Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie et finances sous l’Ancien Régime

 | 
Joël Félix

Avant-propos

Michel Antoine

Texte intégral

1Mettre sur pied, pour la période dite de l’Ancien Régime, le Guide du chercheur en histoire économique et financière : telle fut la mission confiée à M. Joël Félix par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Mission accomplie avec la publication du présent ouvrage, fruit de quatre années d’investigations patientes et acharnées. Mission difficile, à la fois par nature et pour des raisons particulières.

2Il peut, en effet, n’être point trop malaisé de guider les chercheurs dans le maquis des archives sécrétées par une institution : une reconstitution précise de son organigramme permet de ressusciter l’ordre et le cours de son travail et, par conséquent, de discerner quels gisements et quelles sortes de documents auraient dû en résulter et en subsistent en fait. Combien plus délicate est la préparation d’un guide thématique, dont l’auteur, quelles que soient sa pénétration et sa largeur de vues, n’est jamais assuré de recenser de façon exhaustive les sources concernant le sujet traité, ni d’imaginer toutes les questions capables de surgir dans l’esprit des chercheurs. À cette difficulté foncière venait, pour M. Joël Félix, s’en ajouter une autre, due au mauvais sort qui, depuis le xviie siècle, a souvent frappé les archives financières de l’État : les greffes de la chambre des comptes et de la cour des aides de Paris ont été ravagés en 1737 et 1776 par des incendies accidentels et ensuite le vandalisme révolutionnaire et celui des communards ont provoqué l’anéantissement de masses énormes de documents essentiels. D’où la nécessité de repérer dans toute la mesure du possible non seulement ce qui a pu survivre à ces épreuves, mais toutes les sources latérales ou complémentaires susceptibles de parer à la défaillance des principales.

3Face à cette situation, M. Joël Félix a choisi de privilégier les archives, dont la présentation remplit près des trois quarts de ce guide. Il n’y avait pas d’autre parti à prendre. La vocation d’un dépôt public d’archives, en effet, est de recevoir et de conserver les papiers des grands corps de l’État et des administrations nationales ou départementales : quelles que soient les calamités qui ont pu frapper tels et tels fonds ou les aberrations ayant inspiré certains classements, c’est inévitablement vers les archives que se tourne l’historien, c’est là qu’il faut le guider, et cela à travers toute la France, voire à l’étranger. C’est pourquoi les pages traitant des archives départementales et municipales sont aussi développées que celles relatives aux dépôts de la capitale. Non par souci égalitaire, mais parce que la France d’Ancien Régime, objet de ce guide, est restée jusqu’au bout toute diversité, en dépit d’une centralisation monarchique dont on se fait souvent une idée fausse ou exagérée. En outre, la nature et la richesse de certains fonds dans tels et tels dépôts départementaux permettent de pallier les lacunes de la documentation parisienne.

4Les bibliothèques occupent beaucoup moins de pages, même la Bibliothèque nationale, qui regorge pourtant de documents éclairant l’histoire économique et financière de l’Ancien Régime. Mais la constitution d’un fonds ou d’un dépôt d’archives relève toujours d’une certaine logique et celle-ci, même si en pratique elle a été plus d’une fois bafouée ou ignorée, offre néanmoins au rédacteur d’un guide un fil conducteur qui lui fait défaut lorsqu’il aborde les collections de manuscrits des bibliothèques.

5Ainsi avertis des conditions et des principes qui ont présidé à l’élaboration de ce Guide, les chercheurs y reconnaîtront vite, n’en doutons pas, un instrument de travail indispensable et rendront hommage à la perspicacité et aux talents de sourcier de son auteur.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable