Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et finances sous l’Ancien Régime

 | 
Joël Félix

Présentation

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’aboutissement de quatre années de recherches passées à consulter les sources et la bibliographie de l’histoire économique et financière de l’Ancien Régime. On en conviendra, quatre années sont peu de chose au regard des trois derniers siècles de la monarchie. Le lecteur ne trouvera donc pas nécessairement réponse aux multiples questions qu’il est en droit de se poser. Tout ouvrage, même un guide du chercheur, doit répondre à certains impératifs qui définissent ses enjeux et sa cohérence.

2La première limite est celle de la chronologie. L’année de départ, 1523, correspond à la création du trésor de l’épargne qui marque la centralisation des recettes de la monarchie. L’année 1789 ne pose pas de problèmes, sinon à préciser que les institutions royales se sont effondrées plus tard, en 1791, et que la vie des hommes de l’Ancien Régime ne s’est pas arrêtée avec la Révolution.

3Il est plus délicat de justifier la conception générale de ce guide. Sa construction relève de choix personnels, mais qui ont été constamment dictés par le souci de fournir aux chercheurs un instrument de travail adapté à leurs besoins spécifiques et d’apporter à l’histoire de l’économie et des finances publiques, cette impulsion décisive que met en œuvre le Comité pour l’Histoire économique et financière de la France. Cette double ambition obligeait autant à l’état des sources qu’à l’état des connaissances.

4Pour les sources, c’est un modèle général de description par gisement documentaire qui a été adopté : Archives nationales, archives départementales, archives communales, autres dépôts d’archives, bibliothèques et sources conservées à l’étranger. Toutefois, à des fins d’ordre pédagogique, les archives ministérielles ont été traitées avec les Archives nationales.

5La présentation des documents économiques et financiers respecte le cadre de classement (séries, fonds d’archives, collections de manuscrits, etc.) propre aux dépôts d’archives et aux bibliothèques. Chaque chapitre forme ainsi un ensemble cohérent dont les parties et sous-parties peuvent être lues indépendamment. Le signalement des sources complémentaires et l’index permettent de passer, au moins mentalement, d’un lieu de conservation à l’autre, de relier la documentation citée et suggèrent les cheminements qui peuvent servir à retrouver certains documents ou à surmonter les éventuelles destructions ou disparitions d’archives.

6Face au volume d’informations, il devenait impossible de songer à dresser un inventaire détaillé des documents économiques et financiers conservés par les dépôts d’archives et les bibliothèques. Le chercheur ne doit donc pas s’attendre à de longues énumérations de cotes d’archives, sauf à titre d’exemple. Il a semblé plus utile de donner un aperçu des principales attributions de chacune des institutions dont les fonds d’archives sont étudiés, de les replacer dans le cadre de l’organisation et de la hiérarchie des pouvoirs, enfin de signaler les principaux types de documents et leurs instruments de recherche. Ces informations archivistiques sont complétées par des références aux anciens recueils de législation et de jurisprudence, aux études d’histoire institutionnelle et aux travaux historiques ayant étudié ou mis à profit certains fonds d’archives ou catégories de documents.

7La présentation des sources est précédée par une introduction aux outils de la recherche bibliographique et par une bibliographie générale. Elle n’est pas exhaustive, mais recense les ouvrages dont la lecture a été jugée utile pour les divers thèmes de recherche se rattachant à l’histoire économique et financière de l’Ancien Régime. Cet ouvrage s’achève enfin sur un clin d’œil aux principaux travaux historiques consacrés aux finances des pays étrangers.

Remerciements.

8Depuis 1989, j’ai bénéficié d’un soutien constant de la part des membres du Comité pour l’histoire économique et financière de la France et de son conseil scientifique. D’agréables conditions de travail et une confiance toujours renouvelée ont permis de mener à bien une entreprise plus longue que je ne l’imaginais à l’origine.

9Mes remerciements s’adressent d’abord à M. Michel Antoine qui a accepté de diriger ce travail. Ses relectures scrupuleuses et son imposante érudition ont eu raison de mes erreurs. Je lui sais particulièrement gré de ses encouragements, de sa tolérance et de l’entière liberté qu’il m’a accordée et dont j’avais besoin. Il serait injuste de ne pas saisir cette occasion pour rendre un hommage à la mémoire de M. Michel Bruguière, qui eut l’idée de ce guide mais sans en voir l’aboutissement.

10Je reste sensible à l’appui de Mme Françoise Bayard, dont l’enthousiasme a emporté des difficultés mineures et qui a bien voulu prendre sur son temps pour lire et amender ce texte. Le regard critique de M. Guy Thuillier a toujours été un bon stimulant contre la satisfaction facile. Je dois encore remercier les sympathiques remarques et annotations de M. François Monnier.

11Mme Florence Descamps, secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, m’a témoigné, dès le départ, une confiance dont je lui suis pleinement reconnaissant. Son soutien, l’aide de mes collègues et la gentillesse des personnes qui animent la vie quotidienne du Comité sont inscrits dans cet ouvrage.

12Je ne peux oublier les amicales conversations financières avec Mme Annette Smedley-Weill et M. Richard Bonney auprès des Archives et de la Bibliothèque nationales. Le personnel de ces deux établissements a procuré une aide sans laquelle ces recherches eussent été moins faciles.

13Il m’est enfin agréable de dire ma dette à M. Guy Chaussinand-Nogaret qui a réussi à me transmettre sa passion pour l’histoire des finances.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540