de l’IGF notamment, (...)

7C’est dans l’analyse biographique comparative de ces hommes (âge, formation intellectuelle, expérience antérieure, responsabilités exercées, préoccupations professionnelles, perspectives de carrière, esprit de corps, conception du service public, dépendance envers le pouvoir politique), appuyée sur les archives publiques, sur les dossiers personnels et sur des témoignages oraux17 que nous avons cherché les réponses à la double question. Pourquoi la grande majorité des inspecteurs des Finances décideurs n’a-t-elle pas été en mesure de percevoir les erreurs de la politique monétaire suivie alors et d’en proposer une autre ? Eussent-ils été plus lucides – et une petite minorité l’a été avant d’autres – pourquoi n’auraient-ils pas réussi à convaincre les décideurs politiques ?

8Paradoxalement et dit de manière plus provocante, nous voudrions démontrer : d’une part, que c’est parce qu’ils sont de brillants inspecteurs des Finances que la très grande majorité ne peut pas, alors, défendre les propositions iconoclastes d’un Paul Reynaud et ne peut que plaider pour une politique orthodoxe avant mars 1936 ; d’autre part, que c’est aussi parce qu’ils sont de brillants inspecteurs des Finances qu’ils ne peuvent pas, sauf de trop rares exceptions, faire pression sur les gouvernements modérés de 1934 à 1936.

9Une anecdote, rapportée par Paul Leroy-Beaulieu (1929), illustre avec humour nos hypothèses et éclaire notre démarche :

  • 18 Pierre Laval est président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 7 juin 1935 au 24 janv (...)
  • 19 Entretien enregistré avec l’auteur en décembre 1981. Sa mémoire des fonctions exercées est un peu d (...)

« Alors, quand est arrivé Laval18, on se trouvait exactement dans la même position que l’Angleterre avec Churchill après la Première Guerre […]. Le dollar avait été dévalué, la livre avait été dévaluée et on voulait conserver le franc à sa parité ancienne, […] alors le ministère croyait qu’il pouvait résoudre toute l’affaire en rétablissant l’équilibre budgétaire, ce qui impliquait la diminution du traitement des fonctionnaires de 10 %. Moi cela me semblait de la folie à la fois du point de vue économique et du point de vue politique. Je me rappelle, il y a eu une réunion au ministère, officieuse, où il y avait Baumgartner qui était directeur du Mouvement général des Fonds, Rueff, qui devait être sous-gouverneur de la Banque de France, Boissard qui était directeur de l’Enregistrement et Bouthillier qui était directeur du Budget et moi au titre du Contrôle des Régies. Alors on a discuté de cette politique et moi je leur ai dit que c’était de la folie. Que du point de vue économique je ne voyais pas comment on s’en sortirait avec des prix tellement plus élevés ou alors il faudrait faire une pression sur les prix telle qu’on aurait forcément l’explosion, qu’on n’y arriverait pas, étant donné les monnaies internationales qu’étaient la livre et le dollar, c’était vraiment David contre Goliath. Et que du point de vue politique, c’était stupide, quand on pouvait diminuer les gens sans le leur dire en dévaluant, que d’aller leur mettre sous le nez, enfin moi j’ai défendu mon point de vue : il faut dévaluer, il faut être raisonnable […]. Je me rappelle que Baumgartner m’a dit : “P.L.B. – ils m’appelaient tous P.L.B. à ce moment-là –, vous raisonnez plus en maire de village qu’en inspecteur des finances.” Alors je lui ai dit : “Je raisonne peut-être en maire de village mais je raisonne certainement en bon camarade de l’Inspection et nous nous reverrons l’année prochaine.” L’année prochaine, le Front populaire était arrivé, Bouthillier avait été viré du Budget à la Ville de Paris, Baumgartner avait été viré du Mouvement des Fonds au Crédit national, Rueff, je ne me rappelle plus ce qui lui est arrivé, et moi, au contraire, on m’a nommé à Rome comme attaché financier19. »

10De ce témoignage, retenons d’abord qu’un débat a bien eu lieu, que ces inspecteurs des Finances ont dû donner leur avis, voire leur accord, qu’ils ont eu un rôle à jouer, des choix à faire.

  • 20 Titre du chapitre consacré à l’inspection des Finances de l’ouvrage écrit par François Piétri, insp (...)

11Retenons ensuite la remarque prêtée à Baumgartner : « P.L.B., vous raisonnez plus en maire de village qu’en inspecteur des finances. » En 1935, défendre la dévaluation ne peut pas être un raisonnement d’inspecteur des Finances. Mais alors, que signifie cette expression : « raisonner en inspecteur des Finances » ? La réponse à cette question nous fournira sans doute la clé essentielle pour comprendre la myopie collective du « Grand État-Major20 ».

  • 21 K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », (...)

12Cette référence un peu méprisante aux maires de village pose le problème du rapport de force entre d’une part les élus, les hommes politiques en général, et d’autre part, le ministère des Finances (ministre et directeurs) qui, comme l’indique Kenneth Mouré, « commençait tout juste à assumer une responsabilité accrue vis-à-vis de l’économie21 ». Or le pouvoir des ministres des Finances tient largement aux compétences techniques de leurs collaborateurs inspecteurs qui sont, eux, peu sensibles aux conséquences politiques des choix opérés.

13Retenons encore les termes dans lesquels le problème du franc aurait été posé, c’est-à-dire un problème monétaire que l’équilibre budgétaire pouvait résoudre. Ce témoignage sur leur diagnostic et leurs réponses mérite d’être infirmé ou confirmé. L’ont-ils tous partagé ?

14Retenons enfin la référence explicite à la dépendance étroite des inspecteurs des Finances envers le pouvoir politique, lisible dans les mutations de carrière après les élections de 1936, qui met en évidence les limites de leur pouvoir d’influence au sein du ministère et du ministère au sein du gouvernement.

15Après avoir analysé les responsabilités exercées et la logique de leurs prises de position dans chaque direction ou institution, nous chercherons, dans le portrait croisé de ces inspecteurs des Finances, ce qu’ils ont à la fois de commun et de spécifique qui a pu les conduire à cette erreur collective, eux qui étaient les mieux informés et les plus « capables ». L’histoire des trajectoires individuelles révèle que la logique de leur formation, de leur recrutement, de leurs ambitions, de leur carrière, c’est-à-dire la logique de corps, ajoutée à la logique de leur fonction l’emportent, à cette époque, sur celle de leurs compétences intellectuelles et de leur capacité de jugement, par ailleurs bien réelles. Ces logiques, et notamment leur esprit de corps, constituent autant d’obstacles, d’une part à une analyse pertinente des réalités économiques et politiques françaises et internationales nouvelles, donc à leur perspicacité, d’autre part à leur capacité à proposer ou à imposer autre chose que l’orthodoxie monétaire et budgétaire. Elle donne aussi la mesure de leur marge de manœuvre limitée vis-à-vis du politique.

I. Fonctions et prises de position

16Au 1er mars 1934, 29 inspecteurs des Finances, et au 1er juillet 1935, lors de la formation du gouvernement Laval, 31 inspecteurs des Finances sont alors concernés, plus ou moins directement, par la politique financière.

17Sur les deux années, 37 inspecteurs des Finances ont donc participé, inégalement il est vrai, en tant que hauts fonctionnaires, à la politique de déflation. Et si l’on ne conserve que ceux qui sont en poste rue de Rivoli ou à la présidence du Conseil (cabinets, grandes directions, agences financières à l’étranger), ils ne sont plus que 19.

  • 22 En effet, si nous ne possédons guère de témoignages des promotions antérieures à la Première Guerre (...)
  • 23 Lorsque nous parlerons des inspecteurs des Finances et de la déflation, que l’on veuille bien admet (...)

18Ces 37 personnalités, qui ne représentent que 17 % des effectifs, ne constituent pas un échantillon statistiquement représentatif de l’Inspection des finances dans les années 1934-1935. Et leur position sur le franc (qui ne fut pas unanime, comme nous le verrons) n’est pas non plus celle de la totalité des inspecteurs22. Non représentatifs donc, nos 19 ou 37 décideurs inspecteurs forment une équipe petite mais puissante23.

  • 24 Les responsabilités exactes d’Adéodat Boissard ne sont pas claires dans les sources consultées. Il (...)
  • 25 Par ordre d’ancienneté dans le corps de l’Inspection. Nous ne donnons les initiales des prénoms que (...)

19On trouve au cabinet des présidents du Conseil : Le Bec (1917), directeur du sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil (ministère Flandin) Perreau-Pradier, du 12/06/35 au 21/11/35 ; A. Boissard (1927), collaborateur au cabinet du président du Conseil Laval, du 07/06/35 au 24/01/3624 ; Filippi (1930), conseiller technique officieux du président du Conseil Sarraut, du 24/01/36 au 04/06/3625.

20Au cabinet des ministres des Finances, on trouve Bouthillier (1927), chef de cabinet de Germain-Martin du 10/02/34 au 19/03/35 ; Leroy-Beaulieu (1929), chef adjoint de cabinet de Germain-Martin du 16/02/34 au 31/03/35 ; Ripert (1927), chef de cabinet de Germain-Martin du 07/03/35 au 07/06/35 ; Dayras (1912), chargé de mission de Germain-Martin en mars 1935 ; Meaudre (1930), chef de cabinet de Régnier du 01/06/35 au 04/06/36.

21Dans les cabinets des autres ministères, on trouve : Delsériès (1922), chef adjoint du cabinet du ministre de Travail Marquet, du 10/02/34 au 15/06/34 ; Tournier (1926), chef adjoint de cabinet du ministre de la Marine marchande W. Bertrand, du 10/02/34 au 30/10/34 ; A. Boissard (1927), chef adjoint de cabinet de Laval, ministre des Colonies, du 12/02/34 au 13/10/34, puis président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 13/10/34 au 06/06/35 ; G. Ardant (1929), chef de cabinet du ministre du Travail Frossard, du 05/06/35 au 04/06/36 ; Francin (1929), chef adjoint de cabinet du ministre de l’Air, le général Denain, du 23/02/34 au 22/01/36 ; Filippi (1930), chef adjoint de cabinet du ministre du Commerce et de l’Industrie Lamoureux, du 13/02/34 au 07/11/34, puis conseiller technique au cabinet du ministre des Travaux publics Laurent-Eynac, du 07/06/35 au 23/01/36 ; Leca (1932), chef adjoint de cabinet de Piétri (1906), ministre de la Marine militaire (et inspecteur des Finances), du 11/02/34 au 08/11/34.

22Dans les grandes directions du ministère des Finances on trouve :

23Au Mouvement général des fonds : Boisanger (1920), directeur du 06/01/34 au 01/01/35 ; Rueff (1923), directeur adjoint du 18/01/34 au 22/11/36 ; Baumgartner (1925), directeur adjoint du 10/01/34 au 01/01/35 puis directeur du 02/01/35 au 20/11/36 ; Maxime-Robert (1927), sous-directeur du 02/01/35 au 15/06/37 ;

24Au Budget et Contrôle financier : Haguenin (1923), directeur du 20/07/32 au 19/03/35 ; Georges-Picot (1925), sous-directeur du 01/05/31 au 06/05/34 ; Bouthillier (1927), directeur du 20/03/35 au 17/11/36 ; Ripert (1927), sous-directeur du 07/05/34 au 21/12/36 ;

25À la direction de la Comptabilité publique : J.-J. Bizot (1922), directeur du 11/01/34 au 16/07/35 ; J. Brunet (1924), sous-directeur puis directeur adjoint du 01/03/29 au 15/07/35, puis directeur jusqu’au 03/09/40 ;

26À la direction générale des Contributions indirectes : Deroy (1923), du 19/07/32 au 01/01/35 ; Boisanger, du 02/01/35 au 02/07/37 ;

27À la direction générale des Contributions directes : J.-J. Bizot, directeur du 17/07/35 au 27/10/37 ;

28À la direction des services du Contrôle des administrations financières (ou Contrôle des régies) : Bouthillier (1927), directeur du 19/07/32 au 20/03/35 ; Leroy-Beaulieu (1930), qui fait fonction de directeur du 01/04/35 au 15/07/35 ; Georges-Picot, du 16/07/35 au 31/12/36 ;

29Dans les agences financières : à Londres, Mönick (1920), du 02/03/34 au 10/07/40 ; à New York, Appert (1922), du 01/03/34 au 31/07/37 ; à Rome, Roumilhac (1922), du 02/02/31 au 15/07/35 ; à Bruxelles (qui n’exige pas la présence permanente), Maxime-Robert (1927), du 01/03/29 au 01/04/35, puis Leroy-Beaulieu (1930) jusqu’au 15/07/35.

30Dans les établissements publics ou semi-publics, on trouve :

31À la direction des Monnaies et Médailles : Moeneclaey (1920), du 03/07/34 au 22/03/46 ; au secrétariat général de la Loterie nationale, Watteau (1922), du 21/09/34 au 10/11/37 ;

32À la Caisse des dépôts et consignations : Deroy (1923), directeur général du 02/01/35 au 25/01/45 ;

33Au Crédit national : L. Martin (1890), directeur général du 01/01/19 au 24/11/36 ; Du Buit (1913), directeur du 26/01/29 au 13/07/41 ;

34Au Crédit foncier : Leclerc (1900), gouverneur général du 20/10/28 au 06/05/36 ; Guérin (1913), sous-gouverneur du 17/11/30 au 07/05/36 ; Villard (1921), second sous-gouverneur du 19/07/32 au 16/06/40 ;

35À la Banque de l’Algérie : Escallier (1909), directeur général du 03/02/34 au 14/05/46 ;

36À la Banque d’État du Maroc : Dayras (1912), commissaire du gouvernement du 23/11/32 au 07/08/44 ;

37À la Banque de l’Afrique occidentale française : Du Moulin de Labarthète (1925), du 27/05/32 au 30/10/39 ;

38Enfin, à la Banque de France : Fournier (1919), premier sous-gouverneur du 01/03/34 au 20/07/37 ; Lacour-Gayet (1921), directeur des Études économiques du 01/07/30 au 30/09/36.

39Il est remarquable que la direction la plus sensible aux effets des taux de change, celle des Douanes, ne soit pas et n’ait pas été, dans l’entre-deux-guerres, occupée par un inspecteur des Finances. Elle eût pourtant pu tirer mieux que d’autres les leçons de la politique protectionniste et de la politique de défense du franc.

40Notons aussi que la Banque de France est représentée mais qu’elle n’est pas dirigée par un inspecteur des Finances. Le gouverneur est Tannery, directeur général de la caisse des Dépôts, nommé en janvier 1935 par Germain-Martin pour succéder à Moret, ancien directeur du MGF, qui lui non plus n’était pas issu de l’Inspection.

  • 26 A. Plessis, « Les Banques, le crédit et l’économie », dans M. Lévy-Leboyer et J.-C. Casanova (dir.) (...)
  • 27 Cette histoire difficile et complexe est heureusement en chantier grâce, notamment, aux nombreuses (...)

41Enfin, il va de soi que l’influence des banquiers privés (40 inspecteurs démissionnaires ou en disponibilité y sont actifs dans ces deux années-là) sur la politique monétaire ne peut être sous-estimée, particulièrement à cette époque où le Trésor a tant besoin de leur concours et où ces grands établissements, désireux de rester liquides et victimes de la baisse des effets commerciaux, sont si gourmands de fonds d’État, comme l’a bien expliqué Alain Plessis26. Mais ils resteront hors de l’épure, d’une part parce qu’ils ont cessé d’être des serviteurs de l’État – et même si certains pensent servir encore l’intérêt général, ils sont d’abord les serviteurs de leur entreprise et de leurs actionnaires –, d’autre part parce que les sources éclatées de l’histoire bancaire n’ont pas encore permis d’écrire une histoire des banquiers dans laquelle l’éventuelle spécificité des managers issus de l’Inspection serait mise en évidence avec leurs prises de position, leurs arguments et leur influence dans ce débat sur le franc27.

42Nous ne savons, hélas, pratiquement rien aujourd’hui des arguments d’Adéodat Boissard ou de Meaudre au cabinet de Pierre Laval : le premier fidèle de Cathala et de Laval, le second protégé de Joseph Caillaux, président de la Commission des finances du Sénat. Nous ne savons rien non plus, malgré une recherche dans les archives, des points de vue sur la déflation de Bizot à la Comptabilité publique puis aux Contributions directes, ou de Deroy puis Boisanger aux Contributions indirectes, voire de Roumilhac à Rome. Nous ne sommes guère plus informés sur Louis Martin, Escallier, Leclerc, Moeneclaey, Guérin, Du Buit ou même Fournier dans les institutions financières publiques. Ceux-là n’ont guère laissé de trace écrite ou orale sur ce sujet, mais leur responsabilité dans la politique monétaire est sans doute moins grande.

43Pour les autres, archives publiques et témoignages permettent de comprendre en partie leur responsabilité et leur raisonnement. Mais ces sources, à des titres divers, posent des problèmes d’interprétation qu’a bien soulignés l’historien américain Kenneth Mouré, le seul qui ait travaillé sur les archives françaises et anglo-saxonnes. En effet, les archives françaises du ministère des Finances sont très lacunaires, les débats n’ont souvent laissé aucune trace écrite. Celles des correspondants étrangers ne sont que des perceptions vues de l’extérieur, pas des preuves. Par nature, les problèmes monétaires exigent la plus grande prudence et les articles dans la presse de l’époque ne traduisent pas nécessairement la véritable pensée de leurs auteurs. Le contenu des notes administratives doit tenir compte du destinataire, homme politique par excellence, qu’il s’agit d’informer, voire de convaincre, non de provoquer. Les souvenirs écrits ou oraux, sur cette erreur collective, reconnue assez vite après, prennent, le plus souvent, soit l’aspect de plaidoyer pro domo soit d’actes d’accusation contre quelque bouc émissaire. En dépit de ces manques ou de ces défauts, il est possible de démontrer ce que « raisonner en inspecteur des Finances » veut dire dans ces années-là. Ce qui frappe sans doute le plus est leur argumentation très partielle, parcellaire. Partant des problèmes que les uns ou les autres, à leur place, ont à résoudre, leurs suggestions ne dépassent guère l’horizon de leurs directions, sauf exception. « Raisonner en inspecteur des Finances », c’est donc raisonner dans le cadre strict de leurs attributions.

A. Responsabilités et discours au Mouvement général des fonds

  • 28 En réalité, ce surnom de Baumgartner lui a été attribué plus tard, lorsqu’il fut gouverneur de la B (...)
  • 29 Entretien enregistré avec l’auteur en juillet 1986.

44La mission du directeur du Mouvement des Fonds est d’abord, on l’a vu, d’assurer à tout moment le paiement des dépenses de l’État. Comme le dit Carmoy (1930) au sujet de Baumgartner, en réponse à une question sur l’absence de perspicacité du directeur dans ces années-là : « Non, et c’était le pape28. Mais, n’est-ce pas, il était à la direction du Mouvement général des Fonds et celle-ci s’occupait plus de trésorerie que d’économie internationale. C’est son tort29. »

  • 30 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

45Il est difficile d’attribuer au seul directeur, signataire et donc responsable, le contenu de toutes les notes de trésorerie. En effet, dans le cas de Baumgartner du moins, le témoignage oral de Maxime-Robert (1927) a révélé que c’est lui qui les rédigeait. À la question : « Quels étaient vos rapports avec le ministre ? », quand il est chargé, en janvier 1935, de la trésorerie comme sous-directeur, il répond : « Je faisais la note de trésorerie qui était un horrible pensum. J’annonçais ce qui allait se passer30. » Ce témoignage semble conforté par celui de Calvet (1933) parlant ainsi de Baumgartner, son maître de conférence aux Sciences-Po et son chef de grande écurie :

  • 31 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« Il était éblouissant. Il avait une table vide avec trois livres dessus. Il savait des montagnes de vers. Quand il était devant un papier où il fallait écrire dix lignes, il était paralysé et on voyait sortir des phrases tarabiscotées, compliquées, qui ne valaient rien. C’est curieux ce fonctionnement de l’intelligence. Mais dans la présentation orale, il était fantastique ; il était de très loin le meilleur31. »

46Quel que soit l’auteur des notes au ministre, en l’occurrence, cela ne change pas grand-chose tant les deux hommes sont proches. Maxime-Robert se dit « personnellement très lié à Baumgartner », qui ne peut qu’avoir confiance en celui qu’il a fait venir et qui travaille dans le service des Finances extérieures depuis son arrivée au MGF. Ainsi, quand Baumgartner reçoit la note de Mönick du 1er septembre 1935, conseillant la dévaluation, il la transmet, on le verra, à son sous-directeur avec cette annotation : « Pour M. Robert, Ton avis. Important ». Le rôle du sous-directeur est donc ici essentiel ; il est en outre chargé des relations avec les banquiers de la Place. Mais son influence politique semble faible.

  • 32 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.
  • 33 Ibid.
  • 34 Le changement de ministre correspond au changement de présidence du Conseil : Flandin succède à Dou (...)

47C’est en effet le directeur qui est en contact avec le ministre ou les parlementaires. « Je n’ai pas eu de contact avec Pierre Laval, dit Maxime-Robert. D’ailleurs c’était difficile d’avoir des contacts avec lui. Mais enfin j’ai été mêlé à la préparation des décrets-lois32. » Avec le ministre Régnier, la responsabilité du directeur semble plus grande. De son ministre Régnier, radical, Maxime-Robert évoque seulement « L’abord facile d’un ministre sans grand génie, plus politique qu’administratif et par suite tout prêt à adopter les solutions que nous présentions33 ». L’accord entre le ministre et son directeur du MGF est le plus étroit possible et, d’ailleurs, la fonction de directeur est une fonction à risque. Ainsi Boisanger, fidèle de Georges Bonnet, qui le nomme en janvier 1934, est-il déplacé, en janvier 1935, par le nouveau ministre des Finances, Germain-Martin, qui promeut Baumgartner, jusque-là directeur adjoint, de préférence à Rueff, autre directeur adjoint34. Le système des dépouilles a toujours particulièrement touché les titulaires de ce poste.

  • 35 Flandin, avocat, député modéré conservateur de l’Yonne de 1914 à 1941, est ministre des Finances du (...)

48L’influence du directeur est aussi fonction de la compétence du ministre. Jacques Brunet (1924) est nuancé : « J’ai eu de bons ministres des Finances, vous savez. Un homme comme Flandin était un bon ministre des Finances. Il y en avait des médiocres35. » Et il précise :

  • 36 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« Pour les ministres, il faut distinguer deux choses : le budget et le reste. Tous ces gens comprenaient très bien le budget et puis ils avaient été maires […]. Ces gens en matière budgétaire étaient bons mais ils étaient complètement nuls pour tout ce qui était change. Le crédit pas toujours […]. Un homme comme Flandin, Reynaud, oui, mais des hommes comme Lamoureux, Régnier, etc., très braves gens, très consciencieux mais les grands problèmes monétaires les dépassaient complètement36. »

  • 37 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 174-175.

49Rappelons que Laval, qui succède à Flandin, renversé le 30 mai 1935, fait voter par le parlement la loi du 8 juin 1935 dont l’article unique autorise le gouvernement à prendre par décret toute disposition ayant force de loi « en vue d’éviter la dévaluation de la monnaie », accentuant ainsi la politique déflationniste de ses prédécesseurs depuis 1934, exception faite de Flandin37.

  • 38 Ibid., p. 139.
  • 39 M. Margairaz, « Direction et directeurs du Trésor : de l’orthodoxie à la réforme (1930-1950) » dans (...)

50Sur les responsabilités et le rayonnement du directeur Baumgartner, nous ne pouvons que renvoyer à la thèse d’Olivier Feiertag, qui démontre « le rôle décisif du directeur dans l’entourage rapproché du ministre38 », et aux travaux de Michel Margairaz, pour qui le directeur est le « pénultième acteur qui parfois se confond avec le dernier lorsque celui-ci se rallie à ses vues39 ». Mais le premier insiste avec raison sur la dissymétrie de cette direction entre le pôle intérieur (gestion de la trésorerie et intervention dans la vie économique et sociale) que Baumgartner continue à suivre de près d’une part, et le pôle externe, tourné vers les finances extérieures et sous la responsabilité de Rueff (1923). Or entre ces deux inspecteurs, l’opposition personnelle est telle qu’on pourrait soutenir que leur rivalité a pu rendre Baumgartner longtemps, trop longtemps, sourd aux convictions de son rival qui ne lui transmettait peut-être pas tout. Quoi qu’il en soit, on peut attribuer à Baumgartner ce que Rueff, son successeur, reconnaît, pour la période 1936-1939 :

  • 40 J. Rueff, « Témoignage », Les Directeurs de ministère en France (xixe-xxe siècle), ouvrage collecti (...)

« Le directeur du Mouvement des fonds à ce moment-là – je peux bien le dire maintenant sans pêcher par défaut de modestie, ceci est si loin – avait une grande autorité et une grande liberté à l’égard des ministres des Finances successifs40. »

51Les archives privées de Baumgartner sont muettes sur sa position personnelle devant la déflation Laval, dont il n’est pas l’initiateur mais qu’il a défendue. À la paralysie devant la page blanche, on peut ajouter, pour rendre compte de cette lacune, une difficulté à théoriser, une méfiance sans doute devant les concepts, à l’opposé de son rival. Le témoignage de son compagnon de captivité, Carmoy, sous-tend cette hypothèse. Après une conférence donnée par Baumgartner sur les finances françaises, le 19 décembre 1943 à Plansee, leur lieu de résidence forcée au Tyrol, Carmoy note dans son journal :

  • 41 G. de Carmoy, Otages à Plansee (Tyrol). Journal de captivité, 1943-1945, exemplaire dactylographié (...)

« Toujours ce talent d’exposition extraordinaire […] Mais à analyser de près, une lacune dans l’exposé introductif qui était assez long : pas de définition de la monnaie. Et par voie de conséquence pas de doctrine monétaire. Est-il ou non pour la liberté absolue des capitaux ? […] Au fond Baumgartner n’en sait rien. Il reste de sympathie, de tendances libérales ; il accepte de tempérer son libéralisme classique par certaines contraintes que les circonstances exigent. Mais après une première démonstration par les faits et non pas avant41. »

  • 42 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., ne consacre qu’une page et demie au rôle de Baumgartne (...)

52Force est donc de ne s’en tenir qu’aux notes signées par lui et de constater qu’il lui a fallu attendre janvier 1936 pour mettre en doute la validité de cette politique et encore, pour des raisons politiques plus qu’économiques ou monétaires42. En revanche, sa conversion à la dévaluation sous le Front populaire ne fait aucun doute.

  • 43 Ibid.
  • 44 J. Rueff, Œuvres complètes, De l’aube au crépuscule (autobiographie), t. I, Paris, Plon, 1977, 443  (...)

53Du rôle personnel de Rueff, directeur adjoint du MGF, nous n’avons pas trouvé trace dans les archives publiques et les témoins ne sont guère bavards sur l’homme. Les propos tenus se limitent à louer ses qualités d’économiste et sa responsabilité au Comité des experts. Maxime-Robert le juge comme « un cerveau très remarquable, au-dessus de la politique, l’homme d’une question, l’étalon-or. Il avait un maniement de cette question extraordinaire43 ». La position de Rueff n’est pas claire. Son attachement à l’étalon-or est déjà solidement établi et connu mais tout autant son combat contre une monnaie surévaluée, qu’il s’agisse de la livre entre 1922 et 1931 ou du franc entre 1926 et 1927. Si l’on se fie à son autobiographie, il partage, dès juin 1934, les positions de Paul Reynaud, dont il souligne « l’incomparable courage », et apparaît comme un adversaire de la déflation qui n’aurait pas été entendu par Laval44. À l’appui de cette affirmation, Guindey (1932), dans un entretien, se souvient :

  • 45 Entretien dactylographié avec Georges Bossuat et Antoine Martes en mai 1985 pour l’Université de Pa (...)

« En revanche, je n’étais pas, d’un point de vue économique, favorable à la politique de déflation de Laval et sous l’influence de Couve de Murville et Rueff (mes supérieurs), je partageais tout à fait les idées de Paul Reynaud45. »

  • 46 K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », (...)

54Est-ce cette hostilité à la politique de déflation qui expliquerait que Germain-Martin lui ait préféré Baumgartner comme directeur en janvier 1935 ? C’est bien possible. Rueff, dans ses Mémoires, estime que ce prélèvement de 10 % des dépenses publiques, y compris les traitements, était « une mesure grave, probablement sans précédent », que « ce programme était rationnel mais absurde », qu’il risquait, comme pour la livre surévaluée en 1922, d’entraîner un chômage important et des troubles dans le pays. Il se rappelle avoir fait deux démarches auprès de Laval et de Cathala, son ministre de l’Agriculture. Mais quelles qu’aient été ses positions personnelles, comme il l’écrit lui-même, son devoir, et celui de ses collègues du Comité d’expert (Gignoux et Dautry) créé par Laval le 7 juin 1935, était « tout tracé : réaliser au mieux la tâche que le parlement avait imposé au Gouvernement ». Son opposition à la déflation ne l’a pas, en tout cas, conduit à quitter le Mouvement des fonds, qui applique le contraire de ce à quoi il dit croire, alors qu’il n’hésitera pas à s’opposer à Auriol ou à Marchandeau en 1937 et 1938, au point de risquer sa place de directeur (si l’on en croit ses Mémoires). Les deux attitudes furent sans doute vraies : critique puis soumission car, comme le dit très justement K. Mouré : « Ces fonctionnaires ne pouvaient pas simultanément servir l’État et le critiquer en public46. »… dès lors qu’ils choisissaient de rester à leur place, peut-on ajouter !

55Si on s’attache maintenant aux documents d’archives, notons d’abord le changement de ton à partir de mars 1934, par rapport à l’année 1933, dans les notes de trésorerie. À l’analyse des besoins du Trésor et des mesures prises ou envisagées pour les satisfaire, de caractère technique et généralement neutres, s’ajoute, à partir de mars 1934 et systématiquement à partir de janvier 1935, jusqu’à fin juin, une conclusion appelant avec insistance une politique rigoureuse d’équilibre budgétaire pour sauvegarder la confiance des épargnants. Par exemple, dès le 13 mars 1934, Boisanger conclut ainsi sa note au ministre Germain-Martin :

  • 47 SAEF, B 33192, note 26.

« Dans cette situation, il n’est pas exagéré de dire que de la réalisation d’économies massives dépend non seulement l’équilibre du budget, mais la sauvegarde de la monnaie qui après une longue période de recours à l’emprunt se trouve doublement menacée et par le poids sans cesse croissant des arrérages de la dette et par l’incertitude qui affecte la réalisation des nouvelles émissions47. »

56Dans sa note à Germain-Martin du 1er avril 1935, Baumgartner, le successeur de Boisanger, tient à peu près le même discours que son prédécesseur, mais le ton est moins pessimiste :

  • 48 SAEF, B 33193, note 17.

« Par la suite il importera de se procurer de nouvelles ressources mais la tâche ne sera, en dépit de l’importance des dépenses extraordinaires et de la persistance du déficit budgétaire, nullement impossible à remplir si le crédit public et la confiance publique sont, comme il le faut, entièrement sauvegardés48. »

57Les tensions, sur le marché monétaire ou financier, sont « plus un avertissement utile qu’une menace réellement grave à la condition bien entendu que soit d’ores et déjà préparé et bientôt réalisé un ensemble de dispositions susceptibles de réduire dans toute la mesure du possible les charges de la trésorerie ». Il se contente d’évoquer sans les expliquer les « tendances pessimistes ». Que celles-ci puissent être nourries par le marasme économique et la montée du chômage, la dévaluation belge, la baisse de la livre, la montée des périls allemands et italiens ou l’avancée du Front populaire aux élections municipales, semble ne guère compter puisque ces tendances n’appellent qu’une seule solution : la rigueur budgétaire et l’affirmation de la non-dévaluation. La politique de déflation au MGF a un objectif prioritaire : rétablir la confiance dans le franc pour permettre de trouver dans le public, par l’emprunt, les ressources nécessaires à la trésorerie. Baumgartner termine en précisant que même une dévaluation ne pourrait éviter une déflation budgétaire :

  • 49 Ibid. Rappelons qu’une opportunité vient d’être offerte par les États-Unis dans le cadre d’une stab (...)

« Il est à peine besoin de rappeler que l’endettement de l’État, issu notamment des déficits des budgets successifs, constitue la plus sérieuse des menaces qui pèsent sur notre monnaie. Aujourd’hui qu’il paraît bien admis que la dévaluation, à moins d’être totale, ne supprime nullement la nécessité d’un redressement budgétaire, c’est-à-dire des mesures mêmes qui sont susceptibles de prévenir cette faillite, on ne comprendrait pas que pareil effort ne soit pas tenté et mené à bien49. »

58Avec l’espoir d’une stabilisation des monnaies début 1935, aucune alternative n’est sérieusement envisagée jusqu’en mars 1936. Le marasme français est pourtant connu et mesuré : dès 1935, les effets protectionnistes du franc Poincaré sont perçus mais la solution aux écarts entre prix français et prix mondiaux est attendue de la hausse, inévitable aux yeux de ces experts, des prix anglais, après la dévaluation de la livre, et de la baisse des prix français, issue des déflations budgétaires.

  • 50 SAEF, B 33193.
  • 51 Ibid.

59Nous n’avons trouvé qu’une seule note au ministre du directeur du MGF, du 23 mai 1935, souhaitant que « les mesures de redressement budgétaires » soient accompagnées de « mesures de redressement économiques50 ». La perspective du MGF est prioritairement financière et budgétaire, accessoirement économique. Entre autres, cette note du 28 juin 1935 au sujet de l’échéance de fin juin se termine ainsi : « C’est dire aussi l’intérêt essentiel qui s’attache à ce que les mesures de redressement financier desquelles en définitive dépend l’alimentation du Trésor interviennent dans le délai le plus court51. » Cet appel, répété, à la diminution des dépenses trahit la véritable obsession du court terme du Mouvement des fonds : trouver sur le marché monétaire et le marché financier de quoi satisfaire, par l’emprunt, les besoins du Trésor, au risque de négliger le redressement économique à moyen terme. Ce redressement économique était pourtant le moyen le plus efficace pour augmenter les recettes et diminuer les dépenses dues à la crise.

  • 52 SAEF, B 33201. Note non datée et non signée dont il manque la première page. Rédigée avant la défla (...)

60Ce credo qui ressort des notes de trésorerie ne signifie pourtant pas que les dangers de la déflation ou les avantages de la dévaluation soient méconnus puisque dans les mêmes archives du MGF, on trouve une note non signée et non datée, probablement du premier trimestre 1935, qui présente l’alternative avec les avantages et inconvénients des deux solutions52.

61Mais c’est là que l’on rencontre le second argument du MGF. La dévaluation apparaît comme une réponse culturellement et psychologiquement inadaptée à la situation française. Alors que la déflation semble désirable mais difficile politiquement, l’auteur, tout en reconnaissant les mérites de la dévaluation en Angleterre et aux États-Unis et les heureuses conséquences budgétaires, par réencaisse et hausse des prix, sur l’activité, la considère impossible en France, voire contre-productive, en raison de « l’émotivité de l’opinion publique », des « mœurs politiques et des règles constitutionnelles », de « la méfiance envers la nouvelle valeur de la monnaie ».

62Arguments budgétaires, arguments psychologiques et moraux sous-tendent la réflexion du MGF. Il faut attendre, comme l’ont bien remarqué les historiens, janvier 1936, soit deux ans après les premières mesures déflationnistes, pour que le MGF commence à reconnaître les limites de la déflation. Et encore, ces limites avouées ne sont-elles pas présentées comme des limites économiques – techniquement, elles pourraient être poursuivies – mais seulement comme des limites politiques.

63Le témoignage de Maxime-Robert va dans le même sens. Interrogé sur sa position dans le débat Reynaud-Laval, il explique :

  • 53 On peut s’interroger sur ce « on » et sur la date de ces avertissements, qui dateraient de fin 1935 (...)

« La France avait son étalon-or, elle était attachée à l’étalon-or, elle pensait que l’étalon-or était ce qu’il y avait de mieux et quand Paul Reynaud a suggéré la dépréciation, il avait sans doute raison pour obtenir un résultat immédiat. En face de lui, il y avait Pierre Laval qui, lui, était partisan d’une politique extrêmement rigoureuse qui, si elle avait pu être appliquée, aurait peut-être pu sauver le franc parce qu’au fond on commençait à sortir de la crise. Seulement, la position politique de Pierre Laval était démentielle. Vous comprenez, à quelques mois des élections, réduire les fonctionnaires de 10 %, réduire les rentiers de 10 %, c’était démentiel. On le lui a dit53. Mais par certains côtés, c’était un homme curieux. N’a-t-il pas voulu le croire ? Ne l’a-t-il pas cru ? C’était difficile à savoir… Politiquement, c’était de la folie. »

64L’enquêtrice reprend : « Économiquement, vous pensiez que c’était faisable ? » Et Maxime-Robert persiste :

  • 54 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE. L’italique est de nous.

« On était tout à fait au bout, vous savez. Les prix en France avaient beaucoup baissé. À mon avis, on aurait peut-être pu redevenir compétitifs quelques mois après […] Si vous vouliez sortir rapidement de la crise alors que les autres en étaient sortis, il fallait dévaluer. Si on s’était entêté dans la politique de Pierre Laval suffisamment de temps, on pouvait réussir54. »

65Contrairement à ce qu’il dit au début de l’entretien, les malheurs des temps ne semblent pas lui avoir beaucoup appris.

  • 55 Le discours de Morgenthau a été relayé le 13 mars dans un article du Herald Tribune par Walter Lipp (...)

66Il ne faudrait pas croire pour autant que les directeurs du MGF ne cherchent pas éperdument des solutions internationales permettant de sauver le bloc-or, sans la Grande-Bretagne, certes, mais avec les États-Unis, la Belgique et l’Italie. Ainsi, le 14 mars 1935, à la suite du discours du directeur du Trésor américain Morgenthau, Baumgartner rédige un projet de télégramme adressé à l’ambassadeur de France à Washington, La Boulaye, lui demandant de solliciter une audience auprès de Roosevelt afin de faire connaître l’avis favorable du gouvernement français aux propositions de Morgenthau et précisant ce que le gouvernement français est disposé à envisager : « une politique concertée des banques d’émission » et « le retour progressif à la liberté des échanges par la suppression des entraves au commerce55 ». De dévaluation, il n’est pas question, du moins dans ce courrier. Ce qui surprend plus, c’est la non-prise en compte de la baisse menaçante de la livre ou des avertissements sur le belga, qui est dévalué peu après, alors que Baumgartner est informé.

B. La direction du Budget en première ligne : responsabilités et prises de position

  • 56 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », Études et documents, I, Paris, Comité (...)

67Au Budget, seul le directeur est en contact direct avec le ministre, selon le témoignage de Georges-Picot, qui l’apprit à ses dépens du temps de Haguenin56. Alors que le sous-directeur a dans ses attributions les affaires générales, les interventions sociales et économiques de l’État et le contrôle de l’exécution du Budget, le directeur, lui, s’occupe essentiellement de la préparation et du vote du budget, mission à caractère beaucoup plus politique. Georges-Picot décrit ses fonctions de sous-directeur au Budget dans un entretien où la modestie le conduit peut-être à minimiser son rôle :

  • 57 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

« Moi je m’occupais de ce que je faisais […]. La monnaie, c’était le Mouvement des fonds, c’était pas mon affaire, et moi je dois dire que je n’émettais pas d’opinion sur ce genre de choses […]. Quand on est engagé avec des responsabilités dans un secteur, moi j’ai toujours considéré qu’on ne devait pas déborder ses responsabilités et alors je n’essayais pas d’approfondir les questions qui n’étaient pas de mon ressort. […] Un inspecteur qui est sous-directeur du Budget, eh bien il s’occupe du budget57. »

  • 58 SAEF, B 10084.

68Sur Haguenin, directeur du Budget, les archives consultées n’ont pas été bavardes mais on sait, notamment par une note du 19 mai 1934 adressée à Bouthillier, alors directeur des Administrations financières (Régies) et des Dépenses engagées (fonctions qu’il cumule depuis le 10 février 1934 avec celle de chef de cabinet de Germain-Martin), que les décrets d’économie ont nécessité son aval : « J’ai donné mon accord aux décrets du 5 mai courant [portant suppression d’emploi dans l’administration des Contributions directes] et je n’entends nullement remettre cet accord en question58. » Ses relations étroites avec le monde politique, radical notamment, attestées par plusieurs témoins, laissent penser que son rôle ne s’est pas limité à donner son accord.

69Pour la déflation de juillet 1935, la responsabilité d’Yves Bouthillier, successeur de Haguenin depuis mars 1935, paraît bien déterminante. Il le revendiquera lui-même après la guerre :

  • 59 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy. Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1950, p. 458.

« J’étais alors directeur du Budget. Comme je l’écrivis au ministre des Finances, M. Marcel Régnier, le choix n’était possible qu’entre deux routes. Il n’y avait en tout et pour tout que deux solutions : économies massives et générales ou dévaluation désordonnée du franc […]. De cette note, le prélèvement de 10 % sur les dépenses est sorti59. »

  • 60 Entretien avec l’auteur en 1981.

70Les témoins, comme Maxime-Robert ou Brunet, confirment : « Bouthillier, je ne l’ai jamais très bien compris. C’était un homme à idée fixe. C’est lui qui a conseillé à Laval sa politique de diminution de la rente et du traitement des fonctionnaires. C’est lui qui était l’âme de cela en 193560. »

  • 61 Cette idée était dans l’air. F. de Wendel ne l’a-t-il pas proposé dans son discours de Nice à son p (...)
  • 62 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, op. cit., p. 458.

71Dans ses Mémoires, Bouthillier reconnaît que la déflation n’était pas, à elle seule, suffisante pour redresser l’économie et que, d’autre part, il fallait ajourner l’élection de la future chambre61. Son plan n’aurait donc été suivi qu’en partie par Laval qui, « dans les situations dangereuses et forcées, se croyait au-dessus de son destin : son esprit restait fermé62 ».

  • 63 SAEF, B 33455.
  • 64 G. Denoix, Souvenirs, rédigé en 1966, exemplaire dactylographié à l’IGF et confié par son fils à l’ (...)

72Les archives de la direction du Budget sont d’une affligeante pauvreté pour cette période et sur ce sujet. Néanmoins, on trouve la pelure d’une longue note, non datée et non signée mais immédiatement postérieure à la remilitarisation de la Rhénanie, le 7 mars 1936, véritable plaidoyer en faveur de l’« œuvre financière du gouvernement Laval63 », en forme d’argumentaire de campagne électorale qui, par son style, s’apparente à un « premier jour » de concours de l’Inspection et, en tout état de cause, répond à une demande de Bouthillier, si ce n’est pas lui qui l’a rédigée. À l’historien, elle montre comment les problèmes étaient perçus à l’arrivée de Laval en juin 1935 : situation, mesures, résultats. Devant le déficit (10 milliards), les besoins de la trésorerie qui devaient être demandés à l’emprunt, de plus en plus cher et difficile (20 milliards), et la diminution de l’encaisse or de la Banque de France (10 milliards), dus aux « réflexes naturels des Français » (achats d’or et de devises, thésaurisation), l’État était « menacé de faillite ». Cet inventaire ne dit rien d’une encaisse encore largement satisfaisante, du déficit du commerce extérieur, du ralentissement de la production à l’origine de la baisse des recettes, et du déséquilibre des prix. Les trois solutions envisagées confirment une perception purement budgétaire et financière de la situation, et non économique : ou bien « la fermeture des guichets de l’État » ; ou bien « le paiement en monnaie dévaluée, c’est-à-dire avariée, solution toujours périlleuse mais qui peut mener à la catastrophe quand elle est faite sans assainissement budgétaire préalable » ; ou bien « une politique d’économie sévère tendant à réaliser l’équilibre du budget ordinaire de l’État […]. Le simple bon sens ordonnait de réduire les dépenses de l’État au montant de ses recettes ». On remarquera que la solution fiscale n’est pas envisagée, à la différence du déficit budgétaire de l’après-Première Guerre, qui avait entraîné la création de la taxe sur le chiffre d’affaires, proposée par François-Marsal avec le soutien du directeur du Budget de l’époque, Denoix (1906)64.

73La déflation Laval s’est voulue d’abord une réponse à un problème de finances publiques avant d’être une réponse à une crise économique. C’est une perception de technicien des finances, non d’économiste. Georges-Picot, ancien sous-directeur au Budget, explique :

  • 65 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

« Je crois qu’il y avait un très petit nombre de gens qui réfléchissaient sur les problèmes. Pour moi, l’économie, c’était d’abord un budget équilibré, de ne faire des impôts pour écraser les contribuables que dans la mesure où il fallait absolument qu’on les dépense65. »

74La prise de conscience de l’origine monétaire et non budgétaire de la crise économique en France est donc tardive. Pas plus que Baumgartner, Bouthillier ne propose alors une autre politique ; il suggère d’attendre, plus longtemps que prévu, les effets des mesures prises. Le 22 avril 1936, en effet, Bouthillier envoie une longue note au ministre – note étayée par de nombreux tableaux récapitulatifs des résultats obtenus comparés en France et dans les autres pays – au sujet de l’exécution du budget de 1936, avec copie à Baumgartner. À la fois évocation des problèmes à venir et justification des mesures passées, il constate que « les difficultés des finances publiques et les difficultés de l’économie nationale forment en effet un tout qu’il convient d’étudier parallèlement. La question générale est donc plus que jamais celle-ci : Où en sommes-nous de la crise ? » Après avoir averti que le retard français sera plus long que prévu à rattraper, il ajoute : « aucun recul n’a été enregistré dans le domaine économique ; tout au contraire une avance certaine a été marquée dans notre lutte contre la crise ». Si cette fois, le lien est établi entre difficultés de finances publiques et persistance des difficultés économiques, la solution attendue vient, comme d’habitude, de la fin de la thésaurisation et de la baisse des taux résultant des économies réalisées par les réformes de juillet 1935.

  • 66 Archives Baumgartner, FNSP 1 BA 19 Dr2. Ce document ne figure pas au SAEF.

« Elles ont créé, elles seules pouvaient créer, le terrain solide sur lequel pourra se développer dans des conditions psychologiques devenues favorables la politique d’argent à bon marché qui conditionne le renouveau des affaires […] on pourra alors mesurer combien il aura été précieux pour le pays d’avoir défendu jusqu’à la limite du possible [souligné par Baumgartner dans la marge avec ce mot “C’est toute la question.”] le crédit public, en poursuivant l’ajustement des dépenses de l’État à ses recettes, sans compromettre pour autant l’économie nationale dont la convalescence peut demain se précipiter66. »

75Encore une fois, la confiance et les conditions psychologiques sont invoquées. Encore une fois, il n’est fait nulle allusion aux fondements monétaires de la méfiance devant le franc. Pas une seule fois n’apparaît l’idée que la déflation a pu aggraver la crise. On est pourtant en avril 1936.

76Dans les deux directions stratégiques, l’argumentation est budgétaire, financière, psychologique et morale. Les deux ministres des Finances ont donc été incités à considérer la politique économique avant tout à partir de l’équilibre budgétaire proposé par ses deux directeurs. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir été régulièrement informés, surtout par Mönick (1920), attaché financier Londres.

C. Les attachés financiers et la lucidité atypique d’Emmanuel Mönick à Londres

  • 67 Sur les responsabilités et la marge d’indépendance des attachés financiers, on reviendra dans le ch (...)

77Sur les responsabilités et la marge d’indépendance des attachés financiers, on reviendra dans le chapitre suivant67.

78L’attaché financier à Bruxelles, dans la mesure où il ne réside pas sur place en Belgique et cumule avec une fonction de sous-direction au ministère des Finances, ne peut que raisonner comme ses collègues parisiens. Une note du 4 octobre 1934 – soit 5 mois avant la dévaluation belge ! – du directeur du MGF Boisanger au ministre des Finances rapporte les impressions de Maxime-Robert, attaché financier à Bruxelles mais aussi sous-directeur, « convaincu qu’il n’y a actuellement aucune raison technique de dépréciation du franc belge et que la Banque nationale de Belgique dispose de ressources suffisantes pour parer à toute éventualité ». Maxime-Robert ajoute qu’« on peut évidemment s’attendre à tout mais un changement complet d’attitude est bien difficile lorsqu’il n’y a pas nécessité absolue et qu’on ne dispose pas d’un prétexte pour justifier ce changement ». Boisanger ajoute qu’il serait dangereux de fournir de prétexte aux partisans de la dévaluation et se montre partisan de concessions commerciales appréciables entre pays du bloc-or. Rétrospectivement, dans son témoignage, Maxime-Robert montre qu’il ne se faisait guère d’illusions sur l’utilité de sa fonction quand il est retourné en Belgique en mars 1935 :

  • 68 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE. Van Zeeland est Premier ministre belge depuis le 25  (...)

« Un beau jour, le gouvernement belge donnait des inquiétudes, il voulait dévaluer. On a dit : “Il y a un attaché financier. Il faut l’envoyer voir là-bas…» Je me suis rendu auprès du président du Conseil Van Zeeland que je connaissais bien et je lui ai posé la question de confiance : “On dit que…» Il a démenti : “Non, non, non je vous assure. Non. Non vous pouvez démentir.” Je suis rentré à Paris. Voilà ce qu’il m’a dit. 48 heures après, il a dévalué. C’est classique68. »

  • 69 Ibid.

79La non-résidence et l’absence de réseaux locaux l’ont empêché d’être aussi perspicace que son camarade Mönick à Londres. D’ailleurs, lorsqu’on l’interroge sur Paul Claudel, l’ambassadeur à Bruxelles en mars 1935, il répond : « Il était contre l’étalon-or. Il employait des termes littéraires. Cela ne m’a pas paru convaincant69. » À coup sûr, Claudel ne parlait pas « en inspecteur des Finances ».

80En revanche, Mönick, attaché financier à New York de 1930 à 1934 puis à Londres depuis le 2 mars 1934, a une analyse toute différente et, à vrai dire, iconoclaste. Il faut souligner la différence d’approche et l’inversion du raisonnement par rapport aux directeurs du MGF, ses supérieurs hiérarchiques. À travers l’exemple de l’Angleterre, Mönick démontre, dès le 14 mars 1935, que l’inflation n’a pas suivi la dévaluation anglaise. Après avoir évoqué les effets de la situation américaine dans l’opinion anglaise, il dresse un tableau de l’opinion anglaise devant les événements en France :

  • 70 SAEF, B 32323, p. 3. L’italique est de nous.

« D’une façon générale, le sentiment prévaut que la “crise” économique est au moins autant que des dépenses excessives à la base de nos difficultés budgétaires et que la crise monétaire internationale est à la base de la crise économique. L’on estime qu’il ne sera porté remède au mal qu’en s’en prenant à ses causes et de plus en plus l’on considère ici qu’une adaptation monétaire est inévitable. Les personnalités responsables n’abordent bien entendu la question qu’avec la plus grande discrétion surtout lorsqu’elles s’adressent à des agents du Gouvernement français. Les milieux politiques tenus à moins de réserve sont en général portés à croire qu’à un moment donné nous devrons procéder à une dévaluation70. »

81Le 17 mai 1935, Mönick, lève l’obstacle d’une éventuelle rétorsion américaine en cas de dévaluation :

  • 71 SAEF, B 32323. Cette note donnait l’interprétation fournie par deux experts de la trésorerie améric (...)

« Si la dévaluation générale des monnaies du bloc-or reste modérée et si elle est effectuée d’une façon ordonnée, non seulement on ne considérerait pas une telle mesure dirigée contre la politique monétaire américaine mais elle serait acceptée par les États-Unis comme un acte utile au rétablissement général des affaires des pays intéressés71. »

  • 72 SAEF, B 32323.

82Enfin, le 1er septembre 1935, dans sa note déjà citée et remarquée par le directeur du MGF, on l’a vu, il affirme que ce n’est pas la politique d’équilibre budgétaire qui a permis la reprise en Angleterre mais bien la politique monétaire : « C’est par l’augmentation des recettes qui suivit l’instauration du tarif douanier et la dépréciation de la livre que l’équilibre budgétaire en Angleterre s’est réalisé72. »

83Assurément, cette année-là, il est le seul de nos inspecteurs dont les archives ont conservé la trace à comprendre l’origine de la crise en France et à voir dans l’ajustement du franc sur les autres monnaies la solution aux difficultés de l’économie et des finances publiques. Mais il devra attendre de rencontrer personnellement Germain-Martin à Londres, le 29 septembre 1935, pour convaincre son ancien ministre car ses informations transitent par la direction du MGF et ne sont pas nécessairement transmises ou soutenues, même si sa note de septembre 1935 a enfin retenu l’attention de Baumgartner, on l’a vu. Lorsque Mönick entre en contact personnel avec le responsable politique, son influence s’accroît. Ainsi s’explique le discours de Germain-Martin (qui n’est plus au gouvernement depuis le 1er juin 1935) à la conférence interparlementaire de Londres, le 29 septembre 1935 :

« Je dois vous faire un aveu, peut-être vous paraîtra-t-il dépourvu d’élégance, mais je suis un vieux professeur qui met au-dessus de tout la vérité. J’ai enseigné vingt ans dans les plus grandes chaires de Paris la question de la monnaie. Je ne puis pas cacher que ce que je constate en Angleterre, les discussions auxquelles nous avons pris part, peuvent modifier profondément mes idées ».

  • 73 Ce discours sera publié le 4 octobre 1935 dans « l’Agence économique et financière ». Il faut y voi (...)

84Et il propose qu’« un comité vraiment informé ait pour mission de renseigner exactement les opinions réciproques73 ».

85C’est donc à Londres, le 29 septembre 1935, que Germain-Martin prend enfin position publiquement pour la dévaluation en reprenant mot pour mot le contenu de la note du 17 mai de Mönick, et notamment ce passage :

  • 74 SAEF, B 32323.

« Si la dévaluation générale des monnaies du bloc-or reste modérée et si elle est effectuée d’une façon ordonnée, non seulement on ne considérerait pas une telle mesure dirigée contre la politique monétaire américaine mais elle serait acceptée par les États-Unis comme un acte utile au rétablissement général des affaires des pays intéressés74. »

86Cet exemple prouve qu’il ne suffit pas de transmettre des notes au Mouvement des fonds pour que le ministre les entende. Son appel à « un comité vraiment informé » laisse entendre qu’auparavant, lorsqu’il était ministre, il était mal informé. Or Mönick ne fait que répéter ce qu’il lui écrivait trois mois plus tôt. Soit l’information ne circule pas ou mal, soit ceux qui la reçoivent ne sont pas capables de l’entendre, soit Germain-Martin, ministre, ne peut pas prendre la même position que Germain-Martin, parlementaire. Les trois hypothèses sont également recevables, même si les deux premières semblent plus pertinentes.

D. Les autres directions des Finances

87Au Contrôle des régies (ou direction des Administrations financières) se succèdent Bouthillier jusqu’en mars 1935, puis Leroy-Beaulieu, qui fait fonction de directeur, puis Georges-Picot, de juillet 1935 à 1937, assisté de Wailly (1930). Il s’agit d’un poste très proche du cabinet du ministre et très central : à la fois contrôle de l’exécution du Budget, peu prenant, et contrôle des quatre directions générales des impôts par le courrier à la signature du ministre et par l’étude et la mise au point de la législation fiscale, travail essentiel. Le directeur du Contrôle des régies fait écran (avec le cabinet) entre les directions générales des grandes administrations financières et le ministre. Sur les questions techniques, il peut arriver que son directeur soit plus écouté des parlementaires que son ministre et cette anecdote de Leroy-Beaulieu paraît bien vraisemblable. Il raconte comment Caillaux traitait Régnier, « un vieux radical » :

  • 75 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« Je me rappelle, Régnier m’emmenait à la Commission des finances du Sénat où trônait Caillaux. Et Caillaux, avec son monocle, était le grand seigneur. Je me rappelle, une fois, Régnier m’interrompt, alors Caillaux lui dit : “Mais laissez donc parler votre inspecteur des Finances, il connaît le sujet mieux que vous, donnez-lui la parole.” Ce n’était pas agréable75. »

88Georges-Picot se souvient d’avoir participé à l’élaboration des décrets-lois déflationnistes : « Je me souviens fort bien des multiples réunions d’experts qui se tenaient tantôt au ministère des Finances tantôt dans le cabinet de Pierre Laval et qui duraient parfois une partie de la nuit. » Et il explique :

  • 76 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 318.

« Cette politique, qui a été depuis si vivement critiquée et considérée comme une des causes principales de la victoire du Front populaire en 1936, nous paraissait alors techniquement raisonnable. Les deux notions de plein-emploi et d’élévation nécessaire de niveau de vie général n’étaient pas alors communément admises et, aux yeux des experts, la sagesse économique voulait que les excès de moyens de paiement et de hausse des prix puissent être parfois corrigés par des périodes de limitation des revenus et des prix76. »

89Les directeurs des Contributions directes et indirectes sont concernés par la défense du franc à deux titres. D’une part, leurs agents souffriront de la diminution des traitements et il leur faudra assurer le même rendement avec des effectifs diminués ; d’autre part, leur fonction les mettant en contact non avec le ministre mais avec les parlementaires et le monde des affaires, leur opinion sur la politique menée peut donc circuler. Voici comment Appert décrit sa fonction lorsqu’il est nommé, en 1937, directeur général des Contributions indirectes :

  • 77 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.

« Vous dire que je connaissais la législation comme les spécialistes de la maison, non. Mais un directeur général, on ne lui demande pas ça. On lui demande simplement de donner des directives générales, d’avoir des contacts avec l’extérieur, avec les parlementaires et c’est tout. Aucun rapport avec les autres ministères […]. Mais toutes les grandes affaires industrielles avaient des rapports étroits avec les Contributions indirectes […]. Mes rapports avec le ministre étaient rares77. »

90Sur leurs arguments, nous n’avons rien trouvé dans les archives et les titulaires de ces directions n’ont pas laissé de témoignages sur ce sujet. Mais leur soutien à la politique suivie est indispensable. C’est ce que rappelle Haguenin, directeur du Budget, le 19 mai 1934 à Bouthillier, alors directeur du Contrôle des régies :

  • 78 SAEF, B 10084.

« L’effort de déflation entrepris par le Gouvernement doit être poursuivi dans tous les domaines et les Administrations [financières] ont le devoir d’obliger leurs services à rechercher toutes les compressions de dépenses – en les imposant si nécessaire – qui sont possibles78. »

91Jacques Brunet, sous-directeur puis directeur adjoint du 01/03/29 au 15/07/35 et directeur jusqu’au 03/09/40 de la Comptabilité publique, juge sa direction infiniment plus administrative, infiniment moins intéressante, considère que les seuls à faire un métier intéressant étaient les financiers (Budget et MGF). Son rôle, explique-t-il, consistait à « fixer les conditions et les méthodes d’exécution de tous les services publics qui se traduisent par des opérations financières ». Il a, par conséquent, peu à dire sur la politique budgétaire ou sur la défense du franc. Il exécute après avoir parfois averti son ministre des difficultés techniques auxquelles, selon lui, ce dernier reste généralement assez indifférent. Son rôle dans la défense du franc ne peut qu’être secondaire. Mais par sa connaissance personnelle des hommes du Budget et du MGF, il aurait pu avoir une influence. À la question : « Étiez-vous favorable à la dévaluation proposée par Reynaud ? », Brunet répond :

  • 79 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. L’italique est de nous.

« Non, je ne crois pas. C’est une des raisons pour lesquelles je vous dis que je considère que la formation, et celle de toute ma génération d’inspecteurs des Finances, était insuffisante. Peut-être que le ministère était lui-même trop braqué sur le maintien de la valeur du franc, une espèce de conviction qu’il fallait défendre le franc à tout prix, l’équilibre budgétaire et la valeur du franc, c’était des choses à quoi il ne fallait pas toucher. Je pourrais vous dire que j’avais commencé à comprendre à ce moment-là, je crois que ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai dû commencer à me rendre compte qu’il y avait autre chose à chercher que ces dogmes extraordinairement simplifiés79. »

92Aux Monnaies et Médailles, Moeneclaey, bien que ce ne soit vraiment pas dans ses attributions mais parce qu’il est professionnellement en rapport avec les autorités monétaires belges, prend l’initiative, le 12 mars 1935, d’avertir Baumgartner des risques quasi certains de dévaluation du belga, des progrès considérables des partisans de la dévaluation et du dommage, chiffré à quatre milliards, sur la balance des comptes qu’aura la dévaluation de la monnaie belge. Il ajoute :

  • 80 SAEF, B 32323. Georges Theunis était Premier ministre depuis le 20 novembre 1934, Van Zeeland lui s (...)

« Le premier ministre, Monsieur Theunis reste un partisan inébranlable de la stabilité de la monnaie mais il semble bien qu’il vienne jouer en France sa dernière carte s’il n’obtient pas que les pays du bloc-or réalisent entre eux, immédiatement une solidarité économique réelle80. »

93La veille, le 11 mars, le directeur adjoint des affaires politiques du Quai (qui n’est pas inspecteur) a envoyé au Mouvement des Fonds une note de la même eau sur le belga, montrant que le gouvernement Theunis ne pourra plus tenir très longtemps à sa parité-or à moins de voir la France modifier réellement sa politique douanière, seule contrepartie qu’elle puisse offrir à la Belgique et condition indispensable à la stabilisation du dollar puis de la livre.

E. Les responsabilités des inspecteurs dans les cabinets

94Bouthillier jusqu’en mars 1935, Ripert jusqu’en juin, Meaudre ensuite, au cabinet des ministres des Finances, A. Boissard auprès du président du Conseil Laval, n’ont laissé ni archives ni témoignage sur leur responsabilité en cabinet. 30 inspecteurs sur 37 sont passés par un cabinet ministériel (et 22 par le cabinet d’un ministre des Finances) avant le 1er juillet 1935 mais en ce temps-là, les cabinets ne font pas écran entre directeurs et ministres. Pour le début des années 1930, nous disposons du témoignage de Georges-Picot, chef de cabinet de Piétri, ministre du Budget, déjà cité dans la troisième partie, qu’il n’est pas inutile de rappeler :

  • 81 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

« À ce moment-là, les cabinets étaient très différents de ce qu’ils sont maintenant, ils ne jouaient pas le rôle de direction du tout et le cabinet était le secrétariat du ministre en réalité, le chef de cabinet se considérait comme un petit personnage à côté du directeur du ministère, servant uniquement de liaison entre le ministre et les directeurs […] on était cinq au plus, je me considérais au fond comme le délégué du directeur du Budget81. »

95Boissard, Bouthillier, Ripert ou Meaudre ont-ils eu un rôle aussi effacé ? Rien n’est moins sûr, notamment pour Bouthillier et Boissard, qui suivent fidèlement leurs ministres depuis quelque temps, ou pour Ripert, très proche de Bouthillier à qui il succède.

96Filippi, nommé le 24 janvier 1936 membre officieux du cabinet du président du Conseil Sarraut, définit ainsi son rôle :

« Régnier avait comme directeur un inspecteur des Finances qui, quoique reçu dernier, était très intelligent ; il s’appelait Meaudre. Et on m’avait placé chez Sarraut, président du Conseil, pour essayer de lui donner des conseils, le cas échéant de le surveiller, pour qu’il ne dise pas de bêtises sur le plan économique et financier. J’ai complètement failli à ma tâche. » En effet, il dit avoir été hostile à la déflation « dès le début ».

  • 82 Entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE. Ce témoignage aurait pu être vérifié aux Archives national (...)

97Pour Sarraut, « Je lui ai fait plusieurs notes dans lesquelles justement je préconisais la dévaluation. Je ne les lui remettais pas directement. Je les lui remettais par son directeur de cabinet qui était préfet […]. Je n’ai jamais eu sa réaction là-dessus82. » Plus tard, il ajoute : « J’étais d’accord avec les décrets-lois sur l’électricité mais j’étais tout à fait contre une politique qui consistait à réduire le pouvoir d’achat des fonctionnaires. »

  • 83 Ibid.

98Les cabinets des ministères dépensiers ont été aussi mis à contribution. Le même Filippi, conseiller technique au cabinet du ministre des Travaux publics Laurent-Eynac, du 07/06/35 au 23/01/3683, se souvient : « On était dans une grande pièce, tous, chacun représentant son ministère avec ses papiers. »

F. Les experts

  • 84 A. Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’Expérience du Conseil national économique, 192 (...)
  • 85 Filippi, La Crise des exportations françaises, Paris, Imprimerie nationale, 1935 ; dossier Filippi, (...)

99Au conseil national économique, Filippi est choisi comme rapporteur, l’hiver 1935, sur « la crise des exportations françaises84 ». Il y fait preuve de prudente neutralité dans le débat sur la dévaluation. Dans sa troisième partie sur les « mesures susceptibles d’atténuer le déclin des exportations françaises », il évoque la nécessité de la stabilisation des monnaies et de l’atténuation du protectionnisme. Il constate, sans prendre partie, que la divergence de vues entre les Anglo-Saxons et les pays du bloc-or « rend particulièrement difficile la recherche de formule d’accord […] le rétablissement général de l’étalon-or est en effet subordonné, dans l’esprit d’économistes anglo-saxons qui font autorité, à une dévaluation préalable des dernières monnaies-or alors que l’on peut penser au contraire que la stabilisation générale des monnaies dispenserait les pays du bloc-or d’une pénible adaptation aux prix mondiaux et écarterait pour eux tout danger de dévaluation85 ».

  • 86 K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », (...)

100Filippi a-t-il évolué entre 1935 et 1936 ou bien a-t-il tenu deux discours différents, public et confidentiel ? Comme le dit très justement K. Mouré – on l’a vu au sujet de Rueff –, « cela montre combien il est difficile d’interpréter le point de vue exprimé en public par les hauts fonctionnaires d’un ministère86 ».

101Son étude sur les exportations l’a-t-elle conduit à changer d’opinion ultérieurement, au point d’en faire état pour Sarraut ? L’hypothèse est vraisemblable, leur discours paraissant largement dicté par la fonction.

  • 87 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 124.

102Quant à l’institution, par excellence propice aux échanges entre industriels et hauts fonctionnaires, le Comité d’expert, composé de trois membres, Gignoux, Dautry et Rueff, créé par Laval le 7 juin 1935 « chargé de proposer des mesures propres à éviter la dévaluation de la monnaie87 », conseille une politique rigoureuse de déflation. Rappelons que Gignoux est l’ancien sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale et Dautry directeur général des réseaux de chemins de fer de l’État. Ceux qui y auraient été hostiles n’y ont donc pas leur place, si l’on en croit les propos de Lehideux à propos de Louis Renault, son oncle par alliance et son patron :

  • 88 Entretien enregistré avec l’auteur en 1991.

« Et j’ai eu toutes les peines du monde à l’époque d’empêcher Renault de faire partie du comité des sages de Laval. Il y avait Dautry, René Mayer, Louis Renault et d’autres. Il avait donné son accord et je lui ai dit : “C’est stupide.” Il n’était pas très content. Je lui ai expliqué pourquoi. “Écoutez, c’est très simple. Nous allons entrer tout à l’heure chez vous. Vous avez un chauffeur que vous avez depuis vingt-cinq ans. Vous allez dire : ‘Joseph, tu es un type merveilleux et je te diminue ton salaire de 10 %.’ Comme vous êtes bien, il va rester chez vous, mais il va faire la gueule. Et puis on va arriver chez vous et vous avez un valet de chambre, bien aussi, qui est là depuis beaucoup moins longtemps et vous allez lui dire : ‘Clément, tu es un type merveilleux. Ah ! À la fin du mois, 10 % de moins.’ Il fout le camp. C’est cela que Monsieur Laval veut faire. Il veut dire : ‘Je vous diminue tous de quelque chose et votez pour moi.’ Ils ne voteront pas pour lui.” Autrement dit, en 1935 on ne vote pas pour des mesures difficiles en sachant que, très peu de temps après, et avant que la potion ait fait son application, il restera le goût amer dans la bouche88. »

103Lehideux, clairement de droite, ne fait pas seulement preuve de bon sens politique, il connaît aussi bien l’étranger : il a voyagé aux USA, en Espagne, en Allemagne. Pourtant, même aujourd’hui, ses arguments ne sont pas économiques mais électoraux.

G. Les institutions financières publiques

104Il ne nous appartient pas de redire après d’autres les liens étroits entretenus entre le MGF et les satellites du Trésor d’une part, les banques d’autre part, dans cette période, ni de rappeler le poids du réseau Inspection dans ce secteur, vu dans la partie précédente. Contentons-nous d’ajouter les quelques témoignages ou sources privées dont nous disposons sur cette période précise.

