Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Troisième partie. Commerce et libéralisme à l’épreuve de la guerre

Chapitre VI. Le commerce, parent pauvre de la réorganisation administrative de Vichy

Texte intégral

  • 1 Cf. D. Barjot, H. Rousso, « Introduction. Un champ de recherche en profond renouvellement », dans (...)

1Le grand commerce fait partie des secteurs encore peu couverts par l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale1. Pourtant les archives du Comité général d’organisation du commerce (CGOC) existent, sont très riches, et couplées avec d’autres sources, permettent d’apporter des éléments inédits sur la création de ce comité à la structure originale, sur la place qu’y tinrent les syndicats patronaux, et, au-delà, sur le rôle dévolu à la distribution au sein du nouvel appareil administratif mis en place par Vichy. Grâce aux travaux de Michel Margairaz, on dispose maintenant d’une étude approfondie sur la mise en place rapide de cet appareil. Elle est l’œuvre des hauts fonctionnaires dont la compétence avait été requise lors du retour aux Finances de Paul Reynaud, en novembre 1938, et dont Vichy consacre la promotion à des postes de responsabilité. Elle est motivée par deux soucis majeurs : la crainte du vide de l’État, engendré par la dispersion des services administratifs, et la peur de la défection des responsables privés, susceptible de provoquer des troubles sociaux, dans un contexte de désarroi moral profond et de pénurie matérielle. Plus qu’un rétablissement des services essentiels, la nouvelle équipe dirigeante entreprend une refonte importante des structures administratives afin de faire face aux contraintes nées de la guerre et aux exigences allemandes, mais aussi en fonction de considérations idéologiques, qui s’affirment dans les mois suivants. Tandis qu’Yves Bouthillier constitue un secrétariat d’État à l’Économie nationale et aux Finances, René Belin et Jean Bichelonne posent les fondements du nouvel appareil de direction industrielle et commerciale. C’est à l’examen rapide de ce dernier que nous nous attachons en premier lieu afin de mettre en place la structure générale dans laquelle s’inscrit, à partir du 4 mai 1941, le CGOC, né de la pression exercée par le grand commerce.

I. LES GRANDES ÉTAPES DE LA RÉORGANISATION

2Le ministère du Commerce et de l’Industrie offre à la veille de la guerre des structures inadaptées, dont on ne prend conscience qu’avec retard et qui justifient une réorganisation. Mais il disparaît aussi, victime de considérations de nature plus idéologique qui le sacrifient sur l’autel de l’industrie, et partant de l’économie dirigée.

A. LA DISPARITION DU MINISTÈRE DU COMMERCE

  • 2 Henri Culmann, À Paris, sous Vichy, Paris, 1985; Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Paris, 1977. (...)
  • 3 Ibid., p. 61.
  • 4 Archives nationales (AN), F 37 28, d. Effectifs et attributions du ministère du Commerce, avril 19 (...)
  • 5 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 75.
  • 6 Ibid., p. 62.
  • 7 Hervé Alphand, L’étonnement..., op. cit., à la date du 11 décembre 1939.
  • 8 Ibid., à la date du 10 septembre 1939.
  • 9 Hervé Alphand mentionne de façon elliptique ce changement, le 10 septembre 1939, en signalant qu’i (...)
  • 10 AN, F 37 28, d. Effectifs et attributions du ministère du Commerce, septembre 1939.

3À en croire les témoignages de deux hommes de la même génération, ayant travaillé dans ce ministère dans les années précédant la guerre, mais que les choix politiques opposent totalement, Henri Culmann et Hervé Alphand, le ministère du Commerce se contentait d’une gestion des affaires courantes et se désintéressait des problèmes nouveaux2. Ancien élève de l’École des hautes études commerciales, entré à l’Inspection générale des Finances, Henri Culmann commença sa carrière ministérielle en 1938, comme chef-adjoint du cabinet du ministre du Commerce Pierre Cot, puis de son successeur Fernand Gentin. Il était secrétaire général du comité des transports parisiens quand la guerre éclata. Sa vision sacrifie au mythe d’une République décadente, soumise aux groupes de pression, réglant les problèmes par à-coups, sans vision d’ensemble. Pour lui, les ministères techniques que sont le Travail, l’Agriculture et le Commerce, étaient conçus « non en vue d’une action positive, mais en application d’un critère d’intérêts à défendre »3. Il faut rappeler qu’au début de 1939, le ministère du Commerce repose toujours sur les quatre directions traditionnelles que sont celle de l’Administration générale, de l’Expansion économique et de l’Information économique, celle des Affaires industrielles et commerciales, celle des Accords commerciaux et celle de la Propriété industrielle4. Or, selon Culmann, la gestion des intérêts défendus par ce ministère, « limité à une clientèle de patrons », passait par une politique de bascule entre les Accords commerciaux, de tradition libre-échangiste, et les Affaires industrielles et commerciales, de tendance protectionniste5. La recherche permanente d’un équilibre entravait la mise en place d’une politique d’ensemble efficace. De cela découle l’inadaptation du ministère aux exigences de la mobilisation – « Une telle base psychologique était aux antipodes de l’action économique qui s’imposait au gouvernement d’un pays enfermé dans un blocus, rançonné par l’Occupant »6 -idée à laquelle souscrit de son côté Hervé Alphand. Ce dernier est devenu directeur des Accords commerciaux, à moins de trente ans, en janvier 1937, grâce au soutien du ministre Paul Bastid. En phrases lapidaires, il fustige la médiocrité des derniers ministres du Commerce (Fernand Gentin, Louis Rollin, Albert Chichery) et la légèreté de ceux qui avaient la tâche de préparer la guerre économique7. Seul, il aurait tenté de réorganiser son propre service, « rouage central bien huilé » au milieu de mécanismes grippés, mais se serait heurté aux compétences nouvelles du ministère de l’Armement, du haut commissariat à l’Économie nationale et des chargés de mission d’achat à l’étranger8. Il importe de nuancer ces deux témoignages sur l’inadaptation structurelle du ministère en mentionnant les changements intervenus en septembre 1939. À cette date, si les directions de l’Administration générale et de la Propriété industrielle conservent leur dénomination, celle des Accords commerciaux devient la direction du Commerce extérieur9 et celle des Affaires commerciales et industrielles, la direction de la Production. Leurs directeurs respectifs Alphand et Lécuyer sont maintenus à leur poste10. Cette restructuration tardive demeure sans doute très formelle. Elle n’en indique pas moins la prise de conscience des exigences nouvelles nées de la mobilisation et le réajustement opéré en fonction de nouveaux impératifs : les échanges extérieurs, la production. Il y a donc lieu de souligner la place de cette étape entre la configuration traditionnelle du ministère du Commerce de l’entre-deux-guerres et la nouvelle, établie par Vichy. Le remembrement opéré par Vichy s’inscrit dans la continuité d’objectifs que la République sur le pied de guerre a eu le temps de fixer.

  • 11 Hervé Alphand, L’étonnement..., op. cit., à la date du 13 juin 1940.
  • 12 Ibid., à la date du 21 juillet 1940.
  • 13 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, Paris, 1950, p. 154, note 1.
  • 14 Henri Culmann, À Paris, op. cit., p. 61-62.
  • 15 Pour plus de détails, cf. Michel Margairaz, L’État, les finances, op. cit., p. 518-519.
  • 16 Cité dans Robert Catherine, L’Industrie, Paris, 1965, p.VII.
  • 17 Sur le développement d’une « politique industrielle », cf. Henry Rousso, « Le ministère de l’Indus (...)
  • 18 René Belin fut chargé de l’élaboration de la loi du 16 août 1940 et devint le premier ministre de (...)
  • 19 AN, F 37 28, d. Effectifs... Dans les observations préliminaires à l’organisation du nouveau minis (...)

4Lors de la débâcle, le ministère de Commerce n’échappe pas à la dissolution de ses services. Hervé Alphand raconte comment le dernier ministre du Commerce, le radical-socialiste Albert Chichery se retrouva le 13 juin 1940 au château de Siran d’où il dispersa ses collaborateurs : « Chacun peut aller désormais où bon lui semble ; trois mois de traitement seront payés, et, ni vu, ni connu, disparaissez dans la nature »11. Un mois après a lieu le premier démantèlement officiel du ministère du Commerce. Convoqué par Yves Bouthillier, Alphand se voit proposer de remplacer à New York l’attaché financier Paul Leroy-Beaulieu. L’explication fournie par Alphand est celle d’un complot ourdi contre lui par Bouthillier – que lui aurait confirmé un collaborateur de celui-ci Jean Ripert – pour s’être rangé parmi les « bellicistes » 12. Bouthillier a justifié cet acte dans ses mémoires. Lors de la formation de son cabinet, Pétain avait fait passer Chichery du Commerce à l’Agriculture, et joint, le 16 juin, le portefeuille du Commerce à celui des Finances détenu par Bouthillier. « Dans la réorganisation du 12 juillet, j’ai maintenu au ministère des Finances, la direction du Commerce extérieur », ajoute Bouthillier. « Il est nécessaire que le ministre du Contrôle des changes soit en même temps ministre du Commerce extérieur »13. Après le transfert de la direction du Commerce extérieur aux Finances, les trois directions restantes sont intégrées par la loi du 27 septembre 1940 au ministère de la Production industrielle. Cette « sorte de Chimère ministérielle »14 est composée de seize anciennes directions, issues des ministères des Travaux publics, de l’Armement, du Travail et du Commerce, et d’un bureau du ministère de l’Intérieur15. Elle s’installe dans les locaux de l’ancien ministère du Commerce, qui comme le fait remarquer F.-L. Closon fut en définitive, un « porte-greffe » pour celui de l’Industrie : « C’est à partir de son assise et même sur son implantation immobilière que le ministère de l’Industrie est né »16. L’absorption du ministère du Commerce par celui de la Production industrielle reflète de façon symbolique les partis pris économique et idéologique du régime de Vichy. En retirant à un ministère du Commerce indépendant la direction de la Production et en faisant de cette dernière le cœur du nouveau système, l’on renversait la logique qui avait jusqu’ici orienté la vie économique17. La soumission nouvelle de toutes les étapes de transformation et de commercialisation d’un produit au ministère de la Production, l’organisation verticale de celui-ci impliquaient un contrôle par l’État de la vie économique dans son ensemble qui battait en brèche le libéralisme officiel de la Troisième République. Par conséquent, si l’on peut admettre une part d’improvisation dans la mise en place du nouvel appareil industriel et commercial sous le coup des urgences de l’heure, que revendique notamment René Belin18, l’analyse approfondie des restructurations du ministère, des motivations exprimées par les dirigeants et du rapport de forces existant entre le secteur de la production et celui de la distribution fait apparaître la volonté croissante de soumettre la vie économique à la logique de la production et au dogme de l’économie dirigée19. Les tâtonnements supposés des débuts ne peuvent être étendus aux quatre années de fonctionnement qui ont suivi et qui marquèrent un renforcement constant de la logique de la production aux dépens de la distribution. Il y a donc lieu de revaloriser dans ce secteur l’importance des débats idéologiques. Dans le cadre du conflit entre la production et la distribution, on se demandera en particulier dans quelle mesure le Comité général d’organisation du commerce a constitué, au cœur du système, un des noyaux d’opposition idéologique au régime de Vichy.

B. LA CRÉATION DU MINISTÈRE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE

  • 20 AN, F 60 10157, d. 221-H2, « Rapport sur l’activité du MPI du 15 juillet au 15 novembre 1940 ».
  • 21 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 188.
  • 22 Michel Margairaz, L’État, les finances, .... op. cit., p. 691-697, p. 699-703.

5Le ministère de la Production industrielle ne demeure pas longtemps cet « amas inorganique de services provenant d’administrations multiples » que dépeint René Belin dans un rapport de juillet 194020. Il est organisé par la loi du 27 septembre 1940 en trois secrétariats généraux : celui de l’Energie confié à Henri Lafond, celui de l’Industrie et du Commerce à Jean Bichelonne et celui de la Main-d’œuvre et des Assurances sociales à Francis Million. Chaque secrétariat a le contrôle de directions sectorielles. Cette organisation verticale reste imparfaite dans la mesure où demeurent des directions et des services dont les attributions recoupent horizontalement les secteurs verticaux : l’artisanat, la propriété industrielle, les prix etc. En outre, la direction du Commerce intérieur a été en avril 1942 directement rattachée à Bichelonne, devenu secrétaire d’État. C’est en vertu de la recherche d’un verticalisme accompli qu’a lieu, en janvier 1943, la grande réorganisation du ministère. Un secrétariat général à la Production est créé, coordonnant quinze directions sectorielles, confié à René Norguet, tandis qu’un secrétariat général à l’Organisation industrielle et commerciale, regroupant sept directions et services, est attribué à Henri Culmann21. On doit relever la concomitance de cette réorganisation de janvier 1943 avec l’intégration accrue de l’économie française dans le système hitlérien à la même époque. En application de la loi du 17 décembre 1941 sur l’aménagement de la production est promulgué le décret du 24 août 1942, prévoyant des fermetures provisoires d’usines, décidées par arrêté du ministère de la Production industrielle. Le bilan en est limité à cause de l’inertie opposée par les services français et la résistance de certains comités d’organisation. Les autorités allemandes décident alors au printemps 1943 d’intervenir en aval de la production et de renforcer les pouvoirs de l’Office de répartition. L’arrêté du 20 avril 1943 crée à cet effet une Section des produits finis et des matières diverses, afin d’orienter de façon plus efficace la fabrication vers les besoins de la Wehrmacht. Michel Margairaz a bien souligné le renforcement des structures du dirigisme industriel et en a détaillé les étapes22. De fait, la restructuration interne du ministère de la Production industrielle accroît la pression dirigiste en renforçant la centralisation du secteur de la production et en marginalisant le secrétariat général à l’Organisation industrielle et commerciale, dont les compétences en matière industrielle sont dorénavant à peu près nulles. Les directions industrielles de l’ancien secrétariat général de l’Industrie et du Commerce – direction des Industries mécaniques, direction des Industries chimiques, direction des Industries textiles et du Cuir et direction du Bâtiment et des Matériaux de construction – ont en effet été intégrées au nouveau secrétariat général à la Production. La direction du Commerce intérieur, éclatée, perd de son importance. Les quinze directions sectorielles de la Production écrasent les sept directions et services de l’Organisation, au regroupement très artificiel. Le secrétariat général à la Production devient le pivot du ministère et l’interlocuteur principal de services de la répartition. Il participe de l’intégration par l’aval de l’économie française.

  • 23 Cf. FNSP, Le gouvernement de Vichy (1940-1942), op. cit., p. 203-207.
  • 24 JO, 18 août 1940, n° 205, p. 4731-4733.
  • 25 Souligné par nous.
  • 26 Cf. FNSP, Le gouvernement de Vichy (1940-1942), op. cit., p. 205.
  • 27 Michel Margairaz. L’État, les finances,... op. cit., p. 513-518.

6Dès l’origine du régime de Vichy s’est affirmée la prééminence du secteur industriel. Une explication a été fournie par René Belin lors du colloque organisé en mars 1970 par la Fondation nationale des sciences politiques : il s’agissait de devancer toute initiative allemande en la matière – qui s’amorçait dans le Nord et le Pas-de-Calais rattachés à l’administration militaire allemande de Bruxelles – et de se donner les moyens d’administrer la pénurie. Le premier moyen était de connaître précisément ce dont on disposait en matières premières, en main-d’œuvre et en biens de production. Un souci d’efficacité, non des considérations idéologiques, guidait les premières décisions23. De fait, le rapport au maréchal Pétain présentant la loi du 16 août 1940 portant création des comités d’organisation24, sorte de loi-cadre du nouvel edifice industriel et commercial, se situe de façon explicite dans la continuité de la loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation de la nation en temps de guerre. Celle-ci envisageait que le contrôle du gouvernement s’exerçât sur le recensement des moyens de production, l’organisation de la répartition des matières premières, la réglementation des échanges etc. Elle permettait une direction renforcée de l’économie par l’État. À la suite de la rupture des échanges extérieurs de la France, la loi du 16 août 1940 se concentre sur la réorganisation de l’économie intérieure. Elle porte une attention exclusive au problème de l’organisation de la production. Son article 2 instaure, dans chaque branche d’activité, un comité d’organisation chargé du recensement des entreprises et de l’arrêt des programmes de production et de fabrication. Il s’adresse aux seules entreprises industrielles. Celles visées en priorité sont, d’après le rapport, les entreprises produisant des biens de première nécessité, celles qui manquent de commandes et de matières premières et celles dont il convient de réorienter la production en fonction de l’intérêt général. Le sort des entreprises commerciales est laissé dans l’ombre. Mais une première intégration de la distribution dans l’appareil producteur est mise en place au troisième point de l’article 2. Il y est stipulé que le comité d’organisation sera chargé « d’organiser l’acquisition et la répartition des matières premières et produits nécessaires aux fabrications de la branche d’industrie considérée »25, ce qui revient à contrôler en amont le processus de distribution. Dans les faits, ce rôle est assuré par l’Office central de répartition des produits industriels (OCRPI), créé par la loi du 10 septembre 1940. René Belin en attribue la paternité aux Allemands qui marquèrent la nécessité de dissocier, en deux organismes distincts, la répartition des produits élémentaires des priorités de production : « En fait, les comités d’organisation ne pouvaient être, au mieux, que des répartiteurs secondaires, après qu’eussent été réparties entre eux, par un organisme spécial, les quotités de matière et d’énergie disponibles à l’échelle nationale26 ». Les comités d’organisation perdent donc en pratique leur pouvoir de répartition et sont subordonnés à l’OCRPI, placé sous l’autorité d’un secrétariat à la Répartition, créé le 27 septembre 1940 au sein du ministère de la Production industrielle. Ils répartissent entre leurs ressortissants le « grand » produit qui leur a été attribué par une des douze sections spécialisées de l’OCRPI27. La commercialisation du produit fini n’est pas abordée par la loi du 16 août 1940. La prééminence du secteur industriel a donc, dans un premier temps, marginalisé la partie commerciale du nouvel appareil de direction. Cela peut expliquer en partie la méconnaissance que nous en avons eue jusqu’ici. Il était donc nécessaire de procéder à l’analyse de la situation de l’administration de la distribution et du rôle dévolu à la direction du Commerce intérieur durant l’Occcupation.

C. LA DIRECTION DU COMMERCE INTÉRIEUR

  • 28 Les secrétaires d’Etat à la Production industrielle sont successivement : René Belin (juin 1940-fé (...)
  • 29 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 91. Il s’agit du Dr Posse, cf. AN, AJ 40/781, dossier 8. (...)
  • 30 Ibid., p. 92-93.
  • 31 Ibid., p. 92.
  • 32 Ibid, p. 95-96.

7Au sein du nouveau ministère de la Production industrielle28 se trouve, parmi les trois secrétariats généraux, le secrétariat général à l’Industrie et au Commerce. Il regroupe cinq directions. Quatre sont consacrées à des branches industrielles, la cinquième est la direction du Commerce intérieur, relique de la direction des Affaires industrielles et commerciales du ministère du Commerce. Elle comporte trois domaines originaux nés des nécessités de l’Occupation et confiés à Henri Culmann, nommé directeur-adjoint le 20 décembre 1940 : l’organisation professionnelle, le rationnement non alimentaire et les industries diverses. La première tâche de la direction, dès la nomination de Culmann, est la mise en place du Comité général d’organisation du commerce. À la création et au fonctionnement de celui-ci, nous consacrerons un développement particulier et approfondi. La direction a également à traiter du problème du rationnement non alimentaire. Il porte essentiellement sur les produits textiles et les chaussures. D’après le témoignage d’Henri Culmann, il fut mis conjointement en place par la direction et les autorités allemandes, en l’occurrence, le referat du commerce29. Le système est le suivant. À la direction du Commerce intérieur est dévolue l’élaboration des règles régissant les rapports entre les produits et les consommateurs, c’est-à-dire la définition des besoins de telle catégorie de consommateurs et l’attribution conséquente de points ou de bons de rationnement aux membres de cette catégorie. Les administrations préfectorales et municipales sont chargées de la distribution effective des titres de rationnement. Mensuellement, les titres remontent aux services de la Répartition permettant d’acquérir une image précise des ventes et de favoriser les nouvelles productions nécessaires à la reconstitution des stocks. En fonction des possibilités de production future, les services de la répartition déterminent les ventes possibles en augmentant ou en réduisant les crédits de compte ouverts à un commerçant30. Le rôle du Commerce intérieur est donc la gestion et la répartition des produits mis à disposition par la Répartition. Il lui revient la charge de classer les différents types de consommateurs (nouveaux-nés, enfants, agriculteurs, jeunes mariés etc.)31. Elle doit aussi traiter, au début de l’Occupation, du problème des stocks détenus par les commerçants au moment de l’entrée en vigueur du rationnement. Les autorités allemandes souhaitent que ces stocks alimentent le rationnement, ce qui permettrait à la Wehrmacht de disposer immédiatement d’un plus grand nombre de matières premières. Henri Culmann se targue d’avoir réussi, avec le concours du Secours national et des préfectures de province, à maintenir et écouler ces stocks hors contingent, sans que les autorités allemandes en aient pris connaissance32. La direction du Commerce intérieur s’occupe enfin des industries diverses (bois, papier, industrie frigorifique...) et des comités d’organisation qui leur sont attachés. À côté de ces tâches nouvelles, qui sont du ressort du directeur-adjoint, le service de l’Administration générale de l’ancien ministère du Commerce est maintenu sous la tutelle du directeur du Commerce intérieur.

  • 33 Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), III – 4.11(2), Brochure du 16 juin 1941 du sec (...)
  • 34 Henri Culmann, À Paris,..., op. cit., p. 112.
  • 35 Bulletin central du CGOC (1942-1944), numéro du 10 octobre 1942, p. 34.
  • 36 René Villemer, « La création, l’extension et le transfert des établissements commerciaux, industri (...)
  • 37 Henri Culmann, A Paris,..., op. cit., p. 129-131. Henry Rousso nous a permis de lire l’entretien q (...)
  • 38 Henri Culmann, À Paris op. cit., p. 187.
  • 39 Ibid., p. 188-189.
  • 40 Ibid., p. 226.

8Six mois après sa première nomination, Henri Culmann est promu par Jean Bichelonne à la tête du Commerce intérieur. Il y reste du 27 juin 1941 au 20 janvier 1943 marquant son passage par une réorganisation de la direction. L’ascension rapide d’Henri Culmann doit être comprise comme la promotion d’un homme jeune et ambitieux, aux dépens de deux fonctionnaires en place depuis longtemps, Bouffandeau et Lécuyer, peut-être moins convaincus que lui de l’importance de leur mission au sein du nouveau régime. Culmann confie au sous-directeur la partie traditionnelle de la direction : l’Administration générale qui traite du droit commercial, des chambres de commerce, des foires et expositions, et des poids et mesures33. Il lui délègue de surcroît sa signature dans « la partie la plus désagréable de nos attributions : l’application du décret du 9 septembre 1939 qui, pour sauvegarder les intérêts des mobilisés – et, ultérieurement, des prisonniers – soumettait à autorisation administrative toute ouverture ou extension d’entreprises »34. Sur ce point pourtant très important, Culmann n’apporte pas d’autre précision. En fait, ce décret-loi soumet toute création, extension ou tout transfert d’entreprises commerciales, industrielles ou artisanales à autorisation préfectorale. Il a été conçu pour préserver les intérêts des commerçants mobilisés, mais l’armistice signé, il n’a connu aucune modification. Les comités d’organisation figurent parmi les organismes consultés par les préfets durant l’Occupation. C’est ainsi que le CGOC est appelé à donner son avis quand il s’agit d’entreprises commerciales. À partir du 28 juillet 1942, les dossiers ne sont plus examinés par lui, mais par le comité d’organisation particulier qui contrôle le commerce intéressé. Le service juridique du CGOC n’est consulté qu’en cas de recours ou d’espèce35. Le décret permet en théorie de contrôler le nombre des entreprises commerciales, mais on prend conscience assez rapidement de ses limites. Son manque d’efficacité alimente le débat sur la concentration des entreprises. La polémique devait repartir de plus belle à la Libération. Son maintien a été également dénoncé comme une des manifestations les plus flagrantes du contrôle renforcé exercé par l’État sur la vie économique. « Arme de défense pour l’arrière-front des commerçants appelés sous les drapeaux, le décret devenait instrument d’économie dirigée »36. Henri Culmann garde en revanche sous son autorité directe les bureaux de l’organisation professionnelle, du rationnement non alimentaire, des industries diverses et celui des affaires juives. C’est par le biais des indemnisations aux magasins fermés qu’il évoque ces dernières. Il se contente de mentionner, de façon très elliptique, deux cas, celui des Galeries Lafayette de Paris et celui des chaussures André, mais il ne détaille pas la position de sa direction en matière d’aryanisation37. En avril 1942, lorsque Jean Bichelonne devient secrétaire d’État à la Production industrielle, la direction du Commerce intérieur lui est directement rattachée. Le 20 janvier 1943, Henri Culmann est nommé secrétaire général à l’Organisation industrielle et commerciale. Il bénéficie de la réorganisation du ministère précipitée par la démission de Henri Lafond, le secrétaire général à l’Energie, qui ne souhaitait pas devenir « complice d’une orientation gouvernementale qui lui déplaisait de plus en plus »38. Comme indiqué plus haut, le nouveau secrétariat général a sous son autorité sept directions et services dont quatre (direction de la Propriété industrielle, Service de l’artisanat, Service des licences d’importation, Service des prix) préexistaient, et trois procèdent de l’éclatement de la direction du Commerce intérieur. Cet éclatement entraîne la nomination de trois directeurs : à l’Organisation professionnelle, un ingénieur en chef de l’artillerie navale Cler-get, aux Industries diverses un jeune conseiller d’État Olive, et au Commerce intérieur remanié Pierre de Calan39. Pour Culmann, le temps des grandes réformes est alors passé. Il demeure à son poste jusqu’en août 1944, assurant quelques mois avant la Libération, l’intérim de René Norguet, directeur des Industries mécaniques devenu, en janvier 1943, secrétaire général à la Production, et qui vient d’être arrêté par les Allemands. À l’en croire, il aurait failli être nommé secrétaire d’État à la Production industrielle au début de l’année 1944 car Bichelonne souhaitait être déchargé d’une de ses fonctions ministérielles40. Au sein du ministère de la Production industrielle, la direction du Commerce intérieur est donc, de décembre 1940 à août 1944, un rouage important de l’administration de la distribution en France. C’est d’elle que dépend le Comité général d’organisation du commerce (CGOC), comme en atteste la présence de son directeur en tant que commissaire du gouvernement aux séances du comité de direction du CGOC, même après la réorganisation de janvier 1943.

II. CRÉATION ET ATTRIBUTIONS DU COMITÉ GÉNÉRAL D’ORGANISATION DU COMMERCE

A. UNE CRÉATION SOUMISE À UNE DOUBLE PRESSION

1. Les revendications du grand commerce

  • 41 Paul Maquenne, Défense et illustration du commerce organisé, Paris, 1941.
  • 42 Jacques Lacour-Gayet, Commerce et économie dirigée, Paris, 1942, chapitre 1.
  • 43 Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (Fenacomult), assemblée générale (AG) d (...)
  • 44 Loi du 16 août 1940, art. 8 : « Les syndicats, associations, groupements et organismes quelconques (...)
  • 45 Fenacomult, AG du 21 mars 1941, allocution du Président.
  • 46 Ibid., rapport du comité directeur.
  • 47 AN, 68 AJ/1, comité de direction (CD), 1re séance, jeudi 29 mai 1941.
  • 48 Henri Culmann, À Paris, ..., op. cit., p. 53.
  • 49 Ibid., p. 85. Pierre Benaerts mentionne 19 rédactions successives, cf. AN, 68 AJ/1, CD, 1er séance
  • 50 Henri Culmann, À Paris..., op. cit., p. 85-86.
  • 51 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet, le 19 mars 1992. En janvier 1941, dans une lettre de Henri (...)
  • 52 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 86.

9La création du Comité général d’organisation du commerce est tardive et difficile. La loi-cadre date du 16 août 1940. À la fin de 1940, une quinzaine de comités d’organisation ont été créés – les comités des automobiles, du matériel ferroviaire, des cuirs, de la sidérurgie etc. –, tous organisent une branche d’activité industrielle. Les représentants du commerce multiplient les pressions afin que l’organisation du commerce ne soit pas oubliée par la nouvelle administration, comme en atteste une série d’articles donnés par Paul Maquenne à La Vie Industrielle, quotidien économique41. Dès la loi du 16 août, ils plaident en faveur d’une application « horizontale » du texte et réclament que la distribution ne soit pas soumise à la seule initiative de chaque branche de production42. Parmi eux, la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples de Jacques Lacour-Gayet revendique un rôle hégémonique43. Elle s’est en effet imposée comme la représentante de toutes les entreprises à commerces multiples, tenant la place assignée par la loi du 16 août 1940 aux groupements antérieurs aux comités d’organisation44. Elle est intervenue, dès le 26 août45, auprès des pouvoirs publics en faveur de la création d’un comité d’organisation du commerce, afin d’éviter que les organisations commerciales ne deviennent de simples dépendances des industries organisées : « L’organisation du commerce dérive logiquement de celle que se donnent les industries, mais elle ne saurait se morceler en autant de groupes autonomes qu’il existe de catégories de produits, sans qu’il en résulte de sérieux inconvénients »46. Dans sa brève allocution d’ouverture de la première séance du comité de direction du CGOC, le 29 mai 1941, Jean Bichelonne justifie les difficultés de constitution de ce comité d’organisation. Il les impute à trois causes : la pluralité et l’enchevêtrement des compétences ministérielles, les dispositions prises en 1938 pour le fonctionnement de l’économie de guerre, qui réservent à chaque service public responsable d’une branche de la production ou de l’approvisionnement, le contrôle de toutes les opérations affectant les produits considérés, et surtout l’urgence qui imposait de donner la priorité à l’organisation de la production47. Henri Culmann est donc nommé le 20 décembre 1940 directeur-adjoint du Commerce intérieur avec pour mission de « construire le plus grand de tous les comités d’organisation – celui du Commerce »48. Plus de quatre mois sont nécessaires à son élaboration et 17 versions du projet de décret, si l’on en croit Culmann49. Le Comité général d’organisation du commerce est enfin créé par le décret du 4 mai 1941. Culmann imagine une organisation professionnelle à deux étages, structure apte à couvrir la diversité des commerces : « Au sommet, un comité général pour ce qu’il y avait de commun à tous les commerces, et des comités particuliers subordonnés pour ce qu’il y avait de différent ». L’administration se charge de créer le degré supérieur, où doit être représentée chaque grande catégorie du commerce, et laisse aux professionnnels le soin d’établir les comités particuliers. Dans la constitution du CGOC, Culmann dit avoir été aidé par les relations nouées avant la guerre lorsqu’il travaillait au ministère du Commerce, et principalement par Jacques Lacour-Gayet : « La première personne à qui je pensai, parce que c’était celle que je connaissais le mieux et à un double titre, fut le représentant des grands magasins, M. Jacques Lacour-Gayet [...]. C’est principalement grâce aux avis de M. Jacques Lacour-Gayet que je fus en mesure assez rapidement de composer un Comité ». Il avait rencontré en effet Jacques Lacour-Gayet lors de réunions au ministère du Commerce et de l’Industrie. Il connaissait d’autre part le frère de ce dernier, Robert, chef de service de l’Inspection générale des finances, auprès duquel il avait été chargé de mission50. Né en 1896, cadet de douze ans de Jacques Lacour-Gayet, Robert Lacour-Gayet était entré premier à l’Inspection générale des finances en 1921. À la suite de la proposition d’Olivier Moreau-Néret, alors directeur-adjoint du Mouvement général des Fonds, et sur les encouragements de son frère qui attachait un grand intérêt à sa carrière, il était devenu attaché financier aux États-Unis de 1924 à 1930. Il avait ensuite assumé la responsabilité de directeur des études économiques à la Banque de France où, à partir de 1935, il avait, en compagnie du nouveau gouverneur Tannery, soutenu la politique de déflation conduite par Pierre Laval et défendu le maintien de l’étalon-or. Cette attitude lui valut des « haines féroces » et d’être victime de « sanctions » après le triomphe du Front populaire : il fut remis à la disposition du ministre des Finances, Vincent Auriol à l’époque. Il avait alors été nommé chef du service de l’Inspection des finances à la fin du printemps 1939. Selon M. Michel Lacour-Gayet, son père fut sollicité par Jean Bichelonne en personne pour diriger le CGOC. Mais il aurait choisi d’en confier la responsabilité à l’un de ses amis Pierre Benaerts, qui devint le délégué général responsable du CGOC51. Culmann se félicite du « choix proprement miraculeux » de ce dernier, qui, « en sa qualité première d’historien [...] ne pouvait à aucun degré passer pour un suppôt du grand capitalisme »52.

  • 53 Pierre Benaerts, Les origines de la grande industrie allemande, Paris, 1932; id., Borsig et les dé (...)
  • 54 CCIP, I – 8. 63 (1). Fédérations (1903-1957). Rapport de Pierre Benaerts sur l’activité de la Conf (...)
  • 55 Ibid., p. 7.
  • 56 Henry Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mond (...)
  • 57 Pierre Benaerts, L’organisation professionnelle du commerce, Paris, 1944, préface.

10Agrégé d’histoire et de géographie, docteur ès lettres53, Pierre Benaerts avait, de fait, quitté l’Université pour devenir en juin 1933 le délégué général de la Confédération nationale des commerces et industries de l’alimentation (CNCIA), poste important dans la mesure où le secteur alimentaire occupait alors 17 % de la population industrielle et commerçante, au second rang derrière le secteur textile. La CNCIA venait d’être créée en mars 1933 et confédérait, un an après, neuf fédérations, unions ou syndicats généraux, soit environ 80 % des chefs d’établissement, employés et ouvriers de toute l’alimentation. Lui échappaient l’importante Confédération nationale des boissons et quelques fédérations de détaillants (charcuterie, pâtisserie, crémerie, fruiteries, poissonneries) mais elle pouvait se targuer d’avoir recruté au début de 1934 la Chambre syndicale de la laiterie industrielle et le Syndicat national de la boucherie française. Elle revendiquait une ligne doctrinale libérale classique : l’égalité fiscale et la liberté de l’activité économique. Dans le débat économique engendré par la crise des années trente, elle s’engagea nettement en faveur d’une déflation générale et du retour à l’équilibre budgétaire, « sinon les industries et les commerces péricliteront rongés d’un côté par une politique économique ou-trancièrement protectionniste, de l’autre par la fiscalité »54. Le but poursuivi était de parvenir à enrayer la croissance des frais généraux des entreprises qui se répercutait sur les prix à la consommation et qui confortait le procès intenté au secteur alimentaire de concourir au maintien de la vie chère. Enfin, dans la polémique portant sur les magasins à prix uniques, elle avait pris position sans ambiguïté en faveur de ces derniers avec des arguments semblables à ceux avancés par le Comité d’action économique et douanière : « Autant il est urgent de réglementer pour combattre des abus et des pratiques déloyales, autant il serait imprudent de se laisser entraîner dans une politique d’intervention étatiste et de fiscalité d’exception en matière de concurrence, car il est à redouter dans l’incertitude des démarcations entre catégories de magasins que ces mesures de protection ne se transforment un jour en mesures d’oppression contre l’ensemble du commerce régulier »55. Historien de formation comme Jacques La-cour-Gayet, et comme lui entré dans les affaires, Pierre Benaerts en partage les convictions libérales au moment où lui sont remises les rênes du CGOC Sa nomination confirme le jugement porté par Henry Rousso sur les dirigeants des comités d’organisation industriels qui étaient selon lui « des hommes en vue de la profession ou le chef de la plus grosse entreprise du secteur »56. Devenu délégué général du CGOC, Benaerts s’attelle avec ardeur à sa tâche, conscient des imperfections du système qu’il représente, mais assumant jusqu’au bout l’expérience tentée57.

  • 58 AN, AJ 40/781, dossier 8, lettre de Henri Culmann du 27 janvier 1941 au Dr Posse, Wirtschaftsabtei (...)
  • 59 Henri Culmann, À Paris..., op. cit., p. 86.
  • 60 AN, AJ 40/781, dossier 8, lettre de Jean Bichelonne, décembre 1940.
  • 61 AN, AJ 40/782, dossier 1, lettre de Jacques Lacour-Gayet au referat Handel du 28 avril 1941.
  • 62 CCIP, I – 8.63 (1), Fédérations (1903-1957), dossier « Manifestation de sympathie en faveur de M. (...)
  • 63 Ibid.

11Cette structure établie, Jacques Lacour-Gayet choisit de se fondre au sein du comité de direction du CGOC. Parmi les douze membres de ce dernier, il représente le commerce de détail. Comme l’indique le premier titre imaginé pour ce comité, « Comité d’organisation de la distribution en gros et en détail »58, et suivant le vœu de Henri Culmann, le comité de direction doit maintenir l’équilibre entre le grand et le petit commerce et représenter les grands types de commerce59. Dès cette époque, l’Occupant manifeste son intérêt pour ce secteur économique. À la demande de l’administration allemande, Jean Bi-chelonne dresse en décembre 1940 une première liste des principaux groupements français des commerces de gros et de détail. Le commerce de gros est représenté par l’Union des syndicats de l’alimentation en gros de France, présidé par René Lecomte ; le commerce de détail est représenté par six groupements : la Confédération nationale des commerces et industries d’alimentation que préside alors Edouard Duhem, également représentant du Syndicat général de l’épicerie en gros de France, et dont Pierre Benaerts est le délégué général ; la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples de Jacques La-cour-Gayet ; la Fédération des commerçants-détaillants de France dirigée par Georges Maus et qui compte dans son comité de direction Roger Stoll, le représentant de la Confection pour hommes et de l’Artisanat ; la Fédération nationale des coopératives de consommation de Gaston Prache ; la Fédération nationale des usagers des foires et marchés dont le président est Pierre Gibily et le secrétaire-adjoint Charles Derbrée ; et l’Union commerciale des marchés de France de Caron60. Jacques Lacour-Gayet envoie au referat du commerce français, le Dr Posse, la liste des entreprises appartenant à la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples61. Le comité de direction définitif du CGOC devait inclure la plupart des groupements figurant sur la liste établie par Bichelonne. La CNCIA fournit le délégué général du CGOC, Pierre Benaerts. Au sein du comité de direction, Jacques Lacour-Gayet, président de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, représente le commerce de détail ; Gaston Prache, les coopératives de consommation ; Charles Derbrée, le commerce ambulant forain ; Roger Stoll, la confection pour hommes et l’artisanat. Ce dernier, membre du comité de direction de la Fédération des commerçants-détaillants de France pallie l’absence de cette dernière, dont le véritable dirigeant Georges Maus a pâti de ses origines juives. Une lettre émanant de syndicats du commerce de détail et adressée le 5 octobre 1940 au maréchal Pétain attire en effet l’attention de celui-ci « sur le président de la Fédération des commerçants-détaillants de France, M. Georges Maus, dont l’activité risquerait d’être atteinte par certaines mesures »62. Né de parents juifs français, issus eux-mêmes de parents français non naturalisés (l’un né en Alsace, l’autre en Lorraine), Georges Maus tombait sous le coup de la première ordonnance relative aux mesures contre les juifs du 27 septembre 1940, et en particulier du paragraphe 4 stipulant que « tout commerce, dont le propriétaire ou le détenteur est juif, devra être désigné comme « entreprise juive » par une affiche spéciale en langues allemande et française jusqu’au 31 octobre 1940 ». Cette lettre faisait valoir « l’existence privée [...] inattaquable » de Georges Maus, les services « exceptionnels [...] rendus depuis 34 ans » – date de la création de la Fédération des commerçants-détaillants de France en 1906 – pour rassembler la « masse des petits commerçants, individualistes pour la plupart », et son engagement dès les premières semaines de l’Occupation pour « ranimer le commerce en lui redonnant la foi dans l’avenir »63. Une seconde lettre de soutien fut envoyée par Lucien Lassalle, le président de la Chambre de commerce de Paris. Parmi les signataires figuraient Roger Stoll, Pierre Faivret, Eugène Demogé, Raymond Boisdé. Elles furent insuffisantes pour contrebalancer le poids de la troisième ordonnance du 26 avril 1941 qui énumérait les activités économiques dorénavant interdites aux juifs, parmi lesquelles le « commerce de gros et de détail ». Lors de la création du CGOC, le 4 mai 1941, la Fédération des commerçants-détaillants ne figurait donc pas au comité de direction alors que sa représentativité avait été établie, nous l’avons relevé, par Bichelonne lui-même.

  • 64 Sur l’organisation générale des comités d’organisation, l’on consultera : Jean-Guy Mérigot, Essai (...)
  • 65 Paul Lehideux-Vernimmen, La fonction de commissaire de gouvernement dans la nouvelle organisation (...)

12À ces noms s’ajoutent, sur la liste des membres du comité de direction du CGOC, des recrues issues soit du CAED, soit du Bureau français pour l’étude de la distribution : Robert Dian, qui représente le commerce d’alimentation à succursales, Fernand Hémier, le commerce de gros de l’alimentation, René Serre, recruté peu après, le commerce des cuirs verts et peaux, Gabriel Verdier, le commerce de gros des vins et spiritueux. Enfin, les derniers membres sont Joseph Escande pour le commerce de gros autre que l’alimentation, Philibert Plottier pour le commerce d’alimentation de l’hôtellerie, Nicolas Renaud pour les drogueries du Sud-Est, et Jacques Robin pour le commerce d’importation et d’exportation. Au total, on dénombre trois représentants du commerce de gros et neuf représentants du commerce de détail. Organisme à caractère semi-public, le CGOC est en théorie dirigé par ces professionnels, dont les décisions réglementaires ont force de loi. Mais ils sont nommés par l’État, ce qui limite en fait leur autonomie64. Le contrôle exercé par ce dernier est renforcé par la présence du commissaire du gouvernement, en l’occurrence le directeur – ou le directeur-adjoint – du Commerce intérieur. L’entente de Henri Culmann et de Pierre Benaerts conforte la thèse de Paul Lehideux-Vernimmen pour lequel le commissaire du gouvernement travaille généralement dans le même sens que le délégué responsable65. Mais il faut relever que le commissaire du gouvernement dispose d’un droit de veto sur toutes les décisions du Comité, ce qui renforce encore le contrôle de l’État sur cet organisme et limite l’indépendance accordée aux professionnels censés le diriger.

2. Le poids de la présence allemande

  • 66 AN, 68 AJ/1, CD, 1re séance.
  • 67 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 87.
  • 68 Ibid., p. 123.
  • 69 Hans Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique », dans Etienne Dejonghe (dir.), L (...)
  • 70 Cf. l’organigramme de l’état-major administratif établi par Hans Umbreit dans Der Militârbefehlsha (...)
  • 71 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 531. Cf. figure 7, p. 515 : Les structures (...)
  • 72 AN, 68 AJ/1, CD, 1re séance, intervention de Paul Naudin.
  • 73 Henri Culmann, À Paris..., op. cit., p. 90-91.

13Si le Comité d’organisation du commerce naît, sur réclamation des professionnels, de l’initiative conjointe de Bichelonne et Culmann, sa création, comme celle des principaux services d’administration économique, est également tributaire de la présence allemande. Dans son allocution inaugurale, lors de la première séance du comité de direction, Pierre Benaerts indique que, parmi les paramètres à respecter, il y a l’autorité occupante « désireuse d’obtenir une organisation correspondant à celle qu’elle a créée et expérimentée depuis dix ans »66. De son côté, Henri Culmann signale qu’une fois rédigée la version définitive du texte créant le CGOC, il dut le soumettre à l’administration économique de la Wehrmacht, installée au Majestic. Il rencontra le referat du commerce français, devenu ensuite son principal interlocuteur, pour lui exposer la genèse du texte et obtenir un accord préalable avant d’envoyer le texte au Majestic67. Il mentionne la satisfaction du referat après la mise en place rapide du CGOC68. Les Allemands ont donc suivi de près la création du CGOC, mais il semble que par la suite leur interlocuteur principal ait été la direction du Commerce intérieur et qu’ils ne soient pas intervenus directement au niveau du comité de direction. Leurs interventions, au début de l’Occupation, sont destinées à acquérir une meilleure compréhension des rouages administratifs et des milieux commerciaux français afin de les harmoniser avec ceux du Reich. Malgré le personnel important dont ils disposent, les Allemands sont bien conscients qu’ils ne peuvent se substituer à l’administration du pays. « Les occupants dépendaient donc de la collaboration des services indigènes et cette coopération devait être aussitôt mise en route [...]. Les Allemands s’attendaient au patriotisme des fonctionnaires indigènes qui considéreraient comme de leur devoir de rester en poste pour soulager leur pays. [...] Il était dans leur [intérêt] que l’administration et l’économie continuent à fonctionner, mieux valait pour cela avoir affaire aux élites traditionnelles qu’à des groupes collaborateurs »69. Toutefois la remise en marche de l’économie française se fait dans le cadre administratif imposé par les Allemands : rattachée au commandement militaire, l’administration économique constitue l’une des deux sections de l’état-major administratif, installé au Majestic, avenue Kléber70. Elle est dirigée par le Dr Elmar Michel. Se fondant sur un organigramme de l’organisation allemande en France figurant dans une note des archives du ministère de la Production industrielle, et le comparant avec un tableau des structures de ce ministère, Michel Margairaz souligne que « [...] sans être totalement calqué sur l’organisation allemande, l’appareil de direction industriel mis en place à l’été 1940 par le MPI a dû s’en inspirer et s’y ajuster. En particulier, les 12 sections de l’OCRPI correspondent aux douze groupes allemands »71. Dans le cas de la mise en place du CGOC à la mi-juin 1941, des préparatifs sont entrepris à l’instigation du groupe du Commerce extérieur du Reich, conjointement par la direction du Commerce intérieur – Production industrielle – et la direction du Commerce extérieur – Finances – en vue d’une rencontre des négociants franco-allemands « à caractère d’information réciproque »72. De même Culmann a-t-il, par deux fois, peu après sa nomination, été convoqué par le Majestic, soucieux de lui faire partager l’expérience allemande en matière d’organisation de la pénurie et d’administration du rationnement73.

  • 74 Ibid., p. 123-127.
  • 75 AN, 68 AJ/1, CD, 29e séance, 15 octobre 1942.
  • 76 Ibid., 3T séance, 19 novembre 1942.
  • 77 CCIP, III – 4.11(7), rapport sur l’activité du CGOC jusqu ‘au 1er janvier 1942 – Annexe 4 – Rappor (...)
  • 78 AN, 68 AJ/1, CD, 15e séance, 15 février 1942.
  • 79 CCIP, III – 4.11(7), op. cit.
  • 80 Ibid.
  • 81 CCIP, III – 4.11(7), op. cit.
  • 82 Henri Culmann, op. cit., p. 127-128.
  • 83 AN, 68 AJ/1, CD, 43e séance, 19 août 1943.

14Cette figure de l’Allemand donneur de leçon revient à plusieurs reprises dans le témoignage de Henri Culmann. Il mentionne encore le voyage en Allemagne effectué par le CGOC à l’automne 1942 : « Il assurait par la vue du modèle allemand un complément de formation à l’élève français »74. Les archives confirment l’existence de ce voyage. Le Reichsgruppe Handel a, en effet, invité le délégué général du CGOC et une délégation de huit personnes – parmi lesquelles figurent Jacques Lacour-Gayet, ainsi que le directeur du Commerce intérieur, présent en sa qualité de commissaire du gouvernement au CGOC -à faire un « voyage d’information et d’étude » en Allemagne du 25 octobre au 2 novembre 1942. Il comporte la visite de diverses organisations administratives et commerciales à Weimar, Halle et Berlin75. Culmann se souvient d’avoir été frappé par la capacité industrielle intacte de l’Allemagne et par son contraste avec des ressources humaines bien entamées. Il évoque les magasins fermés pour économiser le chauffage et l’électricité, et aussi pour dégager de la main-d’œuvre pour les usines. Le compte rendu officiel, fait par Benaerts au retour de ce voyage devant le comité de direction, confirme le témoignage de Culmann et alimente la réflexion plus générale conduite sur la concentration des entreprises commerciales, sur laquelle nous reviendrons ultérieurement76. Au-delà de l’échange de bons procédés, les documents du CGOC laissent percevoir les interventions nombreuses de l’Allemagne. Les homologations des décrets portant création des comités particuliers ont lieu après discussion avec les autorités allemandes77. En février 1942, le compte rendu d’une séance du comité de direction indique laconiquement que les difficultés de rédaction de l’arrêté relatif au commerce de l’alimentation « ont été aplanies au cours d’une conférence qui s’est tenue le 6 janvier à l’Hôtel Majestic... »78. Cette discussion générale au Majestic est confirmée par un autre document expliquant que les Allemands craignent que le Comité d’organisation des commerces de l’alimentation n’empiète sur les organismes dépendant du secrétariat d’État au ravitaillement. Au comité d’organisation ne seraient en définitive dévolues que les seules questions d’organisation professionnelle79. Les autorités allemandes interviennent également dans les autorisations de communication du siège central du CGOC avec les services annexes de Vichy et les délégations régionales de zone non occupée80. En revanche, le remaniement de l’appareil industriel et commercial français paraît relever dans son principe d’ensemble de la responsabilité de l’administration française. Un rapport du 18 juin 1941 du Dr Gûnther, délégué général du Reichsgruppe Handel, transmis par le Dr Hôrnes au CGOC, manifeste l’inquiétude allemande vis-à-vis de la construction « verticale » de l’organisation française et déplore l’absence de contrôle du CGOC sur certaines branches du commerce rattachées à des comités d’organisation industriels81. Fin 1942, les interventions de l’Allemagne se font plus autoritaires. Le Majestic intime à Culmann l’ordre de procéder en France à des fermetures de magasins82. En août 1943, diverses délégations régionales du CGOC signalent que, contrairement aux accords passés, des mutations de main-d’œuvre ont été ordonnées par des offices de placement, voire par des Feldkommandanturen – administration militaire allemande installée dans les départements83. Un indéniable renforcement du contrôle allemand sur l’administration du commerce français se produit au fur et à mesure de l’Occupation.

B. L’ORGANISATION DU CGOC

1. Le noyautage des infrastructures administratives par Jacques Lacour-Gayet

  • 84 Bulletin central du CGOC. n° 11, juillet 1943.
  • 85 Notons que le titre du responsable du Comité est variable suivant les comités, tantôt « délégué gé (...)
  • 86 Bulletin Central.... op. cit., n° 21, mai 1944.
  • 87 Olivier Lesourd, Guide économique et corporatif, Paris, 1944, p. 117, cf. annexe 3.
  • 88 Ibid, p. 157.

15Le Comité général d’organisation du commerce repose à la fois sur une organisation centrale et sur des délégations régionales. Le Comité général a compétence sur les problèmes communs à l’ensemble des professions commerciales, mais également sur les problèmes des comités particuliers dont il doit homologuer les décisions. Il siège à Paris, mais dispose en province de dix-sept délégations régionales, calquées en principe sur la structure des préfectures régionales, et de bureaux départementaux. Pour Pierre Benaerts, c’est une application bienvenue du souci de décentralisation marqué par la Révolution nationale. Il salue la « salutaire émulation » que procure l’esprit régional84. Le délégué régional, représentant du délégué général, outre son rôle d’animation et de contrôle des services, siège à la commission régionale des prix et à la commission consultative tripartite auprès des préfectures. Il est assisté d’un secrétaire régional, chargé du recrutement des ressortissants régionaux, du contrôle de l’activité des syndicats et de la sous-répartition de certains produits (entretien, emballage). À la tête du CGOC se trouve le délégué général responsable Pierre Benaerts85, assisté d’un comité de direction de douze membres représentant les différents types d’entreprises et d’une commission consultative de trente-et-un membres représentant les comités particuliers rattachés au Comité général. Ces comités particuliers ont été institués par des décrets ou des arrêtés ultérieurs. Ils sont au nombre de 35 en mai 194486. Chacun a son directeur et son comité consultatif. Il a compétence pour les problèmes spécifiques de sa branche, mais ses décisions doivent être homologuées par le Comité général. Ce dernier dispose par ailleurs d’une infrastructure administrative dans laquelle Jacques Lacour-Gayet a placé un certain nombre de ses collaborateurs, afin de leur offrir une base de survie durant la guerre. C’est ainsi que le secrétariat général du CGOC est dévolu à Paul Naudin, le directeur du CAED, la sous-direction de la documentation générale à René Peulvey, le directeur général de Radio-Luxembourg, la direction des services d’organisation commerciale au juriste Paul Allonas et celle des services d’information et de liaison à un habitué des milieux parlementaires Joseph de Bonnafos87. Viennent s’y ajouter Paul Nicolas à la tête des services de documentation et de statistiques et Paul Maquenne qui dirige le service des relations avec la presse88.

  • 89 Ibid., p. 118 et p. 183.
  • 90 CGOC. Comité d’organisation des commerces d’importation et d’exportation. Le commerce internationa (...)
  • 91 Entretien avec M. Hugues Colin du Terrail, le 9 avril 1992.

16L’un des comités particuliers rattachés au CGOC, le Groupement des commerces d’importation et d’exportation, joue vraisemblablement au début de l’Occupation le rôle technique dévolu au CAED durant l’entre-deux-guerres89. Ses membres ont d’abord été réunis le 22 avril 1942 en un Groupement provisoire dont la présidence avait été déléguée à Paul Naudin, le secrétaire général du CGOC. Le Comité est ensuite créé par arrêté ministériel, le 1er mars 1943 et s’installe cours Albert 1er dans les locaux du secrétariat international de la Chambre de commerce internationale. Tous les agents de l’exportation relèvent de lui : négociants importateurs et exportateurs, commissionnaires et négociants-commissionnaires, courtiers, voyageurs de commerce etc. Son président est Louis Nicol, du Comité central des armateurs, et son secrétaire général est un nouveau venu, Hugues Colin, que le directeur de l’École libre des sciences politiques, Roger Seydoux, a recommandé à Jacques Lacour-Gayet. M. Colin conserve un faible souvenir des travaux effectués au sein de ce groupement. Ce dernier produisit quelques études destinées aux commerçants privés de toute information récente, à partir de documents du Centre d’information interprofessionnel et de la Chambre de commerce internationale90. Pour sa part, Hugues Colin décida en 1943 de rallier les forces gaullistes à Londres, sans rien dire à Lacour-Gayet, de peur de le compromettre, et en avertissant seulement Nicol. Grâce aux contacts entretenus par les réunions officieuses du CAED au siège de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, rue Saint-Florentin, il obtint du consulat de Suède, un visa pour la Suède et gagna l’Angleterre après un long périple. Il devait revenir à Paris à la Libération affecté en septembre 1944 à l’état-major d’Eisenhower et, une fois démobilisé, réintégrer l’équipe de Lacour-Gayet91.

2. Les réticences du milieu commercial

  • 92 Jacques Lacour-Gayet, Commerce et économie dirigée, Paris, 1942, p. 18.
  • 93 Bulletin central, op. cit., n° 1, 10 septembre 1942.
  • 94 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 88.
  • 95 AN, 68 AJ/55, ssd. Généralités. Note « Confidentiel » sur l’évolution de l’activité commerciale en (...)

17Evoquant en 1942 l’attitude des masses commerciales, Jacques Lacour-Gayet la qualifiait d’ « expectative, mais nuancée de préjugé favorable », marquant que la nouvelle organisation avait suscité beaucoup d’espoir et de confiance92. L’on peut penser que ce point de vue est représentatif de celui des entreprises qui avaient eu maille à partir avec le gouvernement au milieu des années trente et particulièrement celui des entreprises à commerces multiples, dont nous avons analysé les motifs de mécontentement. Au tout début de la Révolution nationale, Vichy a pu être perçu comme une chance pour le commerce dans son ensemble, dans la mesure où il vilipendait les « trusts » de l’industrie, et comme un espoir de revanche sur les mesures du Front Populaire. Mais, même si Jacques Lacour-Gayet fait sienne un temps la rhétorique vichyssoise, il ne sera jamais la dupe des discours du Maréchal Pétain et dénoncera les nouveaux carcans imposés au commerce par l’administration. Bien qu’espérée par un certain nombre de responsables, la création du CGOC a, dans l’ensemble, suscité beaucoup de scepticisme et de réticence. Le premier numéro du Bulletin central du CGOC laisse percevoir la pagaille des débuts et la confusion qui régna dans l’esprit de nombreux commerçants. L’un, évoquant la redevance professionnelle à verser au CGOC, se dit « trop vieux pour souscrire à cette nouvelle assurance », l’autre prétend ne pouvoir « adhérer » au CGOC, car il est déjà inscrit à un bureau central de répartition93. Henri Culmann constate de son côté que les entreprises naviguèrent entre « la crainte de rester isolées dans un monde bouleversé », « la peur d’être oubliées par les comités » et « le désir pressant de rester « entre soi », de ne pas se trouver mélangées dans un comité avec des entreprises qui ne leur ressemblaient pas »94. Dans l’ensemble, comme le résume Pierre Benaerts, le CGOC est perçu comme un recenseur plus ou moins fâcheux, un taxateur plus ou moins exigeant, un répartiteur plus ou moins chiche. En 1944, une note confidentielle émanant des services du CGOC revient sur le jugement porté par les commerçants sur les comités. Ces derniers sont considérés comme un remède temporaire, mais aucun zèle n’est manifesté à leur endroit. Les commerçants sont partisans du retour plus ou moins complet aux conditions d’exercice de leur métier de l’avant-guerre. « On conviendra sans peine », ajoute la note, « que cet état d’esprit, qui s’applique d’ailleurs à la plupart des institutions nouvelles, et qui est conforme à la tradition conservatrice d’une grande partie du commerce, n’est pas fait pour aider l’action des dirigeants responsables des comités, pris entre les directives générales qu’ils ont reçues des pouvoirs publics et l’esprit de défense syndicale qui prédomine chez les professionnels »95. Cette note corrobore donc les témoignages précédents sur l’accueil plus que mitigé réservé par les commerçants au CGOC. Elle a aussi l’intérêt de refléter l’image conservatrice qu’offre le commerce aux yeux de l’administration et d’attirer l’attention sur les tensions existant entre les dirigeants des comités d’organisation et l’administration.

  • 96 Il y aurait certainement une étude à mener sur l’évolution de ces taux à partir de la collection M (...)
  • 97 Entretien avec M. Jeff Brandel du 19 juin 1992. Ancien élève des Hautes études commerciales (promo (...)
  • 98 Bulletin central..., op. cit., n° 13, septembre 1943.

18Or quelles sont les fonctions du CGOC ? Définies par la loi du 16 août 1940 et par le décret du 4 mai 1941, elles sont précisées par les décisions réglementaires du CGOC. Elles portent essentiellement sur la détermination des taux de marque, sur la connaissance des professions et entreprises commerciales, sur la définition des différentes fonctions commerciales, et, à plus long terme, sur un réaménagement de l’appareil distributeur. Dans la mesure où le problème des prix n’est pas au cœur de notre sujet, nous ne traiterons pas de l’épineuse question des études sur les taux de marque96. Précisons simplement qu’après enquête sur les prix de divers produits et calcul des marges bénéficiaires par son service des prix, le CGOC est chargé de proposer au ministère des Finances une nouvelle réglementation. Le contrôle des prix lui-même n’incombe pas au CGOC mais aux Finances97. Il apparaît qu’il fut lui aussi un motif de dissension entre le CGOC et l’État, comme le reconnaît de façon allusive Paul Naudin en 1943 : « L’administration et l’organisation professionnelle du commerce n’ont pas tout à fait le même avis sur la structure des prix de vente, et tout dépend de celle que l’administration voudra donner aux prix de base que la production fait acquitter au commerce »98.

C. UNE FONCTION PRINCIPALE : AMÉLIORER LA CONNAISSANCE DU MILIEU COMMERCIAL

  • 99 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 122-123.

19La connaissance du commerce a été entreprise dès l’installation du Comité. Henri Culmann fournit en la matière un tableau clair de ce qui attendait alors le CGOC : « [...] Si l’action sur le coût de la distribution est souhaitable, elle ne peut être envisagée avant que les circuits et les marges soient parfaitement connus. Or, les uns et les autres varient selon les produits, les types de commerces et les régions. Au temps de l’Occupation, ils étaient encore très mal connus. C’est pourquoi je demandai au Comité général de se lancer dans l’établissement de monographies professionnelles qui permettraient de connaître les coûts successifs qui, du prix de départ usine, finissaient par conduire au prix de vente au détail. C’était un travail de longue haleine, et si, pendant le temps passé à la direction du Commerce intérieur, j’ai pu avoir connaissance de quelques monographies très instructives, l’action sur les circuits n’a pu être entreprise avant la disparition du Comité général »99. À la base de ce travail, il y a le recensement des entreprises commerciales.

1. Le recensement des entreprises commerciales

  • 100 Marcel Rives, Traité d’économie commerciale, t. 2, Paris, 1958, p. 477.
  • 101 Bulletin central..., op. cit., n° 6, 10 février 1943.
  • 102 Ibid, n° 3, 10 novembre 1942; n° 4, 10 décembre 1942.
  • 103 Ibid., n° 1, 10 septembre 1942.
  • 104 AN, 68 AJ/55, sdd. Lo, commission consultative, 3e séance, 16 septembre 1942.

20En application de l’article 2 de la loi du 16 août 1940 qui préconise « d’effectuer le recensement des entreprises, de leurs moyens de production, de stocks et de la main-d’œuvre », le recensement des ressortissants du CGOC est ordonné par décision du 29 août 1941. Il débute le premier septembre 1941 par l’envoi d’un questionnaire. Devant le maigre afflux de réponses – au 28 août 1942 le nombre de questionnaires renvoyés s’élève à 609 650 – le CGOC lance un second recensement effectif à partir du 15 juillet 1942. Le résultat de l’enquête devait constituer le premier recensement du commerce français dont le dépouillement, inachevé lors de la dissolution de l’Office interprofessionnel de la distribution (OID) en 1946, fut partiellement poursuivi par l’Institut national de la statistique100. Ce recensement sert des objectifs de court et de plus long terme. Il fournit la base pour établir l’assiette des cotisations dues au CGOC, pour effectuer la sous-répartition des produits et le rationnement, et pour calculer les indemnités consécutives aux fermetures de magasins. Comme les autres comités d’organisation, le CGOC bénéficie à partir de février 1942 de la création d’une Caisse autonome de recouvrement des cotisations (CARCO) qui centralise l’ensemble des versements effectués par chaque entreprise recensée et reverse ensuite à chaque comité les crédits nécessaires à la couverture de ses dépenses101. Le CGOC dispose donc d’une certaine autonomie financière. Le recensement permet aussi d’engager toute une série d’études sur la définition des activités, professions et entreprises commerciales en vue de l’établissement de leur statut. Son premier but est de permettre le classement des établissements relevant du CGOC. Chacun doit recevoir un récépissé de déclaration où figureront son nom, son adresse, la profession du déclarant, son numéro d’immatriculation au CGOC et l’indication du comité spécialisé dont il dépend. Grâce à ce type d’enquête administrative sont entrepris un lexique sur les différents types d’activité (commerce de gros, de demi-gros, de détail, non-sédentaire etc.)102 et un classement des divers établissements (spécialisé, non spécialisé, multiple, mixte etc.)103. Cela donne également lieu à une série de documents Pour servir à la connaissance du commerce français qui sont l’exploitation des monographies élaborées par les services centraux et par les comités particuliers104. Tout un ensemble de manuels et de brochures est ainsi entrepris à l’intention des commerçants. De fait, la distribution pâtit encore à cette époque du caractère embryonnaire de la réflexion sur sa définition.

2. Restaurer la spécificité de la distribution

  • 105 Cf. la liste récapitulant toutes les études économiques sur la distribution menées par le CGOC dan (...)
  • 106 Ibid., sdd. Lo, service d’études, note C.I. (I) – n° 12, 13 décembre 1941.
  • 107 Cf. chapitre 7.
  • 108 AN, 68 AJ/55, sdd. Lo, services d’études, L’évolution de l’activité commerciale en 1943.

21Les problèmes immédiats d’attribution qui se posent en nombre lors des premières créations de comités particuliers du CGOC révèlent l’insuffisance de la réflexion sur la définition de l’entreprise commerciale. Les dirigeants du CGOC en prennent rapidement conscience et lancent une série d’études sur cette question105. Une première mise au point du service d’études fin 1941 reconnaît que « la délimitation n’est jamais très nette entre production et distribution »106. Elle précise : « La fonction de production se réfère à des opérations de transformation matérielle des produits traités, celle de distribution à des opérations d’écoulement et de répartitition des marchandises dans le temps et l’espace (commerçants stockistes, commerçants non stockistes) ». Mais, comme elle l’indique un peu plus loin, « ces deux fonctions, qui fréquemment empiètent l’une sur l’autre dans une assez large zone, vont en effet, parfois, jusqu’à se recouvrir ». Cela entraîne deux risques principaux pour le commerce. Le premier est son instrumentalisation : en faire un outil de distribution stricto sensu au service de la production, aux dépens de sa fonction originelle de créateur d’échanges. Ce risque sera dénoncé avec force par l’économiste Henri Laufenburger en 1943 au moment de la controverse sur l’économie dirigée opposant Jacques Lacour-Gayet à Jean Bichelonne107. Il sera souligné à la même époque par le CGOC impuissant devant l’évolution des événements : « Ce qui apparaît non moins grave, c’est que le commerçant, sous la pression des circonstances, et souvent malgré lui, perd la notion de la vraie mission du commerce, qui est d’aller au devant du consommateur, de stimuler ses désirs d’achat, de provoquer chez les producteurs la recherche d’une amélioration de la qualité ». Le rôle du commerçant est réduit à celui d’un « simple distributeur » fonctionnarisé, titulaire d’une sorte de « charge », « mesurant ses faveurs à une clientèle attitrée et immatriculée »108. Or, dès fin 1941, le CGOC avait d’ores et déjà bien mis en lumière le fait que « le commerçant dont le rôle consiste essentiellement dans la mise à disposition du consommateur des objets destinés à satisfaire les besoins de ce dernier, est un « créateur de valeur » et cela tant au point de vue de la science économique que de la réalité concrète ». Il ne peut donc être considéré comme improductif, comme une fonction parasitaire et superflue de la vie économique.

  • 109 AN, 68 AJ/55, sdd. Lo, services d’études, L’évolution de l’activité commerciale en 1943.
  • 110 AN, 68 AJ/58, sd. 09, CGOC. Documentation générale, note n° 52 du 29 octobre 1942, Le Conseil supé (...)
  • 111 Ibid., sd. 01, sdd. 012. Conseil supérieur de l’économie industrielle et commerciale, commission n (...)

22Second risque qui découle du premier : l’amalgame croissant fait entre production et distribution pourrait justifier l’intégration de cette dernière à la première. Le service d’études du CGOC a néanmoins plus de peine à trouver les termes pour combattre ce processus comme si le bagage conceptuel lui faisait défaut. Il devient plus descriptif : « Et cependant sur la route que suit le produit depuis le moment où la technique rassemble les matériaux pour le fabriquer et le fabrique, jusqu’au moment où il est mis entre les mains du consommateur, il est un point précis où il échappe à la technique et où il devient marchandise commerciale. Quelle que soit l’entreprise qui le prend alors en charge, il est entré désormais dans le domaine du commerce, et ceux qui s’en occupent font véritablement fonction de commerçants ». Conscient de son imprécision, le service d’études préconise donc : « C’est ce point, ce seuil du commerce, qu’il est indispensable de préciser »109. En janvier 1944, le Conseil supérieur de l’économie industrielle et commerciale est en mesure de proposer une définition de la distribution. Créé par le décret du 6 juin 1942, pour étudier les questions afférentes aux réalisations économiques dans le cadre de la loi du 16 août 1940, il a pris la suite du comité consultatif placé auprès du Centre d’information interprofessionnel, mais a été rattaché directement au secrétaire d’État à la Production industrielle. Sa mission est triple : informer, diffuser, et « dégager la doctrine de la nouvelle économie française »110. Ce n’est pas un organe indépendant ; il se situe clairement dans la ligne définie par Jean Bichelonne. La définition qu’il donne de la distribution est tributaire de cette ligne : « La distribution est l’ensemble des opérations par lesquelles un bien qui vient d’être l’objet du phénomène de production s’achemine jusqu’au point où il fera l’objet du phénomène de consommation ». La notion d’ « acheminement » réduit le commerce à sa fonction strictement distributive. En outre, pour le Conseil supérieur, la distribution ne peut être assimilée au seul échange des produits finis, car elle peut également acheminer les matières premières et les produits semi-ouvrés d’un centre de production à un autre : « En d’autres termes, la distribution ne commence pas au moment où le produit est livré par le dernier producteur au premier commerçant, mais au moment où le produit, dès la tombée de la machine, entre chez le producteur lui-même dans les magasins de produits finis ». Une telle conception permet l’intégration de la distribution dans le processus productif. Comme le reconnaît le Conseil supérieur, on est en présence d’« un circuit de distribution enclavé dans le processus général de production »111.

  • 112 Cf. art. 2, 1. : « [.. .1 toutes les branches d’activité et toutes les entreprises qui reçoivent [ (...)
  • 113 AN, 68 AJ/58, sd. 01, sdd. 012. Le prix de revient de la distribution, s.d.
  • 114 Ibid. CGOC, note CI. (II) n° 57 du 7 juillet 1944, Les frontières de la distribution.
  • 115 Ibid.
  • 116 Ibid., sdd. 013, texte manuscrit, s.d., La délimitation entre distribution et consommation.
  • 117 Ibid. Note CI. (II) n° 42 du 12 février 1944, Les frontières entre distribution et consommation.
  • 118 Ibid.
  • 119 AN, 68 AJ/55, sd. Lo, L’évolution de l’activité commerciale en 1943, s.d.

23Or, elle est réfutée par le CGOC, qui, sans se référer explicitement à l’étude précédente, estime « qu’il est préférable d’exclure les circuits « enclavés » du champ de la distribution [...]. Il est plus logique de considérer le circuit « enclavé » comme une étape de la phase industrielle ». Il s’adresse en effet à une clientèle spécifique d’industriels, requiert peu ou pas d’intermédiaires, et se fonde sur des démarches et une publicité particulières. Le CGOC se rallie donc à une définition telle qu’elle ressort des compétences qui lui ont été accordées par le décret du 4 mai 1941112 : « Au regard du CGOC du moins, le terme « distribution » ne devra s’appliquer qu’aux opérations qui tendent à acheminer de la production à la consommation les seuls produits finis [...] ». Reste à préciser le caractère « fini » du produit. Sur ce point, elle hésite entre deux conceptions : celle élaborée par la Chambre de commerce internationale et celle de la CEGOS. Pour la première, la distribution est constituée par les « opérations et les activités qui s’exercent entre la production des marchandises dans la forme qu’elles ont pour être mises en circulation et le moment où il en est pris livraison par le consommateur ». Pour la CEGOS, elle est élargie « aux opérations et activités qui s’exercent pour assurer la vente des produits finis et des marchandises »113, c’est-à-dire aux opérations d’approvisionnement, transport, magasinage, conditionnement etc. La CEGOS considère un produit comme « fini », « lorsque la matière ne subit plus de transformation physique ou chimique »114. La définition du CGOC est un compromis entre les deux et estime que « la fonction de distribution commence lorsque le produit ne subit plus de transformations physiques ou chimiques et avant qu’il ne soit conditionné, et s’achève lorsque le produit est en possession du consommateur sur le lieu même de consommation »115. Cet effort de réflexion pour délimiter la distribution conduit le CGOC à accorder une importance nouvelle à la consommation, et en définitive, à réhabiliter la notion de commerce. Il mène ainsi une enquête auprès d’un certain nombre d’entreprises (Printemps, Bazar de l’Hôtel de Ville, Trois Quartiers, Uniprix etc.116) à partir de l’alternative suivante : est-ce le produit qui doit s’imposer au client (et donc provoquer la demande) ou est-ce le client qui doit rechercher le produit (et donc provoquer l’offre) ? Cette enquête aboutit à une revalorisation des services rendus par la distribution, fondement de la fonction commerciale : « La distribution ne se réduit pas à un mécanisme et présente un aspect humain [...] »117. Ces services sont le conditionnement, la manutention, la livraison à domicile, le catalogue et la commande par correspondance, le restaurant, le salon de coiffure, le bureau de poste etc. Le CGOC prône « une définition extensive de la distribution qui englobe tous les services et opérations que ses diverses formes assument bien qu’aucune d’entre elles ne les effectuent toutes ensemble ». De ce fait, il contribue à remettre en lumière la sorte de plus-value culturelle qu’apporte le commerce à l’objet fabriqué et qui constitue sa spécificité : « Cette conception de la distribution [...] est signe de civilisation et de progrès matériel. Elle permet de distinguer la fonction de distribution de la fonction commerciale : le distributeur a pour mission de mettre la production à la disposition de la consommation, mais son rôle peut être tenu par le fabricant, le commerçant ou le consommateur. La nécessité de la fonction de distribution ne justifie pas l’existence de la fonction commerciale : si le commerce ne sait pas rendre service au consommateur, il est condamné à perdre son importance économique et son autonomie par rapport à la production »118. Tout l’enjeu du conflit entre une production omniprésente et autoritaire et un commerce de plus en plus vassalisé est contenu dans cette réflexion terminologique que mène le CGOC. « Ainsi les conditions économiques nouvelles aboutissent-elles à renverser les positions respectives du consommateur et de son fournisseur : le consommateur ne commande plus, ainsi qu’il se devrait à la distribution et n’influe plus guère sur la fabrication ; actuellement, la production commande et le consommateur est placé comme le distributeur sous sa dépendance directe. Le commerce est figé [...] »119. Pour exister, le commerce doit non seulement éviter l’accaparation de sa fonction distributrice par la production, mais également lutter pour la reconnaissance de la spécificité de son rôle au sein de la vie économique : orienter la production en fonction de la demande des consommateurs et stimuler la vente. En d’autres termes, il lui faut restaurer sa mission originelle de vecteur des échanges.

  • 120 Bulletin central... op. cit., n° 1, septembre 1942.
  • 121 Henri Culmann, A Paris,..., op. cit.,v. 120.
  • 122 Bulletin central... op. cit., n° 6, 10 février 1943.
  • 123 Henri Culmann, A Paris, ..., op. cit., p. 122-123.

24Or, la finalité des travaux du CGOC est, dans l’esprit de ses concepteurs, dès l’origine, un réaménagement de l’appareil distributeur français. Pierre Be-naerts l’expose dans son premier éditorial avec des accents empruntés à la rhétorique corporatiste du moment. C’est ainsi qu’il rêve d’un « ordre » futur des commerçants à l’image de celui des avocats ou des médecins et propose de « reclasser les commerces, hiérarchiser les commerçants, un peu comme les corporations d’autrefois classaient les métiers, hiérarchisaient maîtres, compagnons et apprentis [...] ». Il est nécessaire selon lui qu’un statut des commerçants soit établi qui réglemente l’accès à la profession en fonction des critères de garantie, de connaissances minimales etc., et qu’en même temps soit entreprise une rationalisation de la distribution120. Cet alliage de l’ancien et du neuf, nostalgie d’un ordre passé et impératif de modernité, donne une nouvelle illustration de la complexité idéologique vichyste. Ces nouvelles règles permettraient donc au commerce, selon Pierre Benaerts, de mieux se défendre face aux empiétements des producteurs. Ce thème devient une antienne du Bulletin Central, dont il est l’éditorialiste, au fur et à mesure de l’Occupation. Dans la pratique, le réaménagement souhaité passe par deux voies qui correspondent aux deux tendances, l’une corporatiste, l’autre technicienne, incarnées par Benaerts et Culmann. Inquiet de « ce monstre polymorphe que constituait l’appareil distributeur », Henri Culmann s’entretient avec Pierre Benaerts : « Le délégué général apporta l’idée de l’élaboration d’un code de déontologie commerciale. [...] Mon expérience [...] m’inclina à souhaiter des réformes dans les circuits commerciaux génératrices d’une diminution de leurs coûts »121. Un code de loyale concurrence est donc mis en place qui interdit les publicités mensongères, les divers abus pour attirer le chaland (vente avec prime, vente dite « de la boule de neige » etc.)122 et un Manuel du Commerçant est édité. Parallèlement, Culmann met en route une série d’études sur les marges et circuits commerciaux afin « de connaître les coûts successifs qui, du prix de départ usine, finissaient par conduire au prix de vente au détail »123. On peut convenir qu’il se situe là dans la continuité de la réflexion amorcée dans les années trente : moderniser les circuits de distribution afin d’en réduire les coûts. Toutefois, du fait de la guerre, le problème qu’avait fait surgir la crise prend une acuité nouvelle : le volume réduit des ventes impose de manière urgente une concentration des entreprises et des stocks. Or, ce qui est au départ un impératif économique devient un enjeu politique crucial qui cristallise la lutte croissante opposant les professionnels défendus par Benaerts et l’administration représentée par Culmann. La solution préconisée – réduire les coûts – subit une perversion du fait de l’idéologie politique la sous-tendant. Cette perversion éclate lorsque l’administration fait prévaloir un autre moyen de réduction du coût de la distribution : la réduction des frais de main-d’œuvre. Cela suscite une forte opposition du CGOC.

III. LA VAINE RÉSISTANCE DU CGOC AUX EMPIETÈMENTS DE L’ADMINISTRATION

A. DE LA NÉCESSAIRE RATIONALISATION À LA POLITIQUE DE CONCENTRATION

  • 124 AN, 68 AJ/1, CD, 9e séance, 18 septembre 1941.
  • 125 Bulletin central..., op. cit., n° 2, 10 octobre 1942; n° 4, 10 décembre 1942; n° 6, 10 février 194 (...)

25Le problème posé par la concentration des entreprises commerciales doit être replacé dans le contexte du conflit qui oppose durant l’Occupation deux grands secteurs économiques : le secteur de la distribution et le secteur de la production, à travers leurs administrations respectives. Dès le début de son fonctionnement, le CGOC doit se défendre contre les empiétements des comités d’organisation des secteurs productifs et demeure soumis aux désirs de l’administration française, malgré la latitude d’action théoriquement laissée aux professionnels. En septembre 1941, Pierre Benaerts se livre à un premier exposé critique sur les quatre premiers mois de fonctionnement du CGOC et manifeste la crainte que l’on pratique à son égard la « politique de l’artichaut, qui s’amenuise feuille à feuille », c’est-à-dire qu’on lui ôte le contrôle des différents commerces pour les rattacher à des comités de production ou de transformation. Le Comité d’organisation des industries chimiques revendique ainsi la mainmise sur la droguerie et les marchands de couleurs, le Comité d’organisation de l’automobile le contrôle du commerce des automobiles, des cycles, accessoires et pièces de rechange. Benaerts dénonce l’« incessante guérilla » opposée au CGOC124. Dès l’origine se noue donc le conflit entre secteur productif et secteur distributif, qui ne fait que s’accroître au fil de l’Occupation. Le Bulletin central du CGOC se fait l’écho des plaintes des commerçants contre le développement de nouvelles pratiques : le grossiste s’insurge contre le détaillant qui le court-circuite avec la connivence du fabricant, les détaillants demeurent impuissants face au rachat de leurs magasins par les industriels, beaucoup dénoncent, outre le marché clandestin, la dérivation des produits par des circuits extra-commerciaux (attributions directes au profit des mairies, essor des coopératives d’entreprises ou d’administrations, ventes directes effectuées par les organismes agricoles, achats massifs du Secours national...)125. Dans ce contexte, la mise en place de la politique de concentration des entreprises au début de 1942 en France constitue un véritable défi pour le CGOC qui y voit le démantèlement de ses efforts pour restituer au monde commercial, sinon son indépendance, tout au moins l’autonomie de gestion de ses biens et de sa main-d’œuvre. L’exemple allemand lui sert paradoxalement de référence principale pour défendre cette autonomie.

1. Les limites du modèle allemand

  • 126 AN, 68 AJ/1, CD, 31e séance, 19 novembre 1942.
  • 127 GEGM, PV du 26 octobre 1942.
  • 128 Fenacomult, Notes, F 1793, novembre 1942.
  • 129 AN, 68 AJ/1, 31e séance, 19 novembre 1942.
  • 130 Fenacomult, Noies, F 1793, novembre 1942.
  • 131 Cf. Martin Broszat, L’Étal hitlérien. L’origine et l’évolution des structures du Troisième Reich, (...)

26Le fameux voyage déjà évoqué qu’effectuèrent les dirigeants du CGOC en Allemagne à l’automne 1942 marqua fortement leurs esprits. Pierre Benaerts en fit le compte rendu lors d’une séance du comité de direction du CGOC126. Jacques Lacour-Gayet l’évoqua à une assemblée du Groupement d’études des grands magasins127. Son récit donna même lieu à une note particulière sur le commerce multiple en Allemagne128. Le Bulletin central du CGOC offrit régulièrement à ses lecteurs de petites synthèses sur la concentration à l’étranger, en particulier en Allemagne. Il est frappant de constater que si les dirigeants du CGOC font preuve d’une vigilance et d’une lucidité remarquables vis-à-vis de la situation intérieure, ils conservent pour le « modèle » allemand une admiration tardive comme s’il pouvait constituer un contrepoint à la politique, dramatique pour les entreprises commerciales, qui est en train de se dessiner en France depuis juillet 1942. Lors de la réunion du 19 novembre 1942 du comité de direction du CGOC, Benaerts insiste ainsi sur la structure « apparemment plus conservatrice du commerce allemand » et le maintien du réseau de distribution en état de rendre le maximum de services. Il souligne également que la concentration des entreprises n’a pas fait l’objet d’intervention systématique de la puissance publique, mentionnant de manière elliptique l’élimination de certaines maisons « qui ne pouvaient subsister pour diverses raisons économiques ou politiques de caractère extra-professionnel »129. La note émanant de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples sur le commerce multiple en Allemagne conclut de la même manière optimiste : « [...] il est permis de dire que la situation présente du commerce multiple en Allemagne est prospère et ne souffre pratiquement d’aucune entrave imposée par l’État ou l’organisation professionnelle ». Pour l’auteur de la note, le signe de cette prospérité est essentiellement économique : le chiffre d’affaires des grands magasins et magasins à prix minimes s’est maintenu à peu près au niveau d’avant-guerre. Ce résultat remarquable est imputable à une compression profonde des frais généraux due à « un montant global des salaires ayant généralement diminué de moitié en valeur absolue » et qui permet d’avoir des taux de marque « réglementés comme en France et légèrement plus faibles, [...] mais partout jugés suffisants »130. La note laisse transparaître de l’admiration pour un pays qui a obtenu un tel résultat. En outre, elle manifeste une attitude ambiguë vis-à-vis du régime national-socialiste dont elle ne laisse rien ignorer des mesures punitives prises à l’encontre des grands magasins dans les années trente, mais dont elle loue la discrétion depuis le début de la guerre. Dressant un bilan de l’action gouvernementale en Allemagne, elle estime : « Aucune prévention ne paraît exister dans les sphères officielles à l’encontre du commerce non spécialisé. Il est certain qu’au début du mouvement national-socialiste, les mêmes tendances que nous voyons défendues en France par les « corporatistes » se sont manifestées (...) ; mais, à part certaines mesures dirigées contre les grandes entreprises et dont la portée s’est d’ailleurs révélée plus apparente que réelle, il ne semble pas que la réglementation de la nouvelle économie se soit orientée dans cette voie ». Mais, quelques lignes plus loin, on peut lire : « Le national-socialisme fait volontiers ressortir auprès des petits et moyens commerçants les mesures qu’il a prises dès son arrivée au pouvoir en vue de limiter la concurrence et l’essor jugés abusifs des grandes entreprises capitalistes et des coopératives de consommation ». Et l’auteur de la note ne se fait pas faute d’énumérer la loi du 12 mai 1933 pour la protection du commerce de détail dont nous avons déjà parlé, qui interdit la création de nouveaux magasins à prix uniques ; la loi restrictive du 21 mai 1935 sur les coopératives de consommation, ainsi que toute une série d’ordonnances et de décrets limitant certaines activités des entreprises à commerces multiples. Toutefois, il conclut : « De façon générale, il ne semble pas que ces mesures aient entravé de façon sensible l’activité des grands magasins ni celle de leurs filiales à prix minimes ». L’historien ne peut que reconnaître la pertinence d’une analyse que la recherche est venue depuis confirmer : le caractère idéologique de la lutte menée par les nazis contre les grands magasins a été bien perçu ; le changement d’attitude qui se fait jour à la suite de résultats économiques désastreux et du risque de licenciements massifs également ; tout comme le regain du chiffre d’affaires des grands magasins à partir de 1936131. Toutefois, on rappellera que la lutte idéologique contre les grands magasins ne fut pas qu’une propagande sans consistance. Elle donna lieu à une longue série de mesures cœrcitives. Or, la note égrène ces mesures sur un ton de neutralité remarquable. Surtout, est complètement passée sous silence la tournure spécifiquement antisémite que prit, dès mars 1933, cette lutte, avec le déclenchement d’un boycott des magasins juifs organisé par la Ligue nationale-socialiste de combat pour la classe moyenne commerçante, qui culmina dans les destructions de la Nuit de cristal du 9 au 10 novembre 1938. Seul Pierre Benaerts devant le comité de direction du CGOC fait une allusion, citée plus haut, à des maisons éliminées pour « diverses raisons économiques ou politiques de caractère extra-professionnel ». On s’étonne donc d’autant plus de l’omission d’un tel paramètre dans une note de la Fédération de novembre 1942 que cette dernière suit avec attention les ordonnances allemandes prises contre les Juifs depuis septembre 1940 en France et leur répercussion dans le domaine économique et doit donc envisager le risque d’extension de ces pratiques antisémites violentes contre les dirigeants de grands magasins en France. Mais, par prudence sans doute, même une note à usage strictement interne s’interdit de mentionner de telles exactions.

  • 132 AN, 68 AJ/1, CD, séance du 15 octobre 1942.
  • 133 Bulletin central..., op. cit., numéro du 10 janvier 1943, p. 72.

27Dédaignant le caractère politique de la « concentration » menée en Allemagne, les dirigeants du CGOC consacrent donc les synthèses faites pour leurs adhérents à la définition de ses seules modalités techniques. « En Allemagne, c’est de rationalisation que l’on s’est préoccupé pratiquement, beaucoup plus que de concentration [...] », lit-on dans le Bulletin central du CGOC. Il convient de rappeler qu’en Allemagne les deux termes sont quasiment synonymes dans la mesure où la concentration est le moyen de prédilection utilisé par l’industrie allemande pour réorganiser la production au sein de ses entreprises. Mais ce qu’indique la nuance employée ici, c’est l’importance prépondérante du remembrement interne de chaque magasin, et non de la restructuration globale de l’appareil distributeur allemand : « La concentration, au sens récent du mot a été, en pratique, au moins dans le commerce de détail, une simple mesure de rationalisation intérieure adoptée par les grands magasins ». Elle se manifeste par la fermeture de certains rayons et la concentration des marchandises dans certains autres. La réduction du nombre des établissements en Allemagne, de l’ordre de 7, 8 % en moyenne, a été principalement causée par la mobilisation du commerçant, et non par une décision autoritaire de l’État. On peut lier l’insistance du Bulletin du CGOC à souligner, en novembre 1942, l’absence de tout dirigisme commercial en Allemagne au démarrage en France, dès juillet 1942, d’une politique volontariste de concentration des entreprises commerciales sur les modalités de laquelle nous reviendrons bientôt. L’Allemagne apparaît paradoxalement comme le « bon exemple » à suivre. Cela se vérifie encore en janvier 1943 alors que se précisent les menaces de prélèvement de main-d’œuvre dans les entreprises commerciales françaises. Le Bulletin cite un article du Deutscher Volkswirt d’octobre 1942 rapportant qu’en Allemagne, « depuis le début de la guerre, on s’est demandé à maintes reprises s’il ne convenait pas de prélever des travailleurs dans le commerce en lançant des ordres officiels d’arrêt aux entreprises. On s’est toujours abstenu de le faire car il est presque impossible d’établir une règle qui soit vraiment équitable [...] ». De la même manière, inquiet des tendances administratives françaises à la concentration qui s’exerceraient au détriment des seules entreprises à commerces multiples afin d’assurer en priorité la survie des petites entreprises spécialisées132, le CGOC oppose l’exemple allemand à travers l’avis du rédacteur du Deutscher Volkswirt : « La spécialisation poussée à l’extrême a été pendant longtemps considérée comme une solution idéale : or, pendant la guerre, le commerçant expie trop souvent une spécialisation trop poussée ; il se voit obligé fréquemment de fermer boutique, s’il ne se retourne pas à temps vers des produits qui se vendent encore. [...] C’est pourquoi, dans chaque branche, on constate une tendance à élargir l’assortiment ». Et le Bulletin du CGOC de conclure de façon très explicite : « Relevons l’observation très juste que la spécialisation prônée naguère encore un peu aveuglément, devient « économiquement néfaste » dès qu’elle a pour conséquence « une insuffisante utilisation des entreprises commerciales et de leur personnel »133.

  • 134 AN, 68 AJ/1, séance du 18 février 1943.
  • 135 Bulletin central..., op. cit., numéro du 10 mars 1943, p. 95.

28L’admiration ne commence à s’estomper que dans le numéro de mars 1943 où il est fait état de la fermeture d’établissements commerciaux en Allemagne. L’information a été donnée un mois plus tôt lors d’une séance du comité de direction134. « Avant tout, il s’agit pour l’Allemagne de dégager de leurs occupations professionnelles des effectifs nouveaux, pour les mobiliser en vue de la guerre totale »135. Le Bulletin central s’emploie à détailler, sans aucun commentaire désormais, les trois ordonnances réglementant « la fermeture de tous établissements industriels et commerciaux non indispensables à l’industrie de l’armement ou à la vie de la population. [...] Quant aux grands magasins des villes importantes, un grand nombre de leurs rayons seront fermés, sauf les rayons d’alimentation. Il apparaît même que des fermetures totales seraient prévues ». C’est au début de l’année 1943 que change donc l’image que donne le Bulletin du CGOC de la politique allemande vis-à-vis de ses grands magasins. À la vision quasi idyllique donnée par les voyages organisés et les articles de presse allemands succède une vision beaucoup plus négative, inscrite de façon eaucoup plus brutale dans la réalité de guerre du monde. En revanche, c’est de manière linéaire et irréversible que l’on assiste à la dégradation de l’image de la politique administrative et gouvernementale française vis-à-vis des magasins français. Les responsables français ont eu une vision bien plus lucide de leurs propres dirigeants avec lesquels ils étaient en relation quotidienne et directe. L’exemple du problème posé par la réquisition autoritaire de la main-d’œuvre des entreprises commerciales en fournit une bonne illustration.

2. La défense de la main-d’œuvre commerciale

  • 136 Eberhard Jâckel, La France dans l’Europe de Hitler, Paris, 1968; Alan Milward, The New Order and t (...)
  • 137 Cf. Hans Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique», op. cit., p. 31-32. Comme l’ (...)
  • 138 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 694-697.
  • 139 AN, 68 AJ/2, Secrétariat général, courrier SOC, janvier-mars 1942, lettre de Pierre Benaerts au di (...)
  • 140 AN, 68 AJ/1, CD, 25e séance, 2 juillet 1942.

29On sait que l’exploitation économique de la France par l’Allemagne passa en partie par le contrôle de sa main-d’œuvre136. En 1942, deux politiques s’opposent au sein du camp allemand : les autorités du Majestic à Paris favorisent une politique d’exploitation sur place de la main-d’œuvre française, tandis que les dirigeants nazis souhaitent sa déportation en Allemagne. Berlin estime en effet que les autorités d’occupation ont parfois trop tendance à tenir compte des besoins de leur juridiction : il nomme donc Fritz Sauckel, haut commissaire du Reich à la main-d’œuvre avec tous pouvoirs sur l’administration militaire en France137. L’échec relatif du système de la Relève lancé en mai 1942 par Sauckel – il consistait à livrer des travailleurs français en échange du rapatriement des prisonniers – a entraîné l’accélération de la politique de concentration des entreprises développée, depuis fin 1941, par le Majestic en liaison avec le ministère de la Production industrielle138. La loi du 17 décembre 1941 relative au « plan d’aménagement de la production » cherche, par la fermeture d’usines, à dégager de la main-d’œuvre à réorienter vers les usines travaillant directement pour la Wehrmacht. Pierre Benaerts saisit les implications de la loi pour le domaine commercial. La politique du CGOC vise, dans le souci de sauvegarder son initiative, à devancer l’occupant et la Production industrielle. Dès qu’il reçoit pour information la circulaire du 26 janvier 1942 relative au plan d’aménagement de la production des entreprises rattachées aux comités industriels, Pierre Benaerts la diffuse auprès des délégués régionaux du CGOC. Comprenant que les mesures prises dans l’industrie auront une incidence sur le commerce, que les arrêts d’usine par exemple entraîneront une modification des courants commerciaux, il lance en février 1942 une étude sur « l’opportunité d’une concentration des fonctions commerciales » et l’idée d’un projet d’aménagement de la distribution en complément à celui de la production139. Il devance donc les réclamations de l’administration, en l’occurrence de la direction du Commerce intérieur. En effet, lors d’une séance du comité de direction, le 2 juillet 1942, Henri Culmann réclame « un sensible changement de la politique générale du CGOC » 140. Selon lui, la préoccupation dominante du comité a été de maintenir l’armature de la distribution dans les mêmes conditions qu’avant les hostilités ; cette politique « conservatrice » et coûteuse ne saurait continuer plus longtemps ; il est nécessaire d’envisager une réduction du coût de la distribution grâce à une réduction des frais de main-d’œuvre, du nombre des entreprises et à la concentration des stocks. Dans ce réquisitoire, Culmann s’appuie pour partie sur les arguments fournis par le Comité central des prix qui juge les taux de marque proposés « hors de proportion avec les services rendus ». Les mesures proposées sont draconiennes. Culmann rappelle qu’existe déjà un plan de concentration pour les entreprises de production et indique qu’en cas de résultat insuffisant, le commerce doit se préparer à « un dégraissage de ses effectifs » afin de dégager du personnel pour la production. Il précise que sa direction prépare un projet de loi concernant le régime des cessations de commerce (par fermeture volontaire, abandon d’entreprise, faillite ou par liquidation judiciaire) afin de conférer aux entreprises fermées certains avantages. Enfin, pour réaliser la concentration des stocks, il envisage de supprimer des points de vente et de réserver la vente aux spécialistes.

  • 141 AN, 68 AJ/1, CD, 25e séance, 2 juillet 1942, op. cit.
  • 142 AN, 68 AJ/68, sd. 98 Concentration. Direction du Commerce intérieur, instruction CP 7, 17 août 194 (...)
  • 143 Ibid., lettre de Henri Culmann à Pierre Benaerts du 28 juillet 1942.
  • 144 Michel Margairaz, L’Etat, les finances..., op. cit., p. 699.
  • 145 AN, 68 AJ/68, sd. 98, instruction DR n° 19, 19 avril 1943. Une circulaire en date du 5 mai 1943 an (...)
  • 146 AN, 68 AJ/68, sd. 98, lettre de Boilevé à Benaerts, 29 avril 1943.
  • 147 Ibid.

30Ce discours de Culmann marque une étape importante dans la vie du CGOC dans la mesure où il constitue la première intervention directe de l’administration dans le fonctionnement d’un organisme théoriquement dirigé par les professionnels. Les dirigeants du CGOC se contentent alors d’émettre des réserves sur les mesures préconisées. Pierre Benaerts admet que la concentration des stocks s’effectue à l’échelon du commerce de gros « à la condition d’éviter toutefois que les dépôts de fabriques ne se substituent à cet échelon de distribution »141. Jacques Lacour-Gayet laisse paraître des doutes quant à la capacité des personnels du commerce à travailler comme producteurs industriels ou agricoles. Le 17 juillet, Benaerts diffuse ces instructions aux différents comités de branches142. Le 28 juillet, Culmann, se référant à son intervention au comité de direction, réaffirme la nécessité de s’adapter à la réduction générale des programmes de fabrication et précise le niveau de responsabilité de chacun. Aux chefs d’entreprise revient la charge de comprimer les frais de distribution dans chaque entreprise, au CGOC incombe celle de la concentration des stocks, tandis que la concentration des entreprises elles-mêmes est réservée au gouvernement143. Le 24 août 1942 paraît le décret d’application de la loi relative au « plan d’aménagement de la production ». Ce sont les arrêtés de la Production industrielle qui décideront de la fermeture provisoire des usines. Les dispositions de la loi sont étendues aux entreprises commerciales le 4 mai 1943. La direction du Commerce intérieur tente, dès fin avril, de faire accélérer le mouvement et réclame de nouveau que le CGOC et les comités de branches préparent d’urgence des plans de concentration, ce qui laisse supposer que, depuis neuf mois, le CGOC n’a guère fait preuve d’ardeur et a plutôt freiné la mise en place des mesures préconisées par Culmann. La direction du Commerce intérieur apparaît à cette date particulièrement préoccupée par les prélèvements de main-d’œuvre renforcés par l’institution du Service du travail obligatoire (STO), le 16 février 1943 : les départs ont été très élevés en mars 1943, atteignant plus de 120 000 jeunes gens144. Une instruction du 19 avril indique que les prochaines opérations de répartition de main-d’œuvre porteront notamment sur un contingent important de personnel de maisons de commerce145. Elle manifeste la crainte que le prélèvement n’atteigne désormais cadres et patrons. Elle justifie la nouvelle urgence par le fait « que les autorités occupantes, par l’intermédiaire des Feldkommandanturen, l’exigent ». Le CGOC et les comités particuliers devront adresser leurs plans de concentration aux délégués régionaux qui les transmettront aux inspecteurs généraux de la Production industrielle. Les délégués régionaux sont invités à collaborer avec les autorités occupantes locales et à « ne pas refuser systématiquement à celles-ci présentation ou communication des plans de concentration, si on le leur demande »146. Le but déclaré de la direction du Commerce intérieur est d’éviter que les Feld-kommandanturen ne procèdent elles-mêmes aux fermetures envisagées. De fait, une ordonnance du Majestic du 25 février – qui avait été suspendue le 18 juin -donnait le droit à ces autorités locales de procéder aux fermetures d’usines. Dorénavant, comme le stipule la direction du Commerce intérieur, elles devront attendre que « les propositions faites par les autorités françaises aient fait l’objet d’un arrêté du secrétaire d’État à la Production industrielle après l’approbation par les autorités compétentes du Majestic, en l’espèce le Dr Hornes »147.

  • 148 AN, 68 AJ/1, CD, 38e séance, 20 mai 1943.
  • 149 Ibid.

31Dans l’espoir de contrôler les déplacements de main-d’œuvre, la direction du Commerce intérieur, représentative de la politique générale menée par le ministère en la matière, joue une politique de collaboration avec le Majestic en échange d’un droit de regard sur les entreprises à fermer. De leur côté, les professionnels, par l’entremise du CGOC, ont tenté de prendre les devants, comme en témoigne la lettre de Benaerts du 26 février 1942, afin de ne pas subir les projets de l’administration. S’ils souhaitent un réaménagement de l’armature de la distribution, ils n’en demeurent pas moins très réservés, voire hostiles, quant à la politique de concentration. En témoigne ce conflit qui éclate peu de temps après les injonctions de la direction du Commerce intérieur. Le CGOC interdit à ses secrétaires régionaux de livrer les listes de ses ressortissants aux autorités auxquelles incombe la tâche du prélèvement. Le 19 mai 1943, Pierre Benaerts est sommé par Henri Culmann de livrer ces listes aux inspecteurs généraux de la production qui les demanderaient. Il refuse. Ses arguments sont transmis au ministre qui maintient l’ordre donné. Le 20 mai, Benaerts convoque la commission consultative du CGOC. Celle-ci préconise la soumission comme « moyen de défendre les ressortissants contre des prélèvements abusifs »148. Benaerts s’incline alors et adresse aux délégations régionales un télégramme d’obéissance aux instructions ministérielles. Pour le 21 mai, la Production industrielle exige la remise de « chiffres de base », c’est-à-dire le pourcentage de main-d’œuvre masculine susceptible de prélèvement, calculés par chaque comité particulier. Cette exigence suscite de nouveaux remous au sein du comité de direction qui estime quand même indispensable de faire valoir les « sacrifices en main-d’œuvre déjà consentis par le commerce »149.

  • 150 AN, 68 AJ/1, CD, 43e séance, 19 août 1943.
  • 151 Bulletin central..., op. cit., n° 3, 10 novembre 1942.
  • 152 Ibid., n° 4, 10 décembre 1942.

32À la suite de la mise en place du STO, la série des prélèvements dans le commerce s’estompe. Se maintiennent des « mutations » qui déplacent des employés du commerce vers des entreprises industrielles. Le CGOC s’insurge une nouvelle fois, en août 1943, en apprenant par l’intermédiaire de diverses délégations régionales, que de nombreuses convocations ou décisions de mutation ont été prononcées par des offices de placement français ou allemands, voire des Feldkommandanturen. Il dénonce une méthode opposée aux accords passés avec les autorités d’occupation. Cette fois-ci, il rencontre le soutien de la Production industrielle qui réaffirme que seuls les directeurs régionaux ou départementaux du STO ont qualité pour prononcer ces décisions. Jacques Lacour-Gayet ne manque pas de faire remarquer que, dans certains cas, le STO s’est laissé dessaisir en s’abstenant de redresser des anomalies que le Comité d’organisation des commerces non spécialisés lui avaient signalées150. Face aux exigences allemandes en matière de main-d’œuvre, le CGOC pratique une politique sans concession de défense de ses ressortissants qui heurte la politique de collaboration pratiquée par le ministère dont il dépend. C’est un premier exemple de différend entre professionnels et administration que le second volet de la concentration des entreprises, l’intégration des entreprises commerciales, confirme et amplifie. Dès le début de son existence, le CGOC a, en effet, admis la concentration des stocks et des entreprises comme une « médication nécessaire » en raison de la raréfaction des produits et en a fait un des éléments de la rationalisation de la distribution envisagée à plus long terme151. Encore cette concentration devait-elle se faire avec toutes les garanties propres à valoriser le statut du commerçant et à en garantir les intérêts. C’est pour cette raison que les réquisitions sommaires de main-d’œuvre étaient condamnées par le CGOC. Mais il a aussi très tôt condamné la multiplication des acquisitions de magasins de détail par les industriels et toutes les autres mesures d’intégration tendant à l’organisation verticale de l’économie. Ce « verticalisme » tant dénoncé par le CGOC subordonne à une direction unique tous les établissements dont l’activité s’opère sur une matière ou un produit, du stade de la production à celui de la consommation152. Il comporte aussi une dimension idéologique : il est dans certains domaines, comme le textile, l’occasion de règlements de compte et d’une curée sur les biens des commerçants juifs. C’est donc à un double débat de nature à la fois idéologique et économique que le CGOC se trouve confronté. Soumis à de vives pressions antisémites, il doit faire face au problème de l’arya-nisation.

B. LE CGOC ET L’ARYANISATION ECONOMIQUE

  • 153 Joseph Jones, « Vichy France and postwar economic modernization : the case of the shopkeepers », F (...)

33Il demeure encore difficile d’acquérir une vision précise de la participation du CGOC à l’aryanisation économique en raison du caractère lacunaire des sources. Les procès-verbaux du comité de direction sont extrêmement discrets à ce propos ; quant aux archives des commissions spécialisées qui eurent à en traiter, en particulier celle des commerces de détail, elles sont incomplètes. Notre analyse souscrit donc à ce qu’écrivait Joseph Jones : « Evidence about this question in the CGOC papers is sparse. [...] Further research will be necessary to determine the extent of the CGOC’s involvement in the closure of Jewish enterprises »153. Nous avons pu néanmoins préciser l’attitude du CGOC vis-à-vis des pressions du monde commercial et examiner sa place dans le processus d’arabisation. En outre, les documents conservés à la Fédération des grands magasins et magasins populaires ont permis de poser, de manière latérale, le problème des relations entre le patronat des grands magasins et l’administration face à la question de l’aryanisation.

1. La pression antisémite du secteur commercial

  • 154 Ibid.
  • 155 AN, 68 AJ/58, rapport du Groupement intercorporatif du commerce sur le commerce de détail par Léon (...)
  • 156 AN, 68 AJ/68, rapport présenté par la Chambre syndicale des commerçants-détaillants en bonneterie, (...)
  • 157 AN, 68 AJ/58, rapport sur les étrangers dans le commerce non sédentaire par Pierre Gibily, secréta (...)
  • 158 Sur la loi du 12 août 1932, son élaboration, son contenu, sa réception, cf. Ralph Schor, L’opinion (...)
  • 159 Cité par Ralph Schor, op. cit., p. 597.
  • 160 Ibid., p. 597-600.
  • 161 Ibid., p. 187.
  • 162 AN, 68 AJ/58, rapport du Groupement intercorporatif du commerce..., op. cit.
  • 163 Ibid., rapport présenté par la Chambre syndicale des commerçants-détaillants..., op. cit.
  • 164 Ibid.
  • 165 AN, 68 AJ/58, rapport sur les étrangers..., op. cit.

34Contrairement à ce qu’écrit Joseph Jones154, ce ne sont pas quelques cas de protestations antisémites qui remontèrent au CGOC, mais de très nombreuses lettres. C’est là un premier point important à souligner : le comité de direction du CGOC et son délégué-général furent confrontés à de nombreuses et violentes pressions antisémites de ses ressortissants et s’en défendirent bien plus qu’ils ne les attisèrent. Nombreux sont les rapports émanant d’associations et de syndicats professionnels qui demandent au CGOC de s’en prendre en priorité aux entreprises étrangères, rendues responsables de la défaite. Pour Léon Bergon, président du Groupement intercorporatif du commerce, « l’événement douloureux de juin 40 est, pour une large part, la conséquence désastreuse de l’immixtion des étrangers dans nos affaires »155. Pour la Chambre syndicale des détaillants en bonneterie, lingerie et mercerie du Rhône, il est « légitime que les sacrifices atteignent d’abord les commerçants étrangers qui sont extrêmement nombreux en France »156. La Fédération nationale des syndicats des usagers des foires et marchés rappelle que la loi du 10 août 1932 fixant le contingentement de la main-d’œuvre étrangère dans de nombreuses professions, avait délaissé le commerce ; l’on a assisté depuis à un envahissement du commerce français par des réfugiés politiques, des exilés ruinés, des israélites. Son secrétaire général, P. Gibily dénonce l’afflux actuel des israélites en zone non occupée et celui des romanichels, orientaux ou chinois en zone occupée : « Nous attirons particulièrement l’attention du CGOC sur les Chinois », écrit-il157. L’on ne peut toutefois s’y tromper : la dénomination d’ « étrangers » recouvre essentiellement les Juifs comme en témoignent les exemples accompagnant les dénonciations et les mesures préconisées. L’hostilité qui se manifeste dans le milieu commercial contre les étrangers et contre les Juifs n’est pas une spécificité née de la guerre et de l’Occupation. Elle prend racine dans un racisme ordinaire avivé par la crise économique des années trente. On connaît la fortune du terme de « métèque » popularisé par l’extrême droite pour désigner l’étranger en France. Ce sentiment « anti-métèque » fut d’autant plus vif chez les commerçants français qu’ils ne se sentaient pas protégés par la loi du 10 août 1932 qui permettait de contingenter par décrets la part des travailleurs étrangers employés dans les entreprises privées158. « N’importe qui, venant de n’importe où, peut tenir en France commerce de n’importe quoi », estimait un député en 1935159. Deux griefs principaux sont retenus : la facilité d’installation des étrangers ; leur non-respect des réglementations sociales et fiscales en vigueur. Aussi nombre de propositions de loi contre la concurrence étrangère prônent-elles, dès cette époque, une moralisation de la profession commerciale, thème qui rencontre un vif écho durant l’Occupation. Elles souhaitent également l’extension de la loi de 1932 aux commerçants étrangers. Seuls les décrets pris en novembre 1938 et février 1939 vinrent, avant-guerre, restreindre la liberté commerciale des commerçants étrangers en France, en les assujetissant à la possession d’une carte professionnelle160. La dénonciation du commerçant juif est une des formes prises par cette propagande « anti-métèque » liée à certains clichés spécifiquement antisémites dont celui associant les juifs à des secteurs d’activité : « la médecine, le barreau, la littérature, le cinéma, la peinture, la banque, le commerce, les Galeries Barbes, les chaussures André, les automobiles Citroën [...] »161. Comme le souligne cette énumération, le caractère juif de certains dirigeants de magasins a alimenté cette dénonciation. Un terreau antisémite existait déjà dans ce milieu où les rancœurs ont crû durant la guerre, encouragées par la propagande allemande. Beaucoup de syndicats de commerçants exigent du CGOC des mesures énergiques de « salubrité publique »162, voire une « loi d’exception imposée par l’extrême gravité des circonstances »163. La Chambre syndicale des commerçants détaillants en bonneterie du Rhône estime « particulièrement désirable de voir étendre à la profession commerciale les décrets de protection qui interdisent aux étrangers l’exercice de certaines professions libérales »164. Elle recommande aussi l’élimination de ces « entreprises tentaculaires dotées de puissants capitaux, presque toutes d’inspiration israélite, qui tendent à s’assurer une sorte de monopole dans la distribution des produits ». Evoquant lui aussi la fixation d’un « pourcentage des étrangers » pour certaines professions libérales, le représentant des Usagers des foires et marchés se montre cependant plus modéré : « Ce ne sont pas des mesures de police, ni des mesures d’exception contre une race ou une catégorie, qui solutionneraient complètement le problème. Il faut une réglementation générale s’appliquant à tous les étrangers pour l’ensemble du commerce »165.

  • 166 AN, 68 AJ/58, PV. Commission des commerces de détail, 12e réunion, 21 octobre 1942.
  • 167 Ibid. 11e réunion, 22 juillet 1942.
  • 168 Ibid., note du CGOC, 5 septembre 1942, S.O.C. n° 53.

35Pour répondre à ces pressions xénophobes et antisémites, on réunit les commissions spécialisées du CGOC. On envisage de fixer des quotas. Un membre demande qu’une « épuration » des professions commerciales soit entreprise166. Mais, très tôt, en réponse au rapport de Léon Bergon de juin 1942, la commission des commerces de détail fait connaître qu’« il n’appartient pas au CGOC de se prononcer sur l’exclusion des étrangers de la profession commerciale. Les conditions d’établissement des étrangers sont questions de politique étrangère négociées sur une base de réciprocité avec les gouvernements étrangers. L’organisation professionnelle doit borner son action à renseigner les pouvoirs publics sur leur demande »167. Ce point fut confirmé par une note du CGOC de septembre 1942 sur l’assainissement des professions commerciales, note où les commerçants indésirables étaient définis par des critères moraux, financiers et commerciaux : « La situation des étrangers n’est pas à considérer ici [...]. Il ne nous appartient pas d’édicter des mesures tendant à interdire l’exercice du commerce à tous les étrangers »168. Le CGOC revendique donc en théorie une intervention purement technique, dénuée de toute considération d’ordre idéologique. Son unique motivation est le souci d’empêcher une intégration verticale (ou horizontale) trop poussée des entreprises commerciales. Il témoigne d’une hostilité constante à la réunion dans les mains d’une seule personne de trop nombreuses entreprises participant à des stades divers de la production ou de la distribution.

36Il paraît néanmoins difficile dans le cas de l’aryanisation des biens juifs de dissocier les considérations économiques et les considérations idéologiques. Se préoccuper comme le fait le CGOC des effets de la vente d’affaires « juives » (rachat par des industriels notamment), c’est déjà admettre et entériner l’existence en amont d’un critère autre qu’économique.

2. L’insertion et la marginalisation du CGOC dans le processus d’aryanisation

  • 169 Pour une présentation précise du dispositif, on se reportera à la thèse de Philippe Verheyde, L’ar (...)

37Deux organismes sont alors en charge de la question de l’aryanisation économique : le Service de contrôle des administrateurs-provisoires (SCAP), rattaché au Commissariat général pour les questions juives (CGQJ) depuis juin 1941, et le ministère de la Production industrielle qui a manifesté sa volonté de continuer à être consulté avant toute décision de vente ou de liquidation. Des conférences hebdomadaires communes sont organisées d’octobre 1941 à août 1944. Des entretiens en décembre 1941 ont fixé théoriquement les compétences de chacun, et, en particulier, celles dévolues au CGOC. Les affaires commerciales sont classées en trois catégories : le CGOC instruit directement celles dont le chiffre d’affaires est inférieur à un million de francs. Dans le cas des entreprises dont le chiffre d’affaires varie entre un et cinq millions, le CGOC est consulté, mais l’avis définitif est établi par la Production industrielle. Enfin cette dernière se charge du dossier des entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse les cinq millions de francs169.

  • 170 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, Paris, 1981, p.lSl. Les références de l (...)
  • 171 AN, 68 AJ/68, instruction DR n° 26, 5 juillet 1943.

38Les déclarations de la Production industrielle, de la direction du Commerce intérieur et du CGOC ont pu entretenir une incertitude sur le fondement de leur démarche tant étaient mis en avant le caractère purement technique de leur intérêt et leur objectif premier : la rationalisation de l’industrie et du commerce. De fait, la loi du 17 décembre 1941 permettait de décréter la fermeture de certains établissements, pour raisons économiques, moyennant une indemnisation. Mais la lettre découverte par Michaël Marrus et Robert Paxton dans les archives du Centre de documentation juive contemporaine et mentionnée dans leur ouvrage Vichy et les Juifs 170 a permis de lever l’équivoque. Pierre Benaerts y donnait au directeur général du Service de contrôle des administrateurs provisoires les avis suivants : « La pénurie de produits à vendre impose actuellement de sévères mesures restrictives tendant à la contraction de notre appareil de distribution ; les stocks doivent être concentrés, les entreprises ne répondant pas à un besoin certain [...] éliminées. Ainsi nous semble-t-il logique d’appliquer ces mesures aux entreprises dont la suppression peut être facilement obtenue grâce à l’application d’une réglementation déjà en vigueur [...]. Toute entreprise israélite ne répondant pas à un besoin précis des consommateurs devrait être liquidée [...]. Dans notre esprit, la liquidation doit être la règle, la vente, l’exception. La phrase évoquant « l’application d’une réglementation déjà en vigueur » se référait explicitement à la législation de Vichy interdisant aux Juifs certaines activités économiques. Les recherches de Philippe Verheyde confirment le triste choix effectué, en amont, par la Production industrielle : la liquidation doit s’opérer en vertu de la législation sur les affaires juives et non de la loi du 17 décembre 1941, ce qui offre l’avantage d’économiser les deniers publics (sic). Ce choix fondamental a été suivi par le CGOC, ce qui témoigne de l’uniformité idéologique de l’administration économique française de l’époque. Le CGOC a beau jeu de stipuler que « seule doit être appréciée la valeur économique des entreprises » à fermer171, il n’en récupère pas moins l’aryani-sation dans sa logique de réaménagement de l’appareil de distribution français, ce que soulignait justement Henry Rousso. En revanche, il faut nuancer l’appréciation de ce dernier quand il écrit que le CGOC a favorisé ainsi certains intérêts industriels ou financiers à la volonté monopolistique à peine déguisée.

  • 172 AN, 68 AJ/1, CD, PV du 6 août 1942.
  • 173 Cf. Philippe Verheyde, L’aryanisation des grandes entreprises, op. cit., p. 444-458.

39Plus on affine l’étude de l’administration économique de Vichy, plus les dissensions internes apparaissent. En l’état, il apparaît qu’il y a concordance de vues entre la Production industrielle et l’organisme censé représenter les professionnels, le CGOC, sur le mode d’aryanisation qui doit être privilégié : la liquidation, c’est-à-dire la suppression radicale de toute trace de propriété juive, doit l’emporter sur la cession, la vente à un non-juif. C’est le point de vue du ministère, relayé par la direction du Commerce intérieur, et avalisé par le comité de direction du CGOC : le CGOC doit manifester une tendance accrue à la liquidation pure et simple de la plupart des affaires, c’est-à-dire « liquider d’abord des entreprises israélites », puis « empêcher leur rachat par de nouveaux venus »172. Il est résumé par la formule déjà citée de Pierre Benaerts : « la liquidation doit être la règle, la vente, l’exception ». Mais ce n’est pas celui de l’autre organisme en charge de l’aryanisation, le Commissariat général aux affaires juives plus favorable à la cession. Le directeur adjoint du SCAP critique en août 1943 cette position car la liquidation risque de créer des places vides que les Juifs pourraient être tentés de remplir ultérieurement...173 Aussi le ministère de la Production industrielle est-il contraint de se prononcer sur les modalités de l’autre moyen principal d’aryanisation : la cession.

  • 174 Sur les agissements du groupe De Surmont, l’on trouvera un petit dossier en AN, 68 AJ/9, « Affaire (...)
  • 175 AN, 68 AJ/9, « Affaire Gillot ».
  • 176 Ibid., lettre de Pierre Benaerts du 21 janvier 1944.
  • 177 AN, 68 AJ/7, lettre de Henri Culmann du 16 mai 1942.
  • 178 AN, 68 AJ/9, lettre de Pierre Benaerts du 8 février 1944.
  • 179 Ibid, note du CGOC, S.O.C. n° 70, mai 1944.
  • 180 Ibid., lettre non datée.
  • 181 AN, 68 AJ/1, CD, PV du 21 janvier 1943.
  • 182 Ibid, dossier du 17 mai 1944, note S.O.C. n° 73 du 19 mai 1944.
  • 183 AN, 68AJ/7, lettre du MPI au Commissariat général aux affaires juives du 13 mars 1943.

40Sur ce second point, la ligne de fracture se déplace entre lui et le CGOC. Bien que la position du ministère ne paraisse pas encore bien arrêtée, elle semble mue par un souci modernisateur, qui, en cas de vente, le conduit à encourager la concentration des entreprises. Le CGOC se montre en revanche très hostile à toute intégration et préconise la vente morcelée. De façon systématique, le CGOC signale à l’administration les nombreux cas d’intégration réalisée par les industriels et tente de s’y opposer. Elle s’effectue très souvent selon le même processus. Une entreprise aryanisée est rachetée par une société-écran, composée d’administrateurs de divers magasins appartenant au fabricant pour le compte duquel l’opération est réalisée. C’est le cas, par exemple, d’une filière d’entreprises textiles de Tourcoing, dirigée par la famille De Surmont dont les agissements sont portés à la connaissance du CGOC, entre autres par Louis Billiet, représentant de l’Union des intérêts économiques174. Opposé à toute concentration verticale défavorable aux grossistes et aux détaillants, le CGOC est également hostile à toute concentration horizontale effectuée, par exemple, par des grossistes cherchant à établir un réseau de magasins de détail parallèle à celui de leurs entrepôts de gros175. Il informe l’administration de ces pratiques. En janvier 1944, Pierre Benaerts le répète : « Je n’ai pas manqué d’attirer à plusieurs reprises l’attention des pouvoirs publics sur cette pratique regrettable »176. Mais il se trouve que, très vite, le CGOC se heurte à des difficultés. L’on tente de se passer de ses avis. En mai 1942, Henri Culmann adresse une lettre furibonde au directeur général du Service de contrôle des administrateurs provisoires qui voulait passer outre l’avis du CGOC arguant de la « difficulté de distinguer parmi les affaires commerciales celles qui sont de son ressort ». Culmann refuse d’ordonner le désaisissement du CGOC de ces affaires et réaffirme la nécessité de consulter le CGOC lors de la cession ou liquidation d’entreprises israélites. Il ajoute cette phrase bien révélatrice des divergences de vue : « Je vous serais obligé de rappeler à vos services compétents que je suis, par principe, opposé à toute cession d’entreprises commerciales à des industriels »177. En février 1944, Pierre Benaerts écrit à Pierre de Calan, le nouveau directeur du Commerce intérieur, et dénonce l’« attitude passive de l’administration » face aux extensions de commerce illicites178. En mai 1944, il se plaint des « avis contraires » de la direction de l’Organisation professionnelle du ministère de la Production Industrielle179. En juin 1944, l’on trouve encore une lettre adressée directement à Jean Bichelonne. Benaerts lui rappelle les nombreuses lettres que le CGOC a adressées à ses services : « Ces interventions n’ont pas reçu de suite ». Il mentionne encore les avis défavorables donnés lors d’acquisitions abusives d’entreprises israélites et dénonce la négligence de la direction de l’Organisation professionnelle180. Une affaire très révélatrice en la matière est celle de la Société du vêtement moderne qui exploite en province trente-neuf succursales sous l’enseigne du Palais du Vêtement. Elle est intégrée à la fois à l’entreprise de fabrication Halimbourg-Akar et à celle de distribution Société parisienne du vêtement. Le CGOC se prononce fin janvier 1943 pour la séparation des affaires — toujours dans son optique d’allégement de la distribution181. Il semble que, dans un premier temps, le ministère se soit rangé à son avis. Puis il opère un revirement en mars et donne un agrément à la solution préconisée par le Commissariat général des affaires juives : la vente globale des trois entreprises à un même acquéreur. Dans une note du 19 mai 1944, le CGOC évoque cette décision et écrit : « La direction de l’Organisation Professionnelle marque une tendance très nette à négliger nos avis en la matière et à favoriser dans bien des cas les tentatives d’intégration auxquelles nous sommes opposés »182. En l’occurrence, le ministère se justifiait en alléguant que, à la suite de l’appel d’offres, la société Halimbourg-Akar ne pouvait intéresser qu’un gros industriel ou commerçant et que « l’application rigoureuse des principes généralement admis en pareille occurrence par le département de la Production industrielle, en vue d’éviter une opération de concentration d’entreprises verticale ou horizontale, se trouvait pratiquement tenue en échec »183.

  • 184 Cf. AN, 68 AJ/1, CD, PV du 21 août 1941 : Par suite de sa saisie par le Contrôle général des affai (...)

41Cette affaire révèle les dissensions au sein du ministère de la Production industrielle. Elle souligne aussi la difficulté de la situation du CGOC pris entre sa volonté initiale de ne pas être excessivement mêlé au processus d’aryanisa-tion184 et la nécessité de peser sur ce processus afin de sauvegarder les intérêts de ses entreprises. Cette difficulté est accrue à la suite de la réorganisation de janvier 1943 et la dissociation entre une direction du Commerce intérieur, reprise par Pierre de Calan, qui parvient de moins en moins à faire prévaloir ses vues en matière de défense des distributeurs, et une direction de l’Organisation professionnelle qui défend les impératifs de la production. La marginalisation effective du CGOC dans le processus de prise de décision n’élude pas une autre question : celle du rôle tenu par le patronat des grands magasins dans la politique d’aryanisation. Il demeure encore difficile à évaluer. Les procès-verbaux du temps de guerre du Groupement d’études des grands magasins sont encore plus sybillins que ceux du temps de paix. Nous ne livrons donc les bribes qu’ils contiennent que comme matériaux pour des recherches futures approfondies.

3. La participation des grands magasins à l’aryanisation

  • 185 Fenacomult, Notes, F 1033/192, commissaires-administrateurs.
  • 186 Fenacomult, Notes, F 1033/192, commissaires-administrateurs.

42Le Groupement a suivi avec attention la prise des premières ordonnances allemandes contre les Juifs (27 septembre 1940, 18 octobre 1940). Le 10 octobre, « l’Assemblée [du Groupement] exprime les difficultés soulevées par l’imprécision de certains termes de l’ordonnance et que ne résolvent pas les communiqués officiels parus dans le B.M.O. ou dans la presse.[...] ». C’est sans doute une allusion au paragraphe quatre de la première ordonnance stipulant que « tout commerce, dont le propriétaire ou le détenteur est juif, devra être désigné comme « entreprise juive » par une affiche spéciale en langue allemande et française jusqu’au 31 octobre 1940 ». Le 24 octobre, soit six jours après la parution de la deuxième ordonnance, est consignée la « [...] démarche faite par le représentant du Groupement au ministère de la Production Industrielle sur la demande d’un des secrétaires généraux du Département. L’assemblée en approuve le sens. » Ces deux comptes rendus sont si elliptiques qu’il est impossible de connaître la réaction des dirigeants des grands magasins au principe même des ordonnances. Cependant, une note beaucoup plus précise de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples en date du 27 novembre 1940 témoigne clairement de l’intention de celle-ci d’être partie prenante dans le processus d’aryanisation qui se met en place, en particulier dans la recherche de commissaires-administrateurs. Elle commence par informer ses adhérents des volontés des Allemands : « Les autorités d’occupation ont manifesté l’intention d’affecter dans le plus bref délai, à chaque entreprise israélite au sens de l’ordonnance du 18 octobre 1940, un commissaire-administrateur. Il s’agit de 5 000 entreprises au moins dans le département de la Seine »185. L’ordonnance citée indique en effet dans le paragraphe 5 que « pour les entreprises juives, il pourra être nommé un commissaire-administrateur [...] ». Le paragraphe 2 enjoint aux entreprises juives de faire une déclaration préliminaire auprès du sous-préfet compétent et à Paris auprès du préfet de police. Cette déclaration doit contenir des renseignements précis sur la nature juridique de l’entreprise, sur sa structure matérielle et sur son état financier (paragraphe 3). À la demande de la préfecture de la Seine, la Fédération, chargée de centraliser les listes des commissaires-administrateurs, déclare qu’elle « recevrait volontiers des maisons adhérentes l’indication des personnalités qui accepteraient ces fonctions ». Elle suggère que « d’anciens membres de la direction des grands magasins (intéressés, administrateurs, chefs de rayons) ayant récemment pris leur retraite, ou toutes autres personnes susceptibles de gérer ou de contrôler la gestion d’une affaire pourraient utilement figurer sur ces listes »186. Par ce service, la Fédération a sans doute essentiellement voulu contrôler la nomination de commissaires-administrateurs. Mais l’affaire de l’aryanisation des Galeries Lafayette montre que ni elle, ni le Groupement n’eurent un mot à dire.

  • 187 Philippe Verheyde, Les Galeries Lafayette (1899-1955) : histoire économique d’un grand magasin, ma (...)
  • 188 Entretien avec M. Max Heilbronn du 21 avril 1994.
  • 189 FNECM, Notes, F 1271 « Participation allemande dans les sociétés françaises », 29 avril 1941.

43Le procès-verbal du 25 novembre 1943 d’une réunion du Groupement d’études des grands magasins entérine laconiquement la « bienvenue souhaitée à M. Harlachol, président des Galeries Lafayette qui prend séance pour la première fois ». Maurice Harlachol, industriel de Lodève, est l’un des deux hommes de paille français au profit de qui a été faite, en 1942, sur la pression allemande, la cession des actions du grand magasin. L’on sait que malgré de fortes résistances de son administration, le ministre des Finances Pierre Cathala finit par donner son accord aux manœuvres financières qui aboutirent à l’aryanisation des Galeries Lafayette le 11 octobre 1943187. Selon M. Max Heilbronn, le Groupement d’études des grands magasins n’intervint nullement. L’aryanisation des Galeries Lafayette fut traitée entre le Crédit commercial de France et les Allemands, le Groupement n’ayant pas son mot à dire dans les tractations188. L’analyse de Philippe Verheyde insiste sur la présence d’un troisième partenaire : le ministère des Finances. De fait, sur un plan plus général, une note émanant de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples – qui englobe le Groupement des grands magasins – confirme le rôle déterminant des Finances en la matière. Elle transmet à ses adhérents un avis du 22 avril 1941 de la direction du Commerce intérieur stipulant que toutes les affaires de participation allemande dans des sociétés françaises seraient suivies par un service spécial mis en place à la direction des Finances extérieures et des Changes du ministère des Finances : « Un grand nombre d’entreprises françaises ayant leur exploitation en France ou à l’étranger sont actuellement approchées par des groupements allemands qui leur proposent soit une participation dans le capital, soit un rachat de tout ou partie de leur actif social. Afin d’assurer l’unité de vues nécessaires dans l’attitude à adopter en présence de ces propositions, le gouvernement a décidé qu’aucune cession, quelle qu’elle soit, ne pourrait être consentie sans son autorisation et que, d’autre part, toutes ces négociations seraient suivies et coordonnées par un service administratif spécialement désigné à cet effet au ministère des Finances (direction des Finances extérieures et des Changes) ». Les comités d’organisation devront avertir la direction du Commerce intérieur de toute tractation surprise entre dirigeants français et allemands en ce sens. La Fédération ajoute que c’est elle-même qui se chargera de la centralisation de toutes les informations et de leur transmission à la direction du Commerce intérieur189.

  • 190 Philippe Verheyde, L’aryanisation des grandes entreprises, op. cit., p. 290.

44Les associations patronales des grands magasins n’ont pas ignoré les conditions dans lesquelles s’est passée l’aryanisation de certaines de leurs entreprises ressortissantes. Elles ont même participé au processus, en collectant et en transmettant des informations. On peut estimer qu’en écho à l’attitude générale de défense des entreprises adoptées par le CGOC, leurs interventions ont été motivées par le souci de maîtriser autant que possible les effets de ce processus. En ce qui concerne la politique suivie individuellement par chaque magasin, un procès-verbal du Groupement d’études des grands magasins du 9 décembre 1940 laisse entrevoir que des propositions ont été faites par des entreprises allemandes aux magasins français : « Il est rendu compte à l’Assemblée de conversations récentes relatives à certaines formes de collaboration, parmi lesquelles l’établissement de courants commerciaux entre établissements ou groupes économiques de même nature ». La thèse de Philippe Verheyde vient d’en apporter une première confirmation, en mentionnant les contacts établis de part et d’autre du Rhin en 1941 : « la Samaritaine conclut un accord commercial avec la société Hertie Waren und Kaufhaus de Berlin ; les Trois Quartiers sont approchés par les grands magasins Grùnfeld en vue d’un contrat de fournitures réciproques de produits » 190.

  • 191 Ibid., p. 289. Cf. son analyse détaillée de l’aryanisation de Paris-France, p. 223-234.

45Enfin elle établit la participation d’un certain nombre de grandes entreprises de distribution à l’aryanisation. La majorité des acquéreurs potentiels se situe au sein de la branche professionnelle, « l’exemple le plus marquant étant le groupe Paris-France dont les dépouilles sont équitablement partagées entre la Samaritaine et les Nouvelles Galeries191 ». Cette participation a pu être justifiée par la nécessité d’aryanisations fictives qui permettaient d’échapper à l’introduction d’intérêts allemands ; elle fut aussi l’occasion de contribuer à la restructuration interne de certaines branches commerciales.

  • 192 AN, 68 AJ/1, CD, PV du 6 août 1942.
  • 193 Bulletin centralop. cit., numéro du 10 octobre 1942.
  • 194 Ibid., numéro de février 1943.

46S’il fallait maintenant tirer un premier bilan de l’activité du CGOC relatif à l’aryanisation, on pourrait estimer que les chiffres corroborent l’idée revendiquée en août 1942, déjà citée : la liquidation doit l’emporter sur la cession192. On dispose de quelques chiffres relatifs aux entreprises situées dans la région parisienne. Depuis sa création, en mai 1941, jusqu’à la date du 22 septembre 1942, le CGOC, à la demande du Commissariat aux questions juives, a examiné 573 dossiers. Il a conclu à 202 avis de cession et à 371 avis de liquidation193. En 1943, la tendance s’accentue. Sur 951 dossiers examinés, 333 ont fait l’objet d’avis concluant à la vente, 618 à la liquidation194.

  • 195 AN, 68 AJ/38, dossier « Section d’études de l’organisation professionnelle, lettre de Pierre Benae (...)
  • 196 Paul Allonas, « Perspectives d’avenir », L’organisation du commerce dans l’économie dirigée, colle (...)

47Le premier juillet 1944, après la chute du gouvernement de Vichy, Pierre Benaerts émet une nouvelle protestation concernant cette fois-ci une circulaire du 31 mai 1944, restreignant les pouvoirs des comités d’organisation relatifs à l’accès aux professions et à leur exercice. Ils deviennent des chambres d’enregistrement et l’essentiel de l’organisation leur échappe pour passer à l’administration. Celle-ci ne laisse aux mains des professionels « qu’une caricature de pouvoir ». Désormais sans illusions, Benaerts écrit que « [...] l’État français renoue avec la tradition régalienne par laquelle le souverain s’arrogeait le rôle de redresseur de tort à l’égard du peuple » et souhaite « qu’un formalisme juridique d’inspiration conservatrice et réactionnaire ne vienne pas détruire le travail effectué depuis quatre ans »195. Soumise aux nouvelles exigences allemandes sur la production, l’administration française sous Vichy a sacrifié la distribution. Certes, en son sein, des fonctionnaires comme Henri Culmann, de concert avec les représentants de la distribution, vont mettre à profit les circonstances pour entreprendre la réorganisation du système de distribution français. Dans le domaine de la distribution, Vichy accélère l’application de réflexions entreprises dans l’entre-deux-guerres et prépare des dossiers et des documents sur le monde commercial qui seront utilisés à la Libération au moins jusqu’en 1946, comme en témoignent les archives de l’Office interprofessionnel de la distribution, l’organisme qui succéda au CGOC. Il y a également une continuité indéniable dans le souci d’assurer la diffusion des méthodes de modernisation des entreprises commerciales. Conscient de l’inertie et de la résistance des petites et moyennes entreprises, élément majoritaire du commerce français, Paul Allonas, le directeur des services d’organisation commerciale du CGOC, réaffirme ainsi, à la fin de l’Occupation, ces principes de base que sont une comptabilité bien tenue, la comparaison des rendements, la rotation des stocks, la tenue d’un inventaire permanent, autant d’éléments insuffisamment assimilés et qu’il faudra impérativement continuer à inculquer196. Cependant, il faut marquer avec plus de netteté que cela n’a été fait jusqu’ici, que la continuité avec l’avant-guerre et la Libération concerne seulement l’effort conduit par le commerce pour améliorer la connaissance qu’il a de lui-même ainsi que la formation des entrepreneurs. En revanche, la rationalisation entreprise par Vichy n’a plus rien à voir avec celle prônée par la Chambre de commerce internationale dans les années trente. Elle est au service d’un dirigisme imposé de manière autoritaire et d’une politique excluant, sur des critères raciaux, toute une partie de la population de la vie économique. Mais si le débat sur l’économie dirigée est étouffé quotidiennement par l’administration de Vichy, il ne demeure pas moins vif durant l’Occupation dans les milieux du commerce. Au-delà de la polémique personnelle qui opposa alors Jacques Lacour-Gayet à Jean Bichelonne, il convient de poser le problème de la présence des libéraux à Vichy.

Notes

1 Cf. D. Barjot, H. Rousso, « Introduction. Un champ de recherche en profond renouvellement », dans Dominique Barjot (dir.). Stratégies industrielles sous l’Occupation – Histoire, Économie et Société, n° 3, 1992, p. 329-335. Sur la restructuration de l’appareil économique et financier, cf. Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion (1932-1952), Paris, 1991, t. 1, chap. XVI. En collaboration avec Henry Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », dans Dominique Barjot (dir.), Stratégies industrielles..., op. cit., p. 337-367.

2 Henri Culmann, À Paris, sous Vichy, Paris, 1985; Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Paris, 1977. Le témoignage d’Henri Culmann, découvert sur les rayonnages de la bibliothèque du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, n’avait pas alors, à notre connaissance, fait l’objet d’une exploitation systématique. Or, il s’est révélé d’un intérêt capital pour le thème qui nous préoccupe dans le présent chapitre : la mise en place de l’administration de la distribution intérieure et la création du Comité général d’organisation du commerce. Culmann y a présidé personnellement, il a connu Jacques Lacour-Gayet, et son récit fourmille d’indications précises, que nous avons, de manière sélective, confrontées à la lecture des archives.
Le premier poste qu’il occupa sous le régime de Vichy fut la direction du cabinet du secrétaire d’État aux communications, Jean Berthelot. Il le quitta pour devenir un fidèle lieutenant de Jean Bichelonne : il fut en effet nommé le 20 décembre 1940, directeur-adjoint du Commerce intérieur. Il rend d’ailleurs à Bichelonne un hommage passionné qui ne laisse planer aucune ambiguïté sur la sincérité de son engagement à ses côtés (cf. annexe, p. 329-338). A l’instar d’autres hauts fonctionnaires de sa génération, Culmann a trouvé en Vichy, et en ses dirigeants, le régime et les hommes qui ont su distinguer et valoriser à ses yeux des qualités que l’administration précédente n’avait pas su reconnaître. Aussi l’ensemble de son témoignage ne se départit-il pas d’un constant souci d’auto-justification vis-à-vis des comptes qui lui furent demandes depuis la Libération et son passage devant le comité d’épuration du ministère de la Production industrielle. On y trouve l’argument classique : « Je servais l’État et non un homme » (p. 42), et l’interprétation traditionnelle des conditions de création du nouveau régime : les exigences de la survie, la présence allemande, l’alternance politique au Front populaire que représentait le vichysme (p. 242).

3 Ibid., p. 61.

4 Archives nationales (AN), F 37 28, d. Effectifs et attributions du ministère du Commerce, avril 1939.

5 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 75.

6 Ibid., p. 62.

7 Hervé Alphand, L’étonnement..., op. cit., à la date du 11 décembre 1939.

8 Ibid., à la date du 10 septembre 1939.

9 Hervé Alphand mentionne de façon elliptique ce changement, le 10 septembre 1939, en signalant qu’il a désormais la main sur le contrôle du commerce extérieur. La réorganisation du ministère du Commerce est due au décret du 1er septembre 1939, cf. Le conseiller du commerce extérieur, numéro d’octobre 1939.

10 AN, F 37 28, d. Effectifs et attributions du ministère du Commerce, septembre 1939.

11 Hervé Alphand, L’étonnement..., op. cit., à la date du 13 juin 1940.

12 Ibid., à la date du 21 juillet 1940.

13 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, Paris, 1950, p. 154, note 1.

14 Henri Culmann, À Paris, op. cit., p. 61-62.

15 Pour plus de détails, cf. Michel Margairaz, L’État, les finances, op. cit., p. 518-519.

16 Cité dans Robert Catherine, L’Industrie, Paris, 1965, p.VII.

17 Sur le développement d’une « politique industrielle », cf. Henry Rousso, « Le ministère de l’Industrie dans le processus de planification : une adaptation difficile (1940-1949) », dans Henry Rousso (dir.), De Monnet à Massé, Paris, 1986, p. 27-40.

18 René Belin fut chargé de l’élaboration de la loi du 16 août 1940 et devint le premier ministre de la Production industrielle. Cf. Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), Le gouvernement de Vichy (1940-1942) – Institutions et politique, Paris, 1972, p. 203-207.

19 AN, F 37 28, d. Effectifs... Dans les observations préliminaires à l’organisation du nouveau ministère de la Production et du Travail, l’on trouve la note suivante, révélatrice dans sa prudence, de l’état d’esprit des premiers mois du régime : « C’est en tout cas, en se plaçant dans l’hypothèse d’une organisation corporative de l’industrie et du commerce qu’a été préparé le plan d’organisation ci-après. [...] Il semble par la suite que les règles de l’économie dite libérale doivent être abandonnées ».

20 AN, F 60 10157, d. 221-H2, « Rapport sur l’activité du MPI du 15 juillet au 15 novembre 1940 ».

21 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 188.

22 Michel Margairaz, L’État, les finances, .... op. cit., p. 691-697, p. 699-703.

23 Cf. FNSP, Le gouvernement de Vichy (1940-1942), op. cit., p. 203-207.

24 JO, 18 août 1940, n° 205, p. 4731-4733.

25 Souligné par nous.

26 Cf. FNSP, Le gouvernement de Vichy (1940-1942), op. cit., p. 205.

27 Michel Margairaz. L’État, les finances,... op. cit., p. 513-518.

28 Les secrétaires d’Etat à la Production industrielle sont successivement : René Belin (juin 1940-février 1941), Pierre Pucheu (février 1941-juin 1941), François Lehideux (juin 1941-avril 1942), Jean Bichelonne (avril 1942-1944).

29 Henri Culmann, À Paris, .... op. cit., p. 91. Il s’agit du Dr Posse, cf. AN, AJ 40/781, dossier 8. Lettre de Henri Culmann du 27 janvier 1941 au Dr Posse, Wirtschaftsabteilung Militàrbefehlshaber, bureau 669, Majestic.

30 Ibid., p. 92-93.

31 Ibid., p. 92.

32 Ibid, p. 95-96.

33 Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), III – 4.11(2), Brochure du 16 juin 1941 du secrétariat général à la Production industrielle, secrétariat général à l’Industrie et au Commerce intérieur, direction du Commerce intérieur, « Organisation de la direction du Commerce intérieur et des CO ressortissant à cette direction », p. 3. Noms des principaux fonctionnaires de la direction du Commerce intérieur : direction, Culmann; directeurs-adjoints, Dufau-Peres (détaché OCRPI), Mathon; sous-directeur, Libersat; organisation commerciale de la distribution, Gibert ; rationnement (textiles et chaussures) Michel ; législation commerciale, Mlle Piot; chambres de commerce, Mlle Henriot; organisation professionnelle, industries diverses, Boilevé; transports, Bernard ; poids et mesures, Raynal ; échelon de Vichy, Nollet.

34 Henri Culmann, À Paris,..., op. cit., p. 112.

35 Bulletin central du CGOC (1942-1944), numéro du 10 octobre 1942, p. 34.

36 René Villemer, « La création, l’extension et le transfert des établissements commerciaux, industriels et artisanaux », Droit social, numéro de novembre-décembre 1941, p. 121-131.

37 Henri Culmann, A Paris,..., op. cit., p. 129-131. Henry Rousso nous a permis de lire l’entretien qu’il avait eu le 25 mars 1982, à Strasbourg avec Henri Culmann. Celui-ci développait pour l’essentiel ce qu’il devait reprendre dans À Paris, sous Vichy, dont il venait alors d’achever la rédaction du manuscrit (lettre à Henry Rousso du 2 mars 1982). En face d’une question consacrée à l’aryanisation, Henry Rousso note qu’Henri Culmann ne se souvient plus de la signification du mot « aryanisation », ni d’une entreprise aryanisée. Il manifeste une gêne très visible par rapport à ce sujet d’autant qu’il a reconnu, plus haut dans son témoignage que « le seul point douteux vu par les détracteurs du régime, c’était, dans mes attributions, le problème des entreprises juives ». Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera rappellent ce témoignage de « Henri C. » dans leur livre Les Patrons sous l’Occupation, t. 2, Paris, rééd. 1987, p. 16.

38 Henri Culmann, À Paris op. cit., p. 187.

39 Ibid., p. 188-189.

40 Ibid., p. 226.

41 Paul Maquenne, Défense et illustration du commerce organisé, Paris, 1941.

42 Jacques Lacour-Gayet, Commerce et économie dirigée, Paris, 1942, chapitre 1.

43 Fédération nationale des entreprises à commerces multiples (Fenacomult), assemblée générale (AG) du 21 mars 1941, rapport du comité directeur.

44 Loi du 16 août 1940, art. 8 : « Les syndicats, associations, groupements et organismes quelconques se proposant un rôle de représentation, de défense, ou de manière plus générale, d’action dans la branche d’activité considérée ».

45 Fenacomult, AG du 21 mars 1941, allocution du Président.

46 Ibid., rapport du comité directeur.

47 AN, 68 AJ/1, comité de direction (CD), 1re séance, jeudi 29 mai 1941.

48 Henri Culmann, À Paris, ..., op. cit., p. 53.

49 Ibid., p. 85. Pierre Benaerts mentionne 19 rédactions successives, cf. AN, 68 AJ/1, CD, 1er séance.

50 Henri Culmann, À Paris..., op. cit., p. 85-86.

51 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet, le 19 mars 1992. En janvier 1941, dans une lettre de Henri Culmann au Dr Posse, Jacques Lacour-Gayet est encore désigné comme le « président » du Comité d’organisation « de la distribution en gros et en detail », et Pierre Benaerts comme le « directeur-responsable ». Cela témoigne du fait que Jacques Lacour-Gayet fut bien sollicité pour diriger le futur CGOC (cf. AN, AJ 40/781, dossier 8, lettre de Henri Culmann du 27 janvier 1941).

52 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 86.

53 Pierre Benaerts, Les origines de la grande industrie allemande, Paris, 1932; id., Borsig et les débuts de la fabrication de locomotives en Allemagne, thèse de lettres, Paris, 1933.

54 CCIP, I – 8. 63 (1). Fédérations (1903-1957). Rapport de Pierre Benaerts sur l’activité de la Confédération nationale des commerces et des industries de l’alimentation à l’assemblée générale du 20 mars 1934.

55 Ibid., p. 7.

56 Henry Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 29, 1979, p. 29.

57 Pierre Benaerts, L’organisation professionnelle du commerce, Paris, 1944, préface.

58 AN, AJ 40/781, dossier 8, lettre de Henri Culmann du 27 janvier 1941 au Dr Posse, Wirtschaftsabteilung Militârbefehlshaber, bureau 669, Majestic.

59 Henri Culmann, À Paris..., op. cit., p. 86.

60 AN, AJ 40/781, dossier 8, lettre de Jean Bichelonne, décembre 1940.

61 AN, AJ 40/782, dossier 1, lettre de Jacques Lacour-Gayet au referat Handel du 28 avril 1941.

62 CCIP, I – 8.63 (1), Fédérations (1903-1957), dossier « Manifestation de sympathie en faveur de M. Georges Maus ».

63 Ibid.

64 Sur l’organisation générale des comités d’organisation, l’on consultera : Jean-Guy Mérigot, Essai sur les comités d’organisation professionnelle, Paris, 1943; et l’étude sur les comités d’organisation industriels de Henry Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy, op. cit., p. 27-44.

65 Paul Lehideux-Vernimmen, La fonction de commissaire de gouvernement dans la nouvelle organisation de l’économie, thèse de doctorat, Faculté de droit de Paris, 1942.

66 AN, 68 AJ/1, CD, 1re séance.

67 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 87.

68 Ibid., p. 123.

69 Hans Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique », dans Etienne Dejonghe (dir.), L’Occupation en France et en Belgique (1940-1944), Revue du Nord, n° 2 hors-série, 1987, p. 7-8.

70 Cf. l’organigramme de l’état-major administratif établi par Hans Umbreit dans Der Militârbefehlshaber in Frankreich (1940-1944), Boppard am Rhein, 1968.

71 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 531. Cf. figure 7, p. 515 : Les structures du ministère de la Production industrielle et figure 8, p. 532 : L’organisation allemande de direction de l’économie ou les contradictions du mimétisme.

72 AN, 68 AJ/1, CD, 1re séance, intervention de Paul Naudin.

73 Henri Culmann, À Paris..., op. cit., p. 90-91.

74 Ibid., p. 123-127.

75 AN, 68 AJ/1, CD, 29e séance, 15 octobre 1942.

76 Ibid., 3T séance, 19 novembre 1942.

77 CCIP, III – 4.11(7), rapport sur l’activité du CGOC jusqu ‘au 1er janvier 1942 – Annexe 4 – Rapports avec les Autorités d’occupation.

78 AN, 68 AJ/1, CD, 15e séance, 15 février 1942.

79 CCIP, III – 4.11(7), op. cit.

80 Ibid.

81 CCIP, III – 4.11(7), op. cit.

82 Henri Culmann, op. cit., p. 127-128.

83 AN, 68 AJ/1, CD, 43e séance, 19 août 1943.

84 Bulletin central du CGOC. n° 11, juillet 1943.

85 Notons que le titre du responsable du Comité est variable suivant les comités, tantôt « délégué général », tantôt « président ».

86 Bulletin Central.... op. cit., n° 21, mai 1944.

87 Olivier Lesourd, Guide économique et corporatif, Paris, 1944, p. 117, cf. annexe 3.

88 Ibid, p. 157.

89 Ibid., p. 118 et p. 183.

90 CGOC. Comité d’organisation des commerces d’importation et d’exportation. Le commerce international en 1941.

91 Entretien avec M. Hugues Colin du Terrail, le 9 avril 1992.

92 Jacques Lacour-Gayet, Commerce et économie dirigée, Paris, 1942, p. 18.

93 Bulletin central, op. cit., n° 1, 10 septembre 1942.

94 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 88.

95 AN, 68 AJ/55, ssd. Généralités. Note « Confidentiel » sur l’évolution de l’activité commerciale en 1943, s.d.

96 Il y aurait certainement une étude à mener sur l’évolution de ces taux à partir de la collection Marges et Prix créée par Lacour-Gayet, où ils ont été systématiquement reproduits. Le taux de marque est le pourcentage du prix de vente fixé et réglant l’écart maximum pouvant exister entre le prix de revient et celui auquel la marchandise est « marquée » pour la vente.

97 Entretien avec M. Jeff Brandel du 19 juin 1992. Ancien élève des Hautes études commerciales (promotion 1941) il avait été recruté par son ancien camarade Henri Culmann au service des prix du CGOC, où il resta d’avril 1942 à 1943.

98 Bulletin central..., op. cit., n° 13, septembre 1943.

99 Henri Culmann, A Paris..., op. cit., p. 122-123.

100 Marcel Rives, Traité d’économie commerciale, t. 2, Paris, 1958, p. 477.

101 Bulletin central..., op. cit., n° 6, 10 février 1943.

102 Ibid, n° 3, 10 novembre 1942; n° 4, 10 décembre 1942.

103 Ibid., n° 1, 10 septembre 1942.

104 AN, 68 AJ/55, sdd. Lo, commission consultative, 3e séance, 16 septembre 1942.

105 Cf. la liste récapitulant toutes les études économiques sur la distribution menées par le CGOC dans AN, 68 AJ/66, sd. 319 service d’études, sdd. Travaux terminés.

106 Ibid., sdd. Lo, service d’études, note C.I. (I) – n° 12, 13 décembre 1941.

107 Cf. chapitre 7.

108 AN, 68 AJ/55, sdd. Lo, services d’études, L’évolution de l’activité commerciale en 1943.

109 AN, 68 AJ/55, sdd. Lo, services d’études, L’évolution de l’activité commerciale en 1943.

110 AN, 68 AJ/58, sd. 09, CGOC. Documentation générale, note n° 52 du 29 octobre 1942, Le Conseil supérieur de l’économie industrielle et commerciale et ses tâches.

111 Ibid., sd. 01, sdd. 012. Conseil supérieur de l’économie industrielle et commerciale, commission n° 10, 19 janvier 1944, Domaine de la distribution.

112 Cf. art. 2, 1. : « [.. .1 toutes les branches d’activité et toutes les entreprises qui reçoivent [...] des produits finis en état d’être mis à la disposition du consommateur [...] ».

113 AN, 68 AJ/58, sd. 01, sdd. 012. Le prix de revient de la distribution, s.d.

114 Ibid. CGOC, note CI. (II) n° 57 du 7 juillet 1944, Les frontières de la distribution.

115 Ibid.

116 Ibid., sdd. 013, texte manuscrit, s.d., La délimitation entre distribution et consommation.

117 Ibid. Note CI. (II) n° 42 du 12 février 1944, Les frontières entre distribution et consommation.

118 Ibid.

119 AN, 68 AJ/55, sd. Lo, L’évolution de l’activité commerciale en 1943, s.d.

120 Bulletin central... op. cit., n° 1, septembre 1942.

121 Henri Culmann, A Paris,..., op. cit.,v. 120.

122 Bulletin central... op. cit., n° 6, 10 février 1943.

123 Henri Culmann, A Paris, ..., op. cit., p. 122-123.

124 AN, 68 AJ/1, CD, 9e séance, 18 septembre 1941.

125 Bulletin central..., op. cit., n° 2, 10 octobre 1942; n° 4, 10 décembre 1942; n° 6, 10 février 1943.

126 AN, 68 AJ/1, CD, 31e séance, 19 novembre 1942.

127 GEGM, PV du 26 octobre 1942.

128 Fenacomult, Notes, F 1793, novembre 1942.

129 AN, 68 AJ/1, 31e séance, 19 novembre 1942.

130 Fenacomult, Noies, F 1793, novembre 1942.

131 Cf. Martin Broszat, L’Étal hitlérien. L’origine et l’évolution des structures du Troisième Reich, Paris, 1985, chapitre 5.

132 AN, 68 AJ/1, CD, séance du 15 octobre 1942.

133 Bulletin central..., op. cit., numéro du 10 janvier 1943, p. 72.

134 AN, 68 AJ/1, séance du 18 février 1943.

135 Bulletin central..., op. cit., numéro du 10 mars 1943, p. 95.

136 Eberhard Jâckel, La France dans l’Europe de Hitler, Paris, 1968; Alan Milward, The New Order and the French Economy, Oxford, 1970.

137 Cf. Hans Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique», op. cit., p. 31-32. Comme l’administration française, l’administration allemande est éclatée en plusieurs centres de décision aux avis contraires. Le problème posé par l’exploitation de la main-d’œuvre en France en est une nouvelle illustration. Les autorités d’occupation entrent en conflit avec les ressorts centraux de Berlin. Hans Umbreit écrit : « À peu près toutes les administrations d’occupation furent exposées à cette érosion lente de leurs compétences et de leurs responsabilités », p. 16. Toutefois, elles vont s’opposer de plus en plus fermement aux exigences de Sauckel.

138 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 694-697.

139 AN, 68 AJ/2, Secrétariat général, courrier SOC, janvier-mars 1942, lettre de Pierre Benaerts au directeur de cabinet du secrétariat à la Production industrielle, 26 février 1942.

140 AN, 68 AJ/1, CD, 25e séance, 2 juillet 1942.

141 AN, 68 AJ/1, CD, 25e séance, 2 juillet 1942, op. cit.

142 AN, 68 AJ/68, sd. 98 Concentration. Direction du Commerce intérieur, instruction CP 7, 17 août 1942.

143 Ibid., lettre de Henri Culmann à Pierre Benaerts du 28 juillet 1942.

144 Michel Margairaz, L’Etat, les finances..., op. cit., p. 699.

145 AN, 68 AJ/68, sd. 98, instruction DR n° 19, 19 avril 1943. Une circulaire en date du 5 mai 1943 annonce qu’une tranche de 240 000 travailleurs doit être prélevée avant fin juin, dont 70 000 appartenant au commerce.

146 AN, 68 AJ/68, sd. 98, lettre de Boilevé à Benaerts, 29 avril 1943.

147 Ibid.

148 AN, 68 AJ/1, CD, 38e séance, 20 mai 1943.

149 Ibid.

150 AN, 68 AJ/1, CD, 43e séance, 19 août 1943.

151 Bulletin central..., op. cit., n° 3, 10 novembre 1942.

152 Ibid., n° 4, 10 décembre 1942.

153 Joseph Jones, « Vichy France and postwar economic modernization : the case of the shopkeepers », French historical studies, vol. XII, n° 4, 1982, p. 550.

154 Ibid.

155 AN, 68 AJ/58, rapport du Groupement intercorporatif du commerce sur le commerce de détail par Léon Bergon, 29 juin 1942.

156 AN, 68 AJ/68, rapport présenté par la Chambre syndicale des commerçants-détaillants en bonneterie, lingerie et mercerie du Rhône sur les mesures de « concentration » dans le domaine des articles textiles, 20 octobre 1942.

157 AN, 68 AJ/58, rapport sur les étrangers dans le commerce non sédentaire par Pierre Gibily, secrétaire général de la Fédération nationale des syndicats des usagers des foires et marchés, 2 octobre 1942.

158 Sur la loi du 12 août 1932, son élaboration, son contenu, sa réception, cf. Ralph Schor, L’opinion française et les étrangers (1919-1939), Paris, 1985, p. 588-595.

159 Cité par Ralph Schor, op. cit., p. 597.

160 Ibid., p. 597-600.

161 Ibid., p. 187.

162 AN, 68 AJ/58, rapport du Groupement intercorporatif du commerce..., op. cit.

163 Ibid., rapport présenté par la Chambre syndicale des commerçants-détaillants..., op. cit.

164 Ibid.

165 AN, 68 AJ/58, rapport sur les étrangers..., op. cit.

166 AN, 68 AJ/58, PV. Commission des commerces de détail, 12e réunion, 21 octobre 1942.

167 Ibid. 11e réunion, 22 juillet 1942.

168 Ibid., note du CGOC, 5 septembre 1942, S.O.C. n° 53.

169 Pour une présentation précise du dispositif, on se reportera à la thèse de Philippe Verheyde, L’aryani-sation des grandes entreprises juives sous l’Occupation. Contraintes, enjeux, pouvoirs, thèse de doctorat d’histoire, (dir. Michel Margairaz), université de Paris-VIII, décembre 1997, 3 vol., p. 79-84.

170 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, Paris, 1981, p.lSl. Les références de la lettre de Benaerts sont les suivantes : CDJC, CCCLXXIX-48, lettre de Pierre Benaerts au directeur général du SCAP, M. de Faramond, 24 octobre 1942. Cf. Henry Rousso, « L’aryanisation économique. Vichy, l’Occupant et la spoliation des juifs », Yod, 1982, n° 15-16, pp. 51-79.

171 AN, 68 AJ/68, instruction DR n° 26, 5 juillet 1943.

172 AN, 68 AJ/1, CD, PV du 6 août 1942.

173 Cf. Philippe Verheyde, L’aryanisation des grandes entreprises, op. cit., p. 444-458.

174 Sur les agissements du groupe De Surmont, l’on trouvera un petit dossier en AN, 68 AJ/9, « Affaire Mamy », note du CGOC, service juridique, 9 mai 1944. La lettre de Louis Billiet en date du 27 octobre 1943 y est également conservée.

175 AN, 68 AJ/9, « Affaire Gillot ».

176 Ibid., lettre de Pierre Benaerts du 21 janvier 1944.

177 AN, 68 AJ/7, lettre de Henri Culmann du 16 mai 1942.

178 AN, 68 AJ/9, lettre de Pierre Benaerts du 8 février 1944.

179 Ibid, note du CGOC, S.O.C. n° 70, mai 1944.

180 Ibid., lettre non datée.

181 AN, 68 AJ/1, CD, PV du 21 janvier 1943.

182 Ibid, dossier du 17 mai 1944, note S.O.C. n° 73 du 19 mai 1944.

183 AN, 68AJ/7, lettre du MPI au Commissariat général aux affaires juives du 13 mars 1943.

184 Cf. AN, 68 AJ/1, CD, PV du 21 août 1941 : Par suite de sa saisie par le Contrôle général des affaires juives, en août 1941, d’une « demande de concours actif », le commissaire du gouvernement estime que « seule la surveillance de la liquidation des stocks relève de la compétence du CGOC. En septembre 1941, le comité de direction du CGOC précise que le CGOC n’a pas à rechercher les entreprises qui ne sont pas pourvues d’administration provisoire, qu’il n’a pas davantage à proposer des administrateurs ni à trouver d’éventuels acquéreurs. Il réaffirme sa seule compétence : vérifier s’il convient de liquider ou de vendre les fonds de commerce confiés à un administrateur provisoire (PV du 4 septembre 1941).

185 Fenacomult, Notes, F 1033/192, commissaires-administrateurs.

186 Fenacomult, Notes, F 1033/192, commissaires-administrateurs.

187 Philippe Verheyde, Les Galeries Lafayette (1899-1955) : histoire économique d’un grand magasin, maîtrise, (dir. Michel Margairaz), Paris VIII, 1990.

188 Entretien avec M. Max Heilbronn du 21 avril 1994.

189 FNECM, Notes, F 1271 « Participation allemande dans les sociétés françaises », 29 avril 1941.

190 Philippe Verheyde, L’aryanisation des grandes entreprises, op. cit., p. 290.

191 Ibid., p. 289. Cf. son analyse détaillée de l’aryanisation de Paris-France, p. 223-234.

192 AN, 68 AJ/1, CD, PV du 6 août 1942.

193 Bulletin centralop. cit., numéro du 10 octobre 1942.

194 Ibid., numéro de février 1943.

195 AN, 68 AJ/38, dossier « Section d’études de l’organisation professionnelle, lettre de Pierre Benaerts au ministre, secrétaire d’État à la Production industrielle, du 1er juillet 1944.

196 Paul Allonas, « Perspectives d’avenir », L’organisation du commerce dans l’économie dirigée, collection Droit social, avril 1994, p. 25-28.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable