Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume II

 | 
Michel Margairaz

Septième partie. Conversion et expansion (1948-1952)

Introduction

Texte intégral

« Depuis 1880, « de Meline à Monnet », comme dit Claude Gruson, la France était malthusienne. Elle faisait du salazarisme avant la lettre sans se vanter, presque sans le savoir : de l’appauvrissement dans l’équilibre ; de l’équilibrisme dans l’immobilité. Un peu de fuite en avant ne pouvait pas lui faire de mal ».
François Bloch-Lainé,
(Profession fonctionnaire, Paris, 1976, p. 107).

1L’arrivée au gouvernement du grand cabinet Schuman-Mayer coïncide avec la levée effective de l’hypothèque inflationniste et dirigiste (chapitre XXVIII). Parallèlement, il s’agit d’ajuster la direction de l’économie et des finances au Plan Marshall et de reprendre l’exécution du Plan Monnet (chapitre XXIX). Dans le même temps, l’Économie nationale connaît son « chant du cygne » et l’absorption par la rue de Rivoli (chapitre XXX). Le second semestre de 1948 voit la seconde et difficile naissance du Plan, à travers la « crise française » d’octobre-novembre (chapitre XXXI). L’année 1949 conjugue stabilisation et poursuite de l’application du Plan (chapitre XXXII).

2L’année 1949 et le premier semestre 1950 correspondent à une période de stabilisation et d’expansion, doublement marquée par l’apogée du financement public américain (chapitre XXXIII) et national (chapitre XXXIV). Mais la guerre de Corée et son dérapage inflationniste dissipent les illusions de « viabilité » pour 1952, même s’ils ne mettent pas en cause, malgré Antoine Pinay, la réalisation du Plan Monnet (chapitre XXXV).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter