Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Troisième partie. Les carrières des inspecteurs des Finances hors ‎des cadres

Chapitre XII. Les inspecteurs à la Banque de France 1911-19791

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est une version complétée et actualisée de notre communication « Les inspecteurs des Fi (...)
  • 2 Sans oublier les relations de la Banque avec les banques, la « Place ». J. Bouvier, « La Banque de (...)
  • 3 D’autres historiens sont bien mieux placés pour écrire cette histoire, à commencer par les particip (...)
  • 4 Années qui correspondent à la présence à la Banque des inspecteurs des Finances des promotions 1878 (...)

1En apparence, l’histoire des inspecteurs des Finances au gouvernement de la Banque de France, au xxe siècle, semble être une approche féconde pour comprendre les relations entre l’État, la Banque, son indépendance ou son autonomie, avant et après sa nationalisation, « fil rouge », écrivait Jean Bouvier, de l’histoire de la Banque de France2. En fait, ainsi définie, cette approche relève d’un excès d’ambition et d’une erreur de perspective. Tout d’abord, il n’est pas dans nos compétences de rendre compte de l’évolution fine des relations État/Banque de France/banques sur le siècle3, pas plus que de la politique menée par les gouverneurs ou sous-gouverneurs issus des concours de l’Inspection générale des finances de 1878 à 1939, en fonction à la Banque entre 1911 à 19794. Ensuite, cette approche reposerait sur le postulat, faux, d’une homogénéité des inspecteurs des Finances, diachronique mais aussi synchronique. Enfin, ce dernier postulat réduirait l’action des individus à la seule logique de corps.

  • 5 Rappelons que les gouverneurs et sous-gouverneurs sont nommés par décret et que depuis 1897, leur m (...)
  • 6 J. Bouvier, L’Historien sur son métier…, op. cit., p. 373.

2Pourtant, le paramètre de l’appartenance à l’Inspection de la majorité des gouverneurs et sous-gouverneurs de la Banque, au xxe siècle, ne peut être négligé, ne serait-ce que parce que, dans l’histoire de l’Inspection, ce débouché prestigieux est une explication importante de la réputation du corps, de l’autorité de ses membres et donc du déroulement des carrières. L’étude des prises d’emplois des inspecteurs des Finances à la Banque de France est l’occasion de décrire les origines socioculturelles de ces hommes, les filières d’accès à ces hautes fonctions, les choix des gouvernements successifs5 et le rôle des réseaux de relations personnelles, politiques ou professionnelles dans ces choix. Comme le disait Jean Bouvier en 1986 : « Comme les rapports entre institutions et organismes passent toujours par des individus, l’historien ne s’étonne guère de l’importance de leurs caractères et de leurs comportements comme éléments éclairant les relations Banque-État6. »

  • 7 Le Comité est cité sous le sigle IGPDE dans le corps du texte.
  • 8 355 inspecteurs des Finances seront définitivement reçus à l’Inspection entre 1878 et 1939.
  • 9 Déclaration de Wilfrid Baumgartner devant le Conseil général, le 20 janvier 1949, dossier Baumgartn (...)

3L’étude prosopographique, menée à partir des dossiers personnels de l’Inspection et de la Banque de France ainsi que des témoignages recueillis par nous en 1981 et par le Comité d’histoire économique et financière de la France (IGPDE) depuis 19897, permet de mettre en évidence les éventuels points communs des 18 inspecteurs des Finances nommés à la Banque et leurs différences avec le reste du corps8 ; d’analyser leurs atouts (comparés avec ceux des autres membres du gouvernement de la Banque), acquis au fil de leur carrière, qui expliquent le choix des ministres ; et, enfin, d’éclairer un peu l’évolution chaotique ou convergente des relations entre « le pape » qui, rappelons-le, reste en fonction plus durablement et « l’empereur » qui l’a nommé, pour reprendre les termes de la célèbre expression de Baumgartner9.

4Ces relations dépendent avant tout du contexte financier, de la conjoncture politique et de la logique des fonctions occupées, mais aussi des relations personnelles et de l’appartenance à l’Inspection.

I. Les profils socioculturels

  • 10 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

5Lorsqu’on a demandé, en 1990, à Bernard Clappier (1939), nommé deuxième sous-gouverneur en janvier 1964 : « Est-ce que la Banque de France est une filière normale de l’Inspection des Finances ? », la réponse a fusé, claire et forte : « Ah ! Oui ! Ah ! Oui ! La tradition veut que le gouverneur de la Banque de France et au moins un sous-gouverneur soient des inspecteurs des Finances10. » En fait, le premier binôme d’inspecteurs à la Banque de France ne remonte qu’à 1937, la « tradition » n’est donc alors même pas trentenaire. Surtout il a fallu attendre la nomination d’Émile Moreau (1896), le 26 juin 1926, par le ministre des Finances Caillaux (1888), pour avoir comme gouverneur de la Banque de France un inspecteur des Finances.

6De 1952 à 1969, les trois membres du gouvernement de la Banque sont tous inspecteurs des Finances. La Banque est bien devenue une chasse gardée pour l’Inspection et on comprend l’impression de filière et de tradition qu’ont pu ressentir les contemporains.

  • 11 Nous n’avons pas retenu les promotions de guerre avant l’ENA car nous nous appuyons sur notre base (...)
  • 12 Si l’on prolongeait jusqu’à la fin du siècle, il faudrait ajouter : 5 sous-gouverneurs et 3 gouvern (...)

718 inspecteurs des Finances sur 355, entrés à l’Inspection entre 1878 et 1939, promotions retenues pour notre thèse11, exercent une activité dirigeante à la Banque de France entre 1911 et 1979, soit 5 %, autant dire très peu, mais ce poids quantitatif ne correspond pas au poids symbolique, bien plus fort. Parmi ces 18 inspecteurs, on peut compter : 1 directeur d’études, 13 sous-gouverneurs sur 20, 7 gouverneurs sur 13, sans compter les censeurs ou les autres membres de droit du conseil12.

  • 13 Cf. tableau 1 en fin de chapitre.

8Avant 1914, la présence des inspecteurs des Finances à la Banque de France n’était qu’exceptionnelle puisque de 1857 à 1914, c’est-à-dire en soixante ans, 4 inspecteurs seulement avaient été sous-gouverneurs (et un censeur)13.

9Ces 18 inspecteurs, tous nés avant 1914, appartiennent à trois générations successives : celle de Charles Sergent (1894) ou É. Moreau, entrés à l’Inspection avant 1901 ; celle de Fournier (1919), Boisanger (1920), Lacour-Gayet (1921), Baumgartner (1925) et Jacques Brunet (1924), entrés entre 1919 et 1925 ; et celle de Schweitzer (1936), Calvet (1933), Saltes (1930) et Clappier, entrés dans les années trente. Ce sont donc non seulement des inspecteurs de l’ancien concours mais aussi, pour la grande majorité, des hommes qui ont fait leurs premières expériences professionnelles à l’époque de l’inflation, de l’instabilité monétaire, de l’hémorragie des capitaux, de la crise économique et de l’échec de la déflation.

10Les trois gouverneurs inspecteurs entrent à la Banque avant 50 ans avant la Deuxième Guerre, après 50 ans après, les plus jeunes étant Boisanger et Fournier. Le plus souvent, les gouverneurs sont quasi contemporains de leur ministre, que les ministres soient des inspecteurs des Finances, comme dans les couples É. Moreau et Caillaux ou Clappier et E. Giscard d’Estaing (1919), ou non, comme Boisanger et G. Bonnet ou Baumgartner et Petsche. Mais il y eut des exceptions : en juin-novembre 1957, le ministre des Finances Félix Gaillard (1943), né en 1919, a dix-sept ans de moins que le gouverneur Baumgartner, né en 1902 ; en 1962-1966, le ministre des Finances Valéry Giscard d’Estaing (1947), né en 1926, a vingt-cinq ans de moins que le gouverneur Brunet, né en 1901. En revanche, les gouverneurs sont toujours plus âgés que les directeurs du MGF-Trésor, tous inspecteurs des Finances de 1929 à 1980. Seize promotions séparent le gouverneur Mönick (1920) du directeur du Trésor Bloch-Lainé (1936) ; onze promotions séparent Baumgartner et Schweitzer et vingt et une promotions Brunet et Pérouse (1945 S). On peut se demander si l’appartenance à des générations différentes ne pèse pas plus lourd que l’appartenance au même corps. Car si cet écart peut faciliter l’autorité de la Banque, il peut aussi faciliter l’incompréhension entre générations.

  • 14 Cf. ci-dessus, première partie, chapitre II.

11Provinciaux de naissance en majorité (12 sur 18), ils sont davantage parisiens au concours (11 sur 18), comme leurs camarades14. En revanche, ils sont majoritairement issus de la moyenne bourgeoise à la naissance (13 sur 18) et encore au concours (10 sur 16) ; un est même issu de la petite bourgeoisie, ce qui les différencie de la moyenne des inspecteurs, issus davantage, mais non massivement, de la grande et bonne bourgeoisie (55,7 %). Ils sont donc loin, en général, de l’image stéréotypée de « fils-de-grands-bourgeois-parisiens » collée aux inspecteurs, et un seul a les signes extérieurs de la noblesse. Si l’enracinement paternel dans la fonction publique domine (11 sur 18), il ne s’agit pas des grands corps et un seul est fils d’inspecteur. Un seul également appartient à une famille de banquiers.

12Faut-il trouver dans ces origines, plutôt éloignées du monde des deux cents familles, l’explication de leur présence, relative seulement, aux Sciences-Po, école réputée pour son recrutement dans la bonne et grande bourgeoisie (8 sur 18 en sont diplômés, comme les 42,7 % de l’ensemble des inspecteurs) ? 3 sont polytechniciens et 14 n’ont que des diplômes de droit. La moitié ne connaît pas l’anglais au concours, comme leurs camarades.

  • 15 M. Netter, Histoire de la Banque de France entre les deux guerres (1918-1939), op. cit., p. 148.

13Seul parmi eux, Rueff (1923) peut être considéré comme ayant acquis une pensée économique au cours de ses études supérieures et l’ayant développée ensuite. Avant la guerre, de leur aveu même, ils n’ont pas eu de formation sérieuse dans ce domaine. Marcel Netter, partant des souvenirs du gouverneur Moreau, souligne bien : « Le Gouverneur n’est pas un théoricien. Il s’en défend et nombre de notations des «Souvenirs» en témoignent […] Plus qu’à l’argumentation des économistes, Émile Moreau est sensible au climat général15. » Mais il a su compenser ces lacunes par le recrutement de Rist d’abord, de Quesnay, élève du premier, ensuite.

  • 16 Entretien enregistré avec l’auteur en janvier 1981.

14Quelques-uns, rares, ont développé leur curiosité et leurs connaissances une fois à la Banque, comme Saltes, également polytechnicien, sous-gouverneur de 1945 à 1960. S’il dit avoir été influencé dans les années trente par l’économiste planiste belge De Man et avoir compris que le libéralisme pur n’existe pas, il ne découvre (comme Baumgartner) Keynes qu’au cours de sa captivité, en 1943-1945, sans devenir keynésien pour autant16. Une fois à la Banque de France, il se fera progressivement l’avocat d’un retour à un étalon de change fixe et le procureur de l’économie d’endettement.

15La plupart, comme Calvet, sous-gouverneur de 1952 à 1966, sont sévères sur la formation reçue à la Faculté de droit :

  • 17 Sa chance, dit-il, fut d’avoir appris, en autodidacte, l’économie politique à Londres lorsqu’il y f (...)

« Les professeurs de politique économique de faculté étaient nuls […] Non seulement ils étaient nuls mais ils étaient d’un nationalisme vaniteux et ils considéraient comme inexistantes les doctrines en honneur dans les milieux anglo-saxons. Vous n’auriez jamais trouvé avant 1939 un professeur quelconque en France, acceptant de reconnaître que Keynes avait pu dire de temps en temps des choses qui n’étaient pas sans intérêt. D’ailleurs Rueff a gardé cette hantise… C’est une des raisons des grossières erreurs commises dans la politique économique et financière de la France17. »

  • 18 Cf. ci-dessus, première partie, chapitre III.

16Et ce n’est pas l’enseignement reçu à Sciences-Po par certains qui pouvait remédier à ces lacunes, exception faite de celui donné de 1905 à la fin des années vingt par Clément Colson, qui enseignait aussi à l’X18.

  • 19 Sur l’enseignement de l’économie dans cette période, il faut consulter l’ouvrage complet, déjà cité (...)
  • 20 Cf. ci-dessous, quatrième partie.
  • 21 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, 2 vol., Par (...)

17On pourrait étudier leurs prises de position dans les emplois occupés avant la Banque de France mais ce serait oublier que celles-ci dépendent plus des fonctions exercées et de la période considérée que d’une formation économique ou d’une pensée personnelle. On a vu plus haut, dans les lectures de copies du concours de l’Inspection19, des références communes au patrimoine théorique du libéralisme, une acceptation commune de l’intervention de l’État si nécessaire, mais aussi des divergences sur le degré et les domaines de cette intervention. On verra plus loin la différence entre la lucidité de beaucoup d’entre eux devant la nécessité de dévaluer le franc en 1924 et l’aveuglement orthodoxe de la majorité dans la défense du franc en 1934-193520. Après la Seconde Guerre mondiale, jeunes et moins jeunes se convertissent, provisoirement, à un keynésianisme pragmatique, à l’économie d’endettement, jugée inévitable, à la politique volontariste de planification indicative et de financement public appuyé sur un appareil d’analyse macroéconomique débouchant sur une compatibilité nationale, comme l’ont bien montré Michel Margairaz et Olivier Feiertag21.

II. L’appel à des compétences

  • 22 Compétences qui ne se sont pas toujours manifestées au concours puisqu’un tiers est reçu 1er ou 2e (...)

18Bien sûr, ces hommes étaient compétents22. Mais l’étaient-ils pour occuper ces fonctions à la Banque ? De quelles compétences s’agit-il ?

  • 23 Entretien, cassette no 10, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE. S’il a en effet dirigé la DREE et part (...)

19Avant 1945 et même avant 1969, il ne semble pas que les compétences internationales et la technique des changes aient été un atout majeur et on peut citer cinq gouverneurs (É. Moreau, Fournier, Boisanger, Brunet et même Baumgartner) sans expérience spécifique dans ce domaine, pas plus que leurs homologues non-inspecteurs (Moret, Tannery ou Labeyrie). Rueff, Mönick, Schweitzer sont des exceptions. Après 1969 et l’élargissement de l’Europe aux problèmes monétaires, et surtout après 1971 et la fin de l’étalon de change or, leurs réseaux de relations auprès des partenaires européens ou américains deviennent indispensables autant, voire plus, que leurs compétences techniques. Clappier, ancien directeur de la DREE, rappelle : « Je ne connaissais rien aux affaires monétaires ou très peu de chose », mais ajoute plus loin : « J’ai été amené à m’occuper des affaires internationales et donc à entretenir le vaste réseau de relations internationales que j’avais acquis à l’époque23. »

20Il est frappant de constater que les spécialistes des affaires internationales n’ont pas toujours été affectés, en arrivant à la Banque, aux services relevant de leurs spécialités. Schweitzer, chargé des affaires intérieures, rappelle :

  • 24 Entretien, cassette no 12, avec A. Georges-Picot en 1990, IGPDE.

« Cela créait quelques fois quelques chevauchements de compétence étant donné que, comme ancien directeur du Trésor, j’en connaissais un bon bout dans les relations avec le Fonds monétaire […]. Quand il s’agissait de Washington, par exemple quand les Américains ont cessé de vendre de l’or et que l’or est monté, c’est moi qu’on a expédié et pas Calvet24. »

21Clappier, recruté en 1964 pour s’occuper des affaires intérieures de la Banque, a eu plus de chance, comme il le dit lui-même :

  • 25 Il s’agit de Calvet.
  • 26 On peut supposer que Calvet a tiré les leçons de son expérience avec Schweitzer et cherché une sort (...)

« Ma chance a voulu que le premier gouverneur, donc le plus ancien25, ait imaginé à ce moment-là de changer de poste parce que cela lui donnerait l’impression de commencer une autre carrière si je puis dire. Il a donc demandé à s’occuper des affaires intérieures, ce à quoi j’ai applaudi des deux mains26. »

22Si leur compétence en matière de finances publiques ou de crédit interne ne fait pas de doute, il n’est pas démontré qu’elle est supérieure à celle des directeurs de la Banque, parmi lesquels le ministre aurait pu, aussi, puiser ses sous-gouverneurs. Difficile de l’établir certes, mais le témoignage de Robert Lacour-Gayet (1921) fait réfléchir. De Mouy, ancien directeur du MGF mais non inspecteur, directeur général de la Société générale, lui aurait dit, à la veille de sa nomination en 1930, comme directeur des Études économiques de la Banque :

  • 27 R. Lacour-Gayet, Souvenirs inédits, p. 47, archives familiales et entretien enregistré avec l’auteu (...)

« Vous vous faites des illusions sur le rôle que vous pourrez jouer. […] J’ajoute que vous aurez un rival redoutable dans la personne du directeur des échanges de la Banque, Cariguel. Vous me répondrez qu’il est seulement un technicien. Mais c’est un technicien remarquable qui a su acquérir non seulement la confiance du Gouverneur [il s’agit encore de É. Moreau], mais l’estime des banques centrales étrangères, en particulier celle de la Banque d’Angleterre. Méfiez-vous d’être peu à peu amené à concentrer vos activités sur la rédaction de rapports économiques, tâche dont vous ne semblez pas très friand27. »

23Par ailleurs, les sous-gouverneurs chargés de l’administration générale ne peuvent prétendre avoir acquis, dans les directions d’état-major comme le Trésor, le Budget ou les Finex, l’expérience nécessaire pour diriger une maison de 14 000 personnes (à la fin de notre période), ce qu’ils commencent presque tous par faire, pourtant.

24Compétents donc, certes, mais guère affectés en fonction de leurs expériences préalables. On retrouve ce caractère propre aux inspecteurs des Finances, choisis pour leurs capacités intellectuelles, leur polyvalence, leur autorité, leur parcours et leur réseau.

III. Les filières d’accès à la Banque de France

25Il faut faire ici la distinction entre les gouverneurs et sous-gouverneurs, entre l’avant 1940 et l’après 1945, et entre ce que disent les inspecteurs et la réalité.

  • 28 Entretien, cassette no 11, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

26Si l’on ne prend que les gouverneurs inspecteurs des Finances, 3 viennent du Crédit national entre 1936 et 1974. De là à en faire une tradition, il n’y a qu’un pas que franchit aisément Clappier qui explique qu’en 1974, « Curieusement une tradition s’était introduite qui voulait que le président du Crédit national devienne gouverneur de la Banque de France28. » Or si trois de ses prédécesseurs viennent en effet du Crédit national, parler de tradition est bien excessif puisque celle-ci n’a commencé qu’en 1949. Mais il n’est pas le seul, A. de Lattre aussi, sous-gouverneur depuis 1966, à qui le nouveau président de la République, V. Giscard d’Estaing, propose en juillet 1974 la présidence du Crédit national, se dit :

  • 29 Adresse à Paris de la Banque de France.
  • 30 A. de Lattre, Servir aux Finances, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la Fra (...)

« Avant moi Jacques Brunet, Jean Saltes et Bernard Clappier avaient suivi cette voie. Jacques Brunet et Bernard Clappier en étaient revenus comme gouverneurs de la Banque. Même si je pouvais craindre qu’étant donné les sentiments réservés de Giscard à mon égard, celui-ci n’accepte pas de me nommer rue de la Vrillière29, je pouvais toujours espérer que les années ayant passé, lui-même ou un autre président de la République en prendrait la décision30. »

27Il ne reviendra pas à la Banque.

  • 31 Dossier Brunet, archives de la Banque de France.

28Reste que les liens entre le Crédit national et la Banque de France sont étroits. Outre les 3 gouverneurs (et 1 sous-gouverneur) qui en sont issus, 2 sous-gouverneurs, Saltes et Lattre en prendront la présidence en sortant de la Banque. Par ailleurs, après 1936, les présidents directeurs généraux du Crédit national sont de droit membres du conseil général de la Banque de France jusqu’à la loi du 20 décembre 1972, qui supprime les membres de droit. Or, comme la Banque de France depuis 1937, le Crédit national est une chasse gardée de l’Inspection depuis sa création, en 1918, pour l’emploi de directeur général (puis président en 1946) mais aussi pour les fonctions de directeurs qu’occuperont Chauvy (1898), Schweisguth (1908), Du Buit (1913), Henri Boissard (1921) et Maringe (1924). Assurément, l’appartenance au même corps des dirigeants des deux institutions les renforce. Ou, pour le dire comme Jacques Brunet, alors gouverneur, le 11 février 1960 lors du départ de Saltes, premier sous-gouverneur, pour la présidence du Crédit national : « Le rôle qu’il a à jouer au Crédit national, il ne peut pas le jouer – et il le sait bien – sans un accord intime avec la Banque de France. Je suis convaincu que cet accord intime sera réalisé31. »

29En réalité, les filières d’accès des inspecteurs des Finances au gouvernement de la Banque sont plus variées : É. Moreau, en 1926, vient de la Banque d’Algérie et du Comité des experts ; Fournier, en 1937, de la Banque et, avant, du Budget ; Boisanger, en 1940, de la Banque et, avant, du MGF puis des Contributions indirectes ; Mönick, en 1944, du secrétariat général provisoire du ministère des Finances (après Londres et le Maroc). Et pour les gouverneurs non-inspecteurs, l’origine est aussi variée : Moret vient du MGF, Tannery de la Caisse des dépôts, Labeyrie de la Cour des comptes où il est procureur général, O. Wormser de la Direction des relations économiques au Quai et de l’ambassade à Moscou.

  • 32 Ou dans le cas, exceptionnel, de Mönick, en octobre 1944, du secrétaire général.

30Le seul point commun préalable à toutes ces nominations d’inspecteurs à la Banque est le rang de directeur d’une grande direction du ministère des Finances32, la matrice la plus fréquente étant la direction du MGF-Trésor, d’où sont issus Leclerc (1900), C. Sergent (1894), Luquet (1898), Farnier (1919), Boisanger, Baumgartner, Rueff, Schweitzer et, chez les non-inspecteurs, Moret.

31Devenir deuxième sous-gouverneur, pour un inspecteur directeur aux Finances, est une sortie possible. Est-elle désirée ? Les témoins ne considèrent pas cela comme une véritable progression de carrière mais plutôt comme une position d’attente, une étape sans garantie pour être gouverneur, voire un placard doré. Il s’agit le plus souvent, pour le ministre, de « caser » un fidèle menacé après son départ ou un directeur dont il faut se débarrasser pour faire place nette. Trois témoins vont dans ce sens. Schweitzer, second sous-gouverneur en 1960, qui aurait préféré le Crédit national, le dit franchement :

  • 33 Il s’agit de Calvet.
  • 34 Entretien, cassette no 12, avec A. Georges-Picot le 23 février 1990, IGPDE.

« Baumgartner a remplacé Pinay […] Il était un peu agacé que je ne prenne pas au sérieux la Banque de France. J’ai l’impression qu’il ne tenait pas particulièrement à ce que je reste directeur du Trésor et puis il avait envie manifestement de nommer Pérouse, qui était secrétaire général du Conseil national du Crédit avec lequel il avait beaucoup travaillé et qui est un garçon remarquable. C’est Baumgartner qui m’a vidé. Forcément, à l’époque on faisait quelque chose pour les directeurs du Trésor qu’on vidait… alors la question s’est posée de ce que j’allais devenir […] Comme le Crédit national venait de devenir (vacant) du fait que Brunet avait été nommé Gouverneur, je me suis dit que le Crédit national m’irait très bien […] Baumgartner a absolument voulu donner cela à Saltes, premier sous-gouverneur, le deuxième sous-gouverneur passait premier sous-gouverneur, alors on m’a donné cela (le poste de 2e sous-gouverneur). Je ne peux pas dire que c’était extrêmement glorieux, vu mon ancienneté et tout. Pour vous dire, celui qui avait été deuxième sous-gouverneur avait été nommé (là) pour le consoler de ne pas devenir directeur du Trésor33, tandis que moi c’était pour me consoler de cesser d’être directeur du Trésor au bout de sept ans. C’est un très agréable et paisible métier d’être sous-gouverneur de la Banque de France, de mon temps en tout cas34. »

32Que le poste de sous-gouverneur soit bien utile pour placer un ancien grand directeur, A. de Lattre, obligé de quitter la direction des Finances extérieures, supprimée en 1965, en témoigne aussi.

  • 35 A. de Lattre, Servir aux Finances, op. cit., p. 160.

« Le Général se montre paternel et, sur le fond, plus franc et direct que je ne l’espérais. “Eh oui, j’ai préféré vous changer. […] D’ailleurs, continue-t-il, il faut que vous restiez dans la fonction publique. Nous allons vous nommer bientôt à la Banque de France, où l’on me dit que le poste de M. Calvet va être vacant.” […] Muni de ce viatique, de ces éclaircissements et de ces promesses pour l’avenir, je m’en retourne rue de Rivoli. La situation n’est naturellement pas aussi simple35. »

33En effet, si Calvet voulait partir, encore fallait-il lui trouver un poste honorable et A. de Lattre dût attendre un an. Lorsqu’on propose, en 1964, à Clappier (1939), directeur de la DREE (direction des Relations économiques extérieures), le poste de sous-gouverneur, voici comment il réagit :

  • 36 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

« Je me suis laissé faire, d’abord parce que j’avais fait mon temps à la DREE et que tant qu’à faire qu’à exercer une activité nouvelle, après tout sous-gouverneur de la Banque de France c’était une activité qui n’était pas indigne36. »

34Il faut dire qu’après la direction du Trésor, peu d’emplois leur paraissent intéressants. Brunet l’a très bien exprimé à la séance du conseil du 29 juin 1967, en évoquant le départ de Pérouse, directeur du Trésor et à ce titre censeur de la Banque de France, qu’il quitte pour la Caisse des dépôts. Son propos, déjà cité dans le chapitre IX, mérite d’être rappelé ici :

  • 37 P.-V. de la séance du Conseil général du 29 juin 1967, à l’occasion du départ de Maurice Pérouse, d (...)

« Je me rappelle le moment où Monsieur Bloch-Lainé était en partance pour la Caisse des dépôts et consignations et où il éprouvait un sentiment que je connais bien et que Monsieur Pérouse éprouvera sûrement, une certaine nostalgie au moment où l’on abandonne le cœur du Ministère des Finances que représente la direction du Trésor et je me souviens de l’impression de malaise que l’on ressent en pareille circonstance. On se demande si on sera aussi complètement utilisé qu’on le souhaite… je voudrais lui dire… qu’il aura un moment pénible à passer et que cette sorte de désintoxication nécessaire lui sera, comme elle l’a été pour nous tous, difficile37. »

35Mais si le ministre choisit un inspecteur des Finances, ancien directeur aux Finances, il doit compter aussi avec les hommes déjà en place, le gouverneur, les sous-gouverneurs et les cadres de la Banque.

IV. Des contraintes internes

  • 38 M. Netter, Histoire de la Banque de France entre les deux guerres, 1918-1939, op. cit., p. 79 ; cf. (...)

36Rappelons d’abord qu’il n’y pas d’avancement automatique entre sous-gouverneurs et gouverneurs puisque, depuis 1926, 7 gouverneurs seulement sur 15 ont été sous-gouverneurs. Pas de règle automatique de succession mais sûrement des espoirs légitimes et donc parfois déçus. Marcel Netter fait d’ailleurs remarquer qu’en 1920, lorsque le gouverneur Pallain laisse sa place à G. Robineau, qui était directeur général de la Banque, responsable du département de l’escompte et son proche collaborateur, en juillet 1914, André Luquet, inspecteur des Finances (1898), ancien directeur du MGF, second sous-gouverneur en 1917 puis premier sous-gouverneur en 1918, sans doute déçu du choix du ministre François-Marsal n’attend pas deux mois pour donner sa démission et partir dans le privé pour présider le Crédit mobilier français38. Mais tous n’ont pas l’épiderme aussi sensible quand les nouveaux gouverneurs viennent de l’extérieur : Fournier, premier sous-gouverneur depuis 1930, voit passer deux gouverneurs, Tannery en 1935 puis Labeyrie en 1936, avant d’être promu à son tour gouverneur en 1937.

  • 39 Entretien, cassette no 11, avec A. de Castelnau le 10 mars 1989, IGPDE.

37Le gouverneur est-il consulté sur le choix de son successeur ? Il semble que la voix du prédécesseur n’ait guère pesé, si même il a été consulté, à une exception près, celle de Baumgartner, devenu ministre en 1960 et ayant obtenu l’assurance de voir Brunet lui succéder, selon le témoignage de Brunet : « Il m’a toujours dit et je crois que c’est la vérité, il a posé la condition de m’avoir comme successeur au moment où il acceptait d’être ministre39. » Le même Brunet dit avoir, en avril 1969, tenté en vain d’intervenir sur le choix de son successeur :

« J’ai fait à ce moment-là une démarche auprès du général de Gaulle pour lui dire que je n’étais pas propriétaire de la Banque de France et que je comprenais très bien qu’on changeât le gouverneur de la Banque mais que je souhaitais qu’on ne choisisse pas nécessairement quelqu’un dont les mérites auraient été particulièrement appréciés par le Premier ministre. Le Général m’a dit : “Vous voulez parler de Wormser. ? […] J’ai beaucoup d’estime pour vos mérites et je conserve cette estime pour vous.” et il a ajouté : “On m’a dit qu’après une crise comme celle-là, c’était l’habitude de changer.” »

  • 40 Idem.

38Brunet ne cache pas qu’il considérait que « Wormser n’était pas particulièrement qualifié […] Je ne dis pas que Wormser n’avait aucune notion en matière de… C’était d’ailleurs un garçon ayant beaucoup de qualité, j’avais de bonnes raisons d’éprouver pour Wormser de la sympathie40. »

  • 41 É. Moreau, Souvenirs d’un Gouverneur de la Banque de France, Histoire de la stabilisation du Franc, (...)
  • 42 P.-V. de la séance du conseil général du jeudi 4 janvier 1934, dossier Farnier, archives de la Banq (...)

39Pour assurer la cohésion de l’équipe, et donc pour le choix des seconds sous-gouverneurs, le gouverneur peut donner son avis. Déjà en juin 1926, É. Moreau raconte que Caillaux, qui vient de le nommer gouverneur, lui dit : « Les conditions dans lesquelles vous entrez à la Banque de France, mon cher ami, sont telles que je vous reconnais le droit de choisir vos sous-gouverneurs. » Moreau promeut Leclerc, deuxième sous-gouverneur depuis 192241, refuse Labeyrie, chef de cabinet de Caillaux, et choisit comme second sous-gouverneur, en accord avec le ministre, Rist, professeur d’économie qu’il a connu au Comité des experts. En 1934, le gouverneur Moret (non-inspecteur), lors du départ du sous-gouverneur Farnier pour le CNEP, rappelle qu’avec Fournier, l’autre sous-gouverneur : « Nous formons ensemble, tous les trois, une équipe que je ne vois pas sans un serrement de cœur se dissocier. » Mais dans le brouillon manuscrit de son discours, le passage suivant a été barré : « Il est d’ailleurs indispensable qu’il en soit ainsi et c’est pourquoi j’ai tenu, lorsque la question du remplacement de M. Farnier s’est posée, à ne voir venir ici qu’un homme incontesté sur lequel je suis sûr de pouvoir absolument compter42. »

40Pour comprendre à qui il fait allusion, il suffit de lire les coupures de presse de décembre 1933 : l’indésirable est Haguenin (1923), directeur du Budget, apparemment trop lié à certains gros industriels, notamment Guimier et la banque Oustric. Ainsi Les Nouvelles économiques et financières du 1er décembre 1933 font-elles état des pressions, auprès du ministère des Finances, pour que Haguenin succède à Farnier, pressions exercées par Pierre Guimier. Ce dernier, « qui a de gros intérêts dans quatre affaires industrielles, dont une de travaux publics et privés avait parfaitement compris l’utilité d’avoir «un ami sûr» préposé à la dictature de l’escompte en France ». Huit jours plus tôt, le même journal écrit :

  • 43 Idem. Notons que Mme Haguenin est la veuve de l’écrivain Victor Marguerite.

« Le gouverneur général (sic) de la Banque de France se rend bien compte que M. Haguenin s’il devenait sous-gouverneur aurait le contrôle direct du service d’escompte de la Banque de France et il ne semble pas tout à fait désigné pour ce contrôle en raison du rôle que joua Madame Haguenin dans les rapports de la Banque Oustric avec justement le service d’escompte de la Banque43. »

41Moret obtient gain de cause et fait venir Guiraud, receveur central de la Seine, non inspecteur comme lui, et un an plus tard Haguenin part pour la BNCI.

  • 44 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

42Parmi les autres sous-gouverneurs choisis par le gouverneur, on peut citer Calvet, choisi par Baumgartner, son disciple si fidèle qu’on l’appelait « la voix de son maître » aux Sciences-Po44. Certains gouverneurs ont eu intérêt à garder les sous-gouverneurs déjà en place, comme ce sera le cas pour O. Wormser en 1969. Mais le besoin que peut avoir le ministre (ou le président) de disposer d’un point de chute pour un directeur en déshérence reste prioritaire et passe généralement avant les souhaits du gouverneur.

  • 45 Le procès-verbal de la séance du conseil du 6 septembre 1940, qui rapporte le discours de Villard l (...)
  • 46 H. du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions, Souvenirs, juillet 1940-avril 1942, Genève, Les (...)
  • 47 Entretien transcrit, cassette no 3 bis, avec A. Terray le 25 janvier 1989, IGPDE.
  • 48 Dossier Rueff, archives de la Banque de France. Notons que depuis l’article 8 du décret du 31 décem (...)
  • 49 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, Autobiographie, Paris, Plon, 1977, 443 p., p. 170.
  • 50 A. Sabouret, MM. Lazard Frères et Cie, Une saga de la fortune, Paris, Le Livre de poche, 1996, 313  (...)

43Pour ce qui est des fonctions de premiers sous-gouverneurs, sans qu’aucun texte ne le précise, une tradition contraignante de promotion interne s’est installée pour y nommer le second sous-gouverneur, comme le montre l’annuaire de la Banque de 1800 à 1997, qu’il s’agisse d’inspecteur ou non. Seuls 3 premiers sous-gouverneurs ont été parachutés directement de 1858 à nos jours : 2 directeurs non-inspecteurs du MGF-Trésor, Guernaut en 1911 et Camdessus en 1984, et, en août 1940, Villard (1921), dans des circonstances exceptionnelles qui méritent qu’on s’y attarde même si on devra y revenir dans la cinquième partie. Proche du ministre Bouthillier (1927), sous-gouverneur du Crédit foncier, chargé à titre temporaire des fonctions de secrétaire général à la présidence du Conseil le 17 juin 1940, Villard est nommé premier sous-gouverneur de la Banque, le 30 août 1940, pour succéder à Boisanger, lui-même promu gouverneur à la place de Fournier, jugé moins souple. Cette nomination de Villard, venu de l’extérieur, s’est faite au détriment de Rueff, alors second sous-gouverneur depuis le 8 septembre 1939, qui eut dû, en toute logique, être promu45. Non seulement Rueff n’est pas promu en août 1940 mais il doit présenter sa démission quelques mois plus tard, le 22 janvier 1941, en dépit d’un décret de Pétain le relevant de l’interdiction prévue par la loi du 3 octobre 1940 portant statut des juifs. Mais dans ce décret du 22 janvier 1941, paru au J.O. le 24 janvier, qui l’autorisait à rester dans les cadres de l’Inspection des finances, conformément à la procédure prévue par l’article 8 du statut, aucune mention n’était faite de son autre fonction, celle de sous-gouverneur de la Banque de France contrairement à ce qui était prévu. Du Moulin de Labarthète a parlé à ce sujet, dans ses Souvenirs, de « véritable faux en écriture publique » par les services des Finances46. Des témoins, dont Bloch-Lainé, ont clairement cité Bouthillier et Ripert (1927) comme auteurs de ce faux47. Notons qu’à la séance du conseil général du 30 janvier 1941, le procès-verbal ne fait état d’aucune réaction particulière au sujet de ce départ de Rueff ; le nouveau gouverneur Boisanger se contente de lire l’arrêté du ministre, acceptant la démission, accordant l’honorariat et nommant son successeur, ainsi que le rapport de Bouthillier et rend un bref hommage à celui qui « n’a pas cessé jusqu’à ce jour de diriger personnellement les services encore évacués à Chatel-Guyon48 ». De cette éviction comme de sa non-nomination au poste de sous-gouverneur en août 1940, Rueff, curieusement, ne dit mot dans ses Mémoires et se contente d’écrire : « Le 22 janvier 1941, cette tâche accomplie, je démissionne de la Banque de France et suis réintégré dans l’Inspection générale des Finances49. » Il ne s’y attendait sans doute pas, d’autant moins que ses relations étroites avec le Maréchal, parrain de sa fille, ne pouvaient que le rassurer et qu’il n’avait pris aucun risque, si on en croit Anne Sabouret qui, dans sa monographie sur les Lazard, fait état d’un témoignage de Georges Wormser, directeur chez Lazard, à Chatel-Guyon. Wormser raconte en effet qu’après l’armistice de 1940, à la fin de la réunion journalière de Rueff, second sous-gouverneur de la Banque de France, avec les banquiers, ce dernier le retient et, « Hésitant dans ses mots, visiblement gêné, il me demande de ne plus venir désormais à ces réunions journalières de banquiers. «Vous y seriez le seul juif (et vous pensai-je sans le dire), évitons les incidents. Ce n’est pas l’homme qui vous parle, vous vous en doutez, c’est le fonctionnaire.» Je ne puis contenir mon indignation50. »

  • 51 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.
  • 52 Dossier Rueff, archives de la Banque de France.

44En 1973, avec la réforme des statuts de la Banque voulue par V. Giscard d’Estaing, l’appel aux cadres de la Banque pour l’un des deux postes de sous-gouverneur devient obligatoire, « mesure très heureuse et qui a constitué un appel d’air pour le personnel de l’intérieur de la Banque de France qui en avait un peu assez de voir parachuter aux postes de responsabilité des gens de l’extérieur51 », selon Clappier. Depuis l’éviction brutale, en 1926, par Caillaux, de Ernest-Picard, sous-gouverneur, ancien directeur général de l’Escompte à la Banque et de G. Robineau, gouverneur, ancien secrétaire général de la Banque, au profit de Leclerc et É. Moreau, tous deux inspecteurs des Finances, la promotion interne n’était plus à l’ordre du jour. Elle fut réactualisée en janvier 1941 pour succéder à Rueff, avec Henry de Bletterie, contrôleur général de la Banque, nommé deuxième sous-gouverneur puis promu, en décembre 1945, premier sous-gouverneur jusqu’à sa retraite en 1952. Lors de sa réception, Bletterie, en 1941, ne manque pas de souligner que c’est l’occasion pour le Conseil général « d’accueillir la nomination d’un agent de la Banque au poste envié de sous-gouverneur » et il y voit « le témoignage de l’intérêt du Conseil pour le personnel de la Banque52 ».

  • 53 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978 (...)

45On peut se demander pourquoi le ministre ou Baumgartner, en 1952, avec la nomination de Calvet, voire en 1960 avec celle de Schweitzer, n’ont pas poursuivi cet heureux retour à la promotion interne. Esprit de corps ? Défaut de candidat interne ? Ou plus simplement, nécessité, les deux fois, d’offrir des débouchés satisfaisants à de grands inspecteurs, directeurs en partance ou en attente. La solide biographie de Feiertag sur Baumgartner ne donne pas de réponse et, d’ailleurs, ne parle pas des responsabilités du sous-gouverneur Bletterie entre 1949 et 195253.

46Toujours est-il que la décision de 1973 apparaît aux témoins, qui ont la mémoire courte, comme une rupture et non un retour à un passé pas si lointain. Ainsi A. de Lattre, qui passe alors premier sous-gouverneur, explique :

  • 54 A. de Lattre, Servir aux Finances, op. cit., p. 240.

« À l’occasion du départ de Bernard Clappier, se produit une grande “première” à la Banque. Le poste de sous-gouverneur rendu vacant est en effet pourvu, pour la première fois dans l’histoire de la Banque (sic) par la promotion d’un directeur général issu de la Banque, et non plus par l’arrivée d’un inspecteur des Finances en provenance de la rue de Rivoli. Il s’agit, au cas particulier, de Gabriel Rattier, directeur général de l’Escompte, excellent professionnel, respecté de ses collègues et fort estimé sur la place de Paris, qui remplira la fonction avec distinction jusqu’à son départ en retraite en 197854. »

47Pour les intéressés, plus au courant de l’histoire de leur maison, si ce n’est pas une première, il s’agit tout de même d’un « événement ». Pour Marcel Théron, directeur général des Services étrangers puis, en 1973, directeur général du Crédit, cette décision relève d’une saine gestion de l’entreprise :

  • 55 Entretien, cassette no 12, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

« Monsieur Giscard d’Estaing avait lancé l’idée […] qu’il n’y ait pas uniquement des gens qui soient catapultés, venant de l’extérieur, qu’il fallait qu’il y ait quelqu’un qui soit le gardien de l’esprit maison, qu’en même temps on puisse ainsi donner l’espérance à tous les agents de pouvoir devenir un jour un des patrons de l’entreprise où ils ont débuté. […] À la Banque de France, si vous voulez, c’était quand même un événement55. »

48Mais lui sait que depuis 1802, il y a eu 5 sous-gouverneurs issus du personnel et 1 gouverneur. Le même Théron rend d’ailleurs hommage, un hommage certes un peu différencié, à la sélection opérée pour le choix des gouverneurs et sous-gouverneurs qu’il a connus.

  • 56 L’italique est de nous.
  • 57 Idem, cassette no 9.

« Je les ai trouvés très bien, des hommes de très grande qualité, ce sont des hommes de très grande qualité. Ce ne sont pas des caractériels, aucun. Ce sont des gens très pondérés, de l’élévation d’esprit […] mais il y a quand même, je ne dirai pas de noms, mais y a eu des sous-gouverneurs aussi, qui ne sont pas devenus gouverneurs, ils n’étaient pas de la même qualité. C’est-à-dire que moi, je trouve que les grands patrons, si vous voulez dans toute la période que j’ai connue, le ministre des Finances et aussi son entourage, peut-être aussi la mafia de l’Inspection56 s’il y en a une, avaient réussi à très bien connaître les hommes, à très bien choisir et arrivait à mettre les gens où il fallait avec les responsabilités qu’il fallait, d’une façon excellente57. »

49La liberté de choix du ministre, depuis 1937, pour l’emploi de gouverneur et de sous-gouverneurs (jusqu’en 1973), apparaît donc limitée, d’une part, par l’appartenance au corps de l’Inspection, d’autre part, par l’expérience préalable d’une grande direction aux Finances, garante de compétences utiles, et, enfin, par le soutien, en général, du gouverneur. Ces trois conditions réunies ont l’avantage de fournir des hommes qui disposent d’un atout précieux : leur réseau professionnel, notamment dans les banques.

V. Des hommes de réseaux

  • 58 Cf. ci-dessous, chapitre XIII.

50Le poids quantitatif des inspecteurs dans les banques est impressionnant, on l’a vu déjà et on le verra encore mieux dans le chapitre suivant. Sur nos 355 inspecteurs, 153 passeront par une banque, dont 71 dans une banque publique ou semi-publique et 103 dans une banque privée. Ces transfuges remontent à la fin du xixe siècle mais se sont fortement accrus depuis le début du siècle et surtout dans les années vingt (42 inspecteurs sont entrés dans une banque entre 1878 et 1918, 42 de 1919 à 1931 et 25 de 1931 à 194058). On comprend que le ministre des Finances ait pu avoir intérêt, pour améliorer les relations de la Banque avec les banques, à faire appel aux inspecteurs, ne serait-ce que pour faciliter les prises de bons du Trésor lors des crises de trésorerie à répétition. Les clients industriels de ces banques de dépôt ou d’affaires ont pu aussi y trouver leur compte, notamment, après la guerre, pour obtenir le placement d’emprunts à une époque de marché financier exsangue. Même si le Conseil national du crédit est étroitement lié à (et dans les locaux de) la Banque de France, les relations personnelles de la Place et de la Banque, facilitées par les pratiques d’un esprit de corps indiscutable, sont bien utiles à la Banque de France. Elles transparaissent dans les témoignages oraux mais sont rarement évoquées dans les procès-verbaux consultés. On en a trouvé un exemple, à l’occasion de l’installation de Machart (1896), censeur de la Banque, le 29 janvier 1931. Moret (non-inspecteur) rappelle :

  • 59 Dossier Machart, archives de la Banque de France.

« Vous appartenez comme lui [il s’agit de É. Moreau] à ce corps d’élite de l’Inspection générale des Finances avec lequel j’ai été à même, dans mes fonctions diverses à l’Administration centrale de la rue de Rivoli, de prendre des contacts toujours fructueux, ce corps d’élite qui a fourni au monde des affaires tant de sujets brillants59 ».

  • 60 Entretien, cassette no 4, avec S. Effosse en 1992, IGPDE.

51En 1900, quatre ans après le concours, Machart avait démissionné de l’Inspection pour prendre la présidence de la Société du Louvre. Mais on peut se demander s’il y a là un facteur de domination de la Banque de France sur les banques ou les entreprises ou, au contraire, un facteur d’autonomie des banques. Facteur de convergence, sûrement, et les spécialistes de l’histoire bancaire pourraient mieux répondre. Les témoins, eux, donnent des éclairages divergents sur ce degré de tutelle. Pierre Cassou, détaché à la direction générale des Titres avant de devenir, en 1960, directeur du Marché monétaire, insiste sur l’autonomie accrue des banques nationalisées après 1945, dont les présidents étaient nommés « par le même prince60 ». Clappier, pour les années soixante-dix, dénonce au contraire une tutelle qu’il juge excessive :

  • 61 Entretien, cassette no 10, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE. Sur les relations entre le Trésor, la (...)

« Le degré de tutelle de la Banque de France sur les banques était considérable et c’était mauvais à beaucoup d’égards. Ce degré de tutelle a duré, encore jusqu’au milieu des années quatre-vingts. Je crois qu’elle continue d’exister [il parle en 1990] sous une forme assez directe61. »

52Reste un dernier atout nécessaire pour entrer à la Banque : la proximité avec le ministre des Finances ou avec le chef de l’exécutif lors de leur nomination.

VI. Le parrainage politique

53D’une part, on l’a vu, le parrainage politique est utile voire nécessaire pour faire une carrière dirigeante et accéder à un emploi de directeur de l’administration centrale du ministère ; d’autre part, la nomination à la Banque de France est, par nature, politique ; enfin, lors de forte alternance, l’adhésion idéologique ou partisane du gouverneur, ou au moins d’un sous-gouverneur, devient indispensable.

54Sur les 18 inspecteurs : 6 ont bénéficié d’un réseau social hérité ; 4 ont surtout profité du service de l’Inspection, mais 15 sur 18 doivent leur progression de carrière à leur rencontre avec des hommes politiques influents.

  • 62 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. ci (...)
  • 63 Cf. ci-dessus, troisième partie, chapitre XI, notamment le propos ironique de Commentaire du 25 jui (...)
  • 64 Entretien, cassette no 7, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

55Sauf Lacour-Gayet, Mönick, J.-J. Bizot (1922) et Schweitzer, tous les autres sont passés par un cabinet ministériel. Sans rappeler le patronage de Paul Reynaud dans la carrière de Baumgartner avant la guerre, ou de Petsche après la guerre62, la caricature à cet égard, rappelons-le, est Bréart de Boisanger, éternel chef de cabinet de Georges Bonnet (six fois au cabinet, dont deux fois chargé de mission), quel que soit le portefeuille63, nommé par Bonnet, en 1937, deuxième sous-gouverneur puis, quelques mois plus tard, premier et, enfin, par Bouthillier, gouverneur en août 1940. Mais il y a bien d’autres exemples, notamment Clappier qui reconnaît lui-même : « Schuman. […] C’est le père de ma carrière active64 ». En effet, après lui avoir confié la direction de son cabinet aux Finances puis aux Affaires étrangères de 1947 à 1951, Schuman l’a nommé directeur de la DREE.

56Les changements à la tête de la Banque ont suscité de tout temps les commentaires amers des victimes, les critiques de leurs camarades, s’empressant d’y voir la dépendance de la Banque vis-à-vis du pouvoir et la politisation de la Banque tandis que la presse dénonce à l’inverse le « copinage », voire la main de la mafia de l’Inspection. Ce qui n’est pas toujours le cas. Mais les successions peuvent aussi être anticipées et bien acceptées.

  • 65 Cf. Les Nouvelles économiques et financières, 6 mai 1930, dossier Moreau, archives de la Banque de (...)

57On peut en donner deux exemples. É. Moreau connaissait, depuis le départ de Poincaré en juillet 1929, l’hostilité (réciproque d’ailleurs si on croit la presse) du nouveau président du Conseil, Tardieu, et du ministre des Finances, Paul Reynaud, à son égard65. Il n’a que 60 ans mais heureusement, l’heure étant encore au pantouflage facile, il prend contact avec Parisbas dont il devient le président. Lors de son départ, il n’hésite pas à dire :

  • 66 P.-V. de la séance du conseil général du 2 octobre 1930, dossier Moreau, archives de la Banque de F (...)

« J’ai obéi aussi à des considérations d’ordre privé. J’ai servi l’État pendant trente-neuf ans et je ne m’y suis pas enrichi. Je peux donc en toute conscience m’occuper d’intérêts privés pendant les dernières années de ma vie, surtout avec l’espoir de rendre de nouveaux services au pays dans mes nouvelles fonctions66. »

  • 67 F. Caron, « Le plan Mayer, un retour aux réalités », Histoire, économie et société, no 3, 3e trimes (...)

58Vingt ans plus tard, le même processus se répète. François Caron a bien montré que le virage libéral du plan Mayer, en 1948, s’est fait avec le soutien du gouverneur Mönick (nommé quatre ans plus tôt par un autre ministre), dont Claire Andrieu a souligné « le monétarisme avant la lettre67 ». Malgré cet accord de fond sur la politique à conduire, le nouveau ministre des Finances, Maurice Petsche, nommé le 12 janvier 1949, choisit aussitôt un nouveau gouverneur, dès le 19 janvier, en la personne de Wilfrid Baumgartner. Olivier Feiertag a bien montré la proximité politique et amicale ancienne existant depuis les années trente entre le nouveau ministre et le nouveau gouverneur. À l’indépendance ombrageuse du gouverneur Mönick, qui s’était exprimée notamment lors de la bataille des taux à l’automne 1948, le nouveau ministre Maurice Petsche a préféré un gouverneur plus amical, plus « conciliant ». Mais le mandat de gouverneur étant plus durable que celui de ministre, un « conciliant » peut vite devenir « ombrageux » avec un autre ministre.

  • 68 Sur Couve de Murville, il faut regretter que la récente biographie de J.-P. de Garate, qui s’appuie (...)

59Les réactions et commentaires sont d’autant plus visibles que l’alternance est forte ou le nouvel élu moins légitime et, disons-le, non-inspecteur. De cette illégitimité supposée, l’exemple le plus frappant est celui, en 1969, de l’éviction de Brunet au profit de Wormser, non inspecteur, ancien directeur des affaires politiques au Quai d’Orsay, puis ambassadeur à Moscou, fidèle de Couve de Murville (1930) devenu Premier ministre68. André de Lattre, alors sous-gouverneur, en a laissé un témoignage qui, derrière l’analyse des compétences, des circonstances et des préconisations, traduit bien l’esprit de corps. Évoquant la prestation de serment de O. Wormser, il raconte :

  • 69 A. de Lattre, Servir aux Finances, op. cit., p. 247-248, p. 225. L’italique est de nous.

« Cette prestation de serment est l’aboutissement d’un long et désagréable processus qui s’est mis en route dès la nomination de Couve comme Premier ministre. L’amitié et la complicité intellectuelle qui unissent Maurice Couve de Murville et Olivier Wormser ne sont un secret pour personne. L’ironie, le scepticisme, le pessimisme élégant de ces Cassandres au verbe précis les rapprochent étroitement, comme j’ai pu le voir lors des nombreux conseils tenus chez le Général sur le système monétaire international ou la situation de la livre sterling. Et la rumeur a naturellement circulé qu’Olivier Wormser, qui a rongé son frein pendant les événements de Mai derrière son bureau d’ambassadeur à Moscou, pourrait être nommé gouverneur de la Banque. La corporation des inspecteurs des Finances s’en émeut mais ne s’étonne guère. Olivier Wormser n’est certes pas inspecteur des finances, ni même diplomate de la carrière, puisqu’il a été intégré en 1946 au Quai d’Orsay au titre du cadre latéral, mais il a des qualifications indiscutables pour le poste. […] Olivier se sent à l’aise dans les chiffres, la finance, les marchés. Il apportera des soins gourmands à la fixation, chaque matin, du taux d’intervention de la Banque sur le marché monétaire. […] Avec l’arrivée de son ami Couve de Murville au pouvoir, son heure a sonné. Il a refusé l’offre qui lui est faite de s’installer rue de Rivoli, laissant la place à François-Xavier Ortoli qu’il n’estime que modérément. C’est donc rue de la Vrillière qu’il va. Encore faut-il que l’occasion lui soit donnée, avant d’y parvenir, de prouver à la communauté des banques et des affaires ses compétences en la matière. Comme il a des idées sur le fonctionnement des marchés monétaires et financiers, Couve lui demande de préparer pour le printemps 1969 un rapport sur le sujet. Si les conclusions en sont approuvées, il sera nommé gouverneur pour les mettre en œuvre. […] Les trois sages commencent leurs auditions peu avant Noël 1968 par une brève visite «de courtoisie» à Jacques Brunet. L’atmosphère est glaciale et l’on ne va guère au fond des choses. Brunet assure la commission de la collaboration loyale de la Banque. […] Olivier Wormser ajoute une pointe de perfidie en venant, accompagné de ses deux acolytes, faire passer à Jacques Brunet une sorte d’examen de sa politique monétaire sous couvert de lui présenter les orientations du rapport. Cette démarche est peu plaisante et moins encore le ton quelque peu condescendant sur lequel l’interrogatoire est mené. Cette fois, c’en est trop, et Jacques Brunet explose : «Cessons, s’il vous plaît cette comédie. Chacun sait que vous allez vous installer prochainement dans mon fauteuil. Prenez-le rapidement et que l’on n’en parle plus, et cela sans vous cacher derrière des arguties subalternes.» Olivier Wormser est quelque peu désarçonné par cette sortie qu’il est bien conscient d’avoir provoqué, et l’entretien rapidement tourne court69. »

60En revanche, le départ de Wormser de la Banque en 1974, voulu par Giscard d’Estaing, au profit de Clappier ne provoquera pas tant d’émotion : les inspecteurs sont de retour !

61En période d’alternance politique majeure, les changements sont encore plus mal acceptés par les témoins, que le bénéficiaire appartienne ou pas à l’Inspection.

62C’est le cas de deux successions qui ont alimenté de vifs débats dans la presse ou au Conseil et marqué les témoins en 1936 et en 1940.

  • 70 R. Lacour-Gayet, Souvenirs inédits, archives familiales, op. cit., p. 60 ; entretien avec l’auteur (...)
  • 71 Ibid., p. 59, et entretien avec l’auteur en 1981. En note, il précise : « Cinquante ans se sont éco (...)

63En juin 1936, le départ de Tannery qui n’est pas inspecteur rappelons-le, (puis de Lacour-Gayet, directeur du service des Études) au profit de Labeyrie, procureur général près la Cour des comptes, soutien déclaré du Front populaire, est clairement partisan. Lacour-Gayet se souvient de la convocation du nouveau gouverneur, Labeyrie, lui annonçant que, n’ayant pas sa confiance, il le remettait à la disposition du ministre des Finances70. Rappelant l’engagement de la Banque et de son gouverneur Tannery71 au côté du gouvernement Laval dans la bataille pour la déflation, il ne s’étonne guère de la sanction qui le frappe dans ses Souvenirs :

  • 72 Idem, p. 60.

« On se rappelle le triomphe du Front populaire. Les sanctions ne tardèrent pas. Tannery fut d’urgence remplacé par un ancien chef de cabinet de Caillaux, Labeyrie, que son poste de maire de Versailles n’avait pas empêché de virer vers l’extrême gauche. J’attendis plus longtemps. Quelques semaines après leur victoire, La Lumière parut avec une manchette en grosses lettres : «Incroyable mais vrai : Monsieur Lacour-Gayet est encore à la Banque de France.» L’exécution ne tarda pas. Le lendemain le gouverneur me convoqua et m’annonça que, n’ayant pas sa confiance, il me remettait à la disposition du Ministre des Finances72. »

  • 73 Dossier Lacour-Gayet, archives de la Banque de France.

64Le procès-verbal du conseil du 9 juin 1936 ne manifeste guère de réactions hostiles chez les régents (c’est tout l’inconvénient de cette source) mais le régent Mallet exprime à mots très couverts leur désaccord : « Au moment où le gouvernement a jugé bon de procéder à votre remplacement et où vous allez quitter des fonctions que vous avez honorées par votre personnalité73. »

  • 74 René Sergent, réponse écrite à notre questionnaire envoyé en 1981, p. 7 bis.

65Oubliant que toutes les nominations ont toujours été politiques, des témoins comme R. Sergent (1929) datent de cette époque la perte d’indépendance de la Banque : « La réforme de la Banque de France n’a fait aucun remous. C’est la désignation d’un nouveau gouverneur aux ordres du gouvernement qui a marqué la chute de cette institution en tant que contrepoids à une politique de déficit74. »

66En août 1940, à nouveau, un ministre des Finances, Bouthillier, choisit un gouverneur davantage aux ordres et renvoie Fournier au profit de Boisanger. Selon le témoignage de Brunet, nommé à la même date directeur du Trésor et, à ce titre, censeur de la Banque, « Bouthillier était convaincu que Fournier n’aurait pas la souplesse nécessaire et a fait appel à Monsieur de Boisanger qui avait été chef de cabinet de G. Bonnet. » Mais Brunet reconnaît que c’est moins cette nomination, éminemment politique, qui l’a heurté que le fait pour Boisanger d’avoir accepté le cumul de cette fonction de gouverneur avec celle de président de la Délégation française pour les affaires économiques auprès de la Commission d’armistice allemande à Wiesbaden, imposée par l’article 22 de la convention d’armistice du 22 juin 1940, cumul qui mettait le gouverneur de la Banque hors d’état de résister comme il l’aurait fallu aux exigences allemandes.

« C’est lui qui a été envoyé comme négociateur pour l’application de la convention d’armistice. Il a accepté de négocier, alors qu’il était gouverneur de la Banque de France, de l’or belge, c’était de sa part… c’était très léger, c’était de sa part une aberration extraordinaire… Le gouverneur de la Banque de France ne pouvait pas, à ce moment-là, accepter de négocier à Wiesbaden […] que le Gouverneur de la Banque de France accepte d’exécuter cet ordre mais même négocie sur ce sujet avec les adversaires allemands et avec les représentants de la Banque nationale de Belgique, c’est une aberration. »

  • 75 Entretien, cassette no 12, avec A. de Castelnau en 1990, IGPDE, et entretien enregistré avec l’aute (...)

67Interrogé sur sa réaction à l’époque, en décembre 1940, il nous a répondu : « Je suis membre du Conseil général de la Banque de France et Monsieur Baumgartner aussi et nous ne cachons pas notre désapprobation. Nous nous efforcions quant à nous à ne pas nous livrer à de telles extravagances75. »

68Le renvoi de Fournier, en août 1940, a provoqué, fait unique dans l’histoire de la Banque, la démission du collège des trois censeurs, présentée par M. Bassot qui, dans son discours, dénonça pêle-mêle le départ de Fournier, l’inaction du nouveau gouvernement de Vichy et le maintien regrettable de « l’esprit du parlement » et de ses « couloirs ». Cette démission collective fut reprise, à la demande de Fournier lui-même, avec cet argument tout à fait légaliste :

  • 76 P.-V. du conseil général du 6 septembre 1940, dossier Boisanger, archives de la Banque de France.

« Il ne s’agit pas à l’heure actuelle d’apprécier l’opportunité des mesures prises. Il s’agit d’obéir. L’obéissance est une grande vertu ; il faut aujourd’hui la pratiquer. Le chef de l’État l’a rappelé récemment. […] Votre geste serait compris comme une espèce de résistance à l’autorité gouvernementale. La Banque ne doit pas avoir cette attitude76. »

VII. Le rôle de l’appartenance à l’Inspection dans les relations entre le pape et l’empereur

69En ayant bien conscience que l’histoire de ces relations résulte d’abord de la situation financière et monétaire de la France et du contexte politique et international, quatre remarques peuvent être faites à partir de l’étude de quelques couples.

70L’appartenance à l’Inspection des membres du gouvernement de la Banque n’est pas une condition nécessaire à de bonnes relations avec le ministre. Rappelons les heureuses relations entretenues, entre 1930 et 1934, entre Moret, non-inspecteur, et le ministre des Finances, notamment pour la politique du bloc-or. En 1935, la déflation est bien l’œuvre conjointe, d’un côté, du gouverneur Tannery, non-inspecteur, et de l’autre, des directions et cabinets d’un ministère dirigés par des inspecteurs des Finances. De même, en 1936, la dévaluation est menée par le gouverneur Labeyrie, non inspecteur, et Rueff, directeur du MGF, avec le soutien des chef et chef adjoint de cabinet d’Auriol, Tron (1930) et Saltes, inspecteurs des Finances. Le consensus dans la stratégie monétaire n’exige pas nécessairement la présence d’inspecteurs des Finances.

71À l’inverse, la présence d’inspecteurs à la Banque et au Trésor n’est pas non plus une condition suffisante pour engendrer une perception commune de la politique à mener.

72Le témoignage critique, déjà vu, de Brunet, inspecteur et directeur du Trésor d’août 1940 à 1946, sur Boisanger, nommé par Bouthillier, montre bien les limites des affinités supposées entre inspecteurs. Plus tard, les relations semblent avoir été bien mauvaises entre Baumgartner et Bloch-Lainé, directeur du Trésor jusqu’en 1952, si l’on en croit les souvenirs de Bloch-Lainé et de Pierre Cassou, alors détaché à la direction générale des titres :

  • 77 Entretien, cassette no 8, avec S. Effosse en 1992, IGPDE. Mais entre 1949 et 1952, les relations de (...)

« Je me souviens des démêlés avec Bloch-Lainé. Il y a eu des choses effarantes et, en toute honnêteté, tout cela était humain, mais je pensais profondément que l’esprit public, que l’intérêt public devait prévaloir. Alors je me suis employé à amortir les choses77. »

73Le témoignage de Schweitzer, directeur du Trésor de 1952 à 1960, prouve qu’il n’a pas beaucoup d’estime pour Baumgartner, son ministre, en dépit de leur commune appartenance à l’Inspection et au protestantisme. À la question : « Quelles étaient vos relations avec la Banque de France ? », il répond :

  • 78 Entretien, cassette no 10, avec A. Georges-Picot, 1990, IGPDE.

« Le gouverneur de la Banque de France, comme vous le savez, était Wilfrid Baumgartner qui était une forte personnalité […] qui était très remarquable, qui se considérait comme très remarquable, qui aimait beaucoup jouer de son autorité, qui soignait sa publicité. […] Alors il tenait la dragée haute au ministre des Finances, au moins jusqu’à l’arrivée du général de Gaulle […] en ne facilitant en rien les financements publics. […] Dans les moments difficiles, la question se posait pratiquement tous les soirs… tous les soirs, vers cinq heures, il fallait que le compte du Trésor soit balancé… enfin cela arrivait souvent. J’attendais paisiblement dans mon bureau et Baumgartner téléphonait à un moment donné en me disant : “Cher Schweitzer, le compte risque d’être rouge ce soir, alors j’ai consenti à faire escompter ceci ou cela.” […] Ma technique et ma tactique ont toujours été d’attendre paisiblement à mon bureau que Baumgartner m’appelle sur l’interministériel78. »

  • 79 Cf. l’analyse fine et détaillée de ces relations dans la durée d’O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, (...)

74Les mésententes entre inspecteurs ne sont pas exceptionnelles mais elles atteignent rarement l’intensité et la notoriété de celle de Baumgartner et de Rueff, conseiller du général de Gaulle et président du Comité des experts en 195879, que Clappier analyse ainsi :

  • 80 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

« Cela remontait à l’avant-guerre… Ils étaient donc en compétition. Ils ne s’aimaient pas particulièrement l’un l’autre, quoique tous deux inspecteurs des Finances et voisins de promotion ».
Q. « D’un point de vue économique ou doctrinal ils étaient assez proches ? »
R. « Oui, mais encore une fois, n’oubliez pas qu’au-delà des opinions, les conflits de personne ont toujours joué et jouent encore un rôle considérable dans la vie communautaire80. »

  • 81 Cf. Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, (...)

75Roger Goetze, conseiller du général de Gaulle et auteur du plan Pinay-Rueff de 1958, attribue à cette mésentente l’absence totale, dans le plan de 1958, de réforme monétaire ou du crédit, sans s’en plaindre d’ailleurs81.

76L’absence d’inspecteurs des Finances à la tête de la Banque peut-elle être un facteur de malentendus entre la Banque et l’exécutif ?

  • 82 M. Netter, Histoire de la Banque de France entre les deux guerres, 1918-1939, op. cit., p. 88. Robi (...)

77C’est l’hypothèse de Marcel Netter pour la période 1920-1922 durant laquelle le gouvernement de la Banque est totalement exempt d’inspecteurs des Finances82. Outre qu’il est difficile d’isoler un facteur de malentendus, il faut faire remarquer qu’avant 1911, la présence d’au moins un inspecteur des Finances était très rare. La circonstance n’était donc ni nouvelle ni exceptionnelle. Ce qui l’était en revanche, c’était le poids des cadres de la Banque dans le gouvernement de la Banque, l’absence d’anciens du ministère, par conséquent la pénurie de relations personnelles avec le ministère et, peut-être, la difficulté d’être entendus.

  • 83 Ortoli est ministre des Finances ; Larre puis Pierre Brossolette, en 1971, directeurs du Trésor.

78À l’autre bout de la période, des témoins attestent des difficultés qu’a pu rencontrer O. Wormser, le premier gouverneur depuis 1937 à ne pas être issu de l’Inspection, en face d’un ministère entièrement dirigé par des inspecteurs des Finances83. Même Théron, qui n’est pas inspecteur, en témoigne :

  • 84 Entretien, cassette no 10, avec F. Demarigny en 1992, IGPDE.

« Il faut bien l’avouer, il [O. Wormser] était dans une position un petit peu difficile quand il a été nommé. Il a été nommé par Monsieur Couve de Murville un petit peu contre, euh, pas contre mais en portant ombrage au corps de l’Inspection des Finances et par conséquent il semble bien, autant que je l’ai ressenti quand je travaillais à ses côtés, qu’il avait à se défendre de nombre de personnes que ce soit au Trésor, […] lui était un petit peu seul84. »

79Clappier confirme, par comparaison avec son cas personnel, les difficultés des relations en l’absence d’inspecteur des Finances à la tête de la Banque et alors que le ministère et le Trésor sont dirigés par eux. À la question : « Quel était l’état de vos relations entre la Banque de France et le gouvernement à ce moment-là ? », il répond :

  • 85 Entretien, cassette no 11, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE. L’italique est de nous.

« Écoutez, l’état de ces relations a toujours été le même. Je veux dire que les relations en question sont plus ou moins étroites suivant que les relations entre le gouverneur et le ministre des Finances de l’époque sont bonnes ou pas bonnes… Quand je suis devenu second sous-gouverneur en 1964, les relations entre le ministre des Finances et le gouverneur étaient bonnes. Elles sont devenues moins bonnes en 1969 quand Olivier Wormser a été nommé gouverneur de la Banque de France, car il n’était pas inspecteur des Finances, ce qui était un vice rédhibitoire aux yeux du ministre des Finances [Ortoli, inspecteur des Finances] qui considérait que le gouverneur doit être régulièrement un inspecteur des Finances85. »

80Les archives orales ne permettent pas de dire s’il sourit en disant cela, mais on peut le supposer. Il ajoute d’ailleurs :

« Elles étaient cordiales sur le plan personnel mais sur le plan du service, si je puis dire, le ministre des Finances avait tendance à considérer le gouverneur de la Banque de France comme un directeur du Ministère comme les autres. Et cela n’a pas changé ! »

81Il parle en 1990.

82On voit bien qu’au fil des années, l’Inspection ayant considéré la Banque de France comme une chasse gardée, la première entorse à ce qui était considéré par elle comme une tradition a entraîné des tensions entre la rue de Rivoli et la rue de La Vrillière, surtout quand le ministre, Couve de Murville, pourtant inspecteur, auteur de ce choix singulier, est lui-même parti. On est, alors, loin de l’atmosphère des années 1930, lorsque l’appartenance à l’Inspection n’était pas encore considérée comme une règle tacite et contraignante mais comme une opportunité parmi d’autres dont le gouverneur non-inspecteur pouvait se réjouir, ainsi que le fait Moret à l’assemblée générale des actionnaires de janvier 1931, lorsqu’il présente Farnier, sous-gouverneur, quitte à prendre quelques libertés par rapport à la réalité :

« Comme lui [il s’agit de Fournier], il appartient à cette élite de jeunes hommes qui, pourvus d’une forte culture générale, conscients des devoirs incombant à leur génération mûrie par les épreuves de la guerre, ont rapidement affirmé leur valeur dans les cadres de l’Inspection générale des Finances. »

  • 86 Et au grand dam d’un autre inspecteur des Finances, A. de Chalendar, revenu de Londres où il était (...)

83En effet, Farnier, né en juillet 1894, est certes un brillant licencié en droit, lauréat de la Faculté de Paris 1914, mais là s’arrête sa culture générale. Orphelin, il reste quatre ans dans les services auxiliaires et termine la guerre comme caporal après quatre ans de campagne simple, puis est reçu au concours de 1919. Sa carrière a été très rapide mais justement pas dans les cadres de l’Inspection, qu’il quitte dès 1922 pour l’emploi de chargé de mission à la direction du Budget et du Contrôle financier puis, en juin 1924, pour celui de chef adjoint du cabinet du ministre des Finances du Cartel, Clémentel, qui le nomme sous-directeur à la Comptabilité publique. C’est Chéron qui le propulsera dans la direction reine en 1928, comme sous-directeur du MGF puis directeur à la place et sur la recommandation du même Moret86.

84La présence des inspecteurs à la tête de la Banque peut être un facteur de relations harmonieuses mais à condition que d’autres facteurs interviennent : formation commune, affinités intellectuelles ou générationnelles.

85Plusieurs couples heureux, (le gouverneur d’une part, et le directeur du Trésor ou le ministre d’autre part), illustrent cette remarque : celui de É. Moreau et Farnier, pourtant bien plus jeune, entre 1928 et 1930, unis dans les négociations du plan Young comme dans la politique du bloc-or ; celui de Petsche, ministre des Finances, avec Baumgartner, de 1949 à 1951 ; celui de Baumgartner et Brunet, de 1960 à 1962, le premier, devenu ministre, ayant pu en quelque sorte rester gouverneur par personne interposée. Lorsque cette entente existe, elle semble favoriser l’autorité de la Banque de France, comme tient à le souligner Brunet, interrogé sur le degré d’autonomie dont il a joui de 1960 à 1968 :

  • 87 Entretien, cassette no 12, avec A. de Castelnau en 1989 IGPDE. Peu avant, il précisait : « Je dirai (...)

« Je vous répète que la gestion monétaire n’a pas posé de problème grave et dans ces conditions, j’ai eu l’autonomie nécessaire pour poursuivre une politique sur le principe de laquelle j’avais l’accord du ministre des Finances et je dois dire du général de Gaulle, sous réserve de la propension du général à faire aux doctrines de Monsieur Rueff une place que je n’étais pas disposé à concéder87. »

86C’est aussi vrai du couple le plus récent, celui de Clappier et V. Giscard d’Estaing entre 1974 et 1979, tous deux polytechniciens et inspecteurs, n’ayant que quelques années d’écart, que les ministres soient J.-P. Fourcade, inspecteur, ou R. Barre. Quand on a demandé à Théron, resté à la Banque de 1947 à 1981 : « Quelles sont les périodes, à votre avis, telles que vous les avez vécues, où la Banque de France a eu le plus d’indépendance ? », il a répondu :

« Le plus d’indépendance, je crois que c’est avec Monsieur Clappier […] c’est une question de personne, une question d’entente […]. Pourquoi ? Parce que […] Monsieur Clappier s’entendait bien semble-t-il avec M. Giscard d’Estaing. […] Tout le monde était à peu près sur la même longueur d’ondes. Cela pour ce qui est des relations au niveau le plus élevé. Il y aussi les relations au jour le jour. Il faut bien voir que le Trésor, de mon temps, a toujours eu tendance à vouloir gagner la main, en demander toujours un peu plus. »

87Et plus tard, il reprend :

  • 88 Entretien, cassette no 12, avec F. Demarigny, 1990, IGPDE.

« Il n’y a donc pas d’indépendance juridique de l’Institut d’émission. […] Cette indépendance n’existe pas. Et la seule chose qui permet à la Banque d’avoir une certaine indépendance, une relative indépendance, c’est l’autorité que peut avoir l’Institut d’émission en général et surtout le gouverneur […] il y a des moments où il semble plus ou moins écouté, cela dépend certes des circonstances […] cela dépend peut-être de la voix qui prononce et de la personne qui entend. Quand les relations sont bonnes entre le ministre et le gouverneur ou entre le chef de l’État et le gouverneur, il n’y a aucun doute que la vie est plus facile. Je ne dis pas que le franc se porte mieux, c’est quelque fois l’inverse. […] Cela dépend non pas des questions de couleur politique, je ne crois pas que cela soit tellement cela, cela dépend des hommes88. »

88Propos que reprend Clappier :

  • 89 Entretien, cassette no 11, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

« Et je dois dire que rarement je pense, dans l’histoire de la Banque de France, un gouverneur a eu des relations aussi faciles, aussi directes, si je puis dire, que j’en ai eu avec Monsieur Barre, car nous étions sur la même longueur d’ondes dès le début. Par conséquent je n’ai jamais eu le moindre problème avec lui. Lui, il en avait avec son gouvernement, mais avec moi, il n’en avait aucun89. »

89On ne peut mieux démontrer que l’autonomie de la Banque dépend de l’harmonie qui règne entre le pape et l’empereur, inspecteurs ou non.

90On l’aura compris, tous ces exemples permettent d’affirmer que des relations harmonieuses, les communautés de point de vue entre des personnalités peuvent difficilement être réduites à l’appartenance à un corps, fût-il celui de l’Inspection. Elles tiennent à bien d’autres choses : affinités de génération, d’épreuves traversées en commun, d’absence de compétition, de conscience partagée de leur valeur, d’objectifs communs (la construction d’une Europe monétaire), de respect mutuel ou de complémentarité de compétences.

91Mais les derniers témoignages incitent aussi à inverser la perspective et à s’intéresser, dans la période suivante, moins à l’appartenance ou non à l’Inspection des dirigeants de la Banque ou des ministres qu’à la compétence et l’autorité des ministres experts, élus ou non, de droite ou de gauche. Ces « hommes (ou femmes) politiques experts » à Rivoli ou Bercy, à Matignon ou à l’Élysée, parlant le même langage que les dirigeants de la Banque, lui donnent en fait, et bien avant la modification de son statut, la possibilité, d’être mieux entendue et comprise par le gouvernement et de défendre une position commune.

Tableau 1. Liste des inspecteurs des Finances à la Banque de France des promotions 1878-1939

Sergent (Ch.) (1894)

second sous-gouverneur

18/07/1911 – 16/11/1917

Lacour-Gayet (1921)

directeur des études

01/07/1930 – 30/09/1936

Moreau (1896)

gouverneur

26/06/1926 – 24/09/1930

Villard (1921)

premier sous-gouverneur

31/08/1940 – 29/08/1944

Luquet (1898)

second sous-gouverneur

28/12/1917 – 04/03/1918

Bizot (J.-J.) (1922)

second sous-gouverneur

28/10/1937 – 05/09/1939

premier sous-gouverneur

05/03/1918 – 03/11/1920

Rueff (1923)

second sous-gouverneur

08/09/1939 – 22/01/1941

Leclerc (1900)

second sous-gouverneur

05/12/1922 – 25/06/1926

Brunet (1924)

gouverneur

02/01/1960 – 10/04/1969

premier sous-gouverneur

26/06/1926 – 20/10/1928

Baumgartner (1925)

gouverneur

19/01/1949 – 18/01/1960

Farnier (1919)

second sous-gouverneur

11/10/1930 – 15/01/1934

Saltes (1930)

second sous-gouverneur

22/12/1945 – 30/09/1952

Fournier (1919)

second sous-gouverneur

01/03/1929 – 28/02/1934

premier sous-gouverneur

01/10/1952 – 05/02/1960

premier sous-gouverneur

01/03/1934 – 19/07/1937

Calvet (1933)

second sous-gouverneur

01/10/1952 – 07/02/1960

gouverneur

20/07/1937 – 31/08/1940

premier sous-gouverneur

08/02/1960 – 30/06/1966

Bréart de Boisanger (1920)

second sous-gouverneur

20/07/1937 – 27/10/1937

Schweitzer (1936)

second sous-gouverneur

10/02/1960 – 29/08/1963

premier sous-gouverneur

28/10/1937 – 30/08/1940

Clappier (1939)

second sous-gouverneur

07/01/1964 – 19/07/1966

gouverneur

31/08/1940 – 22/08/1944

premier sous-gouverneur,

20/07/1966 – 13/06/1974

Mönick (1920)

gouverneur

07/10/1944 – 19/01/1949

gouverneur

14/06/1974 – 21/11/1979

NB : Les chiffres entre parenthèses représentent les années de concours d’entrée à l’Inspection. Ils sont classés par ordre de promotion.

Notes

1 Ce chapitre est une version complétée et actualisée de notre communication « Les inspecteurs des Finances à la Banque de France au xxe siècle », O. Feiertag, M. Margairaz, (dir), Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe, xviiè-xxè siècle, le bicentenaire de la Banque de France dans la perspective de l’identité monétaire européenne, Paris, Albin Michel, 2003, 830 p., p. 569-590.

2 Sans oublier les relations de la Banque avec les banques, la « Place ». J. Bouvier, « La Banque de France et l’État de 1850 à nos jours », L’Historien sur son métier. Études économiques, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989, 518 p., p. 369-399, p. 372.

3 D’autres historiens sont bien mieux placés pour écrire cette histoire, à commencer par les participants au colloque cité ci-dessus. On trouvera une bibliographie très riche sur cette histoire dans l’ouvrage collectif d’O. Feiertag et M. Margairaz, (dir), Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe, Le bicentenaire de la Banque de France dans la perspective de l’identité monétaire européenne, Paris, Albin Michel, 2003, 830 p., et pour la période du gouverneur Baumgartner de 1949 à 1960, il faut lire l’ouvrage indispensable d’O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner. Un grand commis des Finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p. Pour les années vingt, cf. B. Blancheton, Le Pape et l’Empereur, La Banque de France, La direction du Trésor et la politique monétaire (1914-1928), Paris, Albin Michel, 2001, 502 p. Pour les années trente, cf. K. Mouré, Managing the franc Poincaré, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, 306 p. ; « Undervaluing the franc Poincaré » ; Economic History Review, XLIX, I, 1996, p. 137-153. Tous ont utilisé le travail de M. Netter, Histoire de la Banque de France entre les deux guerres, 1918-1939, édité par sa fille, Monique de Tayrac, diffusé par Delamain en 1994, 629 p. La synthèse la plus récente sur l’action des gouverneurs dans les années 1935-1944 vient de paraître : M. Margairaz, « Les gouverneurs dans la tourmente (1935-1944) », L’Économie faite homme, Hommage à Alain Plessis, édité par O. Feiertag et I. Lespinet-Moret, Paris, Droz, 2010, 588 p., p. 113-134.

4 Années qui correspondent à la présence à la Banque des inspecteurs des Finances des promotions 1878-1939, retenues dans le cadre de notre thèse.

5 Rappelons que les gouverneurs et sous-gouverneurs sont nommés par décret et que depuis 1897, leur mandat était incompatible avec un mandat législatif.

6 J. Bouvier, L’Historien sur son métier…, op. cit., p. 373.

7 Le Comité est cité sous le sigle IGPDE dans le corps du texte.

8 355 inspecteurs des Finances seront définitivement reçus à l’Inspection entre 1878 et 1939.

9 Déclaration de Wilfrid Baumgartner devant le Conseil général, le 20 janvier 1949, dossier Baumgartner, archives de la Banque de France. La citation complète est : « Il (le Ministère des Finances) se trouve, vis-à-vis de l’ensemble des Pouvoirs publics, dans la même position que la Banque vis-à-vis de lui. Il risque de subir alors qu’il faut agir. Motif évident de ne pas transformer en inimitié, même cordiale, ce qui peut être émulation. Ces deux moitiés de Dieu, le Pape et l’Empereur, comme dit Victor Hugo, peuvent régler pacifiquement même la querelle des investitures. »

10 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

11 Nous n’avons pas retenu les promotions de guerre avant l’ENA car nous nous appuyons sur notre base de données constituée dans le cadre de notre thèse sur les inspecteurs ayant réussi le deuxième concours entre 1918 et 1942, mais sans cela, il faudrait ajouter A. de Lattre (1946), soit 19 sur un total plus élevé de 413 inspecteurs de 1878 à 1946, ce qui donnerait un pourcentage encore plus faible de 4,5 %.

12 Si l’on prolongeait jusqu’à la fin du siècle, il faudrait ajouter : 5 sous-gouverneurs et 3 gouverneurs issus de l’Inspection.

13 Cf. tableau 1 en fin de chapitre.

14 Cf. ci-dessus, première partie, chapitre II.

15 M. Netter, Histoire de la Banque de France entre les deux guerres (1918-1939), op. cit., p. 148.

16 Entretien enregistré avec l’auteur en janvier 1981.

17 Sa chance, dit-il, fut d’avoir appris, en autodidacte, l’économie politique à Londres lorsqu’il y fut attaché financier en 1945-1947. Entretien enregistré avec l’auteur en octobre 1981.

18 Cf. ci-dessus, première partie, chapitre III.

19 Sur l’enseignement de l’économie dans cette période, il faut consulter l’ouvrage complet, déjà cité dans la première partie, de L. Le Van-Lemesle, Le Juste ou le riche, L’Enseignement de l’économie politique 1815-1920, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, 787 p.

20 Cf. ci-dessous, quatrième partie.

21 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, 2 vol., Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991 ; O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit. Cf. aussi, dans notre bibliographie à la fin de l’ouvrage, les témoignages, notamment de R. Goetze, F. Bloch-Lainé, C. Gruson.

22 Compétences qui ne se sont pas toujours manifestées au concours puisqu’un tiers est reçu 1er ou 2e et un tiers dernier ou avant-dernier.

23 Entretien, cassette no 10, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE. S’il a en effet dirigé la DREE et participé à la négociation du traité de Rome, rappelons que ce dernier ne comprenait aucun dispositif sur les relations monétaires, contrairement à ce que Marjolin aurait souhaité, comme il le rappelle.

24 Entretien, cassette no 12, avec A. Georges-Picot en 1990, IGPDE.

25 Il s’agit de Calvet.

26 On peut supposer que Calvet a tiré les leçons de son expérience avec Schweitzer et cherché une sortie ultérieure dans une banque. Ce sera le CNEP, avec la promesse de la présidence de la BNP, qu’il n’aura pas.

27 R. Lacour-Gayet, Souvenirs inédits, p. 47, archives familiales et entretien enregistré avec l’auteur en 1981. Une partie de ces Souvenirs a été publiée sous le titre « Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », Études et Documents, III, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991.

28 Entretien, cassette no 11, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

29 Adresse à Paris de la Banque de France.

30 A. de Lattre, Servir aux Finances, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999, 423 p., p. 247-248.

31 Dossier Brunet, archives de la Banque de France.

32 Ou dans le cas, exceptionnel, de Mönick, en octobre 1944, du secrétaire général.

33 Il s’agit de Calvet.

34 Entretien, cassette no 12, avec A. Georges-Picot le 23 février 1990, IGPDE.

35 A. de Lattre, Servir aux Finances, op. cit., p. 160.

36 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

37 P.-V. de la séance du Conseil général du 29 juin 1967, à l’occasion du départ de Maurice Pérouse, directeur du Trésor depuis 1960, pour la Caisse des dépôts, dossier Brunet, archives de la Banque de France.

38 M. Netter, Histoire de la Banque de France entre les deux guerres, 1918-1939, op. cit., p. 79 ; cf. aussi O. Arquinet, Georges Robineau, gouverneur de la Banque de France du 25 août au 26 juin 1926. L’Espoir déçu d’un retour à la parité or du franc sur ses bases d’avant-guerre, mémoire de maîtrise sous la direction d’A. Plessis et O. Feiertag, Paris-X-Nanterre, 1997, 162 p. ; voir aussi G. Lachapelle, Les Finances de la IIIe République, Paris, Berger-Levrault, 1937, 252 p.

39 Entretien, cassette no 11, avec A. de Castelnau le 10 mars 1989, IGPDE.

40 Idem.

41 É. Moreau, Souvenirs d’un Gouverneur de la Banque de France, Histoire de la stabilisation du Franc, (1926-1928), Paris, Éd. M. Th. Génin, 1954, 624 p., p. 3.

42 P.-V. de la séance du conseil général du jeudi 4 janvier 1934, dossier Farnier, archives de la Banque de France. Il choisira Guernaut, receveur de la Seine.

43 Idem. Notons que Mme Haguenin est la veuve de l’écrivain Victor Marguerite.

44 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

45 Le procès-verbal de la séance du conseil du 6 septembre 1940, qui rapporte le discours de Villard lors de son installation, n’en dit mot.

46 H. du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions, Souvenirs, juillet 1940-avril 1942, Genève, Les Éditions du Cheval Ailé, 1946, 436 p., p. 149-150. Du Moulin précise que le Maréchal lui en a gardé rancune quelque temps.

47 Entretien transcrit, cassette no 3 bis, avec A. Terray le 25 janvier 1989, IGPDE.

48 Dossier Rueff, archives de la Banque de France. Notons que depuis l’article 8 du décret du 31 décembre 1936, modifié par le décret du 30 juillet 1937, les gouverneurs et sous-gouverneurs qui cessent leur fonction continuent de recevoir leur traitement pendant trois ans, sous réserve, au cas où ils viendraient à recevoir d’autres rémunérations, de l’agrément du ministre.

49 J. Rueff, De l’aube au crépuscule, Autobiographie, Paris, Plon, 1977, 443 p., p. 170.

50 A. Sabouret, MM. Lazard Frères et Cie, Une saga de la fortune, Paris, Le Livre de poche, 1996, 313 p., p. 115.

51 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

52 Dossier Rueff, archives de la Banque de France.

53 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit.

54 A. de Lattre, Servir aux Finances, op. cit., p. 240.

55 Entretien, cassette no 12, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

56 L’italique est de nous.

57 Idem, cassette no 9.

58 Cf. ci-dessous, chapitre XIII.

59 Dossier Machart, archives de la Banque de France.

60 Entretien, cassette no 4, avec S. Effosse en 1992, IGPDE.

61 Entretien, cassette no 10, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE. Sur les relations entre le Trésor, la Banque de France et les banques dans les années soixante, on consultera la thèse récente et neuve de L. Quennouëlle-Corre, Entre modernisation et recherche de l’équilibre. La direction du Trésor, 1947-1967, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p., p. 497-527.

62 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit., p. 69-73.

63 Cf. ci-dessus, troisième partie, chapitre XI, notamment le propos ironique de Commentaire du 25 juillet 1937 sur l’ascension de Boisanger.

64 Entretien, cassette no 7, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

65 Cf. Les Nouvelles économiques et financières, 6 mai 1930, dossier Moreau, archives de la Banque de France. L’hostilité de Tardieu porterait sur les compétences trop limitées de É. Moreau, sur sa position fluctuante à l’occasion de la négociation du plan Young et sur son refus devant les revendications en matière de retraite des anciens combattants de la Banque ; cf. aussi Alpes nouvelles, 4 octobre 1930 ; Le Petit Bleu, 23 septembre 1930.

66 P.-V. de la séance du conseil général du 2 octobre 1930, dossier Moreau, archives de la Banque de France.

67 F. Caron, « Le plan Mayer, un retour aux réalités », Histoire, économie et société, no 3, 3e trimestre 1982, p. 423-437 ; C. Andrieu, « La politique du crédit, frein ou moteur de la modernisation (1945-1950) », in P. Fridenson, A. Straus, (dir.), Le Capitalisme français, Paris, Fayard, 1987, p. 239-253, p. 244. Références citées par O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit., p. 324.

68 Sur Couve de Murville, il faut regretter que la récente biographie de J.-P. de Garate, qui s’appuie surtout sur des témoignages et sur la presse, traite aussi vite la période Rivoli et Matignon. D’ailleurs, O. Wormser ne figure même pas dans l’index. Cf. J.-P. de Garate, Couve de Murville (1907-1999), Paris, L’Harmattan, 2007, 407 p.

69 A. de Lattre, Servir aux Finances, op. cit., p. 247-248, p. 225. L’italique est de nous.

70 R. Lacour-Gayet, Souvenirs inédits, archives familiales, op. cit., p. 60 ; entretien avec l’auteur en 1981 et dossier de presse dans le dossier Lacour-Gayet, archives de la Banque de France, notamment un article de La Lumière du 15 octobre 1937, titré « Incroyable ! », faisant état, pour la condamner vivement, de la rumeur de sa nomination au poste de directeur des Règlements internationaux en remplacement de Quesnay. On peut lire : « Aurait-on oublié que, pendant des années, de son officine de la Banque de France, M. Lacour-Gayet a organisé et inspiré en usant de moyens de corruption des campagnes de mensonge et de chantage politique contre les Républicains ? »

71 Ibid., p. 59, et entretien avec l’auteur en 1981. En note, il précise : « Cinquante ans se sont écoulés et je ne suis pas sûr que nous ayons eu raison. D’abord parce qu’au fond une dévaluation était inévitable ; ensuite parce qu’un Institut d’émission n’a pas qualité pour jouer un rôle politique. » La bataille a consisté à multiplier les articles, conférences auprès des hommes politiques, de la presse et des chambres de commerce.

72 Idem, p. 60.

73 Dossier Lacour-Gayet, archives de la Banque de France.

74 René Sergent, réponse écrite à notre questionnaire envoyé en 1981, p. 7 bis.

75 Entretien, cassette no 12, avec A. de Castelnau en 1990, IGPDE, et entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

76 P.-V. du conseil général du 6 septembre 1940, dossier Boisanger, archives de la Banque de France.

77 Entretien, cassette no 8, avec S. Effosse en 1992, IGPDE. Mais entre 1949 et 1952, les relations de Baumgartner avec le ministre Petsche étaient chaleureuses et dans sa thèse, O. Feiertag démontre leur convergence de vues, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit., p. 315.

78 Entretien, cassette no 10, avec A. Georges-Picot, 1990, IGPDE.

79 Cf. l’analyse fine et détaillée de ces relations dans la durée d’O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit.

80 Entretien, cassette no 9, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

81 Cf. Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, texte établi, présenté et annoté par N. Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 420 p., quatrième partie.

82 M. Netter, Histoire de la Banque de France entre les deux guerres, 1918-1939, op. cit., p. 88. Robineau et Ernest-Picard sont d’anciens cadres de la Banque et Morel, TPG à la suite d’une carrière exclusivement comptable, n’a jamais exercé de fonctions de direction aux Finances.

83 Ortoli est ministre des Finances ; Larre puis Pierre Brossolette, en 1971, directeurs du Trésor.

84 Entretien, cassette no 10, avec F. Demarigny en 1992, IGPDE.

85 Entretien, cassette no 11, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE. L’italique est de nous.

86 Et au grand dam d’un autre inspecteur des Finances, A. de Chalendar, revenu de Londres où il était attaché financier. Cf. entretien enregistré du fils de Chalendar avec l’auteur en 1982. Cf. M. Netter, Histoire de la Banque de France…, op. cit., p. 340 et dossier Farnier, archives de la Banque de France et du service de l’IGF.

87 Entretien, cassette no 12, avec A. de Castelnau en 1989 IGPDE. Peu avant, il précisait : « Je dirai, en toute simplicité, que sous la gestion de Monsieur Baumgartner et je pense sous la mienne, le représentant de la Banque de France avait une voix aussi autorisée que le président de la Federal Reserve Board aux États-Unis. […] La Banque de France jouissait au demeurant d’une considération tout à fait indiscutée à cette époque. […] Je ne pense pas pour autant que la Banque de France se soit dépréciée sous la gestion de gens comme La Genière ou tout autre. »

88 Entretien, cassette no 12, avec F. Demarigny, 1990, IGPDE.

89 Entretien, cassette no 11, avec F. Demarigny en 1990, IGPDE.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540