Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Troisième partie. L’expérience Blum : une attente libérale triplement déçue septembre 1936-juin 1937

Chapitre X. La déception d’une attente financière : « Le préjugé défavorable du capital » (Léon Blum)

Texte intégral

1L’Accord tripartite, on l’a vu, confirme les gouvernants à conduire une politique financière extérieure libérale. Ils tentent, dans un premier temps, de maintenir la « lecture » reflationniste combinant dépenses, réformes sociales et libéralisme financier : la reprise économique — nationale, voire internationale — doit assainir les finances.

2Mais la contre-offensive socio-politique de l’automne, l’aggravation prévisible de la situation de la trésorerie, du fait de dépenses accrues de réarmement et de la défiance des porteurs de capitaux, l’insuffisance de la reprise, pourtant réelle, poussent les gouvernants, à l’aube de l’année 1937, à infléchir leur « lecture » du programme de Rassemblement populaire. Les débats internes à la coalition, le réveil de l’opposition, et, plus encore, la pression de certains experts de l’appareil d’État y contribuent. La « pause » apparaît comme un désaveu de la « reflation » : est-ce pour autant un retour à la politique d’« ajustement » de la dépense à la recette ?

I. COURIR TOUS LES LIÈVRES À LA FOIS (OCTOBRE-DÉCEMBRE 1936)

1. Une double pression interne.

3La dévaluation entraîne quelques remous à l’intérieur même de la majorité de Front populaire. Les critiques des députés radicaux et communistes ne les empêchent pas de voter la loi monétaire à la Chambre, mais les divergences entre les « lectures » du programme s’accentuent. Les socialistes se trouvent soumis à des sollicitations contradictoires de la part de leurs alliés.

• « Le Front populaire, c’est notre enfant » (Maurice Thorez).

  • 1 Georges Politzer, «La dévaluation et ses problèmes », Cahiers du Boichevisme, octobre 1936, p. 11 (...)
  • 2 IRM, Archives de l’IML, d.783, c.-r. de la séance du Comité central du 16 octobre 1936 (Ivry), p. (...)
  • 3 Idem, p. 51.
  • 4 Idem, p. 53-54.
  • 5 La Lumière, 19 septembre 1936.

4Sans minimiser la portée de l’accord monétaire, Georges Politzer, dans les Cahiers du boichevisme, n’y voit pas la conclusion d’une paix monétaire, mais d’un « simple armistice », et redoute qu’une « psychose de hausse » des prix ne vienne annuler les augmentations de salaires de juin1. En outre, le PC, ainsi que la CGT, attendent du Gouvernement la poursuite de l’application du programme. Le 10 septembre, avant même la dévaluation, la Commission administrative de la CGT demande d’activer l’application de la semaine de quarante heures, et la mise en route du programme de grands travaux. Les communistes souhaitent satisfaire la classe ouvrière, mais aussi les classes moyennes. En effet, les difficultés d’application des lois sociales adoptées en juin entraînent une reprise des grèves en septembre, avec parfois tentatives d’occupation, mais dans un contexte très différent de celui du printemps. Trois semaines après la dévaluation, Maurice Thorez signale devant le Comité central que « l’une des difficultés de l’heure présente » réside dans le fait « que le Front populaire a donné trop peu aux classes moyennes ». Il ajoute : « Voilà, maintenant, il n’y a plus de danger à droite, le danger fasciste semble éloigné en fait, sinon écarté, pour les petits-bourgeois (...) le danger apparaît à gauche, chez les ouvriers qui veulent nationaliser, soviétiser, occuper les usines »2. À cette date, le parti communiste, afin de ne pas accroître la peur des « classes moyennes », n’entend pas faire de surenchère sur le programme de Front populaire, mais ne veut ni en arrêter l’exécution, ni, a fortiori, limiter les « acquis » de juin. Il cherche à se montrer le défenseur fidèle de la charte de janvier : « Assurer le succès du Front populaire. Répétons que le but poursuivi, c’est d’éviter le fascisme (...). Le Front populaire (...) c’est notre enfant, il faut le rappeler, d’autant plus que cela nous permet d’élever la voix lorsqu’on manque au programme du Front populaire »3. Bien plus, face aux tentations ou aux tentatives de certains chefs d’entreprises de ne pas respecter les lois sociales, le dirigeant communiste en appelle à la prudence : « Tout en luttant pour les revendications économiques de la classe ouvrière, tout en luttant pour faire respecter les contrats, il faut prendre garde de ne pas tomber dans la provocation patronale. Il faut parler franchement ici. Nous n’avons aucun intérêt à ce que continue à se développer, en ce moment, le mouvement des grèves (...). Aucun intérêt non plus à ce que l’on occupe à nouveau les usines (...). Nous le devons pour (...) ne pas tomber dans le piège de la réaction et du patronat, pour (...) ne pas effrayer les éléments arriérés par une politique intransigeante »4. Georges Boris est allé dans le même sens, un mois plus tôt dans La Lumière, en parlant du « passif » des occupations d’usines, à savoir « le retrait du soutien moral dont la classe ouvrière a besoin, dans sa lutte, de la part des éléments non prolétariens. (...) Les forces de conservation sociale (...) ont décidé que l’épreuve de force aurait lieu sur la question des occupations d’usines »5.

  • 6 Cf. IRM, Archives de l’IML, d.783, c.-r. cité, p. 25 et suiv.
  • 7 Idem, p. 31.

5Les responsables communistes, fidèles à leur « lecture » antérieure, réclament l’application rapide des lois votées en juin-juillet (quarante heures ; grands travaux), et le vote des autres mesures sociales du programme (retraites, Fonds national de chômage, Caisse de Calamités agricoles). Ils insistent sur la grande disproportion existant entre les ressources et les dépenses probables, et sur la nécessité corollaire d’opérer une réforme fiscale, inspirée du système britannique, frappant les hauts revenus. À cette date, ils pensent encore qu’une véritable politique de fermeté face à Hitler, s’appuyant sur « les masses », aurait dispensé de proposer les quatorze milliards pour la Défense nationale, et allégé d’autant les charges de la trésorerie6. Mobilisation antifasciste, poursuite des réformes sociales, accroissement des ressources par des mesures fiscales rigoureuses, et recours éventuel au contrôle des changes, tels sont les éléments de la « lecture » communiste. Mais la voie est étroite. Le succès de cette « lecture » repose sur la mobilisation ouvrière et antifasciste, sur une stratégie « chaude ». Or, dans le même temps, il s’agit de ne pas accroître le « trouble des classes moyennes », constaté et redouté par Maurice Thorez devant le Comité central d’octobre7. La direction communiste souligne la contradiction entre les nécessités de la pression ouvrière, jugée indispensable pour la préservation et la poursuite des réformes, et celles de 1’«  alliance » avec les classes moyennes, non moins nécessaire pour combattre « les menaces fascistes ».

• Les réticences radicales.

  • 8 Cf. Serge Berstein, Histoire..., op. cit., t. 2, p. 486 et suiv.
  • 9 La Lumière, 19 septembre 1936.
  • 10 Le Populaire, 19 octobre 1936.
  • 11 William Bullitt, in For the President..., op. cit., p. 198, Bullitt à Roosevelt, 8 décembre 1936.

6À l’autre pôle, une partie des radicaux hésite sur la poursuite des réformes. Au congrès de Biarritz, une bruyante minorité met en cause l’alliance parlementaire avec les communistes, sans toutefois entraîner Édouard Daladier dans son sillage. Plusieurs s’inquiètent de l’ampleur des charges pour la trésorerie, ainsi que des conflits dans les entreprises8. Cette évolution reflète, pour une part, 1’«  alarme » des classes moyennes (G. Boris)9, en particulier des chefs de petites entreprises, devant la reprise des grèves et de certaines occupations. Léon Blum est conduit, à plusieurs reprises, à démentir les bruits qui se sont répandus au sujet d’un changement de majorité politique, excluant les communistes. Lors d’un discours, prononcé le 18 octobre à Orléans, devant Jean Zay et la fédération du parti radical, il souligne que le « concours des travailleurs groupés autour du parti communiste » est nécessaire pour « adapter amiablement et pacifiquement l’économie nationale »10. La correspondance entre William Bullitt et le Président Roosevelt nous apprend que les critiques communistes à l’égard de la politique espagnole, en particulier leur abstention lors du débat du 7 décembre 1936 à la Chambre, conduisent Édouard Daladier à presser Léon Blum de se séparer du PC, et de s’appuyer désormais sur une coalition allant jusqu’au centre11. Sans succès.

7Les socialistes, pris entre cette double sollicitation contradictoire choisissent, dans un premier temps,... de ne pas choisir.

2. La poursuite des réformes...

8On retrouve, dans des circonstances autres, des clivages, déjà notés lors de la conclusion du programme : une large fraction des radicaux souhaite freiner l’ardeur réformatrice, face au déficit financier ; les communistes entendent poursuivre les réformes sociales, en les appuyant sur les mesures de rigueur financière et monétaire contenues dans le programme ; les socialistes, eux, combinent des éléments présents chez leurs alliés : une volonté affirmée de mettre en œuvre les réformes sociales, avec le souci de ne recourir, ni à des mesures rigoureuses de prélèvement, ni à des décisions de contrainte financière ou monétaire.

• La reprise économique est perçue.

  • 12 La Lumière, 10 octobre 1936.
  • 13 Cf. Léon Blum, discours de Narbonne in Le Populaire, 26 octobre 1936. Pour les affirmations sur la (...)
  • 14 Le Populaire, 1er janvier 1937. Contrairement aux affirmations d’Alfred Sauvy, les variations sais (...)

9Dès le 10 octobre, Georges Boris annonce : « La reprise économique commence ». Il signale notamment : « Le reflux des capitaux a commencé- La hausse de titres en Bourse a été immédiate et considérable (...). La baisse du taux de l’intérêt, vainement poursuivie par les cabinets Doumergue, Flandin et Laval, est enfin réalisée par le ministère Blum »12. La « renaissance économique » (Léon Blum) a bien lieu, et, contrairement aux jugements trop abrupts de Paul Reynaud, repris par Alfred Sauvy, elle est perçue par les gouvernants, en particulier Léon Blum et Vincent Auriol13. Lors de son discours radiodiffusé du 31 décembre 1936, le président du Conseil, reprenant les informations données par son ministre des Finances quelques jours plus tôt, affirme que « la « reprise » est certaine » et en énumère les « indices » : « augmentation des recouvrements fiscaux et des recettes de chemins de fer, amélioration du commerce extérieur, élimination à peu près complète du chômage partiel, arrêt et régression du chômage total »14.

