Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Quatrième partie. Le grand commerce face aux choix de la libération

Chapitre X. Le grand commerce et les débuts de la construction européenne

Texte intégral

1La place occupée par le pôle libéral constitué autour de Jacques Lacour-Gayet dans le débat sur la construction européenne après 1945 consacre une dynamique impulsée dans les années vingt par la discrète association qu’était alors le Comité d’action économique et douanière. Seule une étude sur la moyenne durée pouvait permettre d’évaluer le poids réel qu’eut cet organisme au demeurant peu connu. Or l’analyse de son histoire fait apparaître des traits de continuité, par-delà crises et guerre, remarquables si l’on en juge d’après leur rareté dans le milieu des mouvements européens. Continuité des hommes, continuité des structures, continuité du discours ont concouru à légitimer la position qu’il occupe à la Libération et à asseoir son influence. Le soutien réaffirmé des grands magasins lui procure une aisance matérielle et une liberté d’action capitales. Le CAED va ainsi prendre la tête de la branche libérale du Mouvement européen et définir un projet structuré d’union européenne. C’est sur ce dernier point que se situe la rupture véritable avec l’entre-deux-guerres. Les modalités de la reconstruction en Europe, l’importance prise par le débat sur la direction de l’économie, l’apport des capitaux américains d’une part, la multiplication des groupuscules et mouvements pro-européens, la concurrence nouvelle qu’elle engendre et la rivalité auprès des pouvoirs publics de l’autre, ont accéléré le passage d’une sympathie intellectuelle pour l’idée européenne à un engagement déclaré. La proximité renforcée des liens entre le milieu des grands magasins et le CAED devait tout naturellement conduire le premier à s’intéresser de manière active à la question européenne et à l’aborder sous l’angle économique. Aussi assiste-t-on dans le grand commerce à l’émergence d’une véritable interrogation en termes de logique de branche au début des années cinquante. La maturation de cette question a été plus lente que dans certains milieux industriels.

I. GRANDS MAGASINS ET EUROPE : LES MODALITÉS D’UN ENGAGEMENT

2Un rapprochement du patronat européen du grand commerce s’était esquissé dans l’entre-deux-guerres au sein du comité de distribution de la Chambre de commerce internationale, mais aussi grâce à l’Association internationale des grands magasins. Il avait permis un premier échange d’expériences essentiellement structuré par des bouleversements d’ordre économique : l’évolution des formes prises par la distribution et la modernisation de la gestion des entreprises. La fin de la guerre crée un contexte nouveau où l’élément structurant du rapprochement va être la mise en place d’un Marché commun.

A. LE POLE PATRONAL FRANCO-BELGE

3Au cœur du processus, il y a un noyau patronal franco-belge, soudé depuis l’entre-deux-guerres. Le projet d’union européenne est soutenue conjointement par la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples et son homologue belge, la Chambre syndicale des grands magasins.

1. La profession de foi française

  • 1 Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (Fenacomult), assemblée générale [AG] d (...)
  • 2 Fenacomult, AG du 16 mars 1945, rapport de Jacques Lacour-Gayet, p. 8.

4La Fédération poursuit en 1945 une activité demeurée ininterrompue depuis sa fondation en 1937. Grâce au dévouement de Michel Chaudun, devenu son secrétaire général en 1941, et d’André Pérez – non mobilisés – elle a survécu durant la guerre1. Elle demeure animée par la même équipe à laquelle est venu s’ajouter officiellement en 1944, au poste d’attaché au secrétariat général, Lucien de Sainte-Lorette. Jacques Bondoux et Jacques du Closel, ses deux secrétaires généraux officiels, sont rentrés de captivité. Le nombre de ses adhérents a continué à croître, s’élevant à 1 101 en 1945, puis 1 120 en 1946. Enfin, elle veille à faire de nouveau entrer dans ses caisses les cotisations de ses membres. Elle constitue en France le principal soutien matériel apporté par le grand commerce à la cause européenne. Liée étroitement depuis l’entre-deux-guerres au Comité d’action économique et douanière, c’est sans solution de continuité qu’elle continue à promouvoir l’activité de celui-ci à la Libération. Suivant l’habitude prise durant la guerre, l’assemblée générale annuelle de rentrée se tient en présence de représentants de l’administration (direction du Commerce intérieur, direction des Prix, etc.) en plus des représentants des entreprises commerciales et de personnalités du monde des affaires. Il est remarquable que parmi les cinq mesures du programme de réforme rêvé du commerçant énumérées par Jacques Lacour-Gayet, dans l’allocution inaugurant la reprise des activités de la Fédération, le 16 mars 1945, figure en deuxième place, après l’appel à une stabilisation monétaire, une revendication européenne. « Autre ambition de vaste envergure : un cloisonnement moins étroit entre les nations, particulièrement entre celles que rapprochent la géographie et la culture. Que la libre circulation des personnes, des marchandises et des capitaux soit au moins possible dans des groupes d’État liés par leurs affinités et par des engagements réciproques. L’autarcie généralisée du temps de guerre doit avoir vécu », déclare Lacour-Gayet2. Répudiation du schéma autarcique qui sous-tendait l’Europe hitlérienne, reprise des formules d’union européenne élaborées dans les années vingt, légitimation culturelle de l’union, telles sont les bases de l’Europe que jette Lacour-Gayet dans l’immédiat après-guerre. Le projet serait dépourvu d’originalité si n’était immédiatement affirmée son adéquation à la spécificité transnationale du commerce. C’est ainsi qu’en présence de Paul Naudin, le directeur du CAED, mais aussi de René Arnaud, le secrétaire général du comité français de la Chambre de commerce internationale, Lacour-Gayet ajoute que « le commerce est peu de choses s’il ne dépasse pas les frontières. Les besoins immenses du pays donnent plus d’importance que jamais à ses relations économiques avec l’étranger. Nous suivons de près les utiles efforts du CAED, que dirige M. Paul Naudin, pour un assouplissement des échanges extérieurs, et les travaux, dirigés dans le même sens, du comité français de la CCI ».

  • 3 Fenacomult, AG du 19 mars 1946, rapport de Jacques Lacour-Gayet, p. 22.

5L’engagement décisif a lieu un an plus tard. Le moment est important. La Fédération vient d’adhérer au CNPF, constitué en décembre 1945, dont Jacques Lacour-Gayet a été désigné comme membre du Bureau. Elle vient également d’entrer au comité français de la Chambre de commerce internationale. L’assemblée générale de mars 1946 se tient en présence de Pierre Fournier, le président du CNPF, de Marcel Rives, le directeur du Commerce intérieur, de Roger Nathan, le directeur de la direction des Relations économiques extérieures, de René Arnaud, de Robert Bienaimé, de Paul Naudin, de Georges Maus, de Pierre Benaerts et de représentants de syndicats des Tissus et de la Chaussure. Dans son allocution, Lacour-Gayet réaffirme sa « sympathie [pour] l’action énergique menée par le Comité d’action économique et douanière » et apporte des précisions sur son activité : « Cette association, fondée en 1925, s’est proposé, depuis la Libération, un double objectif : l’étude pratique d’une étroite entente économique entre les nations européennes, et en particulier celles de l’Occident, et sur le plan intérieur, le retour progressif à une économie libérée »3. Il rappelle ainsi dans un premier temps l’existence du cycle de conférences lancé durant l’été 1945 sur l’Occident européen et où se sont déjà exprimés, le 10 juillet, Henry Helbronner sur la France, le 15 octobre, Paul Van Zeeland sur la Belgique, et le 17 janvier 1946, M. J. Tinbergen sur les Pays-Bas. Il annonce d’autre part le lancement parallèle imminent – il débutera le 11 janvier 1946 – du cycle sur l’économie dirigée dont nous avons parlé dans le chapitre précédent. Il ajoute :

« Notre commerçant de l’an dernier savait aussi regarder au-delà des frontières. Par conviction professionnelle, il est, sinon libre-échangiste, au moins échangiste. Il considère avec sympathie les chartes libérales élaborées outre-Atlantique qui, par une intelligente division du travail, conduiraient chaque pays à ne produire que les marchandises où il excelle et à profiter de la production de tous les autres; mais il n’ignore pas que les colloques internationaux se chargeront d’amender ces projets ambitieux et il n’oublie pas non plus que dans ces hôpitaux de grands malades que sont les offices des changes, chaque monnaie a une peur irraisonnée de la voisine et se confine dans l’isolement.

  • 4 Fenacomult, AG du 19 mars 1946, p. 9-10.

Assurément, il ne demande pas encore que le détenteur de francs soit libre de les échanger sans limites contre certaines devises appréciées ni que toute liberté d’importation soit rétablie, mais il souhaite ardemment que de grands efforts soient faits pour la libre circulation des capitaux, comme des marchandises, dans le cadre des nations que rapprochent, outre la géographie, la guerre faite en commun, la possession de grands empires, une certaine forme de civilisation et un état de santé assez comparable. Il verrait un premier coup porté à l’autarcie anémiante du temps de guerre, si un accord monétaire et douanier, à compléter bien entendu par d’autres, se concluait, pour le moins, entre la France, la Grande-Bretagne, l’Union belgo-luxembourgeoise, les Pays-Bas, et si une vaste aire d’échanges libres était ainsi ouverte à l’activité de ces quatre pays. Cette satisfaction lui sera-t-elle donnée un jour ? »4

  • 5 Cf. Michel-Pierre Chélini, « Inflation, dévaluations et politique monétaire en France (1944-1952)  (...)
  • 6 Cf. Thierry Grosbois, « Le Benelux et le Plan Marshall. Une union douanière face au roi dollar », (...)
  • 7 Cf. R.T. Griffiths et F. Lynch, « L’échec de la petite Europe : le Conseil tripartite (1944-1948)  (...)

6Se référant au contexte international nouveau créé par la guerre, à la Charte de l’Atlantique d’août 1941, à la Charte des Nations unies de juin 1945, il enracine sa réflexion dans l’actualité immédiate. Sa préoccupation principale demeure, dans le domaine des relations internationales encore, les problèmes monétaires. La France demeure en effet soumise à un contrôle des changes instauré le 9 septembre 1939 qui pèse à la fois sur ses échanges commerciaux et ses transferts financiers et monétaires5. Si les accords de Bretton Woods ratifiés le 27 décembre 1945 clarifient et stabilisent la situation monétaire internationale en consacrant le dollar comme la monnaie-étalon, ils ne résolvent pas pour autant les difficultés propres à chaque pays qui empêchent une libre convertibilité immédiate. Aussi l’accord monétaire du 21 octobre 1943 – entré en vigueur le 13 septembre 1944 – unissant les gouvernements belge, néerlandais et luxembourgeois (Bénélux), établissant un taux de change fixe entre les trois pays et une ouverture de crédit mutuel entre banques centrales, suivi de la signature le 5 septembre 1945 d’une convention douanière, a pu apparaître comme un « modèle » pour les autres pays européens, même si la première étape de l’intégration – l’union douanière – ne fut véritablement réalisée que le 1er janvier 19486. La Belgique et la Grande-Bretagne signent un accord monétaire similaire le 5 octobre 1944. Un « arrangement provisoire » est également passé entre les banques centrales de France et de Belgique le 10 octobre 1944 dans le contexte difficile de l’assainissement économique et de la stabilisation financière de la France sur lesquels Français et Belges ont des vues divergentes. Le vœu précis de Lacour-Gayet en faveur d’une union monétaire et douanière des cinq États européens cités se réfère en outre aux négociations engagées entre la France, l’Union économique belgo-luxembourgeoise et les Pays-Bas en vue d’un rapprochement économique et politique, qui ont conduit à la création d’un Conseil tripartite le 20 mars 19457. La convention demeure en retrait par rapport à l’accord Benelux et ne prévoit pas d’union douanière. De plus, le Conseil ne dispose d’aucun pouvoir dans le domaine monétaire. Mais en dépit des difficultés concrètes rencontrées, le projet n’a plus pour Lacour-Gayet le caractère lointain qu’il pouvait avoir dans les années vingt. Ce n’est pas un hasard si les pays cités dans son allocution sont précisément ceux analysés par les conférenciers du cycle sur l’Occident européen : la France, la Grande-Bretagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Les premières conférences ont permis de structurer un projet que nous analyserons en détail un peu plus loin, et qui lui fournit matière à espoir. Afin de soutenir ce projet, il peut compter sur l’aide des grands magasins belges.

2. L’activisme belge

  • 8 Groupement d’études des grands magasins [GEGM], PV du 11 octobre 1945.
  • 9 Fenacomult, PV du 19 octobre 1945.

7Les contacts pris dans l’entre-deux-guerres avec les patrons des grands magasins européens sont renoués, et, le 11 octobre 1945, Jacques Lacour-Gayet est en mesure d’annoncer au Groupement d’études des grands magasins les premières conversations qu’il a eues avec les dirigeants des fédérations américaine, anglaise et belge « en vue de la constitution éventuelle d’une Fédération internationale des grands magasins dont le siège serait à Paris »8, information confirmée quelques jours après à la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples9. « Cette association aurait en vue », ajoute Lacour-Gayet, « la défense de la forme de commerce que constituent les entreprises à commerces multiples et l’intervention éventuelle auprès des organismes économiques internationaux ». Le 31 octobre, il précise au Groupement que « la Chambre syndicale des grands magasins de Belgique a donné son accord à la création de la Fédération internationale des grands magasins ».

  • 10 PPMLG, dossier de remerciements Propos d’un libéral, lettre de René Micha du 25 octobre 1948. Allu (...)
  • 11 Sur le rôle de cette Commission, cf. le témoignage de Marcel-Henri Jaspar, Changement de décors, P (...)
  • 12 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim, histoire d’un grand magasin, Paris, 1972, p. 151- (...)
  • 13 Ibid., p. 177-178.

8L’engagement français se trouve conforté par les liens personnels tissés entre Lacour-Gayet et Bernheim au sein de la CCI et de l’AIGM depuis les années vingt. Au lendemain de 1945, Emile Bernheim s’emploie à réformer son propre syndicat : la Chambre syndicale des grands magasins que dirige René Micha. La Chambre se transforme en une Association des grandes entreprises de distribution (AGED) dont Bernheim devient le premier président. Cela correspond à une intégration par l’AGED d’autres formes de grandes entreprises commerciales comme les magasins à succursales ou les entreprises de vente par correspondance. L’AGED va activement soutenir le rapprochement des grands magasins européens grâce, là encore, aux relations personnelles établies entre deux hommes : René Micha et Jacques Lacour-Gayet. À la lecture des Propos d’un libéral de ce dernier, Micha se déclara particulièrement heureux « des observations et des espoirs touchant une union économique entre nos deux pays que l’ambassade de France devait développer récemment au cours d’une réunion de la Chambre de commerce de Bruxelles »10. Ce soutien repose aussi sur un engagement personnel et politique d’Emile Bernheim dont l’éveil de la conscience européenne a suivi les mêmes cheminements que celle de Lacour-Gayet : prise de conscience d’une solidarité familiale et culturelle du patronat des grands magasins, concurrence américaine en développement sur le continent européen dans les années vingt, intérêt intrinsèque du grand commerce pour une extension des zones de libre-échange et la constitution de larges entités économiques. S’ajoute un facteur d’ordre plus personnel : juif, Emile Bernheim a quitté la Belgique, dès l’invasion allemande, pour la France, d’où il a gagné fin 1941 les États-Unis. Il y participa aux travaux de la Commission pour l’étude des problèmes d’après-guerre que présidait Paul Van Zeeland11. Il y prit des contacts avec le président du grand magasin Macy’s et les mit à profit dès septembre 1945 pour créer une coopérative d’achat Magbel, regroupant commerce de gros en textiles, confection et grands magasins, qui s’alimentait auprès des magasins américains12. Rallié à l’idée de Benelux, Emile Bernheim a une initiative symbolique : il prête les magasins de l’Innovation pour une exposition commune aux trois pays présentant des marchandises de chacun et destinée à vanter par l’exemple les mérites de ce premier rapprochement européen13. Dans ce domaine de politique étrangère, le grand magasin est clairement perçu et utilisé comme un partenaire efficace des pouvoirs publics dans la conquête de l’opinion publique. Il a un rôle similaire de celui qu’il peut jouer en politique intérieure, en matière de stabilisation des prix : l’expérience Pinay que nous avons évoquée illustrait ainsi de manière exemplaire l’effet d’entraînement qu’avait eu la décision de baisse des prix du grand commerce en France sur l’ensemble des prix de détail. Pour Bernheim, comme pour Lacour-Gayet, les avantages économiques que procurerait un grand marché européen s’imposent rapidement : élargissement du cercle des fournisseurs et des consommateurs, réduction des frais et baisse des prix de vente. Toutefois, à lire le récit romancé et hagiographique de sa vie dû à deux de ses proches collaborateurs, un certain idéalisme prévaut dans la démarche de Bernheim qui lui fait sous-estimer les résistances du tissu national et les difficultés qui apparaîtront ultérieurement.

3. La réactivation des réseaux internationaux

  • 14 Chambre de commerce et d’industrie de Paris [CCIP], 1-7.40 (1), CCI. Comité national français, ens (...)
  • 15 Ernest Mercier, La conférence de Rye, publications du CAED, n° XXVI, Paris, 1945.
  • 16 CCIP, I-7.40 (1), ensemble sur 1946, supplément à L’économie internationale, juin 1946.

9La conférence de Rye a pris la décision le 17 novembre 1944 de conserver à la Chambre de commerce internationale son rôle de « Parlement international des affaires ». La CCI relance ses activités en 1945, forte du maintien en son sein de nombreux hommes d’affaires qui l’animaient dans l’entre-deux-guerres. Le Conseil tient sa première séance à Londres du 13 au 18 août 1945. La représentation française compte dix hommes dont Ernest Mercier, président de l’Union d’électricité et nouveau président du comité national français, Jacques Lacour-Gayet, président de la Fédération, et Daniel Serruys, au titre d’ancien président du comité économique de la Société des Nations ; les deux derniers sont membres du comité de direction du comité national français14. Ernest Mercier a évoqué dès avril 1945 l’ambition modernisatrice qui l’anime pour le comité français : « Il est évident qu’il est essentiel que la France, dans ces travaux, prenne sa place. La section française de la Chambre de commerce internationale devrait donc être équipée en personnel, en moyens matériels, en documentation, pour y participer, en y apportant une contribution constructive, et non seulement en discutant les projets établis par d’autres. Ceci dicte notre attitude : il est du plus haut intérêt que toutes les entreprises industrielles et commerciales participent activement aux travaux de la Chambre de commerce internationale et qu’elles apportent un concours matériel et intellectuel efficace à la section française »15. On retrouve dans le comité national français les représentants des mêmes associations, groupements et syndicats commerciaux qu’avant-guerre : Robert Alterman, vice-président délégué de l’Union française des industries exportatrices, Robert Bienaimé, président du Comité d’action économique et douanière, Julien Durand, président du Comité national français des conseillers du commerce extérieur, Paul Gilbert, président de l’Association nationale d’expansion économique ; Justin Laurens-Frings, président de la Fédération des industriels et des commerçants français, Pierre Laguionie, directeur-gérant des grands magasins du Printemps, Edouard Bertaux, président de la Confédération nationale des commerces et industries de l’alimentation, Robert Dian, président du Syndicat des maisons d’alimentation à succursales, Pierre Faivret, président délégué de la Fédération des commerçants-détaillants de France, Louis Nicol, président du Comité central des armateurs de France, Marcel Dreyfus, président de la Fédération des importateurs de la métallurgie et de la mécanique etc. Il y aussi les responsables de nouvelles institutions comme Pierre Benaerts, délégué général du Conseil interfédéral du commerce français et Pierre Fournier, président du CNPF. Enfin, si René Arnaud assure toujours, depuis 1933, le secrétariat général des trois comités nationaux (français, indochinois et africain), on relève la présence d’un nouveau secrétaire général adjoint, également proche de Lacour-Gayet, rencontré durant la guerre : Hugues Colin. On note en dernier lieu la présence d’Edmond Giscard d’Estaing, président de la Société financière française et coloniale, à la tête du comité national indochinois16.

  • 17 CCIP, 1-7.40 (1), note de M. Daniel Serruys, La politique commerciale. Les cartels, juin 1945.

10En décembre 1945 a lieu la mise en place de nouveaux groupes d’études et de commissions. Le premier groupe, présidé par Emile Bernheim, est celui de la production et de la distribution. Jacques Lacour-Gayet est nommé rapporteur du comité de la distribution. Un rapport sur la politique commerciale a été confié au printemps 1945 à Daniel Serruys. Comme il le fit lors d’une de ses premières interventions au CAED, en octobre 1944, Serruys manifeste une grande prudence dans la fixation d’une chronologie de la reprise des échanges libres et admet comme une situation inévitable le maintien temporaire d’un dirigisme financier et monétaire. Une politique « échangiste » lui paraît devoir être le fondement de la réorganisation économique mondiale. Revendiquant l’héritage de l’entre-deux-guerres, il précise qu’elle passe par « l’organisation d’unions régionales mettant en œuvre, pour l’entraide par les échanges, des unions douanières ou des communautés économiques ». Dans le domaine technique, il ne se leurre plus sur la possibilité d’unifier les systèmes tarifaires nationaux, mais demande que l’effort se porte sur la simplification et la normalisation des nomenclatures. Il insiste enfin sur la nécessité d’arrimer ces organisations régionales futures aux organismes mondiaux en cours de création17.

B. VERS UNE ORGANISATION EUROPÉENNE DES GRANDS MAGASINS

1. Le renforcement des échanges techniques et de la solidarité commerciale

  • 18 Archives Fenacomult. FIGED. Groupements internationaux des grands magasins. Ensemble sur l’AIGM. A (...)
  • 19 Fenacomult, AIGM. Confidentiel. Copie n° 15. 52e réunion des directeurs. Coopération économique pl (...)
  • 20 Ibid.

11Secondé activement par les secrétaires généraux en poste depuis 1931, Henri Pasdermadjian et James Jefferys, Emile Bernheim relance l’Association internationale des grands magasins : elle devient, après 1945, un centre important de réflexion sur l’union européenne. Pariant sur le caractère inéluctable de cette union, elle entreprend d’évaluer les modifications futures de la distribution à l’échelle européenne et le rôle tenu par le modèle américain. En novembre 1948, Henri Pasdermadjian prend acte de « la formation d’une Union européenne ou d’une Union de l’Europe occidentale pour commencer ». En dépit des réticences manifestées par l’Angleterre, la Suisse, les pays Scandinaves, il estime qu’un noyau est formé – « Les pays de Bénélux, de France et d’Italie semblent désireux de parvenir à cette intégration aussi rapidement que possible » – et pressent que, sous l’influence américaine, l’Allemagne sera incorporée « comme un membre égal dans la nouvelle communauté européenne »18. Le volontarisme européen de l’AIGM s’accroît dans les années cinquante. « L’homme d’affaires actif comprend la nécessité d’étudier et d’évaluer ces tendances et ces nouvelles perspectives », peut-on lire dans un rapport de 1955 de James Jefferrys. « De nouvelles perspectives d’expansion vont s’ouvrir. Il apparaîtra de nouvelles sources de fournitures et de nouveaux marchés; de nouvelles ressources de main d’œuvre et de capitaux deviendront disponibles »19. L’impact de l’ouverture d’un grand marché pour la distribution est clairement défini dans le même rapport. Par delà les changements introduits dans les sources d’approvisionnement, la majorité des entreprises européennes sera affectée par des bouleversements structurels qui auront des répercussions sur leur taille, leur capital et leur capacité d’achat. La concentration des entreprises de détail deviendra nécessaire : « […] Les plus grandes entreprises de détail sont pratiquement très petites comparées, par exemple, avec des entreprises similaires aux USA. La majorité des entreprises de détail en Europe n’ont pas pu atteindre leur point de rendement optimum en raison de l’étroitesse de leurs marchés ». Elle aura pour corollaire la modification de la stratégie de développement de l’entreprise réorientée vers la conquête d’un marché international et vers des ententes avec d’autres grandes entreprises : « Le point important est que le chef le plus alerte d’une entreprise de détail sera celui qui commencera à penser et à faire des plans sur une grande échelle et qui pèsera les avantages et les désavantages d’une collaboration avec d’autres entreprises ». Les premiers liens envisagés concernent les chaînes de magasins spécialisés dans chaque pays ainsi que les groupements d’achat et les chaînes volontaires de grossistes. L’ouverture du cadre national a pour conséquence directe la remise en cause du gentleman’s agreement que constituait l’AIGM : par l’article 12 de ses statuts, les entreprises adhérentes s’engagent à ne pas être en concurrence commerciale entre elles. Or, l’extension des activités de chacune à l’étranger multiplie les risques potentiels de concurrence. Solliciter l’avis de chaque entreprise adhérente comme l’exigent les statuts conduit à freiner le développement des entreprises : « […] l’Association, au lieu d’être une aide pour ses membres, devient un handicap et un obstacle »20.

  • 21 Fenacomult, AIGM. Coopération économique…. op. cit.
  • 22 Ibid. Extrait de la revue Commerce moderne, n° 143, mars 1962, « Les organisations internationales (...)
  • 23 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim,…, op. cit., p. 165.

12Les grands magasins s’engagent par conséquent en ce début des années cinquante dans une réflexion originale sur la nature des liens susceptibles de continuer à les unir et à organiser leur marché. Elle débouche sur deux propositions ambitieuses qui témoignent du caractère stimulant de la perspective de l’ouverture d’un marché européen et l’imagination déployée en la matière par le milieu du grand commerce. La première suggère de considérer l’AIGM « comme le début d’une corporation qui pourrait être appelée les grands magasins et les magasins populaires unis d’Europe ». Elle impliquerait l’intégration financière complète de ses membres. Il s’agit en fait de la reprise à une autre échelle de la proposition faite par Bernheim en 1928 de créer une holding internationale de chaînes de magasins à prix uniques. La seconde est davantage dans la continuité des efforts menés par l’AIGM depuis les années trente : « L’Association pourrait tendre à devenir l’organe central de recherches pour tous les grands magasins importants et les magasins populaires d’Europe ». En la matière, l’AIGM renoue avec le vœu exprimé également dans les débats de la Chambre de commerce internationale des années trente : obtenir la levée du secret pesant sur les activités des grands magasins. S’il paraît compréhensible de le maintenir sur les politiques de sélection des marchandises et de fixation des prix, il convient en revanche de renforcer les échanges de vues sur les questions de formation du personnel, de gestion des magasins, des méthodes comptables et de recherches techniques. Ce rapport de 1955 confirme un goût du secret encore important et tardif du secteur commercial, mais atteste aussi une modification récente des comportements sous l’influence du modèle américain : « L’expérience américaine très développée à cet égard tend à montrer que de tels échanges d’informations et de telles discussions avec les concurrents sont à l’avantage plutôt qu’au désavantage des entreprises industrielles »21. Dans la mesure où l’AIGM n’est pas une structure d’entraide commerciale, ses membres mettent sur pied en 1953 une Association commerciale internationale (ACI) qui constitue un groupement d’achat. En est exclu le Printemps qui, dès 1946, a créé avec le Bon Marché de Bruxelles et les magasins Jelmoli de Zurich sa propre organisation d’achat : le Groupement intercontinental des grands magasins (GIGM)22. Chaque membre de ce dernier met sa centrale d’achat – par exemple, la SAPAC pour le Printemps – au service de ses partenaires étrangers, membres du Groupement. Le GIGM a en outre la spécificité d’inclure des grands magasins extra-européens en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud. L’ACI a une ambition plus européenne. Un premier essai de resserrement des intérêts commerciaux a eu lieu en 1951 entre l’Innovation et De Bijenkorf : un même agent de liaison dans les bureaux d’achat des deux entreprises documente leurs acheteurs respectifs et les aide dans leurs démarches23. Dans l’ACI comme dans le GIGM, les partenaires souscrivent à une clause d’exclusivité commerciale appelée à être remise en cause lors du développement de projets plus ambitieux. Enfin, après avoir mis en place des structures d’échanges techniques et de solidarité commerciale, les dirigeants des grands magasins cherchent à renforcer l’audience internationale des grands magasins auprès des pouvoirs publics européens et à veiller, à cet échelon aussi, à la reconnaissance des intérêts spécifiques de la distribution.

2. La constitution d’un groupe de pression au sein de la Communauté

  • 24 Fenacomult, FIGED. Groupements internationaux des grands magasins, lettre du 4 décembre 1952.

13Le 4 décembre 1952, dans une lettre-circulaire commune émanant de l’AGED et de la Fédération, destinée aux présidents européens des grands magasins, Bernheim et Lacour-Gayet en appellent à la réalisation d’« un projet esquissé à maintes reprises et, plus précisément, au lendemain de la guerre, celui de la création d’une fédération internationale des grandes entreprises de distribution (grands magasins, magasins populaires, magasins dits à prix uniques, grands bazars, galeries etc.) »24. Sa spécificité originelle est double : unir des groupements professionnels de chaque pays et recruter en priorité sur le continent européen. La première finalité de la FIGED est en effet de se distinguer de « certains groupements internationaux qui n’admettent que des entreprises individuelles, en principe une seule par pays, et qui ont une mission bien définie, du reste très précieuse, l’échange d’expériences dans le domaine technique ou strictement commercial ». C’est là une allusion directe à une association comme l’AIGM. Or, les deux créateurs de la FIGED entendent reproduire à l’échelon européen le modèle des associations professionnelles qui a fait ses preuves dans leurs pays respectifs et traiter tous les problèmes qui se posent à leurs ressortissants : « Le champ d’application de la fédération couvrirait les domaines économique, social, juridique et fiscal, en bref, toutes les questions professionnelles traitées à leur niveau par les associations nationales ». Seconde priorité exprimée : « Nous croyons aussi qu’il conviendrait, tout au moins au début, de se borner à unir les associations d’Europe : ayant fait ses preuves, la fédération pourrait être étendue aux autres continents ». La fédération future aurait pour but la représentation des associations nationales auprès des grands organismes internationaux. Nulle structure supranationale n’est toutefois envisagée. Les créateurs ne souhaitent pas contribuer au développement d’une bureaucratie patronale européenne et envisagent de confier les travaux, de manière tournante, aux secrétariats nationaux.

  • 25 Fenacomult, FIGED, Assemblée générale de la FIGED, 18 mars 1961.
  • 26 Jean Meynaud, Dusan Sidjanski, Les groupes de pression dans la Communauté européenne, Montréal, 19 (...)
  • 27 Fenacomult, FIGED. Groupements internationaux et grands magasins. L’Association internationale de (...)
  • 28 Jean Meynaud, Dusan Sidjanski, Les groupes de pression…. op. cit.
  • 29 Fenacomult, FIGED. Conseil des fédérations commerciales d’Europe. Projet présenté par le Comité na (...)

14La FIGED sera effectivement créée à Zurich après la mort de Lacour-Gayet en 1956. Les statuts sont déposés le 4 février 1959. Les premières associations contractantes sont : l’Association nationale des grandes entreprises de distribution, à Bruxelles; l’Association des grands magasins, à Zurich; l’Associazione italiana delle grandi imprese di distribuzione al dettaglio, à Milan, la Bundesarbeitsgemeinschaft der Mittel-und Grossbetriebe des Einzelhandels, à Cologne, la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, à Paris ; le Raad Voor het Grootwinkel bedrijf à Amsterdam et le Verband Kaufmännischer Betriebe, à Vienne. Elles appartiennent soit à la Communauté économique européenne, soit, comme c’est le cas pour la Suisse et l’Autriche, à l’Association de libre-échange25. Constituée originellement à une échelle plus large que la Communauté, la FIGED voit cependant l’essentiel de ses intérêts se concentrer dans le Marché commun. En atteste le transfert de son siège de Zurich à Bruxelles26. Avec l’ouverture effective en 1958 d’un Marché commun, les grandes entreprises de détail européennes se préoccupent de garantir « le rôle économique qui doit normalement leur revenir dans la communauté européenne en voie de formation »27. À l’instar des entreprises industrielles, elles s’érigent en groupes de pression au sein de la Communauté. Jean Meynaud a inventorié les trois motifs d’intervention de ces groupes. Il s’agit en premier lieu de préserver et d’étendre les avantages matériels spécifiques du secteur représenté ; dans un second temps, d’obtenir une participation plus étroite aux processus délibératifs. Ces démarches leur permettent enfin d’accroître leur capacité globale d’influence auprès des pouvoirs publics et des autres groupes28. Cette analyse démontre que leur comportement n’est en fait que la reproduction à l’échelon européen du modèle mis en place à l’échelon national. La FIGED en offre l’illustration, confirmée dans son rôle de représentante du grand commerce auprès des pouvoirs publics avec pour fonction principale de diffuser des « informations judicieusement choisies, mettant en valeur le rôle économique et social de ces grandes entreprises, leur action régulatrice sur la production et les prix […] », fonction qui, on le voit, n’est guère éloignée de celle attribuée à la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples en France. Cette volonté est sous-tendue par une préoccupation récurrente de ce milieu : l’intérêt de l’opinion publique se tourne de manière privilégiée vers la production, sans égard aux problèmes de la distribution. Aussi la FIGED dénonce-t-elle « l’indifférence » avec laquelle est traitée la fonction commerciale dans le traité instituant la CEE29. En dehors de l’énoncé de principes généraux – liberté d’établissement, libre prestation des services – le traité ne détaille pas les dispositions qu’il conviendrait de prendre pour coordonner la distribution des marchandises et mettre un terme aux distorsions. Or, un certain nombre de problèmes se posent avec acuité : les conditions d’accès au commerce, les législations commerciales, les règlements économiques de la production et de la distribution, la protection de la santé publique. Si l’on considère par exemple le régime de l’accès au commerce, la liberté d’établissement est complète en Allemagne, en Belgique et en France, l’ouverture est soumise à autorisation préalable aux Pays-Bas, en Italie et au Luxembourg. De la même manière, la législation relative à certains types de ventes – ventes par correspondance, ventes à tempérament, ventes avec primes etc. – varie selon les pays et nécessite donc une harmonisation. Procédés de fabrication, règles régissant la consommation, la vie des magasins – horaires de travail, durée d’ouverture – devront également être examinés.

  • 30 Ibid., L’Association internationale de grands magasins et le Groupement intercontinental de grands (...)

15Dans l’attente de nouvelles dispositions, le grand commerce est désireux de maintenir l’AIGM et le GIGM comme d’indispensables garde-fous face aux bouleversements que ne manquera pas d’engendrer l’extension de la concurrence. Des actions concertées de défense sont envisagées en cas d’attaque de la position d’une entreprise adhérente par une entreprise extérieure. Ententes de médiation et d’arbitrage, prévoyant également des « conjugaisons d’intérêt financier »30, on ne peut manquer d’y déceler à moyen terme la tentation d’un nouveau protectionnisme. La réalisation d’un Marché commun ne va pas sans soulever des problèmes pratiques susceptibles d’entraîner des comportements apparemment contradictoires avec les principes libéraux qui régissent la constitution de ce marché.

3. Les difficultés pratiques de l’intégration

  • 31 Lettre de M. Paul de Coster, archiviste de GIB-Group, du 15 décembre 1993.
  • 32 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim op. cit., p. 188-192.

16En l’état actuel des connaissances, on ne peut que poser un certain nombre de questions sur les limites de l’intégration des grands magasins européens. On ne possède pas encore d’étude historique sur les tentatives de rapprochement qui ont eu lieu. La difficulté principale réside dans l’inégalité des sources dont on dispose. En France, le Printemps et les Galeries Lafayette n’ont rien conservé de manière systématique jusqu’à une période très récente. Ainsi ne trouve-t-on, par exemple, que des indices de participation financière dans des grands magasins londoniens, madrilènes ou berlinois dans les registres du conseil d’administration des Galeries Lafayette de l’entre-deux-guerres. Il faudrait par conséquent s’enquérir auprès des magasins étrangers de traces éventuelles des contacts pris et de leur nature précise. En Belgique, les archives personnelles d’Emile Bernheim ont brûlé lors de l’incendie qui dévasta l’Innovation en mai 1967 ; en revanche, le GIB-Group qui résulte de la fusion de grandes entreprises de détail, dispose de documents issus du Bon Marché de Bruxelles, de l’Innovation, du Grand Bazar d’Anvers, remontant aux années vingt. L’après-1945 correspond à une volonté d’expansion des grands magasins belges. En 1959, les Bon Marché de Paris et de Bruxelles tentent un rapprochement qui échoue ; dans les années soixante, celui esquissé entre les Galeries Lafayette et les Grands Magasins de la Bourse demeure également sans lendemain31. La tentative faite par l’Innovation aux Pays-Bas échoue également. L’Innovation vise à intégrer financièrement De Bijenkorf, les Bazars d’Anvers et de Liège et les Galeries Anspach sur le modèle américain présenté par les Federated Department Stores. Les dirigeants de trois grands magasins Filene’s, Abraham and Straus, Lazarus ont consenti à une intégration financière qui ménage par ailleurs l’autonomie d’exploitation de chacun et la culture de l’entreprise. Une mission d’études belgo-néerlandaise a donc été envoyée aux États-Unis pour observer le fonctionnement du système et a rédigé un rapport favorable. Or, à la suite des réticences croissantes manifestées par De Bijenkorf des obstacles nouveaux apportés à chaque étape considérée font échouer ce projet concret de rapprochement32. Bien plus tard, la constitution d’Inno-France en novembre 1960 se solde par un repli amorcé dès 1964 et par l’incorporation dans l’exploitation des Galeries Lafayette.

17Tous ces essais avortés suggèrent l’existence d’un axe de recherche à approfondir à partir de l’exploitation des sources que l’on pourra exhumer. N’y a-t-il pas un hiatus manifeste entre le volontarisme affiché par les responsables du grand commerce et les difficultés qu’ils rencontrent au moment de concrétiser leur volonté de rapprochement ? Inadaptation des entreprises au nouveau marché, aux consommateurs, aux structures de fonctionnement et de gestion financière et humaine des entreprises partenaires, ce seront là autant de questions à résoudre par une analyse précise et documentée de chaque cas.

C. L’EUROPE COMME ACCÉLERATEUR DE LA MODERNISATION COMMERCIALE

18L’Europe apparaît néanmoins comme un moteur décisif de l’extension des nouvelles méthodes commerciales. Cette conviction a cependant été précédée par la force de l’exemple américain suivi avec attention par Bentheim et Lacour-Gayet depuis les années vingt.

1. Le modèle américain

  • 33 Fenacomult, AG du 19 mars 1946, rapport de Jacques Lacour-Gayet, p. 22.
  • 34 Rapport à partir d’un exposé fait par Jacques Lacour-Gayet, le 21 mars 1946, à la CEGOS, après un (...)
  • 35 Archives Fenacomult. Centre d’études du commerce. Les méthodes de commerce de détail aux États-Uni (...)

19Bernheim a réaffermi durant la guerre ses liens avec le milieu patronal américain ; Lacour-Gayet entreprend début 1946 un voyage aux États-Unis auquel il donne dès son retour un important retentissement au sein de la Fédération des entreprises à commerces multiples. « Hors de nos frontières, notre Fédération a pris des contacts nouveaux. Des échanges de vues ont eu lieu […] à New York, avec la National Retail Dry Goods Association [NRDGA], que préside le Major Ben Namm, et divers groupements américains. Dans son voyage aux États-Unis, votre président […] a pu apprécier la merveilleuse vitalité du commerce américain, l’intensité de sa vie syndicale, les efforts théoriques et pratiques déployés pour faire bien connaître et perfectionner tous les détails de la technique commerciale »33. Il prône par conséquent le développement de voyages d’études des dirigeants des grandes entreprises commerciales et l’envoi de stagiaires dans les écoles techniques et les grands magasins étrangers. Prenant la parole lors des Journées du commerce organisées par la CEGOS, il revient sur la qualité de la formation professionnelle du commerçant-détaillant aux États-Unis. Il met en avant le rôle des écoles, mais aussi l’importance des publications. « C’est dire que là-bas », commente-t-il, « tout est étalé sur la place publique et que le fameux « secret des affaires », dont on est si jaloux chez nous, y est remplacé par une constante émulation et le désir de montrer que l’on fait mieux que ses concurrents »34. En mars 1947, la Fédération organise un voyage d’études aux États-Unis pour ses adhérents35. Reçus par la NRDGA de New York, le Retail Board of Trade à Boston, l’American Retail Federation à Washington, les dirigeants de la Business School de Harvard et de la School of Retailing de New York, et par de nombreux dirigeants de grandes entreprises commerciales, les délégués français ont pu mesurer la différence principale qui oppose culture française et culture américaine dans leur vision de l’activité commerciale.

  • 36 Cf. le témoignage de M. Max Heilbronn du 21 avril 1994.
  • 37 Archives Fenacomult. Centre d’études du commerce. Les méthodes de commerce de détail…, op. cit., p (...)

20Pour les Américains, le commerce est une activité noble, non un métier subalterne d’« épicier » dont on a tacitement honte en France36. Aux États-Unis, témoigne Paul Naudin, « il n’existe pas de caste étrangère au commerce, aux affaires en général. Bien loin de s’y opposer, les traditions nationales l’honorent. Business n’est un terme péjoratif pour personne. A paying job, un métier qui rapporte, cela s’annonce publiquement »37. Autre différence de taille : l’absence d’une réglementation coercitive qui entrave le développement du secteur commercial et la consécration du principe de la concurrence comme régulateur de la vie économique. Le commerçant américain ne souffre pas de la répugnance de son homologue français pour toute enquête administrative destinée à améliorer la connaissance des entreprises commerciales. Statistiques, chiffres d’exploitation, sondages sont publiés sans susciter d’opposition. « Du fond de leurs prairies », ajoute Naudin, « les clients rustiques de Sears Rœbuck remplissent sans erreur des fiches de commande au moins aussi rebutantes que n’importe lequel des questionnaires, de triste mémoire, des anciens comités d’organisation français ».

  • 38 Ibid., « L’organisation des magasins. Leur structure interne », par Mme Ch. Billard, p. 41-44.
  • 39 Ibid., « Allocution du 28 janvier 1947 », par Jacques Lacour-Gayet, p. 3-4.

21Enfin s’est développée une véritable culture technique grâce au soutien financier des chefs d’entreprise. Techniques de l’achat, de la vente, de la publicité sont diffusées par des organismes publics et privés, par des cours ou des publications, et par des stages d’entraînement pratiques, un training permanent décisif lors de l’embauche ou de la promotion des employés. La réflexion sur l’organisation interne des magasins initiée dans les années vingt se poursuit. La structure fonctionnelle à sept directions, dépeinte par Edward Filene dans L’organisation rationnelle du commerce de détail, sert toujours de référence mais est critiquée pour sa lourdeur. Les travaux de deux professeurs de la School of Retailing de New York, Preston Robinson et Norris Briser, diffusés dans Retail Store Organisation and Management, proposent une structure à trois directions valorisant les fonctions essentielles : direction des achats, direction des ventes et direction du magasin, coiffée par une direction générale38. Les représentants français du grand commerce ont nettement conscience du retard de leur pays en la matière. Alors que la valeur de la technique est reconnue dans l’industrie, le commerce repose encore sur une pratique très empirique, constat fait à la même époque, nous l’avons vu, par l’Office interprofessionnel de la distribution. Toutefois, on observe le souci de prendre en considération les spécificités européennes et de ne pas copier sans discernement les méthodes américaines. Ressources naturelles, densité de population, degré d’industrialisation, échelle du marché doivent être des critères décisifs dans l’adaptation de certaines de ces méthodes39.

2. Les conséquences de l’ouverture du Marché commun

  • 40 Fenacomult, FIGED. Groupements internationaux des grands magasins. Organisation scientifique, 32e (...)

22Ces nuances introduites n’empêcheront cependant pas le grand commerce d’œuvrer pour la modernisation du secteur commercial et de voir, dix ans après, celle-ci accélérée et rendue inéluctable par l’ouverture du Marché commun. Les recherches d’organismes comme l’AIGM sont élargies systématiquement à l’échelon européen : structure des magasins, conduite du personnel, promotion des ventes, gestion des stocks etc. doivent donner lieu à de vastes synthèses et fournir des outils de comparaison à chaque entreprise nationale. L’Europe est perçue comme une chance pour la distribution à laquelle est reconnu un rôle moteur dans les changements de structure qui toucheront l’industrie et l’agriculture. Elle décidera de la sélection des meilleures marchandises et diffusera les nouveautés, sondera les nouveaux marchés, éveillera les besoins latents, bénéficiant de l’expansion économique générale qu’elle attend du Marché commun. L’adaptation à la grandeur du nouveau marché permettra une diminution des coûts et un accroissement important de la consommation. En contrepartie, la distribution verra ses propres structures modifiées. Les Galeries Anspach de Bruxelles traduisent le sentiment commun aux grandes entreprises : « Ce que l’on peut prédire à coup sûr, c’est la décadence des entreprises attardées dans le traditionalisme au profit de celles qui améliorent sans cesse l’étude scientifique de leur marché et renouvellent leurs méthodes de vente. Les grandes entreprises de distribution se rangent, en général, dans cette catégorie; il est raisonnable de penser qu’elles continueront à assumer leur rôle d’avant-garde; aussi faut-il s’attendre à mainte métamorphose dans leurs procédés d’achat et de vente, dans la structure de leur chiffre d’affaires, dans l’implantation, la division ou la concentration de leurs établissements »40.

23On ne peut que souligner l’optimisme européen dont fait preuve le grand commerce français au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Des études ultérieures viendront sans doute relativiser sinon cet optimisme, du moins, ses manifestations concrètes. Nous n’avons pas caché les difficultés rencontrées par l’Innovation pour s’implanter sur les territoires néerlandais ou français. Il n’en demeure pas moins que l’après-1945 marque l’aboutissement d’une aspiration d’un quart de siècle à un rapprochement des entreprises européennes de grande distribution liée à une dynamique de modernisation impulsée par un certain nombre de cercles. En l’occurrence, le poids d’un facteur extérieur, l’Europe, se révèle déterminant pour l’évolution économique de tout un secteur. Contrainte pour les uns, l’Europe est vécue explicitement comme un progrès par le grand commerce.

II. LE PÔLE LIBÉRAL DU MOUVEMENT EUROPÉEN

  • 41 Pierre du Bois, « Le Mouvement européen au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », Relations in (...)
  • 42 Walter Lipgens a été le premier à lancer des pistes de recherche documentées dans cette direction  (...)

24L’intérêt économique manifesté par le milieu du grand commerce français pour une union européenne eut un relais politique important grâce à l’action devenue militante du CAED. Le Comité acquiert véritablement son identité pro-européenne à la Libération en facilitant l’implantation en France d’un autre groupement, belge, constitué à l’initiative de Paul Van Zeeland, la Ligue indépendante de coopération européenne (LICE). La rencontre de ces deux initiatives privées se fit dans le cadre de l’épanouissement des mouvements européens après 1945. Le grand moment politique de cette relance est le discours prononcé par Winston Churchill, alors chef de l’opposition conservatrice en Grande-Bretagne, le 19 septembre 1946. Lavant la notion d’Europe de la souillure hitlérienne, il retrouve, les mots d’avant-guerre pour demander d’« ériger quelque chose comme les États-Unis d’Europe ». Mais dès avant ce discours, « le thème tombe pour ainsi dire dans le domaine public »41. Grâce à des travaux récents, on connaît maintenant mieux les ponts qui furent établis durant la guerre entre les années trente et l’après-guerre42. Hommes politiques et hauts fonctionnaires, mais aussi industriels et représentants du grand commerce diffusent au niveau des opinions publiques la nécessité d’un rapprochement économique et politique des États européens. La lourdeur de la reconstruction, le terme à apporter au récurrent conflit franco-allemand, l’enracinement de l’Allemagne à l’ouest du continent alors même que la stabilité demeure encore compromise en Europe centrale sont autant d’arguments majeurs.

  • 43 À l’étranger, il n’y a guère que le mouvement Federal Union qui ait survécu à la Seconde Guerre mo (...)
  • 44 Cf. Pan-Europe (1923) et le mouvement paneuropéen. Guide de recherche établi par Lubor Jilek, Genè (...)

25Des mouvements, sous la forme d’associations ou de groupuscules, viennent relayer ces aspirations et encadrer les initiatives individuelles. On en recense une cinquantaine fin 1947. Créations des diverses Résistances ou de la Libération dans leur très grande majorité, ils ne sont que trois, en France, à plonger leurs racines dans les années vingt : Pan-Europe, l’UEDE et le CAED43. Ce n’est pas le lieu de revenir sur l’histoire pan-européenne, déjà bien explorée44. En revanche, la destinée des deux autres associations qui ont scandé l’éveil de la conscience des milieux commerciaux depuis 1925, a retenu toute notre attention. Les clivages de nature idéologique apparus dans les années trente, accrus durant l’Occupation, achèvent en 1945 de dissocier deux mouvements aux objectifs initiaux pourtant très proches. L’UEDE devenue un groupuscule se fond dans l’Union européenne des fédéralistes. Fort de son identité libérale, le CAED soutient l’essor de la LICE. Grâce au soutien du Conseil national du patronat français, la Ligue, devenue Ligue européenne de coopération économique, assied suffisamment sa notoriété pour s’affirmer comme l’aile libérale du Mouvement européen constitué en 1948.

A. LES RECLASSEMENTS DE L’APRÈS-GUERRE

1. L’UEDE et la voie fédérale

  • 45 Walter Lipgens, Die Anfänge der europaischen Einigungspolitik (1945-1950), I. Teil : 1945-1947, St (...)
  • 46 AN, Papiers René Cassin 382 AP/122, dossier 2, lettre de Lucien Coquet à René Cassin du 22 novembr (...)
  • 47 Walter Lipgens, Die Anfänge…, II/4/d, p. 358.
  • 48 Lucien Coquet, Le problème européen et la conférence de la paix, Paris, 1946 [disponible à la bibl (...)
  • 49 Walter Lipgens, Die Anfänge…, op. cit., p. 359 : « Über die Struktur des neu zu schaffenden System (...)

26Une imprécision certaine a dominé l’histoire de l’Union économique et douanière européenne après 1945. Walter Lipgens commettait l’erreur de faire naître le CAED à cette époque comme le fruit de la scission de l’UEDE45. Comme nous l’avons établi, Gaston Riou et Lucien Coquet assurèrent en réalité la continuité du comité français pendant la guerre. Une lettre découverte par hasard démontre qu’à la Libération, Riou demeure le président de ce comité46. Plutôt que de procéder à une scission, Riou a vraisemblablement modifié en 1946 une troisième fois le titre de l’UDE en la constituant en une Union économique et fédérale européenne (UEFE) dont les cadres sont cependant les mêmes qu’avant-guerre. Riou est le président, Henry Truchy, le vice-président, Pierre Passani, le secrétaire général47. L’UEFE bénéficie du patronage renouvelé de deux survivants de sa grande époque : Edouard Herriot et Joseph Paul-Boncour. On retrouve parmi ses vice-présidents, des noms familiers, ceux de Julien Durand, Lucien Le Foyer, Armand Megglé ou Georges Scelle. Cette modification est liée à l’émergence d’une Union européenne des fédéralistes (UEF), officiellement créée le 15 décembre 1946, sous l’égide d’Alexandre Marc et de Raymond Silva. À l’instar d’autres mouvements fédéralistes français – groupuscules tels que Socialisme et Liberté, la Ligue pour les États-Unis d’Europe etc., ou plus importants comme la Fédération d’André Voisin ou les Cercles socialistes, fédéralistes et communautaires de Claude-Marcel Hytte –, mais aussi de mouvements étrangers de même tendance – le Movimento federalista europeo d’Altiero Spinelli, l’Europa Union du suisse Hans Bauer, la britannique Federai Union de R.W.G. Mackay et F. L. Josephy etc. –, l’UEFE avait tout intérêt à s’agréger à un mouvement appelé à devenir quantitativement le plus important du Mouvement européen. Ce ralliement achève de donner son identité à cette association des années vingt à la lente transformation idéologique de laquelle nous avons assisté. L’UEFE se rallie ouvertement à un schéma fédéral d’organisation européenne. La doctrine générale de l’UEF, dont l’acte fondateur est la déclaration d’Hertenstein de septembre 1946, repose sur la volonté suivante : constituer une Europe supranationale, l’ouvrir à tous les pays européens, et en faire l’expression d’une sorte de « troisième force » apte à résister à la division du continent. L’UEFE continue cependant à élaborer ses propres conceptions un peu fantaisistes sous l’égide de Lucien Coquet. En 1946, ce dernier fait paraître un document livrant les moyens d’accomplir « cette europe économique fédérale telle que celle proposée dans le mémorandum Briand du 17 mai 1930, plus ou moins modifié et perfectionné »48. Dans la logique régionaliste définie dans les années trente, où l’élément géographique joue le rôle majeur, et récusant la vision politique des « blocs », il conçoit une unification par étapes. L’« étape occidentale » unirait la France, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, les « États Scandinaves et nordiques » : le Danemark, la Suède, la Norvège, « avec leur complément naturel, les îles britanniques », auxquels s’ajouteraient progressivement la Suisse, le Piémont, l’Espagne et le Portugal. Orientée naturellement vers l’Atlantique, cette « fédération occidentale atlantique-nord-méditerranée » aurait des liens privilégiés avec les États-Unis. L’« étape orientale », « fédération orientale pacifique-baltique-adriatique existe de fait, englobant l’URSS et ses satellites ». On constate que l’Italie et l’Allemagne demeurent « pendant un temps indéterminé » en dehors des deux processus. Lucien Coquet envisage la création d’un consortium européen, vaste société coopérative, formé de l’URSS, des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, afin de gérer une Allemagne démembrée et démilitarisée. Le but ultime demeure cependant « l’Union » des deux étapes. Il est notable qu’elle soit uniquement envisagée sous la forme douanière et monétaire. Lucien Coquet ne développe pas de programme proprement politique. À partir de l’analyse d’autres documents, Walter Lipgens soulignait lui aussi le caractère relativement imprécis et en définitive tourné vers le passé des propositions de l’UEFE49.

  • 50 Cf. Laurence Badel, « Du Vivarais a l’Europe : itinéraire d’un fédéraliste, Gaston Riou », Fédéral (...)
  • 51 Cf. les hommages répétés de son ancien collaborateur M. Jean-Pierre Gouzy : L’action fédéraliste e (...)
  • 52 Cf. Laurence Badel, « Du Vivarais à l’Europe… », op. cit., p. 68-70.
  • 53 Entretiens avec M. Lefebvre de Ladonchamps du 25 janvier 1992 et avec Mme Lemaresquier-Baron du 30 (...)

27On est par conséquent en droit de se demander si le ralliement de l’UEFE à la mouvance fédéraliste en 1946 n’est pas le fruit de l’opportunisme politique et l’expression d’un désarroi. À sa droite, le CAED a repris le flambeau de la tradition économique et douanière de l’entre-deux-guerres; à sa gauche, les mouvements fédéralistes offrent un programme bien plus structuré et précis que le sien. L’UEFE a perdu le caractère novateur qui faisait la force de son discours dans les années trente. Marginalisée, elle occupe toutefois une place reconnue de grand ancêtre au sein des fédéralistes. Son porte-parole Gaston Riou irrite certains qui, comme René Courtin, lui reprochent ses relations avec les autorités de Vichy50. Mais il est salué par la plupart, à l’instar d’un Coudenhove-Kalergi, comme un précurseur du Mouvement européen en train de s’édifier51. Paul-Henri Spaak fera applaudir son nom au second Congrès européen de La Haye en 195352. L’UEFE a perduré. Dans un ensemble de papiers remis par Lucien de Sainte-Lorette, nous en avons trouvé trace encore dans les années soixantedix. Ses présidents d’honneur étaient alors Albert Caquot et Raymond Boisdé. Animée par des bénévoles, elle disparut vraisemblablement à la suite du décès de son principal animateur, Gérard Girard53.

2. Le dernier combat du CAED (septembre 1944-avril 1951)

  • 54 Archives de la LECE, 1949-1950, ensemble CAED, Informations (juillet-août 1945).
  • 55 Notes remises par M. Hugues Colin du Terrail lors de l’entrevue du 9 avril 1992.
  • 56 Entretien avec M. Lucien de Sainte-Lorette du 15 février 1992.

28Maintenu officieusement durant l’Occupation, le CAED relance rapidement son activité d’organisateur de conférences à la Libération. Ses dirigeants sont les mêmes qu’en 1939. Robert Bienaimé en est le président, Paul Naudin, le directeur général. Il y a un nouveau venu : Lucien de Sainte-Lorette, auquel échoit le titre de secrétaire général et qui va prendre, au fil des ans, une importance croissante dans l’animation du Comité. Le Bureau comprend en outre Jules Dechaud, président de l’Union syndicale des tissus et vice-président de la Fédération des importateurs de produits alimentaires, Louis Nicol, président du Centre national du commerce extérieur, et Max Buteau, docteur en droit, trésorier du CAED. L’été 1945 a marqué un nouveau déménagement : le CAED quitte ses locaux de la rue Saint-Honoré, où il était domicilié en 1939 et passe au 199, boulevard Saint-Germain54. M. Hugues Colin nous a ouvert les pages d’anciens calepins et a commenté les rencontres qui avaient pu avoir lieu entre septembre 1944 et décembre 194755. Lui-même venait d’être affecté à la SHAEF Mission, à l’état-major d’Eisenhower en septembre 1944. Après les premières conférences sur l’économie des pays interalliés, un déjeuner consacré à la relance du CAED rassemble Lacour-Gayet, Harold Callender et André Istel, intervenants à ces conférences, et Hugues Colin. Par l’intermédiaire de ce dernier, un certain nombre d’officiers anglo-américains sont présents aux rencontres ultérieures. On peut citer les liens de Colin avec le commandant Helbronner, Français qui avait fait la guerre à Londres, puis avait commandé le débarquement de Dieppe, et qui le mit en relations avec le britannique Harold King, correspondant de guerre, futur conférencier du CAED. En février 1945, contact est pris avec des hommes d’affaires néerlandais, en mars avec des suisses. Par ailleurs, le CAED réanime ses soutiens traditionnels et organise le 19 février une rencontre d’exportateurs français. Fin juin, Hugues Colin et Jacques Lacour-Gayet visitent au 199, boulevard Saint-Germain, l’ancien appartement de Francis de Croisset, un écrivain de l’entre-deux-guerres. Devant la nécessité de libérer la place occupée par les bureaux du CAED depuis la guerre, rue Saint-Florentin, au siège de la Fédération, et d’éviter la confusion au grand jour des deux organismes, Lacour-Gayet décide d’y installer le CAED. À maintes reprises, Lucien de Sainte-Lorette a évoqué le « rôle de mécène » tenu par Lacour-Gayet pour faire vivre le CAED à la Libération, ainsi que son propre bénévolat dans cette association56. Le CAED demeurera à cette adresse jusqu’à la fin. C’est là que sera mise sur pied la section française de la Ligue indépendante de coopération européenne, et qu’auront lieu un certain nombre de réunions du Comité européen de liaison qui conduiront à l’émergence de la commission économique du Mouvement européen.

  • 57 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du mouvement européen. Circulaire du directeur général du C (...)
  • 58 Ibid, lettre de Lucien de Sainte-Lorette à Joseph Retinger, du 2 janvier 1948.
  • 59 Entretien avec M. Roger Pichard du Page du 23 juin 1992.
  • 60 Liste figurant dans le Bulletin du CAEE, n° 1, 15 mai 1951 ; référence donnée par Guillaume Kérour (...)

29Bien qu’à partir de 1946, l’activité du CAED se concentre principalement sur la tâche d’unification des mouvements européens, il n’en continue pas moins à avoir ses activités propres destinées aux milieux de l’exportation. C’est ainsi qu’il reprend contact avec ses adhérents traditionnels en se plaçant dans la continuité de son activité d’avant-guerre : « le CAED eut deux activités techniques principales, celle qui consistait à étudier la protection douanière dans ses divers aspects […], celle qui consistait à préparer, pour les négociateurs officiels, les thèmes des accords commerciaux […] ». Rendant compte du combat qu’il mène depuis la Libération contre le dirigisme, il sollicite l’appui de ces milieux : « Pour les entreprises d’importation et d’exportation, cette action de principe n’est pas moins nécessaire que les démarches d’ordre technique. Elle nécessite, croyons-nous, leur concours unanime, non seulement le concours indirect de leurs organisations syndicales, mais aussi leur appui personnel et direct »57. Cette activité trouve naturellement un nouveau champ d’action et une nouvelle finalité dans l’union européenne, comme en témoigne cette réunion offerte en janvier 1948 par le CAED à des industriels italiens « venus en mission en France pour étudier les possibilités d’union entre les deux pays »58. En avril 1951, Robert Bienaimé devait orchestrer la fusion du CAED avec l’Association nationale d’expansion économique qu’il présidait également depuis 1950, et la transformation du sigle en Comité d’action et d’expansion économique (CAEE). Ce nouvel organisme fut dirigé par Roger du Page, que Paul Naudin avait recruté en 1948 pour le CAED. M. du Page a témoigné que le financement du CAED, puis du CAEE, continua d’être assuré par les cotisations de ses adhérents et par des subventions privées : outre les grands magasins, il a évoqué le soutien d’Ernest Mercier59. Les présidents d’honneur du CAEE furent Jacques Fougerolle, président de la Chambre de commerce de Paris, Jacques Lacour-Gayet et Georges Villiers. Le président en exercice était Robert Bienaimé, les vice-présidents Edmond Giscard d’Estaing, Georges Morin, président de la commission des accords commerciaux du CNPF et Paul Naudin, président de la Chambre de commerce France-Amérique latine. Parmi les membres, on relève la présence de personnalités familières comme Pierre Benaerts, Ernest Mercier ou Louis Nicol60. En juillet 1970, à l’initiative de Roger du Page, le CAEE fut absorbé à son tour par le comité national français de la Chambre de commerce internationale.

  • 61 Les articles de cet hebdomadaire avaient en effet déployé une rhétorique du « grand espace » analo (...)

30La fin de ces deux associations concurrentes de l’entre-deux-guerres – CAED, ANEE – achève de confirmer leur identité d’associations au service de l’expansion économique de la France et témoigne de leur communauté de vues étroite, jamais démentie, avec la CCI, organisation internationale créée à la même époque. On peut supposer qu’après la mise en orbite de la Ligue européenne de coopération économique, le CAED perdit sa principale raison d’être à la Libération et ce qui faisait sa spécificité depuis sa création : la cause européenne; et que, de son côté, l’ANEE se vit totalement supplantée par le CNPF et dut renoncer à son ambition initiale de devenir la représentante de tous les groupements patronaux. À cela s’ajoutait l’essouflement de deux groupements, né l’un en 1915, l’autre en 1925. En outre, la disparition des deux dirigeants principaux de l’entre-deux-guerres, Etienne Fougère, décédé en avril 1944, et Jacques Lacour-Gayet qui s’éteignait en 1953, ôtait aux associations des représentants de poids. L’ANEE avait de plus sans doute pâti de l’engagement collaborationniste d’Etienne Fougère, fondateur et rédacteur en chef à partir de novembre 1940 de L’Informateur du commerce et de l’industrie61. Après le retrait des affaires de Fougère affaibli par la maladie en mars 1943, l’ANEE fut dirigée par Jules Dechaud, président de l’Union syndicale des tissus jusqu’en 1944, puis par Paul Gilbert, président de la Fédération des syndicats de produits chimiques jusqu’à la reprise effectuée par Robert Bienaimé en 1950. Ce n’est enfin pas un hasard si l’absorption finale est réalisée par la Chambre de commerce internationale. Hugues Colin a, dans son témoignage, beaucoup insisté sur le parallèle à établir selon lui entre la renaissance de la CCI et la naissance d’un Mouvement européen. Approchant dans ce chapitre du terme de notre étude, nous ne pouvons que souscrire à cette vision que vient corroborer l’analyse sur un quart de siècle de deux cheminements parallèles : celui du combat pour la libéralisation des échanges et celui pour un rapprochement des pays européens. Deux acteurs français principaux de cette histoire Lacour-Gayet et Serruys ont, en outre, travaillé étroitement depuis les années vingt avec les deux cercles et y sont de nouveau présents en 1945. Au confluent des deux cercles se dégage un projet libéral d’Europe, esquissé dès l’entre-deux-guerres et dont les contours s’affinent en 1945-1948.

3. La rencontre de Daniel Serruys et de Paul Van Zeeland

  • 62 Entretien avec M. Yves Serruys le 25 octobre 1993.
  • 63 Notice sur la vie et les travaux de Daniel Serruys (1875-1950) par Charles Malégarie, séance du 13 (...)
  • 64 Cf. Pierre Lanthier, « Le patronat de l’industrie électrique », in Histoire de l’électricité en Fr (...)
  • 65 Cf. le témoignage de son second fds Jean Serruys dans De Colbert au Marche commun, Paris, 1970, p. (...)
  • 66 Entretien avec M. Hugues Colin du Terrail du 9 avril 1992.

31Cette rencontre est l’aboutissement de deux parcours qui offrent un certain nombre de similitudes. Octobre 1944 marque l’engagement de Daniel Serruys au sein du CAED. S’étant tenu à l’écart durant l’Occupation, il avait, selon Hugues Colin, le très vif désir de rejouer un rôle de premier plan. Mais, ajoute ce dernier aussitôt, il était animé d’une authentique foi européenne et fut le véritable inspirateur du projet européen du CAED. Daniel Serruys s’est fait, en réalité, discret depuis les années trente. Quittant la haute administration, il est entré dans de nombreux conseils d’administration. Il demeure chez celui de Poliet et Chausson durant la guerre et y fait entrer son fils Max, le 23 mai 1940. Cependant la guerre lui apporte son lot d’ennuis : son bureau chez Lazard – une banque israélite – est placé sous séquestre ; les Allemands lui reprochent des déclarations publiques sur « l’Allemagne, cette puissance de proie » ; enfin, avec l’ensemble du conseil d’administration d’Astra Romana, il est condamné à mort par coutumace par les Allemands en Roumanie pour avoir ordonné l’incendie des puits de pétrole à leur arrivée62. Sa pratique des activités industrielles l’amena sans doute à tempérer quelque peu le libéralisme intransigeant qui était le sien en 1930. Ainsi fut-il amené à considérer le recours aux ententes avec moins de rigueur que le CAED. C’est du moins ce que laisse entendre Charles Malégarie lors de son élection au siège de Serruys à l’Académie des sciences morales et politiques. Cet ingénieur des Ponts et Chaussées, devenu le directeur général de la Compagnie parisienne de distribution d’électricité en 1937, avait débuté sa carrière par un long séjour au Maroc où il avait été le collaborateur direct du maréchal Lyautey. Il avait peut-être rencontré Serruys à l’occasion de l’organisation de l’Exposition coloniale de 1931, quand ce dernier assistait Lyautey au titre de délégué général du Centre d’informations et des congrès scientifiques et économiques. S’il réaffirme l’attachement de Serruys aux « vieilles traditions d’échangisme libéral », Malégarie indique cependant qu’il admettait, à titre provisoire, une certaine conduite de l’économie en vue de son redressement et du retour à la libre circulation des produits et des capitaux. En matière d’ententes, il évoque « les recommandations de prudence » de Serruys et certains « bienfaits » qu’elles peuvent apporter – enrayer les crises, permettre une meilleure productivité et la mise en commun des technologies63. Toutefois, dans la mesure où Charles Malégarie est lui-même un membre identifié de ce patronat électricien, gagné au néo-libéralisme64, on se gardera de toute extrapolation à partir d’un témoignage qui en dit peut-être plus sur les convictions propres de l’orateur que sur celles de Daniel Serruys. En revanche, son appartenance aux conseils d’administration d’industries touchées par la cartellisation – industrie de la soude cartellisée en 1920 à l’initiative de Solvay et des deux grands producteurs britanniques, industrie de la verrerie organisée dès 1904 par la Convention internationale des glaceries – a peut-être conduit Serruys à une certaine évolution, même si le but ultime poursuivi demeure le rétablissement d’échanges libres. L’enquête que nous avons menée atteste qu’il témoigna d’un grand activisme en faveur de la construction européenne après 1945, nourrissant la pensée du milieu libéral de sa réflexion sur les expériences de l’entre-deux-guerres, mais s’occupant aussi quotidiennement de renouer des réseaux, de créer de nouveaux liens, d’entrer en relations avec d’autres associations etc65. Il fut le premier au sein du CAED à s’engager pour une réintégration de l’Allemagne au sein de l’Europe occidentale. Hugues Colin lui prête cette phrase : « On ne peut laisser ce cadavre au milieu de la pièce »66. Le partage des rôles se serait effectué en ce sens : Serruys apportait la dimension politique et humaniste au projet européen du CAED, tandis que Lacour-Gayet, dans une perspective plus mercantile, demeurait soucieux de privilégier les contacts avec le monde anglo-saxon.

  • 67 Brigitte Henau, Paul Van Zeeland en het monétaire, sociaal-economische en Europese beleid van Belg (...)
  • 68 Michel Dumoulin, « Les débuts de la Ligue européenne de coopération économique (1946-1949) », Res (...)

32L’implication de Daniel Serruys, haut fonctionnaire français qui a profondément médité les échecs de l’entre-deux-guerres, trouve son pendant dans l’engagement du belge Paul Van Zeeland, qui partage avec lui la même réputation d’expert international. La fraternité intellectuelle des deux hommes permit leur association au service d’une ambition commune. La première conférence du cycle sur l’Occident européen organisée par le CAED, consacrée par Paul Van Zeeland à la Belgique et l’Occident européen, et qui eut lieu le 15 octobre 1945 sous la présidence de Daniel Serruys, devait leur permettre d’échanger leurs vues et d’amorcer un rapprochement concret de leurs moyens d’action. Le parcours de Paul Van Zeeland est connu. Ce docteur en droit et en sciences diplomatiques, diplômé en économie, avait commencé sa carrière en 1921 au sein de la Banque nationale de Belgique, dont il devint vice-directeur en 1934. Technicien monétaire apprécié de l’entre-deux-guerres, il participa à divers gouvernements avant de devenir entre 1935 et 1937 premier ministre. Il tint parallèlement un rôle important sur la scène internationale, représentant son pays à la plupart des grandes conférences économiques internationales, ainsi que membre du comité financier de la Société des Nations et co-fondateur de la Banque des règlements internationaux67. Michel Dumoulin a souligné l’originalité du profil de Paul Van Zeeland, au cœur de l’enchevêtrement de réseaux universitaires, financiers et diplomatiques, « centre d’une nébuleuse malaisée à circonscrire mais dont l’influence était indiscutable »68. Notre étude a toutefois montré que ce profil n’est pas très différent de celui d’autres Européens convaincus : Paul Van Zeeland, le Belge, trouve en France son pendant en la personne de Daniel Serruys, le byzantiniste du ministère du Commerce, mais aussi en Jacques Lacour-Gayet, le normalien agrégé d’histoire, devenu le représentant des grands magasins. Se confirment là les contours d’une génération née une ou deux décennies avant la Première Guerre mondiale, nourrie de culture classique mais qui découvre durant le conflit le poids de l’économie et opte pour une carrière autre que celle à laquelle la prédestinait sa formation littéraire. Au confluent de deux visions du monde, ces hommes proposent les premiers une unification économique de l’Europe, mais leurs discours ne sont pas exempts d’accents que l’on retrouve chez leurs contemporains écrivains, poètes ou philosophes. Le dialogue de Serruys et de Van Zeeland, le 15 octobre 1945, lors de l’inauguration du cycle sur l’Occident européen, en fournit l’illustration. Après avoir proposé une analyse technique lucide de l’échec de la Société des Nations, les deux hommes trouvent des mots similaires pour évoquer les trois ciments de la civilisation européenne – la pensée grecque, le droit romain, la foi chrétienne – dégagés par les grands penseurs de l’entre-deux-guerres, et devenus, depuis lors, des poncifs.

  • 69 Paul Van Zeeland, La Belgique…. op. cit., p. 28.
  • 70 Michel Dumoulin, « La mission Van Zeeland. Essai de clearing diplomatique de l’appeasement (1937-1 (...)
  • 71 Marcel-Henri Jaspar, Changement de décors, Paris, 1972, p. 57-71.
  • 72 Paul Van Zeeland, La Belgique et l’Occident européen, Paris, 1945, introduction de Daniel Serruys, (...)
  • 73 Ibid., p. 34.
  • 74 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1982, p. 586.
  • 75 Paul Van Zeeland, op. cit., p. 26.
  • 76 Ibid., p. 10.

33Tout comme celle de Daniel Serruys, la réflexion de Paul Van Zeeland s’enracine dans l’entre-deux-guerres. Dans la conférence d’octobre 1945 au CAED, Van Zeeland renvoie explicitement aux propositions qu’il avait faites en 1938 « sur les possibilités d’abaisser les obstacles au commerce international »69. La fin de l’année 1936 avait vu se développer l’idée que l’apaisement des tensions politiques passait par la réorganisation des relations économiques internationales. En témoignait la déclaration tripartite faite par la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis le 25 septembre 1936 qui en appelait à la coopération monétaire, économique et commerciale. La proposition allemande d’organiser une grande conférence économique internationale avait paru prématurée aux Britanniques. En revanche était née l’idée de confier une mission préparatoire à Paul Van Zeeland, alors premier ministre, et à Maurice Frère, autre expert monétaire réputé. C’est ce que firent les gouvernements britannique et français le 3 avril 1947. Les nombreux entretiens des deux hommes fournirent matière à la rédaction d’un Rapport sur la possibilité d’obtenir une réduction générale des obstacles au commerce international, terminé au début de décembre 1937 et rendu public le 28 janvier 193870. Amendé par Fernand Van Langenhove, le secrétaire général belge des Affaires étrangères, et limité au strict domaine des relations commerciales, le texte resta lettre morte. Van Zeeland poursuivit néanmoins durant la guerre sa réflexion sur l’espace économique européen. À la fin d’octobre 1942, le chef du gouvernement polonais Sikorski, en exil à Londres, suggéra qu’on lui confie la rédaction d’un rapport sur les conditions économiques de l’après-guerre. Le 26 décembre 1942, Van Zeeland envoyait aux ministres alliés des Affaires étrangères une Note préliminaire sur quelques points importants relatifs à la reconstruction économique de l’Europe après la guerre. Il y exposait l’idée maîtresse qu’il partage avec Serruys et qui établit un pont avec les projets d’avant-guerre : la coopération internationale ne s’oppose pas à la conclusion d’ententes ou à la création d’organisations de caractère régional, dans la mesure où de tels groupements ont une finalité non pas autarcique, mais intégrationniste71. Présentant la conférence de Van Zeeland au CAED en octobre 1945, Daniel Serruys professe à son tour que « l’existence des organisations régionales est une réalité acquise qui conditionnera la reconstruction du monde »72. Van Zeeland définit ensuite la région, critère du regroupement des États, par « le voisinage géographique[…], les affinités spirituelles, les souvenirs historiques, les analogies dans la conception de la vie ». À ce titre, il propose la formation d’un noyau composé de la France, de l’Angleterre, de la Hollande et de la Belgique73. La multiplication de ces régions, comme autant d’« organes intermédiaires » horizontaux, faciliterait la coordination des politiques nationales. La région sert en quelque sorte de relais entre l’État national et la « ligue universelle » que Van Zeeland appelle de ses vœux, sorte de résurgence d’une Société des Nations, sur laquelle il demeure cependant très allusif. Car selon lui, il n’y a pas lieu d’opposer régionalisme et universalisme. Le groupement régional est « une étape et un moyen vers l’universalisme » dans la mesure où, parallèlement, il développe des échanges avec les autres États ou groupements. On retrouve ici l’idée émise avant la guerre et figurant dans le mémorandum d’Alexis Léger, d’une unification régionale différente du Zollverein du xixe siècle, qui érigeait selon lui une barrière douanière agressive contre l’extérieur74. Tout au contraire, l’unification positive préconisée se veut nécessairement le corollaire, ou du moins le préliminaire, d’une libéralisation externe et généralisée des échanges. L’unification régionale s’inscrit donc dans un projet d’unification universelle. Elle doit démarrer par le domaine économique. Il convient de créer de nouvelles richesses et de répartir les biens produits. Cela implique une libéralisation rapide des échanges et une mise en commun des énergies, des marchés, des ressources et des moyens. Pour y parvenir, il faut « aller d’emblée jusqu’aux solutions radicales, c’est-à-dire à l’union douanière et à l’union monétaire »75. Il existe donc une réelle convergence de vues entre Serruys et Van Zeeland. Déçus par la S.D.N., l’un et l’autre s’en prennent à l’esprit juridique qui figeait ses décisions. Serruys estime ainsi que les décisions économiques méconnaissaient les disparités nationales. Or, « ces inégalités de fait s’opposaient à l’uniformité du droit »76. De son côté, Van Zeeland s’attaque avec véhémence à la règle de l’unanimité, le « vieux système du veto », et demande qu’à l’avenir, on adopte la règle de la majorité qualifiée.

34Lors de sa venue à Paris en octobre 1945, Paul Van Zeeland n’a pu donc qu’être frappé par le dynamisme de ce Comité, qui lançait coup sur coup deux cycles de conférences, par la cohésion et le travail de son équipe, par l’engagement ferme de ses dirigeants en faveur de la libération des échanges, et plus généralement du libéralisme économique. Le CAED était un des rares mouvements européens de l’avant-guerre à avoir survécu. Il bénéficiait d’une expérience déjà longue qui lui permettait d’être de nouveau efficient à une date où, si l’on excepte ceux nés de la Résistance, les principaux mouvements européens étaient encore dans les limbes; la grande éclosion ne survint en effet qu’au cours de l’année 1946… Par conséquent, lorsqu’un an après sa venue à Paris, Van Zeeland lance à l’automne 1946 son projet de Ligue indépendante de coopération européenne, et s’occupe au printemps 1947 de former le Comité français, il n’est guère étonnant que, à la suite du refus de Léon Blum que nous allons évoquer, il n’ait pas poussé plus avant sa recherche d’une personnalité célèbre pour la présidence et qu’il se soit tourné vers le CAED et vers Daniel Serruys.

B. IMPLANTATION ET DÉVELOPPEMENT DE LA LICE EN FRANCE

  • 77 Michel Dumoulin, « Les débuts… », op. cit., p. 105-113 ; Id. en collaboration avec Anne-Myriam Dut (...)

35À la fin de son exposé devant le CAED, Paul Van Zeeland évoquait l’urgence d’agir et mentionnait ces « nombreux hommes d’État et hommes d’affaires européens plus nombreux encore » prêts à l’effort nécessaire. Michel Dumoulin date de septembre 1946 l’idée de mettre sur pied une Ligue européenne, destinée à concrétiser cet effort. Elle naquit de conversations entre Van Zeeland, devenu en mars 1946 sénateur, et le polonais Joseph Retinger, ancien conseiller diplomatique du général Sikorski. Il semble qu’une répartition des tâches ait eu lieu entre les deux hommes. Retinger, fort de ses contacts londoniens, est chargé de gagner le concours des milieux anglo-saxons. Il obtient la bénédiction du gouvernement américain en décembre 1946, une promesse d’aide financière, ainsi que la désignation d’Adolf A. Berle, juriste proche de Roosevelt, comme président du futur comité national américain de la Ligue. De son côté, Van Zeeland rencontre de nombreuses difficultés pour constituer les comités nationaux de Belgique, de Grande-Bretagne et de France77.

1. Les difficultés d’implantation en France

  • 78 Michel Dumoulin, « Les débuts… », op. cit., p. 107-108.
  • 79 Fondation Archives Européennes (FAE), Fonds Coudenhove-Kalergi, lettre de René Courtin du 29 novem (...)
  • 80 Fondation Archives Européennes (FAE), Fonds Coudenhove-Kalergi, lettre de René Courtin du 20 févri (...)
  • 81 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 8 février 1947.
  • 82 Léon Blum, À l’échelle humaine, Paris, 1945, nouvelle édition 1971, p. 140-158. Cf. René Girault, (...)
  • 83 Pierre Guillen, « Paul Ramadier et l’Europe », dans Paul Ramadier, la République et le socialisme, (...)

36Les difficultés rencontrées en France méritent d’être développées car elles sont emblématiques de la réticence des hommes politiques, en particulier de la division des socialistes, face à la question européenne, et de la sympathie plus prompte des cercles d’affaires. Lors d’une entrevue avec Georges Bidault, alors ministre des Affaires étrangères, le 15 février 1947, Paul Van Zeeland s’était vu suggérer quatre noms pour la présidence du comité français : Blum, Monnet, Herriot et Paul-Boncour. Sollicité le premier, Léon Blum refusa, invoquant son refus récent de présider le Conseil français pour l’Europe unie, créé par René Courtin78. Le 29 novembre 1946, René Courtin avait, en effet, écrit au comte de Coudenhove-Kalergi son intention de « toucher » Léon Blum79. Il avait parallèlement sollicité l’appui d’André Philip. Mais le 4 février 1947, Courtin faisait part au comte des réticences de Blum et l’informait quelques jours plus tard du refus de Philip, motivé par le caractère « anti-russe » de l’initiative de Churchill et par sa solidarité avec les travaillistes britanniques80. C’est en vain que Coudenhove-Kalergi lui demande d’insister auprès de Blum : « J’aimerais voir Blum et Churchill associés sur le même plan comme représentants de la gauche et de la droite alliés vers un but commun »81. La solidarité partisane l’emporte sur des considérations plus personnelles. Il était en outre difficile pour un socialiste français de 1947 d’adhérer à des mouvements tels le Conseil français ou la Ligue, qui ne cachaient pas leur attachement au libéralisme et leur aversion pour toute forme d’étatisation et de protectionnisme. Cette solidarité de principe ne doit pas toutefois faire oublier l’engagement de Blum en faveur de l’Europe. Dans À l’échelle humaine, il passait en revue les motifs de rapprochement des nations européennes. Il estimait que l’établissement d’une démocratie internationale était le développement logique de la démocratisation politique et sociale de chaque pays. Il en appelait donc à la constitution d’une organisation internationale structurée, avec une autorité supranationale réelle et efficiente. Il jugeait enfin nécessaire l’inclusion de l’Allemagne82. Le Congrès de La Haye, en mai 1948, devait être l’occasion d’une nouvelle tension entre les socialistes français. Le comité directeur de la SFIO interdit en principe à ses membres de se rendre à La Haye83. Mais cette fois-ci, arguant qu’il s’agit d’une manifestation de personnalités plus que de partis, Léon Blum et Paul Ramadier y participèrent. Ramadier accepta même, sans solliciter l’avis de la SFIO, la présidence de la commission politique…

  • 84 Walter Lipgens, Die Anfänge der europäischen Einigungspolitik (1945-1950), Stuttgart, Klett, 1977, (...)
  • 85 Michel Dumoulin, « Les débuts… », op. cit., p. 109 : « (Van Zeeland) se tourna vers Jacques Lacour (...)

37Face à ces atermoiements politiques, qui eurent lieu également en Grande-Bretagne et en Belgique, Van Zeeland adopte une démarche beaucoup plus pragmatique et s’en remet aux hommes d’affaires pour faire avancer son projet. Cela se traduit en France par sa rencontre avec l’équipe du Comité d’action économique et douanière. Le 24 mars 1947, il parvient à lancer à Bruxelles la Ligue indépendante de coopération européenne (LICE). Les archives du secrétariat parisien laissent penser que l’impulsion décisive fut donnée par le soutien moral et logistique du CAED. Il y a donc lieu de revenir sur un certain nombre d’erreurs concernant le CAED et de démontrer qu’en proposant à Van Zeeland de participer à son cycle de conférences, il lui a révélé plus que l’existence d’une structure d’accueil. Les travaux effectués par le CAED depuis l’entre-deux-guerres et l’audience acquise dans les milieux économiques en attestent. Rectifions d’abord deux inexactitudes. La première, déjà mentionnée, faisait du CAED le résultat de la scission de l’Union économique et douanière européenne en 1946 – l’autre partie étant l’Union économique et fédérale européenne de Gaston Riou84. Or, la création du CAED fut contemporaine de celle de l’Union douanière européenne et les deux associations ont eu une existence distincte durant l’entre-deux-guerres. La seconde rectification concerne la transformation du CAED en section française de la LICE85. L’erreur est sans doute imputable à l’hébergement des deux associations à la même adresse parisienne du 199, boulevard Saint-Germain. Mais il convient de se rappeler que le CAED a continué à avoir une existence autonome après la création de la Section française. Ce n’est qu’en 1951 qu’il devient le Comité d’action et d’expansion économique après sa fusion avec l’Association nationale d’expansion économique…

2. La création de la section française de la LICE

  • 86 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, section française de la LICE, séance préparatoire du 23 juin 1947.
  • 87 Ibid.

38Loin d’être à la remorque des propositions belges, le CAED a anticipé l’offre de collaboration de Paul Van Zeeland. Une note des archives du secrétariat parisien révèle que, moins d’un mois après la création de la Ligue à Bruxelles, « […] le conseil d’administration du CAED avait confié, le 21 avril 1947, à M. Daniel Serruys lui-même, de prendre l’attache de la Ligue indépendante de coopération européenne »86. L’initiative française est le fruit de la conscience d’une triple opportunité. Le CAED saisit, en premier lieu, l’occasion qui s’offre à lui d’occuper une place encore vacante au sein des mouvements européens : celle d’un organisme de réflexion qui se cantonnerait dans le domaine économique et qui bénéficierait, aux yeux du gouvernement français, d’une crédibilité et d’une audience inattaquables auprès des milieux d’affaires. La Ligue « complétera, dans le domaine économique, les efforts déployés par d’autres mouvements pour substituer le concept et les institutions du fédéralisme au morcellement politique et social de l’Europe »87. Le CAED a pour lui l’antériorité de ses travaux sur les problèmes commerciaux et l’adaptation précoce de sa réflexion aux problèmes de la reconstruction grâce aux premières conférences organisées depuis 1945 sur la coopération économique des pays alliés. Aussi Daniel Serruys entend-il bien faire d’une future section française l’interlocuteur principal des pouvoirs publics en la matière. L’occasion exceptionnelle qui s’offre à elle est la réponse à apporter au récent discours du général Marshall le 5 juin 1947. Serruys souhaite que la Ligue apporte à la diplomatie française des éléments concrets et techniques de réponse.

« Le programme des travaux paraît être, au moins dans l’immédiat, tracé par les récents pourparlers Bevin-Bidault : c’est d’abord l’inventaire des ressources actuelles et prochaines de l’Europe, ainsi que des besoins de l’Europe […]. Et puis, ce serait un programme de production concertée […]. Il s’agirait de prévoir le rythme d’unification des marchés; d’aborder ensuite le problème des inégalités sociales entre les pays intéressés, ainsi que certains problèmes financiers, la question des voies de communication européennes, etc., sans négliger l’information du public […].

  • 88 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, section française de la LICE, séance préparatoire du 23 juin 1947.

[Les autres sections nationales de la Ligue] se conforment jusqu’à présent aux directives du plan Alphand qui comporte : examen des ressources de l’Europe; état des stocks; inventaire des besoins immédiats […] »88.

  • 89 Cf. Marcel-Pierre Jaspar, Changement…, op. cit.
  • 90 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 752.
  • 91 Hervé Alphand, La coopération économique en Europe libérée, publications du CAED, n° XXVII, Paris, (...)
  • 92 LECE, 1949-1950, ensemble CAED. Ligue indépendante de coopération européenne, note en 8 points du (...)

39On s’étonnera peut-être du caractère au demeurant planifié du programme esquissé par Serruys. Edmond Giscard d’Estaing, qui devient entre 1945 et 1950, le second grand inspirateur de la pensée économique de la section française de la Ligue, ne se fait pas faute de le relever dès la première réunion importante du CAED, le 23 juin 1947. Il se situe en retrait par rapport aux propositions de Serruys. Il souhaite que l’on en demeure au niveau des principes. La réponse de la Ligue doit conserver un caractère de généralité. Développant un thème qui lui est également cher dans le débat économique intérieur, il met en garde contre l’institution d’un « superdirigisme » et d’un « superplanisme » européens. Il tient surtout à souligner l’autonomie et l’antériorité des projets européens d’unification par rapport aux propositions de Marshall. Plutôt qu’une conversion de Serruys à une direction de l’économie qu’il réprouvait ans l’entre-deux-guerres, on peut interpréter sa prise de position comme un gage donné en raison de la seconde opportunité qui s’offre au CAED : le soutien que lui apporte la diplomatie française. Si, après la seconde moitié des années vingt, il fallait trouver un autre grand moment d’influence réelle de cet organisme sur la politique extérieure, ce serait certainement l’immédiat après-guerre. Le CAED trouve ici l’aboutissement des liens tissés depuis des années dans différents cercles. En l’occurrence, il trouve à cette date un appui capital en la personne d’Hervé Alphand, alors directeur des Affaires économiques, financières et techniques au Quai d’Orsay depuis avril 1945, et qui est loin d’être un inconnu. Hervé Alphand et Daniel Serruys ont eu l’occasion avant la guerre de se croiser : Alphand était le directeur des Accords commerciaux depuis 1937, quand Serruys retrouva des responsabilités publiques en septembre 1939 en devenant haut commissaire à l’Économie nationale. Alphand a ensuite prononcé sous la présidence de Van Zeeland, à l’Institut tchécoslovaque de Londres, le 23 novembre 1942, une conférence sur les problèmes économiques de l’après-guerre89 ; il avait rejoint De Gaulle en mai 1941. Nous avons déjà mentionné sa collaboration avec André Istel au printemps 1943 pour l’élaboration d’un plan de stabilisation internationale des changes qui permette un retour progressif au multilatéralisme. C’est à ce moment qu’à « l’idée d’une libéralisation par étapes dans le temps, s’ajoute celle d’étapes dans l’espace »90. De nombreux projets développant l’idée d’une régionalisation de l’Europe sont issues de ce cercle « européo-libéral » auquel il appartient et où il côtoie René Mayer et Jean Monnet. En avril 1945, il accepte de s’exprimer devant le CAED et estime « désirable qu’à l’occident de l’Europe s’organise un groupement économique comprenant le plus grand nombre possible de peuples »91. Mentionnant la convention tripartite du mois précédent entre la France, l’Union belgo-luxembourgeoise et les Pays-Bas, il y voit le « premier signe avant-coureur d’une telle politique ». Il stipule à son tour qu’il ne s’agit pas de « substituer à l’autarcie nationale, une sorte d’autarcie régionale » : la conclusion d’accords régionaux « ne peut être qu’un élément d’une solution universelle ». Hervé Alphand a sans doute été le principal relais politique du CAED auprès du gouvernement. C’est ainsi que l’après-midi même de la réunion préparatoire du 23 juin, Daniel Serruys le rencontre et rapporte son approbation pour « son action de propagande » et la promesse que « le Quai ferait volontiers appel à la section française de la Ligue pour étudier le détail des questions techniques »92.

  • 93 Ibid., séance du 23 juin 1947.
  • 94 Ibid.
  • 95 Ibid.
  • 96 LECE, 1949-1950, ensemble CAED. Ligue indépendante de coopération européenne, note en 8 points du (...)
  • 97 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, assemblée constitutive du jeudi 22 janvier 1948, pr (...)
  • 98 Ibid., statuts de l’Association française de la Ligue indépendante de coopération européenne, 10 m (...)
  • 99 Ibid., récépissé de déclaration d’association, 6 avril 1948.
  • 100 Ibid.. Moniteur belge des 12-13 novembre 1948, p. 9128-9132. La requête a été déposée le 28 octobr (...)

40À ce concours politique s’ajoute l’appui des milieux d’affaires : c’est la troisième opportunité saisie par Serruys. Entraîné par Georges Villiers, le monde patronal – avec les nuances que l’on connaît – commence, sinon à se rallier à l’Europe, du moins à comprendre qu’elle devient un paramètre indispensable des relations économiques internationales et à éprouver la nécessité de peser sur sa future orientation économique. Pourtant, par souci affiché d’indépendance, les dirigeants du CAED ont commencé par rejeter vertueusement cet appui. Lacour-Gayet repousse ainsi la recherche de concours financiers dans la mesure où ils « risqueraient de compromettre, dans une certaine mesure, le rayonnement moral de l’entreprise ». À sa suite, Edmond Giscard d’Estaing considère que « le but poursuivi n’est nullement de caractère lucratif ». Et Daniel Serruys tient à préciser durant la même réunion publique que le mouvement se veut « apolitique » et « apatronal »93. Les premières structures de la section française sont mises en place en juin 1947. Daniel Serruys demande à Paul Naudin, le directeur général du CAED, de les installer dans les locaux du CAED94. Par ailleurs, Jacques Lacour-Gayet estime que l’apport français à la Ligue doit être principalement « un apport en nature, dont la mobilisation n’implique que des frais minimes »95. Dans cette perspective est envisagée à l’automne 1947 par Serruys et Van Zeeland la possibilité de dédoubler l’équipe française et d’installer également à Paris le secrétariat international de la Ligue. Un compte rendu manuscrit de Hugues Colin indique que « toutes les sections nationales seraient d’accord pour que le siège international fût établi à Paris. Le CAED offrirait ses locaux et une partie des services de son personnel, sous la direction de M. Naudin. La contribution française aux frais du secrétariat international serait ainsi réduite au minimum. La section française devrait, évidemment, assumer les frais de sa participation aux réunions internationales et prendre sur elle la charge de réunions qui se tiendront à Paris »96. Cette possibilité sera finalement écartée au profit de l’installation à Bruxelles du secrétariat international. Il semble que la petite équipe du boulevard Saint-Germain, qui s’occupait déjà du Comité d’action économique et douanière, puis à partir de décembre 1947 du comité économique du comité international de coordination des mouvements européens, et d’avril 1948, de la section française de la Ligue, n’ait pas pu supporter une charge supplémentaire. La position en matière financière des dirigeants de la section française va donc évoluer quelque peu. Mettant à profit la situation privilégiée de l’équipe du CAED dans la collecte de fonds pour les divers mouvements européens, Daniel Serruys obtient la participation de Georges Villiers, le président du CNPF, au comité d’honneur de la section française. Celle-ci bénéficiera ainsi dès février 1948 d’une subvention de 100 000 francs grâce au concours du CNPF et de la Banque de France. Ce soutien dispense la section française de fixer un taux de cotisation élevé pour ses membres97. Les statuts imprimés en mars 1948 prévoient des recettes issues soit des cotisations et souscriptions de ses membres, soit des subventions de l’État, des départements, des communes et établissements publics98. Il est probable que l’assurance du soutien financier du CNPF a hâté la fondation officielle de la section française de la Ligue. Trois réunions préparatoires ont lieu en juin, octobre et décembre 1947. L’assemblée constitutive se tient le 22 janvier 1948 au siège du CAED. Daniel Serruys est élu président et habilité à déposer les statuts et la liste des administrateurs. Le 16 avril 1948, il effectue à la préfecture de police de Paris la déclaration d’une « Association française de la Ligue indépendante de coopération européenne » (loi du 1er juillet 1901) dont le siège social est fixé au 199, boulevard Saint-Germain, à Paris99. Un récépissé de l’année suivante indique que Serruys a transformé le titre en « Section française de la Ligue européenne de coopération économique » le 1er février 1949, entérinant ainsi la création officielle de la Ligue en Belgique (loi du 25 octobre 1919) parue dans Le Moniteur Belge les 12-13 novembre 1948100.

3. La composition de la section française

  • 101 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, séance du 25 juin 1947.
  • 102 L’acceptation effective de Villiers date de février 1948. [Cf. AN, CNPF 72 as/357, dossier 3742 LE (...)
  • 103 LECE, 1947-1948, Paris, section française de la LICE, PV de la réunion du 14 octobre 1947, p. 4.
  • 104 Ibid., Comité d’action économique et douanière, séance du lundi 30 juin 1947 (matin), p. 3 : « Not (...)
  • 105 Ibid. : « Ce qui nous manquait un peu, c’était de pouvoir atteindre les milieux du travail […]. No (...)

41Daniel Serruys se préoccupe dès juin 1947 de constituer les organes de direction de la section française de la LICE. Un premier comité de direction est créé qui comprend Jacques Lacour-Gayet, Edmond Giscard d’Estaing, Paul Gilbert et René Pinon. La présidence d’honneur pose davantage de problèmes : à la suite du refus de Blum pour la présidence effective, Serruys l’invite à partager avec François Charles-Roux la présidence d’honneur101. Il essuiera un nouveau refus. En octobre 1947, on imagine un comité d’honneur qui comprendrait François Charles-Roux, Henri Vergnolle et Georges Villiers102 ; par ailleurs, pour le comité exécutif sont avancés les noms de Robert André, Paul Bastid, Bothereau, Jacques Chastenet, Henri Decujis, Maurice Dubrulle, Luc Durand-Reville, Edmond Giscard d’Estaing, Léon Gingembre, Guy Jerram, Jacques Lacour-Gayet, Louis Marlio, Paul Mathot, Henri Rochereau, Gaston Tessier, et de Christian Monnier pour la fonction de trésorier103. Hormis Lacour-Gayet, pas une de ces personnalités n’a appartenu au CAED avant la guerre. On remarque la présence de syndicalistes – Jerram, CGT ; Mathot, CGT-FO ; Tessier, CFTC – non conviés jusque-là. En outre, la spécificité commerciale du CAED semble se diluer avec la constitution de la section française de la Ligue : Robert André représente les Chambres syndicales de l’industrie du pétrole, Maurice Dubrulle le Comité international de la laine. À l’exception de Lacour-Gayet et de Gingembre, le commerce n’est pas fortement représenté. Il y a quelques politiques : les conseillers de la République Henri Rochereau et Luc Durand-Réville. Au total, l’absence d’une identité bien marquée de ce comité laisse penser que la création de la Ligue en France correspond à un élargissement du public et des objectifs visés. Ce point est clairement exprimé par Daniel Serruys lors de l’importante réunion internationale du 30 juin 1947 destinée à préparer la réponse de la LICE à l’offre Marshall. Prenant ses distances avec les soutiens initiaux du CAED, il a le souci de ne pas faire de la Ligue l’expression d’un groupe de pression; à l’instar d’autres mouvements pro-européens comme le Conseil français de l’Europe unie de Courtin et Dautry, il préfère parler de mouvement de « personnalités »104. D’autre part, il cherche à contrebalancer l’image d’une Ligue recrutant dans des cercles libéraux et de droite; cela explique notamment le recrutement de syndicalistes105. Là encore, il partage le souci d’œcuménisme, manifestation d’un certain opportunisme, qui est celui de la majorité des mouvements pro-européens. En janvier 1948, la composition de la section française se précise. Une vice-présidence composée de Jacques Chastenet, d’Edmond Giscard d’Estaing et d’Albert Bouzanquet – CGT-FO – entoure Daniel Serruys.

  • 106 Cf. l’article V de ses statuts qui prévoit que les membres peuvent être indifféremment issus des « (...)
  • 107 Pour mémoire, l’article 2 des statuts de 1925 indique que le CAED « se documentera sur les besoins (...)

42Outre les trois noms cités plus haut, le comité d’honneur – ou de patronage -comporte Jules Basdevant, Raoul Dautry, André François-Poncet, Léon Jouhaux, Jacques Rueff et Henry Truchy. Du fait du renom de ses personnalités qui, toutes, ont exercé des fonctions importantes dans l’entre-deux-guerres et qui, à l’exception de Jouhaux, ont un profil libéral et pro-européen bien marqué, la LICE française semble acquérir une identité qui dans les six premiers mois de préparation lui faisait défaut. Toutefois, l’élargissement éclectique du conseil – ou comité exécutif – qui voit s’ajouter aux noms déjà cités ceux de Jules Aubrun, président de la Chambre syndicale de la sidérurgie, A. Augustin-Normand, président de l’Association du commerce et de l’industrie du Havre, Louis Baudin, Albert Bouzanquet, Jean Meersch, Edmond Michelet, Olivier Moreau-Néret, directeur du Crédit lyonnais, René Piaton etc. ne confirme pas ce sentiment. À l’instar d’autres organismes de la Libération, elle doit pratiquer un dosage subtil entre toutes les tendances politiques et tous les secteurs professionnels106. Elle est loin des principes bien définis de recrutement que faisait prévaloir le CAED en 1925107.

  • 108 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, composition du conseil d’administration de la LECE (...)
  • 109 Il semble que Serruys, à titre personnel et pour des raisons d’équilibre politique, ait plutôt été (...)
  • 110 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Section française, composition du conseil d’adminis (...)

43Cependant le souci nouveau de se définir par rapport aux autres mouvements pro-européens existants la conduit dès la fin de 1948 à s’interroger sur les conditions d’un nouvel équilibre. Deux possibilités s’offrent à elle : soit s’étendre vers sa gauche comme le comité national britannique de la LICE qui comprend des représentants de toutes tendances, soit renforcer son identité patronale et libérale à l’instar du comité national belge, composé de libéraux et de syndicalistes chrétiens. Dans la première hypothèse, les noms d’André Philip pour le comité de patronage, de Jean Ducros – CGC – pour la vice-présidence, et de plusieurs syndicalistes pour le conseil sont avancés. Dans la seconde, la vice-présidence serait accrue de René Courtin et de Georges Villiers, ou, à défaut de Henri Lafond, de l’Union parisienne. Le conseil verrait également entrer des représentants des PME, de l’industrie mécanique, des producteurs de blé, de la Chambre de commerce de Paris, de la branche modérée de FO, et des Jeunes patrons108. La composition définitive du premier conseil d’administration de la section française fut tranchée en faveur du second profil, le profil belge109. Il offrait un mélange équilibré de personnalités libérales, juristes, économistes, intellectuels, industriels, banquiers et syndicalistes110. De manière claire, la LICE ne présente pas la physionomie commerciale qui était celle du CAED. Toutefois, dans la mesure où Daniel Serruys et Jacques Lacour-Gayet président l’un officiellement, l’autre officieusement, à ses destinées jusqu’au début des années cinquante, on peut estimer qu’ils impriment leur marque à ses orientations et que ces dernières ne contredisent pas les intérêts du milieu commercial.

  • 111 Laurence Badel, « Continuité et restructuration de l’idée européenne dans les milieux commerciaux (...)

44Le grand commerce n’a plus besoin en 1945-1950, comme dans les années vingt, d’organismes comme le CAED ou la LICE pour mener à bien la défense de ses intérêts à l’échelon international. Il a en effet pris conscience de la nécessité de s’organiser de manière autonome à l’échelon européen et a réactivé ou créé des structures destinées à le représenter auprès des pouvoirs publics telles l’AIGM ou la FIGED. Inversement, l’idée européenne libérale tend à s’émanciper du milieu primitif où elle avait été conçue et à acquérir sa propre indépendance. Ainsi que nous en avions émis l’hypothèse, « la guerre a contribué au processus d’autonomisation de l’idée européenne par rapport aux intérêts du grand commerce »111. En accélérant la prise de conscience de la spécificité de la distribution dans la vie économique, elle a conduit les patrons des grands magasins à produire une réflexion singulière sur leur devenir à l’échelon international. Parallèlement, l’Europe, dont le CAED s’était saisi comme d’un voile destiné à couvrir ses agissements en faveur du grand commerce et des milieux de l’exportation, est reconnue comme une fin en soi. Autre donnée nouvelle : l’autorité croissante du CNPF, qui unifie un monde patronal qui était très dispersé au sein de divers organismes dans l’entre-deux-guerres. C’est au patronat dans son ensemble que la section française de la LICE doit s’adresser pour obtenir une audience maximale auprès des milieux d’affaires et accroître son rayonnement au sein des mouvements européens.

C. LA COORDINATION DES MOUVEMENTS EUROPÉENS APRÈS 1945

  • 112 Edouard Bonnefous, L’Europe en face de son destin, Paris, 1952 ; Richard de Coudenhove-Kalergi, J’ (...)
  • 113 Pierre Gerbet, La construction de l’Europe, Paris, 1982, p. 56-69.
  • 114 Walter Lipgens, Die Anfänge…, op.cit., III. 7, p. 610 sqq.
  • 115 Wilfried Loth, Der Weg nach Europa…, op. cit., p. 54-60.
  • 116 Cf. Documents on the history of European integration, dir. Wilfried Loth, t. IV, Transnational org (...)

45L’historiographie française ne présente encore aucune analyse continue et documentée des efforts déployés entre 1945 et 1948 pour parvenir à une coordination des divers mouvements européens. Les témoignages des années cinquante d’Edouard Bonnefous, de Richard de Coudenhove-Kalergi, de Lucien de Sainte-Lorette pour ne citer qu’eux, n’offrent qu’une vision très fragmentée des échanges qui ont conduit à la formation d’un Mouvement européen unifié112. Pierre Gerbet a réalisé une synthèse courte et claire de l’action des mouvements européens, en opérant une classification entre fédéralistes et unionistes113. Mais s’il évoque la création d’un comité de liaison comme prémice du Mouvement européen, il n’étudie pas les péripéties de son existence et les luttes d’influence qui s’y livrèrent et se borne à constater la victoire de la tendance unioniste sur la tendance fédéraliste. Il faut par conséquent se référer aux recherches à l’étranger pour obtenir de premières conclusions. Elles ne sont pas exemptes de contradictions. Trois tendances se manifestent : l’impulsion fondamentale provient des fédéralistes selon Pierre du Bois, des unionistes pour les historiens allemands. Se rattachant à ce dernier camp, Michel Dumoulin insiste sur l’importance du groupe rassemblé autour de Paul Van Zeeland. Walter Lipgens s’est attaché à établir une chronologie de ces efforts de coordination à la fin de la somme qu’il a consacrée à l’unification des mouvements européens114. À la suite de la tenue des Journées franco-britanniques du 17 au 20 juillet 1947 s’opère un rapprochement entre l’United Europe dirigé par Duncan Sandys et le Conseil français pour l’Europe unie nouvellement créé par René Courtin. Le 20 juillet 1947 est créé un comité européen de liaison par les associations suivantes : United Europe, le Conseil français pour l’Europe unie, la Ligue indépendante de coopération européenne, l’Union européenne des fédéralistes et l’Union parlementaire européenne. Le 11 novembre 1947 est fondé le comité international de coopération. Dans la lignée de Lipgens, Wilfried Loth est revenu sur ces efforts de coordination, en insistant plus particulièrement sur l’importance de l’axe franco-britannique réalisé par Sandys et Courtin afin de contrebalancer le pouvoir acquis par les mouvements fédéralistes et de prendre la tête du futur Mouvement européen115. Alan Hick a de son côté confirmé la chronologie établie par Lipgens et publié les actes fondateurs des comités de liaison et de coordination116.

  • 117 Pierre du Bois, « Le Mouvement européen… », op. cit., p. 412.

46À ces analyses privilégiant l’hégémonie des unionistes sur le Mouvement européen, on peut opposer l’étude de Pierre du Bois pour lequel « parmi les courants européens ou européistes, c’est le fédéralisme qui donne le ton »117 dans les années d’après-guerre. De fait, l’idée européenne qui renaît des cendres hitlériennes en 1944-1946 se plaît à s’épanouir dans de nombreux mouvements revendiquant un idéal fédéraliste que nous avons évoqué plus haut. En mai 1946, des discussions ont lieu en Suisse en vue d’un rassemblement de ces associations sous l’égide du bâlois Hans Bauer, le fondateur d’Europa Union en 1933. En septembre 1946 se tient à Hertenstein une conférence qui réunit des délégués issus de quatorze pays et qui permet la définition des objectifs fédéralistes. Il s’agit à la fois de décentraliser la structure étatique des pays membres (fédéralisme interne) et de restreindre leur souveraineté nationale au profit d’une organisation supranationale dotée d’un gouvernement européen suffisamment puissant pour lutter contre la double hégémonie américano-soviétique (fédéralisme externe). Une conférence parallèle a lieu en octobre 1946 à Luxembourg sous la direction de Federal Union animée par F. L. Josephy depuis 1938. Cette réunion est celle de la branche internationale du fédéralisme qui plaide pour l’instauration immédiate d’un gouvernement mondial. Les deux courants parviennent à s’accorder lors d’une rencontre à Bâle le 5 décembre 1946; dix jours après est créée l’Union européenne des fédéralistes dont la présidence est confiée à Henri Brugmans. Si l’on se réfère aux estimations de Walter Lipgens, plus d’une quarantaine d’associations sont ainsi réunies. Leur dynamisme et leur prétention à assurer l’hégémonie sur les mouvements européens se manifestent de façon éclatante lors du Congrès de Montreux d’août 1947.

47Michel Dumoulin a de son côté contesté la mainmise fédéraliste sur les mouvements européens en soulignant l’importance du travail effectué par Paul Van Zeeland : le caractère précurseur de l’action de ce dernier légitime en quelque sorte son ambition hégémonique. Grâce aux archives conservées par le secrétariat parisien de la Ligue, nous avons pu conforter cette interprétation et, surtout, faire apparaître le rôle jusqu’ici ignoré du Comité d’action économique et douanière dans la coordination des mouvements européens.

1. Du comité européen de liaison au comité international de coordination

  • 118 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, séance préparatoire du lundi 23 juin 1947, p. 4.
  • 119 Michel Dumoulin, Anne-Myriam Dutrieue, La Ligue européenne de coopération économique (1946-1981)…, (...)
  • 120 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, note en 8 points pour M. Lacour-Gayet, du 25 juin 1 (...)
  • 121 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, note en 8 points pour M. Lacour-Gayet, du 25 juin 1 (...)
  • 122 Jean-Noël Jeanneney, Jacques Julliard, Le Monde de Beuve-Méry ou le métier d’Alceste, Paris, 1979, (...)
  • 123 Pierre Bolle, « René Courtin », Les Protestants français pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris (...)

48L’impulsion décisive pour l’unification des mouvements européens a été donnée en France grâce à l’entente de Daniel Serruys et René Courtin. Serruys a observé les rivalités qui s’amplifient depuis 1946. Plaçant d’emblée la section française de la Ligue dans une situation non disputée d’organisme économique, il entend se situer au-dessus de la mêlée et en faire bénéficier la Ligue. C’est ainsi que tout en étant soucieux de se démarquer du mouvement britannique United Europe que vient de créer Churchill le 14 mai rs d’une grande rencontre à l’Albert Hall, et qui passe pour avoir une tendance conservatrice, tout en rappelant l’appui apporté par le travailliste Attlee à la Ligue, il n’en réaffirme pas moins les « liens personnels très cordiaux » qui unissent les membres des deux mouvements118. Ces liens sont cependant récents. Michel Dumoulin fait remarquer que rien n’indique que Paul Van Zeeland ait pris contact avec Churchill ou un membre de son entourage durant le séjour qu’il fait à Londres du 11 au 13 janvier 1947 pour y constituer un comité britannique de la future LICE. Il essuie d’ailleurs le refus du premier président pressenti, Lord Beveridge, le jour de sa constitution le 21 mars119. Une rencontre a lieu le 8 mai lors d’un déjeuner offert par Van Zeeland à Londres à Duncan Sandys, gendre de Churchill en charge de la direction de United Europe, Lord Beveridge, Arthur Salter et quelques autres120. Churchill et Van Zeeland se répartissent clairement les rôles : à United Europe, le projet politique, à la Ligue, les propositions économiques. Harold Butler, qui avait remplacé dans les années trente Albert Thomas à la tête de l’IIOST, devient alors le président du comité britannique de la Ligue. Lors d’une entrevue le 24 juin, Van Zeeland confirmera à Serruys « l’orientation économique de la Ligue alors que le comité de M. Churchill a un caractère politique »121. L’autre grand mouvement de la tendance unioniste dont Daniel Serruys s’emploie à canaliser les ardeurs est le Comité français pour l’Europe unie. L’assemblée constitutive se tient chez René Courtin le 16 juillet 1947. Edouard Herriot en devient le président d’honneur. Autour de lui, le Comité se constitue comme un rassemblement de personnalités, issues très majoritairement du monde politique et du monde universitaire. Courtin, déjà connu pour ses engagements en matière de politique économique intérieure s’illustre également à la Libération par son activisme pro-européen. Son engagement en faveur de l’Europe remonterait aux années trente où il avait été enthousiasmé par les idées pan-européennes et les avait propagées dans de nombreux articles de Foi et Vie122. Il continue après 1945 à diffuser l’idée d’Europe au sein de la communauté protestante dans l’hebdomadaire Réforme123. Mais le contexte politique difficile de la Libération le fait se précipiter dans la lutte acharnée que se livrent les différents mouvements pro-européens, le condamnant à des prises de position souvent dures envers ses adversaires.

  • 124 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, correspondance avec René Courtin, lettre de Coudenhove d (...)
  • 125 Lubor Jilek, L’esprit européen en Suisse de 1860 à 1940, Genève, 1990, p. 55-61.
  • 126 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, correspondance avec René Courtin, lettre de René Courtin (...)
  • 127 Ibid., lettre de Coudenhove du 17 juillet 1946.
  • 128 Ibid., lettre de Courtin du 8 janvier 1947.
  • 129 Ibid., lettres de Courtin du 4 et du 20 février 1947.
  • 130 Ibid., lettre de Courtin du 27 février 1947.
  • 131 Cf. Martin Posselt, « The European Parliamentary Union (1946-1952) », The Federal Idea : the Histo (...)
  • 132 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, lettre de Naudin du 24 septembre 1947.
  • 133 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, lettre de Courtin du 9 décembre 1947.
  • 134 Ibid., lettre de Coudenhove du 16 décembre 1947. Sur le rôle joué par Duncan Sandys, cf. Wilfried (...)

49La correspondance de Coudenhove-Kalergi conservée à Genève par la Fondation Archives Européennes livre des aperçus originaux sur l’activité de René Courtin. C’est en, 1946 que naît chez lui le désir de former un Mouvement français pour les États-Unis d’Europe; l’un de ses principaux guides est Coudenhove-Kalergi avec lequel il entretient une correspondance suivie jusqu’en 1955, moment où il prend ses distances par rapport au fondateur de Pan-Europe. Les deux hommes semblent avoir été unis à l’origine par leur hostilité envers les mouvements incarnant la tendance fédéraliste du Mouvement européen. Coudenhove lui signale notamment la concurrence de la bâloise Union européenne de Hans Bauer, « qui fait des efforts pour s’installer à Paris » et estime qu’il faut organiser au plus vite le mouvement projeté « pour éviter que ce groupement ne nous devance et ne nous fasse des difficultés »124. L’hostilité de Coudenhove pour l’Union européenne – ou Europa Union Schweiz – remonte aux longs mois qui avaient précédé la création de cette dernière en juin 1934 et qui avaient vu les escarmouches se développer entre les deux organisations en raison de la reprise avouée de thèmes propres à Pan-Europe par Hans Bauer125. Si Courtin ignore peut-être ce vieux conflit, il est en revanche sensible à la concurrence potentielle d’un autre organisme la puissante Union européenne des fédéralistes que dirige Henri Brugmans et il fait souvent part de ses préoccupations à Coudenhove. Ces affaires contribuent à accélérer son engagement, même s’il éprouve des réticences liées, pense-t-il, à une image personnelle insuffisamment attractive : « On me considère dans les milieux politiques comme un libéral attardé et vous aurez grand avantage à vous adresser à des hommes plus dans le train comme André Philip », écrit-il à Coudenhove126. Pourtant c’est dans ces milieux « attardés » qu’il prend ses premiers contacts. Sur le plan international, Coudenhove lui conseille de toucher Sir Walter Layton et Sir Arthur Salter, « les deux économistes qui sont le mieux disposés vers nos idées »127. D’autres noms sont avancés : Paul Reynaud, Gabriel Marcel, le pasteur Bœgner, Jacques Bardoux, Ernest Mercier, Daniel Villey, Michel Debré, Pierre-Henri Teitgen… Ce dernier promet de consulter Georges Bidault128. Le 16 janvier 1947, l’équipe de Churchill met en place un comité britannique provisoire de l’Europe unie. C’est le second accélérateur de la démarche de Courtin : à lire sa correspondance, le Conseil français qu’il envisage aurait bien été le pendant de United Europe. En février 1947, il a obtenu le soutien d’un certain nombre de personnalités politiques principalement radicales ou MRP : Teitgen, Menthon, Coste-Floret, Herriot, Mayer, Bastid et Lacoste qui demeure le seul socialiste depuis le retrait de Philip opposé au caractère « anti-russe » de l’initiative de Churchill129. Il évoque encore un certain nombre de noms : « Charles Rist, qui est aussi mon ami, ne croit plus à l’Europe et m’a refusé son appui. Ernest Mercier symbolise les « trusts » aux yeux de la gauche. […] Jacques Bardoux est situé à droite où je ne veux pas avoir trop de monde. Je préfère m’adresser à Paul Reynaud. Il va de soi que je compte sur André Istel, grâce auquel j’ai pu entrer en contact avec vous. Je m’adresserai également à M. Moutet et à Gabriel Puaux »130. Partageant les mêmes convictions libérales que Serruys en matière économique, il s’entend avec lui et Duncan Sandys pour amorcer un premier rapprochement des principaux groupements. Le 20 juillet est signé un protocole instituant un comité européen de liaison entre la LICE, l’UEF, l’Union parlementaire européenne créée par Coudenhove-Kalergi131, United Europe et le Conseil français pour l’Europe unie. Dès le 18 septembre, l’Union parlementaire s’en retire au terme d’intrigues qui témoignent de l’enjeu que représente à cette époque fondatrice la cause européenne. Paul Naudin, secrétaire du comité européen de liaison, en informe par une circulaire les principaux responsables : Van Zeeland, Serruys, Brugmans, Voisin, Silva, Sandys et Courtin132. Ce dernier écrit à Coudenhove pour le mettre en garde contre une attitude « qui a produit la plus mauvaise impression et risque de [le] conduire à la catastrophe. L’unité d’action est indispensable. Nous nous rapprochons ainsi de la Ligue Van Zeeland et des Fédéralistes. Nous vous avons réservé votre place. Il faut que vous l’occupiez, sans cela vous serez exclu et tout le monde vous donnera tort »133. Qui a eu connaissance des mouvements d’humeur ombrageux du comte dans l’entre-deux-guerres ne peut être surpris du tour que prend l’histoire de la coordination des mouvements européens à certaines époques ! Coudenhove se défendit en prenant à partie à la fois Raymond Silva, auteur d’une attaque publique contre Pan-Europe, et Duncan Sandys, responsable d’une « vaste campagne d’intrigues » destinée à lui ôter la direction de l’Union parlementaire européenne ! Il exigea aussi le ralliement de ses adversaires autour du symbole nouveau de Pan-Europe : la croix rouge sur le soleil d’or134

  • 135 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, réunion préparatoire du 14 octobre 1947.
  • 136 Cité par Walter Lipgens, Die Anfänge…, op. cit., p. 616.
  • 137 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, note sur l’activité européenne du 199, bd Saint-Germain : « Aussi, (...)
  • 138 Ibid., rapport de Hugues Colin destiné à Paul Naudin, s.d.
  • 139 LECE, 1949-1950, ensemble CAED. Hugues Colin a rajouté un post-scriptum manuscrit à l’intention de (...)
  • 140 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du Mouvement européen. Note sur la coordination des mouveme (...)

50Pourtant, les efforts de coordination se poursuivent, même si, en octobre 1947, Daniel Serruys en déplore la dispersion et l’hétérogénéité. Dorénavant les réunions préparatoires à la constitution de la section française de la Ligue ont lieu en présence de représentants des autres mouvements. Ainsi le 14 octobre trouve-t-on dans l’assistance réunie par Daniel Serruys, René Courtin et André Voisin. Dès le 31 août, la LICE s’est vue confirmée par le comité européen de liaison réuni à Montreux dans sa mission économique. Le 10 octobre, le comité est tombé d’accord pour renforcer l’unité d’action de ses membres. La décision est clairement politique. « Il faut que, pour l’opinion publique, il n’y ait qu’une même volonté et qu’une action délibérément concertée », affirment de concert Courtin et Voisin135. Malgré les rivalités, une stabilité va naître de l’ancrage du comité de liaison au siège du CAED. Officiellement, selon son texte fondateur, il n’a « ni personnel officiel, ni bureaux »136. Daniel Serruys va offrir immédiatement les locaux du CAED, son secrétariat, son argent pour en assurer le fonctionnement137. À cette occasion apparaît l’interpénétration croissante des cercles représentés par le Conseil de Courtin et le Comité de Serruys. Une rencontre a lieu entre Hugues Colin, Jacques Lacour-Gayet et René Courtin destinée à préciser les relations des deux associations. Courtin entreprend Lacour-Gayet sur le terrain financier : « Evidemment, nous n’avons pas vos facilités », lui dit-il. Ce à quoi, Lacour-Gayet rétorque que peu d’argent est dévolu à la section française de la Ligue, que les sommes importantes vont directement au secrétariat international. Et il avoue : « Nous ne serions pas fâchés d’être aidés financièrement par le patronat »138. Courtin réclame cependant plus de moyens pour le démarrage du comité de liaison qui aura véritablement lieu au retour des vacances d’été. « Le 199 devant être la plaque tournante des divers mouvements européens, M. Courtin serait heureux qu’au moins une secrétaire ou une dactylo spéciale y pût aider MM. Naudin et Colin à faire le dispatching »139. Il souhaite aussi que le CAED lui permette de recruter quelques syndicalistes et quelques représentants patronaux pour son mouvement, comme Georges Villiers, Louis Marlio, Daniel Serruys, Ernest Mercier. « Ce sera un lien de plus avec nous, et non une gêne, car il ne leur demandera aucun travail », commente Colin. Enfin la répartition des travaux est une nouvelle fois confirmée : la Ligue préparera les études économiques et douanières ; le Conseil français se réservant la propagande et l’action politique. L’interpénétration des deux organismes est renforcée par la transformation du comité économique de United Europe en « rameau britannique de la Ligue indépendante de coopération européenne ». Parmi les personnalités britanniques importantes ainsi rassemblées, on trouve Lord Layton, Arthur Salter, Harold Butler et Edward Beddington-Behrens. Leur profil libéral conforte celui de la LICE140.

  • 141 Ibid. Echanges de lettres des 24 et 27 décembre 1947.
  • 142 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, lettre de René Courtin à Eugène Thomas, ministre des PTT, du 12 ja (...)
  • 143 Ibid., lettre adressée à Roger Corillon, chef du cabinet du ministre des PTT, du 28 janvier 1948.
  • 144 Le lancement de ce Mouvement français pour les États-Unis d’Europe ne rencontrera pas un grand suc (...)
  • 145 LECE/ME, dossier du « 199 », note sur la coordination…, op.cit.

51L’unification des mouvements européens est accélérée par la volonté déclarée d’hégémonie des fédéralistes. Quelques semaines après la création du comité de liaison, du 27 juillet au 1er août, se tient sous leur égide un grand congrès à Montreux. À la suite de l’annonce de leur projet de convoquer des « États généraux de l’Europe », Duncan Sandys annonça l’organisation d’un prochain congrès de l’Europe à La Haye. Le renforcement du rapprochement international est accentué dans le but quasiment déclaré de contrôler les fédéralistes ; le 11 novembre 1947 est mis sur pied un comité international de coordination (CIC) qui rassemble le Conseil français pour l’Europe unie, United Europe, la Ligue indépendante de coopération européenne et l’Union européenne des fédéralistes. Il est divisé entre une commission exécutive que préside Sandys et une commission économique que préside Van Zeeland. Le secrétariat est officiellement dévolu à Joseph Retinger. Dans les faits, l’intendance est confiée au CAED où officie Lucien de Sainte-Lorette, ce qui ne va pas sans soulever la colère des fédéralistes qui se sentent exclus des structures de direction. Sainte-Lorette s’en explique dans une lettre du 24 décembre adressée à Alexandre Marc où il affirme que « ce n’est que […] sur l’insistance de certains membres français du Comité que j’ai été invité par M. Retinger à aider provisoirement le secrétariat parisien du comité international de coordination ». Marc lui répond le 27 en disculpant Sainte-Lorette de ce choix – « Dès le début, nous pensions, vous le savez à Paul Naudin et à vous-même, mais les négociations, vous le savez aussi, n’ont pas été faciles. » – et en s’en prenant à l’autoritarisme de Sandys et de Retinger141. Début janvier, le secrétariat français du CIC quitte les locaux du CAED du 199, boulevard Saint-Germain, pour s’installer avenue d’Ièna, dans l’immeuble de Jacques Nœtzlin, du Commissariat à l’énergie atomique142. En revanche, le comité économique du CIC demeure « hébergé tant bien que mal, 199, boulevard Saint-Germain au rez-de-chaussée » attestant le renforcement du pôle de réflexion économique que demeure le CAED143. Dernières structures mises en place à l’échelon national : le Mouvement français pour les États-Unis d’Europe et le comité de liaison. Le premier, « synthèse de tout ce qui tend à l’unité européenne », correspond à un vieux rêve de Courtin et constitue également une réponse aux prétentions hégémoniques des fédéralistes. Présidé par Raoul Dautry, il est clairement placé sous l’obédience du Conseil français pour l’Europe unie à qui est dévolue l’orientation politique générale. Il revendique le patronage moral des « hautes personnalités représentant les élites du pays » qu’il a pu rassembler. Se voulant enfin soutenu par une puissante assise populaire, il envisage de créer des groupes régionaux et locaux144. Lui est rattaché un comité financier et de propagande chargé de la collecte des fonds et de la répartition des fonds récoltés entre les divers mouvements nationaux et le secrétariat international du comité de coordination auquel il doit fournir la contribution française145.

2. Les concours privés et publics à la cause européenne

  • 146 Ibid.
  • 147 LECE (1947-1948), section française de la LICE, procès-verbal de la réunion de la section français (...)
  • 148 Ibid., rapport de Hugues Colin destiné à Paul Naudin, s.d.
  • 149 Le compte du CIC, et donc de la LICE, est ouvert chez Neuflize, Schlumberger et Cie Cf. AN, CNPF, (...)
  • 150 LECE/ME, T.3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947- (...)
  • 151 Ibid., note de janvier 1948.
  • 152 Ibid. Cf. le PV d’une réunion du 6 janvier 1948 : « M. R. Augustin-Normand accepte de figurer au c (...)
  • 153 Ibid. PV d’une réunion du 6 janvier 1948.

52La question financière est une constante de l’histoire des mouvements pro-européens. Dans le cas du CAED et des tout débuts de la Ligue en France, l’appui initial des grands magasins a pu l’occulter un temps. Mais il réapparaît au début de 1948, moment où le mouvement pour l’Europe dans son ensemble prend une ampleur croissante. Les animateurs français ont eu à cœur de souligner le retard du gouvernement français par rapport à la situation faite à la propagande européenne en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie. « L’activité qui se déploie dans les pays occidentaux assure une cohésion sans précédent. Plusieurs gouvernements en ont reconnu l’efficace valeur. Il serait regrettable que le gouvernement français ne fût pas informé de ces initiatives et ne fût pas à même d’y marquer un intérêt au moins égal »146. Aussi est-ce du côté privé que les animateurs français se sont employés à trouver des crédits. L’idée d’un organisme financier unique pour tous les mouvements français et chargé de collecter des subventions indépendantes des cotisations perçues par l’un ou l’autre des mouvements adhérents est émise dès octobre 1947147. Confirmée un mois après en raison du projet de lancement d’un Mouvement populaire français pour les États-Unis d’Europe148, la recherche de concours financiers est en définitive confiée, nous l’avons vu, au doublon comité financier/comité de liaison rattaché au Conseil français pour l’Europe unie. Ce comité financier est présidé par Daniel Serruys, assisté de Christian Monnier, de la banque Neuflize149. Ses principaux membres sont Etienne Ader, René Courtin, Raoul Dautry, le banquier François de Nervo, l’industriel Jacques Nœtzlin, de la Pradelle, Risler et Léon Tézenas, de l’industrie pétrolière. Dès la mi-décembre 1947, il est décidé de « prendre contact avec le Conseil national du patronat, avec les organisations adhérentes du CNPF et (dans chaque organisation) avec celles des personnalités les plus susceptibles de seconder le programme d’action européenne »150. Si un soutien privé apparaît comme la première nécessité, l’on pense cependant déjà aux moyens d’obtention d’un concours officiel, par le biais d’une publication internationale, par exemple… En janvier 1948, les besoins d’ensemble pour l’année à venir sont estimés à 15 millions de francs. L’urgence est de trouver immédiatement 2 millions pour le secrétariat international du CIC et 500 000 francs pour le démarrage du Mouvement français pour les États-Unis d’Europe151. La recherche de fonds est organisé à l’échelon national : la France est quadrillée grâce aux correspondants au sein des chambres de commerce, sociétés industrielles et autres tribunaux de commerce, qui sont chargés d’organiser régionalement les recouvrements152. Par ailleurs, début janvier, Daniel Serruys prend la tête d’une délégation restreinte qui va voir Georges Villiers153.

  • 154 Ibid. PV d’une réunion du 19 février 1948. Compte rendu manuscrit au crayon des conversations avec (...)

53L’entrevue avec Georges Villiers a lieu durant la première semaine de février. La délégation fut en définitive conduite par Christian Monnier et Raoul Dautry. Le 19 février 1948, une note de la main de Monnier rend compte du succès de la démarche154. La subvention accordée par le CNPF, arrive à point nommé si l’on se réfère aux estimations du comité financier. À la mi-février 1948, les premières dépenses s’élevaient à 523 000 francs et un découvert d’un million de francs était prévu pour la fin du mois. L’acompte du CNPF pour février se monte à 150 000 francs, puis une somme mensuelle de 600 000 francs doit assurer en partie le fonctionnement du comité international.

  • 155 LECE/ME, T.3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947- (...)
  • 156 Ibid. PV d’une réunion du 26 février 1948.
  • 157 Ibid.
  • 158 Cette autonomie financière ne durera pas : l’UEF fera partie des bénéficiaires des fonds répartis (...)
  • 159 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3742 LECE. Echange de lettres datées du 28 janvier 1948 et du 6 févri (...)
  • 160 Georges Villiers, Témoignages, Paris, 1978.
  • 161 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3743 Conseil français pour l’Europe unie. Lettre de Christian Monnier (...)
  • 162 Ibid. Lettre de Christian Monnier à Georges Villiers du 22 juin 1948.
  • 163 Cf. le bilan que dressait René Girault dans Michel Dumoulin, René Girault, Gilbert Trausch (dir.), (...)

54La recherche de compléments financiers auprès d’industriels et de banquiers est engagée à la même date. Chaque membre du comité financier est chargé de faire appel à une société ou à une personnalité qui lui est proche. Raoul Dautry doit contacter le groupe Boussac et Garnier et la Société de Pont-à-Mousson ; François de Nervo solliciter le baron Petiet ; de la Pradelle, Saint-Gobain et Rhône-Poulenc ; Nœtzlin, J.-P.Peugeot et Wibratte ; Daniel Serruys, Maurice Dubrulle etc. Des démarches systématiques sont également entreprises auprès des banques suivantes : Caisse des dépôts et consignations, Crédit foncier, Crédit national, Crédit lyonnais, Banque de Paris et des Pays-Bas, Banque de l’Union parisienne, Banque nationale du commerce et de l’industrie155. À la fin de février 1948, 500 000 francs sont accordés par la Banque de France, la moitié devant être versée immédiatement et le solde en juillet156. Une première répartition s’effectue alors entre le secrétariat international du CIC (375 000 francs), le Mouvement français (325 000 francs) et la section française de la LICE (100 000 francs)157. L’on note que cette seule association figure alors à part entière parmi les bénéficiaires. C’est là un nouveau témoignage de son poids particulier au sein des mouvements pro-européens de l’immédiat après-guerre, même s’il faut noter que les fédéralistes se sont alors désolidarisés financièrement du comité de liaison et ont décidé de collecter eux-mêmes les fonds destinés à leur activité propre. C’est néanmoins le signe de la sympathie marquée du dirigeant du patronat français pour cette association aux visées plus proprement économiques158. En effet, fin janvier 1948, parallèlement aux négociations avec le CNPF qu’il menait au nom du CIC, Daniel Serruys écrivait à Georges Villiers que l’assemblée constitutive de la section française de la Ligue – dont il devait officiellement déposer les statuts le 16 avril 1948 – souhaitait sa participation au comité de patronage. La réponse de Villiers date du 6 février : « C’est bien volontiers que j’accepte de faire partie du comité de patronage de la LICE. Je suis convaincu que sous votre présidence cette ligue fera un excellent travail pour l’unité économique de notre Europe »159. Par la suite, Villiers suivra de près les travaux de la Ligue, notamment au moment de la préparation du Congrès de La Haye et de l’examen des projets français et anglais de rapports économiques. Georges Villiers est un Européen convaincu dès l’immédiat après-guerre160. Il a noué tôt des relations avec d’autres propagandistes actifs de l’idée européenne : Raoul Dautry, Edmond Michelet, Robert Schuman; il deviendra le président du Conseil des fédérations industrielles d’Europe. Le représentant officiel du patronat s’engage clairement en faveur de l’unification européenne dès le lendemain de la guerre. Le trésorier du CIC ne s’y trompe pas, qui, à la fin de l’année 1948 marquée par la tenue du Congrès de La Haye, lui adresse une lettre reconnaissante : « Votre aide matérielle nous a été précieuse, et votre sympathie agissante et vos conseils l’ont été également »161. Concrètement, cet engagement se manifeste donc par un soutien financier au CIC. Il s’élevait en juin 1948 à 1 350 000 francs qui avaient déjà été perçus au titre des mois de mars (750 000) et de mai (600 000). 1 050 000 francs devaient encore être perçus au titre d’avril (450 000) et de juin (600 000)162. La révélation de cet engagement financier important du CNPF tend à remettre en cause l’image d’une indifférence patronale vis-à-vis de l’Europe que l’on a établie, jusqu’à aujourd’hui, au travers de la lecture d’autres travaux sur les milieux patronaux163. Toutefois, il faut se garder de toute extrapolation prématurée : la vision donnée ici d’un CNPF favorable à l’Europe est intimement liée à l’engagement personnel d’un homme, Georges Villiers, qui a eu un effet d’entraînement indéniable. Elle porte sur une période antérieure à celle des constructions effectives. Seules des études sectorielles nouvelles et l’analyse des structures internes du CNPF permettront de rendre compte de l’attitude globale d’un milieu patronal dont la diversité a été maintes fois signalée.

  • 164 LECE/ME, T. 3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947 (...)
  • 165 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3743. Conseil français pour l’Europe unie. Lettre de Christian Monnie (...)
  • 166 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 37432. Conseil français du Mouvement Européen. Transmission à Villier (...)
  • 167 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du Mouvement européen. Comité français de liaison, 12e réun (...)

55Si le patron du CNPF s’engagea immédiatement en faveur du Mouvement européen, le concours de l’État semble avoir été, en revanche, plus difficile à obtenir. Une lettre non signée, émanant vraisemblablement de Serruys ou de Courtin, datée du 24 janvier 1948, atteste cependant que les contacts noués avec le Quai d’Orsay n’ont pas été rompus164. Il y est fait état d’un entretien trois jours auparavant au cours duquel Hervé Alphand a demandé à recevoir des éléments écrits d’information sur les travaux en cours destinés à préparer le rapport économique pour le Congrès de La Haye de mai. Alphand a d’autre part promis d’organiser une rencontre avec Georges Bidault, le ministre des Affaires étrangères, à la fin du mois. La recherche de fonds publics devient au fil des mois une nécessité croissante, car certaines résistances tendent à se manifester du côté patronal, hostiles en particulier au concours conjoint de la caisse centrale du CNPF et de grandes organisations professionnelles ou d’affaires individuelles165. Par conséquent, les recherches de subsides ne sont pas intensifiées en ce sens. Cela explique en partie le souhait formulé par le Conseil français pour l’Europe unie de ne pas rester une charge permanente pour le patronat. Il envisage donc de lancer effectivement le Mouvement français pour les États-Unis d’Europe afin de drainer « un très grand nombre de petites cotisations » ainsi que de sortir du cadre de l’initiative privée. « Nous aimerions, d’accord avec vous, en entretenir, les pouvoirs publics », écrit Monnier à Villiers. Le concours financier de l’État sera long à obtenir. Cinq mois après la tenue de la conférence de Westminster en avril 1949, le comité français du Mouvement européen remettra une note au président du Conseil Georges Bidault où est posé de nouveau le problème du financement166. Pourtant le Mouvement européen a obtenu au lendemain de La Haye la reconnaissance officielle des autorités françaises. Le 8 juillet 1948, ses principaux animateurs Serruys, Dautry, Courtin, Voisin, sont reçus par Robert Schuman, président du Conseil, et par Vincent Auriol, président de la République, qui leur manifestent leur profond attachement à la cause européenne167

  • 168 Walter Lipgens, Die Anfänge…, op. cit., p. 624 : « Ein Schlüssel zum Verständnis für das häufige H (...)
  • 169 Cet hébergement s’est apparemment poursuivi au-delà de notre période. En septembre 1948, Lucien de (...)

56Au-delà des divisions qui agitent les mouvements pro-européens dans leur ensemble, le pôle libéral du futur Mouvement européen achève de se structurer au printemps 1948. Même si le milieu des grands magasins et son représentant principal Lacour-Gayet se font discrets, le flambeau a été transmis à Daniel Serruys et Lucien de Sainte-Lorette, qui assurent la fidélité au combat originel. En outre, les liens qu’ont tissés les hommes de ce pôle libéral avant la guerre ou qu’ils ont noués et affermis durant la guerre et à la Libération achèvent de créer une équipe cohérente, solidaire, unie par des valeurs communes et un passé souvent voisin. Nous trouvons en définitive assez pertinente l’observation faite par Walter Lipgens vers la fin de son importante synthèse pour justifier l’échec du camp fédéraliste168. L’unité et la force du pôle libéral a un fondement sociologique : l’âge et la formation de ses représentants. La majorité d’entre eux a dépassé la cinquantaine en 1946 : Rist et Serruys font figure de grands anciens, âgés de plus de soixante-dix ans; Lacour-Gayet, Salter, Dautry, ont plus de soixante ans ; Van Zeeland en a cinquante-trois ; René Courtin est nettement plus jeune avec ses quarante-six ans. De fait, leur maturité leur permet de bénéficier d’une réputation certaine auprès des pouvoirs publics et de l’opinion; en outre, leur réflexion est nourrie par une expérience concrète de la conduite des affaires, à l’échelon national ou international. Tous ont eu des responsabilités à assumer. En face, le camp fédéraliste est animé par des hommes d’une trentaine ou quarantaine d’années, nés après le siècle, qui ne bénéficient pas encore d’une audience similaire. Second facteur concret de leur force en 1946 : leur rattachement à une ancienne petite formation, le CAED, dont le mérite principal fut d’être un lieu de rencontres pour tous les groupements de la mouvance libérale – LICE, Conseil français, United Europe – et un point d’ancrage pour les comités de coordination de toutes sortes – comité européen de liaison, comité international de coordination, comité financier, comité économique169 – permettant de faire l’économie de querelles intestines. Ils se reconnaissent un père spirituel, Serruys, à qui de droit revient la présidence de tous ces comités, même si, de fait, il délègue l’exécution du suivi quotidien. Le CAED fournit locaux, matériel, secrétariat, le soutien financier initial des grands magasins, mais aussi un réseau de relations, et une réflexion sur l’Europe renouvelée depuis la Libération.

III. LES FONDEMENTS IDÉOLOGIQUES DE L’EUROPE LIBÉRALE

57Le grand cycle sur l’Occident européen organisé par le CAED de juillet 1945 à mai 1946 lui fournit l’occasion de forger sa doctrine en matière d’union économique de l’Europe. Son fondateur Jacques Lacour-Gayet prit position pour la première fois à titre personnel sur la question et se fit le propagateur de l’idée européenne dans les milieux commerciaux, tandis qu’il remettait à Daniel Serruys la responsabilité de gagner d’autres milieux, d’entretenir des relations avec les autres mouvements pro-européens et d’assurer le succès politique des thèses de la Ligue indépendante de coopération européenne.

A. POUR UNE EUROPE OCCIDENTALE ET LIBÉRALE

  • 170 Il semble que sa conférence n’ait pas été publiée. Nous n’en avons trouvé trace nulle part.
  • 171 Albert Calmés, Luxembourg et Occident européen, Paris, 1946, introduction de Jacques Lacour-Gayet.

58En 1945, le CAED réunit un certain nombre de personnalités appelées à réfléchir sur les bénéfices que pourrait retirer leur pays d’une union européenne : Henry Helbronner s’exprima sur la France, Paul Van Zeeland sur la Belgique, Jan Tinbergen, directeur du Bureau central du Plan néerlandais, sur les Pays-Bas170, Walter Hill, le directeur-adjoint de The Economist, sur la Grande-Bretagne, et Albert Calmés, ancien directeur de l’ARBED et membre du Conseil supérieur de l’Union économique belgo-luxembourgeoise, sur le Luxembourg. Présentant le dernier exposé, fait par Albert Calmés le 17 mai 1946, Jacques Lacour-Gayet plaça l’ensemble des exposés dans la continuité de la voie ouverte par Hervé Alphand lors de sa conférence sur La coopération économique en Europe libérée, un an auparavant. Faisant remarquer que dans la mesure du possible, le terme de « groupement » occidental et non de « bloc » avait été employé par les conférenciers, il signifia clairement que le CAED rejetait toute discussion de nature politique et avait concentré ses efforts sur la définition des contours de la seule Europe économique. Il livra enfin le noyau de la future communauté européenne appelée de ses vœux : la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, la France et la Grande-Bretagne171. L’analyse des conférences du CAED et des autres prises de position du milieu libéral permettent de préciser la physionomie de l’Europe libérale.

1. Une Europe franco-britannique

  • 172 Walter Hill, Grande-Bretagne et Occident européen, Paris, 1946.
  • 173 Henry H. Helbronner, France et Occident européen, Paris, 1946, p. 25.
  • 174 René Courtin, Rapport sur la politique économique d’après-guerre, Alger, 1944, p. 49.
  • 175 Henry H. Helbronner, France…, op. cit., p. 23 ; Paul Van Zeeland, La Belgique et l’Occident europé (...)
  • 176 Clarence Streit, Union Now : A Proposal for a Federal Union of the democracies of the North Atlant (...)
  • 177 Walter Lippman, U.S. Foreign Policy and U.S. War Aims, New York, 1943, p. 195. Cité par Pierre Mél (...)
  • 178 Jacques Lacour-Gayet, « L’union économique européenne », Propos d’un libéral, 1948, p. 100 et p. 1 (...)
  • 179 Jacques Lacour-Gayet, « L’union économique européenne », op. cit., p. 105. Cf. Maurice Vaïsse, « L (...)

59C’est peut-être la caractéristique la plus marquante de l’Europe du groupe libéral : elle se construit sur l’alliance franco-britannique. Présentant l’exposé de Walter Hill, le 8 mai 1946, l’ambassadeur François Charles-Roux ne manque pas de mentionner la mémoire de deux diplomates fervents partisans d’une alliance avec la Grande-Bretagne : Paul Cambon et Camille Barrère. C’est dans le souvenir de l’Entente cordiale, non dans les projets communs de la Résistance, et notamment dans l’offre d’union franco-britannique du 16 juin 1940 faite par Churchill à Paul Reynaud, qu’il va rechercher une légitimation à un rapprochement franco-britannique. Prenant la parole, Walter Hill préconise une politique conjointe d’indépendance dans le cadre de l’ONU, qui se défend de tout alignement soit sur l’URSS, soit sur les États-Unis. C’est dans la mesure où ce noyau primitif est constitué qu’il envisage l’agrégation des « petits voisins », Belgique, Luxembourg, Pays-Bas. La France et la Grande-Bretagne ne « deviendraient pas un groupe exclusif, autonome, mais un groupe qui étendrait la coopération au reste du monde »172. Exprimant le point de vue français, Henry Helbronner accorde lui aussi une place de tout premier plan au couple franco-britannique : « Je crois qu’il n’est pas téméraire d’affirmer que ce grand espace de l’Occident ne pourra jamais se réaliser si Grande-Bretagne ou France en sont absentes »173. Le principal intérêt d’une telle union est à ses yeux la mise en commun des deux grands marchés d’exportation que constituent leurs Empires. Au-delà de la constitution de ce groupement régional, il conçoit son intégration dans une organisation mondiale et sa collaboration avec les États-Unis. Le projet du CAED est celui d’une Europe atlantique tel qu’il a pu germer dans le rapport Courtin à l’été 1943, où il est dit que « sentimentalement et politiquement, [la France] se sent plus atlantique qu’européenne »174. En l’occurrence, les références de Helbronner, tout comme celles de Daniel Serruys qui aborde lui aussi la question à la fin de l’exposé de Paul Van Zeeland, sont d’abord anglo-saxonnes : tous deux citent Clarence Streit et Walter Lippman, qui popularisèrent l’idée d’un groupement occidental de l’Europe, première étape d’une communauté atlantique175. Le premier a créé en 1940 un mouvement Union Now destiné à promouvoir une union fédérale entre les États-Unis et la Grande-Bretagne qui pourrait ensuite s’étendre à d’autres démocraties occidentales176. Le second, le journaliste Walter Lippman concevait dès 1943 le rapprochement dans les termes suivants : « L’océan atlantique n’est pas une frontière entre l’Europe et les Amériques. C’est la mer intérieure d’une communauté des nations, alliées les unes aux autres par la géographie, par l’histoire et par une vitale nécessité »177. Intervenant deux ans après ces conférences au congrès de la Confédération générale du commerce et de l’industrie à Alger, en avril 1948, Jacques Lacour-Gayet confirme la préférence atlantique et libérale du CAED : « […] J’imagine ce grand espace européen entouré d’une barrière douanière unique, que mes préférences personnelles voudraient voir communes à celles de l’Union française, du Commonwealth britannique et de tout ou partie du continent européen. […] L’union économique et douanière de l’Europe occidentale peut et doit se faire. Elle peut et doit ouvrir une voie nouvelle au capitalisme libéral, à la libre entreprise, dont l’épanouissement a concordé avec un des siècles les plus heureux de l’humanité »178. Il interprète enfin la signature du pacte de Bruxelles le 17 mars 1948 comme un « acte véritablement générateur de l’union européenne »179.

  • 180 Henry Helbronner, France…, op. cit., p. 27.
  • 181 Ibid., p. 28-35.
  • 182 Albert Calmés, Luxembourg…, op. cit., p. 27.

60Cette conception atlantique du CAED ignore, plus qu’elle n’exclut, l’Allemagne. Est-ce parce que poser le problème est perçu comme prématuré ? Ou comme un acte trop politique que l’on souhaite esquiver ? Une exception notable toutefois, celle de Henry Helbronner qui justement n’envisage la question que sur le seul terrain économique. L’union avec l’Allemagne de l’Ouest est envisagée comme une seconde étape de l’intégration et au terme de l’énumération d’autres candidats potentiels : la Suisse, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, les nations Scandinaves180. Centre sidérurgique essentiel, l’Allemagne est un enjeu de l’Europe économique de demain qui ne peut être ignoré. Helbronner rappelle ainsi que « l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, l’Union belgo-luxembourgeoise ont produit en 1938 à peu près autant de fonte et d’acier que les USA » et que la moitié de la production d’Europe occidentale provenait du Reich. La prise en charge de la reconstruction économique allemande s’impose à l’Europe181. Mais, à cette exception près, les conférenciers du CAED ne considèrent pas en 1946 l’Allemagne comme un élément du groupement occidental préconisé. Cette attitude est renforcée par un thème dominant la vision de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas : celui de la sécurité. Pour Albert Calmés, elle ne s’obtiendra qu’en faisant le choix du « monde latin » plutôt que du « monde germanique »182. On ne s’étonnera donc pas de l’entendre tout comme Paul Van Zeeland, défendre l’union européenne comme le salut des « petits pays ».

2. Le ciment des « petits pays »

  • 183 Thierry Grosbois, « Les projets des petites nations de Benelux pour l’après-guerre (1941-1945) », (...)
  • 184 Thierry Grosbois, « Les projets… », op. cit., p. 105.
  • 185 Ibid., p. 108 et p. 118.
  • 186 Paul Van Zeeland, Belgique…, op.cit., p. 40.
  • 187 Albert Calmès, Luxembourg…, op. cit., p. 21.
  • 188 Ibid, p. 24.
  • 189 Albert Calmès, Luxembourg…, op. cit., p. 20.

61Les déclarations de Van Zeeland et Calmés confortent les analyses faites ultérieurement par les historiens183. Belgique, Luxembourg, Pays-Bas ont immédiatement compris l’intérêt que représentait pour leur sécurité un groupement régional. Souvent malmenés par l’Histoire, ils ont cependant expérimenté de manière précoce des formes d’union, qu’elles aient échoué – on pense aux tentatives du Luxembourg avec la France sous Louis-Philippe ou au lendemain de la Première Guerre mondiale – ou réussi – ainsi de l’union belgo-luxembourgeoise en 1921, puis de la convention instituant le Benelux en septembre 1944. Leur existence a été une nouvelle fois remise en cause durant la Seconde Guerre mondiale : Churchill a ainsi en mai 1942 suggéré la réunion de la Belgique, de la Hollande et du Danemark au sein d’une fédération des Pays-Bas ; Roosevelt a caressé en mars 1943 l’idée d’une Wallonia constituée par la Wallonie, le Luxembourg, l’Alsace-Lorraine et une partie du nord de la France184. Ancien membre de la Commission pour l’étude des problèmes d’après-guerre dont les travaux préliminaires remontent à janvier 1941, Paul Van Zeeland avait eu dès cette époque l’occasion de réagir à ces projets et de prôner la constitution d’un « groupement régional où la Belgique entrerait de plain-pied avec d’autres éléments constitutifs »185. Il réaffirme en 1945 que l’Europe est « la meilleure défense des petits pays ». Ils demeureront maîtres de leur destinée, en même temps que rattachés sur un pied d’égalité à des organismes supérieurs où ils feront « sentir leur action […] de façon que […] leurs droits ne soient plus menacés comme ils l’ont été si souvent au cours du dernier siècle »186. Le bénéfice économique d’une union s’impose avec autant de vigueur : les marchés intérieurs sont devenus insuffisants pour fournir des débouchés à une production de masse. « Le seul moyen des [petites nations] d’éviter l’étouffement est l’intégration d’un groupement économique. Il n’est pas paradoxal de dire qu’elles s’assurent la liberté économique en aliénant leur liberté économique »187. Une telle union permettra au Luxembourg d’avoir accès à la Lorraine, et au-delà à la Sarre en abrogeant une frontière qui est « depuis un siècle, le cauchemar de l’exportation agricole et industrielle luxembourgeoise »188. À cela s’ajoute, outre les affinités culturelles que les intervenants se plaisent à rappeler, le sens supranational constitutif des petits pays. De par l’exiguïté du territoire, leurs habitants ont recours au voyage, à l’étude à l’étranger plus fréquemment qu’ailleurs et se forgent naturellement une double culture. « Le Luxembourgeois se sent européen », affirme Calmès189.

3. L’intégration des économies

  • 190 Jacques Lacour-Gayet, « Projets d’union douanière », Propos d’un libéral, p. 72.

62Dans le domaine économique, un pas décisif est franchi par le CAED par rapport aux projets d’avant-guerre. Est visée à long terme une intégration économique des États européens, seule capable de répondre aux défis causés par la croissance économique et l’expansion des consommations et des marchés. Dans le domaine de la production, Paul Van Zeeland insiste sur la nécessité de dresser un plan de redressement commun. Walter Hill précise qu’il faudrait établir un plan d’investissement unique pour l’ensemble de l’Europe occidentale afin de moderniser les équipements. Le premier du groupe, il conçoit l’esquisse d’une communauté du charbon et de l’acier qui, ajoute-t-il, ne serait pas la résurrection des cartels d’avant-guerre : « Les industries du charbon, du fer et de l’acier en Europe occidentale pourraient entrer dans le monde d’un complexe unique ». Cette proposition, hardie dans la mesure où elle émane d’un cercle qui, dans l’entre-deux-guerres, réprouvait par principe tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une entente et était susceptible d’entraver le libre jeu de la concurrence, va se trouver confortée par l’appui inattendu de Jacques Lacour-Gayet lors d’une conférence à l’Académie des sciences morales et politiques. En raison de l’accroissement de l’industrialisation et de la tendance à un nouveau protectionnisme, Lacour-Gayet estime qu’ « il n’est qu’une solution, celle d’admettre, au moins à titre temporaire, une certaine « cartellisation » des industries dans le cadre des pays associés, un programme concerté de production et d’exportation ». « C’est là », reconnaît-il, « une concession importante que les libéraux les plus convaincus doivent savoir faire au succès de la cause de l’union douanière »190.

  • 191 Charles Rist, « La reconstruction du commerce mondial », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p (...)
  • 192 Jacques Lacour-Gayet, « Projets d’union douanière », Propos d’un libéral, p. 73-74.
  • 193 Id., « Plaidoyer pour la monnaie », Propos d’un libéral, p. 93. L’idée sera reprise et défendue av (...)

63Dans le domaine des échanges, Lacour-Gayet insiste sur la nécessité de parvenir à une égalisation des prix de revient en uniformisant les salaires, les charges sociales et en veillant à ce que des pratiques déloyales de subventions ou de dégrèvements fiscaux ne viennent fausser le jeu de la concurrence. Il insiste d’autre part sur la stabilisation des monnaies européennes, élément essentiel de l’intégration. On a vu dans le chapitre précédent la place capitale tenue par le monnaie dans le programme de stabilisation intérieure des libéraux. Charles Rist, Jacques Rueff, Edmond Giscard d’Estaing, Jacques Lacour-Gayet développent une argumentation similaire dans le domaine des relations économiques internationales. Les premiers n’hésitent pas à réclamer le retour à l’étalon-or. Charles Rist déclare nettement en 1946 : « Pour que le commerce international puisse reprendre, la première condition est le rétablissement d’une monnaie internationale, et cette monnaie, je le dis malgré toutes les attaques auxquelles je sais que ce truisme expose ceux qui le répètent, cette monnaie internationale, c’est l’or »191. Jacques Lacour-Gayet a une démarche plus progressive : durant l’été 1947, il réclame la « tranférabilité » des monnaies européennes, c’est-à-dire leur libre convertibilité entre elles. La création d’une monnaie unique lui semble prématurée, tout comme il hésite sur le choix de l’étalon, or ou dollar192. En 1948, il commence à envisager le passage à une monnaie commune entre les États associés et préconise le retour à l’étalon-or193. Avec l’idée d’une monnaie unique, Lacour-Gayet rencontre un dernier bastion auquel le CAED ne s’était pas encore affronté : celui de la souveraineté nationale.

4. La remise en cause de la souveraineté nationale

  • 194 Paul Van Zeeland, Belgique…, op.cit., p. 38.
  • 195 Ibid., p. 40 : « Mais se servant de ses droits et acceptant ses obligations, il délègue certains p (...)
  • 196 Ibid., p. 29.
  • 197 Jacques Lacour-Gayet, « L’union économique européenne », op. cit., p. 100.

64Le premier au sein du groupe à avoir clairement remis en cause le dogme de la souveraineté nationale est Paul Van Zeeland. Dans sa conférence de 1945, il n’hésite pas à déclarer : « Nous nous sommes fait au début de ce siècle une conception de la souveraineté nationale qui était à proprement parler absurde et artificielle […]. C’est à nous de réviser une conception surannée de la souveraineté »194. S’élevant à l’avance contre toute objection de caractère nationaliste, il fait valoir que les obligations d’un État vont de pair avec ses droits et que l’évolution économique internationale implique une délégation de certains pouvoirs des États du futur groupement européen à des organismes supranationaux195. Cela implique une coordination minimale en matière de réglementation du travail, de politique fiscale et de finances publiques196. Lacour-Gayet développera en 1948 la même vision : « […] Des conséquences d’une haute portée résulteraient aussitôt d’un état de choses aussi nouveau. En premier lieu, une tendance à l’unification du statut économique, fiscal et social des producteurs des pays associés et, par voie de conséquence, une sorte d’égalisation du niveau de vie dans le cadre européen. […] Tout cela ne se ferait pas […] sans demander à ces nations, au profit d’un organisme fédéral, quelques concessions sur leur souveraineté »197. L’aboutissement de cette intégration économique serait donc « la création d’une monnaie unique, ce qui supposerait une véritable organisation fédérale », étape ultime abordée avec prudence, on l’a vu. Le projet d’union européenne du CAED et de la mouvance libérale qui l’entoure se structure véritablement après 1945, n’hésitant pas à enfreindre deux tabous de l’entre-deux-guerres : la libre concurrence et la souveraineté nationale. On observe cependant que ces remises en cause ne s’effectuent que dans le domaine économique. Leurs implications strictement politiques ne sont pas étudiées, notamment la principale d’entre elles : la nature du contrôle exercé sur les diverses organisations économiques. Par ailleurs, on ne trouve nulle esquisse d’éventuelles structures fédérales de l’Europe : assemblée européenne ou Commission. Quant à la question d’une défense et d’une politique étrangère communes, elle n’est pas encore posée.

5. La voie de la régionalisation

  • 198 Charles Rist, « La reconstruction… », op. cit., p. 186.
  • 199 Jacques Lacour-Gayet, « Projets… », op. cit., p. 75.
  • 200 Cf. Pierre Guillen, « Le projet d’union économique entre le France, l’Italie et le Benelux », dans (...)
  • 201 Jacques Lacour-Gayet, « Projets… », op. cit., p. 81.

65Le projet du CAED entérine enfin la démarche qui s’était dégagée dans l’entre-deux-guerres : construire l’Europe, non pas de manière autoritaire et immédiate en décrétant l’union douanière de tous les pays la composant – en l’occurrence, ramenés aux seize pays ayant accepté l’offre Marshall –, mais en la réalisant progressivement par agrégation de groupements régionaux. Ce thème est défendu avec vigueur dès 1945, on l’a souligné, par Serruys et Van Zeeland. Charles Rist a la même position pragmatique et préconise lui aussi des « fédérations régionales, aussi larges que possibles, sans [se] faire d’illusion qu’à l’heure où nous sommes l’ensemble des pays puisse être ainsi groupé en une seule fédération »198. Lacour-Gayet la reprend à son compte et défend « l’agrégation à un État ou groupe d’États » déjà unis dans le domaine tarifaire, comme le seul mode de rapprochement réaliste. Erigeant en modèle la « méthode prudente et sage, scientifique et méthodique » qui a permis la constitution du Benelux, il appelle de ses vœux une union similaire entre le Benelux et la France199. De même prend-il position dans le débat en cours depuis juillet-août 1947 sur une éventuelle union franco-italienne200. En dépit des difficultés prévisibles dans le domaine agricole – concurrence des producteurs de primeurs et de fruits –, il fait valoir l’intérêt de l’ouverture d’un marché intérieur de près de cent millions de consommateurs et d’une libre circulation des personnes « qui permettrait au profit de la France, une immigration des travailleurs qualifiés, dont notre pays a un besoin des plus urgents […] »201.

66Fin 1947, le CAED a achevé l’élaboration d’un projet européen dont certains grands thèmes vont être précisés et relayés par la Ligue indépendante de coopération européenne. En raison de sa prééminence économique sur les mouvements européens, elle s’érige en interlocuteur du Quai d’Orsay au moment du discours du général Marshall en juin 1947.

B. DE LA RÉPONSE LIBÉRALE AU PLAN MARSHALL AU CONGRÈS DE LA HAYE

67Le mois de juin 1947 est un moment important de l’histoire des mouvements européens, car le discours prononcé par le secrétaire américain Marshall, à l’université d’Harvard, le 5 juin, a contribué à accélérer leur processus d’unification. C’est notamment une occasion exceptionnelle pour la Ligue de rendre publiques des réflexions jusque-là cantonnées dans des cercles très restreints d’experts et de renforcer son audience au sein des milieux pro-européens et des pouvoirs publics. Sa formation officielle en est aussi accélérée.

  • 202 Nous en avons publié quelques extraits dans le recueil de textes Les cercles économiques et l’Euro (...)
  • 203 Ce texte est publié dans Documents on the history of European integration, dir. Wilfried Loth, t. (...)
  • 204 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, séance préparatoire du 23 juin 1947.
  • 205 Gérard Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, 1992 (...)
  • 206 Gérard Bossuat, La France…,op. cit., p. 145 ; Michel Margairaz, L’État, les finances…, op.cit., p. (...)

68S’instituant dans un rôle de conseil, elle se fixe pour but de fournir au gouvernement « des éléments concrets de réponse aux offres Marshall ». Nous disposons d’un ensemble de documents inédits202, issus du secrétariat parisien de la LECE, relatif à la préparation du texte Action to be taken on Marshall’s offer rendu public par la Ligue le 30 juin 1947203. Les débats internes donnent matière à l’analyse de l’évolution du projet européen de ce groupe de libéraux confrontés aux difficultés économiques de la reconstruction. Les responsables de la LICE ont immédiatement compris l’importance du discours de Marshall et l’élan qu’il pouvait apporter à l’unification européenne. Ils organisent le 20 juin 1947 à Londres, à l’invitation du comité britannique – Harold Butler, Edward Beddington-Behrens, Lord Layton, Harold Macmillan et Arthur Salter –, une réunion préparatoire où est élaborée la première version du texte On Marshall’s offer, qui va servir de base aux discussions de la journée du 30. Ouvrant le 23 juin 1947 une séance préparatoire de la section française, Daniel Serruys l’inscrit dans le cadre des « circonstances favorables que suscite la proclamation par laquelle le général Marshall a invité, le 4 [sic] juin à Harvard, les États d’Europe à s’entendre […] » et dans la continuité des « récents pourparlers Bevin-Bidault »204. Les 17 et 18 juin 1947 a eu lieu en effet la rencontre du secrétaire d’État au Foreign Office et de son homologue français Georges Bidault. Elle arrive au terme d’une intense activité diplomatique entre la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis. Gérard Bossuat a montré que la France s’attendait dès la mi-avril à une initiative américaine et qu’elle s’était aussitôt employée à lier plus étroitement l’aide américaine à un projet d’ensemble de reconstruction européenne205. Elle dispose en la personne de son ambassadeur à Washington Henri Bonnet d’un observateur vigilant de la diplomatie du Département d’État et en celle d’Hervé Alphand, directeur des Affaires économiques au Quai d’Orsay, d’un partisan de l’unité européenne. Tout en laissant apparemment l’initiative aux Européens pour préparer des propositions concrètes, les Américains font savoir qu’un programme construit sur le modèle du Plan Monnet aurait leur nette préférence206. Sous l’influence directe de Jean Monnet lui-même, le Quai d’Orsay soutient un programme de redressement qui serait confié à un comité directeur quadripartite et six comités ad hoc par grand produit (agriculture, énergie, transports, sidérurgie, matières premières, balance des paiements) et non à une grande conférence internationale sous l’égide de la commission économique de l’ONU. En outre, les Français insistent pour que l’URSS soit associée aux travaux.

  • 207 Gérard Bossuat, La France…, op.cit., p. 147.
  • 208 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 752-755.
  • 209 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, réunion de (...)
  • 210 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, réunion de (...)

69À la suite de l’entrevue qui a lieu entre les ministres des Affaires étrangères français et britannique, il est décidé le 17 juin de tenir dès la fin du mois une conférence à trois, incluant l’URSS, pour décider de la réponse officielle de l’Europe à l’offre des États-Unis. La conférence des Trois débute à Paris le 27 juin 1947 et rassemble les ministres des Affaires étrangères : Bevin, Bidault et Molotov. C’est durant la conférence, dans la journée du 30 juin, que la LICE tient la grande réunion que nous allons évoquer. La diplomatie franco-britannique a adopté l’idée de faire procéder à un inventaire des ressources et besoins de chaque pays par des comités spécialisés. En revanche, elle élude la question précise de la construction européenne et des rapports douaniers entre pays bénéficiaires de l’aide207. Or, il s’agit d’une question sur laquelle Hervé Alphand a réfléchi à plusieurs reprises. En septembre 1943, il rédigeait une note de sept pages où il envisageait, dans le cadre des importations pour la reconstruction, qu’on coordonnât les productions européennes et qu’on créât des unions douanières ; en octobre, lors d’un déjeuner avec le général de Gaulle, il défendit la constitution rapide en Europe de « secteurs d’échanges libres plus étendus que les territoires nationaux »208. Nous avons déjà souligné sa convergence de vues avec le CAED sur cette question. Dans quelle mesure les liens entretenus avec la LICE ont-ils pu contribuer à conforter son opinion ? La question ne peut manquer de se poser si l’on se souvient que le mois de juin a été l’occasion de rencontres entre les dirigeants de la Ligue et le directeur du Quai d’Orsay; rappelons, pour mémoire, l’entrevue du 23 juin après-midi avec Serruys. C’est étroitement que la Ligue va suivre l’avancement de la conférence des Trois et les vues exprimées par Serruys ne sont pas éloignées de celles d’Alphand. Inversement, on ne peut sous-estimer l’influence qu’ont pu avoir sur Hervé Alphand des discussions informelles avec des personnalités aussi averties que Serruys. Alphand est d’ailleurs prévu parmi les convives du déjeuner offert le 30 juin par la section française de la LICE209. On ne peut donc que souligner l’étroite communauté intellectuelle de vues entre les dirigeants français de la Ligue et ce dignitaire important du Quai d’Orsay. Pourtant, lors des discussions diplomatiques, la France demeure en retrait par rapport à ces projets initiaux d’une union douanière, estimée prématurée, ce qui ne manque pas de décevoir et de renforcer l’activisme de la LICE. C’est donc sous la pression d’une actualité immédiate urgente que se déroule la réunion des dirigeants de ses comités nationaux. Serruys ne se privera pas dans son allocution inaugurale d’évoquer avec pessimisme « le travail qu’étaient censés faire – je dis, étaient censés faire, car les nouvelles à cet égard ne sont pas trop encourageantes ! – M. Bevin, M. Bidault et M. Molotov »210.

1. La récusation de l’hégémonie américaine

  • 211 Ibid., p. 5.
  • 212 Ibid., p. 24.
  • 213 Ibid., p. 16-17.

70La réponse à apporter à l’offre Marshall a donné lieu à un premier texte, conçu le 20 juin à Londres, qui est l’objet, le 30 à Paris, de discussions tatillones, mais révélatrices, relatives à l’emploi de certains mots. L’argumentation de la LICE se structure autour de trois points. Elle est fondée en premier lieu sur un fort souci d’indépendance vis-à-vis des États-Unis qui se traduit par l’affirmation de l’antériorité de la réflexion sur l’union européenne et par la volonté de ne pas se laisser imposer un modèle de reconstruction extra-européen. Rappelant les rencontres organisées depuis deux ans par le CAED, Daniel Serruys livre l’état d’esprit qui préside à la réunion : « Comme vous le voyez, nous préexistions […]. Dans la présentation de notre position, nous devons, me semble-t-il, bien marquer ce point de vue et montrer que nous sommes d’autant plus prêts à nous associer à l’initiative américaine que, déjà, pour des raisons qui la dépassent, nous étions non pas des convertis, mais des convaincus ! »211. Pour Edmond Giscard d’Estaing, « la proposition Marshall serait en somme une sanction apportée par l’expérience de ce que [les Européens n’ont] cessé de dire »212. Au-delà, les dirigeants de la LICE se soucient de préserver l’Europe de la diffusion d’un modèle productif américain qui nierait la spécificité du marché européen. Ils ne tranchent pas, mais, à l’instar de ce que nous avions vu germer lors des débats sur la distribution dans les années trente à la CCI, ils posent la question de l’adaptation de ce modèle aux caractères originaux des marchés nationaux. S’agira-t-il de « maintenir la caractéristique de la production qui est d’être modérée dans ses proportions et de rechercher l’optimum des affaires plutôt qu’une production en masse ? » Ou bien d’aller « vers une répartition d’affaires sur le continent à l’américaine ? »213 Daniel Serruys souligne aussi que se posera tôt ou tard un problème de formation technique des hommes d’affaires européens, et que ceux-ci devront vraisemblablement faire appel à des experts américains, s’ils n’anticipent pas et ne contrôlent pas les modifications possibles de leur propre marché.

2. L’opposition à la mise en place d’un dirigisme international

  • 214 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, réunion de (...)
  • 215 Ibid., p. 4. Cf. l’observation de Lacour-Gayet, l’année suivante devant la Confédération générale (...)
  • 216 LECE, séance du 30 juin 1947 (matin), p. 25.
  • 217 Ibid., p. 5.
  • 218 LECE, séance du 30 juin 1947 (matin), p. 22.

71Par ailleurs, la revendication d’un programme de reconstruction spécifiquement européen est liée à la seconde préoccupation du groupe libéral : ne pas contribuer à l’établissement d’un dirigisme international. Daniel Serruys et Edmond Giscard d’Estaing établissent une corrélation forte entre leur combat intérieur pour la libéralisation de l’économie et celui pour la libération des échanges. « Le milieu que nous représentons est fermement attaché, dans toute la mesure où nous pouvons la préserver, à l’idée de la liberté et de la responsabilité individuelle. [Il convient de] préserver tout ce qui nous a toujours semblé être le moteur de tout progrès, c’est-à-dire l’action individuelle et la liberté d’entreprise… », affirme Serruys214. De manière significative, il emploie le terme de « programme » pour parler de la reconstruction, et non celui de « plan »215. De son côté, Giscard d’Estaing demande clairement qu’on se garde de développer « un dirigisme supernational, comme si nous estimions que le dirigisme national est déjà une chose magnifique et qu’il le sera plus quand il sera couronné par une planification générale »216. Les deux hommes sont d’accord sur le principe du refus d’une hégémonie américaine. « Si, dans l’organisation actuelle de l’Europe, nous disons : « vos plans de production et de répartition seront soumis à l’Amérique et passés au crible par elle, c’est elle qui décidera s’ils sont oui ou non acceptables », cela donnera l’impression non pas d’un super-État, mais d’une super-administration se substituant au principe de la libre initiative, de la libre entreprise et des libres accords », déclare Serruys. Il est cependant conscient de la dépendance européenne vis-à-vis des États-Unis. « Notez qu’en fait nous arriverons nécessairement à cela », ajoute-t-il avec lucidité. Son souci principal est donc de préserver l’image que les Européens peuvent avoir de leur propre puissance. Aussi sa remarque est-elle révélatrice de la conscience du poids croissant des opinions publiques sur la politique étrangère. « Je crois que ce serait manquer de tact vis-à-vis de l’opinion publique », précise-t-il, « de montrer qu’au fond elle n’a compris le problème que du jour où l’Amérique l’y a invitée et qu’elle ne se rangera à certains points de vue que le jour où les paiements se feront en dollars »217. Aussi recommande-t-il que la réponse officielle de la LICE tienne compte de ce paramètre devenu fondamental. Insister sur l’influence américaine « correspond admirablement à la mentalité du général Marshall et correspond peut-être moins à la mentalité des États de l’Europe occidentale »218.

  • 219 Ibid., p. 26.
  • 220 Ibid., p. 27.
  • 221 Ibid, p. 15.

72Edmond Giscard d’Estaing demande de son côté que soient rectifiées certaines formulations du texte initial qui sonnent comme une apologie des méthodes dirigistes. L’un des paragraphes débutait par une mention des « avantages d’une planification continentale ». Autant Giscard d’Estaing admet que l’expérience pendant la guerre du Combined Production and Ressources Board de Washington ait pu inciter Marshall à encourager l’emploi d’une telle méthode de travail une fois la paix revenue, autant il se refuse à considérer a priori comme une panacée la création d’organismes dirigistes. Il refuse aussi que le futur organisme chargé de la gestion de l’aide soit appelé « bureau de planification européenne » et demande que l’on parle « d’un organisme intergouvernemental européen »219. Paul Van Zeeland lui fait observer qu’en l’occurrence la rédaction initiale du texte en anglais a introduit une ambiguïté. Le terme « planning » peut avoir une signification moins coercitive que le terme « planification » en français. Se ralliant à la suggestion de Walter Layton, il propose de parler de « bureau de coordination »220. Lui serait impartie la conception du programme commun destiné à harmoniser besoins et ressources des pays européens. Mais, une fois ce programme établi, « l’exécution reste entre les mains d’initiatives privées et des forces les plus vives dans chaque État ». En définitive, la formule de compromis de « bureau européen de coordination des plans » sera adoptée. Pour le cercle libéral constitué par la LICE, l’objectif final est bien le retour à une économie libre, animé par les hommes d’affaires, et non par les États; la méthode préconisée est le renforcement de la coopération intergouvernementale, non le développement d’une voie supranationale. En ce qui concerne la démarche adoptée pour la détermination des besoins européens, Serruys obtient l’adhésion de la LICE à la démarche préconisée par Hervé Alphand, qui repose sur la définition d’un « ordre de priorités ». Il situe en bonne position la nécessité d’établir l’inventaire des besoins immédiats, le programme d’équipement privé, puis le programme d’équipement public peu favorisé, selon lui, dans les budgets de l’Europe. Mais la spécificité qu’il souhaite imprimer à la réponse de la Ligue est de placer en premier l’abaissement des barrières douanières, et donc d’inverser la démarche du gouvernement français. « Si les États se trouvaient devant l’obligation de faire une politique d’ajustement des marchés du fait même qu’ils ont mis ces marchés en commun, le second point qui est l’ajustement de la production industrielle […] se trouverait déjà amorcé […] »221.

3. Le débat autour de la question douanière

  • 222 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, Indépendant League for European Cooperation, Paris (...)
  • 223 Ibid, p. 10.
  • 224 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du (...)
  • 225 Ibid, p. 7.
  • 226 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du (...)
  • 227 Cf. Gérard Bossuat, La France…, op. cit., p. 145. Cf. sa remarque plus générale, p. 161 : « Pourta (...)

73Serruys se heurte au cours de la discussion à l’opposition de Walter Layton, non suspect, comme il le fait valoir, d’être un protectionniste. Pour Layton, la question douanière est prématurée ; Marshall, ancien responsable du Combined Production and Ressources Board de Washington, a bien en vue la poursuite de la méthode qui a fait ses preuves en temps de guerre. À sa suite, Edward Beddington-Behrens répète que l’obtention des dollars américains est subordonnée à la présentation d’un plan sur l’emploi de ces dollars222. Ce débat va se prolonger lors de la reprise des discussions, dans l’après-midi du 30 juin. L’un des paragraphes de la version remaniée du texte stipule qu’« un effort concerté de cet ordre suppose le retour à la liberté du commerce et la suspension totale ou partielle des droits de douane sur les principaux produits nécessaires à la reconstruction ». Or, Harold Mac Millan explique à son tour que le terme « free trade » qui rend compte de l’expression française « liberté du commerce » a un sens particulier en anglais223. La position britannique, relayée chez les Français par Jacques Chastenet, est de refuser d’élaborer une pétition de principe en faveur de la restauration du libre-échange, mais de soutenir une baisse tarifaire qui optimisera l’efficacité du plan Marshall. Serruys propose de parler plutôt de « l’abolition des obstacles au commerce » et Giscard d’Estaing de préciser que, dans ce cas-là, la suspension des droits de douane doit concerner en priorité les produits prévus dans le plan Marshall224. Ce qui se joue en fait au travers de cette question, c’est le passage de la reconstruction économique à la construction européenne. On observera que la position franco-britannique établie pour la conférence de Paris en cours a esquivé le problème. La LICE se montre en l’occurence plus hardie que la diplomatie officielle. Pourtant, c’est sur ce troisième point qu’apparaissent des divergences en son sein. Les uns comme Layton, Beddington-Behrens et Chastenet souhaitent se cantonner dans une stricte réponse à l’offre Marshall; minoritaires, Serruys et Giscard d’Estaing estiment que c’est l’occasion de forcer concrètement le destin de l’Europe et de soutenir un geste décisif en faveur de l’établissement d’un véritable marché européen. Daniel Serruys refuse d’esquiver la question fondamentale du retour au libre-échange qui conditionne toutes les autres : « Il faut que les échanges existent et quand il y en aura qu’ils soient soumis à des droits de douane abaissés »225. La levée des obstacles d’ordre quantitatif – prohibitions, contingents – conditionne tout le reste. En bornant aux pays touchés par l’aide Marshall la zone qui bénéficiera prioritairement de la levée des droits, Edmond Giscard d’Estaing esquisse une première aire d’union douanière. Souscrivant à ce point de vue, Paul Van Zeeland clôture le débat en précisant que la levée des droits concerne non seulement les produits livrés par l’Amérique, mais également les produits livrés d’un pays européen à l’autre : « Le plan général, c’est d’abord une aide intereuropéenne »226. Les hésitations de la Ligue sur la question douanière reflètent l’attitude générale de la diplomatie française. Le monde des affaires tergiverse aussi en cet été 1947 : faut-il orienter l’aide vers la modernisation intérieure ou vers l’Europe227 ? Cependant la LICE demeure elle-même, dans le texte définitif rendu public, en retrait. Elle ne fait absolument pas état d’un dernier point fondamental abordé par Serruys dans la matinée : la régionalisation de l’Europe. Cela paraît surprenant si l’on se réfère aux conférences du CAED sur l’Occident européen en 1946 : leur vertu principale a été de vulgariser cette notion apparue à la fin des années vingt.

  • 228 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du (...)
  • 229 Ibid. Une déclaration de la Ligue indépendante de coopération européenne, p. 4.
  • 230 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du (...)
  • 231 Cf. Gérard Bossuat, La France…, op. cit., p. 157-164.

74La régionalisation de l’Europe est un thème cher à Serruys. On ne peut qu’être frappé par les parallèles constants qu’il établit après 1945 avec la situation d’avant-guerre. Faisant une nouvelle fois mention de l’échec des règlements universels que voulait faire prévaloir la S.D.N., il répète que « la nécessité de faire une organisation régionale a été démontrée et par la vanité et par l’insuffisance des règles œcuméniques que défie la disparité des conditions de fait dans le monde […] »228. Ce thème ne rencontre aucun écho parmi les participants de la journée du 30 juin, ce que Serruys ne manque pas de relever : « Si je comprends bien, ce que j’ai dit tout à l’heure n’a pas été retenu. On pourrait faire une petite insertion que nous verrions ensemble, pour montrer que nous n’avons qu’un seul moyen pour ne pas revenir à ce qui a fait faillite plusieurs fois depuis l’autre guerre : ce moyen, c’est de faire une organisation régionale ». Or la déclaration finale de la LICE ne reprendra pas ce thème, se bornant à dire de manière elliptique qu’ « une fois que les avantages d’une coordination continentale auront été démontrés à tous, la voie pourra se trouver ouverte pour des projets de plus longue portée »229. On observera enfin qu’une autre question fondamentale a été soigneusement éludée : celle de la place de l’Allemagne en Europe. Seuls Guillaume Konsbruck, le président de la section luxembourgeoise de la LICE, et Serruys y font allusion à la fin de la réunion230. L’explication est conjoncturelle : la LICE prend officiellement position alors qu’une conférence diplomatique décisive est en cours à Paris et qu’il est encore permis d’espérer ancrer l’URSS dans l’Europe à bâtir, même si son désengagement se précise heure après heure. L’union douanière demeure à l’été 1947 une hypothèse d’école pour les Européens, en particulier pour les Français. La conférence des Seize, qui se tint à Paris du 12 au 17 juillet, sans les pays de l’Europe orientale entraînés par le refus soviétique, fut concentrée sur l’organisation de la reconstruction. Il fallut des pressions américaines pour que le Quai d’Orsay se lançât dans l’élaboration de projets d’union douanière, disparates et non liés par une vision d’ensemble de l’Union européenne231.

4. La préparation du rapport économique de La Haye

  • 232 Ce rapport, dont la signature avait été prévue pour le 15 septembre 1947, fut l’objet de vives cri (...)
  • 233 LECE/ME, T. 3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947 (...)
  • 234 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du Mouvement européen. Comité français de liaison. Projet d (...)
  • 235 Ibid. Congrès de l’Europe. Cadre proposé pour le rapport économique.

75La LICE a trouvé dans les palinodies diplomatiques de l’été 1947 une motivation supplémentaire pour l’approfondissement de ses travaux et l’intensification de sa propagande, qui connut en mai 1948 un premier apogée avec le Congrès de La Haye, puisqu’elle fut chargée de la préparation du rapport économique et social. En décembre 1947, mentionnant les insuffisances relevées par les Américains dans le rapport final de la conférence des Seize232, Daniel Serruys appelle à un relais des initiatives privées devant le manque d’imagination des administrations : « Le cadre établi par ce rapport est vide ; il faut le remplir; les études privées, l’action privée y sont nécessaires, le relèvement européen et l’aide américaine à l’Europe nécessitent le concours de l’opinion publique et une volonté d’action méthodique »233. Des rapports préparatoires sont élaborés par les sections britannique, belge, néerlandaise et française de la Ligue. Il revient à Serruys et à Layton d’opérer la synthèse entre des points de vues parfois opposés234. Un important travail est fourni par la section britannique qui rédigea une note sur le Cadre proposé pour le rapport économique remis au Quai d’Orsay le 24 janvier 1948235. Elle entérine la division de l’Europe en se limitant aux « problèmes que pose l’intégration économique des seize « nations Marshall » et de l’Allemagne occidentale ». Elle pose comme but premier une « complète intégration par voie d’union douanière » et comme moyen une « série de mesures échelonnées sur un nombre considérable d’années ». Entre autres mesures immédiates figure, dans la continuité de ce que préconisait le CAED, la mise en place d’un système de préférences intérieures dans les limites de la zone européenne, comme étape intermédiaire vers une union douanière éventuelle.

  • 236 Lucien de Sainte-Lorette, L’union fédérale européenne, Paris, 1958, p. 115 : « Sa commission monét (...)
  • 237 Congrès de l’Europe, La Haye – mai 1948. Rapport économique et social soumis au Congrès par le com (...)

76Apparaît un élément encore inédit dans les textes officiels de la LICE : le retour à la convertibilité des monnaies comme mesure principale de libéralisation des échanges. Sous l’influence croissante de Giscard d’Estaing, spécialiste des questions monétaires et financières, et de Maurice Allais qui rallie ses rangs, la LICE va concentrer ses efforts sur le retour à la libre convertibilité des monnaies, objet de sa première publication à l’automne 1949 intitulée Un système de convertibilité des monnaies entre elles, et de sa première fierté politique puisqu’elle revendiquera la paternité de l’Union européenne des paiements (UEP) mise en place en décembre 1950236. Enfin, à plus long terme, l’intégration économique du projet libéral doit déboucher sur un plan plus vaste, « comprenant quelque système de défense mutuelle, lequel, à son tour, impliquerait le développement d’une attitude européenne plus ou moins commune dans les affaires internationales », thèmes nouveaux qui n’apparaissaient pas encore dans le projet du CAED. Le rapport définitif soumis au Congrès de La Haye constitue la synthèse et l’aboutissement des idées débattues depuis 1945 au sein du cercle libéral que nous avons défini. L’aide américaine est cantonnée dans le rôle de « moyen de démarrage » et de « stimulant » de l’économie européenne appelée, par son harmonisation, à recouvrer son indépendance. L’ouverture d’un marché européen est préconisée comme le seul facteur de modernisation et d’adaptation des économies et des entreprises nationales à l’essor de la production de masse et des progrès techniques. L’espace européen concerné n’est pas précisément défini, mais l’Europe occidentale constitue la zone de référence. La Grande-Bretagne et l’Allemagne y sont incluses. Le problème des structures de l’Europe est posé dans le cadre de la perpétuation du travail de gestion déjà effectué pour répartir l’aide Marshall par la commission économique de l’ONU et les comités spéciaux établis par la conférence des Seize. Mais elle a pour corollaire la question de la souveraineté nationale : « L’union économique de l’Europe ne pourra se réaliser sans l’acceptation de disciplines nationales et d’organismes communs à l’union. […] C’est dire que l’union comporte la dévolution d’une partie des pouvoirs dont jusqu’ici les États s’étaient jalousement réservé l’exercice ». Le rapport n’offre pas une vision très précise des organes destinés à diriger l’Europe. L’accent est mis sur F/exécutif défini comme un « conseil composé des ministres responsables des États associés », et assisté d’un « secrétariat permanent garantissant la continuité de l’action »237. Il est lancé un appel aux gouvernements afin qu’ils proclament immédiatement leur volonté commune de réaliser l’union européenne et qu’ils prennent une série de mesures rapides au premier rang desquelles l’abolition des contingents et l’institution de clearings multilatéraux préparant la convertibilité des monnaies. Enfin, la marche qui doit conduire ultérieurement à l’intégration économique est précisément indiquée : libre circulation des capitaux, union monétaire, assainissement simultané des politiques budgétaires et du crédit, harmonisation fiscale et union douanière.

77Le printemps 1948 clôture ainsi l’ère ouverte en 1925 par la création d’un Comité d’action économique et douanière qui tint un rôle majeur dans l’émergence du courant de pensée libéral appelé à devenir l’une des principales composantes françaises du Mouvement européen issu du Congrès de La Haye. Soutenu financièrement par le Groupement d’études des grands magasins, le CAED oscilla durant l’entre-deux-guerres entre une action de promotion du commerce extérieur et la défense des intérêts catégoriels du grand commerce intérieur. Cependant, à l’instar d’autres mouvements, quoiqu’avec avec plus de réserves, il se montra sensible à l’émergence de l’idée d’une union de l’Europe fondée sur le désarmement douanier. Il se distingua nettement de son principal concurrent auprès des milieux commerciaux, l’UDE, en se déclarant opposé à toute cartellisation des industries, incompatible avec l’idée qu’il se faisait de la vie économique qui devait être régie par la seule concurrence. Après 1945, il s’engagea nettement en faveur de l’Europe, corollaire, selon lui, du combat mené à l’échelon national pour une libéralisation des échanges. Bénéficiant toujours de l’appui des grands magasins, il parvint, en servant de plate-forme à la section française de la LICE à élargir ses appuis patronaux initiaux vers le monde industriel et bancaire et contribua à gagner de nouveaux secteurs à l’idée européenne. Parallèlement, le milieu des grands magasins développa une réflexion amorcée avant-guerre sur les avantages que procurerait une rationalisation à l’échelle européenne des circuits de distribution et mit en place ses propres organismes de réflexion et de représentation.

78C’est seulement à la Libération que le CAED produisit un schéma cohérent et précis de ce que devrait être la future construction européenne. Daniel Serruys et une nouvelle génération de dirigeants à sa suite ont tenu une place prépondérante dans l’élaboration de ce schéma. L’histoire de ce cercle libéral confirme le rôle de catalyseur qu’a eu la proposition du général Marshall. Il est par conséquent nécessaire de reconnaître l’opposition radicale de deux époques que sépare la Seconde Guerre mondiale et de ne pas anticiper sur celle des constructions européennes effectives. L’histoire des milieux du commerce montre en l’occurrence qu’il fallut un certain temps pour que la spécificité d’une organisation européenne se distinguât d’une réorganisation des relations commerciales internationales. Le libre-échange initial, et, somme toute, assez général, prôné comme idéal dans l’entre-deux-guerres, laisse la place en 1947-1948 à un projet qui n’hésite pas à enfreindre deux grands tabous de la pensée libérale : la libre-concurrence, tempérée par un encadrement de la production, et la souveraineté des États, remise en cause par une coordination sociale, fiscale et financière des économies.

79Peut-on d’autre part être véritablement surpris de ne trouver dans ces cercles quasiment aucun témoignage indiquant la prise en compte de la nouvelle donne politique en Europe ? – nous avons souligné que l’Allemagne n’est presque pas évoquée dans les documents que nous avons pu lire. Cela peut s’expliquer à la fois par les préoccupations du milieu d’où sont issus ces cercles et par le profil de leurs animateurs. Le grand commerce français n’éprouve certainement pas les mêmes préoccupations que la grande industrie française face à la situation allemande. Il n’a pas la responsabilité directe de la reconstruction matérielle du pays, ni le problème de l’accès aux matières premières. Par ailleurs, des hommes comme Serruys et Giscard d’Estaing ont une vision du monde de responsables économiques et financiers qui les conduit à être beaucoup plus vigilants vis-à-vis des initiatives anglo-saxonnes et de leurs conséquences sur l’économie européenne. Dans une certaine mesure, leur idée d’Europe est conçue comme un pôle de résistance à ce qui apparaît déjà comme une hégémonie américaine sur le monde occidental. En outre, cette ignorance – très relative – de l’Allemagne correspond à la période précise durant laquelle la France maintient une ligne politique dure sur la question allemande, fondée sur la séparation de la Rhénanie du reste de l’Allemagne et l’internationalisation de la Ruhr, soit jusqu’à l’hiver 1947. Dans une certaine mesure, le comportement de ce cercle libéral ne tranche pas sur celui de la majorité des autres responsables politiques et économiques. Jusqu’au tournant de l’année 1948, la construction effective de l’Europe bute sur l’absence de réponse donnée à la question allemande.

Notes

1 Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (Fenacomult), assemblée générale [AG] du 17 mars 1948, encadré sur Michel Chaudun.

2 Fenacomult, AG du 16 mars 1945, rapport de Jacques Lacour-Gayet, p. 8.

3 Fenacomult, AG du 19 mars 1946, rapport de Jacques Lacour-Gayet, p. 22.

4 Fenacomult, AG du 19 mars 1946, p. 9-10.

5 Cf. Michel-Pierre Chélini, « Inflation, dévaluations et politique monétaire en France (1944-1952) », Du franc Poincaré à l’écu, Paris, 1993, p. 313.

6 Cf. Thierry Grosbois, « Le Benelux et le Plan Marshall. Une union douanière face au roi dollar », Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, Paris, 1993, p. 515.

7 Cf. R.T. Griffiths et F. Lynch, « L’échec de la petite Europe : le Conseil tripartite (1944-1948) », Guerres mondiales et conflits contemporains, t. 38, n° 152, octobre 1988, p. 39-62.

8 Groupement d’études des grands magasins [GEGM], PV du 11 octobre 1945.

9 Fenacomult, PV du 19 octobre 1945.

10 PPMLG, dossier de remerciements Propos d’un libéral, lettre de René Micha du 25 octobre 1948. Allusion à la communication faite par Jacques Lacour-Gayet à l’Académie des sciences morales et politiques, Projets et essais d’union douanière.

11 Sur le rôle de cette Commission, cf. le témoignage de Marcel-Henri Jaspar, Changement de décors, Paris, 1972, p. 80-81.

12 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim, histoire d’un grand magasin, Paris, 1972, p. 151-153.

13 Ibid., p. 177-178.

14 Chambre de commerce et d’industrie de Paris [CCIP], 1-7.40 (1), CCI. Comité national français, ensemble sur 1946, circulaire n° 2.

15 Ernest Mercier, La conférence de Rye, publications du CAED, n° XXVI, Paris, 1945.

16 CCIP, I-7.40 (1), ensemble sur 1946, supplément à L’économie internationale, juin 1946.

17 CCIP, 1-7.40 (1), note de M. Daniel Serruys, La politique commerciale. Les cartels, juin 1945.

18 Archives Fenacomult. FIGED. Groupements internationaux des grands magasins. Ensemble sur l’AIGM. Association internationale des grands magasins pour l’étude des méthodes d’organisation. Document n° 382, novembre 1948. Rapport sur la situation économique présenté à la 34e réunion des chefs de maison par Henri Pasdermadjian.

19 Fenacomult, AIGM. Confidentiel. Copie n° 15. 52e réunion des directeurs. Coopération économique plus étroite en Europe et le rôle de l’Association.

20 Ibid.

21 Fenacomult, AIGM. Coopération économique…. op. cit.

22 Ibid. Extrait de la revue Commerce moderne, n° 143, mars 1962, « Les organisations internationales dans le grand commerce ».

23 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim,…, op. cit., p. 165.

24 Fenacomult, FIGED. Groupements internationaux des grands magasins, lettre du 4 décembre 1952.

25 Fenacomult, FIGED, Assemblée générale de la FIGED, 18 mars 1961.

26 Jean Meynaud, Dusan Sidjanski, Les groupes de pression dans la Communauté européenne, Montréal, 1969, p. 51-60.

27 Fenacomult, FIGED. Groupements internationaux et grands magasins. L’Association internationale de grands magasins et le Groupement intercontinental de grands magasins en face du Marché commun.

28 Jean Meynaud, Dusan Sidjanski, Les groupes de pression…. op. cit.

29 Fenacomult, FIGED. Conseil des fédérations commerciales d’Europe. Projet présenté par le Comité national belge, La distribution au regard du Marché commun européen, 27 janvier 1958.

30 Ibid., L’Association internationale de grands magasins et le Groupement intercontinental de grands magasins…. op. cit.

31 Lettre de M. Paul de Coster, archiviste de GIB-Group, du 15 décembre 1993.

32 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim op. cit., p. 188-192.

33 Fenacomult, AG du 19 mars 1946, rapport de Jacques Lacour-Gayet, p. 22.

34 Rapport à partir d’un exposé fait par Jacques Lacour-Gayet, le 21 mars 1946, à la CEGOS, après un voyage d’enquête aux États-Unis, cité par le Bulletin d’information de l’OID, numéro de juin 1946, p. 15 [AN, 68 AJ/46, s.d. 231].

35 Archives Fenacomult. Centre d’études du commerce. Les méthodes de commerce de détail aux États-Unis, Paris, 1947, « Impressions et enseignements » par Paul Naudin.

36 Cf. le témoignage de M. Max Heilbronn du 21 avril 1994.

37 Archives Fenacomult. Centre d’études du commerce. Les méthodes de commerce de détail…, op. cit., p. 7.

38 Ibid., « L’organisation des magasins. Leur structure interne », par Mme Ch. Billard, p. 41-44.

39 Ibid., « Allocution du 28 janvier 1947 », par Jacques Lacour-Gayet, p. 3-4.

40 Fenacomult, FIGED. Groupements internationaux des grands magasins. Organisation scientifique, 32e année, nos 6-7, juin-juillet 1958, Le Marché commun et la distribution des marchandises ; quelques considérations du Conseil d’administration des Galeries Anspach, à Bruxelles, p. 136.

41 Pierre du Bois, « Le Mouvement européen au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », Relations internationales, n° 48, hiver 1986, p. 406.

42 Walter Lipgens a été le premier à lancer des pistes de recherche documentées dans cette direction : cf. Documents on the history of European Integration, t. I Continental plans for European union (1939-1945), Florence, 1985 ; t. II Plans for European union in Great Britain and in exile, Florence, 1986 ; Europa-Föderationspläne der Widerstandbewegungen (1940-1945), Munich, 1986. Depuis ont paru : P.M.R. Stirk, D. Willis (eds), Shaping Postwar Europe. European unity and disunity (1945-1954), London, 1991 ; Wilfried Loth, Der Weg nach Europa. Geschichte der europäischen Integration (1939-1957), Göttingen, 1990 ; Michel Dumoulin (dir.), Plans des temps de guerre pour l’Europe d’après-guerre (1940-1947), Bruxelles, 1995.

43 À l’étranger, il n’y a guère que le mouvement Federal Union qui ait survécu à la Seconde Guerre mondiale; cf. John Pinder, « British Federalists (1940-1947) : from Movements to Stasis », Plans des temps de guerre…, op. cit., p. 247-274.

44 Cf. Pan-Europe (1923) et le mouvement paneuropéen. Guide de recherche établi par Lubor Jilek, Genève, 1994.

45 Walter Lipgens, Die Anfänge der europaischen Einigungspolitik (1945-1950), I. Teil : 1945-1947, Stuttgart, 1977, II/3/c, p. 332.

46 AN, Papiers René Cassin 382 AP/122, dossier 2, lettre de Lucien Coquet à René Cassin du 22 novembre 1944.

47 Walter Lipgens, Die Anfänge…, II/4/d, p. 358.

48 Lucien Coquet, Le problème européen et la conférence de la paix, Paris, 1946 [disponible à la bibliothèque de l’Organisation des nations unies à Genève].

49 Walter Lipgens, Die Anfänge…, op. cit., p. 359 : « Über die Struktur des neu zu schaffenden Systems bestanden nur unklare Vorstellungen : Einerseits wurden « wirtschaftliche Einigung » und « föderative Organisation » Europa gefordert, anderseits bewegten sich die konkreten Vorschläge zur Verwirklichung dieser föderativen Organisation insgesamt nur auf der Stufe bi- und multilateraler zwischenstaatlicher Abkommen. Dabei war Europa – auch im Frühjahr 1947 – noch ganz aus der Vorkriegstradition heraus als unabhängige Einheit von West –, Mittel- und Ost-Europa gedacht […].

50 Cf. Laurence Badel, « Du Vivarais a l’Europe : itinéraire d’un fédéraliste, Gaston Riou », Fédéral Conceptions in EU Member States : Traditions and Perspectives, Baden-Baden, 1994, p. 68.

51 Cf. les hommages répétés de son ancien collaborateur M. Jean-Pierre Gouzy : L’action fédéraliste européenne, n° 22, aout-septembre 1957, p. 12 ; Informations fédéralistes, juillet 1954, p. 4.

52 Cf. Laurence Badel, « Du Vivarais à l’Europe… », op. cit., p. 68-70.

53 Entretiens avec M. Lefebvre de Ladonchamps du 25 janvier 1992 et avec Mme Lemaresquier-Baron du 30 janvier 1992.

54 Archives de la LECE, 1949-1950, ensemble CAED, Informations (juillet-août 1945).

55 Notes remises par M. Hugues Colin du Terrail lors de l’entrevue du 9 avril 1992.

56 Entretien avec M. Lucien de Sainte-Lorette du 15 février 1992.

57 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du mouvement européen. Circulaire du directeur général du CAED de 1946.

58 Ibid, lettre de Lucien de Sainte-Lorette à Joseph Retinger, du 2 janvier 1948.

59 Entretien avec M. Roger Pichard du Page du 23 juin 1992.

60 Liste figurant dans le Bulletin du CAEE, n° 1, 15 mai 1951 ; référence donnée par Guillaume Kérouredan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : l’Association nationale d’expansion économique (décembre 1915-mars 1951), thèse de 3e cycle, Université de Paris-I, 1986, (dir. Jean Bouvier), p. 915.

61 Les articles de cet hebdomadaire avaient en effet déployé une rhétorique du « grand espace » analogue à celle d’un Lucien Coquet ou d’un Gaston Riou, et applaudi à Montoire, à l’invasion de l’URSS et au projet d’intégration de l’Est européen par l’Allemagne. Cf. 1 analyse des articles consacrés à l’Europe de L’Informateur de cette période bien menée par Guillaume Kérouredan, Un aspect…, op. cit., p. 889-892.

62 Entretien avec M. Yves Serruys le 25 octobre 1993.

63 Notice sur la vie et les travaux de Daniel Serruys (1875-1950) par Charles Malégarie, séance du 13 octobre 1952, Académie des sciences morales et politiques, Institut de France.

64 Cf. Pierre Lanthier, « Le patronat de l’industrie électrique », in Histoire de l’électricité en France, Paris, t. II, 1994, p. 240.

65 Cf. le témoignage de son second fds Jean Serruys dans De Colbert au Marche commun, Paris, 1970, p. 294 et l’ouvrage alors en cours de traduction, et dont Yves Serruys nous avait donné quelques pages : Nicole Vanraes-Van Camp, Yvonne Serruys (1873-1953), Menen, 1987.

66 Entretien avec M. Hugues Colin du Terrail du 9 avril 1992.

67 Brigitte Henau, Paul Van Zeeland en het monétaire, sociaal-economische en Europese beleid van België ca 1920-1960, thèse d’histoire soutenue à Louvain en avril 1992. Id., dans la Lettre d’information des historiens de l’Europe contemporaine (LIHEC), juin 1987, p. 103-104.

68 Michel Dumoulin, « Les débuts de la Ligue européenne de coopération économique (1946-1949) », Res Publica, n° 1, 1987, p. 99-118.

69 Paul Van Zeeland, La Belgique…. op. cit., p. 28.

70 Michel Dumoulin, « La mission Van Zeeland. Essai de clearing diplomatique de l’appeasement (1937-1938) », Relations internationales, n° 39, automne 1984, p. 355-372.

71 Marcel-Henri Jaspar, Changement de décors, Paris, 1972, p. 57-71.

72 Paul Van Zeeland, La Belgique et l’Occident européen, Paris, 1945, introduction de Daniel Serruys, p. 12.

73 Ibid., p. 34.

74 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1982, p. 586.

75 Paul Van Zeeland, op. cit., p. 26.

76 Ibid., p. 10.

77 Michel Dumoulin, « Les débuts… », op. cit., p. 105-113 ; Id. en collaboration avec Anne-Myriam Dutrieue, La Ligue européenne de coopération économique (1946-1981). Un groupe d’étude et de pression dans la construction européenne, Berne, 1993, chapitre premier.

78 Michel Dumoulin, « Les débuts… », op. cit., p. 107-108.

79 Fondation Archives Européennes (FAE), Fonds Coudenhove-Kalergi, lettre de René Courtin du 29 novembre 1946.

80 Fondation Archives Européennes (FAE), Fonds Coudenhove-Kalergi, lettre de René Courtin du 20 février 1947.

81 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 8 février 1947.

82 Léon Blum, À l’échelle humaine, Paris, 1945, nouvelle édition 1971, p. 140-158. Cf. René Girault, « Pour une relecture de À l’échelle humaine », Cahiers Léon Blum, n° 28-29, décembre 1990-février 1991, p. 5-14.

83 Pierre Guillen, « Paul Ramadier et l’Europe », dans Paul Ramadier, la République et le socialisme, Paris, 1988, p. 389-404.

84 Walter Lipgens, Die Anfänge der europäischen Einigungspolitik (1945-1950), Stuttgart, Klett, 1977, Teil I, II/3/c, s.332. Heribert Gisch, « The European League for Economic Co-operation (ELEC) », Documents on the history of European integration, t. IV, Florence, Walter de Gruyter, 1991, Partie I, chap. III, p. 186.

85 Michel Dumoulin, « Les débuts… », op. cit., p. 109 : « (Van Zeeland) se tourna vers Jacques Lacour-Gayet et Daniel Serruys qui animaient à Paris le « Comité d’action économique et douanière » issu de l’Union économique et fédérale européenne, et s’entendit avec eux pour faire de leur Comité celui de la Ligue en France ». Heribert Gisch, The European League…, op. cit., p. 187-188 : « Serruys’s Comité d’Action(…) transformed itself by June 1947 into the French Section of the new organization ».

86 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, section française de la LICE, séance préparatoire du 23 juin 1947.

87 Ibid.

88 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, section française de la LICE, séance préparatoire du 23 juin 1947.

89 Cf. Marcel-Pierre Jaspar, Changement…, op. cit.

90 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 752.

91 Hervé Alphand, La coopération économique en Europe libérée, publications du CAED, n° XXVII, Paris, 1945, p. 17.

92 LECE, 1949-1950, ensemble CAED. Ligue indépendante de coopération européenne, note en 8 points du 25 juin 1947, destiné à Jacques Lacour-Gayet.

93 Ibid., séance du 23 juin 1947.

94 Ibid.

95 Ibid.

96 LECE, 1949-1950, ensemble CAED. Ligue indépendante de coopération européenne, note en 8 points du 25 juin 1947, destiné à Jacques Lacour-Gayet, compte rendu manuscrit non daté.

97 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, assemblée constitutive du jeudi 22 janvier 1948, procès-verbal.

98 Ibid., statuts de l’Association française de la Ligue indépendante de coopération européenne, 10 mars 1948.

99 Ibid., récépissé de déclaration d’association, 6 avril 1948.

100 Ibid.. Moniteur belge des 12-13 novembre 1948, p. 9128-9132. La requête a été déposée le 28 octobre 1948 par Paul Van Zeeland.

101 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, séance du 25 juin 1947.

102 L’acceptation effective de Villiers date de février 1948. [Cf. AN, CNPF 72 as/357, dossier 3742 LECE, lettre du 6 février 1948].

103 LECE, 1947-1948, Paris, section française de la LICE, PV de la réunion du 14 octobre 1947, p. 4.

104 Ibid., Comité d’action économique et douanière, séance du lundi 30 juin 1947 (matin), p. 3 : « Notre organisation s’est faite dans des milieux qui étaient orientés par leurs responsabilités, leurs tendances, plutôt que par leurs intérêts, vers la coopération de l’Europe. Ce mouvement a eu pour base des personnes plus que des milieux, il comprend des personnalités et non des groupements […] ».

105 Ibid. : « Ce qui nous manquait un peu, c’était de pouvoir atteindre les milieux du travail […]. Nous ne voulons connaître ni partis, ni milieux sociaux, ni confessions. Nous voulons que notre section française soit l’expression de la Nation ».

106 Cf. l’article V de ses statuts qui prévoit que les membres peuvent être indifféremment issus des « syndicats professionnels et unions syndicales formes par des agriculteurs, commerçants, industriels, cadres, ouvriers, artisans ou membres de professions libérales ». De même en janvier 1948, le procès-verbal de l’assemblée générale spécifie que « le concours d’un représentant qualifié de l’agriculture sera recherché afin de compléter le caractère largement représentatif et l’équilibre que présentent les désignations ci-dessus ».

107 Pour mémoire, l’article 2 des statuts de 1925 indique que le CAED « se documentera sur les besoins des industries et commerces d’importation et d’exportation ainsi que des entreprises de transport ».

108 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, composition du conseil d’administration de la LECE française, 20 décembre 1948.

109 Il semble que Serruys, à titre personnel et pour des raisons d’équilibre politique, ait plutôt été favorable au profil britannique. Cf. note en 8 points, op.cit : « M. D. S. reconnaît qu’en Belgique, en Hollande et même au Luxembourg, la Ligue a pour animateurs presque exclusivement des conservateurs, mais insiste sur l’orientation travailliste et libérale des dirigeants anglais de la Ligue et souhaite qu’en France la Ligue soit soutenue par un éventail très large de personnalités ».

110 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Section française, composition du conseil d’administration (année 1948). Comité de patronage : Jules Basdevant, Jacques Chastenet, François Charles-Roux, Raoul Dautry, André François-Poncet, Léon Jouhaux, Jacques Lacour-Gayet, Jacques Rueff, Henri Truchy, Gaston Tessier, Henri Vergnolle, Georges Villiers. Bureau : président, Daniel Serruys, vice-présidents, Albert Bouzanquet, Maurice Bouladoux, Edmond Giscard d’Estaing, trésorier, François Le Lann. Autres membres du conseil : Maurice Allais, Robert André, Raymond Aron, A. Augustin-Normand, André-Jean Armengaud, Louis Baudin, Robert Bienaimé, Paul Bret, Maurice Dubrulle, Jean Ducros, Luc Durand-Réville, Paul Gilbert, Guy Jerram, Jean Meersch, Edmond Michelet, Olivier Moreau-Néret, André Noël, René Piaton, Henri Rochereau, Henri Saurin, Léon Tézenas, Pierre Weil et Gilles Gozard.

111 Laurence Badel, « Continuité et restructuration de l’idée européenne dans les milieux commerciaux de 1938 à 1948 », dans Michel Dumoulin (dir.), Plans des temps de guerre pour l’Europe d’après-guerre (1940-1947), Bruxelles, 1995, p. 298.

112 Edouard Bonnefous, L’Europe en face de son destin, Paris, 1952 ; Richard de Coudenhove-Kalergi, J’ai choisi l’Europe, Paris, 1952; Lucien de Sainte-Lorette, L’idée d’union fédérale européenne, Paris, 1958.

113 Pierre Gerbet, La construction de l’Europe, Paris, 1982, p. 56-69.

114 Walter Lipgens, Die Anfänge…, op.cit., III. 7, p. 610 sqq.

115 Wilfried Loth, Der Weg nach Europa…, op. cit., p. 54-60.

116 Cf. Documents on the history of European integration, dir. Wilfried Loth, t. IV, Transnational organizations of political parties and pressure groups in the struggle for European union (1945-1950), Florence, 1991, V. « The European movement », par Alan Hick, p. 319-435.

117 Pierre du Bois, « Le Mouvement européen… », op. cit., p. 412.

118 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, séance préparatoire du lundi 23 juin 1947, p. 4.

119 Michel Dumoulin, Anne-Myriam Dutrieue, La Ligue européenne de coopération économique (1946-1981)…, op. cit., p. 25 et p. 27.

120 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, note en 8 points pour M. Lacour-Gayet, du 25 juin 1947.

121 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, note en 8 points pour M. Lacour-Gayet, du 25 juin 1947.

122 Jean-Noël Jeanneney, Jacques Julliard, Le Monde de Beuve-Méry ou le métier d’Alceste, Paris, 1979, p. 59.

123 Pierre Bolle, « René Courtin », Les Protestants français pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, 1994, p. 332. Cf. lettre de René Courtin du 18 juillet 1946 [FAE] : « L’hebdomadaire protestant Réforme dont je m’occupe, m’a confié un grand éditorial sur l’idée européenne ».

124 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, correspondance avec René Courtin, lettre de Coudenhove du 29 décembre 1946.

125 Lubor Jilek, L’esprit européen en Suisse de 1860 à 1940, Genève, 1990, p. 55-61.

126 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, correspondance avec René Courtin, lettre de René Courtin du 1er septembre 1946.

127 Ibid., lettre de Coudenhove du 17 juillet 1946.

128 Ibid., lettre de Courtin du 8 janvier 1947.

129 Ibid., lettres de Courtin du 4 et du 20 février 1947.

130 Ibid., lettre de Courtin du 27 février 1947.

131 Cf. Martin Posselt, « The European Parliamentary Union (1946-1952) », The Federal Idea : the History of federalism since 1945, dir. Andrea Bosco, Londres, 1992, p. 181-188.

132 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, lettre de Naudin du 24 septembre 1947.

133 FAE, fonds Richard de Coudenhove-Kalergi, lettre de Courtin du 9 décembre 1947.

134 Ibid., lettre de Coudenhove du 16 décembre 1947. Sur le rôle joué par Duncan Sandys, cf. Wilfried Loth, Der Weg nach Europa…, op. cit., p. 57.

135 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, réunion préparatoire du 14 octobre 1947.

136 Cité par Walter Lipgens, Die Anfänge…, op. cit., p. 616.

137 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, note sur l’activité européenne du 199, bd Saint-Germain : « Aussi, lors de la fondation du comité européen de liaison des mouvements pour l’unité européenne, parut-il normal de demander pour son secrétariat l’hospitalité du CAED, et de confier sa direction à M. Paul Naudin, directeur général du CAED ».

138 Ibid., rapport de Hugues Colin destiné à Paul Naudin, s.d.

139 LECE, 1949-1950, ensemble CAED. Hugues Colin a rajouté un post-scriptum manuscrit à l’intention de Paul Naudin : « Vu André Voisin qui compte beaucoup sur vous pour ce dispatching et pour préciser le programme du comité de liaison international […] dont vous assurez le secrétariat […] ».

140 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du Mouvement européen. Note sur la coordination des mouvements pour l’Europe, 24 janvier 1948.

141 Ibid. Echanges de lettres des 24 et 27 décembre 1947.

142 LECE, 1949-1950, ensemble CAED, lettre de René Courtin à Eugène Thomas, ministre des PTT, du 12 janvier 1948.

143 Ibid., lettre adressée à Roger Corillon, chef du cabinet du ministre des PTT, du 28 janvier 1948.

144 Le lancement de ce Mouvement français pour les États-Unis d’Europe ne rencontrera pas un grand succès. Ses dirigeants décideront en octobre 1948 de ne pas le poursuivre, mais d’intensifier la propagande des mouvements déjà existants. Son intérêt principal réside dans le fait que sa création a accompagné celle du comité financier.

145 LECE/ME, dossier du « 199 », note sur la coordination…, op.cit.

146 Ibid.

147 LECE (1947-1948), section française de la LICE, procès-verbal de la réunion de la section française de la LICE du 14 octobre 1947.

148 Ibid., rapport de Hugues Colin destiné à Paul Naudin, s.d.

149 Le compte du CIC, et donc de la LICE, est ouvert chez Neuflize, Schlumberger et Cie Cf. AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3743, note sur la situation au 22 juin 1948.

150 LECE/ME, T.3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947-1948). PV d’une réunion du 15 décembre 1947.

151 Ibid., note de janvier 1948.

152 Ibid. Cf. le PV d’une réunion du 6 janvier 1948 : « M. R. Augustin-Normand accepte de figurer au comité [financier] et d’en être le correspondant pour la région du Havre. Il indique le président de la Société industrielle de Lille, M. Decoster-Virnot, comme susceptible de donner, dans le Nord, un semblable concours […] ».

153 Ibid. PV d’une réunion du 6 janvier 1948.

154 Ibid. PV d’une réunion du 19 février 1948. Compte rendu manuscrit au crayon des conversations avec le CNPF : « Exposé des démarches faites auprès du CNPF lundi dernier. M.V. a reçu M. Dautry après examen d’un projet de budget. Amorçage de la pompe. Patronage moral à la prospection provinciale. Discrétion. Relais aussi tôt que possible. Subv. mensuelle 1/2 des besoins = 600 p.ms. Acompte pr février. Somme même à partir de mars vraisemblabt, avec augm. en cas de besoin, dimin. si possible, n.desir est de faire de notre côté l’effort suffisant pour alléger au plus tôt la charge que le CNPF s’est imposée ».

155 LECE/ME, T.3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947-1948).

156 Ibid. PV d’une réunion du 26 février 1948.

157 Ibid.

158 Cette autonomie financière ne durera pas : l’UEF fera partie des bénéficiaires des fonds répartis par le comité de liaison, cf. AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3743 Conseil français pour l’Europe Unie. Lettre de Christian Monnier à Georges Villiers du 29 décembre 1948.

159 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3742 LECE. Echange de lettres datées du 28 janvier 1948 et du 6 février 1948.

160 Georges Villiers, Témoignages, Paris, 1978.

161 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3743 Conseil français pour l’Europe unie. Lettre de Christian Monnier à Georges Villiers du 29 décembre 1948.

162 Ibid. Lettre de Christian Monnier à Georges Villiers du 22 juin 1948.

163 Cf. le bilan que dressait René Girault dans Michel Dumoulin, René Girault, Gilbert Trausch (dir.), « Europe du patronat ou patrons européens ? », L’Europe du patronat. De la guerre froide aux années 60, collection Euroclio, 1993, p. 15 : « […] l’idée dominante est plutôt celle d’un attentisme patronal face aux constructions européennes, sauf exceptions ».

164 LECE/ME, T. 3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947-1948). Lettre adressée à Hervé Alphand, directeur général des Affaires économiques et financières, le 24 janvier 1948.

165 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 3743. Conseil français pour l’Europe unie. Lettre de Christian Monnier à Georges Villiers du 22 juin 1948.

166 AN, CNPF, 72 as/357, dossier 37432. Conseil français du Mouvement Européen. Transmission à Villiers de la copie de la note remise le jour même, 30 novembre 1949, au président du Conseil Bidault par une délégation du comité exécutif français du Mouvement européen conduite par Dautry : « Les organismes qui jusqu’à maintenant ont, en France, soutenu le Mouvement européen, estiment indispensable à la continuation de leur appui une participation gouvernementale aux dépenses et à l’action de propagande du Mouvement européen ».

167 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du Mouvement européen. Comité français de liaison, 12e réunion, procès-verbal du 27 juillet 1948.

168 Walter Lipgens, Die Anfänge…, op. cit., p. 624 : « Ein Schlüssel zum Verständnis für das häufige Handicap der Föderalisten ist schliesslich das soziologische Faktum : die Komitees von Churchill bis Van Zeeland, von Herriot bis Serruys wurden geführt von erfahrenen ehemaligen Ministern, bestanden aus im Durchschnitt über 60jährigen Lords, Ministern und Abgeordneten, « influential personalities », neben denen die Vertreter der UEF, im Durchschnitt unter 40jährig, allesamt nur kleinere Leute ohne einen Platz in der Society und entsprechend bei den Treffen benachteiligt waren ».

169 Cet hébergement s’est apparemment poursuivi au-delà de notre période. En septembre 1948, Lucien de Sainte-Lorette pose de nouveau à Jacques Lacour-Gayet « la question des locaux et celle du personnel » et s’attire cette réponse ironique : « Je suis toujours d’accord pour l’utilisation des locaux et du personnel du 199 par le " Mouvement européen ", s’il en a les moyens… », en date du 22 septembre 1948 [LECE (1947-1948), dossier du « 199 ». Naissance du Mouvement européen].

170 Il semble que sa conférence n’ait pas été publiée. Nous n’en avons trouvé trace nulle part.

171 Albert Calmés, Luxembourg et Occident européen, Paris, 1946, introduction de Jacques Lacour-Gayet.

172 Walter Hill, Grande-Bretagne et Occident européen, Paris, 1946.

173 Henry H. Helbronner, France et Occident européen, Paris, 1946, p. 25.

174 René Courtin, Rapport sur la politique économique d’après-guerre, Alger, 1944, p. 49.

175 Henry H. Helbronner, France…, op. cit., p. 23 ; Paul Van Zeeland, La Belgique et l’Occident européen, Paris, 1945, allocution de clôture de Daniel Serruys.

176 Clarence Streit, Union Now : A Proposal for a Federal Union of the democracies of the North Atlantic, New-York, 1943.

177 Walter Lippman, U.S. Foreign Policy and U.S. War Aims, New York, 1943, p. 195. Cité par Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’unification de l’Europe (1945-1954), Paris, 1980, p. 158.

178 Jacques Lacour-Gayet, « L’union économique européenne », Propos d’un libéral, 1948, p. 100 et p. 105. En 1958, Lucien de Sainte-Lorette témoigna que la LECE demeurait « hostile à la distinction entre une « grande » et une « petite » Europe » et « attachée aux liens avec le Commonwealth », in L’idée d’union…, op. cit., p. 115.

179 Jacques Lacour-Gayet, « L’union économique européenne », op. cit., p. 105. Cf. Maurice Vaïsse, « L’échec d’une Europe franco-britannique ou comment le pacte de Bruxelles fut créé et délaissé », dans Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts de la construction européenne (mars 1948-mai 1950), Bruxelles, 1986, p. 369-389.

180 Henry Helbronner, France…, op. cit., p. 27.

181 Ibid., p. 28-35.

182 Albert Calmés, Luxembourg…, op. cit., p. 27.

183 Thierry Grosbois, « Les projets des petites nations de Benelux pour l’après-guerre (1941-1945) », Plans des temps de guerre…, op. cit., p. 95-125 ; Antoine Fleury, « La Suisse et la préparation de la guerre », ibid., p. 192 sqq.

184 Thierry Grosbois, « Les projets… », op. cit., p. 105.

185 Ibid., p. 108 et p. 118.

186 Paul Van Zeeland, Belgique…, op.cit., p. 40.

187 Albert Calmès, Luxembourg…, op. cit., p. 21.

188 Ibid, p. 24.

189 Albert Calmès, Luxembourg…, op. cit., p. 20.

190 Jacques Lacour-Gayet, « Projets d’union douanière », Propos d’un libéral, p. 72.

191 Charles Rist, « La reconstruction du commerce mondial », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 187. Cf. aussi Edmond Giscard d’Estaing, « Commerce et monnaie internationale », Monnaie d’hier et de demain, Paris, 1952; Jacques Rueff, « Demain le Franc-Or », ibid.

192 Jacques Lacour-Gayet, « Projets d’union douanière », Propos d’un libéral, p. 73-74.

193 Id., « Plaidoyer pour la monnaie », Propos d’un libéral, p. 93. L’idée sera reprise et défendue avec force par Edmond Giscard d’Estaing en 1952 : « L’institution d’une monnaie de compte européenne, dans laquelle on pourrait librement contracter et qui serait émise par une banque centrale au fur et à mesure des besoins de ceux qui l’emploient, permettrait le réescompte immédiat des monnaies locales et préparerait la généralisation d’une monnaie circulante unique. Que cette monnaie doive être convertible en or, cela est incontestablement mon avis […] », « Commerce et monnaie… », op. cit., p. 171-172.

194 Paul Van Zeeland, Belgique…, op.cit., p. 38.

195 Ibid., p. 40 : « Mais se servant de ses droits et acceptant ses obligations, il délègue certains pouvoirs à des organismes dont il fait partie intégrante et qui remplissent des tâches dont il bénéficiera lui-même ».

196 Ibid., p. 29.

197 Jacques Lacour-Gayet, « L’union économique européenne », op. cit., p. 100.

198 Charles Rist, « La reconstruction… », op. cit., p. 186.

199 Jacques Lacour-Gayet, « Projets… », op. cit., p. 75.

200 Cf. Pierre Guillen, « Le projet d’union économique entre le France, l’Italie et le Benelux », dans Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts…. op. cit., p. 143-164. Le CAED a rendu un rapport en janvier 1948 d’où ressortent les avis très partagés des milieux économiques. Plus récemment, cf. Laurence Badel, « L’organisation des intérêts commerciaux au service de l’Europe : réseaux, logiques, contradictions internes (1920-1950), dans Eric Bussière, Michel Dumoulin (dir.), Cercles et milieux économiques au xxe siècle, Artois Presses Université, 1998.

201 Jacques Lacour-Gayet, « Projets… », op. cit., p. 81.

202 Nous en avons publié quelques extraits dans le recueil de textes Les cercles économiques et l’Europe au xxe siècle réunis par Michel Dumoulin et Eric Bussière et parus en 1992 à Louvain-la-Neuve, p. 147-151.

203 Ce texte est publié dans Documents on the history of European integration, dir. Wilfried Loth, t. IV, Transnational organizations…, op. cit., p. 202.

204 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, séance préparatoire du 23 juin 1947.

205 Gérard Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, 1992, p. 145.

206 Gérard Bossuat, La France…,op. cit., p. 145 ; Michel Margairaz, L’État, les finances…, op.cit., p. 887. Les deux historiens renvoient à la même lettre écrite par Henri Bonnet à Georges Bidault le 9 juin 1947.

207 Gérard Bossuat, La France…, op.cit., p. 147.

208 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 752-755.

209 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, réunion de Paris 29-30 juin 1947, déjeuner du lundi 30 juin, participants français.

210 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, réunion de Paris 29-30 juin 1947, séance du lundi 30 juin 1947 (matin), p. 14.

211 Ibid., p. 5.

212 Ibid., p. 24.

213 Ibid., p. 16-17.

214 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, réunion de Paris 29-30 juin 1947, séance du lundi 30 juin 1947 (matin), p. 4-5.

215 Ibid., p. 4. Cf. l’observation de Lacour-Gayet, l’année suivante devant la Confédération générale du commerce et de l’industrie : « Certains Américains seraient stupéfaits en apprenant que la planned economy, l’"économie planifiée" doit trouver, ne serait-ce que par une similitude artificielle de mots, un regain de vigueur dans ce que nous, Européens, avons l’habitude d’appeler le "plan Marshall ". Remarquons que cette expression de "plan" est rarement employée aux États-Unis pour désigner l’aide à l’Europe. Il est surtout question là-bas de l’ERP, l’European Recovery Program, le programme pour le recovery, c’est-à-dire pour le retour à la santé, pour le " rétablissement " de l’Europe », dans « L’Union économique européenne », Propos d’un libéral, 1948, p. 98.

216 LECE, séance du 30 juin 1947 (matin), p. 25.

217 Ibid., p. 5.

218 LECE, séance du 30 juin 1947 (matin), p. 22.

219 Ibid., p. 26.

220 Ibid., p. 27.

221 Ibid, p. 15.

222 LECE, 1947-1948, section française de la LICE, Indépendant League for European Cooperation, Paris Meeting, June 30th, 1947, p. 6-7. Il s’agit du procès-verbal en anglais de la séance du 30 juin. Il offre l’intérêt de compléter le texte français, où les interventions en anglais sont simplement indiquées, mais non transcrites. Lord Layton : « There was a clear distinction between freedom to trade at all and « free trade » in the English sense. Embargos on trade cut at the very roots of all economics life, and though he felt that it was important to bring out the question of tariffs, he felt that that point should be kept in its proper place[…] » ; Major Beddington-Behrens : « Obviously the Americans would not give away dollars to be spent by anyone according to no set plan ».

223 Ibid, p. 10.

224 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du lundi 30 juin 1947 (après-midi), p. 5-6.

225 Ibid, p. 7.

226 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du lundi 30 juin 1947 (après-midi), p. 8.

227 Cf. Gérard Bossuat, La France…, op. cit., p. 145. Cf. sa remarque plus générale, p. 161 : « Pourtant il était encore difficile de déceler, début août, un mouvement puissant en faveur d’une union douanière en Europe ».

228 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du lundi 30 juin 1947 (matin), p. 30.

229 Ibid. Une déclaration de la Ligue indépendante de coopération européenne, p. 4.

230 LECE, 1947-1948, section française de la LICE. Comité d’action économique et douanière, séance du lundi 30 juin 1947 (après-midi), p. 15.

231 Cf. Gérard Bossuat, La France…, op. cit., p. 157-164.

232 Ce rapport, dont la signature avait été prévue pour le 15 septembre 1947, fut l’objet de vives critiques de la part des Américains, qui dictèrent quasiment point par point son contenu final aux Européens; la publication fut repoussée au 22 septembre. Cf. Gérard Bossuat, La France…, op. cit., p. 162-163.

233 LECE/ME, T. 3. Conseil français pour l’Europe Unie. Comité financier et comité de propagande (1947-1948). PV d’une réunion du 15 décembre 1947, p. 2-3.

234 LECE/ME, dossier du « 199 ». Naissance du Mouvement européen. Comité français de liaison. Projet de note à faire imprimer, mai 1948. Le Congrès de l’Europe, son objet, ses réalisations.

235 Ibid. Congrès de l’Europe. Cadre proposé pour le rapport économique.

236 Lucien de Sainte-Lorette, L’union fédérale européenne, Paris, 1958, p. 115 : « Sa commission monétaire, qui groupe notamment le gouverneur Mònick, Jacques Rueff et Louis Camu, a été l’initiatrice de l’idée d’Union européenne des paiements ».

237 Congrès de l’Europe, La Haye – mai 1948. Rapport économique et social soumis au Congrès par le comité international des mouvements pour l’unité européenne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540