Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Conclusion générale

Texte intégral

1Une approche chronologique de cette phase paroxystique de la crise économique européenne conduit à individualiser trois phases. Le débat qui couvre la première période porte sur l’organisation d’une fédération économique européenne. Il met face-à-face une Europe libérale (généralement des pays riverains de la mer du Nord) et une Europe protectionniste (davantage continentale). Pour la première, seul un système d’échanges sans entrave permet de tirer l’Europe des difficultés dans lesquelles elle s’enlise à partir de 1929. La seconde se rallie à une organisation fondée sur la réciprocité commerciale. La confrontation est imprégnée de calculs politiques entre partisans et adversaires de l’ordre versaillais. Une fédération économique des pays de l’Europe centrale (sous l’autorité des alliés de la France : Pologne ou Petite Entente) comblerait Paris. Sa réalisation aurait l’avantage d’empêcher une expansion allemande dans la région. Elle satisferait également les Alliés de la France, car la Pologne pourrait exercer une hégémonie sur le monde balte, et les États de la Petite Entente s’opposeraient, quant à eux, au révisionnisme hongrois, italien et bulgare. Mais les autorités françaises n’ont ni les moyens économiques, ni la volonté politique pour un projet de cette envergure. Une chance s’offre alors aux adversaires du statu quo, qui, par le truchement d’accords bilatéraux (Italie) ou le projet d’une Mitteleuropa fédérée par des échanges économiques complémentaires (position de l’Allemagne), veulent réduire l’influence française dans cette zone et se donner des moyens de l’organiser à leurs convenances. Le projet d’Union douanière austro-allemande (mars 1931) révèle les intentions : la constitution d’un espace économique est pour le Reich une étape indispensable à la révision de l’ordre européen. L’affrontement entre les deux camps est favorisé également par le retrait des pays libre-échangistes qui se détournent du continent par un repli sur l’Empire (Royaume-Uni) ou par la constitution d’un îlot (convention d’Oslo entre le monde scandinave et belgo-néerlandais), annonciateur d’une probable neutralité. Les projets économiques ont été mis au service d’objectifs politico-diplomatiques nationaux. C’est une cause majeure de l’échec de la fédération économique européenne. Il n’y pas encore de vainqueur évident en 1931 et, les uns et les autres comptent leurs atouts. L’impasse dans laquelle se trouve la coopération accentue la crise de l’Europe centrale et amplifie les rivalités entre puissances pour la « sauver ». Le démantèlement de cet espace est à l’ordre du jour.

2La seconde période est marquée par la catastrophe européenne consécutive à la crise financière du printemps et de l’été 1931 (de la faillite du Creditanstalt à la dévaluation de la livre en passant par la crise bancaire -allemande). Celle-ci ne cesse d’inquiéter les pays européens confrontés aux problèmes des transferts et au contrôle des changes. Il faut également redéfinir les liens entre États débiteurs et États créanciers, réexaminer la question des dettes politiques... et surtout ne pas oublier le centre dépressif du continent, l’Europe centrale et orientale. Des projets de fédération danubienne, de zones d’échanges préférentiels sont à l’ordre du jour. Mais le contenu commercial de toutes ces propositions est prolongé par une composante financière : la constitution d’un fonds en faveur de l’Europe centre-orientale. L’objectif de ce nouvel organisme reste encore à préciser. Doit-il contribuer exclusivement à la stabilisation des monnaies ou être le point de départ de la relance des circuits financiers ? Les accords de compensation qui se développent à partir de 1931 réussissent à maintenir un courant réduit d’échanges. Cette seconde période, qui court de mars 1931 à juillet 1932 reste cependant dominée par la question des réparations allemandes. Berlin est au centre des préoccupations du moratoire Hoover, des réunions du comité Wiggin, puis de celle du comité Beneducce et enfin de la conférence de Lausanne. Celle-ci, en supprimant la dette politique allemande, contribue à la révision de l’ordre européen, révision pour laquelle l’initiative vient essentiellement des quatre grandes puissances européennes qui caressent le rêve, pour certaines d’entre elles, d’une hégémonie partagée dès le tournant de l’année 1931-1932. Mais cette domination partagée doit pour les uns conduire à la révision et pour les autres à la stabilisation de l’ordre européen. CEUE et SDN passent au second plan se contentant de plus en plus d’accompagner et de préparer les décisions des États. Certains pays sont cependant à l’origine d’initiatives intéressantes. La convention d’Ouchy, par exemple, ouvre la voie à une solution régionale sur les bases du libre-échangisme. Peut-elle se généraliser, comme le souhaitent ses signataires ?

3En appelant de ses vœux une conférence européenne et une conférence mondiale, Lausanne abat les dernières cartes pour un règlement d’ensemble de la crise. Mais avant la convocation de ces deux réunions, le Royaume-Uni confirme (Ottawa) son retrait des affaires continentales. Les pays occidentaux décident également de sauver l’Autriche en lui accordant en juillet 1932 un emprunt sous les auspices de la SDN. Quant à la conférence européenne de Stresa (septembre 1932), elle est l’occasion de discuter à nouveau du système d’échanges préférentiels et d’un fonds de normalisation des changes en faveur de l’Europe danubienne. Mais les divergences sont importantes et les États préfèrent attendre la conférence internationale convoquée à Londres pour trouver une solution d’ensemble à la crise. Les difficultés européennes se résorberaient avec la remise en route de l’économie mondiale. La phase préparatoire à la Conférence de Londres est cependant utilisée par les trois grandes puissances planétaires (France, Angleterre et États-Unis) pour tenter d’imposer un fonds de stabilisation monétaire à la planète. Les trois partenaires imaginent en effet un fonds monétaire que Paris se charge ensuite de faire échouer. Les oppositions se manifestent sur d’autres problèmes : dettes interalliées, politique commerciale. La conférence de Londres naît sous de funestes auspices, malheureusement confirmés en juillet 1933. Mais l’histoire des quatre années qui séparent les discours de septembre 1929 de la lettre de Roosevelt de juillet 1933 n’est pas simplement l’histoire d’une succession d’échecs. Cette période est également une période de propositions, d’initiatives et de réflexions sur des architectures et des organismes de coopération économique, voire financière possibles en Europe.

4L’idée de Paul Hymans de constituer des groupes de pays à structure économique homogène, liés entre eux par la poursuite d’un objectif commun (la libéralisation du commerce) vers lequel chaque entité avancerait à son rythme traduit la volonté de promouvoir une coopération à « plusieurs vitesses ». Les pays fortement industrialisés et dépendants des échanges commerciaux pourraient montrer la voie et proposer l’abaissement de la garde douanière. Ils constitueraient un « noyau dur » auquel viendraient se fédérer progressivement les autres ensembles. Cette perspective se retrouve dans la convention d’Oslo et, deux ans plus tard dans les textes signés à Ouchy. L’heure est en effet à l’organisation de blocs, même si leurs motivations restent défensives. Un bloc agraire tente de s’organiser à partir de 1930. Il se dote d’un bureau d’études qui prépare des positions communes pour les rencontres internationales. Plus au Sud, à la fin de l’année 1930, les pays balkaniques essayent eux aussi de se retrouver dans une structure propre. Les conférences balkaniques projettent certaines réalisations communes. Au début de l’année 1931, la constitution d’une Mitteleuropa est à nouveau à l’ordre du jour. Avec le projet d’Union douanière austro-allemande, présenté comme répondant autant à la perspective tracée par Briand qu’à celle évoquée par Hymans, le contenu des groupements régionaux change de nature. La dimension politique de ces unions est dorénavant prépondérante. On retrouve cette même vision derrière les plans français de 1931/1932. Le plan constructif de mai 1931, puis celui de Tardieu et enfin les thèses défendues par Paris à Stresa en septembre 1932, reprennent l’idée de l’entente régionale qu’il faut constituer. Cette dernière repose pour la France sur un système de préférences, alors que pour le Royaume-Uni, par exemple, il conviendrait d’instituer une fédération.

5La constitution de groupes de pays homogènes pose une autre question. Comment en effet conduire ou diriger ces pays vers l’objectif de la libération des échanges ? C’est la finalité de « l’action économique concertée » que de permettre à chacun d’y parvenir à son rythme. Cette méthode est débattue au cours de trois conférences en 1930 et 1931. Elle s’appuie d’abord sur l’idée de trêve douanière à laquelle les États européens devraient souscrire. Cette trêve est le point de départ d’un processus qui conduirait à la suppression du protectionnisme au moyen d’un programme et d’un calendrier arrêtés par les différents gouvernements. En mars 1931, cette perspective s’effondre car les pays ne sont pas d’accord sur les priorités. Certaines nations insistent sur la réciprocité des mesures, d’autres sur l’application inconditionnelle de la clause de la nation la plus favorisée, les dernières enfin sur un système de préférences. D’autres divergences portent sur les secteurs à privilégier : l’action doit-elle commencer par l’agriculture ? faut-il favoriser les ententes industrielles ? s’en prendre à la politique commerciale ?

6Des pistes intéressantes s’ouvrent, dans la mesure où les experts pensent que c’est l’organisation de l’agriculture qui est essentielle pour à la fois sauver une partie de l’Europe du marasme et consolider l’architecture économique du continent. Quelques idées s’expriment : celle tout d’abord de la nécessaire « cartellisation » de l’agriculture européenne sur le modèle de certains secteurs industriels ; celle ensuite de la rationalisation de la production et de la distribution. Cette modernisation des activités agricoles éviterait les surplus et permettrait à l’Europe d’être compétitive face aux pays d’outremer et notamment aux États-Unis. Elle offrirait aux agriculteurs un niveau de vie décent par un mécanisme de prix garanti. Les projets d’une organisation du crédit propre au secteur agricole relèvent de cette perspective. Le développement d’ententes est également évoqué pour l’industrie (bois, charbon, textile...), mais sans grand succès pour la période qui nous préoccupe.

7Lorsque la crise financière s’abat sur l’Europe, et avec elle l’instabilité monétaire, il faut aussi envisager des formes de coopération dans ces domaines. Les travaux de la Délégation de l’or et ceux du comité financier de la SDN insistent sur le nécessaire retour à l’étalon-or par le biais de la coopération. Cette dernière revêt plusieurs formes. Les États font d’abord face aux urgences par l’octroi de crédits de stabilisation qui permettent par exemple au Royaume-Uni de différer son renoncement au Gold Standard. Dans le cas autrichien, la nécessité de l’heure dicte l’acceptation d’un emprunt lancé sous les auspices de la SDN. Ailleurs, en Allemagne et en Hongrie, les créanciers acceptent des accords d’immobilisations. Ces mesures ponctuelles s’accompagnent d’un contrôle sur les économies des États bénéficiaires (sauf le Reich), un contrôle qui pousse à généraliser à l’échelle européenne une gestion déflationniste rigoureuse. Les organisations internationales, (surtout les instances de la SDN) envisagent ensuite des mesures structurelles pour permettre de connecter les marchés occidentaux excédentaires en capitaux et les marchés orientaux. On débat ainsi de la nécessité d’un institut de crédit international agricole (une Société hypothécaire). Celui-ci, en échange de garanties, offrirait des placements sûrs aux financiers des pays industrialisés et favoriserait la modernisation agricole à l’Est. Mais l’effondrement bancaire en Europe handicape sérieusement la mise en route d’un tel organisme. Les plans successifs de Franqui répondent au même objectif de relance des circuits financiers européens. L’institut de crédit qu’il imagine aurait un rôle plus étendu que la simple organisation du financement de l’agriculture. Le responsable belge préconise également la constitution sous l’autorité de la BRI d’un fonds qui viendrait en aide aux pays qui connaissent des difficultés financières. Dans le cas envisagé, Franqui préconise que le solde des réparations allemandes pourrait constituer la participation du Reich à l’œuvre commune.

8Cette idée d’un fonds monétaire est omniprésente en 1932-1933. Elle est évoquée à Stresa en septembre 1932, sous la forme d’une normalisation monétaire européenne. L’organisme qu’il conviendrait de créer participerait à la suppression du contrôle des changes en Europe centrale. Son organisation est prévue et sa gestion serait confiée à la BRI. Mais la perspective d’une conférence internationale freine les ardeurs du groupe de travail réuni pour finaliser ce projet. L’Europe se rallie à la stabilisation monétaire internationale, condition du retour à un ordre européen. Dans ce contexte germe le concept d’un « ordre » atlantique, autour d’un fonds de stabilisation tripartite, qui vise à fixer les parités des trois principales devises. La réalisation d’un tel institut favoriserait une réorganisation monétaire de la planète dont l’Europe ne pourrait que bénéficier. Son échec au moment de la conférence de Londres consacre le nationalisme économique. Il pose la question de la responsabilité des États dans la mise en œuvre de la coopération économique et financière envisagée en Europe.

9Une forte proportion de projets est élaborée dans le cadre de la SDN. D’autres proviennent de représentants de pays, comme les propositions de Franqui ou de Tardieu. Pour leur mise en œuvre, l’intervention des États est incontournable. Comment les puissances voient-elles l’organisation financière et économique du continent ? Il convient pour elles d’empêcher toute solution qui permettrait l’hégémonie d’un rival. Ces luttes d’influence sont particulièrement sensibles pour toutes les actions en Europe centrale. Les projets français sont combattus par les Allemands et les Italiens ; Paris fait échec à la Mitteleuropa envisagée par Berlin. S’impose cependant progressivement la considération d’une responsabilité particulière des grands États (France, Reich, Royaume-Uni, Italie) qui pourraient dicter leurs solutions. Cela se retrouve dans les réunions de 1932 consacrées à l’Europe danubienne. Le directoire économique préfigure le pacte à quatre proposé par Mussolini au printemps 1933. L’idée sous-jacente est la même : réviser l’ordre européen pour sortir de situations sans issue. Mais elle bute en 1932-1933, pour les questions économiques comme plus tard pour les questions politiques, sur les conceptions européennes des puissances. Pour Paris, les solutions économiques doivent stabiliser une zone troublée par la crise et l’agitation nationaliste, et renforcer le poids local de la Petite Entente. La dimension financière est également importante dans les visions françaises, car on espère se servir des capitaux et de l’or pour obtenir des compensations politiques qui bloqueraient toute perspective de révision pour une quinzaine d’années. Pour l’Italie et l’Allemagne, la coopération proposée sert une politique plus active dans le bassin du Danube, dont l’objectif est d’affaiblir le dispositif français. Le contenu économique de leurs projets vise à créer un espace d’échanges complémentaires au centre de l’Europe d’où Paris serait absente. On fragiliserait par ce biais les systèmes d’alliances de la France. Ces projets comportent également des dimensions économiques, dans la mesure où la stabilisation économique de l’Europe doit assurer à la France le remboursement de ses créances et où le système préconisé par Berlin assurerait au Reich des débouchés industriels, ce qui, compte tenu de la crise allemande, n’est pas négligeable.

10Dans ces conditions que peuvent espérer les organismes internationaux ? Bien souvent ils abordent les mêmes domaines sans créer la synergie nécessaire. On peut mentionner le projet de travaux publics élaborés par le BIT, dont le financement relève du Comité financier de la SDN. C’est à Genève que le projet d’Albert Thomas trouve ses principaux détracteurs. Que dire des oppositions internes à la SDN entre la CEUE et le Comité économique, oppositions qui conduisent à une légère « fronde » de ce dernier ? La BRI collabore plus facilement avec les banques centrales qu’avec le Comité financier. Les conséquences de politiques gouvernementales mues par les intérêts nationaux et des dysfonctionnements des organismes internationaux conduisent à un seul accord multilatéral : la conclusion d’un emprunt international en faveur de l’Autriche. Aucun autre chantier n’aboutit : ni l’action économique concertée, ni l’organisation d’un système de crédit et d’un fonds monétaire.

11Les travaux préparatoires et la conférence de Londres elle-même contiennent en germe les éléments de l’évolution ultérieure. Le fonds tripartite envisagé en avril 1933 comporte les bases de la stabilisation monétaire de septembre 1936, elle-même prémisse d’un ordre atlantique. La réunion de Londres consacre cependant le repli américain et britannique sur leurs marchés, continental pour les uns, impérial pour les autres. L’Europe continentale se retrouve seule. Sur quelles bases peut-elle s’organiser ? Le Bloc-or échoue pratiquement dès sa constitution à cause de la frilosité française. Paris est en effet incapable d’accorder le moindre avantage commercial à ses partenaires. En différant le sauvetage de l’Europe centrale à Stresa, en abandonnant cette partie du continent à elle-même à Londres en juillet 1933, les puissances la poussent dans les bras de l’Allemagne, seul État capable d’absorber les excédents agricoles danubiens. La conférence de Londres constitue le point d’aboutissement d’une évolution qui conduit, à travers l’instrumentalisation des projets européens, à la révision de l’ordre économique et financier institué par le traité de Versailles et stabilisé par les plans Dawes et Young. Il ne reste qu’à achever cette révision sur le plan politique.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540