105À la tête de la Banque de France, Tannery succède à Moret en janvier 1935. Ni l’un ni l’autre ne sont inspecteur des finances mais deux inspecteurs y ont des fonctions importantes : Fournier, sous-gouverneur, et Lacour-Gayet, chargé des études économiques. Ce dernier a témoigné de la responsabilité des dirigeants de la Banque de France dans la déflation (pour des raisons politiques en ce qui le concerne, on l’a vu). Évoquant son arrivée à la Banque de France, nomination qui le flattait (après avoir refusé le poste de secrétaire adjoint du CNEP), il écrit dans ses Mémoires :

« Mélancolique, je le devins plus encore lorsque je me trouvai installé dans un petit bureau de la Banque de France dont les dimensions me firent rapidement comprendre les limitations de mes responsabilités […] bref les journées s’écoulaient, pesantes. J’aurais beaucoup donné pour avoir du travail […]. Tout changea en 1935. Moret prit sa retraite. Son successeur Tannery était juste son opposé : aussi audacieux que son successeur était prudent. […] La France était alors dans un piètre état […] elle avait fini par être atteinte durement […] sur aucun point gauche et droite n’étaient d’accord. La deuxième, sous la conduite de Pierre Laval, recommandait une politique de déflation qui ferait disparaître les entreprises les plus mal en point. J’ai toujours été un homme de droite. C’est dire avec quel enthousiasme j’appris que le nouveau gouverneur de la Banque avait décidé que l’Institut d’émission entrerait dans la bataille, ou, pour être moins vague, qu’il défendrait le maintien de l’étalon-or, et par voie de conséquence la politique gouvernementale […]. Le gouverneur et moi-même assumâmes seuls le poids de la bataille, ce qui nous valut des haines féroces. Je fus loin d’être épargné, car mon rôle était essentiel. Le gouverneur se réservait les relations avec les hommes politiques ; je voyais les journalistes, tâchais de leur inspirer des idées, leur fournissais parfois des articles préparés par mes services. »

106Mais il ajoute en bas de page, soulignant davantage encore la connotation politique de la défense du franc :

  • 89 R. Lacour-Gayet, « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », Études e (...)

« Cinquante ans se sont écoulés et je ne suis pas sûr que nous ayons eu raison. D’abord parce qu’au fond une dévaluation était inévitable, ensuite parce qu’un Institut d’émission n’a pas qualité pour jouer un rôle politique89. »

107Quoi qu’il en soit, sur le fond du débat, son témoignage révèle l’importance des hauts fonctionnaires de la Banque de France dans la politique choisie.

108Mais il est juste de remarquer qu’à la Banque de France, les inspecteurs des Finances ne sont pas seuls à être aveugles. Outre Tannery, le sous-gouverneur et économiste Charles Rist ne prend publiquement position en faveur de la dévaluation pour résoudre la crise économique que le 4 juin 1936. Paul Reynaud a raconté dans ses Mémoires :

  • 90 P. Reynaud, Mémoires, Venu de ma montagne, t. I, Paris, Flammarion, 1960, p. 418.

« En 1935, un de nos amis communs, André Istel, m’avait invité à déjeuner avec lui alors qu’il était sous-gouverneur de la Banque de France, en me disant : “Il n’est pas possible que vous n’arriviez pas à le convaincre.” Les fonctions qu’il occupait avaient créé chez cet homme d’une parfaite droiture et d’une grande science économique un complexe monétaire que je n’arrivais pas à vaincre […]. Mais un an avant sa mort, dans un livre intitulé Monnaie d’hier et de demain, il [Charles Rist] écrivit […] : “J’eus le tort de ne pas me rallier aussitôt à sa thèse [celle de Paul Reynaud] et de ne l’adopter qu’un peu plus tard en 1936, lorsque les dépositions reçues par la commission douanière dont j’étais président m’eurent convaincu de l’infériorité dans laquelle l’intangibilité du franc maintenait l’économie française90.” »

109En effet, le 4 puis le 8 juin 1936, dans deux articles du Petit Parisien titrés « Le Problème financier et le problème monétaire », Charles Rist, enfin, se prononce publiquement en faveur de la dévaluation et, prenant le contre-pied de l’argumentation des Finances, pose le problème monétaire en termes économiques, comme Mönick s’évertue à le faire depuis de longs mois.

  • 91 Le Petit Parisien, 4 juin 1936.

« La persistance de la crise en France […] étonne et inquiète […]. D’où vient cette situation ? […] Il faut le dire franchement : elle est économique et non budgétaire. Voilà le fait qu’il faut regarder en face […]. Le maintien du franc en tant que monnaie n’est donc pas une question d’énergie ou de faiblesse […]. La question du franc n’est pas non plus une question financière91. »

110En revanche, à la Banque de l’Afrique occidentale, Du Moulin de Labarthète, qui est alors directeur de la banque d’émission coloniale, écrit une lettre de félicitations à Paul Reynaud le 2 décembre 1935, au surlendemain d’un de ses discours à la Chambre en faveur de la dévaluation, retransmis dans l’Officiel. Non seulement il se dit satisfait de l’argumentation de Reynaud, « à laquelle ni Laval, ni Régnier n’ont su répondre », mais il salue sa sérénité triomphante en ajoutant ces mots :

  • 92 Arch. nat. 474 AP 1 (2). Du Moulin, très engagé à droite, se réjouit d’avoir vu Léon Blum « mordre (...)

« Et si dans une centaine d’années, quelque historien de l’esprit public se penche sur votre discours de vendredi, il sera bien forcé de constater que la dévaluation a reçu droit de cité en France, le 29 novembre 1935. Intellectuellement c’est la seule chose qui compte92. »

111Du Moulin félicite d’autant plus Reynaud de l’avoir convaincu que « je me cramponnais, depuis quelques mois, sur des paliers de résistance, à vrai dire chaque jour plus fragiles ». Il craint néanmoins que la hausse des prix de détail s’avère plus forte en France qu’à l’étranger en cas de dévaluation. Du Moulin, grâce à Paul Reynaud, fait donc partie des rares au sein de l’Inspection qui ont pris conscience, à la fin de 1935, des conséquences économiques néfastes de la défense du franc mais sans en faire état publiquement.

112Les discours d’époque ou les témoignages ont, sauf exception, en commun une perception budgétaire ou financière bien plus qu’économique du problème monétaire. Cette perception du problème leur est largement dictée par les fonctions qu’ils occupent. Or il est plus aisé de se convertir à une autre solution pour résoudre un problème s’il est bien posé que de poser le problème autrement. C’est l’une des raisons qui expliquent que, même après l’échec des mesures déflationnistes, même bien plus tard, ils soient si nombreux à ne pas reconnaître l’inefficacité économique des politiques déflationnistes et à mettre l’accent sur la faute politique de Laval. Cela leur permet aussi de minimiser leurs propres erreurs d’analyse et même d’attribuer à la politique de dépenses du Front populaire la responsabilité d’une dévaluation devenue inévitable.

H. Des dirigeants pourtant informés

  • 93 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, 1932-1952, op. cit., t. I, p. 99.

113Le débat qui oppose les historiens comme Michel Margairaz, Kenneth Mouré ou Éric Bussière aux économistes comme Alfred Sauvy, Roger Nathan, Paul Delouvrier ou J.-M. Jeanneney sur l’ignorance technique des décideurs, qui expliquerait « les limites de la déflation93 », repose essentiellement sur les archives du ministère des Finances. Or celles-ci présentent quelques lacunes qu’il convient de noter. La première concerne les travaux et conclusions du Comité des experts créé par Laval. Ce que l’on sait de leurs travaux ne provient pas des archives des Finances ni des papiers de Baumgartner mais des papiers personnels de Dautry que Rueff n’aurait pas fait circuler. La seconde lacune constatée dans les archives est le montant et la répartition de l’or thésaurisé. Autant cette hantise revient souvent sous la plume des hauts fonctionnaires, autant nous n’avons jamais rencontré de demande d’information, et encore moins de réponse, sur ce matelas d’or. Le troisième déficit d’information tient à la comptabilité des entreprises qui ne permet pas au MGF de bien mesurer la part du loyer de l’argent, des importations et des salaires dans la formation des prix de gros, ignorance qui a conduit ces hauts fonctionnaires à trop redouter les conséquences d’une dévaluation pour les importateurs et à surestimer le poids des taux d’intérêt, qui restent, quoi qu’ils en disent, assez faibles.

114Malgré ces insuffisances, nous rejoignons tout de même M. Margairaz, É. Bussière ou K. Mouré : le Mouvement des Fonds reçoit presque toutes les informations accessibles. Nous avons pu constater, dans les archives, que les indicateurs économiques disponibles (notamment les mouvements des prix, les indices de l’activité économique et le mouvement des marchandises) et les réactions des opinions, à l’étranger comme en France, sont connus : pour l’étranger, par les attachés financiers (à la demande ou même spontanément), par la direction commerciale du Quai d’Orsay, par les ambassadeurs directement ou indirectement, par la commission économique de la SDN, par la presse ; pour la France, par les notes des services du MGF, par des notes de la Banque de France ou des grandes banques publiques ou privées et des grands réseaux. M. Margairaz l’a largement démontré : « S’ils ne sont pas informés avec une grande précision, ils ne méconnaissent pas pour autant les principales réalités économiques et financières nationales – ainsi la reprise de 1935 – ou internationales – en particulier, la surévaluation du franc. »

115Éric Bussière note, dans son analyse de l’échec du bloc-or :

  • 94 É. Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Paris, Com (...)

« Il serait faux de croire que ces événements, en particulier l’échec de la tentative de Theunis et la dévaluation, constituèrent une surprise pour le gouvernement français. P. Claudel est remarquablement informé […]. Le sous-directeur des relations commerciales, Coulondre, avait admis depuis janvier 1935 l’échec économique que représentait le bloc-or94. »

116Le filtre des directeurs de Paris devant les informations de l’étranger n’est donc pas le seul fait des Finances. Au Quai aussi, Coulondre filtre l’information. On en trouve un exemple dans une note de l’ambassadeur d’Angleterre, Corbin, faisant état du point de vue de Londres sur la « crise monétaire aux États-Unis et en France vue de Londres », note transmise par Coulondre, accompagnée d’un résumé, le 19 juin 1935 au ministre des Finances, à Baumgartner puis à Maxime-Robert. Curieusement, le résumé omet un passage important de la lettre de Corbin qui, pourtant, répond aux craintes des antidévaluation. Il s’agit d’une suggestion faite par un interlocuteur britannique pour apaiser les craintes, en France, de rétorsion anglaise en cas de dévaluation. Après avoir transmis le point de vue anglais – la crise en France a une origine économique plus que budgétaire, la dévaluation paraît donc nécessaire –, Corbin ajoutait : « d’autre part certains ont bien conscience que la non-dévaluation vient en France de la crainte des représailles monétaires ». Il précise même :

  • 95 Ibid.

« Je crois intéressant de la [suggestion de son interlocuteur britannique] rapporter au département. Si donc, ajoutait-il, il vous est impossible, comme je le crois de réaliser un équilibre budgétaire par de seules mesures de déflation et si votre monnaie est menacée, la solution consiste précisément à ne pas prendre de mesure définitive mais à vous détacher de l’or par un embargo, à fixer une parité de change franc-sterling acceptable également pour New York et maintenu par un fonds d’égalisation des changes travaillant avec le fonds britannique et peut-être avec le fonds américain. Les banques centrales sont parfaitement outillées aujourd’hui pour réaliser une telle opération95… »

117Les erreurs d’analyses de ces dirigeants, incomplètement, certes, mais suffisamment informés si l’on en croit les archives, ont donc d’autres causes qu’il faut chercher maintenant dans leur appartenance collective à l’Inspection et leur outillage mental.

II. Les causes profondes de leurs erreurs d’analyse : trajectoires et esprit de corps

A. Une équipe jeune de la génération de l’après-guerre

118Si l’on considère les 37 inspecteurs retenus dans cette étude, 18 ont moins de 35 ans, 25 ont moins de 40 ans et 30 moins de 45 ans au 1er juillet 1935. Pour les seuls décideurs de Rivoli, la jeunesse s’accentue encore : 12 sur 19 ont moins de 35 ans, 18 sur 19 moins de 40 ans. Si l’on regarde non plus les dates de naissance mais les promotions, ils paraissent encore plus jeunes puisque 31 sont entrés à l’Inspection après la guerre ! Nés au tournant du siècle, 17 sur 37 sont trop jeunes pour avoir combattu. Mais sur les 20 en âge d’être incorporés avant la fin des hostilités, 16 ont été de glorieux combattants.

  • 96 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 97 Cf. dossier de presse du mouvement de janvier 1935, remis par Deroy au service de l’IGF.

119Témoins et presse de l’époque insistent sur le jeune âge des inspecteurs des Finances aux plus hautes responsabilités, on l’a remarqué pour le MGF. Selon Leroy-Beaulieu, lorsque Germain-Martin procéda à ses nominations en janvier 1935, il lui fit part de ses hésitations ou plutôt de ses inquiétudes quant à l’âge de Baumgartner, qui n’avait pas encore 33 ans, ce à quoi Leroy-Beaulieu lui répliqua pour le rassurer : « Mais c’est l’âge où le Christ a fini sa carrière96 ! » Lors du mouvement de janvier 1935, les journaux ont souligné cette jeunesse des nouveaux promus, pour s’en féliciter, parfois avec le sourire97. Voici comment, par exemple, Le Petit Bleu du 4 janvier 1935 commente les nominations autres que celle de M. Tannery : « C’est la jeune équipe de cet admirable corps de l’Inspection des finances qui a rendu à l’économie française les services les plus intelligents et les plus signalés. » Le Moniteur du Calvados, de l’Orne et de la Manche du 7 janvier 1935 commence ainsi son article sur « La Promotion des Finances » : « C’est une victoire des jeunes. Souhaitons-leur bonne chance. L’Inspection des finances gagne une belle partie, félicitons-nous en. » Puis, plus loin : « Ces jeunes gens sont tout à fait à la hauteur de la tâche qui leur incombe. La politique du Gouvernement n’a pas consisté à prononcer une démagogique “place aux jeunes” mais à décider que la place était au talent. »

120Le Journal de la Bourse du 5 janvier 1935 remarque :

« Les mutations qu’entraîne cette nomination se signalent par un remarquable rajeunissement des cadres. En dehors de M. Tannery, aucun des nouveaux promus n’a quarante ans. Ils sont tous inspecteurs des Finances sauf M. Jacques Rueff, qui est polytechnicien. »

121En réalité, ce journal est doublement mal informé. Non seulement Rueff est aussi inspecteur des Finances mais, mis à part la promotion de Baumgartner qui n’a, en janvier 1935, que 32 ans, il faut noter qu’il ne s’agit guère de rajeunissement mais plutôt d’un jeu de billard entre jeunes inspecteurs. Deroy, premier inspecteur à diriger la Caisse des dépôts depuis 1898, n’a pas 35 ans, comme Haguenin, J.‑J. Bizot ou Bouthillier (qui, eux, ne bougent pas). L’historien sait mieux que les contemporains que la jeunesse des nominations à la tête des directions date du début des années vingt, comme on l’a vu déjà plus haut. Il a fallu remplacer les morts et combler des besoins nouveaux. Un autre atout a servi cette génération. Nés après 1900, trop jeunes pour être mobilisés pendant la guerre et n’ayant effectué qu’un an de service militaire, ils ont été reçus plus jeunes au concours. Cette précocité devient spectaculaire pour ceux qui, comme Deroy, sont dispensés de leurs obligations militaires. Avant 1914, pour devenir sous-directeur, il fallait, la plupart du temps, plus de dix ans d’ancienneté ; depuis la guerre, Maxime-Robert est celui qui a le plus attendu pour devenir sous-directeur du Mouvement des Fonds (huit ans), alors qu’il a fallu six ans pour Jahan (1914) en 1920, quatre ans pour Moreau-Néret (1919) en 1923, six ans pour Barnaud (1920) en 1926 et cinq ans pour Baumgartner en 1930. L’évasion des inspecteurs dans les entreprises jusqu’au début des années trente, vu dans la partie précédente, a largement contribué à la noria, au bénéfice des plus jeunes recrues.

  • 98 Hypothèses suggérées par les travaux de M. Bauer et B. Bertin-Mourot, et notamment Les 200. Comment (...)

122On peut émettre l’hypothèse que le « gap » d’une génération manquante, celle des quadras, les a privés, au milieu des années trente, de cette confrontation des générations propice à l’émergence d’idées neuves98. Cette absence a pu aussi empêcher la transmission de l’expérience de l’heureuse dévaluation de 1926-1928.

  • 99 Cf. K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936(...)

123En effet, leur passage à l’âge adulte et leur formation intellectuelle se sont, certes, déroulés pour la plupart dans le cadre théorique de l’idéologie classique et dans le contexte inflationniste de l’après-guerre, de la dépréciation monétaire, de la stabilisation Poincaré puis de l’équilibre budgétaire de 1928 à 1931. De ce fait, on pourrait penser, avec K. Mouré et d’autres historiens99, que la hantise de l’inflation et de la fuite des capitaux de l’époque du Cartel les a conduits à diaboliser la dévaluation. Mais on peut objecter que la période 1926-1928 a, aussi, été celle de la prise de conscience des dangers d’un franc surévalué, particulièrement chez les inspecteurs des Finances qui ont contribué à convaincre Poincaré. Qu’ils aient été marqués comme tout le monde par l’inflation, assurément, mais eux n’auraient pas dû oublier la lutte victorieuse de leurs anciens, entre 1926 et 1928, pour éviter toute surévaluation du franc. Ce combat du Mouvement des Fonds et de la Banque de France contre Poincaré constituait, à la fin des années vingt, l’une des fiertés du corps. Raymond Philippe, membre du Comité des experts de 1926, a rendu, en 1930, dans son livre sur Le Drame financier de 1924-1928, un vibrant hommage aux chefs du service du Mouvement des fonds en 1926-1928, qu’il cite nommément : Moret (ancien rédacteur), Moreau-Néret, Barnaud, Farnier (1919).

  • 100 R. Philippe, Le Drame financier de 1924-1928, Paris, Gallimard, 1931, 148 p., p. 126-127.

« Ils ont tous fait preuve d’une telle sûreté de vue, d’une telle présence d’esprit, que les erreurs ministérielles n’ont eu grâce à eux que le minimum d’inconvénients […]. Qu’on fasse appel à tous les chefs d’industrie et ils diront ce qu’aurait été la situation monétaire de notre pays si on avait revalorisé au coefficient 4100. »

124Les années vingt, pour un inspecteur des Finances, furent donc aussi l’époque de la prise de conscience de la nécessité d’ajuster les prix-francs aux prix-livres. Les inspecteurs dirigeants du milieu des années trente ont eu la mémoire courte ou ont été privés d’anciens pour la leur rafraîchir. En ce sens, ils se différencient de la génération en fonction dans les années quarante. M. Margairaz, dans sa thèse, a pu avec raison souligner l’effet de génération des grands experts de 1947-1948 qui, eux, ont su tirer les leçons du passé :

  • 101 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, op. cit., t (...)

« Âgés de trente et quarante ans […] leurs mentalités ont été davantage marquées par les exemples à ne pas suivre de la part de leurs aînés. À la hantise du dirigisme et de la prodigalité de l’État, ils ont substitué celle de la déflation, de la stagnation ou de la “politique d’ajustement” qui au nom de l’équilibre financier sacrifie l’expansion économique101. »

  • 102 SAEF, B 33193. L’italique est de nous.

125Leur expérience inégale du front (qui, individuellement, les a marqués à jamais) ne crée pas entre eux de clivage quant à leur position sur le franc. Au contraire, pour tous, la défense de la patrie se prolonge sur le front monétaire. Combattants ou épargnés, ils baignent dans l’atmosphère patriotique de la lutte pour la défense du franc Poincaré. Participer à la déflation est présenté par eux comme une preuve de courage patriotique, un devoir moral. La déflation est économiquement bonne car elle est moralement juste. Une note du directeur du MGF, récapitulant pour un discours du ministre au Sénat le rôle de la trésorerie au cours de l’année passée, du 21 octobre 1935, se termine ainsi : « La vérité c’est que la France se débat comme elle peut avec continuité et avec courage dans une crise sur laquelle, à elle seule, elle n’est pas en mesure d’influer102. » Brunet nous expliquait :

« Les gens qui prônaient la dévaluation à l’époque étaient considérés comme de mauvais Français.

Q. – : Mais on était informé sur la baisse de la livre et du dollar ?

  • 103 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

R. – : Oui, mais enfin il y avait l’amour-propre national qui exigeait qu’on défendît la valeur de la monnaie. Je n’ai commencé à comprendre certaines choses en matière économique et monétaire qu’à peu près en 1936103. »

  • 104 F. Bizard, Les Accords tripartites, thèse pour l’École libre des sciences politiques, sous la direc (...)

126En 1938, Bizard (1942), futur inspecteur des Finances, peut soutenir sa thèse de sciences politiques, sous la direction de Baumgartner et avec ses archives, en constatant en introduction : « Aussi bien la politique de déflation qui avait été entreprise avec beaucoup de courage dès 1934 rencontra-t-elle des difficultés de plus en plus sérieuses104. »

127Mais en réalité, si ces décideurs évoquent volontiers l’immoralité d’une dévaluation (qui, rappelons-le, se fait au détriment de l’épargnant), ils ne la reprennent pas à leur compte ni jadis ni a posteriori mais seulement du point de vue de l’opinion publique. La note du Mouvement des fonds du printemps 1935 – que l’on a déjà vue –, non signée mais dont le style atteste qu’elle fut écrite par un inspecteur, fait bien la différence :

  • 105 SAEF, B 33201, p. 17-18. Note citée ci-dessus.

« L’argument tiré de l’impossibilité morale de deux dévaluations monétaires en moins de dix ans n’a qu’une valeur sentimentale, aucun rapprochement ne pouvant être fait entre une véritable faillite rendue inévitable par les charges écrasantes imposées au pays par la guerre et réalisée au détriment des épargnants qui avaient fait confiance à l’État et un ajustement monétaire, basé sur des considérations strictement économiques et ne devant nullement léser les créanciers de l’État105. »

128S’ils sont, pour leur part, forts de leur compétence, à l’abri de ce genre d’amalgame, ils semblent bien convaincus que « les Français », eux, ne feront pas la différence, d’autant que la situation budgétaire peut faciliter le rapprochement entre les deux dévaluations. Ainsi, persuadé que le Français moyen ne pourra comprendre une autre dévaluation, le même auteur termine sa note par l’affirmation de l’impossibilité d’une dévaluation en France quels qu’en soient les effets bénéfiques :

« Ne serait-ce que pour des raisons de sentiments, l’opinion accepterait difficilement une seconde amputation du franc survenant moins de dix ans après la première. Dès lors il apparaît que la dévaluation s’effectuerait en France, surtout si elle n’était précédée d’un véritable redressement budgétaire, dans les conditions psychologiques les plus défavorables. »

  • 106 F. , Les Accords tripartites, op. cit., p. 4.

