Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Troisième partie. Commerce et libéralisme à l’épreuve de la guerre

Chapitre VIII. Europe et libéralisme. Les avatars de l’idée européenne durant la guerre

Texte intégral

  • 1 Cf. Pascal Ory, Les collaborateurs (1940-1945), Paris, 1980, notamment chapitres 2 et 4.

1Les années vingt avaient donc vu naître des associations privées prônant l’unification de l’Europe qui, chacune, privilégiait certains domaines prioritaires à leurs yeux, mais qui se reconnaissaient toutes dans le programme diplomatique d’Aristide Briand. Remis en cause par les années trente, ce briandisme vole en éclats durant la guerre. Les modalités de cet éclatement dans les domaines de l’édition, de la presse, de la radio sont connues1. Le monde des associations européennes ne fait pas exception et se fracture lui aussi. Nous avons retenu les cas du CAED et de l’UEDE pour trois raisons : leur influence sur les dirigeants diplomatiques de l’entre-deux-guerres est démontrée ; la documentation recueillie sur leurs dirigeants est importante ; leur itinéraire est spectaculairement divergent. Leur exemple met en valeur les formes prises par une idée d’Europe pourtant issue d’un seul terreau libéral.

I. LE MAINTIEN DU CAED SOUS L’OCCUPATION

2Sa réaffirmation à partir de l’été 1941 des vertus du libéralisme conduit Lacour-Gayet à réactiver le Comité d’action économique et douanière qui est comme un nouveau pôle discret de résistance, aux empiètements de l’administration. Le CAED a eu une activité continue jusqu’en 1939, comme nous l’avons vu plus haut. La période de la guerre nous est demeurée assez longtemps obscure. Les témoignages de collaborateurs de Jacques Lacour-Gayet ont apporté quelques éclairages sur sa survie.

A. DE NOUVELLES RECRUES

  • 2 Entretien avec M. Jacques du Closel du 2 avril 1992.
  • 3 Entretien avec M. Jacques Thomas du 5 juin 1992.
  • 4 Fenacomult, AG du 21 mars 1941 et du 20 mars 1942.

3Jacques du Closel, personnalité importante du grand commerce français depuis les années cinquante, qui exerça de nombreuses responsabilités à la Fédération des entreprises à commerces multiples, à la Compagnie luxembourgeoise de télédiffusion, au Conseil national du commerce, commença sa carrière dans l’équipe de Lacour-Gayet. Le CAED était un moyen pour ce dernier de recruter et de tester d’éventuels collaborateurs. Son passage y fut de courte durée ; appelé à de nouvelles fonctions, il fut remplacé en 1938 par Jacques Thomas2. Ce dernier estime que le Comité était alors en perte de vitesse, dans un contexte politique où les idées libérales étaient battues en brèche. Il se contenta d’administrer l’association jusqu’à la guerre, correspondant avec les adhérents et les ministères, rédigeant des comptes rendus et des articles pour les journaux. Mobilisé en septembre 1939, il se souvient avoir reçu son traitement du CAED jusqu’en mai 19403. Suivant le chemin pris par la Fédération des entreprises à commerces multiples, le CAED descend à Vichy, puis à Lyon, où est créé un bureau de la Fédération pour la zone libre, dirigé par Jacques Thomas jusqu’en septembre 1941, date à laquelle André Pérez le remplace4. Durant cette période, l’activité du CAED, sur laquelle nous ne possédons aucun document, est vraisemblablement mise en veilleuse, même si, administrativement, il continue d’exister.

  • 5 Entretien avec M. Hugues Colin du Terrail du 9 avril 1992.
  • 6 Entretiens avec M. Lucien de Sainte-Lorette du 7 février 1991 et du 26 mars 1991.

4Il sert alors essentiellement de structure de recrutement de deux hommes qui contribueront très activement à la relance du combat européen après 1945. Le premier, Hugues Colin, venait d’être recalé au concours des Affaires étrangères. Le directeur de l’École libre des sciences politiques, Roger Seydoux, le recommande à Lacour-Gayet qui le fait entrer fin 1941 au CAED. Or, en fait, nous l’avons vu plus haut, Lacour-Gayet place les animateurs du CAED dans le Groupement des commerces d’importation et d’exportation du CGOC afin de leur procurer un soutien financier durant la guerre. Hugues Colin se retrouve donc pour un temps très bref dans cette structure aux activités assez réduites. En revanche, le CAED connut selon lui une audience renouvelée au fil de l’Occupation, auprès des milieux économiques parisiens, grâce aux contacts qu’il maintenait avec l’extérieur, en particulier les pays neutres comme la Suède ou la Suisse. Il constituait une véritable source d’information non officielle. « Grâce à lui, les francophiles de Paris apprenaient des informations sur le monde ». Des conférences se tenaient au siège de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, rue Saint-Florentin. Sans concevoir alors de grand projet structuré pour l’Europe d’après-guerre, le CAED réfléchissait à la reprise des échanges. Hugues Colin devait décider en 1943 de rallier les forces gaullistes à Londres. Il n’en dit rien à Lacour-Gayet et n’en fit part qu’à Louis Nicol. Il obtint un visa pour la Suède d’où il gagna heureusement l’Ecosse. Il devait revenir à Paris à la Libération, affecté à l’état-major d’Eisenhower en septembre 19445. L’autre recrue de Lacour-Gayet fut Lucien de Sainte-Lorette, dont l’embauche au Groupement des grands magasins en 1942 constitua l’entrée informelle au CAED. C’est en 1944 que le titre de secrétaire général lui échut officiellement. Historien de formation, Lucien de Sainte-Lorette avait été fait prisonnier le 17 juin 1940 et avait passé dix-huit mois de détention en Allemagne. Il fut à compter de 1942 un des fervents partisans de l’idée européenne qu’il servit au CAED, puis à la section française de la Ligue européenne de coopération économique jusqu’à sa mort accidentelle le 2 novembre 19926. Les études produites par le Groupement – ou Comité d’organisation – des commerces d’importation et d’exportation (COCIMEX) permettent d’avoir accès aux conceptions du CAED. C’est par le biais d’une analyse de la situation du commerce extérieur français que le CAED réintroduit une réflexion sur l’idée d’union européenne.

B. NOUVELLES RÉFLEXIONS SUR LE COMMERCE EXTÉRIEUR

  • 7 68 AJ/55, K 1, Organisation institutionnelle du commerce extérieur français durant la guerre, à pa (...)

5La réflexion que mène le CAED repose sur une remise en cause globale des structures administratives françaises du commerce extérieur durant l’Occupation. C’est en septembre 1939 que la direction des Accords commerciaux, aux mains d’Hervé Alphand depuis janvier 1937, prend le titre de direction du Commerce extérieur et c’est le 16 juin 1940 que cette dernière est transférée au ministère de l’Économie nationale et des Finances dont le secrétaire d’État est Yves Bouthillier – la décision est entérinée par la réorganisation du 12 juillet 1940 – et placée sous la tutelle de Paul Leroy-Beaulieu. Le commerce extérieur est donc sous la coupe directe de cette direction divisée en trois services centraux (Accords commerciaux, Achats et ventes à l’étranger, Expansion commerciale) et trois services annexes (Section douanière, Assurances et crédit d’État, Organisation de foires à l’étranger). Mais il est également dépendant des interventions de la direction des Finances extérieures de Maurice Couve de Murville et de son service annexe, l’Office des changes. Les autres services particuliers des différents ministères où se traite aussi la politique commerciale extérieure de la France sont la direction du Commerce extérieur du secrétariat des Affaires extérieures du ministère de la Production industrielle, la direction des Services économiques du ministère de l’Agriculture et la direction des Services économiques et financiers du ministère du Ravitaillement7. Il dépend enfin des autorités allemandes et, plus particulièrement, de la Commission d’armistice à Wiesbaden, dont le principal interlocuteur français est Jacques Barnaud, délégué général aux relations économiques franco-allemandes auprès du secrétaire d’État à l’Économie nationale et aux Finances, à partir de février 1941.

  • 8 Ibid., K 30, CAED, 372, rue Saint-Honoré, 19 juillet 1943, Informations, exposé de Paul Naudin.

6Le CAED concentre ses efforts sur l’affirmation de la nécessité d’une relance des exportations françaises, s’opposant ainsi au schéma dirigiste d’organisation du commerce extérieur. L’autonomie théoriquement dévolue aux professionnels en matière d’échanges extérieurs par la loi du 11 juillet 1938 (titre IV, article 49) s’est révélée rapidement un leurre, « une fiction juridique dissimulant l’interventionnisme »8. Elle prévoyait que le contrôle de l’État sur le commerce extérieur s’effectuerait par l’intermédiaire de groupements – groupements d’importation et de répartition – constitués sous la forme de sociétés commerciales. Or, ces groupements ont été dissous dès le 7 novembre 1941 et remplacés par des comités centraux de ravitaillement et des groupements nationaux d’achat, en apparence des sociétés commerciales, en fait des organes d’État bénéficiant d’un véritable monopole commercial.

  • 9 68 AJ/55, K 1, Organisation institutionnelle..., op. cit., l’expression est de J. Lhuillier.
  • 10 Ibid., L’exportateur français, numéro du 17 octobre 1941.
  • 11 Ibid., K 30, CAED, 372..., op. cit., rapport de Robert Bienaimé.
  • 12 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 542.
  • 13 AN, 68 AJ/55, K 32, numéro du 14 octobre 1942.

7Le schéma dirigiste se fonde sur l’abandon du « culte des exportations qui a dominé toute l’histoire commerciale de la France entre les deux guerres »9. Il accorde une primauté nouvelle aux importations. Le système de tarification et de contingentement a disparu. Il est remplacé par celui des licences d’importation, fixant le volume du produit importé en fonction de la hiérarchie des besoins. La demande transite par le secrétariat d’État compétent. Celui-ci consulte en principe le comité d’organisation concerné qui veille à la protection du travail national. La décision finale revient aux Finances. Les exportations font l’objet d’un contrôle à peine moins minutieux. Le gouvernement a édicté un certain nombre de prohibitions de sorties qui frappent les matières premières et les produits alimentaires, mais aussi les produits de luxe (liqueurs, eaux-de-vie, objets d’art, soieries, fourrures etc.). Il a enfin réinstitué des taxes à la production et sur les transactions10. Le second grand principe dirigiste est le refus de l’endettement et le versement systématique d’une contrepartie aux livraisons de l’étranger, qui fait dire à Robert Bienaimé que « le commerce se présente de plus en plus comme un troc »11. Dans le cas primordial des échanges avec l’Allemagne a été signé le 14 novembre 1940 un accord de compensation prévoyant la création d’un Office de compensation à Paris qui effectuera des versements à l’Allemagne en contrepartie des exportations françaises – forcées – vers l’Allemagne12. Celles-ci doivent évidemment l’emporter sur les importations de produits allemands. Or, le financement est assuré en francs, mais aux prix allemands. Comme le mark a été, dès le 19 mai 1940, réévalué d’environ 40 % par rapport au franc (1 DM =20 FF), le déséquilibre des échanges est mis à la charge du Trésor français. Ce système participe de la vaste « pompe aspirante » destinée à piller les ressources françaises. Sa conséquence principale sur les exportateurs est la création de caisses de péréquation des prix chargées du prélèvement sur le bénéfice de l’exportateur d’un pourcentage déterminé reversé à l’importateur. Cette taxe doit frapper les bénéfices issus de la surévaluation du mark. Les caisses sont contrôlées par le Bureau des achats et des ventes à l’étranger créé au sein de la direction du Commerce extérieur et confié à René Sergent. Selon le Bulletin quotidien, la création de ces caisses est « l’une des mesures les plus significatives de l’économie dirigée »13.

  • 14 AN, 68 AJ/55, K 1, CGOC. Groupement des commerces d’importation et d’exportation, « L’organisation (...)

8Paul Naudin, le directeur du CAED est appelé à s’exprimer, le 18 août 1942, à la Chambre de commerce de Lyon, à l’invitation de son président Charbin14. Il se livre à une sorte d’analyse prospective qui témoigne des incertitudes existant encore en ce mois d’août 1942 parmi des milieux économiques en principe bien informés. Ce sont d’abord de grandes incertitudes politiques : Naudin ne croit pas en la conclusion rapide d’un traité de paix, à la cessation générale d’hostilités engagées en tous lieux. Le jour de la paix est imprévisible. Tout le monde en ignore la date, le contenu « et les quelques personnes qui en dressent des plans seront peut-être les plus surprises à l’expérience ». Ce désarroi se double d’incertitudes économiques, de l’aveu de l’ignorance actuelle de la véritable situation de la France. Naudin dénonce la « rétention d’informations faite par l’administration publique, l’absence de publications et de statistiques depuis trois ans ». L’ensemble de ces inconnues le conduit à imaginer une après-guerre où s’écouleront plusieurs années sans cadre juridique net et où il faudra organiser des échanges commerciaux entre les peuples. Sa peinture du régime futur est l’occasion d’une critique indirecte mais acérée de l’Occupation allemande, dont les accents sont proches de la dénonciation faite par Lacour-Gayet d’une guerre contraire aux intérêts du commerce, et d’une Occupation présentée comme un régime de « stipulations unilatérales, [...] réquisitions, prestations, priorités et prohibitions de toutes sortes, [...] un régime discrétionnaire, correspondant aux besoins toujours variables de ceux qui l’imposent et qui en profitent au jour le jour, mais tout à fait indifférent ou étranger à la productivité naturelle des pays et aux intérêts permanents des peuples intéressés, un régime contre nature, en quelque sorte, mais qui, à force de violenter la nature pourrait bien la ployer... ». Dans ce contexte incertain, il estime illusoire de penser que, même la paix recouvrée, la France aurait de nouveau accès à ses anciens clients et fournisseurs. Il est conduit à imaginer une zone nouvelle, aux contours imprécis, en dehors de laquelle demeurerait « un certain chaos » : « Dans cette hypothèse, le premier traité officiel tracerait une aire géographique, aujourd’hui imprévisible, qui serait celle de nos premiers accords, contrats et échanges commerciaux ».

  • 15 LECE, 1949-1950, dossier CAED (1943-1946), allocution du 2 janvier 1943.
  • 16 CGOC. Comité d’organisation des commerces d’importation et d’exportation, « Le commerce internatio (...)
  • 17 AN, 68 AJ/66, sd. 519, Note sur l’avenir du commerce extérieur français.
  • 18 Ibid.

9Cette Europe en filigrane est tributaire de la reprise d’échanges avec l’extérieur, actuellement interrompus ou sous la coupe de l’Allemagne. Aussi la réflexion sur l’avenir du commerce extérieur français demeure-t-elle le point central de la réflexion du CAED – et du COCIMEX – durant l’Occupation. Les deux organismes produisent des études sur la question. Les papiers privés de la section française de la Ligue européenne de coopération économique conservent une série fragmentaire de publications conçues par le CAED durant ces années. La plus ancienne date du 2 janvier 1943 et porte sur la réduction des échanges internationaux15. Le COCIMEX livre lui aussi des brochures d’information16. Il apparaît que c’est fin janvier 1943 que le gouvernement vit un tournant de la guerre s’effectuer : une circulaire du 28 janvier demande en effet aux dirigeants des comités d’organisation relevant de la direction du Commerce intérieur « de se préparer dès maintenant à un éventuel rétablissement de la paix »17. Une note du COCIMEX trahit la même prudence des milieux commerciaux que celle manifestée par Paul Naudin six mois plus tôt : « On peut douter qu’une convention générale consacre en une fois la paix et la licence de faire commerce d’un bout à l’autre du monde »18. En des termes quasiment identiques, elle envisage un système intermédiaire « durant lequel il faudra organiser des échanges commerciaux de peuple à peuple sans qu’ils reposent sur la base juridique que nous aimerions leur donner [...]. Dans une telle hypothèse, le premier traité officiel ne tracerait rien de plus qu’une aire géographique, aux contours imprévisibles aujourd’hui ». Les professions du commerce extérieur doivent se préparer à une importante adaptation, notamment à des importations massives de matières premières. Il est intéressant de souligner que la vision de ces milieux repose sur une analyse de la situation en termes de puissance et que le primat est donné au facteur géopolitique. La répartition des matières premières sera faite par les vainqueurs : en l’occurrence, la latitude d’action de la France sera fonction de sa situation diplomatique. « La politique commandera, dans de certaines limites, l’économie ». La note se préoccupe également de l’orientation future de la production et émet le vœu que les besoins du commerce extérieur puissent être pris en compte par cette dernière. Pour contrebalancer les importations, il faudra davantage tabler sur les ventes commerciales que financières : « Une saine politique d’échanges internationaux doit surtout tendre au développement de nos ventes. La France devra accorder toute sa sollicitude aux industries exportatrices [...] ».

  • 19 AN, 68 AJ/55, K 30, CAED, 372 rue Saint-Honoré, 19 juillet 1943, Informations.
  • 20 LECE, ibid., allocution du 28 septembre 1943.
  • 21 AN, 68 AJ/55, K 30, CAED, 372..., op. cit.
  • 22 Ibid., K 1, Organisation institutionnelle..., op. cit.

10En juin 1943, Robert Bienaimé, le président du CAED, constate que depuis la dernière assemblée générale du CAED, le 10 juillet 1942, l’isolement de la France s’est accru – du fait de sa rupture avec l’Afrique – et que ses possibilités d’exportations, absorbées principalement par l’Allemagne, ont encore diminué. Elle risque la paralysie commerciale. C’est pourquoi le CAED consacre actuellement ses efforts à « écarter certaines entraves apportées aux échanges extérieurs, notamment à l’exportation »19. Bienaimé annonce qu’il présentera bientôt un rapport sur les améliorations à apporter à la procédure d’octroi des licences d’importation et d’exportation. On le voit, c’est sur des mesures techniques concrètes plutôt que sur des élaborations conceptuelles que le CAED concentre ses efforts durant la guerre. Il est en cela dans la droite ligne de son action de l’entre-deux-guerres. En cet été 1943 encore, à la suite de Paul Naudin, Bienaimé estime qu’aucune prévision n’est possible car « l’avenir se reconstituera sans doute sur des bases absolument nouvelles. C’est de celles-ci qu’il nous faut nous inquiéter plutôt que des conditions actuelles dont il faut espérer qu’elles disparaîtront bientôt ». En septembre 1943, le CAED se donne cependant pour programme « d’étudier quel aspect pourrait prendre nos échanges d’après-guerre » et affirme que « notre groupement en raison de son impartialité et de sa technicité peut et doit apporter son appui, ses suggestions ou ses critiques aux personnalités qui auront la lourde tâche de remettre en marche le délicat mécanisme du financement, du transport et de la répartition [...] »20. Le COCIMEX demeure cependant sans aucun pouvoir sur les orientations prises durant la guerre. C’est ce qui ressort d’un exposé de Paul Naudin qui fait état d’une proposition de réforme qui en émane. Le COCIMEX revendique, en cette matière aussi, la prééminence commerciale du CGOC et l’élévation des groupements d’achats au rang d’établissements publics : « Le groupement [d’achat], ainsi modifié, renoncerait à accomplir lui-même aucune opération commerciale, de manière à laisser l’initiative des professionnels s’exercer comme par le passé, bien que sous le contrôle de l’État »21. En pure perte. Ce nouvel échec d’un organisme censé représenter les intérêts des professionnels du commerce extérieur doit peut-être être relié à un troisième principe directeur du dirigisme commercial, qui est d’harmoniser les relations commerciales extérieures avec les cadres administratifs de l’économie intérieure. Le commerce extérieur pâtit en définitive d’un mauvais ajustement, venant comme un « élément surajouté », comme « des galeries édifiées après coup qui permettent de faire communiquer le bâtiment de l’économie dirigée avec les constructions multiples de l’économie mondiale »22.

  • 23 Ibid., K 31, numéro du 27 novembre 1942, « Perspectives du commerce français d’exportation » ; num (...)
  • 24 Ibid., L, article de René Blondel sur les techniques commerciales françaises du 14 juillet 1943.
  • 25 Ibid., K 1, L’Exportateur français, numéro du 17 octobre 1941.
  • 26 AN, 68 AJ/55, K. 1 et K. 11, deux ensembles sur le CNCE.

11En réaction à cette mise en tutelle du commerce extérieur et à cette relégation au second plan des exportations, des voix se font entendre en écho aux revendications du CAED. On dispose ainsi d’une série d’articles dans L’Exportateur français qui montrent, dès fin 1942, la prise de conscience de la nécessité de préparer dès maintenant l’avenir et qui constatent « que jusqu’ici, notre expansion commerciale ne [fait] pas l’objet des préoccupations de l’administration »23. De même on trouve dans La Vie industrielle un appel à réserver l’organisation de l’exportation aux industriels et commerçants, non à l’État24. La tenue, le 3 octobre 1941, d’une Journée nationale du commerce extérieur suscite l’ironie de L’Exportateur français. Trop de docteurs se pressent au chevet de l’exportation agonisante. Il déclare : « Alors qu’il est de mode, depuis quelque temps, de copier servilement ce qui se fait à l’étranger, sachons nous montrer entreprenants et hardis, en vrais Français »25. En revanche, la création, le 27 septembre 1943, du Centre national du commerce extérieur (CNCE) est accueillie plus favorablement. De fait, son président Louis Nicol est le président du Groupement des commerces d’importation et d’exportation. Le CNCE a pour but de prendre la succession de l’ancien Office national du commerce extérieur – créé en 1898 et supprimé en 1934 – et de préparer la future politique d’expansion économique de la France. Sa création, selon une note conservée dans les archives du CGOC, a été interprétée par de nombreux journaux tels que l’Agence économique et financière, le Journal de la Bourse, La Vie industrielle, comme le signe d’une « renaissance » du commerce extérieur français et comme une « pierre dans le jardin de la Production »26. Tardive, elle incarne surtout l’aboutissement de l’effort constant de quelques cercles pour que l’on n’oublie pas les intérêts qu’ils représentent. Les contraintes de l’Occupation ne permettaient pas de toute façon leur réalisation immédiate...

C. LE CONTRE-MODÈLE NAZI ET SES LIMITES

  • 27 Bulletin central du CGOC, n° 19, mars 1944, conférence de Paul Naudin du 10 février 1944, p. 247-2 (...)

12Par ailleurs, tout en le désapprouvant, le CAED prend acte de la diffusion du modèle national-socialiste d’union européenne. Dans une conférence à l’Institut maritime et colonial, en février 1944, Paul Naudin décrit les changements survenus : « L’Aventure change de caractère. [...] Il ne s’agit plus de découvrir des marchés inconnus, par une exploration de surface, qui ne saurait désormais dilater le monde. Il faut prospecter plus profond, susciter d’inédites facultés d’échanges. [...] Au libéralisme d’avant-guerre déjà malade ou moribond a succédé dans tous les pays directement ou indirectement touchés par le nouveau conflit mondial, un dirigisme plus ou moins planifié, qui d’ailleurs dépasse ou plutôt déborde les anciens autarcismes plus ou moins strictement nationaux : le dirigisme 1944 rêve d’unités économiques continentales »27.

  • 28 On trouvera des mises au point récentes dans Michel Dumoulin (dir.), Plans des temps de guerre pou (...)
  • 29 Disponible à la Bibliothèque de France, sous la cote 4° R Pièce 5025.
  • 30 Conférence « L’union économique de l’Europe et la collaboration franco-allemande » reproduite dans (...)
  • 31 Raimund Schulz, Le grand espace économique européen, Paris, 1942, p. 158.
  • 32 Ibid., chapitre XIV.
  • 33 Pascal Ory, Les collaborateurs, op. cit. À la suite de ce dernier, nous avons dépouillé trois revu (...)

13Les principaux propagandistes de ce modèle nazi dans la presse et l’opinion publique françaises sont au nombre de trois28. Le premier, le Dr Gerstner, est le chef des services économiques à l’ambassade d’Allemagne à Paris. Il fit le 29 mars 1941 une première grande conférence à la Maison de la chimie sur « L’avenir économique de l’Europe ». Il en reprit les principaux thèmes dans une conférence de février 1942 prononcée dans des camps de prisonniers de guerre français en Allemagne. Ce discours de propagande se fonde sur l’idée générale d’une « communauté européenne » dont la constitution aurait été retardée par les « entraves idiotes » et autres « absurdités » de l’entre-deux-guerres : « Le vrai crime de Versailles fut d’avoir sacrifié l’Europe ». La guerre permet d’esquisser « un rêve futur : l’union douanière européenne », faire du « marché européen un commerce intérieur ». Cette notion de « communauté européenne » ne dissimule pas longtemps la vision d’une construction européenne tout entière organisée au profit de l’Allemagne. L’Europe prônée maintiendra l’économie dirigée, dont l’expérience allemande prouve la supériorité sur l’économie libérale. Il n’y aura pas de retour au libéralisme : « Il existe encore des milieux où on y pense et même où on l’espère. Ces milieux réactionnaires espèrent en vain ». Depuis la guerre, l’Allemagne a progressé dans l’organisation d’un marché européen. Face à l’Amérique et à l’Asie se constitue un « grand espace européen » dont les compléments naturels seront l’Afrique et la Russie d’Europe. L’Allemagne se consacrera d’abord à la colonisation de l’Est, puis « le continent africain tout entier [sera] exploité au profit de la communauté européenne », la France tenant en la matière un rôle exemplaire. Il n’y aura pas de fermeture hermétique aux échanges entre les trois « grands espaces », mais chacun aura sa vie économique propre et dirigée29. Ces thèses sont reprises devant la presse française le 3 avril 1942 par Karl Acker, membre du Deutsches Institut fur Aussenpolitische Forschung30. Elles sont théorisées par Raimund Schulz dont l’ouvrage Le grand espace économique européen paraît en France en 1942. Ancien directeur d’une grande entreprise aéronautique, Schulz destine son livre aux industriels. Son schéma repose sur l’idée que la vision libérale du monde comme un unique grand espace de libre-échange a été mise à mal par la guerre et qu’une réorganisation doit être entreprise sur la base de grands blocs, définis en fonction de critères historiques, géographiques ou raciaux. C’est ainsi qu’il conçoit la constitution d’un seul grand espace en Europe, « forcément totalitaire », qui englobe toutes les « anciennes petites autarcies » et les démantèle31. Cet espace serait placé sous « la nécessaire hégémonie allemande » justifiée par le redressement en cours des pays avec lesquels elle a conclu des accords économiques. Cet espace serait structuré par l’établissement d’un plan général de la production européenne, une stabilisation des prix, l’instauration d’un grand clearing central, l’unification des transports et des statistiques. L’Afrique serait le prolongement naturel du grand espace européen. Trois nouveaux grands types d’échanges seraient ainsi créés : des échanges intérieurs entre les États appartenant à un même espace économique – entre la France et l’Allemagne, l’Allemagne et l’Italie, les États-Unis et le Canada etc. – des échanges entre le grand espace et son prolongement naturel – entre l’Europe et l’Afrique, l’Amérique du nord et l’Amérique centrale etc. – et des échanges entre chaque grand espace : entre l’Amérique du nord et l’Europe continentale, par exemple32. Ce dernier type de trafic ne porterait toutefois que sur des articles secondaires ou de luxe. L’ouvrage, dont la tonalité est résolument antisémite, antibritannique et antisoviétique, se clôt par un appel particulier à la collaboration de la France. Ces thèses inspirent la presse et les publicistes collaborationnistes33, comme Gaston Riou et Lucien Coquet dont nous présenterons l’itinéraire inédit.

  • 34 Olivier Wieviorka, Une droite libérale et moderniste sous l’Occupation : l’exemple de La Vie indus (...)
  • 35 La Vie industrielle, numéro 2, 21 novembre 1940, « Collaboration ».
  • 36 Ibid., numéro 43, 23 janvier 1941, « La collaboration économique franco-allemande, élément essenti (...)
  • 37 Ibid., numéro 25, 24 décembre 1940, « La formation des grandes unités économiques » ; numéro 38, 1 (...)
  • 38 Ibid., numéro 2, 21 novembre 1940, « Collaboration ». Sur ce thème, on retrouve la même hostilité (...)
  • 39 Ibid., numéro 22, 19 décembre 1940, « Bien avec tous, mieux avec l’Europe ».
  • 40 Ibid., numéro 282, 7 janvier 1942.
  • 41 AN, 68 AJ/55, Lo 262, Le Journal de la Bourse, numéro du 12 décembre 1942.
  • 42 Ibid., numéro du 28 décembre 1943.

14Elles influencent aussi une partie de l’opinion publique libérale. Olivier Wievorka a ainsi souligné dans son étude sur La Vie industrielle le caractère collaborationniste de la vision européenne du quotidien, et ce dès le lancement de novembre 194034. À sa suite, nous avons relu de manière approfondie les articles en question. Il nous est apparu que sans contredire cette interprétation générale, il y avait lieu d’y apporter un certain nombre de nuances. On peut certes noter l’approbation d’ensemble apportée à la politique de Montoire par l’article programmatique de Pierre-Etienne Flandin, « Collaboration »35. En 1941, Pierre Bérenger, rédacteur des Nouveaux Temps de Luchaire, développe un schéma d’organisation européenne clairement national-socialiste, fondé sur la notion d’autarcie et la satellisation de la France, dont la production doit se renforcer dans le domaine de l’industrie alimentaire et des industries de luxe et s’y cantonner36. Mais ce dernier article est peut-être le seul du genre à fournir un développement aussi précis et engagé. La majorité des autres se contente de diffuser les grands axes de la vision nazie ; l’accent est mis sur la vulgarisation des concepts (Groβraum, Reich, Bund) plus que sur un engagement et une propagande en faveur de leur réalisation37. Les rédacteurs de La Vie industrielle, tout en s’inscrivant dans un schéma global, d’Europe allemande, discutent point par point les caractères de cette Europe. À commencer par Flandin lui-même qui, dans le fameux article « Collaboration », critique les principes nationaux-socialistes et refuse tout particulièrement la spécialisation économique de l’Europe induite par ce schéma : « S’il faut, dans l’Europe nouvelle, prévoir, au début, un système d’échanges compensés, il ne serait pas sage de cristalliser telle ou telle économie nationale dans une formule rigide d’économie agricole ou d’économie industrielle ». Il met en garde contre toute tendance visant à « réduire l’économie française à une prédominance agricole presque absolue »38. Au-delà, beaucoup affirment une vision de l’Europe qui se rattache d’abord aux projets libre-échangistes des années vingt. Maurice Ajam, ancien président du Comité commercial franco-allemand d’avant 1914, évoque une union du continent européen, « un immense cartel de toutes les nations » qui rejette à la fois autarcie et protectionnisme39. J.-H. Ricard, ancien président de la Confédération nationale des associations agricoles, membre du CAED, se livre pour sa part à une vaste réflexion sur « l’organisation communautaire des échanges européens », dans laquelle ne figurent aucune considération politique, ni mention de l’Allemagne. Exposant les principes généraux qui doivent présider à la reconstruction de l’Europe, il envisage la création d’un nouvel organisme international, sorte de « clearing intereuropéen du commerce extérieur », non seulement destiné à une liquidation des comptes, mais essentiellement à la promotion et l’intensification des échanges intereuropéens. Transports, assurance, prix, monnaie, crédit sont passés en revue et s’inscrivent dans un régime où « le maximum de liberté » est laissé aux industriels et commerçants40. On trouve de la même façon dans Le Journal de la Bourse, fin 1942, une réflexion sur le libre-échange, inspirée par le traité de commerce entre les États-Unis et le Canada qui supprime entre eux toute barrière douanière. Ce traité pourrait éventuellement servir de modèle à ceux passés par les États-Unis avec les pays européens au retour de la paix ; cela impliquerait l’abandon immédiat du régime d’économie dirigée actuel. L’article observe néanmoins de façon plus générale la similitude d’analyse entre les pays libéraux et les pays dirigistes au sujet du moule dans lequel devra se couler l’économie d’après-guerre et prend moins ses distances que La Vie industrielle par rapport au modèle nazi41. Fin 1943, Le Journal de la Bourse revient sur « l’avenir des unions douanières » dans une perspective plus nettement libérale. Il traduit bien les incertitudes persistantes : « Un tel projet semble assez utopique, mais il mérite néanmoins [...] d’être dès maintenant mis sérieusement à l’examen, aussi bien par l’administration que par les intéressés eux-mêmes ». Il envisage ainsi le rapprochement de la France et de la Belgique et des Pays-Bas, dont les gouvernements émigrés ont signé le 21 octobre 1943 un accord financier, et la « constitution d’un bloc économique, prélude peut-être d’un bloc politique englobant les nations représentant la civilisation occidentale et pouvant éventuellement faire échec aux prétentions, soit des puissances anglo-saxonnes, soit des puissances de l’Est de l’Europe »42.

15Le commerce extérieur de la France est un thème très privilégié des cercles que nous avons circonscrits. Il permet de réamorcer une réflexion sur la construction européenne qui, dès 1944-1945, paraît au grand jour et sort renforcée de sa prise de distance avec le modèle hitlérien. Ce n’est pas le cas de l’autre ligne pro-europénne des années vingt incarnée par l’Union économique et douanière européenne. Gaston Riou, Lucien Coquet, ses deux principaux animateurs, cèdent aux sirènes de la collaboration et s’engagent dans une voie préjudiciable à leur combat à la Libération.

II. LES COMPROMISSIONS DE LA LIGNE RADICALE

A. UNE EUROPE RÉGIONALISÉE

1. L’activisme du CEDEC

  • 43 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, septembre 1943, L’économie européenne et mondiale, co (...)
  • 44 Sa fusion avec le CEDEC permet d’ailleurs au chercheur d’aujourd’hui de reconnaître à la Bibliothè (...)
  • 45 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, septembre 1943. Les commissions principales sont : Do (...)
  • 46 Ibid., p. 4.
  • 47 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, septembre 1943.

16Le 30 avril 1941, Gaston Riou est élu président du comité français de l’Union économique et douanière européenne. Il en devient le troisième dirigeant après Paul Elbel et Yves Le Trocquer, le fondateur. L’association continue donc à exister sans solution de continuité durant l’Occupation. « Depuis l’Armistice [...] l’UEDE s’est efforcée de faire le point de la situation présente et de préparer la reprise normale des relations européennes et mondiales, dès le lendemain de la paix »43. La publication de son organe officiel, L’Europe de demain, s’interrompt en juin 1940, mais en revanche son centre de documentation – le CEDEC – fonctionne toujours et connaît une vigueur nouvelle. Ce Centre européen de documentation et de compensation avait été fondé à Paris, en janvier 1934, dans le but de constituer une bibliothèque spécialisée, qui centraliserait des documents d’ordre économique et social sur les États européens, et de favoriser des recherches sur les divers types de rapprochement possibles entre ces États. Il avait hérité des anciennes collections du Comité commercial franco-allemand de 1907 et de l’UDE de 1927. En juin 1941, il est agrégé au Centre de documentation de la Bibliothèque nationale. Ce dernier organisme, créé à l’initiative de Clémentel, était originairement annexé au ministère du Commerce sous la dénomination de Centre d’information économique44. Pendant l’Occupation, l’UEDE va fonctionner essentiellement à travers le CEDEC. Elle poursuit ses publications sous la seule forme de brochures ou de pages dactylographiées à l’usage de ses membres. Le CEDEC continue à organiser des réunions privées d’études selon le même système de commissions spécialisées que celui pratiqué par l’UEDE avant la guerre45. Celle du Commerce et de l’Industrie, dirigée par Maurice Dubrulle, le président de la Fédération lainière internationale – et vice-président de l’UEDE – a une activité particulièrement importante. Elle présente des rapports sur des thèmes variés, comme celui de René Arnaud sur Les comités d’organisation et leur rôle possible dans l’économie future, celui de F.-F. Legueu sur Situations et perspectives monétaires, celui de Léon Wenger sur Cinq essais de réorganisation des crédits internationaux. Les travaux du CEDEC (élaboration de statistiques, monographies, rapports etc.) ont pour ambition d’être communiqués aux pouvoirs publics. Bien qu’affirmant son indépendance et son caractère d’organisme privé et tout en se déclarant étranger à des préoccupations autres qu’exclusivement économiques et sociales, le CEDEC ne s’en met pas moins au service de l’administration de Vichy. Il espère que « les recommandations élaborées par ses réunions d’études pourront être prises en considération par les pouvoirs publics, aux fins d’application immédiate ». Il se félicite d’avoir trouvé « depuis l’armistice, la justification de ses travaux dans deux faits particuliers : l’institution, sous une première forme provisoire, des « comités d’organisation » et la mise au point du « régionalisme économique »46. L’intérêt que trouve le CEDEC dans la création des comités d’organisation ne procède pas d’une préoccupation de défense des professionnels, mais d’un souci taxinomique. Les comités ont en effet entrepris de collecter toute une série d’informations et de documentations. Le CEDEC s’offre à tenir le rôle de l’organisme centralisateur de ces données, à les unifier et à les traiter afin de constituer un inventaire annuel de la production. « Sans ce travail indispensable d’unification, l’abondante documentation des comités d’organisation demeure en effet fragmentaire et inutilisable pour « l’appréciation d’ensemble qu’un gouvernement doit toujours être à même de faire [...] pour prendre, avec autorité des décisions relevant de ce qu’on est convenu d’appeler le “ dirigisme ” ou l’“ économie contrôlée ” et que nous préférons appeler 1’“ économie compensée ” »47. Ce souci d’uniformisation des données, de classification, de création d’une nomenclature, en définitive de création d’une statistique moderne, rencontre celui qui anime certains comités d’organisation, si l’on en juge par l’activité déployée en ce sens par le CGOC. Il est aussi partagé par le Centre d’information interprofessionnel. Le CEDEC n’ignore pas la concurrence que lui fait un tel organisme, mais revendique son rôle d’organisme privé, « étranger à toutes influences directement ou indirectement politiques ». Nous venons de souligner les ambiguïtés de cette indépendance.

17L’autre grand centre d’intérêt du CEDEC, le régionalisme économique, traduit l’aboutissement de la réflexion engagée depuis les années vingt sur l’Europe par l’UEDE. Nous avons vu comment, depuis le début des années trente, cette association avait développé un projet d’union européenne par le biais d’unifications régionales, ainsi dans l’Appel de Locamo de 1934. Ce projet s’inscrivait cependant clairement dans un cadre libéral d’échanges. Or, la Seconde Guerre mondiale est l’occasion d’un glissement de ce modèle fédéraliste vers un cadre dirigiste, dans la logique collaborationniste du régime de Vichy. Toutefois, ce modèle s’enracine davantage dans une tradition française qu’il ne subit l’influence du modèle allemand.

2. Modèle hitlérien ou tradition française ?

  • 48 Cf. Laurence Badel, « Du Vivarais à l’Europe : itinéraire d’un fédéraliste, Gaston Riou », dans Fr (...)
  • 49 Gaston Riou, Europe, ma patrie, Paris, 1928, chapitre XII.

18Ce n’est guère une surprise pour qui a lu les écrits de Gaston Riou Europe, ma patrie et S’unir ou mourir. Dès la fin des années vingt, il concevait une Europe très intégrée48. L’UEDE ne l’avait pas alors suivi jusqu’au bout. Depuis 1941, depuis qu’il est aux commandes de l’association, il peut donner libre cours à sa pensée. Or, durant la guerre, ceux qui diffusent en France le projet européen le plus élaboré appartiennent au camp collaborationniste. Dès 1928, Riou a opté clairement pour une forme fédérative d’Europe qui implique des abandons de souveraineté : il faut constituer « non pas une société des nations d’Europe, mais un Reich d’Europe, mais des Etats-Unis d’Europe [...] un véritable État avec unité douanière, monétaire, diplomatique, militaire et navale »49. Riou éprouve une fascination visible pour les grandes périodes hégémoniques du continent européen : celle de la Pax romana ou celle du Saint-Empire romain germanique. Va-t-il jusqu’à cautionner totalement les rêves hitlériens de nouvelle hégémonie allemande ?

  • 50 Gaston Riou, S’unir ou mourir, Paris, réédition de 1938, p. 177.
  • 51 Gaston Riou, Europe..., op. cit., chapitre II.
  • 52 Ibid., chapitre XII.
  • 53 Souligné dans la brochure L’économie européenne et mondiale..., op. cit.
  • 54 Ibid., p. 5.

19Plusieurs considérations pouvaient l’y conduire, dont la déception éprouvée face à l’inertie parlementaire sur la question européenne dans l’entre-deux-guerres. « La démocratie n’est qu’à son aurore. Il y a d’autres formes possibles de la démocratie que le parlementarisme »50. Une telle déclaration ouvrait la voie à la séduction exercée par des régimes autoritaires. L’anticommunisme de Riou, sa haine de la Russie « éternelle et impérialiste » pouvait également le mener à se rallier au camp le plus susceptible d’enrayer la « guerre sainte » menée contre l’Europe51. Enfin, son programme européen comportait des éléments d’analyse que développeraient les propagandistes nazis : une vision de l’Europe par « blocs » auxquels feront écho les « grands espaces » nazis, l’exclusion des « blocs » britannique et russe et la défense d’une Europe continentale ; enfin, l’idée d’une spécialisation économique de chaque pays en fonction de ses ressources naturelles52. Cette dernière est au cœur du projet européen que développe le CEDEC durant l’Occupation. Elle est l’application du principe de régionalisation qui doit organiser l’Europe. Celui-ci doit permettre, selon Riou, de concilier l’amour de la nation avec l’éventuel patriotisme européen et de respecter les divers génies nationaux. « Le CEDEC [...] a été amené à rechercher quel rôle le plus profitable [...] l’économie nationale française doit jouer dans la réorganisation économique régionale de l’Europe53, ». Cette vision repose sur l’exploitation d’un certain nombre de clichés concernant « les qualités exceptionnelles de la main-d’œuvre française, universellement reconnue comme particulièrement apte à produire toute une catégorie, à la fois de « spécialités alimentaires et gastronomiques » et d’« articles de luxe » ou de « fantaisie », recherchés du fait de leur « origine régionale » et de leur réputation de « qualité »54. En tout cas, on n’est pas loin ici de la spécialisation prônée par le modèle hitlérien : une France agricole, une Allemagne de l’industrie lourde, etc. Le CEDEC voit même dans la récente réforme administrative de l’Allemagne, la justification de ses travaux. L’Allemagne vient d’instituer à compter du 1er avril 1943 le regroupement de 209 anciennes corporations autonomes en 41 chambres économiques régionales et 18 chambres économiques. Selon Riou, cette initiative est dans la lignée de la division de la France en régions économiques opérée par Etienne Clémentel en 1919. Cette appréciation très réductrice montre toutefois que les projets du CEDEC s’inspirent en fait d’un courant de pensée régionaliste qui lui confère sa spécificité et, partant, une autonomie réelle vis-à-vis du modèle hitlérien. C’est bien plutôt à une réflexion politique spécifiquement française qu’à une copie de l’idéologie hitlérienne qu’il faut rattacher à notre avis le régionalisme de Gaston Riou et celui de l’UEDE.

  • 55 Le mot apparaît pour la première fois dans un article de Joseph Reinach dans Les Débats du 6 octob (...)
  • 56 Cf. Guy Rossi-Landi, « La région », Histoire des droites en France, dir. J.-F. Sirinelli, Paris, 1 (...)

20Le régionalisme s’enracine dans la pensée politique française contemporaine depuis 1789, mais il faut attendre la Troisième République pour qu’il soit défini comme une doctrine55 et brandi comme une arme de « contrepouvoir, de minoritaire, d’opposant »56. La décentralisation devient un thème majeur de la pensée légitimiste, qui se nourrit des analyses du catholicisme social, incarné par Veuillot et La Tour du Pin, mais aussi des thèses de Barrés et de Maurras qui concilient théoriquement régionalisme et nationalisme. L’identification du régionalisme à une idée de droite, menace contre l’unité nationale et contre la République, dont une déviance extrême conduit au séparatisme, a peut-être occulté un autre type de courant régionaliste qui lui peut s’inscrire dans les structures républicaines. Nombre des membres de la très hétérogène Fédération régionaliste française fondée en 1900 par Charles-Brun – un félibre, agrégé de lettres – Joseph Paul-Boncour dans sa jeunesse proudhonnienne, Paul Deschanel, Paul Doumer, Louis Marin, Alexandre Ribot, André Tardieu, ont en commun le refus d’un État jacobin hypercentralisé. Nous laisserons toutefois de côté cette remise en cause politique ainsi que les aspects artistiques et littéraires du régionalisme pour nous consacrer à l’émergence d’un régionalisme proprement économique.

  • 57 Cité par François Prevet, Le régionalisme économique. Conception et réalisation, Paris, 1929. Cf. (...)

21Ce courant est lié au dynamisme nouveau de grandes villes comme Marseille, Lyon, Lille, Nancy, et à l’attraction qu’elles exercent sur leur région. Un projet précurseur de 1883, dû à Pierre Legrand, propose l’établissement de huit conseils régionaux dans les huit villes qui sont considérées comme les grandes capitales régionales industrielles : Lille, Rouen, Paris, Nancy, Nantes, Lyon, Bordeaux, Marseille. Ce courant est renforcé par les travaux de l’école géographique de Vidal de la Blache, dont le Tableau de la géographie de la France en 1903, ignore le maillage départemental pour privilégier celui des régions et des pays, et qui souligne la « différence entre région naturelle, notion statique, synthèse de faits géographiques permanents et la région économique, notion dynamique, ensemble d’intérêts et de rapports variables »57. En 1910, il propose même de refaire la carte de France et de la diviser en 17 régions, dont les 17 centres seraient des « nœuds de rapports économiques ». Parallèlement, les ouvrages de Joseph Paul-Boncour, Le fédéralisme économique paru en 1900, et de Jean Hennessy, Régions de France, paru en 1911, contribuent à diffuser l’idée d’une nécessaire réorganisation administrative de la France, fondée sur une analyse géographique et économique. La guerre de 1914-1918 accélère la propagation de ces thèses. Dès septembre 1914, le ministère de la Guerre décide de diviser la France en douze groupes pour coordonner les fabrications d’acier. En octobre 1915, à la demande de Jean Hennessy, est institué dans chaque région militaire un Comité consultatif d’action économique destiné à prendre également en compte les besoins des autres industries et de la population civile. Mais les pressions demeurent en faveur de l’adoption de critères économiques et non plus militaires. C’est dans cette lignée que s’inscrit la réforme de Clémentel et c’est à ce souci économique-là que se rattache le régionalisme de Gaston Riou.

  • 58 Cité par François Prevet, Le régionalisme économique..., op. cit.
  • 59 Henri Hauser, Les régions économiques, Paris, 1918.
  • 60 Ibid., préface de Clémentel, p. 7.
  • 61 François Prévet, Le régionalisme économique..., op. cit.
  • 62 Claude Barathon, Le régionalisme d’hier et de demain, Paris, 1942.

22Dès 1903, dans un rapport sur le budget du ministère de l’Intérieur, Etienne Clémentel déclarait : « C’est parce que le mouvement régionaliste a un fondement économique que nous le considérons comme irrésistible. Le régionalisme répondait à un tel besoin économique que les groupements économiques ont précédé les groupements moraux et politiques »58. À son arrivée au ministère du Commerce en 1917, il institue un service chargé d’étudier la création de régions économiques auprès de la direction des Affaires commerciales et industrielles qu’a en charge Fighiéra. Il est significatif que ce service ait été confié à Henri Hauser, alors professeur à la Faculté de Dijon et fidèle aux leçons de son maître Paul Vidal de la Blache. Hauser est attaché à la République et réfute la thèse de Maurras pour qui la monarchie seule est capable de réaliser la réforme régionale. Il estime possible de concilier le développement de la vie régionale avec le maintien de l’unité nationale. Les études entreprises à l’initiative de Clémentel ont pour finalité le relèvement économique de la France. Il passe selon Hauser par une nécessaire division régionale du travail car, devant la révolution des transports, le développement industriel de certaines régions, le cadre départemental se révèle insuffisant et trop étroit. On peut considérer – et Hauser en est conscient – que cette vision implique une certaine spécialisation économique des régions (la houille en gainait-Artois, le fer en Lorraine, la soie en région lyonnaise, le vin en Languedoc etc.), mais Hauser se refuse à imaginer des régions à la production uniforme du type américain (zone du maïs, cornbelt ; zone du coton, cottonbelt) ou soviétique (zone des terres noires, tchernozium etc.). Il ne doit pas exister en France de région « monochrome »59. Se fondant sur la loi du 9 avril 1898, « instrument d’une souplesse incomparable »60, qui permet aux chambres de commerce de constituer des unions en vue de l’étude des questions d’intérêt commun, Clémentel les invite, par la circulaire du 25 août 1917, à se grouper en région et leur soumet un projet de division de la France. Dans leur ensemble, elles l’accueillent favorablement. Certaines constituent même des groupements précurseurs : c’est le cas de la région de Nancy issue du rapprochement de neuf chambres de commerce le 19 mars 1918, et de celle de Clermont-Ferrand le 29 avril 1918. Elle suscite en revanche l’émotion du Parlement. Fighiéra, Hauser, Allégret, les principaux collaborateurs de Clémentel partent à travers la France plaider la cause des régions. L’arrêté du 5 avril 1919 entérine la création de 17 groupements régionaux à partir des 149 chambres de commerce existantes. Celui du 12 avril précise l’organisation et le fonctionnement des régions. L’intérêt des chambres de commerce est préservée : chacune reçoit le droit d’adhérer à une seconde région. Les régions peuvent fonder tout établissement susceptible de développer le commerce et l’industrie de la région61. Elles ne disposent pas en revanche de la personnalité civile, à la différence des chambres prises isolément. Il faut attendre le décret du 14 juin 1938 pour cela. Alors au nombre de 19, toujours composées d’un certain nombre de chambres de commerce groupées autour d’un centre administratif, qui leur sert de « capitale », elles peuvent dorénavant être déclarées concessionnaires de travaux publics62.

  • 63 Etienne Clémentel, Un drame économique, Paris, 1914 ; Lucien Coquet, La France régionale, Paris, 1 (...)
  • 64 Michèle Cointet, Vichy et le fascisme, Bruxelles, 1987, p. 185-189.
  • 65 Ibid.

23C’est donc d’abord à cette pensée régionaliste économique que se rattache Gaston Riou. En font foi les ouvrages consacrés à ce thème, rassemblés dans la bibliothèque du CEDEC dont on trouve la liste dans une publication de l’UEDE : livres de Clémentel, de Coquet, de Megglé, de Prevet, de Barathon, de Goblet qui, tous, s’inscrivent dans cette filiation63. Elle est réactualisée sous l’État français. Nous ne nous attarderons pas sur la rhétorique régionaliste qui alimente la propagande de la Révolution nationale et les discours de Philippe Pétain. Vision sentimentale, enracinée dans l’histoire des provinces françaises, elle inspire un premier courant développé par les cercles traditionalistes autour du Maréchal et dont Raphaël Alibert est le porte-parole. Il conçoit un découpage de la France en 26 petites provinces déterminées par l’histoire, qui, selon Michèle Cointet, sera vivement repoussé par les ministères de l’Intérieur, des Finances et de la Production industrielle, défavorables à une véritable décentralisation et conscients par ailleurs que ce schéma risque d’offrir des opportunités d’annexion à Hitler au nom de l’histoire et des droits de la race64. L’administration de Vichy défend un régionalisme différent « animé d’un autre esprit. Il est du « vrai » régionalisme qui n’est pas automatiquement décentralisateur » selon l’expression de Claude Barathon. Cette question fait, elle aussi, apparaître les contradictions de Vichy. L’idéologie pétainiste se heurte, dans ce domaine comme dans d’autres, au pragmatisme des diverses administrations de l’État qui font prévaloir une vision économique et internationale de la région aux dépens d’une vision historique et nationaliste. La première est défendue au sein du Conseil national par le néo-libéral Lucien Romier qui préside une commission de la réorganisation administrative. Son projet s’inspire de celui de Clémentel et a pour ambition de répondre aux problèmes du ravitaillement et de résister aux exigences allemandes65. La loi du 19 avril 1941 va instituer des préfets de région disposant de pouvoirs spéciaux en matière d’ordre public et de ravitaillement. Mais cette loi repose sur des critères dévoyés par rapport à la logique économique originelle que soutenait Romier. Le nombre, la résidence, la compétence territoriale des préfets sont fixés par décret. Le siège des régions économiques n’est plus celui d’une chambre de commerce comme dans le projet Clémentel, mais celui d’une préfecture. La loi du 11 août 1941 donne aux préfets pouvoir de suspension de tout fonctionnaire dans la région, ce qui accentue la logique policière qui anime le régionalisme administratif de Vichy. Car il s’agit bien de concilier le régionalisme avec le renforcement croissant de l’État français. Cette contradiction débouche sur une impasse qui explique le caractère en définitif limité des initiatives vichystes en matière de régionalisation.

  • 66 L’influence sur Gaston Riou de Raimund Schulz a été analysée par Laurence Badel, « Du Vivarais à l (...)
  • 67 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, op. cit., p. 13, « L’enquête du CEDEC sur le régional (...)
  • 68 Ibid., p. 5.
  • 69 Ibid., p. 13.

24Gaston Riou cherche, pour sa part, à maintenir dans son intégrité le projet de Clémentel pour la France et à étendre son champ d’application à l’Europe. Force est de reconnaître qu’à partir de 1942, sur ce dernier point, le modèle allemand diffusé par Acker, Schulz et autres propagandistes, l’inspire de plus en plus66. S’inscrivant dans la continuité de l’envoi de questionnaires institué dans l’entre-deux-guerres par l’Union douanière européenne, le CEDEC ouvre, fin 1942, une Enquête régionaliste auprès des préfets régionaux. Il leur adresse un questionnaire dont les termes sont significatifs, en premier lieu, de ce désir de restaurer la ligne clémentéliste67. « Avant de procéder à la délimitation définitive des « régions économiques » en conformité des lois des 19 avril, 11 et 25 août 1941 [...] n’est-il pas normal que compte soit tenu d’une façon expresse, de l’expérience des 20 régions économiques créées par le président Etienne Clémentel [...] ? », demande le questionnaire. Riou envisage une transformation des départements en « véritables districts économiques » et va jusqu’à proposer leur démembrement ainsi que la division du territoire français en « régions économiques » qui ne répondent plus à la seule logique administrative régissant les départements, mais prennent en compte des critères économiques, industriels, sanitaires etc. L’extension de ce régionalisme à l’Europe doit en revanche beaucoup aux thèses allemandes. Riou souhaite examiner « dans quelles conditions un mode uniforme d’administration économique régionale européenne s’inspirant des applications déjà faites en France et en Allemagne pourrait être recommandé »68. Le questionnaire stipule clairement : « Concevez-vous la réorganisation économique de l’Europe comme susceptible d’être basée sur la répartition territoriale de ses États (conservant leur entière autonomie politique et administrative) en grandes « régions » ou, pour employer un mot nouveau, en grands « espaces économiques » : organisation qui coïnciderait avec la suppression graduelle des barrières douanières entre tous les États européens ? »69.

  • 70 Cf. ce qu’en dit Georges Brun, Technocrates et technocraties en France (1914-1945), Paris, 1985, p (...)
  • 71 Francis Delaisi, Paradoxes économiques, Paris, 1943, p. 24-25.
  • 72 Ibid., p. 24.
  • 73 Henri Clerc, La collaboration. Vers une économie européenne, Paris, 1941.

25La reprise de la terminologie allemande place dorénavant le projet européen de Gaston Riou dans une logique collaborationniste que conforte la présence aux réunions du CEDEC de personnalités engagées dans la collaboration avec l’Allemagne. On peut mentionner lors d’une réunion du 15 décembre 1943, consacrée à l’étude des divers plans financiers proposés pour l’après-guerre, la présence de Francis Delaisi et de Henri Clerc. Le premier, économiste, ancien membre du Redressement français, du Bureau d’études économiques de la Confédération générale du travail et du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes en 1934, pacifiste, animateur de l’UEDE depuis l’entre-deux-guerres, avait grandement alimenté la réflexion sur l’union européenne par la publication de son livre Les Deux Europes. Il y propageait l’idée d’une Europe duale, celle du cheval-vapeur et celle du cheval de trait, une Europe industrielle du nord-ouest et une Europe agricole du midi et du centre qu’il fallait unir et unifier, notamment par la diffusion des progrès, techniques. Il estimait nécessaire une planification à l’échelle européenne70. À l’instar d’un Marcel Déat, il va se rallier au régime de Vichy, à la politique de collaboration et manifester son admiration pour l’apparente réussite économique du Troisième Reich : « La révolution nationale-socialiste contient dans ses flancs une telle force de renouveau économique et social que même un Waterloo ne l’arrêtera pas »71. C’est donc sans ambages qu’il souscrit au projet continental nazi, excluant avec la même ardeur la Grande-Bretagne et l’Union soviétique et prônant l’union des vingt-sept nations européennes. Comme nombre de collaborationnistes, il place le projet nazi dans la continuité de la politique briandiste de rapprochement franco-allemand des années vingt : « [...] notre devoir et la voie du salut, c’est l’Union européenne. Ce n’est pas une idée allemande. Briand, le premier, l’avait formulée. Déjà, en 1929, j’écrivais les Deux Europe. C’était nous, Français, en ce temps-là qui offrions l’Union à l’Allemagne vaincue. Aujourd’hui, la situation a été retournée, c’est l’Allemagne maintenant qui nous propose l’Union. Lui refuserons-nous vaincus, ce que nous lui proposions quand nous étions les plus forts ? »72 De son côté, Henri Clerc, issu du même courant planiste, ancien membre du Comité France-Allemagne et membre de l’UEDE, devenu directeur de France-Actualités prend position nettement en faveur de la collaboration lors d’une conférence faite, salle Gaveau, le 24 avril 1941 »73.

26Tandis que le CAED parvient à maintenir une réflexion globale sur l’après-guerre dans un cadre libéral, l’UEDE inscrit son projet régionaliste dans un cadre dirigiste. Ce comportement brutalement divergent de deux associations créées à la même époque et issues du même courant pacifiste révèle les ambiguïtés de l’engagement briandiste de toute une génération « réaliste » comme se plaisait alors à l’appeler Jean Luchaire. Un exemple extrême et inédit nous est fourni par l’itinéraire de Lucien Coquet, dont l’existence, vouée au rapprochement franco-allemand, se brûla tristement aux feux de la collaboration.

B. CANDIDE ET L’ARMISTICE

27Le parcours de Lucien Coquet, apôtre du rapprochement franco-allemand et homme de bonne foi de l’union européenne, rencontré à plusieurs reprises au cours de cette étude, prend en effet durant la Seconde Guerre mondiale un tour dramatique. Personnalité de second plan de la cause européenne, mais « petite main » dévouée qui, à l’instar d’autres animateurs d’associations pro-européennes, fit plus pour la faire avancer que bien des zélateurs qui occupaient de manière plus ostentatoire la scène politique, il pécha par excès de volontarisme et manque d’esprit critique, et se fit mépriser également durant l’Occupation et à la Libération.

  • 74 Cf. l’attitude méfiante du Quai d’Orsay vis-à-vis de Coudenhove-Kalergi à la fin des années vingt.
  • 75 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 (...)
  • 76 Ibid., p. 455.
  • 77 Ibid., p. 456 : « ...la masse des documents fournis complète heureusement les rapports consulaires (...)
  • 78 Ibid., p. 789, note 71.

28On se souvient de ses débuts de publiciste engagé avant 1914, dans la mouvance du parti colonial, et d’initiateur du Comité commercial franco-allemand. On se rappelle la période glorieuse que constitua pour le courant européen le ministère Briand. Les deux époques ont en commun sa lutte pour la reconnaissance officielle d’une initiative privée. Elle vint le 14 avril 1933, date à laquelle l’UEDE fut déclarée d’utilité publique. Mais sa vie durant, Lucien Coquet fut confronté à la méfiance d’administrations publiques qui doutaient du bien-fondé d’initiatives officieuses parallèles aux leurs74. Raymond Poidevin rapporte ainsi l’étonnement significatif des chambres de commerce, auxquelles Coquet soumet en 1907 une Enquête générale, vis-à-vis de cet inconnu qui se dit « chargé de missions du gouvernement à l’étranger ». Il cite la réponse du consulat de Paris pour qui « Coquet [est] peu connu, sans influence » et la réaction similaire de la Wilhelmstraße75. De fait, le Quai d’Orsay manifesta à cette époque la plus grande réserve et l’ambassadeur de France à Berlin, Jules Cambon, donna des consignes nettes en ce sens76. Lucien Coquet semble avoir alors exagéré le patronage secret du ministère même s’il y eut des échanges certains d’informations économiques entre le Quai et le Comité commercial franco-allemand77. R. Poidevin estime que la méfiance des diplomates avait des raisons politiques – René Millet, l’un des vice-présidents du CCFA était un adversaire de l’Entente cordiale – mais note qu’elle fut moins vive à l’égard de ce groupe de pression commercial qu’à l’encontre de certains groupes financiers. Le Quai d’Orsay prit de nouveau ses distances vis-à-vis d’un Coquet « soucieux de réclame » après novembre 191378.

29En août 1941, il fut cette fois-ci victime de la suspicion nazie et reçut la visite de gendarmes allemands chargés d’arrêter l’impression d’un nouvel ouvrage Candide et l’Armistice. En octobre 1945, il fut appelé à comparaître devant la Commission d’épuration du livre. Le dossier d’épuration de Lucien Coquet conservé aux Archives nationales, sous le titre de la maison d’édition qu’il avait créée – Editions Elcé – permet de reconstituer un itinéraire qui est loin d’être unique en France durant l’occupation allemande, mais qui présente de façon exemplaire les dangers du volontarisme européen de l’entre-deux-guerres.

1. L’objet du délit : un produit hybride d’histoire des civilisations

30En 1942, Lucien Coquet fait paraître Candide et l’Armistice, ouvrage qui aurait dû être le premier volet d’une trilogie consacrée au problème de la collaboration. Les deux autres volumes prévus : Candide et la Paix et Candide et l’Europe de demain ne parurent jamais. Le livre surprend par son caractère ésotérique dans la mesure où Coquet s’était cantonné jusqu’à cette date dans des études très techniques, économiques, et avait toujours veillé à ce que l’Union douanière européenne usât d’un style de propagande mesuré et se gardât de l’emphase de sa concurrente Pan-Europe. Or, Candide est un livre violemment engagé en faveur de la collaboration franco-allemande, aux jugements imagés et péremptoires, souvent agressifs, proposant une relecture abusive de l’histoire des civilisations, finalisée en fonction de l’avènement du « Règne européen ». Lucien Coquet a des accents très proches de ceux de Gaston Riou, il en partage le manque de rigueur intellectuelle. Certaines de ses diatribes politiques l’apparentent nettement à un Jacques de Lesdain ou à un Alphonse de Chateaubriant. Son ardeur de prosélyte lui confère en maints endroits les traits d’un illuminé.

  • 79 Lucien Coquet, Candide et l’Armistice, Paris, 1942, p. 26.
  • 80 La France Européenne, Revue mensuelle de l’Exposition du Grand Palais, n° 1, juin 1941.
  • 81 Lucien Coquet, Candide..., op. cit., p. 44.
  • 82 Ibid., p. 46.

31À l’appui de sa plaidoirie collaborationniste, Lucien Coquet a fabriqué trois dialogues imaginaires d’ombres célèbres aux propos cocasses mais significatifs. Dans le premier, Socrate, Jésus et Michel-Ange devisent sur les bienfaits de l’armistice. Michel-Ange se félicite du caractère pédagogique d’une exposition récente au Grand Palais, où figurent deux cartes murales présentant un « hier » hérissé de frontières et un « demain » où des autoroutes, des rails et des lignes d’aviation sillonnent et survolent un territoire unifié79. Il s’agit en fait de l’exposition consacrée à La France européenne qui eut un grand retentissement sous l’Occupation et se tint à partir du 31 mai 1941 au Grand Palais. Elle fut organisée à l’initiative du rédacteur en chef de L’Illustration, Jacques de Lesdain, avec l’approbation de Fernand de Brinon, délégué général du gouvernement et d’Otto Abetz, ambassadeur du Reich, et inaugurée en présence d’officiels allemands et français. Il s’agissait de présenter « une réduction parlante de la France » par un jeu de maquettes mettant en avant la richesse de son agriculture et de ses industries et de « prouver que la France est prête à fournir volontairement sa contribution au monde qui s’édifie ». Les reproductions de l’exposition figurant dans la Revue de l’Exposition montre un Grand Palais entièrement réaménagé en fonction de ce désir de propagande80. Une salle de l’exposition est ainsi consacrée aux « Grands Européens » : Henri IV, Napoléon, Hugo, Pasteur... Le Socrate de Coquet estime pour sa part que les Français ont reçu de l’Allemagne, du fait de l’armistice, « un bienfait dont la véritable notion, généralement, leur échappe » : le vainqueur a « réellement, à Montoire, tendu la main sans arrière-pensée, le 24 octobre 1940 »81. De son côté, Jésus prêche la signature d’un traité de paix « inter-européen », « inter-continental », « inter-social » : « Le règne du Père serait arrivé »82.

  • 83 Ibid., p. 67.
  • 84 Ibid., p. 101.
  • 85 Ibid., p. 103.
  • 86 Ibid., p. 12.
  • 87 Lucien Coquet, Candide..., op. cit., p. 109-110.

32Le second dialogue met en scène Descartes et Kant. À côté d’élucubrations génétiques d’où il ressort que le « Celtico-Franco-Gallus » et l’« Aryano-Franco-Germanicus » vont donner naissance à l’« Indo-Europaeus », on y trouve une violente diatribe anti-américaine. On aurait pu croire « ces rois de l’Acier, du Coton et du Corned Beef transformés en philanthropes apostoliques et en grands dignitaires de la Salvation Army »83. C’était oublier l’intérêt des banquiers américains à une entrée en guerre... Le troisième dialogue présente Briand et Stresemann dont toute la politique est analysée dans une perspective collaborationniste. Les « Bons » sont incarnés par Paris, Berlin et Rome et les « Obtus » par Londres, Moscou et Washington. Stresemann estime que « le règne de l’argent, le règne des féodaux, le règne des Trusts qu’une voix française, la plus autorisée, vient de condamner, a suffisamment duré »84. Briand règle des comptes plus personnels, se plaignant d’avoir été « trois fois trahi »85. Dans une page énigmatique, mais dont les clefs sont assez aisément déchiffrables, Coquet laisse filtrer son amertume. Le premier traître, « le plus jeune des trois, mon expert administratif est aux États-Unis [...] ». Il s’agit d’Alexis Léger qui, après avoir gagné le 16 juin 1940 l’Angleterre, arrive aux États-Unis en juillet 1940. Déchu en octobre de la nationalité française, il va demeurer aux États-Unis jusqu’en 1957 date à laquelle il revient en France et prend possession du domaine des Vigneaux sur la presqu’île de Giens où il va séjourner six mois par an. « Le second, mon expert politique, est en zone libre [...]. [Il] a écrit la vie remarquable du plus grand musicien qui ait jamais existé. Littérateur, historien, dilettante mélomane, [il fut un] parfait administrateur municipal [mais l’] impuissant successeur de Briand ». Il faut reconnaître Edouard Herriot, auteur d’une Vie de Beethoven en 1929, et maire de Lyon depuis 1905, éphémère ministre des Affaires étrangères de juin à décembre 1932. Déçu à l’évidence par « Edouard le Petit », héritier présomptueux d’« Aristide le Grand », Coquet estime que « l’histoire impartiale dira qu’il n’a rien fait »86. C’est au troisième et dernier que Coquet réserve ses attaques les plus vives. « Le troisième – c’est le plus coupable – était expert économique. Il a profité d’une crise ministérielle qui fit de lui pour vingt-quatre heures une sorte de dictateur intérimaire aux Douanes, pour arrêter, au nom usurpé du gouvernement, l’élan européen qui s’était déclenché à Genève, au lendemain de la « trêve douanière ». [...] Paul Elbel, son ennemi juré[ ? !] – mort trop tôt, ce vrai « européen » – en parlant du professeur hellénisant, son patron d’alors, auquel il devait succéder, disait : « [...] un de ces jours, gare à la casse ! »87 Le haut fonctionnaire visé est Daniel Serruys, croqué au moment des négociations relatives à l’établissement d’une trêve douanière en février-mars 1930. On peut voir dans sa mise en cause aux côtés de Léger et Herriot un nouveau témoignage de l’influence exercée par cet homme de l’ombre. Les trois dialogues trahissent surtout la déception profonde engendrée par les lenteurs de l’entre-deux-guerres vis-à-vis de l’union européenne. Il semble par conséquent que l’engagement collaborationniste de Coquet tend surtout à donner une cohérence d’ensemble à une vie de combats inaccomplis.

  • 88 Ibid., p. 170.
  • 89 Ibid., p. 207-230.
  • 90 Lucien Coquet, Candide..., op. cit., p. 254.

33La dernière partie du livre présente toute une série de documents du CCFA et de l’UEDE. Coquet les réinterprète en fonction de la situation actuelle pour légitimer l’action passée et justifier les choix du moment. Son évocation de la Grande-Bretagne est symptomatique : il rappelle toutes ses défections, notamment son refus de créer un comité britannique d’Union douanière européenne. Et il commente : « Les événements de 1939-1940 ont surabondamment prouvé que l’auteur de Candide et l’Armistice avait vu juste, dès 1927. L’Angleterre, en fait, a contrecarré les projets briandistes d’Union fédérale européenne »88. En revanche, la politique hitlérienne se situe, selon lui, dans la continuité des efforts de rapprochement franco-allemand engagés dès avant la Première Guerre mondiale. Il se place ainsi dans la droite ligne de la politique définie par Laval dont il cite à l’appui la déclaration du 20 avril 1942 mentionnant « l’ancienne alliée qui a tenté de détruire notre flotte et célébrant le vainqueur qui n’abuse pas de sa victoire et offre à la France une place dans la « Nouvelle Europe ». En matière de construction européenne, ses grandes références sont deux conférences récentes : l’une de Gaston Riou aux Ambassadeurs, intitulée « L’Ère des Continents », faite le 1er mai 1941, l’autre de Karl Acker devant la presse française du 3 avril 1941. Dans sa conférence, Riou participe de la même exaltation que Coquet, célébrant Henri IV, « mort martyr, en 1610, de l’idée européenne », appelant de ses vœux, une « Europe établie en République ou en Empire, ou en quoi que ce soit qui forme un tout organique – et à l’intérieur de quoi régnera la paix », réclamant la création de « trois ou quatre espaces économiques ». Il n’est pas à une contradiction près : l’organisation économique de l’Europe doit doser liberté et dirigisme, mais son commerce doit être placé sous le signe du libre-échange89. Karl Acker diffuse de son côté la propagande allemande et revient sur la complémentarité économique franco-allemande : dans l’Europe nouvelle, l’Allemagne pourra manger les produits alimentaires français tandis que la France utilisera les machines, les outils et les engrais fabriqués en Allemagne. Sans vergogne, il intime aux journalistes français : « C’est à vous d’en parler aux Français. Mais ne le faites pas – je vous en supplie – comme si vous étiez inspirés par une propagande allemande.[...] L’encre de vos stylos peut et doit être, à ce sujet, de l’encre française »90. Lucien Coquet a donc écrit avec Candide et l’Armistice un ouvrage de propagande en faveur de la collaboration franco-allemande qu’il revendique fermement comme tel auprès de la censure allemande.

2. Le double jeu de Lucien Coquet

  • 91 AN, F 12 9640, Affaire : Editions Elcé. Note remise le 23 septembre 1941 par Lucien Coquet au Dr H (...)
  • 92 Ibid., lettre de Lucien Coquet au Dr Heller, Propaganda Staffel, du 24 octobre 1941.
  • 93 Ibid., lettre de Lucien Coquet à M. Erichson, service de censure du Syndicat des éditeurs, du 6 dé (...)
  • 94 Ibid., imprimé sur les trois motifs d’interdiction de Candide, notifiés à Lucien Coquet le 23 sept (...)

34Il semble que le 1er mai 1941, Lucien Coquet ait pris contact avec la Propaganda Staffel. Il informe un Dr Klecker de la préparation en cours d’un ouvrage sur la collaboration au temps de l’armistice. La censure allemande des périodiques accepte le 8 août 1941 une annonce du livre dans la Bibliographie de la France. Mais la censure allemande des livres fait objection, fin août, à la publication de l’ensemble de l’ouvrage à l’exception des déclarations officielles reproduites de Pétain, Darlan, Laval et Hitler et des conférences de Riou et d’Acker. Coquet écrit alors au Dr Heller de la Propaganda Staffel et revendique le caractère pro-allemand du livre. « ... je n’ai pas attendu l’heure de notre défaite de 1940 pour me découvrir une âme de « collaborateur » comme s’en réclament tant de nouveaux convertis qui seraient prêts, demain, à tourner casaque et à renier leur collaborationnisme de circonstance ». Candide a été écrit « pour favoriser la politique actuelle de la « collaboration ». Coquet va jusqu’à écrire que « le personnage de Jésus se contente de prêcher la « paix » aux hommes de bonne volonté. N’est-ce-pas ce que n’a cessé de propager la propagande hitlérienne[...] ? »91 Il adresse à Heller une nouvelle lettre en octobre et dit espérer une parution prochaine sinon « trente-quatre ans d’études et de temps consacré à approfondir les arcanes du problème « franco-allemand » ne m’auraient donc rien appris »92. Il prévient aussi le service de censure du Syndicat des éditeurs93. Les griefs allemands sont au nombre de trois : le caractère « voltairien » et « ésotérique » de l’ouvrage plein de sous-entendus que n’aurait pas dû comprendre le « lourd » esprit de la censure allemande ; l’évocation réitérée de la question d’Alsace-Lorraine ; et la propagande briandiste pour l’union fédérale européenne. « En outre, l’ensemble de l’ouvrage, par sa propagande continue en faveur de la conception briandiste d’une « Union européenne » sous la forme fédérale, est en opposition complète avec la conception « hitlérienne » d’une « union européenne » à régime « totalitaire » sous la direction politique et économique du Reich »94. L’interdiction allemande est confirmée le 16 novembre 1942. Mais le livre paraîtra quand même.

  • 95 AN, F 12 9640, lettre du 26 avril 1945 du commissaire provisoire de l’Office professionnel des ind (...)
  • 96 Ibid., mémoire de défense du 10 octobre 1945.
  • 97 Ibid., lettre de Lucien Coquet, directeur du CEDEC, du 20 octobre 1944.
  • 98 AN, F 12 9640, Affaire : Editions Elcé, lettre du 17 octobre 1945.

35La suspicion allemande est bien utile à Coquet quand, à la Libération, en avril 1945, des poursuites sont engagées contre lui par le nouveau gouvernement français95. Le 10 octobre 1945, Coquet remet à la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration un mémoire de défense. Les lettres au Dr Heller visaient à lui « donner les « apparences » d’un « collaborateur » pour qui n’était pas au courant de ce qu’étaient [s]es intentions... » Il voulait « non pas servir la cause de la Collaboration à la manière hitlérienne, mais au contraire mettre en garde l’« élite » des Français, anciens « briandistes » comme [lui], contre les déclarations spectaculaires de Montoire et celles des 24 octobre 1940 et 12 août 1941 du maréchal Pétain et du 10 juin 1941 de l’amiral Darlan, ainsi que contre les déclarations ultra-pacifistes d’Hitler des 4 mai et 9 novembre 1941 ». Il prétend qu’il n’y avait pas « d’autre moyen d’échapper aux suspicions allemandes qui pesaient sur [lui] qu’en [s’]attribuant, par écrit, des sentiments diamétralement opposés aux [s]iens ». Le Dr Heller était un anti-nazi, soucieux de lui éviter le camp de concentration. Pour sa défense, Coquet cite les reproches faits par la censure allemande à l’encontre de son ouvrage et également une fiche – qui ne figure pas dans les archives – rédigée sur lui par la Gestapo : « Il convient de se méfier [...] de Lucien Coquet. [...] il cherche à se faire passer pour « collaborationniste ». [...] le CEDEC [...] sous le couvert de « documentation européenne » cherche à espionner ce qui se passe en Allemagne »96. Il estime enfin avoir pris beaucoup de risques pour assurer la publicité et la vente de Candide, mais éprouve la « satisfaction » d’avoir fait de la « résistance » à sa manière... Les dernières pages du mémoire sont enflammées : Lucien Coquet évoque les mânes de son père, vieux républicain de 1848 et prétend n’avoir jamais joué la carte de la victoire de l’Allemagne, avoir vécu quatre ans dans la crainte, avoir été un gaulliste avant la lettre en réclamant que l’on fasse des Rhénans des Européens occidentaux. Il demande enfin « si c’est un crime de s’être employé, pendant l’Occupation allemande, dans la clandestinité, en méprisant à la fois Vichy et la Gestapo, à propager sans interruption jusqu’à ce jour, une doctrine bien française », non la collaboration, mais la coopération avec toutes les nations européennes, excepté l’Allemagne sauf dénazifiée. Le « gaullisme » de Coquet s’est manifesté dès octobre 1944, dans des lettres adressées aux membres du CEDEC où il estime que c’est un devoir pour l’UEDE et le CEDEC « d’adresser au général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République un témoignage de la confiance sans réserve de chacun de nous », et se félicite de sa « claire vision du rôle réservé à la France pour faire triompher sa politique traditionnelle de paix européenne et mondiale »97. Il mentionne la « considération très sérieuse » manifestée par le ministère de l’Économie nationale pour le CEDEC et l’accueil bienveillant des ambassadeurs de Grande-Bretagne, d’Union soviétique et des États-Unis. Cette défense ne convainquit pas la Commission devant laquelle il comparut le 22 octobre 1945. Il fut jugé « atteint et convaincu d’avoir favorisé les desseins de l’ennemi [...] » et frappé de « l’interdiction de conserver un poste de commandement dans la profession d’éditeur, [...] de faire partie de conseils d’administration ou de surveillance de sociétés commerciales s’occupant d’édition ». Les ouvrages incriminés « doivent être considérés comme des instruments de propagande en faveur de la collaboration franco-allemande pour l’établissement d’un ordre européen sous l’hégémonie du peuple allemand »98. Lucien Coquet adressa à Pierre-Henri Teitgen, ministre de la Justice, et à la Commission, une demande de révision. La décision du 22 octobre n’eut en définitive qu’un effet suspensif de six mois.

36La Seconde Guerre mondiale accentua ainsi la fracture esquissée dans les années trente au sein des associations pro-européennes entre deux modèles d’union européenne. L’UEDE crut reconnaître son modèle d’Europe régionalisée et intégrée, dans le projet hitlérien. Du moins, l’enthousiasme européen de ses deux principaux animateurs Gaston Riou et Lucien Coquet la conduisit dans ce chemin de traverse. Le CAED bénéficia de la prudence de Jacques Lacour-Gayet ainsi que du caractère encore imprécis de son projet européen. Il réaffirma sa ligne libérale. Peu d’associations pro-européennes survécurent à la guerre. Parmi elles, l’UEDE, le CAED et Pan-Europe. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’UEDE connut une activité ralentie après 1945 et si le CAED prit l’initiative et contribua de façon décisive à la constitution du Mouvement européen. Les comportements de guerre permettent d’expliquer des reclassements au sein du monde associatif enregistrés jusqu’ici sans autre forme de procès.

Notes

1 Cf. Pascal Ory, Les collaborateurs (1940-1945), Paris, 1980, notamment chapitres 2 et 4.

2 Entretien avec M. Jacques du Closel du 2 avril 1992.

3 Entretien avec M. Jacques Thomas du 5 juin 1992.

4 Fenacomult, AG du 21 mars 1941 et du 20 mars 1942.

5 Entretien avec M. Hugues Colin du Terrail du 9 avril 1992.

6 Entretiens avec M. Lucien de Sainte-Lorette du 7 février 1991 et du 26 mars 1991.

7 68 AJ/55, K 1, Organisation institutionnelle du commerce extérieur français durant la guerre, à partir de La revue économique franco-suisse de juillet 1941.

8 Ibid., K 30, CAED, 372, rue Saint-Honoré, 19 juillet 1943, Informations, exposé de Paul Naudin.

9 68 AJ/55, K 1, Organisation institutionnelle..., op. cit., l’expression est de J. Lhuillier.

10 Ibid., L’exportateur français, numéro du 17 octobre 1941.

11 Ibid., K 30, CAED, 372..., op. cit., rapport de Robert Bienaimé.

12 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 542.

13 AN, 68 AJ/55, K 32, numéro du 14 octobre 1942.

14 AN, 68 AJ/55, K 1, CGOC. Groupement des commerces d’importation et d’exportation, « L’organisation professionnelle et les problèmes du commerce extérieur ».

15 LECE, 1949-1950, dossier CAED (1943-1946), allocution du 2 janvier 1943.

16 CGOC. Comité d’organisation des commerces d’importation et d’exportation, « Le commerce international en 1941 » ; AN, 68 AJ/55, K 30, « Les échanges internationaux en 1942 », Ibid., Lo 262, « Analyse de l’étude sur le protectionnisme administratif », 13 mai 1943.

17 AN, 68 AJ/66, sd. 519, Note sur l’avenir du commerce extérieur français.

18 Ibid.

19 AN, 68 AJ/55, K 30, CAED, 372 rue Saint-Honoré, 19 juillet 1943, Informations.

20 LECE, ibid., allocution du 28 septembre 1943.

21 AN, 68 AJ/55, K 30, CAED, 372..., op. cit.

22 Ibid., K 1, Organisation institutionnelle..., op. cit.

23 Ibid., K 31, numéro du 27 novembre 1942, « Perspectives du commerce français d’exportation » ; numéro du 26 février 1943, « Notre exportation, véritable monnaie d’échanges de l’après-guerre » ; numéro du 26 mars 1943, « Exporter nécessite des cadres ».

24 Ibid., L, article de René Blondel sur les techniques commerciales françaises du 14 juillet 1943.

25 Ibid., K 1, L’Exportateur français, numéro du 17 octobre 1941.

26 AN, 68 AJ/55, K. 1 et K. 11, deux ensembles sur le CNCE.

27 Bulletin central du CGOC, n° 19, mars 1944, conférence de Paul Naudin du 10 février 1944, p. 247-250.

28 On trouvera des mises au point récentes dans Michel Dumoulin (dir.), Plans des temps de guerre pour l’Europe d’après-guerre (1940-1947) – Actes du colloque de Bruxelles, 12-14 mai 1993.

29 Disponible à la Bibliothèque de France, sous la cote 4° R Pièce 5025.

30 Conférence « L’union économique de l’Europe et la collaboration franco-allemande » reproduite dans Lucien Coquet, Candide et l’Armistice, Paris, 1942, p. 246-255.

31 Raimund Schulz, Le grand espace économique européen, Paris, 1942, p. 158.

32 Ibid., chapitre XIV.

33 Pascal Ory, Les collaborateurs, op. cit. À la suite de ce dernier, nous avons dépouillé trois revues principales France-Europe, Collaboration, La France européenne. Nous reviendrons ultérieurement sur leurs projets européens.

34 Olivier Wieviorka, Une droite libérale et moderniste sous l’Occupation : l’exemple de La Vie industrielle, mémoire de maîtrise, Université de Paris-IV, dir. François Caron, 1983.

35 La Vie industrielle, numéro 2, 21 novembre 1940, « Collaboration ».

36 Ibid., numéro 43, 23 janvier 1941, « La collaboration économique franco-allemande, élément essentiel de la collaboration européenne ».

37 Ibid., numéro 25, 24 décembre 1940, « La formation des grandes unités économiques » ; numéro 38, 16 janvier 1941, « L’Eurafrique » ; numéro 335, 23 mars 1942, « Le rôle des États dans le grand espace économique européen » ; numéro 350, 15 avril 1942, « Quel sera le statut futur de l’Europe ? ».

38 Ibid., numéro 2, 21 novembre 1940, « Collaboration ». Sur ce thème, on retrouve la même hostilité dans un article de Georges Portmann, numéro 6, 27 novembre 1940, « La collaboration économique européenne ».

39 Ibid., numéro 22, 19 décembre 1940, « Bien avec tous, mieux avec l’Europe ».

40 Ibid., numéro 282, 7 janvier 1942.

41 AN, 68 AJ/55, Lo 262, Le Journal de la Bourse, numéro du 12 décembre 1942.

42 Ibid., numéro du 28 décembre 1943.

43 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, septembre 1943, L’économie européenne et mondiale, compensée et régionalisée, « Les travaux documentaires de l’UEDE ».

44 Sa fusion avec le CEDEC permet d’ailleurs au chercheur d’aujourd’hui de reconnaître à la Bibliothèque de France les ouvrages provenant de l’ancien fonds CEDEC du fait de leur estampille « UEDE/CEDEC »...

45 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, septembre 1943. Les commissions principales sont : Douane et compensation ; Commerce et industrie ; Transports, tourisme et union postale ; Travaux publics ; Monnaie et crédit ; Économie générale ; Colonies ; Plan ; Propagande et nationalité européenne.

46 Ibid., p. 4.

47 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, septembre 1943.

48 Cf. Laurence Badel, « Du Vivarais à l’Europe : itinéraire d’un fédéraliste, Gaston Riou », dans Franz Knipping (dir.). Federal Conceptions in EU Member States : traditions and perspectives, Baden-Baden, 1994, p. 59-70.

49 Gaston Riou, Europe, ma patrie, Paris, 1928, chapitre XII.

50 Gaston Riou, S’unir ou mourir, Paris, réédition de 1938, p. 177.

51 Gaston Riou, Europe..., op. cit., chapitre II.

52 Ibid., chapitre XII.

53 Souligné dans la brochure L’économie européenne et mondiale..., op. cit.

54 Ibid., p. 5.

55 Le mot apparaît pour la première fois dans un article de Joseph Reinach dans Les Débats du 6 octobre 1875.

56 Cf. Guy Rossi-Landi, « La région », Histoire des droites en France, dir. J.-F. Sirinelli, Paris, 1992, t. III Sensibilités, chapitre III.

57 Cité par François Prevet, Le régionalisme économique. Conception et réalisation, Paris, 1929. Cf. aussi Vidal de la Blache, « Les régions françaises », Revue de Paris, 15 décembre 1910 ; Les divisions régionales de la France, Paris, 1913.

58 Cité par François Prevet, Le régionalisme économique..., op. cit.

59 Henri Hauser, Les régions économiques, Paris, 1918.

60 Ibid., préface de Clémentel, p. 7.

61 François Prévet, Le régionalisme économique..., op. cit.

62 Claude Barathon, Le régionalisme d’hier et de demain, Paris, 1942.

63 Etienne Clémentel, Un drame économique, Paris, 1914 ; Lucien Coquet, La France régionale, Paris, 1923 ; Armand Megglé, Atlas économique des régions de France, Paris, 1924 ; François Prevet, op. cit. ; Claude Barathon, op. cit., Y.-M. Goblet, La formation des régions, Paris, 1942 ; cf. Union douanière européenne, Hors-série n° 1, op. cit., p. 13.

64 Michèle Cointet, Vichy et le fascisme, Bruxelles, 1987, p. 185-189.

65 Ibid.

66 L’influence sur Gaston Riou de Raimund Schulz a été analysée par Laurence Badel, « Du Vivarais à l’Europe, op. cit.

67 Union douanière européenne, Hors-série n° 1, op. cit., p. 13, « L’enquête du CEDEC sur le régionalisme économique, garantie de l’origine et de la qualité ». Les six rubriques du questionnaire sont : I. Délimitation des régions, II. Départements ou Districts ?, III. Unification des régions, IV. Fédération des régions et marques collectives régionales, V. Régionalisme colonial, VI. Régionalisme européen

68 Ibid., p. 5.

69 Ibid., p. 13.

70 Cf. ce qu’en dit Georges Brun, Technocrates et technocraties en France (1914-1945), Paris, 1985, p. 115-116.

71 Francis Delaisi, Paradoxes économiques, Paris, 1943, p. 24-25.

72 Ibid., p. 24.

73 Henri Clerc, La collaboration. Vers une économie européenne, Paris, 1941.

74 Cf. l’attitude méfiante du Quai d’Orsay vis-à-vis de Coudenhove-Kalergi à la fin des années vingt.

75 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, Paris, 1969, p. 451, note 6.

76 Ibid., p. 455.

77 Ibid., p. 456 : « ...la masse des documents fournis complète heureusement les rapports consulaires moins bien informés ».

78 Ibid., p. 789, note 71.

79 Lucien Coquet, Candide et l’Armistice, Paris, 1942, p. 26.

80 La France Européenne, Revue mensuelle de l’Exposition du Grand Palais, n° 1, juin 1941.

81 Lucien Coquet, Candide..., op. cit., p. 44.

82 Ibid., p. 46.

83 Ibid., p. 67.

84 Ibid., p. 101.

85 Ibid., p. 103.

86 Ibid., p. 12.

87 Lucien Coquet, Candide..., op. cit., p. 109-110.

88 Ibid., p. 170.

89 Ibid., p. 207-230.

90 Lucien Coquet, Candide..., op. cit., p. 254.

91 AN, F 12 9640, Affaire : Editions Elcé. Note remise le 23 septembre 1941 par Lucien Coquet au Dr Heller.

92 Ibid., lettre de Lucien Coquet au Dr Heller, Propaganda Staffel, du 24 octobre 1941.

93 Ibid., lettre de Lucien Coquet à M. Erichson, service de censure du Syndicat des éditeurs, du 6 décembre 1941.

94 Ibid., imprimé sur les trois motifs d’interdiction de Candide, notifiés à Lucien Coquet le 23 septembre 1941 par la censure allemande.

95 AN, F 12 9640, lettre du 26 avril 1945 du commissaire provisoire de l’Office professionnel des industries, des arts et commerces du livre à M. Durand-Auzias. Elle transmet un nouveau dossier destiné à la Commission d’épuration de l’édition concernant « les Editions Elcé, dont le directeur M. Lucien Coquet a publié divers ouvrages collaborationnistes ».

96 Ibid., mémoire de défense du 10 octobre 1945.

97 Ibid., lettre de Lucien Coquet, directeur du CEDEC, du 20 octobre 1944.

98 AN, F 12 9640, Affaire : Editions Elcé, lettre du 17 octobre 1945.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540