Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Cinquième partie. Vichy, l’engrenage dirigiste entre pénurie, rénovation et collaboration d’État (1940-1944)

Introduction

Texte intégral

Au moment où l’Allemagne vient de nous donner une si éclatante leçon d’organisation scientifique du travail industriel, administratif et militaire (...) où l’on va être contraint de réorganiser l’administration et la production en France, il est impossible de différer les mesures qui leur assureront l’efficience indispensable à leur survie.
(Jean Coutrot, octobre 1940.)

C’est la présence des Allemands qui nous a donné l’occasion et qui nous donne la possibilité de faire notre réforme intérieure (...). La paix économique se fait dès maintenant, bribe par bribe, par ententes privées.
(René Norguet, 2 décembre 1941.)

1La défaite, la signature de l’Armistice et l’Occupation coïncident avec la mise en place rapide d’un nouvel appareil de direction de l’économie et des finances, marqué par les conditions de sa genèse (chapitre XVI). Les structures et les pratiques qui se développent lors du premier Vichy, avant le retour de Pierre Laval — entre juillet 1940 et avril 1942 — marquent une certaine continuité avec celles de la « drôle de Guerre », notamment pour la direction des finances, et, dans le même temps, constituent des innovations lourdes pour l’avenir. Elles forment, non sans ambiguïté, les composantes complexes d’un « engrenage dirigiste » (chapitre XVII). Le poids de l’Occupant impose d’analyser la place des contraintes commerciales (chapitre XVIII) et financières (chapitre XIX), qu’il fait peser sur les experts et les gouvernants de Vichy comme sur l’économie tout entière. Grâce à l’étude des documents de l’appareil dirigiste industriel et commercial, nous avons pu descendre parfois jusqu’au niveau de branches ou de certaines entreprises importantes, afin de saisir les contraintes, pratiques et réactions au niveau micro-ou méso-économique, ainsi que les déphasages éventuels entre entrepreneurs et experts de l’État. Enfin, le retour de Pierre Laval marque l’aggravation des exigences de l’Occupant et, non sans tensions, l’intégration accrue de l’appareil dirigiste dans la machine de guerre allemande (chapitre XX).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540