• Le maintien de la « reflation ».

  • 15 Ibid., 26 octobre 1936.
  • 16 Ibid.
  • 17 Cf. IRM, Archives de l’IML, d.784, c.-r. de la séance du 17 octobre 1936, p. 124.
  • 18 Cf. Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 136.
  • 19 AEF, B 33 194, doc. n° 48, Note pour le Ministre, s.d., s.a., 4 p.

10Les conditions d’adoption de la dévaluation confirment le souci de ne pas recourir au contrôle des changes, mais ne signifie pas l’abandon de la politique de « reflation ». Le 25 octobre 1936, à Narbonne, Léon Blum annonce, devant ses propres électeurs, qu’il compte saisir le Parlement en janvier de « quelques grands projets complétant l’exécution du programme de Rassemblement populaire »15, parmi lesquels l’assurance nationale contre les calamités agricoles, le fonds national de chômage — déjà promis le 13 août 1936, lors du discours de clôture de la session — et les retraites, ainsi que l’arbitrage obligatoire et la réforme fiscale. La dévaluation, en facilitant le retour des capitaux exportés, peut ainsi « compléter » la politique de reflation : « L’alignement monétaire (...) devrait permettre la baisse du taux de l’intérêt, la hausse des valeurs de bourse et notamment de la rente, une circulation plus active des capitaux, une stimulation de la demande, c’est-à-dire de la consommation générale »16. Maurice Thorez révèle, pour les seuls membres du Comité central, lors de la séance de clôture du 17 octobre, que Léon Blum, en le recevant le matin même, en compagnie de Jacques Duclos — comme le président du Conseil s’était engagé à le faire périodiquement — l’a assuré du démarrage prochain des grands travaux, de la mise en route de la réforme fiscale, et de l’adoption du système des retraites, dont les frais seraient couverts par la nationalisation des assurances, pourtant non inscrite dans le programme17. Il n’est pas question de « pause » à cette date, ne serait-ce qu’en raison de l’attente des effets de la reprise économique. Parallèlement, depuis le 7 septembre, le gouvernement se lance dans un vigoureux programme d’armement, estimé à quatorze milliards pour la seule armée de terre18. Les besoins de trésorerie, déjà importants malgré le boni de la dévaluation, vont donc s’avérer fort lourds, non pas dans l’immédiat — une note de trésorerie évalue seulement à 500 millions de francs les paiements au titre des grands travaux, et également à 500 millions de francs les paiements du programme d’armement, d’ici la fin de 193619 — mais au cours de l’année 1937, lorsque les programmes civils et militaires auront été effectivement engagés. Le gouvernement se donne donc trois ou quatre mois, à partir de la date de la dévaluation, pour que, selon le schéma reflationniste, la reprise économique entraîne, à travers les plus-values fiscales et la réinsertion dans le circuit des capitaux exportés ou thésaurisés, l’amélioration de l’état des finances publiques.

3. ... dans le libéralisme financier et la détente fiscale.

• L’incertitude à l’égard des capitaux.

  • 20 Cf. Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 99.

11Les socialistes étaient, par avance, convaincus que le contrôle des changes comportait plus d’inconvénients que d’avantages. L’accord tripartite les incitait en outre, même si ce n’est que sous forme d’engagement moral, à préserver et étendre la liberté des mouvements de capitaux20. Ils misent sur une politique libérale, qui réintègre dans le circuit les capitaux exilés ou thésaurisés, désormais attirés par l’alignement international du franc — présenté comme définitif — et par la reprise économique. Le gouvernement mène toutefois à l’égard des détenteurs de capitaux exportés une politique incertaine. La loi monétaire du 1er octobre oblige les possesseurs d’or à le livrer au tarif antérieur à la dévaluation ou à régler la différence. Les détenteurs de devises, eux, peuvent bénéficier de la prime de spéculation. Mais le 16 décembre, Vincent Auriol proroge les délais de déclaration jusqu’au 1er février 1937. Et, au même moment, il lance des obligations de la Défense nationale, divisées en deux tranches : l’une, réservée aux souscripteurs des bons du Trésor de juillet, et remboursable au bout de neuf ans, comprend une prime de 40 %, pour les dédommager des effets de la dévaluation. L’autre tranche est réservée aux porteurs d’or (certes estimée à la parité d’avant la dévaluation) mais assortie aussi d’une prime de 40 % lors du remboursement, trois ans plus tard seulement. Les épargnants, généralement modestes, de juillet étaient moins bien traités que les fraudeurs ou spéculateurs d’octobre. Le gouvernement pouvait difficilement à la fois condamner la spéculation passée, et attirer les capitaux qui l’avaient alimentée. Les hésitations, bien perçues par l’opinion, et soulignées par la presse d’opposition, signalaient le défaut de la cuirasse.

• La réforme Auriol et ses limites.

  • 21 Cf. Bernard Minot, « La réforme fiscale du 31 décembre 1936 », in États, fiscalités, économies, Pa (...)
  • 22 La réforme ne rapporte que 245 millions de francs sur les revenus supérieurs à 75 000 francs, d’ap (...)

12La réforme fiscale, menée à bien par Vincent Auriol, n’a pas pour objet d’accroître le prélèvement afin de soulager rapidement la trésorerie, mais, dans la perspective des projets antérieurs de la SFIO, de simplifier et d’alléger surtout les taxes indirectes, pour faciliter la reprise économique d’où, à terme, doit provenir l’amélioration des finances. Le 26 novembre, Vincent Auriol dépose, parallèlement au projet de budget de l’exercice 1937, un projet de réforme fiscale, qui prévoit une progressivité légèrement supérieure de l’impôt sur le revenu, et une taxe de 2 % sur les réserves. Mais la pièce maîtresse en est la suppression de la taxe sur le chiffre d’affaires et de quarante-trois taxes diverses, et la substitution corollaire d’une taxe unique de 6 %, au dernier stade de la production21. Malgré les critiques virulentes de l’opposition, notamment au Sénat, le ministre des Finances souligne combien la loi nouvelle est peu exigeante pour les hauts revenus22. Il tient à rassurer les possédants et n’envisage pas même l’application de la carte d’identité fiscale, pourtant adoptée en décembre 1933 par les Chambres, mais enterrée lors de l’arrivée de l’Union nationale, en février 1934.

4. À la croisée des chemins : « pousser le libéralisme » le plus loin.

13En cette fin d’année 1936, le gouvernement tente ainsi de concilier poursuite de la reflation et maintien des acquis de l’été, sans contrainte financière. Il pense mener de pair une politique de confiance et de libéralisme monétaire et financier, un effort relativement intense d’armement, une nouvelle vague de réformes sociales (et les dépenses qu’elles entraînent) contenues dans le programme, ainsi qu’un ensemble de mesures de détente fiscale. La « lecture » socialiste l’emporte encore : accroissement des dépenses sociales, sans aggravation du prélèvement fiscal, ni restrictions aux mouvements de capitaux.

• L’« abstention des masses épargnantes ».

  • 23 Cf. Europe Nouvelle, 1936, nos 978-979 et 980.
  • 24 Le Populaire, 1er janvier 1937.
  • 25 Ibid.

14Cependant, le retour des capitaux, effectif après la dévaluation, est limité et éphémère. Dès novembre, le mouvement s’inverse et s’accélère en fin d’année23. Parallèlement, le marché monétaire se dérobe aux appels du Trésor, malgré l’accroissement des dépôts bancaires. Léon Blum, à l’occasion de la nouvelle année, lance, à la radio d’État, un appel quelque peu angoissé aux « masses épargnantes », afin qu’elles ne « prolongent pas leur abstention ou leur inertie le danger mortel de la thésaurisation »24. Il en appelle à leur « confiance » : « Nous sommes fiers de la collaboration qu’ils [les travailleurs] nous apportent. Pourquoi les masses épargnantes et les détenteurs de capitaux nous refuseraient-ils la leur ? »25.

• L’ultime tentative.

  • 26 Ibid. ; souligné par nous.
  • 27 Discours du 1er octobre 1936, cité in L’Œuvre..., op. cit., p. 442.

15Comme gage, il tient à les rassurer sur ses intentions libérales : « N’est-il pas constant que nous avons poussé le libéralisme économique aussi loin que ne l’avait fait aucun autre gouvernement dans le passé, plus loin peut- être que ne l’aurait fait aucun autre gouvernement dans les conditions présentes ? »26. Non sans une certaine ambiguïté, Léon Blum reprend l’idée, déjà défendue à plusieurs reprises, en particulier devant le Sénat lors du débat sur la dévaluation, que 1’«  expérience Blum » représente l’ultime tentative « d’extraire de ces institutions, de cette société, de ce régime, tout ce qu’ils peuvent contenir d’ordre, de justice, de bien-être »27. L’appel est d’autant plus insistant que, contrairement aux espérances d’octobre, la reprise économique et la levée de l’hypothèque monétaire ne sont pas suivies d’un retour à l’aisance financière. Les débats sur le budget de 1937 et les perspectives de trésorerie qui en découlent conduisent le gouvernement à réviser sa position, soit en accroissant les ressources, soit en révisant les dépenses à la baisse. À l’aube de l’année 1937, il se trouve à la croisée des chemins.

16L’analyse reflationniste faisait reposer l’amélioration de la situation financière sur la reprise économique, non sur la réforme fiscale, destinée à alléger les prélèvements indirects. Mais au seuil de l’année 1937, le gouvernement se trouve placé face à des charges prévisibles accrues par les mesures de réarmement et de reflation décidées à l’été 1936. Pressé par les communistes d’accroître les ressources fiscales et de contrôler les sorties de capitaux, incité par les radicaux à réduire les dépenses, le gouvernement peut-il maintenir la « lecture » reflationniste du programme ?

II. DE LA « PAUSE » À LA CHUTE : L’ABANDON DE LA REFLATION (JANVIER-JUIN 1937)

1. Une « alternative de risques » (Léon Blum).

• L’importance des « capitaux rétifs ».

  • 28 JO, DP, CD, 1937, séance du 29 janvier, p. 771-772.
  • 29 AEF, B. 33 195, Note de trésorerie, signée Jacques Rueff, 26 janvier 1937, 15 p.
  • 30 Cité in L’Œuvre..., op. cit., p. 477.
  • 31 AEF, B. 33 195, doc. n° 14, Note pour le Ministre, s.a., 2 février 1937, 15 p. Cf. René Girauit, « (...)
  • 32 Idem, Note de Trésorerie, signée Jacques Rueff, 26 janvier 1937, 15 p.
  • 33 JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, intervention de Vincent Auriol, p. 111.

17La situation financière se dégrade assez brutalement au début de 1937, avec la fuite, de nouveau substantielle, des capitaux. Théoriquement secrètes, les opérations du Fonds d’Égalisation des Changes peuvent, en fait, se lire dans le bilan de la Banque de France et de la Banque... d’Angleterre. Pierre-Étienne Flandin peut proclamer, à la tribune de la Chambre, que le 29 janvier, le Fonds a épuisé ses possibilités d’intervention, tandis que l’encaisse de la Banque est tombée de plus de soixante-quatre milliards, le 16 octobre 1936, à moins de cinquante-huit milliards, à la fin de février28. De plus, le Trésor a dû opérer en janvier 1937 un milliard et demi de décaissements pour le remboursement des bons du Trésor et des bons de la Défense nationale29. Léon Blum reconnaît, dans son discours de Lyon, que la situation financière se caractérise encore par l’importance des « capitaux rétifs », émigrés et thésaurisés. Il réitère l’analyse reflationniste : « L’amélioration de la situation économique est dès à présent un fait acquis, et nous la verrons dans une phase seconde, dans une phase prochaine, se répercuter sur l’ensemble de la situation financière »30. Au même moment, un an après le précédent emprunt, Vincent Auriol doit de nouveau solliciter — officiellement au profit des réseaux de chemins de fer — la City, pour quarante millions de livres sur dix mois31. Ainsi la reflation, combinée à la dévaluation, a permis une certaine reprise économique, mais la situation financière est doublement préoccupante, à la fois du point de vue des réserves en devises et de la trésorerie. Or, outre le déficit ordinaire, estimé à quatre milliards et demi, il faut compter près de dix-sept milliards pour le Fonds d’investissement (dont neuf milliards et demi pour la Défense nationale et 5,4 milliards de grands travaux civils), et une dizaine de milliards pour les besoins des grandes collectivités et de la Caisse des Pensions32. En regard, les plus-values fiscales de décembre 1936 et janvier 1937 — par rapport aux mois analogues, un an plus tôt — n’atteignent pas 300 millions33. Et l’épargne n’a jamais fourni plus de vingt milliards, les années précédentes.

  • 34 Cité in L’Œuvre..., op. cit., p. 475.
  • 35 Cf. AEF, b. 33 195, doc. n° 53, Note pour le Ministre, 435 CD, signée Jacques Rueff, 7 juin 1937, (...)

18Face aux disparités entre les besoins et les ressources de trésorerie, le gouvernement se trouve soumis à des pressions contradictoires. Les débats sur les besoins de trésorerie pour 1937 ne manquent pas d’alarmer les milieux politiques et financiers, ainsi que l’opinion. Léon Blum, à Lyon, évoque pour son gouvernement une « alternative de risques », entre « la désaffection de la classe ouvrière » et « le rejet vers la réaction d’une fraction des classes moyennes et de la bourgeoisie »34. Du côté des organisations ouvrières, la CGT réclame l’ouverture effective des grands Travaux car, malgré le vote de la loi du 19 août 1936, la plupart des dépenses ne sont pas engagées au début de 193735.

• Au PC : une lecture intégriste du programme.

  • 36 Cf. les communiqués du BP du parti communiste des 17 et 31 décembre 1936 et les débats de la Confé (...)
  • 37 Cf. L’Humanité, 24 janvier 1937 et 5 février 1937 (propositions du PCF : « Justice fiscale »).
  • 38 Ibid., 24 janvier 1937.
  • 39 Le Populaire, 25 janvier 1937.
  • 40 « La reprise et ses problèmes », L’Humanité, 25 janvier 1937.

19Le parti communiste, de son côté, exige aussi le lancement effectif des grands Travaux, ainsi que celui de la Caisse de Calamités agricoles, l’institution du Fonds national de chômage et des retraites36. Pour assurer leur financement, il ouvre, en janvier 1937, une grande campagne pour une réforme du système fiscal, inspiré du système britannique (avec la création d’un impôt général sur le revenu, doté d’une surtaxe pour les revenus supérieurs à 100 000 francs, ainsi qu’un impôt spécial sur les sociétés), dont il espère un rendement supérieur à sept milliards37. À la Conférence nationale de Montreuil, le 22 janvier, Maurice Thorez rappelle l’attachement du PC à l’intégralité du programme, y compris sa partie financière, défend les nouvelles propositions fiscales, le Fonds national de chômage et, surtout, un système général de retraites38. Deux jours plus tard, Léon Blum, tout en ne cachant pas les difficultés financières, semble lui faire écho et affirme encore sa volonté de mettre sur pied le Fonds national de chômage, la Caisse de Calamités agricoles et la retraite des vieux travailleurs39. Peu après, Jacques Duclos présente les projets fiscaux du PC dans une page spéciale de l’Humanité, le 5 février 1937, intitulée «Justice fiscale», et insiste, à propos de la surtaxe, sur le fait qu’elle est inscrite dans le programme du Rassemblement populaire. Georges Politzer consacre également plusieurs des notes économiques du quotidien communiste à défendre les propositions fiscales, et conteste le raisonnement reflationniste en niant l’effet mécanique de la reprise sur les finances publiques : « Le système actuel des impôts où la taxation directe des revenus joue un rôle insuffisant, ne permet pas aux finances publiques de bénéficier de la reprise dans la même mesure où elles ont subi les conséquences de la crise »40.

• L’opposition et les experts : l’exploitation de la dévaluation et d’une double contrainte extérieure.

  • 41 AN, 74 AP 16, d.5, (Papiers Reynaud), extrait des débats parlementaires (Chambre des Députés) du 4 (...)
  • 42 Cité in Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 103.
  • 43 AN, 74 AP 19, d.4, extrait de La Presse, 3 mars 1937.
  • 44 JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, p. 113.
  • 45 Europe Nouvelle, n° 978, 7 novembre 1936, p. 1111.
  • 46 Ibid., p. 1113 ; l’auteur estime les dépenses publiques à deux fois le revenu national minimum de (...)
  • 47 Roger Auboin, « La politique contre la reprise », Ibid., p. 1155-1157.
  • 48 Ibid., Roger Auboin, « Front diplomatique et front économique », 12 décembre 1936, p. 1233.

20Mais, dans le même temps, une pression inverse s’exerce de différents horizons pour inciter le gouvernement à abandonner le reste des mesures sociales, et à continuer à ne pas appliquer la partie financière du programme. Une partie des radicaux, inquiets des charges de trésorerie, réclame la révision en baisse des dépenses civiles, tout en manifestant son attachement pour le maintien des liens avec les signataires de l’accord tripartite, ainsi que son refus de toute mesure de contrainte ou de prélèvement fiscal. Mais la pression la plus nette en ce sens provient de l’opposition politique et des experts. Dès la signature de l’accord tripartite, Paul Reynaud a marqué les contradictions entre dévaluation et poursuite de la reflation. Il répète inlassablement la même démonstration. L’accord de septembre 1936 impose une double contrainte extérieure, qui exerce une action négative sur deux éléments du programme de Front populaire : l’éventuel contrôle des changes et la poursuite des réformes sociales. Il résume ainsi sa pensée, à la tribune de la Chambre : « Cet accord suppose par définition que vous n’établirez pas le contrôle des changes, mais encore il vous oblige à faire une politique de libéralisme économique et financier »41. Non seulement l’accord tripartite implique le maintien de la liberté de mouvement des capitaux, mais il suppose, du fait de la relative modicité du taux de dévaluation du franc, de ne pas alourdir les prix de revient par la poursuite de la reflation. Le 17 décembre, à la Chambre, Paul Reynaud estime que la dévaluation ne peut pas exercer, en France comme ailleurs, ses effets salutaires, « du fait qu’(elle) n’est pas intervenue chez nous à l’état pur (...) mais qu’elle a été emmêlée, imbriquée dans toute la politique sociale que vous savez »42. De même que, au temps des gouvernements d’Union nationale, Paul Reynaud jugeait que la dévaluation aurait heureusement complété les mesures de déflation, sous Léon Blum, il affirme que « la politique de dévaluation (...) est une politique de sévérité. Elle comporte le respect de l’équilibre budgétaire »43. Parallèlement, plusieurs hommes politiques insistent sur la corrélation entre reflation et déficit financier. Ainsi, Joseph Caillaux qui, le 9 février au Sénat, interrompt Vincent Auriol pour déclarer : « Vous ne pouvez pas contester qu’une partie du déficit (...) provient de la politique de reflation, basée sur la théorie du pouvoir d’achat qui est (...) une absurdité »44. Plusieurs experts mettent aussi en garde les responsables politiques sur l’ampleur des dépenses et la faible marge procurée aux prix français par la dévaluation. Roger Auboin, dans l’Europe nouvelle, signale les difficultés pour « ouvrir un New Deal français », du fait qu’environ un tiers du revenu national français (estimé à 150 milliards pour l’année 1935) est prélevé par le budget ordinaire et extraordinaire, contre environ vingt pour cent aux États-Unis et en Grande-Bretagne, et vingt-cinq pour cent en Belgique45. Dans la même revue, Philippe Schwob, examinant successivement le cas des trois pays cités, ainsi que celui de la Suède, souligne le caractère relativement limité des grands travaux dans la reprise et, surtout, la part beaucoup plus faible qu’en France des dépenses publiques — et en particulier de la dette — dans le revenu national. Il conclut : « L’augmentation des dépenses de l’État en période de crise est excellente dans tous les cas où celles-ci n’étaient pas excessives déjà en période de prospérité »46. Les mêmes auteurs recommandent la prudence en matière de dépenses, afin d’alléger le marché des capitaux à moyen et long terme et faciliter la baisse des taux d’intérêt47. Roger Auboin conseille de s’en tenir à « l’équilibre convenable entre les différentes devises », obtenu depuis l’alignement de septembre. À la fin de l’année 1936, la résorption des disparités entre prix agricoles et industriels, prix de gros et prix de détail, prix-or français et prix-or étrangers, implique, selon lui, la nécessité de s’en tenir à un « palier », de définir un programme « fixant clairement les niveaux d’équilibre stables où l’on entend s’établir »48. L’«  incertitude » — liée à de nouvelles dépenses ou des hausses de salaires — lui paraît incompatible avec la reprise des affaires et la restauration du crédit.

GRAPHIQUE 6 BAISSE ET HAUSSE DES PRIX (1929-1936)

GRAPHIQUE 6 BAISSE ET HAUSSE DES PRIX (1929-1936)

(Source : Statistique Générale de la France. Base 100 en 1913ou 1914)

  • 49 AN, 74 AP 19, d.3, extrait de Ouest-Éclair, 15 décembre 1936.
  • 50 Idem, d.4, La Presse, 3 mars 1937.

21Au cœur de ces réflexions sur le poids — objectivement très lourd — du total des dépenses à venir, se mêlent des remarques, beaucoup plus « idéologiques », sur les contraintes de la dévaluation. En décembre 1936, Paul Reynaud annonce, lors d’une conférence à Angers : « Cette politique suppose le retour à la confiance »49. La hausse accélérée des prix à la fin de 1936 — en particulier des prix de détail — compromet la reprise, elle- même liée, selon lui, à la renaissance de la « confiance ». Il constate, au début de mars 1937 : « Nous n’assistons pas à cette renaissance de l’esprit d’entreprise que la dévaluation a provoquée partout ailleurs »50. L’opposition parlementaire et plusieurs experts tentent ainsi d’enfermer le gouvernement dans les contraintes de la dévaluation, dont certaines sont réelles (sur le contrôle des changes) et d’autres méritent discussion : ainsi, l’insistance sur le risque de surévaluation des prix français peut paraître exagérée, du fait de la difficulté des comparaisons internationales en matière de prix de revient (ne serait-ce qu’à cause du caractère défectueux des statistiques françaises, et de l’imbrication des différentes formes de protectionnisme). En outre, jusqu’au début de 1937, la marge entre prix mondiaux et prix français est plutôt favorable (cf. courbe, supra, page précédente). Mais en accréditant l’idée que l’accord tripartite impose l’abandon (outre de toute contrainte financière) de la poursuite des réformes sociales, l’opposition espère utiliser la dévaluation comme un coin pour faire éclater la coalition de Front populaire.

• Jacques Rueff, Cassandre ou Pilate ?

  • 51 AEF, B. 33 195, doc. n° 6, Note de Trésorerie, signée Jacques Rueff, 26 janvier 1937, 15 p.
  • 52 Idem.

22Des experts, au sein de l’appareil financier de l’État, pèsent dans le même sens, et vont même au-delà. Alors que les ressources consommées par la trésorerie (l’impasse) se sont élevées à trente-huit milliards en 1936, dès le mois de janvier 1937, Jacques Rueff, nouveau directeur du Mouvement général des Fonds, estime les besoins pour l’année à venir à plus de quarante-deux milliards, et souligne « l’ampleur exceptionnelle de l’effort demandé en 1937 ». Il envisage « la nécessité de procéder sans délai à une opération importante pour alimenter la trésorerie »51. Il laisse entrevoir quelque soulagement à l’étranger, en Grande-Bretagne, Suisse et même États-Unis, à propos desquels il évoque les « dispositions très favorables » des autorités. Mais il ne peut s’agir d’opérations dont le montant serait très élevé. Il menace, si les tendances ne sont pas favorables sur le marché financier et monétaire intérieur, de ne pouvoir assurer la couverture des besoins « sans le recours à des mesures qui risqueraient elles-mêmes de porter atteinte à la monnaie nationale »52. La suprême menace est brandie : l’inflation.

  • 53 Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 129-130.
  • 54 Ibid. ; cf. JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, p. 112, intervention de Vincent Auriol ; voi (...)

23Quant aux remèdes proposés, Jacques Rueff ne parle que de réduction des dépenses d’investissements, non sans une certaine ambiguïté : car il prétend lui-même que l’ampleur de l’impasse, telle qu’il la chiffre, rend illusoire la portée des économies proposées. Il raconte avoir rencontré Léon Blum, le 6 février, et lui avoir mentionné les quarante-deux milliards de déficit total pour l’année 1937. En fait, ce chiffre n’équivaut pas aux ressources que l’État doit se procurer, car il inclut aussi les emprunts des collectivités53. Il semble que le directeur du Mouvement général des Fonds ait voulu frapper le président du Conseil par le chiffre le plus élevé possible. Il ne peut (ou n’ose) mettre en cause le déficit ordinaire — largement tributaire des trois milliards supplémentaires au titre de la Défense nationale — ni la part du déficit extraordinaire lié au programme d’armement, et concentre ses attaques contre le programme de grands travaux civils54. Tel Cassandre, Jacques Rueff annonce une impasse considérable pour 1937. Mais tel Pilate, il semble se désintéresser du problème, puisque le remède proposé est, d’après lui, inefficace.

2. Les premiers pas vers les économies (janvier-février 1937).

• « Personne ne m’a apporté de solution » (Vincent Auriol).

  • 55 Documents Gaston Cusin (transmis lors d’une séance de travail du 30 janvier 1978, citée), Annexe L (...)
  • 56 Idem, p. 9.
  • 57 Idem, p. 9.
  • 58 Idem, p. 8.
  • 59 Idem, p. 6.
  • 60 Idem, p. 4.

24Dès la fin du mois de janvier, le ministre des Finances est alerté par l’exode des capitaux et les difficultés de trésorerie. Jean Saltes et Gaston Cusin rédigent pour lui, dès le 1er février, une « note sur la situation financière actuelle et les mesures qu’elle réclame », élaborée au sein du cabinet. Le diagnostic est alarmant : « La situation financière économique (sic) actuelle est extrêmement grave (...). Il ne reste qu’un temps très court qui se compte par semaines et peut-être par jours avant que la crise éclate »55. Signalant l’épuisement à la fois des réserves en devises du Fonds d’Égalisation des Changes et des ressources de la trésorerie (qui « couvrira tout juste l’échéance de février »), les conseillers du cabinet proposent à la fois « des remèdes immédiats, des mesures transitoires et des réformes profondes s’étendant sur l’avenir »56. Ils évoquent l’idée d’un « retour indispensable à l’équilibre financier, en établissant les prévisions de dépenses et de recettes sur une période de trois ans »57. Signalant l’impossibilité d’équilibrer les dépenses par les recettes fiscales, et l’aggravation corollaire de la dette, qui menace la valeur du franc, ils prévoient : « Dans la période d’activité économique relative qui s’annonce, il devrait être possible de tendre vers l’équilibre budgétaire complet, en demandant à l’Économie redressée l’effort fiscal qui sera nécessaire »58. Ils reprennent l’analyse reflationniste, aux termes de laquelle 1’«  effort fiscal » ne saurait précéder ; mais suivre la reprise, d’où le recours à l’emprunt pour l’immédiat. Ils proposent, outre une conversion forcée et un emprunt obligatoire sur les sociétés, une ouverture de crédits en livres ou en dollars pour le Fonds d’Égalisation, un « grand emprunt extérieur à moyen terme », en faisant jouer « la solidarité politique des Démocraties en face des menaces de guerre »59, l’abandon d’une parité fixe afin de déjouer la spéculation, le report sur 1938 d’une partie des crédits exceptionnels, l’accélération du recouvrement des impôts, ainsi que « la possibilité d’émettre en France un emprunt avec garantie de change »60. Glissement du franc, exploitation financière de l’accord tripartite, et émission d’un emprunt « attractif », dans l’attente de la reprise, tels sont les conseils de l’entourage du ministre.

  • 61 AEF, B. 33 195, doc. n° 27, Situation de la Trésorerie de l’État à la fin du 1er trimestre de l’an (...)
  • 62 JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, p. 111.
  • 63 Ibid., p. 112.

25Dès le 4 février, devant la commission des Finances, Vincent Auriol annonce une réduction de deux milliards sur le budget extraordinaire (un milliard sur le budget militaire et un milliard sur les grands travaux)61. Quelques jours plus tard, devant le Sénat, il annonce que le déficit serait aisément comblé, sans le budget extraordinaire. Il ajoute : « Personne ne m’a apporté de solution » ; dans la mesure où le recours à l’impôt lui semble « impossible », il en est réduit à l’emprunt et à la politique de « confiance », d’où la nécessité de « cesser d’alarmer l’opinion »62. Tout en confirmant l’ajournement d’un milliard de dépenses dans les paiements, il réaffirme son hostilité à tout contrôle des changes : « Nous ne voulons pas pratiquer la politique de l’isolement monétaire (...) nous enfermer chez nous loin du monde entier au moment où nos intérêts économiques, financiers et politiques nous inclinent à nous unir aux grandes démocraties »63.

• « Nous ne demanderons pas l’aman au capital » (Léon Blum).

  • 64 Le Populaire, 22 février 1937.
  • 65 Ibid. ; souligné par nous.
  • 66 Ibid.

26Quatre jours plus tard, Léon Blum prononce son discours fameux sur la pause. L’influence de Jacques Rueff a été, en fait, fort limitée. Avant même son entrevue avec Léon Blum, Vincent Auriol a été convaincu des effets insuffisants, en matière financière, de la reprise. Dans son discours de Saint-Nazaire, prononcé le 21 février, Léon Blum constate les effets de la reprise économique (résorption du chômage partiel, diminution du chômage total). Il ajoute : « Ce renouveau de vie économique, il aurait logiquement et normalement dû déterminer un commencement de confiance des capitaux »64. Mais il avoue se heurter au « préjugé défavorable du capital, favorisé et entretenu (...) par une campagne de presse et par les intrigues de l’adversaire »65. Il envisage la « pause » comme un « mouvement de répit », qui ne s’identifie toutefois ni à l’« amnésie », ni à la « stagnation » ; il cite encore le dépôt ultérieur du projet de loi sur le Fonds national de chômage66.

• Jacques Rueff : enfermer Vincent Auriol dans une politique de franc fort.

  • 67 AEF, B. 33 195, Note pour le ministre, 384 CD, signée Jacques Rueff, 19 février 1937, 11 p. Ce doc (...)
  • 68 Idem.
  • 69 Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 132.
  • 70 Ibid, p. 133.
  • 71 Ibid.

