Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Annexes

Annexe I. Sur une génération

Texte intégral

1« On a parfois été bien sévère pour les Normaliens de ces générations qui ont fait comme lui. On les a accusés d’être « tombés dans la banque ». Il faut comprendre l’étrange destinée de ces jeunes hommes, arrachés à vingt ou vingt et un ans à leurs études, jetés pendant cinq ans dans l’action, que dis-je dans l’aventure et quelle aventure ! et – après avoir eu charge d’âmes, commandé devant l’ennemi ou assumé autrement de lourdes responsabilités – réduits, à vingt-cinq ou vingt-six ans, à reprendre leur place sur un banc d’étudiant. Leur situation était fausse et, sinon Ernest Lavisse, du moins Gustave Lanson et Paul Dupuy l’ont bien senti. La guerre leur avait été une rude école, et, partis adolescents, ils rentraient avec une maturité d’hommes de quarante ans. En outre, ils avaient eu aux armées des camarades de tous les milieux, et ils avaient découverts que l’intelligence n’était pas le privilège exclusif de la rue d’Ulm ; que, hors de l’Université, l’esprit peut aussi trouver son salut. Tout cela pouvait porter un coup mortel aux vocations pédagogiques les mieux enracinées. Quand donc ils furent nommés agrégés, et qu’après leur avoir demandé des leçons ex cathedra sur le symbolisme de Coleridge, par exemple, on leur offrit d’aller enseigner à des enfants l’art et la manière de mettre la langue entre les dents pour prononcer le th anglais, comment s’étonner que leur vocation ne fut pas assez forte pour accepter ce qui, du fait même de notre organisation universitaire, ne pouvait paraître à leurs yeux que comme une déchéance ? »

2Extrait de la notice nécrologique de Jean Proix par René Peulvey.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540