Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume II

 | 
Michel Margairaz

Septième partie. Conversion et expansion (1948-1952)

Chapitre XXXV. Réalisations et désillusions à l’heure du réarmement (été 1950-1952)

Texte intégral

1La guerre de Corée et le réarmement atlantique infléchissent les conditions économiques et financières du relèvement français. La stabilisation de 1949-1950, ainsi que les formes de relations établies entre Paris et Washington, en particulier, sont affectées par la nouvelle conjoncture. La réalisation du Plan Monnet reste fixée à l’horizon de 1952, mais, si le rendez-vous est à peu près respecté, les responsables français doivent déchanter, quant aux résultats qu’ils en attendaient pour la place économique et financière de la France dans le monde.

I. LE DÉRAPAGE CORÉEN (ÉTÉ 1950)

2Alors que, en 1949, les inquiétudes se sont portées sur le risque d’une déflation, l’ouverture des hostilités en Corée entraîne un retournement de la conjoncture.

1. Le renversement conjoncturel

3Le 25 juin 1950, l’annonce des premiers coups de feu en Corée modifie la conjoncture économique internationale, dont la France est largement tributaire.

L’« économie de danger international »

  • 1 MAE, B.9.6, d. « 49 bis — Plan Marhall — 1950 », dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 3462, 20 j (...)

4Dès le mois de juillet, Henri Bonnet signale les changements à Washington. Le gouvernement américain a décidé une « prémobilisation », et le président Truman a déclaré que le redressement économique ne serait pas ralenti, mais ses conditions probablement modifiées. Doivent résulter du retour des États-Unis à une « économie de danger international » des effets contradictoires pour l’économie française : on peut redouter une révision en baisse des crédits de l’ERP et, sous la pression inflationniste de la hausse, déjà sensible, du prix des matières premières et alimentaires, craindre une réduction de leur pouvoir d’achat. En revanche, on peut raisonnablement espérer une progression des exportations européennes (et françaises) vers les États-Unis, du fait des achats destinés au « stockpiling » de produits stratégiques1.

  • 2 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 2906, 23 juillet, 10 p.
  • 3 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 2982, 3 août 1950, 5 p.

5Les autorités françaises sont préoccupées de connaître les modifications apportées au sort de l’aide Marshall. Alors que Paul Hoffman s’est montré hostile à l’utilisation des fonds de contre-valeur à des fins de réarmement, William Foster, son adjoint, annonce, à la fin juillet, que l’ECA ne s’y oppose plus2. Et, au début du mois d’août, il confirme à l’ambassadeur de France que le rétablissement de l’économie européenne demeure « un des objectifs essentiels de la politique extérieure des États-Unis », mais que de « nouveaux critères » sont nécessaires, pour s’assurer que les projets européens sont conformes à l’intérêt économique général, impossible à dissocier des nécessités de la défense nationale3.

6Aussi, convient-il de mesurer les effets concrets de l’imbrication des charges de réarmement et de celles du relèvement, d’autant plus que celles-ci sont couvertes, pour une grande part, par les dollars et les francs Marshall.

La France condamnée à l’« expansion »...

  • 4 AEF, B. 16022, note de Pierre Grimanelli au ministre, 3 mai 1950, 3 p. ; il signale le passage des (...)

7La fin de l’année 1949 et le premier semestre de 1950, on l’a vu, sont marqués en France par une certaine stagnation de la production et même une légère récession, laissant une fraction inemployée des capacités productives4.

  • 5 Idem, note de Pierre Grimanelli, n° 270, 18 avril 1950, 6 p.
  • 6 Idem.
  • 7 Idem.

8Le débat sur l’opportunité d’une politique d’investissements reflétait les inquiétudes sur le retournement de conjoncture. Et, en avril 1950, certains travaux sont abandonnés aux Charbonnages de France. Si les ministres du gouvernement Bidault affirment la nécessité d’une « politique d’expansion », ils tiennent à lui appliquer un contenu différent de celui des années précédentes. Le secrétaire d’État aux Affaires économiques, Robert Buron, souligne à Laval, le 22 mars, les nécessités politiques d’une politique d’« expansion économique ». Pierre Grimanelli, dans une note qui lui est destinée, fait le point sur l’infléchissement des perspectives. Il signale que jusqu’en 1949, l’activité économique évolue d’une manière très favorable, à partir des niveaux très bas des lendemains de la Libération : « Les progrès ont été liés à l’élargissement successif des goulots les plus étroits, spécialement matières et devises (...). Désormais les investissements productifs prennent un caractère différent (...) ils se présentent maintenant comme les facteurs d’un développement général, principalement destinés à élargir des débouchés par un abaissement des prix de revient et un relèvement du pouvoir d’achat »5. Constatant que la stabilisation monétaire s’est accompagnée d’un ralentissement du rythme d’accroissement de l’activité, il ajoute : « Nous ne pouvons accepter un rythme trop lent, encore moins un palier, a fortiori une régression »6. Parmi les facteurs qui « interdisent d’accepter une simple stabilité de l’activité générale », il cite les nécessités de l’équilibre des finances publiques comme de celui des entreprises nationales — « Le déficit de la SNCF est pratiquement insoluble dans une économie stationnaire » ; les attentes des salariés — « Les salariés seraient en droit de répondre que les avantages réels n’apparaissent plus à l’horizon, si la politique économique et financière du gouvernement aboutissait à stabiliser l’activité générale » — et les conséquences de la libération des échanges, nécessitant l’élargissement des marchés pour les industriels, les besoins d’élever le pouvoir d’achat pour assurer des débouchés aux agriculteurs7.

... avec de nouvelles priorités

  • 8 Idem, souligné par nous.
  • 9 Idem, note citée.
  • 10 Idem, note de Pierre Grimanelli, n° 296, 27 avril 1950, 5 p.

9Le directeur des Programmes indique les nouvelles priorités qui doivent guider les Pouvoirs publics : « A la pénurie qui a jusqu’ici orienté sans incertitude l’action économique et, en même temps, fourni le moteur du développement d’activité, il faut substituer des actions spécifiques qui contribuent à provoquer de nouveaux progrès sans crise pénible d’adaptation. Il s’agit de favoriser les activités productrices qui satisfont des besoins certains ou dont le marché n’est pas saturé, le progrès de ces activités productrices fourniront le pouvoir d’achat capable d’alimenter les autres »8. Au rang de ces « actions spécifiques », il compte l’accélération de la construction de logements — jusque-là fort en retard — mais aussi le placement des produits agricoles sur les marchés extérieurs, une politique de crédit tendant à faciliter le rééquipement des entreprises et à favoriser les activités exportatrices9. Et, dans une note légèrement postérieure, Pierre Grimanelli signale, parmi les investissements, ceux qu’il convient de développer : la Reconstruction, le logement et les HBM, ainsi que les crédits d’équipement des Services civils (notamment en faveur des Travaux publics ou des PTT, alors que les crédits accordés à l’Éducation nationale sont jugés « excessifs »). En revanche, il propose de réduire le rythme d’investissement pour EDF, CDF, la CNR, la SNCF et la flotte, et de maintenir celui des autres secteurs, notamment prévoir un « développement important des investissements destinés aux industries de transformation »10.

  • 11 Idem, note citée (cf. page précédente).

10Le gouvernement semble avoir partagé ce double souci de poursuivre une politique d’« expansion économique », mais aux objectifs infléchis par rapport à ceux des années précédentes. Le 22 mars 1950, dans un discours public, Georges Bidault indique notamment comment une action pour la construction appartient à une « politique économique d’ensemble traduisant la volonté du gouvernement de lutter contre une dépression économique »11.

2. Une double réduction des ressources destinées à l’investissement pour 1951

Une certitude : la diminution de l’aide Marshall

11Le souci déclaré du gouvernement de poursuivre une politique favorable à l’investissement se heurte aux perspectives peu encourageantes en matière de recettes.

  • 12 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 6 avril 1950 de la Commission des Investissements, 9 p. ; soul (...)
  • 13 AEF, B. 33508, d. « préparation des investissements 1951 », note du ministre des Finances au commis (...)

12Le 31 mars, Maurice Petsche a bien demandé à tous les ministres de fournir leurs prévisions de dépenses pour 1951 avant le 10 mai, afin que la Commission des Investissements puisse travailler dès le mois de juin. Mais, le 6 avril, au sein de celle-ci, il rappelle que, pour 1951, « les ressources disponibles seront très probablement inférieures à celles de (cette) année : la contre-valeur de l’aide américaine diminuera dans la même proportion que l’aide elle-même, c’est-à-dire qu’elle ne dépassera probablement pas la moitié de ce qu’elle aura été en 1950 »12. Et, dans une note à Jean Monnet, le 21 avril 1950, il confirme : « Le gouvernement entend néanmoins exclure tout mode de financement de caractère inflationniste ; il sera nécessaire de réduire dans de fortes proportions le volume global des opérations du FME »13.

13Comme les années précédentes, le Commissaire au Plan est chargé d’entreprendre une première sélection et révision des investissements économiques et sociaux relevant du Plan, donc des sollicitations de crédits auprès du FME. Avant même la guerre de Corée, les perspectives financières ne sont pas très encourageantes, du fait de la réduction très importante de la nouvelle annuité de l’aide Marshall. Jean Monnet coordonne les travaux des divers groupes de travail de la Commission des Investissements, et présente ses propositions détaillées dans deux rapports, des 23 et 30 juillet. Le 24 juillet, il les justifie devant la Commission des Investissements, selon la logique économique de l’amont, déjà employée les années précédentes : les chiffres proposés — le total s’élève à 462 milliards pour le FME (492 milliards, si l’on ajoute les prêts sociaux, l’Indochine et la Sarre, qui relèvent aussi du Fonds) — reflètent une triple préoccupation :

  1. poursuivre normalement les opérations engagées

  2. maintenir au rythme antérieur les opérations annuelles

    • 14 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 24 juillet 1950 de la Commission des Investissements, 11 p.

    engager un nombre restreint d’opérations nouvelles, dont un programme complémentaire thermique pour EDF (au total une vingtaine de milliards)14.

14Parallèlement, le ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, Eugène Claudius-Petit, fait part d’un total de 360 milliards à financer par la CARec et de quarante-cinq milliards pour les HLM.

Une contrainte nouvelle : le réarmement

  • 15 AEF, B. 33508, d. cité, note pour le président du Conseil sur la fixation des crédits d’investissem (...)

15Mais, dans l’intervalle, les responsables des Finances doivent faire face, outre à la réduction quasi certaine de l’aide Marshall, aux retombées du réarmement, accéléré par les événements de Corée : comme le note Edgar Faure, ministre du Budget, quelques mois plus tard : « Ces propositions [celles du Plan et du MRU], relativement modérées, établies après des travaux préparatoires sérieux, ne pouvaient cependant être retenues sans de très sensibles réductions, en raison de la diminution de l’aide Marshall d’une part, et de l’augmentation considérable des charges militaires d’autre part »15. Cette double réduction des ressources destinées aux investissements et à la reconstruction est d’autant plus inopportune, que les ralentissements opérés sur les programmes en 1948, 1949 et 1950 ont eu pour effet de déplacer sur l’exercice 1951 des dépenses quasi inéluctables.

3. Le débat national sur les choix : l’austérité impossible

  • 16 Edgar Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1, p. 288.

16L’arrivée de René Pleven à Matignon, en juillet 1950 — après une éphémère tentative de Henri Queuille, fondée sur une majorité de centre droit — reflète un retour à la « Troisième Force », par la réintégration des socialistes, en particulier Jules Moch à la Défense, avec lequel le futur président du Conseil aurait passé un discret « gentleman’s agreement »16.

Ne pas « opter entre le beurre et les canons » (René Pleven)

  • 17 AEF, B. 33508, d. cité, AGEFI, 26 juillet 1950.
  • 18 Idem.
  • 19 Idem.
  • 20 Idem.

17Dès son discours d’investiture, René Pleven annonce un supplément de quatre-vingts milliards aux quatre-cent-vingt milliards de dépenses militaires. Parallèlement, il annonce le tryptique « Réarmer, investir, construire », signifiant par là qu’il se refuse à choisir parmi les priorités. Dans son audition devant la Commission des Finances, le 25 juillet, il argumente : « Il n’est pas indispensable, pour l’immédiat, d’opter entre le beurre et les canons. (...) Il n’y a pas actuellement de position prise pour une économie de guerre. Il n’est pas question de couper tous les investissements qui ont stimulé l’économie nationale (...) Il faut nous prémunir contre un ralentissement de l’activité »17. Il ajoute que les travaux d’équipement seront poursuivis en 1951 et 1952, les freinages éventuels pouvant porter sur l’engagement de dépenses rentables seulement en 1954. Et, reprenant les résolutions du gouvernement Bidault, il poursuit : « Quant à la construction, elle doit être poussée au maximum, dans l’intérêt de la population, physique et moral »18. Il admet toutefois : « Si nous avions à arbitrer, pour assurer notre équilibre budgétaire, entre ce que nous considérons comme essentiel pour notre participation à la défense commune et d’autres travaux, ce serait vraisemblablement sur des travaux neufs d’équipement que nous devrions apporter les restrictions nécessaires et non sur la construction »19. Enfin, il annonce, en cas d’effort supplémentaire pour l’armement, les propositions faites par la France à l’OTAN, car « des méthodes complètement nouvelles de financement doivent être mises au point dans le cadre de la solidarité atlantique »20. Au cours de la même séance, il annonce le dépôt imminent d’un projet de loi sur le reclassement des fonctionnaires et la revalorisation des petits traitements. Peu après, la définition du SMIG laisse, dans les faits, le gouvernement maître des salaires, effectivement relevés entre huit et dix pour cent en août.

  • 21 Idem, doc. cité.
  • 22 Louis Franck, 697..., op. cit., p. 96.
  • 23 Edgard Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1, p. 289-290.
  • 24 Ibid., p. 332.

18Ces variations sur le thème « ne pas opter » suscitent la réaction immédiate de son contradicteur de 1945, Pierre Mendès France, inlassable adepte du « choisir » : il lui fait remarquer que, pour couvrir toutes ces charges, il faudrait que le Revenu national s’accroisse de cinquante pour cent. Sinon, l’élévation du niveau de vie sera financée par l’inflation21. Plusieurs acteurs ont souligné a posteriori le caractère quelque peu laxiste de la politique de René Pleven, jugé trop sensible aux diverses revendications. Chez lui, « la facilité n’était pas accidentelle », note le directeur des Prix d’alors22. Assez savoureuses, les appréciations suivantes, sous la plume d’Edgar Faure : René Pleven « n’était pas de la race des guillotinés par persuasion et savait dégager sa tête avant le glissement du couperet. (...) Il n’était pas à proprement parler versatile, mais il était « convertible »23. Lui-même ne vante-t-il pas, quelques mois plus tard (18 mai 1951), dans un discours-bilan, l’« équilibre des choix » ?24

19Au-delà de la plus ou moins grande souplesse, ou « convertibilité » des responsables français d’alors — traits psychologiques incontestables chez René Pleven ou Edgar Faure — l’équilibre des choix » s’impose en fait pour des raisons structurelles, propres à la société française.

L’impossible austérité à la britannique

  • 25 FRUS, 1950, vol. III, p. 1384, Bruce à Acheson, télégramme n° 564, secret, 1er septembre 1950.
  • 26 Ibid., p. 1386 ; traduit et souligné par nous.
  • 27 Ibid., p. 1386.
  • 28 Ibid., p. 1386.

20Le gouvernement français est conduit à définir une politique répondant aux contraintes propres de la situation française. David K. Bruce analyse avec finesse, pour Dean Acheson, les particularités de la France, par rapport à ses voisins, en particulier l’Angleterre. La réintégration de la SFIO dans la combinaison gouvernementale souligne le souci de faire rattraper le retard relatif des salaires — accumulé pendant la stabilisation Queuille — à un moment où il faut faire accepter par la population les charges nouvelles du réarmement. De ce point de vue, l’appel à Jules Moch est précieux : « Jules Moch combines the advantage of having been on aggres-sively anti-Communist Minister of Interior with the fact that he is a Socialist, which makes acceptance of the new arms program by at least part of the French working class more probable »25. De plus, l’ambassadeur des États-Unis souligne que, à la différence du Royaume-Uni, où Clement Attlee invite les Britanniques à se préparer à des sacrifices dans l’intérêt de la Défense nationale, le gouvernement français a jugé bon de rassurer les Français sur le fait que l’effort accru d’armement ne viendrait pas peser sur le niveau de vie moyen : « Cela reflète non seulement une différence dans le tempérament national mais aussi une différence (...) dans le degré d’unité et d’équilibre social »26. En particulier, la situation précaire d’une partie de la classe ouvrière et le poids du PCF — à la fois hostile aux sacrifices pour les salariés et au réarmement atlantique — ferment la voie à une politique d’austérité analogue à celle pratiquée par Sir Stafford Cripps, ou souhaitée par Pierre Mendès France : « France, with a Communist party that is followed by at least 20 % of the electorate and is larger than any other French party, can ill afford to call upon an economically underprivileged and already partially disaffected working-class to make sacrifices in the interests of national defense »27. Bruce pense que la formule « Aucune sécurité nationale n’est possible sans sécurité sociale », résume bien la situation française, et les limitations imposées au réarmement. Il ajoute que ce slogan ne se limite d’ailleurs pas à la gauche, et que seule l’extrême-droite incite au réarmement, sans tenir compte du coût28.

21Mais ce rejet d’une politique d’austérité implique, comme, à la Libération, l’appel à une aide américaine accrue, afin de couvrir le surcroît de charges.

II. LA BATAILLE DES INVESTISSEMENTS 1951 (AOÛT-DÉCEMBRE 1950)

22Le grand drame (ou mélodrame) périodique de la fixation des chiffres d’investissements annuels pour l’exercice suivant prend en 1950 un caractère beaucoup plus conflictuel que l’année précédente, et rappelle les âpres débats de la fin de 1948. Les principaux acteurs sont toujours en place et occupent des rôles assez similaires.

1. Les positions en présence (août-septembre 1950)

L’équilibre au 1er août : une impasse de 400 milliards

  • 29 AEF, B. 33508, d. « Budget 1951 », p.-v. de la réunion du 1er août chez M. Petsche, 1 p. Le détail (...)
  • 30 AEF, B. 33508, d. « préparation... », note de Edgar Faure, citée.
  • 31 AEF, B. 33508, d. « Budget 1951 », une note manuscrite de François Bloch-Lainé présente ainsi l’équ (...)
  • 32 FRUS, 1950, vol. III, p. 1386.
    Edgar Faure affirme dans ses Mémoires (p. 297) que Maurice Petsche ju (...)

23Le 1er août, lors d’une réunion tenue chez Maurice Petsche, les prévisions des grandes masses budgétaires pour 1951 sont fixées, à partir des demandes des différentes administrations, et d’un premier examen par le Budget et le Trésor : les charges militaires sont estimées à 650 milliards ; les dépenses de Reconstruction et d’Équipement sont comprimées. Maurice Petsche définit une « limitation globale » à 700 milliards (contre 965 demandés par le Plan et le MRU)29. Les réductions portent davantage sur la Reconstruction et sont effectuées « sans compromettre l’effort de reconstruction et d’équipement poursuivi depuis la Libération »30. L’« écart » (ou l’impasse) est chiffré à 400 milliards31. Le ministre accepte donc de ne pas comprimer les dépenses d’investissements jusqu’au niveau des recettes assurées. Mais cela implique que Washington « bouche le trou ». Dès le 6 août, la France soumet aux États-Unis un mémorandum prévoyant un programme supplémentaire d’armement de deux cents milliards de francs sur trois ans, conditionné par un financement extérieur. On y trouve également la proposition d’un fonds commun des puissances de l’OTAN, à proportion de leur revenu national, d’un pool atlantique pouvant émettre des emprunts, ainsi qu’une coordination pour répartir les matières premières et contrôler leurs prix32. L’équilibre général des charges et des ressources dépend largement des négociations qui doivent se dérouler à Washington, en octobre.

Jean Monnet : les investissements « ne sont pas un luxe »

24Peu après, le Commissaire au Plan justifie ses propositions de juillet auprès de René Pleven et de Maurice Petsche. Il recourt à deux grands arguments.

  • 33 JM, AMF 18/1/1, lettre au président du Conseil et au ministre des Finances, 8 août 1950, 4 p.
  • 34 Idem, lettre citée.
  • 35 Idem.
  • 36 Idem, souligné par nous.

25Tout d’abord, le leitmotiv depuis 1948 : la logique de l’amont. Monnet note que l’arrêt de la plupart des travaux d’équipement impliquerait l’abandon d’investissements réalisés aux trois quarts. En effet, « l’année 1951 marque l’achèvement du plus grand nombre des programmes à long terme engagés en 1946, et (...) en particulier l’effort spécialement intense de rééquipement des secteurs de base, que nous avions entrepris à cette date, touche maintenant à son terme »33. Mais il ajoute un argument nouveau, lié aux récentes nécessités du réarmement : « Le programme ainsi proposé ne s’oppose absolument pas à l’exécution du programme important de défense nationale mais (...) au contraire il est seul en mesure d’en permettre la réalisation »34. A la fois du point de vue matériel — les fabrications d’armement impliquent de poursuivre l’équipement des industries lourdes — et financier — « les dépenses d’investissements sont les seules dépenses publiques permettant d’augmenter le Revenu national réel » — la poursuite de la politique d’investissements peut seule rendre possible l’effort accru de défense. Mieux, les dépenses pour l’armement n’ajoutent rien au Revenu national, mais procurent des revenus monétaires à ceux qui le produisent. La menace inflationniste est grande, « si le supplément de revenus ne trouve pas à s’employer dans une masse elle-même accrue de biens de consommation par une agriculture et une industrie modernisées »35. Jean Monnet conclut : « Ainsi, de quelque façon qu’on l’examine, la nécessité de poursuivre les investissements productifs ne fait pas de doute. Ces derniers ne sont pas un luxe interdit à un pays menacé, mais (...) l’instrument indispensable à la réalisation d’un véritable programme d’armement »36.

Le compromis de la Triple Alliance

26Comme les évaluations de Jean Monnet ne peuvent être contenues dans l’hypothèse totale des 700 milliards, il convient de proposer des abattements, qui ne soient pas techniquement et économiquement incohérents.

  • 37 AEF, B 16022, note de Pierre Grimanelli, n° 698, 20 septembre 1950, 13 p.
  • 38 Idem, note citée.
  • 39 Idem, note citée.

27Pierre Grimanelli propose à Robert Buron, secrétaire d’État aux Affaires économiques, une révision des chiffres initiaux de Jean Monnet, afin de tenir compte du fait que, dans l’intervalle, il convient « d’envisager la substitution progressive d’une économie dite « de sécurité » à une économie de paix »37. Il suggère de limiter les investissements à un volume correspondant « au maintien des opérations essentielles à un rythme comparable à celui de 1950 », et de réduire les programmes « dans les secteurs qui n’intéressent pas (même indirectement) la sécurité nationale, et dont l’efficacité est lointaine »38. Il répartit les réductions dans la plupart des branches, en particulier les industries privées, l’agriculture (notamment l’azote et les améliorations foncières), EDF (surtout pour la distribution et la répartition), et les TOM (du fait des retards, et donc des reports en 1950) : il parvient ainsi au chiffre de 375 milliards. De ce fait, il propose de réduire très fortement les crédits pour la Reconstruction (235 milliards), en compensant par l’octroi de primes à la construction et le relèvement des crédits HLM39.

  • 40 Idem, note de Pierre Grimanelli, n° 770, 27 octobre 1950, 9 p.
  • 41 AEF, B 33508, d. cité, note du directeur du Budget pour le ministre des Finances, 2 septembre 1950, (...)

28En outre, il suggère un « effort fiscal supplémentaire » de 200 milliards, afin de respecter une proportion voisine de celle de 1950 — environ soixante-quinze pour cent — de la couverture des dépenses publiques par les ressources ordinaires. Il ajoute que, comme la tendance à épargner diminue et que le volume des investissements civils et militaires doit augmenter, lors des prochaines années, davantage que la consommation, il serait même « indispensable que la proportion des dépenses couvertes par l’impôt augmente afin que l’exécution du budget n’alimente pas l’inflation »40. Après confrontation avec ces propositions, Jean Monnet accepte de réviser ses chiffres et les réduit à un total de 370 milliards — soit un abattement de près de cent milliards41. Les ministères techniques se soumettent, malgré les récriminations de l’Industrie, du fait de la division par deux (de quatre-vingts à quarante milliards) des crédits pour l’industrie privée.

29Ainsi, la Triple Alliance définit le plancher au-dessous duquel les objectifs du Plan pourraient être menacés.

La direction du Budget : un « freinage considérable »

  • 42 AEF, B 33508, d. cité, note du directeur du Budget pour le ministre des Finances, 2 septembre 1950, (...)

30Roger Gœtze, après avoir serré les dépenses au niveau de celles de 1950 (en francs courants), envisage un effort fiscal pour couvrir l’effort de réarmement, mais ne dépassant pas le prélèvement de 1950. Comme il subsiste un « écart » de 160 milliards, il ajoute, pour Maurice Petsche : « C’est (...) dans le seul domaine des investissements que peut porter l’abattement supplémentaire de 160 milliards... ». Il précise que cela « suppose un freinage considérable se traduisant par l’arrêt total d’un certain nombre de chantiers », et se demande si « une telle politique cadre bien avec le maintien et même l’augmentation du revenu national et l’accroissement du volume des biens de consommation qui semble nécessaire pour que puisse être accompli, sans péril pour la monnaie, l’effort de réarmement imposé au pays ». Dans les faits, il n’écarte pas une « inflation sévèrement contrôlée »42.

Le Trésor : la logique expanso-atlantique

31Il revient à la direction du Trésor, qui assure le secrétariat de la Commission des Investissements, de proposer les grands arbitrages au ministre.

  • 43 Idem, d. « Secrétariat de la Commission des Investissements », note du secrétariat de la Commission (...)
  • 44 Idem, d. « Budget 1951 », note pour le Ministre, 16 septembre 1950, 10 p. ; reproduite in François (...)

32Dès le 5 septembre, le secrétariat de la Commission propose une ventilation pour un total de 367,3 milliards, assez voisin de celui de Jean Monnet, ainsi qu’une « hypothèse courte » de 345 milliards43. L’auteur signale que, dans cette éventualité, il n’y aurait, en 1951, aucune opération nouvelle pour les six entreprises nationales — dont les versements du FME seraient réduits de onze pour cent en francs courants par rapport à 1950 — et les crédits pour l’agriculture et l’industrie seraient plafonnés à leur niveau de 1950, notoirement insuffisant. François Bloch-Lainé, dans quatre notes au ministre, transmises au cours du mois de septembre, propose les grandes lignes de l’ajustement des charges et des ressources. Signalant que les travaux du SEEF — qui vient d’être créé — de Claude Gruson ne sont pas encore assez avancés, il rejette un équilibre fondé sur les bases de celui de 1950, car l’accroissement des dépenses militaires sacrifierait celles destinées aux investissements. Il recommande de ne pas descendre en deçà de 350 milliards pour le FME, « hypothèse minimale si l’on voulait éviter de graves perturbations »44. Il reprend à son compte le raisonnement de Jean Monnet sur l’intérêt financier, économique et militaire de la poursuite d’une politique d’investissements.

  • 45 Idem, d. cité, note pour le ministre, s. d., 13 p.
  • 46 Idem, note citée. Le Conseil des ministres du 20 septembre parle de 580 milliards de dépenses milit (...)
  • 47 Idem, note citée.
  • 48 Idem.
  • 49 Idem.

33Mais, par rapport à Roger Gœtze, il propose deux mesures d’ajustement différentes. Il rejette l’idée d’une « inflation sévèrement contrôlée », défendue par le directeur du Budget. Les engagements internationaux de la France s’y opposent : au même moment, les instructions données à Hervé Alphand insistent sur l’idée que le réarmement ne doit pas être réalisé au détriment de la stabilité monétaire45. Peu après, le Conseil de l’OECE prévoit la possibilité de réductions d’investissements. En revanche, il envisage comme « inéluctable » un accroissement des recettes fiscales (215 milliards, dont soixante-cinq reconduits). Mais surtout, il suggère de déplacer l’élasticité des charges vers les dépenses de réarmement. Il défend l’idée que le surcroît de dépenses militaires (80 milliards), ainsi que le financement de la guerre d’Indochine (180 milliards) constituent « deux séries de charges exceptionnelles qui sont consenties dans l’intérêt commun des nations atlantiques dont il serait normal (...) qu’elles fussent réparties entre ces différentes nations »46. Le risque d’inflation devrait être réservé au financement de ces charges « atlantiques », dont « il serait logique que le fonds commun atlantique prît la charge », les autres dépenses se trouvant couvertes par des ressources saines47. Ainsi, l’ajustement des ressources aux charges serait clarifié, ainsi que les responsabilités politiques nationales et internationales : « Notre effort militaire augmentera dans la mesure où les nations atlantiques nous en fourniront les moyens financiers, nos dépenses intérieures dans la mesure où le Parlement admettra des sacrifices fiscaux supplémentaires »48. Et, en affectant certaines ressources à certaines charges, on éviterait le mélange des genres : « Les organismes étrangers n’auront pas à connaître de l’emploi de nos propres ressources et la réduction des dépenses militaires ne pourra plus être présentée comme une panacée universelle pour toutes les plaies d’argent »49.

  • 50 Les charges retenues se ventilent ainsi (respectant les 350 milliards pour le FME, réclamés par F. (...)

34Le directeur du Trésor propose de sauvegarder l’investissement sans s’engager dans un financement inflationniste, à condition que l’intégration atlantique soit assurée par des ressources spécifiques. Une fois de plus, l’équilibre des finances publiques allait dépendre de la réponse de Washington, car les autorités françaises suivent le conseil de François Bloch-Lainé50.

35Ains, tout en proposant des chiffres quelque peu inférieurs à ceux révisés par Jean Monnet, le Budget et surtout le Trésor se refusent à un sacrifice des investissements sur l’autel de la stabilité monétaire.

  • 51 Troisième rapport de la Commission des Investissements, SEF 1951, p. 65 et 66.
  • 52 Ibid.

36Le troisième Rapport de la Commission des Investissements, rédigé par Boyer (Trésor), Delmas (Budget), Delcourt (Plan) et Bizot (Programmes), signale que la Commission « a partagé l’avis du Commissaire général au Plan et reconnu que le ralentissement des programmes civils d’investissements ne pouvait être considéré, en soi, comme une mesure favorable au maintien d’un équilibre économique valable ». Elle refuse s’admettre que les dépenses d’investissements soient « les seules charges budgétaires présentant assez d’élasticité pour pouvoir supporter des réductions substantielles »51. Et le Rapport cite abondamment le rapport de juillet de Jean Monnet52.

2. Le « lait de la louve » : 270 milliards de francs attendus de Washington (octobre 1950)

Maurice Petsche sollicite 270 milliards...

  • 53 FRUS, 1950, vol. III, p. 1390, Bruce à Acheson, secret, n° 1397, 16 septembre 1950 ; traduit et sou (...)

37Au début de septembre, René Pleven confirme, dans un discours à Strasbourg, puis à Saint-Brieuc, la mise en œuvre du premier tiers du programme de réarmement. Il annonce aux représentants américains qu’il ne peut s’engager sans l’assurance d’une participation équitable des nations de l’OTAN. Et David Bruce pense que, sans aide, ou bien les bénéfices du Plan Marshall en France seront anéantis par l’inflation (« désastreuse pour l’équilibre social et politique de la France, qui est une condition sine qua non d’une défense victorieuse de l’Europe occidentale »), ou bien le gouvernement français n’obtiendra pas l’appui du Parlement pour ratifier le programme de réarmement53.

38Puis, se succèdent une série de rencontres à Washington.

  • 54 Ibid., p. 1391-1394, mémorandum des conversations franco-américaines du 23 septembre 1950.
  • 55 Ibid., p. 1394.

39Lors d’une réunion à Trois (France, États-Unis, Royaume-Uni), le 23 septembre, Jules Moch annonce la résolution française de mettre sur pied dix nouvelles divisions pour le 1er juillet 1951. Aux côtés de Robert Schuman, il apprend, de la bouche de Acheson et Marshall, alors chef du Pentagone, la détermination américaine à la participation de la RFA au réarmement : difficulté supplémentaire pour les ministres français venus solliciter une aide54. À l’issue de la réunion, Jules Moch défend l’idée d’un contrat global (« package ») : s’il pouvait fournir des informations précises sur l’étendue de l’aide américaine, cela l’aiderait à faire accepter par le Parlement français la création d’unités allemandes55.

  • 56 Ibid., p. 1393.
  • 57 Il existe également, dans les archives de Jean Monnet à Lausanne, un fonds « Plan Pleven ».

40Ce chantage ne peut toutefois impressionner grandement les responsables américains, décidés à aller de l’avant, malgré les réticences françaises. Le compte-rendu des conversations signale que, après la réunion, Ernest Bevin et Dean Acheson ont poursuivi le dialogue sur la position française : « M. Bevin asked what we would do if the French declined to agree on the German units and the Secretary [Acheson] replied that we would have to consider going a head anyway »56. De cette contrainte nouvelle, surgit, un mois plus tard, le plan Pleven, soufflé, une fois encore, par Jean Monnet57.

  • 58 Cf. FRUS, 1950, vol. III, p. 1396 à 1432.
  • 59 Ibid., p. 1402, traduit par nous.
  • 60 Ibid., p. 1403.
  • 61 Ibid., p. 1406.
  • 62 Ibid., p. 1407.

41Entre le 13 et le 18 octobre 1950, cinq réunions ministérielles franco-américaines, tenues à Washington, abordent l’ensemble des questions militaires et financières58. Lors des deux premières rencontres, le 13 octobre, Jules Moch et Maurice Petsche réclament une aide de 270 milliards de francs, qui correspond à peu près au chiffre avancé par François Bloch-Lainé pour le surcroît de dépenses « atlantiques ». En outre, le ministre français des Finances réclame une triple organisation : un haut commandement commun, une Autorité commune en matière de production et un budget commun, afin d’éviter l’inflation et d’« assurer une distribution équitable du fardeau financier du réarmement »59. Signalant l’ampleur de l’effort consenti par le Trésor français pour le réarmement — évalué à douze pour cent du Revenu national, et même à quinze pour cent, selon les normes de l’OTAN — Maurice Petsche détaille les différents postes de la trésorerie, signale l’impasse initiale de 690 milliards et, malgré le recours à tous les moyens envisagés, les limites des capacités d’emprunt, d’où l’impossibilité de la réduire en deçà de 270 milliards, sans aide extérieure60. Snyder signale qu’il a également le souci d’éviter, par des mesures sévères, l’inflation aux États-Unis. Et les responsables du Département d’État — en accord avec l’ECA sur ce point — pensent que les dépenses civiles en capital pourraient êtres réduites, du fait de la pression exercée par le programme de réarmement sur les disponibilités matérielles, à l’exception du programme de HLM (35 milliards), qu’ils souhaitent voir augmenter, « for the purposes of public morale »61. Maurice Petsche reste ferme sur les chiffres arrêtés à Paris, indique que les investissements ont déjà été réduits — sauf ceux qui s’avèrent nécessaires pour abaisser les goulots matériels et qu’il est politiquement impossible d’arrêter des programmes déjà engagés : 020 leçons de Jean Monnet et de la Triple Alliance ont été correctement apprises62.

... et en obtient 140

  • 63 Ibid., p. 1416, Bonsai à Acheson, confidentiel, n° 2041, 16 octobre 1950, t.p.n.
  • 64 Ibid, p. 1417.

42Pendant ce temps, l’ambassade américaine à Paris signale à Acheson que « le gouvernement français fait face à une douzaine de problèmes, chacun d’eux pouvant en temps normal causer la chute de deux ou trois gouvernements »63. Le désastre de Cao Bang risque d’exposer le gouvernement Pleven aux critiques, lorsqu’il va solliciter l’approbation du plan de réarmement et l’extension du service militaire. Le Chargé d’affaires à Paris signale que cela pourrait fournir une arme pour la propagande du PC, à moins d’améliorations sur le front du niveau de vie64.

