Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Seconde partie. La relève exogène : genèse et victoire ambiguë d'une politique de la demande

Introduction

Texte intégral

« Diminuer le malheur des hommes... Reconnaissons que les mieux traités n’ont vu le problème comme urgent qu’à partir du moment où un vaste mouvement populaire leur en a révélé la gravité ».
(Auguste Detœuf — X-Crise, n° 45, février-mars 1938).

1Dès les premières tentatives de déflation rampante — 1932 — s’élaborent des propositions en faveur d’une autre direction de l’économie et des finances, la « reflation », caractérisée par une politique de la demande. Ce renversement, à la fois technique et culturel, n’émane pas des experts ou des gouvernements en place mais, pour l’essentiel, de l’opposition parlementaire, tout particulièrement de la SFIO — conditionnelle, puis systématique à partir de la fin de 1933 — à la politique déflationniste (chapitre IV).

2Mais la préhistoire de cette relève exogène, source majeure des propositions économiques et financières du Rassemblement populaire, ne se développe pas en ligne droite. À la différence d’autres pays, en France, les débats de politique économique se trouvent alors mêlés, imbriqués et subordonnés de fait aux enjeux politiques, et même socio-politiques plus généraux, et, en l’occurence, au contenu de la relève politique de l’Union nationale. La direction économique et financière nouvelle se fraie ainsi une voie au cœur de controverses situées à un triple niveau : à l’intérieur de la SFIO (chapitre IV), au sein du mouvement ouvrier français et européen (chapitre V), et, plus largement, dans le mouvement « antifasciste » en voie de constitution (chapitre VI). Il importe de mesurer alors la part prise par les différentes composantes politiques dans l’élaboration de la politique économique et financière du Front populaire (chapitre VII), avant d’analyser jusqu’à quel point les premières mesures du gouvernement Blum réunissent les conditions d’une mutation structurelle dans la direction de l’économie et des finances (chapitre VIII).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540