Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Quatrième partie. Le grand commerce face aux choix de la libération

Chapitre IX. Le débat sur la politique économique de l’après-guerre

Texte intégral

  • 1 Claire Andrieu, La Banque sous l’Occupation. Paradoxes de l’histoire d’une profession, Paris, 1990 (...)

1Étudier la place tenue par le grand commerce à la Libération demande au préalable que l’on s’intéresse au « dernier acte du drame, celui de la survivance des comités dans la France libérée de 1944 à 1946 » – dernier acte encore trop ignoré par les historiens, comme le relevait Claire Andrieu dans sa thèse sur le milieu bancaire durant l’Occupation1. Or le passage, par étapes, du Comité général d’organisation du commerce (CGOC) à l’Office interprofessionnel de la distribution (OID) permet d’analyser la difficile rupture avec l’économie dirigée, qui se confond, pour les commerçants, avec la question du retour à la liberté d’entreprise. À la Libération, bien que le problème des circuits de distribution illicites ait été reconnu, le commerce a la conscience claire de passer encore en second auprès des pouvoirs publics : l’heure est à la bataille de la production, leitmotiv de la reconstruction dans la continuité du discours de guerre. Le commerce est le parent pauvre des programmes d’équipement. Néanmoins, les revendications libérales du milieu commercial sont relayées et amplifiées sur la scène politique par un cercle d’économistes libéraux, dont la notoriété bien établie dans l’entre-deux-guerres a cependant, dès les années trente, été remise en cause par la persistance de la crise. Ces hommes réunis par le Comité d’action économique et douanière sont appelés à débattre des options économiques prises à la Libération et font de ce débat un tremplin pour une reconquête. D’autre part, les difficultés n’empêchent pas le couronnement des efforts entrepris par le grand commerce avant la guerre pour sa reconnaissance institutionnelle : il obtient une place au sein des instances dirigeantes du nouveau Conseil national du patronat français (CNPF) et assiste à la consécration du parcours libéral de son champion, Jacques Lacour-Gayet, élu à l’Institut en 1946.

I. « LE DERNIER ACTE DU DRAME » (1944-1946)

A. DU CGOC À L’OID : LE DIVORCE ENTRE LA PROFESSION ET SON ADMINISTRATION

1. Les grandes étapes de la réorganisation administrative

  • 2 Charles-Louis Foulon, « Prise et exercice du pouvoir en province à la Libération », dans Comité d’ (...)
  • 3 Peter Novick, L’Epuration…, op. cit., chapitre 5, p. 141-162.
  • 4 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion (1932-1952), t (...)
  • 5 Claire Andrieu, La Banque…, op. cit., p. 255.
  • 6 AN, 68 AJ/66, sd. 518, CGOC, 1re réunion du comité de libération du CGOC, 30 août 1944.

2Le CGOC connut un comité de libération éphémère : les archives n’ont gardé la trace que de sa première et unique séance, le 30 août 1944. Il est composé de membres du personnel du CGOC qui s’étaient regroupés durant l’Occupation. Ces personnes, peu connues au demeurant, n’appartiennent pas au comité de direction du CGOC. L’idée de susciter dans chaque département des comités de libération populaires destinés à encadrer les insurrections, à infiltrer les administrations et à réfléchir au remplacement d’urgence des fonctionnaires indignes, avait pris forme à partir de 1943. Soucieux de contrebalancer l’influence communiste, le Comité français de libération nationale (CFLN) avait confié à Francis Closon le soin de veiller à ce que ces comités se considèrent comme subordonnés aux commissaires de la République. Au 10 mai 1944, ils sont 35 en zone nord pour 45 départements et 36 en zone sud pour 40 départements. À la Libération, certains disposent, pendant quelques mois, d’importantes prérogatives2. L’épuration administrative a été organisée par l’ordonnance du 27 juin 1944. Dans un souci de continuité et d’équilibre social, le Comité général d’études et le général de Gaulle ne souhaitent pas une épuration radicale. Tous les ministères ne sont pas frappés avec la même rigueur3. Les ministères « politiques » sont les plus atteints : Information, Justice, Intérieur. Les comités de libération y président également à l’épuration4. Au regard du comité de libération des banques, qui, constitué à la Banque de France sous l’impulsion du cégétiste Syndicat national de la banque, eut un rôle très actif dans la dénonciation des membres des conseils d’administration auprès de la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration (CNIE) instituée le 16 octobre 1944, le comité de libération du CGOC se distingue par son ton modéré5. Il « ne juge pas opportun de déférer automatiquement devant la juridiction compétente les suspects qui lui seraient signalés », et estime qu’ « il convient d’éviter que les rancunes personnelles ne trouvent là l’occasion d’être satisfaites et que des accusations graves ne soient portées inconsidérément »6. Le comité paraît surtout soucieux de combattre la mauvaise réputation des comités d’organisation, en qui l’opinion publique voyait des « organismes de collaboration » : « Cela est particulièrement pénible à ceux d’entre nous qui n’ont cessé au cours de l’Occupation de manifester leur opposition aux lois et décrets d’exception […] et qui se sont efforcés par tous les moyens en leur pouvoir de neutraliser les actes gouvernementaux tendant à l’asservissement de la France, notamment ceux qui avaient pour fin de livrer des Français à l’Allemagne ».

  • 7 AN, 68 AJ/66, sd. 519, CGOC. Circulaire de P. Benaerts aux présidents et directeurs des comités d’ (...)
  • 8 Ibid., CGOC. Confidentiel. Quarante mois d’activité du CGOC, septembre 1944.
  • 9 AN, 68 AJ/66, sd. 519, CGOC. Circulaire de Pierre Benaerts, op. cit.
  • 10 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 724.
  • 11 AN, 68 AJ/66, sd. 519, CGOC. Circulaire de Pierre Benaerts, op. cit.

3Au demeurant, le CGOC semble, à la Libération, atteint par un discrédit moindre que celui qui touche d’autres comités d’organisation et, si Jacques Lacour-Gayet passe devant la Commission d’épuration, ce n’est pas, nous l’avons vu, en tant que membre du comité de direction du CGOC ou président de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, mais comme l’un des membres du conseil d’administration de la Société générale. C’est fort de cette conviction et de l’absence de plainte formulée à l’encontre des comités d’organisation du commerce que Pierre Benaerts se rend le 15 septembre 1944 chez Robert Lacoste, le nouveau ministre de la Production industrielle, et plaide pour que l’œuvre accomplie ne soit pas « injustement abolie pour des raisons politiques »7. Son argumentation est contenue dans un rapport confidentiel de septembre 19448. Benaerts met en avant l’œuvre pionnière des services d’études du CGOC en matière documentaire. Le recensement engagé a permis d’enregistrer 652 000 établissements et de constituer des dossiers, « éléments de première importance pour la connaissance de la structure commerciale française ». Sur ce point, il n’a aucune peine à convaincre le ministre : il paraît déjà certain à la mi-septembre 1944 que le CGOC conservera la partie administrative de ses attributions. Benaerts fait ensuite valoir la volonté de modernisation de la distribution qui a animé les dirigeants du CGOC et resitue le système d’économie dirigée dans lequel elle était contrainte d’exercer son activité : ce système est issu moins du changement de régime politique en 1940 que de tendances datant de l’avant-guerre, cristallisées par l’état de guerre lui-même. Cette interprétation permet de justifier le maintien de ce système à la Libération. De fait, selon Benaerts, elle a convaincu le ministre : « M. Lacoste estime que l’appareil administratif qui a été monté depuis trois ans « répondait à des besoins », qu’il représente une armature solide sur laquelle tout régime d’économie dirigée peut prendre appui, spécialement en ce qui concerne l’organisation régionale et départementale »9. Cela ne peut surprendre. Ancien dirigeant CGT des fonctionnaires, Robert Lacoste était Secundus dans le Comité général d’études (CGE) créé en juillet 1942. Or, même si le courant socialiste dont vient Lacoste y est minoritaire et si le CGE incarne, selon l’analyse de Michel Margairaz, une « pensée néo-libérale »10, il n’en a pas moins, pris acte de l’aspiration de l’opinion publique à une intervention accrue de l’État. Pressenti dès avant la Libération pour le ministère de la Production industrielle, Robert Lacoste est, le 10 septembre 1944, confirmé à cette fonction dans le premier Gouvernement provisoire de la République française (GPRF). Le maintien des comités d’organisation fait l’objet d’un accord général, que ce soit au sein du Comité français de libération nationale, où Paul Giaccobi, commissaire à la Production, préconise de leur adjoindre un comité paritaire consultatif, ou au sein du Conseil national de la Résistance, où André Philip recommande néanmoins d’en réduire le nombre. De fait, dès le 22 juin 1944, une ordonnance prévoit leur maintien et la nomination d’administrateurs provisoires. Le GPRF, composé en majorité d’hommes issus du CGE et du CFLN, est politiquement plus modéré que ne l’annonce la poussée de l’opinion publique vers la gauche à la Libération. Son souci principal en septembre 1944 est de satisfaire les aspirations à des changements de structure radicaux tout en préservant l’équilibre social. La politique de Robert Lacoste à l’égard du CGOC s’inscrit dans ce cadre. Si, à notre connaissance, il n’a pas engagé de poursuites contre les membres du comité de direction du CGOC ou contre les dirigeants de grandes entreprises commerciales, il n’a cependant pas été convaincu par l’argumentation de Benaerts, ni persuadé que le CGOC ait joué le rôle d’« écran protecteur du commerce ». Le discrédit qui frappe les professionnels se concentre sur les seules attributions du CGOC auquel, dès cet entretien du 15 septembre 1944 avec Benaerts, Lacoste envisage de retirer son rôle de représentant de la profession qui passerait « à de nouvelles institutions non encore définies » et qui deviendrait « plus que par le passé, le prolongement et le relais de la puissance publique »11.

  • 12 Ibid., 68 AJ/55, sd. 10, lettre de P. Benaerts aux directeurs et présidents des comités particulie (...)
  • 13 AN, 68 AJ/66, sd. 515, CGOC. Conférence des commissaires provisoires, 1re réunion, 16 janvier 1945
  • 14 Ibid., 4e réunion, 24 avril 1945.
  • 15 Ibid..
  • 16 AN, 68/AJ/1, dossier OID. Comité paritaire, OID, commission consultative, première séance du 17 ju (...)

4Condamnation d’un certain corporatisme du milieu commercial, cette décision frappe aussi Pierre Benaerts qui, au début de l’Occupation, avait contribué à son développement. Il est remplacé à la tête du CGOC par un homme issu de la Résistance, Georges Reber, nommé commissaire provisoire. Conscient de cette tendance au corporatisme qu’il justifiait par la volonté de contenir les empiétements de l’État, Benaerts rappela à l’ordre, peu avant son départ, les comités particuliers du CGOC : trop se sont « contentés d’assurer la gestion administrative de leurs services ». Or il faut « aller au-delà d’une simple défense des intérêts professionnels […]. On ne défendra efficacement la fonction commerciale qu’en la préservant de l’esprit de routine, et en l’aidant à s’adapter à un monde en constante transformation »12. C’est donc Georges Reber qui va conduire la lente réforme du CGOC, échelonnée sur un semestre, et donner ainsi naissance à l’Office interprofessionnel de la distribution en juillet 1945. Il s’appuie sur la conférence des commissaires provisoires qui, outre lui-même, comprend le nouveau directeur du Commerce intérieur et ancien directeur responsable du comité d’organisation des industries, arts et commerces du livre, Marcel Rives, assisté de Robert Catherine, tous les commissaires désignés, anciens dirigeants de comités particuliers, le secrétaire général du comité d’organisation du commerce d’alimentation, et les dirigeants des différents services du CGOC : Paul Naudin, Paul Allonas, René Arnaud, Joseph de Bonnafos etc. Cette conférence est la structure qui doit préparer la réforme du CGOC. Elle tiendra dix réunions du 16 janvier 1945 au 6 mai 1946. Le premier semestre 1945 est marqué par le conflit entre les syndicats de salariés CGT et CFTC sur la répartition des postes au sein des futures commissions consultatives paritaires préconisées par l’ordonnance du 7 octobre 1944. Si, par exemple, un accord est trouvé pour une répartition par moitié dans la commission consultative des commerces d’art13, si la constitution de la commission paritaire ne soulève pas de difficultés en ce qui concerne les grands magasins14, le conflit se prolonge pour la représentation au sein du comité consultatif de direction. À cela s’ajoute la lenteur plus grande des organisations ouvrières, qui doivent reconstituer leurs fichiers, à proposer des noms. L’attitude de Reber consiste à encourager les accords à l’amiable ; mais, dès avril, il se prononce pour la répartition suivante : 2/3 des postes pour la CGT et 1/3 pour la CFTC. Par ailleurs, si la CGPME obtient d’être représentée, la demande de la CGC est repoussée. Marcel Rives enjoint en effet de « ne pas en tenir compte »15. Parce qu’elle n’était pas reconnue comme représentative sur le plan national par les pouvoirs publics, elle n’est pas admise aux travaux de la commission. Elle déclenchera d’ailleurs une émeute lors de la première réunion de la commission, en faisant envahir la salle par plusieurs centaines de ses adhérents16. Il faut attendre l’été 1946 pour que le ministère du Travail reconnaisse la CGC comme représentative. Le 21 juin 1945, un arrêté national institue un comité consultatif paritaire auprès du commissaire provisoire du CGOC. Il est composé de trente-deux membres et tient sa première séance le 17 juillet. L’appellation d’Office interprofessionnel de la distribution apparaît en septembre dans le compte rendu de la conférence des commissaires provisoires. Sa dernière réunion a lieu le 23 février 1946. Le 26 avril suivant sera votée la loi portant dissolution des offices professionnels.

2. La perte du pouvoir social

  • 17 AN, 68 AJ/65, sd. 502, CGOC. Documentation générale, n° 172, 17 janvier 1945, La Réforme des comit (...)
  • 18 AN, 68 AJ/65, sd. 502. Circulaire adressée par le ministère de la Production industrielle aux comm (...)
  • 19 Henry Ehrmann, La Politique du patronat français (1936-1955), Paris, 1959.

5La rupture principale induite par la Libération dans l’administration du commerce est le retrait au CGOC de sa fonction de représentation des professions au profit des syndicats. Le commissaire provisoire du comité d’organisation du commerce de l’habillement et du travail des étoffes, Allilaire, souligne ce point : « La réforme en cours aboutira ensuite à une collaboration plus étroite entre le comité et les syndicats dans le respect de la liberté syndicale rétablie par l’ordonnance du 27 juillet 1944. Cette collaboration revêtira, d’ailleurs, dans la pratique, un aspect positif singulièrement important puisque ce sont les syndicats qui auront à désigner les membres du comité consultatif paritaire. En effet, le comité voit diminuer, au profit des syndicats, son rôle d’organe représentatif des intérêts professionnels »17. On imputait au CGOC, comme à l’ensemble des comités d’organisation, d’avoir géré les professions en fonction d’intérêts particuliers. Lacoste justifie le dessaisissement du comité patronal d’une manière qu’on peut qualifier de tendancieuse dans la mesure où il estime que, sous Vichy, « c’était [aux comités d’organisation], en fait, que se trouvait confiée la direction effective de l’économie, la puissance publique ne conservant le plus souvent qu’un simple droit de contrôle qu’elle exerçait par l’intermédiaire d’un commissaire du gouvernement […] »18. C’est d’ailleurs une argumentation qui a été reprise par les historiens du patronat français comme Henry Ehrmann, qui tend à faire des comités d’organisation industriels des organismes aux mains des trusts19. Or, nous avons vu que, dans le cas du commerce, le comité de direction était, certes, composé des représentants de chaque grande fédération patronale de tel ou tel secteur, mais que, loin d’exercer un simple droit de contrôle, le commissaire du gouvernement Henri Culmann avait vu son pouvoir s’accroître de jour en jour, avant qu’il ne soit lui-même soumis de plus en plus aux directives de son autorité de tutelle. L’argument de Lacoste vise à discréditer en l’occurrence le CGOC afin de légitimer les modifications de sa stucture de direction.

  • 20 AN, 68 AJ/1. Dossier OID, comité paritaire, JO du 23 juin 1945.
  • 21 Cf. Philippe Mioche, « Les entreprises », dans P. Buton et J.-M. Guillon, Les Pouvoirs en France à (...)

6Quelles sont donc ces modifications ? Le délégué général du CGOC cède la place au commissaire provisoire de l’OID, sorte de « préfet professionnel » représentant le ministre. Le comité de direction du CGOC composé des seuls représentants patronaux est remplacé par un comité consultatif paritaire où siègent aussi les représentants des salariés. Ce dernier doit être obligatoirement consulté par le commissaire provisoire sur tous les projets de décision réglementaire. L’Office devient « le bras prolongé de l’État », il n’est plus l’émanation de la profession. Cependant, en ce qui concerne la partie patronale, il y a une continuité certaine entre les membres du comité de direction du CGOC et les « employeurs » d’un comité consultatif paritaire, où se retrouvent directement quatre figures de l’organisme remplacé : il s’agit de Robert Dian, de Gabriel Verdier, de Jacques Lacour-Gayet et de Charles Derbrée. Il faut leur adjoindre Georges Maus, le président de la Fédération des commerçants-détaillants que représentait Roger Stoll durant l’Occupation. S’ajoutent à eux d’anciens dirigeants de comités particuliers comme Raymond Boisdé, qui représente la Fédération nationale de l’habillement, des nouveautés et accessoires, et les nouveaux représentants des principaux syndicats patronaux du commerce, déjà représentés dans l’ancien comité de direction : Robert Labarre, délégué général de la CNCIA, Raymond Viards, président du Syndicat général de l’épicerie en gros de France, Joseph Roul, président de la Fédération française de l’épicerie et de l’alimentation générale, Ernest Lemaire-Audoire, président-adjoint de la Fédération nationale de la boucherie en gros et du commerce en gros des viandes, Lucien Vuacheux, du bureau du Groupement national des coopératives de consommation, Robert Lévy, président de la Confédération du petit commerce et de l’artisanat, Charles Spaeth, vice-président de la Fédération nationale des syndicats de droguistes en gros, Charles Gruère, président de l’Union des négociants importateurs-exportateurs parisiens, Léon Cabrol, président de la Chambre syndicale des agents généraux du commerce d’importation avec les pays d’outre-mer, et Pierre Lefaurichon, président-adjoint de la CGPME20. Il faut reconnaître que l’introduction de la parité ne se fit pas aux dépens des fédérations et des patrons qu’elles représentaient. Les préoccupations qu’ils avaient exprimées durant la guerre furent loin d’être abandonnées21.

3. Poursuivre la modernisation commerciale

  • 22 AN, 68 AJ/66, sd. 515, CGOC. Conférence des commissaires provisoires, 1re réunion du 16 janvier 19 (...)
  • 23 AN, 68 AJ/1, dossier OID. Comité paritaire. OID, comité consultatif, 1re séance du 17 juillet 1945
  • 24 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 2, octobre 1945, éditorial.
  • 25 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 4, décembre 1945, p. 7.
  • 26 Ibid., p. 8.

7En dépit d’une période d’incertitude liée au manque d’instructions gouvernementales au tout début de 1945, l’accord se fait dès cette époque pour relancer les activités statistiques et documentaires du CGOC22. Dans son allocution d’ouverture de la première séance du comité consultatif paritaire, le secrétaire général à l’Organisation économique et au Commerce Jacques Pietre consacre un développement à la nécessaire éducation professionnelle des commerçants : ils doivent se familiariser avec la notion de « rotation » des stocks et les notions comptables23. Il y a une indéniable et forte continuité entre l’Occupation et la Libération pour moderniser les entreprises commerciales. Le principal vecteur de diffusion des principes de modernisation va être le Bulletin d’information de l’Office interprofessionnel de la distribution, qui paraît d’août 1945 à juin 1946. Succédant au Bulletin central du CGOC qui a cessé de paraître en juillet 1944, il en reprend le discours, maintenant bien connu, sur la nécessité de moderniser l’appareil français de distribution. La perte de pouvoir de l’OID dans le domaine social a donc pour conséquence le renforcement de ses attributions documentaires. Son rôle consiste « moins à édicter des réglementations ou à imposer des disciplines […] qu’à procéder à des études et recherches – de caractère scientifique, dans le sens large du terme », afin d’améliorer les méthodes de distribution. Est réaffirmée la nécessité d’établir des statistiques complètes sur l’état du commerce et de poursuivre les études sur les divers circuits de distribution et les différentes formes d’entreprises24. Tout comme son prédécesseur, l’OID n’hésite pas à critiquer le caractère routinier des commerçants : « Sans doute, les statistiques réunies jusqu’à présent ne présentent pas toutes une valeur incontestable ; leur insuffisance est due, d’une part à la situation économique défavorable, d’autre part à l’incompréhension de certains commerçants qui se refusent à apporter aux enquêtes entreprises leur confiance et leur concours »25. « Par routine, par manque d’audace ou par excès d’individualisme, défauts que l’on trouve, hélas ! dans trop de secteurs de l’activité française, les techniques de distribution souffrent chez nous d’un retard certain sur celles qui sont mises en œuvre dans de nombreux pays étrangers. Il faut donc à la France une politique de la distribution tendant à moderniser son appareil commercial »26.

  • 27 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 801-802.
  • 28 AN, 68 AJ/46, Bulletin d’information…, op. cit., n° 4, décembre 1945.
  • 29 Ibid., n° 6, février 1946, p. 2.
  • 30 Ibid., n° 7, mars 1946, p. 8.
  • 31 AN, 68 AJ/46, Bulletin d’information…, op. cit., n° 9, mai 1946.

8L’OID est encouragé sur cette voie par le lancement par le Conseil de l’économie nationale d’une enquête officielle sur le coût de la distribution. Ce Conseil, organisme éphémère créé par un arrêté du 27 juin 1945 de René Pleven, rassemble des représentants de tous les secteurs de l’activité économique. Il a pour tâche de dresser un inventaire des ressources et met en place pendant l’hiver 1945-1946 une série de commissions, dont une sur le coût de la distribution – nous en reparlerons un peu plus loin27. Commentant son installation, l’OID souligne, entre autres opérations qui lui paraissent indispensables, la nécessité d’établir le coût de chaque maillon de la chaîne de distribution (transport, stockage, crédit etc.) et de chaque type de circuit, afin de « déterminer les circuits de distribution les plus rationnels ou les plus économiques, et d’apporter des améliorations dans le fonctionnement des types d’entreprises les plus défavorables »28. À la suite du CGOC, l’OID s’inquiète du fossé qui va s’élargissant entre le grand et le petit commerce. La modernisation a été menée depuis un demi-siècle par les « formes les plus évoluées du commerce français, qui ont su rationaliser leurs méthodes d’achat et de vente, multiplier les moyens de prospection et les services rendus au consommateur, s’astreindre à réduire au minimum le coût de leur fonctionnement […] ». En revanche, « le plus grand nombre ignorent tout des avantages d’une comptabilité-matières bien organisée, voire d’une bonne comptabilité tout court et ne se sont jamais rendu compte que l’amélioration de la rotation des stocks est en soi un facteur de bénéfices ; […] ils n’ont aucune notion de la conjoncture économique générale, non plus que de celle qui est particulière à leur branche »29. L’Office de la distribution s’emploie donc à poursuivre les travaux initiés par le CGOC à partir des deux acquis principaux laissés par ce dernier : le recensement de près de 650 000 entreprises de commerce et l’établissement d’une nomenclature détaillée des activités commerciales. Toutefois, quand sa dissolution fut annoncée, il n’avait pu mener à bien la tâche qu’il s’était fixé de publication de statistiques précises sur les structures de l’appareil de distribution français30. En revanche, il s’était efforcé de diffuser auprès des commerçants des brochures pratiques. Le Bulletin consacrait ainsi un article à l’aménagement rationnel des magasins à travers l’exemple d’un magasin de chaussures et un plan indiquant l’emplacement idéal du salon, de la réserve, des présentoirs, de la caisse…31 Cependant, l’essentiel de la fonction du CGOC devenu OID a résidé dans le discours qu’il n’a cessé de tenir pour justifier la persistance du système d’économie dirigée.

4. Faire accepter le maintien du dirigisme

  • 32 Cf. le programme de la CGPME à la Libération dans le livre de Sylvie Guillaume, La Confédération g (...)
  • 33 AN, 68 AJ/58, sd. 001, note du CGOC du 18janvier 1945 Pour la liberté du commerce et de l’industri (...)
  • 34 AN 68 AJ/65, sd. 502, MPI. Circulaire adressée par le ministère de la Production industrielle aux (...)
  • 35 En décembre 1944, les Allemands ont lancé une ultime contre-offensive dans les Ardennes et en Alsa (...)
  • 36 AN, 68 AJ/65, sd. 502, MPI. Circulaire du MPI aux commissaires provisoires des offices professionn (...)

9De fait, il y a à la Libération un divorce croissant entre le grand commerce et son office professionnel. Le rôle du nouveau responsable, Georges Reber, va être de tenter de convaincre un secteur, lassé par les restrictions et par le sentiment de demeurer le parent pauvre de l’économie française, de la nécessité de conserver encore le commerce sous tutelle. Pourtant, aucun responsable n’ignore les revendications du commerce dans son ensemble en faveur du retour à la liberté32. Elles sont résumées dans une note du CGOC de janvier 1945 consécutive à la semaine de mobilisation des petites et moyennes entreprises laitières. Cette note conclut : « Le point de vue exposé ci-dessus est celui de la plus grande partie de l’opinion commerçante. On peut ainsi mesurer à quel point la notion même d’économie dirigée qui, d’après certains milieux politiques et syndicalistes, n’a encore donné lieu qu’à des réalisations insuffisantes, reste discutée et souvent combattue chez beaucoup de chefs d’entreprises, des plus grandes aux plus petites »33. Reber s’emploie immédiatement à diffuser l’option économique retenue par les pouvoirs publics. Celle-ci est contenue dans la circulaire adressée par le ministère de la Production industrielle aux commissaires provisoires des offices professionnels au moment où ils prennent leurs fonctions34. Un rôle d’éducation de leurs ressortissants y est clairement dévolu aux futurs offices professionnels : faire comprendre la nécessité et la portée de l’intervention de l’État dans le domaine économique. Le texte de référence cité est le discours de Lille, tenu le 1er octobre 1944 par le général de Gaulle, où il annonçait le maintien d’un régime d’économie dirigée. Ce maintien est justifié par l’effort de guerre qui perdure35, la pénurie croissante des matières premières, la désorganisation des moyens de transport et des voies de communication, la destruction des entreprises et la déportation de la main-d’œuvre. La relance de la production est l’objectif premier que se fixent les autorités, relayées par Benoît Frachon qui, au nom de la CGT, lance la « grande bataille de la production », le 10 septembre 1944. La circulaire conclut : « Au lendemain de la guerre, le pays ne pourra effectuer sa reconstruction, trouver sa place dans l’économie mondiale et supporter la concurrence internationale que par une organisation rationnelle de la production dont les assises doivent, dès maintenant, être préparées »36.

  • 37 AN, 68 AJ/65, sd. 500, circulaire du directeur des services d’études du CGOC aux secrétaires régio (...)
  • 38 AN 68 AJ/66, sd. 515, CGOC. Conférence des commissaires provisoires, deuxième réunion, le 27 févri (...)
  • 39 AN, 68 AJ/1, dossier OID. Comité paritaire, première séance, le 17 juillet 1945.
  • 40 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Circulaire d’information de l’OID, n° 1, août 1945.

10Ce souci productivité ne date pas, on le sait, du début de 1945. Il est exprimé avec force par les organismes de réflexion de la Résistance depuis le printemps de 1944. Il est au cœur de la politique économique française depuis la mobilisation, voire la loi du 11 juillet 1938. Il induit une direction de l’économie que le CGOC s’emploie à défendre avec une vigueur nouvelle. Car la Libération fait du CGOC un organe plus dirigiste qu’il ne l’avait jamais été sous l’Occupation, il est mis sous l’autorité directe et revendiquée de l’État auquel il est rattaché par un lien de dépendance hiérarchique, ses administrateurs tiennent un discours qui légitime le dirigisme. Ainsi, le directeur des services d’études du CGOC envoie aux secrétaires régionaux et départementaux une note sous forme de questions-réponses, qui devait leur permettre de répondre aux critiques qui leur étaient adressées. À la question : « L’économie libérale d’avant-guerre ne valait-elle pas votre dirigisme ? » répondent une énumération des maux que la première apporta – surproduction, concurrence illimitée, avilissement des prix etc. – et cette conclusion : « Comprendrons-nous enfin que d’une économie bien ou mal dirigée dépendent le bonheur d’un pays, la paix ou la guerre, et même le sort des armes ? »37 Lors de la deuxième réunion de la conférence des commissaires provisoires en février 1945, Reber annonce qu’un projet de refonte de la loi du 16 août 1940 est à l’étude au ministère de la Production industrielle et que le futur régime économique s’organisera vraisemblablement autour de trois secteurs : l’un nationalisé, l’autre contrôlé et le dernier libre38. Au cours de la première séance du comité consultatif paritaire en juillet 1945, Reber précise que le secteur libre devrait comprendre le commerce39. Le premier numéro du Bulletin de l’OID en août 1945 confirme qu’on envisage le retour au libre jeu de la concurrence pour les marchandises « présentant un certain caractère de superfluité »40, parfums, fourrures, bijoux, vins, liqueurs de luxe etc. Le débat prend corps autour du retour à la liberté d’entreprise.

B. LE COMBAT POUR LE RETOUR À LA LIBERTÉ D’ENTREPRISE : UN CAS D’ESPÈCE DRAMATIQUE POUR LES LIBÉRAUX

11Le débat qui se ranime à l’automne 1945 autour de la nécessité de revenir à la liberté d’entreprise et qui se prolonge au-delà de son retour légal le 1er janvier 1946 nous paraît capital, car il constitue pour les commerçants une pierre de touche, et aussi d’achoppement, pour le libéralisme qu’ils défendent, une sorte de révélateur des limites de ce libéralisme.

1. L’état de la question : du décret de septembre 1939 à son abolition en janvier 1946

  • 41 Bulletin central du CGOC, n° 15, novembre 1943, p. 197.
  • 42 AN, F 12/10128, ensemble sur le décret du 9 septembre 1939, circulaire du 2 avril 1941 du ministèr (...)
  • 43 Bulletin central du CGOC, n° 2, 10 octobre 1942, p. 34.
  • 44 Ibid., n° 15, novembre 1943.

12L’Office interprofessionnel de la distribution livre en janvier 1946 une importante synthèse sur la variation du nombre des commerçants depuis la guerre. Elle lui permet en fait d’évaluer l’efficacité réelle du décret du 9 septembre 1939, qui subordonnait toute création ou extension de commerces à l’autorisation préfectorale. Dès l’Occupation, l’efficacité de ce décret a été vivement mise en doute. Le Bulletin central du CGOC dénonçait en novembre 1943, à partir de l’analyse des premiers chiffres parvenus en septembre 1942, des anomalies criantes dans la politique d’autorisation : l’ouverture de commerces avait tendance à se concentrer dans certains départements (Seine, Pas-de-Calais, Bouches-du-Rhône, Gironde…) et dans certains secteurs comme celui de l’habillement. « Que conclure », se demandait le Bulletin, « sinon que les préfets n’ont pas pratiqué une politique uniforme, que si quelques-uns ont compris que l’heure ne doit pas être à la prolifération des entreprises commerciales, d’autres se sont signalés par une extrême bienveillance ? […] La politique des préfets gagnerait à être plus cohérente »41. En janvier 1944, l’éditorial du Bulletin mettait, à nouveau, l’opinion en garde contre la prolifération de commerçants improvisés. En théorie, en vertu d’une circulaire d’avril 1941, les comités d’organisation devaient être consultés lors de la création de quatre catégories d’établissements (affaires industrielles, affaires de commerce de gros, entreprises de commerce de détail à succursales multiples, affaires de commerce de déchets), toutes les autres affaires relevant des seuls préfets42. La politique générale constante du CGOC et des comités d’organisation particuliers fut de limiter autant que possible les autorisations. À la date du 28 juillet 1942, soit un an et trois mois après leur mise en place, ils avaient examiné 1 205 dossiers, n’avaient accordé que 364 avis favorables, mais rejeté 841 demandes43. On a vu que les avis tendant majoritairement à la liquidation des affaires juives s’inscrivaient dans ce contexte. Or, pour cette année 1942, on enregistra la création ou l’extension de 11 657 points de vente44, chiffre où le CGOC veut voir la preuve de l’« extrême bienveillance » des préfets.

13La synthèse produite par l’OID confirme l’analyse du CGOC, mais les conclusions en sont plus nuancées. Si les années 1942, 1943 et 1944 ont vu l’apparition de 20 083 nouveaux établissements commerciaux, les refus d’autorisation ont été croissants d’une année à l’autre. De 8 824 autorisations de création en 1942, on tombait à 3 457 en 1943 (soit – 60,9 %) et à 3 024 en 1944 (soit – 12,5 %). Il en allait de même pour les extensions de commerce : de 2 833 autorisées en 1942, on passait à 1 074 en 1943 (soit – 62,48 %), puis à 874 en 1944 (soit – 19,10 %). L’enquête de l’OID reconnaît en revanche l’inégalité géographique et sectorielle des autorisations : étaient favorisés les grands centres et les régions à forte densité – le département de la Seine bénéficiait à lui seul de près du tiers des autorisations accordées – ainsi que les branches où régnait pourtant la pénurie : l’épicerie, la boucherie, l’habillement etc. Mais ce qui ressort principalement de l’enquête, même si elle ne le dit pas de façon explicite, c’est que la prolifération des points de vente est imputable moins à la faiblesse des préfets qu’aux commerçants eux-mêmes, qui contournèrent la loi. Le nombre réel d’établissements nouveaux est présumé bien supérieur à celui qui est officiellement donné. Car aux commerces nés d’autorisations légales vinrent s’ajouter ceux qui étaient issus de la scission d’anciens fonds de commerce. Ce procédé, qui consistait à séparer un rayon d’un fonds de commerce à activités multiples et à le transférer dans un autre local où il devenait une entreprise indépendante, a permis de déguiser la création de milliers d’entreprises. Et on eut recours à un autre expédient, la remise en activité de vieux fonds, inscrits au registre du commerce, mais qui n’avaient plus d’existence réelle. Enfin, les commerces irréguliers se multiplièrent par dizaines de milliers, points de vente clandestins installés dans les rues ou en chambre, et non recensés par les autorités. Par rapport à cette multiplication des entreprises, les disparitions paraissent bien moins nombreuses. Ce fait révèle l’échec final de la politique de concentration des entreprises commerciales ordonnée par la loi du 4 mai 1943. De fait, le ministère avait ordonné par voie d’arrêté la fermeture provisoire de 210 entreprises seulement sur les 650 000 relevant du CGOC. Sur les 210 fermetures, huit ne furent que partielles, consistant en la réduction de la superficie de vente de grands magasins. Ces mesures furent rapportées par la suite. D’autre part, en raison de la valeur marchande que représentait alors un fonds de commerce, très peu d’entreprises fermèrent spontanément. Enfin, les faillites et liquidations judiciaires furent apparemment moins nombreuses qu’avant la guerre où elles se succédaient au rythme moyen de 15 000 par an.

  • 45 AN 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 5, janvier 1946, p. 3.

14Avec le recul, l’OID conclut son étude de manière moins négative que le CGOC : le décret de 1939 s’est montré un filtre imparfait, mais utile, qui a évité la croissance excessive du nombre des commerces. Par conséquent, il s’interroge sur la pertinence du retour à la liberté d’entreprise que vient de consacrer la disposition de la loi de finances du 31 décembre 1945 (articles 42 et 43) : « La vanne doit-elle demeurer ouverte en grand, et doit-on laisser n’importe qui créer n’importe où, n’importe quel commerce, et considérer la faillite comme le seul remède approprié à une pléthore de commerçants ? »45 Tout en ne méconnaissant pas les revendications des commerçants en faveur de la liberté, il s’oppose aux tenants d’un libéralisme restauré qui ont mené campagne pour l’abrogation du décret.

2. La campagne pour le retour à la liberté menée en 1945

  • 46 AN, 68 AJ/66, sd. 515, OID, septième réunion de la conférence des commissaires provisoires, 20 sep (...)
  • 47 Fenacomult, assemblée générale du 16 mars 1945, rapport de J. Lacour-Gayet.
  • 48 Fenacomult, assemblée générale du 19 mars 1946.

15En septembre 1945, le directeur du Commerce intérieur, Marcel Rives, reconnait la « forte propension des professionnels à réclamer le retour à la liberté »46. Dans le domaine commercial, cette revendication porte à la fois sur la liberté de création d’entreprises (et de la pratique des actes d’achat et de vente afférents) et sur la liberté d’exploitation qui recouvre la liberté d’approvisionnement, la liberté de distribution et de vente et la liberté des prix. Or, à l’automne 1944, du fait du rationnement, du contrôle des prix, du maintien de l’économie dirigée, tout reste à obtenir et, en premier lieu, la liberté d’établissement. Les professionnels voient un signe encourageant dans le tournant amorcé dans la politique économique officielle avec l’éviction en avril 1945 de Pierre Mendès France, qui symbolisait la poursuite d’une politique de rigueur fondée sur le blocage des prix et le maintien de l’encadrement de l’économie. En mars 1945, devant la première assemblée générale de sa Fédération depuis la Libération, Jacques Lacour-Gayet a évoqué « la déception certaine éprouvée par les commerçants […] quand ils apprirent que l’économie dirigée restait, pour un temps indéterminé, le régime sous lequel leurs activités étaient appelées à s’exercer […] Ils ne peuvent oublier qu’à peu d’exceptions près, les principes de ce régime économique sont d’inspiration étrangère et ont été imposés au pays au lendemain de sa défaite provisoire »47. Parmi les thèmes du programme de réforme rêvé par le commerce figurent en bonne place la stabilité monétaire et la réhabilitation de l’initiative privée et du profit. Or, de fait, c’est sur ce programme de restauration libérale, de pari sur la reprise et la croissance que René Pleven s’est imposé face à Mendès France. Mais, fin 1945, en partie à cause de l’inflation, le gouvernement reprend des mesures appliquées par Mendès France comme la pratique de fortes subventions pour stabiliser le prix des denrées de première nécessité. Inflation et marché noir sévissent plus que jamais au début de 1946. Dans ces conditions, Lacour-Gayet, s’exprimant à nouveau devant sa Fédération, estime qu’il faut prendre sans tarder le contre-pied des mesures économiques et financières appliquées depuis dix-huit mois – elles ont entraîné la hausse des déficits, l’étatisation, la croissance du marché noir – avant de rappeler que sa Fédération soutient l’action entreprise par le Comité d’action économique et douanière en faveur du « retour progressif à une économie libérée », action qui débouche en ce printemps 1946 sur l’organisation d’un cycle de conférences où interviennent, entre autres, Louis Baudin, René Courtin et Charles Rist. « L’accueil fait à ces exposés montre combien l’économie française est désireuse d’un desserrement des liens qui l’oppressent et combien l’opinion commune serait favorable à toute initiative en ce sens »48. Nous reviendrons sur le contenu général de ces conférences. Il nous suffit ici de souligner qu’elles participent du mouvement qui porte une partie de l’opinion à réclamer la libération de l’économie. Il a des relais au sein-même de l’OID et il a trouvé dans le combat pour l’abrogation du décret de septembre 1939 une première occasion de se manifester.

  • 49 AN, 68 AJ/66, sd. 515, OID, septième réunion de la conférence des commissaires provisoires, 20 sep (...)
  • 50 Ibid., sd. 517, OID, comité consultatif, séance du 4 octobre 1945.
  • 51 AN, 68 AJ/1, dossier OID, comité paritaire, séance du 8 novembre 1945.
  • 52 AN, 68 AJ/66, sd. 517, séance du 27 novembre 1945 de la commission d’étude des créations et extens (...)

16Les responsables de l’administration du commerce ont eux aussi pris conscience qu’un excès de rigueur a stimulé le marché noir. Aussi, dès septembre 1945, Marcel Rives préconise-t-il de « ne pas s’entêter à fermer l’accès aux professionnels ainsi qu’avaient trop tendance à le faire les comités d’organisation constitués en application des principes corporatifs des autorités de Vichy »49. De son côté, en octobre 1945, Lacour-Gayet prend la tête de ceux qui, au sein du comité consultatif paritaire, réclament l’abrogation du décret-loi de 1939 : « Il faut que chacun ait la liberté de s’établir commerçant et étende son fonds de commerce comme il l’entend »50. Le débat s’engage en novembre 1945 au comité consultatif paritaire. Deux tendances se dessinent. Par la voix de Paul Allonas, l’OID prend acte du désir général de retour à la liberté de création de commerces et définit la position officielle : « Le retour à la liberté devrait être progressif et suivre les mêmes rythmes que le retour à l’abondance »51. Ce qui signifie en pratique le retour à la liberté pour les commerces qui ne souffrent pas de la pénurie, mais le maintien du contrôle pour les produits contingentés. Paul Allonas se prononce donc contre le retour à un libéralisme intégral, d’où résulteraient une sélection par la faillite des entreprises viables et l’élimination des incapables ou de ceux qui se sont installés sans qualification. Dans la continuité de la politique du CGOC, il demande le contrôle de l’accès à la profession et celui de l’ouverture d’un commerce. S’oppose à lui Raymond Boisdé, partisan du retour au libéralisme. Il souhaite que l’on inverse la perspective : septembre 1939 avait établi l’interdiction totale et toléré des accommodements avec elle, 1946 doit revenir à la liberté totale, quitte à l’assortir de restrictions précises. Il préconise de n’attendre ni le retour de l’abondance ni le retour au niveau de production de 1938 et il insiste sur le stimulant que constitue le commerce pour l’ensemble de l’économie : « En exaltant les initiatives personnelles, le retour à la liberté du commerce suscitera un regain d’activité jusque dans les branches productrices »52. Le décret de 1939, en figeant l’appareil commercial dans son état d’avant-guerre, en paralysant les initiatives et en instituant des monopoles au profit des commerces en place, a en effet contribué à geler l’économie.

  • 53 AN, 68 AJ/61, sd. 22, ministère de l’Économie nationale. Conseil de l’économie nationale, Commissi (...)
  • 54 AN, 68 AJ/61, sd. 223, OID. Plan de travail pour l’étude du coût de la distribution (3 août 1945)  (...)
  • 55 AN, 68 AJ/ 61, sa. 22, Premier rapport sur le coût de la distribution, 13 février 1942 ; Examen du (...)

17Les travaux de la Commission sur le coût de la distribution conduisent les pouvoirs publics à prendre parti pour la tendance incarnée par Boisdé : le retour à la liberté. Composée de représentants du commerce (André Roussel), de l’industrie (Henri Fayol), de l’agriculture (Philippe Lamour, Anthelme Lyonnet) et de deux délégués de la Consultative (Albert Gazier et Roger Schwob), elle recueille les avis de divers organismes économiques et se fait principalement l’écho des doléances du grand commerce53. Elle bénéficie des services documentaires de l’OID et hérite donc des études sur la distribution conduites par le CGOC à partir de 194254. Celles-ci se rattachent, elles-mêmes, à celles qu’ont initiées dans l’entre-deux-guerres la CCI, la CEGOS et le CNOF. Le CGOC poursuit ses études au printemps 1945 dans la perspective du long maintien d’une économie dirigée55. La réflexion conduite à la Libération sur la distribution se situe donc dans la stricte continuité de celle engagée dans les années trente autour de la Chambre de commerce internationale. Le rapport présenté en janvier 1946 par P. Maestracci, haut fonctionnaire de la direction des Prix, est un clair manifeste en faveur du retour à la liberté du commerce. La Commission dresse un historique de l’évolution structurelle du commerce, au demeurant fort complet, et elle y prend nettement parti en faveur du commerce intégré. L’intervention croissante de l’État dans le domaine commercial, pour des raisons politiques et sociales qu’elle ne sous-estime d’ailleurs pas, s’est toujours exercée au détriment des grandes entreprises commerciales et a contribué à l’hypertrophie de l’appareil distributeur.

18Deux tendances lourdes du premier xxe siècle sont ainsi dénoncées. La première, la croissance très forte du nombre des commerçants, qui a multiplié les intermédiaires, a été protégée par l’État qui, par des mesures législatives ou fiscales, a entravé le jeu de la concurrence qui aurait dû éliminer les commerçants les moins capables. La seconde, une concentration des entreprises commerciales plus tardive que celle de l’industrie, a été freinée par des législations restrictives, dont la plus récente a été mise en place contre les magasins à prix uniques. L’économie dirigée a accentué ces tendances en multipliant les intermédiaires et en permettant le développement de circuits para-normaux. La « protection antiéconomique » dont a bénéficié le petit commerce, largement majoritaire, lui a « épargné de s’adapter, de s’organiser, de se rationaliser » et a ainsi contribué à retarder la modernisation des circuits de distribution. La Libération et la pénurie persistante ont renforcé ces tendances lourdes. Le nombre de commerçants a encore décuplé : des trafiquants viennent « blanchir » leurs « profits inavouables » en investissant dans des fonds de commerce. Les circuits para-normaux, semi-administratifs, coopératives et groupements d’achats dans les usines et entreprises, ont été maintenus. La Commission se prononce donc pour l’assainissement de la distribution par le rétablissement immédiat des règles du jeu libérales. Elle fait valoir, en faveur du caractère immédiat de cette restauration, l’absence, selon elle, de lien automatique entre un marché suffisamment approvisionné et la fin de l’insuffisance de l’offre – c’est l’argumentation développée par Raymond Boisdé au sein de l’OID. Car l’insuffisance de l’offre provient des fluctuations de la monnaie et de la hausse des prix qui conduisent les commerçants à conserver leurs marchandises, à opérer une rotation de leurs stocks plus lente et, de ce fait, à aggraver la pénurie. Mais, comme le note la Commission, ce serait se faire une idée incomplète du problème de la pénurie « que de croire que le déséquilibre entre l’offre et la demande doit cesser dès que les marchandises seront produites ou importées en quantités suffisantes ». Elle insiste sur l’importance des données psychologiques liées à l’incertitude sur le sort de la monnaie, qui entraînent la rétention par les commerçants de produits techniquement déjà disponibles. Il convient par conséquent de ramener la confiance en stabilisant la monnaie et d’engager, par ailleurs, le délestage des branches engorgées du secteur commercial, non par des mesures autoritaires, comme celle que Vichy avait prise en 1943 et qui avait montré ses limites, mais par le rétablissement du libre jeu de la concurrence.

  • 56 AN, 68 AJ/61, sd. 22, Rapport sur le coût de la distribution, janvier 1946.

19La Commission a la nostalgie avouée du régime libéral classique où l’État fixe les cadres juridiques d’exercice du commerce, mais n’intervient aucunement dans l’activité commerciale. Principalement, du fait de l’article 419 du Code pénal contre les coalitions, il protège en théorie la concurrence des ententes volontaires. Il respecte la faillite, sanction juridique de l’échec économique et contrepartie de la libre concurrence. « La concurrence devait, par la faillite, aboutir à l’élimination des entreprises en surnombre et des entreprises moins bien outillées ou moins bien gérées. Elle accomplissait donc une œuvre de salubrité économique et par la menace qu’elle faisait peser sur les commerçants incitait à une meilleure gestion »56. C’est pourquoi elle demande, en premier lieu, l’abrogation du décret du 9 septembre 1939 – qui interviendra de fait avant la parution du rapport. Elle revendique en outre la suppression des mesures pénalisant les grandes entreprises commerciales, qui était au cœur du combat de Jacques Lacour-Gayet en 1938-1939. Enfin, elle préconise d’éduquer le petit commerce aux nouvelles techniques de gestion des magasins et estime que l’OID est l’organisme le plus qualifié en la matière. Sa conclusion prend une position nette dans le débat sur l’économie dirigée :

  • 57 Ibid.

« En dehors du retour à une économie équilibrée, toutes les mesures d’intervention temporairement nécessaires ne seront que des palliatifs. C’est du jeu d’une concurrence saine que dépendent surtout une amélioration du système distributeur et un allègement de son coût. En matière de distribution, une intervention systématique de l’État est néfaste ou inefficace. Il importe cependant que, par un contrôle vigilant, l’État s’assure que la liberté, la salubrité et l’égalité de la concurrence sont garanties en fait »57.

  • 58 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 826.
  • 59 CCIP, III-4.11 (7), CGOC-OID (1942-1947). Rapport de la commission des Affaires économiques, des d (...)
  • 60 Ibid., loi du 26 avril 1946 « portant retour à la liberté économique » et supprimant les offices p (...)

20L’abolition du décret de 1939 est obtenue avant la parution du rapport en raison du retard pris à son impression : le retour à la liberté d’entreprise prend effet au 1er janvier 1946. On peut toutefois estimer que les consultations des membres de la Commission et leurs premières conclusions ont eu une influence capitale sur la décision, bien qu’elles n’aient pas été rendues publiques. Michel Margairaz a apporté une explication de nature plus politique : l’abrogation du décret du 9 septembre 1939 – comme la suppression des offices professionnels en avril 1946 – a eu, lieu sous la responsabilité d’un ministre communiste François Billoux, à l’Économie nationale, Marcel Paul étant à la Production industrielle. Selon lui, « à la différence de certains socialistes, notamment planistes, les ministres communistes ne sont pas, par principe, adeptes du dirigisme étatique »58. Ils préfèrent la création d’organismes de consultation paritaires au maintien d’organismes étatiques. Loin d’apparaître comme une victoire, le retour à la liberté d’entreprise est considéré par les professionnels comme une simple étape sur la voie du retour complet à une liberté économique qui demeure encore très hypothétique et incertaine pour les divers responsables. Dans un rapport préparatoire de sa commission des Affaires économiques, le Parlement s’interroge au printemps 1946 sur ce qui lui semble être le problème de fond, l’orientation à donner à l’économie française : « Quelle sorte d’économie allons-nous offrir [au pays] après la caricature d’économie libérale, puis la caricature d’économie dirigée qu’il a connues ? Depuis la Libération, nous vivons dans une étrange confusion : les déclarations, les réformes, les décisions se sont inspirées tour à tour ou simultanément, et de façon souvent contradictoire, de tous les systèmes : étatisme, économie dirigée, libéralisme, voire dirigisme libéral »59. La Chambre de commerce et d’industrie de Paris, opérant un nouveau revirement, se prononce, quant à elle, pour les orientations suivantes : abrogation de la loi du 16 août 1940 et des mesures qui en dérivent, suppression des organismes et pouvoirs réglementaires auxquels elles ont donné naissance, retour aux principes fondamentaux de la liberté du commerce et de l’industrie ; mais à peine renoue-t-elle avec l’orthodoxie libérale qu’elle met de nouveaux bémols à cet engagement en déplorant notamment la loi du 26 avril 1946, le « manque de souplesse de ce procédé » et la « brutalité » de la suppression des offices professionnels60. Il semble donc que la concrétisation de mesures libérales pourtant désirées ait aussitôt suscité des inquiétudes, voire des réticences au sein des milieux économiques. Les conséquences de l’abolition du décret de 1939, la relance de l’ouverture des commerces et la vive polémique qui s’ensuivit, ont ainsi posé de manière incisive le problème des limites de la liberté de la concurrence.

3. Les limites de la liberté : de nouvelles lignes de partage

  • 61 Bulletin de l’OID, n° 8, avril 1946, p. 7-8.
  • 62 Ibid., n° 10, juin 1946, p. 11-12.
  • 63 AN, 68 AJ/58, sd. 092. Note du 2 septembre 1946. Secrétariat, 1re section, structures du commerce.

21Dès avril 1946, l’OID fait état de l’ouverture de nouveaux fonds de commerce « exceptionnellement nombreux », mais il table sur un ralentissement sensible prochain61. En juin, l’inquiétude perce : la ruée vers le commerce continue et aucun indice ne laisse prévoir une décrue. L’OID livre le constat suivant : « De nombreux anciens partisans du libéralisme s’inquiètent de cette prolifération, génératrice dans un avenir plus ou moins proche de faillites nombreuses »62. En août 1946, devant l’importance que prend le gonflement du nombre des commerces, le ministère de l’Économie nationale met en place une nouvelle commission : la Commission consultative interministérielle de la distribution. Elle doit remettre dans un délai de deux mois un rapport sur les mesures les plus urgentes à prendre aux fins de simplifier, d’assainir et de rendre moins onéreuse la distribution des produits. Elle se compose de vingt-quatre membres, dont Pierre Benaerts et Cauchois, représentants du Conseil national du commerce (CNC), Pierre Gibily et Georges Maus, au nom de l’Association nationale de répartition aux commerçants (ANRAC). Les travaux sont répartis entre trois sous-commissions : structures, assainissement, coût. Un rapport de la première sous-commission tente d’évaluer en septembre 1946 la croissance provoquée par l’abrogation du décret de 1939. Il estime à 1 060 000 le nombre d’établissements commerciaux au 31 décembre 1945, dont 570 000 recensés par l’OID, 80 000 relevant de celui-ci, mais n’ayant pas fait de déclaration, 130 000 relevant d’autres organismes et 280 000 restaurants, cafés et autres débits de boisson. Or, depuis le 1er janvier 1946, 35 000 nouveaux établissements s’ouvrent chaque mois. Au 1er mai 1946, on en compte 140 000 nouveaux. Ils se concentrent dans le secteur textile (40 %) et dans le secteur alimentaire. En huit mois, le nombre total d’établissements est passé à 1 300 000. La recherche de bénéfices pécuniaires explique l’ouverture de fonds en pareille quantité, mais le rapport insiste sur les dommages qui en résultent pour l’industrie, qui perd ainsi de la main-d’œuvre (54 % des nouveaux commerçants), et pour le commerce, qui accueille en ses rangs des commerçants sans formation, manquant fréquemment d’instruction, incapables de remplir seuls les formalités d’inscription au tribunal de commerce63. Faut-il ou non rétablir le décret aboli ? La question se posa rapidement en ces termes.

  • 64 Ibid., rapport général présenté au nom de la Commission, octobre 1946.
  • 65 AN, 68 AJ/58, sd. 092, projet de rapport du 6 septembre 1946, paragraphe sur le régime des créatio (...)
  • 66 Ibid., rapport général, p. 6-7.

22La Commission ne peut s’entendre sur les solutions à apporter au problème, mais prône le retour à l’interdiction. Son rapport général ne dissimule pas l’existence de « divergences accusées » en son sein. Il se prononce néanmoins pour le rejet du maintien du régime de liberté incontrôlée en vigueur et donc pour l’interdiction, à titre temporaire et conjoncturel, de toute création et cession de commerces. Il se range ainsi à la position de Marcel Rives, qui estime que, dans la mesure où la concurrence ne peut pas, dans les conditions du moment, jouer son rôle d’élimination automatique des commerçants en surnombre et des incapables, l’interdiction est nécessaire. La position est plus drastique que celle adoptée en 1939 qui reposait sur l’autorisation préalable. Le rapport reconnait que le débat demeure ouvert et que des oppositions, notamment celle du Conseil national du commerce, se sont manifestées64. Un rapport préliminaire révèle, en effet, que les représentants des coopératives de consommation et des coopératives agricoles ont demandé l’exception pour leur secteur. Ils ont suscité ainsi la réaction immédiate de l’ANRAC et du CNC, qui disent « n’avoir accepté le régime de l’interdiction temporaire qu’à la condition expresse qu’il s’agirait d’une interdiction totale ». À défaut, ils préfèrent encore le retour au régime général d’autorisation préalable. Pierre Benaerts se montre encore plus opposé à l’interdiction de cession de tout fonds créé ou acquis depuis la guerre, il se refuse à « admettre une réglementation contraire aux principes de la libre disposition de la propriété »65. L’attitude globale de la Commission consultative est ambiguë. Si elle préconise dans la pratique une mesure précise antilibérale, elle ne s’en livre pas moins à l’apologie de la concurrence, proclamée « l’âme du commerce », principe fondamentalement libéral. Elle reprend mot pour mot des expressions figurant dans le rapport sur le coût de la distribution de janvier 1946 : « La concurrence tire sa valeur et son mordant du risque auquel elle expose. La liberté a pour rançon le risque pour le commerçant d’être éliminé s’il ne parvient pas à soutenir la concurrence des autres commerçants. La faillite apparaît ainsi comme la sanction juridique de l’échec économique et la contrepartie de la libre concurrence ». Déplorant l’édulcoration du régime de la faillite depuis la fin du xixe siècle, elle estime : « Son caractère répressif s’est ainsi progressivement estompé. Du même coup, sa portée économique s’est atténuée. [La concurrence] accomplissait donc une œuvre de salubrité économique et, par la menace stimulante qu’elle faisait peser sur les commerçants, incitait à une meilleure gestion »66. Elle se prononce donc également pour une réforme de la législation qui rétablira la notion de risque dans la vie économique.

  • 67 Cf. Claude Quin, Physionomie et perspectives d’évolution de l’appareil commercial français (1950-1 (...)
  • 68 Cf. Dominique Borne, Petits-bourgeois en révolte ? Le mouvement Poujade, Paris, 1977.

23Le gouvernement ne suivit pas la première recommandation de la Commission et ne rapporta pas la décision de rendre la liberté de création de fonds de commerce. Le nombre des entreprises commerciales continua de croître jusqu’au début des années cinquante. On a pu chiffrer le nombre d’établissements créés entre 1940 et 1950 à cent ou cent vingt mille. Ce gonflement artificiel devait peser lourd sur la décennie suivante. Bouleversement de l’équilibre entre les villes et les campagnes, des modes de vie et des consommations, modernisation des équipements, restauration de l’économie de marché entraînèrent un allègement progressif, mais inexorable de l’appareil commercial. La disparition de commerces fut même importante dans certains secteurs alimentaires – notamment dans l’alimentation générale – et pour des services comme les débits de boissons. Parallèlement s’opérait un vigoureux mouvement de concentration des entreprises au détriment des petits commerces. La part du grand commerce dans l’ensemble du secteur, qui oscillait depuis cinquante ans autour de 10 %, s’éleva à 13 % en 1958, à 15,5 % en 1962 et poursuivit une ascension continue67. Ce renversement de la conjoncture est un des facteurs qui expliquent le mouvement Poujade au milieu des années cinquante68. Les petits commerçants souffrirent d’une évolution à contretemps de l’évolution économique globale : la France entrait dans une phase de croissance à laquelle ils ne prenaient pas part. Les Trente Glorieuses furent une période faste pour le grand commerce, qui connut avec le développement des hypermarchés une nouvelle révolution. Elle fut encouragée par un nouveau cadre législatif rapportant peu à peu toutes les mesures prohibitives des années trente. Bien qu’il ait été conçu en dehors des bornes chronologiques de cette étude, il est permis de mentionner le rapport Rueff-Armand sur les « obstacles à l’expansion économique ». Il posa pour le secteur du grand commerce les fondements d’un renouveau.

24Par delà l’examen du problème pratique posé par le retour à la liberté d’entreprise, il importe maintenant de rechercher et d’approfondir le substrat idéologique dans lequel s’enracinent les convictions du grand commerce. Non que celui-ci ait une connaissance poussée des théories économiques, mais il possède indéniablement une culture économique générale que conforte empiriquement la pratique quotidienne des affaires. Instabilité de la monnaie, poids des charges sociales et fiscales, contrôle administratif, ont une incidence concrète sur la vie des magasins. Or, les réformes préconisées pour leur allègement et pour lesquelles se battent les commerçants sont légitimées par un discours de nature idéologique qui donne un sens à l’ensemble des revendications, issues de ce milieu, qui se font jour à la Libération. Propagé par Jacques Lacour-Gayet, ce discours est relayé par un groupe d’économistes libéraux, qui prennent publiquement position contre les orientations choisies à la Libération.

II. UNE COALITION LIBÉRALE POUR UNE ÉCONOMIE LIBÉRÉE

  • 69 Cf. Richard Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, (...)
  • 70 Ibid., p. 316.
  • 71 Lucette Le Van-Lemesle, « Les économistes officiels : experts ou politiques ? », dans Claire Andri (...)

25Alors que les partis majoritaires, issus de la Résistance, forts de l’appui d’une opinion publique avide de rénovation, font triompher à la Libération le principe d’une reconstruction fondée sur l’économie concertée qui associe planification incitative et intervention croissante de l’État dans l’économie et les rapports sociaux, il peut paraître paradoxal de s’attacher à décrire la persistance d’un discours libéral, fauteur d’« égoïsme, [de] désordre, et [d’] arriération »69. Dans le « climat de combat »70 qui sert de cadre à la réforme économique, capitalisme et libéralisme sont en effet dénoncés, et comme responsables de la démoralisation républicaine et de la défaite de 1940, et comme suppôts de la collaboration. Etudiant les prises de position des économistes officiels, issus des facultés de droit, vis-à-vis du problème spécifique des nationalisations, Lucette Le Van-Lemesle relevait chez eux deux attitudes principales : un « discours radical-socialiste caractérisé par son empirisme et ses intentions productivistes » incarné par Edgar Faure, et, un « discours à tonalité démocrate-chrétienne, favorable à un réformisme d’État », défendu par Gaétan Pirou. Mais elle mettait également en valeur « un discours libéral violemment hostile, mais rare à cette époque », représentant approximativement moins de 3 % des opinions de ce milieu. Il triomphait dans un article de M. de Rincquesen, publié dans la Revue politique et parlementaire de mars 1946, qui dénonçait l’« État-monstre », ou dans un « pamphlet contre l’idéologie des réformes de structure », que faisait paraître en juin Daniel Villey dans les Cahiers politiques71. Or c’est le discours minoritaire de cette infime proportion de libéraux, qui va nous retenir, car il soude idéologiquement le grand commerce français en 1945-1946. Jacques La-cour-Gayet en est le porte-parole le plus notable dans ce milieu, mais il est relayé au-delà, sur la scène nationale, par une coalition d’économistes où on trouve toutes les nuances d’un libéralisme auquel la mise en place du plan Mayer dans l’hiver 1947-1948 donnera une première satisfaction et qui s’épanouira avec le gouvernement d’Antoine Pinay en 1952. Les nombreux écrits de Jacques Lacour-Gayet à la Libération permettent de définir avec plus de précision le contenu du libéralisme qui motive ses prises de position dans le débat sur la reconstruction du pays.

A. LE LIBÉRALISME DE JACQUES LACOUR-GAYET

  • 72 Le recueil rassemble des allocutions prononcées depuis deux ans à la Fédération nationale des entr (...)
  • 73 Ils contiennent sept textes : « Le débordement législatif », « Le roi Bilalama et le juste prix », (...)

26Nous avons évité jusqu’à présent de préciser la nature du libéralisme de Lacour-Gayet parce que ce dernier n’a publié que tardivement, vers la fin de sa carrière, des discours et écrits rassemblés dans des ensembles assez cohérents pour être considérés comme des recueils théoriques. « Recueils de principes » devrions-nous dire plus justement, car leur auteur est moins un théoricien qu’un praticien qui, fort de convictions initiales, les a vu confirmées par l’expérience. Ce sont donc surtout trois recueils d’articles qui ont servi de source à notre analyse. Le premier, De Platon à la Terreur, écrit en collaboration avec son frère Robert, a paru en 1948; mais deux articles, signés par Jacques, sont antérieurs : « Platon et l’économie dirigée » date de 1944, « L’ordonnance du roi Jean sur les prix et les métiers (1351) » également. « L’édit de Dioclétien sur les prix » date, quant à lui, de 1948. Le second recueil, Propos d’un libéral, est une véritable profession de foi, livrée aussi en 194872. Enfin, en 1953, année de la mort de Lacour-Gayet, paraissent les Nouveaux propos d’un libéral73. Tous ces textes donnent un contenu à un engagement total en faveur de ce que nous avons appelé un libéralisme « pur » ou un libéralisme « intégral ».

1. Un libéralisme que légitime l’histoire

  • 74 J. Lacour-Gayet, « Morale et économie dirigée », p. 22.

27Lacour-Gayet n’est pas un économiste, mais il possède une bonne culture économique et a une vision globale des mécanismes qui régissent l’économie. Son approche des problèmes est d’abord une approche historique. Sa réflexion sur les débats contemporains se nourrit d’un va-et-vient permanent entre le présent et le passé. Beaucoup de ses articles débutent par l’analyse d’un événement historique qui présente des analogies avec le problème de l’heure. Bien qu’il ne se fasse guère d’illusions sur les enseignements que peuvent en tirer ses contemporains – « Je n’aurai pas l’impertinence de tirer la moindre leçon, […] les leçons de l’histoire n’ont jamais prévalu et ne prévaudront jamais contre les passions et les idéologies du présent », avoue-t-il un jour74 –, l’histoire a pour elle son enracinement dans une longue durée qui témoigne de la force et de la victoire des recettes libérales. C’est dans les débats sur la monnaie que l’histoire est le plus souvent invoquée. En atteste de manière exemplaire ce passage où, reprenant en 1953, les épisodes les plus représentatifs de contrôle des prix, auxquels il a consacré au fil des ans des études détaillées, il résume ainsi sa pensée :

  • 75 Id., « Avons-nous une monnaie ? »

« L’idée de fixer les prix à un niveau immuable ou de n’autoriser que des hausses limitées, tardives et peu fréquentes, vient naturellement, en période de dépréciation monétaire, à l’esprit des dirigeants responsables. Oubliant que le prix n’est que la transcription de la valeur au moyen d’une mesure et que si cette mesure se contracte, le prix ne peut que s’accroître, les gouvernants et leurs conseillers se sont à toute époque fait l’illusion de maintenir les prix immobiles à coups de règlements et d’interdictions. C’est Dioclétien qui, après toutes les dégradations des monnaies impériales, prend en 301 son édit en sept cent cinquante-neuf rubriques sur le prix des marchandises. C’est le roi Jean le Bon qui, au lendemain des manipulations monétaires pratiquées sous Philippe de Valois et sous son propre règne, prétend fixer, par son ordonnance de janvier 1351, le taux maximum des denrées, des objets d’habillement et des salaires. C’est la Convention nationale qui, en septembre 1793, après l’émission de quelques milliards d’assignats, taxe, sur la base des mercuriales de 1790, la presque totalité des matières premières et des objets de consommation. Quant aux essais de réglementation de ces dernières années, est-il besoin de les rappeler ? Toutes ces coercitions et beaucoup d’autres, prises en d’autres temps et lieux, n’ont jamais eu qu’un résultat certain : l’institution de la pénurie et de la fraude. D’elles-mêmes, les taxations sont toujours tombées en désuétude ou, comme la loi révolutionnaire du maximum, ont été expressément abolies par leurs auteurs »75.

  • 76 Lucette Le Van-Lemesle, L’Enseignement de l’économie politique en France (1860-1939), thèse, (dir. (...)
  • 77 Ibid., p. 33.
  • 78 J. Lacour-Gayet, Nouveaux Propos d’un libéral, introduction.
  • 79 Cf. Alain Plessis (dir.), Naissance des libertés économiques. Le décret d’Allarde et la loi Le Cha (...)
  • 80 J. Lacour-Gayet, « Pour une économie libérée », p. 14 et 16 ; « Le miracle du commerce », p. 58.

28Cette démarche historique est renforcée dans un second temps par la lecture des économistes classiques de la tradition libérale. Les auteurs que retient Lacour-Gayet le rattachent sans conteste au « premier libéralisme » identifié par Lucette Le Van-Lemesle, à un libéralisme gestionnaire de l’héritage de la Révolution française et marqué par la pensée de Jean-Baptiste Say76. Entre, peut-être, dans l’affection portée par Lacour-Gayet à Say la sympathie qu’ils partagent pour le monde du commerce : Say est issu d’une famille de négociants, il a fait des études commerciales en Angleterre avant d’entrer dans une compagnie d’assurances, il a conjugué l’expérience du milieu avec une réflexion théorique, ce qui fait écho à la démarche de Lacour-Gayet. Mais au-delà de cette similitude, ils sont liés par de grandes affinités idéologiques. La plus éclatante en cette période de nationalisations et d’interventionnisme qu’est la Libération est la réaffirmation par Lacour-Gayet de la modernité du libéralisme. Contre ses contemporains qui voient en lui l’archétype de l’archaïsme en économie et du conservatisme social, il exalte l’optimisme du libéralisme, qui était celui des Lumières et de la Révolution. Comme Say, il a une vision négative de l’Ancien Régime, symbole des contraintes, des blocages, des réglementations qui freinent l’initiative individuelle et l’innovation technique, et il lui oppose le libéralisme comme pensée du développement, comme « idéologie de rupture » et « orchestration d’une mutation » pour reprendre les termes de Lucette Le Van-Lemesle77. Il tente donc en ce milieu du xxe siècle d’insuffler au libéralisme un élan proprement révolutionnaire : « Que les libéraux ne s’imaginent plus, par une sorte de respect humain dont leurs adversaires ont abusé, livrer une bataille d’arrière-garde ! Les libéraux ne sont pas des attardés, ce sont des précurseurs.[…] Disons-le avec force : être libéral, c’est être avancé »78. Il approuve donc es actes fondateurs que furent en 1791 le décret d’Allarde et la loi Le Chapelier79 qui brisèrent le joug dirigiste de l’Ancien Régime. Libéral à la façon du premier xixe siècle, il est partisan du libre-échange et du libre jeu des lois naturelles, source de la richesse des nations – ce qui le distingue du « second libéralisme », celui du Second Empire et du saint-simonien Michel Chevalier. C’est en ce sens qu’il incarne un libéralisme intégral – d’aucuns diront « intégriste » – proche de ses origines révolutionnaires, fondé sur la réhabilitation du risque, la « sanction des lois naturelles » et la « rigoureuse et salutaire action purificatrice » de la concurrence80. C’est à ce titre qu’il récuse, à la Libération, le procès fait à la politique économique de l’entre-deux-guerres : prétendument libérale, elle avait en fait perdu la pureté qui aurait fait sa force. Il ne rejette pas moins le dirigisme déclaré, imposé depuis la guerre :

  • 81 J. Lacour-Gayet, « Pour une économie libérée », p. 16-17.

« Nous croyons que l’heure est venue de chercher si un régime économique de réglementation outrancière qu’on veut en dernier ressort justifier par la pénurie, n’est pas justement la cause qui prolonge indéfiniment cette pénurie, et si les abus passagers d’une liberté économique retrouvée ne seraient pas moins redoutables pour notre pays que les déchéances matérielles et morales accumulées par un régime de contrainte. […] L’abus de la réglementation, de la restriction, de la défense, engendre comme une réaction naturelle, le goût et l’habitude de la fraude. La violation de la loi n’est pas déshonorante, elle devient méritoire. […] Ce libéralisme, auquel vous restez bien inutilement attachés, entendons-nous dire souvent, a été condamné par les faits et à une date toute récente : […] il a donné pendant vingt ans la preuve de son impuissance […]. À ce raisonnement, nous pourrions répondre par le mot bien connu : « L’économie dirigée veut le bourreau, l’économie libérale veut la faillite ». Or, le régime hybride que nous avons connu entre les deux guerres rejetait, par le protectionnisme, par le renflouement, par l’intervention systématique, les sanctions des lois naturelles. L’État, qui ne pensait pas encore au bourreau, ne voulait plus de la faillite »81.

29Toujours dans la lignée de Say, Lacour-Gayet n’élude pas la question sociale, mais il fait dépendre la solution des problèmes de l’adoption d’une politique économique libérale.

  • 82 Id., « L’Union économique européenne », p. 103-104.

« Un régime de libre concurrence est-il en contradiction avec les réformes sociales les plus hardies ? Je voudrais laver le capitalisme libéral de cette accusation, si souvent et si légèrement formulée, d’être par nature sans entrailles et incompatible avec toute politique sociale progressive. Rien n’est plus faux, et sous le régime du capitalisme libéral, l’État peut modifier la répartition des revenus et des richesses, comme il l’entend, par des impôts, des subventions, des institutions sociales ou d’autres moyens, mais à une condition unique, essentielle, celle de ne pas porter atteinte à la liberté des prix82.

  • 83 Id., « Morale et économie dirigée », p. 25-26.

Il ne serait pas impossible, en abandonnant le dogme de la lutte des classes, de trouver, au sein de l’entreprise, des formules nouvelles qui, tout en laissant au chef la liberté d’entreprendre et le risque d’échouer, avec l’autorité comme corollaire, donneraient au travailleur, déjà passé de l’esclavage au servage, et du servage au salariat, une promotion nouvelle, joyeusement concédée83.

30C’est encore Say qui inspire Lacour-Gayet dans sa conception de la monnaie, nous y reviendrons ».

2. Libéralisme et liberté

  • 84 Frédéric Passy, Leçons d’économie politique faites à Montpellier, Paris, 1862, p. 10, cité par Luc (...)

31Le second caractère du libéralisme de Lacour-Gayet est le lien qu’il établit entre morale et économie. Au xixe siècle, la tendance qui met la seconde au service de la première est incarnée par Frédéric Passy, pour qui « si l’action de l’homme modifie le monde et le plie à son usage, c’est parce qu’elle émane d’une âme, qui domine et dépasse le monde et le corps »84. Cette vertu morale de l’économie permet notamment de justifier la conservation de l’ordre social existant et des valeurs qui le fondent. Or, à maintes reprises, revient sous la plume de Jacques Lacour-Gayet la crainte de l’avilissement moral engendré par la crise économique et accru par le dirigisme :

  • 85 J. Lacour-Gayet, « Quelques idées simples », p. 9.

« [La hausse des prix] infecte tout l’organisme économique. […] Elle détruit l’esprit d’épargne et de prévoyance. Elle abolit le respect des contrats. Elle pervertit les valeurs morales »85.

  • 86 Id., « Pour une économie libérée », p. 15-16.

« L’économie dirigée ne conduit-elle pas présentement à l’avilissement des caractères et à la corruption des mœurs ? »86

32C’est dans son allocution de 1947 à la Fédération – publiée sous le titre « Morale et économie dirigée » – qu’il exprime avec le plus de netteté ses convictions :

  • 87 Id., « Morale et économie dirigée », p. 27-29 et p. 30-31.

« L’économie dirigée que nous pratiquons est profondément immorale. D’abord elle constitue une incroyable entreprise de gaspillage. Il est immoral, dans un pays exsangue et ruiné, de prodiguer, pour des résultats aussi décevants, tant d’intelligence, tant d’argent et tant de main-d’œuvre. […] L’économie dirigée est encore plus immorale quand elle accoutume à la fraude et au mensonge. Assurément, on pourrait ironiser à une époque où tant de valeurs spirituelles sont mises en doute, sur la croyance presque religieuse en la véracité et en la vertu des statistiques qui est à la base des dogmes planistes. […] Quatre années de fraude, déclarées méritoires quand la réglementation économique était imposée par l’occupant, ont fait prendre à la moralité française un pli qui n’est pas prêt de s’effacer. […] L’économie dirigée et la concussion sont, comme la face et le revers d’une médaille, inséparables. […] Une grande tâche s’offre au gouvernement de la France : assainir l’atmosphère morale de ce pays. Le retour à la liberté économique est un des moyens les plus efficaces de cet assainissement nécessaire »87.

  • 88 Ibid., p. 21-22.

33Lier économie et morale, c’est corrélativement lier libéralisme économique et libéralisme politique. Donnant en exemple les effets de l’application de la loi du maximum, imposée d’abord au prix des grains et fourrages, puis étendue à l’ensemble des denrées et marchandises, ce qui entraîna un marché parallèle, Lacour-Gayet rappelle que les commerçants qui fermèrent boutique, faute de denrées, furent traduits devant les tribunaux révolutionnaires : « Terreur économique et terreur politique vont de pair. […] Seul le franc de germinal et l’équilibre budgétaire devaient six ans plus tard, rendre à la France la santé économique et morale »88. En la matière, sa grande référence idéologique est Friedrich von Hayek. Ce représentant de la deuxième école de Vienne a été dans les années trente un contradicteur de Keynes sur les questions monétaires, mais c’est l’anti-interventionniste que Lacour-Gayet invoque.

  • 89 J. Lacour-Gayet, « Pour une économie libérée », p. 15.

« Nous voyons où nous ont déjà menés ces habitudes paresseuses de penser et de sentir, que Frédéric Hayek, dans son livre courageux, The Road of Serfdom, « La Route de la servitude », dénonçait comme typiquement allemandes, la déification de l’État, la croyance irraisonnée aux bienfaits du « planisme », l’acceptation fataliste et sans discussion d’évolutions soi-disant inévitables. L’évolution du dirigisme, nous la connaissons : par la suppression des notions de liberté contractuelle et de profit, par l’asservissement progressif de la personne humaine, elle conduit à la dictature. En économie libérale, remarque Hayek, un manœuvre peut changer de travail ou de résidence, occuper ses loisirs comme bon lui semble, répandre les opinions qui lui plaisent ; il est plus libre que le patron national-socialiste ou le directeur d’un trust soviétique »89.

3. Le « juste prix » (Jacques Lacour-Gayet)

  • 90 Id., « Plaidoyer pour la monnaie », p. 86-87.
  • 91 Ibid., p. 87.
  • 92 Ibid., p. 87.
  • 93 Id., « Le miracle du commerce », p. 54-55.

34Troisième point qui permet d’identifier le libéralisme de Lacour-Gayet : sa conception de la monnaie. « L’unité monétaire est la commune mesure des valeurs, comme le mètre est la commune mesure des longueurs, comme le gramme est la commune mesure des poids », écrit-il en 194890. Cette fonction de mesure est la fonction primordiale de la monnaie. Définissant la mesure comme « un élément constant, uniforme, indépendant des contingences », Lacour-Gayet fait de la monnaie la mesure de référence, confondue idéalement avec un poids : le franc-germinal de cinq grammes en a été l’incarnation. Etalon des valeurs, elle doit « posséder une valeur constante, et elle ne le peut qu’en étant elle-même une marchandise d’une valeur plus constante que celle de toutes les autres, inaltérable, divisible, homogène »91. C’est parce qu’il est attaché au lien entre monnaie et poids métallique que Lacour-Gayet fait de l’or la grande référence et tient le papier-monnaie pour un simple « adjuvant » que l’inflation a déprécié de jour en jour depuis les années vingt. Renvoyant nommément à Jean-Baptiste Say pour qui « le vendeur qui reçoit [la monnaie] a la conviction que la valeur qui est en elle égale la valeur de la marchandise qu’il fournit »92, il adhère à la vision libérale classique, directement issue de la réflexion d’Adam Smith, qui fait de l’échange une confrontation de deux produits en valeur réelle, c’est-à-dire liée à l’utilité que leur attribuent les deux partenaires de l’échange. Pour Lacour-Gayet, la monnaie, instrument des échanges, est une marchandise, « d’une nature particulière », certes, « d’une valeur constante et universellement reconnue », mais une marchandise néanmoins, une « monnaie-marchandise », à laquelle il oppose la « monnaie-signe », à l’origine « doublure et adjuvant », devenue du fait de la guerre, « sa remplaçante exclusive »93. Dès lors, l’échange demeure un troc, un troc différé, décomposé, mais un troc, qui est dans la droite ligne des analyses smithiennes. Se fondant sur une reconstitution historique, Lacour-Gayet ne dit pas autre chose :

  • 94 J. Lacour-Gayet, « Avons-nous une monnaie ? », p. 164.

« La vérité s’imposait qu’il serait plus avantageux d’échanger les produits disponibles contre une marchandise de valeur aussi constante que possible, qui, plus tard, servirait à acquérir, au moment opportun, d’autres produits de valeur équivalente. La notion de monnaie était née. Au diptyque primitif, marchandise contre marchandise, se substituait le triptyque, marchandise contre monnaie et monnaie contre marchandise. Au lieu d’être immédiat, le troc était différé, au besoin d’une génération à l’autre. Ainsi la notion d’épargne, inséparable de celle de la monnaie, prenait corps avec elle »94.

  • 95 Id., « Plaidoyer pour la monnaie », p. 89.

35Cet attachement à un échange exprimé en valeur réelle s’oppose à la vision keynésienne de l’échange, échange monétaire où les partenaires peuvent s’entendre sur des prix qui ne reposent pas sur l’équivalence véritable des valeurs réelles échangées. Pour Lacour-Gayet, le prix est en effet « la traduction d’une valeur réelle au moyen d’un langage, d’un signe, d’une mesure qu’on appelle la monnaie. Le prix ne peut être que la combinaison de deux éléments, valeur et monnaie. Si vous avez une vraie monnaie, le prix traduit très exactement les variations de la valeur »95. Cette dernière affirmation repose sur la croyance des libéraux classiques dans les vertus du marché pour permettre l’égalisation de l’offre et de la demande globales, croyance défendue par Lacour-Gayet. Il est convaincu de l’efficacité des « ajustements naturels » :

  • 96 Id., « Le miracle du commerce », p. 50.

« Si les marchandises et services étaient offerts en quantité insuffisante, si leur qualité et leur prix n’étaient pas appropriés à la demande, le commerçant ne remplissait pas sa fonction et risquait de se voir préférer un concurrent mieux approvisionné ; inversement, si les marchandises offertes excédaient la demande, le commerçant risquait de se les voir laisser pour compte. Dans les deux cas, c’était pour lui la crainte de la faillite, c’est-à-dire la plus pressante et la plus éloquente invitation, d’une part, à satisfaire l’acheteur, de l’autre, à éviter le gaspillage des produits. Le merveilleux automatisme des lois naturelles, à la fois, en faveur du client et de la bonne utilisation des ressources ! »96

  • 97 C. Colson, Cours d’économie politique, 1901, t. I, p. 432, cité par L. Le Van-Lemesle, op. cit., p (...)

36Lacour-Gayet se rattache à une tradition perpétuée dans l’entre-deux-guerres par Clément Colson, qui enseigna à Polytechnique, à l’École libre des sciences politiques, aux Hautes études commerciales et aux Ponts et chaussées et qui, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, donna des articles au Journal des économistes, à la Revue d’économie politique, et fut l’incarnation du « lobby libéral » identifié par Lucette Le Van-Lemesle. Dans ses Cours d’économie politique, parus entre 1901 et 1933, Colson se montre convaincu de la supériorité des phénomènes économiques laissés à leur spontanéité sur l’interventionnisme ; il estime que le mécanisme naturel des prix est le meilleur régulateur de l’économie : « L’organisation spontanée de la vie économique par le mécanisme des prix permet la meilleure production possible et permet les meilleurs ajustements possibles »97. Là où les libéraux parlent de « prix d’équilibre » déterminé par l’égalité de l’offre et de la demande, Lacour-Gayet emploie le terme de « juste prix ». Il est conscient de l’extrême relativité des critères de fixation de ce prix.

« Le coût de revient d’un objet n’est lui-même qu’une somme de valeurs. Selon quel critère chacune de ces valeurs sera-t-elle à son tour appréciée ?

  • 98 J. Lacour-Gayet, « La loi Bilalama et le juste prix », p. 45.

Selon la somme de travail qu’elle incorpore, ainsi que le demande Karl Marx ? Ou autrement ? Les fondements du juste prix se dérobent dès qu’on croit les saisir »98.

37Il n’en maintient pas moins une exigence : cette fixation ne doit pas être le fait de l’État, le prix légal ne doit pas devenir le prix juste.

  • 99 Ibid., p. 49.

« Nous ne demandons pas au pouvoir temporel de nous dire le juste prix. Nous souhaitons qu’il se dégage lui-même de la nature des choses et de la volonté des hommes. Un prix résultant de la pénurie des marchandises n’est pas juste. Le juste prix implique une offre au moins égale à la demande. Un prix résultant d’un monopole de vente n’est pas juste. Le juste prix implique le libre choix. Un prix traduit en une monnaie fondante qui ne permet pas au vendeur de remplacer la chose vendue n’est pas juste. Le juste prix implique une monnaie saine. Ayons l’abondance, la libre concurrence, un instrument de mesure stable et le juste prix nous sera donné par surcroît »99.

4. Un État discret

  • 100 Id., « Le débordement législatif », p. 15-16.

38Au total, le libéralisme de Lacour-Gayet se confond avec la pratique qui régissait la vie économique avant la Première Guerre. L’entre-deux-guerres est déjà une époque corrompue au regard de laquelle la Belle Époque figure un âge d’or, où les lois étaient simples, peu nombreuses et respectées, voire « vénérées »100. Il n’hésite pas à prôner une « marche arrière » afin de réhabiliter le droit naturel contre l’intervention étatique, et à opposer la tradition des économistes français du xviiie siècle aux économistes étrangers qui s’imposent en France :

  • 101 Ibid., p. 32-33.

« Les mots sont souvent des obstacles ; quand beaucoup de Français tomberaient d’accord sur la nécessité de « réagir », le sens qu’a pris en politique le mot de « réaction » suffirait à les paralyser. Ne se trouvera-t-il pas au moins quelques-uns d’entre eux acceptant de proclamer, sans respect humain, que la marche arrière est parfois la seule façon de sortir un véhicule de la position dangereuse où l’a placé un conducteur imprudent ? Ces audacieux ne se croiraient plus tenus d’aller chercher outre-Rhin ni outre-Manche l’inspiration de leurs doctrines. Karl Marx et Lord Keynes ne leur paraîtraient plus les seuls flambeaux capables de guider les masses et la jeunesse fonctionnarisée. […] Nous avons la fortune de compter dans le patrimoine national les œuvres de François Quesnay, véritable fondateur de l’économie politique, à qui nous devons une explication, lumineuse et simple, du fait économique, digne encore aujourd’hui d’être méditée. Ecoutons ce penseur et ses disciples, dont le plus grand fut Turgot, opposer constamment aux lois naturelles, préétablies, qui dérivent de la nature des choses, les lois arbitraires instituées par la volonté de l’homme »101.

  • 102 J. Lacour-Gayet, « Morale et économie dirigée », p. 30-31.
  • 103 Id., « Quelques idées simples », p. 8.
  • 104 Ibid., p. 9.
  • 105 Ibid., p. 7.
  • 106 Id., « Vingt ans de capitalisme d’État », p. 62-63.

39L’État doit se cantonner dans ses domaines de compétence classique – l’ordre, la justice, la défense102 – mais se garder, notamment en matière économique et sociale, d’un interventionnisme, qui le transformerait en « État-Providence » ou « État-Léviathan »103. Il lui revient seulement de veiller à la stabilité de la monnaie par l’équilibre budgétaire et l’encouragement de l’épargne104. Devançant Pinay, Lacour-Gayet recommande de « faire litière des théories et [d’] en revenir aux leçons de l’expérience et du bon sens »105, aux « méthodes de Sully, du baron Louis, de Monsieur Thiers, de Raymond Poincaré »106. Très attaché à la diffusion de ses idées et désireux de leur donner un écho national, il met sur pied un cycle de conférences sur l’économie dirigée où interviennent les grandes voix libérales de la Libération.

B. POUR UNE AUTRE POLITIQUE ÉCONOMIQUE

40Grâce à l’enracinement du Comité d’action économique et douanière dans les milieux libéraux et à la continuité de son équipe dirigeante, c’est sans difficulté que Jacques Lacour-Gayet relance, à la Libération, l’activité de ce lieu de rencontres. Discret groupe de pression dans les années vingt, le CAED devient à la fin des années quarante une association militante qui lutte sur deux fronts : le libéralisme et l’Europe.

1. Le CAED à l’épreuve du keynésianisme

  • 107 LECE, (1949-1950), sd. CAED, série d’allocutions-bilans de l’action du CAED, séance du 30 octobre (...)

41La séance inaugurale de la reprise des activités du CAED a lieu le 30 octobre 1944 en présence de Daniel Serruys, à qui il est rendu hommage – « au cours des dix-neuf années d’existence de notre comité, il l’a souvent éclairé de ses avis » – et qui va s’engager de manière déterminante en faveur de l’union européenne107. Trois grands cycles de conférences se déroulent alors. De décembre 1944 à février 1945, un premier cycle porte sur le régime économique et l’effort de guerre des principales puissances alliées ; de juillet 1945 à mai 1946, un deuxième cycle est consacré à l’Occident européen ; enfin de janvier à mars 1946 a lieu un troisième cycle intitulé Pour une économie libérée. Ce dernier a donné l’occasion à des personnalités de la mouvance libérale de réfléchir à la politique économique menée à la Libération. Il permet d’analyser l’adaptation du credo libéral de Lacour-Gayet aux réalités de l’heure ; mais afin de disposer d’un corpus complet, on se reportera aussi à deux publications collectives du CAED : Vingt ans de capitalisme d’État paru en 1951 et Monnaie d’hier et de demain en 1952.

  • 108 LECE, (1949-1950), sd. CAED, série d’allocutions-bilans…, op. cit.
  • 109 Harold Callender et André Istel, L’économie de guerre des États-Unis, publications du CAED, n° XXI (...)

42Il est intéressant de relever que le cycle de conférences sur l’effort de guerre des Alliés a lieu alors que le monde est encore en guerre, ce qui conduit les conférenciers à admettre une pratique gouvernementale dirigiste. En l’inaugurant, Daniel Serruys fixe les priorités du moment : reprise intensive de la production, assainissement du marché des prix, stabilisation de la devise comme « premiers éléments d’une politique économique délibérément dirigiste, capable à la fois d’assurer la victoire et de préparer l’économie de paix ». Cependant, il inscrit la reconstruction dans le cadre « à la fois dirigiste et échangiste »108, des principes définis à Bretton Woods et Dumbarton Oaks. Premier intervenant, Harold Callender, correspondant à Paris du New York Times, évoque la situation américaine : « Nous connaissons aux États-Unis l’économie dirigée. Combien de temps durera-t-elle ? Il paraît certain qu’un contrôle du gouvernement sera nécessaire pendant une période de transition assez prolongée. On ne peut pas lâcher tous les freins d’un seul coup »109.

  • 110 Ibid., p. 30.
  • 111 Ibid., p. 32.
  • 112 M. Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., t. II, p. 751-752.
  • 113 Gerald Norman et Antoine Goldet, L Économie de guerre de la Grande-Bretagne, publications du CAED, (...)
  • 114 L. Le Van-Lemesle, « Les Economistes français face à la crise des années 1930 : la remise en cause (...)

43Parmi les réflexions suscitées par l’exposé dans l’assistance, celle de Hugues Colin manifeste l’intérêt porté, dès l’Occupation, dans les cercles libéraux « à la place que les plans Keynes et White réservaient à l’or comme étalon international des monnaies »110. Lui répondant, André Istel, conseiller économique près l’ambassade de France aux États-Unis, rappelle que « le rôle de l’or s’est profondément modifié depuis 1914. Son rôle d’instrument de thésaurisation est resté considérable […]. D’autre part, la conception de l’or comme « gage » de la circulation intérieure a donné lieu à des critiques pertinentes, car on reconnaît généralement que la valeur d’une monnaie dépend d’une part de son pouvoir libératoire légal et d’autre part de sa limitation, indépendamment de toute couverture métallique »111. L’intervention d’Istel, auteur au printemps 1943 avec Hervé Alphand, d’un projet de stabilisation des changes, témoigne de l’influence de la réflexion de Keynes sur ce membre du groupe de responsables « européo-libéral » décrit par Michel Margairaz112. Elle montre aussi que ses thèses étaient diffusées jusqu’au sein d’un organisme aussi libéral que le CAED. L’exposé que Gerald Norman, correspondant du Times, a consacré à la Grande-Bretagne est un hymne au plan Beveridge et contribue à propager l’idée d’une nécessaire « coordination » de l’économie : « Tout ceci est maintenant entré dans les mœurs du pays. On accepte, patrons comme travailleurs, que l’économie du pays soit coordonnée : et même on l’exige. Et comme, précisément, le gouvernement et les experts disent que pour rebâtir l’économie anglaise après la guerre il faudra maintenir et en certains points renforcer cette coordination, tout le monde se trouve d’accord »113. Ces conférences sont les premières et dernières du genre : le CAED n’accueillera plus que des personnalités fort réservées à l’égard de l’encadrement de l’économie par l’État. Dans la mesure où elles ont eu lieu tandis que Mendès France était ministre de l’Économie nationale, on peut se demander si elles n’ont pas été organisées à titre informatif afin de susciter le débat sur les thèses de Keynes. Ces dernières furent introduites tardivement en France dans des cercles restreints, mais ignorées des économistes officiels de l’entre-deux-guerres. Lucette Le Van-Lemesle précise que Keynes n’a eu droit qu’à deux articles dans la Revue d’économie politique, l’un en 1936 de Jean-Marcel Jeanneney, l’autre en 1937 d’Etienne Mantoux114. Certes, Georges Boris a initié dès cette époque Mendès France à la pensée keynésienne ; des cercles socialistes ou socialisants, les ingénieurs économistes qui s’exprimaient dans la revue Econometrica ont discuté et diffusé ces thèses ; mais aucun cabinet français, à l’exception du second cabinet Blum, ne les a reprises explicitement à son compte et n’a érigé le keynésianisme en méthode gouvernementale : l’intervention de l’État n’est acceptée qu’à titre temporaire comme palliatif aux insuffisances des mécanismes libéraux. On ne peut donc s’étonner outre mesure si Keynes demeure mal connu en France après la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci a accéléré la diffusion de ses idées, on le voit à travers les remarques de Hugues Colin que nous avons citées.

  • 115 LECE, (1949-1950), sd. CAED, séance du 30 octobre 1944. On peut lire : « Nous regrettons que MM. M (...)
  • 116 G. Norman, A. Goldet, op. cit., p. 35.

44Dans un cercle de réflexion aussi libéral que le CAED, le keynésianisme devient une référence nécessaire du débat économique. L’expérience engagée en Grande-Bretagne, l’accession de Pierre Mendès France au ministère de l’Économie nationale ne peuvent être passées sous silence, car elles sont une profonde remise en cause des principes qui doivent régir la vie économique pour le CAED. Le ministre lui-même est attendu à la séance du 30 octobre 1944115, même si son programme fondé sur les nationalisations, le blocage des prix, l’orientation de la consommation obéit à des principes réprouvés par le CAED. Il se fait représenter aux deux autres conférences du CAED par Berbigier, son chef de cabinet. L’un des membres de son cabinet, normalien, Antoine Goldet, intervient d’ailleurs aux côtés de Gerald Norman sur l’effort de guerre en Grande-Bretagne. Son discours manifeste sans détours la même admiration pour la politique suivie par ce pays dont il salue la « bonne organisation administrative », la « discipline de la population », la « maturité politique et économique des syndicats ouvriers ». Il contribue à propager des principes de direction économique que Pierre Mendès France est en train de reprendre à son compte en France : accent mis sur la production des matières premières, des biens d’équipement et sur l’industrie lourde ; orientation de la consommation par l’interdiction de fabrication de nombreux objets de « luxe » (pianos, réfrigérateurs, tondeuses à gazon…), la taxation de certains autres (tabac, alcools…) et la production d’utility goods ou produits de consommation courante standardisés ; contrôle des prix et politique de subventions aux producteurs. Après l’exposé d’Antoine Goldet, Henri Laufenburger atteste à son tour que l’intérêt va croissant en France pour cette politique : « Je dois vous dire que nous faisons un effort particulier pour faire connaître aussitôt que possible les documents fondamentaux. […] Nous disposerons sous peu de la traduction française de l’ouvrage fondamental de sir William Beveridge intitulé : Full Employment in a free society »116. Laufenburger travaille en effet alors à la traduction du livre de Beveridge qu’il fait paraître la même année sous le titre Du Travail pour tous dans une société libre. Dans la préface il cautionne les thèses de l’auteur. À partir de mars 1945, le CAED n’accueille dans sa collection que des analyses qui défendent une politique autre que celle de Mendès France. C’est ainsi qu’il commande à Ernest Mercier, dirigeant de l’Union d’électricité, administrateur des Pétroles roumains et président de la section française de la Chambre de commerce internationale, un témoignage sur la conférence de Rye, réunie en novembre 1944, à l’initiative d’hommes d’affaires américains, pour réfléchir à la reconstruction économique internationale. Mercier y a présidé la délégation française. Préfaçant sa communication, Jacques Lacour-Gayet veut lire dans les résolutions de Rye un nouveau manifeste libéral :

  • 117 Ernest Mercier, La Conférence de Rye (novembre-décembre 1944), publications du CAED, n° XXVI, Pari (...)

« Ce n’est pas un vent, mais une tornade de libéralisme qui souffle de l’Atlantique et qui grise. […] Liberté d’entreprise, liberté d’investissement, liberté des changes et des échanges, la conférence revendique toutes les libertés économiques auprès de tous les États, et Rye s’érige, après cent ans, en succursale de l’école de Manchester. […] Cela n’ira pas sans objections. […] Suffira-t-il, à l’impatience populaire et à la prudence administrative, de cette assurance que la liberté financière et commerciale (première étape) suscitera tant d’activité (deuxième étape) que la prospérité s’ensuivra (troisième étape) ? L’opinion dans son ensemble se soucie-t-elle que l’initiative soit d’abord rendue aux hommes d’affaires et ne s’en dé-fie-t-elle pas plutôt ? »117

  • 118 Edmond Giscard d’Estaing, Nationalisations ; Louis Baudin, Qu’est-ce qu’une nationalisation ? publ (...)
  • 119 Cf. Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, 1984 (...)
  • 120 Edmond Giscard d’Estaing, Capitalisme, Paris, 1931.

45En septembre 1945, le CAED réédite deux prises de position hostiles aux nationalisations, l’une d’Edmond Giscard d’Estaing, parue en mai dans La Revue de Paris ; l’autre de Louis Baudin, publiée en juillet dans la Revue politique et parlementaire118. Inspecteur des finances, Edmond Giscard d’Estaing a fait carrière au sein de nombreux conseils d’administration d’entreprises et banques coloniales, dont la Société financière française et coloniale qu’il préside depuis 1933. Libéral, il fut de ceux qui, dans les années trente, prirent conscience de la nécessité d’ouvrir l’économie coloniale à la concurrence internationale afin de moderniser l’appareil productif français119. Il collabora au Redressement français d’Ernest Mercier, où il incarnait, aux côtés de Henri de Peyerimhoff, président du Comité des houillères, une branche conservatrice, mais soucieuse de modernité, qui élabora un néo-capitalisme gagné aux idées d’organisation scientifique du travail et de rationalisation comme facteurs de progrès social120. Son souhait de voir organiser la profession l’éloignait des libéraux, son anti-étatisme l’en rapprochait. En mai 1945, la France a connu une première phase de nationalisations, qui ont touché les Houillères et Renault. Se fondant sur les expériences de l’avant-guerre (aéronautique, chemins de fer), Giscard d’Estaing analyse en financier les conséquences des nationalisations :

  • 121 Id., Nationalisations, p. 24-25.

« Jusqu’à présent, les entreprises industrielles de l’État n’ont jamais rapporté de bénéfice à la nation. Nous ne croyons pas qu’il y ait encore au budget de la France une ligne de recettes prévoyant les dividendes des sociétés nationales aéronautiques ou d’Air-France, voire des entreprises nouvelles qui sont gérées par l’État depuis quelques mois. La nationalisation s’accompagne, en fait, de la disparition de tout bénéfice et finit plus ou moins vite par mettre à la charge de l’ensemble du pays qui travaille le déficit provenant de l’insuffisance de la production étatique par rapport à son prix de revient »121.

46Son opposition se double cependant d’une hostilité de nature plus politique :

  • 122 Ibid., p. 26.

« Les hommes méritent de ne pas s’affranchir d’une servitude pour tomber dans une autre. […] Le capitalisme d’État est le plus tyrannique, le plus étouffant qui soit »122.

47Louis Baudin concentre, pour sa part, ses attaques sur les aspects politiques de la nationalisation :

  • 123 Louis Baudin, Qu’est-ce qu’une nationalisation ?, p. 38-39.

« Les réformateurs ont usé de la confiscation comme d’un châtiment, du séquestre, mesure conservatoire, et de réquisitions qui comportent un changement de gestion, non de propriété, dont il a été fait immodérément emploi, mais la nationalisation est le moyen aujourd’hui à la mode »123.

  • 124 Ibid., p. 56.

48Ruine des épargnants et de secteurs entiers qui en portent le poids (agriculture, artisanat), la nationalisation est le fruit de la double pression des socialistes et des syndicats. Aussi Baudin demande-t-il d’éviter qu’elle « ne se poursuive paradoxalement au détriment de l’intérêt national »124. Giscard d’Estaing et Baudin appartiennent au cercle d’obédience libérale qui, à l’initiative de La-cour-Gayet, va prendre l’habitude de se réunir afin de débattre des orientations de la politique suivie depuis la Libération.

2. « La croisade des libéraux » (Pierre Benaerts)

a. Juristes et experts

  • 125 Cf. la biographie récente de René Courtin par Pierre Bolle dans A. Encrevé, J. Poujol (dir.), Les (...)

49Parmi les intervenants rassemblés à plusieurs reprises par le CAED, on relève les noms de René Courtin, d’Edmond Giscard d’Estaing, de Charles Rist, de Jacques Rueff, outre ceux d’André Armengaud, Louis Baudin, Jacques Chastenet, André Marchal, Emile Mireaux, Daniel Villey. Ces nommes ont en commun d’être en 1945 et 1946 au faîte de leur carrière, d’avoir vécu et médité les expériences de l’entre-deux-guerres. Leur conviction libérale, mise à mal par la crise, la guerre, la reconstruction, les conduit à décliner la gamme des libéralismes. Leur sympathie pour l’idée européenne n’a pas moins ses racines dans l’expérience des années vingt. Beaucoup appartiennent au monde des facultés de droit, c’est-à-dire à l’une des institutions traditionnelles d’enseignement de l’économie politique à côté de l’École libre des sciences politiques ou du Collège de France. C’est le cas de Daniel Villey, professeur à la faculté de droit de Poitiers, d’André Marchal ou de Louis Baudin, professeurs à celle de Paris. René Courtin, professeur d’économie politique à Montpellier, doit à son engagement politique sous l’Occupation d’occuper une place un peu à part à la Libération. Avec Pierre-Henri Teitgen, qui enseignait le droit constitutionnel à Nancy, François de Menthon, enseignant à Lyon en 1940, et Paul Bastid, il incarne l’aile militante et résistante des professeurs d’économie politique, « résistance des légistes » (Michel Margairaz) qui s’est retrouvée en 1942 au Comité général d’études. Devenu secrétaire général provisoire à l’Économie nationale, Courtin se heurte le 3 septembre 1944 à Pierre Mendès France, qui lui annonce son intention de prendre en charge le ministère de l’Économie et d’y appliquer une politique opposée à celle qu’il préconise. Ayant refusé de remplacer Aimé Lepercq aux Finances en novembre 1944, il a retrouvé en février 1945 une chaire à la faculté de droit de Paris et s’est lancé dans l’aventure du Monde125. Aux côtés de ces juristes, on trouve des économistes qui ont acquis leur notoriété dans l’entre-deux-guerres grâce à leur fonction d’expert, soit au sein d’institutions économiques, soit auprès d’organismes internationaux.

  • 126 Rapporté par Jean-Noël Jeanneney, dans sa présentation de l’édition de Charles Rist, Une Saison gâ (...)
  • 127 Cf. Lucette Le Van-Lemesle, L’Enseignement de l’économie… op.cit., p. 734-744.
  • 128 Ch. Rist, Une Saison gâtée…, op. cit., p. 14.
  • 129 Ibid., p. 13.

50Le plus âgé, Charles Rist, né en 1874, appartient encore au monde des professeurs de droit. Il a consacré ses quarante premières années à une carrière traditionnelle de juriste. Agrégé d’économie politique en 1899, nommé à Montpellier, attiré par ce qu’on appelait alors la « question sociale », il avouait, des années plus tard, que les questions monétaires et bancaires lui étaient à l’époque bien « étrangères » et « mystérieuses »126. Formé par Charles Gide, avec lequel il a publié en 1909 une importante Histoire des doctrines économiques, il n’avait pas hésité, sous l’influence de son maître, à remettre en cause dans les années 1890-1900 les dogmes de la libre concurrence et des mécanismes naturels127. En 1913, il était élu à la faculté de droit de Paris. Comme bien des universitaires évoqués dans cette étude, il participa durant la guerre à une équipe chargée d’analyser la presse allemande pour transmettre au gouvernement des informations sur l’état économique et financier de l’ennemi. C’est donc à la guerre de 1914-1918 qu’il doit sa spécialisation en matière financière et les bouleversements de sa carrière. Auteur du chapitre économique du programme des radicaux aux élections de 1924, membre du comité des experts de 1926 qui recommande à Poincaré la dévaluation, nommé sous-gouverneur de la Banque de France par Caillaux, il représente encore la France dans des conférences d’experts et est sollicité par plusieurs pays (Roumanie, Autriche, Espagne, Turquie) pour redresser leur monnaie. Il entre enfin dans de nombreux conseils d’administration. Jean-Noël Jeanneney a montré comment l’expérience du Front populaire a précipité l’évolution de Charles Rist vers un libéralisme classique : « Désormais, à son antimarxisme théorique et pratique de toujours s’ajoute une hostilité arrêtée envers celui qui est en passe de devenir, du côté anglo-saxon, le prophète de rechange qui se propose pour l’économie des temps nouveaux (du côté du capitalisme) : à savoir John Maynard Keynes »128. La démission de Rist du comité gérant le fonds d’égalisation des changes, le 14 juin 1937, est pour l’historien décisive : « Nul doute que son image dans les cercles informés ait évolué vers la droite »129. C’est donc un homme déjà âgé – il a soixante-douze ans – fort d’une autorité établie et reconnue et incarnant un libéralisme traditionnel qui est invité par le CAED en 1946.

  • 130 Cf. Jacques Rueff, Œuvres complètes, t. I, Paris, 1977.
  • 131 L’expression est de Michel Margairaz, L’Etat, les finances… op. cit., p. 1166.

51Autre autorité assise : Jacques Rueff. Il appartient à une génération d’experts plus jeune. Né en 1896, il se distingue de Rist par sa formation initiale. Il est passé par Polytechnique et il est entré en 1923 à l’Inspection des finances. Il incarne une orthodoxie libérale qui tranche dès les années trente sur l’interventionnisme de beaucoup de ses camarades de Polytechnique ou des Finances ; c’est en effet des milieux de « techniciens » ou de cercles comme X-Crise que venaient des critiques parmi les plus vives de la faillite du libéralisme. Formé à l’économie par Clément Colson et par ses lectures de Léon Walras, il entame à partir de 1925 une polémique avec Keynes. C’est par l’entremise de son camarade des Finances, jeune directeur du Budget, Erik Haguenin, que Rueff, chargé de mission au cabinet de Poincaré en 1926, va commencer à se tailler une réputation d’expert. Il a alors derrière lui un bon nombre de publications et de conférences. Requis comme Rist au chevet de monnaies étrangères malades (Grèce, Bulgarie, Portugal), il est à partir de 1927, et pour trois ans, membre du comité financier de la Société des Nations. Puis il est, de 1930 à 1933, attaché financier à l’ambassade de France à Londres. Il devient en 1936 directeur du Mouvement général des fonds130. La mise en cause toujours plus vive des thèses libérales le fait se transformer en héraut du libéralisme, expliquant en 1934 dans une conférence à X-Crise : « Pourquoi, malgré tout, je reste libéral ». C’est donc à ce titre que le CAED sollicite ses avis. Au total, en dépit des divergences que l’analyse ne manque pas de faire apparaître, le cercle formé par ces libéraux économistes à l’instigation du CAED constitue en 1945 le pôle de résistance idéologique aux réformes de la Libération. « Revenants d’avant-guerre »131 pour certains, ils ne trouvent pourtant pas qu’une matière à ruminer de vieilles idées dans les mesures prises de 1944 à 1946. Ces mesures sont la première occasion donnée à la France d’essayer une politique radicalement nouvelle. Distincte de celle de Vichy, parce que fondée sur un consensus démocratique, elle ne se distingue pas moins de celle des années trente, dans la mesure où elle est conçue comme un ensemble cohérent et non comme l’application de remèdes ponctuels destinés à panser les maux du libéralisme. C’est rompre franchement avec le libéralisme que souhaitent les dirigeants de l’après-guerre dans l’effervescence de la Libération.

b. À l’ombre du colloque Lippmann

  • 132 Gaétan Pirou, Néo-libéralisme, néo-corporatisme, néo-socialisme, Paris, 1939.
  • 133 Louis Baudin, « Servitude ou liberté économique », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 19-2 (...)
  • 134 Henri Morsel en donne l’interprétation inverse dans son article : « Louis Marlio. Position idéolog (...)

52Les libéraux n’avaient pas attendu la Libération pour se remettre en cause et contre-attaquer. Est-ce un hasard si des personnalités rassemblées par le CAED – Baudin, Rueff – ont été des intervenants au colloque Walter Lippmann qui se tint en août 1938 à Paris et qui posa, aux dires de certains, les jalons d’un « néo-libéralisme » ? Louis Rougier l’avait organisé à l’occasion de la traduction du livre La Cité libre de Walter Lippmann et de la venue en France de ce journaliste américain. Il réunit du 26 au 30 août un aréopage d’économistes prestigieux parmi lesquels F. von Hayek, L. von Mises, L. Robbins et W. Röpke. Il eut un retentissement indéniable dans le monde libéral. Cependant, pour nous être reportée au compte rendu des interventions et des débats, nous nous sommes demandé s’il n’avait pas fait l’objet d’un contresens, imputable d’ailleurs à l’interprétation qu’en donnèrent les libéraux eux-mêmes. C’est l’un d’entre eux, Gaétan Pirou, professeur de droit à Paris et, durant l’Occupation, chargé de cours sur l’économie dirigée à l’École libre des sciences politiques, qui vulgarisa la notion de « néo-libéralisme » dans un livre paru en 1939132. Il souligna la remise en cause de deux dogmes : l’abstention de l’État et la neutralité de la monnaie. L’intervention de l’État était réclamée contre le développement des ententes qui mettent fin à la concurrence et lèsent les consommateurs par des prix souvent plus élevés que ceux du marché. La monnaie dirigée semblait être un recours pour assurer la loyauté des transactions. Après la guerre, Louis Baudin et André Marchal, pour ne citer qu’eux, reprirent encore dans leurs conférences au CAED le terme de néo-libéralisme pour désigner le régime économique qui avait leur préférence et ils se référèrent précisément au colloque Lippmann133. Mais si Pirou insistait à juste titre sur l’hétérogénéité des libéraux qui avaient pris part au colloque et distinguait deux courants principaux – les réformateurs comme Auguste Detœuf ou Louis Marlio, les restaurateurs avec Baudin et Rueff –, il oubliait de dire que la réunion s’était achevée en fait par un appel au retour pur et simple au libéralisme et par l’adhésion de tous à ses dogmes fondateurs. La logique de la réforme que les libéraux appelaient de leurs vœux est une logique de restauration, assez proche en définitive du retour aux sources prôné par Lacour-Gayet134. Trois jours durant, les congressistes intentent un procès à ce qu’ils nomment le « libéralisme manchestérien », au « libéralisme du xixe siècle » : pour Lippmann, « il serait vain d’attendre tranquillement la résurrection de M. Gladstone ». Pour Louis Baudin, il faut renouer avec les pères fondateurs, quitte à changer de bannière :

  • 135 Le Colloque Walter Lippmann. Institut national de coopération intellectuelle. Paris (26-30 août 19 (...)

« Nous aurons beau préciser le sens que nous donnerons au libéralisme, ce mot gardera celui dont on continue à le revêtir. Nous serons, bon gré mal gré, qualifiés de manchestériens et l’on nous regardera comme des disciples de Bastiat, voire d’Yves Guyot ou de Molinari. Le libéralisme pour beaucoup, c’est le laissez-faire, le laissez-passer, et l’on ajoute le laissez-souffrir. Sans vouloir être opportuniste, nous pensons que ce mot usé est dangereux. Nous préfèrerions, en prenant l’individualisme pour drapeau, nous placer dans l’ombre des grands classiques : Adam Smith, Jean-Baptiste Say et Quart Mill »135.

  • 136 Ibid., p. 34.

53Pour Louis Rougier, il convient de réhabiliter l’interventionnisme juridique de l’État contre un prétendu ordre naturel : l’État fixe le cadre juridique général où se déploie l’activité économique. Il rallie à cette opinion Detœuf ou Marlio, pour qui « l’attitude libérale n’est pas celle des bras croisés »136. En des termes repris par Lacour-Gayet dix ans plus tard, Rougier précise :

« La théorie du laissez-faire était à ses origines une doctrine d’action. Elle consistait à vouloir renverser le régime des corporations et des douanes intérieures. C’est plus tard et par un véritable contresens qu’elle est devenue une théorie du conformisme social et de l’abstention de l’État ».

  • 137 Ibid., p. 33.
  • 138 Ibid., p. 33.
  • 139 Cf. ce que notait avec amusement Pierre Mendès France : « Néo-libéral comme on dit parfois avec pl (...)

54L’intervention de Jacques Rueff lui permet d’énoncer le principe fondamental du régime libéral : « Le problème technique revient à savoir si les régimes qui ne sont pas fondés sur le libre-jeu du mécanisme des prix peuvent durer »137. Or, si les intervenants s’opposent sur le rôle joué par l’État dans la concentration des entreprises, aucun d’eux ne prescrit, contrairement à ce qu’écrit Pirou, d’agir sur la monnaie. Tous souscrivent à la nécessité de déterminer les interventions qui respectent le mécanisme des prix, ce qui aboutit à cantonner l’État dans son rôle traditionnel de régulateur de la vie économique. Au terme du colloque, en dépit des tentatives notables de Louis Marlio pour l’adoption d’un autre terme – libéralisme positif, libéralisme social ou néo-libéralisme –, la conception de Rueff s’impose, hostile au préfixe néo-, exigeant que l’on dise « en pleine lumière, sous la forme la plus provocante » que l’on veut la restauration du libéralisme, car il n’y a pas d’autre régime susceptible de durer138. La guerre et la Libération ont conduit tous les libéraux, y compris les « restaurateurs », à se ranger par opportunisme politique derrière une bannière moins voyante que le libéralisme ; mais le néo-libéralisme, synonyme de modernité, dont ils se réclament désormais tous, recouvre des convictions diverses139. Il faut donc se garder des étiquettes, comme le montre l’intervention suivante de Baudin en 1946, lors du cycle « Pour une économie libérée ». La virulence et l’excès avec lesquels il vilipende les « tendances à la socialisation » venues d’Allemagne et leur diffusion en Europe depuis 1945 ne laissent aucun doute sur son adhésion profonde au libéralisme :

  • 140 Louis Baudin, « Servitude ou liberté économique », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 14-1 (...)

« Depuis Fichte jusqu’à Hitler, l’Allemagne avance vers le totalitarisme et il trouve pour féconder son effort l’appui décisif du marxisme, car Marx, ne l’oublions pas, est un enfant de la Germanie. C’est de la plaine rhénane que le socialisme marxiste est parti à la conquête de la France, comme les armées du Kaiser et du Führer, mais plus heureux qu’elles, il n’a pas été repoussé. Hayek l’a bien noté, dans ce livre désespéré qu’il vient de faire paraître et dans lequel il montre que les Allemands n’ont pas réussi à envahir le territoire britannique, mais qu’ils ont conquis les esprits au point que ses compatriotes cherchent à instaurer un régime analogue à celui qu’ils ont combattu chez leurs ennemis. Ces tendances à la socialisation ont trouvé en France un terrain favorable pendant la guerre et l’occupation. […] Il est curieux d’observer qu’un tel système dont nous avons si douloureusement souffert puisse encore être proposé comme idéal. Nous avons connu l’économie de préparation à la guerre (Wehrwirtschaft), celle du temps de guerre (Kriegswirtschaft), voici maintenant l’économie de guerre en temps de paix. Et l’on crie haro sur le libéralisme avec une totale inconscience et une parfaite ingratitude, car on ignore les possibilités qu’il recèle et l’on oublie les bienfaits qu’il a apportés »140.

55Si Baudin se réclame cependant d’un néo-libéralisme en rupture avec le libéralisme classique, c’est manifestement avec le seul souci de ne pas laisser aux keynésiens ou aux socialistes le privilège des idées nouvelles et leur séduction. Rejet de l’héritage physiocratique dans son caractère universel – les néo-libéraux « n’entendent parler que pour un lieu et pour un temps déterminés » – rejet de la formule « Laissez-faire, laissez-passer » trop caricaturée pour être encore crédible et rejet d’un État passif et indifférent, tels sont les fondements du néo-libéralisme pour Baudin. « Souverain qui prépare sa propre abdication », tel doit être l’État en régime néo-libéral :

  • 141 Ibid., p. 23.

« Quand le système d’auto-défense joue mal, quand des circonstances extérieures le détériorent, quand l’évolution de la technique en modifie certains aspects, l’État doit intervenir, mais toujours en vue de rétablir le régime de liberté »141.

  • 142 Ibid., p. 24.
  • 143 Ibid., p. 24.

56Baudin assigne enfin à l’État un devoir social accru : « L’État est là pour recueillir, restaurer, reclasser. A lui les chômeurs involontaires, les incapables, les demi-ouvriers, les vaincus de la vie »142. Ainsi, quelle que soit la volonté de rupture proclamée, Baudin n’en demeure pas moins un libéral convaincu, mais soucieux de réactiver le libéralisme. L’interventionnisme qu’il prône est celui qu’ont pratiqué les libéraux au pouvoir dans les années trente pour pallier les insuffisances du système libéral. Sa seule hardiesse – elle le distingue d’un Lacour-Gayet – est d’entériner l’évolution de l’État libéral durant le premier xxe siècle et de ne plus afficher de nostalgie pour un prétendu âge d’or. En revanche, à la suite de Lacour-Gayet, il veut renouer avec le souffle des apôtres : « On voit l’erreur que commettent ceux qui regardent cette doctrine comme désuète et périmée. En vérité, elle est toute jeune, elle est à l’aube de son existence »143. Plus audacieux, Daniel Villey n’hésite pas à prendre des positions hétérodoxes, notamment sur la monnaie :

  • 144 Daniel Villey, « Économie et morale », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 30.

« Il se faut entendre, Mesdames et Messieurs, sur ce qu’on entend par libéralisme. Bien que les circonstances l’aient situé à Cambridge en réaction contre une certaine école libérale, je serais personnellement très disposé à lui annexer Lord Keynes et nombre de ses disciples. Demander une politique de la conjoncture, des investissements d’État pour amorcer les reprises économiques, une politique avisée de manipulations monétaires, et une politique du taux de l’intérêt, ce n’est point là faire du planisme ! Ce n’est point briser l’armature du régime ! C’est entendre surveiller, et de temps en temps réparer ou guider la machine : non point la détruire ni la remplacer. L’interventionnisme de Keynes est un interventionnisme de fonctionnement par opposition à ce qu’on appelle l’interventionnisme de structure. L’intransigeance de certains néo-libéraux dogmatiques ne sert point à mon avis le libéralisme. L’orthodoxie monétaire en particulier a plus d’une fois joué de fort mauvais tours à l’orthodoxie économique. La liberté économique a payé cher l’obstination avec laquelle nous sommes restés rivés à ce que l’on appelait la politique du " bloc-or " »144.

57En défendant, quoiqu’en des termes plus nuancés, une conception similaire, André Marchal a le mérite de proposer une définition du néo-libéralisme qui fait apparaître ce caractère de troisième voie auquel il prétend :

  • 145 André Marchal, « Les difficultés du libéralisme économique de 1929 à 1939 », Pour une économie lib (...)

« [Les néo-libéraux] élaborent un néo-libéralisme qui les, rapproche du dirigisme puisque, loin de repousser toute intervention de l’État, ils la sollicitent. […] Mais – et ceci les sépare des doctrines dirigistes – ils assignent à l’État un but précis qui, par là-même, fixe des limites à son action. […] Il doit s’efforcer de rétablir les conditions d’une saine concurrence par l’organisation des cadres juridiques et administratifs et par une action dans le domaine économique ayant pour but de dégripper les facteurs bloqués de l’équilibre économique sans compromettre la libre compétition et le rôle régulateur des prix »145.

  • 146 Ibid., p. 60.

58Marchal est séduit par le modèle britannique où il ne voit pas, contrairement à Baudin, d’inspiration marxiste, mais « la synthèse de l’économique et du social » : « Telle est la conception de W. Beveridge qui relègue la déesse Finance au rôle de servante de l’économie, l’économie étant elle-même orientée par les problèmes sociaux »146. Il n’est pas nécessaire d’accumuler les citations. À comparer les positions de Lacour-Gayet, de Baudin, de Villey et de Marchal, on s’aperçoit qu’elles sont autant de degrés sur l’échelle du libéralisme. Lacour-Gayet occupe une position extrême, attachée à la doctrine des origines. Baudin s’en écarte pour autant qu’il admet qu’un peu d’interventionnisme rétablisse la concurrence mise à mal par les transformations structurelles du capitalisme ; mais il reste très attaché au mécanisme naturel de fixation des prix. Enfin, Marchal et Villey représentent un néo-libéralisme qui admet interventionnisme et manipulation monétaire. Tous pourtant sont unis par une même aversion politique pour le socialisme et leur hostilité à la politique incarnée un temps par Pierre Mendès France.

3. L’opposition aux réformes de la Libération

  • 147 René Courtin, Rapport sur la politique économique d’après-guerre, Alger, août 1944, p. 61.
  • 148 Ibid., p. 8.
  • 149 Ch. Rist, Une Saison gâtée… op. cit., p. 353. Dimanche 5 septembre 1943.
  • 150 Cf. Richard Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France…, op. cit., p. 291 ; Diane de Bellecize, Le (...)

59L’expérience radicale d’assainissement de l’économie française proposée par Mendès France entre septembre 1944 et avril 1945 constitue un moment important pour notre analyse, car elle a entraîné, sinon un reclassement, du moins une clarification au sein du camp libéral. Elle a hâté la venue au jour d’une nouvelle identité libérale, d’un libéralisme assumé et revendiqué. Quelques grands thèmes ont alors fédéré les libéraux : stabilisation de la monnaie, restauration de l’économie de marché, combat contre la bureaucratie, hostilité aux nationalisations. L’évolution des prises de position de René Courtin sur la situation monétaire entre l’été 1943 et le printemps 1946 est exemplaire. En dépit des convictions libérales qui l’unissaient à ses collègues juristes et professeurs d’économie politique du Comité général d’études, Courtin n’a pu, dans son Rapport sur la politique économique d’après-guerre, que faire une large place aux critiques portées contre le système de l’avant-guerre et dénoncer la « force des préjugés libéraux »147. Il y insistait sur l’appétit de transformations économiques et sociales dans l’opinion publique, sur la « puissance de ce courant révolutionnaire »148. Charles Rist commentait l’état d’esprit de son collègue en ces termes : « Mardi dernier, j’ai reçu la visite de Courtin pour discuter avec lui du rapport économique. Féru de l’idée de bloquer une partie des dépôts pour éviter la hausse des prix après la guerre. Je lui dis pourquoi c’est absurde. Toutes les idées de son groupe sont en faveur d’un dirigisme effréné. Il lutte tant qu’il peut »149. Dans son outrance même, Rist témoigne de son propre raidissement devant les projets qui se font jour, mais aussi de la force de ces projets qui ont assez de vigueur pour ébranler un libéral comme Courtin. Ebranler, non entraîner, car des analyses précises ont montré que l’aspiration de Courtin à la construction d’une économie « progressive » avait pour fin le retour au marché, à la liberté économique et au libre-échange150. Le Rapport estimait prématuré de trancher entre libéralisme et économie dirigée, non que son rédacteur n’eût pas de convictions, mais parce que son pragmatisme voyait dans le Rapport, moins l’acte fondateur d’un cadre économique révolutionnaire qu’un programme à court terme de reconstruction. Dans la mesure où il analyse la situation en termes macro-économiques et où il juge nécessaire à l’ajustement du marché l’intervention de l’État dans les domaines de la fiscalité, des salaires, de la monnaie et des prix, René Courtin se range parmi les néo-libéraux gagnés aux méthodes d’analyse de Keynes. C’est sur la monnaie surtout qu’il s’oppose à un libéral intégral comme Lacour-Gayet ou à un Rueff. Le véritable néolibéralisme, né des remises en cause d’avant-guerre et dans les débats sur la direction éventuelle de la monnaie, trouve chez Courtin son aboutissement. Il repose sur la conviction que l’intervention de l’État sur la monnaie doit permettre, en modulant la demande, de sauvegarder les mécanismes libéraux d’ajustement par le marché, d’éviter un contrôle des prix et un blocage de la masse monétaire.

  • 151 R. Courtin, Rapport…, op. cit., p. 90.
  • 152 François Caron, « Intervention au sujet de la communication de M. Bouvier », La Libération de la F (...)
  • 153 Jean Bouvier, « Sur la politique économique en 1944-1946 », ibid., p. 846.
  • 154 François Caron, « Intervention… », ibid., p. 863-864.
  • 155 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 796-798.

60C’est sur ce point que l’interprétation de Courtin s’oppose à celle de Mendès France. D’où un premier heurt entre néo-libéraux et keynésiens. Le programme de Mendès France à l’automne 1944 était d’éviter l’inflation en procédant à une ponction sur la masse monétaire par l’échange des billets et le blocage des comptes, des salaires et des prix. Nous avons vu comment Courtin, secrétaire général provisoire à l’Économie, dut céder la place au nouveau ministre de l’Économie ; c’est que, contrairement à ce qu’écrivait Rist, Courtin n’avait jamais été « féru de l’idée de bloquer une partie des dépôts » : le Rapport préconisait un grand emprunt, mais il déconseillait sans équivoque toute mesure de blocage151. En définitive, à cause de l’opposition du ministère des Finances – dirigé par Aimé Lepercq, puis par René Pleven à partir de novembre 1944 –, le programme conjoint d’échange des billets et de blocage ne fut pas mis en œuvre. Cet échec de Mendès France était le premier succès politique de la coalition libérale emmenée par Pleven et Courtin. L’emprunt préconisé par le Comité général d’études eut lieu, emprunt dit « de libération », sous l’égide d’Aimé Lepercq et il fut une bonne opération pour le Trésor. L’échange, sans blocage, des billets eut en revanche moins de succès en juillet, 1945. René Pleven avait succédé en avril à Mendès France au ministère de l’Économie et des Finances. Il tenta, dès le mois de mai, de rendre leur liberté aux prix de certains secteurs (fruits et légumes, puis viande). François Caron a évoqué « l’histoire de ces retours limités à la liberté, suivis d’un rétablissement des contrôles, de ces suspensions trop précoces du contingentement et de la taxation, auxquels il fallait renoncer quelques mois plus, tard ». Il les a imputés en partie à la pression des milieux professionnels sur l’État152. Cette interprétation est confirmée par notre analyse de l’attitude des milieux du commerce. François Caron souligne cependant l’étroite latitude d’action de Pleven. Nuançant le jugement de Mendès France, repris à son compte par Jean Bouvier, pour qui « on en revient avec Lepercq, puis René Pleven, à la « politique de la confiance » sur les voies du vieux libéralisme »153 et à une politique de facilité, il insiste sur le contexte administratif de la politique du ministre. Citant la définition que donne Aftalion du système de fixation des prix à la Libération, « système hybride, c’est-à-dire un assemblage imprudent des deux systèmes, le système libéral et le système dirigiste », il en stigmatise la rigidité qui entraîna la « diffusion des hausses et [l’] alignement des, prix aux niveaux les plus élevés »154. Les notes émanant des directions de l’Économie nationale ont également montré les réticences des hauts fonctionnaires, partisans du maintien du dirigisme, à l’égard de la politique de Pleven : il était impossible de concilier des mesures de libération et une fixation autoritaire des prix155. L’ouverture prématuré d’un secteur libre précipita l’inflation au printemps 1945 et, en septembre, le ministre tenta d’endiguer la hausse en renouant avec la politique mendésiste de subventions aux agriculteurs. En dépit des contradictions de la politique de Pleven, le camp libéral a achevé de se structurer en continuant de rejeter l’option incarnée par Mendès France et en attribuant les difficultés aux scories de l’économie dirigée. Le discours de René Courtin, le 22 février 1946, dans le cadre des conférences du CAED, illustre parfaitement ce processus.

  • 156 René Courtin, « La monnaie en économie dirigée », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 105.
  • 157 Ibid., p. 112-113.

61L’environnement politique a changé. Les élections d’octobre 1945 ont vu une poussée vers la gauche et conduit, après le retrait du pouvoir du général de Gaulle, à la formation en janvier d’un gouvernement dirigé par, le socialiste Félix Gouin, où un autre socialiste, André Philip, en charge de l’Économie et des Finances, souhaite renouer avec certains aspects de la politique de Mendès France. La vie économique présente deux traits nouveaux : reprise et inflation. Mais « le rythme de l’inflation est infiniment plus rapide que le rythme de la reprise », comme le note René Courtin. Il rappelle le « vent de panique […] qui a soufflé sur le pays »156. Pour juguler l’inflation, il refuse tout dirigisme. Évoquant l’assainissement mené en 1923 en Allemagne par Schacht, il déclare : « Nous ne retiendrons pas le procédé, qui est la marque, l’instrument et le stimulant d’une économie asservie, non d’une économie libérée. […] Nous ne pouvons donc stabiliser les prix que par des méthodes libérales ». Plutôt que d’accroître la pression fiscale ou de recourir à un emprunt, il préconise d’agir sur la réduction des dépenses. Il s’en prend en particulier à la politique de subventions, défendue par « M. Mendès France, leur grand théoricien » : « Les subventions actuelles, qu’il s’agisse du charbon, des transports ou du pain, sont sans justification aucune ; elles témoignent uniquement du manque de courage des pouvoirs publics et de l’emprise de l’esprit démagogique »157. Si, en revanche, il s’oppose à la libération des prix en raison des débordements dus aux initiatives de Pleven et à cause de l’inflation, il estime que, dès que cette dernière sera maîtrisée, il faudra sans attendre le retour de l’abondance supprimer tous les contrôles :

  • 158 René Courtin, « La monnaie… », op. cit., p. 114.

« Les indices de la production resteront inférieurs à ceux, déjà décevants, de 1938. Les zélateurs de l’économie dirigée ne manqueront pas de demander que les contrôles soient maintenus jusqu’à ce que la production soit remontée à son niveau normal. Nous devons, dès maintenant, nous apprêter à repousser une semblable thèse »158.

62On retrouve là un débat déjà évoqué, qui a opposé de manière très concrète libéraux et dirigistes autour du problème du retour à la liberté d’entreprise. Enfin Courtin admet, dans l’hypothèse de la fin de l’inflation, une ponction pour adapter la circulation monétaire au niveau des prix et des salaires comprimés par les contrôles. Cette attitude ne contredit pas celle qu’il a prise dix-huit mois plus tôt :

  • 159 La revalorisation générale des salaires de 50 %, décidée en octobre 1944 contre l’avis du ministre (...)
  • 160 René Courtin, « La monnaie… », op. cit., p. 115.

« J’ai été de ceux qui, au moment de la Libération et dans les semaines qui ont suivi, se sont opposés de la façon la plus énergique à une telle expérience, qui eût été à ce moment totalement inefficace. Inefficace parce que la ponction n’eût pas été accompagnée d’une compression des revenus, et notamment des salaires qui étaient l’objet de hausses massives159 ; inefficace également et surtout, parce que l’assainissement réalisé eût été immédiatement mis en cause par l’inflation. Je demeure ainsi persuadé que la situation actuelle n’eût pas été différente si M. Mendès France avait pu réaliser son expérience. Mais une secousse bien inutile eût été imposée à notre économie »160.

  • 161 D’après François Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », La France en voie de modernisa (...)
  • 162 Cf. François Caron, Histoire économique de la France (xixe-xxe siècles), Paris, 1981, p. 210.

63Le discours de René Courtin jetait les bases de la politique qui a été défendue par René Mayer dans le gouvernement formé par Robert Schuman en novembre 1947. Mayer a, en effet, accordé une importance nouvelle au rôle régulateur du mécanisme des prix et critiqué avec virulence la politique de subventions161. Un prélèvement fiscal exceptionnel réduisit alors les liquidités, de nombreux prix du secteur agricole furent libérés, on continua à supprimer des subventions. Ainsi René Mayer réalisa la première véritable stabilisation depuis la Libération et incarna la victoire de l’économie de marché sur l’économie dirigée162.

64Un second thème des orateurs qui s’expriment devant le CAED est l’incurie où est laissée la consommation. Charles Rist dénonce ainsi avec véhémence les priorités définies à la Libération. Contre une politique d’austérité, il recommande la relance de la consommation :

« Nous lisons un peu partout, que le premier soin de l’économie française doit être de reconstituer son outillage et qu’en attendant cette reconstitution les consommateurs doivent serrer leur ceinture. […] Nous comprenons parfaitement qu’au lendemain des destructions subies par la guerre, il ait fallu hiérarchiser les besoins […] jusqu’à ce que les grandes forces productrices du pays – charbon, électricité, transports – aient été remises en marche. Mais dès que nous descendons de ces grands besoins généraux aux besoins plus spéciaux de l’industrie, nous prétendons que ce qui doit régler les priorités sont seulement les besoins spontanés de la consommation. »

65Il incite les pouvoirs publics à considérer consommateurs, industriels et commerçants comme « les véritables soutiens et les vrais directeurs de l’économie ». Dans une critique explicite du « technicien » qui définit in abstracto une branche de production comme désirable, il demande qu’on laisse aux professionnels la liberté d’agir :

  • 163 Charles Rist, « La reconstruction du commerce mondial », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p (...)

« Le succès des grands pays exportateurs est toujours venu du soin avec lequel ils étudiaient les besoins de leurs acheteurs étrangers et cherchaient à les satisfaire. La notion de débouchés est la seule qui convienne à l’organisation du commerce extérieur comme du commerce intérieur »163.

66Paul Naudin plaide aussi pour le retour à la liberté économique :

  • 164 Paul Naudin, « La consommation en économie libérée », ibid., p. 146.

« Vous avez appris avec intérêt, récemment, l’existence d’un programme gouvernemental pour la fabrication d’articles dits « d’utilité sociale », voitures d’enfants, […] layette, bonneterie, toile cirée et linoleum […]. Mais la consommation, dans un pays de haute civilisation, ne se contente pas de l’indispensable, ni même de l’utile, elle exige le superflu […]. Au risque de heurter les partisans d’une sempiternelle pénitence, je suggérerai, pour terminer, que la puissance publique rende une liberté complète au marché de ces superfluités prétendues, de manière à les dégager du marché noir »164.

67Contre la politique de rigueur incarnée par Mendès France, dont un des aspects qui frappèrent l’opinion fut la fabrication d’utility goods, les orateurs du CAED plaident pour la restauration de l’initiative privée et une relance de la consommation par le libre jeu de la concurrence.

  • 165 J. Lacour-Gayet, « Le débordement législatif », Nouveaux Propos d’un libéral, Paris, 1953.

68Troisième thème qui recueille l’assentiment des libéraux : la critique de la bureaucratie. Les attaques de Lacour-Gayet culminent en 1953 dans un texte, Le Débordement législatif, où il dénonce l’inflation des textes législatifs et les excès auxquels conduit la frénésie de réglementation165. Mais dès 1946, Pierre Benaerts dénonçait le péril de la bureaucratie pour les professions commerciales gangrenées par la fonctionnarisation. Il reprenait un thème développé durant l’Occupation :

  • 166 Pierre Benaerts, « Le commerce en économie dirigée », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 9 (...)

« La mentalité du « distributeur » pénètre profondément les catégories commerciales au contact du public. Elle estompe celle de « commerçant ». […] Demain, si l’on n’y prend garde, il s’accommodera d’être le gérant d’une société professionnelle, l’employé d’une coopérative, l’agent d’un magasin d’État. […] Ce jour-là, le commerce sera mort. Nous entrerons définitivement dans l’âge de l’Intendance »166.

  • 167 Henri Solente, « La reconstruction industrielle en économie libérée », Pour une économie libérée, (...)

69Dernier grand grief qui unit en 1946 les libéraux : l’extension des nationalisations. Nous avons évoqué les prises de position de Louis Baudin et Edmond Giscard d’Estaing à l’été 1945, alors qu’elles étaient à peine engagées. Le cycle de conférences « pour une économie libérée » se déroule de janvier à mars 1946, comme une seconde vague de mesures a déjà entraîné la nationalisation des banques (décembre 1945) et conduit à celle du gaz, de l’électricité et des assurances (avril 1946). C’est l’ingénieur Henri Solente qui condamne la nationalisation des secteurs industriels au nom d’un monopole de production préjudiciable au consommateur167. En 1951, sollicitant à nouveau le concours de Baudin, Villey etc., Lacour-Gayet dressera, dans une liste à la Prévert, le bilan de « vingt ans de capitalisme d’État » qui ont fait de l’État :

  • 168 J. Lacour-Gayet, Vingt Ans de capitalisme d’État, Paris, 1951, p. 9.

« Un producteur de charbon, de gaz, d’électricité, de carburants, de potasse, d’engrais, un fabricant d’automobiles, d’avions, de cellulose, de produits chimiques, un constructeur de navires, un répartiteur de céréales, un acheteur d’alcool, un planteur de riz et de coton, un banquier, un assureur, un exploitant de voies ferrées et de ports, un transporteur par mer, par air et par voies navigables, un commerçant importateur, un gérant d’agence de nouvelles, d’agence de publicité, d’imprimeries, de casino, de postes de radiodiffusion et de télévision, un entrepreneur de spectacles, un producteur et un distributeur de films…»168

70Il s’insurge contre cette « féodalité géante ». Il réfute les arguties juridiques, « distinctions d’école » entre étatisation et nationalisation, qui avaient pu arrêter en 1945 un Louis Baudin. Il assimile les nationalisations au collectivisme. Il réclame enfin la mise en vente d’« une bonne partie du secteur concurrentiel » afin de mettre en valeur les mérites comparés d’une gestion publique et d’une gestion privée.

71Le recul du temps permet de réévaluer la protestation des libéraux à la Libération et d’en mesurer toute la vigueur. Le discrédit avait beau frapper nombre de personnalités patronales, les libéraux avaient beau être souvent identifiés à un milieu tenu pour responsable de la guerre, puis de la collaboration économique, leur discours fut sans solution de continuité.

III. L’ACHÈVEMENT DE LA RECONNAISSANCE INSTITUTIONNELLE DU GRAND COMMERCE

A. LES NOUVELLES STRUCTURES NATIONALES

  • 169 J.-N. Jeanneney, « Un patronat au piquet (septembre 1944-janvier 1946) », L’Argent caché, Paris, 1 (...)
  • 170 Ibid. p. 250, d’après E. Villey, La Commission de représentation patronale, septembre 1944-décembr (...)

72Au lendemain de la guerre, la recréation d’une instance nationale représentative du patronat s’est faite selon des modalités qui sont aujourd’hui bien connues. Deux organismes concurrents se sont préoccupés de reconstituer le syndicat patronal dissous par la loi du 16 août 1940. L’un, la Commission de représentation patronale (CRP) d’Etienne Villey et Pierre Fournier, a reçu les encouragements du général de Gaulle en octobre 1944; l’autre, la Commission consultative pour l’aide aux entreprises, dirigée par Pierre Ricard et Henri Davezac, a été constituée par Robert Lacoste au sein du ministère de la Production industrielle. Toutefois, ces organismes s’entendent pour former un comité de liaison, chargé de préparer la création de la future organisation patronale, le CNPF, qui voit le jour le 21 décembre 1945169. Selon un texte rédigé par Villey, cité par Jean-Noël Jeanneney, la CRP se constitua en organisme mixte de l’industrie et du commerce. L’adjonction de ce dernier secteur fut cependant obtenue de haute lutte par le directeur de l’Organisation sociale au ministère du Travail, Henry Hauck170. De fait, de l’Occupation à la Libération, le commerce eut constamment une double préoccupation : restaurer son autonomie par rapport à la production, obtenir sa reconnaissance au sein du monde patronal tout en gardant son indépendance.

1. L’autonomie vis-à-vis de la production

  • 171 AN, 68 AJ/66, sd. 517, comité consultatif paritaire, 6e séance, 22 février 1946.
  • 172 AN, 68 AJ/1, dossier OID, comité paritaire, 1re séance, 17 juillet 1945.
  • 173 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 2, octobre 1945, p. 3.
  • 174 Ibid., n° 8, avril 1946.
  • 175 Bulletin d’information de l’OID, n° 4, décembre 1945.
  • 176 Ibid., n° 10, juin 1946.
  • 177 Relative aux nationalisations dans le secteur bancaire, la loi du 2 décembre 1945 a autorisé le go (...)

73Le souci d’autonomie est exprimé à maintes reprises dans les divers textes qui émanent d’organismes publics ou privés. Il est une réaction contre la continuité de la tendance à l’intégration de la distribution dans le secteur industriel, intégration qui s’était imposée en raison de l’effort de guerre. Malgré le changement de régime politique, comment ne pas retrouver dans le constat que fait Georges Reber, début 1946, le même dépit que celui qu’exprimait son prédécesseur Pierre Benaerts pendant l’Occupation : « Tous les efforts des pouvoirs publics sont actuellement orientés vers la production, ce qui les amène à reléguer au second plan de leurs préoccupations la situation des commerçants »171 ? Les responsables administratifs du commerce sont convaincus de l’effort à fournir. C’est ce qu’exprime Jacques Piette à l’ouverture de la première séance du Comité consultatif paritaire de l’OID en juillet 1945 : « Il faudra que le commerce dispute à l’industrie la place qu’elle veut prendre aujourd’hui dans la distribution, car il ne fait pas de doute que beaucoup d’industriels qui ont pris pendant quatre ans l’habitude de se passer de certaines formes commerciales seront tentés de conserver les avantages qu’ils ont pu acquérir »172. Le Bulletin d’information de l’OID réaffirme en octobre la nécessité de « la défense de la fonction commerciale contre les entreprises de ceux qui songent à l’intégrer à la production sans qu’il soit certain que cette intégration profite au consommateur »173. La pénurie a accru la tendance de la guerre à tenir la fonction commerciale pour accessoire et annexe à la production174. L’OID s’inquiète de la rumeur hostile qui va croissant contre les « intermédiaires » afin de faire triompher le slogan, « directement du producteur au consommateur », et qui inspire la politique de réduction des taux de marque du Comité central des prix. Or cette politique se révèle néfaste : elle s’exerce au détriment d’un autofinancement de la reprise commerciale175. Ce sentiment d’être au mieux, un laissé pour compte, au pis un bouc émissaire de la crise économique, se manifeste à la suite de l’élaboration des programmes d’équipement. Ils concernent les secteurs de l’énergie, des transports, de l’industrie, de l’agriculture, du crédit, de la main-d’œuvre, du commerce extérieur et de la reconstruction. « Seul le commerce intérieur a été oublié », clame, dépité, le Bulletin d’information de l’OID176. Le commerce n’est évoqué qu’au titre de la « reconstruction », quand sont mentionnés les « répartition et reconstruction dans les secteurs privés industriels, agricoles, commerciaux et artisanaux ». Mais si l’équipement industriel nécessaire est détaillé, on ne trouve rien sur l’aménagement d’installations suffisantes de stockage ou sur les facilités de crédit à accorder aux commerçants, capitales pour qui entend reconstituer des stocks177. En outre, la loi sur les programmes de production permet au ministère de la Production industrielle d’agir par décret et de déterminer notamment les conditions de livraison et d’écoulement des produits.

  • 178 Fenacomult, assemblée générale du 19 mars 1946, rapport de J. Lacour-Gayet.
  • 179 GEGM, procès-verbal du 19 octobre 1944.
  • 180 GEGM, procès-verbal du 11 octobre 1945.

74De son côté, au nom des entreprises à commerces multiples, Jacques Lacour-Gayet reprenait les analyses du CGOC sur les frontières de la distribution et rappelait qu’avec l’économie dirigée, la notion de commerce avait été obscurcie par celle de distribution. Or la distribution est subordonnée à la production, alors que le commerce l’est à la consommation. Il convient donc de restaurer ce dernier dans le cadre d’une économie libérée178. C’est à cette fin que la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, dans la continuité de son action hégémonique en faveur du grand commerce, entreprend de soutenir et d’animer toutes les démarches en vue de la création de nouveaux organismes aptes à défendre les intérêts spécifiques du commerce. Ce souci anime en particulier le Groupement d’études des grands magasins. Ayant appris l’initiative prise par certains milieux industriels de créer un groupement chargé de représenter la production française auprès des pouvoirs publics, il se préoccupe dès octobre 1944 de susciter un organisme commercial homologue : « Ce groupement ayant un caractère strictement industriel et n’étant, par conséquent, pas qualifié pour parler au nom du commerce, l’Assemblée se déclare favorable au principe d’une confédération commerciale unique, groupant les commerces de gros et de détail autres que ceux de l’alimentation »179. Un an après, il manifeste son approbation des pourparlers en cours en vue de la constitution d’une « confédération générale du commerce français, qui réunirait toutes les fédérations de gros et de détail et comprendrait également les commerces alimentaires »180. Cette confédération va naître sous le nom de Conseil national du commerce.

2. La naissance du Conseil national du commerce

  • 181 Fenacomult, assemblée générale du 16 mars 1945, rapport de J. Lacour-Gayet.
  • 182 J. Lacour-Gayet, « Le miracle du commerce », Propos d’un libéral, Paris, 1948, p. 60.
  • 183 Ibid.
  • 184 Premiers titres, tous parus en 1945 : Pierre Benaerts, Commerce ou intendance ? ; Jean Picard-Blan (...)

75La toute première étape du processus a été la création par Pierre Benaerts – qui venait d’être remplacé à la tête du CGOC par Georges Reber – du Groupement d’études du commerce français, destiné à promouvoir « le caractère spécifique de la fonction commerciale auprès des pouvoirs publics et de l’opinion » ; la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples lui apporte son adhésion181. La nouvelle association est présidée à l’origine par Emile Daumy, président de la Fédération du commerce de détail de la chaussure ; Pierre Benaerts en est le délégué général, Joseph de Bonnafos le secrétaire général. Elle est avant tout un centre d’information et de documentation pour les organisations patronales du commerce. Mais son originalité est de s’assurer également le concours « de représentants de toutes les techniques auxiliaires du commerce, architectes, transporteurs, agents de publicité, étalagistes, psychologues etc »182. Elle a pour objectif affirmé de prolonger les travaux nécessaires à la modernisation des entreprises commerciales commencée dans les années trente. « Le commerce, et au premier rang le commerce de détail, dont le contact avec le grand public est si divers, a sa technique, et le commerçant, petit ou grand, qui ne possède pas cette technique accomplie, est voué à l’échec. L’achat, la vente, la gestion des stocks, la présentation des marchandises, la conduite du personnel, la structure et l’aspect du magasin, la gestion du secteur administratif, autant de champs d’études passionnément défrichés dans beaucoup de pays étrangers, et dont nous entreprenons en France l’exploration méthodique », déclare Jacques Lacour-Gayet, lors de la journée du commerce de Marseille en 1947183. Le Groupement d’études du commerce français a également une ambition politique. Il publie aux éditions SPID les Cahiers du groupement d’études du commerce français, une collection dont le rôle est d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur les problèmes dramatiques auxquels est confronté le commerce français184.

  • 185 AN, 68 AJ/46, sd. Documentation générale, OID. Service d’études, note 20 du 9 janvier 1946, La cré (...)
  • 186 AN, 72 as/641, CNPF, procès-verbaux du comité directeur, 1re réunion du 16 janvier 1946.
  • 187 Ibid., réunion du 18 janvier 1946.
  • 188 Ibid., réunion du 12 avril 1946.

76Avec le soutien de Georges Maus, Benaerts constitue le 21 novembre 1945 à Paris, 205, boulevard Saint-Germain, le Conseil interfédéral du commerce français (CICF), qui se présente comme une fédération unitaire des groupements patronaux du commerce français et un organisme de combat. Il s’agit de « donner aux dirigeants de nombreux groupements réunissant les chefs d’entreprises commerciales le moyen permanent de se concerter, de travailler en commun et de présenter un front unique en matière de défense de la fonction commerciale »185. Georges Maus en est le président, Pierre Benaerts le délégué général, Joseph de Bonnafos le secrétaire général. Le programme du CICF s’affirme libéral, il se propose d’obtenir le desserrement des réglementations et l’allégement substantiel des organismes d’économie dirigée, de s’opposer aux envahissements de l’étatisme, notamment en matière de commerce extérieur. Parallèlement a donc lieu la création, le 21 décembre 1945, du Conseil national du patronat français sous la présidence de Pierre Fournier. Comme l’ancienne CGPF, il accueille aux côtés de représentants de l’industrie ceux du commerce. C’est ainsi qu’apparaissent, au titre des commerces divers, lors de la première réunion du comité directeur, Lacour-Gayet, Maus et Cauchois. Parmi les sept membres désignés par cooptation figurent Ernest Mercier du comité national français de la Chambre de commerce internationale, Daniel Serruys, au nom du Comité d’action économique et douanière, Paul Gilbert de l’Association nationale d’expansion économique, Benaerts du Conseil interfédéral du commerce français et Raymond Boisdé du Centre d’études des techniciens de l’organisation économique et sociale186. Lors de la séance de ratification de la nomination de Pierre Fournier à la présidence du CNPF, et de l’élection de Georges Villiers à la vice-présidence est constitué le bureau de dix membres parmi lesquels trois représentants de commerçants : Maus, Lacour-Gayet et Cauchois187. Une déclaration est adoptée à l’unanimité le 21 février, qui est remise au président du gouvernement et où le CNPF proteste contre la mise à l’écart systématique du patronat depuis la Libération et contre la paralysie de la vie économique, imputée à la prolifération des réglementations et aux « ravages croissants de l’étatisation ». En avril, est mise sur pied, à côté de la commission économique, une commission spéciale chargée de traiter-de l’ensemble des problèmes propres au commerce188. Mais le souci du commerce est d’obtenir la création d’un organisme représentatif spécifique au sein même du CNPF.

  • 189 AN, 68 AJ/46, sd. Documentation générale, Convention entre le CNPF et le CICF.
  • 190 CNPF, Bulletin, n° 1, décembre 1946.

77Le 24 juillet 1946, le CNPF, représenté par Villiers, et le Conseil interfédéral du commerce français, représenté par Maus, signent une convention, qui institue le Conseil national du commerce (CNC), « organe de liaison, de travail et de représentation commune de la fonction commerciale au nom des organisations du commerce adhérentes au CNPF »189. Sa situation particulière en fait un membre à part entière du CNPF, puisqu’il est dit que « le CNC se conforme à la politique générale du CNPF et s’abstient de toute désignation directe de représentants auprès des instances officielles », mais un membre dont l’autonomie est respectée, car il peut s’exprimer directement sur les questions spécifiquement commerciales. Par ailleurs, ses communications et sa correspondance se font sous le timbre du « Conseil national du patronat français » avec le sous-titre « Conseil national du commerce ». Le CNC est le premier organisme patronal qui fédère l’ensemble du monde commercial. Il regroupe en effet cent cinquante fédérations ou chambres syndicales nationales de commerçants, l’Union du petit et moyen commerce, instituée au sein de la CGPME de Léon Gingembre, les sections commerciales des associations patronales, les sections commerciales des associations patronales régionales ainsi que les groupements interprofessionnels départementaux de commerçants. Il est administré par une assemblée générale, un bureau et une commission permanente de quatorze membres. Son président, membre de droit du CNPF, est Georges Maus, président de la Fédération des commerçants-détaillants de France. Les trois vice-présidents sont Edouard Bertaux, président de la Confédération nationale des commerces et industries de l’alimentation, Cauchois, président du Centre national de liaison des commerces de gros et Lacour-Gayet, président de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples. Le délégué général est Pierre Benaerts. Dès sa création, le CNC montre la « volonté de conquérir les libertés économiques et individuelles sans lesquelles le commerce perd tout son ressort et glisse au niveau d’un appareil de distribution fonctionnarisée »190.

  • 191 AN, 72 as/641, CNPF, procès-verbaux du comité directeur, réunion du 17 janvier 1947.
  • 192 Ibid., réunion du 18 octobre 1946.
  • 193 Ibid., réunion du 22 novembre 1946.
  • 194 AN, 72 as/641, CNPF, procès-verbaux du comité directeur, réunion du 18 octobre 1946.
  • 195 Ibid., réunion du 20 juin 1947.

78Le CNPF fournit au commerce une tribune importante pour exprimer au grand jour des revendications cantonnées jusqu’alors et à la Libération dans son propre milieu. Deux thèmes principaux marquent les années 1946-1948 : le problème des circuits et celui des prix. L’existence du CNPF permet au monde commercial de recouvrer en quelque sorte son identité patronale avec ce que cela implique de prises de positions politiques et sociales, étouffées sous Vichy ou voilées dans un discours technique. C’est ainsi que Georges Maus n’hésite pas à dénoncer la situation faite au commerce, secteur tourmenté, menacé par le fisc et le contrôle économique, en butte aux attaques sournoises d’organisations para-communistes191. Il plaide au nom du commerce pour que le retour à des circuits de distribution normaux soit une revendication prioritaire du CNPF. Il reçoit l’appui total de Georges Villiers, qui, devenu président du CNPF, entend œuvrer au rapprochement des vues des industriels et des commerçants sur cette question. Il affirme, en octobre 1946, que « le patronat doit faire bloc pour le maintien des circuits normaux de distribution » et en appelle à la solidarité des industriels et des commerçants également menacés par toute distribution prise en charge par l’État192. Cette solidarité se manifeste à l’automne 1946, comme le gouvernement élaborait un projet de distribution d’articles d’utilité sociale par l’entremise de magasins départementaux gérés par les chambres de commerce. Le 22 octobre, producteurs, grossistes et détaillants signent un protocole de solidarité totale contre cette mesure, qui réussit à empêcher sa réalisation. C’est l’occasion pour Maus de remercier une nouvelle fois le CNPF de ses efforts en faveur du commerce193. Il ressort en effet de la lecture des procès-verbaux des réunions du comité directeur dans les premières années de son existence le sentiment qu’industriels et commerçants ont engagé un dialogue nouveau, inédit. Le commerce n’est plus marginalisé comme il l’était du temps de la Confédération générale de la production française. L’effort de réflexion sur lui-même entrepris dans les années trente, puis la crise, la guerre, la pénurie, ont non seulement confirmé son rôle social, mais aussi et surtout révélé l’importance de sa place dans l’activité économique. Le dialogue entre industriels et commerçants a, en outre, été peut-être facilité par l’engagement européen commun au président du CNPF et au grand commerce. C’est là un aspect important de son histoire qui sera souligné ultérieurement. Enfin, la présence active des représentants du commerce contribue à la réhabilitation du rôle tenu par les entreprises privées dans le débat public à la Libération, parallèlement au dialogue, mieux connu, ouvert entre le gouvernement et les syndicats. Le second thème qui mobilise et fédère le commerce est le problème des prix. Le CNC lutte en permanence pour éviter la réduction de ses taux de marque – fixée par le gouvernement – au nom d’une politique de baisse des prix194. Hostile à toute mesure autoritaire, Lacour-Gayet plaide pour la restauration des vieilles méthodes libérales, car la baisse des prix « ne peut résulter que de la production accrue, de la concurrence dans la liberté des échanges, et de l’abandon de la politique qui, surchargeant l’État d’attributions innombrables et onéreuses, rend impossible l’équilibre budgétaire et la sauvegarde de la monnaie »195.

  • 196 AN, 68 AJ/1, dossier OID, comité paritaire, séance du 23 février 1946.
  • 197 Fenacomult, assemblée générale du 19 mars 1946, rapport de J. Lacour-Gayet.

79C’est en définitive sans heurts que le commerce obtient sa reconnaissance au sein du monde patronal dès le lendemain de la guerre. Dans ce domaine, son combat ultime est la restauration d’un ministère du Commerce supprimé par Vichy. Cette revendication se fait entendre à la Libération dans toutes les instances : au sein du comité consultatif paritaire de l’OID, où une voix formule « le désir de plus en plus grand des milieux commerciaux de voir rétablir le ministère du Commerce qui a été supprimé par la guerre »196 ; ou encore au sein de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, qui souhaite une résurrection de ce ministère associée à un changement d’orientation de la politique économique197. Un très éphémère sous-secrétariat d’État au Commerce et à la Distribution confié à Jean Minjoz apparaît au sein du ministère de la Production industrielle durant le cabinet Blum, qui dure du 16 décembre 1946 au 22 janvier 1947. Le ministère du Commerce est alors restauré par le gouvernement de Paul Ramadier, formé le 22 janvier. Confié à Jean Letourneau jusqu’au 11 août, il passe ensuite aux mains de Robert Lacoste, placé à la tête d’un ministère de l’Industrie et du Commerce.

B. LA RECONNAISSANCE D’UN PARCOURS PERSONNEL : « L’APÔRE DU LIBÉRALISME » (GEORGES DUHAMEL)

80Si le grand commerce a acquis à la Libération une audience incontestée et concouru à imposer le commerce dans son ensemble, il le doit en grande partie à la ténacité de son représentant, Jacques Lacour-Gayet, qui a su le fédérer et en faire un secteur économique porteur de modernité. Rien ne prédisposait Lacour-Gayet au début de sa vie à s’identifier aussi étroitement aux intérêts du commerce. Pourtant, soixante années après, entamant l’édition d’une monumentale Histoire du commerce en cinq volumes et donnant ses lettres de noblesse à cette activité, il parachevait un parcours que venaient consacrer son élection à l’Institut et son élévation à la dignité de grand-officier de la Légion d’honneur. Des caractères de ce trajet ont sans doute été partagés par d’autres responsables économiques de sa génération, mais c’est avec une constance et une rectitude professionnelles exemplaires qu’il a placé son ambition intellectuelle au service des affaires. Parmi les raisons qui peuvent expliquer en partie cette réussite, il y a une discrétion politique remarquable.

1. Un homme de droite discret

  • 198 Fenacomult, assemblée générale du 16 mars 1945, rapport de J. Lacour-Gayet.

81En dépit de convictions libérales inébranlables, Jacques Lacour-Gayet n’a jamais pris publiquement position dans les débats politiques qui ont accompagné son parcours professionnel. Si ses opinions transparaissent, c’est, nous l’avons souligné à plusieurs reprises, à travers le jugement qu’il porte sur les orientations de la vie économique ; mais elles ne s’expriment jamais de manière militante. En matière politique, il agit comme s’il avait érigé la discrétion en principe directeur, ce qui lui permet en définitive de s’adapter à tous les régimes. Il partageait vraisemblablement les idées d’un parti proche des milieux d’affaires comme l’Alliance démocratique. La guerre et la Libération font clairement éclater l’opportunisme de l’homme d’affaires, responsable de milliers d’entreprises, soucieux de maintenir contre vents et marées son audience auprès des pouvoirs publics. Aussi ne s’étonnera-t-on pas, après avoir lu ses discours pétainistes du début de l’Occupation, de l’entendre saluer en 1945 de manière lyrique « notre miraculeuse libération » et manifester une « joie » due à « l’homme qui, au moment le plus sombre, a gardé l’espoir et qui, nous le souhaitons passionnément, saura maintenir autour de lui l’union des cœurs et des esprits, j’ai nommé le général de Gaulle »198. Mais, dans les années qui suivent, il n’a pas renouvelé de manifestations d’adhésion aussi éclatantes. À l’État français, comme à la République, il fournit un gage de loyauté qui lui permettra, plus tard, de présenter ses revendications économiques et sociales. On ne peut évaluer parfaitement ce que lui coûta en crédibilité durant la période de la Reconstruction sa présence au comité de direction du CGOC. Mentionnons toutefois un vif échange de vues, découvert par hasard dans les archives de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, qui l’opposa en mai 1947 au ministre du Commerce Jean Letourneau, et qui laisse entrevoir toutes les ambiguïtés et susceptibilités entretenues par le souvenir du régime de Vichy.

  • 199 Archives Fenacomult, BA 15. 1, assemblée générale de la Fédération, texte primitif raturé.
  • 200 Ibid., lettre de Jean Letourneau, ministre du Commerce à J. Lacour-Gayet, 7 mai 1947.
  • 201 Archives Fenacomult, BA 15. 1, lettre de J. Lacour-Gayet, 7 mai 1947.
  • 202 J. Lacour-Gayet, Propos d’un libéral, Paris, 1948, p. 26.
  • 203 Archives de fa Fenacomult, BA 15. 1, lettre de J. Lacour-Gayet.

82Le différend éclate au sujet d’un passage de l’allocution que doit prononcer Jacques Lacour-Gayet lors de la prochaine assemblée annuelle de sa Fédération à laquelle le ministre a été convié. Un projet a été soumis au ministre. L’allocution sera reprise et publiée dans sa forme définitive sous le titre Morale et économie dirigée dans les Propos d’un libéral, parus en 1948. Nous avons déjà évoqué le contenu très antidirigiste de ce discours. Il n’est pas indifférent à la décision prise par Letourneau de décliner l’invitation de Lacour-Gayet. Certes, le ministre avance que « ce n’est pas la critique du dirigisme, pas plus que l’apologie du libéralisme qui est en cause », mais il ajoute aussitôt qu’« un esprit indépendant de tout dogmatisme ne peut en ces matières que pratiquer un empirisme d’ailleurs difficile ». Insistant sur l’exception que constitue la libérale Belgique en Europe, donnée en modèle par Lacour-Gayet, il estime d’autre part que « les difficultés que connaît notre pays depuis la Libération ne lui sont pas particulières et [que] l’étranger apprécie plus justement que trop de Français enclins au dénigrement systématique, les résultats déjà acquis ». Enfin il estime « inopportune » la liberté des profits revendiquée par Lacour-Gayet. Il semble toutefois que la critique de Letourneau ait porté plus particulièrement sur trois phrases de Lacour-Gayet, qui figuraient dans le projet d’allocution. Dans un paragraphe où il passe en revue les manifestations de corruption de l’esprit public engendrées par l’économie dirigée – fraude, spéculation… –, il en vient à évoquer la dégradation de la morale civique en ces termes : « Quant aux concepts traditionnels de la morale civique, du temps de Paul Bert et de Jules Ferry, battus depuis huit ans par tant de ressacs, qui pense aujourd’hui à les invoquer ? Travail et famille n’oseraient même plus s’associer au mot de patrie. La patrie, c’est de plus en plus, l’endroit où l’on est bien, ubi bene ibi patria, et si beaucoup de jeunes ne s’expatrient pas, c’est parce qu’ils n’en ont pas encore trouvé le moyen »199. Jean Letourneau s’indigne de la seconde phrase : « Certes, le travail et la famille continueront d’être honorés, mais je croyais qu’il n’y avait pas lieu de regretter la trilogie qu’ils forment avec la Patrie, en raison de l’usage qui en a été fait ». Il regrette également la définition donnée de la patrie : « Le patrimoine commun que nous avons à défendre, n’étant pas seulement matériel, ne permet pas un choix inspiré par le seul égoïsme individuel »200. Dès réception de la lettre du ministre, Lacour-Gayet s’emploie par retour du courrier à dissiper l’ambiguïté du propos où il évoquait la devise de l’État français : « Je ne voudrais pas laisser subsister le malentendu souligné par la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser. Je suis entièrement d’accord avec vous pour déplorer que l’usage fait de la trilogie " Travail, Famille, Patrie " interdise pratiquement aujourd’hui l’association de ces mots : ma remarque n’avait pas d’autre sens. Il suffisait de votre observation pour me montrer que cette constatation pouvait être mal interprétée : elle n’a pas figuré dans l’allocution que j’ai prononcée »201. Effectivement, la phrase litigieuse n’apparaît pas dans la version imprimée202. De même, il explique que « la phrase suivante faisait allusion au découragement de tous ces jeunes gens qui se trouvent aujourd’hui […] dans l’incapacité d’entreprendre et de créer, et regardent, bien à tort, vers d’autres hémisphères. Cet état d’esprit a fait l’objet de nombreux articles dans la presse […]. Ce n’est pas l’approuver que d’en constater l’existence […]. Ici encore, pour mieux faire comprendre ma pensée, j’ai dit : « Pour trop de jeunes, la patrie, c’est de plus en plus l’endroit où l’on est bien »203. Il serait vain de tirer des conclusions hâtives de cet épisode. Il nous paraît cependant exprimer la suspicion dont restent l’objet, dans l’immédiate après-guerre, les anciens dirigeants des comités d’organisation.

  • 204 Cf. Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, « Modernisation et transformation des partis politiques (...)
  • 205 Jacques Fauvet, La IV République, Paris, 1959, p. 199.
  • 206 Cf. J.-P. Rioux, La France de la IVe République, t. II (1952-1958), p. 12 ; Sylvie Guillaume, Anto (...)

83Politiquement, Jacques Lacour-Gayet peut être rattaché durant les dernières années de sa vie au courant des indépendants qu’a illustré Antoine Pinay, président du Conseil du 8 mars au 23 décembre 1952, et auquel appartiennent plusieurs de ses relations comme Raymond Boisdé ou Edmond Giscard d’Estaing. Au lendemain de la guerre, le discrédit global dont pâtissent les formations de droite entraîne la disparition des anciens partis comme la Fédération républicaine ou l’Alliance démocratique qui se fond au sein du Rassemblement des gauches républicaines (RGR), en fait fédération de centre-droit. Mais le Rassemblement du peuple français (RPF) de façon voilée, puis le Centre national des indépendants (CNI) à partir de 1949 et de façon ouverte, vont sanctionner au grand jour la renaissance de la droite classique204. Le programme libéral défendu par Antoine Pinay – consolidation de la monnaie, réduction du déficit, réhabilitation parallèle de l’épargne et de l’esprit d’entreprise – rencontre les aspirations de Lacour-Gayet. Bien que l’époque échappe au terme chronologique de cette étude, nous ne pouvons passer sous silence l’épisode qui consacre la stature acquise par Lacour-Gayet au sein du monde patronal et que les historiens de la IVe République ont tous rappelé. Cet « âge d’or de l’expérience Pinay », comme l’appelle Jacques Fauvet, a reposé sur la stabilisation des prix205. Il ne nous appartient pas ici de démêler, à l’instar des historiens de cette période, ce qui, dans cette réussite, est à mettre au compte du crédit personnel de Pinay ou du retournement de la conjoncture lié à la fin de la guerre de Corée206. Seule nous importe la place tenue par le grand commerce lors du lancement du processus. Georgette Elgey a raconté avec le plus de détails ce moment :

  • 207 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République. La République des contradictions (1951-1954), Pari (...)

« Le lundi 7 mars [1952], à dix-neuf heures, moins d’une semaine après la formation de son gouvernement, M. Pinay sollicite l’appui des grands magasins. Ce sont eux qui décideront du sort de son expérience… Il reçoit les responsables de leurs fédérations : les présidents Jacques Lacour-Gayet et Pierre Laguionie, qu’accompagne leur collaborateur Jacques Bondoux […] ». « M. Pinay, nous dit Jacques Bondoux, avait demandé à nous voir. Nous nous sommes rendus à l’hôtel Matignon sans idée préconçue. Le président du Conseil nous a parlé de la nécessité de rompre le fameux cycle infernal : augmentation des salaires, des prix, des impôts. Il nous a dit : " Pour arriver à en sortir, il faut que j’agisse sur les différents éléments des prix. Pouvez-vous m’aider à faire un effort ? Si vous marchez, cela entraînera tout le commerce ". Nous en avons discuté le soir-même » […] Dès le mercredi 19 mars, branle-bas de combat sur tout le territoire national. Dans chaque succursale, à Marseille, Lyon, Toulouse, Cherbourg, Reims, Rouen, Clermont-Ferrand…, réunis en conseils de guerre improvisés, chefs, acheteurs et vendeurs décident les baisses possibles. Toute la nuit, des panneaux dessinés à la hâte sont imprimés par centaines, des banderoles " Défense du Franc " ou " Baisse " sont tendues sur les portes d’entrée ; la croisade des étiquettes tricolores prend le départ. Les articles dont le prix est démarqué seront vendus surmontés d’une grosse pièce de monnaie en carton : un coq gaulois orné d’un ruban tricolore sur lequel est écrit " Défense du franc ". Réalisant 5 % seulement du chiffre d’affaires du commerce français, les grands magasins et les établissements à succursales multiples n’en exercent pas moins une influence considérable. L’ensemble du secteur commercial a pour habitude de s’aligner sur eux »207.

  • 208 Sylvie Guillaume, La Confédération générale des petites et moyennes entreprises. Son histoire, son (...)
  • 209 Louis Franck, 697 ministres. Souvenirs d’un directeur général des prix (1947-1962), Paris, 1992, p (...)
  • 210 Ibid., p. 70 : le premier effort concerté visait grands magasins et succursalistes, « dont les por (...)
  • 211 Louis Franck, 697 ministres…, op. cit., p. 70-73.

84À la suite du concours des grands magasins, Pinay recueillit en effet celui de deux importantes fédérations, la Fédération de l’habillement, présidée par Raymond Boisdé – élu député RPF du Cher en Juin 51, il avait pourtant voté l’investiture de Pinay –, et la CGPME de Léon Gingembre208. Sur cet épisode, l’on dispose aussi du témoignage précis de Louis Franck, alors directeur général des Prix et des Enquêtes économiques. Il explique comment Antoine Pinay, ce « libéral perdu dans notre Babylone dirigiste »209, s’appuya à la fois sur les analyses de son cabinet, et principalement de Henri Yrissou, et sur les « hommes des Indépendants ». S’il estime que cette stabilisation ne reposa pas sur un scénario bien construit, il confirme à son tour l’importance du rôle du grand commerce dans l’effort entrepris210. Il insiste d’ailleurs sur le poids que représentait, aux côtés de Lacour-Gayet, Pierre Laguionie, qui, de par ses alliances familiales qui l’apparentaient aux Lesieur, aux Guerlain, aux Corbière, était à même d’agir dans de nombreuses directions : grands magasins, oléagineux, parfums, produits laitiers… Louis Franck rappelle encore que la baisse se fit en deux temps : volontaire, elle concerna les secteurs du linge, de la bonneterie, de la confection, de l’épicerie courante, de la quincaillerie, de l’électroménage ; puis autoritaire, à la fin du premier mois, elle passa par la taxation ou le blocage des prix de certains produits alimentaires de détail, des tarifs de la blanchisserie etc211. Ce moment politique fut vécu en tout cas comme une véritable consécration par Jacques Lacour-Gayet, qui y pressentit la perspective d’une nouvelle expansion pour le grand commerce. L’allocution qu’il prononce peu après, le 28 mai 1952, à l’assemblée générale annuelle de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, marque une rupture de ton éclatante. Le discours perd le caractère alarmiste et revendicatif qui était le sien depuis la création en 1937 de cette dernière. Née dans une période de crise, la Fédération, construite comme un instrument de défense patronale, a vécu du Front populaire à la Libération sur le qui-vive, arc-boutée sur la sauvegarde des intérêts de ses entreprises, hostile sous tous les régimes à une politique dénoncée globalement comme dirigiste. Or, pour la première fois, elle manifeste sans réserve sa satisfaction, son adhésion et sa sérénité. Dans une allocution-testament – il devait mourir un peu plus d’un an après –, Jacques Lacour-Gayet apporte la première caution politique de sa vie à Antoine Pinay.

« Les épreuves des années 1939 à 1945 ont plutôt fortifié nos entreprises. […] Par la force des choses, des méthodes économiques de gestion s’instituaient. […] Dans l’ordre moral, nos maisons se faisaient remarquer par l’exactitude qu’elles apportaient à respecter les règles du rationnement et des prix. […] Notre attitude ne nous a pas moins servis auprès des pouvoirs publics qui portent aujourd’hui au commerce multiple une considération peut-être plus marquée que par le passé. C’est seulement depuis quelques années que les efforts persévérants de vos organisations syndicales commencent à recevoir leur récompense. […] Reconnaissons que quelque chose a changé. »

85Les charges fiscales et sociales pesant sur le grand commerce ont baissé : « Des impôts d’exception ont été supprimés ou amendés. Le rapprochement des formes de commerce, si heureusement accompli par le Conseil national du commerce, a permis d’égaliser vos charges sociales avec celles de vos concurrents. » La modernisation du secteur se poursuit, « qu’il s’agisse de vos étalages, qui comptent aujourd’hui parmi les parures de nos cités, de l’objet toujours plus varié et de l’agencement de vos rayons, de la présentation des marchandises, de vos techniques d’éclairage et de transport intérieur, des nouvelles méthodes de vente en libre-service, de la formation du personnel et des cadres, de vos bureaux d’études, de votre sens de l’organisation intérieure comme des relations publiques ». Faisant allusion à sa présence au sein des divers organismes évoqués plus haut, Lacour-Gayet confirme : « Votre voix est maintenant entendue dans toutes les enceintes où se débattent les problèmes de l’économique et du social. Votre autorité, l’influence salutaire que vous pouvez exercer n’est plus mise en doute, même par les pouvoirs publics ». Il clôture son discours par une allusion directe à la démarche d’Antoine Pinay :

  • 212 Fenacomult, assemblée générale du 28 mai 1952, allocution du président.

« Vous en faut-il preuve plus éclatante que cet appel récent du chef du gouvernement auquel vous avez répondu avec tant d’empressement et de bonne volonté, marquant par votre effort une date qui comptera peut-être dans l’histoire de notre pays ? Placés à la pointe d’avant-garde, vous avez, ce jour-là vraiment entraîné à votre suite tout le gros de l’économie française. L’homme sensé, tenace et honnête qui s’adressait à vous avant tous autres consacrait cette primauté que vous avez prise et que vous méritez, à la tête du commerce français. En un jour quasi historique, vous êtes apparus comme les régulateurs des prix. La confiance que vous inspirez s’en est accrue. Vos responsabilités ont encore grandi. […] En cette année 1952 qui est la quinzième depuis la fondation de notre Fédération, j’ose affirmer que nous pouvons, sans nous départir de notre effort, regarder avec plus de sérénité que par le passé, le chemin qui s’ouvre devant nous. »212

  • 213 François Caron, Histoire économique de la France (xixe-xxe siècles), Paris, 1981.
  • 214 Cf. Jacques du Closel, Les Grands Magasins français. Cent ans après, Paris, 1989, annexe 1, p. 281
  • 215 Ibid, p. 36.
  • 216 Emmanuel Chadeau, « Entre familles et managers : les grandes firmes de commerce de détail en Franc (...)
  • 217 Jacques du Closel, Les grands magasins…, op. cit., p. 38-39.

86De fait, la considération nouvelle acquise sous Pinay par le grand commerce est à la base du revirement législatif qui s’opère dans les années suivantes. Ce n’est pas un hasard si Jacques Rueff, ancien conseiller de Pinay, fut en 1959 co-auteur avec Louis Armand d’un Rapport sur les obstacles à l’expansion économique qui préconisait le démantèlement des protections dont bénéficiait le petit commerce213. Le nouveau cadre libéral paraît avoir été bénéfique à double titre. En ce qui concerne leur chiffre d’affaires global, c’est en 1953 et 1954 que les six plus grands magasins parisiens retrouvent et dépassent le niveau atteint en 1938214. Un cycle faste s’ouvre pour le grand commerce, qui va durer jusqu’au début des années soixante-dix. Jacques du Closel le souligne rétrospectivement : « Pendant trois décennies, la profession connut une expansion continue, qui se traduisit, en premier lieu, par la conquête jusqu’en 1970 de parts de marchés, et en second lieu, par une politique d’accroissement des surfaces de vente qui se prolongea très au-delà de cette date »215. Dans le domaine de l’innovation commerciale, le nouveau cadre libéral a permis à la fin des années cinquante l’épanouissement des supermarchés, symboles de la grande révolution commerciale du xxe siècle. Certes, si comme le rappelle Emmanuel Chadeau, les grands magasins sont restés « à la périphérie » de cette dernière216, née de l’initiative d’entrepreneurs d’un type nouveau, ils n’en ont pas moins réalisé leur propre aggiornamento en s’implantant à partir de 1969 dans les grands centres commerciaux périphériques des villes217. En 1953, le grand commerce est à l’orée d’une révolution aussi importante que le fut celle des grands magasins. Jacques Lacour-Gayet a été en fait le gestionnaire d’un cycle de crise qui va de 1918 au début des années cinquante, crise économique et sociale qui frappa les grands magasins. Ils ont toutefois donné la preuve, au tournant des années trente, de leur grande capacité d’adaptation en mettant en place le réseau des magasins populaires et en lui permettant de survivre en dépit de réglementations cœrcitives. Desserrer ce carcan fut le but que poursuivit inlassablement Lacour-Gayet jusqu’à la fin de sa vie.

2. Une ambition intellectuelle au service d’un secteur d’activité économique

  • 218 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 10 mars 1994; M. M. Lacour-Gayet est lui-même l’auteur de (...)

87Au terme de l’analyse de ce parcours individuel, nous serions tentée de penser que Jacques Lacour-Gayet ne mit pas tant ses capacités intellectuelles au service du grand commerce qu’il ne se servit de la reconnaissance acquise dans ce milieu en raison du combat livré en faveur du libéralisme, pour s’attirer une reconnaissance intellectuelle et institutionnelle à laquelle il avait toujours profondément aspiré, ce dont ont témoigné tous les anciens collaborateurs que nous avons pu rencontrer. À la racine de cette aspiration, il y a une sorte d’hérédité familiale qui a permis à son grand-père Paul Janet, à son cousin Pierre Janet et à son père Georges Lacour-Gayet, d’entrer à l’Institut. Elle se mêle à l’admiration éprouvée pour le métier d’historien exercé par son père. « Quelle que soit leur activité professionnelle, les Lacour-Gayet ont cherché à faire œuvre d’historien », témoigne M. Michel Lacour-Gayet218. Les œuvres de Jacques Lacour-Gayet sont émaillées, nous l’avons vu, de références historiques. L’Histoire du commerce, dont il fut le grand ordonnateur au début des années cinquante, couronne cette ambition. Dans un élan grandiose qui lui fait embrasser « la totalité des activités commerciales de l’humanité », de la haute Antiquité au xxe siècle, il confie la rédaction des cinq volumes à des géographes, à des historiens, à des juristes (Henri Labouret, Jean Fournier, Maurice Baumont) ainsi qu’à des représentants du monde commercial (Michel David, Pierre Benaerts, Paul Naudin). Grâce à la qualité des spécialistes requis, il proposa aux commerçants la mise en perspective et la philosophie de leur propre histoire, soucieux en particulier de mettre en lumière la mission civilisatrice du commerce.

  • 219 Cf. PPMLG, dossier 1939, lettre d’Aupetit.
  • 220 Cf. Jean-François Sirinelli, « Immuable et changeante ? L’École normale supérieure de la rue d’Ulm (...)
  • 221 PPMLG, dossier Académie des sciences morales et politiques, 17 juin 1946, lettre de Louis Merlin, (...)
  • 222 Ibid., plaquette Vingt-deux juin mil neuf cent quarante-six, allocution de Paul Naudin.

88La Libération marque l’aboutissement de la stratégie qui devait le porter à l’Institut. Car c’est bien de stratégie qu’il s’agit dans le soin mis par Jacques Lacour-Gayet à cultiver depuis les années vingt les personnalités de son réseau, membres de l’Institut : Seillière, Albert Aupetit219, Edouard Jordan, Louis Marlio, Georges Pichat, Jacques Bardoux, Albert Buisson ou Eugène Schneide ; depuis 1939 au moins, il leur envoie consciencieusement ses publications. Plus qu’un « déterminisme normalien »220, c’est sa réussite professionnelle qui a permis à Lacour-Gayet de prétendre à la reconnaissance officielle. Pour « l’apôtre du libéralisme » qu’il fut, selon un mot de Georges Duhamel, la conquête de l’Académie des sciences morales et politiques s’imposait. Bastion du libéralisme depuis son rétablissement en 1832, elle ne devait pas cesser d’accueillir en grand nombre les auteurs et économistes libéraux les plus réputés. Lacour-Gayet y fut élu, le 17 juin 1946, en remplacement du marquis de Lillers, en même temps que son camarade normalien Paul Bastid, juriste de formation, ancien membre du Conseil national de la Résistance et directeur de l’Aurore. Beaucoup de lettres de félicitations, reçues à cette occasion, font référence à son père qui l’y avait précédé221. Une première réception, au siège du CAED, suivit, le 22 juin, cette élection. En présence de collaborateurs du Comité – Hugues Colin, Lucien de Sainte-Lorette –, de ceux du Conseil interfédéral du commerce, des éditions SPID confiées à son gendre Max Buteau, de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples et de Radio-Luxembourg, Paul Naudin retraçait un itinéraire placé sous le signe de la fidélité222. Après avoir résumé le parcours professionnel de Lacour-Gayet, il ajoutait : « Nous sommes heureux que [l’Académie accueille] avec vous, et le commerce injustement méconnu, et la jeune exploitation radiophonique qui n’a jamais été à pareil honneur, et le néo-libéralisme [sic] prometteur ». Une seconde réception fut donnée, le 19 novembre 1947, à l’occasion de la remise de l’épée d’académicien, sculptée par Paul Landowski.

  • 223 Ibid., plaquette Dix-neuf novembre mil neuf cent quarante-sept, allocution de Gabriel Cognacq.
  • 224 Ibid., plaquette Trois mai mil neuf cent cinquante, allocutions de Georges Duhamel, de René-Louis (...)

89Il appartint alors à Gabriel Cognacq, lui-même de l’Académie des Beaux-Arts, de retracer la carrière de Lacour-Gayet et d’évoquer leur première rencontre en 1914 au Mans ainsi que la relance, vigoureuse depuis la Libération, des affaires qui lui tenaient particulièrement à cœur, dont Radio-Luxembourg : « Radio-Luxembourg a été mise en septembre 1944 à la disposition des Alliés et rendue en novembre 1945 à ses dirigeants d’avant-guerre. Tous vos amis savent ce qu’il vous a fallu de ténacité, d’entêtement pour réussir une pareille entreprise, et comment vous savez vous battre comme un lion pour la défendre contre tous les assauts »223. Une ultime grande réunion eut lieu le 3 mai 1950 au Cercle interallié pour la remise des insignes de grand-officier de la Légion d’honneur à Jacques Lacour-Gayet. Il s’y livra avec Georges Bidault à une passe d’armes autour des vertus du libéralisme, le président du Conseil tentant de défendre un peu l’État : « Vous, entièrement libéral, moi, à mi-chemin »224. Georges Duhamel rappela à son tour les activités multiples de Lacour-Gayet : « Je vois tantôt l’historien, tantôt le moraliste, tantôt le critique des activités et des sociétés humaines, parfois le juriste, parfois aussi l’économiste. Si je me reporte à ses ouvrages, il m’apparaît, tel un édificateur, tel un maître d’entreprises, un voyageur, un technicien des problèmes du négoce, un animateur de la radiophonie… À mon regard, Jacques Lacour-Gayet est l’avocat ou, mieux, l’apôtre du libéralisme dans tous les domaines ». Ces « grandes messes » à la gloire de Jacques Lacour-Gayet, en consacrant son élection à l’Institut, scellent la réussite de l’organisation d’un vaste réseau professionnel, soigneusement entretenu par la correspondance, la pratique quotidienne des affaires et des mondanités que Lacour-Gayet n’a jamais négligées.

3. Un réseau bien structuré

  • 225 Les Premiers Européens, p. 759.
  • 226 PPMLG, dossier 1946, lettre de Paul Naudin du 18 juin 1946.
  • 227 Entretiens avec Lucien de Sainte-Lorette des 7 et 15 février et du 26 mars 1991.

90On a vu, tout au long de ce travail, comment se mit en place un premier cercle de collaborateurs quotidiens, celui des familiers, qui s’agrandit au fur et à mesure de l’élargissement des activités de Jacques Lacour-Gayet : Paul Naudin, Jean Proix au CAED, où les rejoignit à la Libération Lucien de Sainte-Lorette ; Jacques Bondoux au Groupement des grands magasins, René Peulvey et Jacques du Closel à Radio-Luxembourg, Pierre Benaerts au CGOC. Ce cercle est cependant demeuré très restreint. Il est composé de sept hommes-clés en qui Lacour-Gayet a placé sa confiance et auxquels il délègue d’importantes responsabilités. Tous, sans exception, lui sont redevables de l’impulsion décisive donnée à leur carrière. Deux au moins lui doivent tout : Paul Naudin et Lucien de Sainte-Lorette. Né en 1904225, licencié ès lettres, Paul Naudin a vingt et un ans quand Jacques Lacour-Gayet le recrute pour en faire le secrétaire du CAED. Il lui voue sa vie durant une fidélité sans égale. Sensible à chaque marque d’estime et de confiance manifestée, épousant sans réserve la cause libérale de son patron, fier des succès qu’il remporte, Naudin est en quelque sorte l’homme-lige de Lacour-Gayet226. De son côté, Lucien de Sainte-Lorette, né en 1914, avait obtenu dans les années trente le diplôme d’études supérieures d’histoire et de géographie ainsi que le diplôme de l’École libre des sciences politiques. Mobilisé, il fut fait prisonnier et passa dix-huit mois en détention en Allemagne. Libéré, il se maria et fut engagé la même année par Lacour-Gayet à la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples. Il a évoqué souvent dans ses témoignages le rôle de mécène de Lacour-Gayet, qui soutenait financièrement le redémarrage du CAED et vint même en aide à son collaborateur227.

  • 228 PPMLG, dossier 1946, lettre de Raoul Meyer et Max Heilbronn, du 18 juin 1946.
  • 229 Ibid., lettre de Ernest Legros, du 25 juin 1946.
  • 230 Ibid., lettre du président de la société du Louvre, du 25 juin 1946, p. 2.
  • 231 Ibid., lettre de Philibert Plottier, du 20 juin 1946.
  • 232 PPMLG, dossier 1946, cartes de visite.
  • 233 Cf. par exemple, ibid., dossier 1946, lettre d’Emile Bernheim, du 25 juin 1946.

91À ce premier cercle vient s’ajouter celui, plus fourni, que forment les dirigeants de grandes entreprises commerciales, commanditaires de Lacour-Gayet, et ceux d’autres syndicats du commerce. Nous pouvons parler pour ce second cercle de clientèle. Il s’agit des dirigeants de ces entreprises qui, par leurs cotisations, donnent au Groupement et à la Fédération les moyens de leur fonctionnement. Mais outre que Lacour-Gayet est assuré, de par son appartenance à de multiples conseils d’administration, d’autres subsides, il apporte à ses mandants, grâce à la diligence des services de la Fédération, une documentation quotidienne sur l’évolution de la législation et de la réglementation concernant les prix, les salaires etc., et l’audience acquise auprès des pouvoirs publics. Toute occasion est bonne pour le dirigeant d’un grand magasin parisien ou d’une grande entreprise de province pour affirmer sa gratitude pour la constance du combat mené en faveur du desserrement des entraves dont souffre le grand commerce. « Mon cher ami, M. Max Heilbronn et moi-même sommes extrêmement heureux de vous adresser nos plus vives et amicales félicitations à l’occasion de votre élection à l’Académie des sciences morales et politiques », lui écrit Raoul Meyer, l’un des directeurs des Galeries Lafayette, « c’est la consécration naturelle de vos nombreux mérites, dont nous percevons, tous les jours, les très heureuses réalisations »228. Le directeur général de la société du Louvre, Ernest Legros, se permet, quant à lui, de « formuler le vœu que, l’Académie des sciences morales et politiques les partageant, les suggestions que vous serez amené à lui présenter, comme l’émanation directe de notre Fédération, soient retenues par elle afin de les faire prévaloir en toutes occasions »229. De la même façon, le président du conseil d’administration de la société du Louvre ajoute : « Tenu très régulièrement au courant des travaux complexes poursuivis par la F.N.E.C.M. en faveur de nos entreprises, dont la liberté commerciale tend à être éliminée et dont la stabilité même est mise en jeu par des mesures inconsidérées, je saisis l’occasion qui m’est offerte pour vous dire combien l’action entreprise par notre Groupement d’études me semble importante. Transportant ces études pratiques sur le plan des idées que défend en toutes occasions l’Académie des sciences morales et politiques, je reste persuadé que votre action, en son sein, peut être inappréciable pour tous »230. Au-delà de ces dirigeants d’entreprises, Lacour-Gayet s’est attaché la gratitude de nombreux syndicats commerciaux, parfois concurrents auprès des pouvoirs publics, comme l’importante Fédération des commerçants-détaillants de France de Georges Maus ou la FICF. La solidarité patronale nouée dans les débuts du CAED a été affermie par le compagnonnage forcé au sein du comité de direction du CGOC, puis du comité consultatif paritaire de l’OID à la Libération. En outre, malgré la divergence d’intérêts du grand et du petit commerce, il semble que bien des dirigeants de syndicats commerciaux aient su gré à Lacour-Gayet de son combat pour la réhabilitation de la fonction commerciale. C’est le cas de Philibert Plottier, ancien membre du comité de direction du CGOC, président de la Fédération régionale Rhône-Alpes-Loire des hôteliers, restaurateurs et débitants de boisson, qui tient à « exprimer le sentiment qui vient automatiquement à l’esprit de chacun d’entre nous : à savoir que nous, commerçants français, nous sommes très fiers de voir l’un de nos plus éminents représentants au sein de cette assemblée d’élite »231. Robert Labarre, vice-président délégué de la Confédération nationale des commerces et industries de l’alimentation, ancien dirigeant du CGOC, Charles Derbrée, secrétaire général de la Fédération nationale des syndicats de commerçants non sédentaires, ancien dirigeant du CGOC entré au comité consultatif paritaire, font également partie des nombreux responsables patronaux qui réaffirment à Lacour-Gayet leur amitié ou leur fidélité à l’occasion de son élection232. Il faut ajouter à ces dirigeants français le belge Emile Bernheim avec lequel il correspond régulièrement233.

  • 234 PPMLG, dossiers 1939, 1942, 1946. Les dates de cette entrée et des suivantes sont des conjectures (...)
  • 235 Cf. Jean Maunoury, « Davum », collectif Théodore Laurent (1863-1953), Paris, 1955, chapitre 6.
  • 236 PPMLG, dossiers 1939, 1946 et 1948.
  • 237 PPMLG, dossiers 1942, 1946 et 1948.

92Le troisième cercle du réseau est composé de relations d’affaires, établies dans les différents conseils d’administration auxquels Jacques Lacour-Gayet appartient depuis le milieu des années trente. Nous n’avons pas mené d’enquête poussée sur chaque société. Le nom nous en a été donné par M. Michel Lacour-Gayet et a été confirmé par la lecture de la correspondance de son père. Jacques Lacour-Gayet entra vers 1933-1935 au conseil de la Compagnie d’assurances La Prévoyance234, où ses correspondants sont Robert Cottin, directeur en 1942, puis Henri de Laujardière, directeur-général adjoint en 1946. C’est un milieu qu’il avait appris à connaître, au moins depuis le milieu des années vingt, à travers des membres du CAED, Henri Desprez et Max Hermant, du Comité général des assurances. Vers 1935-1936, il entra au conseil de Davum, compagnie de ventes et de dépôts d’usines métallurgiques où l’un de ses correspondants est J. Maunoury, le directeur général en 1946235. Dans ce milieu des industries mécaniques et métallurgiques, l’autre grand correspondant de Lacour-Gayet est Marcel Dreyfus, de la Fédération des importateurs de la métallurgie et de la mécanique, membre du CAED à partir de 1939236. En 1939-1940, Lacour-Gayet fit partie du conseil général de la Banque de France. Il entra en 1942 au conseil de la Société Générale. Mais le conseil auquel il appartient de la manière la plus active depuis 1933 est celui de Radio-Luxembourg : Jean Le Duc, Jules Neuberg, Max Arendt, Emile Reuter, Louis Merlin font partie de ses fidèles correspondants. Il faut enfin leur adjoindre les représentants du partenaire capital que représente Havas : J. Chevalier et Schlœsing237. À ces appartenances reconnues il convient peut-être, au vu de la correspondance de Lacour-Gayet, d’en ajouter d’autres comme notamment celles d’Electro-rail-Compagnies réunies d’électricité et de transports ou de la Compagnie des chemins de fer tunisiens.

  • 238 Ibid., dossier 1946, lettre de René Courtin, du 19 juin 1946.

93Quatrième cercle entretenu avec soin, celui des relais d’opinion : tout intellectuel issu de l’enseignement (Sorbonne, École libre des sciences politiques, Faculté de droit) s’exprimant dans une revue ou participant à un groupe de réflexion, littéraire, juriste, économiste, est cultivé avec faveur et intérêt par Lacour-Gayet. Cette tendance se réaffirme après la guerre : c’est le moment où René Courtin, l’un des principaux responsables du Monde, se rapproche de lui. « Voici, en votre personne, l’économie politique et libérale mise à l’honneur. Je m’en réjouis bien profondément », lui écrit-il238.

  • 239 René Girault, « Diplomatie et banque pendant l’entre-deux-guerres », Relations internationales, (...)

94Cinquième et dernier cercle enfin, celui des gouvernants, politiques et administrateurs. Lacour-Gayet cultive depuis l’entre-deux-guerres avec un grand discernement, non les responsables les plus prestigieux, mais ceux qui peuvent directement l’aider dans ses affaires : les ministres du Commerce, les députés et sénateurs siégeant dans les commissions du Commerce, des Finances et des Affaires étrangères. Il entretient des relations avec des hauts fonctionnaires, dont de nombreux directeurs au ministère du Commerce, mais également de très nombreux serviteurs des Finances, comme, en 1946-1948, Olivier Moreau-Néret, Yves de Boisanger, Jean Ripert, avec lesquels le contact a été facilité probablement par son frère Robert et qui sont des interlocuteurs essentiels quand il s’agit de mettre en accusation la politique des prix pratiquée à l’encontre du grand commerce. Ce réseau aux cercles bien définis a été un atout majeur dans la réussite de Jacques Lacour-Gayet. Mis au service d’une stratégie de pouvoir discret, mais réel, que commandent non seulement le goût des affaires, mais aussi un désir de reconnaissance institutionnelle et de gratifications symboliques, il est un bon exemple de cette interpénétration des élites politiques et économiques qu’évoquait René Girault au sujet des milieux bancaires des années vingt239.

95La Reconstruction a donc représenté pour le grand commerce le temps du renouveau. Les débats économiques ont permis de réhabiliter un libéralisme mis à mal par une décennie de remises en cause. Bénéficiant d’une nouvelle assise institutionnelle, le grand commerce a les moyens de faire également entendre sa voix dans le nouveau débat de politique extérieure qui se fait jour sur l’organisation du continent européen.

Notes

1 Claire Andrieu, La Banque sous l’Occupation. Paradoxes de l’histoire d’une profession, Paris, 1990, p. 11.

2 Charles-Louis Foulon, « Prise et exercice du pouvoir en province à la Libération », dans Comité d’histoire de la 2e Guerre mondiale (dir.), La Libération de la France – Actes du colloque international tenu à Paris du 28 au 31 octobre 1974, Paris, 1976, p. 501-526. Cf. Peter Novick, L’Epuration française (1944-1949), éd. fr„ Paris, 1985, chapitre 4, p. 117-119.

3 Peter Novick, L’Epuration…, op. cit., chapitre 5, p. 141-162.

4 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion (1932-1952), t. II, Paris, 1991, p. 772-776, et les précisions qu’il donne sur la moindre sévérité de l’épuration à l’Économie et aux Finances.

5 Claire Andrieu, La Banque…, op. cit., p. 255.

6 AN, 68 AJ/66, sd. 518, CGOC, 1re réunion du comité de libération du CGOC, 30 août 1944.

7 AN, 68 AJ/66, sd. 519, CGOC. Circulaire de P. Benaerts aux présidents et directeurs des comités d’organisation particuliers, 18 septembre 1944.

8 Ibid., CGOC. Confidentiel. Quarante mois d’activité du CGOC, septembre 1944.

9 AN, 68 AJ/66, sd. 519, CGOC. Circulaire de Pierre Benaerts, op. cit.

10 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 724.

11 AN, 68 AJ/66, sd. 519, CGOC. Circulaire de Pierre Benaerts, op. cit.

12 Ibid., 68 AJ/55, sd. 10, lettre de P. Benaerts aux directeurs et présidents des comités particuliers du CGOC, 31 décembre 1944.

13 AN, 68 AJ/66, sd. 515, CGOC. Conférence des commissaires provisoires, 1re réunion, 16 janvier 1945.

14 Ibid., 4e réunion, 24 avril 1945.

15 Ibid..

16 AN, 68/AJ/1, dossier OID. Comité paritaire, OID, commission consultative, première séance du 17 juillet 1945.

17 AN, 68 AJ/65, sd. 502, CGOC. Documentation générale, n° 172, 17 janvier 1945, La Réforme des comités d’organisation.

18 AN, 68 AJ/65, sd. 502. Circulaire adressée par le ministère de la Production industrielle aux commissaires provisoires des offices professionnels, 19 janvier 1945, p. 2.

19 Henry Ehrmann, La Politique du patronat français (1936-1955), Paris, 1959.

20 AN, 68 AJ/1. Dossier OID, comité paritaire, JO du 23 juin 1945.

21 Cf. Philippe Mioche, « Les entreprises », dans P. Buton et J.-M. Guillon, Les Pouvoirs en France à la Libération, Paris, 1994, p. 77-95. Les entrepreneurs participèrent amplement aux débats au sein des offices professionnels.

22 AN, 68 AJ/66, sd. 515, CGOC. Conférence des commissaires provisoires, 1re réunion du 16 janvier 1945.

23 AN, 68 AJ/1, dossier OID. Comité paritaire. OID, comité consultatif, 1re séance du 17 juillet 1945.

24 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 2, octobre 1945, éditorial.

25 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 4, décembre 1945, p. 7.

26 Ibid., p. 8.

27 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 801-802.

28 AN, 68 AJ/46, Bulletin d’information…, op. cit., n° 4, décembre 1945.

29 Ibid., n° 6, février 1946, p. 2.

30 Ibid., n° 7, mars 1946, p. 8.

31 AN, 68 AJ/46, Bulletin d’information…, op. cit., n° 9, mai 1946.

32 Cf. le programme de la CGPME à la Libération dans le livre de Sylvie Guillaume, La Confédération générale des petites et moyennes entreprises. Son histoire, son combat : un autre syndicalisme patronal (1944-1978), Paris, 1987, p. 31-33.

33 AN, 68 AJ/58, sd. 001, note du CGOC du 18janvier 1945 Pour la liberté du commerce et de l’industrie.

34 AN 68 AJ/65, sd. 502, MPI. Circulaire adressée par le ministère de la Production industrielle aux commissaires provisoires des offices professionnels le 19 janvier 1945.

35 En décembre 1944, les Allemands ont lancé une ultime contre-offensive dans les Ardennes et en Alsace ; dès septembre, le gouvernement avait remis en marche l’industrie d’armement.

36 AN, 68 AJ/65, sd. 502, MPI. Circulaire du MPI aux commissaires provisoires des offices professionnels le 19 janvier 1945.

37 AN, 68 AJ/65, sd. 500, circulaire du directeur des services d’études du CGOC aux secrétaires régionaux et départementaux, 18 mai 1945.

38 AN 68 AJ/66, sd. 515, CGOC. Conférence des commissaires provisoires, deuxième réunion, le 27 février 1945.

39 AN, 68 AJ/1, dossier OID. Comité paritaire, première séance, le 17 juillet 1945.

40 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Circulaire d’information de l’OID, n° 1, août 1945.

41 Bulletin central du CGOC, n° 15, novembre 1943, p. 197.

42 AN, F 12/10128, ensemble sur le décret du 9 septembre 1939, circulaire du 2 avril 1941 du ministère de la Production industrielle.

43 Bulletin central du CGOC, n° 2, 10 octobre 1942, p. 34.

44 Ibid., n° 15, novembre 1943.

45 AN 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 5, janvier 1946, p. 3.

46 AN, 68 AJ/66, sd. 515, OID, septième réunion de la conférence des commissaires provisoires, 20 septembre 1945.

47 Fenacomult, assemblée générale du 16 mars 1945, rapport de J. Lacour-Gayet.

48 Fenacomult, assemblée générale du 19 mars 1946.

49 AN, 68 AJ/66, sd. 515, OID, septième réunion de la conférence des commissaires provisoires, 20 septembre 1945.

50 Ibid., sd. 517, OID, comité consultatif, séance du 4 octobre 1945.

51 AN, 68 AJ/1, dossier OID, comité paritaire, séance du 8 novembre 1945.

52 AN, 68 AJ/66, sd. 517, séance du 27 novembre 1945 de la commission d’étude des créations et extensions de commerces.

53 AN, 68 AJ/61, sd. 22, ministère de l’Économie nationale. Conseil de l’économie nationale, Commission du coût de la distribution : Rapport sur le coût de la distribution, janvier 1946.

54 AN, 68 AJ/61, sd. 223, OID. Plan de travail pour l’étude du coût de la distribution (3 août 1945) ; réunion des délégués régionaux (10, 11 et 12 octobre 1945) ; note pour M. Gilles (19 octobre 1945).

55 AN, 68 AJ/ 61, sa. 22, Premier rapport sur le coût de la distribution, 13 février 1942 ; Examen du coût de la distribution (16 avril 1945), Enquête sur le coût de la distribution (11 juin 1945).

56 AN, 68 AJ/61, sd. 22, Rapport sur le coût de la distribution, janvier 1946.

57 Ibid.

58 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 826.

59 CCIP, III-4.11 (7), CGOC-OID (1942-1947). Rapport de la commission des Affaires économiques, des douanes et des conventions commerciales du Parlement, avril 1946.

60 Ibid., loi du 26 avril 1946 « portant retour à la liberté économique » et supprimant les offices professionnels.

61 Bulletin de l’OID, n° 8, avril 1946, p. 7-8.

62 Ibid., n° 10, juin 1946, p. 11-12.

63 AN, 68 AJ/58, sd. 092. Note du 2 septembre 1946. Secrétariat, 1re section, structures du commerce.

64 Ibid., rapport général présenté au nom de la Commission, octobre 1946.

65 AN, 68 AJ/58, sd. 092, projet de rapport du 6 septembre 1946, paragraphe sur le régime des créations, extensions et cessions.

66 Ibid., rapport général, p. 6-7.

67 Cf. Claude Quin, Physionomie et perspectives d’évolution de l’appareil commercial français (1950-1970), Paris, 1964.

68 Cf. Dominique Borne, Petits-bourgeois en révolte ? Le mouvement Poujade, Paris, 1977.

69 Cf. Richard Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, 1984, p. 317.

70 Ibid., p. 316.

71 Lucette Le Van-Lemesle, « Les économistes officiels : experts ou politiques ? », dans Claire Andrieu, Lucette Le Van-Lemesle, Antoine Prost (dir.), Les Nationalisations de la Libération, Paris, 1987, p. 211-221.

72 Le recueil rassemble des allocutions prononcées depuis deux ans à la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (« Quelques idées simples » [1946], « Morale et économie dirigée » [1947], « Plaidoyer pour la monnaie » [1948]), à la journée du Commerce de Marseille en 1947 (« Le miracle du commerce »), devant l’Académie des sciences morales et politiques en 1947 (« Projets et essais d’union douanière ») et à la Confédération générale du commerce et de l’industrie à Alger en 1948 (« L’Union économique européenne »). D’autres allocutions ont ouvert les cycles de conférences organisés par le CAED : « Pour une économie libérée » en 1946 et « Liens entre nations » en 1947.

73 Ils contiennent sept textes : « Le débordement législatif », « Le roi Bilalama et le juste prix », « Vingt ans de capitalisme d’État », « Techniques nouvelles de vente », « Le commerce et l’homme », « Avons-nous une monnaie ? » et « Pour l’étalon-or ».

74 J. Lacour-Gayet, « Morale et économie dirigée », p. 22.

75 Id., « Avons-nous une monnaie ? »

76 Lucette Le Van-Lemesle, L’Enseignement de l’économie politique en France (1860-1939), thèse, (dir. A. Prost), Université de Paris-I, 5 vol., 1993, p. 274-297.

77 Ibid., p. 33.

78 J. Lacour-Gayet, Nouveaux Propos d’un libéral, introduction.

79 Cf. Alain Plessis (dir.), Naissance des libertés économiques. Le décret d’Allarde et la loi Le Chapelier, Paris, 1993.

80 J. Lacour-Gayet, « Pour une économie libérée », p. 14 et 16 ; « Le miracle du commerce », p. 58.

81 J. Lacour-Gayet, « Pour une économie libérée », p. 16-17.

82 Id., « L’Union économique européenne », p. 103-104.

83 Id., « Morale et économie dirigée », p. 25-26.

84 Frédéric Passy, Leçons d’économie politique faites à Montpellier, Paris, 1862, p. 10, cité par Lucette Le Van-Lemesle, L’Enseignement de l’économie politique…, op. cit., p. 204.

85 J. Lacour-Gayet, « Quelques idées simples », p. 9.

86 Id., « Pour une économie libérée », p. 15-16.

87 Id., « Morale et économie dirigée », p. 27-29 et p. 30-31.

88 Ibid., p. 21-22.

89 J. Lacour-Gayet, « Pour une économie libérée », p. 15.

90 Id., « Plaidoyer pour la monnaie », p. 86-87.

91 Ibid., p. 87.

92 Ibid., p. 87.

93 Id., « Le miracle du commerce », p. 54-55.

94 J. Lacour-Gayet, « Avons-nous une monnaie ? », p. 164.

95 Id., « Plaidoyer pour la monnaie », p. 89.

96 Id., « Le miracle du commerce », p. 50.

97 C. Colson, Cours d’économie politique, 1901, t. I, p. 432, cité par L. Le Van-Lemesle, op. cit., p. 599.

98 J. Lacour-Gayet, « La loi Bilalama et le juste prix », p. 45.

99 Ibid., p. 49.

100 Id., « Le débordement législatif », p. 15-16.

101 Ibid., p. 32-33.

102 J. Lacour-Gayet, « Morale et économie dirigée », p. 30-31.

103 Id., « Quelques idées simples », p. 8.

104 Ibid., p. 9.

105 Ibid., p. 7.

106 Id., « Vingt ans de capitalisme d’État », p. 62-63.

107 LECE, (1949-1950), sd. CAED, série d’allocutions-bilans de l’action du CAED, séance du 30 octobre 1944.

108 LECE, (1949-1950), sd. CAED, série d’allocutions-bilans…, op. cit.

109 Harold Callender et André Istel, L’économie de guerre des États-Unis, publications du CAED, n° XXIV, févr. 1945, p. 13.

110 Ibid., p. 30.

111 Ibid., p. 32.

112 M. Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., t. II, p. 751-752.

113 Gerald Norman et Antoine Goldet, L Économie de guerre de la Grande-Bretagne, publications du CAED, n° XXV, 1945, p. 29.

114 L. Le Van-Lemesle, « Les Economistes français face à la crise des années 1930 : la remise en cause des politiques économiques », L’Année sociologique, n° 36, 1986, p. 52.

115 LECE, (1949-1950), sd. CAED, séance du 30 octobre 1944. On peut lire : « Nous regrettons que MM. Mendès France, Jean Monnet et Sergent, retenus par une réunion de la Commission des importations, aient dû s’excuser de ne pouvoir être parmi nous aujourd’hui ».

116 G. Norman, A. Goldet, op. cit., p. 35.

117 Ernest Mercier, La Conférence de Rye (novembre-décembre 1944), publications du CAED, n° XXVI, Paris, 1945, p. 5.

118 Edmond Giscard d’Estaing, Nationalisations ; Louis Baudin, Qu’est-ce qu’une nationalisation ? publications du CAED, n° XXVIII, Paris, 1945.

119 Cf. Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, 1984, p. 218-225.

120 Edmond Giscard d’Estaing, Capitalisme, Paris, 1931.

121 Id., Nationalisations, p. 24-25.

122 Ibid., p. 26.

123 Louis Baudin, Qu’est-ce qu’une nationalisation ?, p. 38-39.

124 Ibid., p. 56.

125 Cf. la biographie récente de René Courtin par Pierre Bolle dans A. Encrevé, J. Poujol (dir.), Les Protestants français pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, 1994, p. 321-333 ; J.-N. Jeanneney et J. Milliard, Le Monde de Beuve-Méry ou le métier d’Alceste, Paris, 1979.

126 Rapporté par Jean-Noël Jeanneney, dans sa présentation de l’édition de Charles Rist, Une Saison gâtée. Journal de la Guerre et de l’Occupation (1939-1945), Paris, 1983, p. 10.

127 Cf. Lucette Le Van-Lemesle, L’Enseignement de l’économie… op.cit., p. 734-744.

128 Ch. Rist, Une Saison gâtée…, op. cit., p. 14.

129 Ibid., p. 13.

130 Cf. Jacques Rueff, Œuvres complètes, t. I, Paris, 1977.

131 L’expression est de Michel Margairaz, L’Etat, les finances… op. cit., p. 1166.

132 Gaétan Pirou, Néo-libéralisme, néo-corporatisme, néo-socialisme, Paris, 1939.

133 Louis Baudin, « Servitude ou liberté économique », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 19-20 ; André Marchai, « Les difficultés du libéralisme économique de 1929 à 1939 », ibid., p. 47.

134 Henri Morsel en donne l’interprétation inverse dans son article : « Louis Marlio. Position idéologique et comportement politique d’un dirigeant d’une grande entreprise dans la première moitié du xxe siècle », Cahiers d’histoire de l’aluminium, 2, hiver 1987-1988, p. 60 : « Quant à nous, nous voyons dans cette réunion la première manifestation d’une doctrine nouvelle et militante […] le « libéralisme social ». Elle répudie le libéralisme individualiste manchestérien pour un libéralisme organisé qui s’oppose au dirigisme étatique ». Pourtant, si la pratique libérale du xixe siècle est attaquée lors du colloque, cela traduit plus un désir de retour aux sources – voire un combat d’arrière-garde – que la naissance d’une nouvelle doctrine.

135 Le Colloque Walter Lippmann. Institut national de coopération intellectuelle. Paris (26-30 août 1938), Paris, 1939, p. 30.

136 Ibid., p. 34.

137 Ibid., p. 33.

138 Ibid., p. 33.

139 Cf. ce que notait avec amusement Pierre Mendès France : « Néo-libéral comme on dit parfois avec plus d’habileté que de précision », dans un article du Monde du 8 juin 1954 (rapporté par Olivier Feiertag dans sa thèse sur Wilfrid Baumgartner. Les finances de l’État et l’économie de la Nation (1902-1978). Un grand commis à la croisée des pouvoirs, (dir. Alain Plessis), Université de Paris-X, 1994, vol. 2, p. 312).

140 Louis Baudin, « Servitude ou liberté économique », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 14-15.

141 Ibid., p. 23.

142 Ibid., p. 24.

143 Ibid., p. 24.

144 Daniel Villey, « Économie et morale », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 30.

145 André Marchal, « Les difficultés du libéralisme économique de 1929 à 1939 », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 48.

146 Ibid., p. 60.

147 René Courtin, Rapport sur la politique économique d’après-guerre, Alger, août 1944, p. 61.

148 Ibid., p. 8.

149 Ch. Rist, Une Saison gâtée… op. cit., p. 353. Dimanche 5 septembre 1943.

150 Cf. Richard Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France…, op. cit., p. 291 ; Diane de Bellecize, Les Neuf Sages de la Résistance : le Comité général d’études dans la clandestinité, Paris, 1979 ; Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 724-726. Voir aussi D. Villey, « René Courtin, l’œuvre », Revue d’économie politique, novembre-décembre 1964, p. 1228-1280.

151 R. Courtin, Rapport…, op. cit., p. 90.

152 François Caron, « Intervention au sujet de la communication de M. Bouvier », La Libération de la France…, op. cit., p. 864.

153 Jean Bouvier, « Sur la politique économique en 1944-1946 », ibid., p. 846.

154 François Caron, « Intervention… », ibid., p. 863-864.

155 Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., p. 796-798.

156 René Courtin, « La monnaie en économie dirigée », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 105.

157 Ibid., p. 112-113.

158 René Courtin, « La monnaie… », op. cit., p. 114.

159 La revalorisation générale des salaires de 50 %, décidée en octobre 1944 contre l’avis du ministre de l’Économie, tuait sa politique dans l’œuf; ce que les mendésistes comprirent sur-le-champ : voir la note de Georges Boris, en date du 20 octobre, citée par Jean Bouvier, « Sur la politique économique en 1944-1946 », La Libération de la France, op. cit., p. 844.

160 René Courtin, « La monnaie… », op. cit., p. 115.

161 D’après François Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », La France en voie de modernisation (1944-1952), colloque de la FNSP, 4-5 décembre 1981 (non publié).

162 Cf. François Caron, Histoire économique de la France (xixe-xxe siècles), Paris, 1981, p. 210.

163 Charles Rist, « La reconstruction du commerce mondial », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 176-179.

164 Paul Naudin, « La consommation en économie libérée », ibid., p. 146.

165 J. Lacour-Gayet, « Le débordement législatif », Nouveaux Propos d’un libéral, Paris, 1953.

166 Pierre Benaerts, « Le commerce en économie dirigée », Pour une économie libérée, Paris, 1946, p. 96.

167 Henri Solente, « La reconstruction industrielle en économie libérée », Pour une économie libérée, op. cit.

168 J. Lacour-Gayet, Vingt Ans de capitalisme d’État, Paris, 1951, p. 9.

169 J.-N. Jeanneney, « Un patronat au piquet (septembre 1944-janvier 1946) », L’Argent caché, Paris, 1984, p. 242-264.

170 Ibid. p. 250, d’après E. Villey, La Commission de représentation patronale, septembre 1944-décembre 1945, 162 p. dact.

171 AN, 68 AJ/66, sd. 517, comité consultatif paritaire, 6e séance, 22 février 1946.

172 AN, 68 AJ/1, dossier OID, comité paritaire, 1re séance, 17 juillet 1945.

173 AN, 68 AJ/46, sd. 231, Bulletin d’information de l’OID, n° 2, octobre 1945, p. 3.

174 Ibid., n° 8, avril 1946.

175 Bulletin d’information de l’OID, n° 4, décembre 1945.

176 Ibid., n° 10, juin 1946.

177 Relative aux nationalisations dans le secteur bancaire, la loi du 2 décembre 1945 a autorisé le gouvernement à prendre par décret dans un délai de six mois « toutes dispositions nécessaires pour organiser la distribution des crédits à long terme nécessaires à la modernisation de l’équipement industriel, commercial, artisanal et agricole du pays ».

178 Fenacomult, assemblée générale du 19 mars 1946, rapport de J. Lacour-Gayet.

179 GEGM, procès-verbal du 19 octobre 1944.

180 GEGM, procès-verbal du 11 octobre 1945.

181 Fenacomult, assemblée générale du 16 mars 1945, rapport de J. Lacour-Gayet.

182 J. Lacour-Gayet, « Le miracle du commerce », Propos d’un libéral, Paris, 1948, p. 60.

183 Ibid.

184 Premiers titres, tous parus en 1945 : Pierre Benaerts, Commerce ou intendance ? ; Jean Picard-Blanchard, 50 000 commerçants sinistrés attendent… ; Michel David, Le Marché noir.

185 AN, 68 AJ/46, sd. Documentation générale, OID. Service d’études, note 20 du 9 janvier 1946, La création du Conseil interfédéral du commerce français.

186 AN, 72 as/641, CNPF, procès-verbaux du comité directeur, 1re réunion du 16 janvier 1946.

187 Ibid., réunion du 18 janvier 1946.

188 Ibid., réunion du 12 avril 1946.

189 AN, 68 AJ/46, sd. Documentation générale, Convention entre le CNPF et le CICF.

190 CNPF, Bulletin, n° 1, décembre 1946.

191 AN, 72 as/641, CNPF, procès-verbaux du comité directeur, réunion du 17 janvier 1947.

192 Ibid., réunion du 18 octobre 1946.

193 Ibid., réunion du 22 novembre 1946.

194 AN, 72 as/641, CNPF, procès-verbaux du comité directeur, réunion du 18 octobre 1946.

195 Ibid., réunion du 20 juin 1947.

196 AN, 68 AJ/1, dossier OID, comité paritaire, séance du 23 février 1946.

197 Fenacomult, assemblée générale du 19 mars 1946, rapport de J. Lacour-Gayet.

198 Fenacomult, assemblée générale du 16 mars 1945, rapport de J. Lacour-Gayet.

199 Archives Fenacomult, BA 15. 1, assemblée générale de la Fédération, texte primitif raturé.

200 Ibid., lettre de Jean Letourneau, ministre du Commerce à J. Lacour-Gayet, 7 mai 1947.

201 Archives Fenacomult, BA 15. 1, lettre de J. Lacour-Gayet, 7 mai 1947.

202 J. Lacour-Gayet, Propos d’un libéral, Paris, 1948, p. 26.

203 Archives de fa Fenacomult, BA 15. 1, lettre de J. Lacour-Gayet.

204 Cf. Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, « Modernisation et transformation des partis politiques au début de la IVe République », FNSP, La France en voie de modernisation (1944-1952) – Colloque des 4 et 5 décembre 1981 (non publié); René Rémond, Les Droites en France, Paris, 1982, p. 239-255 et 290-294.

205 Jacques Fauvet, La IV République, Paris, 1959, p. 199.

206 Cf. J.-P. Rioux, La France de la IVe République, t. II (1952-1958), p. 12 ; Sylvie Guillaume, Antoine Pinay ou la confiance en politique, Paris, 1984.

207 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République. La République des contradictions (1951-1954), Paris, 1968, p. 58-59.

208 Sylvie Guillaume, La Confédération générale des petites et moyennes entreprises. Son histoire, son combat, un autre syndicalisme patronal (1944-1978), Paris, 1987, p. 46 et suiv.

209 Louis Franck, 697 ministres. Souvenirs d’un directeur général des prix (1947-1962), Paris, 1992, p. 42.

210 Ibid., p. 70 : le premier effort concerté visait grands magasins et succursalistes, « dont les porte-parole étaient MM. Lacour-Gayet et Laguionie, président du Printemps ».

211 Louis Franck, 697 ministres…, op. cit., p. 70-73.

212 Fenacomult, assemblée générale du 28 mai 1952, allocution du président.

213 François Caron, Histoire économique de la France (xixe-xxe siècles), Paris, 1981.

214 Cf. Jacques du Closel, Les Grands Magasins français. Cent ans après, Paris, 1989, annexe 1, p. 281.

215 Ibid, p. 36.

216 Emmanuel Chadeau, « Entre familles et managers : les grandes firmes de commerce de détail en France depuis 1945 », Revue du Nord, LXXV, n° 300, avril-juin 1993, p. 381.

217 Jacques du Closel, Les grands magasins…, op. cit., p. 38-39.

218 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 10 mars 1994; M. M. Lacour-Gayet est lui-même l’auteur de plusieurs ouvrages sur la période napoléonienne.

219 Cf. PPMLG, dossier 1939, lettre d’Aupetit.

220 Cf. Jean-François Sirinelli, « Immuable et changeante ? L’École normale supérieure de la rue d’Ulm dans les premières années de la IV République », FNSP, La France en voie de modernisation (1944-1952), op. cit. Selon les estimations chiffrées de J.-F. Sirinelli, le poids des normaliens à l’Institut est resté stable d’une après-guerre à l’autre. Ils occupent dix sièges sur quarante à l’Académie des sciences morales et politiques.

221 PPMLG, dossier Académie des sciences morales et politiques, 17 juin 1946, lettre de Louis Merlin, du 19 juin 1946, lettre de Paul Naudin du 18 juin 1946, lettre de Raoul Meyer et Max Heilbronn du 18 juin 1946, lettre du président de la société du Louvre du 25 juin 1946.

222 Ibid., plaquette Vingt-deux juin mil neuf cent quarante-six, allocution de Paul Naudin.

223 Ibid., plaquette Dix-neuf novembre mil neuf cent quarante-sept, allocution de Gabriel Cognacq.

224 Ibid., plaquette Trois mai mil neuf cent cinquante, allocutions de Georges Duhamel, de René-Louis Peulvey, de Georges Bidault et de J. Lacour-Gayet.

225 Les Premiers Européens, p. 759.

226 PPMLG, dossier 1946, lettre de Paul Naudin du 18 juin 1946.

227 Entretiens avec Lucien de Sainte-Lorette des 7 et 15 février et du 26 mars 1991.

228 PPMLG, dossier 1946, lettre de Raoul Meyer et Max Heilbronn, du 18 juin 1946.

229 Ibid., lettre de Ernest Legros, du 25 juin 1946.

230 Ibid., lettre du président de la société du Louvre, du 25 juin 1946, p. 2.

231 Ibid., lettre de Philibert Plottier, du 20 juin 1946.

232 PPMLG, dossier 1946, cartes de visite.

233 Cf. par exemple, ibid., dossier 1946, lettre d’Emile Bernheim, du 25 juin 1946.

234 PPMLG, dossiers 1939, 1942, 1946. Les dates de cette entrée et des suivantes sont des conjectures vraisemblables, qui n’ont pu être vérifiées. Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 10 mars 1994.

235 Cf. Jean Maunoury, « Davum », collectif Théodore Laurent (1863-1953), Paris, 1955, chapitre 6.

236 PPMLG, dossiers 1939, 1946 et 1948.

237 PPMLG, dossiers 1942, 1946 et 1948.

238 Ibid., dossier 1946, lettre de René Courtin, du 19 juin 1946.

239 René Girault, « Diplomatie et banque pendant l’entre-deux-guerres », Relations internationales, n° 21, 1980, p. 7-22.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540