Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Quatrième partie. Amortissement, levée des hypothèques et assimilation de la poussée réformatrice (juin 1937-juin 1940)

Chapitre XV. Assimilation, réarmement libéral et « drôle » de guerre (novembre 1938-juin 1940)

Texte intégral

1Une fois l’hypothèque du Front populaire définitivement levée, la direction de l’économie et des finances, conduite par les gouvernants Daladier-Reynaud coïncide avec une certaine restauration financière et une reprise, célébrées a posteriori par leurs artisans comme l’annonce d’un « miracle français ». Tout en renouant avec les principes d’une politique de l’offre appuyée sur le marché monétaire et en ramenant au premier plan certaines personnalités liées aux décrets-lois de 1935, tel Yves Bouthillier, cette direction doit intégrer de nouvelles données nationales — le glissement de la majorité parlementaire vers le centre et la droite — et internationales — les charges et exigences du réarmement — dont la conciliation s’effectue non sans tensions. Celles-ci ne sont pas étrangères aux limites de la reprise économique et de la mobilisation industrielle.

2Une fois la guerre déclarée (mais non engagée), l’appareil de direction économique et financière se dote de nouvelles structures et de pouvoirs accrus, sans pour autant rompre avec les modes de financement antérieurs. Les réticences à bâtir une véritable direction de l’économie de guerre — à l’image de celles à entrer réellement dans les combats — vont peser lourd, à l’heure où, brutalement, cesse la « drôle de guerre ».

I. LA REPRISE REYNAUD-DALADIER : « LE MIRACLE FRANÇAIS » ?1 (NOVEMBRE 1938-AOÛT 1939)

  • 1 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 224-226.

3Dès son arrivée rue de Rivoli, Paul Reynaud met en chantier l’élaboration d’une série de décrets-lois. Ses principaux collaborateurs sont, outre son directeur (Gaston Palewski) et son chef de cabinet (Dominique Leca), Yves Bouthillier, véritable maître d’œuvre de l’ensemble, Vincent Bourrel, et, pour les quarante heures, Michel Debré et Alfred Sauvy, qui a conservé un souvenir aigu de cette (seule) expérience ministérielle. Fait significatif, Paul Reynaud promeut au poste, nouveau et stratégique, de secrétaire général du ministère des Finances, Yves Bouthillier, qui, après avoir été, en 1935, un des artisans majeurs des décrets-lois Laval, a été, en 1936, relégué par Vincent Auriol à une obscure fonction à l’Hôtel de Ville. Le secrétaire général, représentant de l’orthodoxe politique d’« ajustement », prend un net ascendant sur les directeurs qui lui sont soumis, en particulier sur Jacques Rueff, dont l’autorité sur le Mouvement général des Fonds décline à partir de cette date.

1. Les décrets-lois du 12 novembre 1938 : la fin de l’« État bonhomme-Noël » (Paul Reynaud au Sénat, 28 décembre 1938).

• Un credo libéral.

4Paul Reynaud, le jour-même de la publication des décrets, prononce un discours radiodiffusé, dans lequel il expose principes et mesures de sa politique économique et financière.

• « Le contrôle des changes : la misère en vase clos »2.

  • 2 Ibid., Annexe IX, extraits du discours prononcé à la radio par Paul Reynaud, le 12 novembre 1938, (...)
  • 3 AEF, B. 21 848, d. « dévaluation du franc 1939-1940 », « Sauver le régime et le pays », discours d (...)

5Il tient à affirmer solennellement le rejet du contrôle des changes, envisagé par son prédécesseur. Techniquement, il lui paraît inefficace : l’Afrique du Nord est présentée comme une « passoire ». En outre, si la « souricière » n’est pas totalement vide depuis le retour des capitaux, à la suite des accords de Munich, l’objectif n’est pas tant de retenir les capitaux rapatriés que d’attirer ceux, plus nombreux encore, qui restent exilés, ou de mobiliser ceux qui sont thésaurisés. Plus généralement, le nouveau ministre des Finances tient à se démarquer de toute politique de restrictions dans les mouvements de capitaux, à travers un discours socio-politique assimilant le contrôle des changes à une mesure de régime totalitaire. En décembre, devant les Chambres, il se réfère à l’exemple répulsif de l’Allemagne nazie. Ainsi, au Sénat, il dénonce l’illusion d’un contrôle « mou » ou « souple », du fait d’une sorte de mise en mouvement d’un engrenage dirigiste : contrôle du commerce extérieur, contrôle « féroce » des prix et des salaires pour éviter les dérapages d’une « inflation en vase clos », contrôle même de certaines dépenses3.

  • 4 Idem, p. 19-20; cf. AN, 74 AP 17, d. 3 « Déclarations, discours 1938-1940 », discours de Paul Reyn (...)

6S’appuyant sur une formule de Hjalmar Schacht, il affirme que les problèmes de réglementation posés par le contrôle des changes seraient « impossibles à résoudre avec un Parlement démocratique » (...) « Pour que le contrôle fonctionne, il faut qu’il y ait la chemise brune au village, la peine de mort en haut de l’édifice et la délation partout »4. Du haut de la tribune du Sénat, le ministre reprend des arguments traditionnels, à des fins socio-politiques : il s’agit de rassurer les détenteurs de capitaux et la majorité parlementaire, désormais ancrée au centre et à droite.

  • 5 AEF, B. 21 848, d. « contrôle des changes », Note du service des études économiques du Crédit indu (...)
  • 6 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 497, Annexe X, Lettre de Paul Reynaud à Édouard Dala (...)
  • 7 Ibid, p. 259.

7Mais, dans le même temps, au ministère des Finances, l’intérêt technique s’éveille pour certains aspects du contrôle des changes, comme les projets de Paul Marchandeau en témoignaient. Au printemps de 1939, une note du service des études économiques du Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine, retrouvée dans les archives des Finances, offre une analyse beaucoup plus nuancée du contrôle des changes : « Le contrôle des changes, fléau des relations internationales, est souvent considéré comme faisant partie intégrante de la formule d’intervention totalitaire. C’est là une opinion un peu superficielle qui risque de conduire à des erreurs d’appréciation assez graves; le cas de l’Allemagne notamment, signalé comme prototype, donne facilement lieu à des interprétations erronées (...) ; en réalité le troisième Reich n’a fait qu’amplifier un système de contrôle organisé par des prédécesseurs à tendances plus ou moins libérales »5. Derrière les affirmations publiques sur le choix de la liberté contre la contrainte, les services des Finances étudient l’éventualité technique d’un contrôle des changes, que les périls extérieurs pourraient rendre nécessaire. Lorsque la mesure est effective, en septembre 1939, Paul Reynaud écrit à Édouard Daladier que le contrôle des changes avait été « minutieusement établi à l’avance pour le temps de guerre »6. Dans ses Mémoires, il précise que la préparation, dans les « moindres détails », s’est déroulée dans le secret, au début de l’année 19397.

  • 8 AN, 74 AP 17, d. 3 cité. « Bilan économique et financier de la France », Rapport au président de l (...)
  • 9 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité.

8D’une manière générale, Paul Reynaud dénonce les méfaits du dirigisme, se réclamant des seules contraintes du profit et du marché : « L’État est responsable de l’orientation générale de l’économie. Sa politique monétaire et sa politique financière sont, de ce point de vue, des facteurs décisifs. Il doit s’efforcer de restaurer la notion de risque et du profit, en même temps que celle du travail et du rendement. Pour le surplus, son rôle est d’orientation et son intervention ne s’impose en principe que lorsque l’importance des entreprises met en jeu les intérêts supérieurs de la nation »8. Quelques semaines plus tard, il proclame devant les sénateurs : « Il faut ou bien changer de régime ou bien admettre la notion du profit; notion qui n’est pas d’ailleurs une notion de classe. Car priver le patron de profit c’est priver l’ouvrier d’emploi »9. Affirmer le ralliement résolu à la liberté de mouvement des capitaux et des marchés, au préalable de la préservation du profit, telle est l’orientation donnée par le ministre des Finances. De manière plus pratique, il formule en outre un triple constat et un triple remède.

• Un triple constat.

  • 10 AN, 74 AP 17, d. 3 cité, discours du 12 novembre 1938, cité.
  • 11 Cf. note 2.

9Tout d’abord, le poids des charges pour le Trésor : « Partout, du côté de l’Office du blé, du côté du service des alcools, du côté des usines d’aviation, du côté de l’Afrique, partout des emprunts, des emprunts, des emprunts ! La ronde des milliards m’assaillait. En cinq jours, j’ai vu l’ombre d’une soixantaine de milliards à emprunter si nous ne faisions rien, si nous n’écartions pas le spectre de tous ces déficits... »10. En fait, la différence entre le total des charges et des ressources du Trésor est estimée à cinquante-cinq milliards, dans le rapport au président de la République11. Cet excès des dépenses de l’État pèse à la fois sur les finances et l’économie privées, ainsi que sur la monnaie.

  • 12 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité, p. 10-11; le loyer de l’argent attein (...)
  • 13 Idem, p. 27.
  • 14 AN, 74 AP 17, d. 3 cité, discours du 12 novembre 1938, cité.

10Le recours excessif aux emprunts contribue à tendre le loyer de l’argent, freinant ainsi l’investissement privé : « Quelles sont les causes de cette véritable destruction de l’économie privée ? (...) les capitaux sont devenus hors de prix, à cause de la concurrence de l’État hypertrophié »12. En outre, l’accumulation des déficits et des besoins d’emprunt conduit, faute de prêteurs, à l’inflation et à la dépréciation monétaires. La France est alors victime d’une sorte de « névrose monétaire », de « complexe d’infériorité [de] tous les Français à l’égard de leur monnaie nationale », qui affaiblissent le franc et diminuent l’encaisse-or. Paul Reynaud condamne sévèrement ses prédécesseurs pour avoir ainsi payé des dépenses exagérées en « assignats », qui, en dernière analyse, ont contribué à déclencher des « glissades » monétaires successives, et à entamer dangereusement le stock d’or et de devises de la Banque de France, véritable trésor de guerre en cette montée des périls : « ... lorsque l’on jetait des francs dans la circulation pour aider l’économie nationale, ces francs devenaient des munitions contre la monnaie du pays. Ils étaient transformés en livres sterling, en dollars, en une monnaie étrangère quelconque, parce que le circuit était ouvert »13. D’où le constat : « La France vit sur son capital »14. Paul Reynaud renoue ainsi avec les raisonnements des gouvernements déflationnistes de 1934-35, et reprend les jugements de Jacques Rueff en 1936-37, sur les effets néfastes de l’excès des dépenses de l’État.

  • 15 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité, p. 11.

11Second constat : la politique de surveillance des prix pèse sur les profits et rend l’amortissement impossible. Enfin, dernier « butoir », économique et social celui-là : la loi des quarante heures, qui est « devenue la loi des cinq jours », et impose des coûts trop élevés, en cas de recours à des heures supplémentaires. Ainsi, « tout se passe exactement comme si le sixième de l’outillage national était détruit »15.

2. Le triptyque du redressement.

12Les décrets-lois comportent un ensemble de mesures destinées à assurer simultanément un régime plus libéral pour les prix, pour le crédit, pour le travail.

• Les prix : contrôle à posteriori.

13Afin d’accroître les marges bénéficiaires, le contrôle a priori des prix de gros est supprimé, au profit d’un contrôle à posteriori. Les prix de détail sont toujours surveillés.

• Le crédit : le désengagement espéré.

  • 16 Cf. Alfred Sauvy, Histoire..., op. cit., t. 2, p. 479 et suiv.

14Tout d’abord, l’État réduit ses dépenses : cette fois-ci, c’est la fin des Grands travaux civils. En outre, en attendant les résultats des travaux du Comité de la Hache, des économies sont décidées, en particulier par la réduction du nombre des cheminots de 40 00016. Mais, à la différence de ses prédécesseurs de 1934-35, Paul Reynaud envisage des majorations fiscales, y compris pour les impôts directs : majoration de trente pour cent du barème de l’impôt sur le revenu, accroissement des taux des impôts cédulaire (pour les salaires comme pour les valeurs mobilières). En outre, plus traditionnellement, relèvement de la taxe à la production, de divers droits spécifiques, des douanes, des tarifs postaux, tabacs et transports parisiens. En ajoutant le produit escompté de la lutte contre la fraude fiscale, dix milliards de ressources nouvelles sont ainsi espérées. En échange de la liberté accordée aux capitaux et des facilités offertes pour l’accroissement des profits, le ministre des Finances, en soulignant les nécessités financières de la Défense nationale, impose un alourdissement du prélèvement fiscal, tempéré il est vrai par une série de dégrèvements pour les entreprises.

• Paul Reynaud met à profit les 31,6 milliards de Paul Marchandeau.

  • 17 Cf. AEF, B. 33 196, doc. n° 43, Note de Trésorerie, signée Jacques Rueff, 21 novembre 1938, 10 p.
  • 18 Idem.

15D’autre part, Paul Reynaud récolte les avantages financiers de la dévaluation décidée par Paul Marchandeau. De manière habile, il pouvait tout à la fois critiquer la gestion inflationniste de son prédécesseur et en retirer les bénéfices pour la gestion de la trésorerie, présentée, elle, sous le signe de l’assainissement financier, dans la mesure où les 31,6 milliards de la réévaluation de l’encaisse-or sont consacrés, de manière formelle, à l’amortissement de la Dette de l’État à l’égard de la Banque17. Jamais aucun ministre des Finances, depuis les débuts de la Crise, n’a pu disposer, par un trait de plume, de ressources si abondantes qu’elles représentent quatre-vingt-dix pour cent des charges de trésorerie pour 1939, évaluées à trente-cinq milliards, à la suite des différentes mesures contenues dans les décrets-lois18.

16Dans ces conditions, à la grande satisfaction de Jacques Rueff, Paul Reynaud annonce que le Trésor s’abstient de paraître sur le marché financier pendant six mois. Le désengagement de l’État par l’arrêt d’émissions à moyen et long terme, doit favoriser la baisse du loyer de l’argent et la renaissance du marché financier, désormais laissé aux entreprises. De plus, le redressement financier et l’annonce de l’abstention en matière d’emprunts doivent redonner confiance dans la monnaie et le crédit de l’État. L’amélioration de la situation de la trésorerie est conçue comme un facteur, mais aussi comme un produit de l’amélioration du crédit public. En effet, la couverture des charges de la trésorerie — primitivement réduites, on l’a vu — doit provenir des capitaux exilés ou thésaurisés remis en circulation, et du retour des francs dépensés par l’État lui-même. Le ministre et son entourage, en particulier Yves Bouthillier, secrétaire général de la rue de Rivoli, compte ainsi sur le marché monétaire pour financer les besoins du Trésor, l’objectif étant de fermer le circuit... par la confiance dans le franc et le crédit de l’État. Au-delà des mesures d’assainissement financier et économique, il convient de créer le climat psychologique et politique propre à apaiser durablement les porteurs de capitaux : outre les engagements de politique libérale à l’égard des prix, des mouvements de capitaux et des dépenses publiques, quelle mesure peut avoir une charge plus symbolique que 1’« assouplissement » de la loi des quarante heures ?

• Les quarante heures : la fin du Blumtag19.

  • 19 Appellation en Alsace du jour de repos dégagé par la loi des quarante heures, cf. Raymond Abellio,(...)
  • 20 Cf. Michel Debré, Trois républiques..., op. cit., t. 1, p. 145 et suiv.
  • 21 BSLC, 1938, novembre, p. 1 137-1 139.
  • 22 Ibid., p. 1 134-1137.
  • 23 Cf. Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 495.

17On sait que Alfred Sauvy et Michel Debré ont été les auteurs des trois décrets portant sur l’application des quarante heures20. Un décret ouvre la possibilité pour le ministre du Travail (ou le préfet) d’ordonner un roulement entre les entreprises pendant la période des congés payés. Un autre énonce des sanctions sévères (suppression pour six mois des allocations de chômage, suppression de la carte de travail pour les étrangers) pour le salarié qui refuse d’effectuer des heures supplémentaires autorisées dans l’intérêt de la Défense nationale. Il est prévu une peine d’emprisonnement et une amende pour celui qui aura provoqué un tel refus21. Le troisième décret est le plus important, parce qu’il répond à deux exigences formulées par les représentants patronaux lors de l’Enquête sur la Production : l’allégement — total pour la quarante et unième heure, important jusqu’à la quarante-huitième — du contrôle de l’Inspection du Travail et la suppression de la consultation des organisations ouvrières, pour l’attribution des heures supplémentaires. Et, surtout, la majoration du salaire jusqu’à la quarante-cinquième heure est réduite à dix pour cent, dans les établissements de plus de cinquante personnes, et comprise entre cinq et dix pour cent, pour les autres. Et elle ne peut excéder quinze pour cent, jusqu’à la quarante-huitième heure. Le taux de vingt-cinq pour cent n’est prévu qu’au-delà de quatre cents heures annuelles (article 6). Mais, comme l’article 5 fixe une limite maximale hebdomadaire à quarante-huit heures, les vingt-cinq pour cent sont pratiquement désormais sans objet. Ces réductions de rémunération horaire prévalent sur les dispositions des conventions collectives22. Enfin, la semaine de travail est désormais organisée sur cinq jours et demi ou six jours. Pour frapper l’imagination, Paul Reynaud, à la radio, s’exclame : « Devant les étrangers qui nous écoutent, je vous annonce qu’en France, la semaine des deux dimanches a cessé d’exister »23.

  • 24 Cf. BSLC, 1938, novembre, p. 1135; les entreprises artisanales et celtes bénéficiant d’un régime f (...)
  • 25 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité, p. 32.

18Ainsi Daladier, soucieux d’accélérer l’approvisionnement des industries d’armement et alerté à ce sujet par Robert Jacomet, mise sur la satisfaction donnée aux chefs d’entreprises. Il passe outre le compromis, élaboré un an auparavant par les responsables de l’Enquête sur la Production, qui ont cru maintenir deux éléments, désormais caducs : la concertation avec les organisations ouvrières, le maintien d’une majoration de vingt-cinq pour cent des heures supplémentaires. Certes, afin de réfuter l’argument d’une revanche patronale, Dominique Leca « a l’heureuse idée » (Michel Debré) d’ajouter une « contribution exceptionnelle sur les accroissements des profits résultant de l’exécution d’heures de travail supplémentaires » (article 7). Mais cette taxe s’avère très malaisée à percevoir : elle apparaît « de pure façade », et, dans les faits, s’insère dans les modifications de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux24. Enfin, le coût de la main-d’œuvre est encore réduit par la déduction du « temps nécessaire à l’habillage et au casse-croûte » et des « périodes d’inaction » (article 8). L’hypothèque est levée. Ainsi, Paul Reynaud peut affirmer avoir « [délacé] le corset »25.

• La réaction : crainte de la riposte ouvrière et soulagement.

  • 26 Cf. AN, 74 AP 17, d. 3; on trouve dans les papiers Reynaud plusieurs réactions favorables et notam (...)
  • 27 Cf. André Delmas, Mémoires..., op. cit., p. 320.
  • 28 Cf. Guy Bourde, La défaite du Front populaire, Paris, 1977, 359 p.; et Édouard Daladier..., op. ci (...)

19L’accueil n’est pas aussi mauvais que le signalent Paul Reynaud et Alfred Sauvy, en particulier dans les milieux professionnels et financiers, en France comme dans les pays anglo-saxons26. Il est vrai qu’une certaine retenue s’exprime dans les organes politiques du centre et de la droite, car on y redoute une épreuve de force avec la CGT. Les décrets-lois peuvent apparaître, dans le contexte social tendu, comme une provocation, qui, en dernier ressort, pourrait profiter aux éléments les plus intransigeants de la CGT et aux communistes. C’est également l’analyse des dirigeants modérés de la CGT, comme André Delmas27. Mais la vigueur gouvernementale lors de la grève générale, très inégalement suivie, du 30 novembre 1938, et l’affaiblissement corollaire du syndicalisme ouvrier — divisé de surcroît sur les problèmes extérieurs — lèvent les dernières appréhensions à l’égard du « plan » Reynaud28.

3. La restauration financière et monétaire (décembre 1938-août 1939).

• Le retour des capitaux en pleine crise internationale : mieux que Poincaré !

  • 29 Cf. AEF, B. 33 196, 1939, doc. n° 5, Note « Résultats acquis par M. Poincaré après 113 jours de go (...)
  • 30 Ministère des Finances, Le bilan économique et financier des cinq premiers mois du plan de trois a (...)
  • 31 Ibid., p. 6.
  • 32 Ibid., p. 6.

20Au début du mois de mars 1939, Paul Reynaud prononce un discours radiodiffusé, après cent treize jours d’application de sa politique. D’emblée, il compare ses résultats à ceux obtenus par Raymond Poincaré en novembre 1926, après un délai identique. Malheureusement pour lui, la direction du Mouvement général des Fonds, sollicitée par le ministre, ne peut lui fournir de renseignements précis sur les rentrées de capitaux de 1926 : il en est réduit à dire, sans citer de chiffre, qu’il est rentré davantage de tonnes d’or en 1938 que douze ans plus tôt29. Quelques jours plus tard, il signale, dans son bilan des cinq premiers mois, que les réserves d’or du Fonds de stabilisation se sont accrues de plus de douze milliards, entre la fin d’octobre et celle de janvier 1939, soit plus de 320 tonnes. Pour l’ensemble de la période (novembre 1938-août 1939), les différentes estimations tournent autour de vingt-six milliards, et plus de six cent tonnes d’or. Le record mensuel est atteint en décembre 1938 — soit immédiatement après l’échec de la grève générale — avec plus de 7,5 milliards et près de deux cents tonnes (presque trente pour cent du total)30. Le ministre signale que l’échec de la grève générale « donna à tous (...) la certitude que le plan du gouvernement allait recevoir une application d’une durée suffisamment prolongée pour pouvoir produire son plein effet. Dès lors les rapatriements de capitaux se précipitèrent »31. Les rentrées, même moindres en 1939, se poursuivent « sans interruption en dépit des vicissitudes internationales »32. La levée des hypothèques politique, sociale et monétaire, aux yeux des porteurs de capitaux, importait davantage que la montée des périls extérieurs. Politiquement, le gouvernement de Front populaire est écarté. Socialement, le partage profits-salaires s’est, par rapport à 1936, modifié à l’avantage des premiers. Quant au franc, il est établi à un niveau assez bas et rattaché à la livre sterling, soumise, elle aussi, au financement du réarmement. Plus que de l’approbation parlementaire, c’est du plébiciste des capitaux que Paul Reynaud tire son autorité.

• « La monnaie sauvée »33.

  • 33 Ibid., p. 6.
  • 34 Ibid., p. 7.
  • 35 Ibid., p. 7.

21Le fléchissement ou la stabilisation de la plupart des devises étrangères, à la Bourse de Paris, par rapport au franc témoigne de la disparition de la spéculation contre le franc, « devenu la grande monnaie refuge de l’Europe »34. Nul doute, pour Paul Reynaud, que ce redressement monétaire provient de l’assainissement financier, de « l’immense effort pour éviter les assignats »35. En retour, la trésorerie peut tirer profit de cette rentrée de capitaux.

• Le dégel d’une double thésaurisation.

  • 36 Ibid., p. 5; le solde positif est de 200 millions de francs en 1926.

22Grâce à la stabilité monétaire, l’État peut profiter, outre de la rétraction de la thésaurisation extérieure, du dégel de capitaux thésaurisés à l’intérieur. Les excédents de dépôts dans les Caisses d’épargne — plus de quatre milliards de novembre 1938 à mars 1939 — compensent certes les retraits de septembre, mais n’ont jamais été aussi abondants, depuis la crise de la Rhénanie, en mars 1936, malgré un certain fléchissement en mars 1939, lors de la crise tchèque36. (Cf. tableaux 9 et 10 ci-dessous).

Tableau 9. — Excédents de dépôts dans les Caisses d’épargne de novembre 1938 à mars 1939 (En millions de francs)

Tableau 9. — Excédents de dépôts dans les Caisses d’épargne de novembre 1938 à mars 1939 (En millions de francs)

Tableau 10. — Excédents de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne de novembre à mars (1935-1939) (En millions de francs)

Tableau 10. — Excédents de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne de novembre à mars (1935-1939) (En millions de francs)

Source : AEF, B. 21848, d. « dévaluation du franc, 1939-1940 », ministère des Finances, Le bilan économique et financier des cinq premiers mois du plan de trois ans, Imprimerie nationale, 1939 (28 p.), p. 7 et 8.

• « Une politique audacieuse de financement par le marché monétaire »37.

  • 37 Ibid., p. 8.
  • 38 AEF, B. 33 196, note de trésorerie, 6 mars 1939. Il y est précisé que le « prix de vente » du créd (...)
  • 39 Ministère des Finances, Le bilan..., op. cit., p. 9.

23Le dégel de la thésaurisation intérieure et extérieure offre des disponibilités, qui permettent de couvrir les charges de trésorerie, malgré l’importance des dépenses extraordinaires d’armement. L’engagement de ne pas recourir aux emprunts à long terme pendant six mois peut ainsi être tenu. Le Trésor fait appel au marché monétaire, alimenté par le rapatriement des capitaux et le retour des sommes mises en circulation par l’État pour régler ses dépenses : la politique de circuit fonctionne en dépit, ou plutôt à cause — précise Paul Reynaud — de la liberté laissée aux mouvements de capitaux. L’aisance de la trésorerie permet l’amélioration du crédit public qui, en retour, facilite l’abaissement du loyer de l’argent à court terme, sans ralentissement des souscriptions, si ce n’est en avril 1939. Paul Reynaud ne manque pas de souligner la corrélation inverse entre l’évolution des taux d’intérêt et celle des souscriptions des bons à court terme. Alors que celles-ci se multiplient — au moins jusqu’en avril 1939 — les taux d’intérêt sont nettement diminués, allégeant d’autant les charges du Trésor38. Parallèlement, le gouvernement provoque un abaissement des taux du marché monétaire pratiqués par les banques. Le taux d’escompte de la Banque de France peut être abaissé à 2 %39(cf. tableaux 11 et 12 ci-dessous).

Tableau 11. — Bons à court terme Changements des taux d’intérêts depuis le 1er novembre 1938 (En %)

Tableau 11. — Bons à court terme Changements des taux d’intérêts depuis le 1er novembre 1938 (En %)

Tableau 12. — Taux du marché monétaire (En %)

Tableau 12. — Taux du marché monétaire (En %)

Source : AEF, B. 21848, doc. cité, p. 9.

• La baisse du loyer de l’argent sur le marché financier.

  • 40 Ibid., p. 11.

24Au-delà des facilités retrouvées pour le Trésor, la politique de Paul Reynaud devait réussir, là où Louis Germain-Martin et Marcel Régnier avaient échoué : abaisser le loyer de l’argent à long terme. En décembre 1938, le marché des rentes connaît des hausses importantes, freinées en janvier 1939, et maintenues ensuite à ce niveau. Paul Reynaud tire une gloire particulière du fait que Raymond Poincaré a lancé en Hollande un emprunt 7 % émis à 94,50 F, alors que lui-même a pu émettre, sur ce même marché, un emprunt de conversion à 4 %, émis à 95 F. L’amélioration relative de la situation du marché financier entraîne corrélativement un abaissement des taux d’intérêt à long terme40.

***

  • 41 Ibid., p. 11.

25« En mettant un terme à l’instabilité monétaire, aux sorties de capitaux et à la thésaurisation, en poursuivant la détente du loyer de l’argent, le Gouvernement a supprimé plusieurs des entraves les plus sérieuses qui s’opposaient jusqu’ici au redressement économique »41. Ainsi Édouard Daladier et Paul Reynaud concluent la première partie du très officiel « bilan économique et financier des cinq premiers mois du plan de trois ans ». Est-ce à dire que le « miracle » monétaire et financier s’est également accompagné d’un « miracle » économique ?

4. Les limites de la reprise économique et de la mobilisation industrielle.

26Après 1’« assouplissement » de novembre 1938, au terme d’un décret du 21 avril 1939, le régime de travail des quarante-cinq heures succède au régime des quarante heures (et même celui de soixante heures dans les établissements travaillant pour la Défense nationale). Paul Reynaud et, à sa suite, Alfred Sauvy ont largement insisté sur le rôle majeur qu’aurait joué la suppression de ce verrou, dans ce qui est présenté comme l’une des plus belles reprises économiques contemporaines.

• Sauvy contre Sauvy : une reprise limitée et ambiguë.

  • 42 AN, F 60 424, d. « documentation économique », Service d’Observation et de Conjoncture économique, (...)
  • 43 Cf. également Nicolas Baverez, La loi des quarante heures..., thèse citée.

27Les décrets-lois de novembre ont permis la création, souhaitée par Alfred Sauvy, de l’Institut de Conjoncture, ainsi que l’obligation pour les entreprises de fournir des renseignements statistiques, confirmée par un arrêté du 22 avril 1939. Malgré des difficultés encore importantes, les bulletins mensuels confidentiels de l’Institut de Conjoncture fournissent ainsi des renseignements plus précis. Dans celui de juillet 1939, retrouvé dans les archives de la présidence du Conseil, Alfred Sauvy donne des appréciations beaucoup plus prudentes sur la reprise depuis octobre 1938 que dans ses ouvrages ultérieurs. Certes, l’indice global de la production industrielle dépasse en juillet 1939 les maxima de 1937, et rejoint les niveaux les plus élevés depuis 1931. Mais l’indice des wagons chargés n’a augmenté que de 3,5 % en un an. Le chômage commence, depuis le mois de juin 1939, à régresser de manière à la fois apparente et réelle (compte tenu des variations saisonnières). Mais on dénombre encore 16 000 chômeurs de plus qu’en 193742. Dans le même temps, le rapport Pouillot, publié dans le « Bulletin du ministère du Travail » souligne la part prépondérante de chômeurs âgés et difficilement réemployables dans la Région parisienne, signalant ainsi la coexistence entre chômage structurel et manque de main-d’œuvre, notamment qualifiée43 (cf. graphique 7 ci-dessous).

GRAPHIQUE 7 LE CHÔMAGE EN 1939 (Nombre de chômeurs secourus)

GRAPHIQUE 7 LE CHÔMAGE EN 1939 (Nombre de chômeurs secourus)

(Source : AN. F60 424, doc. cité, p. 11.)

  • 44 AN, F 60 424, d. cité, doc. cité, p. 17 et 27.

28Les indices de production industrielle, recalculés alors mois par mois depuis 1930, et présentés par branches, montrent que « les progrès les plus importants (bâtiment excepté) sont ceux de la métallurgie et du travail des métaux, industrie où la part de commandes pour l’armée est certainement la plus importante (...) le secteur de l’armement a certainement progressé plus sensiblement que l’autre »44. Dans le même bulletin, Alfred Sauvy estime à environ un quart la part de l’armement dans l’ensemble de l’industrie. Dans le secteur « civil », ce sont les industries exportatrices (surtout textiles, métallurgie, travail des métaux), l’industrie automobile et le bâtiment qui progressent le plus.

  • 45 X-Crise n° 57, mai 1939.
  • 46 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 273 et suiv.

29La reprise n’est pas liée à une relance de la consommation, mais apparaît surtout tributaire du réarmement, et, secondairement, de la sous-évaluation du franc et de la reprise d’industries de luxe comme l’automobile. L’auteur du « Point économique » de X-Crise s’en inquiète d’ailleurs, en mai 1939 : « L’abstention de la consommation semble en effet dicter une prise en charge par l’État d’un grand nombre de responsabilités que n’assume plus l’initiative privée »45. Et Robert Frank a montré combien l’accroissement de la production aéronautique en 1939 a pu peser sur la reprise46. Enfin, l’obligation faite aux entreprises de fournir des renseignements statistiques permet de se faire une meilleure idée de la durée du travail par branche. En juin 1939, la durée moyenne hebdomadaire du travail dépasse à peine quarante et une heures : seules la métallurgie, le travail des métaux, les terrassements, les textiles et le caoutchouc excèdent quarante heures. Les modifications à la législation n’entraînent donc pas une libération spectaculaire de capacités antérieurement corsetées. Elles ne sauraient suffire pour expliquer une reprise, qui bute sur d’autres obstacles structurels, mis en évidence lors de 1’« Enquête sur la Production » (vieillissement ou insuffisance du matériel et de la main-d’œuvre). Sans doute, les branches stratégiques (métallurgie, travail des métaux) qui franchissent le plus nettement le niveau des quarante heures — sans toutefois dépasser beaucoup les quarante-deux heures — ne pouvaient rester ainsi bridées (cf. tableau 13, ci-dessous).

Tableau 13. — Durée minimale hebdomadaire du travail par branche (1938-1939) (En heures)

Tableau 13. — Durée minimale hebdomadaire du travail par branche (1938-1939) (En heures)

Source : AN, F 60 424, d. 5 «Documentation économique, El AH Économie générale», Service d’Observation et de Conjoncture économique, « Situation économique vers le 20 juillet 1939 », confidentiel (30 p.), p. 15.

  • 47 AN, F 60 424, d. cité, doc. cité, p. 15.

30Mais les aménagements proposés par les conclusions de l’Enquête sur la Production auraient pu permettre d’atteindre ce niveau, de manière sélective, sous réserve d’une coopération entre les grandes forces sociales organisées. Mais celle-ci, on l’a vu, est compromise à l’été de 1938, et les enjeux débordaient la question des capacités productives47. Ainsi, le coût horaire de l’ouvrier a progressé de 5,1 % entre mai 1938 et mai 1939, soit moins que l’accroissement des indices du coût de la vie. Et le coût de la main-d’œuvre a augmenté dans une proportion moindre, du fait de l’amélioration du rendement (sauf dans les houillères) : le terrain cédé de ce point de vue depuis l’été 1936 a été grandement reconquis.

• Les paradoxes de la mobilisation industrielle.

  • 48 Cf. Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 258 et suiv ; pour une interprétation différente (...)
  • 49 Jean Coutrot, « Rationalisation contre chômage », La vie financière, 22 mai 1939; cf. aussi Jean C (...)

31Après novembre 1938, la direction de l’économie est largement tributaire de la production d’armements. Mais les gouvernants ne se dotent pas d’un appareil de direction de l’économie à la mesure des périls. La loi du 11 juillet 1938 — avant Munich — sur « l’organisation de la Nation en temps de guerre », résultant de débats entretenus depuis la fin du premier conflit, n’a pas eu d’effet immédiat substantiel sur l’appareil de direction économique, même si elle est invoquée ensuite, à la fois pour bâtir les structures vychistes ou celles de la Libération. Le gouvernement ne peut organiser l’économie de guerre que lors des hostilités. Dans l’intervalle, la constitution de stocks et la création de capacités de production sont seules mises en œuvre. Mais on sait que le « take off » est tardif (début 1939) — en particulier pour l’aéronautique — malgré les facilités financières accordées, et que des réticences se manifestent chez certains industriels48. Parallèlement, les services de l’Économie nationale se trouvent de plus en plus limités, jusqu’à ce que le ministère disparaisse de nouveau, lors de la déclaration de guerre. Jean Coutrot essaie de tenir le COST à bouts de bras et sans moyens. Le 16 mai 1939, il prononce une conférence, intitulée « Rationalisation contre chômage », dans laquelle il insiste sur la nécessité d’accroître « la productivité de chaque heure », ainsi que de consacrer de véritables efforts à la rééducation professionnelle — la France n’y consacrant que vingt-cinq millions, contre 180 pour l’Angleterre — et à la création d’industries nouvelles49.

  • 50 For the President..., op. cit., p. 305, Bullitt à Roosevelt, 1er février 1939.
  • 51 AEF, B. 33 196, doc. n° 10, note du 4 mai 1939, 1 p.

32Avec l’effort économique, d’autant plus nécessaire que les retards se sont accumulés par rapport à l’effort allemand — le 1er février 1939, William Bullitt signale à Roosevelt que la France a produit 98 avions en décembre 1938, contre 250 à 300 pour l’Angleterre et 6 à 700 pour l’Allemagne !50 — contraste un mode de financement qui demeure conforme aux principes du libéralisme. Yves Bouthillier, secrétaire général du ministère des Finances, exerce non sans autorité une hégémonie sur la direction des finances. Son principal souci consiste à faire refluer les capitaux vers le Trésor, afin de financer par l’emprunt la plus grande part des charges fortement alourdies de la trésorerie. Lors de la parution des décrets-lois, les besoins de trésorerie (correspondant à l’impasse) pour l’année 1939 ont été estimés à 55 milliards, ramenés à 35 milliards à la suite des mesures fiscales et d’économies issues des décrets-lois. Au début de mai 1939, les besoins évalués pour le reste de l’année se situent à ce même niveau — malgré la création de cinq milliards de ressources fiscales nouvelles issus des décrets d’avril 1939 — du fait de l’accroissement des crédits de paiements accordés pour les dépenses militaires (plus de quatre milliards en avril 1939) après la chute de Prague51. L’orientation résolument libérale du ministère, le rejet véhément du contrôle des changes par Paul Reynaud, les hypothèques successivement levées entraînent la renaissance des ressources d’emprunt. Après une abstention volontaire de six mois, de nouveaux bons de la Défense nationale à trois ans sont lancés le 1er mai 1939 et rapportent plus de cinq milliards en trois mois. Sur l’ensemble de l’année 1939, les ressources d’emprunt sur le marché financier couvrent 27 % du total des charges de trésorerie (contre 3 % en 1938) (cf. supra, chapitre I).

  • 52 Cf. Jean Monnet, Mémoires, Paris, 1976 (642 p.), p. 139.
  • 53 For the President..., op. cit., p. 299, Bullitt à Roosevelt, 28 septembre 1938. Le propos est rapp (...)
  • 54 The secret diary of Harold Ickes, New York, 1954, vol. 3, p. 124. Traduit par nous. Rapporté par O (...)

33Alors que, dès janvier 1938, Guy La Chambre, ministre de l’Air, envisage auprès de Bullitt l’éventualité d’achats d’avions américains et réitère sa demande en septembre, Paul Reynaud répugne, à son arrivée rue de Rivoli, à mobiliser des capitaux exilés aux États-Unis, comme le suggère alors Morgenthau52. Cet épisode est associé d’autre part à l’irruption d’un expert de type nouveau : Jean Monnet. Les nécessités d’établir des relations confiantes et discrètes avec Washington, afin d’opérer des achats d’avions américains par le Canada (pour tourner la loi de neutralité), poussent Guy La Chambre, à la fin de septembre 1938, à demander à William Bullitt de lui conseiller le nom d’un négociateur. Ce dernier suggère celui de Jean Monnet, qu’il décrit au même moment à Roosevelt comme « un ami intime depuis plusieurs années en qui (j)’ai confiance comme en un frère »53. Les difficultés pour adapter les structures traditionnelles de l’Administration aux nécessités de l’heure comme le solide réseau d’appuis dont il dispose outre-Atlantique rendent compte de l’irruption de Jean Monnet dans l’appareil d’Etat français. Cet outsider — outre son expérience dans les bureaux d’achat interalliés lors du premier conflit mondial et au secrétariat général de la SDN, sa formation est commerciale et bancaire — doit sa promotion irrésistible (et durable) parmi les experts influents de l’État français à la confiance sans faille que lui voue l’ambassadeur de Washington, dont Harold Ickes a pu dire qu’alors « il dormait pratiquement avec le gouvernement français »54. Envoyé par Daladier auprès de Roosevelt après Munich, Jean Monnet négocie les premières commandes d’avions américains, en janvier 1939. Bullitt va, de nouveau, contribuer à affermir sa position, peu après le déclenchement des hostilités.

II. L’« ORGANISATION AJOURNÉE DE L’ÉCONOMIE » (YVES BOUTHILLIER) OU LA « DRÔLE » D’ÉCONOMIE DE GUERRE (SEPTEMBRE 1939-JUILLET 1940)

34Dès la déclaration de guerre, plusieurs décisions sont destinées à ajuster la direction de l’économie et des finances, dans la perspective de la conduite de la guerre. Mais les lacunes, le manque d’unité de vues et le maintien de perspectives financières libérales, liées au contexte socio-politique issu de Munich et de l’échec de la grève générale de novembre 1938, en compromettent gravement l’efficacité.

1. Un dirigisme lacunaire.

  • 55 Alfred Sauvy, La vie économique..., op. cit., p. 45.

35Deux décrets-lois des 1er et 9 septembre 1939 instituent le contrôle des importations — les exportations ont été limitées et contrôlées par un décret du 28 août — et celui des changes. Les importations sont assurées soit par le Ravitaillement, soit par des groupements d’achats formés par les syndicats patronaux. Aux mêmes dates, deux décrets prescrivent la taxation directe des produits agricoles et le blocage de tous les autres prix au niveau atteint le 1er septembre 1939. Dans les faits, le contrôle des prix ne peut se mettre en place avant la débâcle. Deux mois plus tard, les salaires se trouvent bloqués au même niveau. Mais il manque à ces différentes formes de dirigisme celui qui pèse sur les quantités produites et consommées. Un décret du 1er septembre 1939 sur le Ravitaillement donne autorité au ministre de l’Agriculture, mais son application porte surtout sur l’approvisionnement des forces armées. Il faut attendre les décrets des 28 et 29 février 1940 pour poser le principe du rationnement : trois jours sans alcool et trois jours sans gâteaux constituent, avec la réglementation des restaurants, la seule forme de restriction à la consommation. Il semble que Henri Queuille, ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement, ait même confié être le seul en Europe à refuser de rationner la consommation, réservant ainsi ses chances futures de devenir président de la République55 !

2. Des structures rivales et non coordonnées.

36Avec le déclenchement de la guerre, une multiplicité de structures étatiques de direction de l’économie se mettent en place, dont l’abondance même reflète l’absence d’une coordination véritable.

• L’Économie nationale : la peau de chagrin.

  • 56 AN, 458 AP 30, d. 1 « La guerre — janvier 1940 », Cost, doc. n° 113, c. r. de la réunion du Bureau (...)
  • 57 idem, d. 3, « La guerre — mars 1940 », Économie française, 1er mars 1940.

37L’Économie nationale est réduite à un Haut-commissariat, chargé surtout de la surveillance des prix, de l’Institut de Conjoncture et du COST, dont l’inlassable Jean Coutrot maintient l’activité, malgré une absence évidente de moyens. Il cherche notamment à développer des commissions de normalisation, destinées à alléger les méthodes bureaucratiques dans l’Administration, dans la perspective de la conduite de la guerre56. En mars 1940, il déplore l’insuffisante efficacité de la mobilisation économique et en appelle à un « ministre capable de dépasser en lucidité et en décision le maréchal Goering et d’opérer cette synthèse de la comptabilité, de l’organisation scientifique et de l’économie »57.

• Raoul Dautry et l’Armement.

  • 58 Cf. AN, 307 AP (Papiers Dautry) 89 à 107, ainsi que 307 AP 134 (notamment sur les relations avec l (...)

38Parallèlement, un ministère de l’Armement a été mis sur pied, le 13 septembre 1939, et confié à l’ancien responsable du réseau de l’État devenu administrateur d’Hispano-Suiza, Raoul Dautry, témoignage de la confiance accordée à un expert choisi pour son expérience industrielle. Les papiers de Raoul Dautry contiennent de nombreux documents sur la mise en place du ministère, les relations avec les autres départements — et en particulier les difficultés rencontrées avec la Défense, le Travail, le Commerce ou les Finances — ainsi que des projets et réflexions sur les conditions d’une véritable mobilisation industrielle58. Dans les faits, disposant de moyens réduits, ce ministère, en apparence purement technique, ne bénéficie pas du poids politique suffisant, face au puissant département de la Défense, lui-même dans l’orbite de Matignon. Ses relations avec Édouard Daladier vont d’ailleurs rapidement se distendre. Ainsi, les documents apparaissent comme les traces d’une expérience trop brève, où les vœux pieux occupent une place aussi grande que les réalisations effectives. Parmi celles-ci, la plus éclatante reste le rapatriement du stock d’eau lourde de Norvège, qui vaudra d’ailleurs trois semaines d’incarcération à Jean Bichelonne, l’un des principaux responsables du ministère, lors de l’invasion allemande. Ce ministère a toutefois le mérite d’avoir réuni les experts issus de l’Administration (Jean Bichelonne, Louis Rosenstock-Frank) et de la vie économique (Raoul Dautry ou René Mayer, responsable de la Mission du ministère à Londres) et d’avoir fourni un lieu de rencontre avec des personnalités des milieux industriels et financiers, telles que Jacques Barnaud, François Lehideux, Henri de Peyerimhoff ou Jean Coutrot. On va d’ailleurs retrouver plusieurs d’entre eux dans l’appareil d’État remanié après la défaite.

• Jean Monnet sous l’aile protectrice de William Bullitt.

  • 59 Cf. For the President..., op. cit., p. 377, télégramme de W. Bullitt au président Roosevelt, 4 oct (...)
  • 60 Cf. Jean Monnet, Mémoires..., op. cit., p. 147 et suiv.; Alfred Sauvy, La vie économique..., op. c (...)
  • 61 Cf. Robert Frank, « Le financement français de la Guerre et les accords avec les Britanniques, 193 (...)
  • 62 Cf. Charles Rist, Une saison gâtée — Journal de la Guerre et de l’Occupation — 1939-1945, Paris, 1 (...)

39Au début de septembre 1939, Jean Monnet suggère, dans une note à Daladier, l’idée, reprise de l’expérience de 1918, de la constitution d’une agence d’achat franco-britannique. Peu après, William Bullitt pousse le président du Conseil à en attribuer la présidence à Jean Monnet lui-même. L’ambassadeur américain confie au Président Roosevelt avoir une part importante (« a large enough finger ») dans cette affaire. Il souhaite la constitution d’un vrai Comité d’achat commun et non une agence « Morgan and Company », et il espère que la venue de Jean Monnet à Washington pourra accélérer l’accroissement des capacités productives de l’industrie aéronautique américaine59. Après accord entre Daladier et Chamberlain, conclu le 18 octobre 1939, des structures communes sont mises en place. Jean Monnet préside le Comité de coordination franco-britannique, composé de huit membres dont les présidents des cinq, puis huit comités exécutifs, situés à Londres (Ravitaillement; Armement et matières premières — où l’on retrouve René Mayer; Pétrole; Aéronautique; Transports maritimes). Il est secondé par René Pleven (directeur général pour l’Europe de l’Automatic Telephone Company) dont les deux missions à Washington, destinées à acquérir des avions américains, ne parviennent qu’à obtenir quelques centaines d’appareils lors de la bataille de France, mais suscitent, comme le souhaitait Bullitt, l’intensification de la production aéronautique aux États-Unis60. Roger Auboin, ancien responsable de l’Économie nationale, est nommé auprès de Daladier, secrétaire général du Comité des Programmes et Achats alliés, en liaison avec tous les ministères, acheteurs ou fournisseurs, et les missions d’achat. Pour l’achat des avions américains, Pleven et Monnet se heurtent au freinage exercé par les ministres des Finances, Paul Reynaud et Sir John Simon, soucieux de ne pas épuiser les caisses alliées. Toutefois, la volonté de ménager les réserves d’or de Londres et de Paris poussent les deux gouvernements à signer des accords financiers facilitant les achats sans transferts d’or, ni de devises. Cet accord, « Reynaud-Simon », a été analysé récemment comme l’embryon des projets de guerre sur la future Europe61. Plus généralement, en France, le comité Monnet-Auboin, en grande partie entravé par la lutte Daladier- Reynaud, ne parvient pas à modérer les demandes des divers ministères et à faire valoir des priorités d’achat strictement hiérarchisées. L’affaiblissement économique international de la France, sa dépendance à l’égard des approvisionnements anglo-saxons, l’influence croissante exercée par l’ambassadeur des États-Unis : autant d’éléments qui confirment l’ascension depuis 1938, par l’extérieur en quelque sorte, de Jean Monnet et de ses collaborateurs, à l’intérieur de l’appareil économique de l’État. Les organismes qu’il dirige constituent toutefois une greffe trop récente pour pouvoir s’imposer aux administrations traditionnelles. L’institution parallèle, le 20 septembre 1939, d’un ministère du Blocus confié à Georges Pernot — flanqué d’un Comité consultatif, constitué par Charles Rist avec Ernest Mercier, Jacques Barnaud, Robert Renon de la Baume, et Roger Auboin — émiette plus qu’elle ne renforce l’« unité de direction indispensable à la conduite de la guerre économique » (selon les termes du décret constitutif)62. Un comité interministériel, institué tardivement (janvier 1940) vient pallier de manière trop partielle l’insuffisance de coordination.

3. Yves Bouthillier, la « politique du circuit » et le financement libéral.

40Dès les premiers mois d’hostilités, Yves Bouthillier fait fonction de directeur du « Mouvement général des Fonds » (Jacques Rueff a été nommé sous-gouverneur de la Banque de France, au début de septembre). Son modèle demeure la politique financière conduite lors de la Première Guerre mondiale. Dans ses notes pour le Ministre, il rappelle la part des modes de financement des charges de trésorerie, entre août 1914 et novembre 1918 :

4115 % par les recettes budgétaires

4215 % par les bons à court terme

4350 % par les emprunts

  • 63 AEF, B. 33 196, 1939, doc. 28, Note pour le Ministre, signée Bouthillier, n° 19 804, 12 décembre 1 (...)

4420 % par prélèvements du Trésor (dont les avances de la Banque de France)63.

  • 64 Idem, Note citée.
  • 65 Idem, Note citée.
  • 66 Idem, 1940, doc. n° 2, Note pour le Ministre, signée Bouthillier, 4 janvier 1940, 21 p.

45Il souligne combien l’appel aux marchés monétaire et financier a pu limiter les formes de financement inflationniste. En 1939, selon lui, les bons d’armement à court terme doivent constituer l’arme essentielle, afin « d’absorber le plus rapidement possible les liquidités que le règlement de (ces) mêmes dépenses publiques met à la disposition du marché monétaire et ainsi à éviter les risques d’une inflation trop rapide »64 Mais, au cours des trois premiers mois de la « drôle de guerre », « le circuit monétaire qui doit rendre au Trésor les francs qu’il met sur le marché n’a pas fonctionné ». Plus de cinquante pour cent des charges de trésorerie ont été effectivement financées par des ressources autres que l’impôt et les émissions de bons65. En revanche, à partir du début de l’année 1940, « le circuit monétaire, base de (notre) politique financière de guerre »66 fonctionne mieux. Les 100 milliards de charges supportées par la trésorerie pendant les six premiers mois du conflit ont été ainsi financés :

4633 par la fiscalité

4720 par des avances directes de la Banque de France (mais une loi du 29 février 1940, en dévaluant le franc, a permis de réévaluer l’encaisse de 17 milliards et de réduire d’autant le montant des avances provisoires)

487 par des réserves diverses du Trésor et des caisses publiques

  • 67 Idem, 1940, doc. n° 8, note, s. a., 8 avril 1940, 3 p.

4940 par des émissions de bons67.

50Aux vingt-quatre milliards de bons à court terme recueillis de septembre à décembre 1939 — soit six milliards de rythme mensuel — s’ajoutent quarante et un milliards de janvier à avril 1940 — soit dix par mois. Le secrétaire général de la rue de Rivoli se félicite ainsi de la relative bonne fermeture du « circuit », grâce au placement accru des bons d’armement.

  • 68 Idem, 1940, doc. n° 2, Note pour le Ministre, signée Bouthillier, 4 janvier 1940, 21 p.
  • 69 Idem.
  • 70 Idem.
  • 71 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, t. 2, Finances sous la contrainte, Paris, 1951 (552 p.), p. 3 (...)
  • 72 Ibid., p. 378.

51Parallèlement, dans une note pour Paul Reynaud du 4 janvier 1940, Yves Bouthillier insiste sur la nécessité de ménager les réserves de la Banque de France (l’encaisse représente alors 114 milliards), véritable « assurance contre l’appauvrissement »68. Il redoute qu’un retrait d’or « massif et brutal » ne risque « de désorienter brusquement l’opinion publique et peut-être de provoquer une sorte de « fuite devant le franc » dont les répercussions sur les émissions du Trésor seraient déplorables », et qu’il ne soit suivi d’une « politique de restriction... et de réquisition pour les autres ressources »69. Aussi, convient-il d’« attendre que le conflit lui-même se soit affirmé pour tracer définitivement notre politique financière »70. « Drôle » de guerre, en vérité. Dans ses Mémoires, écrits après la Guerre, Yves Bouthillier attribue à Jacques Rueff (qui n’est plus au MGF) et à Maurice Couve de Murville « l’illusion que le gouvernement (pourrait) à la fois soutenir la guerre et conserver au pays les avantages d’une économie libérale. Concilier la destruction du nazisme (allié au bolchévisme) avec un régime libéral était un rêve, délicieux peut-être (...) mais peu sensé »71. Quoi qu’il en dise (en 1951), le secrétaire général des Finances, d’après les archives du Trésor citées, partageait alors cette « illusion ». Et, bien qu’il déplore, dans ces mêmes Mémoires, l’absence d’« unité de commandement » ou de « nécessités inexorables », on ne trouve nulle trace de proposition allant dans ce sens en 1939-40. Il semble qu’il doive prendre sa part de responsabilité dans le jugement sévère (mais tardif) qu’il prononce, à propos de ces quelques mois de « drôle » de guerre : « L’organisation ajournée de l’économie ne fut pas la seule occasion manquée d’un temps que les Français employèrent si mal »72.

***

CONCLUSION DU CHAPITRE XV

52La direction des finances assurée par Paul Reynaud obtient, au printemps 1939, une réussite financière et monétaire, grâce au bénéfice du boni de la dévaluation Marchandeau et à un retour substantiel des capitaux exilés. Il apparaît que la « confiance » des porteurs de capitaux s’est, comme au printemps précédent, attachée plutôt à la levée des hypothèques socio-politiques intérieures, liées aux réformes de 1936, qu’aux périls extérieurs, pourtant grandissants. L’échec de la grève générale du 30 novembre 1938 et la fin symbolique du « Blumtag » consacrent la nouvelle répartition du revenu national, en faveur des chefs d’entreprises. La poursuite de la politique libérale « du circuit », préoccupation majeure d’Yves Bouthillier, et les mécomptes de l’« organisation ajournée de l’économie », témoignent, dans le domaine financier et économique, des incohérences de la conduite d’une « drôle de guerre ». Toutefois, certaines structures techniques de l’appareil d’État, désormais débarrassées des perspectives inquiétantes de leurs conditions d’apparition lors de la poussée sociale de 1936, peuvent être assimilées. Ce n’est toutefois pas suffisant pour assurer une direction cohérente de l’économie de guerre. Les défaillances des structures de l’appareil étatique reflètent le déphasage entre, d’une part, les exigences techniques d’une guerre industrielle et, d’autre part, les contraintes socio-politiques des gouvernants répugnant à s’engager dans le dirigisme, ainsi que les réflexes orthodoxes d’experts rattachés à des principes austères (face à l’ampleur des dépenses) et libéraux (quant aux modes de leur financement).

Notes

1 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 224-226.

2 Ibid., Annexe IX, extraits du discours prononcé à la radio par Paul Reynaud, le 12 novembre 1938, p. 493; cf. 74 AP (Papiers Reynaud) 17, d. 3.

3 AEF, B. 21 848, d. « dévaluation du franc 1939-1940 », « Sauver le régime et le pays », discours de Paul Reynaud au Sénat, 28 décembre 1938, p. 18-19.

4 Idem, p. 19-20; cf. AN, 74 AP 17, d. 3 « Déclarations, discours 1938-1940 », discours de Paul Reynaud à la Chambre, le 9 décembre 1938; il y déclare : « le contrôle des changes, c’est la fin du Parlement ».

5 AEF, B. 21 848, d. « contrôle des changes », Note du service des études économiques du Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine : « Le contrôle des changes en Allemagne », (4 p.), p. 1 ; souligné par nous.

6 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 497, Annexe X, Lettre de Paul Reynaud à Édouard Daladier, 6 septembre 1939.

7 Ibid, p. 259.

8 AN, 74 AP 17, d. 3 cité. « Bilan économique et financier de la France », Rapport au président de la République sur les décrets, 20 p.

9 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité.

10 AN, 74 AP 17, d. 3 cité, discours du 12 novembre 1938, cité.

11 Cf. note 2.

12 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité, p. 10-11; le loyer de l’argent atteint 9 à 10 %.

13 Idem, p. 27.

14 AN, 74 AP 17, d. 3 cité, discours du 12 novembre 1938, cité.

15 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité, p. 11.

16 Cf. Alfred Sauvy, Histoire..., op. cit., t. 2, p. 479 et suiv.

17 Cf. AEF, B. 33 196, doc. n° 43, Note de Trésorerie, signée Jacques Rueff, 21 novembre 1938, 10 p.

18 Idem.

19 Appellation en Alsace du jour de repos dégagé par la loi des quarante heures, cf. Raymond Abellio, Ma dernière mémoire..., op. cit., t. 2, p. 304.

20 Cf. Michel Debré, Trois républiques..., op. cit., t. 1, p. 145 et suiv.

21 BSLC, 1938, novembre, p. 1 137-1 139.

22 Ibid., p. 1 134-1137.

23 Cf. Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 495.

24 Cf. BSLC, 1938, novembre, p. 1135; les entreprises artisanales et celtes bénéficiant d’un régime forfaitaire y échappent.

25 AEF, B. 21 848, d. cité, discours du 28 décembre 1938, cité, p. 32.

26 Cf. AN, 74 AP 17, d. 3; on trouve dans les papiers Reynaud plusieurs réactions favorables et notamment les félicitations de Lambert-Ribot. Pour la réaction des milieux anglo-saxons, cf. AEF, B. 21 848, voir les divers télégrammes de Paul Leroy-Beaulieu.

27 Cf. André Delmas, Mémoires..., op. cit., p. 320.

28 Cf. Guy Bourde, La défaite du Front populaire, Paris, 1977, 359 p.; et Édouard Daladier..., op. cit.

29 Cf. AEF, B. 33 196, 1939, doc. n° 5, Note « Résultats acquis par M. Poincaré après 113 jours de gouvernement, le 15 novembre 1926 », 2 p.

30 Ministère des Finances, Le bilan économique et financier des cinq premiers mois du plan de trois ans, 12 novembre 1938-31 mars 1939, Paris, 1939 (28 p.), p. 5; cf. également REP, mai-juin 1939, p. 1013.

31 Ibid., p. 6.

32 Ibid., p. 6.

33 Ibid., p. 6.

34 Ibid., p. 7.

35 Ibid., p. 7.

36 Ibid., p. 5; le solde positif est de 200 millions de francs en 1926.

37 Ibid., p. 8.

38 AEF, B. 33 196, note de trésorerie, 6 mars 1939. Il y est précisé que le « prix de vente » du crédit à court terme (celui des Bons à 75-105 jours) a régressé de 50 % par rapport au trimestre de l’été 1936.

39 Ministère des Finances, Le bilan..., op. cit., p. 9.

40 Ibid., p. 11.

41 Ibid., p. 11.

42 AN, F 60 424, d. « documentation économique », Service d’Observation et de Conjoncture économique, « Situation économique vers le 20 juillet 1939 », (30 p.), p. 13.

43 Cf. également Nicolas Baverez, La loi des quarante heures..., thèse citée.

44 AN, F 60 424, d. cité, doc. cité, p. 17 et 27.

45 X-Crise n° 57, mai 1939.

46 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 273 et suiv.

47 AN, F 60 424, d. cité, doc. cité, p. 15.

48 Cf. Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 258 et suiv ; pour une interprétation différente, cf. Emmanuel Chadeau, L’industrie aéronautique en France (1900-1950). De Blériot à Dassault, Paris, 1987.

49 Jean Coutrot, « Rationalisation contre chômage », La vie financière, 22 mai 1939; cf. aussi Jean Coutrot, « L’organisation rationnelle au service de l’Économie et de la Défense Nationale », X-Crise, n° 59, juillet 1939.

50 For the President..., op. cit., p. 305, Bullitt à Roosevelt, 1er février 1939.

51 AEF, B. 33 196, doc. n° 10, note du 4 mai 1939, 1 p.

52 Cf. Jean Monnet, Mémoires, Paris, 1976 (642 p.), p. 139.

53 For the President..., op. cit., p. 299, Bullitt à Roosevelt, 28 septembre 1938. Le propos est rapporté par Jean Monnet (Mémoires, op. cit., p. 139), mais le situe quelques jours plus tard.

54 The secret diary of Harold Ickes, New York, 1954, vol. 3, p. 124. Traduit par nous. Rapporté par Orville H. Bullitt.

55 Alfred Sauvy, La vie économique..., op. cit., p. 45.

56 AN, 458 AP 30, d. 1 « La guerre — janvier 1940 », Cost, doc. n° 113, c. r. de la réunion du Bureau technique permanent du Cost, 11 janvier 1940, 8 p.

57 idem, d. 3, « La guerre — mars 1940 », Économie française, 1er mars 1940.

58 Cf. AN, 307 AP (Papiers Dautry) 89 à 107, ainsi que 307 AP 134 (notamment sur les relations avec les autres ministères), et 307 AP 161, 242-43 (correspondance en 1939-1940). Cf., dans l’attente de sa thèse, Rémi Baudoui, « Raoul Dautry, la conscience du social », Vingtième siècle, n° 15, juillet-septembre 1987, p. 45-58.

59 Cf. For the President..., op. cit., p. 377, télégramme de W. Bullitt au président Roosevelt, 4 octobre 1939.

60 Cf. Jean Monnet, Mémoires..., op. cit., p. 147 et suiv.; Alfred Sauvy, La vie économique..., op. cit., p. 42 et suiv.

61 Cf. Robert Frank, « Le financement français de la Guerre et les accords avec les Britanniques, 1939-1940 » in Français et Britanniques dans la drôle de guerre, Paris, 1979, p. 461-487, ainsi que la contribution de LS Presnell dans le même ouvrage, p. 489-510.

62 Cf. Charles Rist, Une saison gâtée — Journal de la Guerre et de l’Occupation — 1939-1945, Paris, 1983, (470 p.), p. 44.

63 AEF, B. 33 196, 1939, doc. 28, Note pour le Ministre, signée Bouthillier, n° 19 804, 12 décembre 1939, 16 p.

64 Idem, Note citée.

65 Idem, Note citée.

66 Idem, 1940, doc. n° 2, Note pour le Ministre, signée Bouthillier, 4 janvier 1940, 21 p.

67 Idem, 1940, doc. n° 8, note, s. a., 8 avril 1940, 3 p.

68 Idem, 1940, doc. n° 2, Note pour le Ministre, signée Bouthillier, 4 janvier 1940, 21 p.

69 Idem.

70 Idem.

71 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, t. 2, Finances sous la contrainte, Paris, 1951 (552 p.), p. 376.

72 Ibid., p. 378.

Table des illustrations

Titre Tableau 9. — Excédents de dépôts dans les Caisses d’épargne de novembre 1938 à mars 1939 (En millions de francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 10. — Excédents de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne de novembre à mars (1935-1939) (En millions de francs)
Légende Source : AEF, B. 21848, d. « dévaluation du franc, 1939-1940 », ministère des Finances, Le bilan économique et financier des cinq premiers mois du plan de trois ans, Imprimerie nationale, 1939 (28 p.), p. 7 et 8.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau 11. — Bons à court terme Changements des taux d’intérêts depuis le 1er novembre 1938 (En %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Tableau 12. — Taux du marché monétaire (En %)
Légende Source : AEF, B. 21848, doc. cité, p. 9.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre GRAPHIQUE 7 LE CHÔMAGE EN 1939 (Nombre de chômeurs secourus)
Légende (Source : AN. F60 424, doc. cité, p. 11.)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau 13. — Durée minimale hebdomadaire du travail par branche (1938-1939) (En heures)
Légende Source : AN, F 60 424, d. 5 «Documentation économique, El AH Économie générale», Service d’Observation et de Conjoncture économique, « Situation économique vers le 20 juillet 1939 », confidentiel (30 p.), p. 15.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540