Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Troisième partie. L’expérience Blum : une attente libérale triplement déçue septembre 1936-juin 1937

Introduction

Texte intégral

« N’est-il pas constant que nous avons poussé le libéralisme économique aussi loin que ne l’avait fait aucun autre gouvernement dans le passé, plus loin peut être que ne l’aurait fait aucun autre gouvernement dans les conditions présentes ? »
Léon Blum (discours radiodiffusé, 31 décembre 1936.)

1Traitant de l’expérience Blum dans un ouvrage publié aux heures sombres de l’Occupation — intitulé Produire pour l’homme (Paris, 1941) — Achille Dauphin-Meunier, l’un des théoriciens du planisme d’avant-guerre, n’hésite pas à parler du « dernier sursaut du libéralisme ». Il apparaît que, après les premières semaines intensément réformatrices de l’été 1936, le gouvernement de Léon Blum tente une expérience, qui se veut triplement libérale. Tout d’abord, elle témoigne d’une attente libérale à l’extérieur, à la fois monétaire, commerciale et diplomatique (chapitre IX). Ensuite, la direction des finances repose sur une attente libérale à l’intérieur (chapitre X). Enfin — aspect sans doute le plus méconnu — le ministère de l’Économie nationale et ses satellites amorcent une expérience néo-libérale dans la production (chapitre XI). Et ces orientations sont appliquées non sans qu’apparaissent des déphasages, voire des tensions entre les experts (anciens et récemment promus) et les nouveaux gouvernants.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540