Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Quatrième partie. Amortissement, levée des hypothèques et assimilation de la poussée réformatrice (juin 1937-juin 1940)

Introduction

Texte intégral

« La principale question, quoi que l’on fasse, est en effet d’ordre politique. Le tout est de savoir si le programme collectiviste aura ou n’aura pas une majorité au Parlement et dans le pays. »
(Agence économique et financière, 20 décembre 1937, à propos de l’« Enquête sur la Production ».)

1Après la chute du premier gouvernement Blum, les gouvernants, désormais principalement radicaux, abandonnent les principes « reflationnistes », déjà mis en sommeil lors de la pause. Les experts des Finances vont largement contribuer à ainsi amortir la poussée réformatrice de 1936 (chapitre XII). Les experts de l’Économie nationale et du Travail, quant à eux, coordonnent une « Enquête sur la Production », destinée à définir un compromis social, propre à assurer la reprise économique, entravée à la fin de 1937 (chapitre XIII). L’arrivée à Matignon d’Édouard Daladier coïncide avec la levée de plusieurs hypothèques issues du printemps 1936, dans la perspective d’attirer la confiance des détenteurs de capitaux et les anticipations favorables des entrepreneurs (chapitre XIV). Il faut attendre la fin de l’année 1938 et le retournement socio-politique marqué par la venue de Paul Reynaud aux Finances, pour que, renouant avec les principes d’une politique de l’offre, mais liée à l’effort de réarmement, la direction des finances et de l’économie obtienne une reprise, tardive et ambiguë. Les conditions paraissent alors réunies pour assimiler certaines des structures étatiques créées en 1936. Est-ce cependant suffisant pour assurer la conduite des finances et d’une économie en guerre (chapitre XV) ?

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540