Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Cinquième partie. Vichy, l’engrenage dirigiste entre pénurie, rénovation et collaboration d’État (1940-1944)

Chapitre XVI. La mise en place de l’appareil vichyste : une conversion équivoque

Texte intégral

1Conformément à la « politique de présence », les nouveaux dirigeants de Vichy se hâtent de bâtir un appareil de direction des finances et de l’économie. À la fin de 1940, les principaux éléments sont mis en place. Ils réutilisent des instruments anciens, mais s’appuient aussi sur des structures nouvelles, tenant compte des contraintes issues de la pénurie, de l’Armistice et de l’Occupation. Les Finances et son puissant ministre, Yves Bouthillier, dominent les principaux instruments de l’équilibre financier et monétaire. Un important ministère de la Production industrielle est chargé de diriger production et répartition (nous ne nous attarderons pas sur la « Corporation paysanne » — étudiée par Isabelle Boussard — seule véritable organisation corporatiste, dans la mesure où nous nous préoccupons de l’appareil étatique). Une telle rénovation et un tel renforcement des organes étatiques ne risquent-ils pas cependant d’être tributaires des dramatiques conditions qui ont préludé à leur genèse ?

I. L’ÉQUIPE DIRIGEANTE ET LA POLITIQUE DE « PRÉSENCE »

2Le régime de Vichy n’a pas été — on le sait — épargné par l’agitation et l’instabilité gouvernementale (il n’y eut pas moins de sept remaniements ministériels de juillet 1940 à avril 1942), malgré la mise à l’écart des assemblées et du contrôle parlementaire. Les responsables des finances ou de l’économie n’ont pas été toutefois marqués par des mutations aussi fréquentes qu’au sommet de l’État. Dès les premiers mois, la plupart de ceux qui vont diriger les services financiers et économiques sont en place, et restent à leur poste, au moins jusqu’au retour de Laval, en avril 1942.

1. Les dirigeants.

  • 1 Cf. Yves Durand, Vichy (1940-1944), Paris, 1972, 176 p. ; Robert O. Paxton, La France de Vichy 194 (...)

3Si l’on s’attache aux responsables de premier plan, on s’aperçoit qu’ils ont, pour la plupart, occupé des postes importants dans l’Administration ou dans les cabinets ministériels1.

• La « primauté de l’Administration sur la politique » (Yves Bouthillier)2.

  • 2 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, I, Face à l’ennemi, face à l’allié, Paris, 1951, p. 13.
  • 3 Propos d’Henri Moysset à Darlan, rapportés par Jean-Pierre Azéma, De Munich à La Libération 1938-1 (...)
  • 4 Cf. Richard F. Kuisel, Le Capitalisme..., op. cit., ch. V, p. 227 et suiv. ; cf. J. C. Germain-Tho (...)
  • 5 Jean-Pierre Azéma, De Munich..., op. cit., p. 87. La plupart de ces hauts fonctionnaires devenus m (...)
  • 6 Cf. Jean Berthelot, Sur les rails du pouvoir (de Munich à Vichy) ; Paris, 1968, 322 p.
  • 7 Cf. Le Gouvernement de Vichy - 1940-1942(Colloque FNSP, 6-7 mars 1970), Paris, 1972, p. 88 et suiv (...)
  • 8 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 206. Cf. également Alfred Sauvy, La vie économique (...)

4Les nouveaux responsables se rangent plutôt parmi les « nouveaux cyclistes » que parmi les « anciens Romains »3. Plusieurs auteurs ont souligné l’arrivée de nombreux techniciens, hauts fonctionnaires ou « experts » à Vichy. On les trouve naturellement aux postes de responsabilité économique et financière4. Bien que relativement jeunes, ces hommes ne sont pas de nouveaux venus à des postes élevés. Dans cette fraction de l’appareil d’État, la « Révolution » du 10 juillet 1940 ne consacre pas « la grande revanche des minorités » (Stanley Hoffman), moins encore la « révolution des ratés » (Georges Bernanos)5. Bien plutôt, elle promeut une élite administrative ou technique, dont les responsabilités étaient déjà élevées avant cette date. Plusieurs d’entre eux ont déjà cotoyé le pouvoir, lors de l’arrivée de Paul Reynaud rue de Rivoli. Ainsi, Yves Bouthillier, ancien élève de l’École centrale et inspecteur des Finances, secrétaire-général du ministère des Finances en 1938, est ministre, dès le 5 juin 1940. Jean Berthelot, ancien major de l’X et des Mines, devient directeur du cabinet d’Anatole de Monzie peu après Munich, avant d’être nommé directeur général adjoint de la SNCF en juillet 1940, puis secrétaire d’État aux Communications, en septembre 19406. Même Pierre Caziot, quoique nettement plus âgé que les précédents — il est né en 1876 — est un ingénieur agronome, ancien chef de cabinet à l’Agriculture en 1919, et ancien expert à la Commission des Réparations. Il n’est guère que René Belin, dont le profil ne soit pas à l’unisson : mais il a raconté les conditions quelque peu improvisées de sa nomination, destinée à faire équilibre, et fournir une caution syndicale à l’équipe gouvernementale7. D’ailleurs, lui-même s’entoure de jeunes techniciens, parmi lesquels deux émergent : Jacques Barnaud, son directeur de Cabinet, polytechnicien et inspecteur des Finances, a été directeur adjoint au Mouvement général des Fonds en 1926, membre de la direction de la Banque Worms en 1927 et chargé, au début de la guerre, des rapports financiers avec les États étrangers au Trésor. Quant à Jean Bichelonne, major des majors de l’X, ingénieur des Mines, il a participé aux cabinets de Queuille (aux Travaux publics en 1937), et surtout de Raoul Dautry à l’Armement, en 1939-40, avant de faire partie de la Délégation française auprès de la Commission d’Armistice de Wiesbaden, puis d’être nommé, à trente-cinq ans, secrétaire général pour le Commerce et l’Industrie. Les anecdotes pullulent, qui révèlent l’encyclopédisme et les capacités de travail de l’une des plus belles mécaniques intellectuelles du siècle : « L’esprit de géométrie fait l’homme »8. Pour la direction de l’économie et des finances, le régime de Vichy ne fait pas appel à des marginaux, laissés pour compte, aventuriers aigris ou « déviants ». Il s’appuie sur les membres les plus doués, les plus compétents et dotés des titres les plus prestigieux d’alors, au sein de l’Establishment de l’Administration et, de manière encore plus nette à partir de 1941, des affaires privées. Il élève ainsi d’un échelon cette élite technique et administrative, en lui offrant également des postes de responsabilité politique.

  • 9 Cf. Stanley Hoffman, Sur la France, Paris, 1976, p. 72 et suiv. ; Robert O. Daxton, La France..., (...)

5Plusieurs auteurs ont souligné que cette tendance ne marque pas une rupture, mais prolonge plutôt celle de la IIIe République finissante9. Le retour de Paul Reynaud et d’une droite moderniste, après l’agonie du Front populaire, a déjà, en partie, sonné l’heure des techniciens et de leur revanche sur les « politiques », ce qui souvent signifie celle sur ceux de 1936. Bel exemple avec Yves Bouthillier, relégué à l’Hôtel de Ville en 1936 par Vincent Auriol, rappelé et promu en 1938. Cependant, en faisant appel à lui, pour sa compétence, Paul Reynaud manifeste une grande myopie politique, car il introduit jusqu’au gouvernement l’un de ceux qui vont le contraindre à la démission. D’ailleurs, Yves Bouthillier apparaît vite comme l’un des ministres les plus influents auprès du Maréchal, dont il est, avec Jean Berthelot, l’un des soutiens les plus fidèles jusqu’en 1942, en particulier dans son conflit avec Pierre Laval. On a souvent souligné la promotion des techniciens et hauts fonctionnaires des ministères techniques, notamment au sein du ministère de la Production industrielle. Mais la rue de Rivoli, qui — on va le voir — conserve la haute main sur les équilibres économiques et financiers, n’est pas investie par des nouveaux venus : l’équipe dirigeante — comme les responsables des principales directions — est formée par les membres parmi les plus prestigieux du sérail, tous inspecteurs des Finances. Rarement leur part a été aussi forte dans l’élaboration de la politique économique et financière.

• Une assez grande stabilité.

  • 10 La DGREFA siège au sein du ministère des Finances. Les archives de cette délégation (série F 37) s (...)
  • 11 Cf. Gérard Brun, Technocrates..., op. cit.

6D’autre part, les tâches de direction économique et financière n’ont pas usé de manière aussi rapide leurs responsables, comme celles du pouvoir politique au plus haut niveau. Occupées par des techniciens, elles ont été davantage préservées des rivalités au sommet de l’État, et des aléas des relations avec l’Occupant, d’autant plus qu’elles n’étaient pas autant convoitées. Jusqu’en avril 1942, Yves Bouthillier, connu pour son autoritarisme, demeure tout-puissant aux Finances. De même pour Jean Berthelot aux Communications et Pierre Caziot à l’Agriculture. À la Production industrielle, le ministre change plus souvent : René Belin est rapidement écarté (février 1941), et réduit à son secrétariat d’État au Travail. On sait que, lors de la constitution du gouvernement Darlan, en février 1941, les techniciens connaissent leur apogée, avec l’apport de représentants de l’élite industrielle. Pierre Pucheu, Ulmard, ancien directeur de Japy et du service d’exportation du Comptoir Sidérurgique, effectue un bref passage à la Production industrielle (de février à juillet 1941), avant de gagner l’Intérieur. Il laisse alors la place à François Lehideux : marié à une nièce de Louis Renault, celui-ci a été administrateur de la Société des Aciers fins de l’Est, des Forges de l’UCPMI, des avions Caudron et directeur de la Société des Usines Renault. Commissaire général à la lutte contre le chômage en novembre 1940, il devient délégué général à l’Équipement national en mars 1941, puis secrétaire d’État à la Production industrielle en juillet. Mais, plus que de véritables changements de responsables — comme c’est le cas au sommet, le 13 décembre 1940 pour Pierre Laval, ou le 9 février 1941 pour Pierre-Étienne Flandin — il s’agit davantage de remaniements au sein d’une équipe relativement stable, du moins jusqu’au retour de Laval, en avril 1942. En outre, il est créé, en février 1941, une Délégation générale aux relations économiques franco-allemandes (DGREFA), confiée à Jacques Barnaud, ainsi chargé de centraliser l’ensemble des questions à traiter avec l’occupant. Il reste à ce poste jusqu’en novembre 194210. Satisfaits d’être dispensés de tout contrôle du Parlement et de l’opinion, ces responsables, jeunes, compétents, peuvent ainsi éprouver leur goût de résoudre des problèmes techniques, à un moment où ils ne risquent pas de manquer. Marquant volontiers des réserves, voire du mépris à l’égard du système parlementaire, la plupart — mais pas tous — se disaient apolitiques avant la Guerre. Cela ne les empêchait pas de participer à des débats multiples, au sein de cénacles ou de revues techniciennes, que ce soit X-Crise ou les Nouveaux Cahiers, animés en particulier par Jacques Barnaud. Leur commun souci, à travers de multiples nuances, était de réclamer un pouvoir plus grand pour l’élite technicienne, de vanter les mérites d’une technocratie, au sens propre11. Généralement à l’écart des querelles politiciennes et des affiliations partisanes, ils participaient néanmoins au débat politique général et leur « apolitisme » en cette fin de IIIe République leur faisait cotoyer des sensibilités allant de l’aile droite du Parti radical (autour d’Émile Roche, comme dans le cas de Jean Coutrot, dont le rôle toutefois — on va le voir — a été limité en 1940-41), jusqu’au PPF de Doriot, dont Pierre Pucheu a été l’éphémère (1936-39) adhérent. La plupart de ces dirigeants ont en partage la conviction qu’ils peuvent entreprendre une œuvre doublement durable, car soustraite à l’instabilité gouvernementale attachée au régime parlementaire, et appuyée sur un concours exceptionnel de compétences techniques.

2. La « vertu de la présence » (Yves Bouthillier).

• La crainte du vide de l’État.

  • 12 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, Finances sous la contrainte, p. 245.
  • 13 Ibid., p. 245.
  • 14 Témoignage de Henri Deroy in Le gouvernement..., op. cit., p. 100.

7Après la débâcle militaire de juin et la signature de l’armistice, les nouveaux dirigeants manifestent comme l’un de leurs principaux soucis le rétablissement de la présence administrative et le retour à une certaine vie économique et sociale normale, malgré les contraintes multiples. Aux destructions, à la pénurie des matières premières, à la désorganisation des transports, au désarroi issu de l’exode, s’ajoutent les effets du repli des administrations et du fractionnement territorial du pays résultant des termes de l’armistice et de décisions unilatérales des Allemands (division de la France en zone interdite, zone annexée, zone occupée, zone Sud). L’objectif des ministres chargés de la direction de l’économie et des finances, à commencer par Yves Bouthillier, est alors de rétablir le fonctionnement des services et le retour du gouvernement à Paris. Les représentants du ministère des Finances à Paris, Henri Deroy, Jacques Brunet, Jacques Barnaud, confirment à Yves Bouthillier, dès le début juillet, « la vertu de la présence »12. Le ministre redoute tout particulièrement le décalage inquiétant entre les besoins de billets et l’épuisement des encaisses du Trésor ou des banques, le risque d’un moratoire, ainsi que les effets d’une « malsaine abondance », provenant de monnaies locales transitoires ou de signes fiduciaires introduits par l’Occupant13. Il lui paraît urgent de rétablir les services administratifs essentiels, là où le repli sur la Loire les avait affaiblis, et d’assurer leurs liaisons. Dès le début juillet, l’ambassadeur Léon Noël est chargé par le maréchal Pétain de prendre contact avec le général Streccius, qui commande alors l’Administration militaire en France. Il est accompagné par plusieurs hauts fonctionnaires, dont la mission est d’obtenir la présence effective des services de leur ministère : ainsi, Henri Deroy (faisant fonction de directeur du Mouvement général des Fonds) pour les Finances et Jacques Barnaud pour la Production industrielle14.

• La crainte de l’absence des dirigeants privés.

  • 15 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 418.
  • 16 Secrétariat d’État à l’Économie nationale et aux Finances, L’action économique en France depuis l’ (...)

8Mais au-delà de cette peur du vide de l’État, se manifeste également celle de l’absence des responsables de l’économie privée, chefs d’entreprises industrielles, commerciales ou bancaires. La Chambre de Commerce de Paris sollicite le Gouvernement, afin qu’il hâte le retour de ceux qui tardent à rentrer. Ayant sans cesse à l’esprit l’exemple de la Première Guerre mondiale, Yves Bouthillier souhaite éviter, cette fois, le moratoire bancaire qui, en 1914 « brisa le système bancaire français »15. D’où, sa hâte à ordonner le retour des dirigeants des banques à Paris. Les craintes de défaillances techniques se mêlent, chez la plupart des ministres, à la hantise des « troubles sociaux ». Quelques mois plus tard, Yves Bouthillier précise : « Les difficultés matérielles étaient trop certaines pour que les défaillances morales fussent improbables ; et l’on pouvait craindre, dans les premiers jours de juillet, que le pays ne perdît avant peu, dans les troubles sociaux, l’ordre qu’il avait sauvegardé malgré la défaite militaire »16. Les ministres à Vichy appréhendent ainsi que le double vide, économique et politique, n’entraîne des désordres qui, de surcroît, pourraient être exploités par l’Occupant. Dès le 20 mai, en effet une ordonnance allemande attribue aux autorités militaires d’Occupation l’administration des entreprises abandonnées lors de l’exode.

• Les inquiétudes de René Belin : l’administration-écran.

  • 17 AN, F 60 424, d. « documentation économique », Lettre de René Belin au maréchal Pétain, août 1940, (...)
  • 18 Idem, p. 5.
  • 19 Idem, p. 5.

9Pour le nouveau ministre de la Production industrielle, René Belin, la première vertu est aussi celle de la « présence ». Les services, en partie évacués en zone Sud, reviennent à Paris, dès la fin de juillet. Ils ont été précédés par Jacques Barnaud, directeur du Cabinet et l’un des maîtres à penser du ministère, ainsi que par les secrétaires-généraux. La lettre alarmiste que René Belin transmet au Maréchal au début d’août 1940 constitue un bon témoignage des préoccupations d’alors. Le ministre signale : « La reprise de la vie économique en France se heurte à des difficultés techniques présentement insurmontables (...). La ligne de démarcation se présente (...) comme une frontière hermétiquement fermée et la zone occupée devient déjà un pays annexé, exploité par le vainqueur, au lieu d’être une région soumise à l’occupation militaire prévue par la convention d’armistice »17. Il compare la ligne de démarcation à « un mur infranchissable coupant en deux une usine donnée », et en souligne les effets néfastes pour les approvisionnements en énergie, en matières premières, ainsi que pour la rétraction des débouchés18. Or, le volume du travail industriel est estimé à vingt-cinq à trente pour cent de la normale. La zone Sud est particulièrement frappée par l’absence de grandes matières premières et de combustibles, situés — à l’exception de la bauxite — en zone occupée. Mais, dans celle-ci, l’emprise de l’Occupant se manifeste de manière précoce : « L’administration allemande, installée dès l’occupation, veut maintenant diriger l’économie de la zone occupée »19.

  • 20 Idem, p. 5.
  • 21 Idem, p. 5 ; Yves Bouthillier évoque également la tentative de « nazification de la classe ouvrièr (...)
  • 22 Idem, p. 8 et 10.
  • 23 Idem, p. 10.
  • 24 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 247.

10René Belin signale l’entrée en relation de « très nombreux » fonctionnaires allemands avec des industriels français et des chambres syndicales, pour développer certaines fabrications ou en supprimer d’autres, manifestant « la volonté de la puissance occupante d’intégrer la zone occupée dans le plan économique allemand et de l’exploiter au profit de l’Allemagne en payant les achats au moyen de marks surévalués »20. Il cite comme exemples extrêmes l’intervention brutale de l’industriel sarrois Hermann Rœchling, pour s’emparer de la production sidérurgique lorraine, ainsi que les multiples réquisitions de produits textiles dans le Nord. De plus, les autorités allemandes développent, en particulier par le truchement de la presse française de zone occupée — largement sous la coupe d’Otto Abetz et de l’ambassade d’Allemagne — une propagande démagogique à l’égard de la classe ouvrière française : « Elles cherchent à ranimer l’esprit de lutte des classes en rejetant sur le patronat les difficultés de remise en marche des entreprises »21. Pour le ministre de la Production industrielle, cette situation aggrave le « malaise », causé par le chômage et les difficultés de ravitaillement, au sein de la population de la zone occupée, qui « se sent abandonnée à son sort ». Et, selon lui, toutes les couches sociales se défendent mal, face à l’emprise allemande : « Le pire est à craindre dans des temps très proches »22. En conclusion, René Belin adjure le Maréchal de se fixer deux objectifs : « Que le Gouvernement rentre à Paris et qu’il réalise avec la puissance occupante les accords politiques et économiques nécessaires »23. Le retour du gouvernement — le premier objectif — ne s’avère pas possible. Les autorités françaises souhaitent alors assurer au moins une présence administrative effective, auprès de la population et des entreprises de la zone Nord : « En 1940, on jugeait de tout par la présence »24. En quelques semaines, les autorités de Vichy parviennent à réinstaller à Paris les services administratifs du nouvel appareil d’État, dont la tête demeure à Vichy.

II. LE NOUVEL APPAREIL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER DE L’ÉTAT

11Dès les premières semaines après la défaite, les dirigeants de Vichy construisent un appareil de direction économique et financière. Ils procèdent à un amalgame, mêlant des éléments de la structure administrative existante et des services nouveaux.

1. Les Finances et l’Économie nationale : un ministère dualiste.

12Yves Bouthillier réorganise son Département en fonction des nécessités nouvelles. Il rejette la double formule, celle, légère, d’un ministère de l’Économie nationale de type Blum (sans véritables services), comme celle, lourde, d’un ministère unique, regroupant à la fois les Finances, l’Économie et les départements techniques.

• Un double ministère.

13En homme du sérail, Yves Bouthillier tient à s’appuyer sur l’Administration des Finances, avec son capital de compétences et de traditions, mais adjoint aux directions proprement financières (Budget, Trésor, Impôts), des services destinés à assurer, dans le domaine des contrôles économiques, la réplique de la surveillance monétaire et financière.

  • 25 Cf. Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Journal. 1939-1973, Paris, 1977 (614 p.), p. 50. Son éloig (...)

14Ainsi, se constitue le secrétariat d’État à l’Économie nationale et aux Finances, tel qu’il va fonctionner, sans grande modification, pendant toute l’Occupation. Innovation administrative (qui généralise celle de 1938) : entre les directeurs et le ministre, la loi du 30 août 1940 institue deux secrétariats généraux, qui matérialisent le dualisme des services : un secrétaire général pour les Finances publiques (Henri Deroy) coordonne l’action des directeurs du Trésor (Jacques Brunet), du Budget (Jean Jardel), des Impôts (Jean Ripert), tandis qu’un secrétaire général pour les Questions économiques (Olivier Moreau-Néret, puis Jean Filippi à partir du 1er juillet 1941) harmonise l’action des directions « économiques ». On y trouve la Direction de l’Économie générale — la plus lourde — animée par M. Zaffreya : elle comprend notamment les services de fixation et de contrôle des prix. En outre, la Direction des Accords commerciaux a été enlevée au Commerce et est confiée à Paul Leroy-Beaulieu, qui permute avec Hervé Alphand, envoyé à Washington25. Une partie des services du Trésor forme la Direction des Finances extérieures et des changes (à laquelle est annexé l’Office des changes), sous l’autorité de Maurice Couve de Murville. Enfin, la Direction des Assurances (dont le responsable est Cheneaux de Leyritz) complète cette seconde aile du ministère.

• Un syncrétisme insolite.

  • 26 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t 2, p. 256.

15En tenant à la fois la politique monétaire, les finances, le commerce extérieur et les prix, Yves Bouthillier peut s’assurer une assise suffisante pour faire triompher ses principes de direction de l’économie : « Sans les prix, le ministère, d’un seul coup, eût sombré au rang de Département de la Comptabilité nationale »26. Il intègre d’ailleurs à la Direction de l’Économie générale les services qui, en 1936, ont été créés ou placés dans la mouvance de l’Économie nationale : la SGF — sous l’autorité de Henri Bunle et d’Alfred Sauvy, sous-directeur — le COST, toujours animé, jusqu’à sa mort tragique (en mai 1941) par Jean Coutrot, et la Caisse nationale des Marchés de l’État (CNME), dirigée par Assémat et Jacques Branger.

16Au cours de l’automne 1940, Jean Coutrot rédige plusieurs notes internes du COST, dans lesquelles il préconise de rattraper le « quart de siècle de retard technique qui caractérise la plupart de nos entreprises », par un effort d’organisation du travail et par le « relèvement qualitatif de la production française ». Il précise : « Il est surtout indispensable d’éviter que le relèvement économique soit confié au ministère des Finances, qui ne peut être que le Chef Comptable de la Nation ». Il redoute surtout qu’une politique étroitement monétariste condamne la France à la pénurie : « La politique des prix doit être une politique de production et non une politique de famine ». Mais il est relégué dans une Commission du Plan comptable, dont la première réunion devait avoir lieu le 19 mai 1941, date de sa mort.

Fig 6 - LE MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES : DES STRUCTURES DUALISTES g (au 1er janvier 1941)

Fig 6 - LE MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES : DES STRUCTURES DUALISTES g (au 1er janvier 1941)

(Source : Guide administratif des services ministériels français actuellement à Paris, Paris COST, janvier 1941, 95p.).

2. La création de structures nouvelles.

17Par un syncrétisme insolite, Yves Bouthillier, en rassemblant sous son autorité les éléments les plus traditionnels de la rue de Rivoli, comme les services plus récents, issus des changements de 1936, se donne ainsi les moyens administratifs de tracer les principes fondamentaux de la politique économique et financière.

• Yves Bouthillier et le Comité économique interministériel (CEI).

  • 27 AN, F 60 590, p.-v. des séances du CEI-1941. Pierre-Étienne Flandin préside, lors de sa brève vice (...)
  • 28 On trouve les p.-v. des séances dans AN, F 60 590 et 591 ; AN, AG II 544-545 (Archives du maréchal (...)
  • 29 L’action économique..., op. cit., p. 58.
  • 30 AN, F 60 590, Lettre d’Yves Bouthillier à l’amiral Darlan, 14 avril 1941, 1 p.
  • 31 Henry Rousso, « Les paradoxes de Vichy et de l’Occupation - Contraintes, archaïsmes et modernités  (...)
  • 32 Cf. infra, chapitre XX.

18Yves Bouthillier dispose d’un autre atout : lors de l’interrègne de Pierre-Étienne Flandin (14 décembre 1940-9 février 1941), il se crée, comme lors de son précédent gouvernement de 1935, un Comité Économique interministériel (CEI), dont la première séance se tient le 10 janvier 194127. Réunissant tous les ministres et secrétaires d’État à compétence économique, ainsi que certains hauts fonctionnaires (selon l’ordre du jour), avec une périodicité quasi hebdomadaire — tantôt à Paris, tantôt à Vichy, le Comité est chargé, sous la présidence du ministre des Finances, de coordonner les divers aspects de la politique économique et financière. Yves Bouthillier préside en personne la presque totalité des séances, dont nous avons retrouvé la plupart des procès-verbaux pour 1941 et 194228. Selon ses propos de 1941, il s’agit de « l’organisme directeur de l’économie »29. À la mi-avril 1941, Yves Bouthillier décide de limiter le nombre des membres permanents : cinq ministres ou secrétaires d’État (Production industrielle, Agriculture, Ravitaillement, Communication, Travail), ainsi que les deux délégués généraux à l’Équipement et le délégué aux Relations économiques franco-allemandes. Suivant les affaires débattues, certains hauts fonctionnaires ou secrétaires d’État pourront également participer. Le ministre des Finances justifie cette limitation auprès de l’amiral Darlan, par le souci d’éviter « les risques d’indiscrétion (et) ... les mauvaises méthodes de travail »30. Sans qu’on puisse parler d’« ébauche de planification », le CEI joue un rôle certain d’harmonisation des différentes mesures de politique monétaire, financière, économique et sociale, afin de préparer les séances du Conseil des ministres31. Le compte-rendu des débats donne un aperçu précieux sur les préoccupations des principaux responsables : en cas de désaccord, la position du président, Yves Bouthillier, apparaît le plus souvent prépondérante. D’ailleurs, l’institution ne survit guère au retour de Pierre Laval et à la disgrâce du ministre. Nous avons retrouvé dans les archives du maréchal Pétain quelques procès-verbaux postérieurs à avril (mais antérieurs à novembre 1942) : désormais, les principales questions ne se débattent plus en ce lieu, mais autour de Pierre Laval lui-même32.

• Le Conseil d’Études économiques.

  • 33 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 24 mai 1941 du Conseil d’Études économiques à Vichy (Libersart (...)
  • 34 On trouve également Romieu, Leroy-Ladurie, Charbin, Halle.
  • 35 Idem, p.-v. de la séance du 14 juin 1941 du Conseil d’Études économiques, p. 8.
  • 36 Idem, p.-v. cité, p. 8.

19Parallèlement, par un décret du 15 mai 1941, est créé un «Conseil d’Études économiques». Lors de sa première séance, le 24 mai 1941, à Vichy, son président, Yves Bouthillier définit sa double mission : « donner son avis sur des questions pratiques d’actualité... » et « examiner les grands problèmes qui sollicitent d’une façon durable l’action du Gouvernement »33. Organisme consultatif de réflexion, il comprend à la fois des hauts fonctionnaires, principalement des Finances (Olivier Moreau-Néret, Jacques Fourmon, Alfred Sauvy), des économistes (Gaël Fain, François Perroux) et des industriels (Auguste Detœuf, Raoul de Vitry)34. Plusieurs séances se déroulent au printemps de 1941, afin de réfléchir notamment sur la répartition des matières premières et sur 1’« organisation future de l’économie ». Il est signalé, à la séance du 14 juin 1941, que « les conceptions relatives au visage futur de la France sont liées elles-mêmes à l’idée qu’on peut se faire de la future Europe »35. Au-delà de la diversité des approches parmi les membres du Conseil, ces derniers décident de mener des études sur les perspectives de l’économie française. Lucien Romier, ancien président du Redressement français et conseiller personnel du Maréchal, croit pouvoir résumer : « L’organisation corporative ne doit pas être considérée comme une entreprise d’ossification de l’économie française »36. Lieu de réflexion, le Conseil d’Études économiques exerce surtout un rôle, en permettant la concertation entre responsables politiques, hauts fonctionnaires et entrepreneurs privés.

• Les intendants, bras séculier de la rue de Rivoli.

  • 37 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 267.
  • 38 Cf. AG II 544, Liste des intendants des Affaires économiques, 1 p. Parmi eux, notons Yrissou (Limo (...)
  • 39 Cf. infra, chapitre XXIII.

20D’autre part, pour assurer la diffusion effective de la politique économique et financière, il est créé, en avril 1941, des préfets régionaux, qui se voient attribuer des pouvoirs exceptionnels (six régions économiques sont mises en place en zone Sud ; dix en zone occupée). Chacun d’entre eux est assisté d’un Intendant des Affaires économiques, véritable « chef d’État- major pour l’économie »37. Les intendants vont former les cadres du dirigisme économique dans les provinces, le bras séculier de la rue de Rivoli. Les réunions périodiques entre eux et le ministre témoignent de leur importance dans l’organisation de la vie économique quotidienne, notamment pour les prix, les salaires et le ravitaillement38. La plupart, nantis de cette expérience dirigiste, vont se retrouver, à la Libération, à l’Économie nationale, dont ils vont former l’Inspection générale39.

III. LES TROIS PILIERS DE L’APPAREIL DE DIRECTION INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE

21L’appareil de direction économique, et, en particulier, commerciale et industrielle, s’est constitué en quelques mois, de l’été 1940 au début de 1941, lors de la formation du gouvernement Darlan. Cet appareil répond à des contraintes matérielles et politiques de court terme, issues des retombées de la guerre et de la présence de l’Occupant. Mais, dans le même temps, il satisfait certaines préoccupations de long terme, qui font suite à des réflexions déjà évoquées pour l’avant-guerre. D’ailleurs, si les principes et organes majeurs sont posés au printemps 1941, la construction de l’appareil de direction économique et sociale apparaît comme une sorte de création continue, jamais parachevée d’ailleurs. Encore faut-il ne pas se laisser abuser par les organigrammes somptueux — dont Vichy a été si friand — et faire la part entre l’organisation, telle que souhaitée sur le papier, et les réalités de son fonctionnement, soumises à des contraintes croissantes et à des aménagements fréquents, qui l’éloignent des schémas idéaux. La construction de ce nouvel appareil s’effectue en plusieurs étapes, mais, en l’espace de quelques semaines, les trois piliers sont en place : les Comités d’organisation (CO), l’Office central de Répartition des Produits industriels (OCRPI), le ministère de la Production industrielle (MPI) lui-même.

1. La loi du 16 août 1940 et les CO.

  • 40 JO, 18 août 1940. Cf. le mémoire de maîtrise d’Henry Rousso, « Les Comités d’organisation, Aspects (...)
  • 41 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 203.
  • 42 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 274. Il y est question de Pierre Larroque (sic).
  • 43 Cf. supra, chapitre XII.
  • 44 Cf. AN, 468 AP 30, d. 6 « La guerre... », s. d. c.
  • 45 AN, 468 AP 30, d. 6, « La guerre... », s. d. c., doc. n° 12, COST, JC/GB, 24 août 1940, 5 p.
  • 46 AN, 468 AP 31, d. 1, « La guerre... », s. d. c., doc. n° 41, COST, JC/GB, 30 novembre 1940, 2 p.
  • 47 AN, 468 AP 30, doc. cité (cf. note 6).
  • 48 AN, 468 AP 31, d. 1 cité, s. d. a., doc. n° 32-2, COST, 14 novembre 1940, « Ébauche d’une stratégi (...)

22La loi du 16 août 1940 définit l’« organisation provisoire de la Production industrielle »40. Selon René Belin, le texte aurait été élaboré, sur ses directives, par Jacques Barnaud, les deux secrétaires généraux, Jean Bichelonne et Henri Lafond, ainsi que par Pierre Laroque, chargé de mission41. Et le texte, une fois rédigé, a été présenté au Maréchal, conjointement par le ministre de la Production et par Yves Bouthillier42. René Belin affirme dans ses Mémoires qu’il a été en grande partie contraint d’improviser, malgré les précédents des ententes, ou des projets de loi Flandin-Marchandeau ou Spinasse-Coutrot. Ses services ont toutefois reçu les suggestions d’André Monestier, dirigeant de l’entente de l’industrie papetière et proche de Jean Coutrot43. Dans plusieurs notes du COST, destinées sans doute à son ami Gérard Bardet, Jean Coutrot analyse la loi 16 août44. Elle institue, selon lui, « un corporatisme autoritaire », dont l’inconvénient majeur peut être l’orientation malthusienne45. Pour y remédier, il recommande, à l’exemple de l’Allemagne, de ne pas recruter les membres des CO « exclusivement parmi les patrons mais de préférence parmi les... techniciens de l’organisation professionnelle »46. De plus, il conseille de ne pas supprimer la dissidence, mais seulement de la contingenter47. Cependant, à propos de l’OCRPI, nouvellement créé, il préconise « un organe économique centralisateur et fortement commandé devra dresser la liste des programmes à long terme »48.

  • 49 AN, F. 12 10157, d. « 221-H2 », Rapport sur l’activité du MPI du 15 juillet au 15 novembre 1940 ; (...)
  • 50 Idem ; les premiers CO formés sont : automobiles ; textiles ; vêtement ; matériel ferroviaire ; cu (...)
  • 51 Jean Bichelonne, L’État actuel de l’organisation économique française, conférence du 20 janvier 19 (...)

23Sur le papier, les comités d’organisation disposent de pouvoirs importants : recenser les entreprises, arrêter les programmes de fabrication et de production, organiser l’acquisition et la répartition des matières premières, fixer des cotisations. René Belin signale, dans son rapport au Maréchal Pétain (17 novembre 1940), que les Comités ont été dotés « des pouvoirs les plus étendus », afin d’assurer le fonctionnement et l’organisation des branches49. Leur structure effective est verticale, rassemblant les entreprises concourant à la fabrication d’un même produit ou type de produits. Parfois, production et commercialisation sont distinctes. À la fin de 1940, une quinzaine de CO sont formés, dont le premier a été celui de l’automobile, placé sous l’autorité de François Lehideux50. Entre le corporatisme et l’étatisme, le ministre choisit une solution intermédiaire, où le fléau penche toutefois nettement vers le second plateau. Dans une conférence de janvier 1942, Jean Bichelonne affirme que, pour la constitution des CO, la solution de l’élection du comité par les entreprises a été rejetée, du fait des difficultés éprouvées par les « formations libres » pour « solliciter les patrons les plus récalcitrants et négocier leur adhésion »51. Le principe retenu dans la loi est donc celui du choix par le gouvernement, la profession gardant toutefois un certain droit de présentation.

  • 52 Ibid., p. 29.
  • 53 Cf. Richard F. Kuisel, Le capitalisme..., op. cit., p. 234 et suiv. ; Henry Rousso, art. cité.

24Dans les faits, la structure interne des comités apparaît double, en partie selon l’organisation plus ou moins poussée de la branche avant la guerre. On distingue les CO à forme délibérative — les plus nombreux — où un comité de cinq à six membres se constitue sous l’autorité d’un président nommé par le décret constitutif, et les CO à forme autoritaire (où les efforts antérieurs d’organisation de la branche étaient faibles), ne comprenant qu’un « directeur responsable », investi de tous les pouvoirs. Au début de 1942, Jean Bichelonne estime que, sur 110 CO existants, quatre-vingts se rattachent au premier groupe et trente au second52. Le statut juridique des CO est resté ambigu pendant toute leur existence. Organismes composés de représentants des affaires privées, ils sont investis d’une parcelle de la puissance publique53.

2. La loi du 10 septembre 1940 : l’OCRPI.

• Antinomie ou complémentarité avec les CO ?

  • 54 Témoignage de Pierre Laroque (France-Culture, octobre 1986).
  • 55 Robert Catherine, L’économie de la répartition des produits industriels, CII, Paris, 1943, p. 17.
  • 56 René Belin in Le Gouvernement..., op. cit., p. 206.
  • 57 Jean Bichelonne, « L’État actuel..., op. cit., p. 11.
  • 58 AN, F 12 10157, d. « 221-H2 », Rapport sur l’activité du MPI..., cité, p. 5.
  • 59 Cf. Idem, d. « textes » ; on y trouve les différents décrets sur la répartition.

25Moins d’un mois après la loi sur les CO, est adoptée la loi du 10 septembre 1940 sur la répartition, créant l’Office central de Répartition des Produits industriels (OCRPI). Selon Pierre Laroque — qui a participé à la rédaction de la loi du 16 août, mais pas à celle du 10 septembre — il y a antinomie entre les deux lois54. En effet, la loi du 10 septembre « est aussitôt intervenue pour monopoliser à son profit la notion de répartition, en la coupant de la notion d’organisation »55. L’article 2, § 3 de la loi du 16 août 1940, qui attribuait aux CO le pouvoir de répartition, n’a ainsi jamais reçu d’application. Pour les auteurs de la loi de septembre (Bichelonne, Lafond et Barnaud, autour de René Belin), cette dernière serait venue compléter une « lacune » de la loi du 16 août, signalée en premier par les Autorités de l’Hôtel Majestic56. Les CO ne pouvaient être chargés que de la répartition secondaire, c’est-à-dire la répartition, entre les entreprises d’une même branche, des matières premières qui lui sont attribuées. Mais il revient à l’OCRPI d’effectuer la répartition générale ou répartition primaire, soit la ventilation, au niveau national, des matières premières entre les grandes formes d’emploi ou entre les collectivités utilisatrices57. Ainsi, l’OCRPI opère, en amont, la répartition des grands produits entre les divers CO qui, eux, en aval, sont chargés de la sous-répartition entre leurs ressortissants. La subordination des CO à l’Office de la Répartition accentue le poids de l’État dans la direction de l’économie par rapport aux professions. L’OCRPI est présenté par René Belin au chef de l’État comme « l’instrument d’action essentiel sur la vie économique »58. Les principaux organes de répartition sont mis en place entre septembre 1940 et mars 1941, et s’intègrent assez largement au nouveau ministère de la Production industrielle59.

• Un système gravitant autour du secrétariat à la Répartition.

  • 60 Cf. AN, F 12 10157, d. « 221-H2 », circulaire du Secrétariat d’État à la Production industrielle ( (...)

26L’organisation générale apparaît d’autant plus pyramidale et centralisée qu’elle gravite, dès 1940, autour d’une personnalité de premier plan, Jean Bichelonne. En effet, l’OCRPI est placée, par la loi du 10 septembre 1940, sous l’autorité du secrétariat à la Répartition, créé à l’intérieur du ministère de la Production industrielle par la « loi » du 27 septembre 1940. Un décret du 18 février 1941 en précise les pouvoirs : le secrétaire à la Répartition est chargé d’étudier les questions relatives à la répartition, d’en fixer les modalités dans le cadre de la politique économique générale. Il exerce à la fois les fonctions de Répartiteur général et de Directeur de l’OCRPI : il assure notamment la direction de la Section centrale de l’OCRPI, chargée d’assurer la coordination (notamment statistique) et la direction technique de la répartition, aux termes de l’arrêté du 25 mars 194160. Le secrétaire à la Répartition détermine les relations entre l’Office et les Administrations publiques pour délimiter, en amont, la première répartition des besoins prioritaires. Il peut opposer son veto à l’exécution de toutes les décisions des Répartiteurs, exerce le contrôle général de la Répartition, coordonne et contrôle l’administration des sections. Un décret du 27 mars 1941 vient parachever l’organisation, en nommant Jean Bichelonne, déjà secrétaire général à l’Industrie et au Commerce, secrétaire à la Répartition. De 1940 à 1944, l’homme concentre, à ces titres, puis, à partir du retour de Laval, en qualité de ministre de la Production industrielle, les principales responsabilités en matière de direction industrielle, dont il a en quelque sorte incarné la continuité (cf. fig. 7, page précédente).

Figure7-LES STRUCTURES DU MINISTÈRE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE : Jean Richelonne à l’interface entre répartition, organisation administrative et professionnelle (au 1er janvier 1941)

Figure7-LES STRUCTURES DU MINISTÈRE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE : Jean Richelonne à l’interface entre répartition, organisation administrative et professionnelle (au 1er janvier 1941)

• Les douze sections.

  • 61 Cf. Robert Catherine, L’économie..., op. cit., p. 21.
  • 62 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 23 janvier 1941 du CEI, mouture Moreau-Néret, 4 p.
  • 63 Idem.
  • 64 Idem, p.-v. de la séance du 24 mai 1941 du Conseil d’Études économiques (Vichy).

27Outre la section centrale, l’OCRPI comprend plusieurs sections spécialisées : dix ont été créées de septembre à décembre 1940 ; deux autres s’ajoutent en juin et juillet 1941. Elles reflètent la gamme des grands produits de base à répartir : métaux non ferreux ; fers, fontes et aciers ; charbon ; pétrole ; textiles, etc.61. Chaque section est dirigée par un répartiteur, nommé par le secrétaire d’État à la Production industrielle, qui peut le révoquer à tout moment. En outre, chacune de ses décisions doit être visée par le Commissaire du gouvernement qui, le plus souvent, est le directeur de la branche technique correspondant au ministère de la Production industrielle. Les pouvoirs du répartiteur sont étendus. Il distribue le ou les produits de sa section entre les différentes branches et types de consommateurs. Il ne peut officiellement ni recevoir, ni transmettre les commandes, ni discuter les prix, mais il est en droit d’orienter la production vers tel acheteur ou consommateur, de décider des interdictions ou obligations d’emploi, de disposer des stocks, de connaître les quantités disponibles. En théorie, la répartition ne doit pas empiéter sur l’organisation, réservée aux CO. Dans les faits, là où la pénurie s’aggrave de manière la plus aiguë, la répartition commande l’activité. Ainsi, les douze répartiteurs sont maîtres de la ressource. Dès les premières semaines de fonctionnement, il apparaît que, malgré le contrôle de l’État sur leur nomination, les douze répartiteurs disposent d’un pouvoir trop grand. Au CEI du 23 janvier 1941, Jean Berthelot se plaint de l’insuffisance des contingents attribués à la SNCF — notamment en charbon, acier et gas-oil — et estime que la « répartition confiée à des répartiteurs responsables est exorbitante et que le Comité économique devrait donner les directives nécessaires »62. Piere Caziot et René Belin acquiescent et Yves Bouthillier fait décider que le CEI fixera, chaque trimestre, les directives générales aux répartiteurs, au moins pour les produits clés : charbon, carburants, fonte, acier, ciment, textiles, bois, corps gras industriels, métaux non ferreux63. Quelques mois plus tard, à la première séance du Conseil d’Études économiques, le ministre des Finances précise, à propos des fers et aciers : « Il appartient au ministre de l’Économie nationale et des Finances d’arbitrer la répartition des matières premières entre besoins de la production industrielle et ceux de l’agriculture »64.

  • 65 Idem, p.-v. de la séance des 30 et 31 janvier 1941 du CEI.
  • 66 Idem, cf. p.-v. des séances des 28 mars, 26 juin 1941 ; et AN, F 60 591, p.-v. de la séance du 1er(...)
  • 67 Idem, p.-v. de la séance du 28 mars 1941. Les disponibilités, en pourcentage de celles de 1939, s’ (...)
  • 68 AN, F 60 591, p.-v. de la séance du 1er octobre 1941.
  • 69 Cf. infra, chapitre XVIII.
  • 70 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit., p. 21.

28Dans les faits, dès janvier 1941, les grandes priorités entre secteurs ou collectivités utilisatrices pour la répartition primaire des produits clés sont décidées par le Comité économique, à partir des plans trimestriels de répartition de la Production industrielle, élaborés par les services de Jean Bichelonne. Un premier plan trimestriel, portant sur dix-sept produits (charbon, métaux ferreux, sept métaux non ferreux, corps gras, industriels, acide sulfurique, caoutchouc, papier et carton, textiles), est adopté le 31 janvier 194165. Avant la date de sa nomination officielle en qualité de secrétaire à la Répartition (28 mars 1941), Jean Bichelonne établit l’étude des disponibilités prévisibles et les propositions de budget-matières trimestriel, qui répartit les produits énergétiques et de base essentiels entre grands types d’utilisateurs : ainsi procède-t-il à la fin des mois de mars, juin, septembre 194166. Il regroupe pour cela les données statistiques rassemblées par les douze répartiteurs, qui eux-mêmes ont sollicité les CO des industries productrices — pour établir la ressource — et ceux des industries consommatrices — afin de mesurer les besoins. Puis, il définit un pourcentage de disponibilité par rapport à la production d’avant-guerre, qui tienne compte des prélèvements allemands (on y reviendra). Ainsi, le 28 mars 1941, pour l’établissement du budget-matières du second trimestre, il précise que, si l’activité des industries métallurgiques des métaux ferreux peut s’établir à soixante-dix pour cent de son niveau de 1939, la situation des métaux non ferreux est « alarmante » (du fait notamment de l’importance des prélèvements des Allemands, qui s’apprêtent à réclamer une récupération systématique), ainsi que celle des produits pétroliers (à cause du blocus)67. Au fur et à mesure où la quantité de matières premières se raréfie au cours de l’année 1941, l’établissement de priorités devient de plus en plus rigoureux. Ainsi, pour le budget-matières du quatrième trimestre, Jean Bichelonne propose, pour les métaux ferreux, un « ordre d’urgence » privilégiant l’alimentation, les transports et les services publics (eau, gaz, électricité), et reléguant plus loin les besoins de la population civile68. De même, la raréfaction de l’énergie disponible va conduire à envisager des mesures de concentration, elles-mêmes réclamées par l’Occupant69. En janvier 1942, Jean Bichelonne peut affirmer: «Grâce à ces douze sections, l’État possède, à l’heure actuelle, les moyens de commander réellement à l’industrie française »70.

3. Le MPI : la fusion.

  • 71 AN, F 60 10157, d. « 221-H2 », Rapport sur l’activité du MPI..., cité, p. 1.
  • 72 Cette arrestation serait due à la réalisation de l’opération de sauvetage de l’eau lourde dans le (...)
  • 73 AN, F 60 357, d. « organisation du MPI », JO, 29 septembre 1940, cf. également AN, F. 37 28, d. «  (...)

29Selon René Belin, en juillet 1940, le ministère de la Production industrielle n’était qu’une « façade recouvrant un amas inorganique de services provenant d’administrations multiples, de personnels aux origines et aux statuts les plus variés »71. Il s’ajoute à cela l’impossibilité pour le gouvernement de suivre les services, qui ont eu ordre de revenir à Paris. Le ministre et son cabinet vont rester à Vichy tout en communiquant avec Paris, avant d’obtenir l’autorisation de franchir la ligne de démarcation. De plus, Jean Bichelonne, alors secrétaire général à l’Industrie, est resté, pendant trois semaines, incarcéré par les Allemands, sans motif72. L’organisation effective du ministère est fixée dans la loi du 27 septembre 194073. Elle résulte de la fusion de seize anciennes directions, issues de quatre ministères :

  • Trois directions du ministère des Travaux publics (direction générale des Mines, direction de l’Électricité, direction des Carburants), ainsi que le Bureau de Gaz du ministère de l’Intérieur. Ajoutés à la direction de la Sidérurgie, ces services forment désormais l’ensemble administratif, qui dépend d’un secrétariat général à l’Énergie, confié à Henri Lafond.
  • Trois directions du ministère du Commerce : outre la direction de l’Administration générale, et celle de la Propriété industrielle, l’importante direction de la Production.
  • Sept directions du ministère de l’Armement (Poudres, Explosifs et produits chimiques ; Fabrications mécaniques ; Établissements constructeurs ; Fabrications des industries ; Ressources économiques ; Main-d’œuvre ; Contrôle du budget). La plupart de ces services sont regroupés, afin de former les cinq nouvelles directions du secrétariat général à l’Industrie et au Commerce, attribué à Jean Bichelonne, auxquelles est adjoint un service des Commandes allemandes.
  • Des trois directions du ministère du Travail (Personnel ; Main-d’œuvre et travail ; Assurances sociales), deux sont regroupées sous l’autorité d’un secrétaire général de la Main-d’œuvre et des Assurances sociales, Francis Million, ancien membre du Bureau confédéral de la CGT avant 1935.

4. La résurrection de la CGPF : le Centre d’Information Interprofessionnel (CII).

  • 74 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 18 avril 1941 du CEI.

30Peu après la constitution du Gouvernement Darlan, Pierre Pucheu, nouveau ministre de la Production industrielle — René Belin ne conserve que le secrétariat d’État au Travail — propose la création d’un Centre d’Information Interprofessionnel, effective le 30 avril 1941, alors que les confédérations syndicales nationales ont été supprimées dès août 1940. À la séance du CEI, le 18 avril, il justifie ainsi sa décision : « L’expérience fait ressortir les divergences d’action des différents comités d’organisation. Il faut une règle commune qui ne pourra sortir que d’un organisme commun, rassemblant les Présidents responsables de ces Comités »74.

• L’information : remédier aux carences.

  • 75 Idem.
  • 76 Idem ; souligné par nous.
  • 77 Idem.
  • 78 Idem.

31L’objet du Centre est double. Tout d’abord, combler les lacunes en matière d’information : « Chaque comité d’organisation a des moyens d’information insuffisants. Beaucoup ne parviennent pas à effectuer le recensement complet des entreprises qu’ils couvrent. D’autre part, la dissolution de certains organismes comme la CGPF a privé les branches d’activité de services d’information bien au point »75. Le procès-verbal poursuit : « M. Pucheux (sic) conclut en exposant qu’en économie dirigée, il est indispensable de connaître les éléments du problème. Or, l’industrie française n’a fait jusqu’ici aucune documentation. Trop d’industriels ignorent encore ce qu’ils consomment et ce qu’ils produisent. Cela aura été au moins un bienfait des comités d’organisation de les obliger, malgré les récriminations, à établir une documentation industrielle sérieuse76. René Belin abonde dans le même sens et rappelle que, pour l’établissement de statistiques, « il a toléré l’activité d’un organisme sous la façade duquel s’abritait l’ancienne CGPF, parce qu’il l’estimait indispensable en l’absence d’un autre organe officiel »77. Une note manuscrite en marge — de la main d’un membre du cabinet Darlan — commente : « La question n’est pas posée sur le plan politique... mais seulement sur le plan technique, si bien que ça marche tout seul. Connivence CGT-CGPF »78.

• Un centre de propagande et de concertation.

  • 79 Idem.
  • 80 Parmi les cours publiés, on trouve ceux de Henry Laufenburger, Raymond Boisdé, Max Lambert, Gaston (...)
  • 81 AN, F 60 590, p.-v. cité. En marge, une note manuscrite indique : « mécanique colossale ».
  • 82 Idem.

32Une seconde fonction du CII consiste à expliquer à l’opinion les décisions prises par les CO, « décisions qui sont généralement douloureuses et difficiles à accepter »79. Ainsi, le CII est chargé de créer un service commun aux CO, afin d’assurer à la fois leur documentation et la publication d’informations les concernant. Il doit également assurer des services communs, faciliter contacts et liaisons entre CO. Les publications du CII, assurées par les Presses universitaires de France, reproduisent notamment les cours professés à l’École supérieure d’organisation professionnelle — à laquelle Jean Coutrot était lié — confiée au planiste Achille Dauphin-Meunier. On y trouve aussi bien des ouvrages financiers, juridiques, économiques ou sociaux80. L’organisation, œuvre de Pierre Pucheu, se rapproche de celle des CO : un président — Gérard Bardet, ancien collaborateur de Jean Coutrot — un comité de trente membres, une assemblée périodique, comprenant tous les présidents des CO, et un commissaire du gouvernement. Le financement est assuré par une participation de tous les CO. Pierre Pucheu précise : « Les organismes de travail du Centre d’information seraient constitués avec les éléments qualifiés des anciens syndicats patronaux du Comité des Forges, du Comité central d’organisation professionnelle etc. »81. Dans les notes manuscrites, on trouve le commentaire suivant : « On fait ressortir qu’il ne s’agit pas d’autre chose que de reconstituer une CGPF »82. Le CII doit ainsi accoutumer les CO et les différentes fractions du patronat à harmoniser leur action et à organiser la concertation avec les représentants de l’État.

5. Le choix des hommes et les débats qu’il provoque.

  • 83 Cf. P. Lehideux-Vernimmen, « La fonction de commissaire du gouvernement dans la nouvelle organisat (...)

33Au-delà des plus hauts responsables — le ministre et ses collaborateurs immédiats — la construction de ce nouvel appareil de direction industrielle implique de multiples nominations, à la charnière entre les responsabilités publiques et privées. Le rôle du ministre est doublement décisif : il nomme tous les présidents et membres des CO, de même que les douze répartiteurs. En outre, il les flanque d’un commissaire du gouvernement, le plus souvent puisé parmi les directeurs du ministère83.

• Les évictions.

  • 84 AN, F. 12 10157, d. « 221-H2 », Observation sur le rapport Belin, s. a., Vichy, 1er décembre 1940, (...)

34Parmi les hauts fonctionnaires du ministère, une épuration est entreprise, à l’automne de 1940. Il semble qu’il y ait eu quelques divergences entre René Belin et le Maréchal à ce sujet. Les directeurs du secrétariat général à l’Énergie et à la Main-d’œuvre ont été évincés avant novembre 1940 : Blum-Picard, directeur général des Mines, dès août 1940. D’après une note, émanant sans doute du cabinet du Chef de l’État, le remplacement d’Alexandre Parodi (directeur du Travail), de Louis Doignon (directeur des Assurances sociales) et de Louis Pineau (directeur des Carburants) ne sont « finalement intervenus que sur l’injonction du Maréchal », en octobre et novembre84. De même, Pierre Laroque est écarté, parallèlement à la publication des lois antisémites. Les directions proprement industrielles sont placées sous l’autorité d’ingénieurs de l’État, de formation poussée pour la plupart. On trouve parmi eux des sensibilités diverses (on y reviendra). Plusieurs directeurs jouent un rôle de premier plan, dans la mesure où ils sont nommés commissaires du gouvernement de plusieurs CO ou/et de plusieurs sections de répartition. Ainsi, René Norguet, directeur des Industries mécaniques, est à la fois Commissaire du CO de l’automobile, du CO de la Mécanique et de la section de répartition des métaux non ferreux. Blanchard, directeur des industries chimiques, est commissaire des sections du caoutchouc, du papier-carton, de la chimie et des corps gras industriels.

• La controverse sur les dirigeants des CO.

  • 85 Idem.
  • 86 Cf. Henry Ehrmann, La politique..., op. cit. et Henry Rousso, art. cité.
  • 87 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 204.
  • 88 Cf. infra, chapitre XVII.

35Au-delà du rôle de cette poignée de hauts fonctionnaires, le choix des présidents de CO et des répartiteurs est capital, car ces hommes sont destinés à détenir des pouvoirs importants de direction sur les entreprises de leur ressort et de représentation auprès de l’État et de l’Occupant. Dès l’époque de leur désignation, une controverse est apparue sur la personnalité des présidents des CO. La note du 1er décembre 1940 sur le rapport Belin déjà citée — émanant des services du Maréchal — tout en signalant les propos de René Belin abondant dans le sens du chef de l’État et « condamnant les trusts sans appel », ajoute, au sujet du ministre de la Production industrielle : « Il a justement choisi les seuls représentants de ces trusts pour constituer les comités, évinçant systématiquement les représentants des petites et moyennes entreprises. Il est ainsi permis d’affirmer que la direction des différentes branches d’activité est entre les mains de capitalistes et non de professionnels »85. Plusieurs auteurs ont souligné le poids des dirigeants de la grande industrie. Une statistique de 1942, certes partielle, établit que quatre présidents sur cinq se recrutent parmi les dirigeants d’anciens organismes patronaux ou les chefs d’industries86. René Belin, tout en se défendant, dans ses Mémoires, d’avoir privilégié systématiquement les «capitalistes», a néanmoins précisé, en 1970, que l’un des principes de sélection des dirigeants des CO a été de chercher « des gens ayant donné des preuves de leur savoir-faire professionnel, ayant une réussite exemplaire à leur actif ». Il a ajouté : « Je ne les aurais pas trouvés chez le garagiste du coin »87. La question du choix des dirigeants des CO va d’ailleurs rebondir au printemps 1941, dans l’imbroglio des rivalités intra-vichyssoises88.

• La différenciation nécessaire parmi les CO.

  • 89 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 30 janvier 1941 du CEI.

36Il convient d’apporter une triple précision. Au-delà d’estimations globales, qui portent sur plus de deux cents CO (en 1944), dont l’importance économique est fort variable, il apparaît que les plus importants — à la fois par le nombre d’entreprises regroupées et par le caractère essentiel des productions — sont effectivement dirigés par les chefs de grandes entreprises. Cela s’explique d’autant mieux qu’ils correspondent généralement aux branches, qui, avant-guerre, connaissaient les structures les plus élaborées d’organisation professionnelle. Le ministre, tenu de constituer rapidement plusieurs dizaines de comités, s’appuie sur les organismes patronaux préexistants, d’où les filiations entre le Comité des Houillères et le CO des Combustibles solides ou le Comité des Forges et le CO de la Sidérurgie. Pour les branches à la fois moins concentrées et moins « organisées » — textiles, cuirs... — le rôle de dirigeants de PME ou de hauts fonctionnaires est apparu plus net. En outre, il importe de souligner l’ubiquité d’un petit nombre de grands industriels, qui participent à la fois à la direction de CO importants, et au Comité consultatif d’une ou de plusieurs sections de répartition. Citons quelques noms, parmi plusieurs : François Lehideux est à la fois directeur du CO de l’Automobile, membre de la section des Fontes, fers et aciers et de la section du Pétrole ; Pierre Pucheu, président du CO de la Mécanique, est aussi membre de deux sections (Fers, fontes et aciers et Charbon) ; Georges-Jean Painvin, administrateur d’Ugine, président du CO des Industries chimiques et du CO des demi-produits non ferreux, participe aux comités des sections du Charbon et des Métaux non ferreux ; Raoul de Vitry, directeur-général de Alais, Froges et Camargue (Péchiney), dirige le CO de l’Aluminium et figure à la section du Pétrole ; Paul Lecat, directeur général de la CGE, est directeur du CO du Caoutchouc et membre de la section du Caoutchouc, amiante et noir de fumée ; Pierre Ricard, directeur de la Société générale de Fonderie, préside le CO de la Fonderie et appartient au comité des deux sections des Fontes, fers et aciers et du Pétrole. D’une manière générale, les répartiteurs eux-mêmes sont issus des directions des CO (R. Carmichael est à la fois directeur du CO du Textile et répartiteur de la section des Textiles ; de même, Régis Ribes pour les Cuirs), ou issus des syndicats patronaux (Georges Perret, secrétaire-général du Syndicat du Caoutchouc, est répartiteur du Caoutchouc), ou encore de grandes entreprises (Henri Fayol, répartiteur des Fontes, fers et aciers ; Jean Barbizet, répartiteur des Métaux non ferreux). Ainsi, on retrouve la frange supérieure de l’élite industrielle, mêlée à des hauts fonctionnaires, pour diriger les organismes nouveaux, au moins dans les branches «lourdes» et concentrées. Enfin, toutes ces nominations se font sous réserve de l’approbation allemande. Ainsi, à la séance du CEI du 30 janvier 1941, le choix de Jules Mény, président de la Chambre syndicale du Pétrole, comme président du CO des Combustibles liquides, « est vivement critiqué par M. Bouthillier », (soutenu par P.-E. Flandin), pour la raison qu’il serait un « représentant du pétrole anglo-saxon ». René Belin peut maintenir le titulaire en place, car il objecte « l’accord total des Allemands » à ce sujet89. Ce dialogue reflète l’équivoque plus générale, dans laquelle se trouvent placées les autorités économiques.

IV. UNE DOUBLE ÉQUIVOQUE ORIGINELLE

  • 90 AN, F 37 20, d. « Études sur la collaboration économique franco-allemande », Note sur les rapports (...)

37Le premier souci des responsables de Vichy a été — on l’a vu — d’assurer une double politique de « présence » en zone occupée, présence des autorités administratives comme des chefs d’entreprises et travailleurs. Le rétablissement de l’ordre (social) et la construction d’un nouvel ordre (administratif) répondent sans doute à différentes préoccupations de court terme, parmi lesquelles la crainte de la subversion et de la main mise allemande — l’une se retranchant derrière l’autre aux yeux des dirigeants de Vichy : « Le patrimoine se trouvant ainsi sauvegardé par le retour de ses propriétaires, il faut maintenant faire succéder l’ordre au désordre, seul moyen efficace pour limiter l’emprise allemande »90. Ces choix initiaux vont toutefois peser sur les formes et instruments de direction économique et financière de moyen terme (pendant la durée de l’Occupation). Et, d’autre part, ils ont été commandés, en amont, par les perspectives de long terme que les responsables d’alors pouvaient tracer pour l’économie française, dans l’Europe à venir.

1. L’équivoque de la collaboration économique d’État : Vichy, la direction de l’économie et la « pax germanica ».

• L’anticipation réaliste : la « pax germanica ».

  • 91 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 89.
  • 92 Ibid., p. 99-100.
  • 93 AN, F 37 32, d. « construction d’une nouvelle usine d’alumine en France », Lettre de l’Aluminium f (...)
  • 94 Idem, d. cité, note de M. Terray, MH, 19 juin 1941, 2 p.

38René Belin a raconté, en 1970, que, lors de sa première rencontre avec Pierre Laval, le dimanche 14 juillet 1940 au matin, ce dernier lui aurait confié : « Dans six mois la guerre sera finie, d’une manière ou d’une autre. Le seul grand problème que la France doit désormais résoudre, c’est que la paix, si ce doit être une paix de compromis entre Britanniques, Italiens et Allemands, et c’est l’hypothèse la plus vraisemblable, ne se fasse pas sur notre dos »91. Une telle opinion était alors « quasi unanime » : « ... en juillet 1940, l’opinion dominante était que, pour un temps, l’Europe serait allemande comme elle avait été française 160 ans plus tôt »92. La perspective d’une guerre relativement courte, dont l’issue amorcerait une domination allemande durable en Europe, est également partagée par la plupart des chefs d’industries — quelle que soit par ailleurs la diversité de leurs réactions — et se perpétue au-delà de l’année 1940. Ainsi, Jean Dupin, directeur général de l’Aluminium français (Péchiney), écrit, le 11 juin 1941 (soient onze jours avant l’attaque allemande en URSS), à René Pucheu, pour lui faire part de la proposition des établissements Junkers de construire en commun une usine d’alumine, dont la mise en service est prévue pour la fin de 1942. Il ajoute, à ce propos : « Il semble donc bien que ce projet ne puisse avoir d’influence sur la guerre »93. Cette analyse est confirmée, une semaine plus tard, par les différents participants d’une réunion, qui rassemble les dirigeants de Péchiney, Jacques Barnaud, René Pucheu et Henri Lafond94. Quels que soient les sentiments profonds des responsables, publics et privés, à cet égard, leurs incertitudes ou leurs divergences quant aux détails de la paix future, ils situent, pour la plupart, leurs décisions de court terme dans la perspective d’une prochaine Europe allemande.

• La « politique nouvelle ».

  • 95 Cf. chronologiquement Henri Michel, Vichy ; année 40, Paris, 1966, 461 p. ; Eberhard Jàckel, La Fr (...)
  • 96 Analyses confirmées récemment par Fred Kupferman, Laval, op. cit.
  • 97 Cité in Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 493.
  • 98 Cité in ibid., p. 495.
  • 99 D’après un mémorandum d’Abetz, cité par Robert O. Paxton, La France..., op. cit., p. 73.
  • 100 Philippe Pétain, Actes et écrits, p. 472 ; également reproduit dans Le Temps, 12 octobre 1940. Rob (...)

39Pour les autorités de Vichy, l’attitude à l’égard de l’Allemagne en matière économique est subordonnée à la politique générale du gouvernement. Des études récentes ont montré que, de manière précoce, celle-ci repose sur la recherche d’une « négociation d’ensemble », destinée à apporter des assurances, quant à la position de la France lors de la future paix : ainsi, se comprend la tentative de collaboration d’État distincte, on le sait, du collaborationnisme idéologique des milieux parisiens95. Robert Paxton a montré en particulier que, avant Montoire, Pierre Laval n’était pas un « loup solitaire » en cette matière : à partir de septembre 1940, les principaux dirigeants de Vichy tentent de mettre en œuvre la « politique nouvelle ». Les rivalités reflètent bien davantage une concurrence entre filières pour prendre contact avec Hitler — Pierre Laval par Otto Abetz, le maréchal Pétain par Goering, via Fonck — et les conflits paraissent d’autant plus vifs, notamment entre Pierre Laval d’une part, le Maréchal, Yves Bouthillier et Jean Berthelot de l’autre, que tous sont décidés à mener une politique voisine par des voies différentes96. Dès le 27 août, lors de sa rencontre avec Hemmen, président de la Délégation allemande pour l’Économie à la Commission d’Armistice de Wiesbaden, Yves Bouthillier insiste en particulier sur la pénurie de matières premières et précise : « Un des aspects dramatiques de la situation économique française vient, en effet, de ce que, n’étant plus dans l’orbite économique du monde anglo-saxon, elle ne fait pas encore partie de l’organisation continentale européenne »97. À l’évocation par son interlocuteur d’une Europe future organisée autour de l’Allemagne, de l’Italie et de la France (« qui feront une politique continentale »), le ministre des Finances confie : « Ces conceptions cadrent tout à fait avec les idées économiques du gouvernement actuel »98. Il s’agit là, certes, de propos destinés sans doute à rendre bienveillant le principal interlocuteur allemand de Wiesbaden. Le 30 septembre, le même Bouthillier vient à Paris proposer que l’Allemagne donne à l’industrie française des contrats de guerre, même en zone libre, la France s’apprêtant à entrer dans le nouvel ordre économique et social99. Et le 11 octobre 1940, le Maréchal Pétain annonce, dans un message radiophonique, en grande partie rédigé par Gaston Bergery et Henri du Moulin de Labarthète : « Le régime nouveau, s’il entend être national, doit se libérer de ces amitiés ou de ces inimitiés, dites traditionnelles (...). Il remettra en honneur le véritable nationalisme, celui qui (...) se dépasse pour atteindre la collaboration internationale. Cette collaboration, la France est prête à la rechercher dans tous les domaines, avec tous ses voisins. Elle sait d’ailleurs que, quelle que soit la carte politique d’Europe et du monde, le problème des rapports franco-allemands, si criminellement traité dans le passé, continuera de déterminer son avenir. Sans doute, l’Allemagne peut-elle, au lendemain de sa victoire sur nos armes, choisir entre une paix traditionnelle d’oppression et une paix toute nouvelle de collaboration (...). Le choix appartient d’abord au vainqueur ; il dépend aussi du vaincu »100. Tout en recherchant, en vain, une « négociation d’ensemble » avec l’Occupant permettant d’obtenir, en échange d’avantages apportés au titre de la collaboration, un allégement des conditions d’armistice — sur la ligne de démarcation, le montant des versements journaliers ou le nombre des prisonniers — et certaines assurances quant à la paix future, les autorités de Vichy doivent faire face, dans l’immédiat, aux initiatives allemandes en zone occupée.

• Le triple objectif du ministre de la Production industrielle : faire écran ?

  • 101 AN, F 12 10157, d. « 221 H2 », Rapport sur l’activité du MPI..., cité, p. 6.

40À la fin de novembre 1940, René Belin adresse au Maréchal un rapport sur les quatre premiers mois de son activité : on y trouve les principaux mobiles des décisions prises au lendemain de l’armistice. En particulier, le ministre précise et justifie le contenu de la « collaboration franco-allemande ». Elle répond, selon lui, à une triple préoccupation. Tout d’abord, il fallait éviter que « les autorités allemandes fixent un statut de l’industrie copié sur le leur »101. Lorsque la Wehrmacht occupe la zone Nord, l’Allemagne connaît déjà, depuis six ans, l’expérience de la répartition des matières premières, élaborée parallèlement au système des accords de paiement et de compensation, mis sur pied par Hjalmar Schacht. Des Offices de Contrôle pour l’échange des marchandises (Uberwachungstellen fur den Warenverkehr), destinés à l’origine à rationner l’importation des matières premières — à la hauteur des moyens de paiement disponibles — se transforment en véritables organes d’État chargés aussi de les répartir entre les industries, en fonction de leur importance. En 1939, il existe ainsi trente Uberwachungstellen, baptisés alors « Reichstellen », placés sous l’autorité du ministre de l’Économie, et dirigés par un délégué spécial du gouvernement (Reichsbeauftragter).

  • 102 Sur tous ces aspects d’articulation à l’organisation économique allemande, cf. Alan S. Milward, Th (...)
  • 103 AN, F 12 10157, d. « 221 H2 », Rapport cité.

41Or, dès le 27 mai 1940, une ordonnance d’organisation de l’Économie, confie à des « Warenstellen » (Offices de Marchandises) le pouvoir de réglementer la répartition des produits industriels dans les territoires occupés des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg et de la France. Selon René Belin, le MPI a fait admettre aux autorités militaires du Majes- tic que les CO et les sections de répartition, créées en août et septembre 1940, remplacent ces « Warenstellen ». Et une ordonnance du 20 novembre de l’Administration militaire allemande assimile les CO aux « Warenstellen ». En outre, l’action des responsables du MPI se fixe comme objectif d’éviter la poursuite des réquisitions militaires — déjà opérées sur le matériel ou les stocks, à la suite d’une ordonnance allemande du 20 mai 1940 — et d’empêcher l’envoi de travailleurs en Allemagne102. Le retour des chefs d’entreprises et des salariés, ainsi que celui des services, et la présence du ministre lui-même à Paris le 2 septembre, sont en partie destinés à faire cesser cette politique de butin. Enfin, ayant réussi à arrêter les réquisitions, les autorités de la Production industrielle perçoivent les dangers d’un contact direct entre les services allemands et les entreprises françaises, auxquelles ils adressent des commandes. Du fait de l’attraction exercée par le cours fortement surévalué du mark, le risque est grand de voir les matières premières, déjà raréfiées, être détournées pour des fabrications à destination des Allemands, ainsi qu’une désorganisation complète de la distribution. Le MPI obtient de pouvoir superviser, à travers un Service des commandes franco-allemandes, les contacts entre les « clients » allemands et les entreprises françaises. René Belin conclut son rapport : « Il a été ainsi possible d’éviter la mise en coupe réglée de la zone occupée ». Il ajoute que ce résultat a pu être acquis, parce que les négociateurs du ministère (Jacques Barnaud, Jean Bichelonne et Henri Lafond) ont réussi à amener les Allemands « à une véritable compréhension des besoins de l’économie française... » et à leur faire admettre que « l’industrie française était capable de tenir sa place à côté de l’industrie allemande »103.

• Substituer les « commandes » aux réquisitions : la convergence.

  • 104 AN, F 37 20, d. « Études sur la collaboration économique franco-allemande », Note citée, p. 2.

42Une importante note interne (de l’automne 1941), trouvée dans les papiers de Jacques Barnaud à la DGREFA, sur « les rapports économiques franco-allemands » donne des précisions supplémentaires sur les mobiles gouvernementaux à l’œuvre à l’été 1940 (époque à laquelle Jacques Barnaud dirigeait le cabinet de René Belin). Le souci majeur a été alors de parvenir à « éviter (...) qu’il y ait deux France, dont l’une — la plus importante — où les autorités allemandes règnent en maître, soumise au régime des réglementations et des ordonnances allemandes. Le développement d’un tel état de fait n’eût pas manqué de créer des sentiments de jalousie de la part de la population de zone occupée vers celle de la zone libre et bientôt l’hostilité contre le Gouvernement »104.

  • 105 Cf. Le Gouvernement..., op. cit., p. 100 et suiv.
  • 106 AN, F 37 20, note citée, p. 2 ; souligné par nous.
  • 107 Idem, p. 2-3.

43Ainsi, à l’époque, comme a posteriori, les responsables de l’économie — notamment René Belin et François Lehideux — présentent les nouvelles structures de direction industrielle comme un écran destiné à éviter la mainmise allemande sur la zone occupée et à arrêter les réquisitions105. La note de la DGREFA poursuit : « La création des Comités d’organisation a été rendue indispensable par la nécessité de placer en face des autorités allemandes dans tous les secteurs de la vie économique, des personnalités qualifiées, capables de discuter avec le vainqueur la libération des usines et en contre-partie les modes de passation des commandes »106. De même, la création de l’OCRPI aurait seule permis d’obtenir le « déblocage des matières premières », et d’empêcher que les occupants ne soient « les maîtres absolus de notre économie »107.

  • 108 Cf. Alan S. Milward, The New..., op. cit., p. 48.
  • 109 Cf. Ibid., p. 49 ; Pierre Arnoult, Les finances de la France et l’Occupation allemande (1940-1944) (...)
  • 110 Documents on German Foreign Policy (DGFP), Séries D, X, n° 116 ; cité par Alan S. Milward, The New (...)

44Au même moment, le 4 juillet 1940, lors d’une conférence entre les services de Ribbentrop et ceux de Goering (du Plan de Quatre Ans), est décidée la constitution d’une Délégation économique à la Commission allemande d’Armistice, siégeant à Wiesbaden. Elle est placée sous la présidence de Johannes Hans-Richard Hemmen, haut fonctionnaire zélé de la Wil-helmstrasse108. La mise en place de cette délégation constitue un infléchissement dans la politique allemande : la politique de pillage est peu à peu abandonnée, au profit de négociations rigoureuses — au cours desquelles Hemmen se révèle intraitable — destinées à obtenir des Français des concessions supérieures à celles contenues dans l’Armistice. Les papiers de Hemmen confirment qu’il n’a cessé de se conformer aux directives lui enjoignant de faciliter l’intégration économique et financière de la France entière dans l’effort de guerre allemand109. Et les documents allemands saisis par les Américains à la fin de la guerre soulignent que la tâche de la Délégation consiste notamment à « placer le potentiel économique du territoire non occupé au service de l’économie de guerre allemande »110. Ainsi, la nouvelle politique allemande peut trouver un terrain de convergence — malgré des perspectives évidemment différentes — avec le souci des dirigeants de Vichy d’écarter les réquisitions et de s’engager dans des négociations sur des « commandes ». L’Occupant espère obtenir l’avantage d’accéder aux ressources de la zone non occupée et au contrôle de leur répartition, en échange de l’acceptation d’une organisation industrielle française en zone occupée, qui demeure toutefois sous contrôle allemand.

• Le prix de la substitution : l’intégration de la zone « libre » dans l’effort de guerre allemand.

  • 111 AN, F 37 20, note citée, p. 3.

45Pour prix de la politique de « présence » en zone occupée, le Gouvernement de Vichy a dû accepter une double concession. Tout d’abord, il semble que les dirigeants français aient voulu originellement limiter les structures nouvelles (CO ; sections de répartition) à la zone occupée, afin de prévenir la mise en place d’une organisation allemande. C’est sous la pression de l’Occupant qu’elles ont été étendues aux deux zones : « Nous avons dû accepter que l’action de ces comités et de ces sections s’étende à la zone libre comme à la zone occupée, mais nous avons pu ainsi obtenir qu’elle échappe, sinon au contrôle, tout au moins à la direction de l’Allemagne »111. En échange de la substitution du « contrôle » à la « direction » de l’Allemagne sur l’économie de la zone occupée, Vichy doit accepter l’extension de ce « contrôle » aux organismes (CO, sections de répartition) de la « zone libre ».

  • 112 Idem.
  • 113 Idem.
  • 114 Idem.
  • 115 Idem.

46Seconde concession, les autorités françaises consentent à ce que les fournitures au Reich soient également prélevées en zone « libre ». La note de la DGREFA poursuit : « les livraisons de coton, de laine, de cuir, de métaux, de denrées alimentaires effectuées à l’Allemagne proviennent en partie de la zone libre et (...) nous avons volontairement déclaré à l’administration occupante les stocks de nos matières premières de zone libre »112. Les services de Jacques Barnaud signalent qu’il s’agit là, de la part du Gouvernement, « de très lourds sacrifices qui lui ont été souvent reprochés »113. Cette attitude est dictée par l’idée d’éviter les réquisitions à la zone occupée, et ainsi 1’« hostilité » de la population : « Le Gouvernement pourrait soustraire la zone libre à tout contrôle économique allemand et à toute fourniture au Reich, en livrant la zone occupée au régime des réquisitions d’usines, de matières premières, de main-d’œuvre et des réglementations de toute nature ; il ne l’a pas fait jusqu’à présent et on comprend qu’il n’accepte de le faire que si aucune alternative ne se présente à lui »114. La note ajoute même que « d’autres concessions importantes » pourraient être consenties à l’avenir, « pour maintenir une certaine autorité du Gouvernement dans les régions du nord soumises au commandement militaire de Bruxelles »115.

  • 116 Idem ; souligné par nous.
  • 117 Idem.

47Un tel choix se situe dans la droite ligne de la politique de « présence » et, plus généralement, de l’option de l’armistice : « On ne peut comprendre la politique suivie par ceux qui ont eu depuis plus d’un an la charge de discuter avec les autorités allemandes les questions d’ordre économique si on perd de vue qu’elle a été entièrement dominée par le souci de maintenir la souveraineté du Gouvernement sur l’ensemble du territoire et l’unité économique du pays (...). Cette attitude est la raison même et la justification principale de l’acceptation des conditions d’Armistice par le Maréchal et de sa volonté de demeurer sur le sol français malgré la présence de l’ennemi »116. La double soumission de la zone « libre » au contrôle économique allemand et aux fournitures au Reich représente le prix payé pour le maintien de 1’« unité économique » du pays. Le gouvernement peut ainsi se féliciter d’avoir empêché l’existence de deux réglementations différentes, et obtenu que « la réglementation du travail, celles (sic) concernant les restrictions, la vie du français en un mot (soit) la même en zone occupée et en zone libre »117.

• L’engrenage des « contrats » allemands.

  • 118 Idem, p. 2.
  • 119 Cf. infra, chapitre XVII.

48Face aux réquisitions et aux saisies opérées en zone occupée, l’alternative, telle que perçue par les responsables français, est ainsi formulée : « ou bien assister passivement à la mainmise des Allemands sur la substance économique du pays », ou bien la méthode retenue, à savoir « substituer aux prélèvements désordonnés et incontrôlables, un programme établi en vertu de contrats commerciaux normaux et selon un ordre de priorité déterminé »118. Le souci des dirigeants du MPI consiste à essayer de maîtriser, à travers un service spécial, les commandes allemandes. Or, dès la fin de juillet, des officiers et industriels allemands manifestent leur intérêt pour des contrats de livraison de bauxite et d’aluminium provenant de la zone Sud. Et le 8 août, à Wiesbaden, Hemmen fixe un chiffre exorbitant pour les « dépenses d’occupation », complétant ainsi la machine d’exploitation économique119. L’intérêt allemand se porte rapidement sur de nombreuses matières premières, produits alimentaires et semi-produits. Les conditions de négociation vont très vite montrer qu’il ne peut s’agir, comme l’espèrent les dirigeants français, de véritables « contrats commerciaux normaux ». Même avec la maîtrise des commandes et fournitures à l’Allemagne — ce qui ne sera jamais le cas, du fait de la multiplicité et de la complexité du réseau des acheteurs et de leurs exigences croissantes — le MPI ne peut être assuré d’être reconnu comme un partenaire traité à égalité. Dans ces conditions, il ne reste plus qu’à freiner les appétits de l’Occupant. Or, les structures françaises de direction de l’économie ne se présentent pas sans équivoque.

• Les contradictions du mimétisme.

  • 120 AN, F 12 10102, d. « occupation allemande, M. Claudot », Note sur les méthodes employées par l’Adm (...)
  • 121 Cf. Le gouvernement..., op. cit., p. 205.

49L’organisation allemande en France apparaît à la fois lourde et compliquée, en particulier en matière économique. L’Économie (Abteilung Wirtschaft) se présente comme le plus important des deux départements, qui composent l’Administration militaire (Militärverwaltung), organisme siégeant à l’Hôtel Majestic, regroupant 600 personnes à statut militaire, et chargé d’administrer la France, sous l’autorité du docteur Elmar Michel. Ce département comprend six divisions, dont la seconde (Production industrielle) est l’une des plus puissantes : elle-même se subdivise en douze groupes (Wirtschaftgruppen), intitulés « WI II A » à « WI II N », correspondant aux Fachgruppen de l’organisation professionnelle allemande des Reichgruppen. Ces groupes et sous-groupes sont placés sous l’autorité d’un Referatsleiter120. Or, sans être totalement calqué sur l’organisation allemande, l’appareil de direction industrielle mis en place à l’été 1940 par le MPI, a dû s’en inspirer et s’y ajuster. En particulier, les douze sections de l’OCRPI correspondent aux douze groupes allemands. C’est d’ailleurs, d’après René Belin, sur la suggestion des services du Majestic, que son cabinet a comblé la « lacune » de la loi du 16 août 1940 en instituant les douze sections de répartition de la loi du 10 septembre121 (cf. fig. 8, page suivante).

Figure 8-L’ORGANISATION ALLEMANDE DE DIRECTION DE L’ÉCONOMIE OU LES CONTRADICTIONS DU MIMÉTISME

Figure 8-L’ORGANISATION ALLEMANDE DE DIRECTION DE L’ÉCONOMIE OU LES CONTRADICTIONS DU MIMÉTISME

(Source : AN, F12 10102, note citée, cf. page précédente.)

  • 122 Cf. Jacques Delarue, Crimes et trafics sous l’Occupation, Paris, 1968.
  • 123 AN, F 12 10102, d. « Occupation allemande, M. Claudot », Rapport de M. Bellier, EG 12729, 5 mars 1 (...)
  • 124 Idem, note citée ; souligné par nous : la création du secrétariat à la Répartition était destinée (...)
  • 125 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t 2, p. 253.

50L’économie et les finances françaises se trouvent en fait placées principalement face aux exigences d’un triple interlocuteur : les autorités militaires du Majestic, les négociateurs de Wiesbaden (soumis à la Wilhelmstrasse), et même les responsables de l’organisation professionnelle allemande (dépendant de Goering), sans compter d’autres services menant une politique propre (organisation Todt, Front du Travail, etc.), ni la prolifération de divers bureaux d’achat, dont certains s’avèrent plus ou moins occultes122. Au début de 1945, le secrétariat général à la Production (SGP) du MPI a procédé à une enquête auprès de ses différentes directions sur les « méthodes employées par l’Administration militaire allemande en France », afin d’en tirer des enseignements, destinés aux futurs services français d’occupation en Allemagne. Dans le rapport de la direction des Industries mécaniques et électriques (DIME), rédigé par l’ingénieur en chef Bellier — successivement directeur-adjoint, puis directeur de la DIME de 1940 à 1944 — on peut lire : « Dès les premiers mois de l’Occupation, l’organisation de la production groupant les industries dans les Comités d’organisation et créant l’OCRPI (...) facilita le contrôle allemand par la correspondance qu’elle établit entre les organisations industrielles des deux pays »123. Les CO sont surveillés par les Referatsleiter correspondants, qui leur réclament des renseignements. De manière plus étroite, les douze sections et la section centrale de l’OCRPI sont toutes soumises au contrôle de « Referat » allemands. Le rapport général du SGP, en avril 1945, précise : « L’emprise allemande sur l’OCRPI fut encore plus nette et ce fut là le moyen le plus efficace de diriger et de contrôler toute l’économie française »124. Les dirigeants français s’engagent ainsi, en juillet 1940, dans une logique redoutable (perceptible également dans d’autres domaines que celui de l’organisation industrielle), dès le moment où ils obtiennent des Autorités d’Occupation la possibilité de conserver la maîtrise d’un appareil de direction économique — à bâtir — sous la condition qu’il s’apparente et s’ajuste à l’organisation et aux besoins allemands. Yves Bouthillier l’exprime à sa manière, dans ses Mémoires : « ... pour soutenir la pression d’un régime totalitaire sur notre économie, il nous le fallait imiter en quelque mesure »125.

• La vaine recherche d’une «négociation d’ensemble» et d’«utiles concessions allemandes ».

  • 126 Ibid., p. 111.
  • 127 Ibid., p. 491.
  • 128 Ibid., p. 90.
  • 129 Ibid., p. 131 ; souligné par nous.

51Dès les premières semaines de l’Occupation, les termes de l’Armistice sont dépassés en matière économique et financière, en particulier du fait de la lourdeur des « dépenses d’occupation » et des exigences allemandes de matières premières. Les dirigeants français espèrent, en échange de commandes ou d’accords particuliers, obtenir une « négociation d’ensemble », où pourraient être révisées certaines mesures d’application de l’armistice (portant sur l’assouplissement de la ligne de démarcation, les prisonniers ou le montant des frais d’occupation). Ainsi, à l’égard d’éventuelles cessions de participations financières françaises — on y reviendra — Yves Bouthillier ne se montre pas hostile par principe, « mais nous entendions qu’elles fissent l’objet d’une négociation d’ensemble qui nous eût permis (...) d’obtenir d’utiles concessions allemandes »126. Dès sa première conversation avec Johannes Hemmen, le 27 août 1940, le ministre des Finances essaie de faire entendre à son interlocuteur que l’intérêt bien compris de l’Allemagne consiste à ne pas écraser la France à travers un tribut trop lourd127. Jusqu’au retour de Pierre Laval, en 1942, il tente, en vain, de faire entendre la même argumentation, afin d’alléger les versements quotidiens : « L’argumentation était d’enserrer le Reich dans une contradiction : il ne pouvait à la fois ruiner l’économie française et prétendre à l’employer dans son effort financier et militaire »128. Cinq années après la fin de la guerre, Yves Bouthillier pense que « le dépassement de l’armistice est la grande revanche de la France sur l’Allemagne au lendemain du désastre de 1940 »129.

  • 130 AN, F 37 27, d. « Aide apportée par l’Allemagne à l’économie française », Note « avantages que rep (...)

52Le raisonnement sur l’intérêt bien compris de l’Allemagne a été maintenu de manière durable. Un rapport interne de la DGREFA (rédigé à la fin de 1941) sur les «avantages que représentent (sic) pour l’économie française sa situation actuelle vis-à-vis de l’Allemagne », insiste sur les « raisons de fait », qui font que l’Allemagne « trouve son intérêt à prêter assistance à la France dans le domaine économique ». Il est précisé : « L’Allemagne mène un combat très dur pour lequel elle a besoin de l’aide de l’économie française. Elle a donc intérêt à ce que la production française soit la mieux agencée possible. Le Gouvernement français, de son côté, a été conduit à accepter cette collaboration sur le plan économique. Elle est incluse dans l’armistice si l’on reconnaît que l’économie française ne pouvait être arrêtée du jour au lendemain »130. On sait que jamais les dirigeants de Vichy n’ont pu obtenir de « négociation d’ensemble », ni d’« utiles concessions allemandes », qui ne soient contrebalancées par des concessions beaucoup plus lourdes. Jusqu’en 1942, la Délégation économique à la Commission allemande d’Armistice de Wiesbaden — transportée à Paris le 31 mars 1941 — exprime les principales exigences allemandes en matière économique. La Délégation française est dirigée par Yves Bréart de Boisanger, assisté notamment par M. Raty pour les affaires commerciales et Maurice Couve de Murville pour les affaires financières. Mais les autorités d’Occupation n’hésitent pas éventuellement à solliciter directement le gouvernement français, et profiter ainsi des incertitudes et rivalités entre services. Il faut attendre février 1941, pour qu’avec la DGREFA, il y ait une certaine cohérence dans les rapports économiques avec l’Allemagne, à travers la mise sur pied d’un service spécial. Son titulaire, Jacques Barnaud, d’abord collaborateur de Yves Bouthillier, puis de René Belin, apparaît comme l’un des principaux stratèges de la politique de « dépassement » de l’armistice.

2. L’équivoque de l’appareil dirigiste : structures de court ou de long terme ?

53L’appareil de direction économique et financière présente une seconde équivoque. Il apparaît que, dans le court terme, les structures de direction économique et financière, adoptées dès l’été 1940, répondent à une contrainte : outre celle de l’emprise allemande en zone occupée — déjà analysée — il y a la pénurie et la désorganisation de la production et des échanges. Mais, au-delà de la réponse aux nécessités immédiates, ces structures ne répondent-elles pas à des besoins conçus par les nouveaux dirigeants comme devant perdurer, lors de la paix future ?

• L’« intérim de la liberté » et la « relève des capitalistes ».

  • 131 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit., p. 4.
  • 132 Cf. Robert Catherine, L’économie..., op. cit., p. 2 et suiv.
  • 133 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit., p. 21-22.

54Appelé, en janvier 1942, à prononcer une conférence à l’École libre des Sciences politiques sur 1’« État actuel de l’organisation économique française », Jean Bichelonne, alors secrétaire général à la Production et secrétaire à la Répartition, en évoquant la mise en place des organes de direction économique peu après la défaite, précise : « Quelles que fussent ses préférences doctrinales, chacun sentit bien qu’une seule méthode était possible : il fallait instaurer rapidement une économie dirigée. La naissance de l’économie dirigée n’a donc aucun fondement théorique, elle a un point de départ essentiellement pratique »131. Parmi les servitudes issues de la défaite et de l’armistice, il faut compter la disparition de stocks, la dispersion de forces matérielles et humaines, le compartimentage étanche des cinq fractions du territoire français, les effets du blocus. L’un des problèmes les plus aigus est l’arrêt des importations de matières premières, même des colonies, et l’indisponibilité des principales ressources minières, désormais en zone interdite. Les ressources en charbon ne représentent — malgré la résolution d’intensifier la production des houillères du Centre-Midi — que quarante pour cent de celles de 1938. Pour l’acier, elles tombent à un cinquième. Pour les métaux non ferreux, elles vont de 11,5 % (nickel) à 35 % (zinc). Le déficit des produits pétroliers apparaît encore plus grave (six pour cent pour le carburant automobile, à peine trente pour cent pour les huiles de graissage). La nécessité de répartir rapidement des ressources, désormais rares, afin de faire redémarrer l’économie française, apparaît comme une préoccupation précoce des responsables du ministère des Finances ou de la Production industrielle132. Ainsi, Jean Bichelonne se défend d’avoir voulu bâtir, à travers l’OCRPI, « une machine à broyer l’industrie et le commerce », et ajoute qu’il s’agit là d’une « construction empirique », la chronologie échelonnée de la création des douze sections venant, selon lui, confirmer l’idée que la répartition est conçue comme une « suite d’adjuvants », rendue nécessaire chaque fois que les ressources ont paru insuffisantes133.

  • 134 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 254 ; souligné par nous.
  • 135 Ibid., p. 250 ; souligné par nous.
  • 136 Ibid., p. 248 ; pour la correspondance d’industriels réclamant le secours de l’État, cf. AN, F 12 (...)

55Yves Bouthillier va plus loin dans ses Mémoires, où il affirme que les entrepreneurs privés, lors de la défaite, n’ont eu ni les possibilités, ni les moyens suffisants — en particulier en zone occupée — pour remettre seuls en marche la machine économique. Devant la pénurie et la pression allemande, les mécanismes libéraux ne pouvaient remplir leur fonction : « Nous devions les [les Français] diriger, nous substituer à leurs réflexes habituels, choisir pour eux, bref organiser l’intérim de la liberté (...). Le recours à l’appareil bureaucratique ne pouvait être évité »134. Ainsi, en matière financière, il précise : « Tant que le rétablissement de l’activité économique fut entravé par le trouble du pays, l’action de l’État suppléa celle de l’initiative individuelle. Le Trésor fit la relève des capitalistes »135. Il ajoute même — ce qui semble être partiellement confirmé par la correspondance reçue au ministère de la Production industrielle — que, dans le désarroi de la défaite et de l’exode, le recours à l’État, de la part des entrepreneurs privés, a été général : « Le fait le plus frappant de l’état des esprits, était une acceptation unanime de la tutelle de l’Etat, d’une tutelle immédiate et forte. Moralement, personne ne se sentait plus à même de porter seul le poids des responsabilités »136. Cette emprise de l’État, à l’occasion du malheur des temps, répond certes au souci de court terme de faire face à une nécessité transitoire. Mais elle peut correspondre aussi, et parfois simultanément, à la volonté de saisir l’occasion de faire triompher, de manière durable, des préférences dirigistes ou corporatistes. Il n’est pas toujours aisé pour l’historien de démêler affirmations conjoncturelles et positions de principes.

• « Une forme durable d’économie dirigée ».

  • 137 AN, 74 AP 3 à 5 (Papiers Bouthillier), p.-v. de l’entretien Bouthillier-Hemmen du 27 août 1940 ; r (...)
  • 138 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 206.
  • 139 Bertrand de Jouvenel, Un visiteur dans le siècle, Paris, 1979, p. 435-436. Passage cité par René G (...)
  • 140 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit, p. 9 et p. 23 ; souligné par nous.

56Yves Bouthillier s’est proclamé adepte de principes libéraux avant la guerre. Or, lors de son entretien avec Johannes Hemmen, le 27 août 1940, il affirme : « Certains Français avaient, dès avant la dernière guerre, compris que les principes du libéralisme qui avaient fait la fortune du xixe siècle étaient périmés. Le contrôle des changes avait été préparé en France bien avant le mois de septembre 1939 (...) auparavant, une politique fondée sur le contrôle des changes était impossible, étant données les institutions politiques »137. Certes, il s’agit là d’un discours destiné à impressionner favorablement l’un des principaux négociateurs de la puissance occupante. Mais deux témoignages confirment qu’il n’y avait alors nul double langage chez le ministre des Finances. René Belin raconte avoir subi, en juillet 1940, une sorte d’examen de passage, face à Yves Bouthillier, entouré d’un aréopage d’inspecteurs des Finances. Évoquant, à partir de ses réflexions sur le Plan de la CGT de 1935, « la nécessité conjoncturelle (...) de mettre le libéralisme en sommeil », il éprouva une certaine surprise en découvrant l’acquiescement empressé de son auditoire138. Et, quelques mois plus tard, une remarque du ministre à Achille Dauphin-Meunier, telle que rapportée par Bertrand de Jouvenel, pousse plus loin la confidence : « J’ai toujours été dirigiste. Seulement, je n’affirmais pas mon opinion sous le régime précédent (...) je considérais que faire de l’économie dirigée, c’était donner de grandes possibilités à des gouvernements qui en auraient mésusé. Je ne voulais pas consolider ce régime »139. Au-delà même des affirmations de principes, il se développe, dès les premiers mois de l’Occupation, dans divers lieux, en pardculier au MPI, mais aussi rue de Rivoli, des réflexions sur les organes et mécanismes techniques d’une organisation industrielle durable (c’est-à-dire pour le temps de paix), et notamment sur la théorie de la répartition. L’une des traces les plus remarquables de ces réflexions se retrouve dans la conférence — déjà citée — de Jean Bichelonne, dans laquelle il affirme : « La répartition générale est une forme durable d’économie dirigée. Elle me paraît destinée à subsister même en temps de paix (...). Cette répartition primaire, elle, est un phénomène durable, et un phénomène nécessaire dans l’État moderne et qu’on ne peut laisser régler par le processus adaptatif vraiment trop simple et trop aveugle de l’économie libérale »140.

***

CONCLUSION DU CHAPITRE XVI

57Alfred Sauvy distingue parmi les Français occupés les « combattants » et ceux qui sont « soucieux de vivre le moins mal possible ». Les experts et les gouvernants signataires de l’Armistice se rangent naturellement dans le second groupe. La pénurie, la défaite et le rejet des structures du régime défunt les conduisent à envisager la construction d’un nouvel appareil de direction économique et financière. Mais, dès l’origine, cet appareil est tributaire d’une « double équivoque ». Tout d’abord, il doit s’adapter à la future « pax germanica ». Quels que soient les sentiments profonds des experts et des gouvernants — on ne peut savoir avec certitude la part (sans doute infime) de ceux qui ont pu vouloir contribuer à la victoire allemande — ils situent néanmoins leur action dans cette perspective, jugée réaliste. De plus, la logique de l’Armistice les conduit à vouloir assurer une politique « de présence », même en zone occupée, par peur d’un double vide, social et politique. Aussi, se trouvent-ils conduits en contrepartie à accepter de faire passer les structures et les ressources de la zone Sud sous le contrôle des autorités d’Occupation. Et, d’une manière générale, l’appareil étatique français subit les contradictions du mimétisme à l’égard des structures allemandes.

58Enfin, le souci d’alléger les conditions issues de l’Armistice conduit les dirigeants à insister sur la convergence de l’intérêt bien compris des deux États : mais ce « dépassement de l’Armistice » peut conduire bien au-delà d’une simple cohabitation contraignante. Même si tous ne pensent pas, comme Jacques Benoist-Méchin l’écrit en 1944, que la défaite a constitué « un don inespéré que semblait nous apporter l’excès même de notre malheur », l’ambiguïté fondamentale provient du fait que, pour plusieurs des experts et des gouvernants, la réforme étatique intérieure est déterminée, en amont, par l’insertion dans une Europe continentale à dominante allemande. D’autre part, la défaite offre l’occasion de rejeter les mécanismes libéraux, non seulement pour le temps des hostilités, mais aussi pour l’après-guerre. Et ce ralliement à un dirigisme durable à la fois des finances et de la production se maintient au-delà des premiers mois. Un an après la défaite (le 27 août 1941), François Lehideux avertit : « Il ne faut (...) pas croire qu’on pourra revenir à une formule de libéralisme et de facilité ; cet ère de facilité est révolue. La France ne se sauvera que par une discipline permanente et tenace ». Ainsi se trouvent posés les fondements de l’engrenage dirigiste.

Notes

1 Cf. Yves Durand, Vichy (1940-1944), Paris, 1972, 176 p. ; Robert O. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, trad. fr., Paris 1973 (375 p.), p. 247 et suiv.

2 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, I, Face à l’ennemi, face à l’allié, Paris, 1951, p. 13.

3 Propos d’Henri Moysset à Darlan, rapportés par Jean-Pierre Azéma, De Munich à La Libération 1938-1944, Paris, 1979 et 1986, p. 86.

4 Cf. Richard F. Kuisel, Le Capitalisme..., op. cit., ch. V, p. 227 et suiv. ; cf. J. C. Germain-Thomas, Un exemple d’économie de contrainte : les idées et l’administration du gouvernement de Vichy en matière économique et sociale, thèse de droit, 1969.

5 Jean-Pierre Azéma, De Munich..., op. cit., p. 87. La plupart de ces hauts fonctionnaires devenus ministres sont nés après 1900 ou peu avant (Jacques Barnaud en 1893, Jean Berthelot en 1897).

6 Cf. Jean Berthelot, Sur les rails du pouvoir (de Munich à Vichy) ; Paris, 1968, 322 p.

7 Cf. Le Gouvernement de Vichy - 1940-1942(Colloque FNSP, 6-7 mars 1970), Paris, 1972, p. 88 et suiv. et René Belin, Du secrétariat..., op. cit.

8 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 206. Cf. également Alfred Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, 1978, 256 p. C’est Bouthillier qui recommande Barnaud à Belin.

9 Cf. Stanley Hoffman, Sur la France, Paris, 1976, p. 72 et suiv. ; Robert O. Daxton, La France..., op. cit., p. 247 et suiv. ; Jean-Pierre Azéma, De Munich..., op. cit., p. 87 et suiv.

10 La DGREFA siège au sein du ministère des Finances. Les archives de cette délégation (série F 37) sont toutefois conservées aux AN, et non aux AEF.

11 Cf. Gérard Brun, Technocrates..., op. cit.

12 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, Finances sous la contrainte, p. 245.

13 Ibid., p. 245.

14 Témoignage de Henri Deroy in Le gouvernement..., op. cit., p. 100.

15 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 418.

16 Secrétariat d’État à l’Économie nationale et aux Finances, L’action économique en France depuis l’armistice, Paris, 1941, 182 p., préface d’Yves Bouthillier, p. 5-6.

17 AN, F 60 424, d. « documentation économique », Lettre de René Belin au maréchal Pétain, août 1940, p. 3.

18 Idem, p. 5.

19 Idem, p. 5.

20 Idem, p. 5.

21 Idem, p. 5 ; Yves Bouthillier évoque également la tentative de « nazification de la classe ouvrière » (Le drame..., op. cit., t. 2, p. 247).

22 Idem, p. 8 et 10.

23 Idem, p. 10.

24 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 247.

25 Cf. Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Journal. 1939-1973, Paris, 1977 (614 p.), p. 50. Son éloignement résulte du fait que l’entourage de Bouthillier le considère comme un « abominable belliciste » (Ibid., p. 50).

26 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t 2, p. 256.

27 AN, F 60 590, p.-v. des séances du CEI-1941. Pierre-Étienne Flandin préside, lors de sa brève vice-présidence du gouvernement. Cf. note de Yves Bouthillier, 22 janvier 1941.

28 On trouve les p.-v. des séances dans AN, F 60 590 et 591 ; AN, AG II 544-545 (Archives du maréchal Pétain) ; AN, F 37 1 à 8 (Papiers Jacques Barnaud).

29 L’action économique..., op. cit., p. 58.

30 AN, F 60 590, Lettre d’Yves Bouthillier à l’amiral Darlan, 14 avril 1941, 1 p.

31 Henry Rousso, « Les paradoxes de Vichy et de l’Occupation - Contraintes, archaïsmes et modernités » in Le capitalisme français..., op. cit., p. 67-82.

32 Cf. infra, chapitre XX.

33 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 24 mai 1941 du Conseil d’Études économiques à Vichy (Libersart, 12 juin 1941), introduction de Yves Bouthillier.

34 On trouve également Romieu, Leroy-Ladurie, Charbin, Halle.

35 Idem, p.-v. de la séance du 14 juin 1941 du Conseil d’Études économiques, p. 8.

36 Idem, p.-v. cité, p. 8.

37 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 267.

38 Cf. AG II 544, Liste des intendants des Affaires économiques, 1 p. Parmi eux, notons Yrissou (Limoges), Grimanelli (Poitiers), Faure (Rennes), on trouve plusieurs p.-v. des réunions des intendants dans AN, F 60 424.

39 Cf. infra, chapitre XXIII.

40 JO, 18 août 1940. Cf. le mémoire de maîtrise d’Henry Rousso, « Les Comités d’organisation, Aspects structurels et économiques, 1940-1944 », Paris I, 1976.

41 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 203.

42 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 274. Il y est question de Pierre Larroque (sic).

43 Cf. supra, chapitre XII.

44 Cf. AN, 468 AP 30, d. 6 « La guerre... », s. d. c.

45 AN, 468 AP 30, d. 6, « La guerre... », s. d. c., doc. n° 12, COST, JC/GB, 24 août 1940, 5 p.

46 AN, 468 AP 31, d. 1, « La guerre... », s. d. c., doc. n° 41, COST, JC/GB, 30 novembre 1940, 2 p.

47 AN, 468 AP 30, doc. cité (cf. note 6).

48 AN, 468 AP 31, d. 1 cité, s. d. a., doc. n° 32-2, COST, 14 novembre 1940, « Ébauche d’une stratégie économique », 15 p.

49 AN, F. 12 10157, d. « 221-H2 », Rapport sur l’activité du MPI du 15 juillet au 15 novembre 1940 ; adressé au maréchal Pétain ; signé René Belin, EC/YL, 17 novembre 1940, 24 p.

50 Idem ; les premiers CO formés sont : automobiles ; textiles ; vêtement ; matériel ferroviaire ; cuirs ; sidérurgie (industrie et commerces) ; combustibles minéraux solides ; chaux et ciment ; énergie électrique ; fonderie ; industrie chimique. François Lehideux est nommé président-responsable du COA, le 30 septembre 1940. Cf. Henry Rousso « L’organisation industrielle de Vichy », RHSGM, 1979, n° 116, p. 27-44.

51 Jean Bichelonne, L’État actuel de l’organisation économique française, conférence du 20 janvier 1942 à l’École libre des Sciences politiques, brochure, 1942 (40 p.), p. 28.

52 Ibid., p. 29.

53 Cf. Richard F. Kuisel, Le capitalisme..., op. cit., p. 234 et suiv. ; Henry Rousso, art. cité.

54 Témoignage de Pierre Laroque (France-Culture, octobre 1986).

55 Robert Catherine, L’économie de la répartition des produits industriels, CII, Paris, 1943, p. 17.

56 René Belin in Le Gouvernement..., op. cit., p. 206.

57 Jean Bichelonne, « L’État actuel..., op. cit., p. 11.

58 AN, F 12 10157, d. « 221-H2 », Rapport sur l’activité du MPI..., cité, p. 5.

59 Cf. Idem, d. « textes » ; on y trouve les différents décrets sur la répartition.

60 Cf. AN, F 12 10157, d. « 221-H2 », circulaire du Secrétariat d’État à la Production industrielle (SEPI), signée Pierre Pucheu, SRD 717, 13 mai 1941, 11 p. Cf. JO, 27 mars 1941. La Section centrale de l’OCRPI comprend 5 services : Études générales ; Coordination régionale ; Coordination de la statistique ; Récupération des vieilles matières ; Financiers et administratifs.

61 Cf. Robert Catherine, L’économie..., op. cit., p. 21.

62 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 23 janvier 1941 du CEI, mouture Moreau-Néret, 4 p.

63 Idem.

64 Idem, p.-v. de la séance du 24 mai 1941 du Conseil d’Études économiques (Vichy).

65 Idem, p.-v. de la séance des 30 et 31 janvier 1941 du CEI.

66 Idem, cf. p.-v. des séances des 28 mars, 26 juin 1941 ; et AN, F 60 591, p.-v. de la séance du 1er octobre 1941.

67 Idem, p.-v. de la séance du 28 mars 1941. Les disponibilités, en pourcentage de celles de 1939, s’établissent ainsi : zinc (35 %), cuivre (28 %), plomb (16,8 %), nickel (11,5 %), essence-auto (14 °/o), pétrole lampant (16 %), fuel domestique (4 %), essence de graissage (26 %).

68 AN, F 60 591, p.-v. de la séance du 1er octobre 1941.

69 Cf. infra, chapitre XVIII.

70 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit., p. 21.

71 AN, F 60 10157, d. « 221-H2 », Rapport sur l’activité du MPI..., cité, p. 1.

72 Cette arrestation serait due à la réalisation de l’opération de sauvetage de l’eau lourde dans le ministère Dautry. Ces trois semaines, dont on ne sait rien, ont donné matière à des interprétations contradictoires et parfois malveillantes (interview de Louis Frank, Neuilly, décembre 1986).

73 AN, F 60 357, d. « organisation du MPI », JO, 29 septembre 1940, cf. également AN, F. 37 28, d. « Effectifs et attributions du ministère du Commerce avant la guerre, pendant la guerre ».

74 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 18 avril 1941 du CEI.

75 Idem.

76 Idem ; souligné par nous.

77 Idem.

78 Idem.

79 Idem.

80 Parmi les cours publiés, on trouve ceux de Henry Laufenburger, Raymond Boisdé, Max Lambert, Gaston Défossé, Georges Hoog ; sont publiés aussi des ouvrages de Robert Catherine, ainsi que des conférences de Henri Culmann, P. Dieterlen et A. de Tavernost.

81 AN, F 60 590, p.-v. cité. En marge, une note manuscrite indique : « mécanique colossale ».

82 Idem.

83 Cf. P. Lehideux-Vernimmen, « La fonction de commissaire du gouvernement dans la nouvelle organisation de l’économie », Paris, thèse de doctorat, 1942.

84 AN, F. 12 10157, d. « 221-H2 », Observation sur le rapport Belin, s. a., Vichy, 1er décembre 1940, 2 p.

85 Idem.

86 Cf. Henry Ehrmann, La politique..., op. cit. et Henry Rousso, art. cité.

87 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 204.

88 Cf. infra, chapitre XVII.

89 AN, F 60 590, p.-v. de la séance du 30 janvier 1941 du CEI.

90 AN, F 37 20, d. « Études sur la collaboration économique franco-allemande », Note sur les rapports économiques franco-allemands depuis l’armistice », s. a., s.d. (mais de l’automne 1941), 5 p.

91 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 89.

92 Ibid., p. 99-100.

93 AN, F 37 32, d. « construction d’une nouvelle usine d’alumine en France », Lettre de l’Aluminium français au ministre de la Production industrielle, signée Jean Dupin, 11 juin 1941, 2 p.

94 Idem, d. cité, note de M. Terray, MH, 19 juin 1941, 2 p.

95 Cf. chronologiquement Henri Michel, Vichy ; année 40, Paris, 1966, 461 p. ; Eberhard Jàckel, La France dans l’Europe de Hitler, trad. fr. Paris, 1968, 554 p. ; Yves Durand, Vichy..., op. cit. ; Robert O. Paxton, La France..., op. cit. ; Jean-Baptiste Duroselle, L’Abîme 1939-1944, Paris, 1982 et 1986, 611 p.

96 Analyses confirmées récemment par Fred Kupferman, Laval, op. cit.

97 Cité in Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 493.

98 Cité in ibid., p. 495.

99 D’après un mémorandum d’Abetz, cité par Robert O. Paxton, La France..., op. cit., p. 73.

100 Philippe Pétain, Actes et écrits, p. 472 ; également reproduit dans Le Temps, 12 octobre 1940. Robert Aron (Histoire de Vichy, Paris, 1954, t. 1, p. 208-209) explique la genèse de ce discours. Cf. également Paul Baudoin, Neuf mois au gouvernement, Paris, 1948, p. 366 et suiv.

101 AN, F 12 10157, d. « 221 H2 », Rapport sur l’activité du MPI..., cité, p. 6.

102 Sur tous ces aspects d’articulation à l’organisation économique allemande, cf. Alan S. Milward, The New Order and the French Economy, Oxford, 1970 (320 p.), p. 81, p. 106 et suiv.

103 AN, F 12 10157, d. « 221 H2 », Rapport cité.

104 AN, F 37 20, d. « Études sur la collaboration économique franco-allemande », Note citée, p. 2.

105 Cf. Le Gouvernement..., op. cit., p. 100 et suiv.

106 AN, F 37 20, note citée, p. 2 ; souligné par nous.

107 Idem, p. 2-3.

108 Cf. Alan S. Milward, The New..., op. cit., p. 48.

109 Cf. Ibid., p. 49 ; Pierre Arnoult, Les finances de la France et l’Occupation allemande (1940-1944), Paris, 1951.

110 Documents on German Foreign Policy (DGFP), Séries D, X, n° 116 ; cité par Alan S. Milward, The New..., op. cit., p. 48 ; trad. par nous.

111 AN, F 37 20, note citée, p. 3.

112 Idem.

113 Idem.

114 Idem.

115 Idem.

116 Idem ; souligné par nous.

117 Idem.

118 Idem, p. 2.

119 Cf. infra, chapitre XVII.

120 AN, F 12 10102, d. « occupation allemande, M. Claudot », Note sur les méthodes employées par l’Administration militaire allemande en France, SGP n° 3135, 17 avril 1945, 18 p.

121 Cf. Le gouvernement..., op. cit., p. 205.

122 Cf. Jacques Delarue, Crimes et trafics sous l’Occupation, Paris, 1968.

123 AN, F 12 10102, d. « Occupation allemande, M. Claudot », Rapport de M. Bellier, EG 12729, 5 mars 1945, 4 p. ; ce rapport est largement utilisé pour la rédaction du rapport général, cité (cf. supra note 2, p. 531).

124 Idem, note citée ; souligné par nous : la création du secrétariat à la Répartition était destinée en partie à contourner cette mainmise.

125 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t 2, p. 253.

126 Ibid., p. 111.

127 Ibid., p. 491.

128 Ibid., p. 90.

129 Ibid., p. 131 ; souligné par nous.

130 AN, F 37 27, d. « Aide apportée par l’Allemagne à l’économie française », Note « avantages que représentent pour l’économie française sa situation vis-à-vis de l’Allemagne », s. a., s. d. (mais sans doute de novembre 1941), 16 p. ; souligné par nous.

131 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit., p. 4.

132 Cf. Robert Catherine, L’économie..., op. cit., p. 2 et suiv.

133 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit., p. 21-22.

134 Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 254 ; souligné par nous.

135 Ibid., p. 250 ; souligné par nous.

136 Ibid., p. 248 ; pour la correspondance d’industriels réclamant le secours de l’État, cf. AN, F 12 10157 ; F 37 27.

137 AN, 74 AP 3 à 5 (Papiers Bouthillier), p.-v. de l’entretien Bouthillier-Hemmen du 27 août 1940 ; reproduit in Yves Bouthillier, Le drame..., op. cit., t. 2, p. 491.

138 René Belin in Le gouvernement..., op. cit., p. 206.

139 Bertrand de Jouvenel, Un visiteur dans le siècle, Paris, 1979, p. 435-436. Passage cité par René Girauit, « La trahison des possédants », art. cité.

140 Jean Bichelonne, L’État actuel..., op. cit, p. 9 et p. 23 ; souligné par nous.

Table des illustrations

Titre Fig 6 - LE MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES : DES STRUCTURES DUALISTES g (au 1er janvier 1941)
Légende (Source : Guide administratif des services ministériels français actuellement à Paris, Paris COST, janvier 1941, 95p.).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure7-LES STRUCTURES DU MINISTÈRE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE : Jean Richelonne à l’interface entre répartition, organisation administrative et professionnelle (au 1er janvier 1941)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Figure 8-L’ORGANISATION ALLEMANDE DE DIRECTION DE L’ÉCONOMIE OU LES CONTRADICTIONS DU MIMÉTISME
Légende (Source : AN, F12 10102, note citée, cf. page précédente.)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540