27Peu après l’annonce des premières économies, Jacques Rueff, dans une « note pour le ministre » datée du 19 février, semble encouragé par ce recul, pour formuler des critiques plus vives à l’égard des dépenses relatives aux grands travaux. Il juge l’ampleur du pas vers le rétablissement financier encore insuffisante, et conseille : « On peut réduire ou retarder toutes les dépenses de ranimation économique. Ces dépenses, du fait de la reprise, sont maintenant sans objet. La plupart d’entre elles ne sont pas encore engagées, leur suppression ne risque pas de provoquer du chômage. Il y aurait donc grand avantage à affirmer qu’en matière d’investissement on n’engagera des dépenses que dans la mesure où on sera assuré de pouvoir les couvrir par l’emprunt »67. Le directeur du Mouvement général des Fonds n’attend pas de ses propositions d’amélioration financière immédiatement comptable. Il en escompte un effet psychologique, c’est-à-dire politique : « Pareille déclaration jointe aux mesures effectives qu’envisage le ministre, serait de nature à faire naître l’impression qu’on ne sortira pas du domaine du possible, autrement dit que l’on ne s’exposera pas à n’avoir pour le financement du programme de grands travaux d’autres ressources que l’inflation »68. Quelques jours plus tard, dans une note à Vincent Auriol, il se montre encore plus pressant : « Il n’y a (...) aucun moyen d’échapper à la nécessité d’un effort tendant à l’allégement des charges qui pèsent sur le Trésor »69. En dehors de 1’« allégement des charges », il ne voit que le contrôle des changes (illusoire, selon lui, car il ne fait que retarder la dépréciation monétaire) ou un glissement du franc, qui ne pourrait suffire à corriger le « déséquilibre de la Trésorerie », tellement ce dernier est important. Et le 27 février, Jacques Rueff écrit pour son ministre « qu’il n’y a pas actuellement de problème monétaire ; il y a un problème de trésorerie »70. Il multiplie les formules d’orthodoxie monétaire et financière : « Il n’est pas concevable que l’on puisse pendant une période tant soit peu prolongée dépenser plus que l’on encaisse. C’est un état qui conduit aux pires désordres » ; et, visant de nouveau les dépenses de grands travaux, il précise : « Si l’on peut à la rigueur justifier l’excès de la dépense par le désir de ranimer la vie économique, on ne peut vouloir continuer à employer la même méthode lorsque le résultat que l’on avait en vue semble atteint »71.

  • 72 Ibid.
  • 73 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 150.
  • 74 Cf. Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 135.

28Le directeur du Mouvement général des Fonds, averti des intentions gouvernementales, accentue ses remarques déflationnistes. Il recommande à son ministre tout à la fois, le maintien du franc à sa parité la plus élevée de 105 francs pour une livre, et la réduction du déficit du Trésor « dans la limite des emprunts possibles »72. Mais, dans le même temps, il ne propose aucune ressource nouvelle et suggère l’abandon des seules dépenses civiles du budget extraordinaire, qui ne représentent, après l’amputation du 4 février, qu’environ dix pour cent de l’impasse. Est-ce à dire que cette politique d’« ajustement » de la dépense aux ressources supposait une réduction des crédits neufs d’armement, ce que Jacques Rueff ne pouvait ou n’osait explicitement affirmer, comme le démontre Robert Frank ?73 De toute façon, l’équilibre comptable semblait assez hors de portée. La démarche suggérée a davantage une vertu symbolique, donc politique : affirmer l’abandon du programme de Front populaire74. Il n’ignorait pas que la CGT et le PC ne pourraient accepter sans ciller un tel revirement : n’y a-t-il pas chez lui l’arrière-pensée d’un changement de majorité politique ?

• L’opposition : pour un « Luna Park » économique et social.

  • 75 JO, DP, CD, 1937, séance du 5 février, p. 378.
  • 76 Ibid
  • 77 Ibid., séance du 26 février, p. 773-774.
  • 78 Ibid., p. 779.
  • 79 Ibid. Lors de la même séance, Joseph Laniel raille : « Pour l’État, le dogme officiel, c’est que l (...)

29L’opposition parlementaire se montre, elle, beaucoup plus explicite. Faisant référence aux déclarations de Vincent Auriol prononcées la veille, Paul Reynaud se félicite à la Chambre, le 5 février : « Il m’a paru — et je m’en réjouis — que vous laissiez provisoirement en sommeil la théorie du pouvoir d’achat »75. Pierre-Étienne Flandin, quant à lui, pose à Léon Blum la question d’un éventuel changement de majorité parlementaire. Faisant allusion aux écrits et déclarations de Léon Jouhaux sur d’éventuelles nationalisations (crédit, assurances, chemins de fer) ou de Paul Faure sur la conscription des fortunes, il reprend les propos de Léon Blum, et réclame un coup d’arrêt sans équivoque : « Si vous n’avez pas obtenu la reprise financière, est-ce dû à certaines erreurs de technique commises au moment de la dévaluation ? Non, c’est à cause du préjugé défavorable du capital (...). L’insécurité de la propriété entraîne aujourd’hui l’échec technique et moral de la politique de reflation »76. Et, le 26 février, il incite Léon Blum à aller plus avant dans la voie de la « pause » : « J’ai (...) écrit que la politique de non-intervention préparait la politique de confiance (...). Certains avaient donc pu estimer que vous diriez à Saint-Nazaire à cette classe ouvrière qui vous écoute comme son Messie : pour la paix, (...) il faut momentanément renoncer à notre programme de lutte et de contrainte (...) que vous la convaincriez, comme vous l’aviez persuadée à Luna Park que pour sauver la paix en Europe, il fallait au besoin, se résigner peut-être à sacrifier la République espagnole »77. Lors de la même séance, Paul Reynaud triomphe : « La pause est un recul général de la doctrine du pouvoir d’achat », et, faisant allusion aux analyses reflationnistes de naguère : « C’est la réhabilitation timide et tardive de l’équilibre budgétaire qu’on appelait hier encore l’équilibre papier »78. Il enfonce le clou : «Voici donc vos deux politiques : la politique de l’accord tripartite d’un côté, la politique de hausse des prix de l’autre, deux politiques qui sont lancées l’une contre l’autre à la vitesse de deux trains rapides (...). Les événements, eux, ne font pas la pause »79.

30L’opposition parlementaire cherche à démontrer que la poursuite de la hausse des prix conduit au contrôle des changes, donc à l’autarcie et à la dictature. Elle fait pression pour obtenir du gouvernement, après l’infléchissement de la politique extérieure en Espagne, l’abandon de la politique économique et sociale : ainsi, la cohésion du Front populaire, déjà entamée par le discours de Luna Park, serait gravement compromise.

• « Il y a, en effet, une contradiction »... (Léon Blum).

  • 80 Ibid., p. 786.
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid., p. 787 ; cf. Jean Bouvier, « Le contrôle des changes... », art. cité.

31Le président du Conseil reprend, dans son intervention du 26 février, les éléments du discours de Saint-Nazaire et la logique reflationniste : « L’aisance économique appellera à elle, à l’inverse de ce qui s’est passé dans certains autres pays, l’aisance financière et l’aisance monétaire »80. Il donne raison à Paul Reynaud, quant à la contradiction entre l’accord tripartite et le programme de Front populaire, mais il ne la retient que sur le terrain financier : « Peut-être la pente de notre politique intérieure nous mènerait-elle logiquement vis-à-vis de l’exportation des capitaux et de la spéculation qui l’accompagne, à des mesures de coercition... Mais, il y a, en effet, une contradiction entre des mesures de cette nature et notre politique internationale, telle qu’elle s’est manifestée dans la recherche d’une communauté d’action avec les grandes nations anglo-saxonnes et dans la signature de l’accord monétaire de septembre, politique qui tend à rendre leur activité et, par conséquent, leur liberté aux échanges internationaux »81. Déjà, lors de son entretien avec Jacques Rueff, tel que relaté par ce dernier, Léon Blum a indiqué qu’il ne recourrait pas au contrôle des changes, « parce qu’il aurait pour effet de distendre les liens qui nous unissent aux démocraties anglo-saxonnes, liens qui sont essentiels au développement cohérent de notre politique extérieure »82.

32À cette date, on l’a vu, Léon Blum n’espère plus des avantages commerciaux, monétaires et financiers directs des puissances anglo-saxonnes. Même si l’accord tripartite lui impose plus de contraintes — absence de contrôle des mouvements de capitaux, impossibilité d’un glissement substantiel du franc — qu’il ne lui procure d’avantages immédiats, sans doute tient-il à laisser la porte ouverte à d’éventuels rapprochements politiques ultérieurs. Mais il paie le prix fort pour cette attente, déçue jusque-là par les réflexes isolationnistes de Washington et le superbe égoïsme londonien. Il attend de la reprise économique, associée à l’annonce des mesures « libérales » de la pause, l’engagement des « capitaux rétifs », la fin du « préjugé défavorable du capital ». Pour cela, il renonce définitivement aux mesures financières incluses dans le programme et suspend, jusqu’à l’amélioration de la situation des finances publiques, l’adoption des mesures sociales annoncées. Il ne va pas jusqu’à abandonner la perspective de les appliquer un jour, comme l’opposition le presse de le faire. Le 26 février, à la Chambre, il fait encore référence au projet de Fonds national de chômage et précise : « La période d’après pause reste commandée par le programme actuel du gouvernement ». Une telle proclamation ne peut toutefois faire illusion : il s’agit bien davantage d’une affirmation générale à valeur politique, destinée à préserver la cohésion entamée du Front populaire, qu’un engagement effectif.

3. La pause et ses enjeux (mars-avril 1937).

33Un mois après les premiers pas, le Conseil des ministres du 5 mars 1937 décide un ensemble de cinq mesures convergentes, véritable contenu de la pause.

• La mort des Grands travaux civils.

  • 83 Cf. AEF, B. 33 195, doc. n° 27, cité (cf. supra note 5, p. 300) et Idem, doc. n° 37, Note de Tréso (...)
  • 84 Idem, prévisions pour la Trésorerie de l’État (1er avril/31 décembre 1937), s.a., s.d., 3 p.
  • 85 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 151.
  • 86 Pierre Saly, La politique..., op. cit., p. 376.
  • 87 AN, F60 638, d. « Grands travaux » ; cf. également Raymond Abellio, Ma dernière..., op. cit., t 2, (...)
  • 88 AEF, B. 33 195, doc. n° 51, à la main : « Note établie par M. Rueff pour M. Georges Bonnet », L’in (...)
  • 89 Raymond Abellio, Ma dernière..., op. cit., t. 2, p. 274. Il écrit : « le ministère des Finances, b (...)