  • 65 Ibid., p. 1418, c. r. de la troisième réunion ministérielle franco-américaine.

43Lors de la troisième réunion ministérielle, Dean Acheson annonce l’accord pour une aide immédiate de 200 millions de dollars (70 milliards de francs), qui pourrait être suivie d’une aide équivalente en 1951. Maurice Petsche signale la réduction très importante de l’aide Marshall en 1951 (de 180 à 100 milliards), rappelle que le programme d’investissement a été déjà amputé de 200 à 300 milliards, et que, au mieux (si l’aide totale de Washington atteint 140 milliards), il reste un déficit de 130 milliards. Snyder pense que le ministre français pourra faire face à un tel chiffre, d’autant plus que la France est alors largement créditrice à l’UEP65.

44Une fois encore, les responsables français ont effectué tous les efforts de compression avant d’aller à Washington, où ils espèrent « boucher le trou ». Mais la France n’est qu’un des paramètres de la politique américaine. En l’absence de solution de rechange, il va donc falloir procéder à de nouveaux abattements.

De nouveaux abattements

  • 66 Cf. AEF, B. 16022, note de la direction des programmes, n° 776, 31 octobre 1950. La ventilation des (...)
  • 67 Idem, note citée.
  • 68 Idem, note citée.
  • 69 AEF, B. 33508, d. « préparation de la loi des finances 1951 », note pour M. Calvet, 24 octobre 1950 (...)
  • 70 Idem, lettre de Jean Monnet, 1er novembre 1950 ; on trouve également ce document dans JM, AMF 18/1/ (...)
  • 71 Idem, lettre citée.
  • 72 Cf. AEF, B. 16022, note n° 777, 3 novembre 1950, 1 p.

45Dans un télégramme envoyé de Washington le 27 octobre, Maurice Petsche indique la nécessité de réduire de quarante milliards les dépenses de reconstruction et d’équipement, dont le total ne doit pas dépasser 660 milliards, dont 285 pour le FME66. Edgar Faure indique à René Pleven que cette limitation est « incontestablement très rigoureuse » : elle implique pratiquement de reconduire le budget de 1950 — déjà insuffisant — pour la Reconstruction, d’interrompre certains travaux dans les entreprises nationales, de retarder l’achèvement du programme électrique, de limiter les prêts du FME à l’agriculture et à l’industrie privée à la seule poursuite des opérations engagées en 1950 (« malgré le désir du Parlement de voir augmenter les prêts au secteur privé »). Quant à la contribution de la Métropole aux programmes d’investissements de l’Union française, « tout en marquant une augmentation inévitable par rapport à 1950, (elle) restera très inférieure aux espoirs de ces territoires, ce qui est évidemment de nature à provoquer de sérieuses difficultés politiques »67. Il ajoute : « J’ai le sentiment que ni M. Monnet, ni les membres de la Commission des Investissements ne voudront effectuer cette répartition sans avoir reçu l’ordre de le faire »68. Maurice Petsche et Edgar Faure demandent au Commissaire au Plan d’envisager une répartition des crédits du FME, sur la base de 335 ou de 285 milliards. Jean-Paul Delcourt transmet une note justifiant le caractère incompressible du chiffre de 370 milliards69. Et, le 1er novembre, Jean Monnet envoie une lettre à Maurice Petsche, dans laquelle il déclare qu’« il est évidemment impossible de prévoir une répartition quelconque de ces 285 milliards, cette réduction ne pouvant conduire qu’à des destructions également nuisibles et absurdes dans tous les secteurs »70. Il présente cependant une répartition sur 335 milliards, mais ne croit « pas cependant pouvoir accepter un tel chiffre », qui reviendrait à sacrifier tous les programmes nouveaux, à réduire le rythme des opérations annuelles, à éliminer les prêts à l’industrie privée (à l’exception des trains à bande), et même à étaler les paiements d’opérations anciennes71. Il réclame enfin une réunion de la Commission des Investissements. Pierre Grimanelli, pour la direction des Programmes, appuie ces remarques72.

3. Les ultimes résistances de la Triple Alliance (novembre 1950)

Le rapport Grimanelli

  • 73 Idem, note n° 776, citée.
  • 74 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 6 novembre 1950 de la Commission des Investissements, 17 p.
  • 75 Idem.

46À la différence des investissements pour 1950, qui ont été examinés par la Commission des Investissements, pour ceux de 1951, « les services des Finances procèdent seuls à des arbitrages entre les grands secteurs »73. Depuis juillet 1950, les ajustements se font entre le Trésor et le Budget. La Commission est donc réunie seulement le 6 novembre. Maurice Petsche, tout en rendant hommage aux compressions déjà opérées par Jean Monnet par rapport à ses propositions de juillet, réclame la répartition des crédits du FME, qui doivent être compris entre 285 et 305 milliards, et charge Pierre Grimanelli de diriger un comité restreint (comprenant représentants du Budget, Trésor, MRU et Plan), qui a quatre jours ( !) pour fournir ses conclusions74. Jean Monnet s’incline, mais demande que la Commission connaisse le volume et la nature des investissements militaires. Le ministre des Finances confirme avoir formulé plusieurs fois le même souhait, « mais cette demande n’a jamais pu être satisfaite »75.

  • 76 AEF, B. 33508, d. cité, P. Grimanelli, Rapport à la Commission des Investissements, 11 novembre 195 (...)
  • 77 Idem,
  • 78 Idem.

47Le 11 novembre, le rapport Grimanelli est prêt. Rappelant les quatre impératifs répondant à la volonté du gouvernement (stabilité monétaire, effort militaire accru, amélioration des moyens de production, construction et reconstruction immobilière), on y trouve la reprise du raisonnement expansionniste de Jean Monnet : « L’organisation de nos moyens de production dont le rythme avait paru pouvoir être freiné sans inconvénients trop graves, il y a un an, apparaît maintenant comme une condition indispensable, pour faire face à une activité générale croissante, à laquelle s’ajoutent les fabrications militaires (...) La réparation des dommages de guerre comme les dépenses d’armement s’imposent à la nation et ces dépenses cumulées ne seront supportables sans réduction du niveau de vie que moyennant l’activité générale accrue, qui exige la poursuite des investissements productifs »76. Les membres du groupe de travail exigent qu’une part des dépenses publiques supérieure à celle de 1950 (75 %) soit couverte par l’impôt, car « toute augmentation des dépenses ne s’appliquant pas à des dépenses productives implique l’accroissement des ressources fiscales »77. Ils refusent de retenir le chiffre global de 660 milliards — « on compromettrait le développement de notre production qui reste plus que jamais indispensable » — et retiennent trois hypothèses distinctes. Les représentants du Plan et du MRU défendent la plus élevée (735 milliards) ; ceux du Trésor et du Budget la plus basse (680 milliards) et le rapporteur, bien que favorable à la première, en propose une troisième, intermédiaire, par souci de conciliation78. Quoi qu’il en soit, le Groupe demande que, par priorité, EDF et CDF effectuent les travaux en cours pour les centrales thermiques, et engagent une nouvelle tranche complémentaire en 1951.

Le 14 novembre 1950 : comme en 1948

  • 79 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 14 novembre 1950 de la Commission des Investissements.
  • 80 Idem.
  • 81 Idem.
  • 82 AEF, B. 33508, d. cité. Lettre du ministre de l’Industrie au ministre des Finances, 16 novembre 195 (...)
  • 83 Cf. F. Picart et alii, Histoire(s) d’EDF, op. cit ; Pierre Massé, Aléas..., op. cit ; François Bloc (...)
  • 84 AEF, B. 42268, p.-v. cité.

48Le 14 novembre, à la Commission des Investissements, Maurice Petsche remercie Grimanelli pour cette « tâche ingrate », mais refuse de dépasser un total de 675 milliards (soit environ 310 milliards pour le FME), « tout en reconnaissant la gravité des conséquences résultant de cette limitation »79. Jean Monnet réplique que le programme chiffré à 355 milliards est « le seul qui réponde aux impératifs de la situation économique actuelle, et que la fixation des dépenses à un chiffre inférieur conduirait à un gaspillage économique et financier, les dommages résultant du freinage ou de la suspension des opérations en cours devant se révéler très supérieurs à l’économie apparente »80. Comme en décembre 1948, Jean Monnet fait appel à la Triple Alliance, et demande aux représentants des ministères techniques de préciser les conséquences économiques et sociales des abattements envisagés. Galimant, pour l’Agriculture, déplore l’impossibilité pratique d’engager de nouvelles opérations, alors qu’un « retard considérable a été pris dans les années précédentes ». Thomas, pour l’Industrie, insiste sur la gravité de la situation pour CDF et EDF, « alors que la consommation d’énergie électrique par rapport à l’année dernière s’accroît considérablement »81. Quelques jours plus tard, le ministre de l’Industrie transmet une lettre à Maurice Petsche réclamant un nouveau programme de centrales thermiques, dès 195182. Il joint deux notes de la direction de EDF, qui mettent en évidence les risques de déficit dès 1954, et les grands retards dans les investissements pour la distribution, par rapport aux objectifs de novembre 194683. Eugène Claudius-Petit croit bon également « de protester contre l’état d’esprit qui lui paraît guider toutes les discussions budgétaires actuelles »84.

Derniers ajustements

  • 85 AEF, B. 33508, d. « Budget des investissements », J. P. Delcourt, 16 novembre 1950, 1 p.
  • 86 Idem, lettre de Jean Monnet à Maurice Petsche, 17 novembre 1950 ; document présent également dans J (...)
  • 87 Idem, projet de communication au Conseil des ministres sur le budget des investissements, 20 novemb (...)
  • 88 Edgar Faure, Mémoires,... op. cit, p. 299.
  • 89 Ibid.

49Le surlendemain, Jean-Paul Delcourt transmet une note du Plan, comparant les budgets 1950 et 1951. Sa conclusion est claire : « Les dépenses improductives sont en augmentation. Seules les dépenses d’investissements productifs sont en régression »85. Et, le 17 novembre, Jean Monnet, dans une lettre à Petsche, répète que « seul le chiffre de 355 milliards répond effectivement aux besoins de notre économie », et qu’il lui apparaît « radicalement impossible de descendre au-dessous de 335 milliards »86. Une remarque en marge de cette lettre — écrite sans doute par Dominique Boyer, secrétaire de la Commission des Investissements — indique que, désormais, l’arbitrage revient à René Pleven, chef du gouvernement. Les responsables du Trésor sont conscients à la fois de l’insuffisance des crédits d’investissement et de l’impossibilité financière de les augmenter87. Après divers ajustements, où la Reconstruction est revalorisée par rapport à l’Equipement, il est décidé, au Conseil des ministres du 13 décembre, de retenir 303 milliards (FME 4- Comptes spéciaux du Trésor pour la reconstitution de la SNCF et de la flotte), mais de prévoir également quatre-vingts milliards d’emprunts garantis par l’État (dont soixante-dix pour EDF, CDF et la SNCF. Ainsi, on espérait que les travaux effectifs ne seraient pas réduits, même si l’engagement direct du FME régressait. Pour obtenir ce résultat, il faut accroître de 140 milliards les recettes fiscales — « nous avions fait flèche de tout bois », note Edgar Faure88 — et escompter des ressources d’emprunts (émissions du Trésor et emprunts des organismes bénéficiaires des crédits d’équipement) pour plus de 300 milliards, contre 180 en 1950. Même si, du fait de la dramatisation issue de l’accentuation de la guerre froide, « la loi de Finances (...) passa comme une lettre à la poste », il fallait l’« optimisme insoutenable » de René Pleven pour croire que l’équilibre fragilement bâti pour 1951 allait résister au dérapage coréen, d’autant plus que les Anglo-saxons se refusent aux propositions françaises de contrôle des prix des matières premières89.

4. Le tournant de 1951 et sa signification

50Par des ajustements empiriques et des tâtonnements successifs, Maurice Petsche et le gouvernement ont préservé l’essentiel des opérations en cours, et réservé deux milliards pour le programme complémentaire de centrales thermiques, unanimement appuyé par la Commission des Investissements.

51Mais la double contrainte extérieure, qui pèse sur les recettes (réduction de l’aide Marshall) comme sur les dépenses (poids du réarmement), les conduit toutefois à réduire en francs courants (et a fortiori en francs constants, du fait de la reprise de l’inflation en 1951) les dépenses d’investissements par rapport à 1950.

Inquiétudes pour les objectifs du Plan

  • 90 JM, AMF 18/1/18, note sur les dépenses du FME en 1951, 7 p.

52Dans les notes qu’il prépare en vue de son audition par la Commission de la Production industrielle à l’Assemblée nationale, en février 1951, Jean Monnet affirme s’être « incliné devant cet arbitrage, qui a été rendu en fonction de considérations générales dont le gouvernement est seul juge »90. Il rappelle les principales difficultés à attendre pour la réalisation des objectifs du Plan.

  • 91 Idem.

53Pour l’énergie, même en comptant la réalisation effective des emprunts garantis inscrits par la loi de développement (cinquante-quatre milliards au total pour CDF, EDF, GDF et la CNR), il faut escompter également un important autofinancement par des hausses de tarifs (respectivement sept et dix-huit milliards pour CDF et EDF) ou autres (deux milliards pour la CNR), afin d’assurer le financement des travaux prévus. Dans cette hypothèse, la plupart des grands équipements en cours sont poursuivis (à un rythme ralenti toutefois pour GDF), avec cependant des abattements sensibles, par rapport aux échéanciers du Plan, pour les opérations de distribution et les travaux complémentaires de EDF. Le financement d’un programme de centrales thermiques est la seule opération nouvelle engagée. En revanche, les travaux suspendus au printemps de 1950 pour augmenter les ressources en charbon cokéfiable ne peuvent être repris : le Commissaire au Plan note que « malgré l’intérêt certain de la production nationale de coke », la dépense peut être différée, du fait que le Plan Schuman doit, en principe, garantir l’approvisionnement en coke91. Dans les faits, les négociations sont loin d’être achevées en ce début de 1951, et Jean Monnet se heurte à de multiples obstacles, à la fois dans les milieux professionnels et administratifs. La SNCF est, une fois encore, fortement touchée : de nombreuses commandes nouvelles de matériel roulant sont abandonnées ou fortement réduites, ainsi que le rythme de reconstruction des installations fixes. L’électrification de Dijon-Lyon est poursuivie, mais celle du tronçon Mâcon-Culoz doit être différée.

Le télescopage freinage des crédits — diversification des objectifs

54Mais, surtout, ce sont les activités privées qui sont le plus atteintes, contrairement aux souhaits initiaux du Plan et des ministères techniques.

55Dans l’agriculture — où l’on trouve beaucoup de travaux annuels — seuls dix milliards (sur vingt-cinq) peuvent être consacrés à des programmes nouveaux (soit une réduction de soixante pour cent par rapport à 1950). En fait, à la fin de 1950, les crédits disponibles s’avèrent plus importants, du fait du report de plus de dix milliards : mais cela reflète les grands retards dans la consommation des crédits antérieurement votés, du fait de la lourdeur de la procédure.

  • 92 Idem.
  • 93 AEF, B. 18253, note de Pierre Grimanelli, 13 décembre 1950, 2 p.
  • 94 Idem.
  • 95 Idem, lettre du président de la Chambre de commerce au ministre des Finances, 22 décembre 1950, 2 p
  • 96 JM, AMF 18/1/4, lettre de Jean Monnet au ministre du Budget et au directeur général des Impôts, 23 (...)

56Pour l’industrie privée, les vingt-sept milliards ne couvrent pas même la poursuite des opérations engagées en 1950 : les crédits pour la Sollac et Usinor ainsi que pour les entreprises bénéficiant de la loi du 23 mars 1941 (cokeries et centrales sidérurgiques) représentent déjà près de vingt-six milliards92. La décision de limiter les crédits du FME à vingt-sept milliards (contre 31,3 en 1950) est également critiquée par Pierre Grimanelli. Selon lui, elle « nécessite des arbitrages extrêmement sévères entre les parties prenantes (...) les entreprises industrielles privées, qui ont bénéficié en 1950 de prêts du FME, ne recevront qu’une faible fraction des crédits qui leur seraient nécessaires pour la poursuite des opérations en cours »93. Le directeur des Programmes rappelle que les études préparatoires du CGP prévoyaient un crédit de quarante-cinq milliards. On se souvient même que Jean Monnet a proposé quatre-vingts milliards dans son rapport de juillet : bel exemple du télescopage entre freinage des crédits et velléité de diversification des objectifs ! Pour poursuivre les opérations de 1950, il aurait fallu près de dix milliards supplémentaires, au minimum94. Le Président de la Chambre du Commerce du Vaucluse mentionne les quatre-vingts milliards de Jean Monnet et s’en ouvre auprès de Maurice Petsche : « Il apparaît que l’intérêt supérieur du pays ne permet pas l’abandon d’un programme de planification, même à échéance lointaine, dont la réalisation doit permettre à la France de conserver son rang de puissance économique (...) nous vous demandons d’agir afin que le chiffre qui sera retenu par le gouvernement ne soit pas le signe d’une pause dans la modernisation du pays »95. Le Commissaire au Plan écrit d’ailleurs au ministre du Budget et au directeur général des Impôts, en février 1951, pour signaler la situation beaucoup plus défavorisée du secteur privé qu’en 1949-50, quant aux crédits du FME : il souligne la gravité de l’endettement (notamment dans la sidérurgie française, alors que ses concurrentes belge et allemande l’ignorent), ainsi que le régime des prix défavorable aux produits essentiels, et propose d’accorder des soulagements de trésorerie proportionnels à un certain montant d’investissements96.

  • 97 AEF, B. 16022, note pour le ministre, n° 884, 12 décembre 1950, 1 p.

57Il en est de même pour les Territoires de l’Union française, dont les investissements demeurent beaucoup plus tributaires des fonds publics qu’en Métropole. Ces derniers ont été nettement accrus en 1950, mais leur réduction pour 1951 doit entraîner des freinages sur les programmes d’Afrique du Nord (notamment pour l’équipement hydraulique et la recherche minière), ainsi que la remise en cause de certains programmes autorisés dans les TOM-DOM. Pierre Grimanelli redoute à ce sujet « des difficultés extrêmement graves »97.

