Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et finances sous l’Ancien Régime

 | 
Joël Félix

Troisième partie. Bibliothèques

Chapitre VIII. Les bibliothèques publiques de Paris et des départements

Texte intégral

BIBLIOTHÈQUES DE PARIS

I. Bibliothèque de l’Arsenal

1Avec plus de 10.000 manuscrits, la bibliothèque de l’Arsenal est l’une des plus riches en France. Elle tire son origine de la collection formée par Antoine-René de Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy, qui s’est accrue pendant la Révolution de manuscrits séquestrés sur les émigrés et, depuis le xixe siècle, d’acquisitions diverses. On y remarque notamment des papiers provenant de la famille d’Argenson, dont les membres donnèrent plusieurs secrétaires d’État et lieutenants généraux de police de Paris au xviiie siècle. Quelques manuscrits rassemblent des extraits des mémoriaux et plumitifs de la chambre des comptes de Paris (manuscrits 2633-2643) et des pièces sur l’histoire et l’administration des provinces (notament manuscrits 3927-3939 : histoire de la ville de Paris). On notera également la présence d’une partie des archives de l’arsenal de Paris (manuscrits 4042-4046 : marchés de fournitures, correspondance et comptes, xviiie siècle) qui peuvent compléter la sous-série Z1M des Archives nationales (Bailliage de l’Arsenal). Parmi les manuscrits les plus précieux, on peut signaler le journal original tenu par d’Ormesson à l’occasion du procès de Foucquet et de la chambre de justice de 1661 et, parmi les plus surprenants, les comptes du receveur du domaine de la ville d’Amiens (1588-1589).

2La bibliothèque de l’Arsenal détient enfin une partie des archives de la lieutenance générale de police de Paris qui étaient conservées à la Bastille en 1789. Elles se décomposent en deux ensembles :

  • manuscrits 10001-10329 : ce sont les papiers des lieutenants généraux de police de Paris (correspondance, rapports des inspecteurs de police au sujet des manufactures et métiers, approvisionnement de Paris (ex : manuscrits 10270-10277, tableaux des prix des grains et denrées sur les marchés des différentes généralités du royaume, en particulier de Paris au xviiie siècle) ;

  • manuscrits 10330-12471 : il s’agit de dossiers sur les personnes emprisonnées à la Bastille (par exemple Foucquet), auxquels s’ajoutent des pièces diverses au sujet de malversations et escroqueries. Il n’est pas inutile de signaler la correspondance, les papiers personnels, les rôles et les comptes saisis en 1668 chez Jean Martinon, receveur général des fermes unies et receveur général du huitième denier dans les provinces de Languedoc et Provence, accusé de malversations (manuscrits 10449-10485).

  • 1 La Commune a détruit plusieurs centaines de registres et milliers de liasses d’archives provenant d (...)

3Ces documents peuvent être rapprochés, aux Archives nationales, de la sous-série O1 (Maison du Roi : ordres du Roi et correspondance du secrétaire d’État de la Maison du Roi avec le lieutenant général de police) et de la série Y (Châtelet de Paris : papiers des commissaires au Châtelet). Ils trouvent leur complément aux Archives de la Préfecture de Police de Paris qui conserve les débris des papiers de la lieutenance générale de police ayant échappé à l’incendie de 18711.

4Pour plus de détails sur les manuscrits de la bibliothèque de l’Arsenal, on se reportera à l’instrument de recherche suivant :

5Catalogue général des manuscrits de la bibliothèque de l’Arsenal, Paris, 1885-1892, 9 vol. [le volume 7 est une table des manuscrits recensés dans les 6 volumes du catalogue de la Bibliothèque de l’Arsenal, le volume 8 un historique de la bibliothèque et le volume 9 un catalogue et une table des archives de la Bastille].

II. Bibliothèque de l’Institut de France

6La bibliothèque de l’Institut conserve près de 4.000 manuscrits, parmi lesquels se trouvent rangés des documents exceptionnels, en particulier quelques rôles originaux du trésor de l’épargne (années 1588-1589). Ils proviennent de la collection du bibliophile Antoine Moriau, procureur du Roi et de la ville de Paris, dont une autre partie a été placée dans la série K des Archives nationales (copies des comptes de la ville de Paris). La bibliothèque de l’Institut a également recueilli la collection Godefroy, formée de 553 volumes de copies et d’originaux de pièces diverses ayant trait, notamment, à l’histoire du commerce et de la navigation (manuscrits 59-68), du domaine royal et des finances (manuscrits 130-146 : nombreux documents sur les aliénations du domaine aux xvie et xviiie siècles ainsi que divers comptes et extraits d’états financiers, dont un état au vrai des recettes et dépenses de G. de Guénégaud, trésorier de l’Epargne (1632). La bibliothèque de l’Institut détient encore les papiers des Académies royales d’Architecture et des Sciences (procès-verbaux des séances, papiers et manuscrits de savants, notamment du fermier général Lavoisier, de Condorcet, etc.) et gère plusieurs musées et bibliothèques, dont le musée Condé à Chantilly, qui conserve les papiers de la famille de Condé ayant trait au gouvernement de Bourgogne (13 registres généraux des actes relatifs au gouvernement de Bourgogne, 1471-1784, et pièces diverses sur les états provinciaux de Bourgogne, les impositions, etc.) ainsi que divers manuscrits, dont les mémoriaux du Conseil de 1661 publiés par J. de Boislisle, des lettres de Richelieu (1636-1642) et un registre des cautions des fermiers du Roi (1451-1531).

7Les manuscrits et collections de l’Institut sont répertoriés dans les catalogues suivants :

8Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Paris. Bibliothèque de l’Institut. Collection Godefroy, par F. Gébelin, Paris, 1914.

9Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Paris. Bibliothèque de l’Institut de France. Anciens et nouveaux fonds, par M. Bouteron et J. Tremblot, Paris, 1928.

10Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Bibliothèques de l’Institut : Musée Condé à Chantilly, Bibliothèque Thiers, Musée Jacquemart-André, Paris, 1928.

11Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Bibliothèque de l’Institut de France. Supplément, par J. Tremblot de la Croix, Paris, 1962 [tome LIV du CGMBPF].

III. Bibliothèque Mazarine

12La bibliothèque Mazarine conserve quelque 3.000 manuscrits. On peut y remarquer des copies des lettres de Mazarin, des papiers provenant de Papillon de la Ferté, intendant et contrôleur général de l’argenterie, menus plaisirs et affaires de la chambre du Roi, le compte rendu remis à Louis XVI en 1775 par l’abbé Terray sur son administration au contrôle général des finances, des procès-verbaux des tournées de fermiers généraux au xviiie siècle et divers recueils de mémoires sur l’économie et les finances. Les autres manuscrits sont présentés dans le Catalogue général des manuscrits de la bibliothèque Mazarine, Paris, 1885-1892, 4 vol. [index].

IV. Bibliothèque du Sénat

13La bibliothèque du Sénat, dont l’accès est soumis à autorisation préalable, détient plus de 1.200 manuscrits, dont la collection Boissy d’Anglas qui se compose notamment de 105 volumes de copies des registres du parlement de Paris entre 1395 et 1790. Les autres manuscrits ne forment pas d’ensembles vraiment cohérents. On y trouve cependant des documents précieux tel un recueil d’extraits des décisions rendues sur les affaires traitées au Conseil privé de Henri II (1547-1551) et des manuscrits divers dont les papiers et mémoires de Châteaubrun, directeur des fermes (1761-1785) ou les comptes des maisons, finances et domaines du comte de Provence (1779-1792).

14Pour plus de détails sur ces manuscrits, le lecteur se reportera au Catalogue général des manuscrits de la bibliothèque du Sénat, Paris, 1909 [index].

V. Bibliothèques de l’École des Mines et de l’École des Ponts et Chaussées

15Ces deux bibliothèques conservent des manuscrits qui complètent les sous-séries F12 (Commerce) et F14 (Travaux publics) des Archives nationales. L’École des Mines détient notamment la collection d’Antoine-Grimoald Monnet, inspecteur général des mines (1734-1817), formée de mémoires, de comptes rendus des visites des mines du royaume et de correspondances avec les bureaux du contrôle général des finances. La bibliothèque des Ponts et Chaussées est plus riche. On y trouve des registres de copies des ordres, instructions et lettres de Colbert au sujet des fortifications et des ponts et chaussées (1669-1684), les registres des fonds affectés aux ponts et chaussées (1683-1700), les journaux des procès-verbaux des assemblées des ponts et chaussées tenues chez Trudaine, pendant les années 1747-1764 et 1772-1773, une collection de mémoires et de correspondance réunie par Louis Bruyère, inspecteur général des ponts et chaussées (1758-1831) et des pièces diverses (mémoires, rapports, devis estimatifs, toisés, etc.) ayant trait aux activités des inspecteurs des ponts et chaussées de la généralité de Paris au xviiie siècle. Leur détail se trouve dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, tome II, Museum d’Histoire naturelle – École des Mines – École des Ponts et Chaussées – École Polytechnique, Paris, 1914.

VI. Autres bibliothèques de Paris

16Les manuscrits des autres bibliothèques de Paris sont moins denses mais peuvent détenir des manuscrits importants ou en tout cas intéressants. A titre d’exemple la bibliothèque de l’Université de Paris (Sorbonne) conserve une collection formée par Gabriel Chassebras, conseiller à la cour des monnaies de Paris, ayant trait à l’histoire monétaire des xvie et xviiie siècles, ainsi que les comptes rendus, par Jean Petit de Montempuys, de la recette et dépense du Trésor royal pendant les années 1675-1694. Pour le détail des manuscrits de ces bibliothèques, on se reportera aux instruments de recherches suivants :

17Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Bibliothèque historique de la Ville de Paris, par M. Vasseur-Depoux, Paris, 1975 [t. LIX et LX du CGMBPF].

18Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Université de Paris et universités des départements, Paris, 1918 et Supplément, Paris, 1989 (Sorbonne et bibliothèque Victor-Cousin).

19Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Paris. Chambre des Députés, par E. Coyecque et H. Débraye, Paris, 1907.

20Catalogue général des manuscrits de la bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, 1893-1896, 2 vol. et Supplément, Paris, 1913.

21Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Bibliothèques de la Marine, par Ch. de La Roncière, Paris, 1907 [notamment législation maritime] et Supplément. Manuscrits 145-265, Paris, 1964.

22Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Bibliothèques de la Guerre, Paris, 1911.

23Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Archives de la Guerre, par L. Tuetey, Paris, 1912-1920, 3 vol.

24On notera enfin qu’il existe des suppléments à ces catalogues pour les manuscrits acquis récemment. Ils se présentent généralement sous la forme de fichiers ou de répertoires dactylographiés.

BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES DES DÉPARTEMENTS

25Les bibliothèques publiques des départements – bibliothèques municipales, bibliothèques universitaires, bibliothèques des sociétés savantes – détiennent de très nombreux manuscrits de l’Ancien Régime, sans doute plusieurs milliers, voire davantage. Pour s’orienter dans ces collections, le chercheur dispose d’un catalogue général en plusieurs volumes qui doivent être complétés par les suppléments sur fiches pour le détail des acquisitions récentes :

26Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, Paris, 1849-1885, 7 vol. in-4°.

  • 2 Remarquons que les suppléments du catalogue sont toujours en retard sur les nouvelles acquisitions. (...)

27Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, 1886 => (65 volumes publiés en 1990, suppléments à partir du volume 40; liste des bibliothèques dont les manuscrits ont fait l’objet d’un volume au catalogue avec renvoi au numéro du volume et index des noms de personnes, de lieux et de matières)2.

28Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Sociétés savantes. Tome 1. Amiens, Poitiers, Évreux, Montpellier, Nancy et Paris, Paris, 1931.

29Il est difficile de donner d’autres précisions au sujet des manuscrits des bibliothèques des départements. En effet, à la différence des dépôts archives publiques qui conservent, grosso modo, les papiers des institutions établies autrefois sur leur territoire, les fonds des manuscrits des bibliothèques publiques ont été formés au hasard des dons et des ventes publiques. Certes, une partie des manuscrits des bibliothèques départementales est constituée de documents provenant des juridictions et des administrations provinciales et locales ou intéressant leur histoire. Il s’agit même souvent d’archives qui ont été détachées de leurs fonds d’origine pendant la Révolution pour être transférées vers les bibliothèques où elles sont demeurées. C’est ainsi, par exemple, qu’une partie des comptes conservés jadis dans le fonds de la chambre des comptes de Dauphiné ont abouti à la bibliothèque municipale de Grenoble. Cette apparente logique s’efface pourtant devant les manuscrits éparpillés dans les endroits les plus surprenants et sans rapport net avec leur origine ou leur objet. Il n’est donc pas évident de songer à rechercher à la bibliothèque municipale de Grenoble un volume du journal de la maison de banque Tourton (manuscrit 2612, octobre 1685-mars 1688) ou les notes manuscrites de Dutot à la bibliothèque municipale de Douai qui forment la suite, restée inédite, de ses publications sur le système de Law.

  • 3 Cf. Catalogue des livres imprimés, manuscrits, estampes, dessins et cartes à jouer composant la bib (...)

30Parmi les bibliothèques les plus fournies il faut surtout signaler la bibliothèque municipale de Rouen qui a recueilli de nombreux manuscrits (notamment des lettres du duc d’Orléans, régent de France) et surtout les collections Leber3 et Coquebert de Montbret, cette dernière étant forte d’un millier de volumes comprenant notamment les comptes des ponts et chaussées dans les généralités (1684-1686) ainsi qu’un ensemble de mémoires, correspondances, états statistiques et documents divers sur le commerce, les finances, les provinces, les villes, les grains, les monnaies, etc. La bibliothèque Méjanes, à Aix, est particulièrement intéressante pour l’histoire de l’administration financière de Provence sous l’Ancien Régime.

31Mais en fait chaque bibliothèque peut conserver des manuscrits précieux. La bibliothèque de la Société des Antiquaires de l’Ouest détient par exemple des documents assez rares, en l’occurrence des registres des recettes, des comptes et de frais de recouvrement de la taille dans l’élection de Loudun (manuscrits 46-51, années 1680-1681, 1684, 1695) et un volume de la correspondance de la subdélégation de Loudun (1705-1709). On peut encore noter, toujours à titre d’exemple, la présence des manuscrits de l’abbé Morellet à la bibliothèque municipale de Lyon ou les Remarques (1753) manuscrites de l’intendant du commerce Vincent de Gournay à la bibliothèque municipale de Saint-Brieuc.

32La recherche des manuscrits des bibliothèques des départements est donc assez difficile. Les index matières étant assez peu fiables, notamment pour les occurrences économiques et financières, il n’y a souvent d’autre alternative pour percer leurs richesses, que de consulter patiemment, et un à un, les volumes du catalogue général des manuscrits. D’autre part, comme ces catalogues sont de qualité très inégale et plus ou moins bien détaillés, le recours direct au manuscrit peut, parfois, réserver bien des surprises.

Notes

1 La Commune a détruit plusieurs centaines de registres et milliers de liasses d’archives provenant de la lieutenance de police de Paris. De l’Ancien Régime subsistent les registres des ordonnances de police au xviiie siècle, les registres d’écrous (séries continues depuis le milieu du xviie siècle) des diverses prisons de Paris, quelques registres des appels des juridictions provinciales et de la capitale portées devant les parlements et les conseils supérieurs ainsi que des correspondances et documents divers ayant trait à la police parisienne au début de la Révolution. Sur le sort des archives de la lieutenance de police, un état des documents détruits et de ceux subsistants voir J. Charon-Bordas et H. Tulard, Notes sur les Archives de la Préfecture de Police, Paris, 1962 [Archives de la Préfecture de Police, Bureau des Archives Centrales, 1 bis rue des Carmes, 75195, Paris R.P. (ouverture sur demande écrite)].

2 Remarquons que les suppléments du catalogue sont toujours en retard sur les nouvelles acquisitions. Le détail des manuscrits acquis depuis la publication du catalogue général doit être recherché sur place, dans les fichiers ou sur les registres d’entrée des bibliothèques. La Bibliothèque nationale conserve par ailleurs des suppléments dactylographiés au Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France.

3 Cf. Catalogue des livres imprimés, manuscrits, estampes, dessins et cartes à jouer composant la bibliothèque de M, C. Leber, avec des notes par le collecteur, Paris, 1839-1852, 4 vol.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540