129En 1938, Bizard, dans sa thèse déjà citée, reprend cette même analyse dans sa conclusion : « Jusque-là, l’opinion française cependant était assez forte pour écarter longtemps encore, sinon définitivement, la menace de la dévaluation », et ajoute qu’en Angleterre, seule « la crise des retraits » a conduit gouvernement et opinion à « admettre une dévaluation106 ».

130Leur appartenance majoritaire à une même classe d’âge et leur formation intellectuelle ont facilité la connivence intellectuelle et donc la pesanteur du groupe sur les individus, ce en dépit des éventuelles diversités d’origine sociale ou scolaire, des probables rivalités de carrière, des évidentes différences de tempérament et de capacités intellectuelles.

B. Une formation supérieure au contenu économique rudimentaire

131On a vu que les informations qui leur sont parvenues sont bien suffisantes mais sont-ils capables d’en analyser les conséquences implacables ?

132En dehors des quelques polytechniciens qui en sont dispensés (3 X sur 37), le concours exige la licence en droit (33 sur 37 et 17 sur 19 ont au moins la licence, 7 sur 37 sont docteurs et 2 sur 19 pour les décideurs de Rivoli) ou en lettres (un seul d’entre eux est normalien : Haguenin). Or, sur l’enseignement à la Faculté de droit, les témoignages sont en général très sévères, sauf rares exceptions, on l’a vu, mais on peut en citer quelques-uns à nouveau. Appert se souvient :

  • 107 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« De mon temps, c’était pas difficile de passer l’examen de droit. Les types n’avaient qu’à apprendre [un manuel] par cœur pendant un mois et puis ils passaient leurs examens. Dans ce temps-là, quand j’ai passé mes examens de droit, il n’y avait pas d’écrit, il n’y avait qu’un oral. C’était une plaisanterie ces examens de licence. C’était rien du tout107. »

133Lacour-Gayet, licencié en histoire et en droit, nous a écrit :

  • 108 Réponse écrite à notre questionnaire le 1er mai 1981.

« Aucun de mes maîtres de l’enseignement supérieur n’eut la moindre influence sur moi. Le seul professeur qui m’ait marqué fut mon professeur de première M. Rudler à Louis-le-Grand […] l’économie politique m’a toujours prodigieusement ennuyé. C’est dire que je ne me souviens même pas du nom de mes professeurs108. »

  • 109 Entretien enregistré avec l’auteur et transcrit en 1986.

134Les témoignages, plus nombreux, des plus jeunes confirment cette opinion. Carmoy, étudiant à la « Catho » et plus assidu, est tout aussi sévère : « En économie, l’enseignement de la Catho ou de la Fac de droit était médiocre, par comparaison aux Sciences Po109. » Interrogé sur la faiblesse de sa formation économique, Calvet (1934) répond :

« Cela n’était pas étonnant ! Les professeurs d’économie politique de faculté étaient nuls. Dans l’ensemble ils étaient nuls. Non seulement ils étaient nuls, mais ils étaient d’un nationalisme vaniteux et ils considéraient comme inexistantes les doctrines économiques en honneur en milieu anglo-saxon. »

  • 110 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

135Cela étant, il reconnaît qu’il n’a pas eu Rist comme professeur et qu’il a suivi avec intérêt les cours de Pirou. Il dit n’avoir appris l’économie politique que plus tard, après la guerre, comme attaché financier à Londres110.

  • 111 Villard, Baumgartner, Maxime-Robert plus Filippi sur la stabilisation des prix.

136Pourtant, huit d’entre eux sont allés jusqu’au doctorat mais leurs sujets de thèse ne les ont guère conduits à une analyse économique des questions monétaires internationales. Trois d’entre eux ont bien étudié la monnaie mais c’est l’inflation et l’équilibre budgétaire en Allemagne qui les a retenus111. Aucun ne s’est penché sur les finances anglo-saxonnes.

137De l’École libre des sciences politiques, 18 sur 37 sont diplômés, dont 5 lauréats (10 sur 19 pour ceux de Rivoli), auxquels il faut ajouter 3 anciens élèves, soit 21 sur 37 ou 11 sur 19. Ici, les éloges sur l’enseignement se font plus fréquents. Maxime-Robert dit avoir trouvé cette formation excellente parce qu’elle était libérale et me cite son « maître » Colson. Les professeurs les plus souvent cités sont Germain-Martin, « très populaire aux Sciences-Po », Colson, Aupetit, Siegfried, Arnauné. Bien que trop jeunes pour faire partie de notre population, Saltes (1930), Carmoy ou Calvet, par exemple, témoignent dans le même sens :

  • 112 Colson avait enseigné également à Polytechnique. Son enseignement, très classique, moins abstrait q (...)

« À Sciences-Po, dit Calvet, je me souviens de deux noms : l’un que j’estimais beaucoup, Colson, et l’autre que j’estimais plus moyen était Aupetit, secrétaire général de la Banque de France. Colson connaissait parfaitement son sujet. Les finances publiques étaient données par un professeur de droit dont je ne me souviens pas du nom. Il y avait un ouvrage classique de F.P. [François Perroux] que tout le monde lisait. Mes cours de Sciences-Po constituaient ma base pour l’économie et aussi les manuels112. »

138Pour Saltes, polytechnicien :

« Quelques professeurs excellents, des maîtres de conférence, il y en avait de détestables. J’ai eu un cours d’économie politique vraiment pas croyable fait par un personnage qui s’appelait Aupetit qui avait été secrétaire général de la Banque de France. C’était un fatras mais d’une nullité ! Le grand homme, c’était Colson. Je n’ai malheureusement pas suivi ses cours […] parce que ce n’était pas la section où j’étais. »

  • 113 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

139Pour les cours, il cite comme grands professeurs Halévy, Siegfried, Romieux, Pichat, Courtin. « Alors, comme maître de conférence j’ai eu Baumgartner. Révélation ! Facilité d’élocution prodigieuse, de clarification. Il parlait de ce qui lui plaisait, en réalité il parlait de l’actualité. Il était déjà sous-directeur du Mouvement des Fonds, alors il faisait une grande opération, la conversion », mais il ajoute : « Ce n’était pas des doctrines fondamentales ni du Ricardo ni du Smith113. » Ils reconnaissent tous qu’à « l’École », ils ont été éveillés à l’histoire, aux finances publiques, à la géographie politique, à l’économie, mais ils n’y ont pas acquis les moyens de réfléchir à la crise économique et encore moins au rôle de la monnaie dans l’économie et réciproquement. Calvet, à la question : « Aviez-vous une opinion sur le franc : dévaluer ne pas dévaluer ? », a répondu : « J’avais une opinion très hésitante, très mal éclairée » et, peu après, il explique, à propos de la dévaluation anglaise :

« J’avais suivi tout cela avec beaucoup d’intérêt sans m’être rendu bien compte d’ailleurs que dans l’un et l’autre cas, ces politiques et bien d’autres facteurs avaient conduit à un redressement économique absolument exceptionnel des deux pays en question tandis que pendant ce temps-là, la France, assise sur son bloc-or, s’enfonçait dans la plus atroce des déflations.

Q. – Vous ne vous rendiez pas compte des conséquences ?

  • 114 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

R. – Un petit peu mais tous les enseignements étaient en sens opposé114. »

  • 115 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 116 Cf. G. Le Béguec, Les Filières d’accès à la chambre des députés, thèse d’État soutenue à Nanterre e (...)

140L’essentiel à retenir de leur formation économique est donc bien sa pauvreté théorique et internationale et, pour reprendre Brunet : « Les notions économiques étaient tout à fait insuffisantes jusqu’à la dernière guerre115. » Ces décideurs ont donc suivi la formation supérieure de la plupart des élites bourgeoises, qu’elles soient libérales, fonctionnaires ou économiques. En ce domaine, ils ne se différencient ni du reste du corps ni des autres élites ni des élus116. L’étonnant n’est donc pas ici leur spécificité mais bien leur banalité alors qu’ils se jugent et sont jugés plus compétents que d’autres.

141Mais leur réputation de compétence vient d’abord de la sélectivité du concours et de la préparation intensive en écurie, comme on l’a vu dans la première partie. Sujets, copies, corrections et témoignages attestent qu’ils apprennent dans les écuries les arcanes subtils des administrations fiscales, les charmes des conversions ou des consolidations, les inconvénients des interventions – nécessaires – de l’État en matière financière, monétaire ou commerciale et surtout, surtout, les vertus de l’équilibre budgétaire. D’économie politique, comme on disait alors : rien d’autre qu’un libéralisme économique vertueux que l’État ne pouvait en réalité respecter mais qu’il devait s’efforcer de préserver dans la mesure du possible. Maxime-Robert, qui se félicitait de l’enseignement libéral des Sciences-Po, raconte :

  • 117 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

« Après cela, je suis entré au ministère des Finances où le dirigisme prospérait. Je n’ai guère eu à appliquer les principes de l’économie libérale de mon maître Colson mais cela avait un gros avantage : grâce à Colson, quand je faisais quelque chose, je savais quels en étaient les inconvénients et les conséquences117. »

  • 118 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

142Fouchier (1934) garde ce souvenir du milieu des années 1930 : « Jusqu’en 1938, l’inspection des Finances dirige la politique financière de la France. La politique économique, vous savez, à l’Inspection ils n’avaient aucune formation économique. D’ailleurs très peu de gens en avaient une118. »

  • 119 Les études disponibles étaient suffisantes pour faire un autre choix. On serait tenté de lui répond (...)

143Et Maxime-Robert ne dit guère autre chose : « Pendant très longtemps, on s’est fait beaucoup d’illusions, les études monétaires à l’époque étaient au fond assez succinctes119. »

144Bien que trop jeune pour appartenir à notre échantillon, Gruson (1936) témoigne, longuement, de ce qu’on lui a appris dans les écuries dans les années 1934-1935. Seul bottier de l’X à avoir choisi de se présenter au concours pour des raisons de santé mais aussi, comme Rueff, par goût pour l’économie politique, il répond ainsi à la question sur le libéralisme économique lors de la préparation au concours :

« Oui, tout à fait, je ne le remettais pas en cause […]. C’était en effet ce qu’il fallait exprimer en termes élégants. Sur le plan économique c’était stupide. Cela n’avait aucune profondeur. C’était une bonne formation au style administratif de la neutralité, de l’objectivité apparente, de la bonne compagnie. J’en ressens encore actuellement les vertus. »

145Et il ajoute :

« Encore une fois, il faut se dire, c’est très difficile à penser aujourd’hui, l’idée que l’économie ne prenait son sens qu’à condition d’être vue dans sa globalité était une idée totalement ignorée […]. Il y avait un problème propre à l’inspection des Finances, considérée comme gardienne d’une orthodoxie. Il y avait une orthodoxie à l’époque, c’est pas douteux : orthodoxie de l’étalon-or, orthodoxie de l’équilibre budgétaire, orthodoxie qui s’était manifestée, dont on peut trouver des traces écrites aujourd’hui et l’inspection des Finances était gardienne de cette orthodoxie […]. Au moment où j’ai commencé à préparer l’Inspection, j’en garde le souvenir. Vraiment, on parlait de cette orthodoxie de façon aussi sérieuse qu’un pape pouvait parler de l’orthodoxie au concile de Trente. Mais ce fait n’était pas général dans la fonction publique ; notamment, au Conseil d’État, il y avait des hommes de gauche […]. La politique de déflation de Laval était inspirée par cette orthodoxie dont nous parlions tout à l’heure. Je ne pense pas que j’ai ressenti [alors] le sentiment de prodigieuse absurdité que rétrospectivement j’éprouve à son égard […]. Mes prises de position politique datent essentiellement de la guerre. Avant guerre, j’étais sinon conformiste, je n’avais pas un esprit critique très développé.

Q. – Étiez-vous partisan de la dévaluation ?

  • 120 Entretien avec A. Terray en 1990, IGPDE. Notons que pour Gruson, l’attachement à l’orthodoxie a val (...)

R. – Non, parce que l’orthodoxie dont j’étais malgré tout imprégné était contre toute dévaluation. J’ai trouvé qu’elle [la dévaluation de 1936] était inévitable mais triste120. »

146Leur formation universitaire limitée est-elle complétée par leur expérience professionnelle ?

C. Des expériences professionnelles courtes et inadaptées à la situation

147Leur jeunesse implique une expérience professionnelle préalable assez courte. Ont-ils compensé ce handicap par une mobilité professionnelle, par l’expérience à l’étranger – surtout dans les pays anglo-saxons –, par la connaissance des entreprises internationales ou exportatrices ou par l’apprentissage de la vie politique ?

  • 121 Cf. deuxième partie, ci-dessus.

148Leur « sortie » des cadres de l’Inspection très rapide est une pratique qui se généralise après la guerre121. Les six inspecteurs d’avant 1914 ont mis de six à onze ans pour quitter la tournée. Pour l’après-1918, les autres ont mis de deux à huit ans.

149Courte, leur expérience professionnelle qui a suivi leur sortie des cadres a été compensée par leur mobilité, ou par la variété de dossiers à traiter ou par les responsabilités exercées. La moyenne des postes occupés par nos 37 inspecteurs avant 1935 est de cinq emplois, quatre pour les 19 de Rivoli. Maxime-Robert ne change qu’une fois de responsabilité et dans la même direction, mais il est en charge des relations avec tous les pays de l’est de l’Europe. Deroy grimpe les échelons de la hiérarchie du Budget jusqu’au poste de directeur adjoint puis dirige le Contrôle des régies, les Contributions indirectes et enfin la Caisse des dépôts en janvier 1935. Plus stable, Villard, entré au Budget en janvier 1925, en devient directeur en 1929 puis sous-gouverneur du Crédit foncier en juillet 1932, onze ans seulement après son concours. Haguenin occupe six emplois dont une mission aux États-Unis avec Bérenger, un poste en cabinet avec Poincaré et dirige trois directions différentes aux Finances avant de partir, en mars 1935, pour la BNCI. Ces quelques exemples illustrent leur polyvalence, l’étendue de leur horizon administratif et leur capacité rapide d’adaptation, mais toujours dans la mouvance du ministère des Finances. En 1934-1935, est-ce bien cette expérience-là qui peut les aider à comprendre la situation économique de la France, à réfléchir sur les politiques monétaires à mener ? Rien n’est moins sûr car elle est nationale et administrative.

  • 122 Témoignage transmis par Hélène Schrameck, fille de Jean Rioust de Largentaye. Sur les inspecteurs d (...)

150Si l’on s’intéresse à leur connaissance de l’étranger, plusieurs indicateurs peuvent être retenus. On a vu que les économistes étrangers étaient ignorés et qu’ils constataient tous que leur formation était très hexagonale. Le premier inspecteur à s’intéresser à La Théorie générale de Keynes, à la fin de 1936, est Rioust de Largentaye (1931). Il sera longtemps le seul et doit cette curiosité atypique à un passé original à l’Inspection. Non seulement il maîtrise très bien l’anglais, pour avoir fait ses études à Jersey, mais en outre il est, avec Culmann (1933) le seul à avoir une expérience de l’entreprise puisqu’à sa sortie de l’X, en 1924, il « pantoufle » à l’Air liquide dont il est licencié en 1929, au début de la crise. Il se décide alors à préparer l’Inspection. Selon le témoignage de Gaston Cusin et de la famille, chargé par la direction du Mouvement des Fonds, à la fin 1936, de préparer une réponse à une déclaration d’un parlementaire – « la France souffre d’asphyxie monétaire » –, Largentaye entreprit, sur les conseils d’un ami, Stéphane Leuwen, de lire La Théorie générale. L’ayant traduite, il chercha en vain, jusqu’en 1942, un éditeur122.

  • 123 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

151L’apprentissage des langues étrangères est un autre indice de leur ouverture sur l’étranger. La répartition des langues présentées au concours par l’ensemble des candidats reçus montre un changement d’attitude à partir du milieu des années 1920, avec l’abandon de l’allemand au bénéfice de l’anglais. Notre population est bien à cheval sur cette évolution. 15 sur 37 ont présenté l’anglais, 16 sur 37 l’allemand et 6 sur 37 les deux langues. Autrement dit, 16 décideurs sur 37 ne parlent pas l’anglais au concours. Mais cet indicateur est insuffisant car le niveau de langues exigé est faible. Certains ont pu l’apprendre par la suite, ainsi Watteau et Appert. D’autres l’ont perfectionné, comme Lacour-Gayet, nommé en 1924 attaché financier aux États-Unis. D’autres en souffriront longtemps, comme Brunet qui n’a jamais, contrairement à ses frères et sœurs aînés, séjourné à l’étranger à cause de la guerre – il ne pratique qu’un allemand scolaire : « Vous savez, dit-il, à l’époque on considérait qu’il fallait apprendre la langue de son ennemi naturel. » – et estime que cela a été pour lui un handicap, une grande gêne ; il a dû apprendre, bien plus tard, le « vocabulaire monétaire123 ». D’autres, enfin, étaient parfaitement bilingues anglais-français, comme Leca, qui a travaillé un an avec Rueff à Londres avant de passer le concours, ou Leroy-Beaulieu, fortement marqué par ses deux ans d’études économiques et politiques short course à Oxford, avant le concours également, ou encore Mönick qui a déjà séjourné quatre ans à New York.

152L’indicateur le plus intéressant est le séjour à l’étranger. 10 inspecteurs sur 37 ont exercé une activité à l’étranger et 4 autres y sont allés en mission avant 1934 : Leclerc, Boisanger, Haguenin, A. Boissard et Maxime-Robert. Mais sur ces 14 inspecteurs, 6 seulement ont séjourné ou collaboré un an au moins dans un pays anglo-saxon avant 1935 : Rueff, Leroy-Beaulieu, Leca, Lacour-Gayet, Appert, Mönick. C’est dans ce petit groupe que l’on trouvera d’ailleurs les seuls défenseurs précoces de la dévaluation. Cependant, l’exemple de Lacour-Gayet, très hostile, interdit de voir dans la connaissance de ces pays une condition suffisante. Considérés comme un exil dangereux pour le bon déroulement de leur carrière, les emplois hors métropoles sont assez peu recherchés, excepté Londres puis New York, et acceptés faute de mieux.

  • 124 Sur la compétition entre Rueff et Baumgartner en 1935, cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. c (...)

153Sauf exception, l’ensemble de ces inspecteurs, bien trop préoccupés à faire carrière rue de Rivoli, est donc peu imprégné des réalités et des mentalités étrangères, notamment anglo-saxonnes. Il est même curieux, mais somme toute symptomatique du poids de l’international dans les préoccupations d’un ministre des Finances, que Germain-Martin n’ait pas retenu ce critère pour nommer Rueff à la direction du MGF, pour succéder à Boisanger comme directeur en janvier 1935, et lui ait préféré Baumgartner qui a peu d’expérience de l’étranger. Ils étaient pourtant tous deux directeurs adjoints et Rueff a travaillé, de 1930 à 1934, à Londres, a dirigé la section financière du secrétariat général de la Société des Nations et est en charge, avec Maxime-Robert, de l’international124.

  • 125 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 317.
  • 126 Encore faut-il rappeler que G. Edgar-Bonnet et Barnaud sont tous deux inspecteurs des Finances démi (...)
  • 127 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

154Pour être encore dans le secteur public, c’est que c’est 37 inspecteurs ont renoncé au secteur privé. Pour autant, ignorent-ils le monde de l’entreprise ? Pris au sens large, on compte 14 inspecteurs occupant ou ayant occupé un emploi (y compris 3 dans le contrôle) dans une entreprise publique ou semi-publique. Mais ce calcul des emplois n’est pas suffisant. En effet, les sous-directeurs du Budget sont également chargés de la direction du Contrôle financier jusqu’en 1936 et, à ce titre, se trouvent en contact avec les milieux d’affaires présents dans les conseils d’administration, voire dans le comité de direction des sociétés d’économie mixte : à la Compagnie générale transatlantique, à la Compagnie Air France, à la Compagnie nationale du Rhône, aux Chemins de fer, à la BNC, etc. Ainsi, à la Compagnie transatlantique, Georges-Picot apprend à connaître son président René Fould. « À cette époque un haut fonctionnaire des Finances pouvait respecter et même admirer les grands dirigeants de l’entreprise privée, sans adopter l’attitude un peu distante et méfiante que manifestent trop souvent aujourd’hui les jeunes fonctionnaires125. » À Air France, il rencontre régulièrement George Edgar-Bonnet (1878) (Suez), René Mayer (Chemins de fer français), Barnaud (Worms)126. Les attachés financiers, quant à eux, ont aussi pour mission de rendre compte de l’opinion des milieux d’affaires. Les directeurs généraux des autres grandes directions ont aussi des raisons d’entrer en contact avec le monde du patronat. Dans les administrations financières, Appert, directeur des Contributions indirectes en 1937, se souvient : « J’avais par contre fréquemment la visite de chefs d’entreprise ou de représentants d’organismes patronaux pour des questions concernant la taxe à la production dont l’application encore récente posait problème127. »

  • 128 SAEF, B 33201.

155Au Mouvement des Fonds, outre les relations étroites avec les banquiers, les archives publiques font état d’un courrier abondant émanant du patronat, donnant son avis sur la politique de déflation. Par exemple, une note du 9 mai 1935 nous apprend que Germain-Martin a reçu la visite de M. Garnier, président de l’assemblée des Chambres de commerce de Paris, qui « se sont élevées contre la dévaluation et ont demandé aux pouvoirs publics de faire une politique financière et économique susceptible de retirer tout prétexte aux attaques intérieures et extérieures contre le franc. Le ministre a remercié M. Garnier128 ».

  • 129 J.-N. Jeanneney, François de Wendel en République…, op. cit., p. 731-767.

156La connaissance du monde de la production reste certes superficielle mais les contacts professionnels avec les dirigeants de ce secteur sont certains, sans compter les relations personnelles amicales ou familiales. On sait bien que le patronat, peu ouvert sur l’étranger, ne fut guère plus perspicace que la haute fonction publique à l’égard des taux de change. J.-N. Jeanneney a bien montré les efforts d’un Wendel en faveur d’une politique de déflation et son hostilité devant les tentatives de reflation de Flandin et Germain-Martin, fin 1934-début 1935129. Ces réseaux n’auraient donc pas réussi à eux seuls à changer leur analyse. Ainsi et contrairement au débat sur la dévaluation de 1926-1928, le consensus le plus large règne dans l’establishment, milieux d’affaires et haute administration, en faveur de la défense du franc. Par conséquent, quelle que soit l’ouverture de quelques décideurs au monde de l’entreprise, ce n’était pas de là que pouvaient venir les analyses les plus judicieuses, comme on l’a vu plus haut avec le Comité des experts.

D. Une conscience partagée de supériorité

157Une réussite si rapide ne peut que renforcer la haute image qu’ils ont collectivement de leurs mérites et leur excessive confiance dans leur analyse. Évoquant l’âge au concours, Gruson est bien conscient des dangers d’une promotion si jeune :

  • 130 Entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE.

« C’était une épreuve caractérielle dont on pouvait ne pas sortir intact que d’être tout à coup placé – finalement, objectivement, sur des bases faibles – à ce qui vous apparaissait comme un échelon hiérarchique très élevé. Tout à coup, vous êtes l’œil du ministre, vous avez 25 ans. Cela fait une forte impression130. »

158Une fois reçu, le prestige du concours nourrit un indéniable sentiment de supériorité. Les années de tournée, ensuite, où à moins de 25 ans, le jeune adjoint représentant le ministre vient à l’improviste vérifier les comptes d’un fonctionnaire chevronné, renforcent ce sentiment d’appartenance à l’élite que leur ascension rapide dans la hiérarchie du ministère ne fait qu’entretenir. À Maxime-Robert, qui constatait l’homogénéité des inspecteurs en dépit d’un recrutement diversifié, l’enquêtrice demande :

« Q. – À quoi était due cette homogénéité ? À un sentiment de pouvoir ?

R. – Non.

Q. – À un sentiment d’élitisme ?

  • 131 Entretien avec A. de Castelnau en 1990, IGPDE.

R. – Évidemment, les gens considéraient que du fait d’avoir passé un examen considéré comme difficile, ils appartenaient à ce qu’il est convenu d’appeler une élite131. »

  • 132 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.
  • 133 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.
  • 134 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

159Leur rapide ascension ne les étonne pas, elle leur est due. Sollicité pour participer à une mission de contrôle de l’armée en Syrie en octobre 1927, Watteau explique : « J’étais soi-disant compétent en matière financière. », puis il ajoute : « L’Inspection, en ce temps-là et même encore maintenant, est supposée pouvoir donner lieu à n’importe quelle compétence132. » Caplain (1939), hors de notre échantillon, qui finira sa carrière à la tête de Suez, nous expliquait : « Pourquoi les recherche-t-on ? Tout simplement parce que précisément ayant passé le concours le plus difficile, c’est-à-dire celui où la sélection est la plus dure, en principe on considère que ce sont des gens de qualité ; statistiquement, c’est relativement vrai133. » Rares sont ceux qui, comme Brunet, déjà cité, estiment que, « quel que soit le mode de recrutement, la proportion d’imbéciles est toujours la même134 ».

160Indiscutablement, ce sont de bons élèves qui ont réussi ce concours, avec beaucoup d’appelés et peu d’élus. Mais cette difficulté, on l’a vu, fut en réalité très inégale. Dans les promotions concernées, de 1919 à 1930, on compte un pourcentage de réussite s’étalant entre 28 % de reçus en 1919 et 8,8 % en 1924. Les directeurs de la rue de Rivoli de 1934-1935 ont bien passé le concours dans les conditions les plus difficiles (12 %, en 1922, 11 % en 1923, 9 % en 1924, 11 % en 1925, 17 % en 1926), sauf Bouthillier ou Ripert, du concours 1927, qui compte 24 % de reçus (8 sur 34 candidats).

  • 135 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

161Ont-ils été les meilleurs aux concours ? Sur les 37 inspecteurs représentant 14 promotions de 1909 à 1932, 7 ont été majors : L. Martin (1890), Leclerc, Lacour-Gayet, Watteau, Brunet, Baumgartner, Maxime-Robert, mais 22 sur 37 ont réussi à leur première tentative, soit légèrement plus que la moyenne sur toute notre période. L’usage veut que les majors soient, dès le départ, favorisés et envoyés en mission très rapidement dans les grandes directions. Mais l’usage n’a pas été toujours respecté et les responsables du ministère ne sont pas tous majors, loin s’en faut. D’autre part, il est des débuts dans certaines directions qui ne sont ni possibles (Contributions directes par exemple) ni prometteuses. Ainsi Watteau, ancien contrôleur adjoint des Douanes, provincial et d’origine modeste mais major au premier concours, répond, à notre question « Votre place de major a-t-elle beaucoup compté dans votre carrière ? » : « Non, d’abord parce qu’elle n’a pas été maintenue au second concours, ce qui était justice, ensuite, major, cela s’est estompé, cela ne méritait pas mieux d’ailleurs135. » Sur les sept majors, trois (Lacour-Gayet, Baumgartner et Maxime-Robert) ont commencé leur carrière dans les grandes directions. Brunet, après un bref passage auprès de son ami Thomasson (1920), dans la Ruhr, a commencé sa carrière au cabinet Poincaré à qui il doit sa promotion de sous-directeur à la Comptabilité publique. Inversement, aucun des grands directeurs de 1934-1935, sauf Baumgartner, n’est sorti major. Sur ce seul critère trop scolaire, on ne peut pas dire qu’en 1934 et 1935, nos décideurs soient majoritairement les ténors de leur promotion mais ils semblent bien avoir été considérés par les ministres et par leurs camarades comme les plus compétents pour diriger les finances et la monnaie de la France.

162Leur réussite dans l’administration compte-t-elle davantage dans leur réputation ? À cette question : « Les meilleurs restent-ils dans le public ? », Brunet répond : « Non, on ne peut pas dire cela. », et de nous citer des cas de sa promotion ainsi que l’exemple de François de Flers, son poulain, parti très tôt à la Banque de l’Indochine sur la proposition du président Thion de La Chaume, un parent. Ce sont pourtant bien les deux grandes directions, MGF et Budget, qui attirent le plus et la sélection pour y entrer devient un nouveau défi. Le témoignage des plus jeunes est précieux pour qui veut connaître le prestige des fonctions occupées au milieu des années 1930. L’enquêteur demande à Philippe de Seynes (1936) :

« Q. – Avez-vous songé à ce que vous vouliez faire [en préparant l’Inspection] ?

  • 136 Entretien avec L. Quennouëlle-Corre en 1991, IGPDE.

R. – Oui, on y songeait un peu, on y songeait de manière un peu conventionnelle. Le plus désirable était d’aller au Mouvement général des Fonds, après c’était d’aller au Budget. Le MGF avait un côté international qui intriguait aussi. Après cela, c’était pas tellement intéressant l’administration centrale. On pensait aux cabinets ministériels […]. Les cabinets ministériels, c’est amusant pendant deux, trois ans. Il n’y a pas l’ombre d’un doute et on y avait du pouvoir136. »

163Lui-même a essayé en vain, en 1939, d’entrer au cabinet de Giraudoux, commissaire général à l’Information.

  • 137 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 24.

164Convaincus que leur appartenance à l’Inspection leur ouvre « l’accès aux plus hauts postes de l’État », comme l’écrit Rueff137, comment ne seraient-ils pas persuadés que leur point de vue sur la défense du franc est le meilleur ?

E. Des camarades ?

165La question sociale peut être posée, non pour chercher une quelconque causalité systématique entre leur appartenance à la bourgeoisie et leur attachement au franc Poincaré qui prouverait, comme mécaniquement, que leur prise de position serait due à la défense de leurs intérêts de classe. Ce schéma simpliste ne serait pas démontrable. Trop de contre-exemples suffiraient à infirmer cette thèse. En revanche, on peut se demander si une proximité d’origine sociale a pu constituer un frein à l’ouverture intellectuelle et si la diversité d’origine professionnelle de leur père a pu compenser.

  • 138 Cf. première partie, chapitre II.

166Sur ces 37 bourgeois, 3 seulement appartiennent, à coup sûr, au concours, à la petite bourgeoisie (Watteau, Leca et Delsériès), 16 à la moyenne bourgeoisie et 18 (soit 55 %) à la bonne et grande bourgeoisie, rentière, libérale, d’affaires ou publique, dont 5 ont un lien direct ou indirect avec la noblesse. Pour les seuls inspecteurs de Rivoli, 12 sur 19 sont, au concours, fils de grands ou bons bourgeois et 7 de bourgeois moyens. Rappelons que pour la totalité des inspecteurs entrés de 1892 à 1946, la grande et bonne bourgeoisie totalise 55,7 % des effectifs138.

167Pas d’homogénéité sociale donc mais une proximité de bourgeoisies, renforcée par l’appartenance parisienne des parents au concours (et non à la naissance) pour 23 d’entre eux, soit 60 %, comme pour l’ensemble du corps sur le demi-siècle. L’appartenance parisienne facilitant les réseaux et les carrières, les « rivolis » sont plus parisiens que les autres (13 sur 19). Par exemple, Brunet, Flers (1926) et Maxime-Robert se sont connus dans les classes primaires du cours Hattemer, qu’a fréquenté également Georges-Picot.

  • 139 Il est élu en 1919 sur une liste d’action républicaine et démocratique, inscrit à la Chambre au gro (...)

168Cette proximité sociale relative n’est pas nécessairement synonyme d’horizon étroit si le secteur d’activité des parents est très hétérogène, ce qui n’est pas le cas. 17 pères sur 37 sont issus de la fonction publique (dont 8 ont eu un membre de leur famille dans l’Inspection au concours) et 4 seulement sont salariés dans une entreprise. Assurément, par leur famille d’origine, ces inspecteurs des Finances sont loin des préoccupations du monde de l’entreprise. Sont-ils, par leurs origines, plus proches du monde politique ? Nos archives sont ici probablement insuffisantes mais nous n’avons trouvé que 6 inspecteurs sur 37, en comptant Baumgartner, gendre d’Ernest Mercier, président du Redressement français, à avoir un parent plus ou moins engagé en politique. Seul Boissard est fils d’un ancien député de la Côte-d’Or139.

  • 140 Sur les études secondaires, les informations, lacunaires pour cette génération, montrent pourtant l (...)
  • 141 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

169Ils n’ont pas suffisamment fréquenté l’Université140 pour y construire des réseaux ou acquérir des relations hors de leurs milieux d’origine. En revanche, dans le domaine de la sociabilité, Sciences-Po est plus efficace. Maxime-Robert rappelle : « J’y ai rencontré tout le monde. Mon meilleur ami était Baumgartner [qu’il a eu comme chef d’écurie], Jacques Georges-Picot [son autre chef d’écurie], tout cela était la même bande141. »

  • 142 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 297.

170Ces relations d’étudiants se nouent surtout dans les petites écuries. Ainsi, dans la même petite écurie de 1925, dirigée par Deroy et Haguenin, se retrouvent Baumgartner, H. Bizot, Du Moulin de Labarthète (mais aussi Gavoty et Pleven qui ne seront, eux, jamais reçus). L’un des mérites des écuries, pour Georges-Picot, est d’être le « véhicule d’une amitié et d’une solidarité entre les promotions successives142 ».

171Après le concours, durant les trois ou quatre années théoriquement obligatoires de tournée en province, les liens entre générations et au sein de la même promotion se développent encore. Mais ces liens de camaraderie ne durent que si les premiers postes après la tournée leur ouvrent les mêmes voies royales de l’administration centrale ou des cabinets du ministre des Finances. Georges-Picot reconnaît volontiers et spontanément que c’est surtout la carrière qui renforce les affinités :

  • 143 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 311.

« Moi, je suis resté très lié avec des camarades très proches comme Baumgartner parce que nous avons fait des carrières parallèles et c’est parce que nous avons fait des carrières parallèles, nous ne nous sommes pas rapprochés par affinité143. »

172Cette camaraderie est, en partie, à l’origine de la cooptation au sein du ministère des Finances et dans les banques. On l’a vu pour les sorties dans l’administration centrale, le réseau des relations au sein du corps et le Service sont indispensables pour qui n’a pas de relation personnelle avec un ministre. Évoquant son passage à la direction du Budget, il écrit :

  • 144 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 311

« L’atmosphère était en même temps très agréable car il régnait un esprit de camaraderie non seulement entre les deux chargés de mission qui occupaient le même bureau (François Turquet [1926] et moi-même), mais aussi avec le sous-directeur et le directeur, tous deux issus de l’Inspection […]. Bien entendu notre camaraderie débordait de la direction et bien rares étaient les journées où je ne me rendais pas au Mouvement des Fonds tout voisin pour deviser avec Baumgartner sur une affaire en cours ou sur les potins du ministère144. »

  • 145 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

173L’esprit de corps, la camaraderie, sert à « saisir une occasion », dit Watteau qui déclare avoir accepté l’emploi de contrôleur des dépenses engagées du ministère de la Marine pour quitter la tournée et « être sur place pour solliciter éventuellement quelque chose […]. Dans le cabinet Poincaré, il y avait des camarades soit de ma promotion, soit même plus jeunes. J’allais les voir tous les jours sortant de la rue Royale, comme cela j’entendais les potins du cabinet et, éventuellement, on pouvait saisir une occasion145. » Il devra sa nomination en Bulgarie à A. de Chalendar (1920), représentant de la France au Comité financier de la Société des Nations :

  • 146 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

« Il était resté mon ancien patron [d’écurie]. Quand j’avais un conseil à demander, c’est à lui que je demandais. Il me fait : “Il y a bien un truc, là, [en Bulgarie] cela vous fera voir du pays146.” »

  • 147 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

174Appert, adjoint au chef du Service de 1931 à 1934, explique : « Les liens d’amitié personnelle entre camarades pouvaient à l’occasion jouer le même rôle [que les cabinets] dans l’évolution d’une carrière147. » Maxime-Robert parle ainsi de l’Inspection :

  • 148 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE. L’italique est de nous.

« Un corps qui avait une très grande cohérence. Le recrutement était au fond assez diversifié mais il est certain qu’au bout d’un certain temps, les gens devenaient très homogènes. Et cette homogénéité, ils la conservaient même quand ils avaient quitté l’Inspection148. »

  • 149 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980. Mais il ajoutait : « Je suis contre l’équipe composée u (...)

175Réseau, service et solidarité de corps sont donc nécessaires au bon déroulement d’une carrière. Mais cette pratique ne peut que susciter un certain conformisme : cherche-t-on un collaborateur à la formation différente ? Comme nous le disait Georges-Picot encore, à propos de la cooptation dans le privé : « Il est bien certain qu’on travaille plus facilement avec quelqu’un qui a la même formation que soi149. »

176Les ministres des Finances se sont entourés presque uniquement, dans les directions du ministère des Finances, d’inspecteurs brillants mais participant du même esprit. Même si l’on sait que d’autres, économistes ou patrons, ont fait les mêmes erreurs d’analyse, un entourage aussi homogène ne pouvait guère offrir aux ministres une véritable alternative à la politique de déflation, en dépit de quelques rares exceptions.

  • 150 R. Lacour-Gayet, « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », op. cit.(...)

177Leur engagement politique aurait-il pu être un facteur d’hétérogénéité ? Évacuons d’emblée leur engagement partisan. D’abord, parce que le débat sur la déflation a certes opposé la droite et la gauche, mais droite et gauche étaient contre la dévaluation. Ensuite, parce que les radicaux participent au gouvernement Laval et Régnier, leur ministre, est radical. Enfin et surtout, parce que nos informations sur leur engagement politique sont insuffisantes et contradictoires. En effet, et on l’a vu, si l’on en croit les témoignages, la répartition politique des inspecteurs va du centre gauche proche des radicaux à l’extrême droite. Ceux qui, spontanément, se situent sur l’échiquier politique se situent à droite, comme Georges-Picot, Maxime-Robert, Lacour-Gayet, Du Moulin de Labarthète par exemple, alors que pour les promotions du milieu des années 1930, les réponses spontanées les placent plutôt au centre gauche au début de leur carrière. La proximité avec des ministres radicaux (Delsériès, Haguenin, Boisanger par exemple), qu’on a vue dans la troisième partie, relève plus d’une stratégie de carrière que d’une adhésion à un programme. Mais, à coup sûr, il n’y pas dans notre population d’hommes favorables au Front populaire. La défense des épargnants l’emporte sur le souci pour les chômeurs. Un seul, Lacour-Gayet, associe son engagement partisan à la politique de déflation en 1935150.

  • 151 Adresse du ministère des Finances avant le déménagement rue de Bercy, à partir de 1986.

178Jeunes et proches en âge, de formations diverses mais moulés par la préparation au concours et par la tournée, partageant une camaraderie de « corps » et surtout de carrière151, leur esprit de corps se traduit, en outre, par une attitude, une méthode et un langage communs.

F. « Raisonner en inspecteur des Finances »

179On doit se demander si cet esprit de corps, ainsi entendu, n’a pas été un frein très spécifique à la compréhension des problèmes du franc et de l’économie dans cette période.

  • 152 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 298.
  • 153 Ibid., p. 298.

180Être inspecteur des Finances implique, en effet, selon les témoins, un comportement régi par certaines règles, une méthode de travail et notamment la prudence, à laquelle l’écurie, d’abord, l’exercice de la tournée, ensuite, les ont préparés intensément. De l’écurie, Georges-Picot écrit encore ceci : « Renforcement de l’esprit de corps par l’approfondissement d’une méthode de travail et d’une approche particulière des questions étudiées152. » De la tournée, il faut avoir présent à l’esprit le principe des vérifications contradictoires en cinq colonnes qui laisse toujours à l’agent vérifié la possibilité de contrôler et de contester les remarques de l’inspecteur. La peur du « claquage », de l’observation sans fondement qui risque de remettre en cause leur réussite ou leur rang au deuxième concours, les conduit à une extrême prudence. Georges-Picot explique : « On conçoit qu’il fallait chercher à faire des observations intéressantes, mais surtout éviter d’être contredit et finalement abandonné par l’inspecteur général153. » Cette prudence, innée chez certains sans doute, devenue une règle de conduite chez tous, éclaire différemment le comportement des directeurs du ministère des Finances devant l’hypothèse d’une dévaluation et, notamment, du plus exposé : Baumgartner. De cette attitude, Carmoy, otage avec lui à Plansee, témoigne le 19 décembre 1943 dans son Journal de captivité, après avoir écouté une conférence de Baumgartner sur les finances françaises, déjà citée :

  • 154 Colonel, arrêté le 10 août 1943 en même temps que 40 autres personnalités envoyées comme otages en (...)
  • 155 G. de Carmoy, Otages à Plansee…, op. cit., p. 76. L’italique est de nous.

« Avant tout, c’est un prudent. Un homme consciencieux aussi, à certains égards. Pas dans la recherche de la vérité, mais dans l’application des médications classiques à une situation dont il se dispense de rechercher les causes profondes. Il sera ministre – ministre brillant cela va de soi –, ministre prudent, ce n’est pas si mal ; grand financier, je ne le pense pas. Il faut davantage de doctrine et d’audace. Or qu’est-ce que la doctrine sinon une certaine audace de la pensée ? Humbert154 me disait, pour une tout autre affaire, importante du reste et relevant de notre vie de prisonniers, qu’il n’avait jamais d’opinion personnelle au moment où un événement se produisait, qu’il cherchait avant tout à sentir l’opinion d’autrui avant de se prononcer155. »

181Mais ne caricaturons pas, cette absence d’initiative et d’audace dans les années trente ne s’est pas manifestée chez eux dans les années vingt ni plus tard, dans les années cinquante. Pour les années vingt, lors de la dévaluation de Poincaré, on l’a vu avec Barnaud ou avec Rueff, auquel Du Buit (1914), alors chef de cabinet de Poincaré, rend hommage :

  • 156 Réponse écrite à l’auteur en 1981.

« Ce ne fut donc qu’en octobre 1926 que l’on se préoccupa du cours que pourrait atteindre le redressement du franc sans danger pour l’économie de la France. Jacques Rueff vint m’en parler, me demandant si le président l’autoriserait à faire une enquête discrète là-dessus dont il serait chargé. Le président y donna son accord tout en semblant n’y attacher qu’une assez faible importance. Un mois plus tard environ, Rueff me remit une note concluant qu’un cours d’environ 120 à la livre ne paraissait pas devoir entraîner d’inconvénients. Bien entendu cette note fut remise au Mouvement des fonds156. »

182Quelques autres échappent à ce travers, dès lors surtout qu’ils sont hors de la rue de Rivoli.

183Que cette prudence soit une exigence professionnelle, c’est certain également. Et Reynaud, plus tard, en témoignera aussi en évoquant son arrivée aux Finances en novembre 1938, mais pour s’en féliciter :

  • 157 P. Reynaud, Mémoires. Envers et contre tous, t. II, Paris, Flammarion, 1963, 358 p., p. 229.

« On dit souvent que la France est gouvernée par ses hauts fonctionnaires et que c’est la cause de sa relative stabilité. Lorsqu’il en est ainsi, la règle du jeu est faussée car le rôle des fonctionnaires n’est pas de prendre des risques. Agir et au besoin risquer, voilà l’affaire du ministre. Avec les mêmes hauts fonctionnaires, je vais faire le contraire des politiques suivies ici depuis sept ans157. »

184Que cette prudence interdise à beaucoup d’entre eux la remise en cause des idées reçues, c’est certain aussi. Fouchier, hors de notre échantillon et ayant démissionné en 1946, en est convaincu :

  • 158 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981, et J. de Fouchier, « Le Rôle de l’Inspection générale d (...)

« La devise du fonctionnaire c’est : “Je dis : ‘Non’ donc je suis.” C’est pour cela que je leur [aux inspecteurs] dis qu’il faut quitter la fonction publique rapidement et jeune. C’est une excellente formation au départ mais il ne faut pas se laisser contaminer. Et puis l’expérience du fonctionnaire, c’est que n’avoir rien fait n’est jamais pénalisé, alors qu’avoir des initiatives l’est deux fois sur trois158. »

185Sans vouloir étendre à tous les individus et à toutes les circonstances ce jugement un peu sévère, il est certain que la prudence est à la fois une nécessité professionnelle et une nécessité de carrière. C’est cela aussi « raisonner en inspecteur des Finances ».

  • 159 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

186Pour beaucoup, l’esprit de corps, c’est aussi « un langage commun », « une approche particulière des questions étudiées ». « L’esprit de corps, il existe : vous parlez entre gens qui sont de même caste, de même mentalité », nous expliquait Georges-Picot159. Appris lors de la préparation dans les écuries, critère essentiel de jugement du « premier jour », l’épreuve déterminante du concours, ce « langage » constitue un moule qui leur est à la fois commun et spécifique, à tel point qu’il devient aisé de distinguer dans les archives les notes rédigées par un inspecteur, sans grande chance de se tromper. La technique de présentation a certes pu être accessible aux rédacteurs au fil des années dans l’administration, mais pour les inspecteurs, elle fut une obligation dès le départ. Les grands directeurs comme Baumgartner, Deroy ou, plus tard, Goetze (1937) ou Guindey, poursuivent la formation en corrigeant, dans la marge, les notes de leurs collaborateurs. Concision de l’analyse, mise en évidence de l’essentiel, clarté en évitant l’abondance de chiffres, de dates et de noms, et prudence dans la présentation de la ou des solutions, y compris parfois des risques politiques, voilà qui est écrire ou parler en inspecteur des Finances. L’objectif est de rendre clair un problème technique complexe à un ministre néophyte afin de l’aider dans sa décision et de lui faire gagner du temps.

187De cette communauté de langage, cette longue explication de Fouchier, approuvée par tous les témoins interrogés par la suite, donne l’origine et, par là, la spécificité :

  • 160 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. L’italique est de nous.

« Je dirais que l’esprit de corps, cela repose d’abord sur un langage commun […] parce que les gens avaient été recrutés par des jurys formés de membres du corps, qui donc à travers les épreuves du concours étaient extraordinairement attentifs au point de savoir si ce gars-là entrait ou n’entrait pas dans les normes du corps et que, d’autre part, l’épreuve capitale qu’était le “premier jour” supposait vraiment qu’on parle un langage qui était le langage commun du corps, dans lequel tout le monde pouvait se comprendre. La même forme de raisonnement, pas la même pensée mais la même forme de raisonnement, la même manière d’exposer, le même vocabulaire. Vous savez, ce qui fait l’unité d’un groupe, c’est le langage […]. L’esprit de corps, on le formait ensuite à travers la tournée où les gens se connaissaient, menaient ensemble la vie de voyage avec le fait que, le soir, on s’enquiquinait, seul dans une ville de province. Alors si on était deux ou trois, on se réunissait, on dînait ensemble. Donc les éléments d’un esprit de corps, on les trouve à l’origine même du recrutement, on les trouve les premières années pendant la tournée dans le métier. On les trouve ensuite à travers l’administration et à travers l’essaimage des gens dans l’administration, précisément à cause de cette communauté de langage160. »

  • 161 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

188Mais ce langage commun a eu des effets pervers. À ce compte-là, ceux dont la forme est loin des normes de l’Inspection ont moins de chance d’être entendus par le directeur ou directeur adjoint qui reçoit, transmet, donc filtre les informations. Fouchier explique : « Quand il faut faire comprendre quelque chose à un autre ministère, on cherche quel est le camarade qui peut bien y être161. » Lorsque Leroy-Beaulieu parle en « maire de village » et non en inspecteur des Finances, il a du mal à convaincre.

  • 162 SAEF, B 33201. K. Mouré et M. Margairaz ont amplement analysé ce document sur le fond.

189Le langage « Inspection » nécessaire n’est pourtant pas suffisant pour convaincre, sans doute, et l’exemple de Mönick l’a montré. Mais justement, la note spontanée de ce dernier, du 1er septembre 1935, est une éloquente illustration de la nécessité de parler en inspecteur pour au moins attirer l’attention162. Résolument, Mönick commence sa note sur « les conditions extérieures de l’expérience de déflation en France » et, plus précisément, sur l’évolution des changes et des prix anglo-saxons, par une citation de Rist, économiste écouté par les inspecteurs et les hommes politiques, sous-gouverneur de la Banque de France, défenseur reconnu et respecté de la politique de déflation. Cette précaution oratoire lui permet de situer le problème du franc dans le cadre de la politique déflationniste, qu’il se garde bien de condamner d’emblée, dans le contexte de l’espoir de la stabilisation internationale mais aussi et surtout sur le terrain des prix, donc sur le terrain économique et non pas seulement budgétaire ou financier.

« L’équilibre des prix français et des prix internationaux […] seul en effet […] peut arrêter la contraction des revenus privés, supprimer le déficit budgétaire et permettre d’attendre le moment où une entente avec les deux plus grandes monnaies du monde deviendra possible. »

190L’objectif de la stabilisation ayant été ainsi rappelé en évitant de souligner les révisions déchirantes qu’elle implique (suppressions des contingentements et dévaluation), il démontre presque sans chiffres (une règle du « premier jour » !), d’une part qu’il est vain d’attendre la hausse possible des prix anglo-saxons, « à moins de croire au miracle », d’autre part que l’on ne peut compter sur la « stabilisation actuelle des changes ». En revanche, si l’on maintient la parité actuelle avec l’or, « notre situation est particulièrement difficile, notre liberté d’action fort réduite ». Sans sortir de sa fonction de conseiller financier, fort d’arguments techniques seulement, il conclut en suggérant que soit menée… une autre politique ! Sa conclusion est un modèle de troisième partie de « premier jour ». Prudence diplomatique, fermeté dans le jugement, intelligence politique, autorité et modération dans les propositions. « Mais si l’on voulait – ou si l’on pouvait – imaginer un instant la possibilité en France d’une politique légèrement différente ». Litote ! Il s’agit, tout bonnement, de changer radicalement de politique par une dévaluation suffisante pour anticiper sur la légère baisse de la livre qui risque de se produire.

191On l’a dit, il ne suffit pas d’écrire en inspecteur des Finances pour convaincre et Mönick le sait bien qui, jusqu’à présent, a échoué, mais il semble bien que ce soit une condition indispensable. Dans le contexte de septembre 1935, inquiétant pour la trésorerie et décevant devant les résultats de la déflation, ce mémoire réussit enfin à ébranler certaines convictions. Ainsi, il sera transmis, on l’a vu, à Maxime-Robert par Baumgartner avec cette annotation : « Important. Ton avis ? », et deux corrections dans la marge attestent l’attention du lecteur.

  • 163 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 99.
  • 164 Y. Mamou, Une machine de pouvoir, La Direction du Trésor, Paris, La Découverte, 1988, p. 213.

192Le débat sur l’ignorance technique des décideurs, qui expliquerait « les limites de la déflation163 », néglige la différence entre l’information « donnée » et l’information « reçue ». Le langage des inspecteurs, atout indéniable pour le ministre, s’est révélé, dans ces années de crise qui appelaient des réponses nouvelles, être une faiblesse, les rendant sourds à un autre langage. Ce que le ministre a gagné en temps et en capacité de décision, dans la mesure où ses conseillers inspecteurs concentraient et filtraient les informations selon certaines normes, il l’a perdu en ouverture, en imagination, en audace de la pensée et, en définitive, en marge de manœuvre. Pour la période contemporaine, Yves Mamou fait la même remarque sur le langage des « trésoriens » : « Sur certains grands dossiers interministériels, il est arrivé que la machine Trésor engendre de l’aveuglement. », et il s’appuie sur le témoignage de Bloch-Lainé, directeur du Trésor de 1947 à 1952, expliquant le sous-équipement de la France en télécommunications par les dossiers des PTT qui « n’étaient pas aux normes finances », opposés à ceux de la SNCF, « excellents » donc convaincants164. Tout se passe donc comme si l’information avait d’autant plus de chance d’être reçue et transmise au ministre qu’elle était conforme au langage commun des inspecteurs-décideurs.

G. Leur dépendance relative envers le politique

193Une dernière question se pose : leur proximité avec le politique n’est-elle pas, autant qu’un moyen d’influence, une faiblesse, un obstacle à leur clairvoyance ? Plus perspicaces, pouvaient-ils prendre le risque professionnel de s’opposer ? Répondre à cette question revient à étudier les rapports de force entre ces inspecteurs décideurs et le pouvoir politique, notamment sous un gouvernement modéré.

194L’expression de Baumgartner rapportée par Leroy-Beaulieu : « Raisonner en inspecteur des Finances et non en maire de village », c’est souligner l’autonomie intellectuelle de la haute administration, c’est aussi distinguer la fonction administrative de la fonction élective et rappeler qu’un inspecteur décideur doit in fine obéir au pouvoir politique et s’abstenir de défendre une autre politique. Ce fut le cas de Rueff, on l’a vu, mais aussi de Leca, devenu directeur de cabinet de Reynaud en 1938 mais jeune chargé de mission au Budget en juillet 1935, qui écrit dans ses Souvenirs :

  • 165 D. Leca, La Rupture de 1940, Paris, Fayard, 1978, p. 278.

« Ayant dû rédiger l’exposé des motifs de la loi de finances de 1935, qui, mieux que moi, avait pu mesurer l’indigence intellectuelle des tenants réactionnaires de l’étalon-or ? Quelle fête, dès lors, de les combattre165 ! »

195Disant cela, Leca rappelle son hostilité à la défense du franc mais aussi souligne à quel point un fonctionnaire peut participer à une politique qu’il désapprouve tout à fait.

196À notre question : « Pourquoi la déflation ? », la réponse de Grièges (1935) fuse :

« Parce que ces hommes n’avaient pas le pouvoir. Ils n’étaient pas dans le gouvernement. Contrairement à ce qu’on peut penser, ils n’imposaient pas leur volonté. C’était des fonctionnaires obéissants qui donnaient leur opinion.

Q. – Le rapport de forces était donc en leur défaveur selon vous ?

R. – En tout cas pas en leur faveur. Ils étaient étrangers [au monde politique], c’est un monde qui leur était étranger. »

  • 166 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

197Et pour que nous comprenions bien les limites de leur influence, Grièges ajoute : « Il y a une époque où des inspecteurs des Finances ont eu un pouvoir politique, c’est Vichy166. »

198Mais leur obéissance n’est pas seulement un devoir, elle est aussi une nécessité de carrière dès lors qu’ils partagent les grandes options des gouvernements en place. Plus ils s’élèvent dans la hiérarchie du ministère des Finances, plus ils sont dépendants de ministres susceptibles de leur offrir les plus hautes responsabilités tant qu’ils restent au service de l’État. Or il faut bien reconnaître que dans les années 1934-1935, les sorties dans le privé aux niveaux de responsabilités qui sont les leurs se font plus difficilement et leur autonomie en est réduite d’autant. Cette dépendance concerne aussi les directeurs des établissements publics ou semi-publics. Évoquant le jugement de son père, inspecteur des Finances puis banquier, Georges-Picot écrit :

  • 167 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 323.

« Les enseignements de mon père ne m’avaient en effet jamais donné une haute idée des postes semi-administratifs comme ceux de la Banque de France ou du Crédit foncier ; il estimait que la nomination par le ministre et la tutelle du ministère des Finances enlevaient à ces hauts dignitaires l’indépendance qui leur aurait permis de donner la mesure de leurs dons et de leur personnalité167. »

199On a vu, dans l’étude de leurs carrières, à quel point elles dépendaient des relations entretenues avec le personnel politique.

  • 168 Ibid.
  • 169 Ce clientélisme ou patronage, comme on voudra, apparaît dès avant 1914 au point d’interdire, du tem (...)

200Certains ont soutenu que « l’instabilité ministérielle avait pour effet de contrarier la création de clientèle168 ». Mais dans ces années-là, si les gouvernements partent, les mêmes ministres des Finances reviennent. En réalité, l’instabilité ministérielle, dans l’entre-deux-guerres, s’accompagne de la stabilité du personnel politique. Sauf en 1936, le clientélisme politique chez les inspecteurs des Finances, et sans doute chez les autres hauts fonctionnaires, se maintient et prospère169. Les processus de carrière ont démontré la proximité avec le pouvoir politique qui, certes, renforce leur influence mais limite aussi leur indépendance et leur capacité à résister au choix du ministre. Fouchier fait d’ailleurs remarquer que l’indépendance des hauts fonctionnaires par rapport au pouvoir politique dépend de la fonction occupée :

  • 170 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« À l’Inspection il y avait l’Inspection souffrante, l’Inspection militante et l’Inspection triomphante. Eh bien, tout le monde ambitionnait d’entrer dans l’Inspection militante, c’est-à-dire celle qui avait les hauts postes dans l’administration. Alors à ce titre vous perdez évidemment une partie de votre indépendance. Du moins dans la mesure où vous n’êtes pas décidé à renoncer à votre poste plutôt que de faire quelque chose qui vous déplaît. Le statut de l’Inspection donne le droit de faire cela sans être exposé du jour au lendemain à des difficultés majeures170. »

201Or que risquent-ils à s’opposer à un ministre modéré ? Non pas leur métier mais leur carrière, risque bien plus redoutable.

202Pourtant, certains, naguère et depuis, n’ont pas hésité à s’opposer au ministre ou à lui suggérer une autre politique. Avec Laval et Régnier, les désaccords ont été rares et ces décideurs influents ont été plus que consentants. Mais les mêmes qui ont accepté sinon conseillé la déflation seront moins soumis sous le Front populaire. Maxime-Robert n’attend pas longtemps pour notifier à Auriol son désaccord.

« Q. – Les rapports avec Auriol étaient-ils houleux ?

  • 171 Entretien enregistré avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

R. – Les rapports avec un ministre ne sont jamais houleux. Il y avait des réunions, il me disait : “Bien entendu, vous n’êtes pas d’accord”. Je lui répondais : “Monsieur le Ministre, vous l’avez dit, je ne suis pas d’accord.” […] Je lui ai fait des notes pour lui dire que je n’étais pas d’accord […] par exemple sur la réquisition de l’or. Je lui ai dit que cela ne marcherait pas […]. Il m’a cherché une querelle ridicule de chiffres faux qui était juste un procédé ingénieux pour ne pas avoir à me révoquer171. »

  • 172 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 322.

203Il sera, pour cela, envoyé au Comptoir Lyon-Alemand, une voie de garage que vient de quitter Georges-Picot, lui aussi déplacé par Auriol. Georges-Picot, dans ses Mémoires, raconte ce que Vincent Auriol, à l’automne 1936, lui dit lorsqu’il décide de supprimer son poste de directeur du Contrôle des régies : « À l’étonnement et aux regrets que j’exprime, il répond qu’il n’a rien à me reprocher, mais qu’il tient à voir les services dirigés par des fonctionnaires ayant sa pleine confiance et les mêmes vues que lui sur les grandes options172. »

204Rueff peut raconter, en s’amusant, qu’il a, lui, su résister à Auriol ou Marchandeau sans partir, mais c’est bien, comme il le note, parce que la fragilité des gouvernements de 1937-1938 a fait partir le ministre avant lui. Il évoque le « conflit de devoirs » qui fut le sien, en 1937, lorsque membre du comité de gestion du Fonds de stabilisation des changes, il décida de signer une lettre de remontrances au ministre :

  • 173 J. Rueff, « Témoignage », art. cité, p. 134-135.

« J’ai pensé, devant ce conflit de devoirs, que le devoir de vérité l’emportait sur tous les autres […] le ministre [Auriol] en a été profondément choqué […]. Après la séance, le ministre m’a pris à part et m’a dit : “Notre collaboration est désormais devenue impossible ; puisque vous n’approuvez pas ma gestion, il faut que nous nous séparions.” […]. Le hasard a voulu que le gouvernement fût renversé dans la nuit du dimanche au lundi et c’est moi qui suis resté173. »

  • 174 Guindey, en 1952, considère la dévaluation comme nécessaire. Pinay refuse, Guindey demande alors à (...)

205La sanction qui l’attendait était d’être nommé administrateur de la Banque d’État du Maroc. On peut se demander pourquoi Rueff n’a pas usé avec Régnier et Laval de cette « grande liberté » lorsqu’il n’était que sous-directeur. Est-ce dû à la couleur politique des ministres de 1935, à leur légitimité à la Chambre ou, au contraire, à un accord de fond avec la politique générale de réduction des dépenses ? Ce qui est sûr, c’est que Rueff n’a pas fait usage de son pouvoir d’opposition en 1934-1935 et, par là, avec ses camarades, il est bien responsable de la politique monétaire inadaptée de ces années. Et inversement, en 1937, lui et d’autres n’ont pas pris un grand risque en se faisant « débarquer » par un ministre, Auriol, dont la survie politique était devenue plus que fragile. Déjà, sous le Cartel des gauches dans les années vingt, avec des ministres éphémères et qui ne partageaient pas leur point de vue, leurs anciens avaient montré qu’ils n’hésitaient pas à « hausser le ton ». Ainsi Denoix, en 1925, en opposition permanente avec les syndicats, demandera-t-il à quitter la direction du Budget. Mais sous des majorités plus modérées et avec des ministres plus « incontournables », les exemples de refus d’exécuter une politique qu’ils désapprouvent sont plus risqués et donc plus rares. Le cas de Guindey, en désaccord avec Pinay, en 1952, qui refusait de dévaluer, et demandant, lui, à quitter sa fonction, est exceptionnel174.

206On ne constate nul changement d’emploi pour désaccord en 1934 ou 1935. L’éloignement de Boisanger du MGF à la direction des Contributions indirectes a un caractère personnel (il devait sa place à Bonnet) et non d’opposition à la politique monétaire.

207La leçon à tirer de ces témoignages et attitudes est que le prix à payer pour une remontrance ou un désaccord avec le ministre peut être une rupture dans la carrière. Encore le mot rupture est-il bien excessif. Une voie de garage n’est pas le bagne et, pour certains, les contacts avec le privé sont déjà pris. Mais pour un inspecteur des Finances déjà à un haut poste, être écarté des voies royales est un risque bien grand quand le ministre a devant lui un avenir politique durable ou quand le désaccord est technique et non idéologique. Un risque qui ne vaut peut-être pas la peine d’être pris à une époque où, rappelons-le, les offres d’emploi dans les affaires se raréfient.

208Ces hauts fonctionnaires ont été obéissants, d’abord parce qu’ils étaient en accord avec la politique générale de déflation, ensuite parce que les critiques ou réserves des plus lucides risquaient d’interrompre inutilement leur carrière prestigieuse.

209En définitive, leurs responsabilités professionnelles, leur appartenance à « l’Inspection militante », leur conformisme orthodoxe, leur esprit de corps, leur langage commun et leur dépendance envers le pouvoir ont, bien plus que l’analyse de la situation économique, guidé leur choix, généré leurs discours et pesé lourdement pour la défense du franc-or, d’un franc fort comme on disait encore à la veille de l’euro.

210Ces inspecteurs-décideurs sont, en 1934-1935, jeunes, homogènes, ambitieux, compétents techniquement, attachés aux méthodes et au « langage » d’un corps auquel ils sont fiers d’appartenir, prudents, imbus de leur réputation collective de gardiens de l’orthodoxie, ignorants des réalités économiques internationales, limités à leur horizon professionnel et à la défense des intérêts dont ils ont la charge, dépendants des hommes politiques pour leur carrière, en harmonie avec la majorité au pouvoir : inspecteurs des Finances, en somme. En dépit des diversités d’origines sociales au sein des bourgeoises, des rivalités de carrière et des évidentes différences de tempérament, la pesanteur du groupe sur les individus l’a emporté.

211En 1934-1935, 1936, ces caractères se sont mués en handicaps et se sont conjugués pour mettre leurs capacités intellectuelles, leur sens de l’État au service d’une politique inadaptée à la situation, au service de la défense du franc, au prix du marasme de l’économie. Il n’est donc pas étonnant que l’Inspection ait été jugée responsable de la politique menée en 1934-1935 ni qu’elle ait dû subir les attaques les plus sévères, et parfois les plus sommaires, notamment à gauche à partir du printemps 1936. Nous n’en donnerons que deux exemples. Dans un article de Vigilance du 11 mai 1937, on peut lire :

  • 175 G. Lefranc, Histoire du Front populaire, Paris, Payot, 1965, p. 290, cité par D. Chagnollaud, Le Pr (...)

« Presque tous les leviers de l’administration financière sont entre les mains de hauts fonctionnaires qui, jusqu’à la victoire du Front populaire ont été les serviteurs dévoués de la déflation exigée par les banques et qui continuent en fait à servir les mêmes intérêts175 ».

212Robert Wolff, ingénieur des Ponts et économiste, écrit en 1943 de New York, dans Économie et finances de la France, dans sa conclusion sur le désastre de la France et les institutions à réformer :

  • 176 R. Wolff, Économie et finances de la France, passé et avenir, 1943, New York, Brentano’s, 320 p., o (...)

« Il paraîtra sans doute arbitraire et peu équitable de placer la responsabilité sur ce groupe de fonctionnaires qui jouissent d’une réputation méritée. Ils sont d’une honnêteté parfaite et d’une extrême compétence dans tous les détails techniques des finances publiques et de la fiscalité. Néanmoins ils sont largement responsables des fautes terribles commises contre la force et contre le crédit de la France, parce que c’étaient eux qui pratiquement tenaient tous les leviers de commande à la Banque de France, au Trésor et dans les principaux Établissements de crédit. […] Le système fonctionnait en effet comme une république des camarades, étendant sur toute la nation l’influence et l’esprit mais aussi le manque d’initiative et d’indépendance intellectuelle de l’Inspection générale des Finances176. »

213À s’entourer de ces techniciens dont la fonction ordonne l’analyse, les gouvernements ne se sont pas donné les moyens de trouver d’autres solutions à la crise économique. D’autres élites pouvaient-elles dire autre chose ? Sans doute pas, et l’on sait que ni les économistes ni les patrons n’ont guère été plus clairvoyants. Mais eux, les décideurs inspecteurs, doivent leur accès aux plus hautes fonctions de l’administration à leur compétence, en principe ; ils sont mieux informés que quiconque ; leur réputation les dote d’un pouvoir d’influence supérieur dans les milieux concernés, voire dans la presse ; ils assument une double fonction, qui perdure encore de nos jours, de hauts fonctionnaires d’exécution et d’experts consultés ; enfin, ils sont au cœur de la décision, au point que l’on puisse douter de la faisabilité d’une politique monétaire que, dans leur ensemble, ils auraient désapprouvée. Paul Reynaud, pour la période 1938-1939, le reconnaît :

  • 177 P. Reynaud, Mémoires, t. II, Envers et contre tous, op. cit., p. 229-231. Et on les retrouve encore (...)

« [Cette jeune équipe des Finances] accomplissait une tâche administrative énorme […] sans cette énergie spontanément dépensée autour de moi sans compter, aucun plan politique n’aurait pu réussir177. »

214Avec cet entourage, les ministres ou les présidents du Conseil ne sont plus guère en mesure d’écouter et de suivre d’autres rares et sages conseils et d’opter pour une dévaluation nécessaire que leur électorat, par ailleurs, ne réclame pas. Une des manifestations les plus étranges de leur capacité à se rendre indispensable est qu’après l’expérience du Front populaire, auquel ils ont peu participé, Paul Reynaud fait appel aux mêmes, ou presque, qui ont pourtant combattu ses idées en 1934-1935, pour mener sa politique libérale de 1938. Ce n’est qu’après la Libération et l’épuration visible et invisible, qu’une nouvelle génération plus lucide et audacieuse d’inspecteurs, dotée d’une expérience et d’une formation plus riches, parviendra aux commandes rue de Rivoli et contribuera à sortir la France du marasme que leurs anciens ont largement contribué à pérenniser.

Notes

1 Ce chapitre est une version, remaniée et actualisée, d’une communication publiée dans « Les Inspecteurs des Finances et la défense du franc, 1934-1935 », Du franc Poincaré à l’écu, Actes du colloque tenu à Bercy les 3 et 4 décembre 1992, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, p. 125-169.

2 J. Le Goff, « La Vision des autres. Un médiéviste face au temps présent », Questions à l’histoire des temps présents, sous la responsabilité de A. Chauveau et P. Tétard, Bruxelles, Éditions Complexe, 1992, p. 103.

3 C. Gide, C. Rist, Histoire des doctrines économiques, 6e édition, Paris, Recueil Sirey, 1944, p. 868.

4 Exception faite de trois élus : Caillaux (1888), Lasteyrie (1902) et Piétri (1906). L’influence de Caillaux, président de la Commission des finances du Sénat, sur les inspecteurs des Finances et son rôle au Sénat ne sont pourtant pas négligeables, comme on le verra. Cf., sur Caillaux, J.-C. Allain, Joseph Caillaux, t. I, L’Oracle, 1914-1944, Paris, Imprimerie nationale, 1981, 589 p.

5 Ces chiffres représentent les emplois occupés par des inspecteurs des Finances, non les hommes. Ces chiffres ne comprennent pas les emplois dans les établissements privées (40).

6 Ce « bloc-or » est le résultat de l’accord des banques centrales de la France, la Belgique, l’Italie et des Pays-Bas, le 8 juillet 1933, en réaction contre l’abandon, par les États-Unis, de l’étalon or et la dévaluation du dollar du 3 juillet 1933.

7 Cité par J. Rueff, De l’Aube au crépuscule, Paris, Plon, 1997, 443 p., p. 125.

8 Nous laissons volontairement de côté les autres aspects de la politique économique et financière de Flandin puis de Laval et, notamment, la brève et vaine politique de baisse des taux longs, tentée par Flandin au début de 1935 et destinée à relancer les investissements, tentative résumée dans la thèse de O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis des Finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p., p. 170-176.

9 Outre O. Feiertag, il faut citer, par ordre alphabétique : J.-C. Asselain, Entre l’État et le marché, Paris, Gallimard, 1991, 700 p. ; « La Dévaluation française en 1936 : essai d’approche comparative du bloc-or. », Du franc Poincaré à l’écu, op. cit., p. 239-272 ; B. Blancheton, Le Pape et l’Empereur : La Banque de France, la direction du Trésor et la politique monétaire de la France (1914-1928), Paris, Albin Michel, 501 p. ; Histoire de la mondialisation, Bruxelles, De Boeck, 2008, 152 p. ; J. Bouvier, L’Historien sur son métier. Études économiques, xixe-xxe siècle, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989, 518 p. ; J.-M. Jeanneney, « Monnaie et mécanismes monétaires », dans M. Lévy-Leboyer et J.-C. Casanova (dir.), Entre l’État et le marché, Paris, Gallimard, 1991, p. 289-329 ; La Politique du franc Poincaré : Perception de l’économie et contraintes politiques dans la stratégie monétaire de la France 1926-1936, Paris, Albin Michel, 1998, Managing the Franc Poincaré, 1928-1936, Cambridge University Press, 1991, 306 p. ; K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », Études et Documents, IV, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1992, 383-415 ; « Trois dévaluations françaises, 1936-1938, une perspective comparative », Du franc Poincaré à l’écu, op. cit., p. 171-183 ; M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol., notamment vol. 1, p. 27-103 ; A. Sauvy, Histoire économique de la France, Paris, Fayard, 1967, t. II.

10 J.-M. Jeanneney, « Monnaie et mécanismes monétaires », art. cité, p. 326.

11 Même si depuis 1933 et plus précisément en 1935, la SFIO refuse la déflation et « l’hypnose du déficit », selon l’expression de Jules Moch dans Le Populaire du 24 juillet 1935, et prône l’augmentation du pouvoir d’achat et des recettes fiscales qui en découlent comme remède à la crise économique et au déficit.

12 A. Sauvy, Histoire économique de la France, op. cit., p. 103 et suiv.

13 J.-M. Jeanneney, « Monnaie et mécanismes monétaires », art. cité, p. 326.

14 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 53.

15 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 129-134 ; M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 138. Les dates entre parenthèses sont celles de l’entrée à l’IGF.

16 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 55.

17 Ceux que nous avons enregistrés entre 1980 et 1982, grâce à l’appui du service de l’IGF notamment, et ceux enregistrés par l’IGPDE depuis 1987. Que tous les témoins soient encore une fois remerciés pour leur participation précieuse et compréhensive.

18 Pierre Laval est président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 7 juin 1935 au 24 janvier 1936.

19 Entretien enregistré avec l’auteur en décembre 1981. Sa mémoire des fonctions exercées est un peu défaillante : Rueff (1923) est directeur adjoint du Mouvement des fonds et membre du Comité des experts. En novembre 1936, il est promu directeur et ne deviendra sous-gouverneur de la Banque de France qu’en septembre 1939. Adéodat Boissard (1927), fidèle conseiller de Laval depuis 1931, est en 1935 son chef-adjoint de cabinet, chargé des questions économiques et financières. En 1935, il cumule cette fonction avec celle de chef du Service des prestations en nature, qu’il conserve après les élections. Il ne deviendra directeur de l’Enregistrement qu’en février 1940. Leroy-Beaulieu, en juin 1935, fait alors fonction de directeur du Contrôle des régies et d’attaché financier à Bruxelles.

20 Titre du chapitre consacré à l’inspection des Finances de l’ouvrage écrit par François Piétri, inspecteur des Finances et ministre du Budget, Le Financier, Paris, Hachette, 1931, 131 p.

21 K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », art. cité, p. 414.

22 En effet, si nous ne possédons guère de témoignages des promotions antérieures à la Première Guerre mondiale ni de ceux qui n’étaient pas concernés par la défense du franc, les archives orales des promotions postérieures à 1931, à l’écart donc des sphères du pouvoir, attestent que, pour les plus jeunes au moins, l’adhésion à la politique de Laval ne fut pas partagée par tous.

23 Lorsque nous parlerons des inspecteurs des Finances et de la déflation, que l’on veuille bien admettre que c’est par commodité de langage et non généralisation abusive. De même, si le langage courant utilise le mot « corps » en ce qui les concerne, rappelons que l’inspection des Finances est un service du ministère et non un grand corps : le chef du Service n’a donc aucune autorité hiérarchique sur les autres inspecteurs des Finances, contrairement au chef de corps des ingénieurs du corps des Mines.

24 Les responsabilités exactes d’Adéodat Boissard ne sont pas claires dans les sources consultées. Il semblerait qu’il soit resté auprès de Laval, à titre officieux, puisqu’il est nommé le 17 juillet 1935 chef d’un service du ministère des Finances peu chronophage, le Service des prestations en nature. Dossier no 293 (2), service de l’IGF.

25 Par ordre d’ancienneté dans le corps de l’Inspection. Nous ne donnons les initiales des prénoms que pour les homonymes.

26 A. Plessis, « Les Banques, le crédit et l’économie », dans M. Lévy-Leboyer et J.-C. Casanova (dir.), Entre l’État et le marché, Paris, Gallimard, 1991, p. 331-364.

27 Cette histoire difficile et complexe est heureusement en chantier grâce, notamment, aux nombreuses monographies bancaires de H. Bonin, cf. L’Argent en France depuis 1880. Banquiers, financiers et épargnants, Paris, Masson, 1989, 309 p. ; La Banque et les banquiers du Moyen Âge à nos jours, coll. « Histoire », Paris, Larousse, 1992, 281 p. ; Histoire de la Société générale (I), 1864-1890, Genève, Droz, 2006, 730 p. ; La Banque de l’union parisienne. Histoire de la deuxième banque d’affaires française (1874/1904-1974), Paris, Plage, 2001, 588 p. ; « Le Crédit Lyonnais, la Société générale et les autres : essai d’appréciation des rapports de force (1864-1966) », dans B. Desjardins et al. (dir.), Le Crédit Lyonnais, 1863-1986, Genève, Droz, 2003, p. 725-749. Cf. aussi N. Stoskopf, Une audace bien tempérée, 150 ans de CIC 1859-2009, Paris, Éditions La Branche, 2009, 305 p. Son article sur « Les inspecteurs des Finances et la modernisation des banques depuis la fin du xixe siècle » à paraître dans Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, op. cit., comblera peut-être cette lacune.

28 En réalité, ce surnom de Baumgartner lui a été attribué plus tard, lorsqu’il fut gouverneur de la Banque de France, en janvier 1949. Lors de sa prise de fonction, il utilisa l’expression « Le pape et l’empereur, ces deux moitiés de Dieu » pour qualifier ses rapports avec le ministre des Finances, assimilé à l’empereur, faisant référence à la querelle des investitures qui avait opposé, au xiie siècle, le pape et l’empereur du Saint Empire, aboutissant au concordat de Worms en 1122.

29 Entretien enregistré avec l’auteur en juillet 1986.

30 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

31 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

32 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

33 Ibid.

34 Le changement de ministre correspond au changement de présidence du Conseil : Flandin succède à Doumergue en novembre 1934. Germain-Martin, professeur d’économie à la faculté de droit de Paris depuis 1910, député radical puis modéré de l’Hérault depuis 1928, a été ministre du Budget (puis des Finances) pour la première fois en 1930 dans le cabinet Tardieu.

35 Flandin, avocat, député modéré conservateur de l’Yonne de 1914 à 1941, est ministre des Finances du 27 janvier 1931 au 3 juin 1932 et président du Conseil du 9 février 1934 au 1er juin 1935. L’expérience Flandin, qui dure à peine trois mois, cherche la baisse des taux à long terme afin de baisser les coûts de revient, en s’appuyant sur le concours des satellites de l’État, et d’abord de la Banque de France, et sur l’abstention de l’État de tout appel au marché des capitaux, politique qui suppose un dégel des capitaux thésaurisés, ce qui n’advient pas. Plan à moyen terme qui ne peut, en tout état de cause, pas répondre à l’urgence d’aligner les prix français sur les prix en livre ou en dollar.

36 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

37 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 174-175.

38 Ibid., p. 139.

39 M. Margairaz, « Direction et directeurs du Trésor : de l’orthodoxie à la réforme (1930-1950) » dans P. Fridenson et A. Straus (dir), Le Capitalisme français, xixe-xxe siècle. Blocages et dynamisme d’une croissance, Paris, Fayard, 1987, 427 p., p. 47.

40 J. Rueff, « Témoignage », Les Directeurs de ministère en France (xixe-xxe siècle), ouvrage collectif publié avec le concours du CNRS et de l’Institut français de sciences administratives, « Hautes études médiévales et modernes », vol. V, Genève, Droz, 1976, p. 134-135.

41 G. de Carmoy, Otages à Plansee (Tyrol). Journal de captivité, 1943-1945, exemplaire dactylographié remis à l’auteur, 327 p., p. 76. Le mot souligné (ici en italique) est de G. de Carmoy.

42 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., ne consacre qu’une page et demie au rôle de Baumgartner dans la déflation Laval et 16 pages à l’expérience Flandin.

43 Ibid.

44 J. Rueff, Œuvres complètes, De l’aube au crépuscule (autobiographie), t. I, Paris, Plon, 1977, 443 p., p. 123-125.

45 Entretien dactylographié avec Georges Bossuat et Antoine Martes en mai 1985 pour l’Université de Paris-I. Ce propos est tenu aussi dans la « Notice sur la vie et les travaux de J. Rueff », lue dans la séance du mardi 24 juin 1980 à l’Académie des sciences morales et politiques, Palais de l’Institut, Paris, p. 11.

46 K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », art. cité, exemplaire dactylographié, p. 31.

47 SAEF, B 33192, note 26.

48 SAEF, B 33193, note 17.

49 Ibid. Rappelons qu’une opportunité vient d’être offerte par les États-Unis dans le cadre d’une stabilisation internationale.

50 SAEF, B 33193.

51 Ibid.

52 SAEF, B 33201. Note non datée et non signée dont il manque la première page. Rédigée avant la déflation Laval et, probablement, avant la dévaluation belge qui n’est pas évoquée, mais postérieure à l’année 1934, cette note est du plus pur style « Inspection ». Cette analyse économique d’une dévaluation est tout à fait exceptionnelle dans les archives du MGF.

53 On peut s’interroger sur ce « on » et sur la date de ces avertissements, qui dateraient de fin 1935, début 1936, dont on n’a pas trouvé trace dans les archives. En 1989, il est plus facile d’accuser Laval.

54 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE. L’italique est de nous.

55 Le discours de Morgenthau a été relayé le 13 mars dans un article du Herald Tribune par Walter Lippmann. M. Margairaz en fait une analyse chronologique fine en soulignant la pause Flandin, de début 1934 à mai 1935, et les opportunités d’ouverture américaine. Cf. L’État, les Finances et l’économie, Histoire d’une conversion 1932-1952, t. I, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, chapitre III « L’impossible déflation » (1934-1935), p. 65 à 101. Cf. aussi K. Mouré, op. cit.

56 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », Études et documents, I, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1989, p. 315. Rappelons que Haguenin est directeur du Budget du 20/07/32 au 19/03/35, Bouthillier du 20/03/35 au 17/11/36 ; Georges-Picot sous-directeur du 01/05/31 au 06/05/34 et Ripert du 07/05/34 au 21/12/36.

57 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

58 SAEF, B 10084.

59 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy. Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1950, p. 458.

60 Entretien avec l’auteur en 1981.

61 Cette idée était dans l’air. F. de Wendel ne l’a-t-il pas proposé dans son discours de Nice à son parti, la Fédération républicaine, le 12 avril 1935 ? Cf. J.-N. Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir, 1914-1940, t. II, Paris, Librairie Honoré Champion, 1975, p. 751.

62 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, op. cit., p. 458.

63 SAEF, B 33455.

64 G. Denoix, Souvenirs, rédigé en 1966, exemplaire dactylographié à l’IGF et confié par son fils à l’auteur. Les chapitres sur sa vie professionnelle – II, III et VI – ont été publiés dans La Direction du Budget entre doctrines et réalités, 1919-1944, Journée d’études tenue à Bercy le 10 septembre 1999, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, septembre 2001, 591 p., p. 521-570.

65 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

66 Archives Baumgartner, FNSP 1 BA 19 Dr2. Ce document ne figure pas au SAEF.

67 Sur les responsabilités et la marge d’indépendance des attachés financiers, on reviendra dans le chapitre suivant. Cf., outre M. Margairaz et K. Mouré déjà cités, R. Frank, « L’Entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique », Relations internationales, no 32, hiver 1982 ; R. Girault, « Léon Blum, la dévaluation de 1936 et la conduite de la politique extérieure de la France », Relations internationales, no 13, printemps 1978 ; notre article : « Les Attachés financiers en 1938 – technocrates ou techniciens ? – et la perception de la puissance de la France », Relations internationales, no 33, printemps 1983, p. 43-64.

68 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE. Van Zeeland est Premier ministre belge depuis le 25 mars 1935 et le reste jusqu’au 24 novembre 1937.

69 Ibid.

70 SAEF, B 32323, p. 3. L’italique est de nous.

71 SAEF, B 32323. Cette note donnait l’interprétation fournie par deux experts de la trésorerie américaine, après le discours de Morgenthau sur la stabilisation des monnaies en mars 1935, jugé par Mönick « d’un intérêt diplomatique capital ».

72 SAEF, B 32323.

73 Ce discours sera publié le 4 octobre 1935 dans « l’Agence économique et financière ». Il faut y voir sans doute aussi une critique non dissimulée du Comité d’experts créé par Laval le 7 juin 1935 et composé de Gignoux, Dautry et Rueff. Cf. ci-dessous.

74 SAEF, B 32323.

75 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

76 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 318.

77 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.

78 SAEF, B 10084.

79 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. L’italique est de nous.

80 SAEF, B 32323. Georges Theunis était Premier ministre depuis le 20 novembre 1934, Van Zeeland lui succède le 25 mars 1935.

81 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

82 Entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE. Ce témoignage aurait pu être vérifié aux Archives nationales, ce que nous n’avons pas cherché à faire. Mais, comme on le voit ci-dessous, le doute est permis.

83 Ibid.

84 A. Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’Expérience du Conseil national économique, 1924-1940, Paris, La Découverte, 2003, 419 p.

85 Filippi, La Crise des exportations françaises, Paris, Imprimerie nationale, 1935 ; dossier Filippi, IGPDE.

86 K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », art. cité, p. 31.

87 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 124.

88 Entretien enregistré avec l’auteur en 1991.

89 R. Lacour-Gayet, « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », Études et documents, III, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, p. 455-456. Cette publication reprend, pour la période antérieure à 1940, les souvenirs inédits rédigés au début des années quatre-vingts. Archives familiales. Cf. sources en fin d’ouvrage.

90 P. Reynaud, Mémoires, Venu de ma montagne, t. I, Paris, Flammarion, 1960, p. 418.

91 Le Petit Parisien, 4 juin 1936.

92 Arch. nat. 474 AP 1 (2). Du Moulin, très engagé à droite, se réjouit d’avoir vu Léon Blum « mordre doctrinalement la poussière » dans ce débat. L’italique est de nous.

93 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, 1932-1952, op. cit., t. I, p. 99.

94 É. Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992, 521 p., p. 450-451.

95 Ibid.

96 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

97 Cf. dossier de presse du mouvement de janvier 1935, remis par Deroy au service de l’IGF.

98 Hypothèses suggérées par les travaux de M. Bauer et B. Bertin-Mourot, et notamment Les 200. Comment devient-on un grand patron ?, Paris, Seuil, 1987, 315 p.

99 Cf. K. Mouré, « L’Attitude du ministère des Finances à l’égard de la parité du franc de 1926 à 1936 », art. cité. On peut lire, en page 25 de l’exemplaire dactylographié : « Les difficultés que Germain-Martin a eues pour accepter l’idée d’une dévaluation montrent l’impact des idées fixes résultant de l’expérience faite par la France dans les années vingt. »

100 R. Philippe, Le Drame financier de 1924-1928, Paris, Gallimard, 1931, 148 p., p. 126-127.

101 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, op. cit., t. II, p. 1339.

102 SAEF, B 33193. L’italique est de nous.

103 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

104 F. Bizard, Les Accords tripartites, thèse pour l’École libre des sciences politiques, sous la direction du professeur Baumgartner, 1938, p. 13, archives de l’IGPDE. Il obtiendra la mention T.B. L’italique est de nous.

105 SAEF, B 33201, p. 17-18. Note citée ci-dessus.

106 F. , Les Accords tripartites, op. cit., p. 4.

107 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

108 Réponse écrite à notre questionnaire le 1er mai 1981.

109 Entretien enregistré avec l’auteur et transcrit en 1986.

110 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

111 Villard, Baumgartner, Maxime-Robert plus Filippi sur la stabilisation des prix.

112 Colson avait enseigné également à Polytechnique. Son enseignement, très classique, moins abstrait que les autres et nourri de son expérience aux chemins de fer au xixe siècle, a beaucoup marqué Rueff qui l’eut comme professeur à l’X. Parmi les auteurs de manuels, sont cités : Gide, Caillaux, Perroux. La presse complétait la formation : Le Temps, Les Débats. Aucun journal étranger n’a été cité dans les réponses à notre questionnaire de 1980.

113 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

114 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

115 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

116 Cf. G. Le Béguec, Les Filières d’accès à la chambre des députés, thèse d’État soutenue à Nanterre en 1989 sous la direction de René Rémond, 1827 p. ; G. Le Béguec, La République des avocats, Paris, A. Colin, 2003, 230 p. Il montre bien que ces filières passent, dès 1919, par le droit, Sciences-Po, la profession d’avocat et de journaliste.

117 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

118 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

119 Les études disponibles étaient suffisantes pour faire un autre choix. On serait tenté de lui répondre que, dans ce cas, l’appel aux compétences des inspecteurs des Finances devient moins légitime.

120 Entretien avec A. Terray en 1990, IGPDE. Notons que pour Gruson, l’attachement à l’orthodoxie a valeur d’engagement politique puisqu’il le situe à droite. L’italique est de nous.

121 Cf. deuxième partie, ci-dessus.

122 Témoignage transmis par Hélène Schrameck, fille de Jean Rioust de Largentaye. Sur les inspecteurs des Finances et la monnaie et sur Largentaye, cf. J. C. Asselain et son article dans F. Cardoni, N. Carré de Malberg, M. Margairaz (dir.), Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, à paraître aux Éditions du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, en 2012.

123 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

124 Sur la compétition entre Rueff et Baumgartner en 1935, cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 137-144.

125 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 317.

126 Encore faut-il rappeler que G. Edgar-Bonnet et Barnaud sont tous deux inspecteurs des Finances démissionnaires.

127 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

128 SAEF, B 33201.

129 J.-N. Jeanneney, François de Wendel en République…, op. cit., p. 731-767.

130 Entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE.

131 Entretien avec A. de Castelnau en 1990, IGPDE.

132 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

133 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

134 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

135 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

136 Entretien avec L. Quennouëlle-Corre en 1991, IGPDE.

137 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, op. cit., p. 24.

138 Cf. première partie, chapitre II.

139 Il est élu en 1919 sur une liste d’action républicaine et démocratique, inscrit à la Chambre au groupe Entente républicaine et démocratique. Peut-être est-ce lui qui a fait entrer son fils, dès 1931, au cabinet de Laval, ou bien son beau-père, Maxime Renaudin ?

140 Sur les études secondaires, les informations, lacunaires pour cette génération, montrent pourtant le poids des lycées au détriment des collèges : sur 17 élèves, 2 seulement sont passés par une école privée.

141 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

142 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 297.

143 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 311.

144 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 311

145 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

146 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

147 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

148 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE. L’italique est de nous.

149 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980. Mais il ajoutait : « Je suis contre l’équipe composée uniquement de gens de même formation, c’est complètement idiot. »

150 R. Lacour-Gayet, « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », op. cit., p. 454-455.

151 Adresse du ministère des Finances avant le déménagement rue de Bercy, à partir de 1986.

152 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 298.

153 Ibid., p. 298.

154 Colonel, arrêté le 10 août 1943 en même temps que 40 autres personnalités envoyées comme otages en captivité en Bavière à Plansee.

155 G. de Carmoy, Otages à Plansee…, op. cit., p. 76. L’italique est de nous.

156 Réponse écrite à l’auteur en 1981.

157 P. Reynaud, Mémoires. Envers et contre tous, t. II, Paris, Flammarion, 1963, 358 p., p. 229.

158 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981, et J. de Fouchier, « Le Rôle de l’Inspection générale des Finances dans l’Administration française », Revue politique et parlementaire, août 1939, p. 261-280. L’italique est de nous.

159 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

160 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. L’italique est de nous.

161 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

162 SAEF, B 33201. K. Mouré et M. Margairaz ont amplement analysé ce document sur le fond.

163 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 99.

164 Y. Mamou, Une machine de pouvoir, La Direction du Trésor, Paris, La Découverte, 1988, p. 213.

165 D. Leca, La Rupture de 1940, Paris, Fayard, 1978, p. 278.

166 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

167 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 323.

168 Ibid.

169 Ce clientélisme ou patronage, comme on voudra, apparaît dès avant 1914 au point d’interdire, du temps de Caillaux, « les testaments ministériels ».

170 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

171 Entretien enregistré avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

172 J. Georges-Picot, « Souvenirs d’un inspecteur des finances », op. cit., p. 322.

173 J. Rueff, « Témoignage », art. cité, p. 134-135.

174 Guindey, en 1952, considère la dévaluation comme nécessaire. Pinay refuse, Guindey demande alors à quitter la direction des Finances extérieures. Ce sera son dernier poste dans l’administration centrale.

175 G. Lefranc, Histoire du Front populaire, Paris, Payot, 1965, p. 290, cité par D. Chagnollaud, Le Premier des ordres, Paris, Fayard, 1991, 399 p., p. 316.

176 R. Wolff, Économie et finances de la France, passé et avenir, 1943, New York, Brentano’s, 320 p., ouvrage cité par P. Huet, Histoire de l’Inspection d’une guerre à l’autre, exemplaire dactylographié, 1988, 169 p., p. 168-169, service de l’IGF. Notons, une fois de plus, la généralisation abusive à l’Inspection dans son ensemble des politiques menées par une poignée d’inspecteurs.

177 P. Reynaud, Mémoires, t. II, Envers et contre tous, op. cit., p. 229-231. Et on les retrouve encore sous Vichy pour mener la politique dirigiste imposée par les circonstances de l’Occupation.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540