Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et finances sous l’Ancien Régime

 | 
Joël Félix

Annexes

Texte intégral

LES SOURCES À L’ÉTRANGER

  • 1 Des copies partielles de ces papiers sont conservées dans la série AB XIX des Archives nationales.
  • 2 On dispose du vieil ouvrage de J. Delpit, Collection générale des documents français qui se trouve (...)

1Les sources de l’histoire économique et financière de l’Ancien Régime ne sont pas uniquement conservées à l’intérieur de l’hexagone. Elles sont aussi à rechercher dans les bibliothèques et les dépôts d’archives des pays étrangers. On sait par exemple que la bibliothèque de l’Université Cornell (U.S.A.) a recueilli les papiers de Maurepas, que la correspondance du chancelier Séguier est éclatée entre la Bibliothèque nationale, la British Library à Londres et la bibliothèque Saltykov-Chtchédrine à Saint-Pétersbourg, les papiers de Jean Duthier, secrétaire d’État de Henri II, dans le fonds Dubrovsky aux Archives centrales d’État des actes anciens à Moscou, et qu’il existe un fonds Calonne en Angleterre, au Public Record Office1. Au-delà de ces quelques exemples bien connus des historiens, il faut avouer que l’on ne sait pratiquement rien des manuscrits et des archives déplacées à l’étranger à la faveur de l’émigration, des guerres ou des ventes publiques. Alors que plusieurs pays européens ont déjà publié des catalogues des sources de leur histoire conservées dans d’autres pays, la France est encore loin d’avoir même débuté ce type de recensions2.

  • 3 P. Butel, « Archives nationales et histoire économique : l’exemple d’Amsterdam », Les actes notari (...)

2Les archives des institutions étrangères peuvent aussi détenir des éléments importants pour l’histoire du commerce (par exemple les minutes des notaires)3 ou des relations financières entre la France et les États de l’Europe. Les archives diplomatiques retiendront surtout l’attention. On y trouvera des rapports, mémoires et documents divers provenant des ambassadeurs, des consuls et des marchands sur la situation de l’économie et des finances de la France. A l’aide de ce type de documents Mme A.-M. Reimeringer a par exemple étudié l’Opinion anglaise sur les institutions françaises au xviiie siècle (Paris, 1928). Cet auteur a mis à profit diverses publications anglaises sur la France dont un livre de Mildnay, The State of France, in a Clear Account of the Revenues of that Kingdom (Londres, 1760), un ouvrage anonyme intitulé An Inquiry in the Revenue, Crédit and Commerce of France (Dublin, 1742) et divers rapports d’espions conservés dans la collection Chatham (Public Record Office, Londres) dont l’un, daté du 21 janvier 1761, passe en revue l’état financier de la France (vol. 85).

– Instruments de recherche :

3Les catalogues des bibliothèques nationales des pays étrangers sont pour la plupart consultables au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale. Les inventaires des principaux dépôts d’archives d’Europe sont disponibles aux Archives nationales. Ils sont répertoriés dans un fichier situé dans la salle des inventaires.

4Sur les archives étrangères on peut également consulter un numéro spécial de la revue Archivum (1965, vol. 15 et tiré à part, Paris 1969) sur Les grands dépôts d’archives du Monde.

5Les instructions et correspondances diplomatiques étrangères ont, selon les pays, fait l’objet de publications (par exemple la série des Calendars of Foreign Papers pour l’Angleterre). Les références de ces sources imprimées peuvent être retrouvées à partir des instruments généraux de recherche consacrés à l’histoire nationale des divers pays étrangers.

Notes

1 Des copies partielles de ces papiers sont conservées dans la série AB XIX des Archives nationales.

2 On dispose du vieil ouvrage de J. Delpit, Collection générale des documents français qui se trouvent en Angleterre, Paris, 1847, rééd., Genève, 1971 et, pour les papiers soustraits de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés pendant la Révolution, actuellement conservés à la bibliothèque de Saint-Pétersbourg, de la présentation que leur a consacrée M. Antoine, « Sources de l’histoire de France en U.R.S.S. », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1986, t. 144, p. 384-387.

3 P. Butel, « Archives nationales et histoire économique : l’exemple d’Amsterdam », Les actes notariés source de l’Histoire sociale, Actes du colloque de Strasbourg (mai 1978), textes réunis par B. Vogler, Strasbourg, 1979, p. 123-139.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540