***

58Comme à la fin de 1948, la logique économico-technique du Plan, qui, depuis 1948-49 et l’ajustement aux engagements pris devant l’OECE — et notamment les contraintes de la « viabilité » — repose sur l’extension et la diversification des activités de base, au-delà de celles d’origine (1946), se heurte à la logique financière d’un financement qui, rue de Rivoli, est souhaité sans menace inflationniste. Or, l’alourdissement des charges militaires et la rétraction de l’aide civile de Washington font régresser le volume des fonds publics en deçà du niveau de 1949 et de 1950, et même de 1948, année de freinage. Avant la reprise de la grande inflation, à la fin de 1951, qui va encore rogner le volume des travaux effectifs, les décisions ont été prises en connaissance de cause. Cependant, la Triple Alliance, conduite par Jean Monnet, s’assure l’hégémonie de la Commission des Investissements et la direction du Trésor — certes avec une prudence plus marquée que chez les services dépensiers — en épouse les raisonnements expansionnistes. Elle parvient à réduire les abattements aux limites de ce qui, même financièrement, eût été absurde : la logique de l’amont, une fois encore, a permis d’éviter le pire.

III. CONTRAINTES MONÉTAIRES ET MILITAIRES

59Les prévisions, en matière d’investissements, ont été à peu près confirmées par les travaux réalisés en 1951. Deux facteurs, partiellement extérieurs, rendent toutefois la situation plus difficile pour leur réalisation.

1. La « glissade monétaire »

60L’annonce de la guerre de Corée entraîne à la fois des effets mécaniques et psychologiques, qui se traduisent par une relance de l’inflation.

  • 98 SEF, Supplément statistiques, n° 18, 1953, Rapport sur les Comptes de la Nation des années 1951 et (...)
  • 99 AEF, B. 16022, note n° 741, 17 octobre 1950, 3 p.
  • 100 AEF, B. 16022, note n° 741, 17 octobre 1950, 3 p.
  • 101 MAE, B.9.6 ; d. « 50 - Plan Marshall », dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 5064, 20 novembre 1 (...)
  • 102 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 3814, 10 août 1950.

61La Commission des Comptes de la Nation, instituée quelques mois plus tard, parle d’« anticipations excessives », suscitées par l’annonce du programme de réarmement, de la part des industries d’équipement, et marquées par un accroissement très sensible des stocks. A cela s’ajoutent les craintes d’un retour à la pénurie, et une demande précipitée de produits alimentaires, dès l’été de 195098. La direction des Programmes note, avant même le démarrage du programme de réarmement (5 octobre 1950), « une certaine glissade monétaire intérieure et extérieure », et remarque que tout accroissement de production, non vendable à court terme sur le marché intérieur — en particulier à travers les dépenses militaires — augmente le risque d’un envol du niveau général des prix99. Les prix mondiaux de matières premières et de produits alimentaires de base croissent de trente pour cent, de l’été 1950 au printemps de 1951. Les exportations françaises progressent aussi fortement, tirées par les besoins américains : la part relative de la zone dollar croît de façon nette. Dans le court terme, ce mouvement contribue à améliorer la balance commerciale française, presque équilibrée à la jonction de 1950-51100. Le neuvième rapport semestriel de l’ECA se félicite de l’amélioration de la balance de l’OECE avec la zone dollar, grâce aux importations américaines, qui profitent surtout à l’Angleterre101. Mais ce ne peut être qu’un mouvement très conjoncturel. William Foster redoute, à terme, un accroissement des importations européennes du fait du réarmement, et une réduction du volume des marchandises exportées, à cause des besoins militaires. Le Washington Post signale, dès le mois d’août, que « le résultat net de la situation sera un élargissement du dollar gap et la fin des espoirs selon lesquels une aide en dollars ne sera plus nécessaire à la fin du Plan Marshall »102.

  • 103 La Commission des Investissements calcule une hausse, entre 1950 et 1951, des indices de prix de ma (...)
  • 104 Vincent Auriol, Journal..., op. cit, t. 4.

62Pour l’économie française, la poussée des exportations vers les États-Unis apparaît vite relativement aberrante, et, dès mars 1951, la hausse des prix français s’écarte de la tendance mondiale, en voie de stabilisation. Et la hausse rapide (entre un quart et un tiers, de 1950 à 1951) des prix des biens d’équipement dégonfle en volume les crédits d’investissements, déjà réduits en valeur sur ceux de l’année précédente103. Le gouvernement Pleven maîtrise d’autant moins la situation, que le climat politique est empoisonné par la perspective des élections législatives et les débats sur la réforme électorale, qui entraînent sa démission, le 28 février 1951. Le troisième et bref cabinet Queuille — reposant sur une combinaison voisine, avec Maurice Petsche, dont c’est le dernier séjour rue de Rivoli, avant sa disparition — est chargé de « durer » jusqu’à la date (rapprochée) du scrutin104. Pendant ce temps, la situation financière se dégrade. Malgré quelques ponctions fiscales, Maurice Petsche ne parvient pas à faire adopter des mesures d’équilibre financier.

2. Controverses au sujet de la contre-valeur

63D’autre part, avec le déclenchement de la guerre de Corée, le gouvernement français se trouve confronté à de nouvelles contraintes pour l’utilisation de la contre-valeur d’une aide, dont il est assuré qu’elle sera nettement réduite par rapport à 1950.

Les « nouveaux critères »

64Dès le début des hostilités en Corée, l’introduction de « nouveaux critères » vient doublement bousculer les postulats de Harvard qui, dans l’ensemble, convergeaient avec les préoccupations françaises, inspirées par le Plan, d’affecter la contre-valeur au financement des investissements productifs.

  • 105 MAE, d. cité, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 3814, 10 août 1950, 3 p.
  • 106 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 4824, 12 octobre 1950.
  • 107 Idem, dépêche citée ; cf. AEF, B. 16002, note pour le Ministre, de Pierre Grimanelli, n° 636, 5 sep (...)

65D’abord, en juillet 1950, William Foster — qui, en septembre, remplace Paul Hoffman, devenu Président de la Fondation Ford, à la tête de l’ECA — annonce officiellement l’abandon de la position hostile à l’égard de l’emploi des fonds de contre-valeur pour des dépenses de réarmement. Mais, d’autre part, l’ECA ne veut pas que les efforts accrus de réarmement ne réduisent le niveau de vie, « ce qui ferait le jeu de la propagande communiste »105. Ce souci, exprimé, on l’a vu, par l’ambassadeur David Bruce, est encore plus net, dans le cas de la France, où le PC est le plus puissant des pays de l’OECE. Henri Bonnet signale le remplacement de démocrates par des républicains à l’ECA comme autre facteur d’évolution. D’une manière générale, les nouveaux responsables de l’ECA emploient davantage la « manière forte » (New York Times, 8 octobre 1950) à l’égard des pays européens, en réduisant les fonds de contrepartie à la Grèce, en menaçant de le faire pour l’Italie, ou en refusant l’utilisation sollicitée par l’Angleterre106. Il semble qu’ils aient été impressionnés par les rapports défavorables, rédigés par des missions de syndicalistes américains, à leur retour d’Europe. En particulier, en France, ils déplorent le niveau de vie et le revenu trop bas de millions d’ouvriers, d’employés et de petits fonctionnaires, ainsi que les prélèvements fiscaux insuffisants sur certaines couches sociales dans le monde agricole ou des affaires. L’hebdomadaire CIO News qualifie la législation sociale française de rétrograde107. De plus, la Mission de l’ECA à Paris n’entretient plus des rapports aussi étroits qu’en 1948-49 avec les responsables français, en particulier à travers les bonnes relations Bruce-Monnet.

  • 108 Né en 1984, au barreau de Boston depuis 1924, il a eu un rôle important dans la discussion sur la c (...)

66Depuis le début de juin 1950, Barry Bingham a été remplacé par Henry Parkman, ancien assistant politique du peu francophile général Lucius Clay, avant d’être représentant des États-Unis à l’Autorité internationale de la Ruhr108.

L’ECA fait campagne pour les HLM

67Comme souvent, les responsables américains croient trouver une issue dans un projet simple, plus ou moins inspiré de la situation d’outre-Atlantique.

  • 109 FRUS, 1950, vol. III, p. 1434.
  • 110 Cf. supra, chapitre XXXV.
  • 111 FRUS, 1950, vol. III, p. 1434-5, Foster à Parman, 3 novembre 1950.
  • 112 Ibid.
  • 113 Ibid. ; ce n’est pas tout à fait l’analyse de Gérard Bossuat, art. cité.
  • 114 Ibid., p. 1445 ; souligné par nous.

68Dès le mois d’août, Timmons, l’adjoint de Parkman, suggère à Foster de débloquer la contre-valeur en francs à des projets d’habitations à bon marché pour la classe ouvrière109. On a vu que, lors des négociations de Washington, un représentant du Département d’État a exprimé le souhait de voir augmenter le chiffre de trente-cinq milliards, retenu par Maurice Petsche pour les HLM110. Au début de novembre, William Foster confirme à la Mission de Paris la nécessité de faire approuver un programme d’habitations à bon marché : « We believe that there is no question that US Government should encourage expansion French low-cost housing program in immediate future »111. Il n’ignore ni les difficultés, ni les arguments qui risquent d’être avancés du côté français, mais c’est, selon lui, le meilleur moyen de détourner la classe ouvrière du communisme, et de faire accepter les efforts de réarmement : « We feel, however, that there is an overriding necessity to build the will to resist Communist subversing among French industrial workers. The provision of tangible benefits to such workers in the form of housing will support this purpose »112. Il envisage l’utilisation minimale de cinquante milliards sur les fonds de contre-valeur de 1951 pour des projets d’habitation en liaison avec les besoins de réarmement, en commençant par la « ceinture rouge » de la banlieue parisienne113. Les responsables du Département d’État sont animés de préoccupations similaires. David Bruce, dans le tableau de la situation française au dernier trimestre 1950 qu’il brosse pour Dean Acheson, souligne le poids électoral du PCF, estimé à trente-deux pour cent des voix par un sondage de l’IFOP en août ( !). Il compte, parmi les facteurs d’explication, les succès remportés par la campagne en faveur de la paix et contre le réarmement allemand, mais aussi la hausse du coût de la vie : « If Communist potential voting strength actually failed to decline, it was probably do [due] in part to the relative success of the party’s « peace » line, but doubtless also due to the continuai, creeping advance in the cost of living »114.

Convergence sur les objectifs, divergence sur les modalités

69Les négociations de l’ECA avec Bernard de Margerie, secrétaire du SGCI, durent pendant tout l’hiver 1950-51, sur le montant et l’affectation : il n’est pas question d’accroître dans une telle proportion les crédits pour les HLM, car cela signifierait abandonner une partie des investissements productifs, pour lesquels était escompté l’apport de l’aide américaine, ou bien se résigner à l’inflation.

  • 115 AN, F60 fer 359, document SGCI 51/39, 16 janvier 1951.
  • 116 Exposé du 30 novembre 1951, in Pierre Mendès France,Œuvres..., op. cit, t. 2, p. 344.

70Dans une lettre à Parkman, Maurice Petsche signale que l’intérêt bien compris des deux pays est d’éviter l’inflation, « le plus sûr véhicule du communisme »115. C’est aussi la conviction de Pierre Mendès France : « Il y a vingt ans, les troubles monétaires (...) favorisaient le fascisme. Aujourd’hui, c’est plutôt le communisme qui en profite (...) Les pays où le communisme est puissant, l’Italie, la France, l’Espagne, la Grèce, sont les pays qui ont cédé plus ou moins à l’inflation. Les pays qui ont résisté à l’inflation, l’Angleterre, la Hollande, la Belgique, la Suisse, les pays Scandinaves, sont aussi ceux où il n’y a pas de communisme »116.

71Pour l’affectation, il est admis de procéder, comme en 1950, à travers une liste d’éligibilité globale.

  • 117 AEF, B. 18220, d. « aide américaine », cité par Bossuat, art. cité.
  • 118 Idem.
  • 119 Cf. AEF, B. 34135, d. « Plan Marshall ».
  • 120 Idem, lettre du SGCI au ministre des Finances, 30 avril 1951, 3 p.
  • 121 Idem, Margerie à Parkman, n° 334, s. d., 2 p.

72Dans une lettre du 17 mars à Petsche, Parkman donne les grandes orientations pour l’établissement de la liste, qui doit manifester « comme premier objectif de tirer du programme de contre-valeur le bénéfice psychologique maximum pour la réalisation de notre commun objectif de lutte contre le communisme »117. Il insiste particulièrement sur « l’amélioration de l’habitat ouvrier », afin de résorber « l’insatisfaction ouvrière », nuisible à l’effort d’armement. D’autre part, il ne faut pas compter sur des déblocages pour plus de 100 milliards de contre-valeur au premier semestre, en attendant le vote de l’annuité du Congrès, et l’affectation éventuelle à des dépenses militaires118. Le SGCI tient compte de ces orientations pour présenter la liste d’éligibilité : sont placés en tête les crédits de Reconstruction de la CAREC pour les habitations (qui sont distincts des crédits HLM), les hôpitaux et les écoles ; les entreprises nationales viennent en dernier. Le total, fixé à 184,6 milliards, risque d’excéder les possibilités de déblocage, d’où l’importance de l’ordre de présentation119. Bernard de Margerie précise à Maurice Petsche : « Les autorités américaines attachent une importance particulière aux deux premières rubriques »120. En fait, la pression américaine convergeait avec le souci, exprimé par les dirigeants français, dès le printemps de 1950, de revaloriser la Reconstruction par rapport à l’Équipement, à condition toutefois de ne pas se limiter aux seuls HLM. Et la construction de logements ouvriers est perçue comme le moyen de faciliter les transferts de main-d’œuvre rendus nécessaires par le développement des industries d’armement. Margerie rassure d’ailleurs le chef de la Mission de l’ECA sur cette convergence : « J’ai exposé à M. Timmons que le désir du gouvernement français était, dans toute la mesure du possible, de choisir, parmi les dépenses figurant au budget d’investissement et de reconstruction, celles qui présenteraient le caractère social le plus accentué, ou dont l’exécution contribuerait le plus efficacement à la lutte contre le communisme »121. A la fin d’avril, l’accord est conclu : il constitue la base de l’essentiel des déblocages de 1951, dernière année, dans les faits, du Plan Marshall. À l’été, le Congrès vote le Programme de Sécurité mutuelle, promulgué par Harry Truman, le 10 octobre 1951. Il est confié à l’Administration de Sécurité mutuelle (MSA), qui remplace l’ECA, le 1er janvier 1952, et assure la fin de la gestion de l’aide Marshall (arrêtée, comme prévu, au 30 juin 1952, après quatre années d’application). Mais, en réalité, depuis l’été 1951, l’aide devient surtout militaire, même si elle est mêlée à l’aide économique. La France n’échappe pas à la règle.

  • 122 La contre-valeur en volume se présente ainsi (en milliards de francs 1949) :
    — 1950 : 168 milliards (...)
  • 123 Cf. supra, chapitre XXXIII.

73Ainsi, outre à la réduction quantitative de l’aide en 1951 — de l’ordre de près de quarante pour cent en volume, par rapport à 1950 — les autorités françaises ont dû s’ajuster aux transformations qualitatives de l’affectation de la contre-valeur, la CAREC se retrouvant à égalité avec le FME en 1951122. Cela n’était pas conforme aux prévisions des services français, lors des débats de la fin de 1950. Il fallait trouver des ressources complémentaires pour le FME, en particulier pour les crédits des entreprises nationales, pratiquement négligées par les déblocages, contrairement à la situation de 1949-50 : la France ne reçoit que 113 milliards de contre-valeur utilisée à des fins civiles, qui n’épuisent pas même les cinq premières rubriques123.

74Ces mutations dans le volume et dans l’utilisation des francs Marshall contribuent, pour une grande part, au tournant de 1951, quant au poids de l’État dans le financement des investissements.

3. Les investissements : la rupture de 1951

75L’année 1951 marque — on l’a évoqué — une triple rupture, par rapport à la période de stabilisation 1949-50.

Une triple rupture

76La rupture intervient à la fois dans les modes de financement, le contenu et l’intensité de l’effort d’investissements.

  • 124 Cf. figure, supra, chapitre XXXIV.
  • 125 Cf. IVeRapport de la Commission des Investissements, SEF. 1952, p. 71.
  • 126 Cf. Ibid., p. 78.
  • 127 Cf. figure supra, chapitre XXXIV.
  • 128 Cf. Rapport sur les comptes provisoires de la Nation — 1951-1952, SEF 1953, p. 37.

77Tout d’abord, l’année 1951 marque une régression à la fois absolue (en francs constants) et relative (en pourcentage des dépenses publiques) des fonds publics consacrés aux investissements : le décrochement est net par rapport à 1950 (année déjà légèrement en retrait, par rapport à l’apogée de 1949)124. De manière relative, la chute est forte, si l’on prend la part réservée aux investissements économiques (avec ou sans la Reconstruction) dans la loi de Finances, qui reflète, avant l’exercice, les choix gouvernementaux, éclairés par la Commission des Investissements et sanctionnés par le Parlement. Elle est moindre, si l’on se réfère aux charges effectives de Trésorerie, témoignage de la réalité de l’effort public : les versements effectués par le Trésor ont été supérieurs aux crédits votés, grâce à l’utilisation de reports de l’année précédente, qui atténue ainsi doublement le contraste125. Parallèlement, la part, dans le total des investissements, des entreprises nationales et du secteur public, régresse par rapport au secteur privé, et, en particulier, aux investissements immobiliers ou industriels126. Et, au sein même des investissements sur fonds publics, le poids relatif des Quatre diminue127. Enfin, la fraction du produit national consacré à l’investissement (FBCF/ PNB) fléchit par rapport à 1950128.

  • 129 Cf. Ibid., p. 36.

78Les deux premières évolutions résultent à la fois — on l’a vu — des effets de dépenses accrues pour le réarmement et de recettes amoindries pour l’aide extérieure, ainsi que de contraintes nouvelles pour son utilisation. Et, sans le freinage des investissements sur fonds publics, la seconde évolution aurait été encore plus nette. On pourrait interpréter l’évolution de la troisième variable en la confrontant à celle des deux premières, et en inférer que le moindre effort de l’État pour l’investissement aurait entraîné aussi celui de la Nation. En fait, la part des investissements (rapportés au PNB) ne régresse que légèrement par rapport à 1950 et leur volume progresse nettement129. Ainsi, le retrait relatif du financement public n’a pas entraîné un ralentissement sensible des investissements.

Marasme du marché financier et poussée de l’autofinancement

  • 130 Quatrième rapport de la Commission des Investissements, SEF 1952, p. 73.
  • 131 AEF, B. 16023, note de Pierre Grimanelli, n° 2 bis, 3 janvier 1951.

79Cela ne signifie pas pour autant une « reprise des modes traditionnels de financement des investissements »130. Le marché financier reste profondément déprimé. Les responsables de l’économie s’en inquiètent. Pierre Grimanelli signale que, depuis 1946, « les craintes concernant le pouvoir d’achat de la monnaie ont diminué très sensiblement le volume des titres à revenus fixes émis chaque année sur le marché »131.

  • 132 Idem.
  • 133 Idem.
  • 134 Rapport sur les Comptes de la Nation pour 1951, SEF 1953, p. 228. Quatrième Rapport..., op. cit., p (...)
  • 135 Rapport sur les Comptes de la Nation pour 1951, SEF, p. 190.
  • 136 Ibid., p. 226.
  • 137 Quatrième Rapport..., op. cit., p. 79.

80Quant aux actions, mieux préservées pendant un temps, grâce à des distributions gratuites après réévaluation de bilan, elles subissent aussi une désaffection progressive, que le directeur des Programmes interprète ainsi : « Tout se passe comme si l’épargnant attachait maintenant autant d’importance aux risques généraux qu’aux risques proprement monétaires »132. Les crédits bancaires à moyen terme, consentis en fonction des possibilités du marché monétaire — situés hors plafond, et donc réescomptables de manière facile à la Banque de France — ne représentent qu’une fraction modeste du total : « Les banques jugent non sans raison qu’elles ne peuvent s’engager à trop long terme et prendre de risques disproportionnés avec le caractère d’exigibilité immédiate de leurs ressources »133. C’est donc l’autofinancement — des entreprises nationales et surtout des entreprises privées — très fortement accru par rapport à 1950, qui compense, et au-delà, notamment pour la construction de logements, la rétraction des fonds publics : il dépasse quarante pour cent du total des investissements réalises134. Pour les comptables nationaux, cet accroissement reflète à la fois des données structurelles — la distorsion très forte dans les branches de l’économie française entre prix de revient les plus hauts et les plus bas — et l’effet de la relance inflationniste à la fin de 1950, qui pousse les prix de vente, du fait d’une concurrence insuffisante, à s’aligner sur ceux des entreprises dont les prix de revient sont les plus élevés135. Autrement dit, le retrait relatif du financement public s’accompagne d’une croissance de l’« épargne forcée privée », laissant les investissements soumis aux mécanismes du marché à un niveau très bas136. Et les perspectives du réarmement, la relance de la production et la reprise de l’inflation ont suscité des anticipations favorables, mais de manière peu sélective, d’où le caractère spéculatif ou peu utile de certains de ces investissements137.

Pour une « débudgétisation » qui soit relayée

81Les responsables des finances et de l’économie les plus soucieux d’expansion (aux Finances, au Plan ou à l’Économie nationale) considèrent — on l’a vu — le financement public des investissements privés comme un mécanisme supplétif.

  • 138 AEF, B. 16023, note citée.
  • 139 Idem.
  • 140 Idem, note n° 684, novembre 1951.

82Mais, du fait des réductions importantes des crédits d’investissements du FME pour les activités privées, ils s’inquiètent pour leur équipement, car l’amélioration de la productivité — nécessaire, si l’effort de réarmement ne doit pas entraîner un abaissement du niveau de vie — exige des transformations, qui ne peuvent s’effectuer seulement par l’autofinancement. Pour Pierre Grimanelli — présenté parfois comme un « dirigiste », du fait de son passé d’intendant aux Affaires économiques sous Vichy et de collaborateur de Gaston Cusin à l’Économie nationale en 1945-46 — le rétablissement du marché financier ne peut se faire qu’à longue échéance, et ce type de financement relève des banques d’affaires : « Il s’agit donc de recourir le moins possible à une intervention étatique dans le secteur privé et d’obtenir une coopération aussi large que possible des banques d’affaires »138. Il propose, en vain, du fait de l’hostilité de la Banque de France, d’allonger à dix ans les crédits à moyen terme, puis de créer un Fonds de Prêts et de Garantie (sous une forme privée, avec participation des établissements publics) « capable d’apporter son concours aux banques en partageant le risque et les profits avec elles »139. Il ajoute, quelques mois plus tard : « Considérant que la « débudgétisation » de la plus grande part possible des dépenses d’investissements est souhaitable dans la mesure où le financement privé peut réaliser les objectifs prévus, la direction des Programmes a recherché une solution en utilisant le système bancaire »140.

IV. LA DISCORDANCE FRANÇAISE ET LES DÉSILLUSIONS (AOÛT 1951-FÉVRIER 1952)

83Les élections de juin 1951 ne clarifient pas la situation parlementaire. Le glissement vers la droite et la résurrection de la querelle scolaire laissent pratiquement la France sans majorité jusqu’en mars 1952. Ou plutôt le second gouvernement Pleven, constitué le 8 août, est tiraillé entre deux majorités virtuelles, celle de la Troisième Force (incluant la SFIO), ou celle de centre-droit (avec le soutien de la droite et de certains gaullistes). Les conditions ne sont guère réunies pour enrayer l’évolution discordante de l’économie française par rapport à la conjoncture internationale.

1. La discordance de l’été : la relance de l’inflation

84Après trois années de direction des finances et de l’économie par l’équipe Petsche-Faure, René Mayer retrouve la rue de Rivoli, et, de surcroît, le titre de Vice-Président du Conseil. Or, la situation économique et financière, par certains traits, s’apparente davantage à celle qu’il a connue en 1947-48, qu’à celle de la période de stabilisation de 1949-50.

Facteurs « structurels » et conjoncturels

85En juillet 1951, les effets du boom coréen sur la conjoncture mondiale sont en voie d’être amortis, notamment par l’arrêt de la constitution des stocks stratégiques.

86Mais alors que les prix mondiaux des matières premières tendent à s’orienter à la baisse, les prix français poursuivent leur hausse.

  • 141 SEF, 1952, Supplément statistiques n° 18, p. 175. L’indice pour les industries de biens d’équipemen (...)

87C’est à propos de l’année 1951 que la Commission des Comptes de la Nation (instituée par le décret du 18 février 1952, sous le gouvernement Edgar Faure) élabore, en juin 1952, les premières analyses sur les phénomènes tenant à la « structure de l’économie », et empêchant l’ajustement de l’offre et de la demande, qui se trouvent à l’origine de l’inflation française discordante. Parmi ces facteurs « structurels », est notée la « rigidité de l’offre et de la demande », traduite notamment par l’insuffisance des transferts d’activité, qui auraient dû se manifester vers les industries d’équipement, par les décalages entre les branches à expansion et celles où la demande a été la plus forte (les industries d’équipement n’ayant pas bénéficié de la plus grande progression), par la « force des systèmes de protection et d’autoprotection » permettant de maintenir les prix, ainsi que par le poids de l’appareil de distribution, qui empêche, au stade de la vente, les baisses de prix, sensibles à la fin de 1951 dans certains secteurs en surproduction141. La Commission reprend ainsi les premières analyses de la Commission du Bilan et les travaux du SEEF, alors en développement. Sur ces phénomènes structurels d’une économie marquée par la rigidité des marchés et de la main-d’œuvre, ainsi que par l’insuffisance de la concurrence intérieure et extérieure, se greffent des décisions, qui apparaissent comme des accélérateurs de l’inflation.

  • 142 Cf. Claude Gruson, Origine..., op. cit., p. 96.
  • 143 Edgar Faure, Mémoires, op. cit., t. 1, p. 328.

88Dès le mois de septembre, le gouvernement Pleven augmente le SMIG de quinze pour cent : les salaires, dont le retard est net en 1950, sont revalorisés de treize pour cent en moyenne, anticipant désormais sur la hausse des prix142. Parallèlement, les prix encore contrôlés et certains tarifs sont réajustés : le blé de près de quarante pour cent, le charbon et l’acier de plus de vingt pour cent, les chemins de fer. « Faute impardonnable », selon Edgar Faure, alors hôte de la place Vendôme143.

Le décalage Administration-gouvernement

89Ces décisions sont prises en partie contre l’avis des fonctionnaires de l’Économie nationale ou des Finances.

  • 144 AEF, B. 16023, note pour le Ministre, n° 532, 24 août 1951, 4 p.
  • 145 Idem.
  • 146 Idem.

90Dès le mois d’août, Pierre Grimanelli signale que la hausse des prix aurait « les plus graves répercussions » sur les exportations, non pas tant celles de produits bruts ou de semi-produits, largement consenties dans des accords commerciaux, mais celles de produits finis, « qui constituent les bases durables de notre commerce extérieur »144. Et ceci d’autant plus que la concurrence est redevenue très vive et que, en particulier, « la question des prix domine actuellement le marché américain »145. Il dénonce également l’« illusion du rattrapage » dans toute décision d’accroissement du salaire nominal, et rappelle que la hausse réelle du pouvoir d’achat de la masse des revenus salariaux ne peut pas croître plus vite que la productivité moyenne. Une action sur les éléments commandant la répartition du Revenu national (fiscalité, réglementation du travail, crédit...) pourrait en revanche exercer une influence sur le salaire réel. Mais une augmentation des salaires nominaux est « une tromperie vis-à-vis des salariés à qui on fait espérer un avantage illusoire et une malhonnêteté vis-à-vis des victimes réelles de l’inflation (...) une mesure générale équivaut à une dévaluation. Aucune raison économique ou sociale ne la justifie. Elle ne peut que nous déconsidérer dans les pays étrangers où les notions économiques les plus simples ne sont pas ignorées »146.

  • 147 Louis Franck, 697..., op. cit., p. 103-104.
  • 148 Interview (Institut Pierre Renouvin, 8 décembre 1986).
  • 149 AEF, B. 16023, note n° 151, 18 février 1951, 7 p.
  • 150 Idem, note n° 98, 31 janvier 1951, 2 p.
  • 151 Idem.

91De son côté, Louis Franck considère que « René Mayer ne craignit pas de couvrir de son autorité une des décisions, à mon avis les plus néfastes de notre vie économique des années cinquante, quand il accepta, contre tous nos avis, que le prix du blé fût au total majoré de 40 % »147. Guillaume Guindey évoque aussi le « débordement démagogique » de l’automne 1951148. Cependant, au-delà de la plus ou moins grande « convertibilité » des dirigeants d’alors, les hausses depuis l’été 1950 se sont opérées de manière très désordonnée, avec des décalages difficiles à contenir, notamment dans le cas du blé, et une réduction du pouvoir d’achat des salaires : or, leur réajustement constitue le prix du soutien (sans participation) socialiste. Et les « phénomènes structurels » évoqués auraient, en toute hypothèse, entraîné des perturbations, du fait de la rapidité d’accroissement de la demande. De plus, l’État ne dispose plus, à cette date, de moyens de contrôle efficace de la répartition et de la consommation. Malgré la constitution à Washington, sur proposition française, de Comités de Produits — analogues aux anciens Combined Boards — pour la répartition internationale de cinquante-deux « matières rares », la France ne prend qu’une mesure générale (pour le cuivre), et que quelques mesures partielles (pour des métaux et certains produits sidérurgiques) de restriction. Comme l’indique Pierre Grimanelli, en février 1951 : « Aller plus loin nécessite une réadaptation de la structure administrative et professionnelle et souvent la remise en place d’organismes de répartition »149. Aussi bien pour le contrôle des stocks que les interdictions d’emploi, cela impliquerait la mise en place d’une répartition autoritaire jusqu’au dernier consommateur industriel. M. Dufau-Perès, Inspecteur de l’Économie nationale et ancien intendant des Affaires économiques sous Vichy, propose bien le retour à l’organisation de Bichelonne de 1943 ( !). Mais à l’Économie nationale, Pierre Grimanelli, héritier de la direction de la Répartition, souligne les profondes différences avec 1943, notamment le degré et la nature des pénuries, ainsi que la « notion de coopération atlantique très large substituée à la notion d’autarcie et de collaboration » ; il ajoute que la répartition des matières premières n’est qu’un « pis-aller provisoire »150. Il recommande de prendre seulement quelques mesures pour certaines matières rares, qui soient « suffisantes pour éviter le retour à une répartition autoritaire, dont on sait que les inconvénients ne sont compensés par les avantages qu’au-delà d’un certain degré de pénurie »151.

92À la grande inflation d’après guerre, amplifiée par l’appareil « dirigiste » de l’État, succède une seconde phase, alimentée par les décisions gouvernementales, et surtout par les « rigidités » anticoncurrentielles, issues non plus des contrôles étatiques, mais des structures de la production et de la distribution, dénoncées peu après par les comptables nationaux.

2. La fin du rêve de la « viabilité » pour 1952 et le retour au bilatéralisme

93On sait que le raisonnement, inlassablement défendu par Jean Monnet dès 1946 à propos du Plan (et étendu à l’ensemble de l’OECE en 1948), consistait à envisager le retour à la « viabilité » de l’économie française pour 1952, terme à la fois du Plan Monnet et du Plan Marshall, qui devaient fournir les moyens matériels et financiers de ce « répit ». Or, au second semestre de 1951, cet espoir s’évanouit. La discordance de la situation de la France en matière d’inflation rejaillit sur sa position internationale.

L’inversion de la position commerciale et financière de la France (avril 1951)

94Au début de septembre 1951, René Mayer se rend à Washington, pour débattre de l’aide américaine — désormais largement militaire — et à Ottawa, au Conseil Atlantique. Là, à l’initiative de la France, un Comité de Sages — dirigé par Jean Monnet, Averell Harriman et Edwin Powell — est chargé, à partir de questionnaires transmis aux États membres de l’OTAN, d’évaluer les ajustements entre les besoins militaires de l’Alliance et les capacités économiques et financières. La Réponse française au questionnaire, transmise au début de novembre 1951, présente dans les archives de René Mayer, donne des indications précises sur la position internationale de la France.

  • 152 AN, 363 AP 20 (Papiers René Mayer), d. 1, s. d. « Questionnaire des Sages », Réponse française au q (...)
  • 153 Idem.

95Jusqu’au début de l’année 1951, la situation de la balance commerciale de la France s’améliore — le taux de couverture en 1950 atteint près de quatre-vingt-sept pour cent. Mais la dégradation, en particulier avec la zone dollar, s’amorce au début de 1951, et se précipite à partir d’avril. En juillet-août, la couverture dépasse à peine soixante pour cent. Les commandes américaines s’effondrent aussi brutalement qu’elles ont gonflé à l’automne précédent : ainsi, les demandes de produits sidérurgiques français n’atteignent plus, en juillet 1951, que le cinquième de leur niveau de novembre 1950. La discordance inflationniste joue à plein, car les commandes aux sidérurgies britannique, belge ou allemande ne fléchissent pas152. Les réserves en dollars, substantielles au premier trimestre, se sont « volatilisées en quatre mois »153. Les termes de l’échange se dégradent à partir du second trimestre, ce qui exige un surcroît de dépenses pour plus de 400 millions de dollars. En outre, comme aux heures noires d’avant 1949, les importations de charbon américain reprennent, du fait de la part accrue réservée par l’Allemagne et l’Angleterre à ses besoins intérieurs. De plus, la récolte de blé est insuffisante, et les importations de matières premières progressent, du fait de l’expansion : à cela s’ajoutent une défiance à l’égard du franc, une poussée du dollar sur le marché parallèle, ainsi que des transferts de devises à l’étranger, à travers des décalages accrus entre livraisons et paiements.

  • 154 Idem.

96Parallèlement, la France qui dispose d’une position créditrice ascendante dans l’UEP jusqu’en avril 1951 — du fait notamment d’un profond déficit allemand — redevient débitrice à partir d’octobre, au point que le quota de 520 millions de dollars menace d’être insuffisant. Le gouvernement français affirme avoir loyalement appliqué, au 15 avril 1951, la libération de soixante-quinze pour cent du volume de ses importations de 1948, suivant la décision de l’OECE. Il déclare, pour le Comité des Sages, avoir cru « agir dans l’intérêt de la communauté atlantique en poursuivant sa politique d’importation pour un programme permettant un rythme d’activité nécessaire à un important effort de défense (...) bien qu’aucune assurance n’ait pu lui être donnée sur le montant de l’aide économique américaine »154.

  • 155 Edgar Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1 p. 329.

97Selon les Mémoires de son successeur, René Pleven, (ainsi que René Mayer) aurait alors traité avec un « excès de révérence » les institutions internationales et aurait dû, dès octobre 1951, suspendre les étapes dans la libération des échanges et invoquer les clauses dérogatoires de l’UEP : « Ils avaient acquis l’un et l’autre une formation internationale. Ils avaient sucé « le lait de la louve américaine ». Le libre-échangisme était pour eux un dogme »155.

98L’inflation française discordante et l’aggravation de la situation des paiements extérieurs vont conduire les dirigeants français à revenir sur leurs premiers pas (timides) en direction de la libération des échanges.

La CECA, expérience isolée et à contre-courant

99Grâce à son discours du 7 décembre 1951, René Mayer obtient, le 13, la ratification du Traité de la CECA (Communauté européenne du Charbon et de l’Acier), signé en avril 1951 après plusieurs mois de négociations, sous la houlette de Jean Monnet et des responsables du Plan. Or, non seulement la CECA ne sert pas d’exemple pour d’autres produits, mais la France doit faire machine arrière dans la voie de la libération des échanges.

  • 156 Cf. Gérard Bossuat, « La politique française de libération des échanges en Europe et le plan Schuma (...)
  • 157 Cf. Alan S. Milward, The Reconstruction..., op. cit., p. 201 et suiv.
  • 158 JM, AMG 22/4/2, observations des ministres (Le Fonds AMG à Lausanne est consacré au Plan Schuman) ; (...)

100L’originalité du projet de Monnet est triple : organiser un marché unique préférentiel pour le charbon et l’acier (par la suppression des contingents, tarifs et doubles prix), mettre en place une Haute Autorité supranationale et obtenir des garanties contre les cartels, notamment allemands. Cependant, ses orientations se heurtent à des réticences nationales et internationales. En France même, on a vu que, aux Finances, les réserves sont grandes sur les perspectives de régulation supranationale tracées par le Commissaire au Plan. Malgré l’échec, en 1950, de la proposition Petsche, déjà formulée en 1949, de l’adoption par l’OECE d’une liste commune de libération et d’une Banque européenne d’Investissements, c’est sur ce terrain que la rue de Rivoli escompte faire porter ses efforts, mais sans résultats156. Les débats à l’OECE s’enlisent. La mise en place de la CECA y est accueillie avec hostilité par les Britanniques, et son extension éventuelle est regardée avec scepticisme même par certains de ses membres (Benelux), méfiants à l’égard de ce qu’ils perçoivent comme un dirigisme supranational157. Dès la fin de 1950, Jean Monnet sait que la réussite future du Plan Schuman — pour lequel il a du mal à vaincre les méfiances des sidérurgistes et de certains ministres français — dépend de son caractère limité158.

  • 159 Cf. JM, AMG 26/2/45.
  • 160 Cf. R.T. Griffiths et Alan Milward, The European Agricultural Community 1948-1954, EUI Papers, 2/86 (...)
  • 161 Cf. Ibid.

101Il est toutefois un domaine où la CECA semble, en 1950, avoir valeur d’exemple : l’agriculture. Dès son arrivée au ministère de l’Agriculture, à la fin de 1947, Pierre Pflimlin a été l’un des meilleurs soutiens du Plan. Dans son souci de trouver des débouchés pour l’agriculture française, destinée à être exportatrice, il profite de l’opportunité de l’annonce du Plan Schuman, pour tenter de créer une Communauté Agricole, sur le modèle de la future CECA159. Mais Jean Monnet ne souhaite pas une proposition prématurée, propre à compromettre le Plan Schuman, recommande des institutions analogues et la participation des mêmes pays160. En septembre 1950, des groupes de travail sont mis sur pied. Parallèlement, l’Assemblée de Strasbourg retient le « Plan Charpentier », inspiré du Plan Schuman pour l’agriculture. En mars 1951, Pierre Pflimlin présente un projet de Pool vert au Conseil de l’Europe, limité au blé, au vin, au sucre et aux produits laitiers. Mais lors d’une conférence préparatoire, à Paris, en mars 1952, le principe d’une autorité supranationale n’est pas retenu. Et tous les États membres de l’OECE y sont invités : or, Londres est notoirement hostile. Les débats devaient s’enliser les années suivantes, malgré les contacts pris avec Sicco Mansholt et l’implication de certains responsables de la rue de Martignac161.

102Ainsi, à moyen terme, la CECA ne sert pas de modèle de libération des échanges. Elle apparaît comme une construction limitée et atypique, miraculeusement échappée à une conjoncture de fermeture pour la France. La Haute Autorité et Jean Monnet ne s’installent à Luxembourg que le 10 août 1952 et le marché commun n’est effectivement mis en place qu’en 1953, soit après la fin du Premier Plan, dont la réalisation s’est effectuée dans un marché français protégé.

La suspension de la libération des échanges (février 1952)

  • 162 AEF, B 16023, P. Grimanelli, note pour le Ministre, n° 729, 5 décembre 1951, 5 p.

103Indépendemment de la libération des échanges, les responsables français se montrent aussi réservés que lors des négociations du Finebel sur l’abaissement des tarifs douaniers, malgré la mise en cause, au sein du GATT, en 1951, des tarifs français, jugés trop hauts, en particulier par les Américains et le Benelux. Et cependant, alors que la balance commerciale se dégrade, le 19 septembre 1951, Pierre Pflimlin, alors ministre du Commerce et des Relations économiques extérieures, présente, au nom de la délégation française au GATT, la proposition d’un abaissement général des tarifs, de trente pour cent en trois ans — avec possibilité d’application pour les seuls pays fortement industrialisés. En fait, il s’agit d’une manœuvre, qui parvient à faire retirer par le Benelux sa proposition antérieure de résorber la disparité des seuls tarifs européens : « Un tel élargissement avait paru nécessaire d’abord pour éviter que s’instituât entre les pays « dits à tarifs bas » et les pays « dits à tarifs élevés » (...) un dialogue où ces derniers auraient fait figure d’accusés »162. La tentative reste sans lendemain.

  • 163 Edgar Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1 p. 377.
  • 164 Interview cité.

104Avec l’aggravation du déficit commercial à l’hiver 1951-52 — du fait de la surévaluation du franc, rançon de la discordance française — Edgar Faure, devenu président du Conseil après la chute de René Pleven sur ses projets d’économies sur la Sécurité sociale et la SNCF, est contraint d’employer, en février 1952, la « méthode chirurgicale » : la France suspend la libération des échanges et son membership de l’UEP163. La France retrouve le chemin des contingents et du bilatéralisme. C’était, selon Guillaume Guindey « la fin du résultat de plusieurs années de travail »164. L’économie française retrouve, sans l’avoir jamais abandonné, le chemin de la fermeture, sauf pour le charbon et l’acier.

V. L’ACHÈVEMENT DU PLAN MONNET MALGRÉ ANTOINE PINAY (MARS-DÉCEMBRE 1952)

105L’arrivée d’Antoine Pinay à Matignon au début de mars 1952 marque une certaine rupture du point de vue des orientations de la direction de l’économie et des finances, notamment en matière de prix et de fiscalité. Cependant, malgré les intentions proclamées et les mesures effectives d’abattements ou de blocages des crédits d’investissements, on constate que les opérations du Plan Monnet sont bien trop engagées pour être gravement atteintes.

1. L’équipe Pinay

  • 165 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit., p. 170.

106Nombreux sont les auteurs à avoir souligné les méthodes nouvelles de l’homme au chapeau rond et les appels directs à l’opinion de cette « vedette soudaine »165.

Continuité de l’équipe gouvernementale

107Cependant, il n’innove guère quant à la composition de son gouvernement, fondé comme celui d’Edgar Faure sur le MRP, les radicaux, l’UDSR et les indépendants et paysans. Le glissement vers la droite se confirme : le président du Conseil — le premier depuis la Libération à avoir voté les pleins pouvoirs à Philippe Pétain en 1940 et avoir été membre (non assidu, il est vrai) du Conseil national de Vichy — bénéficie du soutien partiel du RPF. Les radicaux sont dotés de portefeuilles importants, dont Henri Queuille, maintenu à la vice-présidence du Conseil, et André Morice aux Travaux publics. Antoine Pinay se réserve pour lui-même le domaine économique et financier, s’attribuant le portefeuille des Finances, dont dépendent les deux secrétariats d’État : l’Économie nationale, confiée à l’« inoffensif » (Louis Franck) Tony-Révillon, et le Budget, à Jean Moreau, un chocolatier de l’Yonne.

Un cabinet de « revanchards » (François Bloch-Lainé) ?166

  • 166 Ibid.
  • 167 Interview de Raymond Arasse (Paris, 12 décembre 1986).
  • 168 Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 114.
  • 169 Ibid, p. 114-116.
  • 170 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit., p. 170.
  • 171 François Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 119.
  • 172 Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 113.

108Antoine Pinay s’appuie sur les collaborateurs habituels de ses précédents cabinets, notamment aux Travaux publics. Son chef de cabinet, Raymond Arasse, vient de la direction des Prix, après avoir été secrétaire général de la coordination des Affaires économiques en Afrique du Nord pendant la guerre167. Mais, selon Louis Franck, « un seul homme comptait réellement dans ce cabinet, c’était M. Yrissou »..., les autres semblant « de calibre modeste »168. Henri Yrissou, directeur de cabinet, qui a été intendant des Affaires économiques à Vichy, apparaît comme l’un des principaux concepteurs du programme économique et financier, avec l’entourage de Marcel Boussac169. La plupart des témoignages convergent pour souligner combien les relations furent aigres entre les experts des Finances et les membres du cabinet. Pour le directeur du Trésor d’alors, ces derniers font figure de « premiers revenants de l’avant-guerre et de Vichy, avec des revanches à prendre en contrant les nouveaux courants »170. Ils auraient laissé filtrer auprès de la presse des confidences sur des pseudo-dialogues, dans lesquels le président du Conseil aurait dénoncé « les fonctionnaires fiscalo-dirigistes »171. Allergie des experts à l’égard de « revanchards » ? Sans doute. Mais aussi « dédain à peine dissimulé » pour des hommes qui négligent de consulter les responsables de l’Administration pour élaborer le programme de gouvernement172. En outre, les principales orientations, intérieures et internationales, de ce programme heurtent certains des experts, et non des moindres.

Des principes austéro-protecteurs

  • 173 Cf. Sylvie Guillaume, « Antoine Pinay : un destin national », thèse de doctorat d’État soutenue à B (...)

109Les grandes lignes directrices de la direction de l’économie et des finances sous Antoine Pinay ont été étudiées173.

  • 174 Interview cité de Guillaume Guindey (Institut Pierre Renouvin, 8 décembre 1986).
  • 175 Ibid.

110En matière de politique monétaire et financière internationale, le rejet de la dévaluation représente pour Antoine Pinay et pour Marcel Boussac (qui aurait contribué à faire tomber Edgar Faure sur cette question) un véritable « article de foi » (Guillaume Guindey)174. L’arrêt dans la marche à la libération des échanges, décidé par Edgar Faure, se trouve ainsi confirmé et ne peut que décevoir le groupe austéro-libéral des Finances, réuni autour de Guillaume Guindey, lui-même alors partisan d’une dévaluation de dix à quinze pour cent. D’après ce dernier, la France a, de ce fait, maintenu à partir de 1952 (et jusqu’en 1958) un mauvais taux de change, la surévaluation du franc entravant la reprise de la libération des échanges, et, plus généralement, l’insertion de la France dans les échanges et les règlements internationaux, c’est-à-dire la « symbiose » libérale bénéfique175.

111Comme en 1935, les « hexagonaux » ou les austéro-protecteurs l’emportaient sur les austéro-libéraux.

Stabilisation, confiance et détente fiscale

  • 176 Cité in Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 113.
  • 177 Sylvie Guillaume, Antoine Pinay..., op. cit., p. 81 et suiv.

112À l’intérieur, le programme financier appliqué par Antoine Pinay consiste, on le sait, « à mettre la France au régime », mais par la pause dans la politique d’alourdissement fiscal, en particulier pour financer les investissements : « Le financement des investissements doit se faire au rythme même de la reconstitution de l’épargne », aime-t-il à répéter176. Dans son souci de choisir « la confiance de l’épargne française » plutôt que l’aggravation des prélèvements, il décide l’amnistie fiscale, contre l’avis de François Bloch-Lainé — cette divergence conduit ce dernier pour partie à quitter la direction du Trésor lors de la chute du gouvernement. De même, l’emprunt, assorti de ses exemptions fiscales, est accueilli par les réserves de plusieurs experts, dont Roger Gœtze. Et François Bloch-Lainé se prête par devoir à la simulation d’une réussite éclatante, dont on sait que, dans les faits, elle ne rapporta que 45 % du total des souscriptions en argent frais177.

La stabilisation des prix : de l’« incantation » au blocage

  • 178 Interview cité de Louis Franck (Neuilly, 10 novembre 1986).
  • 179 Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 123.

113Il est un domaine toutefois où le président du Conseil établit des relations confiantes avec la direction spécialisée de la rue de Rivoli : la politique des prix. Dans les faits, il a mêlé persuasion et autorité. Dans un premier temps, « Antoine Pinay pensait obtenir des résultats par incantation »178. Au cours des premières semaines, il compte sur la persuasion (confortée par le renversement conjoncturel) pour obtenir des baisses volontaires, grâce à l’appui précieux de certains dirigeants d’organisations professionnelles ou d’entreprises comme M. Laguionie, tout-puissant président du Printemps. Il les complète par le gel des prix des services publics, de l’industrie lourde et du blé. Mais la conviction ne peut suffire et, en septembre, Antoine Pinay propose lui-même le blocage des prix « le plus complet, le plus absolu... » que connut Louis Franck pendant les quinze années (1947-1962) où il fut à la tête de la direction des Prix : « ... il frappa même, circonstance inouïe, les prix agricoles à la production »179.

  • 180 Interview cité.

114Si la politique financière de confiance, d’appel à l’épargne et de détente fiscale était destinée à satisfaire les classes moyennes des petits et moyens producteurs, il n’était pas question de ménager les paysans, « qui, confiait Antoine Pinay, ne paient pas la taxe »180. Et, le 8 juillet, le Gouvernement a cru avoir atteint une stabilisation suffisante pour faire voter le projet d’échelle mobile du SMIG (déjà approuvé sous Edgar Faure par la seule Assemblée nationale), avec des garanties et une marge suffisantes (révision seulement si le seuil de 149,1 est dépassé par l’indice mensuel des prix, qui se situe lors du vote de la loi à 142,3 ; augmentation du seul SMIG ; écart minimal de quatre mois entre deux majorations successives).

  • 181 Claude Gruson, Origine et espoirs..., op. cit., p. 107.

115Au total, on sait, en particulier grâce à Claude Gruson, que la direction de l’économie et des finances sous Antoine Pinay se résume à une politique de détente fiscale, marquée par un important déficit budgétaire (de plus de trois milliards), somme toute « une politique keynésienne »181. Encore faut-il mesurer son impact sur la réalisation des investissements du Plan.

2. Les investissements de 1952 et l’achèvement du Plan Monnet

116Le scénario annuel déjà analysé des réductions successives des crédits d’investissements se répète pour la préparation de l’année 1952, mais, cette fois-ci, s’étale sur près d’un an.

La « comœdia » de 1951-52182

  • 182 François Bloch-Lainé in François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit., p. 17 (...)
  • 183 Source : AEF, B. 33509, d. « préparation des investissements 1952 ».

117Le tableau ci-après montre les dégonflements successifs apportés au total des crédits d’investissements pour 1952 (en milliards de francs courants), avant l’arrivée d’Antoine Pinay à Matignon183.

  • 184 AEF, B. 42269, p.-v. de la séance du 4 juin 1951 de la Commission des Investissements.

118Dès avril 1951, un groupe de travail de la Commission des Investissements rassemble les demandes de crédits d’investissements pour 1952. Le gouvernement d’alors (Maurice Petsche se trouve encore aux Finances) réclame une « réduction sensible » de cette somme, afin de présenter un ensemble budgétaire équilibré aux Assemblées184. L’exécution du programme de réarmement exigeait déjà un nouvel effort fiscal qui ne pouvait être accru, et le Trésor ne pouvait raisonnablement se procurer plus de 400 milliards par l’emprunt. En conséquence, le gouvernement demande un abattement d’environ 260 milliards sur l’ensemble des crédits (Équipement des Services publics ; Reconstruction ; Investissements économiques et sociaux).

  • 185 AEF, B. 33509, d. cité, s. d. « Notes du Plan », Lettre de Jean Monnet au ministre des Finances, 2 (...)

119Le 2 août 1951, Jean Monnet et ses services présentent un total de l’ordre de 580 milliards (en baisse de soixante-dix milliards sur les demandes initiales) et, tout en manifestant son souci des contraintes financières du réarmement et de la stabilisation monétaire, prononce un vibrant éloge des dépenses d’équipement : « ... étant le fondement de toute l’activité économique du pays, elles [ces dépenses] le sont par là même des recettes fiscales (...) les dépenses d’investissements, loin d’être coûteuses pour les finances publiques, leur sont, au contraire, profitables »185.

  • 186 Idem, lettre citée.

120Sur l’ensemble des travaux ainsi financés, le Commissaire au Plan estime que les chiffres qu’il propose reflètent la ventilation suivante186 :

  • 187 Cf. également Pierre Massé, Aléas et progrès..., op. cit., p. 101 et suiv. ; et J. F. Picard et ali (...)

121Parmi les opérations annuelles, il signale les travaux pour le transport et la distribution d’électricité ainsi que les installations fixes de la SNCF, particulièrement touchées par les abattements de 1951. Les opérations nouvelles se limitent pour l’essentiel à l’engagement d’un programme électrique nouveau — pour lequel les installations thermiques, moins coûteuses, seraient privilégiées — réclamé par la direction de l’EDF, soutenue par le ministère de l’Industrie. L’une et l’autre soulignent avec force la nécessité de cette décision, afin d’éviter à l’horizon de 1955 une insuffisance grave de production électrique, compte tenu d’un rythme de croissance annuelle de la consommation de l’ordre de 7 % l’an187.

  • 188 AEF, B. 33509, d. cité, s. d. « Équilibre général », Rapport de Roger Goetze à Maurice Petsche, 12 (...)
  • 189 Idem, s. d. « Rapport du Groupe Central », Rapport du Groupe central, octobre 1951, 15 p.
  • 190 Idem, s. d. « Notes du Plan », projet de lettre de Jean Monnet à René Mayer, 15 novembre 1951, 2 p.

122Face à ces demandes, le directeur du Budget, Roger Gœtze, considère que les calculs du Plan surestiment la part des opérations anciennes. Il propose en conséquence d’abaisser le total des crédits à 470 milliards, envisageant un désengagement des fonds publics pour les investissements des industries du secteur privé188. Finalement, un groupe de travail de la Commission des Investissements est constitué et placé sous la présidence de Paul Delouvrier. Il propose une répartition des crédits pour un total de 500 milliards, tout en signalant que ces chiffres présentent une « insuffisance » de l’ordre de cinquante-deux milliards189. Jean-Paul Delcourt pour le Plan et Jean Monnet lui-même réclament une revalorisation de l’ordre de cinquante milliards et rejettent la mise au conditionnel (sous réserve de l’apport d’emprunts) de certains investissements. Jean Monnet rédige une lettre pour René Mayer, où il calcule que l’effort d’investissements risque ainsi d’être inférieur à celui de 1951190.

  • 191 Cf. IVe Rapport de la Commission des Investissements, p. 107 et suiv.

123Finalement, les crédits votés dans la loi du 5 janvier 1952 s’élèvent à 392 milliards, auxquels doivent s’ajouter 85 milliards d’emprunts autorisés pour les entreprises nationales. Sous réserve de l’obtention des ressources d’emprunts, les chiffres ne s’éloignent guère des arbitrages du groupe Delouvrier. Bien que supérieurs en valeur nominale de 10 % par rapport aux crédits de 1951, leur volume risque d’être inférieur. Cependant, de nombreux reports de 1951 (notamment pour l’Agriculture) permettent d’escompter la poursuite de la plupart des opérations anciennes, le lancement de programmes nouveaux pour les cokeries (dans la perspective de l’ouverture de la CECA) et pour la production électrique. Les abattements principaux portent sur les travaux annuels : distribution électrique, équipement gazier, installations fixes de la SNCF...191.

124Cependant, lorsque Antoine Pinay est investi, le budget n’est toujours pas adopté, faute d’un vote sur les recettes. L’occasion est alors donnée d’opérer une nouvelle compression des crédits d’investissements.

  • 192 AEF, B. 33509, d. cité, s. d. « Abattements-février 1952 », Lettre de Jean Monnet à Antoine Pinay, (...)
  • 193 Idem, lettre citée.

125Jean Monnet, dès le 8 mars 1952, envoie une lettre et une note au président du Conseil, dans lesquelles il démontre que, depuis 1948, les dépenses d’investissements « n’ont jamais été financées par l’impôt », puisqu’elles l’ont été par l’épargnant français et le contribuable... américain192. Il indique que... « si depuis 1947, notre revenu national a pu progresser de 30 % et notre production industrielle de 50 %, c’est au développement et à la modernisation des ressources de base (énergie, acier, transports), que nous le devons ». Tout en insistant sur l’importance des plus-values fiscales issues de l’accroissement de la production, il conclut sur « la nécessité d’assurer la continuité de la politique d’investissements productifs »193. Cela n’empêche pas le président du Conseil de faire porter les principaux abattements et blocages de crédits sur les investissements productifs et la reconstruction (cf. tableau infra, p. 1313).

  • 194 VeRapport de la Commission des Investissements, p. 23-24.

126Cependant, les 85 milliards d’emprunts complémentaires autorisés sont maintenus et il existe environ trente-six milliards de reports de crédits budgétaires. Ainsi, les concours directs ou indirects du Trésor se montent à plus de 450 milliards pour l’année 1952. Du point de vue économique, cela permet la poursuite des programmes en cours et le report sur le Deuxième Plan des opérations nouvelles, à l’exception d’une partie du programme électrique nouveau, de travaux pour les cokeries et l’équipement agricole. La répartition des abattements a respecté les mêmes priorités194. Une fois encore, la « logique de l’amont » a fonctionné. Ainsi, 1952 marque un palier dans l’effort d’investissement, qui se trouve ainsi maintenu, en volume de travaux, au niveau de 1951 (lui-même ayant marqué un ralentissement par rapport à 1950), avec toutefois une régression du financement public direct, compensé par une certaine reprise de l’appel à l’épargne, y compris pour le secteur nationalisé.

La réalisation du Plan Monnet à son terme de 1952

127Si l’on souhaite se prêter au jeu, quelque peu vain — la conjoncture nationale et internationale ayant été largement bouleversée, à la fois dans un sens favorable et défavorable depuis cette date — entre les prévisions du Plan de 1946 et des réalisations, encore faut-il prendre quelques précautions.

  • 195 Pierre Mendès France, Paris-Normandie, 6 janvier 1953, in Œuvres..., op. cit, t. II, p. 409.
  • 196 Idem, p. 343 et 357 ; cf. également Olivier Feiertag, « Pierre Mendès France, acteur et témoin de l (...)

128Pierre Mendès France formule, à ce sujet, à l’aube de l’année 1953, deux remarques pertinentes de méthode. Il récuse le mode de calcul (repris d’ailleurs par la plupart des auteurs jusqu’à aujourd’hui), qui consiste à établir les pourcentages de réalisation des différentes productions de 1952 par rapport aux objectifs fixés en 1946. Tout d’abord, les objectifs de 1946 étaient définis pour l’année 1950. On a déjà signalé cette translation de deux années, opérée en 1948-49. D’autre part, il est plus cohérent de mesurer la part de l’accroissement effectif en pourcentage de celui qui était escompté (ainsi, le passage d’une industrie de l’indice 100 à 110, alors qu’on prévoyait 120, représente une réussite à 50 % et non à 92 %)195. L’ancien ministre de l’Économie nationale se montre fort sévère (voire excessivement critique dans son cours professé à l’ENA, en 1950) à l’égard du Plan Monnet : à la fin de 1951, il évoque son « échec relatif » et, au début de 1952, il parle d’une réussite de l’ordre de 50 %196.

129Il est vrai que, en 1950, les objectifs des secteurs de base sont, à l’exception des carburants, imparfaitement (électricité, acier), voire très médiocrement atteints.

130En 1952, les objectifs, remaniés le plus souvent à la baisse (en 1948-1949), apparaissent mieux approchés, à l’exception des moyens de production agricole (tracteurs et engrais), ou même des charbonnages et du ciment, dont les objectifs de 1946 pour 1950 ont été forternents réduits en 1948 pour 1952 (cf. tableau page suivante).

131Si l’on associe les pourcentages de réalisation de la production et des investissements, on constate la place défavorable (doublement) des charbonnages, et celle des engrais azotés et du machinisme agricole (surtout pour la production) (cf. tableau infra, p. 1314).

LA RÉALISATION DU PLAN MONNET (secteurs de base de 1946)

LA RÉALISATION DU PLAN MONNET (secteurs de base de 1946)

Sources : Rapport sur le premier Plan, novembre 1946 ; Annuaire statistique de la France, 1961 ; JM, AMF 0/1/2, memorandum VERGEOT.

Avancement des dépenses d’investissement

Avancement des dépenses d’investissement

Source : Fondation Jean Monnet, AMF 0/1/2, p. 96.

  • 197 F. Picard et alii, Histoire(s) de l’EDF, op. cit.
  • 198 Cf. Philippe Mioche, « Planification et industrie du pétrole 1946-1952 », Colloque « La modernisati (...)
  • 199 Jean-Paul Thuillier, « Les houillères du Nord - Pas-de-Calais 1944-1952 », Colloque « La modernisat (...)
  • 200 Cf. Philippe Mioche et Michel Margairaz in De Monnet à Massé..., op. cit., p. 127 et suiv. et J. Pa (...)

132Mais il est malaisé d’apprécier quelle a pu être la part du Plan dans les résultats, qu’ils soient satisfaisants ou non. Dans quelle mesure ne reflètent-ils pas des contraintes et des dynamismes propres à la branche, indépendamment du Plan, ou entérinés par lui ? Cas extrême, l’EDF, où, dans un marché en croissance et sans concurrence, l’entreprise nationale tire parti d’un important financement public et d’une étroite connivence ses dirigeants et ceux de la rue de Martignac : « une symbiose réussie »197. A l’autre pôle, dans les carburants, on atteint des reccords de production par rapport aux objectifs, mais le Plan n’y prend guère de part, même lorsque, en 1949, ils deviennent « activité de base »198. Pour les charbonnages, malgré le financement public massif, le Plan révise assez vite en baisse les objectifs, devant la concurrence des autres sources d’énergie. À partir de 1949-50, il tend à s’effacer pour laisser œuvrer l’Industrie et les Finances199. Les dirigeants des firmes sidérurgiques ont joué la carte du Plan, parce qu’elle leur ouvrait le financement public d’investissements nécessaires, et facilitait l’équipement des deux « trains à bande » d’origine américaine. Mais la renaissance du marché financier va distendre des liens, en fait conjoncturels200.

  • 201 Cf. Dominique Barjot in De Monnet à Massé, op. cit., p. 159 et suiv. ainsi que sa thèse de doctorat (...)

133Cas voisin pour les Travaux publics, branche à structure peu concurrentielle. Le patronat attend surtout du Plan l’assurance de programmes pluriannuels de travaux201.

134Pour toutes ces branches, à forte intensité capitalistique, le Plan apportait soit l’assurance d’un financement public utile, soit la garantie d’une croissance durable, soit parfois les deux. Le succès du Plan ne se mesure pas à l’aune de son emprise directe sur les branches. Mais, bien plutôt, par un état d’esprit antimalthusien que ses dirigeants souhaitaient voir se répandre et par des procédures souples de concertation avec les représentants de l’État.

135Au total, ce sont les secteurs de base de 1946 — surtout l’énergie, les transports (soit les quatre entreprises nationales) et l’acier — qui ont reçu la majeure part des crédits d’investissements. Les autres industries ont recueilli moins de 12 % du total et même l’agriculture (pourtant partiellement secteur de base) à peine plus de 18 %.

136Ainsi, les industries de transformation (sans parler du logement) ont été laissées de côté. Les priorités définies en 1946 et les programmes lancés à cette date (ce qui exclut l’agriculture) ont été les mieux pourvus. Les velléités de diversification, apparues en 1948, se sont heurtées à l’érosion récurrente des crédits proposés par le Plan. Et la « viabilité » de l’économie française, à travers l’équilibre de la balance des paiements, apparaît encore hors d’atteinte.

  • 202 CGP, Cinq ans d’exécution du pian de modernisation et d’équipement de l’Union française, Lettre d’e (...)
  • 203 Ibid., lettre citée.

137Au moment de quitter le Commissariat au Plan, Jean Monnet, dans sa préface au rapport d’août 1952, sur les « cinq ans d’exécution du Plan... », précise que le dilemme « modernisation ou décadence » demeure, et formule, à l’adresse d’Antoine Pinay, un vœu, en guise de testament : « Que soit assurée dans la vie économique, financière et administrative française la continuité des investissements productifs »202. Il affirme notamment que le plan suivant ne doit pas se présenter comme un second, mais « comme la nouvelle étape d’un effort continu »203. En quittant la rue de Martignac pour rejoindre Luxembourg et la CECA, Jean Monnet prenait position pour la continuité du Plan. Mais le plan Monnet n’apparaît-il pas comme un cas singulier par rapport à ses héritiers ?

3. Un Plan atypique ?

  • 204 Cf. Le Capitalisme..., op. cit., p. 363.

138Alors que Jean Monnet, à la fois satisfait de son action passée et manifestement inquiet pour l’avenir de la modernisation, quitte la rue de Martignac, on est en droit de s’interroger sur le fait de savoir s’il a mis en place le « prototype de la planification », comme l’avance Richard F. Kuisel204.

Une quadruple continuité

139Au-delà de ses résultats, certains des traits de la procédure de planification ont été sans doute durablement fixés dès le premier Plan. On peut en retenir quatre principaux.

140Tout d’abord, son rôle de prévision macro-économique. Cette fonction ne fait d’ailleurs que s’accroître, parallèlement au développement de la Comptabilité nationale, que le CGP a contribué à faire naître, mais hors de la rue de Martignac.

141Ensuite, la démarche d’élaboration du Plan, appuyée sur la concertation sociale au sein des commissions de modernisation (même si celle-ci n’a pas été toujours aussi harmonieuse que ne le laissait espérer l’expression d’« économie concertée », chère à l’équipe de Jean Monnet).

142Également, le caractère d’outsider institutionnel. Le CGP demeure un organe léger, bien que le nombre des planificateurs comme des personnalités associées de près ou de loin à l’élaboration du Plan se soit alourdi au fil des ans. Et surtout, il se situe en marge des administrations traditionnelles — mais avec l’appui de l’exécutif — selon les perspectives fixées dès 1946.

143Enfin, le CGP conserve, avec plus ou moins d’efficacité, un rôle pédagogique d’exhortation et d’incitation à la modernisation, catalysant les efforts des responsables de la puissance publique comme de ceux des affaires privées.

Une quadruple originalité irréductible

144En revanche, dans quatre domaines, le Plan Monnet s’affirme par des traits spécifiques, qui empêchent de l’instituer comme point de comparaison, voir comme modèle pour les plans suivants.

145En premier lieu, les objectifs du premier Plan sont apparus comme très simples, voire simplistes, puisque, dans les faits, ils ont consisté à arbitrer en faveur des six « activités de base » définies en 1946 (et pas même de toutes, comme on l’a vu avec les difficultés de financement de modernisation de l’agriculture). Les priorités effectives ont été d’autant plus élémentaires que les efforts de diversification tentés en 1948-49 ont été largement déçus, du fait des réductions de crédits dont ils ont fait les frais. De plus, ces objectifs ne posaient pas problème et faisaient l’objet d’un assez large consensus (qui survit à la fracture de 1947) du fait de l’importance des besoins de la reconstruction en matière d’énergie, de transports ou d’acier. L’ampleur de la demande pour ces branches s’imposait, même sans l’existence d’un plan institutionnellement défini.

146Second aspect, la défaillance conjoncturelle du marché financier et du système bancaire a entraîné le gonflement, perçu comme transitoire par les planificateurs eux-mêmes, du financement public. Ainsi, l’État s’est trouvé dans une position qu’il n’a plus occupé de manière aussi dominante ensuite : il pouvait d’autant mieux conduire le rythme d’équipement qu’il était à la fois actionnaire de nombreuses entreprises d’activités de base et banquier de toutes les autres. De plus, les ressources de ce financement public provenaient pour une part décisive de la contrepartie de l’aide Marshall, véritable manne gratuite d’une générosité inégalée avant ou après la période 1948-1952.

147Le troisième trait tient à la personnalité du premier commissaire général. Son emprise sur la politique économique et financière dans son ensemble n’a jamais été atteinte par ses successeurs (si ce n’est par Pierre Massé, à l’orée des années soixante) et, en particulier, son aptitude à souffler aux gouvernants d’alors (Blum en 1946, Bidault en 1947, Mayer en 1948, Schuman, puis Pleven en 1950) des « Plans » qui, bien que revêtus des noms de ces derniers, n’en étaient pas moins, pour une large part, autant de plans Monnet. Il disposait de la (rarissime) particularité de se trouver, grâce à son réseau d’amitiés en France et surtout à l’étranger, à un triple carrefour : celui de la politique nationale et internationale, de la définition des objectifs économiques et de la sollicitation des moyens financiers, du dialogue entre partenaires sociaux et représentants de la puissance publique.

148Enfin, une étude récente, que nous avons menée en compagnie d’Henry Rousso (à partir d’une analyse de données portant sur des variables individuelles de 432 responsables des commissions de modernisation du Ier au IXe Plan), montre que les responsables du « type Monnet » se distinguent assez clairement de ceux des plans suivants.

149Ils ont en commun avec leurs successeurs d’être très largement marqués par le « triangle d’or » de la formation : École Polytechnique, ingénieurs des Mines et des Ponts. Cette triple formation se trouve près du point de rencontre des deux premiers axes factoriels issus de l’analyse portant sur les caractères individuels des responsables du premier plan, signe qu’elle n’est pas discriminante. Une formation commune rapproche des hommes issus de l’Administration comme de l’entreprise. D’une manière plus générale, le Plan Monnet marque l’ère des ingénieurs, et leur apogée sur les quatre décennies de planification (cf. figures, supra, page précédente). Il est vrai qu’à cette époque l’ENA n’apparaît pas comme formation, ce qui fausse quelque peu l’analyse.

150C’est également le moment où culmine la part des représentants des ministères techniques engagés dans la Reconstruction, notamment l’Industrie (avec 26 % des responsables des commissions). Ensuite, d’autres experts, plus différenciés, prendront le relais. Mais c’est surtout le moment où le Plan s’est le moins écarté du rôle, affirmé par Jean Monnet, d’organisateur du consensus social. C’est le seul Plan où le poids de l’entreprise ait été substantiel : fréquence maximale des entrepreneurs privés (13 %, contre 7 % sur l’ensemble des neuf plans), des cadres syndicaux (13 % contre 8 %) ou de ceux dont le profil de carrière est de type « marchand » (32 % contre 20 %), ou avec une dominante du secteur privé (33 % contre 13 %) (cf. figures, infra).

151Ainsi, sur la parabole des neuf plans (issue de l’analyse des données croisant variables individuelles et le numéro du plan), le Premier Plan se manifeste comme le seul proche des variables « entreprise privée », « dominante privée », ou « dominante marchand », quant aux profils de carrière des responsables (cf. figure, infra).

152Les plans suivants font beaucoup plus figure d’« affaire d’État », avec le gonflement de la part des hauts fonctionnaires et le recul des entrepreneurs ou des syndicalistes. Le Plan Monnet, non sans paradoxe (si l’on s’en tient à certaines analyses), est le moins étatiste de tous, pour ce qui est du choix des responsables des commissions de modernisation.

153Tout en fixant pour plusieurs décennies les traits de la planification « à la française », le plan Monnet se caractérise par des traits tributaires à la fois de la conjoncture économique, du contexte socio-politique national et international et de l’autorité de son principal responsable. En ce sens, il semble assez largement atypique et ne peut servir de point de référence, tant il est vrai que ses successeurs (à l’exception peut être du IVe Plan) ont eu un impact beaucoup plus limité sur la direction de l’économie et des finances.

Figures 17 – LES RESPONSABLES DES COMMISSIONS DE MODERNISATION DU Ier AU IXe PLAN

Figures 17 – LES RESPONSABLES DES COMMISSIONS DE MODERNISATION DU Ier AU IXe PLAN

(Source : Henry ROUSSO, Michel MARGAIRAZ in Planifications en crise, op. cit. p. 20 et suiv.)

Figure 18 – UN PLAN ATYPIQUE ?

Figure 18 – UN PLAN ATYPIQUE ?

La parabole des plans

Notes

1 MAE, B.9.6, d. « 49 bis — Plan Marhall — 1950 », dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 3462, 20 juillet 1950, 10 p.

2 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 2906, 23 juillet, 10 p.

3 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 2982, 3 août 1950, 5 p.

4 AEF, B. 16022, note de Pierre Grimanelli au ministre, 3 mai 1950, 3 p. ; il signale le passage des demandes d’emploi non satisfaites de 119 000 au 1er septembre 1949, à 173 000 en février 1950.

5 Idem, note de Pierre Grimanelli, n° 270, 18 avril 1950, 6 p.

6 Idem.

7 Idem.

8 Idem, souligné par nous.

9 Idem, note citée.

10 Idem, note de Pierre Grimanelli, n° 296, 27 avril 1950, 5 p.

11 Idem, note citée (cf. page précédente).

12 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 6 avril 1950 de la Commission des Investissements, 9 p. ; souligné par nous.

13 AEF, B. 33508, d. « préparation des investissements 1951 », note du ministre des Finances au commissaire général au Plan, 21 avril 1950, 2 p.

14 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 24 juillet 1950 de la Commission des Investissements, 11 p.

15 AEF, B. 33508, d. cité, note pour le président du Conseil sur la fixation des crédits d’investissements, 21 octobre 1950, 8 p.

16 Edgar Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1, p. 288.

17 AEF, B. 33508, d. cité, AGEFI, 26 juillet 1950.

18 Idem.

19 Idem.

20 Idem.

21 Idem, doc. cité.

22 Louis Franck, 697..., op. cit., p. 96.

23 Edgard Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1, p. 289-290.

24 Ibid., p. 332.

25 FRUS, 1950, vol. III, p. 1384, Bruce à Acheson, télégramme n° 564, secret, 1er septembre 1950.

26 Ibid., p. 1386 ; traduit et souligné par nous.

27 Ibid., p. 1386.

28 Ibid., p. 1386.

29 AEF, B. 33508, d. « Budget 1951 », p.-v. de la réunion du 1er août chez M. Petsche, 1 p. Le détail des 700 milliards, par rapport aux 965 milliards demandés, se présente ainsi :
Image 1.jpg

30 AEF, B. 33508, d. « préparation... », note de Edgar Faure, citée.

31 AEF, B. 33508, d. « Budget 1951 », une note manuscrite de François Bloch-Lainé présente ainsi l’équilibre général pour 1951 (en milliards de francs courants) :
Image 2.jpg

32 FRUS, 1950, vol. III, p. 1386.
Edgar Faure affirme dans ses Mémoires (p. 297) que Maurice Petsche jugeait ces demandes utopiques.

33 JM, AMF 18/1/1, lettre au président du Conseil et au ministre des Finances, 8 août 1950, 4 p.

34 Idem, lettre citée.

35 Idem.

36 Idem, souligné par nous.

37 AEF, B 16022, note de Pierre Grimanelli, n° 698, 20 septembre 1950, 13 p.

38 Idem, note citée.

39 Idem, note citée.

40 Idem, note de Pierre Grimanelli, n° 770, 27 octobre 1950, 9 p.

41 AEF, B 33508, d. cité, note du directeur du Budget pour le ministre des Finances, 2 septembre 1950, 10 p.. Il limite Reconstruction + Équipement à 675 milliards.

42 AEF, B 33508, d. cité, note du directeur du Budget pour le ministre des Finances, 2 septembre 1950, 10 p.. Il limite Reconstruction + Équipement à 675 milliards.

43 Idem, d. « Secrétariat de la Commission des Investissements », note du secrétariat de la Commission, 5 septembre 1950, 14 p. Du fait des abattements, CDF devra arrêter dix-neuf « grands ensembles » sur soixante et EDF arrêter les travaux de Roselend.

44 Idem, d. « Budget 1951 », note pour le Ministre, 16 septembre 1950, 10 p. ; reproduite in François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, op. cit, p. 323.

45 Idem, d. cité, note pour le ministre, s. d., 13 p.

46 Idem, note citée. Le Conseil des ministres du 20 septembre parle de 580 milliards de dépenses militaires.

47 Idem, note citée.

48 Idem.

49 Idem.

50 Les charges retenues se ventilent ainsi (respectant les 350 milliards pour le FME, réclamés par F. Bloch-Lainé), à l’intérieur des 700 milliards :
Image 3.jpg
Cf. AEF, B. 16022, note de la direction des programmes, n° 776.

51 Troisième rapport de la Commission des Investissements, SEF 1951, p. 65 et 66.

52 Ibid.

53 FRUS, 1950, vol. III, p. 1390, Bruce à Acheson, secret, n° 1397, 16 septembre 1950 ; traduit et souligné par nous.

54 Ibid., p. 1391-1394, mémorandum des conversations franco-américaines du 23 septembre 1950.

55 Ibid., p. 1394.

56 Ibid., p. 1393.

57 Il existe également, dans les archives de Jean Monnet à Lausanne, un fonds « Plan Pleven ».

58 Cf. FRUS, 1950, vol. III, p. 1396 à 1432.

59 Ibid., p. 1402, traduit par nous.

60 Ibid., p. 1403.

61 Ibid., p. 1406.

62 Ibid., p. 1407.

63 Ibid., p. 1416, Bonsai à Acheson, confidentiel, n° 2041, 16 octobre 1950, t.p.n.

64 Ibid, p. 1417.

65 Ibid., p. 1418, c. r. de la troisième réunion ministérielle franco-américaine.

66 Cf. AEF, B. 16022, note de la direction des programmes, n° 776, 31 octobre 1950. La ventilation des 660 milliards se présente ainsi (en milliards de francs) :
Image 4.jpg
Au retour de Washington, Maurice Petsche et Edgar Faure ont donc réduit les crédits pour l’Équipement et accru ceux de la Reconstruction.

67 Idem, note citée.

68 Idem, note citée.

69 AEF, B. 33508, d. « préparation de la loi des finances 1951 », note pour M. Calvet, 24 octobre 1950, 5 p.

70 Idem, lettre de Jean Monnet, 1er novembre 1950 ; on trouve également ce document dans JM, AMF 18/1/2.

71 Idem, lettre citée.

72 Cf. AEF, B. 16022, note n° 777, 3 novembre 1950, 1 p.

73 Idem, note n° 776, citée.

74 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 6 novembre 1950 de la Commission des Investissements, 17 p.

75 Idem.

76 AEF, B. 33508, d. cité, P. Grimanelli, Rapport à la Commission des Investissements, 11 novembre 1950, p. 6 ; souligné dans le texte. Ce raisonnement est largement repris dans le Troisième rapport de la Commission des Investissements, 1951, p. 139.

77 Idem,

78 Idem.

79 AEF, B. 42268, p.-v. de la séance du 14 novembre 1950 de la Commission des Investissements.

80 Idem.

81 Idem.

82 AEF, B. 33508, d. cité. Lettre du ministre de l’Industrie au ministre des Finances, 16 novembre 1950, 2 p.

83 Cf. F. Picart et alii, Histoire(s) d’EDF, op. cit ; Pierre Massé, Aléas..., op. cit ; François Bloch Lainé. Jean Bouvier, la France... op. cit.

84 AEF, B. 42268, p.-v. cité.

85 AEF, B. 33508, d. « Budget des investissements », J. P. Delcourt, 16 novembre 1950, 1 p.

86 Idem, lettre de Jean Monnet à Maurice Petsche, 17 novembre 1950 ; document présent également dans JM, AMF 18/1/3.

87 Idem, projet de communication au Conseil des ministres sur le budget des investissements, 20 novembre 1950, 7 p.

88 Edgar Faure, Mémoires,... op. cit, p. 299.

89 Ibid.

90 JM, AMF 18/1/18, note sur les dépenses du FME en 1951, 7 p.

91 Idem.

92 Idem.

93 AEF, B. 18253, note de Pierre Grimanelli, 13 décembre 1950, 2 p.

94 Idem.

95 Idem, lettre du président de la Chambre de commerce au ministre des Finances, 22 décembre 1950, 2 p.

96 JM, AMF 18/1/4, lettre de Jean Monnet au ministre du Budget et au directeur général des Impôts, 23 février 1951, 3 p.

97 AEF, B. 16022, note pour le ministre, n° 884, 12 décembre 1950, 1 p.

98 SEF, Supplément statistiques, n° 18, 1953, Rapport sur les Comptes de la Nation des années 1951 et 1952, p. 174.

99 AEF, B. 16022, note n° 741, 17 octobre 1950, 3 p.

100 AEF, B. 16022, note n° 741, 17 octobre 1950, 3 p.

101 MAE, B.9.6 ; d. « 50 - Plan Marshall », dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 5064, 20 novembre 1950.

102 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 3814, 10 août 1950.

103 La Commission des Investissements calcule une hausse, entre 1950 et 1951, des indices de prix de matériel d’outillage de 24 % et de 33 % pour ceux du génie civil et bâtiment.

104 Vincent Auriol, Journal..., op. cit, t. 4.

105 MAE, d. cité, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 3814, 10 août 1950, 3 p.

106 Idem, dépêche de Henri Bonnet, Washington, n° 4824, 12 octobre 1950.

107 Idem, dépêche citée ; cf. AEF, B. 16002, note pour le Ministre, de Pierre Grimanelli, n° 636, 5 septembre 1950, 2 p.

108 Né en 1984, au barreau de Boston depuis 1924, il a eu un rôle important dans la discussion sur la constitution de la RFA.

109 FRUS, 1950, vol. III, p. 1434.

110 Cf. supra, chapitre XXXV.

111 FRUS, 1950, vol. III, p. 1434-5, Foster à Parman, 3 novembre 1950.

112 Ibid.

113 Ibid. ; ce n’est pas tout à fait l’analyse de Gérard Bossuat, art. cité.

114 Ibid., p. 1445 ; souligné par nous.

115 AN, F60 fer 359, document SGCI 51/39, 16 janvier 1951.

116 Exposé du 30 novembre 1951, in Pierre Mendès France,Œuvres..., op. cit, t. 2, p. 344.

117 AEF, B. 18220, d. « aide américaine », cité par Bossuat, art. cité.

118 Idem.

119 Cf. AEF, B. 34135, d. « Plan Marshall ».

120 Idem, lettre du SGCI au ministre des Finances, 30 avril 1951, 3 p.

121 Idem, Margerie à Parkman, n° 334, s. d., 2 p.

122 La contre-valeur en volume se présente ainsi (en milliards de francs 1949) :
— 1950 : 168 milliards de francs 1949 ;
— 1951 : 107 milliards de francs 1949.

123 Cf. supra, chapitre XXXIII.

124 Cf. figure, supra, chapitre XXXIV.

125 Cf. IVe Rapport de la Commission des Investissements, SEF. 1952, p. 71.

126 Cf. Ibid., p. 78.

127 Cf. figure supra, chapitre XXXIV.

128 Cf. Rapport sur les comptes provisoires de la Nation — 1951-1952, SEF 1953, p. 37.

129 Cf. Ibid., p. 36.

130 Quatrième rapport de la Commission des Investissements, SEF 1952, p. 73.

131 AEF, B. 16023, note de Pierre Grimanelli, n° 2 bis, 3 janvier 1951.

132 Idem.

133 Idem.

134 Rapport sur les Comptes de la Nation pour 1951, SEF 1953, p. 228. Quatrième Rapport..., op. cit., p. 76.

135 Rapport sur les Comptes de la Nation pour 1951, SEF, p. 190.

136 Ibid., p. 226.

137 Quatrième Rapport..., op. cit., p. 79.

138 AEF, B. 16023, note citée.

139 Idem.

140 Idem, note n° 684, novembre 1951.

141 SEF, 1952, Supplément statistiques n° 18, p. 175. L’indice pour les industries de biens d’équipement est à 106, contre 112 pour celles des biens de consommation.

142 Cf. Claude Gruson, Origine..., op. cit., p. 96.

143 Edgar Faure, Mémoires, op. cit., t. 1, p. 328.

144 AEF, B. 16023, note pour le Ministre, n° 532, 24 août 1951, 4 p.

145 Idem.

146 Idem.

147 Louis Franck, 697..., op. cit., p. 103-104.

148 Interview (Institut Pierre Renouvin, 8 décembre 1986).

149 AEF, B. 16023, note n° 151, 18 février 1951, 7 p.

150 Idem, note n° 98, 31 janvier 1951, 2 p.

151 Idem.

152 AN, 363 AP 20 (Papiers René Mayer), d. 1, s. d. « Questionnaire des Sages », Réponse française au questionnaire, secret, novembre 1951, partie II, 34 p. La couverture est de 81 % pour le premier semestre 1951, de 64 % pour juillet-août ; cf. également AEF, B. 16023, note de Pierre Grimanelli, n° 532, citée.

153 Idem.

154 Idem.

155 Edgar Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1 p. 329.

156 Cf. Gérard Bossuat, « La politique française de libération des échanges en Europe et le plan Schuman (1950-1951) », contribution au colloque organisé par le groupe de Liaison des Historiens auprès des Communautés à Aix-La-Chapelle en mai 1986, édité par H. Schwabe.

157 Cf. Alan S. Milward, The Reconstruction..., op. cit., p. 201 et suiv.

158 JM, AMG 22/4/2, observations des ministres (Le Fonds AMG à Lausanne est consacré au Plan Schuman) ; cf. également AN. 81 AJ 155, plusieurs notes du Commissariat au Plan.

159 Cf. JM, AMG 26/2/45.

160 Cf. R.T. Griffiths et Alan Milward, The European Agricultural Community 1948-1954, EUI Papers, 2/86, Florence.

161 Cf. Ibid.

162 AEF, B 16023, P. Grimanelli, note pour le Ministre, n° 729, 5 décembre 1951, 5 p.

163 Edgar Faure, Mémoires..., op. cit., t. 1 p. 377.

164 Interview cité.

165 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit., p. 170.

166 Ibid.

167 Interview de Raymond Arasse (Paris, 12 décembre 1986).

168 Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 114.

169 Ibid, p. 114-116.

170 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit., p. 170.

171 François Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 119.

172 Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 113.

173 Cf. Sylvie Guillaume, « Antoine Pinay : un destin national », thèse de doctorat d’État soutenue à Bordeaux le 13 octobre 1981, largement reprise dans l’ouvrage intitulé Antoine Pinay ou la confiance en politique, Paris, 1984, 231 p.

174 Interview cité de Guillaume Guindey (Institut Pierre Renouvin, 8 décembre 1986).

175 Ibid.

176 Cité in Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 113.

177 Sylvie Guillaume, Antoine Pinay..., op. cit., p. 81 et suiv.

178 Interview cité de Louis Franck (Neuilly, 10 novembre 1986).

179 Louis Franck, 697 ministres..., op. cit., p. 123.

180 Interview cité.

181 Claude Gruson, Origine et espoirs..., op. cit., p. 107.

182 François Bloch-Lainé in François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit., p. 171.

183 Source : AEF, B. 33509, d. « préparation des investissements 1952 ».

184 AEF, B. 42269, p.-v. de la séance du 4 juin 1951 de la Commission des Investissements.

185 AEF, B. 33509, d. cité, s. d. « Notes du Plan », Lettre de Jean Monnet au ministre des Finances, 2 août 1951, 2 p. Ce document se trouve également dans JM, AMF 18/2/1 (daté du 6 août 1951).

186 Idem, lettre citée.

187 Cf. également Pierre Massé, Aléas et progrès..., op. cit., p. 101 et suiv. ; et J. F. Picard et alii, Histoire(s) d’EDF, Paris, 1986.

188 AEF, B. 33509, d. cité, s. d. « Équilibre général », Rapport de Roger Goetze à Maurice Petsche, 12 juillet 1951, 60 p.

189 Idem, s. d. « Rapport du Groupe Central », Rapport du Groupe central, octobre 1951, 15 p.

190 Idem, s. d. « Notes du Plan », projet de lettre de Jean Monnet à René Mayer, 15 novembre 1951, 2 p.

191 Cf. IVe Rapport de la Commission des Investissements, p. 107 et suiv.

192 AEF, B. 33509, d. cité, s. d. « Abattements-février 1952 », Lettre de Jean Monnet à Antoine Pinay, 9 mars 1952, 2 p. et note, 9 p. La note est reproduite dans François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit., p. 325 et suiv.

193 Idem, lettre citée.

194 Ve Rapport de la Commission des Investissements, p. 23-24.

195 Pierre Mendès France, Paris-Normandie, 6 janvier 1953, in Œuvres..., op. cit, t. II, p. 409.

196 Idem, p. 343 et 357 ; cf. également Olivier Feiertag, « Pierre Mendès France, acteur et témoin de la planification française 1943-1962 », mémoire de maîtrise soutenu en juin 1988 à l’Université de Paris VIII devant Alain Plessis et Michel Margairaz ; cf. du même, sa contribution au Colloque « Pierre Mendès France et l’économie, pensée et action » (Assemblée nationale, 10 janvier 1988), in Pierre Mendès France et l’économie (sous la direction de Michel Margairaz), Paris, 1989, p. 365 et suiv.

197 F. Picard et alii, Histoire(s) de l’EDF, op. cit.

198 Cf. Philippe Mioche, « Planification et industrie du pétrole 1946-1952 », Colloque « La modernisation », cité.

199 Jean-Paul Thuillier, « Les houillères du Nord - Pas-de-Calais 1944-1952 », Colloque « La modernisation... », cité, et du même, « Les Charbonnages et le Plan », in De Monnet à Massé, Paris, 1986, p. 89 à 106.

200 Cf. Philippe Mioche et Michel Margairaz in De Monnet à Massé..., op. cit., p. 127 et suiv. et J. Padioleau, Quand la France s’enferre, La politique sidérurgique française depuis 1945, Paris, 1981.

201 Cf. Dominique Barjot in De Monnet à Massé, op. cit., p. 159 et suiv. ainsi que sa thèse de doctorat d’État (Paris IV, 1989).

202 CGP, Cinq ans d’exécution du pian de modernisation et d’équipement de l’Union française, Lettre d’envoi de Jean Monnet, p. VII.

203 Ibid., lettre citée.

204 Cf. Le Capitalisme..., op. cit., p. 363.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre LA RÉALISATION DU PLAN MONNET (secteurs de base de 1946)
Légende Sources : Rapport sur le premier Plan, novembre 1946 ; Annuaire statistique de la France, 1961 ; JM, AMF 0/1/2, memorandum VERGEOT.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Avancement des dépenses d’investissement
Légende Source : Fondation Jean Monnet, AMF 0/1/2, p. 96.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Figures 17 – LES RESPONSABLES DES COMMISSIONS DE MODERNISATION DU Ier AU IXe PLAN
Légende (Source : Henry ROUSSO, Michel MARGAIRAZ in Planifications en crise, op. cit. p. 20 et suiv.)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 18 – UN PLAN ATYPIQUE ?
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende La parabole des plans
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2339/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter