Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Annexes

Annexe II. La situation économique des grands magasins

Rapport présenté au ministre du Commerce par M. Robaglia conseiller technique au ministère du Commerce (le 3 août 1939). Confidentiel

Texte intégral

A. BASES DE L’ENQUÊTE

1En vue d’apprécier la portée de l’enquête à laquelle nous avons procédé, et de n’en point tirer des conclusions trop formelles, il importe avant tout de dégager dans quel esprit elle a été entreprise.

2Les grands magasins n’étant qu’une des formes de la distribution, une étude critique de leur situation visant notamment leur structure et leur méthode de gestion nous eût contraint de procéder à une enquête parallèle pour toutes les autres firmes concurrentes; vis-à-vis des grands magasins eux-mêmes, il eût fallu s’astreindre à une étude approfondie de chaque maison. Une telle tâche eût exigé que l’on s’y consacrât exclusivement; nous n’y pouvions songer. D’ailleurs, notons que même vis-à-vis des magasins à prix uniques nous étions dans l’impossibilité d’exiger les renseignements qui nous auraient été nécessaires pour procéder à d’utiles comparaisons, le délégué de leur organisme syndical s’étant sur ce point montré notamment réticent.

3Cette ignorance, à laquelle nous avons dû nous résoudre, de l’évolution et des résultats de l’activité, au cours de ces dernières années, des magasins à prix uniques, des magasins à succursales multiples et du commerce de détail, constitue, de toute évidence, une lacune sérieuse dans notre enquête, puisqu’elle ne nous permet pas d’apprécier, du moins quant à son ampleur, si le recul du volume des affaires enregistré par les grands magasins leur est propre ou non. Il va de soi que cette seule indication aurait été infiniment précieuse pour peu qu’elle fut accompagnée de certaines données analogues à celles que nous avons recueillies dans les grands magasins et qui nous ont été fournies pour chacun d’eux sans difficulté.

4Ces données, base de notre enquête, sont très simples. Elles visent essentiellement d’une part les critères d’activité des grands magasins, chiffre d’affaires, nombre des débits pour certains articles, stocks, résultats d’exploitation, et d’autre part la nature, le montant et la répartition de leurs charges principales, appointements, impôts, frais généraux divers.

5Chaque intéressé nous a communiqué ses propres chiffres mais étant entendu que pour la plupart ils resteraient confidentiels, et que nous ne les utiliserions que pour apprécier la situation d’ensemble des grands magasins, voir l’importance des difficultés dont ils font état, en déceler les causes éventuelles et envisager, dans la mesure du possible, les différents remèdes qui pourraient y être apportés.

6C’est dans cet esprit que nous avons procédé, en consultant par ailleurs les représentants des employés. Notons enfin que les données recueillies portent presque toutes sur les années 1930, considérées comme le point culminant de la période de prospérité, 1935,1937 et 1938 (il s’agit en certains cas des années sociales 1936-1937 et 1937-1938, mais la chose importe peu) et qu’elles affectent la totalité des maisons adhérentes au Groupement d’études des grands magasins, exception faite de Réaumur, et aussi, pour la plupart des points, de la Belle Jardinière. Elle concernent donc la Samaritaine, le Printemps, les Galeries Lafayette, le Bon Marché, le Louvre, le Bazar de l’Hôtel de Ville et les Trois Quartiers.

B. ÉVOLUTION DE LA SITUATION DES GRANDS MAGASINS – PRINCIPAUX CRITÈRES D’ACTIVITÉ –

1. Chiffre d’affaires global (en francs)

7Ces chiffres ne reflètent évidemment pas avec exactitude le recul d’activité des grands magasins, puisqu’ils négligent les variations du coût de la vie. Il est certain que de 1937 à 1938 le volume des affaires a régressé de bien plus de 7 %, étant donné que la hausse des prix s’est produite durant cette période. De même, on ne saurait prétendre qu’en 1938, ni même en 1937, il ait été légèrement supérieur à celui de 1935. À cet égard, les deux tableaux ci-joints avec leur courbe représentative « chiffre d’affaires » et « volume d’affaires » des grands magasins donnent une idée aussi exacte que possible de la situation, puisque la courbe du volume a été établie en rectifiant celle du chiffre en fonction de l’indice du coût de la vie.

8On remarquera sans peine qu’une certaine stabilité est enregistrée depuis 1938 (si du moins on fait abstraction des journées ou même des semaines durant lesquelles la tension internationale avait atteint son extrême acuité). En fait, puisque le chiffre d’affaires des cinq premiers mois de 1939 est à peu près l’équivalent de celui des cinq premiers mois de 1938, le recul du volume des affaires est de l’ordre de grandeur de la hausse du coût de la vie enregistrée depuis cette époque, soit environ 5 %. En 1938, le recul était de 13 % par rapport à 1937 et de 36 % par rapport à 1930. Notons que si pour les année 1937 et 1938, comparées à 1930, le fléchissement du chiffre d’affaires a été plus ou moins accentué selon les grands magasins (et en faisant cette remarque nous négligeons que par suite de facteurs spéciaux, le chiffre de l’un d’entre eux s’est même légèrement accru), la stabilité enregistrée pour les cinq premiers mois de 1939 par rapport à la période correspondante de 1938 se retrouve à peu près sur toutes les maisons (le plus gros écart en moins étant de 4,5 % et en plus de 6 %.

2. Débits

9L’évolution du nombre des débits pour les rayons suivants : confection hommes et dames, articles de ménage, étoffes vendues au métrage, chaussures, nous a paru digne d’intérêt quoiqu’il ne faille pas l’identifier avec celle du volume des affaires, mais c’est un indice probant surtout quand les écarts enregistrés sont d’importance et affectent tous les magasins et les rayons de nature très différente.

10En fait, les indications fournies sont significatives, puisque pour l’ensemble : Bazar de l’Hôtel de Ville, Galeries Lafayette, Printemps, Samaritaine, la régression du nombre des débits est générale en 1937 et 1938 non seulement par rapport à 1930, mais aussi par rapport à 1935.

a. Confection hommes et dames

a. Confection hommes et dames

b. Articles de ménage

b. Articles de ménage

c. Étoffes vendues au métrage

c. Étoffes vendues au métrage

11Notons tout de suite qu’il ne nous paraît pas possible de tirer de ces chiffres non plus que du détail qui est en notre possession d’autres indications que celles du recul d’activité généralisé qu’ils font ressortir; on ne peut pas en déduire par exemple que la concurrence des autres formes de distribution a joué avec plus ou moins d’acuité dans telle ou telle branche. Observons toutefois que le recul des débits est moindre pour les étoffes vendues au mètre que pour les autres articles ci-dessus relevés : ce fait tient sans doute à ce qu’il est relativement aisé à la clientèle de se rabattre sur des tissus de moindre qualité, phénomène typique en période de dévaluation monétaire.

3. Stocks

12La diminution des stocks a motivé quelques critiques à l’égard des grands magasins. On peut en effet prétendre non sans apparence de raison, que si la clientèle a réduit ses achats, c’est dans une certaine mesure parce qu’elle n’a plus trouvé la variété d’articles, qui justement était une des attractions des grands magasins et une des causes de leur succès. On a notamment soutenu que, lors de la période de hausse brutale des prix au moment de la dévaluation de 1936, les grands magasins avaient, au détriment des autres, forcé les stocks d’articles qui ne risquaient pas de se déprécier (tels ceux de quincaillerie, de ménage) et dont la hausse devait normalement suivre d’assez près l’avilissement de notre monnaie. Il ne nous est pas possible d’affirmer que cette pratique ait eu l’ampleur que d’aucuns prétendent. Par contre, il est certain que la clientèle, au cours de ces dernières années, s’est plainte fréquemment qu’elle ne trouvait plus le choix auquel elle était accoutumée, et il suffit de quelques sondages pour s’assurer du bien-fondé de ces doléances.

13Si la chose est regrettable et a pu avoir quelque incidence sur le marché des affaires, on ne doit pourtant pas en exagérer la portée et on ne saurait, au surplus, méconnaître qu’il est bien difficile, lorsque le volume d’affaires se réduit, lorsque le cycle de rotation se ralentit et lorsque des difficultés de trésorerie se font jour, de ne pas réduire les stocks de marchandises.

14Les chiffres suivants donnent la mesure de cette réduction, qu’il convient bien entendu d’apprécier, en tenant compte de la hausse des prix survenue depuis 1936, et qui fait qu’à stock de volume égal aurait dû correspondre un accroissement de valeur d’environ 30 à 40 %.

  • 1 Pour les uns, la valeur d’inventaire est celle du prix d’achat amputé d’un pourcentage plus ou moi (...)

15Pouvons-nous juger à la lumière des bilans et du chiffre d’affaires de chaque entreprise que la quantité de marchandises en magasin est en certains cas suffisante ? Nous ne le pensons pas. En effet, les modes d’évaluation des stocks sont extrêmement variables suivant les grands magasins. Des indications nous ont été fournies à ce sujet1, mais il va de soi qu’au sein d’une même maison, les estimations diffèrent suivant les articles. Il aurait donc fallu pour se faire une idée précise de la situation, avoir une connaissance exacte de la décomposition des stocks, tâche qui eut vraiment excédé nos possibilités. Par ailleurs, au 31 juillet, fin de l’exercice des grands magasins, les stocks sont en général au plus bas, parce qu’ils sont reconstitués peu après pour les collections d’hiver et aussi parce que dans la présentation de bilans on s’efforce d’accroître les liquidités. Enfin les règles de calcul de la valeur d’inventaire ont été parfois modifiées depuis 1930. C’est ainsi que tel magasin qui pratiquait une dépréciation de 70 % du prix d’achat l’a réduite récemment à 50 % en raison de l’importance des démarques individuelles effectuées depuis plusieurs années.

4. Profits et pertes

16Pour la Samaritaine, les bénéfices nets avaient atteint 57 119 604 F au cours de l’exercice 1930-1931.

17Il est bien évident que chacun de ces chiffres justifierait un long commentaire, dont l’exactitude impliquerait une analyse approfondie des points essentiels de chaque bilan et par là même des modalités de gestion de chaque magasin.

18Dans tous les cas où il nous est apparu que des explications s’imposaient nous les avons sollicitées et elles nous ont été fournies. Dans l’ensemble, et sans même apprécier les résultats enregistrés à la lumière des capitaux investis (déduction faite du capital obligatoire qui a sa rémunération directe), on peut admettre qu’ils sont le reflet de conditions d’exploitation qui, pour la plupart des grands magasins, ne sauraient persister sans danger dans l’avenir.

C. DÉCOMPOSITION DES CHARGES

19Nous avons cru devoir les grouper dans trois rubriques principales : charges de personnel, charges fiscales et frais généraux divers.

1. Charges de personnel

  • 2 Non compris les indemnités et charges de salaires qui font l’objet d’une mention spéciale.

20L’effectif moyen du personnel et le montant des salaires payés2 sont évalués comme suit (ces chiffres comprenant à la fois le personnel de vente et autre que de vente, ainsi que les cadres).

21Il en résulte que depuis 1935, il y a eu près de 7 500 licenciements ou employés non remplacés, soit une réduction de près du quart de l’effectif. Cependant, que les charges de salaires s’accroissaient, malgré tout, de près de 35 %.

  • 3 En effet les entreprises spécialisées auxquelles sont confiés ces travaux paient des salaires moin (...)

22Nous devons en outre signaler que dans l’ensemble et notamment pour deux magasins, les licenciements ont frappé plus durement les services autres que de vente. La chose tient essentiellement à la suppression de certains services, les grands magasins ayant tendance à confier à des entreprises extérieures une partie des travaux qu’ils effectuaient eux-mêmes autrefois, afin que la charge de ces travaux soit moindre3. La réduction des services de livraison province a joué aussi son rôle.

23Le pourcentage des salaires par rapport au chiffre d’affaires a évolué comme suit :

24Encore y a-t-il lieu d’observer qu’aux salaires proprement dits s’ajoutent les indemnités et charges accessoires de salaires dont la progression a été très brutale depuis 1935.

25Afin d’éviter toute ambiguïté, nous avons jugé bon, au moins pour l’année 1938 et pour le dernier exercice social, de ventiler au sein des salaires payés la part qui était afférente aux employés relevant de la Convention collective et celle afférente aux cadres : 80 % du montant global des appointements vont aux premiers, et 20 % aux seconds.

26Cette indication vaut à peu près pour tous les magasins : dans celui où elle est la plus élevée, la part des cadres atteint 25 %.

27À titre exemplaire, les renseignements recueillis dans un magasin nous permettent de montrer comment ont évolué de 1935 à 1938 par rapport au chiffre d’affaires, le pourcentage des salaires totaux et le pourcentage des appointements alloués aux cadres.

28Dans le même ordre d’idées, nous nous sommes préoccupé du montant des traitements alloués aux cadres : premiers et seconds, c’est-à-dire chefs et sous-chefs de rayon ou de service, et intéressés, c’est-à-dire chefs administrateurs de groupes de rayons ou de services. Mais il est sur ce point assez difficile de fournir des indications précises, car ces traitements ne comportent en général qu’un fixe assez faible se montant le plus souvent à 1/3 du traitement global auquel on vise ; à ce fixe s’ajoute un pourcentage variable soit sur le chiffre d’affaires du rayon, pour les chefs et sous-chefs de rayon, soit sur le chiffre d’affaires global pour les chefs et sous-chefs de service ainsi que pour les intéressés dénommés parfois administrateurs. Ces traitements font l’objet de contrats particuliers, valables en général pour une année, et plus ou moins avantageux selon les capacités de leurs bénéficiaires.

29C’est donc pour définir des ordres de grandeur et pour ne pas laisser totalement dans l’ombre cette question des cadres, qui a motivé parfois certaines critiques, que nous avons établi le tableau suivant, valable pour le dernier exercice écoulé (tantôt nous donnons le traitement moyen, tantôt les traitements extrêmes) en faisant seulement état des chiffres qui nous ont été remis par quelques magasins :

30Un fait accessoire, et qui n’est peut-être qu’une coïncidence, vaut d’être noté : la répartition des charges de salaires entre le personnel de vente et celui des services nous a permis de relever que dans les magasins qui ont des filiales à prix uniques, la part des salaires payés au personnel des services était infiniment plus considérable que dans les autres.

2. Charges fiscales

31L’ensemble des charges fiscales a progressé comme suit (en francs) :

32Le recul enregistré de 1930 à 1935 tient essentiellement à la diminution des recouvrements effectués au titre de la taxe sur le chiffre d’affaires et de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux, ce qui est normal étant donné les indications que nous avons précédemment fournies sur l’évolution de l’activité des grands magasins.

33Par rapport au chiffre des affaires, les charges fiscales ont représenté les pourcentages suivants :

34et la patente à elle seule :

35Il est un magasin pour lequel le pourcentage de la patente dépasse en 1938, 5 %.

36L’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux, la taxe sur le chiffre d’affaires ou la taxe à la production, la contribution foncière n’appellent pas d’observations particulières; ils frappent les grands magasins comme leurs concurrents, en respectant le principe de l’égalité fiscale. Mais il en va tout autrement pour la taxe spéciale sur le chiffre d’affaires et pour la patente.

37La première, qui ne frappe que les chiffres d’affaires de vente au détail dépassant un million de francs, s’élève de 0,13 % (tranche de 1 à 2 millions) à 0,65 % (au-dessus de 200 millions). Il est indubitable que du fait de la hausse des prix qui est intervenue depuis qu’a été instituée cette taxe en 1917, l’incidence prévue par le législateur s’est automatiquement accrue. On peut évidemment objecter que dans une ville comme Paris, nombre de commerçants de détail qui, à l’époque, n’étaient pas touchés par la taxe, y sont maintenant assujettis, mais ils ne supportent alors que des taux assez faibles, ceux des tranches inférieures.

38La taxe spéciale représente pour les grands magasins une charge d’autant plus appréciable dans l’ensemble de leurs impôts (en 1938, 18 millions de francs sur 294 millions) qu’elle se motivait à l’origine par un souci d’égalité fiscale et qu’elle joue maintenant à rebours, étant donné que les conditions d’exploitation des grands magasins sont plus onéreuses que celles de leurs concurrents, tout au moins quant aux charges de salaires.

39La même remarque vaut pour la patente, dont nous jugeons superflu d’exposer ici en détail quels sont les différents éléments dans le cas des grands magasins (droit fixe comprenant une taxe par spécialité, une taxe par voiture et par cheval, une taxe par employé; droit proportionnel établi sur la valeur locative des magasins, ateliers, etc., selon un tarif spécial qui est progressif à la différence de ceux qui sont appliqués aux autres professions). En ce qui concerne les anomalies ainsi que les excès auxquels aboutit cet impôt dans sa forme actuelle, et les conséquences antisociales qui en découlent, nous estimons qu’on peut se reporter sans le moindre inconvénient pour l’exactitude des faits, à la brochure de M. Jacques Lacour-Gayet : Les charges fiscales et sociales des entreprises à commerces multiples (1939). Que la taxe par employé arrive à atteindre à Paris par le jeu des centimes pour le mille et unième employé 1 675 F, pour le deux mille et unième 3 015 F, pour le trois mille et unième 4 355 F et pour le quatre mille et deuxième 5 695 F, il y a là quelque chose de vraiment abusif et d’infiniment dangereux dans ses incidences sociales par l’invite qu’elle est au licenciement du personnel, quand on constate qu’en mars 1939 des magasins comme le Bon Marché, les Galeries Lafayette, le Printemps et la Samaritaine avaient encore chacun plus de 4 000 employés.

3. Frais généraux (autres que les salaires et les impôts) :

40Ils se sont élevés à :

41et leur pourcentage par rapport au chiffre d’affaires a évolué comme suit :

42L’accroissement de ce pourcentage est donc infime, surtout si on le compare à celui des charges fiscales et des salaires dont nous avons fait état.

43Il est bien évident que lorsqu’on groupe, sous un chiffre unique et pour plusieurs magasins, des postes aussi complexes que ceux compris sous la mention « frais généraux », on est contraint de s’en tenir à une vue d’ensemble et de négliger les corrections et les interprétations qui s’imposeraient pour que les comparaisons soient rigoureusement exactes, surtout quand celles-ci s’échelonnent sur une période de 9 ans.

44Ce serait, ici plus qu’ailleurs, l’exposé de la situation de chaque magasin qu’il nous faudrait faire (notamment pour certains, de leurs méthodes d’achats par l’entreprise d’un organisme spécialisé, des pourcentages fixes ou variables, suivant les articles, qui sont alloués à ce dernier, de la nature des liens existant entre les deux) ; il nous faudrait indiquer que pour tel magasin, les services de livraison de magasinage sont depuis 1934 du ressort d’une société spéciale et qu’en conséquence les frais de personnel afférents à ces opérations qui, en 1930, rentraient sous la rubrique « salaires », sont désormais inscrites à celle de « frais généraux ». Nous serions ainsi entraîné à un luxe de détails qui seraient, à notre avis, sans le moindre intérêt pour la tâche qui nous a été assignée : fournir quelques données simples reflétant l’évolution de la situation des grands magasins.

45Au sein de cette rubrique très vaste : « frais généraux autres que salaires et impôts », nous croyons pourtant intéressant de distraire le poste « publicité » pour marquer quelle en a été l’évolution (en millions de francs) :

46ce qui, par rapport au chiffre d’affaires, donne des pourcentages de :

47Il n’apparaît donc pas qu’il y ait une contraction excessive des dépenses de publicité. Sans doute celle-ci doit-elle procéder du volume des affaires en visant à l’accroître : mais on ne peut exiger d’une entreprise que si ce volume manifeste une régression continue, elle persiste à faire le même effort publicitaire; nous avons pu d’ailleurs constater que l’un des magasins les plus touchés était justement celui pour lequel, au regard du chiffre d’affaires, la publicité ressortait à un montant particulièrement élevé.

D. APPRÉCIATION D’ENSEMBLE DE CES DONNÉES ET CONCLUSION

  • 4 Toutefois, il est un magasin pour lequel les pourcentages en 1935-1938 ne sont respectivement que (...)

48Pour l’année 1938, le total des charges s’est élevé à 1 milliard 388 millions et a représenté 44 % du chiffre d’affaires, alors qu’en 1935 le pourcentage n’était que de 34 %4.

  • 5 Le taux de marque consiste dans le pourcentage dont il convient d’augmenter le prix de revient des (...)

49Cet écart reflète les difficultés de la situation. Il suffit à expliquer que le taux de marque5 des grands magasins ne soit relevé d’environ 10 % depuis trois ans, sans que pour plusieurs d’entre eux, ce relèvement ait permis de réaliser des bénéfices ou même d’éviter une perte d’exploitation sensible.

  • 6 Les statuts de la Samaritaine, les modalités d’attribution des parts bénéficiaires du personnel (s (...)

50La même appréciation ne peut valoir pour les différents magasins. Sur les sept que nous avons enquêtes, le Printemps, les Galeries Lafayette, le Louvre, le Bon Marché et le Bazar de l’Hôtel de Ville présentent une situation nettement défavorable ; les Trois Quartiers, dont les caractéristiques sont assez particulières, parviennent à une sorte d’équilibre qui n’est point synonyme de prospérité; quant à la Samaritaine6elle se trouve hors de la zone des difficultés que rencontrent les autres magasins, car elle réalise encore des bénéfices appréciables, mais qui n’ont rien d’excessif si l’on considère les capitaux investis; au surplus elle a dû momentanément renoncer à approvisionner ses réserves comme par le passé.

51Dans l’ensemble, on ne peut s’empêcher d’observer que les grands magasins qui ont pour filiales des magasins à prix uniques, tels que le Printemps avec « Prisunic » et le Bon Marché avec « Priminime » n’en tirent qu’un profit très réduit en tant que participation financière; le profit est nul bien entendu pour les Galeries Lafayette qui ne sont liées à « Monoprix » et à « Lanoma » que par le canal d’administrateurs communs.

  • 7 Voir notamment le rapport présenté par M. Marcel Rives au Conseil national économique sur « les ma (...)

52La politique suivie en cette matière par les grands magasins ou plus exactement par certains d’entre eux n’a pas été sans soulever d’ardentes polémiques et il est infiniment délicat d’émettre une opinion définitive. Les grands magasins font valoir que s’ils n’avaient pas contribué au développement des « prix uniques » d’autres s’y seraient employés et que le résultat eût été bien plus néfaste. La chose est plausible, mais il se peut aussi que faute d’avoir à leur disposition l’appui technique des grands magasins, ils n’eussent point prospéré aussi rapidement. Quoi qu’il en soit, un fait est regrettable : c’est que, par le revenu de leur portefeuille, certains grands magasins ne trouvent pas une compensation substantielle à la concurrence active que leur font les « prix uniques » et qui, sans préjudice d’une prudente politique d’amortissement, devrait normalement se traduire pour ces derniers par des résultats d’exploitation largement bénéficiaires, puisque pour de multiples raisons7 ils connaissent le succès auprès de tout un public.

53En ce qui concerne les charges de main-d’œuvre des grands magasins, que nous nous sommes précédemment contenté de chiffrer, il est certain qu’elles sont au total beaucoup plus lourdes que chez tous leurs concurrents, exception faite de ceux qui sont liés par la Convention collective de l’habillement et de la nouveauté.

  • 8 Employés occupés à la vente proprement dite, employés auxiliaires immédiats de la vente, employés (...)
  • 9 Nous négligeons ci-après la hausse de 3 % résultant d’un tout récent arbitrage pour les prix uniqu (...)
  • 10 Les observations suivantes valent aussi pour les comptables; les chiffres seuls diffèrent.

54La Convention collective du Groupement d’études des grands magasins fixe pour le personnel de la catégorie A8 âgé de plus de 24 ans, des salaires qui sont, en ce qui concerne les femmes, supérieurs à ceux des prix uniques9 de près de 30 % et en ce qui concerne les hommes (d’ailleurs inemployés dans les prix uniques pour la vente) de près de 25 %. Pour le personnel plus jeune compris entre 18 et 24 ans, auquel recourent très largement les prix uniques, les différences sont moindres, mais restent encore appréciables, presque de l’ordre de 12 à 18 % pour les hommes et de 15 à 25 % pour les femmes. Indiquons toutefois, en nous en tenant, pour simplifier, au personnel âgé d’au moins 24 ans, que les prix uniques comprennent un nombre assez important de premières vendeuses de bergerie, qui au lieu de 1 177 F inscrits à la Convention collective, touchent en réalité 1 379 F, traitement qui se compare aux 1 481 F alloués dans les grands magasins. En outre, pour les sténodactylographes il n’y a pas de différence entre les grands magasins et les prix uniques10, contrairement à ce qui paraît résulter du tableau comparatif établi par le Groupement d’études (les deux salaires respectivement indiqués étant de 1 177 F et 1 480 F pour les femmes âgées de 24 ans au moins) ; en effet, ces traitements de 1 177 et de 1 480 F sont ceux notamment d’une employée aux écritures; or, la sténodactylographe capable de faire cent mots en sténo et quarante à la machine, ce qui est courant, touche une indemnité d’emploi de 168 F dans les grands magasins et de 471 F dans les prix uniques. Conséquence : une telle sténo-dactylographe touche dans les deux cas le même traitement de 1 648 F.

55Par ailleurs, il est très normal que le salaire de la vendeuse d’un grand magasin soit supérieur à celui payé dans un prix unique; le travail n’est pas comparable : l’une fait l’article, l’autre s’en abstient. Le vrai problème est donc plutôt d’apprécier si l’écart de salaires est ou non excessif, pour les différences de qualité professionnelle.

  • 11 Employés faisant des travaux de transport, rangement de marchandises, livreurs, personnel des asce (...)

56Pour le personnel de la catégorie B11, les écarts de salaires sont sensiblement moindres que dans la catégorie A; c’est encore pour les employés, hommes ou femmes âgés d’au moins 23 ou 24 ans qu’il atteint le maximum :

57Comparativement aux salaires fixés par le Contrat collectif de la Chambre syndicale d’habillement et de nouveauté au détail (Région parisienne), ceux des grands magasins ne sont que de peu supérieurs; l’écart est même inexistant dans le cas des magasins d’habillement et nouveauté comprenant de 180 à 540 employés ; il est au maximum de l’ordre de 7 % (femmes de 24 ans au moins, catégorie A) quand le nombre des employés ne dépasse pas 180.

58Par contre, vis-à-vis des commerçants-détaillants qui ne sont liés par aucune convention collective (il n’y a que quelques conventions particulières), les différences de salaires sont considérables, ceux des grands magasins étant souvent supérieurs de 30 à 40 %.

59D’une façon générale, les salaires des grands magasins dépassent les taux des emplois similaires dans toutes les autres corporations, même soumises à des conventions collectives.

60Indiquons pour compléter cet aperçu sur les différences de charges sociales existant entre grands magasins et commerces concurrents, que la Chambre syndicale des employés juge assez choquant que les grands magasins, dont dépendent directement ou indirectement les prix uniques, se targuent des moindres salaires des prix uniques à la fixation desquels ils ont contribué, pour demander une diminution des leurs.

61En vue d’alléger leurs charges de salaires, quelques grands magasins, outre le licenciement, procèdent depuis plus d’un an à des mises à pied d’une durée plus ou moins longue suivant les maisons (un, deux et trois jours par mois) ; l’un d’entre eux plutôt que de recourir à cette pratique a préféré octroyer à son personnel au moment des vacances, huit jours de congés supplémentaires non payés. Les mises à pied ont pour effet de réduire le montant du salaire mensuel, puisque celui inscrit dans la Convention collective n’est payé que dans la mesure où l’employé travaille pendant la durée normale. Une mise à pied de trois jours réduit donc le salaire mensuel d’environ 10 %. Cette mesure peut apparaître regrettable, mais elle nous semble pourtant préférable au licenciement ou à une réduction du salaire normal, qui du point de vue psychologique, serait évidemment inopportune dans les circonstances présentes. Il est préférable que l’égalisation des salaires puisse se faire progressivement par le haut entre les différentes formes de distribution concurrentes.

  • 12 Un magasin comme la Samaritaine, dont la clientèle populaire se soucie avant tout d’acheter meille (...)

62Faute d’un allégement de leurs charges sociales, que les mises à pied temporaires ne réalisent que dans une faible mesure, et non sans inconvénient, quand ce n’est pas une impossibilité pour certains magasins qui ne disposent plus que d’un personnel déjà fortement réduit et à peine suffisant en certains cas, pour satisfaire la clientèle12, il est deux catégories de mesures qui seraient de nature à améliorer la situation des grands magasins :

  1. La réforme du régime de la patente, réforme dont nous avons déjà dit qu’elle se justifie pour un motif d’équité, quoique en raison des charges sociales résultant de la Convention collective, l’inégalité des conditions d’exploitation joue désormais non plus en faveur des grands magasins, mais bien en faveur de leurs concurrents. Une modification de la taxe spéciale sur le chiffre d’affaires serait, elle aussi, souhaitable, mais elle nous paraît difficile à réaliser. Au contraire, en ce qui concerne la patente, la réforme devrait essentiellement porter sur la taxe par employé et sur la progressivité excessive du droit proportionnel sur la valeur locative.
  2. Dans le même esprit, mettre fin à la situation fiscale privilégiée dont bénéficient les organismes para-commerciaux dénommés « groupements d’acheteurs » qui sont constitués entre consommateurs privés, en général sous forme de sociétés de commission, et qui mettent en rapport les producteurs ou grossistes et les consommateurs. Ces organismes, ainsi qu’il l’a déjà été indiqué lors de l’Enquête à la production de 1937 (12e comité technique), devraient être assujettis aux impôts normaux du commerce de détail, c’est-à-dire à la patente des détaillants (le cas échéant de « tenant magasin de plusieurs espèces de marchandises ») et taxe spéciale sur le chiffre d’affaires (se référer notamment à la proposition de loi n° 6321, janvier 1936).

63Outre ces deux mesures, il en est une de portée réduite, mais qui ne serait pas dénuée de tout intérêt : c’est la possibilité pour certains magasins de grouper leurs services de livraison. Or, ce groupement grâce auquel les frais généraux seraient réduits, aurait pour effet actuellement d’attribuer le caractère de transports publics à des transports privés, de telle sorte que chaque livraison, devant être effectuée au moyen d’une lettre de voiture, se verrait frappée par une taxe prohibitive de 1,20 F. Il semble bien que, sans prendre la moindre diminution de recette fiscale, on pourrait attribuer la qualité de transporteurs privés à ceux qui effectueraient des livraisons pour un nombre limité de magasins déterminés et exclusivement pour eux.

64D’une façon générale, il serait expédient que l’administration des Finances fasse preuve, à l’égard des grands magasins, d’un libéralisme de circonstance, dans l’interprétation des textes relatifs à l’application des impôts qui les frappent. Est-il possible de faire un pronostic raisonné sur l’avenir des grands magasins ? Nous avons déjà marqué que pour la plupart d’entre eux, les conditions d’exploitation actuelles ne sauraient subsister sans danger ; nous entendons par là le maintien de leurs charges de toute nature avec un chiffre d’affaires étale, et nous ne faisons pas entrer en ligne de compte les problèmes de gestion technique ou financière, quoiqu’il soit patent qu’en maintes circonstances de sérieuses erreurs aient été commises, qui fixent la situation présente. D’un mot, en admettant que les charges de salaires vont rester stables, que les charges fiscales peuvent comporter quelques allègements et que les frais généraux autres ne peuvent pas être davantage comprimés, le volume des affaires des grands magasins a-t-il chance de s’accroître dans l’hypothèse où la conjoncture mondiale évoluerait normalement ?

65Il nous semble qu’un pronostic plutôt optimiste peut être formulé : en se basant sur le fait d’ordre général que le commerce français n’a pas encore bénéficié de la reprise d’activité industrielle, décalage très normal, puisque cette reprise est essentiellement déclenchée par les besoins de la défense nationale et par le développement de nos exportations. Ce n’est qu’au bout d’un certain temps que l’accroissement du pouvoir d’achat des éléments producteurs peut se répercuter sur la demande des biens de consommation.

66Si, comme nous l’escomptons, l’activité commerciale s’améliore quelque peu au cours des mois prochains, il serait vraiment surprenant que la stagnation des grands magasins persiste. Sinon, il faudrait admettre que la formule commerciale qui fit leur succès est périmée : or, nous estimons qu’elle est toujours viable et qu’elle répond aux besoins de toute une clientèle qui ne saurait se satisfaire des avantages que leur offrent les organismes concurrents.

Notes

1 Pour les uns, la valeur d’inventaire est celle du prix d’achat amputé d’un pourcentage plus ou moins élevé et qui atteint parfois 70 %. Pour d’autres, c’est la valeur même du prix d’achat qui est inscrite. Parfois, la valeur inscrite est celle correspondant au prix de vente envisagé dans les 6 mois suivants, déduction faite d’une prévision de taux de marque calculée sur ce que fut effectivement ce taux au cours de l’exercice écoulé.

2 Non compris les indemnités et charges de salaires qui font l’objet d’une mention spéciale.

3 En effet les entreprises spécialisées auxquelles sont confiés ces travaux paient des salaires moins élevés, leur personnel n’étant pas régi par la Convention collective des grands magasins.

4 Toutefois, il est un magasin pour lequel les pourcentages en 1935-1938 ne sont respectivement que de 28,88 % et 36,23 %. Cette différence considérable avec les pourcentages d’ensemble atteste à quel point les conditions d’exploitation peuvent varier selon les entreprises.

5 Le taux de marque consiste dans le pourcentage dont il convient d’augmenter le prix de revient des marchandises pour obtenir en fin d’exercice le quantième de bénéfice brut nécessaire à la récupération de tous les frais généraux et à la production du bénéfice normal de l’entreprise.

6 Les statuts de la Samaritaine, les modalités d’attribution des parts bénéficiaires du personnel (subalterne et de maîtrise) nous semblent hors du cadre de cette étude. Indiquons néanmoins que ces parts touchent 66 % des bénéfices.

7 Voir notamment le rapport présenté par M. Marcel Rives au Conseil national économique sur « les magasins dits à prix uniques » (1939).

8 Employés occupés à la vente proprement dite, employés auxiliaires immédiats de la vente, employés faisant des travaux d’écriture, vérificateurs, démarcheurs, caissiers, téléphonistes, mécanographes, etc.

9 Nous négligeons ci-après la hausse de 3 % résultant d’un tout récent arbitrage pour les prix uniques et qui atténue légèrement les écarts enregistrés.

10 Les observations suivantes valent aussi pour les comptables; les chiffres seuls diffèrent.

11 Employés faisant des travaux de transport, rangement de marchandises, livreurs, personnel des ascenseurs, contrôle des caisses, nettoyage des locaux, chasseurs, veilleurs de nuit, etc.

12 Un magasin comme la Samaritaine, dont la clientèle populaire se soucie avant tout d’acheter meilleur marché qu’ailleurs, peut à la rigueur obtenir qu’elle patiente pour être servie. Mais il n’en va pas de même dans la plupart des autres magasins.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre a. Confection hommes et dames
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre b. Articles de ménage
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre c. Étoffes vendues au métrage
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre d. Chaussures
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2230/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540