Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et finances sous l’Ancien Régime

 | 
Joël Félix

Introduction

Françoise Bayard

Texte intégral

1Peut-on, en France, faire de l’histoire économique ou financière sans être guidé ? Très certainement. De nombreux chercheurs l’ont prouvé. Pourtant, dès sa création, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France a souhaité élaborer des guides du chercheur en ce domaine. Joël Félix présente aujourd’hui celui qui traite de l’histoire moderne. On ne peut que s’en réjouir à trois titres.

2En premier lieu, pour les services qu’il rendra. Nul doute qu’un vrai chercheur aime à « inventer » ses sources et tire quelque gloire à avoir, le premier, découvert un document inédit ou exploité une série oubliée. Aucun, cependant, ne peut se passer des inventaires et des catalogues d’archives, des conseils de spécialistes, des pistes signalées par des collègues. L’histoire invite à la modestie : chaque travail vient après un autre, apporte son lot de nouveautés qui s’effacent ensuite devant un autre. Il serait donc bien sot et prétentieux de négliger les informations que certains ont mis longtemps à rassembler. Pour être franc, d’ailleurs, la solitude du pionnier est souvent lourde à porter. Le bonheur peut être à l’arrivée. Les embûches, les pertes de temps, les erreurs, le malheur aussi émaillent trop souvent un parcours qui peut hélas ! ne pas se terminer. C’est pour aider les chercheurs débutants ou occasionnels et leur éviter nombre d’écueils que ce guide a été rédigé.

3En second lieu parce que Joël Félix a bien compris les objectifs du Comité : promouvoir la recherche en histoire économique et financière, donc aider ceux qui s’y adonnent à s’orienter dans le désordre des sources. Car l’histoire financière – et à un moindre degré l’histoire économique – de la France moderne est relativement récente. Sa construction est passée par trois étapes. Jusqu’en 1914, quelques pionniers, de très grande valeur, ont travaillé sur la monnaie, la fiscalité, la fortune privée et les ressources de l’État. Les seuls noms de de Wailly (Les variations de la livre tournois depuis le règne de saint Louis juqu’à l’établissement de la monnaie décimale, 1857), de Clamageran (Histoire de l’impôt en France, 1867-1876), de Marion (Les impôts directs sous l’Ancien Régime, 1910 ; Histoire financière de la France depuis 1715, 1914), de Pasquier (L’impôt des gabelles en France aux xviie et xviiie siècles, 1905), de d’Avenel (La fortune privée à travers sept siècles, 1895), de Bailly (Histoire financière de la France depuis l’origine de la monarchie jusqu’à la fin de 1786, 1830), de Germain-Martin (Histoire du crédit en France sous le règne de Louis XIV, 1913), de Stourm (Les finances de l’Ancien Régime et de la Révolution, 1905 ; Bibliographie historique des finances de la France au xviiie siècle, 1895), de Vuhrer (Histoire de la dette publique en France, 1886), de Fagniez (L’économie sociale de la France sous Henri IV, 1897) et de bien d’autres, attestent suffisamment l’intérêt porté, avant la première guerre, à ces domaines, dont on percevait alors le poids quotidien, et la solidité des recherches réalisées qui demeurent toujours des ouvrages de référence.

4Pourtant, il manquait comme un chef d’orchestre à ces chercheurs qui restaient essentiellement tournés vers les finances et isolés dans une science qui portait avant tout, alors, sur les événements politiques. On ne dira jamais assez l’importance de l’École des Annales dans l’émergence de l’histoire économique de la France (et sans doute du monde). Comment oublier Lucien Febvre et Marc Bloch qui, entre les deux guerres, ont appris à la communauté historique qu’on pouvait faire une autre histoire et l’ont prouvé dans d’inoubliables ouvrages qui – pour ce qui nous intéresse ici -portaient comme titres L’esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe et Les caractères originaux de l’histoire rurale française ? Comment ne pas citer le zèle de Fernand Braudel, générateur, à la VIe section de l’École pratique des hautes études, créée en 1947, puis à la Maison des Sciences de l’Homme, de toute une école historique et rédacteur lui-même bien après la Méditerranée, des trois volumes fondamentaux (Les structures du quotidien ; Les jeux de l’échange ; Le temps du monde) de la Civilisation matérielle, économie et capitalisme xvie-xviiie siècle et de trois autres (inachevés) sur l’identité de la France dans lesquels l’économie tient, naturellement, une place essentielle ? Comment ne pas penser à Ernest Labrousse qui, pendant cinquante ans, des années 30 aux années 80, après avoir rédigé l’Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France à la fin de l’Ancien Régime (1932) et La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution (1943), a impulsé, en France, depuis sa chaire de la Sorbonne, les recherches d’histoire économique et sociale ? Comment écarter la génération d’historiens qui, à leur suite, a œuvré dans cette voie, en travaillant sur l’Espagne (Pierre Chaunu ; Pierre Vilar), le monde rural (René Baehrel ; Pierre Goubert ; Jean Jacquart ; Emmanuel Le Roy Ladurie ; Pierre de Saint-Jacob), l’industrie (Pierre Deyon ; François Dornic ; Pierre Léon), la banque et le commerce (Charles Carrière, Richard Gascon ; Jean Tarrade), la monnaie et les prix (Jean Meuvret) ? Avec eux on découvrit Séville et l’Atlantique, la Catalogne à l’époque moderne, la Basse-Provence rurale de la fin du xvie siècle à 1789 (1961), Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à ¡730 (1960), la Crise rurale en Île-de-France de 1550 à 1670 (1974), les paysans de Languedoc (1966) et de la Bourgogne du Nord (1960), Amiens capitale provinciale (1967), l’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1815) (1955), la naissance de la grande industrie en Dauphiné (1954), le grand commerce et la vie urbaine à Lyon (1971), les négociants marseillais au xviiie siècle (1973), le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime (1972), les prix des céréales extraits de la mercuriale de Paris 1520-1690 (1960-1962), et une floraison d’ouvrages qui ont tous fait date.

5Quoi d’étonnant qu’ils aient été suivis par de jeunes chercheurs séduits par la nouveauté de leurs recherches et le dynamisme de leurs personnes ? De 1970 à 1985, une autre brassée de thèses ou de travaux venait à terme sous la plume de Paul Butel, Guy Cabourdin, Serge Chassagne, Anne-Marie Cocula, Georges Durand, Georges Frêche, Joseph Goy, Marcel Lachiver, Michel Morineau, Hugues Neveux, Abel Poitrineau, Claude Pris, Denis Woronoff. Ensemble, ils réalisaient de grandes synthèses : l’Histoire économique et sociale de la France (1977) dirigée par F. Braudel et E. Labrousse, l’Histoire de la France rurale (1975) conduite par G. Duby et A. Wallon, l’Histoire de la France urbaine menée par G. Duby et E. Le Roy Ladurie, et l’Histoire économique et sociale du monde (1977-1978) conçue par P. Léon. On était pris dans un tourbillon. Cette deuxième étape, si brillante, semblait ne jamais devoir s’arrêter.

6Pourtant les chiffres sont là. Vers 1960, 55 % des thèses d’histoire moderne en préparation concernaient l’histoire économique et sociale. Entre 1965 et 1980, cette thématique n’intéressait plus que 40 % des thèses soutenues. Vers 1980, les « mentalités » semblaient avoir détrôné l’histoire économique voire l’histoire sociale, si bien que Jean Boutier pouvait, à juste titre, écrire, en 1986, que « l’histoire économique est actuellement portée disparue » (l’État des sciences sociales en France). Ce retrait s’explique. L’ampleur de la moisson était telle qu’on pouvait avoir le sentiment que tout était dit, qu’on n’écrirait rien de nouveau et que le quadrillage systématique du pays n’apportait rien de mieux que ce qui avait été antérieurement découvert sur telle ou telle autre région. Par ailleurs, sous l’impulsion des économistes américains, l’histoire économique devenait quantitative (J. Marczewski) et cherchait à construire des modèles (New Economic History). Les historiens français, de formation littéraire pour la plupart, pouvaient difficilement peindre une économie qui excluait les hommes. Surtout, à partir des années 70, émergeaient d’autres problématiques qu’André Burguière, Philippe Ariès, Jean-Marie Pesez, Jean-Claude Schmitt et Évelyne Patlageon présentent sous la houlette de Jacques Le Goff dans la Nouvelle Histoire. Désormais, l’anthropologie, adaptée à l’histoire, permettait d’examiner les domaines de la famille, de la sexualité, de la vie, de la mort ; l’histoire des mentalités explorait les attitudes et les sentiments collectifs ou les pratiques culturelles de masse ; la vie et les objets quotidiens étaient étudiés ; l’imaginaire était sondé et les marginaux parvenaient sur le devant de la scène historique. Leur succès se fondait sur les révisions idéologiques des années 80 qui faisaient s’effondrer les présupposés de l’histoire économique. Jusqu’alors, les historiens qui s’y adonnaient, même non marxistes, pensaient que les sociétés reposaient sur la superposition de trois niveaux déterminés (l’économie, la société, les mentalités) décalés temporellement, que les structures se distinguaient de la conjoncture, que les conditions matérielles étaient le moteur du changement social et que le réel pouvait être appréhendé dans sa totalité. La « nouvelle histoire » des années 80 vit s’écrouler le marxisme, revenir le religieux et le politique, s’élargir la psychologie et la psychanalyse, s’approfondir les échanges interdisciplinaires, se diversifier les approches et les méthodes. L’histoire totale comme l’unité du champ historique paraissaient désormais impossibles. Enfin, la nouvelle conception de l’histoire n’était pas, non plus, favorable à l’histoire économique. On n’est plus, désormais, au temps de l’histoire positiviste. Aujourd’hui, c’est un historien bien ancré dans son temps, posant un regard personnel sur le passé, qui écrit l’histoire. Depuis les années 80, la sphère du public retient moins que la sphère privée. Ajoutera-t-on encore que la rapidité des nouvelles thèses n’est guère compatible avec la durée des dépouillements des séries économiques de la France d’Ancien Régime ? Quoi qu’il en soit, l’histoire économique est beaucoup moins prisée aujourd’hui qu’autrefois. Elle est arrivée à un troisième stade : celui du repli.

7Est-ce à dire qu’elle a entièrement disparu ? Ce serait vite aller en besogne. Certes, l’histoire économique régionale ne donne plus guère lieu à études malgré le Vivarais d’A. Molinier (1985) et le Vannetais de J. Gallet (1987) ; l’histoire des prix qui servait à déterminer des conjonctures économiques a beaucoup souffert ; la macro-économie n’est plus guère pratiquée que par P. Bairoch et des données qu’on estimait définitivement acquises – ainsi le « tragique xviie siècle » dépeint par P. Goubert – sont fortement remises en cause. Mais il est clair qu’une autre histoire économique est née depuis le milieu des années 80 et que des travaux d’un nouveau type se préparent actuellement. Dans l’ensemble, l’agriculture intéresse moins, mais la vague écologique a conduit J.-R. Pitte à décrire le paysage français (1983), et A. Corvol à examiner les rapports des hommes et des arbres (1984-1986) ; l’intérêt porté aux problèmes de rentabilité a amené G. Beaur à s’occuper du marché foncier (1984), G. Postel-Vinay à évaluer la rente foncière dans le capitalisme agricole (1974) et J.-M. Moriceau à présenter les grandes exploitations (1992). Le grand commerce et la banque canalisent moins d’initiatives, mais les recherches coordonnées par F. Crouzet sur le négoce international (1989) et les études de K. Fukasawa (1987), A. Lespagnol (1990) et Sala-Molins (1987) sur le commerce du coton en Méditerranée, les négociants de Saint-Malo et la traite des Noirs émergent néanmoins. En revanche, l’industrie, le commerce intérieur, la monnaie, la finance, la fiscalité et l’économie politique retiennent davantage les chercheurs.

8Les travaux de F. Mendels sur la proto-industrialisation (1972) ont été à l’origine de recherches variées sur les processus d’industralisation et de désindustrialisation (numéro spécial des Annales en 1984) selon les époques. J.-P. Chaplain a décrit la cité drapière de Louviers (1984). A. Fillon, P. Minard (1989) et D. Roche (1982) ont appréhendé le monde du travail par l’intermédiaire des journaux d’ouvriers étaminier, typographe et vitrier. W. Sewell a percé le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848 (1983). Le marché intérieur français a été étudié par B. Lepetit et D. Margairaz qui ont montré le rôle des chemins de terre et des voies d’eau (1984) ainsi que des foires et des marchés dans la France pré-industrielle (1988) et l’organisation de l’espace français. La fabrication de la monnaie (B. Collin, M. Dhenin, J. Duplessy, M. Morineau), les circuits monétaires (K.-N. Chaudhuri, R. Pillorget, A. Poitrineau) et le rôle de l’État en la matière (M.-T. Boyer-Xambeu, G. Deleplace, L. Gillard) n’ont pas rebuté les chercheurs qui en restent, cependant, bien souvent, encore, au stade de l’article. L’économie politique a été dynamisée par S.-L. Kaplan (Le pain, le peuple et le roi : la bataille du libéralisme sous Louis XV, 1986), S. Meyssonnier (La balance et l’horloge : la génèse de la pensée libérale en France au xviiie siècle, 1992), A. Murphy (art. R.H.M.C. 1986) et J.-C. Perrot (Pour une histoire intellectuelle de l’économie politique, 1992). Malgré tout, c’est le domaine des finances qui a connu la plus forte avancée. Le secteur a été abordé à la fois dans ses institutions (M. Antoine ; F. Bluche et J.-F. Solnon ; J.-B. Collins ; A. Guéry ; D. Hickey ; J.-C. Hocquet) dans son fonctionnement général (R. Bonney ; D. Buisseret ; A. Guéry ; M. Morineau ; H.-J. Shakespeare), dans les hommes qui le servaient comme administrateurs (V. Azimi), pourvoyeurs (F. Bayard ; D. Dessert ; C. Michaud), fraudeurs (B. Briais ; M. Huvet-Martinet), profiteurs (J.-C. Waquet) et dans son évolution (J. Meyer ; H. Michaud ; J. Riley).

9Il s’en faut cependant de beaucoup que tout ait été dit. Tant dans les secteurs anciennement labourés que dans les zones nouvellement défrichées, bien des points restent à éclaircir. Pour les historiens des campagnes, l’analyse des structures de l’exploitation agricole et de la propriété foncière reste un champ privilégié d’enquête. Elle peut expliquer l’innovation agraire au même titre que la généralisation des techniques, les rendements et les productions. Mais « l’équilibre bio-social des terroirs » dont parle M. Morineau est encore peu connu et les rapports ville-campagne, pourtant essentiels pour apprécier le fonctionnement global d’une économie régionale, sont rarement décrits, malgré l’apport déterminant de J.-C. Perrot à Caen. Les historiens de l’industrie ont délaissé bien des secteurs (en dehors des manufactures textiles, des charbonnages et de l’industrie lourde) et se sont peu intéressés au xvie siècle. Ils ont encore beaucoup à faire pour comprendre le fonctionnement économique et social des métiers et celui des fabriques rurales. Les historiens du commerce se pencheraient avec profit sur le xviie siècle trop longtemps oublié entre un xvie et un xviiie siècles florissants et surtout sur le commerce régional et local et les mini-échanges effectués par les habitants de chaque village. Le secteur bancaire est, pour la période moderne, à peine écorné. Tout est donc à faire, depuis les prêts consentis, dans un lieu donné, par ceux qui détiennent l’argent à ceux qui le sollicitent jusqu’aux banques urbaines dont on ignore encore si elles furent autant aux mains des étrangers et des protestants qu’on a bien voulu le dire, si elles étaient organisées en réseau comme dans l’Angleterre du xviiie siècle et quel fut leur impact sur l’économie française. Dans le domaine financier, beaucoup reste à faire sur la fin du xvie siècle et le xviiie siècle. Il faut patiemment reconstituer les chiffres des recettes et des dépenses, comprendre comment et avec l’aide de qui les monarques comblaient les déficits, analyser les méthodes de la comptabilité publique, la manière dont étaient gérées les diverses caisses, les rapports qu’elles entretenaient entre elles, déterminer le poids du système financier sur l’économie, saisir le rapport des souverains, des ministres et des élites sociales à l’argent, ressusciter les grandes figures du monde financier, la manière dont elles travaillaient, les liens qui les unissaient aux riches du royaume. Au niveau local, tout est à faire. Les membres, les fonctions, l’importance des bureaux des finances et des élections, le rôle de ces institutions au sein d’une région devraient être scrutés à l’instar de ce que P. Rosset a réalisé sur Lille au xviiie siècle. Les finances municipales ont aussi beaucoup à donner. Dans le domaine des idées et de la politique économique, la relecture des grands textes à la lueur des travaux des économistes contemporains doit se poursuivre afin de remonter à leurs origines et de retrouver leur filiation. Leur poids réel doit cependant être mesuré dans les discours, les correspondances et les actes des administrateurs.

10Mais une histoire économique digne de ce nom ne peut s’enfermer dans une étroite spécialisation. En France, l’histoire économique a toujours été liée aux réalités politiques et sociales. Il serait fort dommageable que l’on s’éloignât maintenant d’une ligne qui fut si profitable. Comment, par exemple, comprendre les crises économiques et les révoltes populaires du début du xviie siècle si on exclut les tensions internationales, la progression de l’État moderne et le poids des prélèvements ?

11C’est dans cet esprit que Joël Félix, piloté par Michel Antoine, a conçu ce Guide du chercheur. Il n’a jamais eu pour objectif de se substituer aux inventaires d’archives ni aux catalogues des collections et manuscrits des bibliothèques. Il a simplement voulu recenser des outils indispensables pour mener efficacement une recherche. Trois partis ont été pris dès l’origine de son travail comme il s’en est expliqué dans le tome II d’Études et documents (pages 407 à 414). En premier lieu, faire un manuel pour débutants ; en second lieu, embrasser la totalité des sources financières et économiques parisiennes et provinciales ; en troisième lieu, en réaliser une présentation non thématique. C’est pourquoi l’ouvrage comprend d’abord une présentation des sources de la recherche bibliographique et une bibliographie générale sur les finances et l’économie françaises. L’étudiant ou le chercheur occasionnel peut ainsi, sur une question donnée, mettre ses connaissances à jour et orienter sa recherche. La deuxième partie concerne les différents dépôts d’archives : nationales, ministérielles, départementales, municipales et autres. À chaque fois, Joël Félix explique l’histoire des fonds et montre par quelques exemples particulièrement illustratifs leur intérêt pour la compréhension de l’économie française d’Ancien Régime. Le classement interne qu’il a choisi privilégie les institutions. Il les présente en faisant le point sur ce que l’on sait d’elles (voir à cet égard l’excellente notice élaborée sur le Conseil du roi) grâce à la bibliographie qui figure en note. Ainsi peut-on se faire une idée claire de l’organisation générale du système économique, financier et fiscal du royaume à travers la présentation du Conseil du Roi, de la Chancellerie de France, des quatre secrétariats d’État, de la surintendance et du contrôle général des finances, des différents tribunaux et administrations spéciales, des intendances, des bureaux de finances, des élections, des états provinciaux, etc. En ce sens, l’ouvrage fait un peu figure de guide des institutions avec l’avantage d’aborder concrètement leur fonctionnement grâce à la description de leurs activités quotidiennes et des documents qu’elles ont produits. Mais Joël Félix a aussi, constamment, eu le souci des hommes. Son guide inclut les papiers du minutier central parisien et des notaires de provinces, les archives privées et familiales et les papiers des princes qui permettent de pénétrer dans la vie des leaders ou des soutiens de l’économie. Il n’a garde d’oublier les archives des collectivités ecclésiastiques, hospitalières, éducatives et des métiers généralement, fort bien tenues, qui sont fondamentales pour apprécier la vie quotidienne des hommes à cette époque. Une troisième partie plus courte rassemble les manuscrits et les imprimés des bibliothèques françaises que l’auteur classe de manière identique. En annexe sont présentées les sources de l’histoire économique et financière de la France à l’étranger et la bibliographie des travaux d’histoire économique et financière des pays étrangers.

12Joël Félix a parfaitement rempli la tâche qui lui avait été assignée. Le guide qu’il livre permet à quiconque veut travailler sur l’économie et les finances de la France d’Ancien Régime de comprendre l’organisation des archives et des bibliothèques, de trouver les outils qui recensent les instruments de travail, de repérer les séries essentielles à sa recherche, y compris dans des endroits auxquels on ne songe pas, de passer d’une série à une autre, d’un dépôt à un autre, de mesurer l’originalité et la pertinence de ses découvertes par rapport à l’état des connaissances. Il ne peut donc que faciliter le nouvel élan qu’appelaient Michel Bruguière (Études et Documents n° 1, pages I à IX) et le Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Qu’il en soit -ainsi que tous ceux qui l’ont soutenu – remercié.

Auteur

Université Lumière – Lyon II.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540