Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952. Volume I

 | 
Michel Margairaz

Première partie. La déflation, une politique de l’offre, et les déphasages État-Société (1932-1935)

Introduction

Texte intégral

« Aujourd’hui à l’idée de l’État-gendarme, chargé de maintenir l’ordre, se substitue l’idée de l’État-Providence que nous avons bien de la peine parfois à distinguer de l’État-Moloch. »
(P. Ernest-Picard — mars 1936)

1Au-delà des péripéties parlementaires et de l’instabilité gouvernementale, la direction de l’économie et des finances connaît une assez grande continuité de 1932 à 1935, aussi bien dans les principes affirmés, les mesures adoptées, ou même les responsables politiques et administratifs.

2La politique monétaire, financière et économique suivie est qualifiée — on le sait — de politique de déflation. Encore convient-il de distinguer les premières années — de 1932 au 6 février 1934 — où elle apparaît comme une politique surtout financière, d’ailleurs contrariée par une Chambre rétive, de la période s’étendant du 6 février 1934 à la chute de Pierre Laval (janvier 1936), où elle devient beaucoup plus systématique et, fait moins connu, se présente comme une véritable politique économique cohérente, destinée à ranimer l’offre de produits et de services.

3Cependant, cette politique se heurte à des contraintes multiples (monétaires, financières, commerciales et socio-politiques), nationales et internationales, qui révèlent les déphasages entre les experts, les gouvernants et les différentes fractions de la société française.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540