Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Les conférences de la dernière chance

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1La conférence de Lausanne avait fourni une base qui pouvait aplanir certaines difficultés. En fixant un solde final pour les réparations allemandes, elle entretenait l’espoir de voir les créanciers se servir de ce modèle pour réduire les « dettes politiques ». Une solution satisfaisante de cette question créerait le climat de confiance nécessaire à la lutte contre la dépression. Lausanne avait également prévu des priorités. Il convenait d’abord de tenter de sortir l’Europe centrale du marasme dans lequel elle s’enlisait depuis trois ans. On réunirait ensuite une conférence internationale qui parachèverait au niveau mondial ce qu’on avait commencé en Europe.

2La réunion de Stresa est intéressante par les solutions techniques qu’elle préconise. Elle imagine ainsi un système d’échanges préférentiels et lance l’idée d’un fonds de normalisation monétaire en Europe. Mais elle place ces deux grandes propositions sur un pied d’égalité. Cela laisse tout loisir aux États de repousser les résolutions de la conférence, les uns prétextant ne pas pouvoir participer au fonds, les autres rejetant les traités préférentiels sans accompagnement financier. On choisit donc de s’en remettre à la conférence internationale. Mais comment peut-elle réussir là où les États européens ont échoué ?

3On s’oriente d’abord vers une hégémonie partagée par les trois grandes puissances : États-Unis, France et Royaume-Uni. Les rencontres de Washington en avril-mai 1933 témoignent de la difficulté des trois pays à faire un geste de solidarité. Roosevelt ne veut pas entendre parler d’une réévaluation du dollar ; Mac Donald ne veut rien savoir d’une stabilisation désavantageuse pour la livre. Quant à Daladier, il s’oppose au fonds de stabilisation des changes, car il n’est pas question de sacrifier l’or et le franc français aux devises anglaise et américaine. Les divergences entre les trois États réintroduisent les autres nations du continent européen dans le jeu. L’Allemagne souhaite prioritairement trouver un règlement de la question des dettes et l’Europe du centre et de l’Est une solution à ses difficultés de transferts et à sa crise céréalière.

4La crise est également exploitée à des fins politiques. Le Reich et le Royaume-Uni attendent un geste financier de la France, à défaut d’avoir pu obtenir des concessions françaises en matière de désarmement ou en matière de révision de l’ordre européen. Mais la France, après l’obtention de l’égalité des droits par Berlin, exige un contrôle du réarmement allemand et n’entend souscrire aux projets mussoliniens de pacte à quatre que si on garantit l’intégrité territoriale de ses alliés d’Europe centrale. Isolée dans ces positions, Paris n’est guère disposée à prendre une initiative sur le terrain économique et financier.

5La conférence de Londres est alors pratiquement condamnée avant de s’être réunie. C’est sans entrain que les délégations exposent leurs divergences. Le message américain affirme tout haut ce que tout le monde pense. Il rend inutile toute négociation supplémentaire et consacre la suprématie des politiques économiques nationales sur toute forme de coopération. Les États européens livrés à eux-mêmes ne voient d’autre issue que dans des solutions régionales : bloc-or sous la direction de la France, Europe danubienne sous hégémonie économique allemande. Mais peut-on attendre un sacrifice de la part de la France, au moment où elle s’enfonce chaque jour davantage dans la crise ? L’Allemagne en revanche donne des signes de reprise économique. Le choix entre les deux pays est vite fait. Il est également facilité par le repli britannique de plus en plus prononcé sur l’Empire.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540