34Tout d’abord, une série d’abattements sur le budget extraordinaire, de l’ordre de près de six milliards (5,850 milliards exactement), touchant surtout les dépenses civiles : abattement de deux milliards sur le programme de grands travaux (inscrit pour 5,385 milliards dans la loi de finances du 31 décembre 1936) et de 800 millions sur les opérations du Plan Marquet et les crédits HBM83. Après quelques hésitations, une note de trésorerie de la fin avril signale que les premiers abattements annoncés par Vincent Auriol « anticipaient » sur les abattements décidés un mois plus tard84. Comme Robert Frank le démontre avec rigueur, la « pause » en matière d’abattements fut civile et non militaire85. Cela entraîne la fin des Grands travaux — l’un des points du programme les plus attendus par la CGT et le PC — avant même qu’ils aient connu un véritable commencement d’application. Une note de Jacques Rueff de juin 1937 précise que la loi du 18 août 1936 prévoyait un programme global de vingt milliards sur quatre années, dont six milliards de crédits seulement avaient été engagés. Mais, à la chute du gouvernement Blum, on ne compte que 500 millions de paiements pour 1936 et deux milliards pour 1937. Comme le signale Pierre Saly, « la montagne accouchait d’une souris ». On est loin des espoirs de 193586. En avril, il est créé à la présidence du Conseil, sous l’autorité de Jules Moch, un service de coordination des Grands travaux, qui privilégie les opérations à Paris et dans le département de la Seine. On a retrouvé quelques-uns des dossiers de ces chantiers dans les archives de la présidence du Conseil87. Il s’agit, le plus souvent, d’opérations limitées. Jacques Rueff précise, dans une note établie pour Georges Bonnet, qu’il a été prévu, le 1er avril, lors d’une réunion à Matignon, en présence de Jules Moch, 1,250 milliard d’engagements de dépenses pour une année, ce qui représente le travail de treize à vingt mille personnes88. Outre ces abattements, le gouvernement s’interdit, à l’avenir, d’introduire auprès du Parlement des demandes nouvelles de crédits. C’en est fini de la poursuite du programme et de la politique de reflation. Ainsi, Jacques Rueff obtient gain de cause, par le sacrifice des dépenses civiles sur l’autel de l’orthodoxie budgétaire et du désengagement libéral de l’État. Georges Soulès raconte, dans le second volume de ses Mémoires, comment, jeune ingénieur préposé aux grands travaux, il se voit signifier par Vincent Auriol, en présence de Jacques Rueff, l’amputation profonde des projets initiaux. Ce jour-là, il prend conscience que, des deux personnages, l’homme fort n’est pas le ministre89.

• Libéralisme financier et séduction du capital.

  • 90 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 106.
  • 91 Ibid.
  • 92 Documents Gaston Cusin (séance de travail du 30 janvier 1978, citée), Annexe V, revue de la presse (...)

35La loi du 10 mars comprend également trois autres mesures. Tout d’abord, le lancement d’un emprunt de dix milliards, à garantie et option de change. Les épargnants, et parmi eux, les spéculateurs à la baisse du franc, bénéficient ainsi d’une sécurité, d’une sorte d’échelle mobile sur la valeur de la monnaie, tandis que les salariés se voient privés d’une telle garantie, par la reconduction pure et simple, pour six mois, des conventions collectives de travail. Un véritable « brevet de civisme », pour ceux qui ont conservé de l’or90. Parallèlement, les restrictions de la loi du 1er octobre sont toutes supprimées, et liberté totale est rendue à l’importation et au commerce de l’or. Le gouvernement accrédite ainsi l’idée, résumée par Paul Reynaud, que les mesures de contrainte sont sans objet, car « la souricière est vide ». Un article de la même loi écarte pratiquement le recours au contrôle des changes, puisqu’il est désormais soumis au vote d’une loi, donc à l’aval du Sénat. Pratiquement, cela ne modifiait guère la situation par rapport aux décisions passées — le gouvernement n’a jamais songé à recourir au contrôle des changes, en dépit du programme — mais cela accentuait les contraintes pour l’avenir. Enfin, « à la stupeur des communistes », le Fonds d’Égalisation des Changes est placé sous le contrôle d’un comité d’experts composé, outre Émile Labeyrie, de Charles Rist, Jacques Rueff et Paul Baudoin, président de la Banque d’émission de l’Indochine91. Le gouvernement mise sur une politique financière libérale et espère le retour des capitaux pour assurer le financement des charges de trésorerie, dans lesquelles les dépenses extraordinaires d’armement pèsent désormais très lourd (et représentent près d’un tiers de l’impasse totale). Il escompte la reprise, mais elle-même dépend désormais largement des initiatives des entrepreneurs privés, puisque les dépenses civiles de travaux sont fortement amputées. Dans quelle mesure les capitaux peuvent-ils refluer ? Le Daily Herald du 6 mars évoque les éléments contradictoires de la réponse. En faveur du retour, certes, la certitude d’un bénéfice. Mais deux mobiles, d’ailleurs non exclusifs, demeurent pour préférer l’exil, « le préjugé politique contre le gouvernement » et « la crainte d’une nouvelle dévaluation » (d’autant moins improbable que Vincent Auriol et Léon Blum ont suivi Jacques Rueff dans son refus de laisser glisser le franc)92. Entre ces deux types de sollicitations, on peut supposer l’affrontement probable entre la perception du profit immédiat, et celle des intérêts à plus long terme.

• « Les masses ont toujours essayé la solution la plus facile » (Maurice Thorez).

  • 93 L’Humanité, 4 mars 1937, discours de Magic City.
  • 94 IRM, Archives de l’IML, d.814, c-r. de la 1re séance du Comité central du 12 mars 1937, p. 242 et (...)
  • 95 Idem, p. 143.
  • 96 Idem, p. 272.
  • 97 Idem, p. 146.
  • 98 Idem, p. 245 ; Thorez fait allusion à certaines propositions socialistes au sujet d’un « avenant » (...)
  • 99 Idem, p. 260.

36La « pause » accroît les divergences d’interprétation du programme entre le gouvernement et le PC. La semaine après le discours de Saint-Nazaire, Maurice Thorez fait écho à Léon Blum : «La pause aux trusts »93. Les communistes continuent à réclamer la poursuite des mesures sociales — en particulier le système des retraites — ainsi que l’application de mesures fiscales et financières rigoureuses. Toutefois, Maurice Thorez, lors de la séance du 12 mars du Comité central, souligne que le PC se trouve en position difficile, du fait de la non-participation, et invite à la prudence, afin de préserver la cohésion du Front populaire : « Nous ne défendons pas le Front populaire seulement parce qu’il est notre enfant, mais parce que les masses l’ont adopté (...). Volontiers, j’appliquerai aux communistes la formule de Napoléon à ses soldats : « Il faut grogner, mais il faut marcher », alors qu’il y a des camarades qui pourraient être tentés non seulement de grogner, mais de ne plus marcher »94. Il souligne l’intérêt de 1’«  unité idéologique » avec la CGT, notamment sur les luttes revendicatives et la défense du programme de grands travaux « qui paraît être abandonné purement et simplement par le gouvernement »95. Il précise que l’impact des communistes ne provient pas de leur représentation parlementaire, mais de leur présence, en voie d’être hégémonique, dans la CGT réunifiée : « S’il n’y avait pas la CGT unifiée (...) malgré nos 72 élus nous ne pèserions pas lourd en ce moment dans la balance »96. Il signale d’ailleurs que le souci de conserver des contacts étroits avec la CGT a conduit la direction du PC à modifier son attitude à l’égard des nationalisations : « Si nous avons, dans la dernière période, accordé une certaine attention aux questions de nationalisations, de certaines nationalisations, c’est aussi pour trouver un rapprochement avec la CGT »97. Mais la voie est doublement étroite, car, d’une part, il défend l’image du PC gardien fidèle de la charte de janvier 1936, sans tentation de surenchère (« Si on nous dit, comme on tente de le faire « si vous aviez accepté les nationalisations que nous proposons », nous répondrons « qui peut le plus, peut le moins, vous nous parlez de nationalisation, appliquez seulement le programme »), et, d’autre part, il recommande d’« activer les masses » pour soutenir les revendications, sans rien faire toutefois qui puisse entamer l’attachement au Front populaire, donc éviter les critiques trop ouvertes de la pause98. Position délicate, d’autant plus que les dirigeants du PC savent l’audience recueillie par l’équipe gouvernementale, à travers les réformes de l’été 1936. Thorez souligne que la lecture socialiste de 1936 du programme dispose encore d’une forte audience, du fait de son caractère attractif : les réformes sociales sans contrainte financière. Il commente : « Les masses ont toujours essayé la solution la plus facile »99. Le dirigeant communiste relève la contradiction entre l’optimisme reflationniste de la SFIO en 1936, qui négligeait l’accroissement des ressources financières, et le pessimisme de la pause de février 1937, qui incite à surseoir à toute réforme, à cause des difficultés de trésorerie. Mais, entre ces deux dates, le poids du réarmement, qui compte pour près de dix milliards dans les charges de 1937, est venu alourdir les dépenses. Et les estimations les plus optimistes sur les ressources attendues du projet fiscal communiste (7 milliards) — sans évoquer la question des délais de mise en place de la réforme — ne peuvent à elles seules combler le fossé.

4. La Trésorerie aux abois et la chute (mai-juin 1937).

• Une « éclaircie de très brève durée ».

  • 100 AN, 74 AP 16, d.5, coupure du Petit Parisien, 6 mars 1937, Conférence aux Ambassadeurs.
  • 101 Le Temps, 7 mars 1937.
  • 102 JO, DP, CD, 1937, séance du 9 mars.
  • 103 Cité in Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 135.
  • 104 Ibid.

37L’opposition politique ne manque pas de souligner l’aveu de l’échec de la reflation. Paul Reynaud, à la plume toujours acérée : « La devise du programme financier de la France est aujourd’hui : à droite, alignement (...) Le gouvernement de Front populaire adore ce qu’il brûlait hier »100. Le Temps nuance : « On ne va pas encore tout à fait à la déflation, mais on arrive cependant aux économies, ou tout au moins à une stabilisation des dépenses »101. Dès l’annonce de la pause, on a vu que les leaders de l’opposition escomptaient un abandon du programme, voire de la majorité de Front populaire. Ils se sentent désormais encouragés à aller plus loin, et à réclamer la révision de certaines lois, votées lors de l’été précédent. Paul Reynaud donne le ton : « Vous faites l’union sacrée autour de l’emprunt : c’est très bien, mais il faut que vous réalisiez aussi l’union sacrée autour de la production, car sans elle vous ne sauverez pas la monnaie »102. Alors que la reprise industrielle s’essouffle, l’accusé principal est désormais la loi des quarante heures, dont les décrets d’application sont adoptés progressivement pour les différentes branches, à partir de novembre 1936. Le débat politique ne fait pas seulement référence à l’abandon des mesures financières, et à l’arrêt des réformes sociales, mais au retour sur les mesures passées. Les experts poussent également le gouvernement à aller plus loin dans le sens déflationniste. Le Comité du Fonds de Stabilisation transmet, le 19 mars, une note dans ce sens et parle d’« éclaircie... de très brève durée », sans « l’abandon d’habitudes de facilité et de prodigalité vieilles de plusieurs années »103. Trois semaines plus tard, les « Trois » réclament « un plan à longue portée et à but nettement défini, si l’on veut s’assurer le concours indispensable des épargnants »104.

  • 105 AEF, B. 33 195, doc. n° 15, cité ; cf. Idem, doc. n° 48.
  • 106 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 156.
  • 107 Cf. AN, 74 AP 19, d.4 « Presse 1937-1939 », coupure des débats de la séance du 29 juin 1937 à la C (...)
  • 108 Cf. Documents Gaston Cusin, (séance de travail du 30 janvier 1978, citée), annexe M, note du 27 ju (...)

38Dans les faits, 1’«  éclaircie » a été effectivement brève. L’emprunt à garantie de change, quoique fort coûteux à l’avenir pour le Trésor, rapporte dans l’immédiat près de huit milliards en deux tranches, parmi lesquels, d’après Jacques Rueff, cinq milliards « semblent provenir du rapatriement de capitaux »105. Si ces ressources nouvelles sont loin d’être négligeables, elles ne peuvent cependant suffire à assurer la couverture des charges de trésorerie, même allégées par la pause : en effet, les paiements au titre des dépenses militaires extraordinaires augmentent considérablement en juin106. Avant cela, dès avril, les sorties de capitaux succèdent à l’éphémère reflux. Lors du débat du 29 juin à la Chambre, il est fait mention de sept milliards d’or, qui auraient été retirés au cours du même mois, soit davantage que les capitaux attirés de l’extérieur par l’emprunt107. Il ne semble pas qu’il y ait eu de conditions économiques et monétaires objectives à jouer la baisse du franc108.

• Le plan Rueff et la démission des experts.

  • 109 AEF, B. 33 195, doc. n° 53, Note pour le Ministre, signée Jacques Rueff, 435 CD, 7 juin 1937, 13 P
  • 110 Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 136.
  • 111 AEF, B. 33 195, Note sur l’alimentation de la trésorerie, signée Jacques Rueff, 438 CD, 11 juin 19 (...)
  • 112 Cité in Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 109.
  • 113 Expression de Gaston Cusin, lors du Colloque « Léon Blum, chef du gouvernement 1936-1937 » (Paris, (...)

39Jacques Rueff donne l’alarme, le 7 juin, parle d’un déficit de trésorerie « hors des possibilités » (il l’estime alors à trente-neuf milliards), de « catastrophe inévitable », et propose d’« interdire immédiatement tout engagement de dépenses nouvelles au titre des travaux civils »109, ce qui réduirait les paiements pour 1937 aux deux milliards résultant des engagements au titre de la loi du 18 août 1936, auxquels s’ajouteraient environ 385 millions de paiements (au lieu du total des trois milliards, issus de la pause). Quatre jours plus tard, il constate : « Le Trésor est à bout de ressources », et conseille, malgré « les inconvénients psychologiques » de l’opération, le recours aux avances franches de la Banque de France, afin de mettre « le Parlement en face de ses responsabilités »110. Il propose un plan de trois ans, comportant à la fois « augmentations des recettes et diminution des dépenses »111. Les « experts » Charles Rist et Paul Baudoin partagent ces vues, démissionnent le 14 juin, et font état dans leur lettre de la nécessité « d’un plan d’ensemble, comprenant un relèvement sensible des impôts à rendement immédiat, d’importantes augmentations de tarifs industriels et concédés, une liberté plus grande laissée aux mouvements du franc »112. En « craquant » ainsi dans les mains du gouvernement tout en parlant de dévaluation inévitable, les experts — y compris Jacques Rueff qui, sortant de sa réserve, joint sa signature à celle de ses deux collègues — ne peuvent qu’aggraver la spéculation contre le franc, et accélérer les sorties de capitaux113.

• Le plan du cabinet Auriol.

  • 114 Documents Gaston Cusin (séance de travail du 30 janvier 1978, citée), Annexe N, 22 p.

40Parallèlement, le cabinet de Vincent Auriol lui propose, également le 7 juin, un plan de trois ans114. Ce plan contient un certain nombre de similitudes et de différences avec le plan Rueff. Au rang des similitudes, des réductions de dépenses : la limitation des dépenses d’armement pour les trois années, ainsi que l’arrêt des engagements pour le programme de grands travaux sur 1937, et la substitution du plan élaboré au ministère de l’Économie nationale (plan Million), en faveur de la réparation d’immeubles. Ainsi, seraient allégées les charges de la trésorerie au titre du budget extraordinaire. Parmi les augmentations de recettes suggérées, on trouve aussi des relèvements de tarifs publics (tabac et PTT en particulier). L’objectif consiste à équilibrer le budget pour 1938. Enfin, la perspective fondamentale demeure libérale : il est toujours question de provoquer le retour des capitaux, sans recourir au contrôle des changes.

  • 115 Idem, p. 4.
  • 116 Idem, p. 22.
  • 117 Idem, p. 20.
  • 118 Idem, p. 18 ; souligné dans le texte.

41Des différences toutefois. Les propositions ne se situent pas dans la perspective d’une « pause » élargie, mais font référence au maintien, et même à la poursuite des réformes sociales : il est notamment question de la « retraite pour les vieux travailleurs » — compensée par une demi-journée de travail par mois — de 1’«  échelle mobile des salaires », ainsi que du maintien des quarante heures avec « assouplissement »115. D’autre part, outre la hausse des tarifs publics, il est également proposé d’accroître la fiscalité directe, en particulier l’impôt sur les revenus des sociétés. En conclusion, il est affirmé : « L’équilibre budgétaire de 1938 pourra s’établir grâce à l’élévation du tarif sur la fortune acquise et sur les trusts, plus que sur la consommation »116. Il est aussi question de demander aux entreprises de fournir un « bilan type » pour « obtenir les avances et les crédits des banques contrôlées par l’État », ainsi que d’adresser à la Banque de France une situation mensuelle des investissements, qu’il s’agit de favoriser, en réformant notamment le Crédit national et en abaissant le taux d’intérêt à moyen terme117. Enfin, « en compensation de charges sociales et fiscales », il est prévu de rétablir la protection douanière au niveau d’octobre 1935 (et même de l’accroître légèrement) en revenant sur les dégrèvements d’octobre 1936 et en substituant — sauf pour les produits agricoles — des droits majorés au système des contingentements (afin d’éliminer les surprofits des détenteurs de licence). Il est proposé d’appliquer le tarif minimum « aux seuls pays dont les conditions monétaires et sociales sont analogues à celles de la France »118.

  • 119 JO, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 1937, séance du 10 juin.
  • 120 Loi du 9 juillet 1937.
  • 121 Documents Gaston Cusin, Annexe M, note du 27 juin 1937, 7 p.

42Les conseillers de Vincent Auriol, prenant acte de l’échec de la tentative française — timide, on l’a vu — de démobilisation douanière, et inquiets du déficit commercial, proposent un renforcement du protectionnisme. Et le 10 juin, Charles Spinasse, tout en déclarant qu’il le déplore, défend devant la Chambre le projet de loi accordant au gouvernement le pouvoir de modifier par décret le tarif douanier. Paul Reynaud s’indigne : « Tout l’accord tripartite est remis en question »119. Le vote définitif de la loi interviendra après la chute du gouvernement Blum120. Huit mois après l’accord tripartite, en contradiction avec ses orientations, il est vrai très formelles, l’équipe gouvernementale renforce, sur le terrain commercial, la fermeture du marché national. En revanche, en matière de circulation de capitaux, il n’est pas question de contrôle des changes. Une semaine après la chute du gouvernement Blum cependant, une note, signée par quatre anciens membres du cabinet Auriol, évoque la nécessité de mesures destinées à remédier aux sorties de capitaux, et, parmi elles, « une surveillance des opérations de change et un relèvement des marges de couverture exigées pour les opérations à terme sur devise, permettraient d’éliminer les transferts non justifiés par des besoins commerciaux »121. Même si les termes n’étaient pas prononcés, le contrôle des changes n’était plus très loin.

• La fin.

  • 122 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t 2, p. 109.

43Le lendemain de la démission des « experts », Léon Blum et Vincent Auriol demandent les pleins pouvoirs financiers jusqu’au 31 juillet. Ils s’inspirent de certaines propositions du cabinet Auriol, et semblent aller plus loin dans le sens du contrôle des ressources bancaires et de la lutte contre la spéculation. Au cours des débats à la Chambre, le gouvernement doit préciser dans le projet que la dévaluation comme le contrôle des changes sont explicitement écartés, ce qui n’empêche pas Paul Reynaud d’écrire que « Léon Blum (...) se prépare à exercer des violences sur l’économie capitaliste »122. La Chambre vote les pleins pouvoirs, mais le Sénat, emmené par Joseph Caillaux — qui, au cours du débat, reproche à Léon Blum de ne pas avoir « de la terre de France à ses souliers » — repousse le texte, entraînant la démission du premier gouvernement de Front populaire, le 22 juin, à trois heures du matin.

***

CONCLUSION DU CHAPITRE X

44Après le sursis monétaire et financier de l’été, la dégradation de la situation de la trésorerie conduit par étapes les gouvernants à abandonner le schéma reflationniste, qui subordonnait l’assainissement financier à la reprise économique, liée elle-même aux dépenses publiques civiles. Autant la pression de certains experts de l’appareil d’État en faveur d’une politique libérale à l’extérieur ne contrevenait pas à la politique gouvernementale, autant leur insistance, et, tout particulièrement celle de Jacques Rueff, à amputer massivement les dépenses civiles intérieures souligne le déphasage culturel entre experts et gouvernants. Ce déphasage déborde même les seuls aspects techniques — abandon d’une politique de la demande pour le retour à une politique d’« ajustement » — dans la mesure où l’expert clot toute autre voie en enfermant les gouvernants dans une politique du franc fort, où ses propositions convergent avec celles de l’opposition parlementaire et où il n’ignore pas la vertu symbolique — donc politique — de l’abandon des grands travaux et de la reflation, qui peut apparaître comme un « Luna-Park économique ».

Notes

1 Georges Politzer, «La dévaluation et ses problèmes », Cahiers du Boichevisme, octobre 1936, p. 1179-1181.

2 IRM, Archives de l’IML, d.783, c.-r. de la séance du Comité central du 16 octobre 1936 (Ivry), p. 12 et 32.

3 Idem, p. 51.

4 Idem, p. 53-54.

5 La Lumière, 19 septembre 1936.

6 Cf. IRM, Archives de l’IML, d.783, c.-r. cité, p. 25 et suiv.

7 Idem, p. 31.

8 Cf. Serge Berstein, Histoire..., op. cit., t. 2, p. 486 et suiv.

9 La Lumière, 19 septembre 1936.

10 Le Populaire, 19 octobre 1936.

11 William Bullitt, in For the President..., op. cit., p. 198, Bullitt à Roosevelt, 8 décembre 1936.

12 La Lumière, 10 octobre 1936.

13 Cf. Léon Blum, discours de Narbonne in Le Populaire, 26 octobre 1936. Pour les affirmations sur la méconnaissance présumée de la reprise, cf. Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 101 et Alfred Sauvy, Histoire..., op. cit., t. 2, p. 231 et suiv.

14 Le Populaire, 1er janvier 1937. Contrairement aux affirmations d’Alfred Sauvy, les variations saisonnières sont perçues.

15 Ibid., 26 octobre 1936.

16 Ibid.

17 Cf. IRM, Archives de l’IML, d.784, c.-r. de la séance du 17 octobre 1936, p. 124.

18 Cf. Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 136.

19 AEF, B 33 194, doc. n° 48, Note pour le Ministre, s.d., s.a., 4 p.

20 Cf. Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 99.

21 Cf. Bernard Minot, « La réforme fiscale du 31 décembre 1936 », in États, fiscalités, économies, Paris, 1985, p. 107-120.

22 La réforme ne rapporte que 245 millions de francs sur les revenus supérieurs à 75 000 francs, d’après Le Populaire, 28 mai 1937.

23 Cf. Europe Nouvelle, 1936, nos 978-979 et 980.

24 Le Populaire, 1er janvier 1937.

25 Ibid.

26 Ibid. ; souligné par nous.

27 Discours du 1er octobre 1936, cité in L’Œuvre..., op. cit., p. 442.

28 JO, DP, CD, 1937, séance du 29 janvier, p. 771-772.

29 AEF, B. 33 195, Note de trésorerie, signée Jacques Rueff, 26 janvier 1937, 15 p.

30 Cité in L’Œuvre..., op. cit., p. 477.

31 AEF, B. 33 195, doc. n° 14, Note pour le Ministre, s.a., 2 février 1937, 15 p. Cf. René Girauit, « L’influence de la situation économique française sur la politique extérieure de la France, 1936-1939 », contribution au Colloque de Cumberland Lodge, juin 1980.

32 Idem, Note de Trésorerie, signée Jacques Rueff, 26 janvier 1937, 15 p.

33 JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, intervention de Vincent Auriol, p. 111.

34 Cité in L’Œuvre..., op. cit., p. 475.

35 Cf. AEF, b. 33 195, doc. n° 53, Note pour le Ministre, 435 CD, signée Jacques Rueff, 7 juin 1937, 13 p.

36 Cf. les communiqués du BP du parti communiste des 17 et 31 décembre 1936 et les débats de la Conférence nationale des 22-23 janvier 1937 (Cahiers du Boichevisme, 15 janvier 1937 et 1er février 1937).

37 Cf. L’Humanité, 24 janvier 1937 et 5 février 1937 (propositions du PCF : « Justice fiscale »).

38 Ibid., 24 janvier 1937.

39 Le Populaire, 25 janvier 1937.

40 « La reprise et ses problèmes », L’Humanité, 25 janvier 1937.

41 AN, 74 AP 16, d.5, (Papiers Reynaud), extrait des débats parlementaires (Chambre des Députés) du 4 février 1937.

42 Cité in Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 103.

43 AN, 74 AP 19, d.4, extrait de La Presse, 3 mars 1937.

44 JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, p. 113.

45 Europe Nouvelle, n° 978, 7 novembre 1936, p. 1111.

46 Ibid., p. 1113 ; l’auteur estime les dépenses publiques à deux fois le revenu national minimum de 1935.

47 Roger Auboin, « La politique contre la reprise », Ibid., p. 1155-1157.

48 Ibid., Roger Auboin, « Front diplomatique et front économique », 12 décembre 1936, p. 1233.

49 AN, 74 AP 19, d.3, extrait de Ouest-Éclair, 15 décembre 1936.

50 Idem, d.4, La Presse, 3 mars 1937.

51 AEF, B. 33 195, doc. n° 6, Note de Trésorerie, signée Jacques Rueff, 26 janvier 1937, 15 p.

52 Idem.

53 Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 129-130.

54 Ibid. ; cf. JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, p. 112, intervention de Vincent Auriol ; voir aussi Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 149.

55 Documents Gaston Cusin (transmis lors d’une séance de travail du 30 janvier 1978, citée), Annexe L, note du 1er février 1937 (9 p.), p. 1.

56 Idem, p. 9.

57 Idem, p. 9.

58 Idem, p. 8.

59 Idem, p. 6.

60 Idem, p. 4.

61 AEF, B. 33 195, doc. n° 27, Situation de la Trésorerie de l’État à la fin du 1er trimestre de l’année 1937, s.a., s.d., 3 p.

62 JO, DP, Sénat, 1937, séance du 9 février, p. 111.

63 Ibid., p. 112.

64 Le Populaire, 22 février 1937.

65 Ibid. ; souligné par nous.

66 Ibid.

67 AEF, B. 33 195, Note pour le ministre, 384 CD, signée Jacques Rueff, 19 février 1937, 11 p. Ce document n’est pas reproduit dans les œuvres complètes de Jacques Rueff.

68 Idem.

69 Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 132.

70 Ibid, p. 133.

71 Ibid.

72 Ibid.

73 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 150.

74 Cf. Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 135.

75 JO, DP, CD, 1937, séance du 5 février, p. 378.

76 Ibid

77 Ibid., séance du 26 février, p. 773-774.

78 Ibid., p. 779.

79 Ibid. Lors de la même séance, Joseph Laniel raille : « Pour l’État, le dogme officiel, c’est que la prospérité paiera ».

80 Ibid., p. 786.

81 Ibid.

82 Ibid., p. 787 ; cf. Jean Bouvier, « Le contrôle des changes... », art. cité.

83 Cf. AEF, B. 33 195, doc. n° 27, cité (cf. supra note 5, p. 300) et Idem, doc. n° 37, Note de Trésorerie, 25 mai 1937, 1 p.

84 Idem, prévisions pour la Trésorerie de l’État (1er avril/31 décembre 1937), s.a., s.d., 3 p.

85 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 151.

86 Pierre Saly, La politique..., op. cit., p. 376.

87 AN, F60 638, d. « Grands travaux » ; cf. également Raymond Abellio, Ma dernière..., op. cit., t 2, p. 258 et suiv.

88 AEF, B. 33 195, doc. n° 51, à la main : « Note établie par M. Rueff pour M. Georges Bonnet », L’influence des Grands Travaux sur le chômage, s.d., 1 p.

89 Raymond Abellio, Ma dernière..., op. cit., t. 2, p. 274. Il écrit : « le ministère des Finances, beaucoup moins dirigé par Vincent Auriol, que par Jacques Rueff » (Ibid., p. 265).

90 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 106.

91 Ibid.

92 Documents Gaston Cusin (séance de travail du 30 janvier 1978, citée), Annexe V, revue de la presse financière, 8 mars 1937, 5 p.

93 L’Humanité, 4 mars 1937, discours de Magic City.

94 IRM, Archives de l’IML, d.814, c-r. de la 1re séance du Comité central du 12 mars 1937, p. 242 et 245.

95 Idem, p. 143.

96 Idem, p. 272.

97 Idem, p. 146.

98 Idem, p. 245 ; Thorez fait allusion à certaines propositions socialistes au sujet d’un « avenant » au programme. Cf. Jean-François Biard, Le socialisme..., op. cit., p. 280 et suiv.

99 Idem, p. 260.

100 AN, 74 AP 16, d.5, coupure du Petit Parisien, 6 mars 1937, Conférence aux Ambassadeurs.

101 Le Temps, 7 mars 1937.

102 JO, DP, CD, 1937, séance du 9 mars.

103 Cité in Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 135.

104 Ibid.

105 AEF, B. 33 195, doc. n° 15, cité ; cf. Idem, doc. n° 48.

106 Robert Frankenstein, Le prix..., op. cit., p. 156.

107 Cf. AN, 74 AP 19, d.4 « Presse 1937-1939 », coupure des débats de la séance du 29 juin 1937 à la Chambre des Députés.

108 Cf. Documents Gaston Cusin, (séance de travail du 30 janvier 1978, citée), annexe M, note du 27 juin 1937 ; cf. L’Economist, 26 juin 1937.

109 AEF, B. 33 195, doc. n° 53, Note pour le Ministre, signée Jacques Rueff, 435 CD, 7 juin 1937, 13 P.

110 Jacques Rueff, De l’aube..., op. cit., p. 136.

111 AEF, B. 33 195, Note sur l’alimentation de la trésorerie, signée Jacques Rueff, 438 CD, 11 juin 1937, 8 p.

112 Cité in Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t. 2, p. 109.

113 Expression de Gaston Cusin, lors du Colloque « Léon Blum, chef du gouvernement 1936-1937 » (Paris, 1966, p. 292).

114 Documents Gaston Cusin (séance de travail du 30 janvier 1978, citée), Annexe N, 22 p.

115 Idem, p. 4.

116 Idem, p. 22.

117 Idem, p. 20.

118 Idem, p. 18 ; souligné dans le texte.

119 JO, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 1937, séance du 10 juin.

120 Loi du 9 juillet 1937.

121 Documents Gaston Cusin, Annexe M, note du 27 juin 1937, 7 p.

122 Paul Reynaud, Mémoires..., op. cit., t 2, p. 109.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 6 BAISSE ET HAUSSE DES PRIX (1929-1936)
Légende (Source : Statistique Générale de la France. Base 100 en 1913ou 1914)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable