Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Troisième partie. Commerce et libéralisme à l’épreuve de la guerre

Chapitre VII. La présence libérale à Vichy : contribution au débat

Texte intégral

  • 1 Stanley Hoffmann, Essais sur la France, Paris, 1974, chapitre 1, p. 17-40. Le chapitre intitulé «  (...)
  • 2 Ibid, p. 26.
  • 3 Robert Paxton, La France de Vichy, Paris, 1973, p. 247-254.
  • 4 Ibid., p. 246-247.
  • 5 Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération (1938-1944), Paris, 1979.
  • 6 Christine Roussel, Lucien Romier, Paris, 1979 ; Robert O. Paxton, La France..., op. cit., p. 255, (...)
  • 7 Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, 1992, t. I, « Politique », (...)
  • 8 « Vichy a-t-il été libéral ? », s’interroge Olivier Wieviorka dans la revue Vingtième siècle. Cf. (...)

1Une question simple et difficile se pose : qu’est-ce qu’être libéral dans un régime autoritaire de fait et dirigiste ? Peu de réponses ont été apportées. Elles ont essentiellement tendu à déplacer le problème en envisageant une « libéralisation » éventuelle du régime lui-même. Stanley Hoffmann a été l’un des premiers à démontrer le caractère pluraliste du régime de Vichy – qu’il se manifeste dans les tendances des divers ministères ou au sein d’une même administration1. Parmi les composantes politiques de droite soutenant le régime, regroupées sous le terme générique de « forces conservatrices », Hoffmann distingue aux côtés des « maurrassiens » (ou traditionalistes), des « fascistes » et des « conservateurs autoritaires », les « libéraux fidèles ». Mais il n’étudie pas les milieux où se défend encore un « libéralisme classique » incarné, au début de Vichy, par Pierre-Etienne Flandin. Tout au plus évoque-t-il en ce dernier le représentant des valeurs dorénavant rejetées par les conservateurs autoritaires. « Du libéralisme », écrit-il, « ne subsistent que certaines valeurs : la propriété, la limitation du domaine de l’État, l’ordre indépendant du pouvoir central – auxquelles les autres sont sacrifiées »2. S’intéressant lui aussi aux hommes de Vichy, Robert Paxton a surtout mis en valeur la promotion des « techniciens » au sein du régime : hommes issus des grands corps de l’État (Conseil d’État, inspection des Finances, Cour des comptes...) ou des grandes écoles d’ingénieurs (Polytechnique, Mines)3. Il évoque à peine les « conservateurs », alléguant leur faible présence ministérielle à Vichy : « La plupart quittent le gouvernement dès le 12 juillet. Pierre-Etienne Flandin [...] remet la caste en selle pour peu de temps au début de 1941 »4. De façon générale, les livres sur la France de Vichy analysent de préférence trois grands groupes : les minorités de gauche et de droite délaissées par la Troisième République, les traditionalistes rejoints par les conservateurs en rupture de ban avec le libéralisme classique, et les technocrates dont la reconnaissance par Vichy est éclatante5. À la limite, l’on pourrait dire que la question d’un libéralisme à Vichy relève de l’antinomie, qu’elle est rejetée comme une absurdité. Aussi trouve-t-on peu d’études sur les libéraux à Vichy. Tout au plus mentionne-t-on un libéral comme Lucien Romier, ancien rédacteur en chef de La Journée industrielle de 1920 à 1925, puis du Figaro de 1925 à février 1927, sensible dès les années vingt aux thèses néo-libérales professées par Le Redressement français d’Ernest Mercier, devenu chargé de mission auprès du maréchal Pétain le 23 février 1941 et nommé ministre d’État le 11 août 19416. Mais on semble exclure que le libéralisme classique ait persisté à se faire entendre. La récente Histoire des droites en France explique de façon elliptique que les libéraux ne trouvèrent guère leur place à Vichy7. Seul le gouvernement Flandin a permis d’aborder la question : mais plus qu’une recherche précise sur des cercles libéraux, il s’agissait d’étudier dans quelle mesure ce gouvernement avait pu constituer une libéralisation de l’État français8. L’emploi usuel du terme d’« intermède » pour désigner cette période qui va du 13 décembre 1940 au 10 février 1941 est à cet égard révélateur. Outre la brièveté du gouvernement dirigé par Pierre-Etienne Flandin, il induit l’idée d’une rupture dans la continuité autoritaire de la politique de Vichy.

  • 9 Robert Aron, Histoire de Vichy, Paris, 1954, p. 331-367.
  • 10 Michèle Cointet, Le Conseil national de Vichy (1940-1944), Paris, 1989, p. 346.
  • 11 Olivier Wieviorka, « Vichy a-t-il été libéral ? Le sens de l’intermède Flandin », Vingtième siècle (...)
  • 12 Olivier Wieviorka, Une droite libérale et moderniste sous l’Occupation : l’exemple de La Vie indus (...)
  • 13 Michèle Cointet, Le Conseil national..., op. cit., p. 47 : « L’importance des libéraux dans l’État (...)
  • 14 Ibid., p. 77.
  • 15 Ibid., p. 243.
  • 16 Ibid, p. 152.
  • 17 Ibid., p. 238. Extrait de l’article : « La constitution Doumergue », Revue politique et parlementa (...)

2C’était la thèse défendue par Robert Axon, reprise récemment par Michèle Cointet à la lumière d’une recherche faite sur le Conseil national, ce conseil consultatif créé en janvier 1941 avec, parmi d’autres missions, celle d’aider le maréchal Pétain à une révision de la constitution9. Pour elle, cet intermède est une tentative de réintégration du courant pacifiste dans l’État français et de recentrage d’un régime qui dérivait vers une droite de plus en plus autoritaire10. La création du Conseil national en constitue un élément. Olivier Wieviorka conteste la thèse défendue par Michèle Cointet et parle d’une « variante pseudo-libérale de l’État français »11. Il montre notamment comment Flandin abandonne ses postulats économiques libéraux et envisage un alignement sur la politique autarcique des régimes totalitaires. Flandin accepte la collaboration économique telle qu’elle est développée dans le projet hitlérien d’« Europe nouvelle ». Il ne fait en définitive que suivre l’évolution de certains de ses anciens amis de l’Alliance démocratique, qui, au sein du quotidien La Vie industrielle, remettent en cause les principes du libéralisme. Olivier Wieviorka est donc l’un des rares historiens avec Michèle Cointet à avoir tenté d’élargir la réflexion aux cercles libéraux persistant sous le régime de Vichy12. En l’occurrence, il fait bien apparaître le soutien apporté par La Vie industrielle au gouvernement Flandin et sa prise de distance immédiate d’avec le régime de Vichy dès février 1941. Ce quotidien, fondé en novembre 1940 et subventionné par la Propaganda Abteilung, est composé d’anciens membres du parti de l’Alliance démocratique, dont les dirigeants étaient Pierre-Etienne Flandin et Paul Reynaud. Ces hommes détiennent tous les postes de responsabilité du journal et définissent la ligne politique générale. À leurs côtés, ce sont des libéraux – professeurs ou responsables économiques – qui constituent les experts économiques du journal. La Vie industrielle incarne un néo-libéralisme aux accents nuancés. Favorable à une part de dirigisme dans le gouvernement économique de la France, elle reprend les arguments développés dans l’entre-deux-guerres par X-Crise, le Redressement français ou les Nouveaux cahiers. Mais Olivier Wieviorka décrit bien l’affrontement de diverses options économiques et souligne le clivage entre ceux qui, comme André Terrasse ou Marcel Ventenat, souhaitent le maintien du dirigisme dans la France d’après-guerre, et ceux qui, comme François-Félix Legueu ou Louis Baudin, prônent le rétablissement du libéralisme dans un dirigisme assoupli. De son côté, Michèle Cointet revalorise la présence libérale à Vichy13. L’étude prosopographique des conseillers nationaux révèle « un monde de notables »14 associant professionnels, parlementaires et élites diverses – intellectuels, militaires, ecclésiastiques etc. – unis majoritairement par leur pacifisme et leur catholicisme, et aussi par leur appartenance à la droite libérale de l’avant-guerre. Cette droite libérale, c’est celle de la Fédération républicaine de Louis Marin, de l’Alliance démocratique de Flandin, de l’Union démocratique républicaine et radicale au Sénat, où entre Jacques Bardoux en octobre 1938, celle des grands professeurs de droit qui constitueront le noyau de la commission de la Constitution, les Gilbert Gidel, Julien Laferrière, Achille Mestre, Gaétan Pirou et surtout Joseph Barthélémy, celle, aussi, des rédacteurs prestigieux du Temps ou du Figaro : Emile Mireaux, André Siegfried, Lucien Romier. Politiquement, elle constitue au sein du Conseil national cette « union des forces conservatrices », pôle de résistance qui, sous l’égide de Lucien Romier, s’arc-boute à partir de 1942, contre les assauts des « technocrates fascisants » emmenés par Pierre Pucheu15. Dans le domaine économique, le projet de constitution proposé par le Conseil national le 19 juillet 1941 marque une réhabilitation des principes libéraux. L’article 46 stipule que « le contrôle de l’État ne s’exerce sur les activités économiques que dans la mesure où l’intérêt général l’exige, il ne doit jamais entraver l’effort individuel, l’initiative féconde, la responsabilité et les risques générateurs du profit légitime »16. Proclamant par ailleurs les droits de la libre entreprise et l’entière liberté du chef d’entreprise, le texte tient à distance égale les revendications des corporatistes et également les projets plus interventionnistes d’un Joseph Barthélémy dont Michèle Cointet étudie finement l’évolution. Encore fort méfiant dans les années trente vis-à-vis de tout projet néo-libéral, déclarant en des termes imagés que Jacques Laçour-Gayet n’aurait pas répudiés : « L’économie dirigée conduit tout droit à l’État-Providence, à l’enfer économique »17, puis guidé par un certain opportunisme politique à Vichy, dont il devient le garde des Sceaux le 27 janvier 1941, il soutient au sein du Conseil national des positions faisant bon marché des libertés fondamentales.

  • 18 Michèle Cointet, Le Conseil national..., op. cit., p. 151-152.
  • 19 Ibid., p. 347.
  • 20 Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Paris, 1984, p. 163-165.
  • 21 Michèle Cointet, Le Conseil national..., op. cit., p. 349.

3Plusieurs remarques s’imposent au sortir de ce bilan historiographique. Michèle Cointet montre, certes, la division des membres de la sous-commission traitant ces questions entre une approche corporatiste défendue par François Perroux, Gaétan Pirou, Hubert Lagardelle et une approche traditionnelle représentée par l’armateur Jean Fraissinet et Henri Moysset18, mais l’on peut regretter que les « groupes de pression aussi discrets qu’actifs » à l’œuvre derrière ces hommes dont elle discerne l’existence soient encore insuffisamment circonscrits. En outre, elle souligne elle-même que le libéralisme des libéraux du Conseil national est en fait un néo-libéralisme19. Si l’on prend l’exemple de deux grandes figures du Conseil national : Jacques Bardoux et Lucien Romier, tous deux ont de façon symptomatique fait partie du Redressement français – l’un comme simple membre de la commission des Affaires étrangères, l’autre comme animateur principal. Lancé par le polytechnicien Ernest Mercier à la fin des années vingt, ce mouvement avait entrepris une réflexion sur les thèmes de la réforme de l’Etat, de la concentration industrielle et de l’interventionnisme social20. Enfin, il est permis de s’interroger sur l’écho qu’ont eu les réflexions et dissensions du Conseil national auprès du gouvernement et de l’opinion publique. Son rôle est réduit à celui de conseil. Toutes les précautions sont prises pour éviter les éclats : les sessions sont brèves, les procès-verbaux de séances épurés...21 L’on a toutefois, à travers le Conseil national, l’exemple d’une capacité de résistance idéologique au sein d’un régime autoritaire. Nous souhaiterions multiplier les exemples de cette capacité de résistance et apporter des éléments nouveaux de réflexion sur une présence libérale, à Vichy et sous l’Occupation, encore bien peu connue, à partir des écrits publics, de la correspondance privée et de l’action de Jacques Lacour-Gayet.

I. UNE SINGULIÈRE CONTRADICTION : LE PARCOURS D’UN HAUT FONCTIONNAIRE PATRONAL

A. ENTRE OPPORTUNISME ET RÉSISTANCE IDÉOLOGIQUE

  • 22 Claire Andrieu, La Banque sous l’Occupation. Paradoxes d’une profession, Paris, 1990, p. 132.

4Il demeure des libéraux sous le régime de Vichy, mais surtout il y a des libéraux à Vichy, au sein des instances consultatives et dirigeantes, et pour certains même, ils n’hésitent pas à faire entendre leur différence. Le régime a sécrété, au sein de ses rouages, des oppositions. C’est un fait acquis : l’on connaît les divergences idéologiques – et leur gamme de nuances – régnant entre les traditionalistes qui se seraient accommodés de la réhabilitation des valeurs conservatrices prônée par la Révolution nationale et les extrémistes qui souhaitaient des transformations radicales dans l’État et la société. Il nous semble toutefois que, passée renonciation de cette généralité, le fait a été insuffisamment approfondi et illustré. Claire Andrieu, après avoir étudié le milieu bancaire sous l’Occupation, s’étonne justement qu’on s’en tienne à une vision encore trop manichéenne d’un monde patronal partagé entre collaborateurs et résistants. Il y a eu, selon elle, des « collaborateurs résistants » et des « résistants collaborateurs ». À l’appui, elle cite le cas d’Aimé Leperc qui avait accepté la présidence du Comité des combustibles minéraux et solides en 1940, puis en démissionna en 1942. En septembre 1944, il devint ministre des Finances dans le gouvernement de Gaulle22. Dans cette perspective, il semble intéressant d’approfondir l’analyse du parcours de Jacques Lacour-Gayet et de l’indépendance reconquise par ce libéral en pleine Occupation.

1. Le passif de la fin des années trente

  • 23 Jacques Lacour-Gayet, Les charges fiscales des entreprises à commerces multiples, Paris, 1939 ; «  (...)
  • 24 Archives nationales (AN), F 60 335, dossier C2K magasins à prix uniques. Lois du 31 mars 1937 et d (...)
  • 25 Robert Lacour-Gayet, « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », Étu (...)
  • 26 Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (Fenacomult), assemblée générale du 1er(...)

5Il est utile de rassembler les sentiments qui animent Jacques Lacour-Gayet peu avant le changement de régime. Depuis le milieu des années trente, le représentant des entreprises à commerces multiples a le sentiment d’être insuffisamment écouté par les pouvoirs publics. Il garde un ressentiment particulier à rencontre des gouvernements de Front Populaire qui ont accru les charges sociales et fiscales des moyennes et grandes entreprises de détail concentrées23 et prorogé à deux reprises la loi du 21 mars 1936 interdisant l’ouverture des magasins à prix uniques24. Son propre frère, Robert Lacour-Gayet, inspecteur des finances, directeur des études économiques à la Banque de France, a été, on l’a dit, victime de sanctions après le triomphe du Front Populaire pour un engagement trop marqué dans la bataille des législatives de mai 1936, et remis à la disposition du ministère des Finances25. Jacques Lacour-Gayet est d’autre part sensible au renforcement du dirigisme marqué par la multiplication des décrets-lois sous le gouvernement d’Edouard Daladier et par les restrictions apportées à la liberté commerciale – fixation des prix, création ou extension de commerces soumises à autorisation, limitation des bénéfices etc. L’allocution du 1er mars 1940 qu’il prononce lors de l’assemblée annuelle de la Fédération des entreprises à commerces multiples, fait, nous l’avons vu, du commerce la « dernière terre de refuge des libertés économiques » et constate : « La distribution voit partout se profiler sur elle l’ombre redoutable d’un bras séculier plus enclin à punir qu’à récompenser, à sévir qu’à encourager »26. Enfin il manifeste le souci de voir mieux reconnu le jeune syndicat qu’il a créé le 9 juillet 1937 : la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples. Fier de noter en juin 1939 que la Fédération est de plus en plus sollicitée par les pouvoirs publics et des organismes comme le Conseil national économique, la Confédération générale du patronat français ou la Chambre de commerce de Paris, il constate avec un peu de dépit que, depuis le début de la guerre, le gouvernement se dispense de plus en plus de consultations et d’enquêtes et requiert par conséquent moins ses services.

2. Le temps des illusions (juillet 1940 - été 1941)

  • 27 Entretiens avec M. Michel Lacour-Gayet, le 19 mars 1992 et le 10 mars 1994.
  • 28 AN, F 60 585, JO du 18 juillet 1940. Cabinet du ministre, arrêté du 15 juillet 1940 : « article 2. (...)
  • 29 Disponible à la Bibliothèque de France sous la côte 8° Le 6636. Il s’agit de la note F 874/32, [Fe (...)
  • 30 BDIC, 4° P 3940, Collaboration, octobre 1942-juillet 1944. Cf. la présentation que fait Pascal Ory (...)
  • 31 Guillaume Kérourédan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : l’Association national (...)

6Ces trois points permettent d’expliquer en partie l’accueil réservé par Jacques Lacour-Gayet à la mise en place de l’État français. Selon M. Michel Lacour-Gayet, Jacques Lacour-Gayet accueillit l’arrivée du maréchal Pétain au pouvoir « comme la plupart des Français »27. Il estimait qu’il était difficile de poursuivre la guerre. On le retrouve un mois après l’exode, dans le quatrième gouvernement du maréchal Pétain, mis en place le 12 juillet 1940, au cabinet du ministre des Affaires étrangères Paul Baudouin28. Selon son fils, cette entrée fut le fruit d’une opportunité : Jacques Lacour-Gayet se trouvait alors en zone libre et entretenait des rapports cordiaux avec Baudouin. Passage de moins de deux mois et sans lendemain au gouvernement, il n’en est fait nulle mention dans le témoignage laissé par Paul Baudouin, Neuf mois au gouvernement, paru à Paris en 1948. En revanche, Lacour-Gayet manifesta un attentisme bienveillant durant les premiers mois de l’État français. On retrouve cet état d’esprit dans une note émanant des bureaux de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples et que publiera, sous son propre nom, l’un de ses plus proches collaborateurs Paul Naudin, le directeur du Comité d’action économique et douanière, dans un opuscule visé par la censure, le 19 août 1940, et intitulé Un mois de rénovation nationale (10 juillet - 10 août 1940)29. Il s’agit d’un plaidoyer sans équivoque en faveur de la Révolution nationale et d’une approbation des premières mesures prises. La réforme de la constitution apparaît comme une utile simplification du régime politique pour faire face à la situation nouvelle engendrée par la démobilisation, le rapatriement des réfugiés et la crise du ravitaillement. La réforme du statut de la nationalité française permet « l’assainissement du pays ». Le texte se clôt par un appel à la confiance du pays en la personne du maréchal Pétain et par cette phrase : « Tant de préférences se renoncent, tant de convenances s’abolissent, tant de subtilités disparaissent... [...] Il n’y a pas le choix entre deux méthodes de rénovation nationale », attestant ce désarroi moral que nous relèverons dans le comportement de Lucien Coquet, le délégué général de l’Union économique et douanière européenne. Il convient également d’attirer l’attention sur l’engagement collaborationniste, d’un proche de Jacques Lacour-Gayet, Robert Bienaimé, le président du CAED et président du Comité d’organisation de la parfumerie, qui participe à une série d’émissions organisées dès décembre 1940 sur Radio-Paris, à l’initiative de Collaboration - Groupement des énergies françaises pour l’unité continentale présidé par Alphonse de Chateaubriant, sur les possibilités et nécessités de la collaboration30. Guillaume Kérourédan mentionne un article de Bienaimé de 1942 dans La France européenne, dirigée par Jacques de Lesdain, où, inscrivant dans le schéma collaborationniste de réorganisation du continent, il évoque la naissance d’une « Europe, fatalement autarcique, au moins dans les débuts, [où] la Parfumerie française pourra apporter ses possibilités d’échanges avec les autres continents [...] »31.

  • 32 Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Paris, 1977.
  • 33 Ibid., à la date du 14 juin 1941. Pour une analyse approfondie des positions respectives d’Alphand (...)
  • 34 Robert Frank, « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique », Relations interna (...)

7Le frère de Jacques Lacour-Gayet, Robert, fut également favorable au nouveau régime. Il fut envoyé par Yves Bouthillier en mission aux États-Unis, où, succédant à Paul Leroy-Beaulieu, Hervé Alphand venait d’être nommé en juillet 1940 attaché financier32. Lorsqu’en juin 1941, Hervé Alphand décida de rejoindre le général de Gaulle33, Robert Lacour-Gayet lui succéda au poste d’attaché financier34. Révoqué en 1945, Robert Lacour-Gayet devait être rétabli dans ses droits quelques années après.

8Jacques Lacour-Gayet se garda de toute déclaration politique publique et fit preuve durant la guerre d’une discrétion certaine en la matière. Toutefois, il se sent tenu, de par ses fonctions syndicales, de prodiguer au nouveau régime des manifestations de bonne volonté. Le 21 mars 1941, lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, il appelle les entreprises commerciales au ralliement. Le rapport du comité directeur donne le ton : « C’est dans une France qui cherche sa voie et qui, sous l’autorité d’un chef respecté, veut obéir à des mots d’ordre nouveaux, que vos entreprises ont à se maintenir ». Jacques Lacour-Gayet enchaîne et évoque « le Français, écoutant avec respect des appels émouvants dont l’accent est nouveau pour lui, [qui] commence à accorder leur valeur au recueillement, à l’examen de conscience, à l’esprit de sacrifice et de renoncement ; il ne croit plus au vain tumulte du forum ». Il exprime enfin le souhait de contribuer « au réconfort d’une France prostrée et douloureuse, mais confiante en son chef et ses destinées ». Il adhère au comité de direction du Comité général d’organisation du commerce en mai 1941. L’on peut estimer que jusqu’à l’été 1941, dans les premiers mois suivant la création du CGOC, Lacour-Gayet a conservé un préjugé plutôt favorable à l’égard du nouveau régime.

  • 35 Loi du 16 août 1940 ; art. 1er : « [...] pourront être dissous par décret les groupements ou organ (...)

9Il convient cependant de préciser sa position. Jacques Lacour-Gayet offre le profil du haut fonctionnaire patronal qui a cherché à sauvegarder, avec le minimum de compromissions, les intérêts qu’il représentait dans la nouvelle organisation économique et sociale qui se met en place. Il lui a fallu donner un certain nombre de gages au nouveau pouvoir s’il voulait écarter la menace de dissolution qui pèse sur les groupements syndicaux en vertu de l’article 1er de la loi du 16 août 194035 : c’est le discours lyrique que nous venons de citer, tenu au siège de la Fédération en mars 1941, date de la première assemblée générale depuis le changement de régime. Mais ce discours est en lui-même révélateur et caractéristique du jeu de bascule permanent qu’est conduit à pratiquer Jacques Lacour-Gayet durant l’Occupation. Une lecture attentive révèle qu’il ne peut être interprété comme un acte d’allégeance inconditionnelle au nouveau régime et qu’il traduit déjà une première distance prise par rapport à l’État français.

3. La prise de distance

  • 36 Cf. infra, la citation faite de Montesquieu.
  • 37 Les expressions de Jacques Lacour-Gayet sont en effet calquées de façon remarquable sur celles des (...)
  • 38 Montesquieu, De l’esprit des lois, livre XX, chapitre XIII Ce qui détruit cette liberté.

10On ne peut abstraire les phrases citées plus haut de l’ensemble du discours. En elles-mêmes elles constituent une application si remarquable de la rhétorique pétainiste qu’il est permis de leur prêter une intention ironique. Car Lacour-Gayet est un fin lettré, qui ne se prive pas d’allusions littéraires à double entente36. La thématique du chef respecté et aimé, les emprunts quasiment littéraux faits aux discours du Maréchal – la « prostration » et la « douleur », l’appel au « recueillement, à l’examen de conscience, à l’esprit de sacrifice et de renoncement », le rejet du « vain tumulte du forum », le « chef » aimé et respecté – constituent un pétainisme de façade irréprochable37. Dans la mesure où l’adhésion au CGOC est pour les professionnels et les syndicats une adhésion forcée, Lacour-Gayet a fait le pari d’entrer dans le système, à un poste de direction, pour tenter de lui imprimer un sens – ou du moins de le contrôler suffisamment – en faveur de l’intérêt de ses adhérents. Par ailleurs, si l’on considère l’ensemble du discours de mars 1941, force est d’y déceler une tonalité revendicative discrète mais claire. Le dirigeant de la Fédération s’impatiente de voir négliger l’organisation professionnelle du commerce et réclame la mise en place d’un comité d’organisation. En outre, si apologie il y a dans le discours, c’est bien plutôt celle du commerce que celle du chef de l’État et du gouvernement. Lacour-Gayet exalte le « magnifique effort » fourni depuis un an par le commerce français, ses facultés d’adaptation et le maintien de l’initiative privée malgré tous les obstacles. La fameuse citation de Montesquieu qu’il réutilisera un an plus tard, dans son ouvrage sur l’économie dirigée – « La finance détruit le commerce [...] par l’excès de ce qu’elle impose ; mais elle le détruit encore par les difficultés qu’elle fait naître et les formalités qu’elle exige » – est un moyen discret d’appeler ses commettants à une certaine résistance38. L’on saisit bien par conséquent qu’en dépit d’une soumission formelle, Lacour-Gayet pose d’emblée les limites qu’à ses yeux le nouveau gouvernement ne saurait franchir sans porter préjudice au commerce et aux commerçants. Il faut également rappeler que, sollicité par Henri Culmann pour devenir le dirigeant du CGOC, il a décliné l’offre et en a fait confier la responsabilité à Pierre Benaerts. Cette défausse marque la volonté évidente de ne pas occuper une fonction de premier plan et, partant, d’éviter de se compromettre. La lecture des procès-verbaux des séances du comité de direction du CGOC révèle qu’il y tint un rôle modeste.

  • 39 AN, 68 AJ/1, CD, séances des 19 juin 1941, 17 juillet 1941, 18 juin 1942.
  • 40 Ibid., séance du 4 décembre 1941.
  • 41 AN, 68 AJ/1, séance du 2 juillet 1942.
  • 42 Ibid., séances du 2 juillet 1942, du 15 octobre 1942.
  • 43 Ibid.

11Le CGOC est créé le 4 mai 1941. Le 19 juin, on envisage l’extension de ses compétences au département de l’Algérie : Lacour-Gayet est envoyé à Alger pour en examiner les conditions. On peut supposer que les compétences acquises lors de son premier poste à la Compagnie de Bône-Guelma ont contribué à ce choix. De retour, il rapporte le 17 juillet des informations sur la situation économique de l’Algérie et des données sur ses problèmes commerciaux. Selon lui, le CGOC pourrait établir une liaison avec une section algérienne. Celle-ci devrait toutefois conserver une certaine autonomie. En juin 1942, à la demande du secrétariat d’État à la Production industrielle, il est chargé d’une nouvelle mission en Algérie : le principe d’un Comité d’organisation du commerce en Algérie est dorénavant accepté. Les services de la région économique d’Algérie subviendraient aux besoins de ce comité39. Cette mission algérienne tient en définitive Lacour-Gayet éloigné pendant un an des affaires intérieures débattues au comité de direction. On relève une seule intervention fin 1941 en faveur de la création d’une section d’études de la situation des maisons de commerce sinistrées40. Il fit cependant partie du voyage d’une délégation du CGOC en Allemagne à l’automne 1941 (cf. chapitre VI). On le retrouve un peu plus présent à partir du second semestre de 1942. Il s’inquiète de la diffusion de l’information concernant les commerçants et redoute que la publication de mesures inexactes ou la méconnaissance de mesures réelles ne désorganisent le marché. Il demande donc que « l’administration use de la censure pour empêcher que des informations prématurées ne soient diffusées par la voie de la presse »41. Il intervient enfin à plusieurs reprises dans le débat sur la concentration des entreprises, émettant des réserves sur la capacité du personnel du commerce à travailler comme producteur industriel ou agricole42 et la crainte que les mesures ne soient prises au seul détriment des entreprises non spécialisées. Jacques Lacour-Gayet a donc un rôle relativement effacé au sein du comité de direction et quand il intervient, ses interventions sont strictement celles d’un professionnel. Même s’il émet des critiques, il garde une position très modérée, à la différence de certains de ses collègues qui n’hésitent pas à menacer de démissionner au fur et à mesure des pressions croissantes de l’administration43.

  • 44 Fenacomult, assemblée générale du 20 mars 1942.

12Ce qui, en définitive, l’a guidé au sein de l’administration vichyste, c’est le pragmatisme de l’homme d’affaires dont dépend la survie de nombreuses entreprises et qui doit nécessairement leur assurer les moyens de cette survie. Ce souci, réactivé par la promulgation de la Charte du Travail le 26 octobre 1941, poursuit encore Lacour-Gayet deux ans après le début du régime de Vichy. Les syndicats locaux et les fédérations professionnelles sont maintenus : « La Fédération nationale des entreprises à commerces multiples devrait survivre », note le rapport du comité directeur44.

B. LES RESPONSABILITÉS EXERCÉES DURANT LA GUERRE

1. Au sein de la Fenacomult

  • 45 Fenacomult, assemblée générale du 20 mars 1942, allocution du président, p. 27-32.
  • 46 Ibid.

13De fait, Lacour-Gayet demeure le dirigeant de la Fédération durant l’Occupation et suit attentivement les mesures prises par le CGOC. La Fédération tente de jouer à la fois le rôle d’informateur et de rempart pour ses adhérents et celui d’aiguillon de la nouvelle législation commerciale. Elle crée à Paris toute une série de services spécialisés en ce sens : service du ravitaillement, service de répartition, section d’études des prix etc. En matière de prix, elle se félicite que soient suivis par le ministère de l’Économie, au début de 1942, les projets de taux de marque par catégorie de marchandises qu’elle élabore. C’est donc surtout par l’entremise des études élaborées par la Fédération que Lacour-Gayet intervient dans la politique du CGOC, non pour la subir, mais pour tenter de l’infléchir en un sens favorable à ses intérêts. En l’occurrence, l’allocution qu’il prononce, en 1942, marque bien l’apparition de préoccupations nouvelles. Ce discours est placé sous le sceau de la désillusion et du pessimisme : « Hélas ! », constate l’orateur, « l’heure n’est sans doute plus aux miracles, car le commerce dépérit sans trêve et nous paraissons bien nous acheminer vers ce régime où, dirait Montesquieu, « la privation totale du commerce produit le brigandage qu’Aristote met au nombre des manières d’acquérir »45. À travers l’énumération des maux qui s’abattent sur le commerce, il se livre à l’attaque énergique du système d’exploitation hitlérien et des dirigeants qui s’y soumettent. Alors que d’aucuns se satisfont des conditions nées de l’armistice et s’emploient à l’avènement d’un ordre nouveau en Europe, Lacour-Gayet réaffirme l’actualité d’une guerre par essence néfaste au commerce. Il fustige « un continent orienté tout entier vers la production de guerre [...] et coupé par surplus de la plupart de ses sources extérieures d’approvisionnement ». La création d’un matériel improductif se fait au détriment de celle de biens de consommation dont la distribution est la tâche principale du commerce. Il s’en prend aussi à ces « bons esprits, uniquement attentifs au rythme de la production » qui estiment pouvoir rendre accessoire la fonction commerciale, en faire « une sorte de distribution automatique relevant de la seule production ou, ce qui est plus grave, de la seule puissance publique ». Il demande au CGOC et à la Fédération de poursuivre le combat pour faire reconnaître l’autonomie du secteur commercial46. L’on ne dispose pas du compte rendu de l’assemblée générale de 1943, mais en mars 1944, Lacour-Gayet présente en personne le rapport de sa Fédération devant de hauts fonctionnaires des ministères de la Production industrielle et des Finances : Pierre de Calan, le directeur du Commerce intérieur et nouveau commissaire du gouvernement auprès du CGOC, Georges Hamelin, le directeur général à la Consommation et commissaire-adjoint du gouvernement, et Fournon, le directeur des Prix.

  • 47 Fenacomult, assemblée générale du 17 mars 1944, rapport de M. Jacques Lacour-Gayet, président de l (...)

14Son discours fait apparaître la vision rétrospective qu’il porte sur les quatre années de Vichy : pour lui, l’État Français doit être placé dans la continuité des régimes précédents. Il pratique la « vieille politique punitive du progrès commercial [...] dont [il] est le continuateur impénitent ». À chaque tentative du commerce pour améliorer ses méthodes et rationaliser la distribution, a correspondu une hausse de ses charges, souvent contradictoires : le ministère de l’Économie et des Finances lui infligeant des charges fiscales accrues et exigeant en même temps une contraction des marges de ventes. Adoptant un ton de réquisitoire très dur, Lacour-Gayet conclut : « La réduction constante des marges par voie d’autorité, la nécessité de vendre au-dessous du plafond de taux de marque déjà insuffisant, la majoration [...] de la patente des tenants magasins, le nouveau versement de 6 % des salaires, la prolifération dans chaque entreprise des emplois administratifs répondant aux exigences de l’économie dirigée, l’aggravation des taxes professionnelles ont mis fin à l’euphorie artificielle des années 1941 et 1942 »47. La constance de cette résistance idéologique et de l’affirmation sans faille d’un credo libéral constitue l’un des traits les plus remarquables de l’itinéraire de Lacour-Gayet sous l’Occupation. Cette constance sera confirmée par l’hostilité qu’il manifestera à la Libération pour les choix économiques qui prévalent alors.

2. Les subventions des grands magasins au PPF

  • 48 Dieter Wolf, Doriot. Du communisme à la collaboration, Paris, 1969, p. 173.
  • 49 Ibid., p. 210-212.
  • 50 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot, Paris, 1986, p. 235.
  • 51 Groupement d’études des grands magasins (GEGM), PV, octobre 1936.
  • 52 Ibid., 31 juillet 1941. Une maison, non nommée, fait savoir qu’elle a répondu à la demande.
  • 53 AN, F 12 9559, dossier « Grands magasins », lettre du Comité d’action contre le bolchévisme, du dé (...)

15Un problème annexe se pose, révélé par les archives : celui des subventions accordées par certains grands magasins à des mouvements fascistes comme le Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot et la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF) fondée à l’initiative de Doriot, de Marcel Déat et de Otto Abetz le 4 juillet 1941. L’on sait que certains secteurs du patronat subventionnent depuis l’avant-guerre des ligues et partis d’extrême droite. Le cas le mieux connu est celui du PPF fondé le 28 juin 1936 grâce à l’appui de trois hommes influents : Paul Baudouin, alors directeur de la Banque d’Indochine, Jacques Barnaud et surtout Gabriel Leroy-Ladurie, appartenant tous deux à la Banque Worms48. Parti de masse, le PPF a un grand besoin d’argent pour sa propagande. Dieter Wolf fait état d’une liste dactylographiée élaborée vers 1937-1938 où figurent les noms de 240 entreprises et organisations ayant subventionné le PPF. L’on y trouve de grandes banques, des associations patronales, des industries métallurgiques, automobiles, alimentaires49. L’on peut regretter que les citations que fait Wolf de cette liste soient succinctes d’autant plus que Jean-Paul Brunet, autre biographe de Doriot, écrit ne pas avoir retrouvé la liste mentionnée par Wolf. Il indique toutefois que les dossiers Doriot contenus dans les archives de la préfecture de police de Paris confirment des subventions importantes provenant d’associations et de syndicats patronaux50. Nous n’avons pas eu accès à ces dossiers. En revanche, les procès-verbaux du Groupement d’études des grands magasins attestent que jamais le Groupement ne donna de l’argent au PPF entre 1936 et le début de la guerre. L’on découvre une seule et indirecte tentative de Doriot en octobre 1936 qui tente d’obtenir une insertion publicitaire du Groupement dans L’Emancipation Nationale. Cette demande est laissée « à l’appréciation de chaque maison ». Aucune autre demande ne parvint ni en 1937, ni en 193851. Il faut attendre 1941 pour qu’arrive une demande de subvention de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme52. Cela confirme les agissements révélés par un dossier des Archives nationales. Il semble que ce soit une lettre de dénonciation de membres de la Confédération générale du travail contre les dirigeants des magasins du Louvre qui ait entraîné à la Libération une enquête sur plusieurs dirigeants de grands magasins, et plus particulièrement sur le directeur général des magasins du Louvre Ernest Legros. Une lettre du Comité d’action contre le bolchevisme adressée fin 1942 à Legros et sollicitant une subvention s’appuie sur le soutien déjà apporté par d’autres dirigeants de grands magasins : « J’ai le plaisir de vous signaler confidentiellement que j’ai rencontré personnellement MM. Charles Vigneras, Paul Bou[bé]e, Gabriel Cognacq, Can[o]r[b]e, Victor Sabre, Quantin des Galeries Lafayette etc., vos collègues des grands magasins qui m’ont remis cette année des sommes importantes doublant leurs subventions de l’année dernière pour notre service »53. Les dépositions effectuées par les responsables de magasins du Louvre devant la commission d’épuration en 1945 confirment ces pratiques. Le 23 octobre, Marcel Dambournet, directeur, explique les motivations des dirigeants : « Les grands magasins sont très sollicités et accordent des subventions à tous les partis quels qu’ils soient, ne voulant pas faire de politique ». Armand Pajon, chef de comptabilité, confirme, le 14 novembre : « Tous les magasins ont donné de petites subventions à des œuvres ». Marcel Dambournet livre la procédure suivie : « C’est le Groupement des magasins [Lacour-Ga[y]et] 11, rue Saint-Florentin (documentation, statistique, etc.) qui étudie les demandes de subvention ». Ce que confirme de nouveau Armand Pajon : « C’est certainement avec l’accord de la direction et peut-être du Groupement d’études des grands magasins.[...] En principe, la maison verse ce que le Groupement décide ».

  • 54 GEGM, PV, 30 avril 1942.
  • 55 Ibid., 24 septembre 1942.
  • 56 Ibid., 9 juillet 1942, 20 juillet 1943, 14 octobre 1943.
  • 57 Ibid., 13 mai 1943.
  • 58 Ibid., 9 juillet 1942.
  • 59 Ibid., Rapport sur l’activité pendant l’Occupation de Legros Ernest, directeur général des magasin (...)

16Les procès-verbaux du Groupement d’études permettent toutefois de relativiser l’importance de ces subventions. La LVF sollicite en avril 1942 des articles de lingerie d’hiver54. La Légion tricolore se voit accorder entre 2 000 et 5 000 francs par an55. La Ligue française du commandant Costantini est la plus quémandeuse et plusieurs maisons lui font des versements56. En revanche, sollicité pour subventionner Le Franaste de Marcel Bucard57, le Groupement ne donne pas de suite et il refuse aussi de participer à l’exposition sur La France Européenne, manifestation ouvertement collaborationniste, qui se tient au Grand Palais à Paris58. De fait, la commission d’épuration admit les arguments invoqués pour leur défense par les grands magasins – » [...] non pas par idéal politique, mais pour se débarrasser d’un collecteur importun qui aurait pu, éconduit, devenir dangereux » – et mit hors de cause leurs dirigeants. Ces affaires furent classées le 7 juillet 194759.

3. Au sein de la Société Générale

  • 60 AN, F 12 9569, dossier « Société générale », tableau du 1er janvier 1944.
  • 61 AN, F 12 9569, dossier « Jacques Lacour-Gayet » n° 219, lettre au président de la Commission natio (...)
  • 62 La mise en accusation est faite par le Comité de libération des banques suivant l’ordonnance du 16 (...)
  • 63 Annie Lacroix-Riz, « Les grandes banques françaises de la collaboration à l’épuration (1940-1950)  (...)
  • 64 Ibid., « I. La collaboration bancaire », janvier 1986, p. 11-12.
  • 65 Ibid., p. 9-10.

17Jacques Lacour-Gayet a été nommé le 1er octobre 1942 administrateur de la Société Générale60, « pour représenter plus particulièrement dans son conseil les milieux commerciaux, en [sa] qualité de président de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples »61. Comme l’ensemble du conseil d’administration de la banque, il est accusé à la Libération de s’être rendu « coupable d’avoir favorisé les entreprises de toute nature de l’ennemi et contrarié l’effort de guerre de la France et de ses alliés »62. Il adopte alors un système de défense qui se retrouve chez la majorité des banquiers : il allie la thèse de l’ignorance des pratiques et objectifs de la Société Générale à celle d’une résistance aux demandes allemandes63. Il est en premier lieu reproché à la Société Générale d’avoir fait partie de l’Association financière pour le développement de l’industrie en France et aux colonies (ASFIDI), organisme financier monté en compagnie de l’Union parisienne et de Paribas dans le but principal de financer le développement des industries IG-Farben en France64. Lacour-Gayet déclare à la commission lors de son audition, le 24 janvier 1947, n’en avoir jamais entendu parler – « L’affaire de l’ASFIDI m’est inconnue » – et qu’elle fut constituée avant son entrée au conseil d’administration. De fait, les statuts de l’ASFIDI furent adoptés par les trois banques, le 17 avril 1942, soit six mois avant son arrivée. Les premiers crédits, notamment à l’entreprise Francolor, furent accordés également en avril. On peut toutefois ajouter que l’échéance de ces crédits fut reportée en mai 1943 à juin 1944, et qu’un second crédit fut attribué en octobre 1942 à Francolor et renouvelé en juin 1944. Autre grief retenu contre la Société Générale : les avantages prodigués aux industriels travaillant à l’exécution des commandes allemandes de fournitures de guerre ou autres, par l’octroi d’avances ou de cautions. Ces pratiques d’octroi de crédit furent en effet légion et bénéficièrent surtout aux entreprises industrielles – métallurgiques et mécaniques en tête – travaillant pour l’Allemagne65. Lacour-Gayet dit avoir suivi plus particulièrement « les crédits accordés à des entreprises commerciales, en raison de [sa] connaissance de ces dernières » et n’y avoir décelé rien d’anormal. Revenaient les noms des clients traditionnels de la banque. Certains avaient-ils des commandes allemandes ? Si l’on avait opposé des refus systématiques, les Allemands auraient usé d’hommes de paille...

  • 66 Ibid., p. 23-24 ; Philippe Verheyde, « Les Galeries Lafayette (1899-1955). Histoire économique d’u (...)

18Grâce à la thèse de Philippe Verheyde, on commence à disposer de quelques études approfondies sur ces « entreprises commerciales ». Un cas connu est celui des Galeries Lafayette « aryanisées »66. On sait que si le Crédit commercial de France, le banquier des Galeries depuis leurs débuts, en la personne du baron Davillier, refusa de se prêter aux manœuvres d’aryanisation, et même après la démission et le remplacement de celui-ci, refusa d’octroyer un crédit à la nouvelle entreprise « réorganisée », d’autres banques s’y intéressèrent et lui accordèrent des fonds en juillet 1942. Parmi elles, se trouvait la Société Générale. Mais, comme le démontre Philippe Verheyde, l’affaire des Galeries Lafayette témoigne que les Allemands usèrent d’hommes de paille. Les manœuvres collaborationnistes n’empêchèrent pas la germanisation des entreprises.

  • 67 AN, F 12 9569, dossier « Jacques Lacour-Gayet », op. cit. ; lettre de Jacques Lacour-Gayet au prés (...)
  • 68 Ibid.

19Jacques Lacour-Gayet réfute enfin catégoriquement le troisième chef d’incrimination – avoir facilité aux Allemands l’acquisition d’intérêts dans les entreprises françaises – et déclare n’avoir jamais entendu parler de cession de participations étrangères. Il invoque devant la commission la déportation en 1943 de son fils unique Michel Lacour-Gayet à Buchenwald67. Il n’aurait donc pu que réprouver une tendance « collaborationniste » des dirigeants de la Société Générale, si celle-ci s’était manifestée. Or, bien au contraire, ajoute-t-il, la direction protégeait le personnel de la déportation, avait recueilli une cinquantaine d’officiers de l’armée de l’armistice dont certains dirigeaient des réseaux de résistance, et « l’ensemble de la résistance avait été aidé financièrement par la société »68. En définitive, le dossier de Henri Ardant et des autres administrateurs de la Société Générale fut classé par le commissaire du gouvernement le 10 novembre 1948. Une séance du 7 février 1949 de la commission d’épuration entérina les conclusions écrites du commissaire du gouvernement.

  • 69 Entretien du 21 avril 1994 et cf. Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, 1989, (...)
  • 70 Cf. ce jugement porté par Philippe Mioche qui résume l’attitude générale du milieu patronal frança (...)

20L’examen des responsabilités exercées par Jacques Lacour-Gayet durant l’Occupation et l’analyse de ses prises de position conduisent à un certain nombre de réflexions. Son comportement critique public – puisqu’il s’exprime dans des discours devant les autorités et dans des ouvrages publiés – administre une preuve nouvelle de la capacité de résistance ouverte existant au sein même des rouages d’une administration de plus en plus totalitaire. Son affrontement théorique avec Jean Bichelonne, l’adhésion recueillie auprès de certaines personnalités du monde des affaires, tout comme ses engagements mesurés au sein de ses activités diverses, l’attestent indiscutablement [cf. infra]. À titre personnel, Jacques Lacour-Gayet réprouve l’orientation politique prise par le régime de Vichy. Il aida Roger Gompel, le dirigeant de la société Paris-France à échapper à la législation antisémite de Vichy et à demeurer en France. Il fut également l’une des rares personnes à se rendre à l’enterrement de Théophile Bader, l’ancien dirigeant des Galeries Lafayette, en mars 1942 ; les employés du magasin n’avaient pas osé venir... Max Heilbronn en personne lui rend hommage69. S’il fallait conclure sur le parcours de ce haut fonctionnaire patronal durant l’Occupation, il faudrait essentiellement souligner que la fidélité irréductible de Lacour-Gayet à un libéralisme économique renvoyant à l’époque mythifiée d’avant 1914, l’a très certainement conduit à se détacher rapidement d’un régime dont il a paru un temps apprécier les mérites. Dans les faits, tout indique que le pétainisme affiché durant l’été 1940 n’est qu’une prise de position opportuniste destinée à ménager les intérêts du grand commerce auprès du nouveau gouvernement70. Le dirigisme pratiqué par Vichy est aux antipodes des principes qui doivent régir la vie économique selon Lacour-Gayet.

II. LES CERCLES LIBÉRAUX ET L’ÉCONOMIE DIRIGÉE

A. LA CONTROVERSE IDÉOLOGIQUE

  • 71 Jacques Lacour-Gayet, Commerce et économie dirigée, Paris, 1942, p. 41.

21En 1942, Jacques Lacour-Gayet fait paraître aux éditions SPID un opuscule intitulé Commerce et économie dirigée. Il s’agit d’une communication faite le 27 juin 1942 à l’Académie des sciences morales et politiques. Elle est précédée d’une préface de Jean Bichelonne, secrétaire d’État à la Production industrielle. Le ton de Lacour-Gayet est très critique. Il dénonce à la fois les entraves nouvelles apportées au commerce et le fonctionnement du CGOC. Il stigmatise la réglementation outrancière qui régit depuis deux ans l’exercice du commerce et la « pétrification que les textes imposent à la réalité, autrefois souple et mouvante, des affaires commerciales »71. Sa critique porte plus particulièrement sur trois tendances nouvelles. L’insertion de nouveaux intermédiaires dans le circuit commercial lèse les détaillants. Il désigne ici les coopératives d’entreprise ou d’administration, les organismes agricoles, voire le Secours national dont les achats massifs font dériver les produits par des circuits extra-commerciaux. La seconde tendance visée est la spécialisation des branches de commerce qui s’exerce aux dépens des entreprises à commerces multiples et que l’administration tend à encourager. Lacour-Gayet fait remarquer qu’elle est peu conforme à l’intérêt du consommateur, notamment dans les villages. Le commerce non spécialisé constitue alors environ quatre-cinquièmes du petit commerce français. Enfin, il déplore la récupération de la main-d’œuvre commerciale par la production, qui va à contre-courant du développement des services constaté depuis l’essor du machinisme et de la rationalisation du travail. Pour lui, la paix et le retour à l’abondance nécessiteront une puissante armature commerciale. Il s’agit de ne pas en disloquer les bases. Mais la critique de Jacques Lacour-Gayet porte aussi sur le nouveau système mis en place et le fonctionnement du CGOC. C’est à ce sujet que le conflit avec Jean Bichelonne prend le tour le plus vif.

  • 1
  • 1

22 Lacour-Gayet prend d’abord la défense des professionnels attaqués par une opinion publique qui reproche la présence au comité de direction de personnalités qui représentent essentiellement les grandes entreprises. Il fait observer qu’il n’y a « pas lieu d’en être surpris : ce sont ces affaires qui de tout temps entretiennent avec l’administration les contacts les plus suivis »72. Puis il dénonce la mise en tutelle des professionnels par l’État. Le CGOC est, pour lui, de façon évidente, sous la responsabilité de l’État dans la mesure où les membres du comité de direction ne sont pas élus mais nommés par l’État et où le commissaire du gouvernement peut par son veto s’opposer aux décisions des professionnels. Bichelonne, dans sa préface, prend acte des « plus justes critiques » adressées au système par Lacour-Gayet, dont il reconnaît la compétence. Il invoque aussi un « état transitoire » et une « conjoncture difficile ». Mais selon lui, c’est la profession qui, au sein des comités d’organisation, garde l’initiative : « C’est la profession qui constitue le moteur de l’économie nouvelle ». Il conteste les deux arguments avancés par Lacour-Gayet : en remplaçant ou en gardant les membres du comité de direction, en usant ou pas de son veto, l’État ne fera que sanctionner le travail des professionnels. Il est cependant évident que, dans l’esprit de Bichelonne, ce travail des professionnels doit s’effectuer dans les bornes fixées par l’État. Or, c’est sur ce principe de direction de l’économie que les deux hommes s’opposent. Lorsqu’à la fin de sa préface, Bichelonne affirme que « La maxime de l’ordre doit régir la distribution des richesses plutôt qu’un principe libéral où l’on trouve toutes les libertés, même celle de faire faillite », il ne peut que heurter le libéral intransigeant que demeure Lacour-Gayet pour qui « commerce et économie dirigée, ces deux termes assemblés forment assurément une dissonance : par tradition, le commerce souffre mal les entraves et aime toujours mieux être ignoré de la puissance publique que protégé ou guidé par elle »73. La tenue de cette dispute de caractère idéologique au sein de l’administration vichyste, la contradiction libérale apportée par Jacques Lacour-Gayet aux thèses dirigistes soutenues par Jean Bichelonne conduisent à s’interroger sur la représentativité et l’audience du libéralisme intégral incarné par Lacour-Gayet.

B. LES RÉACTIONS NUANCÉES DE L’OPINION PUBLIQUE LIBÉRALE

  • 74 Pierre Benaerts, L’organisation professionnelle du commerce, Paris, 1944, préface.
  • 75 Ibid., chapitre « L’avenir de l’organisation du commerce ».
  • 76 AN, 68 AJ/58, dossier 001, conférence de Pierre Benaerts du 15 février 1946, Le commerce en économ (...)

23La position libérale défendue par Jacques Lacour-Gayet dans Commerce et économie dirigée à l’automne 1942 est nette et sans ambiguïté : le dirigisme actuel est néfaste pour l’économie en général et pour le commerce en particulier ; le maintien de cette économie dirigée en temps de paix n’est pas concevable. Il défend une ligne libérale dure et extrémiste où aucune demi-mesure, de type néo-libéral, n’est acceptable. C’est là un point très important qui le différencie bien évidemment de Jean Bichelonne pour lequel les mesures engagées ne sont pas des mesures conjoncturelles, mais doivent durablement marquer la vie économique française, mais également de Pierre Benaerts, l’ami placé au poste de délégué général du CGOC, qui garde durant toute l’Occupation foi dans le système même s’il en perçoit dès le début les ambiguïtés. Dans la mesure où Pierre Benaerts est le responsable du CGOC, la modération de son propos ne peut tout à fait surprendre. C’est celle d’un homme qui tient à s’expliquer sur le travail accompli avant de livrer son sentiment personnel. Aussi publie-t-il aux éditions SPID dirigées par Lacour-Gayet, un ouvrage qui ne veut être « ni un pamphlet, ni un plaidoyer », mais contribuer à une meilleure connaissance des comités d’organisation74. Il y assume l’expérience tentée, reconnaissant de façon implicite qu’il s’agit d’une expérience d’économie dirigée. Il évoque le « regret du passé libéral » qui renaît chez certains, et qui, à le lire, est davantage dû à la déception engendrée par le nouveau système qu’à la reconnaissance de la valeur intrinsèque du libéralisme. Si l’on en juge d’après ses éditoriaux publiés dans le Bulletin central du CGOC et les documents conservés dans les archives de l’OID, Pierre Benaerts a pris au sérieux le travail confié et s’est passionné pour l’expérience dans la mesure où elle valorisait en théorie l’initiative des professionnels. Sa politique visait à restructurer les réseaux de distribution tout en défendant en permanence le commerce des empiétements des industriels et de l’administration. Il ne s’aveugle cependant pas sur les résultats de son action. Nous avons vu plus haut qu’il ne se privait pas d’exprimer son amertume d’avoir été trahi par la direction dont dépendait le CGOC. De fait, cette amertume transparaît de façon beaucoup plus vive dans les archives que dans l’ouvrage publié en 1944. Il lui échappe toutefois dans ce dernier l’aveu de garder « au fond du cœur l’espoir [...] que ce régime est, somme toute, provisoire ». Et il doit, à la suite de Lacour-Gayet évoquant la « dissonance » entre commerce et économie dirigée, leur reconnaître « une sorte d’antinomie latente ». Mais, de façon générale, il témoigne de plus de foi que Lacour-Gayet en l’avenir du système. Il lui semble encore possible de l’assouplir, « sans revenir à un système libéral à tout crin », et de passer en douceur à plus de liberté75. Après la Libération, lors d’une conférence au siège du Comité d’action économique et douanière, Benaerts livre sans doute son sentiment véritable sur le dirigisme de guerre76. Il en dresse un bilan très négatif et exprime une « rancune profonde ». Mais il maintient sa position : le comité de direction du CGOC a constitué le dernier rempart de défense des libertés.

  • 77 Jacques Lacour-Gayet, Commerce..., op. cit., préface de Jean Bichelonne.
  • 78 Papiers privés de Michel Lacour-Gayet (PPMLG), dossier de remerciements « Commerce et économie dir (...)
  • 79 AN, 68 AJ755, dossier « Le commerce. Généralités. CGOC », La Vie industrielle, numéro du 18 novemb (...)
  • 80 Ibid., Nouveaux Temps, numéro du 18 novembre 1942.
  • 81 Ibid., La Vie industrielle, numéro du 18 novembre 1942.
  • 82 Olivier Lesourd, Guide annuaire économique et corporatif, Paris, 1942.
  • 83 Paul Maquenne, Défense et illustration du commerce organisé, Paris, 1941.

24Loin de ces nuances, Lacour-Gayet occupe sur l’échiquier économique une place tout à fait à part : celle du dernier garant d’un libéralisme orthodoxe. Quelle audience lui accorde-t-on en la matière ? Jean Bichelonne en personne, tout en notant son désaccord avec lui, reconnaît la « compétence » du président de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples77. Une lettre reçue par Lacour-Gayet en octobre 1942 atteste : « Les réserves de la préface montrent que vos idées sont connues et comprises »78. La Vie industrielle lui reconnaît une « autorité peut-être sans équivalent actuellement en la matière »79. En d’autres termes, et point n’est besoin d’accumuler les preuves, les idées de Jacques Lacour-Gayet ne sont pas confidentielles, mais connues des autorités dirigeantes et ont acquis, grâce à la publicité qui leur est faite dans les journaux spécialisés, un retentissement certain dans les milieux économiques. Les milieux dirigistes et collaborationistes sont hostiles à ses thèses et le font savoir. C’est ainsi que, à la parution de son livre, Les Nouveaux Temps lui lancent avec ironie la pique suivante en saluant ce « courageux procès, puisque l’auteur, par sa fonction officielle, partage quelque peu les responsabilités qu’il dénonce ». Le journal de Jean Luchaire lui impute « un trop facile procès de tendances » et estime qu’il n’a rien présenté de bien constructif. Estimant que sur de nombreux points, « un Lacour-Gayet est demeuré sans voix », Les Nouveaux Temps prônent le maintien d’une « économie sainement dirigée » après-guerre80. Inversement, La Vie industrielle approuve visiblement les critiques émises par Jacques Lacour-Gayet et ses conclusions : « Dans la période actuelle, la misère du commerce est peut-être plus grande encore que celle de l’industrie [...]. Le commerce officiellement dirigé ne serait plus le commerce »81. Une série d’articles consacrés au commerce paraissent dans La Vie industrielle sous la signature de Paul Maquenne. Il a été dans l’entre-deux-guerres l’un des chefs de service de la Fédération des industriels et commerçants français. Il a fait partie de l’Union douanière européenne. Il enseigne au Centre de préparation aux affaires de la Chambre de commerce de Paris. On le retrouve en 1942 au sein de la structure administrative du CGOC où il occupe le poste de chef du service des relations avec la presse82. Ses articles sont dès 1941 rassemblés en un volume préfacé par Pierre Benaerts83. Il y mène une campagne active en faveur de la création d’un comité d’organisation du commerce, négligée par les autorités. La position favorable de La Vie industrielle aux thèses de Lacour-Gayet étaye les analyses d’Olivier Wieviorka sur le pluralisme économique régnant au sein de ce quotidien. En matière commerciale, le journal se permet de cautionner aussi les thèses libérales. Paul Maquenne résume dans un article paru en octobre 1941 dans la revue Droit social ses principaux arguments en faveur de l’existence du CGOC.

  • 84 Disponible à la BDIC. Droit social, numéro de janvier 1938, avant-propos de la rédaction.
  • 85 Paul Maquenne, « La fonction commerciale et le Comité général d’organisation du commerce », Droit (...)

25Droit social, dont le premier numéro paraît en janvier 1938 sous la direction de François de Menthon et de Pierre-Henri Teitgen, professeurs à la Faculté de droit de Nancy, a pour ambition de publier et de commenter les textes législatifs et réglementaires issus de la politique sociale nouvelle du Front populaire : « Ces textes et documents élaborent progressivement, en ce qui concerne la profession et la production, un droit social qui rompt avec les règles anciennes de l’individualisme juridique »84. Malgré la « drôle de guerre » et l’éparpillement de sa rédaction, la revue continue. Elle se reconstitue sous l’Occupation, offrant sa tribune à des personnalités non soumises à la pensée officielle, et elle tente de maintenir une tradition d’expression libérale, même si la critique n’en est pas absente. De fait, Paul Maquenne s’y livre à une dénonciation vigoureuse du système d’économie dirigée : « C’est ainsi que sous prétexte d’organisation rationnelle, on a quitté les voies d’un libéralisme tant soit peu abâtardi par les expériences étatises de la guerre de 1914-1918, pour s’engager dans le maquis d’une économie trustifiée, rétrograde par rapport au régime antérieur [...] »85. Il est aussi l’un des premiers à attirer l’attention sur l’étiolement de la fonction commerciale et sa perte d’autonomie et à dénoncer la mise en tutelle de la distribution, le cumul des attributions de distributeurs et de producteurs par les plus entreprenants de ces derniers : une première « débauche d’intégration verticale » a lieu avec le développement de la vente directe du fabricant ou de l’agriculteur au consommateur et celui de la fabrication par les négociants-grossistes.

  • 86 Henry Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy », op. cit., p. 36-38.
  • 87 Jean-Noël Jeanneney, L’argent caché, Paris, 1984, p. 242-264.
  • 88 Guy Sabin, Jean Bichelonne (1940-1944), Paris, 1991, p. 173.
  • 89 PPMLG, dossier « Commerce et économie dirigée », lettre de Régis Ribes, du 6 novembre 1942.
  • 90 Le fonds CII des Archives nationales (cote 68 AJ/90-144) se révèle décevant dans la mesure où il n (...)
  • 91 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 85 : « [...] on substituait à une négociation administra (...)
  • 92 PPMLG, lettre de René Arnaud, du 6 novembre 1942.

26On observe une ligne de partage intéressante au sein du Centre d’information interprofessionnel (CII). Cet organisme a été créé le 30 avril 1941 en vue de servir d’organe de liaison et de coordination entre les différents comités d’organisation, mais aussi entre ceux-ci et les industriels. Les biens de la Confédération générale du patronat français (CGPF) dissoute lui ont été dévolus par décret du 30 mai 1941. Comme le fait remarquer Henry Rousso, le CII apparaît comme « un lieu privilégié de regroupement du patronat » et comme un tremplin pour un renouveau du syndicalisme patronal86. On relève au sein de son conseil consultatif la présence de Henri Davezac et de Georges Villiers, deux hommes qui contribueront à la reconstruction du mouvement patronal à la Libération87. Deux membres du CII réagissent au livre de Lacour-Gayet. L’un, Régis Ribes, est le directeur et répartiteur du Comité général d’organisation de l’industrie du cuir88. Il apprécie les horizons ouverts par l’auteur, semble prendre ses distances par rapport à l’économie dirigée, mais en même temps gauchit les vues de Lacour-Gayet en écrivant : « Souhaitant comme vous, qu’aux formes d’économie dirigée d’aujourd’hui, succède rapidement une formule d’économie simplement orientée et disciplinée »89. Or, dans son ouvrage, pas une fois n’est suggérée par Lacour-Gayet l’idée d’un encadrement nécessaire de l’économie. Ce qu’il souhaite, c’est le retour aux lois naturelles du marché. L’autre membre du CII, René Arnaud – normalien, agrégé de l’Université – en dirige le service économique. Il n’est pas inutile de rappeler qu’il fut à partir de 1933 le secrétaire général du comité national français de la Chambre de commerce internationale (CCI) et qu’à ce titre il y rencontra Jacques Lacour-Gayet. À la même époque, il dirigeait également le service des études économiques de la CGPF, ce qui corrobore la thèse émise par Henry Rousso d’une continuité entre les deux organismes (CGPF et CII)90. René Arnaud est d’accord avec l’interprétation que donne Lacour-Gayet du fonctionnement du nouveau système : pour lui aussi, l’État dirige l’économie au détriment des professionnels. Malgré les dénégations de Bichelonne et de Culmann91, Arnaud reconnaît également le manque d’enthousiasme de l’ensemble des commerçants dépendants du CGOC. Enfin, et c’est là le point important, Arnaud se prononce contre le maintien du système d’économie dirigée en période de paix et, notamment, contre la répartition primaire, assurée alors par l’OCRPI, que d’aucuns voudraient voir prolonger. « Il m’apparaît qu’il n’y a pas ici de milieu entre liberté et dirigisme », écrit René Arnaud, rejoignant la position sans compromis de Lacour-Gayet92.

  • 93 Henri Laufenburger, L’intervention de l’État en matière économique, Paris, 1939, p. 24.
  • 94 Ibid, p. 178.
  • 95 Henri Laufenburger, « Contribution à la théorie économique du commerce », L’organisation du commer (...)

27Ce dernier reçut un appui très motivé dans un article rédigé en août 1943 par Henri Laufenburger, professeur à la Faculté de droit de Paris, et paru dans la revue Droit social. Ce dernier avait assis sa réputation de libéral critique en publiant avant la guerre un ouvrage intitulé L’intervention de l’État en matière économique où il n’hésitait pas à reconnaître le bien-fondé de certaines pratiques interventionnistes liées aux fluctuations économiques engendrées par la guerre de 1914. C’est ainsi qu’il justifiait le protectionnisme commercial comme une mesure d’ « ordre public ». « Et au moment où les nations de la vieille Europe subissent à côté du dumping économique, le dumping dit social de certains pays neufs et jeunes, le libéralisme oserait-il combattre l’interventionnisme protecteur comme une hérésie ? », demandait-il93. Sur la question si controversée des cartels, il avait admis que « le cartel et l’entente peuvent rendre de signalés services à la cause de l’ordre du marché et de l’assainissement industriel »94. Sa thèse de fond consistait à soutenir l’idée du rapprochement des systèmes économiques apparemment opposés des pays autoritaires et des pays démocratiques : « Au système cohérent d’économie planifiée du premier, le second a emprunté des pièces qui se prêtent à des combinaisons partielles et souples. En sorte que l’interventionnisme [...] constitue un pont entre les conceptions politiques les plus opposées ». En conclusion du livre, il ne tranchait pas et se gardait pourtant d’approuver ce rapprochement : « Il est difficile de dire s’il convient de se réjouir [...]. Faut-il au contraire s’en émouvoir dans les pays dont l’interventionnisme partiel très poussé n’a pas éteint la nostalgie du libéralisme ? » Toutefois, sa critique de certains dogmes libéraux aurait pu l’incliner à manifester de l’intérêt pour la pratique dirigiste de Vichy. Dans le cas de l’administration du secteur commercial, il n’en est rien. Pour lui, la conception défendue par Jean Bichelonne dans la préface est celle d’un technicien rejoignant le physiocrate dans sa vision parasitaire du commerce qu’il exprime en termes de coût et réduit à son seul prix de revient. C’est une vision « arithmétique » du commerce perçu comme une « froide mécanique ». Or, elle est discutable sur le plan économique. Le commerce est par essence un organisme d’inspiration et d’orientation de la production : « Dire que le prix de revient de la distribution doit être comprimée au minimum, c’est considérer le commerce comme un simple organe technique de l’industrie, chargé du placement des produits »95. Or le commerce oriente et anime l’activité industrielle, suscite les besoins, reflète le marché, devance la mode.

  • 96 Ibid., p. 4.
  • 97 AN, 68 AJ/55, sd. Lo, L’évolution de l’activité commerciale en 1943, s.d.
  • 98 Henri Laufenburger, « Contribution... », op. cit., p. 5.

28Au-delà, Henri Laufenburger démonte le mécanisme de la perversion de la réflexion engagée depuis les années trente sur le « coût de la distribution », et reprise dans un but politique précis, nous venons de le voir, par le directeur du Commerce intérieur Henri Culmann. Négligeant le contexte spécifique engendré par la guerre, se focalisant sur les seules « charges » que fait peser le commerce sur la production et la consommation, cette réflexion érige la déflation commerciale en système en prônant l’allégement de l’appareil distributeur et l’élimination du plus grand nombre possible d’entreprises et de commerçants. Or la guerre a modifié l’appareil distributeur français. La disparition des échanges extérieurs a entraîné celle du commerce de gros. Le commerce de détail est, inversement, devenu pléthorique en raison de la pénurie et de la baisse du volume des biens disponibles. Comprimer cet appareil de manière radicale serait amputer les besoins de l’avenir. Il est « impossible en période de pénurie d’entreprendre avec un minimum de chances de succès la rationalisation du commerce qui serait appropriée aux besoins d’après-guerre »96. Jacques Lacour-Gayet ne dit pas autre chose quand il recommande de ne pas disloquer les bases de l’armature commerciale française afin de ne pas compromettre l’inéluctable reprise de l’après-guerre. Cette analyse rencontre celle du CGOC qui démontre que l’investigation tatillone des services du Contrôle économique sur les entreprises de détail, l’encouragement prodigué par les pouvoirs publics à la multiplication des coopératives d’entreprises, la compression systématique des marges bénéficiaires, entraînent l’évasion des marchandises vers le marché noir et l’écrasement des seules entreprises respectueuses des règlements et des taxes : « Il n’est pas besoin d’insister sur la gravité de cette évolution qui conduirait, si l’on n’y porte remède, à une concentration « à rebours », c’est-à-dire à l’élimination des entreprises considérées comme régulatrices du marché, et les plus susceptibles d’être, en temps normal, économiquement viables »97. Henri Laufenburger attire aussi l’attention sur une perversion nouvelle du système administratif qui prévoit l’indemnisation du commerçant évincé par l’État, au besoin par le produit d’une taxe répartie sur les entreprises survivantes. Cela déplace le problème du coût de la distribution, mais ne le résout en rien : le contribuable perd ce que le consommateur récupère. Cette critique de l’économie dirigée n’en induit pas pour autant le rejet de la nécessité d’une rationalisation du commerce. Mais en ce domaine, Laufenburger repousse avec la même vigueur les mesures « strictement démagogiques » du Front populaire et les mesures autoritaires de Vichy. Il leur oppose le principe de la « sélection » par la notion de « qualification » : « Pourquoi ne pas créer un ordre du commerce auquel n’accéderaient que les candidats capables, justifiant d’un minimum de connaissances professionnelles et d’un maximum de garanties morales ? »98

  • 99 CCIP, III - 4.11 (1), dossier « 1940 ».
  • 100 Ibid., dossier « L’organisation professionnelle 1936-1937 ». Rapport adopté le 23 mai 1923 par la (...)
  • 101 Ibid., rapport de Vandier déposé le 29 juin 1937, intitulé L’organisation professionnelle.
  • 102 CCIP, III – 4.11 (1), dossier « 1940 ».

29À l’inverse de Laufenburger, un proche de Jacques Lacour-Gayet, Pierre Laguionie est conduit de par ses fonctions au sein de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris à afficher une compréhension ambiguë pour le système d’économie dirigée qui se met en place sous le régime de Vichy. La Chambre a réagi en effet assez rapidement à la loi du 16 juillet 1940 et a adopté le 28 août 1940 une note où elle assure les pouvoirs publics « de l’ardent désir qui l’anime de leur apporter sa plus entière collaboration ». À l’instar de la plupart des organismes patronaux, elle vise, en cette période incertaine, à tirer son épingle du jeu et à préserver une latitude d’action lui permettant de peser sur les décisions gouvernementales. Elle manifeste en particulier la volonté claire d’orienter le projet d’organisation professionnelle prévue par le gouvernement. En gage de bonne volonté, elle produit une série de brochures entérinant la faillite du libéralisme99. Ce qui pourrait être interprété comme une simple manœuvre opportuniste est en réalité l’aboutissement d’un tournant qui a commencé à s’opérer au sein de la Chambre au milieu des années trente. Au début des années vingt, elle défend par la voix de son président André Baudet des conceptions très libérales et prône le désengagement de l’État de la vie économique100. Vers 1937-1938, le ton a changé ; de nombreux membres de la Chambre ont été gagnés par les thèses corporatistes et réclament une modification de sa ligne idéologique. L’offensive est menée par Vandier qui dépose le 29 juin 1937 un rapport intitulé L’organisation professionnelle où il affirme clairement que « les temps du libéralisme sont passés ». Le libéralisme a permis le formidable effort industriel du xixe siècle, mais la guerre de 1914-1918, puis la crise économique l’ont battu en brèche de manière irréversible : « Rien ne sert d’espérer détourner le cours des choses, et par un retour en arrière rétablir les conditions nécessaires à un équilibre économique assuré par la liberté individuelle ». L’élaboration de nouvelles règles s’imposent, fondées notamment sur la prise en compte de l’intérêt corporatif101. Ce rapport fut âprement discuté lors d’une séance de juillet 1937 de la Chambre. Randon-Rachet s’opposa très vivement à ce coup de grâce porté au libéralisme et à l’acte de décès qui venait d’en être dressé. « C’est presque tout le rapport qui est à refaire parce que c’est tout ce qui renferme des attaques contre le libéralisme que je voudrais voir supprimé de ce rapport [...] », déclara-t-il. Georges Painvin exprima une position plus nuancée, estimant que l’organisation professionnelle était une réalité imposée par la tendance de plus en plus nette des pouvoirs publics à interférer dans les questions industrielles et commerciales. Les syndicats devaient par conséquent, selon lui, ne pas laisser les pouvoirs publics seuls maîtres du terrain et pouvoir compter sur l’appui de la Chambre de commerce de Paris. Maurice Languereau appuya la position de Painvin et s’opposa lui aussi à Vandier, qui, à plusieurs reprises, faisait des pouvoirs publics l’arbitre de la nouvelle organisation professionnelle : « Ces conclusions-là me paraissent infiniment dangereuses »102. En dépit de cette opposition, le rapport Vandier fut adopté lors de la séance du 6 octobre 1937 par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, entérinant son tournant idéologique. C’est donc en prenant en compte ce contexte qu’il convient d’analyser le rapport présenté en avril 1942 par Laguionie et Vandier, au nom de la commission du commerce et de l’industrie de la Chambre, sur les Principes de l’économie dirigée.

  • 103 Ibid., dossier « Économie dirigée ». Documents divers. Rapport présenté par MM. Laguionie et Vandi (...)
  • 104 La Vie industrielle, numéro du 10 juillet 1942.
  • 105 CCIP, III - 4.11 (1), dossier « 1940 ». Séance de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris d (...)
  • 106 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances .., op. cit., p. 585.
  • 107 G.P. Painvin, « Nécessité de l’initiative privée au sein de l’économie dirigée », Droit social, nu (...)
  • 108 Ibid., p. 80.

30Tout en refusant de prendre position dans le débat sur les mérites comparés du libéralisme et du dirigisme, le rapport n’en manifeste pas moins de la sympathie pour le régime économique qui se met en place. Les deux rapporteurs souhaitent s’en tenir aux faits : « Toute discussion sur les avantages et les inconvénients du libéralisme et du dirigisme n’aboutirait à aucun résultat pratique ». Ils estiment que la contrôle de l’économie par l’État qui s’exerce en particulier sur les prix, les matières premières et l’organisation professionnelle a été rendu inéluctable par la défaite, la pénurie et l’instauration d’un régime autoritaire. Toutefois, même en élargissant leur réflexion à un futur après-guerre, ils ne conçoivent pas la suppression de ce système d’encadrement de l’économie : « [...] Il semble n’y avoir aucun doute que, notamment, les relations commerciales extérieures et les rapports sociaux contribueront à édifier une forme économique à base d’organisation pondérée »103. La notion d’« organisation pondérée » est cependant suffisamment imprécise pour ménager à la Chambre la capacité d’un nouveau retournement idéologique, et selon la formule des rapporteurs eux-mêmes, « prévenir les surprises de la paix ». Laguionie et Vandier se permettaient cette mise en garde : « Le dirigisme doit se méfier de glisser vers l’étatisme ». L’ambiguïté de cette position a été saisie par André Terrasse dans La Vie industrielle, qui feint de se demander si les Chambres de commerce n’ont pas « renié purement et simplement les principes de liberté qu’elles avaient toujours défendus ? » À le lire, il semble qu’elles aient eu peur d’être supprimées par le nouveau régime qui voyait en elles des « citadelles du passé »104. Dès le début de 1942, le retournement prévisible semble s’opérer. Lors d’une séance du 2 février 1942, Bagnaud fait part du « véritable malaise qu’a provoqué dans le commerce la multiplicité des lois et des dispositions réglementaires intervenues depuis 1940 ». Les membres de la Chambre s’opposent alors : pour les uns, la présence d’un commissaire du gouvernement tempère les ardeurs réglementaires des comités d’organisation ; pour les autres, ce contrôle effectif enlève aux comités la liberté de faire ce qu’ils veulent. Georges Painvin estime qu’il faut veiller à sauvegarder l’initiative des professionnels105. Or, administrateur d’Ugine, il est devenu président du Comité d’organisation des industries chimiques et membre du Comité consultatif des sections de répartition du charbon et des métaux non ferreux, au demeurant bien implanté dans les rouages de direction économique de Vichy et participant à l’élaboration de « programmes de fabrication pour l’avenir »106. Son itinéraire et sa position nuancée illustrent une nouvelle fois l’ambiguïté d’un patronat qui tente de sauvegarder son indépendance en prônant l’invention d’une troisième voie de juste-milieu. « N’opposons plus, en effet, comme pouvaient le faire hier encore les auteurs ou les polémistes, économie dirigée et initiative privée », écrit-il dans Droit social107. Mais il ne cache pas non plus sa crainte du glissement qui s’opère vers l’étatisation108. Notons enfin que la diversité et la souplesse idéologiques de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris trouveront une nouvelle expression à la Libération quand elle se prononcera en 1946 pour le retour aux principes fondamentaux de la liberté industrielle et commerciale.

31Au-delà de ce cercle restreint de l’opinion publique il convient de s’interroger sur les milieux économiques que représente Lacour-Gayet durant l’Occupation. Le dossier réalisé à partir des lettres de remerciements qui lui sont adressées pour l’envoi de l’ouvrage de l’automne 1942 permet de se faire une vue précise des cercles vers lesquels Lacour-Gayet se tourne et qui adhèrent à sa vision. L’on retrouve en fait, de façon privilégiée, les mêmes cercles que dans l’entre-deux-guerres : les milieux des services (grands magasins, assurances, transports), les syndicats commerciaux et certains représentants des industries.

C. L’APPUI DES MILIEUX D’AFFAIRES AU LIBÉRALISME

  • 109 PPMLG, dossier « Commerce et économie dirigée », lettre du Soldat-Laboureur (Monoprix) 54, avenue (...)
  • 110 Ibid., lettre de La Prévoyance, compagnie d’assurances à primes fixes, dont Lacour-Gayet est un de (...)
  • 111 Ibid., lettre de Maurice Goudard, « Solex », du 20 novembre 1942. Il s’agit du livre Défense du li (...)
  • 112 Ibid., p. 95.
  • 113 Ibid., p. 97.
  • 114 Ibid., p. 96.
  • 115 PPMLG, lettre de Paul Gauthier, non datée.
  • 116 Ibid., lettre de E. Sommier, du 7 novembre 1942.
  • 117 Ibid., signature non identifiée, du 6 novembre 1942.
  • 118 CCIP, III - 4.11(1), dossier « Économie dirigée », conférence de Louis Billiet Que faut-il penser (...)

32Les entreprises à commerces multiples (grands magasins, magasins à prix unique) se reconnaissent sans restriction dans les vues exposées par leur représentant patronal. La position du magasin Au Soldat Laboureur est tout à fait représentative : « Il me sera, je l’espère, permis de n’être nullement de l’avis de l’éminent auteur de la préface en ce qui concerne la responsabilité de la puissance publique et de vous suivre au contraire totalement dans votre exposé et ses conclusions »109. La direction de la compagnie d’assurances La Prévoyance exprime de son côté un refus de principe du dirigisme et le souhait d’une très large diffusion de la brochure de Lacour-Gayet : « Elle fera réfléchir les dirigistes en herbe et apportera le réconfortant espoir d’un retour à la raison à tous ceux qui veulent bien subir l’organisation présente comme un mal peut-être nécessaire, mais se refusent à l’élever à la hauteur d’une doctrine »110. Tous les correspondants de Lacour-Gayet ont, de fait, en commun une hostilité pour les polytechniciens et les technocrates qui gouvernent la France et à qui ils reprochent une approche trop théorique des dossiers. Ils les fustigent avec une ironie marquée. L’époque stimule visiblement les imaginations... Maurice Goudard, le fondateur des usines Solex, est ravi que Lacour-Gayet dénonce « nos organisateurs modernes et leurs méthodes » et le félicite d’« effriter le monument colossal de l’économie dirigée ». « J’ai comme vous les mêmes idées », ajoute-t-il, « et je les ai développées dans un livre, jusqu’à ce jour confidentiel, et dont je vous enverrai incessamment copie du manuscrit »111. Dans ce livre, Goudard se montre féroce envers les comités d’organisation, en principe gérés par la profession : dans les faits, « l’État décide de tout »112. Il déplore « l’asphyxie progressive des entreprises submergées de papiers »113 et note ironiquement : « La moindre formalité exige un visa si bien que, plus tard, les savants distingueront, après l’âge de pierre, de fer et du bronze, l’âge du timbre en caoutchouc »114. Un autre correspondant, Paul Gauthier, déplorant le développement du marché noir, constate : « On le crée, comme dans l’histoire, on l’a toujours créé par de semblables mesures. Mais qui connaît l’histoire parmi les jeunes logiciens qui ne tiennent aucun compte des réalités ? »115 Le président de la raffinerie de sucre A. Sommier déplore que « dès qu’on a une affaire un peu considérable à administrer (et surtout, si on a des polytechniciens à sa tête !) les frais de bureau de toute sorte croissent avec une extrême vitesse. [...] En demandant une préface à M. Bichelonne, vous avez évidemment voulu jouer la difficulté, puisqu’il oppose très nettement sa conception à la vôtre. Quand il dit que l’État doit se mêler de la distribution, qu’il y a là des simplifications à apporter, il m’a tout à fait l’air de ne connaître la question que d’une manière purement théorique et d’assimiler à tort la production de quelques produits industriels à la distribution »116. Un autre encore apprécie cette « satire modérée de l’école gouvernementale économique » et déplore que « toutes les forces vives entrent dans l’administration pour remplacer la production de la pomme de terre par celle de la carte de pomme de terre »117. L’on retrouve dans ces lettres la même thématique que dans la conférence vigoureuse prononcée par Louis Billiet, le dirigeant de l’Union des intérêts économiques, dans différentes villes de province en 1943. Il dénonce les « équipes de théoriciens dirigistes venus des horizons politiques les plus divergents mais se rencontrant sur un point précis, réguler l’économie par voie d’autorité [...], appliquer leurs théories ». Billiet cite à plaisir les métaphores d’industriels déplorant la construction de « gratte-ciel pour abriter des gratte-papier » ou expliquant, résignés : « Les lettres C.O. étant le symbole chimique de l’oxyde de carbone, ne pouvaient, évidemment, que provoquer l’asphyxie ». Il exprime enfin la volonté de retour au libéralisme, à la fois suppression des contraintes et restauration de l’initiative, de la concurrence et du profit118.

  • 119 PPMLG, lettre de A. Barriol, rédacteur en chef du Journal de la Société de statistique de Paris, d (...)
  • 120 Journal de la Société de statistique de Paris, février 1941.

33Approbatrice encore, cette lettre du rédacteur en chef du Journal de la Société de statistique de Paris illustrant bien la liberté de ton qui règne dans cette correspondance privée et qui contrebalance les propos publics plus policés : « Vous n’avez pas craint », écrit-il, « de dire quelques vérités tout haut et que beaucoup pensent tout bas, sauf les profiteurs des comités de désorganisation. En tout cas j’ai bien ri en voyant que la préface était signée de Bichelonne. C’est de l’humour ou je ne m’y connais pas. Mais le bijou est dans la citation de notre ami Montesquieu : je doute fort que les Béotiens des censures aient compris exactement puisque le préfacier lui-même n’a pas relevé l’allusion »119. La Société de statistique de Paris paraît avoir été l’un des bastions libéraux de la France de l’Occupation. Elle a compté parmi ses présidents de nombreux Européens de cœur comme Charles Laurent, Emile Borel, Henri Truchy, Georges-Henri Risler. Le correspondant de Lacour-Gayet, Alfred Barriol, en assure le secrétariat général durant toute la période. Charles Rist en devient le président le 17 janvier 1940 pour une année. Dans le discours d’intronisation de son successeur Victor de Maré, il évoque « l’année tragique » qui vient de s’écouler et affirme sa foi dans les destinées d’une France libre120. Se cantonnant dans des travaux très spécialisés, le journal de la Société ne publie aucune étude se référant directement à l’idéologie du nouveau régime. Mais l’on peut supposer que l’opinion émise par Alfred Barriol n’est pas un point de vue isolé.

  • 121 PPMLG, lettre de E. Sommier du 7 novembre 1942.
  • 122 Maurice Goudard, Défense du libéralisme, Paris, 1944, p. 44.
  • 123 Patrick Fridenson, Histoire des usines Renault. 1. Naissance de la grande entreprise (1898-1939), (...)
  • 124 Patrick Fridenson, « Le patronat français », dans La France et les Français en 1938-1939, dir. Ren (...)
  • 125 Maurice Goudard, Défense..., op. cit., p. 123.
  • 126 Patrick Fridenson, « Le patronat... », op. cit., p. 153.
  • 127 Maurice Goudard, Défense..., op. cit., p. 210-211.
  • 128 Maurice Goudard, Defense... op. cit..
  • 129 Maurice Goudard, Defense..., op. cit., p. 93.
  • 130 Ibid., p. 8.
  • 131 Ibid., p. 108.

34Cet ensemble de lettres fait donc apparaître la communauté de vues existant entre un représentant du grand commerce comme Lacour-Gayet et des industriels comme Goudard et Sommier, et permet de nuancer l’opposition schématique répandue dans les textes administratifs entre les « distributeurs » et les « producteurs ». Edmé Sommier, l’un des grands représentants de l’industrie alimentaire d’un secteur économique pourtant organisé, tout en revendiquant son appartenance « à la catégorie des producteurs », avoue n’avoir « jamais compris cette espèce de campagne menée depuis des années contre les modes de distribution ». Il estime que « l’intérêt du public [est] d’avoir affaire à un millier d’entreprises et non seulement à une vingtaine » et se prononce contre une excessive concentration des entreprises commerciales121. Tous les industriels ne sont donc pas acquis de façon unanime aux idées dirigistes ou même seulement néo-libérales et ne souscrivent pas nécessairement au dogme de la production. De son côté, Maurice Goudard, le directeur des usines Solex, appuie, comme on l’a vu plus haut, la position de Jacques Lacour-Gayet. Son attitude est fort intéressante car ce centralien, inventeur du radiateur centrifuge, devenu l’industriel-roi de la carburation depuis l’ouverture de la première usine Solex en 1910 à Levallois-Perret122, a fait partie de ce groupe d’industriels modernes de l’entre-deux-guerres (les Renault, Citroën, Dautry) conscient des nécessités de « l’impératif industriel », comme l’exprime Patrick Fridenson123. Alors que la France connaissait un retard important en matière de standardisation et d’interchangeabilité des pièces, il fonda en 1926 le Bureau de normalisation de l’automobile. Il est donc l’un des représentants de ces industries modernes (mécanique, automobile, électrotechnique) qui dans les années trente remirent en cause l’hégémonie exercée par l’industrie lourde au sein de la Confédération générale de la production française et qui constituèrent ce « patronat de combat » très hostile aux concessions sociales du gouvernement de Front populaire124. Sur ce dernier point, Goudard ne déroge pas. En 1944, il incarne encore l’image traditionnelle du patron paternaliste et conservateur dans sa conception des rapports sociaux, ayant une vision morale et manichéenne du monde ouvrier : à « l’ouvrier sérieux », il oppose ainsi « le paresseux », « l’ivrogne »125. En revanche, ses options économiques permettent de fournir une nouvelle illustration de l’hétérogénéité et de l’ambiguïté du patronat français stigmatisées par Patrick Fridenson126. L’Occupation ravive visiblement, et accentue peut-être, le libéralisme de Goudard. En adéquation avec ses dires, il démissionne le 5 juin 1942 de la Chambre syndicale des fabricants d’accessoires et pièces détachées d’automobiles, de cycles et appareils aériens qu’il présidait depuis 1923 : « Je ne puis, en effet, assister passivement à la mainmise progressive de l’État sur nos industries [...]. Je ne puis que m’élever avec force contre une néo-bureaucratie envahissante et paperassière [...]. Je ne puis paraître approuver par mon silence, la ruine de l’esprit de concurrence, le découragement des bonnes volontés et la stérilisation des esprits »127. S’insurgeant contre les discours ambiants sur la faillite du libéralisme, il entreprend de dénoncer le dirigisme « seul responsable de nos malheurs » et ses adeptes plus ou moins opportunistes comme Eugène Schueller ou Achille Dauphin-Meunier. Son hostilité s’exerce aussi à l’encontre de l’ancienne CGPF, « Confédération générale des patrons-fonctionnaires », « truffée de dirigistes » depuis sa réorganisation128. Au sein de celle-ci, il se présente comme ayant été « presque seul à défendre le passé »129. Sa profession de foi libérale a les accents d’un Lacour-Gayet : « Libéral, je fus, le suis et le veux être »130, « Ma pensée dominante sera de revenir au libéralisme intégral non pas à celui de 1939, qui n’en était plus que la caricature, mais à celui qui a fait la gloire et la prospérité de la France, spécialement entre 1871 et 1914 »131. Cette nostalgie d’une Belle Epoque du libéralisme a un caractère utopique qui n’échappe pas à Goudard, de même qu’il pressent que l’on ne pourra rompre brutalement après la guerre avec une direction de l’économie dans certains domaines (matières, transports, logement etc.). Mais elle demeure symptomatique de l’univers mental d’une partie de ces hommes d’affaires nés dans les années 1880 – Goudard naît en 1881, Lacour-Gayet en 1883 – dont les repères sont fixés avant la Première Guerre mondiale et s’effondrent avec elle, et qui vivent dans le souvenir d’un âge d’or reconstitué.

35Ce que livrent donc les bribes de cette correspondance, ce sont d’abord les partisans naturels et inlassables du libéralisme : le grand commerce dont Jacques Lacour-Gayet se fait l’avocat, et aussi les activités de service (assurances, transitaires) qui ont tout intérêt à la liberté de transaction. Mais l’on découvre également au sein d’organismes et d’industries souvent gagnés par la tentation corporatiste ou dirigiste des îlots de résistance idéologique insuffisamment connus et qui gagneraient à devenir l’objet d’études poussées.

Notes

1 Stanley Hoffmann, Essais sur la France, Paris, 1974, chapitre 1, p. 17-40. Le chapitre intitulé « La droite à Vichy » reprend un article paru dans la Revue française de science politique, janvier-mars 1956.

2 Ibid, p. 26.

3 Robert Paxton, La France de Vichy, Paris, 1973, p. 247-254.

4 Ibid., p. 246-247.

5 Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération (1938-1944), Paris, 1979.

6 Christine Roussel, Lucien Romier, Paris, 1979 ; Robert O. Paxton, La France..., op. cit., p. 255, Jean-Pierre Azéma, De Munich op. cit., p. 87 ; René Rémond, Les droites en France, Paris, 1982, p. 234.

7 Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, 1992, t. I, « Politique », p. 556.

8 « Vichy a-t-il été libéral ? », s’interroge Olivier Wieviorka dans la revue Vingtième siècle. Cf. aussi René Rémond, op. cit., p. 233.

9 Robert Aron, Histoire de Vichy, Paris, 1954, p. 331-367.

10 Michèle Cointet, Le Conseil national de Vichy (1940-1944), Paris, 1989, p. 346.

11 Olivier Wieviorka, « Vichy a-t-il été libéral ? Le sens de l’intermède Flandin », Vingtième siècle, n° 11, juillet-septembre 1986, p. 55-65.

12 Olivier Wieviorka, Une droite libérale et moderniste sous l’Occupation : l’exemple de La Vie industrielle, mémoire de maîtrise, Université de Paris-IV, dir. François Caron, 1983.

13 Michèle Cointet, Le Conseil national..., op. cit., p. 47 : « L’importance des libéraux dans l’État français n’est pas une des moindres surprises de l’histoire de l’institution pétainiste (le Conseil national) ».

14 Ibid., p. 77.

15 Ibid., p. 243.

16 Ibid, p. 152.

17 Ibid., p. 238. Extrait de l’article : « La constitution Doumergue », Revue politique et parlementaire, novembre 1934.

18 Michèle Cointet, Le Conseil national..., op. cit., p. 151-152.

19 Ibid., p. 347.

20 Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Paris, 1984, p. 163-165.

21 Michèle Cointet, Le Conseil national..., op. cit., p. 349.

22 Claire Andrieu, La Banque sous l’Occupation. Paradoxes d’une profession, Paris, 1990, p. 132.

23 Jacques Lacour-Gayet, Les charges fiscales des entreprises à commerces multiples, Paris, 1939 ; « Un essai d’économie orientée », Revue de Paris, 15 février 1939.

24 Archives nationales (AN), F 60 335, dossier C2K magasins à prix uniques. Lois du 31 mars 1937 et du 30 mars 1938.

25 Robert Lacour-Gayet, « D’une guerre à l’autre. Souvenirs d’un jeune inspecteur des Finances », Études et documents, III, 1991, p. 421-463.

26 Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (Fenacomult), assemblée générale du 1er mars 1940.

27 Entretiens avec M. Michel Lacour-Gayet, le 19 mars 1992 et le 10 mars 1994.

28 AN, F 60 585, JO du 18 juillet 1940. Cabinet du ministre, arrêté du 15 juillet 1940 : « article 2. M. Jacques Lacour-Gayet, agrégé de l’Université, est chargé de mission. »

29 Disponible à la Bibliothèque de France sous la côte 8° Le 6636. Il s’agit de la note F 874/32, [Fenacomult, Notes, Vif]

30 BDIC, 4° P 3940, Collaboration, octobre 1942-juillet 1944. Cf. la présentation que fait Pascal Ory de ce mouvement dans Les collaborateurs (1940-1945), Paris, 1980, p. 62-63.

31 Guillaume Kérourédan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : l’Association nationale d’expansion économique (décembre 1915-mars 1951), thèse, (dir. Jean Bouvier), Université de Paris-I, 1986, note 1, p. 910.

32 Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Paris, 1977.

33 Ibid., à la date du 14 juin 1941. Pour une analyse approfondie des positions respectives d’Alphand et de Lacour-Gayet, on se reportera à la version dactylographiée de la thèse.

34 Robert Frank, « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique », Relations internationales, n° 32, hiver 1982, p. 502.

35 Loi du 16 août 1940 ; art. 1er : « [...] pourront être dissous par décret les groupements ou organismes professionels dont l’activité se révélerait nuisible au bon fonctionnement d’une branche d’activité ou incompatible avec l’organisation instituée par les dispositions qui suivent. [...] »

36 Cf. infra, la citation faite de Montesquieu.

37 Les expressions de Jacques Lacour-Gayet sont en effet calquées de façon remarquable sur celles des discours de Petain.
– La prostration et la douleur sont deux teintes du paysage mental pétainiste, cf. « la douloureuse période que traverse notre pays » (Message du 29 décembre 1940), « la détresse profonde d’un pays dépouillé » (Discours du 31 décembre 1940).
– L’appel au recueillement et au rachat participent de la culpabilisation collective pétainiste, cf. « Seul le don de soi donne son sens à la vie individuelle (...) chaque Français doit commencer par s’oublier lui-même » (Message du 29 décembre 1940), « le pays tout entier veut se racheter de ses défaillances, des abandons de son passé » (Discours du 19 mars 1941).
– L’appel à l’esprit de sacrifice est un topos bien connu de la rhétorique pétainiste, cf. « Depuis la victoire, l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. » (Appel du 20 juin 1940), « L’esprit de jouissance détruit ce que l’esprit de sacrifice a édifie » (Appel du 25 juin 1940).
– La thématique du chef revient fréquemment aussi, cf « Je vous tiens aujourd’hui le langage du chef » (Message du 30 octobre 1940), « Comprenez bien le sens et la grandeur du nom de chef » (Discours du 1er mars 1941). Cf. Philippe Pétain, Discours aux Français, 17 juin 1940-20 août ¡944, édition établie par Jean-Claude Barbas, Paris, 1989.
L’on peut enfin estimer qu’à la date où il prononce son allocution, le 21 mars 1941, Lacour-Gayet a entendu ou lu le discours du 1er mars 1941 – radiodiffusé à plusieurs reprises et imprimé à plus d’un million d’exemplaires – adressé aux ouvriers, techniciens, patrons et où Philippe Pétain exhorte notamment les patrons au ralliement. L’allocution est en ce sens un gage de bonne volonté donné au régime.

38 Montesquieu, De l’esprit des lois, livre XX, chapitre XIII Ce qui détruit cette liberté.

39 AN, 68 AJ/1, CD, séances des 19 juin 1941, 17 juillet 1941, 18 juin 1942.

40 Ibid., séance du 4 décembre 1941.

41 AN, 68 AJ/1, séance du 2 juillet 1942.

42 Ibid., séances du 2 juillet 1942, du 15 octobre 1942.

43 Ibid.

44 Fenacomult, assemblée générale du 20 mars 1942.

45 Fenacomult, assemblée générale du 20 mars 1942, allocution du président, p. 27-32.

46 Ibid.

47 Fenacomult, assemblée générale du 17 mars 1944, rapport de M. Jacques Lacour-Gayet, président de la Fédération.

48 Dieter Wolf, Doriot. Du communisme à la collaboration, Paris, 1969, p. 173.

49 Ibid., p. 210-212.

50 Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot, Paris, 1986, p. 235.

51 Groupement d’études des grands magasins (GEGM), PV, octobre 1936.

52 Ibid., 31 juillet 1941. Une maison, non nommée, fait savoir qu’elle a répondu à la demande.

53 AN, F 12 9559, dossier « Grands magasins », lettre du Comité d’action contre le bolchévisme, du délégué général L. Case Martin, du 10 décembre 1942.

54 GEGM, PV, 30 avril 1942.

55 Ibid., 24 septembre 1942.

56 Ibid., 9 juillet 1942, 20 juillet 1943, 14 octobre 1943.

57 Ibid., 13 mai 1943.

58 Ibid., 9 juillet 1942.

59 Ibid., Rapport sur l’activité pendant l’Occupation de Legros Ernest, directeur général des magasins du Louvre.

60 AN, F 12 9569, dossier « Société générale », tableau du 1er janvier 1944.

61 AN, F 12 9569, dossier « Jacques Lacour-Gayet » n° 219, lettre au président de la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration, le 1er février 1947.

62 La mise en accusation est faite par le Comité de libération des banques suivant l’ordonnance du 16 octobre 1944 relative à l’épuration dans les entreprises.

63 Annie Lacroix-Riz, « Les grandes banques françaises de la collaboration à l’épuration (1940-1950) : II. La non-épuration bancaire », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale et des conflits contemporains, avril 1986, p. 89-93.

64 Ibid., « I. La collaboration bancaire », janvier 1986, p. 11-12.

65 Ibid., p. 9-10.

66 Ibid., p. 23-24 ; Philippe Verheyde, « Les Galeries Lafayette (1899-1955). Histoire économique d’un grand magasin », Études et documents, IV, Paris, 1994.

67 AN, F 12 9569, dossier « Jacques Lacour-Gayet », op. cit. ; lettre de Jacques Lacour-Gayet au président de la Commission nationale interprofessionnelle d’éducation, le 1er février 1947. Jacques Lacour-Gayet renvoie sur ce sujet au livre de Michel Lacour-Gayet, Un déporté comme un autre (1943-1945), Paris, 1946.

68 Ibid.

69 Entretien du 21 avril 1994 et cf. Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, 1989, p. 79 : « Un seul ami est venu à Lyon présenter ses condoléances à Paulo [ Paulette, fille de Théophile Bader ] Jacques Lacour-Gayet, futur membre de l’Institut, et qui était à l’époque délégué général du Groupement des grands magasins ».

70 Cf. ce jugement porté par Philippe Mioche qui résume l’attitude générale du milieu patronal français durant l’Occupation : « Mise à part une fraction engagée dans la collaboration, ils ont massivement continué à faire leur métier de patron », p. 77, dans Philippe Mioche, « Les entreprises », dans Philippe Buton, Jean-Marie Guillon (dir.), Les pouvoirs en France à la Libération, Paris, 1994, p. 77-95.

71 Jacques Lacour-Gayet, Commerce et économie dirigée, Paris, 1942, p. 41.

72 73

74 Pierre Benaerts, L’organisation professionnelle du commerce, Paris, 1944, préface.

75 Ibid., chapitre « L’avenir de l’organisation du commerce ».

76 AN, 68 AJ/58, dossier 001, conférence de Pierre Benaerts du 15 février 1946, Le commerce en économie dirigée.

77 Jacques Lacour-Gayet, Commerce..., op. cit., préface de Jean Bichelonne.

78 Papiers privés de Michel Lacour-Gayet (PPMLG), dossier de remerciements « Commerce et économie dirigée », lettre de André Toulouse, avocat à la Cour de Paris, 26 octobre 1942.

79 AN, 68 AJ755, dossier « Le commerce. Généralités. CGOC », La Vie industrielle, numéro du 18 novembre 1942.

80 Ibid., Nouveaux Temps, numéro du 18 novembre 1942.

81 Ibid., La Vie industrielle, numéro du 18 novembre 1942.

82 Olivier Lesourd, Guide annuaire économique et corporatif, Paris, 1942.

83 Paul Maquenne, Défense et illustration du commerce organisé, Paris, 1941.

84 Disponible à la BDIC. Droit social, numéro de janvier 1938, avant-propos de la rédaction.

85 Paul Maquenne, « La fonction commerciale et le Comité général d’organisation du commerce », Droit social, numéro d’octobre 1941, p. 63.

86 Henry Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy », op. cit., p. 36-38.

87 Jean-Noël Jeanneney, L’argent caché, Paris, 1984, p. 242-264.

88 Guy Sabin, Jean Bichelonne (1940-1944), Paris, 1991, p. 173.

89 PPMLG, dossier « Commerce et économie dirigée », lettre de Régis Ribes, du 6 novembre 1942.

90 Le fonds CII des Archives nationales (cote 68 AJ/90-144) se révèle décevant dans la mesure où il n’existe pas d’archives des différents services.

91 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 85 : « [...] on substituait à une négociation administration-commerçants une négociation entre professionnels. La vérité m’oblige à dire que cette défausse fut un plein succès ».

92 PPMLG, lettre de René Arnaud, du 6 novembre 1942.

93 Henri Laufenburger, L’intervention de l’État en matière économique, Paris, 1939, p. 24.

94 Ibid, p. 178.

95 Henri Laufenburger, « Contribution à la théorie économique du commerce », L’organisation du commerce dans l’économie dirigée, collection Droit social, avril 1944, p. 2.

96 Ibid., p. 4.

97 AN, 68 AJ/55, sd. Lo, L’évolution de l’activité commerciale en 1943, s.d.

98 Henri Laufenburger, « Contribution... », op. cit., p. 5.

99 CCIP, III - 4.11 (1), dossier « 1940 ».

100 Ibid., dossier « L’organisation professionnelle 1936-1937 ». Rapport adopté le 23 mai 1923 par la CCIP de André Baudet, intitulé Recherche des économies.

101 Ibid., rapport de Vandier déposé le 29 juin 1937, intitulé L’organisation professionnelle.

102 CCIP, III – 4.11 (1), dossier « 1940 ».

103 Ibid., dossier « Économie dirigée ». Documents divers. Rapport présenté par MM. Laguionie et Vandier, le 16 avril 1942.

104 La Vie industrielle, numéro du 10 juillet 1942.

105 CCIP, III - 4.11 (1), dossier « 1940 ». Séance de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris du 25 février 1942.

106 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances .., op. cit., p. 585.

107 G.P. Painvin, « Nécessité de l’initiative privée au sein de l’économie dirigée », Droit social, numéro de juin 1942, p. 77.

108 Ibid., p. 80.

109 PPMLG, dossier « Commerce et économie dirigée », lettre du Soldat-Laboureur (Monoprix) 54, avenue d’Orléans (Paris XIVe) signée de Lucien Dufourcq-Lagelouse, non datée. L. Dufourcq-Lagelouse est le président de la Chambre syndicale des magasins populaires et, comme tel, adhérent de la Fenacomult.

110 Ibid., lettre de La Prévoyance, compagnie d’assurances à primes fixes, dont Lacour-Gayet est un des administrateurs, 29 octobre 1942.

111 Ibid., lettre de Maurice Goudard, « Solex », du 20 novembre 1942. Il s’agit du livre Défense du libéralisme, qui parut clandestinement en décembre 1942 dans une édition ronéotypée, puis officiellement en mai 1944 – cf. Maurice Goudard, Défense du libéralisme, Paris, 1944, introduction de l’éditeur.

112 Ibid., p. 95.

113 Ibid., p. 97.

114 Ibid., p. 96.

115 PPMLG, lettre de Paul Gauthier, non datée.

116 Ibid., lettre de E. Sommier, du 7 novembre 1942.

117 Ibid., signature non identifiée, du 6 novembre 1942.

118 CCIP, III - 4.11(1), dossier « Économie dirigée », conférence de Louis Billiet Que faut-il penser du dirigisme ? juin 1943.

119 PPMLG, lettre de A. Barriol, rédacteur en chef du Journal de la Société de statistique de Paris, du 1er novembre 1942.

120 Journal de la Société de statistique de Paris, février 1941.

121 PPMLG, lettre de E. Sommier du 7 novembre 1942.

122 Maurice Goudard, Défense du libéralisme, Paris, 1944, p. 44.

123 Patrick Fridenson, Histoire des usines Renault. 1. Naissance de la grande entreprise (1898-1939), Paris, 1972, p. 302.

124 Patrick Fridenson, « Le patronat français », dans La France et les Français en 1938-1939, dir. René Rémond et Janine Bourdin, Paris, 1978, p. 139-157 ; Ingo Kolboom, La revanche des patrons, Paris, 1986, p. 237-241. L’expression « patronat de combat » reprise par Ingo Kolboom est due à l’origine à Aimée Moutet, cf. note 9, p. 282.

125 Maurice Goudard, Défense..., op. cit., p. 123.

126 Patrick Fridenson, « Le patronat... », op. cit., p. 153.

127 Maurice Goudard, Défense..., op. cit., p. 210-211.

128 Maurice Goudard, Defense... op. cit..

129 Maurice Goudard, Defense..., op. cit., p. 93.

130 Ibid., p. 8.

131 Ibid., p. 108.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable