Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Les conférences de la dernière chance

Chapitre XVIII

La situation à la veille de la conférence de Londres

Texte intégral

1Les entretiens de Washington n’ont pas donné les résultats escomptés. Le fonds monétaire espéré par Roosevelt est repoussé par Paris qui craint que l’on utilise le franc pour le sauvetage du dollar et de la livre. Seul résultat tangible : le ralliement des puissances à une trêve douanière souhaitée par le président américain. Les divergences qui se sont exprimées dans ces discussions préliminaires entre grandes puissances laissent présager le pire, d’autant plus que les pays sont décidés à sauver leurs intérêts avec la dernière énergie.

2La réunion est cependant proche, et le mois qui précède sa tenue est utilisé par les uns et les autres à arrêter les positions, à chercher éventuellement des alliés. Ce travail préparatoire est réalisé par les différents gouvernements. Les commissions interministérielles affinent les positions et les États cherchent le contact avec leurs partenaires. Mais cette phase préalable est également mise à profit par la SDN, par d’autres organisations internationales pour réfléchir à des solutions de compromis. Sur cette période préliminaire pèse enfin un contexte diplomatique marqué par la conférence sur le Désarmement et l’initiative de Mussolini de parvenir à un pacte à quatre.

Les états européens à la veille de la conférence de Londres

3Il est certain que la préoccupation essentielle de la conférence reste la restauration d’un ordre économique mondial. Mais la réunion de Londres offre également aux États européens la possibilité de créer un front contre les États-Unis et de trouver une solution propre au Vieux-Monde. Les mois d’avril et de mai 1933 sont mis à profit par les pays pour arrêter leurs positions et éventuellement nouer des contacts avec des partenaires proches. Les grandes puissances mènent indéniablement le jeu. Elles cherchent parfois à s’appuyer sur des États de moindre importance. Mais toute solution européenne passe par la résolution du problème de l’Europe danubienne. Celle-ci cherche à faire entendre à nouveau sa voix.

Les quatre grandes puissances européennes à la veille de la conférence de Londres

Le Royaume-Uni1

  • 1 On se reportera sur ce point à la correspondance de Jacques Rueff avec le Ministère des Finances, i (...)

4Les éléments monétaires et financiers sont importants pour le Royaume-Uni. Londres cherche à nouer le contact avec la France. Les banques centrales des deux puissances essaient d’adopter une position commune.

  • 2 Lettre Rueff à Ministère des Finances du 24 mai 1933, in AEF – B 32 319.

5La première priorité du gouvernement britannique concerne les questions monétaires. L’incertitude monétaire gêne les Anglais qui préconisent un système de stabilisation des devises. Ce que critique Londres, c’est l’attitude des États-Unis qui ont sacrifié la stabilité du dollar. Une devise américaine orientée à la baisse handicape sérieusement la compétitivité de l’économie britannique. Les autorités de la Grande-Bretagne espèrent obtenir des États participants à la conférence un engagement par lequel les États feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour employer les réserves de leur institut d’émission au maintien d’une certaine stabilité des monnaies. Cette déclaration de principe obtenue, la conférence devrait alors s’attaquer à la réforme du système de l’étalon-or, et notamment à l’abaissement des pourcentages de couverture des banques centrales. L’Angleterre s’oppose en revanche à la constitution d’un fonds commun des changes pour l’Europe centrale, car les États-Unis ne sont pas décidés à participer « à une œuvre internationale tendant à rétablir la convertibilité des monnaies en Europe centrale ». Londres considère en effet que sans soutien américain, la perspective de la suppression du contrôle des changes en Europe danubienne est condamnée2.

  • 3 Lettre Rueff à Ministère des Finances du 24 mai 1933, in AEF – B 32 319.

6Sur le plan commercial, le Royaume-Uni s’éloigne de la liberté des échanges. Il estime illusoire toute convention multilatérale, pour se rallier à des accords préférentiels ou bilatéraux. C’est une évolution importante dans l’approche commerciale anglaise. Londres a déjà mis en place une politique de contingentement agricole, appuyée par Neville Chamberlain et la préférence impériale définie à Ottawa donne pour l’instant satisfaction au gouvernement de Sa Majesté. Que peut-on dès lors espérer ? Leith-Ross confie à Rueff que l’on s’attend en Angleterre à « de simples résolutions platoniques ». Il faut donc rechercher une procédure susceptible d’atténuer les répercussions d’un échec trop apparent. Les propositions britanniques ont tendance à se multiplier dans ce sens. Londres pense par exemple à une modification du déroulement de la conférence. Celle-ci exprimerait d’abord des vœux généraux, puis constaterait l’impossibilité de parvenir à une stabilisation des monnaies. Dès lors les délégués des États se sépareraient et on constituerait un comité des ministres des Finances qui s’attaquerait aux questions monétaires. Si ce groupe de grands argentiers parvenait à un accord monétaire international, on pourrait alors envisager de convoquer à nouveau la conférence pour discuter du rétablissement des échanges internationaux. Ce déroulement, s’il est accepté par les partenaires, renvoie aux calendes grecques toute possibilité de résultat3.

  • 4 Rencontre Rueff-Leith-Ross du 24 mai 1933, relatée par dépêche du même jour Rueff à Min. Finances i (...)
  • 5 Le texte du projet de fonds est communiqué par Rueff au Ministère des Finances, le 26 mai 1933 in A (...)

7Le gouvernement britannique ne désespère cependant pas de trouver une solution pour la stabilisation des monnaies, comme en témoignent ses initiatives de la fin du mois de mai 1933. Le 24 mai 1933, l’Angleterre envisage un projet de déclaration à la conférence. Elle pourrait y mentionner la volonté d’une stabilité de fait du sterling. La livre serait stabilisée par rapport à l’or non pas par un cours légal, mais par une valeur qui dépendrait d’une réévaluation préalable du dollar. Autant dire que ce projet vise à rendre les Américains responsables de l’impossibilité d’une stabilisation de la devise britannique4. Le 26 mai, la Trésorerie communique un projet de fonds commun qui tend à la suppression des contrôles de changes et des clearings de devises. En voici les grandes lignes. Les gouvernements des États possédant des facilités de crédit inutilisées remettraient à leur banque centrale une obligation d’État en échange de laquelle chacune de ces banques centrales ouvrirait à son gouvernement un crédit d’égal montant. Ce crédit permettrait aux autorités de chaque pays de souscrire une part dans le capital d’un institut central de crédit qu’il s’agit de créer. Cet institut consentirait des prêts aux pays débiteurs et recevrait en échange des obligations non négociables à long et à moyen terme. Les gouvernements « débiteurs », à leur tour, donneraient les devises ainsi obtenues à leurs banques centrales respectives contre l’annulation d’une fraction équivalente de leur dette à l’égard de leur institut monétaire. Ce système correspond à des crédits à répétition qui suivraient le circuit suivant : banques centrales des pays créditeurs, gouvernements créditeurs, institut central de crédit, gouvernement débiteur, banque centrale du pays débiteur. La contrepartie exigée du débiteur concerne la suppression du contrôle des changes5.

  • 6 Négociations entre le gouverneur de la Banque de France et le gouverneur de la Banque d’Angleterre, (...)

8Des conversations parallèles entre la Banque de France et celle d’Angleterre révèlent les préoccupations communes aux deux instituts. Ceux-ci sont favorables au rétablissement rapide des monnaies sur une base-or. Cette stabilisation n’est envisageable que précédée de discussions entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Mais cela suppose connaître la position américaine. Sur le plan technique, les négociations entre les trois puissances devraient se dérouler entre les représentants gouvernementaux assistés par les services techniques des trois banques centrales. Ces entretiens se dérouleraient à Paris, avant l’ouverture de la conférence de Londres. Mais les deux banques centrales européennes estiment que le plan d’un fonds monétaire tripartite tel qu’il avait été proposé par les autorités américaines ne peut être pris en considération6.

  • 7 Sur ce débat, voir note de Jacques Rueff du 31 mai 1933 à Min. Finances, in AEF – B 32 318.
  • 8 Note sur les thèses britanniques du 8 juin 1933, Jacques Rueff à Min. Finances, in AEF – B 32 319.

9Après un ultime débat aux Communes à la fin du mois de mai 1933 (du 24 au 30 mai), la position britannique est définitivement arrêtée au début du mois de juin 19337. La cause profonde de la crise mondiale réside dans l’inégale répartition de l’or. Alors que les stocks d’or français se sont élevés de 74 % depuis 1929 et ceux des États-Unis de 20 % au cours de la même période, les fonds des autres pays diminuent eux de 23 %. Ces derniers ont été condamnés à pratiquer une politique de déflation qui a provoqué une baisse généralisée des prix. Le protectionnisme français et américain empêche les débiteurs de se libérer de leurs obligations par le commerce. Il faut dès lors se battre pour l’annulation des dettes de guerre et des réparations, pour la suppression des entraves commerciales, et pour un effort concerté en faveur de la restauration de l’étalon-or. Le rétablissement ultérieur de l’étalon-or exige la liberté des mouvements de l’or, des garanties contre l’accumulation stérile de certains pays et l’abaissement du taux de couverture des banques centrales. La stabilisation de la livre est ainsi subordonnée, pour les responsables britanniques, à l’octroi à la Grande-Bretagne de la part de la France et des États-Unis de facilités d’importations qui rendraient plus défavorables la balance commerciale de ces pays et faciliterait ainsi la redistribution de l’or. Les revendications anglaises comportent également un aspect stratégique : en cas d’échec prévisible, en faire porter la responsabilité aux gouvernements français et américain8. Paris est aussi une cible toute trouvée pour le Reich allemand.

L’Allemagne

  • 9 Correspondance de Gaillet-Billoteau, attaché financier à Berlin, à Min. Finances, le 31 mai 1933 in (...)
  • 10 Voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques franco-allemandes 1932-1939, Comité par l’histoir (...)

10L’Allemagne a eu l’intelligence stratégique de faire précéder la réunion de Londres par deux réunions de créanciers sur les accords d’immobilisation (Stillhalte). La dernière, celle de mai 1933, a été décidée par Schacht lui-même lors de son voyage à Washington en mai 1933. La stratégie du président de la Reichsbank est simple. En remboursant dès son retour des États-Unis l’essentiel des crédits Lee-Higginson (20 milliards de RM) et en honorant les avances consenties par les banques centrales étrangères, Schacht vise à montrer l’épuisement des réserves de la Reichsbank. Dans le contexte de la nouvelle politique économique allemande qui se traduit (effort autarcique oblige depuis février 1933) par un recul des exportations, la diminution des réserves allemandes liée à ce remboursement exceptionnel risque d’avoir des conséquences sur la monnaie allemande. Un effondrement du RM n’est pas sans conséquence sur l’économie mondiale. Les créanciers ont tout intérêt dans ces conditions à envisager un réaménagement de la dette extérieure allemande qui exige tous les ans une mobilisation de 1 328 millions de RM. L’Allemagne tente ainsi de contourner l’avantage que lui a procuré la dévaluation du dollar, car l’essentiel de ses remboursements est libellé dans cette devise. Il est alors indispensable pour Schacht de modifier une évolution qui peut paraître favorable. C’est à cela que correspondent les versements anticipés signalés ci-dessus. Le président de la Reichsbank joue avec les propres réserves de l’institut d’émission pour parvenir à son objectif : après la fin des réparations libérer l’Allemagne des dettes privées9. Le moratoire des transferts souhaité pour ces créances, ne concernerait cependant pas le remboursement des emprunts Young et Dawes, « sacrés », aux dires de Schacht. Le gouvernement allemand s’engage, en effet, à honorer l’échéance du premier juin 1933. Une loi du 6 juin 1933 institutionnalise le système des créances gelées. On ouvre aux créanciers étrangers un compte dans une Caisse de conversion à Berlin. Le débiteur allemand honore ses dettes en RM sur ce compte. En fonction des réserves de la Reichsbank, la Caisse remet au créancier étranger une contre-valeur ; le solde est libellé en bons à échéance indéterminée : les scrips en RM. À la veille de la conférence de Londres, le Reich dispose par ce biais d’un moyen de pression pour parvenir à l’annulation totale ou partielle des dettes privées10.

  • 11 Note de l’attaché financier à Berlin au Min. Finances du 26 avril 1933, in AEF – B 32 319.
  • 12 Attaché financier à Berlin au Min. Finances du 29 mai 1933, in AEF – B 32 319.
  • 13 Lettre Hugenberg à Hitler, 16 avril 1933 in Bundesarchiv-Berlin, Reichswirtschaftsministerium, doss (...)

11Mais l’Allemagne a également d’autres objectifs. Elle est favorable à l’extension du crédit public et à un système qui redistribuerait l’or. Elle appuie, par exemple, le projet Franqui qui va dans ce sens. À la différence du Royaume-Uni, le Reich ne souhaite pas un relèvement des prix qui, pour lui se traduirait par un renchérissement des matières premières. Une telle mesure handicaperait sérieusement le commerce extérieur. Attachées à l’étalon-or, les autorités de Berlin ne sont pas favorables à une dévaluation générale des monnaies. Elles souhaitent une réduction de la couverture des monnaies. Les revendications commerciales sont classiques : l’Allemagne reste attachée au bilatéralisme. Mais celui-ci est remis quelque peu en cause par la nouvelle orientation économique du régime : l’autarcie. Cela n’empêche cependant pas l’Allemagne de s’intéresser aux pays peu développés de l’Europe centrale11. Favorable au protectionnisme, Berlin s’est ralliée pour des considérations stratégiques à la proposition de trêve douanière américaine. Sur cette question, le gouvernement allemand compte livrer la bataille sur les modalités d’application des réductions tarifaires dont on viendrait éventuellement à discuter. Il compte aussi utiliser les accords d’Ottawa pour réclamer le droit aux ententes particulières basées sur le principe de la réciprocité. Une telle politique entraîne la disparition de fait de la clause de la nation la plus favorisée. Ce qui compte pour les autorités du Reich c’est une protection aussi efficace que possible de l’agriculture allemande. Mais la conférence de Londres répond également à une autre préoccupation de Berlin. Il s’agit, alors que la conférence sur le Désarmement entre dans une phase de tension, de montrer que l’Allemagne envisage de participer à tous les efforts internationaux qui doivent conduire à la sécurité tant militaire qu’économique. La mauvaise volonté vient de la France. La revendication de la répartition de l’or vise à affaiblir une position française dans la mesure où Berlin pourra plus facilement dénoncer l’attitude française à Genève et à Londres12. Les difficultés peuvent cependant venir des clivages qui existent au sein de l’équipe dirigeante du Reich. À Schacht qui est favorable à une priorité donnée aux éléments financiers, et notamment au règlement des dettes, s’oppose Hugenberg, partisan d’une priorité accordée aux questions économiques. Le ministre de l’Agriculture et de l’Economie s’en ouvre personnellement à Hitler. « Il faut d’abord que nous maîtrisions notre marché agricole intérieur, écrit-il au chancelier… L’assainissement mondial n’est pas à obtenir par l’abaissement réciproque du protectionnisme, mais par l’assainissement des économies nationales. Chaque peuple doit chercher par lui-même et pour lui-même les moyens de sa guérison. Nous sommes en Allemagne sur la bonne voie13 ». Pourquoi participer alors à la conférence de Londres ? Elle répond essentiellement à une préoccupation tactique. Si l’Allemagne doit faire comprendre sa position à ses partenaires, il faut surtout, pour elle, éviter d’apparaître comme le bouc émissaire d’un échec prévisible. Les considérations tactiques sont également présentes dans la décision italienne de participer à la conférence de Londres.

L’Italie

  • 14 De Jouvenel ambassadeur à Rome à MAE, Lettre du 9 mai 1933, in AD – Paris, Série Relations commerci (...)

12La position italienne répond autant à des nécessités de prestige qu’à des considérations économiques. Mussolini éprouve à l’égard de la conférence une défiance certaine. Le Duce est favorable à des accords bilatéraux et craint par-dessus tout une solution multilatérale qui libérerait la circulation des marchandises et des capitaux. Mais l’Italie connaît depuis deux ans des difficultés : déficit budgétaire, diminution des réserves monétaires. Elle attend paradoxalement de la coopération internationale une réponse à ses difficultés. Le régime, en effet, au risque de se discréditer, ne peut renoncer à sa politique de travaux publics et à sa politique sociale en faveur des familles nombreuses. Mussolini confie de surcroît que le chemin que prend la conférence sur le désarmement « ne l’amènera pas à réaliser de grandes économies en matière de défense nationale14 ». Le veut-il réellement ?

  • 15 Note de l’attaché financier à Rome à Min. Finances du 30 mars 1933, in AEF – B 32 317.

13Qu’est-ce qui peut dans ces conditions libérer les ressources nécessaires ? Les propositions italiennes à la conférence de Londres s’inspirent de ces préoccupations. Manquant de disponibilités intérieures, Rome ne peut qu’être favorable à la suppression des dettes intergouvernementales. À partir de là, le gouvernement fasciste se rallie à l’idée d’une meilleure répartition de l’or, soit par le biais d’une liberté des mouvements de capitaux, soit, complètement à l’opposé, par une mesure d’autorité. On prévoit ensuite une coopération internationale pour faciliter un meilleur fonctionnement de l’étalon-or. Le gouvernement fasciste ayant fait de l’or une bataille idéologique (une lire rattachée à l’or est un instrument de grandeur nationale), ne peut être que d’accord avec certaines mesures qui lui permettraient de conforter sa devise. Il se déclare ainsi en faveur d’une moindre couverture légale et d’une coopération entre banques centrales15.

  • 16 Voir note précédente.

14Dans le domaine commercial et dans celui de la production, l’Italie se refuse à envisager la constitution d’ententes internationales qui, aux yeux de ses dirigeants, cristallisent les situations. Le gouvernement de Mussolini considère que l’Italie est en pleine croissance, en plein développement économique et par conséquent se doit de garder la plus grande liberté possible pour l’écoulement de sa production future. Cela passe par la maîtrise de son marché intérieur. Le Duce montre beaucoup d’égards pour la proposition française de travaux publics destinés à l’équipement de l’Europe centrale et orientale. Mais il espère que Paris fera l’effort de financement nécessaire. La question des dettes et des transferts intéresse Rome, car elle est liée au relèvement d’un espace capital : l’Europe centrale et danubienne. Les autorités italiennes paraissent disposées à accorder des facilités de crédit aux pays débiteurs en difficulté. Certains émettent même l’opinion d’une liquidation générale des dettes. Cette opération permettrait de repartir sur des bases saines. Et le gouvernement de Rome de se déclarer prêt à consentir ce sacrifice pour les avances consenties aux pays balkaniques ! Mussolini se rallie enfin au fonds de normalisation des changes prévu à Stresa en septembre 1932. Il faudrait immédiatement confier la gestion d’un tel organisme à la BRI16.

15À regarder la position des uns et des autres on mesure l’isolement français. Comment Paris réagit-elle à l’effort financier qu’on attend d’elle ?

La France17

  • 17 On peut suivre l’élaboration de la position française dans AD – Série Relations commerciales 1918-1 (...)

16Une succession de conférences interministérielles, en avril 1933, affine progressivement la position française. Celle-ci est définitivement arrêtée au début du mois de juin 1933. Les responsables français mesurent la situation paradoxale dans laquelle se trouve le pays. D’un côté on espère de la réunion de Londres un triple avantage : la restauration monétaire et le maintien de l’étalon-or ; la résorption du décalage entre les prix français et les prix mondiaux ; et enfin la restauration de l’équilibre budgétaire. D’un autre côté, Paris craint une offensive dirigée contre elle : « sa position monétaire, lit-on, encore aujourd’hui privilégiée, peut l’exposer à un certain nombre de demandes difficilement admissibles ». Le gouvernement fixe une ligne de conduite qui consiste dès lors à écarter toute proposition « de répartition arbitraire des réserves nationales » et à se rallier à tout projet d’intérêt commun.

17Les autorités françaises souhaitent que l’on parvienne d’abord à la stabilisation des monnaies. Sans solution acceptable au problème monétaire il n’y a pas d’avancée possible dans les autres secteurs. Le problème est avant tout anglo-américain. Aux deux pays de s’entendre sur une stabilisation de fait de leurs devises, à un taux qui leur paraît acceptable. Celle-ci obtenue, il faudrait alors envisager le passage à une stabilisation légale. La France est prête à envisager avec ses deux partenaires la meilleure manière de parvenir à une parité fixe, mais elle s’opposera à toute mesure artificielle de répartition de l’or. Lorsque les trois grandes monnaies auront rejoint un cours fixe, la stabilisation des devises secondaires sera facilitée. La suppression du contrôle des changes en Europe centrale et orientale passerait alors par une aide internationale, garantie par les gouvernements et répartie équitablement. Celle-ci pourrait s’inscrire dans le cadre d’un fonds comme celui proposé par la France à Stresa.

18La question des dettes mérite, pour Paris, un examen approfondi. Les créances anciennes feraient l’objet de négociations entre pays débiteurs et pays créditeurs. Les tractations seront de toute manière difficiles, car les pays endettés ont eu recours à des moratoires partiels ou globaux. Pourquoi ne pas se rallier à une solution arbitrale en liaison avec la SDN ? Toutes les autres pistes proposées (institut de crédit international, opérations de conversion, émissions d’emprunts) peuvent convenir à la condition qu’elles ne provoquent pas une redistribution « artificielle » de l’or. Paris s’oppose enfin à une proposition américaine consacrée à une éventuelle introduction du bimétallisme. Sur la question des dettes de guerre, leur règlement dépendra en grande partie de l’attitude américaine et britannique. Toute possibilité conforme à l’esprit des accords de Lausanne est acceptable par les autorités françaises : ce qui signifie obtenir un allégement substantiel des remboursements et un lien juridique entre dettes interalliées et réparations. Paris insiste pour qu’on rappelle aux partenaires les efforts consentis par la France sur ses créances : le moratoire Hoover a fait perdre au Trésor français 80 millions de dollars ; à Lausanne, en acceptant le règlement des réparations, elle renonce à 4800 millions de dollars. Quant aux emprunts émis dans le public pendant les années vingt et destinés aux États d’Europe centrale et danubienne, les créanciers français n’ont touché jusqu’à présent que 40 % environ des sommes qui leur sont dues. Les arrangements conclus jusqu’alors avec certains débiteurs ont encore ramené les soldes français à des proportions plus faibles : réduction de 90 % de la dette ottomane, de 30 % de la dette grecque et de 50 % de la dette bulgare. Trois moratoires ont été accordés par le gouvernement : l’un à la Yougoslavie, l’autre à la Pologne, le dernier enfin par décision unilatérale de fait à la Hongrie. Quant aux banques françaises, n’ont-elles pas accepté des réductions d’intérêts dans les dernières négociations avec l’Allemagne ?

19L’effort financier français doit pour Paris amener les contreparties monétaires et financières indiquées. Celles-ci sont la condition d’un ralliement de Paris à d’éventuelles considérations économiques. La France n’entend pas baisser sa garde douanière. La suppression des contingents ne saurait en aucun cas affecter l’agriculture. Si le ministère du Commerce se rallie au principe de la trêve douanière, son application ne pourrait être que progressive, échelonnée sur plusieurs années. Les autorités de la République envisagent également de lier à cette trêve des mesures antidumping, qui leur permettraient d’augmenter les tarifs face aux pays adeptes de cette forme de concurrence déloyale. Elles se rallient aussi à la clause de la nation la plus favorisée, avec deux réserves : la possibilité de réagir aux dévaluations par des surtaxes de change et d’accorder des préférences sur certains articles, notamment dans le cadre des recommandations de la conférence de Stresa pour l’Europe centrale. Le gouvernement français penche enfin en faveur de la constitution d’ententes internationales, « celles-ci constituant l’un des meilleurs moyens de provoquer l’abaissement des barrières douanières et d’organiser la production ». Celles-ci pourraient se mettre en place dans les secteurs des matières premières ou des productions agricoles. Le ralliement à ces mesures reste cependant conditionné à un réglement satisfaisant des questions financières et monétaires.

20Face à des positions aussi tranchées, quelle marge reste-t-il aux petites et moyennes puissances ?

Les propositions des petites et moyennes puissances

21Difficile de faire un relevé exhaustif de l’attitude de cette catégorie d’États. Le choix s’arrêtera sur un pays occidental, la Belgique ; puis sur un pays d’Europe centrale, la Pologne.

La Belgique18

  • 18 Ambassadeur de France à Bruxelles à MAE du 22 mai 1933, Compte rendu d’un entretien avec P. Hymans, (...)

22Le gouvernement belge est favorable à une action monétaire et commerciale. La résorption de la crise passe à ses yeux à la fois par la stabilisation des monnaies et par la libéralisation générale des régimes douaniers. Cela suppose la suppression des contingentements et un abaissement général des tarifs. La Belgique souhaite ainsi, au titre d’une première mesure symbolique non seulement une trêve douanière, mais surtout une diminution d’ensemble de 10 % des tarifs de tous les pays. Pour la question des dettes, le gouvernement royal se rallie à la proposition d’annulation des dettes politiques. Les obligations commerciales en revanche devront être maintenues.

23Si les Belges ne devaient pas obtenir satisfaction sur le plan commercial, ils proposeraient la conclusion d’accords douaniers régionaux. Les pays qui y adhéreraient s’engageraient à évoluer ensemble vers le libre-échangisme, ou à défaut « vers un protectionnisme atténué ». La Belgique veut aussi éviter l’écueil des politiques inflationnistes. Elle soutient la nécessité d’un retour à l’étalon-or, avec une stabilisation du dollar et de la livre à un taux le plus proche possible de leurs anciennes parités. Les thèses du gouvernement belge sont ainsi proches sur le plan monétaire de celles du gouvernement français. Elles s’en écartent en revanche sur le plan économique et Bruxelles propose à l’Europe le modèle de la convention d’Ouchy. La position belge reçoit l’aval néerlandais. Mais les États scandinaves, s’ils sont favorables au libéralisme commercial, ne rejoignent guère les préoccupations financières belges, préférant s’aligner davantage sur les positions britanniques. À l’est de l’Europe, les préoccupations sont différentes.

La Pologne19

  • 19 Voir Chargé d’affaires du Reich à Varsovie à A.A., en date du 31 mai 1933 in PAAA – Bonn, R 118 563 (...)

24La position polonaise dépend de celle qui sera arrêtée par le bloc agraire à Budapest. Varsovie a cependant certaines revendications à faire admettre. La Pologne est prête à se rallier à la trêve douanière à la condition que les partenaires ne l’obligent pas à renoncer à son nouveau tarif. Celui-ci vient à peine d’être fixé et son entrée en vigueur est imminente. Le désarmement douanier n’est possible que s’il crée les conditions de la sécurité en Europe.

25Si cette question de la sécurité politique (désarmement) est réglée, Varsovie accéderait volontiers à une solution des problèmes d’ensemble. Elle serait tout d’abord favorable à une annulation des dettes internationales. Elle souscrirait ensuite à une politique de stabilisation des monnaies. Il conviendrait enfin de supprimer le contrôle des changes et de libéraliser les mouvements des capitaux. Sur le plan commercial, la Pologne se fixe comme priorité la protection de son marché intérieur. Elle se rallie aux positions exprimées sur ce point par Paris. Le gouvernement du maréchal Pildsuski cherche à développer les accords bilatéraux sur la base de ce nouveau tarif qui entrera en vigueur le 11 octobre 1933. Le nouvel accord commercial signé avec la Belgique repose à la fois sur la clause de la nation la plus favorisée et sur certains droits contractuels issus de la récente nomenclature douanière. Mais la Pologne fait aussi partie du groupe des États agraires de l’Europe du centre et du Sud-Est. Ceux-ci ont adopté une position commune à Budapest, à la veille de la conférence mondiale.

La position de l’Europe du Centre et du Sud-Est20

  • 20 Voir Mémorandum sur la crise des États danubiens présenté à la conférence de Londres, par Elémer Ha (...)

26Les causes de la crise de l’Europe centrale et orientale ont été largement étudiées dans les conférences précédentes. Trois problèmes préoccupent cette partie du continent européen : celui des dettes, celui de la monnaie et celui de l’organisation des échanges commerciaux.

27La dette de l’Europe danubienne atteint 18 milliards de francs suisses à la fin de l’année 1932. Leurs créanciers, France et Angleterre, principalement, n’absorbent que des quantités infimes de leur production. Les pays limitrophes, Allemagne et Italie, sont eux-mêmes endettés et donc condamnés à exporter. Le règlement des dettes extérieures s’effectue par des accords de prorogations, des mesures d’immobilisations et des moratoires de transferts. Une mesure urgente s’impose : la consolidation des dettes à court terme. Deux moyens sont possibles : y parvenir soit dans le cadre d’un arrangement international portant sur une diminution des sommes à rembourser ; soit dans le cadre d’accords directs entre créanciers et débiteurs. Un secours international devrait accompagner ces mesures de consolidation. Le fonds de normalisation monétaire envisagé à la conférence de Stresa ferait volontiers l’affaire. On pourrait aussi se rallier à la solution d’un institut de crédit international qui libérerait les capitaux gelés à ce moment-là.

28La question des dettes réglée, il faudrait ensuite s’occuper de la restauration monétaire. Le contrôle des devises est en place en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie, en Autriche, en Bulgarie et en Roumanie. Seul un accord définitif entre créanciers et débiteurs pourrait mettre fin au contrôle des changes, les mesures d’immobilisation ne constituant que des expédients qui allègent momentanément la situation. Pour ce faire, la conférence de Londres tirerait un grand bénéfice à faire entrer en vigueur le fonds prévu à Stresa. Les pays représentés gagneraient ensuite à imaginer une coopération entre banques centrales. Cette collaboration entre les instituts d’émission reposerait ensuite, dans le cadre de l’espace danubien, sur deux règles propres aux banques centrales de la région. La première : la naissance d’un système de paiement qui veut qu’une monnaie créée par l’un des instituts centraux soit acceptée comme moyen de règlement dans toutes les banques d’émission de cette partie de l’Europe. La seconde consisterait à faire admettre que tous les transferts à l’intérieur de l’espace danubien se fassent à un cours fixe. Cette stabilité monétaire centre-européenne qui sortirait de ces perspectives, réactiverait les relations commerciales.

29C’est le dernier problème qui préoccupe les États de l’Europe du Centre et du Sud-Est. On envisage un système d’échanges préférentiels réservé aux États membres de la région. L’Angleterre, estime-t-on, ne peut guère s’opposer à une telle perspective, elle qui a signé les accords d’Ottawa. Un système d’échanges marqué du sceau de la réciprocité est à instituer, notamment avec les États limitrophes. Les États de l’espace danubien sont enfin prêts à se rallier à tout système qui garantit une revalorisation des prix des céréales. Londres offre pour cela une possibilité de discussion avec les États-Unis, le Canada, l’Argentine et l’Australie, sans l’accord desquels il n’y a pas de solution envisageable.

30Les objectifs fixés, les pays de l’espace centre-européen soutiennent toute proposition qui améliore leur situation : fonds, abaissement des taux de couverture, annulation des dettes, élévation autoritaire des prix… Sur toutes ces questions, les résultats dépendront du rapport de forces entre les grandes puissances. Celui-ci conditionne également les chances de succès de propositions consensuelles des organismes internationaux : SDN, BRI, etc., qui eux aussi préparent la conférence de la dernière chance.

Les organismes internationaux et la préparation de la conférence mondiale

31La préparation d’une conférence de cette importance mobilise également les organismes internationaux. La Société des Nations, organisme de tutelle de la manifestation, en suit toute la phase préparatoire. Mais les travaux du Comité économique et ceux du Comité financier témoignent de l’effacement de l’organisme de Genève. Le Conseil de la SDN ne peut que suivre les décisions prises par la commission d’organisation. Des propositions intéressantes viennent cependant de Genève, par l’intermédiaire d’un comité d’outillage ou d’une réunion des grandes puissances agricoles. La BRI tente d’infléchir, quant à elle, les décisions en matière monétaire. Mais sa position n’a guère varié depuis juillet 1932. Le seul plan d’ensemble intéressant est communiqué par l’Union Douanière Européenne (UDE).

La SDN et la préparation de la conférence de Londres

32Le rôle le plus actif est joué par le Comité financier. L’endettement européen et la nécessaire restauration monétaire amènent ses membres à réfléchir au sauvetage financier de l’Europe danubienne.

  • 21 Voir Résumé Mensuel des travaux de la SDN, vol. XIII, n° 1, janvier 1933, p. 13 et suiv.

33Réuni à la fin du mois de janvier 1933, le Comité financier s’est surtout préoccupé de la situation des États danubiens : Autriche, Hongrie, Grèce, Bulgarie et Roumanie21. Il s’intéresse d’abord au cas autrichien. Au mois de juillet 1932, la SDN a accepté d’émettre un emprunt en faveur de l’Autriche. Le protocole qui l’institue a été ratifié par la majeure partie des États à la fin de l’année 1932. Au début du mois de janvier 1933, le comité des États garants a fixé les termes mêmes de l’emprunt. Les procédures arrêtées : emprunt sur 20 ans, absence de solidarité entre créanciers, garanties gouvernementales, donnent satisfaction aux experts du comité. Ces derniers notent d’ailleurs une amélioration de la situation autrichienne depuis la décision de juillet 1932. Mais dans la perspective de la conférence de Londres, le Comité penche en faveur d’une solution globale pour résoudre les difficultés financières des petits États de l’espace centre-européen. Dès janvier 1933, il pratique alors en fonction des demandes une politique du « pansement financier » en attendant l’opération d’envergure qui doit sortir de la conférence internationale.

  • 22 Voir Résumé Mensuel…, op. cit., vol. XIII, n° 1, janvier 1933, p. 14.

34Une collaboration s’instaure avec la Bulgarie, dont le déficit budgétaire augmente. Plutôt que de se rallier à un emprunt, le Comité financier autorise Sofia à émettre des bons du Trésor pour une valeur de 500 millions de lévas (en deux tranches, une première de 300 millions, une seconde de 200 millions). Quant à la Hongrie, qui a institué un moratoire unilatéral sur ses transferts, le Comité financier de la SDN ne peut que lui recommander de garder le contact avec les créanciers jusqu’à une solution d’ensemble. Avec la Roumanie, on expérimente une solution nouvelle. L’aide financière est remplacée par l’assistance technique. Pour réaliser les réformes qui s’imposent, les Roumains pourront obtenir l’aide technique de la SDN (v. ci-dessus). Celle-ci leur est accordée pour cinq ans. La Grèce, dont la situation se dégrade considérablement, doit attendre. « Le Comité financier n’a pas encore pu indiquer les mesures22 » qui permettraient de remédier à la situation.

  • 23 Voir Résumé Mensuel…, op. cit., vol. XIII, n° 5, mai 1933, p. 154 et suiv.

35Les mêmes points sont à l’ordre du jour de la session d’avril 1933 (tenue à Genève du 24 avril au 5 mai)23. Le Comité se félicite de l’amélioration de la situation autrichienne. L’endettement du pays diminue. Le budget du pays est équilibré. Le déficit des entreprises publiques et des collectivités locales recule. L’État contrôle de mieux en mieux l’administration. Quant à la politique de la Banque d’Autriche, elle ne peut que donner satisfaction à Genève, car les réserves se reconstituent. Les appels au secours de la Bulgarie n’ont pas le même effet. Une délégation du Comité financier s’est en effet rendue en Bulgarie en mars-avril 1933. Elle y constate un effondrement des finances publiques. Face à ce problème, les experts se contentent de recommandations destinées au gouvernement bulgare : accroissement de la pression fiscale, mesures d’économies pour ainsi rétablir au plus vite l’équilibre budgétaire. Un programme de redressement financier est arrêté dans ce sens et le Comité financier autorise le gouvernement bulgare à émettre des bons du trésor supplémentaires pour une valeur de 300 millions de lévas. Pour la Grèce, on prévoit l’envoi d’un groupe d’experts en mai 1933. L’accord technique élaboré avec les autorités roumaines est poursuivi. Il donne pour l’instant satisfaction des deux côtés. Le Comité financier se contente enfin de faire des suggestions à la Hongrie pour lui permettre d’améliorer ses transferts. Mais au bout du compte, la situation des différents États de l’espace danubien, à l’exception notable de l’Autriche, n’a guère évolué à la veille de la conférence internationale. Force est de reconnaître l’échec du Comité financier dans cette activité. Il est vrai que son action est contrecarrée par les États.

  • 24 SDN Doc. E. 808, 31 mars 1933, communiqué à MAE in AD, Série Relations commerciales 1918-1940, s/sé (...)

36Le Comité économique travaille quant à lui à des projets de relance des échanges internationaux au printemps 1933. En mars 1933, il s’intéresse à la clause de la nation la plus favorisée, conformément aux souhaits de la commission préparatoire de la conférence de Londres24. Le comité, tout en marquant sa préférence pour l’application illimitée et inconditionnelle de cette clause, en vient cependant à envisager quelques cas d’exception. La clause ne s’appliquerait pas aux facilités douanières accordées pour la circulation des marchandises dans les zones frontières. Le Comité économique en dispenserait les puissances qui auraient contracté entre elles une union douanière. Il prévoit également que des États puissent s’accorder des avantages spécifiques en fonction de liens géographiques ou historiques particuliers. Des dispositions spéciales sont enfin nécessaires pour que les colonies entrent éventuellement dans le champ d’application de la clause de la nation la plus favorisée.

  • 25 SDN Doc. E. 813, 5 avril 1933 communiqué à MAE in AD, Série relations commerciales 1918-1940, s/sér (...)
  • 26 Voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XIII, n° 5 mai 1933, p. 157.

37En avril 1933, le Comité économique s’intéresse à la confection d’un accord général visant à obtenir la suppression des restrictions aux échanges25. Il se prononce pour la conclusion d’un accord de principe qui aille dans ce sens. La conférence fixera ensuite le contenu de la phase transitoire qui conduira à la disparition des entraves. Deux mesures sont envisagées par les experts genevois. Dès la signature de l’accord de principe, les États renonceraient à remplacer les mesures abolies par de nouvelles mesures restrictives. Ils s’engageraient à procéder immédiatement à certaines atténuations. Celles-ci seraient définies à la conférence. Dans sa dernière session avant la réunion de Londres, le Comité fait même marche arrière. Il estime en effet « qu’il serait inutile de suggérer des solutions partielles avant que les gouvernements aient adopté une attitude vis-à-vis des problèmes généraux26 ». Il décide en conséquence de ne présenter aucune suggestion à la conférence internationale.

  • 27 Sur ces réunions : Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R. 2501/5911 Weltwirtschaftskonferenz (...)
  • 28 SDN – Doc. C. 377. M. 186. 1933. VIII. du 13 juin 1933 intitulé « questions internationales de trav (...)
  • 29 Sur cette réunion voir AD – Série Relations commerciales 1918-1940, s/série B Information économiqu (...)

38La consultation d’experts des principales puissances exportatrices de céréales (États-Unis, Argentine, Canada et Australie) par le Comité économique aboutit, quant à elle, à quelques conclusions qui seront proposées aux délégués qui se retrouveront à Londres. Réunis à Genève du 10 au 17 mai 1933, puis à Londres le 29 mai 1933, les experts des quatre pays réaffirment la nécessaire entente internationale face à une crise du blé qui s’aggrave27. D’abord les cours s’effondrent et les pays traditionnellement importateurs renforcent les mesures protectionnistes. Les experts insistent sur l’augmentation des surfaces emblavées en Europe : + 9 % de 1930 à 1932. Il faut donc mettre en place une action urgente et temporaire dans trois directions : prendre tout d’abord des mesures de limitation de la production et des exportations ; envisager ensuite la liquidation des stocks existants ; amener les pays importateurs européens à garantir le maintien d’une marge d’importation raisonnable. Un comité des travaux publics reprend les conclusions déjà adoptées à l’automne 1932. Il étudie surtout les possibilités d’équipement de l’Europe orientale et danubienne28. La commission d’organisation de la conférence, émanation du Conseil de la SDN réussit enfin à se rallier à sa réunion du 12 mai 1933 au principe de la trêve douanière29.

39Ces travaux montrent à quel point Genève s’est effacée devant les gouvernements nationaux. D’autres organismes tentent cependant d’apporter leurs réflexions aux participants.

BRI et UDE dans la perspective de Londres

40La position de la BRI n’est pas originale. Elle reprend point par point les dispositions adoptées par sa résolution du 11 juillet 1932 et les notes de Quesnay d’août 1932. Elle transmet le texte de la résolution de juillet aux experts de Londres.

  • 30 Résolution sur le retour à l’étalon-or, adoptée par la BRI le 11 juillet 1932, in Archives SDN – Ge (...)

41Elle préconise le retour à l’or comme base d’un système monétaire stable. C’est la condition de la reprise d’un mouvement d’échanges actifs et du remboursement des créances. La coopération internationale doit tendre vers cet objectif. Elle dépend essentiellement des gouvernements, non des banques centrales. Trois objectifs doivent être immédiatement poursuivis : l’abaissement de la garde tarifaire, le règlement des dettes interalliées et la recherche par les États de l’équilibre budgétaire interne. Si ces efforts sont effectués, la BRI se mettra à la disposition des banques centrales pour leur servir d’organe commun dans « la tâche de restauration monétaire du régime international d’étalon-or30 ».

  • 31 Mémorandum présenté par l’UDE à la conférence économique mondiale, le 12 juin 1933, in AEF – B 32 3 (...)

42Plus original est le mémorandum préparé par l’Union Douanière Européenne (UDE) et remis aux représentants gouvernementaux à la conférence de Londres31. Si ces vœux ressemblent à s’y méprendre à ceux de beaucoup d’organisations, l’UDE se singularise par la présentation d’un plan quinquennal pour l’Europe. Il n’est que la reprise d’un plan présenté à la SDN par le comité français de l’UDE en novembre 1931. Pendant la première année du schéma, les États mettraient en route une trêve douanière et l’action économique concertée prévue par la conférence de mars 1930. Ces mesures s’accompagneraient d’une stabilisation des monnaies. On pourrait ensuite passer à un second stade : créer deux offices européens, l’un de documentation et de statistiques, l’autre, de compensation et d’arbitrage. Les deux travailleraient de concert avec la SDN, la CEUE, la BRI, l’IIA, le BIT et la CCI. Enfin on lancerait, à cheval sur la première et seconde année un programme de travaux publics, financés par la BRI, grâce à un « fonds commun de financement » qui proviendrait des réductions opérées sur les budgets militaires (cela suppose un succès de la conférence sur le Désarmement).

43L’œuvre serait poursuivie pendant les trois années suivantes par l’adjonction de politiques complémentaires. Il conviendrait d’abord de mettre en route l’abaissement progressif des barrières douanières. Le but suprême reste « l’union économique et douanière complète de l’Europe ». Cela suppose l’adoption de la nomenclature douanière unifiée proposée par la SDN et la suppression du contrôle des changes. Il faut dès lors songer à organiser des cartels. On peut ainsi mettre en place des unions complémentaires à l’Union douanière : Union postale, Union des transports, Union fiscale, etc. Le modèle est fourni par la convention d’Ouchy. Le plan est accompagné d’un « Appel aux Européens » qui insiste sur les liens entre les deux désarmements, économique et militaire. Cet appel se termine par une motion qui met en valeur les responsabilités particulières de deux pays : la France et l’Allemagne. « Le rétablissement de l’ordre en Europe dépend de deux pays : la France et l’Allemagne, d’accord avec la Belgique, la Grande-Bretagne et l’Italie ».

44Est-ce encore possible dans le contexte diplomatique du premier semestre 1933 ?

Le contexte diplomatique

45Les problèmes européens sont dominés par deux grandes questions : celle du désarmement et celle de la négociation du pacte à quatre proposée par Mussolini. Ces questions posent toutes les deux le problème de la sécurité en Europe, que la conférence économique mondiale devrait également renforcer. Contexte diplomatique et considérations économiques sont très liés.

La conférence sur le Désarmement32

  • 32 Lecture indispensable : Vaïsse Maurice, Sécurité d’abord, la politique française en matière de désa (...)

46En concédant l’égalité des droits à l’Allemagne en décembre 1932, la France s’est pour le moins montrée imprudente à la veille de l’arrivée au pouvoir d’Hitler. Le nouveau régime, avec les intentions qu’il affiche, ne poursuit qu’un seul objectif, le réarmement. La conférence est alors l’occasion d’exiger un effort de la France, au nom du principe adopté en décembre 1932. En rejetant en mars 1933 le plan constructif français, Genève confère au Royaume-Uni un statut d’arbitre. Le plan Mac Donald présenté le 17 mars 1933 laisse un goût amer aux autorités françaises. Il propose, alors que l’Allemagne a déjà opéré un réarmement clandestin, de réduire les armées des principales puissances européennes à 200 000 hommes. Or cette proposition ne s’accompagne, ni d’un pacte d’assistance qui garantirait les frontières françaises, ni d’un système de contrôle. Un tel contrôle est ardemment souhaité par la France. S’il s’avère efficace, après une période probatoire de quatre ans, le désarmement pourrait alors commencer réellement. La surveillance de la politique de réarmement allemande constitue dorénavant la condition pour que Paris se rallie au plan Mac Donald. La proposition française du contrôle obtient le soutien de la Suisse, de la Norvège, de la Pologne, de la Hollande, des États de la Petite Entente et de l’URSS. Mais sa concrétisation dépend bien évidemment de l’attitude anglaise et allemande.

47Les entretiens franco-britanniques de juin 1933 témoignent des divergences. Le Royaume-Uni attend un geste de la France, malgré le réarmement allemand. En d’autres termes « désarmez d’abord, et nous accepterons le contrôle ». Dans ce contexte, Hitler a beau jeu, par un discours le 17 mai 1933 au Reichstag, à la fois de demander les armes prohibées par le traité de Versailles et de souscrire à la proposition anglaise. Paris est isolée. Mais les autorités françaises ne sont pas prêtes à renoncer à la sécurité, car elles ne veulent pas entendre parler d’une révision territoriale en Europe, telle que l’envisagerait la proposition mussolinienne d’un Pacte à Quatre.

Le pacte à quatre33

  • 33 Duroselle Jean-Baptiste, Politique étrangère de la France. La décadence 1932-1939, Imprimerie natio (...)

48Le 17 mars 1933, Mussolini propose aux grandes puissances du Vieux-Monde l’idée d’un pacte à quatre. Il s’agit, pour le Duce, de reconstruire le concept de « directoire des puissances » si cher aux diplomates d’avant la première guerre mondiale. Le concert européen s’ordonnerait autour de quatre puissances : la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie. Mais un article du projet italien inquiète les partisans du statu quo versaillais. Il stipule : « les quatre puissances confirment le principe de la révision des traités de paix, d’après les clauses du Pacte de la Société des Nations, dans le cas où se vérifieraient des situations susceptibles d’amener un conflit entre les États ». La formule plaît aux États insatisfaits de l’espace danubien, dont le Duce s’est plus ou moins fait le porte-parole. Elle convient à Hitler, qui obtient des arguments supplémentaires pour la révision de l’ordre versaillais, dans lequel le nouveau maître du Reich se sent à l’étroit. Mais l’idée du pacte, à condition de modifier quelque peu ses tendances révisionnistes, peut aussi contribuer à stabiliser l’ordre du continent. C’est cet aspect que retiennent surtout la France, et, à un degré moindre, le Royaume-Uni. Le pacte est un instrument intéressant pour endiguer le révisionnisme allemand que Mussolini craint tout autant que Paris. Il pense en effet qu’Hitler prépare une annexion de l’Autriche.

49Le projet mécontente cependant les Alliés de la France (Pologne et pays de la Petite Entente) Il suscite un contre-projet du Quai d’Orsay, le 22 mars 1933 qui ne fait plus mention à la révision possible. Les consultations entre puissances ne concernent plus que la collaboration en vue de maintenir la paix. La révision ne viendrait que par un vote unanime de la SDN, car pour le ministère français des Affaires étrangères, personne n’a autorité pour décider d’une modification des frontières sans le consentement des États. Jusqu’au 7 juin 1933, on assiste à un va-et-vient entre le texte français et le texte italien. Ces tractations soufflent le chaud et le froid en Europe. À certains moments on se réjouit d’une perspective de rétablissement de la confiance en Europe. Elle pourrait accélérer la restauration économique et notamment placer la conférence de Londres sous d’heureux auspices. Mac Donald et Mussolini, dans les moments d’euphorie, envisagent les conséquences bénéfiques du pacte sur un règlement du problème des dettes et sur le sort de l’Europe centrale. Mais le pacte introduit aussi une logique de partage de l’Europe en zones d’influence qui déplaît à Paris. Le pacte paraphé le 7 juin est vidé par Paris de son sens premier. Cette signature est surtout selon les propres paroles de Sir John Simon, « une manifestation de bonne volonté destinée à ranimer la confiance à la veille de la conférence ».

Les conséquences sur la conférence économique mondiale34

  • 34 Voir AD Série Relations commerciales 1918-1940, s/série B – Information économique, vol. 35. Une im (...)

50Les oppositions françaises au plan Mac Donald et l’attitude des responsables français face au projet mussolinien fragilisent la position de Paris. On espère d’elle des gestes significatifs à la conférence de Londres. La bonne tenue du franc, les importantes réserves d’or détenues par la Banque de France devraient servir, estiment ses partenaires, à relancer les échanges internationaux. Tous attendent des initiatives de Paris : ses alliés d’Europe centrale, qu’un effort économique et financier raffermirait, ce qui constituerait un pas dans la stabilisation du continent ; l’Allemagne qui estime que l’égoïsme français empêche de créer un climat propice à la confiance en Europe ; le Royaume-Uni qui espère parvenir à une stabilisation des monnaies grâce à la répartition de l’or de la Banque de France ; et enfin ceux qui attendent que Paris prenne la tête d’un bloc-or et leur accorde des avantages commerciaux.

51Mais le gouvernement français considère – et avec lui l’opinion française – qu’il a fait suffisamment d’efforts jusqu’à présent. Il veut des contreparties politiques, ou de réels avantages à la conférence de Londres. Tardieu résume bien cet état d’esprit dans La Liberté du 12 juin 1933. « En huit jours, écrit-il, heure après heure, les pires dangers se sont accumulés sur la France, s’aggravant les uns et les autres avec une logique effrayante : nous acceptons le plan Mac Donald qui nous désarme…, à Rome, le pacte à quatre, instrument de révision et donc de guerre est paraphé par notre ambassadeur, à Berlin le Dr Schacht signifie la faillite de l’Allemagne. » La priorité hautement symbolique de tout faire pour protéger le dernier fleuron de la puissance française, le franc, guide l’attitude de Paris à la conférence internationale. À elle s’ajoute la volonté de préserver le marché intérieur. Aux autres, pour Paris, de faire les efforts nécessaires ! L’or français ne servira en aucune manière « à stabiliser la livre et le dollar ».

* * *

52Les attitudes des grandes puissances sont déterminantes pour un succès éventuel de la conférence économique internationale. La présentation de leurs positions laisse présager des débats difficiles. Sur le plan technique, à quoi faut-il accorder la priorité ? à l’élément financier ? à l’élément économique ? La préparation de la conférence confirme, dans sa phase terminale, l’effacement des organisations internationales : SDN, BRI, IIA se contentent de résolutions, d’avis… Mais le dernier mot appartiendra aux États.

53La conférence est à replacer dans le contexte d’inquiétude suscitée par l’arrivée d’Hitler à la tête du gouvernement allemand. La question du désarmement prend alors un autre relief, tout comme la perspective d’une révision de l’ordre européen. La réunion de Londres est-elle alors celle de la dernière chance : celle qui peut redonner espoir ? À moins qu’elle ne conforte les tendances révisionnistes en Europe ?

Notes

1 On se reportera sur ce point à la correspondance de Jacques Rueff avec le Ministère des Finances, in AEF – B 32 318 et B 32 319.

2 Lettre Rueff à Ministère des Finances du 24 mai 1933, in AEF – B 32 319.

3 Lettre Rueff à Ministère des Finances du 24 mai 1933, in AEF – B 32 319.

4 Rencontre Rueff-Leith-Ross du 24 mai 1933, relatée par dépêche du même jour Rueff à Min. Finances in AEF – B 32 319.

5 Le texte du projet de fonds est communiqué par Rueff au Ministère des Finances, le 26 mai 1933 in AEF – B 32 318.

6 Négociations entre le gouverneur de la Banque de France et le gouverneur de la Banque d’Angleterre, le 22 mai 1933, in AEF – B 32 318. Lettre de Moret à Min. Finances même date.

7 Sur ce débat, voir note de Jacques Rueff du 31 mai 1933 à Min. Finances, in AEF – B 32 318.

8 Note sur les thèses britanniques du 8 juin 1933, Jacques Rueff à Min. Finances, in AEF – B 32 319.

9 Correspondance de Gaillet-Billoteau, attaché financier à Berlin, à Min. Finances, le 31 mai 1933 in AEF – B 32 318.

10 Voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques franco-allemandes 1932-1939, Comité par l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1995, 1re partie.

11 Note de l’attaché financier à Berlin au Min. Finances du 26 avril 1933, in AEF – B 32 319.

12 Attaché financier à Berlin au Min. Finances du 29 mai 1933, in AEF – B 32 319.

13 Lettre Hugenberg à Hitler, 16 avril 1933 in Bundesarchiv-Berlin, Reichswirtschaftsministerium, dossier R 3101/8435.

14 De Jouvenel ambassadeur à Rome à MAE, Lettre du 9 mai 1933, in AD – Paris, Série Relations commerciales, s/série B : information économique, vol. 33.

15 Note de l’attaché financier à Rome à Min. Finances du 30 mars 1933, in AEF – B 32 317.

16 Voir note précédente.

17 On peut suivre l’élaboration de la position française dans AD – Série Relations commerciales 1918-1940, s/série B Information économique, vol. 34, Conférence économique de Londres, Archives du secrétariat. On y trouve tous les comptes rendus des séances de la commission interministérielle pour la préparation de la conférence pendant les mois d’avril et de mai 1933.

18 Ambassadeur de France à Bruxelles à MAE du 22 mai 1933, Compte rendu d’un entretien avec P. Hymans, in AD – Série Relations Commerciales 1918-1940, s/série B information économique, vol. 33.

19 Voir Chargé d’affaires du Reich à Varsovie à A.A., en date du 31 mai 1933 in PAAA – Bonn, R 118 563, Internationale Weltwirtschaftskonferenz 24 mai-8 juin 1933.

20 Voir Mémorandum sur la crise des États danubiens présenté à la conférence de Londres, par Elémer Hantos, in AEF – B 32 319.

21 Voir Résumé Mensuel des travaux de la SDN, vol. XIII, n° 1, janvier 1933, p. 13 et suiv.

22 Voir Résumé Mensuel…, op. cit., vol. XIII, n° 1, janvier 1933, p. 14.

23 Voir Résumé Mensuel…, op. cit., vol. XIII, n° 5, mai 1933, p. 154 et suiv.

24 SDN Doc. E. 808, 31 mars 1933, communiqué à MAE in AD, Série Relations commerciales 1918-1940, s/série B Information économique, vol. 33.

25 SDN Doc. E. 813, 5 avril 1933 communiqué à MAE in AD, Série relations commerciales 1918-1940, s/série B, Information économique, vol. 33.

26 Voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XIII, n° 5 mai 1933, p. 157.

27 Sur ces réunions : Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R. 2501/5911 Weltwirtschaftskonferenz Bd. 7 Mai-Juni 1933, Dépêche du 20 mai 1933 et PAAA – Bonn, R. 118 563 Envoi de la section d’information SDN du 17 mai 1933.

28 SDN – Doc. C. 377. M. 186. 1933. VIII. du 13 juin 1933 intitulé « questions internationales de travaux publics » reprend toute cette question. Archives SDN – Genève.

29 Sur cette réunion voir AD – Série Relations commerciales 1918-1940, s/série B Information économique, vol. 33, PV de la séance du comité d’organisation du 12 mai 1933.

30 Résolution sur le retour à l’étalon-or, adoptée par la BRI le 11 juillet 1932, in Archives SDN – Genève, doc. SDN Conf. M.E./C.M.F./ 7.

31 Mémorandum présenté par l’UDE à la conférence économique mondiale, le 12 juin 1933, in AEF – B 32 319.

32 Lecture indispensable : Vaïsse Maurice, Sécurité d’abord, la politique française en matière de désarmement. 1930-1934, Paris, 1981.

33 Duroselle Jean-Baptiste, Politique étrangère de la France. La décadence 1932-1939, Imprimerie nationale, 1979, ch. II.

34 Voir AD Série Relations commerciales 1918-1940, s/série B – Information économique, vol. 35. Une importante documentation consacrée à ces problèmes.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540