Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Jacques Marseille, « Introduction », dans Jacques Marseille (dir.), La révolution commerciale en F (...)

1Un milieu, une conviction, un projet, tels furent nos trois grands objets d’études. Le croisement de sources multiples, privées en majorité, permet de soumettre un certain nombre de remarques à la réflexion et de nuancer quelques jugements antérieurs. La connaissance du grand commerce intérieur français dans la première partie du siècle s’est accrue de l’exploitation des archives inédites de ses organisations patronales. De manière classique, on a pu saisir et présenter la réaction globale d’un patronat aux temps forts de l’époque considérée : 1919, 1936, Occupation allemande, Libération. La vision s’affinerait encore par l’analyse de la position individuelle de chaque dirigeant d’entreprise. Toutefois, on peut considérer que ce patronat forme un cercle suffisamment restreint et soudé pour que l’on puisse parier sur la représentativité de ses organisations. La cohésion est en effet assurée par des origines communes – milieux populaires ou petit-bourgeois, tradition familiale –, par des épreuves traversées ensemble – guerres et crises sociales –, par la volonté de défendre et de promouvoir des intérêts spécifiques au sein du monde patronal, et par l’engagement d’un homme, Jacques Lacour-Gayet, qui n’est pas issu de ce milieu, mais qui parvient à s’identifier à lui, à l’unifier et à modifier l’image que lui accole la société. De fait, la place du grand commerce dans la société française s’affirme durant cette période difficile et il acquiert, de manière discrète, mais réelle, un statut qu’il n’avait pas. L’accent a été mis à plusieurs reprises sur la stratégie de reconnaissance institutionnelle adoptée par Lacour-Gayet, fondée sur une vision à long terme du rôle du commerce, sur un objectif personnel, sur l’établissement méthodique de réseaux. Cette stratégie a bénéficié à tout un milieu. À travers lui, c’est un secteur entier qui accède à cette reconnaissance en s’identifiant à ses combats. Il nous semble par conséquent nécessaire de corriger un peu la vision exagérément négative que l’on donne du grand commerce dont on fait un exclu « des lieux prestigieux de la notabilité économique »1. Certains grands commerçants en sont d’ailleurs responsables : Max Heilbronn paraît toujours marqué par le discrédit qui entourait ce métier d’« épicier » au début du siècle, lorsqu’il est entré dans la vie professionnelle. Pourtant, dès cette époque, la prise de conscience de cette dépréciation excessive s’est effectuée et ce sentiment a été combattu. Nous avons ainsi cité la revendication de Georges Blondel en 1917 en faveur d’une revalorisation des carrières commerciales. Jacques Lacour-Gayet, apparenté par le mode de vie et la culture bien plus à un Henri de Peyerimhof ou à un Horace Finaly qu’à un Théophile Bader, a certainement eu un rôle décisif pour asseoir l’autorité de cette branche auprès des pouvoirs publics, mais aussi auprès des grands patrons d’autres secteurs. Il n’est en outre pas le seul de ce milieu à avoir fait l’objet de récompenses institutionnelles : Pierre Laguionie et Gabriel Cognacq sont deux grandes figures du grand commerce qui jouissent d’un même renom. La proximité entretenue avec les milieux du commerce international par l’entremise du CAED a peut-être également contribué à faire rejaillir sur le grand commerce le prestige dont jouit, depuis des siècles, ce que l’on a coutume d’appeler le « grand négoce ».

2Au sein du monde commercial pris dans son ensemble, le rôle du grand commerce oscille entre celui de l’accapareur, opposé dans une lutte séculaire au petit commerce, et celui d’un porte-drapeau dans les périodes de conflit avec le reste du monde patronal ou avec l’État. Les années trente, puis le début des années cinquante ont vu réapparaître le conflit engagé dans les années 1880 entre les grands magasins et le petit commerce. Hostilité aux magasins populaires durant la Grande Crise, sentiment d’être acculé à une réduction drastique du nombre de ses entreprises du fait du nouvel essor de la concurrence à la fin des années quarante, le petit commerce ne cache pas une animosité récurrente contre la grande distribution. Elle se double d’une résistance aux idées véhiculées par le grand commerce. Il y a néanmoins une disproportion flagrante entre la hauteur des griefs qui sont adressés au grand commerce et la faible concentration du secteur durant toute la période étudiée. Les grands magasins ont une image dont le poids symbolique est très supérieur à leur poids effectif au sein de ce dernier. Nous n’avons pas dissimulé à plusieurs étapes de la recherche combien il était nécessaire de veiller à évaluer correctement le réel effet d’entraînement qu’avait pu avoir le grand commerce sur l’ensemble du monde commercial. Les grandes entreprises commerciales ont tenu un rôle moteur dans la réflexion sur de nouvelles formes de gestion des entreprises et dans leur diffusion. Les monographies dont on dispose sont toutefois encore trop insuffisantes pour que l’on puisse avoir une vision d’ensemble du processus de modernisation du seul grand commerce. On peut tout au plus supposer qu’à l’échelon européen, malgré les résultats obtenus par des entreprises pionnières, comme le Printemps en France, l’essentiel de la modernisation a eu lieu après 1945. En ce qui concerne le petit commerce, il y a, à la racine, un refus d’introduction des méthodes modernes qui frappe à la lecture des réactions de ses ressortissants. On trouve là confirmation de l’image traditionnelle d’un petit commerce conservateur et replié sur soi. Dans quelle mesure cependant ce refus n’a-t-il pas été avivé par la prise en main par l’État de sa modernisation durant l’Occupation ? Cette intervention paraît d’ailleurs avoir rapproché grands et petits patrons du commerce dans une même hostilité à l’emprise croissante de l’État sur la profession, hostilité qui se manifeste à la Libération contre les offices professionnels. Elle a pu prendre des formes différentes, plus corporatistes chez les petits commerçants, plus libérales chez les grands; l’examen devra être poursuivi. L’analyse, volontairement centrée sur les relations entre le comité de direction du CGOC, pris dans son ensemble, et l’État, a peut-être conduit à négliger des divergences au sein même du comité de direction. Il faudrait pour cela disposer d’études sur la position de chaque comité particulier. Toutefois, l’influence décisive – comme nous avons pu l’établir – du grand commerce sur la formation du comité de direction, ainsi que le caractère représentatif de ce dernier, ne semblent pas avoir suscité de grand mécontentement parmi les organisations commerciales. L’hégémonie du grand commerce paraît avoir été comprise et acceptée comme le meilleur moyen de défendre les intérêts du monde commercial dans son ensemble. Le commerce s’est alors resserré autour de Lacour-Gayet et de Benaerts. La période de l’État français a atténué – masqué ? – pour un temps l’opposition structurelle entre grand et petit commerce. Celle-ci fut transcendée par la nécessité vitale de défendre l’ensemble d’une profession et d’un secteur dont l’utilité sociale et économique était remise en cause par les dirigeants du pays. Ce rapprochement, tout conjoncturel, a été servi par les relations réciproques que les représentants patronaux des différents secteurs commerciaux avaient nouées dans l’entre-deux-guerres. On observe en effet une continuité remarquable des « élites » commerciales – dirigeants de magasins et hauts fonctionnaires patronaux – par-delà les guerres, de 1906 à 1946. Le Conseil national du commerce a pour premier président Georges Maus, fondateur, quarante années plus tôt, de la Fédération des commerçants-détaillants de France. Les deux premiers interlocuteurs d’Antoine Pinay en mars 1952, lors du lancement de la stabilisation des prix, sont Pierre Laguionie et Jacques Lacour-Gayet, respectivement en charge de responsabilités importantes, qui en 1905, qui en 1919. Si la Fédération de Maus et celle de Lacour-Gayet se sont heurtées, notamment à la fin des années trente sur la question des magasins à prix uniques, leurs dirigeants ont appris à se connaître, à vivre ensemble et à concilier de fortes divergences face aux attaques menées contre la distribution.

  • 2 Cf. les réflexions qu’inspire à Jean-Noël Jeanneney le cas de Francis Bouygues dans « L’entreprene (...)

3Ce rapprochement ne résiste cependant pas à la Libération à une opposition ressentie comme radicale des structures et intérêts du grand et du petit commerce. La restructuration patronale d’alors laisse à cet égard subsister une forte ambiguïté : laquelle de l’identité structurelle ou de l’identité sectorielle, de l’identité du « petit » ou de l’identité commerciale l’emporte en définitive ? Le petit commerce est membre du Conseil national du commerce, mais il adhère aussi à la CGPME à l’intérieur de laquelle il est membre de l’Union du petit et du moyen commerce. Sa position défensive lors du débat sur le retour à la liberté d’entreprise et sa réserve envers l’union européenne confortent l’idée qu’il se restructure alors plutôt autour de son identité de petit entrepreneur que de celle de commerçant. Il y a donc une indéniable complexité du monde commercial que la recherche fait apparaître et au regard de laquelle les relations entretenues par le grand commerce avec le reste du monde patronal paraissent presque plus simples à appréhender. Il existe en effet des parentés fortes entre le patronat du grand commerce et celui de la grande industrie. Un même conformisme social qui apparaît au moment du Front populaire : les réactions d’incompréhension, de peur, voire de dégoût ne sont pas l’apanage des patrons de l’industrie. Une même prédisposition pour le secret des affaires que vient remettre en cause l’apprentissage laborieux d’une discipline syndicale commune au travers d’organismes représentatifs : l’unification patronale du grand commerce s’effectue quasiment à la même cadence que celle de la grande industrie, en deux temps, sous le coup de crises sociales graves, en 1919 et en 1937. Des affinités sociales et mondaines enfin : leurs dirigeants fréquentent les mêmes organismes consultatifs économiques et sont appelés à se rencontrer dans les mêmes cercles de réflexion, dans les mêmes salons. Enfin, en matière de dynamisme et de sens de l’innovation, le milieu du grand commerce n’a rien à envier à la grande industrie. L’intérêt de Lacour-Gayet pour Radio-Luxembourg apporte ainsi un nouvel exemple d’un monde patronal saisi par la fièvre des jeunes industries de la communication2.

  • 3 Cf. ce qu’en dit Marc de Ferrière, « L’industrie du luxe en France depuis 1945, un exemple d’indus (...)

4Néanmoins, en dépit de ces similitudes de comportements et de convergences d’intérêt, la réflexion engagée par les professionnels eux-mêmes – au sein de la Chambre de commerce internationale et d’autres organismes patronaux – et poursuivie par les pouvoirs publics dans des conditions de guerre, puis de reconstruction, très particulières a permis aux commerçants de prendre conscience de leur différence et de revendiquer la reconnaissance de leur spécificité dans la vie économique. La crise des années trente a en effet suscité un intérêt nouveau pour le rôle de la distribution dans la vie économique. Une fois dressé le constat d’une inadaptation des circuits de distribution, de la vétusté de nombre d’entreprises, de la méconnaissance d’un secteur peu couvert par les statistiques, la revalorisation de ce rôle est entreprise sous l’impulsion du Congrès de Washington de la Chambre de commerce internationale en 1931. L’accent est mis, de manière inédite, sur le couple « distribution-consommation » aux dépens d’une production qui orientait jusque-là, seule, l’activité économique. L’élargissement du marché des consommateurs a entraîné la densification de la chaîne de distribution par la multiplication des opérations de vente, de transport, de publicité. La réflexion engagée sur le coût de la distribution a été poursuivie sous l’Occupation, mais, pervertie, elle a tendu à ravaler la distribution à une activité d’écoulement de la production, voire à l’enclaver dans le processus productif. Une nette résistance s’est manifestée au sein du CGOC et de l’opinion publique libérale. Elle se battait pour la reconnaissance d’une fonction essentielle de la distribution, la création d’une sorte de « plus-value » économique et culturelle sur les objets produits, fonction identifiée comme l’un des signes d’une société libre et civilisée aux antipodes de la vision fonctionnarisée qui inspirait les responsables du ministère de la Production industrielle. On peut estimer que cette réflexion a contribué à réaffermir l’identité du commerce français et à motiver son souci de préserver son indépendance au sein du monde patronal comme en témoigne son refus d’une intégration totale en 1946 lors de la création du CNPF, qui inclut le Conseil national du commerce tout en en respectant l’autonomie. Les relations entre le commerçant et ses fabricants, l’apparition de nouveaux maillons sur la chaîne de distribution comme les centrales d’achat, la place des coopératives d’entreprise, les stratégies de distribution des entreprises industrielles mériteront d’être approfondies afin de préciser les relations et interactions des deux domaines interdépendants et souvent conflictuels que sont la production et la distribution. Pour illustrer ce dernier point, on ne peut manquer de souligner le choix contemporain opéré dans les années soixante-dix par de nombreux industriels du luxe en faveur d’une distribution en grands magasins3 : le rapprochement qui s’était esquissé dès le milieu des années vingt au sein du CAED n’était sans doute pas fortuit. De manière plus générale, les archives de la Fédération nationale des grands magasins et magasins populaires peuvent permettre d’engager des études sur l’évolution d’un certain nombre de thèmes relevant de l’histoire économique et sociale : relations des grands magasins et de leurs fabricants donc, mais aussi législation sociale et fiscale, gestion du personnel etc., et, à tout le moins, de poser de premiers jalons. L’histoire du grand commerce français dans l’entre-deux-guerres aura certainement encore beaucoup à livrer, ne serait-ce que l’analyse à l’échelle nationale du réseau de distribution, le rôle tenu par les grands magasins de province sur lesquels les archives départementales et celles des chambres de commerce et d’indutrie apporteront sans doute une documentation supplémentaire.

5Les rapports du patronat du grand commerce avec l’État enfin, ont pu être précisément cernés grâce aux archives publiques. L’entre-deux-guerres est une période d’initiatives aux résultats contrastés pour le grand commerce. Il marque l’échec des pressions exercées dans le domaine de la politique intérieure pour lever les entraves au développement des magasins populaires, ainsi que les limites de la revanche économique et sociale des années 1938-1939 traditionnellement associée au patronat de l’industrie. Mais, dès cette époque, les associations promouvant les idées du grand commerce en matière de politique extérieure acquièrent une importante audience auprès de la direction des Accords commerciaux du ministère du Commerce et de la direction des Affaires politiques et commerciales du Quai d’Orsay. Deux raisons l’expliquent. Un état de fait : la carence en matière d’information commerciale dont pâtissent les ministères et certaines places à l’étranger; l’existence d’un courant libéral au sein de ces administrations qui les amènent à soutenir des mouvements qui contrebalancent les pressions protectionnistes dont elles font l’objet. Les associations privées telles que l’UDE ou le CAED pratiquent un véritable lobbying auprès des administrations reposant sur un échange de documentation, et également sur un échange humain. Paul Elbel, ancien directeur des Accords commerciaux devient le premier directeur du CAED de 1925 à 1928, puis celui de l’UDE de 1939 à 1941 ; Daniel Serruys, qui a occupé les mêmes fonctions et qui préside le comité économique de la S.D.N. de 1927 à 1930, est très actif lors de la réanimation du CAED à la Libération et est élu président de la section française de la Ligue indépendante de coopération européenne. De cette dépendance créée au bénéfice des associations privées, on peut déduire l’influence exercée par le grand commerce sur la haute administration en faveur de la cause libérale et européenne. La guerre et l’Occupation, la rupture des relations économiques extérieures, la mise en tutelle du commerce extérieur, conduisent le grand commerce à recentrer son action sur les conditions d’exercice du commerce intérieur. La collaboration de l’État et des patrons est maintenue de manière coercitive par l’instauration du CGOC. La détention du pouvoir réel au sein de cet organisme va faire l’objet de discussions et d’écrits rendus stériles par la mainmise effective de plus en plus forte de l’administration sur la prise de décision, qui, loin de diminuer à la Libération, s’accroît encore : la création de l’OID met fin à la fiction d’un pouvoir dévolu aux professionnels et est ouvertement revendiquée comme un outil de consolidation de l’économie dirigée. Le divorce est alors consommé. D’autre part, la volonté de supprimer les circuits normaux de distribution et de subordonner le commerce à la production, le dévoiement de la politique de modernisation et de concentration des entreprises aux dépens de la main d’œuvre, et son intégration dans les schémas d’exploitation du Reich ont entraîné une forte résistance de la part des milieux commerciaux et des dissensions au sein des différents services du ministère de la Production industrielle. Cette opposition de nature idéologique est l’occasion pour le grand commerce de réaffirmer le discours libéral qui est traditionnellement le sien et de lui donner une actualité nouvelle à la Libération.

6La conviction libérale qui anime le patronat du grand commerce français et qui scande ses grandes prises de position dans la vie économique française permet d’attirer l’attention sur la résistance d’un modèle libéral classique d’organisation de l’économie et de la société qui vient contrebalancer quelque peu la vision que l’on pouvait avoir d’une extension irrésistible de l’audience du dirigisme dans les années trente et les années quarante. Il ne s’agit évidemment pas de nier celle-ci d’autant qu’elle constitue l’un des thèmes principaux du discours libéral. Mais à ses côtés, il est juste de mentionner la persistance de ce discours classique, qui refuse de sacrifier à la vogue dont jouit le néolibéralisme. La spécificité qu’offre le discours du grand commerce durant la période étudiée réside dans la conjonction d’un libéralisme intérieur et d’un libéralisme extérieur. Les grandes revendications libérales en constituent le noyau : respect de l’initiative privée et de la concurrence, État cantonné dans son rôle traditionnel d’encadrement juridique de la société et, surtout, importance accordée à une monnaie stable. Des prises de position sur des problèmes propres à l’entre-deux-guerres viennent les renforcer : hostilité au développement des ententes de producteurs, refus d’une organisation corporatiste, des professions, rejet du rôle nouveau de médiateur social que prétend jouer l’État, attaque contre la fiscalité abusive pesant sur les grands magasins. À la Libération, des thèmes nouveaux font leur apparition : le rejet du mouvement de nationalisation qui déferle sur l’économie française, le combat contre le développement de la bureaucratie, la campagne pour la restauration de l’économie de marché. Le grand commerce œuvre en faveur d’une sorte de déculpabilisation des libéraux et de la prise de conscience de la modernité de leur vision. L’Occupation paraît avoir paradoxalement tenu un rôle de révélateur : au moment où les dirigeants de Vichy fondaient l’État français et remaniaient les structures administratives sur une condamnation du libéralisme rendu en grande partie coupable des maux qui s’étaient abattus sur la France, resurgissait un discours libéral, incarnation d’une forme de résistance politique devant les dérives totalitaires du gouvernement. Sa marge d’expression était très limitée par la propagande du régime, par la censure et, aussi, par l’autocensure dont ont témoigné un certain nombre de témoins rencontrés. Ces difficultés étaient accrues par le fait que les débats au sein du gouvernement et des cercles proches du pouvoir se concentraient, en la matière, sur les mérites comparés du corporatisme et du dirigisme. Bien que volontairement centrée sur un problème de nature économique – la place de la distribution dans le nouveau régime –, la polémique ouverte qui a opposé Jacques Lacour-Gayet à Jean Bichelonne n’en mettait pas moins enjeu des conceptions politiques rivales de l’organisation de la cité. Il est remarquable que la contradiction à Bichelonne ait pu être portée par un homme pourtant engagé dans l’administration d’un système réprouvé, et qu’elle ait émané du cœur de ce système, et non à ses marges, de l’étranger, ou de centres d’opposition identifiés. La correspondance reçue par Lacour-Gayet, révèle par bribes, ce que l’on savait déjà, mais qu’il est toujours difficile de saisir de manière aussi explicite : la résistance des anciennes « élites » libérales et des milieux d’affaires. Cette difficulté est d’ailleurs accrue par l’opprobre maintenu sur ces milieux à la Libération, sur lesquels pesait l’accusation supplémentaire de collaboration avec l’occupant.

7Dans quelle mesure le discours incarné par Jacques Lacour-Gayet depuis les années vingt constitue-t-il une exception au sein du monde patronal français ? La question paraît pertinente si l’on songe aux entorses nombreuses au libéralisme dont témoigne, dans les années trente, la pratique de maints secteurs industriels pourtant solidaires durant l’entre-deux-guerres du combat libre-échangiste du CAED, et qui apportent de nouveau leur appui à Lacour-Gayet durant l’Occupation. Il faudrait analyser de manière sectorielle les prises de position de ces industries et services vis-à-vis de chacun des grands thèmes énumérés ci-dessus (rôle des ententes, rôle de l’État…) avant de conclure de manière définitive sur le caractère minoritaire de la position du grand commerce. Sera-t-on tenté de déceler une contradiction entre le discours et la pratique de ce dernier ? Nous espérons avoir démontré que, contrairement à celles, interventionnistes, du petit commerce, les pressions exercées sur l’État durant la période ont toujours eu pour finalité son désengagement de la vie économique et sociale. Le débat sur le retour à la liberté d’entreprise en 1945-1946, qui divise le monde commercial au sein du comité consultatif paritaire et au sein de la commission consultative interministérielle de la distribution, met en lumière la cohérence du grand commerce, conscient des risques susceptibles d’être entraînés par ce retour, mais désireux d’assumer ses revendications libérales. La défense du libéralisme par un secteur en mutation permet également de réfléchir à la relation établie entre libéralisme et innovation. Le grand commerce fait clairement d’un cadre libéral un facteur décisif d’expansion; l’engagement de Jacques Lacour-Gayet dans l’aventure de Radio-Luxembourg est lié aux garanties qu’offrait alors le grand-duché en la matière. Dans les faits, les interventions dissuasives de l’État en matière fiscale et salariale et le frein spectaculaire apporté au développement des magasins populaires dans les années trente n’ont pu empêcher leur enracinement en France. En outre, un certain nombre de pratiques novatrices dans l’aménagement des magasins, la promotion des marchandises, la gestion de l’entreprise apparaissent à ce moment-là. Mais il n’en demeure pas moins que la nouvelle période de croissance des grands magasins s’ouvre en aval de l’époque étudiée, dans le cadre libéral institué à la fin des années cinquante, qui va de pair avec l’essor de nouvelles formes de distribution. Les débats très contemporains sur l’extension des grandes surfaces tendent en outre à établir comme une constante que le grand commerce est un milieu qui voit dans l’intervention de l’État un frein apporté à sa prospérité. En 1925 comme en 1946 enfin, la revendication d’un libéralisme à l’échelon national se double chez le grand commerce d’une revendication libre-échangiste. Après la Première Guerre mondiale, il s’agit de démanteler les protections jugées excessives des États issus des traités de paix et de forger un nouvel équilibre européen sur la base d’un rapprochement franco-allemand. Après la Seconde Guerre, d’emblée, les vainqueurs américains imposent une nouvelle donne internationale où l’Europe doit se frayer un chemin original.

8L’idéal libéral du grand commerce a trouvé un accomplissement dans le projet d’une union européenne. Devant les difficultés du commerce international, l’idée d’Europe apparaît comme le substitut à un idéal libre-échangiste universel perçu comme utopique. Aussi est-ce tout naturellement qu’elle se développe dans les cercles commerciaux après la Première Guerre mondiale en liaison avec une valorisation du commerce extérieur, qui commence à être analysé comme un élément de puissance d’une nation. Certes, les succès de la France à l’exportation ne sont pas alors placés au tout premier plan du discours politique. Mais ses responsables, tant au ministère du Commerce qu’au Quai d’Orsay, se préoccupent de développer des structures publiques et privées aptes à soutenir une politique commerciale cohérente. Cette préoccupation rencontre celle manifestée dès avant la Première Guerre mondiale par les milieux d’affaires par l’entremise d’associations comme la FICF ou l’ANEE, très sensibles au modèle offert par l’organisation allemande. Ce n’est d’autre part pas un hasard si le CAED, émanation du grand commerce, appelé à s’engager après 1945 en faveur de l’Europe, bénéficie dès le milieu des années vingt du soutien des milieux de l’exportation, traditionnellement associés au libre-échange. La réflexion sur les échanges commerciaux débouche dans l’entre-deux-guerres sur la formulation de deux grands types de projet. L’un, celui incarné par le CAED, présente une Europe « par défaut », née de l’échec des tentatives de désarmement douanier universel, qui est fondée sur la libre-ciculation des marchandises, des capitaux et des personnes. Le second, celui de l’UDE, offre, à partir des années trente, un profil d’Europe « intégrée », reposant sur les ententes de producteurs et sur toute une série d’unions destinées à fédérer l’Europe. Il est notable que les propositions relatives à la définition d’une supranationalité se heurtent alors à une fin de non-recevoir du Quai d’Orsay et des responsables de la S.D.N. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que le projet européen du CAED et des responsables politiques évolue vers plus d’intégration. Le CAED en vient à admettre en 1948 une intégration des économies assez poussée, bien que le terme lui-même demeure discuté dans les cercles libéraux français. Il y a là une petite révolution imputable à l’élargissement des intérêts d’affaires ralliés, autour du CAED et de la LICE, à l’union européenne, à l’évolution personnelle de deux anciens grands responsables Serruys et Van Zeeland, et à la pression américaine au cœur des débats qui agitent ces cercles de réflexion en 1947.

  • 4 Cf. Geoffrey Crossick, Serge Jaumain (eds.), Cathedrals of Consumption : the European Department S (...)

9L’idée d’Europe est également associée à la modernisation des entreprises commerciales, en raison peut-être de l’inertie particulièrement prononcée d’une partie du monde commercial. Pour ce secteur – comme pour le monde agricole ? – elle constitue un facteur extérieur déterminant et inexorable de remise en cause des anciennes installations et des modes de gestion. La précocité des échanges du patronat des grandes entreprises commerciales françaises avec ses homologues étrangers au sein de l’AIGM et de la CCI montre qu’il n’a rien à envier en la matière aux grands industriels de la métallurgie ou du secteur chimique. Le souci de modernisation chez le grand commerce est antérieur au Marché commun, mais ce dernier est perçu comme un facteur d’accélération décisif, apte à produire cet effet d’entraînement que le grand commerce peine à obtenir du reste du monde commercial. Il sera sans doute instructif d’entreprendre l’étude des grands magasins italiens, suédois, danois, espagnols, allemands, néerlandais etc. unis au sein de l’AIGM. L’enquête à l’échelon européen permettra de préciser – voire de relativiser – les caractères spécifiques des grandes entreprises et des patronats de ce secteur qui ont pu favoriser leur rapprochement. Proximités frontalières, origines communes, apprentissage familial, liens financiers, implantation des magasins sur des territoires étrangers, autant de voies suggérées par l’analyse des relations franco-belges qu’il faudrait systématiquement explorer. La revendication d’une voie européenne de la distribution qui apparaît en filigrane lors de séances de la CCI demeure un postulat à confronter à la réalité. Les supports de la distribution européenne – le réseau national, l’approvisionnement, le choix des produits, l’organisation de l’espace, la gestion des entreprises et du personnel – constituent des axes d’étude potentiels. L’ensemble demande sans doute à être unifié. Un colloque récent et neuf sur les grands magasins a en effet montré combien, dans ce domaine encore, les interrogations demeuraient tributaires des approches et problématiques nationales de la recherche, et également de l’inégalité des sources dont l’on dispose pour traiter le sujet4.

  • 5 Cf. les travaux de Philippe Mioche qui, pour un secteur aussi différent que la sidérurgie, soulign (...)

10Enfin, l’appui matériel sans faille apporté par les grands magasins et Jacques Lacour-Gayet à l’activité du CAED depuis le milieu des années vingt a été déterminant dans l’unification des mouvements européens de la mouvance libérale. À côté du Conseil français pour l’Europe unie dont s’occupait René Courtin, il est maintenant établi que la section française de la Ligue indépendante de coopération européenne, grâce au terreau initial constitué par le CAED, joua un rôle décisif dans la coordination souvent difficile de mouvements divers où les luttes d’idées étaient parfois supplantées par les rivalités personnelles. En dépit des difficultés, la Ligue parvint à s’imposer dès l’été 1947 comme un interlocuteur crédible auprès des dirigeants français en charge des dossiers de la reconstruction et de l’Europe. Elle obtint le soutien d’un patronat français qui, au travers d’autres études, apparaissait peu tenté par l’Europe. Il est évident que les initiatives de la période proto-historique de la construction européenne ont bénéficié des relations personnelles entretenues par quelques individus. L’importance de ce paramètre humain est indéniable. Georges Villiers accepte d’enthousiasme le projet de Daniel Serruys ; son engagement masque difficilement les réticences des grandes organisations sectorielles à poursuivre l’effort financier parallèlement à l’effort central du CNPF. Mais en même temps l’évolution du discours des organisations patronales du commerce et des services que sont le CAED et la LICE confirme les nuances déjà introduites grâce à l’étude d’autres secteurs. L’intégration nécessaire des économies est un fait acquis ; les débats sur l’adoption d’une monnaie unique sont le révélateur d’une grande hésitation à se lancer dans l’aventure supranationale5. Dans le cas du grand commerce, cette hésitation traduit les réticences fondamentales d’un milieu arc-bouté sur la défense des principes libéraux.

11Au sein des mouvements européens, la LICE s’imposa, de manière incontestée, comme un laboratoire d’idées dans le domaine économique et trouva un premier couronnement dans la responsabilité qui lui fut confiée : rédiger le rapport économique soumis au Congrès de l’Europe en mai 1948. On peut considérer que cette date clôture de manière symbolique un processus entamé dans les années vingt. Elle marque l’aboutissement des aspirations de cercles économiques qui partageaient une sensibilité libérale, et qui ont été relayés et, peu à peu fédérés par des associations, dont les moindres mérites n’ont pas été la stabilité matérielle et la continuité intellectuelle. S’étonnera-t-on que ce milieu ait été si peu en contact avec les équipes fédérées par Jean Monnet ? Il n’échappe pourtant à personne que l’avancée des connaissances historiques a permis de mettre en lumière le caractère hétérogène et éclaté du processus européen, ainsi que les luttes et les rivalités pour s’attribuer la paternité exclusive des grandes réalisations. Les milieux commerciaux ont eux aussi contribué au mouvement en faveur de l’union européenne et nourri les échanges entre les milieux d’affaires et les responsables politiques. Vécu de manière intense et perçu comme un événement majeur par ses participants, le Congrès de La Haye coïncida avec un tournant des relations internationales que le « coup de Prague » venait d’entériner. Face à la consolidation du camp socialiste, l’Europe occidentale dut accélérer sa propre organisation : on entrait dans la phase des constructions européennes effectives.

Notes

1 Jacques Marseille, « Introduction », dans Jacques Marseille (dir.), La révolution commerciale en France. Du « Bon Marché » à l’hypermarché, Paris, 1997, p. 8. Ce propos qui concerne la génération des fondateurs ne peut être étendu à celle de l’entre-deux-guerres. Pierre Laguionie est membre de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris; Gabriel Cognacq, officier de la Légion d’Honneur dès 1929, est présent dans de nombreuses instances patronales…

2 Cf. les réflexions qu’inspire à Jean-Noël Jeanneney le cas de Francis Bouygues dans « L’entrepreneur saisi par les médias », Concordances des temps : l’actualité du passé, Paris, 1991 (rééd.), chap. 5.

3 Cf. ce qu’en dit Marc de Ferrière, « L’industrie du luxe en France depuis 1945, un exemple d’industrie compétitive ? », Entreprises et histoire, 1993, n° 3, p. 85-96.

4 Cf. Geoffrey Crossick, Serge Jaumain (eds.), Cathedrals of Consumption : the European Department Store (1850-1939). Ashgate (à paraître).

5 Cf. les travaux de Philippe Mioche qui, pour un secteur aussi différent que la sidérurgie, soulignent les difficultés de la branche à concilier une tradition européenne, un engagement européen fondé sur des ententes privées et l’instance supranationale en voie de lui être imposée à la fin des années quarante. Cf. en particulier : « L’adaptation du patronat de la sidérurgie française à l’intégration européenne de 1945 à 1967 », dans Michel Dumoulin, René Girault, Gilbert Trausch (dir.), L’Europe du patronat. De la guerre froide aux années soixante, Euroclio, 1993, p. 63-75.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable