Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Troisième partie. Les carrières des inspecteurs des Finances hors ‎des cadres

Chapitre XI. La place de l’Empire colonial dans les carrières des inspecteurs des Finances1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est la version remaniée et actualisée d’une communication publiée dans : « La place de (...)
  • 2 Les mots « Empire », « outre-mer », « colonies » sont ici utilisés indifféremment pour définir les (...)
  • 3 Actifs de moins de 65 ans au 1er janvier, en excluant les membres du cabinet des ministres des Colo (...)
  • 4 Dont 30 dans une institution financière publique ou privée.
  • 5 Dont 15 dans une institution financière publique ou privée.

1Dans la première moitié du xxe siècle, l’Empire colonial n’a, à aucun moment, occupé directement ou indirectement plus de 10 % des inspecteurs des Finances (quelle qu’ait été leur position administrative), non compris les emplois traditionnels de vérification et de mission outre-mer2. Pourtant, sur les 355 inspecteurs des promotions 1878-19393, 83 inspecteurs, soit 23 % d’entre eux, ont exercé une fonction liée indirectement ou non à la colonisation avant 19694 et 55 inspecteurs avant juillet 1940, soit 17 % des 324 inspecteurs des promotions correspondantes 1878-19355.

  • 6 Dossiers de carrière consultés au service de l’IGF et conservés aujourd’hui au SAEF ; articles sur (...)

2Stratégie du corps pour s’implanter et développer des prises d’emplois liés à l’outre-mer, comme le suggèrent les annuaires ? Aventures individuelles liées au « hasard », comme le disent les intéressés eux-mêmes ? La méthode prosopographique6 complète ces hypothèses grâce à l’étude chronologique du marché de l’emploi, l’analyse des profils, des cursus, des motivations des inspecteurs et de la perception des employeurs. On constate alors que l’Empire colonial est progressivement devenu, entre 1913 et 1939, un instrument de gestion des carrières de plus en plus précieux pour les intéressés eux-mêmes, pour le service de l’Inspection, pour le ministre des Finances et pour les employeurs « coloniaux » privés. Ces emplois outre-mer, tout en restant secondaires et minoritaires, ont contribué à la réputation de l’Inspection d’assurer des débouchés sinon prestigieux, du moins honorables, réputation qui a attiré des candidats toujours plus nombreux et plus diplômés vers la haute fonction publique financière et la direction des finances privées.

3Mais si on veut bien accepter l’hypothèse que la place de l’Empire colonial dans les carrières peut être un indicateur de l’intérêt qu’il a suscité auprès des élites du ministère des Finances, alors on peut dire que, avant 1945 du moins, ces grands hauts fonctionnaires se sont globalement désintéressés de l’Empire colonial.

  • 7 Cf. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Mich (...)

4Hélas, la méthode prosopographique a ses limites. Elle n’apprend rien sur ce que ces élites financières ont, personnellement ou collectivement, apporté dans leurs fonctions respectives. Rien non plus sur leur conception des relations que la France devait entretenir avec son Empire colonial. Heureusement, d’autres chercheurs, notamment Jacques Marseille et, plus récemment, Catherine Hodeir, ont déjà comblé en partie cette lacune7.

I. Les effectifs

5Rappelons que notre corpus porte sur les carrières des inspecteurs des 60 promotions de 1878 à 1939 et que nous n’avons pas retenu les inspecteurs restés dans les cadres et envoyés en tournée de vérification dans les départements d’outre-mer (Guyane, Réunion, Antilles), dans les protectorats, tunisien et marocain, ni même en Algérie dont les comptables sont soumis, depuis une ordonnance de 1843, aux vérifications de l’Inspection des finances et où un inspecteur général réside avec, sous ses ordres, trois ou quatre inspecteurs en tournée. En effet, ces fonctions statutaires se sont maintenues sur toute la période et sont, sauf pour le chef de mission, éphémères. Nous n’avons pas non plus retenu les inspecteurs envoyés en mission d’étude ou d’enquête, emplois éphémères également et non mentionnés systématiquement dans les dossiers de carrière. Le caractère provisoire des fonctions de cabinet nous a aussi conduite à ne pas retenir les collaborateurs des ministres des Colonies. L’arrivée des inspecteurs en Afrique du Nord, à partir de la fin 1942, puis du CFLN, n’a pas non plus été comptabilisée. Enfin, si nous ne prenons jamais en compte les membres des conseils d’administration d’entreprises ou d’institutions dont le champ d’activité se situe essentiellement outre-mer, nous avons retenu, ici, les commissaires du gouvernement ou les censeurs.

  • 8 Rappelons que la norme, chez les inspecteurs des Finances, est la mobilité de carrière, du moins ta (...)

6L’étude des prises d’emplois, donc des flux, fournit un indicateur de l’évolution de l’attraction de certains emplois auprès des inspecteurs mais cette méthode est biaisée par l’inégale durée des fonctions, donc de la rotation des hommes aux mêmes emplois, et par les cumuls toujours possibles, notamment dans les entreprises8.

7Pour les 355 inspecteurs, 121 emplois liés à l’Empire s’offrent donc à eux au cours de leur carrière, dont 70 avant 1940.

8Cette méthode des flux souligne l’ancienneté de l’attirance pour l’Empire dès avant 1914, l’accélération (par rattrapage des années de guerre) de l’attraction de l’Empire dans les années vingt, une rotation des emplois moins grande dans les années trente, une mobilité logique pendant la guerre et la reprise du rythme précédent dans les années cinquante.

  • 9 Compte tenu des erreurs toujours possibles de saisie, ces chiffres, répétons-le, doivent être consi (...)

9Pour être pertinents, ces chiffres doivent être comparés avec d’autres types d’emplois comparables. Ainsi, les prises d’emploi liées à l’étranger sont supérieures : 161 (organisations internationales non comprises) et 91 emplois avant juillet 1940. Les banques sont encore plus gourmandes : 247 prises d’emploi. Moins comparables en raison de la brièveté des fonctions occupées et de leur rotation rapide, les 407 prises d’emploi dans les cabinets ministériels sont beaucoup plus importantes9.

Tableau 1. Prises d’emploi outre-mer par période des 355 inspecteurs entrés entre 1878 et 1939

1er janvier 1878 au 1er juillet 1940

70

1er janvier 1878 au 1er août 1914

22

1er août 1914 au 1er décembre 1918

9

1er janvier 1919 au 31 décembre 1930

25

1er janvier 1931 au 1er juillet 1940

14

1er juillet 1940 au 1er décembre 1944

11

1er janvier 1945 au 1er janvier 1970

35

1er janvier 1878 au 1er janvier 2000

121

10Rappelons qu’on compte 55 inspecteurs occupant des fonctions liées directement ou non à la colonisation avant juillet 1940, soit 17 % des effectifs. Parmi eux, 34 travaillaient dans l’administration des Finances (contrôle compris) et 21 dans des entreprises publiques ou privées (dont l’essentiel, 15, dans une institution financière). Si l’on prolonge les carrières au-delà de l’année 1940 jusqu’à leur terme, il faut ajouter 28 inspecteurs, ce qui donne donc 83 inspecteurs, soit 23 %. Parmi eux, 51 sont dans l’administration des Finances (14 % des inspecteurs) et 40 dans les entreprises publiques ou privées (11 % des inspecteurs), dont 30 dans une institution financière.

11À titre de comparaison, en termes d’individus cette fois, pour la période avant 1940, 59 inspecteurs ont travaillé à l’étranger et 85 jusqu’en 1969. Les proportions sont ici très proches. La différence tient à la rotation plus rapide dans les emplois à l’étranger. Rappelons les autres cursus : 161 inspecteurs des mêmes promotions, soit 45 % (près du double), occupent un emploi dans une banque ou une institution financière pour la même période, dont 105 dans une banque privée, soit 30 %. Et beaucoup plus – 152 inspecteurs, soit 42 % – passent par un cabinet.

12C’est dire que si les inspecteurs sont moins attirés par les activités coloniales que par les activités en Métropole ou à l’étranger, l’Empire n’en joue pas moins un rôle non négligeable dans le déroulement des carrières.

13Les coupes chronologiques confirment cette analyse et permettent d’émettre des hypothèses.

14Le tableau 2 rappelle que dans l’entre-deux-guerres, l’outre-mer n’offre pas d’emploi à plus de 10 % des actifs (des promotions avant 1940), avec un maximum en 1938 de 21 actifs, soit 9,5 %.

Tableau 2. Inspecteurs des Finances des promotions 1878-1938, actifs au 1er janvier de chaque année dans l’Empire colonial

Année

Empire

Actifs moins
de 65 ans

%

Année

Empire

Actifs moins
de 65 ans

%

1913

7

147

4,7 %

1930

16

198

8 %

1920

10

147

6,8 %

1935

17

211

8 %

1925

10

178

5,6 %

1938

21

221

9,5 %

  • 10 Cf. ci-dessous, le chapitre XIII sur le pantouflage.

15Mais il faut noter qu’en valeur absolue, le nombre d’inspecteurs concernés par l’Empire colonial a doublé d’une guerre à l’autre, de 9 à 17, tandis que la progression relative, moins spectaculaire, est tout de même de 50 %, passant de 6 % en 1914 à 9 % en 1939. Les effectifs culminent – si on peut dire pour des effectifs assez faibles – au lendemain de la Première Guerre mondiale, lorsque l’inflation ronge les traitements des inspecteurs restés dans le « métier », et à nouveau dans les années trente, on le voit en 1938, alors que les débouchés dans les affaires se raréfient10.

16Les chiffres postérieurs à la Seconde Guerre mondiale posent problème car ils ne tiennent pas compte des promotions postérieures à 1939. Il n’en reste pas moins qu’on compte encore 17 inspecteurs travaillant dans l’Empire au 1er janvier 1950 sur 182 inspecteurs actifs entrés avant 1940, soit 9 %, un pourcentage équivalent au pic de l’année 1938. Il semble donc que l’Inspection ait maintenu, voire légèrement élargi, ses positions outre-mer dans les années cinquante, bien que les offres d’emplois dans les administrations comme dans les banques publiques en Métropole soient à nouveau abondantes. Alors ? Regain d’intérêt pour les problèmes coloniaux ? Débouchés pour des carrières bouleversées par la guerre ? Ou les deux ?

II. Les employeurs

17Il est difficile de raisonner sur l’offre d’emplois outre-mer en général, tant sont grandes les différences entre les employeurs. Quoi de commun, en effet, entre le poste de directeur général de la Banque d’Algérie ou de président de la Banque de l’Indochine d’une part, et la direction du Contrôle financier de l’AOF ou le Contrôle des chemins de fer coloniaux, par exemple, d’autre part ? Il y a donc lieu de distinguer les emplois dans l’administration, contrôle compris dès lors que ce contrôle est durable, des emplois dans les entreprises du secteur public, semi-public ou privé.

18Les prises d’emplois coloniaux se sont faites majoritairement dans les administrations financières (75 sur 121 sur l’ensemble de la période et 34 sur 70 avant 1940), majorité qui s’affirme surtout après 1918. Dans les années vingt, 17 prises d’emploi sur 25 dans l’Empire sont administratives ; dans les années trente, 9 sur 14.

19En terme d’effectifs, on retrouve la même dominante administrative. Sur 83 inspecteurs « coloniaux », 51 ont travaillé pour l’administration financière, soit 61 % (et 14 % sur la population totale de 355). Avant juillet 1940, sur 55 inspecteurs « coloniaux » 34 soit 61 % ont travaillé pour l’administration.

  • 11 Les dates entre parenthèses correspondent à l’année des concours.
  • 12 Année difficile pour les inspecteurs qui voient l’inflation ronger leur traitement tandis que le pr (...)
  • 13 Nous savons que les années vingt et quarante sont des années de création de nouvelles fonctions dan (...)

20Les premiers inspecteurs nommés dans l’administration coloniale apparaissent épisodiquement, depuis 1886 et 1888, avec le directeur du Contrôle des services financiers du ministère des Colonies, C. Laurent (1879)11. En 1908, trois inspecteurs, puis quatre de 1909 à 1913, occuperont des emplois administratifs liés à l’Empire. Ensuite, cette participation se maintient (après une pointe de 7 individus en 1919 sur 46)12 jusqu’en 1930 et augmente à nouveau après 1936. Les sorties dans l’administration coloniale représentent 10 % dans les années vingt des sorties dans l’administration, 20 % dans les années trente et à nouveau autour de 10 % sous Vichy13. Lorsqu’ils ont le choix et que la demande des administrations en Métropole se fait plus forte, les inspecteurs préfèrent ne pas s’exiler. L’année 1939 est à cet égard éloquente : 50 inspecteurs dans les administrations, 6 seulement dans l’Empire, alors que trois ans plus tôt, en 1936, pour 39 dans l’administration, on en comptait 8 outre-mer.

  • 14 Rappelons que notre définition du secteur privé est étroite. Nous considérons, en effet, comme priv (...)
  • 15 La SFFC deviendra la SOFFO en 1948. Sur Edmond Giscard d’Estaing, cf. J. Marseille, Empire colonial (...)

21Les affaires coloniales offrent moins d’emplois que l’administration : on compte 47 prises d’emploi sur 121 (21 sur 70 pour l’avant-1940). Le secteur privé colonial représente 21 prises d’emploi sur 47 pour les affaires et pour l’ensemble de la période, soit moins de la moitié (avant 1940, 11 prises d’emploi sur 21 dans les affaires), et il n’a attiré que 5 % des inspecteurs de notre corpus14. Entreprises à risques ? Exil inutile pour ces enfants choyés du marché de l’emploi ? Edmond Giscard d’Estaing apparaît comme une exception à la fois au sein de l’Inspection et au sein du patronat colonial. Reçu en 1919 à l’Inspection, il entre à la Société financière française et coloniale dès 1926, démissionne de l’Inspection en 1929 et devient président de la SFFC en 193315.

22Ces affaires publiques ou privées sont essentiellement des banques ou des sociétés financières : 33 prises d’emploi sur 47 (15 sur 21 avant 1940), plus rarement des mines ou des chemins de fer. On note, ici encore, un changement important entre les deux décennies : 10 prises d’emploi dans le secteur bancaire de 1919 à 1930 et 5 pour les années trente. Mais les banques « coloniales » sont bien moins gourmandes que les banques métropolitaines : 33 prises d’emploi dans des banques coloniales comparées aux 247 prises d’emploi dans des banques au total ! On mesure bien la faible attraction des banques coloniales, d’autant qu’en leur sein, la Banque de l’Indochine se taille la part du lion : 8 sur 17.

  • 16 Il s’agit toujours des promotions antérieures à 1939. Il faut distinguer les banques dont les nomin (...)

23Mais tout de même, le nombre de personnes concernées n’est pas dérisoire : 40 inspecteurs sur 355, soit 12 % d’inspecteurs passés à un moment ou à un autre de leur carrière dans une entreprise liée à l’outre-mer, et 21 individus avant juillet 1940. L’intérêt des inspecteurs pour les entreprises coloniales, même s’il se manifeste au cas par cas depuis la fin du xixe siècle, augmente davantage après 1945, à la mesure de l’effort déployé par l’État pour financer le développement économique de l’Union française. En effet, 23 individus sur 40 travailleront dans une entreprise publique ou semi-publique après 194516. Une fois encore, les calculs sur les individus confirment les prises d’emplois : 34 inspecteurs actifs sur 40 dans une entreprise « coloniale » le sont dans un établissement financier (15 sur 21 avant 1940).

24On peut légitimement en conclure que c’est bien parce que ce sont des banques (et surtout des établissements ayant un lien étroit avec l’État) et non parce que leur activité touche à l’outre-mer que ces entreprises coloniales parviennent à recruter des inspecteurs des Finances. Et réciproquement, il est clair que l’attention de ces élites financières pour les affaires de l’Empire vient surtout de leur tropisme naturel pour le secteur bancaire, plus ou moins proche de l’État, que de leur intérêt pour l’outre-mer.

25Précisons tout de suite qu’un tiers des prises d’emploi sur toute la période (40 sur 121) implique une résidence principale à Paris. Un deuxième tiers comporte une résidence en Afrique du Nord, Algérie et Maroc surtout. Ni l’Afrique noire (10 emplois) et encore moins les Antilles (3 emplois) n’offrent beaucoup de débouchés aux inspecteurs, faute de développement des finances privées ou publiques, faute de candidats peut-être aussi, comme le prouve a contrario l’exemple de l’Indochine (15 prises d’emploi).

  • 17 P. Huet, « L’Inspection des Finances entre les deux guerres », chapitre dactylographié d’une histoi (...)

26Il semble bien que pour les emplois dans l’administration coloniale, il existe une hiérarchie entre ces zones géographiques. Selon Huet (1946 N), un des historiographes de l’Inspection, « le pays qui séduisit, le plus, les jeunes inspecteurs des Finances, brillants chercheurs d’aventure et de réalisation, fut sans aucun doute le Maroc depuis les débuts du Protectorat en 1912 jusqu’à l’indépendance du pays sous le règne de Mohamed V en 195717 ». Et Jacques Georges-Picot (1925), dans ses Souvenirs, évoque sa déception lorsqu’en 1933, il postule en vain à la succession de Branly (1911).

  • 18 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920 (...)

« C’était un poste envié, non seulement en raison de l’agréable résidence de Rabat, mais aussi parce que ses titulaires antérieurs, Piétri d’abord et Branly ensuite, avaient réussi à lui conférer un certain poids dans la politique économique du Maroc en face de Résidents qui changeaient plus souvent et qui s’intéressaient davantage au côté politique de leur mission18. »

  • 19 Se succèdent : Gallut (1897) 1912-1914, Fabry (1901) 1914-1917, Piétri (1906) 1917-1924, E. Branly (...)

27De Gallut (1897) en 1912 à Montrémy (1939) en 1955 se succèdent quasi sans interruption au Maroc des inspecteurs avec rang de directeur général et des pouvoirs plus étendus qu’un ministre des Finances19. Georges-Picot précise : « Le poste de directeur des Finances était recherché des meilleurs et la qualité de gestion de ses titulaires assura les bases de ce développement exceptionnel. » Cette hiérarchie des emplois outre-mer est bien illustrée par la carrière de Gallut. Fils d’un juge de paix de Charentes, commis des contributions indirectes en 1893, reçu au concours en 1897, il reste dix ans dans les cadres. En mars 1907, il est nommé en AOF mais très rapidement, dès juillet, il est envoyé en Indochine comme directeur du Contrôle financier. En 1912, il revient en Métropole pour repartir aussitôt, à la demande du ministre des Finances Klotz, diriger les Finances du protectorat marocain. Il n’y reste que deux ans, démissionne de la fonction publique en avril 1914 pour entrer comme administrateur délégué de la Société centrale des banques de province. L’Afrique, puis l’Indochine, puis, en haut de l’échelle, le Maroc, tel apparaît le classement par ordre croissant de cette carrière « coloniale ».

III. Les cursus

28En fait, l’administration outre-mer est, pour ces inspecteurs, plus une étape qu’une carrière : 27 inspecteurs sur 51, dans l’administration financière coloniale sur toute la période, et 19 sur 34, avant juillet 1940, n’ont occupé qu’un emploi. 17 inspecteurs sur 51 y trouvent leur première occasion de sortie, ce que confirment les prises d’emploi : 27 prises d’emploi sur 75 se font en début de carrière (premier ou deuxième emploi). Un tiers y trouve donc le moyen d’échapper aux vérifications sans avoir au préalable d’expérience administrative. Ils y terminent rarement leur carrière (7 seulement).

29L’entreprise coloniale, en revanche, apparaît davantage comme une spécialité : 27 employés dans une entreprise sur 40 y trouveront au moins deux emplois, surtout après 1945.

  • 20 Cf. ci-dessus chapitre IX. Avant 1940, 12 inspecteurs sur 30 de cette direction passent dans une ba (...)

30À peine une dizaine sur 83 passe de l’administration coloniale à l’entreprise coloniale et ceux-là le feront essentiellement après 1945, comme Goetze (1937), Yrissou (1934-1937), Julienne (1936) ou J. Robert (1937). C’est d’autant plus remarquable que c’est exactement le contraire de ce qui se passe en Métropole, où la frontière entre l’administration du ministère des Finances et les établissements financiers est particulièrement poreuse. Rappelons que sur 48 inspecteurs passés à la direction du Mouvement général des fonds, devenue direction du Trésor en 1940, 40 travailleront dans un établissement financier, soit 83 %, dont 26 dans une banque privée, soit 55 %20. L’administration des Finances de l’outre-mer ne constitue pas une filière pour pénétrer dans les affaires coloniales.

  • 21 Les nominations dans cette banque, comme à la Banque de l’Indochine d’ailleurs, sont faites par le (...)
  • 22 Cf. F. Turpin, André Diethelm, 1896-1954, De Georges Mandel à de Gaulle, Paris, Les Indes savantes, (...)

3148 inspecteurs sur 83 sont aussi passés par un cabinet, soit 57 %, dont 30 sur 51 pour les inspecteurs administrateurs (13 directement pour ce poste) mais 18 sur 40 inspecteurs pour les entreprises. Ce cabinet est presque toujours le cabinet du ministre des Finances ; celui des Colonies est peu propice aux sorties dans l’Empire. Sur 83 « inspecteurs coloniaux », 2 seulement occuperont un emploi dans le cabinet du ministre des Colonies, l’un avant, l’autre après : Du Moulin de Labarthète, reçu en 1925, entre en 1932 comme inspecteur général puis directeur de la banque de l’AOF21, juste après son passage au cabinet de Reynaud, ministre des Colonies, en 1931 ; inversement, Diethelm, reçu en 1920, devient chef de cabinet de Mandel, ministre des Colonies, en avril 1938, quatre ans après son séjour en Indochine comme directeur des Finances. Mandel le nommera directeur des Affaires économiques du même ministère22. Dans cette nomination, on ne peut écarter l’influence des inspecteurs qui dirigent alors la Banque de l’Indochine : Baudouin (1921) et Ango de Flers (1926).

32Par comparaison avec d’autres emplois, il ne semble pas que le patronage ministériel soit particulièrement nécessaire pour accéder à ces emplois dans l’empire colonial. L’étude des parcours plaide plutôt pour le rôle déterminant des réseaux personnels, qu’ils soient politiques, administratifs ou économiques. L’exemple de Georges-Picot au Maroc montre que le soutien des ministres (Affaires étrangères et Finances) compte parfois moins que les préférences du Résident, Ponsot, qui, en 1934, lui préfère Maringe (1924), un autre inspecteur connu lors de ses missions de contrôle au Maroc. Pourtant, c’est bien un nouveau gouvernement, celui du Front populaire, qui remplace Poinsot au profit de Noguès et c’est bien le ministre des Finances socialiste Vincent Auriol qui remplace Maringe par Tron (1930), son directeur de cabinet. Pas vraiment de filière politique pour ces emplois coloniaux donc, mais des récompenses, parmi d’autres, pour des serviteurs fidèles et prêts pour l’exil.

IV. Un profil social spécifique des inspecteurs dans l’administration coloniale

33L’étude sociale ne porte que sur les 51 inspecteurs dans les administrations coloniales. En effet, les entreprises coloniales sont essentiellement des banques ; les inspecteurs qui y travaillent sont « banquiers » avant d’être « coloniaux » et seront donc étudiés plus loin.

34Sur 41 inspecteurs dont la profession du père est donnée lors de l’inscription au concours, 21 sont de bonne ou grande bourgeoisie, soit 52 % ; 18 de moyenne bourgeoisie, soit 44 % ; 5 de petite bourgeoisie, soit 12 %. Nos travaux sur les 252 inspecteurs des mêmes promotions, dont la profession du père au moment du concours est connue, présentent des résultats différents : 156 sont de grande ou bonne bourgeoisie, soit 62 % ; 89 de moyenne bourgeoisie, soit 35 % ; 7 de petite bourgeoisie ou classes populaires, soit 2,7 %.

35Dans les emplois liés à l’administration outre-mer, la moyenne et petite bourgeoisie sont donc surreprésentées et la grande ou bonne bourgeoisie sous-représentée. La haute fonction publique financière outre-mer apparaît, au sein de l’Inspection, comme un moyen d’ascension socioprofessionnelle.

36Le décalage dans les origines géographiques renforce cette hypothèse en soulignant la sous-représentation des Parisiens de naissance parmi les inspecteurs administratifs dans les colonies : 13 inspecteurs seulement sur 51 sont nés à Paris, soit 25 %, alors que 37 % de tous les inspecteurs des promotions correspondantes y sont nés.

37La sous-représentation des élèves de Sciences-Po n’étonnera donc pas : 31 % au lieu de 42,7 % pour l’ensemble des inspecteurs.

  • 23 Lacunes que peuvent parfois compenser la réputation interne et le privilège des majors au concours, (...)

38Sans forcer le trait, on peut soutenir que ce sont les inspecteurs les moins favorisés socialement au départ qui ont été le plus attirés par l’administration de l’Empire colonial. Et lorsqu’on sait que la résidence parisienne des parents, comme leur appartenance aux strates supérieures de la société, facilite les carrières par les réseaux qu’elle crée et la connaissance des opportunités de carrière qu’elle induit, on peut légitimement penser que l’administration coloniale a pu représenter une compensation au manque de relations héritées ou créées, utiles pour faire une belle carrière en Métropole23.

V. L’attrait pour des traitements supérieurs

39Aucune étude comparative systématique des rémunérations n’a été faite mais les informations figurant ça et là dans les dossiers de personnel répartis sur l’ensemble du demi-siècle et les témoignages écrits ou oraux vont tous dans le même sens.

  • 24 Dossier no 183, service de l’IGF.
  • 25 Cf. F. Escoube, « Fonction publique et promotion sociale. Camille Vignal, de l’École normale supéri (...)

40Prenons l’exemple de Vignal pour l’avant-1914. Fils d’un marchand de grain de l’Isère, normalien en 1893 (c’est le premier normalien de l’Inspection), surnuméraire des Finances en 1899, commis des Douanes en 1901, il est reçu au concours d’adjoint à l’Inspection en 1903. En 1908, il perçoit comme 3e classe un traitement annuel de 4 000 francs puis, en 1911, comme 2e classe, de 6 000 francs. Si l’on y ajoute son indemnité de chargé de mission au cabinet de Georges Cochery, ministre des Finances, (de 150 francs par mois, soit 1 600 francs par an), sa rémunération s’élève à 5 600 francs lorsqu’il succède, en avril 1910, à un autre inspecteur, Chasseriau (1902), comme directeur du Contrôle financier en AOF à Dakar. Du jour au lendemain, sa rémunération est alors multipliée par cinq. En effet, dans sa nouvelle fonction, il touche : 12 500 francs de solde Europe, plus 12 500 francs de supplément colonial, plus 5 000 francs de frais de service, soit un total de 30 000 francs annuel24. Même en tenant compte des frais induits par son éloignement et par ses frais de représentation, un tel écart financier permet d’apprécier, en dehors de l’intérêt des responsabilités exercées, la séduction que peut alors exercer l’Empire colonial pour un inspecteur de 37 ans. Les retours en Métropole ou la réintégration dans les cadres de l’Inspection peuvent alors leur poser des problèmes financiers. Heureusement pour lui, en juin 1919, à son retour après neuf ans à Dakar, il ne réintègre pas les cadres mais reste détaché et est nommé directeur de la Comptabilité au ministère de la Marine, avec les honneurs puisqu’il est fait officier de la Légion d’honneur en 1920. François Escoube, qui a consulté son dossier à la Légion d’honneur, cite des extraits du discours de Gatine (1878), son ancien à l’Inspection lors de la cérémonie25. On y apprend, notamment, que Vignal a souhaité rester en AOF aussi longtemps et que, « consacrant toutes ses forces à sa lourde tâche [le contrôle des services financiers], il a en outre collaboré avec un entier dévouement et une haute compétence à la restauration des finances locales atteintes par l’état de guerre ». Quelques années plus tard, en 1925, le ministre des Colonies demande le remplacement de son successeur, Boullay (1902). Le chef du Service et le directeur du Budget (qui a la tutelle du contrôle financier) font de nouveau appel à Vignal qui accepte. Il y a là, en termes de responsabilité et d’opportunité de débouché, un déclassement, un retour, rare, à la case départ, mais qui s’explique par la perspective de retrouver de séduisantes rémunérations, ajoutée sûrement à la passion de l’Afrique (précisons qu’il est marié, sans enfant) et à l’absence probable d’autres propositions et de candidats sérieux. Il reste directeur du contrôle financier de l’AOF jusqu’à sa retraite en 1935 (deux ans après avoir été fait commandeur de la Légion d’honneur), soit dix-neuf ans, ce qui est exceptionnel à la fois pour un inspecteur des Finances, pour un séjour outre-mer et pour une fonction administrative ou de contrôle.

41L’écart entre les rémunérations dans les cadres de l’Inspection et dans les entreprises coloniales n’étonnera pas puisqu’il s’agit du secteur privé. Déjà au xixe siècle, l’écart était considérable si on en croit le témoignage précieux d’Eugène Trollard, inspecteur des Finances de la promotion 1866. Dans ses Souvenirs, il raconte comment, en octobre 1874, lors de la création par le Crédit industriel et le Comptoir d’escompte d’une banque à privilège d’émission à Saigon, la Banque de l’Indochine, Durrieux, le président du Crédit industriel, lui propose, sur recommandation d’un inspecteur général, Maisonneuve (1847), le poste de directeur de ce nouvel établissement :

« “Je suis autorisé par nos associés à vous nommer directeur de cet établissement. Cela vaut quatre-vingt mille francs de fixe, le logement, chevaux et voitures, trois mois de congé par an et une grosse assurance sur la vie dont nous paierons les primes. Enfin vous conserverez votre rang pour l’Inspection.” C’était ce que l’on appelle un pont d’or. Je demandai vingt-quatre heures pour réfléchir, mais l’argent était sans influence sur mon cerveau. Je refusai. »

42Rencontrant un camarade le même jour, Léger, il lui dit :

  • 26 E. Trollard, Mémoires d’un inspecteur des Finances, Paris, Librairie A. Charles, 1892, 363 p. Réédi (...)

« Vous qui aimez les aventures [lui dis-je], soyez heureux. Si le voyage de Saigon vous plaît, il y a là-bas une situation de quatre-vingt mille francs qui vous tend les bras. […] Il s’y rendit aussitôt, signa un traité et partit en février 1875. M. Durrieux, à défaut de Léger, n’eût point manqué d’amateurs26. »

43Léger (1861) multiplie au moins par 7 ses revenus puisqu’avant 1914, le traitement annuel d’un inspecteur de 1re classe est de 12 000 francs (et celui d’un inspecteur général de 17 000 francs). Les autres banques d’émission rémunèrent également grassement. Ainsi, Courcelle, fils de négociant de la Haute-Vienne, surnuméraire en 1886, commis stagiaire à la Dette inscrite en 1890 puis commis l’année suivante, reçu au concours en 1892, reste neuf ans dans les cadres jusqu’en 1901 avant d’être mis en disponibilité pour trois ans afin d’assurer les fonctions de directeur de la Banque de la Guadeloupe. Il passe brutalement d’un traitement de 4 000 francs (3e classe) à un salaire de 25 000 francs. Réintégré en 1904, il démissionne de l’Inspection l’année suivante pour entrer comme sous-directeur (seulement) de la BUP, dont il devient directeur en 1913 et administrateur en 1922.

  • 27 Entretien avec l’auteur en 1981 ; dossier no 224, service de l’IGF.

44Les exemples de l’entre-deux-guerres ne démentent pas cette séduction sonnante et trébuchante des emplois liés à l’Empire colonial. Les témoignages, plus nombreux sur cette période, ne sont pas spontanément bavards et précis sur les rémunérations mais certaines veuves, qui ont bien voulu nous recevoir, n’ont pas fait mystère de cet aspect des choses. Ainsi Mme Guibal, veuve depuis 1930, nous a dit spontanément que leur départ pour Madagascar en 1930, a été décidé pour des raisons financières. Inspecteur depuis 1920, il était sous-directeur à la Comptabilité publique lorsqu’il est nommé directeur du Contrôle financier à Madagascar. Selon elle, il multipliait par quatre son traitement. À la mort de son mari, la même année, elle s’est retrouvée, avec son jeune fils, « ruinée », ses beaux-parents, commerçants dans l’Hérault, étant décédés. Sa demande de redevance de bureau de tabac, acceptée, apparaît toutefois exceptionnelle chez les veuves d’inspecteurs des Finances27.

  • 28 Dossier no 290 (2), service de l’IGF.

45A contrario, l’exemple de la direction de la mission d’Inspection en Afrique du Nord prouve que les colonies ne sont pas très séduisantes si l’intérêt financier, professionnel ou les perspectives de carrière ne sont pas à la clé. L’attrait de l’exotisme ne suffit pas toujours. En effet, cette fonction est si peu convoitée que, en 1940, à la retraite de son titulaire, Joseph de Fabry (1901), l’Inspection, constatant qu’aucune candidature ne se manifeste, nomme d’office le plus jeune inspecteur général, Raismes (1920). Des raisons de santé y faisant obstacle, le seul à se proposer est alors Tocqueville (1921), inspecteur de 1re classe seulement et occupé, en décembre 1940, à la commission d’armistice avec l’Italie. L’Inspection envoie donc d’office, mais provisoirement, un autre 1re classe, Essig (1924), sans qu’il ait été candidat. Tocqueville, parvenu à Alger, doit attendre mai 1942 pour percevoir, à côté de son traitement de 1re classe, une indemnité compensatrice destinée notamment aux frais de représentation28. En 1940, le charme d’Alger et d’une fonction dans les cadres mal rémunérée n’opère pas encore. Il faut dire que la France est en guerre et que les offres d’emplois dans les administrations en Métropole ne manquent pas.

46En revanche, à Alger, les fonctions, importantes et passionnantes, de directeur des Finances de l’Algérie sont assimilées, pour les traitements et indemnités, à une direction générale en Métropole. Ce quasi-ministère des Finances en Algérie mérite bien cela. Mais il faut aussi accepter les inconvénients de l’exil ou du climat et de la charge de travail. Goetze (1937) ne cache pas qu’en 1949, il a d’abord essayé de convaincre Delouvrier (1941) puis Tixier (1939) :

  • 29 Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger- Rivoli, 1937-1958, Tex (...)

« J’ai pensé à Tixier qui était un garçon également de très grande valeur mais qui n’avait qu’une envie très modérée, je le savais, de venir à Alger. Aussi, quand il est venu à Alger pour la première fois, j’avais recommandé à mes amis de faire un peu mousser le poste d’Algérie. Enfin, il est venu pour la première fois en Algérie, je crois au mois de juin et il y a fait très chaud, ce qui ne l’a pas encouragé. Bref, Tixier a tout de même pris la suite et il est resté pas mal d’années d’ailleurs29. »

  • 30 Dossier no 288 (1), service de l’IGF.
  • 31 Nous n’avons pas retrouvé son traitement de contrôleur des dépenses des chemins de fer et du minist (...)

47Le dossier de Le Bec (1917) nous fournit des informations sur les conditions financières avantageuses proposées aux inspecteurs des Finances, directeurs des Finances auprès du haut-commissariat de la République en Syrie et au Liban. En effet, il perçoit à ce poste, qu’il occupe à partir de septembre 1927 jusqu’en octobre 1929, 40 000 francs de traitement de base auquel s’ajoutent 25 000 francs d’indemnité personnelle et extraordinaire, 47 600 francs d’indemnités annuelles et spéciales, 12 000 francs d’indemnités de transport, plus le remboursement du transport de son automobile, de son déménagement et de son installation. Il touche donc au total, la première année, 124 600 francs alors qu’un inspecteur des Finances de la même promotion resté dans les cadres perçoit (indemnité de cherté de vie comprise) 48 000 francs30 et que lui-même, comme contrôleur des Dépenses engagées auprès des Chemins de fer de l’État et du ministère de la Justice, perçoit légèrement plus (dans une fourchette de 50 000 à 60 000 francs à l’été 1927)31. Cette rémunération séduisante ne semble pourtant pas avoir été déterminante dans son cas.

VI. Une « sortie » de la tournée et une échappatoire à la réintégration dans les cadres

  • 32 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 33 Entreprise minière à l’origine de la faillite de la BNC en 1931-1932, dont la liquidation fut assur (...)

48En effet, le niveau de vie antérieur de Le Bec et la suite de sa carrière attestent que les avantages financiers au Liban ont moins compté que le désir d’échapper aux activités de contrôle. Mme Le Bec parle d’un choix « pour le plaisir32 ». Le Bec, fils unique d’un chirurgien en chef de l’hôpital Saint-Joseph, avait hérité d’un hôtel particulier, 26 rue de Grenelle, et son beau-père était directeur de Poutrey-Morin, entreprise d’accessoires de bicyclette. Il disposait de revenus satisfaisants. Reçu au concours de 1917, il tente, mais brièvement, l’aventure du privé en 1930, toujours au Liban, dans un consortium de fabriques automobiles pour le Moyen-Orient. Rentré en Métropole, il doit retourner dans des activités de contrôle comme commissaire du gouvernement dans les Compagnies de navigation maritime subventionnées jusqu’en 1934, tout en occupant des fonctions éphémères au cabinet du ministre des Travaux publics et de la Marine marchande. En 1935, il passe dans le corps des contrôleurs financiers, notamment des chemins de fer Paris-Orléans, jusqu’en 1938 (il perçoit alors 83 000 francs). Le contrôle ne le satisfait pas puisqu’il repart pour deux ans dans une entreprise semi-publique comme gérant-directeur général de la Société nationale des engrais composés. En 1940, il retrouve la fonction publique comme directeur de l’Office de compensation et est nommé, en novembre 1940, par Bouthillier (1927) administrateur de l’entreprise semi-publique Comptoir Lyon-Alemand où il reste jusqu’en 194733. Indiscutablement, les activités de contrôle, auxquelles il a tenté d’échapper une première fois en partant pour le Liban, n’étaient pour lui qu’un pis-aller.

  • 34 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982 ; cf. N. Carré de Malberg, « Les attachés financiers en (...)

49On a vu qu’un tiers des inspecteurs dans l’administration coloniale y trouvait une première sortie. Aris en est un bon exemple. Reçu en 1921, ne parvenant pas à sortir dans l’administration centrale en dépit (ou à cause) des recommandations politiques qu’il fait jouer dès 1925, il se porte candidat, en 1928, au poste de contrôleur des dépenses engagées du gouvernement général en Algérie, ce qui lui permet, étant sur place, de devenir, en 1930, directeur des Services financiers du gouvernement général de l’Algérie jusqu’en 1936. Il a décrit cet emploi ainsi : « Ce poste ne constituait pas une belle carrière, il tentait peu les autres inspecteurs des Finances parce qu’ils ne voulaient pas quitter Paris. » Expliquant son départ d’Alger pour le poste d’attaché financier à Berlin, il ajoute : « J’étais à un poste qui m’a passionné. Au bout de ce temps j’étais fatigué, c’était un travail très dur, alors on m’a offert Berlin34. »

  • 35 Entretien enregistré avec l’auteur en 1991.
  • 36 F. Turpin, André Diethelm…, op. cit. Cf. cinquième partie, chapitre XVI.

50En milieu de carrière, l’Empire colonial peut aussi éviter la réintégration dans les cadres. Ainsi Diethelm, normalien, fils d’un directeur des contributions directes à La Roche-sur-Yon, reçu à l’Inspection en 1920, est nommé, de 1927 à 1929, à Belgrade, délégué des porteurs de fonds serbes. À son retour, il obtient de Maginot, ministre des Colonies, le poste de directeur financier de l’Indochine où il reste jusqu’en mars 1934. Son passage en Indochine le met en contact avec un ancien de l’Inspection, Baudouin (1921), alors directeur de la Banque de l’Indochine, qui, selon le témoignage de François Lehideux35, suggère son nom à Louis Renault qui cherche alors un directeur financier. S’il ne reste pas chez Renault, son séjour en Indochine continue de se révéler utile pour la suite de sa carrière puisque Mandel, ministre des Colonies, fait appel à lui pour diriger son cabinet et la direction des Affaires économiques de ce ministère de 1938 à 1939. Tout en poursuivant sa collaboration avec Mandel, il refait une tentative en entreprise, à la compagnie d’assurances L’Urbaine, de février 1939 à novembre 1940, à la suite du décès brutal du directeur et camarade de l’Inspection, Haguenin (1923). Son départ pour Lisbonne, en juillet 1941, puis pour Londres lui offrira un nouveau destin, ministériel cette fois36.

  • 37 François Escoube, dans sa notice citée plus haut, précise que Vignal a épousé Rachel-Claire Salomon (...)

51L’outre-mer apparaît plus rarement en fin de carrière. L’exemple de Vignal, on l’a vu, laisse penser que, faute d’autres débouchés, pour peu que la situation familiale s’y prête et que la passion pour l’Afrique s’en mêle, ces emplois peuvent séduire les plus anciens. On ne peut écarter dans son cas l’hypothèse d’une vocation pour l’administration coloniale et l’Afrique en particulier, d’autant plus qu’il n’a pas d’enfant, on l’a vu37. On peut aussi s’interroger sur l’absence de réseaux utiles. Entre la comptabilité du ministère de la Marine et la direction des Services financiers à Dakar, on comprend aisément que Vignal ait préféré retrouver l’aventure coloniale.

VII. La recherche de l’aventure

52Philippe Huet, dans son chapitre « Vocations et évasions », évoquant « les noms des inspecteurs des Finances qui ont consacré une grande part de leur carrière administrative dans des emplois actifs aux colonies », reconnaît :

  • 38 P. Huet, L’Inspection générale des Finances, t. III, D’une guerre à l’autre, 1914-1939, décembre 19 (...)
  • 39 Ibid., p. 95.

« Il est certain que les conditions de vie comme la liberté laissée à l’initiative personnelle y correspondent souvent à des tempéraments qui s’accommodent difficilement des contraintes et de l’encombrement caractéristiques des emplois métropolitains38. Tous gardèrent de cette part de leur carrière la mémoire d’une aventure particulièrement gratifiante. Mais il semble que l’Indochine et l’Afrique noire répondent davantage à la recherche d’aventures exotiques mais aussi de liberté de mouvement et de confort matériel, que la crainte d’être oublié de l’administration centrale, des ministres et de leurs cabinets n’effrayait pas39. »

53Difficile de sonder les reins et les cœurs dans les dossiers de personnel que nous avons consultés et de déterminer la part du tempérament ou du choix du moindre mal. Un indice de l’attirance véritable pour les conditions de vie, de travail et de liberté de ces emplois peut se trouver dans la longévité de certains emplois, rares il est vrai. Outre Vignal, on peut citer Douel (1897), fils d’un inspecteur des contributions directes de Nevers, qui passe quatorze ans en Algérie de 1908 à 1922 comme contrôleur des dépenses engagées du gouvernement général. Indiscutablement, l’Algérie l’a conquis. Il revient exercer pendant quatre ans les activités de contrôleur des dépenses engagées du ministère de la Marine avant de réintégrer, en 1926, les cadres de l’Inspection jusqu’à sa retraite en 1940. Ce long séjour en Algérie dans des fonctions de contrôle n’a visiblement pas favorisé sa carrière.

VIII. Un enjeu entre ministères des Colonies et des Finances

54Les archives publiques laissent percevoir les attentes des employeurs publics, ministres notamment des Finances, administration centrale et service de l’Inspection.

55En juin 1925, Pierre Fournier, inspecteur des Finances (1919) et directeur du Budget, écrit au chef du Service à propos de la succession du directeur du Contrôle financier de l’AOF à Dakar, Boullay :

  • 40 Dossier Boullay, no 182, service de l’IGF. L’italique est de nous.

« Les rappels qui nous ont été adressés par le ministère des Colonies nous mettent dans une situation délicate qui ne peut se prolonger. J’attacherais le plus grand prix à ce qu’une solution intervienne dans le plus bref délai. J’ajoute que je vous serais reconnaissant de me tenir au courant afin de veiller, ainsi que je vous l’ai exposé, à ce que ce poste de contrôleur à Dakar ne nous échappe pas40. »

56Ce sera finalement Vignal, on l’a vu.

  • 41 En revanche, cette colonie offre indirectement, après la guerre, un bel emploi à l’Inspection : Gon (...)

57On peut comprendre l’inquiétude de Fournier au regard de l’exemple de Madagascar. Pour la première fois, de 1896 à 1898, un jeune inspecteur, André Homberg (1892), y avait trouvé un emploi de directeur des Finances. À nouveau, mais cette fois dans une fonction moins intéressante de contrôle, Boullay avait été nommé, pour sa première sortie des cadres de l’Inspection, en 1911, directeur du Contrôle financier en remplacement de Gaudibert (1901) qui avait connu là, lui aussi, sa première sortie en 1907. Boullay était resté neuf ans à Madagascar, jusqu’en 1920, mais son successeur n’avait pas été choisi parmi les inspecteurs des Finances. Le ministre des Colonies y avait envoyé un inspecteur des Colonies, Saurin. L’Inspection ne retrouve Madagascar qu’en 1930 et très brièvement, avec Guibal qui meurt peu après son arrivée. Ce débouché administratif s’est donc refermé définitivement et pour l’Inspection et pour le ministère des Finances41.

  • 42 J. Georges-Picot, Souvenirs…, op. cit., p. 106.

58Ce « ne nous échappe pas » de Fournier peut renvoyer aussi bien au ministère des Finances qu’à l’Inspection. En effet, certaines directions comme les directions des Finances de l’Algérie ou du Maroc reviennent « naturellement » à un inspecteur. Le choix du Résident, au Maroc, ne s’exerce qu’entre des inspecteurs des Finances42. De même pour la direction des Finances de l’Algérie, la nomination de Goetze en novembre 1942, comme celle de son successeur en 1949, n’a concerné que des inspecteurs des Finances :

  • 43 Entretiens avec Roger Goetze…, op. cit., p. 97. Gonon était directeur des services financiers depui (...)

« Au moment du débarquement américain, le Secrétaire général était vraiment trop pétainiste et trop peu américain, il a été remplacé par le directeur des Finances de l’époque, mon camarade Gonon [1929] et puis il fallait bien quelqu’un pour succéder à Gonon. Cela aurait pu être mon ami Julienne qui était une promotion avant la mienne, mais il était à Vichy à ce moment-là, il n’a pas trouvé le moyen de quitter Vichy ! Non, il n’est pas revenu ou plutôt il est revenu après la guerre. Alors j’étais le seul inspecteur sur place et c’est probablement pour cela que j’ai été choisi et parce que peut-être aussi j’avais une certaine réputation auprès de la direction des Services financiers, devenue direction générale des Finances43. »

  • 44 Sur le pantouflage dans les banques, cf. ci-dessous chapitre XII.

59Faute d’avoir consulté les archives des différentes entreprises liées à l’empire colonial, difficile de savoir pourquoi elles font appel à ces inspecteurs des Finances-là. Mais nul doute que leurs arguments ne diffèrent guère de ceux des entreprises métropolitaines dès lors qu’il s’agit des banques ou des chemins de fer, dont les relations avec l’administration des Finances, le ministre ou les inspecteurs « sortis » sont nécessaires pour placer les emprunts, faciliter la trésorerie de l’État, négocier le renouvellement des concessions ou privilèges44.

IX. Un placard doré sauf exception

60Lorsque le ministre des Finances met fin aux responsabilités d’un directeur nommé par son prédécesseur et/ou en désaccord avec lui, il est d’usage que le ministre offre en compensation une fonction moins opérationnelle mais au moins égale en titre et supérieure en rémunération. L’Empire colonial, son administration ou ses institutions financières peuvent se révéler précieux pour « caser » les victimes. Le parcours d’Émile Moreau (1896), avant sa nomination comme gouverneur de la Banque de France en 1926, en est un bon exemple. Moreau commence sa carrière au cabinet de Rouvier dès 1902, soit six ans à peine après le concours. Rouvier, qu’il suit de 1902 à 1906, le nomme directeur du Contrôle des administrations financières de 1903 à 1905, puis du Personnel en 1905-1906. Moreau commence ses Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France par le rappel de sa situation à la veille de sa nomination par Caillaux (1888), le 25 juin 1925, à la tête de la Banque de France :

  • 45 É. Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France. Histoire de la stabilisation du franc, (...)

« Enfin va cesser un ostracisme qui dure depuis l’époque lointaine de ma collaboration avec Rouvier. La défaveur qui avait suivi dans sa retraite ce grand financier, qui n’était sans doute pas un aussi grand politique, s’était attachée à son ancien chef de cabinet. Depuis vingt ans j’étais oublié à la Banque de l’Algérie45. »

  • 46 J. Rueff, De l’aube au crépuscule. Autobiographie, Paris, Plon, 1977, p. 139.

61Autre témoignage, celui de Rueff (1923) décrivant la fonction d’administrateur de la Banque d’État du Maroc que lui propose Auriol, le 18 juin 1937, lorsque ce dernier décide de se séparer de son directeur du Mouvement des fonds, hostile à sa politique : « Cette dernière fonction était une sorte de prébende qui m’eût permis de reprendre les études économiques que mes activités administratives avaient interrompues46. »

62Enfin, lorsque Jacques Brunet (1924), directeur du Trésor de 1940 à 1946, est nommé directeur général de la Banque de l’Algérie (1946-1949), on peut y voir une mise à l’écart prestigieuse et provisoire, faute de pouvoir lui offrir ce à quoi il eût pu prétendre, dans d’autres circonstances, notamment la direction de la Banque de France (qu’il obtiendra plus tard, de 1960 à 1969) ? Les institutions financières coloniales apparaissent bien, indépendamment de leur intérêt, comme des compensations, rémunératrices mais non désirées.

  • 47 On y reviendra plus longuement dans la cinquième partie ci-dessous et le chapitre XVIII sur l’épura (...)

63Entre placard doré et sanction, c’est une question de degré qui se mesure à l’aune de la proximité ou, plus exactement, de l’éloignement du centre du pouvoir de la rue de Rivoli. L’exil dans certaines régions de l’Empire n’est pas rare et peut se lire entre les lignes des états de service ou des annuaires, sans qu’il soit besoin d’exploiter avec indiscrétion les dossiers de personnel. On en trouve peu d’exemple dans l’entre-deux-guerres mais on peut citer le parcours exceptionnel de Soubirou-Pouey (1920). Mis en disponibilité pour trois ans lorsqu’il entre dans les affaires du banquier Oustric, il est compromis pour négligence, mais non pour fraude, par le scandale qui touche la banque. Le service de l’Inspection refuse, en 1933, de le réintégrer dans les cadres, sans prendre pour autant de mesure contre lui. Aucune perspective ne s’ouvre plus devant lui au ministère des Finances. Deux ans plus tard, il parvient, toujours en disponibilité, à se faire nommer par le ministère des Colonies directeur du Contrôle financier en AEF en avril 1935, emploi qui avait échappé, jusque-là, à la mouvance de l’Inspection. Les hasards de la guerre le conduisent, comme les autres fonctionnaires de l’AEF, à rallier la France libre en 1940 et il devient contrôleur général des Forces françaises libres. À la Libération, il obtiendra une reconstitution de carrière.47

  • 48 Il est révoqué le 29 janvier 1945, décision rapportée par le Conseil d’État, le 27 décembre 1947. A (...)

64Lacour-Gayet (1921), nommé attaché financier en septembre 1940 à New York, resté aux États-Unis sans affectation ni traitement après 1943, fidèle de Pétain puis de Giraud, évoque dans ses Mémoires, à usage familial et non publiées, ce que de Gaulle aurait pu prendre comme sanction contre lui : « Je le vois très bien me nommant directeur des Finances à Madagascar où j’aurais été complètement oublié48. » Autre exemple, celui de Culmann (1933). Après avoir notamment occupé les fonctions de secrétaire général à l’Organisation industrielle et commerciale du ministère de la Production industrielle, de 1943 à août 1944, il est suspendu en août 1944 puis réintégré en mars 1945 dans les cadres de l’Inspection. Maintenir un ancien secrétaire général plus longtemps dans les cadres eût pu paraître comme une sanction alors que le jury d’honneur n’a rien retenu contre lui et qu’il a été au sommet de la hiérarchie administrative. Le ministre Pleven l’envoie, en août 1945, diriger les Finances de la Tunisie. Opération doublement positive : l’Inspection établit son autorité sur les Finances de la Tunisie, qui lui avaient échappé jusque-là, et Culmann conserve son rang et son traitement de directeur. C’est le début, pour lui, d’une carrière coloniale : après la Tunisie, il est envoyé comme conseiller financier en Indochine, de 1947 à 1950, puis, après deux années passées en Afghanistan comme expert des Nations unies, il réintègre les cadres de l’Inspection en 1954 et sera régulièrement envoyé en mission en Afrique du Nord ou dans les DOM-TOM jusqu’à sa retraite en 1965.

65D’autres parcours, après la guerre, vers des emplois « coloniaux » sont plus ambigus, comme celui de Yrissou (reçu directement au deuxième concours de 1937), chef adjoint de cabinet de Bouthillier de 1940 à 1942, intendant des Affaires économiques de mai 1942 à août 1944, secrétaire général pour les affaires économiques de la région de Limoges puis de Toulouse, où il est maintenu en fonction jusqu’en juin 1946. Il est alors nommé inspecteur général de l’Économie nationale, chargé du Service d’Afrique du Nord jusqu’en 1952. En 1946, cette fonction d’inspection, et non plus d’administration, et donc aussi moins bien rémunérée, est en retrait par rapport à ses fonctions antérieures. Mais c’est dans ses nouvelles fonctions qu’il fait la connaissance d’Antoine Pinay, Secrétaire d’État aux affaires économiques. Cette rencontre relance sa carrière car Pinay fait appel à lui pour diriger son cabinet en 1950 lorsqu’il devient ministre des Travaux publics. Il dirigera tous les cabinets de Pinay puis se lancera dans la carrière de député avec succès en 1958.

  • 49 Cf. C. Hodeir, « Le patronat et l’outre-mer dans les années 1950, hommes et réseaux », art. cité, p (...)

66Plus explicite est le parcours de Gonon, reçu en 1929, directeur des Services financiers de l’Algérie de 1936 à novembre 1942, puis secrétaire général du gouvernement général de l’Algérie jusqu’en février 1945. Ses fonctions d’autorité auraient dû lui permettre d’accéder aux plus hautes fonctions à Paris, mais son ralliement à Darlan, lors du débarquement en novembre 1942, et sa fidélité à Giraud jusqu’en 1943 ont peut-être laissé quelques traces et, en janvier 1946, il est envoyé en Indochine comme conseiller financier. En novembre 1947, il part présider aux destinées de la Banque de Madagascar et des Comores. Selon Postel-Vinay, cité par Catherine Hodeir, il aurait pu prétendre à une nomination plus brillante49.

67En définitive, peu d’emplois outre-mer apparaissent comme une promotion. Pourtant, lorsque les titulaires sont jeunes et que les emplois concernés sont situés au sommet de la hiérarchie des emplois « coloniaux », il peut s’agir, pour les ministres, de récompenser leurs fidèles et grands serviteurs par un emploi intéressant et bien rémunéré, dès lors que d’autres directions de l’administration ou des banques en Métropole ne sont pas, à l’heure où ils sont obligés de rédiger leur testament ministériel, disponibles ou accessibles. L’exemple de Du Moulin de Labarthète, collaborateur de Paul Reynaud, ministre des Colonies puis vice-président du Conseil en 1932, nommé la même année inspecteur puis directeur de la Banque de l’AOF, n’est pas une exception. On l’a vu avec la nomination du directeur de cabinet de Vincent Auriol, Ludovic Tron, en 1937, à la prestigieuse direction des Finances du Maroc.

  • 50 Le pourcentage est de 25 % pour la part de carrière triomphante pour la totalité des 355 inspecteur (...)

68Au total, une dizaine de ces inspecteurs seulement, ayant exercé leurs fonctions en relation directe ou non avec l’Empire colonial, sur 355, soit 3 %, connaîtront une carrière triomphante et surtout après 1945, comme celles de Roger Goetze, d’André Postel-Vinay (1938), de Claude Tixier, de Paul Delouvrier ou de Pierre Moussa (1946)50.

  • 51 P. Lalumière, L’Inspection des Finances, Paris, PUF, 1955, p. 160. « Nous n’avons analysé que les p (...)

69La conclusion qui s’impose est que, jusqu’en 1950 du moins, l’administration outre-mer n’a été ni un débouché prioritaire, ni une vocation, ni un centre d’intérêt pour l’élite du ministère des Finances et les emplois coloniaux ne font pas partie des filières prestigieuses, sauf le Maroc. On en trouvera une ultime illustration dans l’ouvrage de Pierre Lalumière qui, en 1955, ne lui consacre qu’une seule ligne51. L’éloignement géographique de Rivoli, centre du pouvoir et lieu de constitution des carrières dirigeantes et triomphantes de l’Inspection, en est sûrement la cause, la concurrence des administrateurs coloniaux aussi.

  • 52 Son ancienne appartenance à l’Inspection ne l’a pas conduit à considérer comme indispensables le ma (...)

70Parmi les inspecteurs des Finances « coloniaux », Edmond Giscard d’Estaing, le patron de la SFFC puis SOFFO, fait bien figure d’exception et ne représente pas les inspecteurs des Finances de sa génération, lui qui s’est engagé très tôt dans une carrière financière coloniale triomphante et dans le développement économique de l’Empire52. Et parmi les entreprises coloniales, la Banque de l’Indochine fait elle aussi figure d’exception.

71En revanche, ces emplois sous la tutelle plus ou moins directe du ministre des Finances, se sont révélés bien utiles lorsque la conjoncture politique ou la nécessaire récompense de fidèles serviteurs imposaient de trouver des places.

72Bien utile aussi pour le corps de l’Inspection tout entier lorsque la demande des inspecteurs pour des postes à responsabilités et mieux rémunérés devenait trop pressante et difficile à satisfaire en Métropole.

  • 53 Pour cette période, cf. L. Quennouëlle-Corre, « Les inspecteurs des Finances et l’outre-mer après 1 (...)

73On peut donc se demander, même si l’on sait que l’outre-mer n’a jamais été un fief majeur, comment l’Inspection s’est adaptée à cette perte de débouchés à partir de 196053.

Notes

1 Ce chapitre est la version remaniée et actualisée d’une communication publiée dans : « La place de l’Empire dans la carrière des inspecteurs des Finances », Actes du Colloque, La France et l’outre-mer, un siècle de relations monétaires et financières, 13, 14, 15 novembre 1996, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, p. 343-364.

2 Les mots « Empire », « outre-mer », « colonies » sont ici utilisés indifféremment pour définir les territoires hors Métropole soumis à l’autorité française.

3 Actifs de moins de 65 ans au 1er janvier, en excluant les membres du cabinet des ministres des Colonies, Piétri lui-même et les inspecteurs partis pour Alger et la France libre après 1942.

4 Dont 30 dans une institution financière publique ou privée.

5 Dont 15 dans une institution financière publique ou privée.

6 Dossiers de carrière consultés au service de l’IGF et conservés aujourd’hui au SAEF ; articles sur l’Inspection publiés dans cette période par les inspecteurs eux-mêmes, souvenirs et témoignages écrits et oraux.

7 Cf. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, 462 p. ; C. Hodeir, « Le patronat et l’outre-mer dans les années 1950, hommes et réseaux », La France et l’outre-mer, un siècle de relations monétaires et financières, Colloque tenu à Bercy, les 13, 14 et 15 novembre 1996, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 281-299 ; C. Hodeir, Stratégies d’Empire, le grand patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, 2003, 320 p. et www.editions-belin.com pour les notes et la bibliographie. 10 % de son corpus de 220 patrons coloniaux, en 1959, sont issus de l’Inspection des finances, essentiellement dans les banques et institutions financières.

8 Rappelons que la norme, chez les inspecteurs des Finances, est la mobilité de carrière, du moins tant que le cordon ombilical avec la fonction publique n’est pas coupé.

9 Compte tenu des erreurs toujours possibles de saisie, ces chiffres, répétons-le, doivent être considérés comme des ordres de grandeur, d’autant plus que le nombre d’individus est faible.

10 Cf. ci-dessous, le chapitre XIII sur le pantouflage.

11 Les dates entre parenthèses correspondent à l’année des concours.

12 Année difficile pour les inspecteurs qui voient l’inflation ronger leur traitement tandis que le privé ne s’ouvre pas encore à eux et que l’administration centrale ne s’est pas encore étoffée.

13 Nous savons que les années vingt et quarante sont des années de création de nouvelles fonctions dans de nouvelles administrations dépendant du ministère des Finances.

14 Rappelons que notre définition du secteur privé est étroite. Nous considérons, en effet, comme privées les entreprises qui imposent, après une période de disponibilité, la démission de l’Inspection, comme c’est le cas de la Banque d’Indochine ou de la Société française financière et coloniale (SFFC) par exemple. Les autres banques d’émission de statut privé, dont le lien avec l’État permet aux inspecteurs de ne pas rompre avec l’Inspection, ont été considérées comme publiques ou semi publiques.

15 La SFFC deviendra la SOFFO en 1948. Sur Edmond Giscard d’Estaing, cf. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français…, op. cit. ; C. Hodeir, « Le patronat et l’outre-mer dans les années 1950, hommes et réseaux », art. cité, et Stratégies d’Empire…, op. cit.

16 Il s’agit toujours des promotions antérieures à 1939. Il faut distinguer les banques dont les nominations se font par décret, sur avis du ministre des Finances, comme la Banque de l’Algérie, de celles dont les nominations se font par le conseil d’administration, comme la Banque de l’AOF et de l’Indochine, sur avis du ministre des Colonies qui contresigne, et enfin les affaires financières coloniales totalement privées, comme la SFFC.

17 P. Huet, « L’Inspection des Finances entre les deux guerres », chapitre dactylographié d’une histoire collective de l’Inspection inachevée, remis par l’auteur, p. 95.

18 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920-1971, Introduction et notes par N. Carré de Malberg et H. Bonin, préface de G. Worms, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, p. 107.

19 Se succèdent : Gallut (1897) 1912-1914, Fabry (1901) 1914-1917, Piétri (1906) 1917-1924, E. Branly (1911) 1924-1935, Maringe (1924) 1935-1937, Tron (1930) 1938-1942, J. Robert (1937) 1942-1947, Fourmon (1931) 1947-1950, Lamy (1936) 1950-1955, Montrémy (1939) 1955-1956.

20 Cf. ci-dessus chapitre IX. Avant 1940, 12 inspecteurs sur 30 de cette direction passent dans une banque, soit 40 %.

21 Les nominations dans cette banque, comme à la Banque de l’Indochine d’ailleurs, sont faites par le conseil d’administration avec l’agrément du ministre des Colonies ; la Banque d’Algérie, elle, n’a besoin que de son avis.

22 Cf. F. Turpin, André Diethelm, 1896-1954, De Georges Mandel à de Gaulle, Paris, Les Indes savantes, 2004, 277 p.

23 Lacunes que peuvent parfois compenser la réputation interne et le privilège des majors au concours, ce qui n’est pas le cas pour l’ensemble de ces inspecteurs coloniaux : 7 sur 51 sont reçus 1er pour 28 promotions du corpus.

24 Dossier no 183, service de l’IGF.

25 Cf. F. Escoube, « Fonction publique et promotion sociale. Camille Vignal, de l’École normale supérieure à l’Inspection des Finances », Évocations 1993-1994, Presses universitaires de Grenoble, p. 159-163, p. 163.

26 E. Trollard, Mémoires d’un inspecteur des Finances, Paris, Librairie A. Charles, 1892, 363 p. Réédition critique et introduction d’E. Chadeau, préface de P. Huet, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, 158 p., p. 113-114. Léger, fils de notaire, reçu au concours de 1861, dirigera la succursale de la banque à Saigon jusqu’à sa mort, quatre ans plus tard.

27 Entretien avec l’auteur en 1981 ; dossier no 224, service de l’IGF.

28 Dossier no 290 (2), service de l’IGF.

29 Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger- Rivoli, 1937-1958, Texte établi, annoté et présenté par N. Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 206 et suiv. Il faut préciser que la carrière de Tixier avait été extrêmement rapide et brillante puisqu’en 1949, lorsqu’on lui propose Alger à 35 ans, il était déjà directeur adjoint à la direction des Prix et directeur du cabinet du ministre des Finances Petsche, après avoir dirigé celui du président du Conseil Queuille.

30 Dossier no 288 (1), service de l’IGF.

31 Nous n’avons pas retrouvé son traitement de contrôleur des dépenses des chemins de fer et du ministère de la Justice mais les travaux de Sébastien Kott permettent de le situer dans une fourchette de 50 000 à 60 000 francs à l’été 1927. Cf. S. Kott, Le Contrôle des dépenses engagées, évolution d’une fonction, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, 543 p.

32 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

33 Entreprise minière à l’origine de la faillite de la BNC en 1931-1932, dont la liquidation fut assurée par l’État qui y délègue des hauts fonctionnaires des Finances. Cf. H. Bonin, Les Banques françaises dans la Crise, Paris, Ellipses, 1985.

34 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982 ; cf. N. Carré de Malberg, « Les attachés financiers en 1938 – techniciens ou technocrates ? – et la perception de la puissance de la France », Relations internationales, no 33, printemps 1983, p. 43-64. Et ci-dessus, troisième partie, chapitre IX.

35 Entretien enregistré avec l’auteur en 1991.

36 F. Turpin, André Diethelm…, op. cit. Cf. cinquième partie, chapitre XVI.

37 François Escoube, dans sa notice citée plus haut, précise que Vignal a épousé Rachel-Claire Salomon en 1909. Celle-ci fut arrêtée, déportée et assassinée à Auschwitz le 9 février 1944. Vignal est mort le 19 novembre 1943. La Gazette de l’Inspection signale le décès de Vignal le 19 novembre 1943 dans son no 13 de février 1944, mais ne lui consacre pas de notice nécrologique pas plus qu’à Gallut, l’autre inspecteur décédé signalé dans ce numéro.

38 P. Huet, L’Inspection générale des Finances, t. III, D’une guerre à l’autre, 1914-1939, décembre 1988, exemplaire dactylographié remis à l’auteur, 169 p., p. 114.

39 Ibid., p. 95.

40 Dossier Boullay, no 182, service de l’IGF. L’italique est de nous.

41 En revanche, cette colonie offre indirectement, après la guerre, un bel emploi à l’Inspection : Gonon devient, en effet, de 1947 à 1972, président de la Banque de Madagascar et des Comores.

42 J. Georges-Picot, Souvenirs…, op. cit., p. 106.

43 Entretiens avec Roger Goetze…, op. cit., p. 97. Gonon était directeur des services financiers depuis 1936. L’italique est de nous.

44 Sur le pantouflage dans les banques, cf. ci-dessous chapitre XII.

45 É. Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France. Histoire de la stabilisation du franc, 1926-1928, préface de J. Rueff, Éditions M.-Th. Génin, Paris, Librairie de Médicis, 1954, p. 2.

46 J. Rueff, De l’aube au crépuscule. Autobiographie, Paris, Plon, 1977, p. 139.

47 On y reviendra plus longuement dans la cinquième partie ci-dessous et le chapitre XVIII sur l’épuration.

48 Il est révoqué le 29 janvier 1945, décision rapportée par le Conseil d’État, le 27 décembre 1947. Aussitôt réintégré et détaché, il enseigne à l’Université de New York jusqu’à sa retraite en 1955. Manuscrit communiqué à l’auteur en 1981. Une partie de ces souvenirs a été publiée, cf. R. Lacour-Gayet, « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », Études et Documents, III, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, p. 421-463.

49 Cf. C. Hodeir, « Le patronat et l’outre-mer dans les années 1950, hommes et réseaux », art. cité, p. 289.

50 Le pourcentage est de 25 % pour la part de carrière triomphante pour la totalité des 355 inspecteurs. Ces deux derniers (Delouvrier et Moussa) restant en dehors de notre étude puisqu’ils entrent à l’Inspection pendant la guerre.

51 P. Lalumière, L’Inspection des Finances, Paris, PUF, 1955, p. 160. « Nous n’avons analysé que les principales positions de l’Inspection au sein de l’administration française. Il aurait fallu aussi signaler diverses autres activités, comme sa participation à la gestion financière des territoires extra-métropolitains. »

52 Son ancienne appartenance à l’Inspection ne l’a pas conduit à considérer comme indispensables le maintien des liens politiques de l’outre-mer avec la Métropole, comme l’a noté J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français…, op. cit., p. 185 et p. 220-224.

53 Pour cette période, cf. L. Quennouëlle-Corre, « Les inspecteurs des Finances et l’outre-mer après 1940 : De la mise en valeur de l’Empire à l’aide au développement », Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, F. Cardoni, N. Carré de Malberg, M. Margairaz (dir.), à paraître aux Éditions du Comité d’histoire économique et financière de la France en 2012.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540