Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Troisième partie. Les carrières des inspecteurs des Finances hors ‎des cadres

Chapitre VIII. Les inspecteurs dans les cabinets ministériels 1918-1940, neutralité technicienne ou clientélisme politique ?1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est une version actualisée d’un article paru en 2004 : « Les inspecteurs des finances d (...)
  • 2 On trouvera les publications les plus importante dans la bibliographie en fin de volume.
  • 3 R. Rémond, A. Coutrot, I. Boussard, Quarante ans de cabinets ministériels, Paris, PFNSP, 1982, 275  (...)
  • 4 On utilisera indifféremment les termes de « parrainage », « patronage » ou « clientélisme » dès lor (...)
  • 5 Ces professions de foi de neutralité ou d’impartialité n’ont pas cessé, comme l’ont bien démontré E (...)

1Pour mesurer l’évolution des relations des hauts fonctionnaires en général avec le monde politique, les historiens, politologues ou sociologues ont essentiellement étudié l’engagement au Parlement, dans les fonctions ministérielles ou dans les fonctions officielles en cabinet. Ces études s’appuient sur deux types de sources : d’une part, les annuaires administratifs, ou Who’s Who, qui ont le défaut de ne donner que les membres officiels des cabinets ministériels et sont imprécis sur la chronologie fine des nominations2 ; d’autre part, des enquêtes traitées sous l’anonymat. Le meilleur exemple reste l’ouvrage dirigé par R. Rémond, A. Coutrot et I. Boussard, qui offre une analyse fouillée et complète des cabinets ministériels depuis 1936 et, surtout, depuis la dernière guerre3. Portant sur une population plus limitée et disposant d’informations complémentaires grâce aux dossiers de personnel et aux témoignages identifiés, notre étude permet une analyse plus approfondie et surtout plus précise. On peut ainsi mesurer l’évolution des entrées dans les cabinets ministériels des inspecteurs, dans les années dix, vingt et trente, dans les périodes de prospérité ou de crise, dans les majorités de droite ou de gauche, au ministère des Finances et dans les autres ministères. On peut aussi mesurer la dépendance d’une partie de ces hauts fonctionnaires vis-à-vis de leurs « patrons » politiques4 – dans mais aussi hors du cabinet –, ce qui remet en cause l’affirmation de neutralité politique ou de technicité de leur fonction d’une partie, du moins, des inspecteurs des Finances de cette époque5.

2Sur les 355 inspecteurs des promotions 1878 à 1939, 152 passeront au moins une fois par un cabinet, soit 42,81 %. Mais notre étude portant sur l’entre-deux-guerres, c’est-à-dire ici sur les 273 inspecteurs des promotions 1897-1938 susceptibles d’avoir bénéficié d’atouts politiques dans leur carrière entre 1918 et le 1er juillet 1940, ce sont 89 inspecteurs des Finances, soit 32 % du total, qui sont passés par un cabinet entre 1918 et 1940, auxquels s’ajoutent 28 inspecteurs dont on sait qu’ils ont bénéficié de réseaux politiques personnels hors cabinet, soit 11 %. Au total, pour cette période, 117 inspecteurs (soit 43 %) ont réellement bénéficié, grâce ou hors cabinet ministériel, de réseaux politiques, généralement au sein du gouvernement. On peut donc dire que le clientélisme politique touche un peu moins d’un inspecteur sur deux. Les autres, soit ne sont guère ou pas sortis de leur fonction de contrôle, soit ont utilisé d’autres atouts plus déterminants pour sortir de leur fonction traditionnelle de vérification et réussir leur carrière, à savoir : le Service, l’esprit de corps, la famille, les relations d’étudiants ou de jeunesse, le patronage administratif, sans oublier les opportunités historiques inattendues.

  • 6 Comparaison possible grâce aux travaux d’E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, mémoi (...)
  • 7 Rappelons que notre propos ici n’est pas ici d’analyser le rôle personnel ou collectif qu’ont pu jo (...)

3Mais 43 %, c’est tout de même beaucoup pour un corps qui légitime sa réussite sur ses seules compétences humaines et professionnelles, à la fois techniques et polyvalentes, et professe la neutralité politique. Il faut donc répondre à plusieurs questions : quels changements se sont opérés par rapport aux périodes précédentes6 et d’une décennie à l’autre ? Comment ont-ils été recrutés dans les cabinets ? Quels sont les caractères particuliers de ces emplois, de ces hommes et de leurs patrons ? Quels en ont été les effets positifs, en terme de carrière, et les effets pervers ? Quel est le poids du réseau politique hors des cabinets ministériels dans la carrière ? Quel est leur discours sur ces passages en cabinet ? Ces emplois impliquent-ils une adhésion partisane ou s’agit-il seulement de patronage7 ?

I. Les cabinets ministériels : une nouvelle filière dans la carrière

4Comme le remarque J. Siwek-Pouydesseau, les cabinets ont pris leur forme actuelle sous la IIIe République, à la fois dans leurs fonctions et dans leur importance numérique. L’augmentation du nombre des collaborateurs du ministre a été en partie liée au développement du régime parlementaire et de la fonction ministérielle :

  • 8 J. Siwek-Pouydesseau, Les Cabinets ministériels, thèse de troisième cycle en sciences politiques, e (...)

« Le rôle des cabinets est lié à la double personnalité du ministre à la fois homme politique et chef administratif ; l’interpénétration se réalise sous deux aspects : d’une part au niveau du personnel qui est essentiellement composé de fonctionnaires, d’autre part au niveau des décisions prises qui sont étudiées à la fois du point de vue technique et du point de vue politique8. »

5Mais la comparaison avec d’autres pays comme la Grande-Bretagne, qui ne connaît pas les cabinets, montre qu’ils répondent à une spécificité bien française : l’absence de coordination administrative des directions d’un ministère et la nécessité de contrôler les bureaux.

  • 9 Ils doivent être nés de parents français et le directeur ou chef doit appartenir à la fonction publ (...)

6Au début du xxe siècle, l’élargissement des cabinets et le développement de leur responsabilité mécontentent à la fois les parlementaires, qui se plaignent de leur pouvoir excessif alors que leurs membres ne sont pas responsables politiquement, et les fonctionnaires de carrière qui souffrent de leur concurrence pour l’accès aux postes de direction obtenus à la faveur ministérielle. Les uns et les autres, avec sans doute le soutien de Caillaux, hostile au testament ministériel, obtiennent gain de cause par les seuls moyens qui se trouvaient en leur pouvoir : le contrôle budgétaire et le vote d’un amendement à la loi de finances du 13 juillet 1911. Interdisant les testaments ministériels, celui-ci prévoit un décret fixant le nombre de membres des cabinets des ministres. Le décret, pris le 13 février 1912, limite les effectifs à 7 et 8 selon les ministères et à 5 pour les sous-secrétariats d’État. Mais ces chiffres ne concernent pas les « chargés de mission ». La loi relative à la composition des cabinets du 13 juillet 1940 reprend ce chiffre de 7 membres y incluant, cette fois, les chargés de mission9.

  • 10 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, op. cit., p. 44. Il y a lieu, par conséquent, (...)
  • 11 P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1959, 224 p., p. 162.
  • 12 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, op. cit., p. 51. Il donne plusieurs exemples c (...)
  • 13 Redisons-le, les chiffres entre parenthèses correspondent à l’année du concours d’entrée à l’Inspec (...)

7Le travail en cabinet des inspecteurs des Finances existe au xixe siècle mais il est beaucoup moins fréquent et généralement ni nécessaire ni suffisant pour faire une carrière dirigeante. Ainsi, dans le tableau des diverses fonctions tenues par les inspecteurs des Finances dans l’appareil d’État de 1871 à 1919, Emmanuel Chadeau, dans la rubrique « cabinets ministériels », compte 26 nominations sur un total de 320. C’est peu dans l’absolu et par comparaison puisque dans le même tableau, nous voyons que l’administration centrale des Finances compte 77 nominations d’inspecteurs et l’administration des autres ministères, 4210. Ces chiffres faibles correspondent d’ailleurs aux résultats de Pierre Lalumière qui fait état, pour la période 1870-1914, de 16 inspecteurs des Finances dirigeant un cabinet du ministre des Finances sur les 57 chefs de cabinet qui se sont succédé en trente-quatre ans, soit 28 %11. Emmanuel Chadeau note bien que dans les dernières décennies du xixe siècle, le cabinet ministériel joue un rôle nouveau, plus important, « d’organisme de liaison entre le ministre et les directions, entre le politique et l’administratif » et offre à certains inspecteurs un profit de carrière immédiat12. Mais il note aussi que le passage par un cabinet des Finances, encore peu fréquent, n’est pas une garantie de réussite. À partir de 1885, les ministres des Finances Peytral, Rouvier, Caillaux, Cochery, Merlou puis Klotz ont pris des inspecteurs pour diriger leur cabinet et ce, jusqu’en 1914, soit vingt-quatre ans sur vingt-huit. Pourtant, en dépit des couples bien connus des ministres Caillaux (1888) et Privat-Deschanel (1891) ou Peytral et Charles Laurent (1879)13, il n’y a pas de monopole des inspecteurs sur les emplois de cabinet Finances et les inspecteurs sont quasiment absents des autres cabinets : 4 ministres hors Finances seulement ont employé 4 inspecteurs des promotions 1878-1914.

  • 14 28 prises d’emploi ont lieu entre juillet 1940 et décembre 1942.
  • 15 Réponse écrite à notre questionnaire en décembre 1980.

8Selon nos propres calculs, les 283 prises d’emploi en cabinet, entre 1878 et le 1er juillet 1940, des promotions 1878-1938 (pour 206 prises d’emplois dans les directions de la rue de Rivoli) évoluent de la façon suivante : relativement faible avant 1918 (63 prises d’emploi), le passage en cabinet augmente très nettement dans les années vingt (74 de 1919 à la fin de 1930, en douze ans) et explose dans les années trente (146 entre 1931 et 1940, en dix ans et demi), soit un doublement d’une décennie à l’autre14. Comme le dit Moeneclaey (1920), le cabinet, après la guerre, est devenu « une étape non pas normale mais fréquente dans la carrière d’un inspecteur des Finances. Avec un patron comme Tardieu, elle vous apprenait beaucoup, notamment le sens des réalités au lieu de celui de la théorie15 ».

  • 16 Il compte 19 inspecteurs chefs de cabinet Finances sur 40, soit 48 % en dix-sept ans, de 1920 à 193 (...)
  • 17 Cf. J.-L. Seurin, « Les cabinets ministériels », Revue du droit public et de la science politique, (...)

9Pierre Lalumière, jadis, a bien noté cet entrisme de l’Inspection dans l’entre-deux-guerres : « L’Inspection a traditionnellement apporté son concours aux cabinets des ministres financiers. Assez intermittente avant la Première Guerre mondiale, cette participation n’a pas cessé par la suite de croître en importance16. » Et il remarquait que si l’Inspection en a bénéficié davantage, il n’était pas le seul grand corps : le Conseil d’État (plus que la Cour des comptes) a suivi le même mouvement. « Les amis politiques ont cédé la place aux techniciens17 », écrivait P. Lalumière en soulignant qu’elle a profité d’abord à l’Inspection des finances. Après d’autres, notre étude confirme donc la fonctionnarisation des cabinets.

10Mais ce que nul n’avait encore relevé, faute de sources adéquates, c’est l’explosion quantitative des nominations d’inspecteurs dans les cabinets des ministres dits « dépensiers », c’est-à-dire autres que celui des Finances, dans les années trente : 7 sur 63 avant 1914, 14 sur 74 dans les années vingt, mais 76 sur 146 dans les années trente. Cette nouveauté majeure est durable, exception faite de l’année 1944, comme le montre le tableau 2 ci-dessous. Il est même remarquable que la fin du xxe siècle voit cette répartition se poursuivre avec, il est vrai, un nouveau cabinet, très gourmand, sous la Ve République, celui de l’Élysée, et des ministères plus nombreux. Le xxie siècle accentue encore cette expansion des inspecteurs dans les cabinets autres que leur ministère d’origine, comme le montre le tableau 2.

Tableau 1. Prises d’emploi des inspecteurs par ministre des Finances de 1899 à 1944a

Date

Ministres

Total IF cabinets

Total IF cabinet finances

22/06/99 – 06/06/02

Caillaux

3

3

07/06/02 – 22/01/05

Rouvier

2

2

17/06/05 – 13/03/06

Merlou

3

1

14/06/06 – 24/10/06

Poincaré

0

0

25/10/06 – 23/07/09

Caillaux

4

4

24/07/09 – 02/11/10

Cochery

5

5

03/11/10 – 01/03/11

Klotz

1

1

02/03/11 – 26/06/11

Caillaux

2

2

27/06/11 – 21/03/13

Klotz

8

7

22/03/13 – 08/12/13

Dumont

3

2

09/12/13 – 16/03/14

Caillaux

4

3

17/03/14 – 08/06/14

Renoult

1

1

12/06/14 – 25/08/14

Noulens

3

2

26/08/14 – 11/09/17

Ribot

4

4

12/09/17 – 19/01/20

Klotz

10

7

20/01/20 – 15/01/21

François-Marsal

5

5

16/01/21 – 14/01/22

Doumer

5

0

15/01/22 – 28/03/24

Lasteyrie

8

7

29/03/24 – 13/06/24

François-Marsal

4

2

14/06/24 – 03/04/25

Clémentel

3

3

17/04/25 – 28/10/25

Caillaux

3

2

29/10/25 – 22/06/26

Painlevé Loucheur Doumer Péret

10

9

23/06/26 – 22/07/26

Caillaux Monzie

3

3

23/07/26 – 10/11/28

Poincaré

11

5

11/11/28 – 01/03/30

Chéron

7

3

02/03/30 – 13/12/30

Reynaud

6

6

27/01/31 – 02/06/32

Flandin

13

7

03/06/32 – 17/12/32

Germain-Martin

8

3

31/01/33 – 29/01/34

Bonnet

19

6

09/02/34 – 30/05/35

Germain-Martin

15

6

07/06/35 – 03/06/36

Régnier

13

1

04/06/36 – 21/06/37

Auriol

7

3

22/06/37 – 17/01/38

Bonnet

4

3

18/01/38 – 30/10/38

Marchandeau

20

7

01/11/38 – 04/06/40

Reynaud

24

11

05/06/40 – 17/04/42

Bouthillier

25

8

18/04/42 – 25/08/44

Cathala

16

8

a. Nous avons préféré retenir les périodes scandées par les nominations des ministres des Finances successifs (qui doivent donner leur aval à la nomination des inspecteurs) plutôt que les noms des présidents du Conseil. Mais les prises d’emploi comptabilisées concernent bien tous les cabinets de tous les ministres de la période considérée.

Tableau 2. Répartition et évolution des inspecteurs dans un cabinet ministériel au 1er janvier de chaque annéea

Année

IF cabinets total

IF cabinet finances

Année

IF cabinets total

IF cabinet finances

1900

3

3

1920

4

3

1901

1

1

1921

2

2

1902

1

1

1922

5

1

1903

1

1

1923

5

2

1904

0

0

1924

6

4

1905

0

0

1925

1

1

1906

4

2

1926

3

3

1907

2

1

1927

6

5

1908

1

0

1928

8

3

1909

2

1

1929

7

3

1910

5

5

1930

4

1

1911

2

2

1931

7

3

1912

3

2

1932

9

5

1913

2

2

1933

9

5

1914

2

2

1934

11

4

1915

1

1

1935

7

3

1916

1

1

1936

11

2

1917

1

1

1937

4

1

1918

1

1

1938

5

2

1919

4

4

1939

11

4

1940

8

3

2000

6

3

1941

12

3

2001

5

4

1942

10

4

2002

-c

-c

1943

8

4

2003

10

3

1944

3

1

2004

12

5

1995b

7

2

2005

8

3

1996

8

2

2006

14

5

1997

9

1

2007

13

4

1998

7

4

2008

20

3

1999

7

4

a. La comparaison avec la période contemporaine est possible puisque le Service établit aussi ses statistiques au 1er janvier de l’année et comptabilise, comme nous, les fonctions et non les positions administratives. Sans empêcher la comparaison dans le temps et dans la répartition, ce choix du moment T ne rend pas compte du nombre d’inspecteurs réellement passés par un cabinet au cours de l’année.; b. Cabinet de l’Élysée compris. ; c. Inconnu

11L’augmentation du nombre de nominations est-elle due à l’instabilité ministérielle, plus grande entre les deux guerres et surtout dans les années trente ? Il ne semble pas qu’on puisse trouver là une explication satisfaisante, du moins pour le cabinet Finances, au contraire : 11 ministres des Finances se succèdent de 1900 à 1914, 12 de 1919 à 1930 et 10 de 1930 à 1940. C’est-à-dire une relation inverse.

  • 18 Signalons l’existence de deux cartons concernant les travaux de Du Buit aux cabinets de Poincaré, c (...)

12Serait-ce la conséquence mécanique d’une augmentation des effectifs des cabinets du ministre des Finances ? On remarque que s’ils dépassent presque toujours les effectifs autorisés, par le biais de la mise à la disposition des chargés de mission non budgétisés, les annuaires des Finances plaident plutôt pour une stabilité des effectifs. En 1921, le cabinet du ministre des Finances Lasteyrie (1902) comprend 3 inspecteurs sur 11 membres dont le chef, Leclerc (1900), le chef adjoint, M. Jacquin de Margerie (1911), et un chargé de mission, Du Buit (1913)18. En 1928, 4 membres sur 7 du cabinet de Poincaré aux Finances appartiennent à l’Inspection, dont le chef, Du Buit, le chef adjoint, Haguenin (1923), et deux chargés de mission, d’Été (1920) et Jacques Brunet (1924). En 1937, le cabinet de Georges Bonnet a 3 inspecteurs sur 10 membres dans son cabinet, dont le chef Boisanger (1920) et deux chefs adjoints, Ripert (1927) et Montarnal (1931). En 1938, la répartition est la même.

13Les raisons sont ailleurs.

14L’autorité du ministère des Finances, accrue avec la priorité des problèmes financiers nés du conflit puis de la crise, impose aux autres ministres de faire appel à des collaborateurs issus du sérail pour se faire entendre du grand argentier et des contrôleurs des dépenses engagées, tous recrutés parmi les fonctionnaires des Finances depuis la loi de 1922.

  • 19 Cf. ci-dessous chapitre XIII sur le pantouflage.

15Ensuite, les offres du privé, qui avaient absorbé les ambitions des inspecteurs des années vingt, deviennent rares avec la crise d’autant que les recrutements massifs de la décennie précédente couvrent encore les besoins ; les 65 prises d’emploi dans le privé des inspecteurs dans l’entre-deux-guerres se répartissent ainsi : 52 dans les années vingt, 13 dans les années trente19. Les emplois dans les administrations ou entreprises publiques, qui, pourtant, augmentent, ne peuvent absorber tous les inspecteurs, notamment les plus jeunes.

16Mais cette augmentation vient aussi de la demande des inspecteurs eux-mêmes : la pression démographique d’actifs plus nombreux (143 seulement en 1919 mais 198 en 1930 et 220 en 1939) joue son rôle. Le désir de trouver un emploi géographiquement stable, proche du pouvoir, à responsabilité plus excitante que la « tournée » et offrant des débouchés dans les administrations ou entreprises dépendant des Finances et des autres ministères s’aiguise, nourri par l’exemple de leurs aînés aux Finances. Si l’on veut avoir une idée de la fièvre qui peut s’emparer des jeunes adjoints dès le début des années vingt, on peut retenir cette lettre de Barnaud (1920) à sa mère, le 24 avril 1923, alors qu’il est en « tournée » à Libourne :

  • 20 Correspondance recopiée et confiée à l’auteur par Pierre Barnaud, son fils.

« Un des plus grands agréments de cette vie c’est qu’elle chasse l’ambition ; à ne plus entendre ce que fait celui-ci, ce que fait celui-là, on ne cherche plus pour soi. Et on jouit du présent au lieu de rêver de l’avenir. L’ambition est un grand levier pour réussir, mais point pour être heureux ; et il n’y a aucune raison pour que je puisse être plus heureux plus tard, quand je serai ministre des Finances ou pape. Je me demande comment j’ai pu me tracasser pour une place au cabinet du ministre ; vraiment, je ne peux plus l’imaginer. Je sais que tu trouveras un peu cela absurde, toi qui as toujours un peu été pour l’ambition. Mais vois-tu, je serais à ce fameux cabinet, dans ce milieu un peu enfiévré, que je serais toujours à imaginer un peu autre chose, le Mouvement des fonds ou le paradis. Et pourtant, hormis cent mille francs de rente, que puis-je avoir de mieux20 ? »

  • 21 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1981.

17Et a posteriori, les témoins disent la même chose. Pour Aris (1921), « l’obsession du second concours était d’échapper à la tournée, occupation routinière, fastidieuse et sans grand intérêt, sinon celui de bien connaître les rouages de l’administration. Certains, connaissant des ministres ou des parlementaires influents, se faisaient nommer dans un cabinet ministériel, filière qui est restée irremplaçable pour accéder à des postes intéressants. Mais de ce temps il n’y avait pas autant de ministères et les cabinets n’étaient pas autant étoffés21 ! » Évoquant les années trente, Gilbert Devaux (1932) écrit :

  • 22 Réponse dactylographiée à notre questionnaire en 1981, deuxième partie, p. 3.

« Dans les années qui suivent le second concours, la plupart des nouveaux inspecteurs s’efforcent d’échapper à la tutelle du Service et d’être mis à la disposition d’un “patron administratif” ou d’un “patron politique”. Ils réussissent à le faire en cinq ou six ans dans une proportion comprise entre 50 % et 75 % de chaque promotion. Il n’y a là rien d’anormal ni de scandaleux. C’est la règle du jeu. Personnellement, je suis “sorti” en 1935 et ne suis jamais “rentré”. […] La “sortie normale” prend la forme d’une affectation (officielle ou officieuse) à un poste de “chargé de mission” dans un cabinet ministériel ou dans une direction. […] Tous les inspecteurs qui ont trouvé un patron (administratif ou politique) partent sans esprit de retour. Il en était ainsi dans les années. 193022 ».

II. Les voies d’accès aux cabinets ministériels

  • 23 Il ne s’agit ici que du premier contact avec l’homme politique et, bien entendu, nous ne mentionnon (...)

18Comment et par qui accèdent-ils aux cabinets23? Le réseau familial, le service de l’Inspection, l’expérience préalable ou encore l’esprit de corps sont autant d’atouts qu’ils savent mobiliser.

  • 24 Cf. G. Le Béguec, L’Entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parl (...)

19Peut-on identifier et quantifier le rôle du réseau familial pour entrer dans un cabinet ? Disons d’emblée qu’il n’y a pas de décalage sociologique entre les 89 inspecteurs passés par les cabinets et les 273 inspecteurs des promotions correspondantes. Que l’on en juge : 53 % des inspecteurs passés en cabinet sont issus de la bonne ou grande bourgeoisie contre 50 % pour l’ensemble des inspecteurs de ces promotions. À l’autre extrémité des bourgeoisies, 8 % sont issus de la petite bourgeoisie, contre 9 %. L’origine géographique ne crée pas non plus de réelle distorsion : 36 % des inspecteurs en cabinet sont nés à Paris contre 33 % pour l’ensemble. Certes, on peut noter quelques correspondances entre l’appartenance sociale plus modeste de certains inspecteurs et des ministres cartellistes et, à l’inverse, quelques cas de grands bourgeois proches des ministres de droite ou modérés. Mais, d’une part, on ne peut généraliser et, d’autre part, on peut soutenir que la relative diversité d’origine au sein des bourgeoisies des membres de ce corps a sans doute servi son expansion dans les cabinets, quelles que soient la couleur politique ou l’origine sociale du ministre24. L’Inspection, en quelque sorte, pouvait satisfaire tous les besoins.

  • 25 Cf. P. Miquel, Poincaré, Paris, Fayard, 1984, 636 p., p. 74. Il faut noter que dans sa réponse écri (...)
  • 26 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, décembre 1980.
  • 27 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 28 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 29 F. Kupferman, dans sa biographie de Laval, cite Boissard à deux reprises, p. 84 et p. 98, mais ne f (...)

20À défaut de quantifier, on peut identifier le rôle de la famille, du père surtout, visible parfois dans les dossiers de candidature et facilement évoqué par les témoins, qui ne s’en cachent pas. On notera que les exemples dont nous disposons concernent davantage la bonne ou moyenne bourgeoisie parisienne que la grande bourgeoisie parisienne ou que la moyenne bourgeoisie provinciale. Jean du Buit (1913), polytechnicien et ancien combattant, entre en 1921 au cabinet du ministre des Finances François-Marsal puis devient, en 1926, chef de cabinet de Poincaré. Or ce dernier, comme avocat, avait commencé sa carrière auprès du père de Jean du Buit, « l’un des avocats d’affaires les plus occupés du Palais25 ». Étienne Moeneclaey (1920), fils d’un conseiller référendaire à la Cour des comptes, écrit : « Un de mes oncles, député, m’a signalé à Tardieu. » Il suivra Tardieu de 1926 à 1930, successivement au ministère des Travaux publics, de l’Intérieur puis à la présidence du Conseil comme chef adjoint26. Thomas (1914), fils d’un administrateur de société (et collectionneur), entre après la guerre au cabinet civil comme chef adjoint d’un « ami intime » de son père (collectionneur lui aussi), Louis Barthou, ministre de la Guerre. Il le suit ensuite au ministère de la Justice, en charge des affaires d’Alsace-Lorraine en 1922, puis, en 1923, à la Commission des réparations que préside Barthou. Après la dislocation de la Commission et quelque temps dans les cadres, il devient, en 1926, chargé du portefeuille dans le cabinet de Poincaré, très proche de Barthou27. Jacques Brunet parvient à entrer au cabinet de Poincaré non pas parce que son père, avocat, connaissait vaguement Poincaré et qu’il connaissait Du Buit, mais parce qu’un camarade de l’Inspection plus ancien, Thomasson (1920), membre du cabinet Poincaré, était un ami de son frère aîné et de son cousin A. Viénot, qui l’informent d’une place laissée vacante et plaident pour lui auprès de Du Buit, le chef de cabinet28. Comment interpréter l’entrée d’Adéodat Boissard (1927) au cabinet du président du Conseil Laval dès 1931 ? Son père, ancien député (1919-1924), l’a-t-il aidé ? Mais son frère Henri Boissard, reçu six ans plus tôt à l’Inspection, a dû, lui, se contenter de fonctions de contrôle. N’est-ce pas plutôt dû au réseau de son beau-père M. Renaudin, banquier et ancien inspecteur ? Impossible de trancher29. Dans son témoignage, Paul Leroy-Beaulieu (1929) n’hésite pas à rappeler que ce sont bien ses origines sociales et géographiques qui, paradoxalement, conduisent en 1932 le ministre des Finances Germain-Martin, député radical-socialiste de Lodève (Lot), à faire appel à lui, pourtant d’une famille politique modérée :

  • 30 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« J’ai été appelé au cabinet de Germain-Martin pour des raisons personnelles. Germain-Martin était député de Lodève, radical-socialiste, et il avait besoin des voix modérées. Comme mon père avait été député de l’arrondissement voisin, de Montpellier, moi j’étais maire dans une petite localité à côté et j’étais modéré. Lui était radical-socialiste mais il faisait partie de la majorité Doumergue, alors il y avait les radicaux avec les modérés. Quand il y a eu les élections de 1932, Germain-Martin est venu voir ma mère et il lui a dit, il m’a dit : “Si je suis élu, il m’a dit, bien entendu je vous prendrai à mon cabinet.” Il avait besoin des voix. Alors c’était très drôle parce que comme maire on élit les sénateurs et il y a eu une élection sénatoriale, alors Germain-Martin a parlé au congrès des maires radicaux et moi au congrès des modérés30 ! »

  • 31 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, 1982, première partie, p. 4, et deuxième partie, p. 3.

21Si l’on essaie de comprendre l’entrée de Roumilhac (1922) auprès d’André François-Poncet (alors député de la Seine), sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale du 2 mars 1930 au 13 décembre 1930 (et sa nomination en parallèle comme adjoint au chef du Service en remplacement de Mönick), on ne peut que s’appuyer sur une hypothèse : son père, TPG du Lot, a pu plaider la cause de son fils auprès de Germain-Martin, sénateur du Lot et ministre du Budget dans le gouvernement Tardieu. Gilbert Devaux (1932), lui, a longuement évoqué son cas personnel : Joseph Caillaux, président de la Commission des finances du Sénat et grand ami de son père, médecin psychiatre, le fait entrer, dix-huit mois après le concours, à ses côtés à la Commission qu’il quitte en juin 1935 pour le cabinet du ministre Régnier et la direction de la CP31.

  • 32 É. Minost, Sous le signe de la balance, 139 p. dactylographiées, s. d., écrit, semble-t-il, au débu (...)

22Le rôle du service de l’Inspection, moins important, est aussi bien décrit par les témoins. Dans ses Mémoires32, Émile Minost (1917) raconte que le chef du Service lui a proposé d’être chargé du portefeuille auprès de François-Marsal, mais ce n’est ni cette expérience ni le ministre qui orienteront sa carrière. Dans ses Souvenirs d’une longue carrière, Jacques Georges-Picot (1925) écrit :

  • 33 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, de la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920 (...)

« J’étais parti en tournée en juillet de cette année-là lorsque Emmanuel Mönick (1920), qui était adjoint au chef de service, me pria de passer le voir et m’offrit de présenter ma candidature à Laurent-Eynac, nouvellement nommé ministre de l’Air à la suite de l’accident mortel de Bokanowski. Laurent-Eynac en effet désirait comme chef adjoint de son cabinet un jeune inspecteur des Finances. J’acceptais sans hésiter, attiré par la perspective d’un ministère nouveau où tout était à créer avec des services venant de trois ou quatre ministères différents. Je ne devais plus revoir le service actif de l’Inspection des Finances33. »

  • 34 La présence de son père et de son frère au Conseil d’État ne semble pas avoir joué pour ce premier (...)

23En décembre 1930, le ministre Chéron cherche également auprès de l’Inspection un « chargé de portefeuille » et propose soit Ripert (1927), soit Auboyneau (1928). Le chef de Service choisit le premier car c’est le plus ancien, il a un peu plus de trois ans d’ancienneté34.

  • 35 Sur ce sujet, cf. l’exemple de Corréard. N’exerçant plus d’emploi public, il ne parvint pas à conse (...)

24Il faut noter l’attitude des chefs de Service quant à l’engagement dans une carrière véritablement politique. La mise en disponibilité pour exercer des fonctions publiques, confirmée par l’arrêté de 1909, permet aux inspecteurs comme Caillaux de ne pas rompre avec le corps. Encore faut-il que ces activités politiques relèvent d’emplois réels offrant un régime de retraite (député ou sénateur) ou qu’elles ne se fassent pas sous couvert du titre d’inspecteur des Finances. Pour l’avoir méconnu, Corréard (1899) et Du Moulin (1925) seront sanctionnés et même Chaban-Delmas (1943) rappelé à l’ordre. L’objet de cette sévérité est moins d’empêcher ces hauts fonctionnaires de faire de la politique que de préserver le ministre des Finances des amalgames et attaques éventuelles35.

  • 36 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.
  • 37 Dossier no 226, service de l’IGF, et Société générale, Livre du Centenaire, Paris, Chaix, 1964, 273 (...)

25La réputation et l’expérience professionnelle jouent également un rôle. Selon son fils Jacques, lui-même inspecteur des Finances (1944), André de Chalendar (1920), parce qu’il avait été reçu 1er, se serait vu proposer par le Service soit le cabinet Lasteyrie, soit le Mouvement général des fonds. Après avoir choisi le cabinet, il part ensuite pour Londres comme attaché financier36. Autre exemple de sollicitation fondée sur la reconnaissance du mérite, mais cette fois sur l’expérience professionnelle, celui de Maurice Lorain (1921). Le ministre Raoul Péret le fait venir auprès de lui à son cabinet car il a remarqué son enquête sur la taxe sur le chiffre d’affaires et son rapport sur le budget du Maroc37. On connaît ce que Paul Reynaud, dans ses Mémoires, dit de son choix de Baumgartner (1925) comme directeur de son cabinet :

  • 38 P. Reynaud, Mémoires, t. I, Venu de ma montagne, Paris, Flammarion, 1960, 418 p., p. 289.

« En arrivant rue de Rivoli, on me demanda qui je désirais prendre comme chef de cabinet.
“Quel est l’homme le plus intelligent de la maison ?
– C’est Baumgartner, mais il est en voyage de noces.
– J’attendrai38.” »

  • 39 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 271 p., p. 127.

26Dans ses Mémoires, J. de Fouchier (1934) rappelle que c’est son ancien, A. Boissard (1927), ami de Cathala, qui aurait suggéré son nom en avril 1942 pour diriger le cabinet du nouveau ministre des Finances. Boissard l’aurait remarqué en 1938 à la Commission, dite, de la Hache39. Voici un dernier exemple, celui de la collaboration bien connue entre le maréchal Pétain et Du Moulin de Labarthète, qu’il appelle auprès de lui comme chef de son cabinet civil en juillet 1940 jusqu’en avril 1942. La correspondance de Du Moulin à sa femme, restée à Paris, rend compte, semaine après semaine, de l’évolution de la relation qui se crée, se noue et se développe en Espagne, au cours du printemps 1939, entre les deux hommes, qui ne se connaissaient pas auparavant, alors que Pétain y est ambassadeur et Du Moulin envoyé par le ministre pour régler le problème de l’or espagnol. On comprend que, à peine un an plus tard, Pétain ait fait appel à lui. Et Gilbert Devaux (1932) tient à préciser :

  • 40 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, 1982.

« Le “patron” ne cherche pas uniquement à satisfaire les souhaits de ses amis, mais se préoccupe surtout de recruter un collaborateur valable. Quelle que soit l’influence des “affinités”, son choix dépend d’abord de son jugement personnel sur la valeur du candidat (titres, réputation, réactions au cours des premiers contacts divers, etc.)40. »

27Lorsque le ministre est lui-même inspecteur, ce qui fut le cas avec Caillaux à de nombreuses reprises, Lasteyrie en 1921, Piétri (1906) en 1931 ou Bouthillier en 1940, le titre d’inspecteur fonctionne encore mieux. Mais souvent aussi, un ancien, déjà en cabinet, joue les intermédiaires pour fournir à son ministre les collaborateurs dont il a besoin. Solidarité de corps oblige, la noria des chargés de mission tourne au profit des inspecteurs, du moins au ministère des Finances. Mais si l’on peut parler de l’existence de véritables « parrains » au sein de l’Inspection, comme Schweisguth (1908), Thion de La Chaume (1900) ou Simon (1896) dans les années vingt, Bouthillier (1927), Baumgartner (1925) ou Baudouin (1921) dans les années trente, leur influence s’exerce plus pour entrer dans les grandes directions ou les entreprises publiques ou privées que pour entrer dans un cabinet, comme on pourra le constater dans les chapitres suivants.

III. Les caractères des emplois en cabinet

28On ne s’étonnera pas, compte tenu de l’instabilité ministérielle, que la durée moyenne soit inférieure à un an mais pour les cabinets Finances, dans les années vingt, et pour les autres ministères, dans les années trente, la durée moyenne est légèrement supérieure.

29Pour 67 d’entre eux, le cabinet est la première sortie des cadres, dont 33 au ministère des Finances. Mais cette première sortie en cabinet Finances se fait plus fréquemment dans les années vingt (19) que dans les années trente (11). Ces emplois de cabinet sont occupés par de jeunes gens (33 ans en moyenne), le premier passage en cabinet se faisant à 31 ans et demi en moyenne mais légèrement plus tard aux Finances (33 ans) et plus jeune dans les autres ministères (30 ans). Alors que pour la première entrée, on ne note pas de différence entre les deux décennies, pour le dernier passage, qui a lieu à 34 ans et demi en moyenne, les années trente (et donc les autres ministères surtout) présentent une différence notable : 37 ans, pour une moyenne de 33 ans dans les années vingt. Ce peut être la conséquence des hésitations à entrer dans les autres ministères, moins porteurs en terme d’emploi et moins prestigieux, mais c’est surtout l’effet d’une professionnalisation de ce type d’emplois dans des ministères successifs et différents. On verra d’ailleurs que les multipassages deviennent aussi plus fréquents dans les années trente.

  • 41 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, (...)

30Pour leur première nomination, ces inspecteurs viennent généralement des cadres ; rares sont ceux qui sont déjà entrés dans les grandes directions. Le cas de Baumgartner, souvent cité, est ici une exception41.

31À la lecture du tableau 3 on ne s’étonnera pas que tous cabinets confondus, de 1919 à 1942, ce soient les emplois de conseillers (chargés de mission) ou chefs adjoints qui soient les plus fréquents, mais le dernier emploi est plus souvent de chef de cabinet. Il y a, pour ceux qui font, en quelque sorte, carrière dans les cabinets, une promotion légitime. Dans le tableau 5 c’est la différence entre les décennies et les ministères qui est intéressante.

32Si les conseillers l’emportent dans les années vingt, l’expansion dans les autres ministères et dans les années trente se fait de plus en plus au niveau supérieur (chef adjoint ou chef), comme si un inspecteur ne pouvait « sortir » dans les cabinets des autres ministères qu’à condition d’en prendre la direction. Ceci explique les chiffres du tableau 6.

33Le tableau 7 montre que les deux tiers ne font qu’un seul passage dans les années vingt alors que dans la décennie suivante, c’est l’inverse, signe, une fois encore, de la mise en place d’une véritable carrière en cabinet, avec progression au cours de ces emplois, qu’il s’agisse du même ministre ou non. Il faut y voir une plus grande difficulté à trouver une sortie intéressante dans les années trente et donc l’obligation de rester plus souvent dans ces fonctions, certes excitantes mais peu rémunérées, fatigantes et très vulnérables. N’y a-t-il pas aussi la volonté de certains ministres revenant au pouvoir de retrouver des collaborateurs fidèles ou expérimentés ? Il s’agit alors autant de politisation que de professionnalisation.

34Qui sont ces inspecteurs, véritables professionnels des cabinets ? Disons d’abord que ces multipassages ont existé avant 1914 et dans les années vingt. Ce qui est nouveau, à partir du milieu des années 1920 et dans les années trente, c’est l’apparition de véritables carrières en cabinet, avec 6 à 9 emplois de cabinet par inspecteur, souvent cumulés avec d’autres fonctions administratives ou de contrôle plus stables et mieux rémunérées. Le cas de Delsériès (1922) est extrême : il a été nommé en cabinet à onze reprises pour quelques mois ou semaines au cours des années 1927, 1934, 1935, 1938, et trois fois en 1940. Il s’agit quatre fois des Finances (Budget et Économie), quatre fois du ministère du Travail – avec trois ministres à l’origine cartellistes (Fallières, Marquet et Frossard) –, accessoirement et pour quelques semaines, de la Marine marchande en 1940, puis deux fois de l’Information et des Travaux publics avec Frossard en 1940. À lui tout seul, avec ses neuf nominations hors Finances, il contribue à gonfler les chiffres des années trente ! Mais il n’est pas le seul, d’autres itinéraires aussi peu connus peuvent être cités. Arnoult (1920), six fois membre ou chef de cabinet de 1924 à 1938, est fidèle soit à un ministère comme celui des Colonies, avec Dalimier, soit à un « patron » comme Huysmans, ministre SFIO du Commerce en 1937 et en 1938, puis sous-secrétaire d’État aux Finances. De la même promotion, Campion (1921) occupe, lui, sept emplois en cabinet et en Commission des finances. Il commence lui aussi sa carrière en cabinet avec le Cartel au ministère de la Guerre en 1926 puis, à la suite d’une mission à la Commission des finances du Sénat, il entre au cabinet de Sarraut à l’Intérieur en 1927 et le suit aux Colonies en 1932. Il continue dans le cabinet d’autres sénateurs, Chéron aux Finances en 1932-1933, puis Gardey en 1933 au Budget (dans un ministère Sarraut). Autre exemple de ces récidivistes hors Finances par fidélité à un « patron », Filippi (1930), appelé dans un cabinet neuf fois entre 1933 et 1940, la plupart du temps avec Lamoureux. Il ne dirigera le cabinet des Finances qu’en mars 1940, lorsque son « patron », Lamoureux, devient ministre, fonction qu’il conserve avec le successeur de Lamoureux, Bouthillier, devenu ministre des Finances le 6 juin 1940. Gregh (1930) est appelé à six reprises dans un cabinet ministériel : il travaille auprès de Paul-Boncour à la Guerre, puis à la présidence du Conseil en 1932 ; ensuite auprès de Frot, à la Marine marchande, et au Travail entre 1933 et 1935. Mais, pas plus qu’Arnoult ou Delsériès, il ne profitera de ses fonctions en cabinet dans l’immédiat.

  • 42 G. Wormser, « Témoignage », dans G. Thuillier, J. Tulard (dir.), Origines et histoires des Cabinets (...)
  • 43 SAEF, 1 C 5596, dossier no 223, service de l’IGF.
  • 44 Il précise : « J’envisage pour mettre fin aux difficultés rencontrées par mes collègues d’appliquer (...)

35L’appât du gain immédiat ne peut pas être considéré comme une motivation pour leur entrée dans un cabinet. Dans une communication en 1975, Georges Wormser, ancien collaborateur de Georges Mandel, rappelait un aspect significatif du cabinet sous la IIIe République : la faiblesse des crédits mis à la disposition des ministres, « à tel point qu’on en arrivait à choisir des personnages qui avaient un traitement par ailleurs en tant que fonctionnaires ou qui ne demandaient pas de traitement42 ». Cette misère budgétaire expliquerait aussi bien le cumul des fonctions que la présence de chargés de mission mis à disposition, donc payés par leur corps d’origine, offrant ainsi aux ministres compétence, réseau utile et économie budgétaire. Les dossiers de personnel offrent quelques indications éparses d’indemnités de cabinet. Guérard (1920), le 7 juillet 1923, se voit offrir une prime de 50 francs par mois lorsqu’il remplace Farnier (1919) au cabinet des Finances, ce qui n’est tout de même pas négligeable lorsqu’on sait qu’un 4e classe gagne, en 1921, 4 000 francs par an, soit une prime de 14 %43. En 1944, le problème ne sera toujours pas résolu, comme l’indique cette circulaire du ministre Lepercq : « Mon attention a été appelée sur l’insuffisance des crédits actuellement mis à la disposition des ministres pour le règlement d’une part des indemnités allouées aux membres de leur cabinet, d’autre part de leurs dépenses de voiture automobile44. »

36Pour n’être pas rentables dans l’immédiat, les fonctions de cabinet offrent des débouchés aussi intéressants professionnellement que rémunérateurs.

Tableau 3. Type de poste occupéa

Avant le premier emploi en cabinet

Période

1

2

3

4

5

6

7

8

01/01/1919 – 31/12/1930

34

9

2

0

01/01/1931 – 01/07/1940

37

0

1

2

Avant le dernier emploi en cabinet

Période

1

2

3

4

5

6

7

8

01/01/1919 – 31/12/1930

19

2

11

0

0

2

0

0

01/01/1931 – 01/07/1940

7

11

6

1

0

1

7

1

a. Il s’agit de prises d’emploi et non d’individus. 1 = cadres ; 2 = cabinets et grands corps ; 3 = administration Métropole ; 4 = administration outre-mer ; 5 = administration à l’étranger ; 6 = organisation internationale ; 7 = entreprise Métropole ; 8 = entreprise liée à l’outre-mer.

Tableau 4. Fonctions exercées en cabinet par prise d’emploi

Pour l’ensemble des cabinets

Période

Chefs

Sous-chefs

Conseillers

01/01/1919 – 31/12/1930

14

29

36

01/01/1931 – 01/07/1940

43

58

52

Pour les cabinets Finances

Période

Chefs

Sous-chefs

Conseillers

01/01/1919 – 31/12/1930

10

16

28

01/01/1931 – 01/07/1940

17

32

13

Tableau 5. Fonctions exercées en cabinet

Pour la première prise d’emploi de l’ensemble des cabinets

Période

Chefs

Sous-chefs

Conseillers

01/01/1919 – 31/12/1930

7

15

23

01/01/1931 – 01/07/1940

3

17

20

01/07/1940 – 01/12/1942

6

2

7

Pour la dernière prise d’emploi de l’ensemble des cabinets

Période

Chefs

Sous-chefs

Conseillers

01/01/1919 – 31/12/1930

9

10

15

01/01/1931 – 01/07/1940

14

13

7

Tableau 6. Conditions de prise d’emploi par rapport à l’emploi précédenta

Période

4

5 – 6 – 7

1

01/01/1919 – 31/12/1930

46

30

1

01/01/1931 – 01/07/1940

66

82

3

a. Les conditions ne sont pas toujours repérables. Promotion : lente = 4 ; rapide = 5, 6, 7 ; statu quo = 1.

Tableau 7. Fréquence des emplois en cabinet

Un seul emploi en en cabinet

Période

Nombre de passages

01/01/1919 – 31/12/1930

15

01/01/1931 – 01/07/1940

7

Plus d’un emploi en cabinet

Période

Nombre de passages

01/01/1919 – 31/12/1930

14

01/01/1931 – 01/07/1940

27

IV. Efficacité et limites du passage en cabinet dans la carrière

  • 45 É. Minost, Sous le signe de la balance, op. cit.

37L’étude des opportunités d’emplois après un passage en cabinet, soit directement par la volonté du ministre qu’ils servent, soit par les rencontres que la fonction peut provoquer, ne doit pas faire oublier les limites de cette filière cabinet qui n’est pas sans risque, notamment en période d’alternance politique. Mais auparavant, il faut évoquer un problème de méthode. En effet, les études quantitatives à partir des annuaires ou même des dossiers de personnel mettent en évidence des emplois successifs qui sont présentés comme ayant entre eux des relations de causalité directe. En réalité, s’il y a bien succession chronologique, d’autres sources, plus complètes mais plus rares, peuvent révéler d’autres réseaux, d’autres atouts autrement plus efficaces. On peut citer un exemple parmi bien d’autres, celui d’Émile Minost (1917). Dans ses Souvenirs, conservés par la famille45, on y découvre que son passage en cabinet ne l’a pas aidé, en dépit des apparences du dossier et de la succession des emplois. Ce sont deux relations nouées au cours de la scolarité et au cours de la guerre qui détermineront sa carrière, carrière brillante due aussi à ses mérites et à sa capacité de travail. Ses deux patrons sont non pas le ministre, qu’il a servi un temps, mais, d’une part, un inspecteur des Finances plus ancien, Charles Lesage (1892), président de l’association des anciens élèves de son collège, et, d’autre part, un officier d’état-major rencontré pendant le conflit et fidèle collaborateur de Poincaré, Adolphe Pichon, secrétaire général de l’Élysée. Après avoir insisté sur la « chance » dont il a bénéficié au cours de sa vie, et sur « sa pointe d’ambition », Minost évoque d’abord ses origines :

« Le milieu provincial [Provins] et modeste où s’est passée ma première jeunesse semblait me prédestiner à une carrière toute simple et médiocre. J’aurais pu devenir clerc d’avoué comme mon père, employé des chemins de fer comme un oncle, instituteur comme un grand-père. »

  • 46 Ibid., p. 11.

38Au vu de ses bons résultats, ses parents l’envoient au collège et, après le bac, acceptent de l’aider dans ses études de droit et d’allemand, mais il doit compléter ses ressources. Au banquet annuel des anciens élèves de son collège, on lui présente Charles Lesage (1892), alors directeur de la Comptabilité au ministère de l’Instruction publique. Ce dernier lui trouve d’abord un emploi d’auxiliaire dans son ministère puis, après sa licence, lui transmet, en 1913, la proposition d’un autre inspecteur des Finances, Miriel (1898), président du Crédit foncier égyptien, pour un emploi de répétiteur dans une famille aisée en Égypte. En 1917, le même Lesage l’informe de l’ouverture du concours spécial de l’Inspection, réservé aux anciens combattants, qu’il réussit la même année. Six ans plus tard, c’est Miriel qui lui proposera de devenir secrétaire général du Crédit foncier égyptien : « Cette offre était providentielle. J’avais pu me rendre compte au Caire du “standing” du Crédit foncier égyptien en un moment où je ne pensais pas pouvoir jamais m’y élever46. » Non seulement il en deviendra le directeur général mais, en 1945, présidera la Banque d’Indochine. Les compétences et l’esprit de corps se sont heureusement conjugués à son profit. Cependant, entre-temps, un autre « patron », à la même époque, lui avait ouvert une autre carrière. En effet, en 1914, il avait été mobilisé, blessé en 1915 puis affecté alors à l’état-major de la Xe armée aux Affaires civiles, sous les ordres du capitaine Adolphe Pichon qui n’était autre que le secrétaire général de la présidence Poincaré. D’après son récit, c’est le même Pichon, alors secrétaire général adjoint de la Commission des réparations, présidée par Poincaré, qui lui offre, après qu’il fut devenu inspecteur des Finances, le poste de secrétaire général adjoint du service financier de la délégation française, poste non seulement intéressant mais doté d’un traitement en marks or. Pourtant, dans son dossier de carrière, cet emploi figure juste après celui de chargé du portefeuille auprès du ministre des Finances François-Marsal. De là à en déduire que le ministre lui aurait offert cet emploi, il n’y avait qu’un pas qui aurait pu être franchi sans la découverte de ses Souvenirs.

  • 47 J.-N. Jeanneney, L’Argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe si (...)

39Cet exemple illustre les précautions nécessaires à l’analyse de liens de causalité abusifs dans la succession des emplois. La mise en garde de Jean-Noël Jeanneney sur l’interprétation des « voisinages » peut s’appliquer aussi aux « voisinages » chronologiques : « C’est une erreur constante pour la compréhension des jeux de force que de déduire de voisinages institutionnels ou de liens familiaux la certitude de solidarités automatiques47. »

40Nul état d’âme au sein de l’Inspection quant à l’utilité de la filière cabinet pour faire carrière. Devaux, parlant de « protection d’aspect féodal », rappelle les devoirs d’un patron dans sa réponse à notre questionnaire :

  • 48 Réponse écrite à notre questionnaire, deuxième partie, p. 5.

« Le contrat tacite de collaboration ne joue pas uniquement au profit du patron », qu’il soit administratif ou politique. Non seulement il doit « couvrir » son chargé de mission, mais aussi : « Il doit installer ses disciples à un poste administratif de “responsabilité”. Les meilleurs ? Il essaye de les garder auprès de lui […]. Les autres ? Il cherche des compensations (matérielles ou morales) qui permettront de les écarter du soleil sans les humilier48. »

  • 49 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

41Sur un autre ton, en répondant à la question : « Vous auriez aimé entrer dans un cabinet ? », Aris reconnaît : « Non, je n’ai pas cherché. Ce n’est pas du tout dans ma mentalité. Mais je reconnais que c’était le moyen d’avancer49. »

42Ces tableaux, à considérer dans leurs grandes lignes, des erreurs individuelles étant toujours possibles, indiquent clairement que le premier emploi en cabinet n’est généralement pas suffisant, soit que le retour dans les cadres s’impose au moins quelque temps, soit que d’autres emplois de cabinet soient proposés, surtout dans les années trente. Lorsqu’il l’est, ce sont des emplois administratifs qui sont offerts et, dans une moindre mesure, des emplois dans des entreprises publiques ou sous tutelle surtout, puisque nous ne connaissons que trois inspecteurs sortis dans le privé juste après un emploi de cabinet. En revanche, pour le dernier emploi, les risques de réintégration sont faibles, les administrations et les entreprises plus accueillantes, surtout pour les directeurs de cabinet. Mais les cas de réintégration ne sont pas exceptionnels et l’emploi en cabinet ne peut jamais être considéré comme une absolue garantie d’accélération de carrière.

  • 50 L. Rouban, « Les inspecteurs des Finances entre public et privé », Vida Azimi (dir.), Les Élites ad (...)

43Difficile de déterminer si le cabinet est une filière pour le pantouflage dans la mesure où nous n’avons pas distingué, parmi les débouchés dans les entreprises, ceux qui pourraient être assimilés à des pantoufles selon la définition de Luc Rouban, c’est-à-dire assez autonomes vis-à-vis de l’État : « on considère comme pantouflage tout départ vers des entreprises industrielles ou financières sans lien direct avec l’État et disposant d’une certaine autonomie50 ». Mais si on entend pantouflage au sens large de passage de l’administration à l’entreprise, fût-elle sous tutelle étatique, alors 24 % seulement des inspecteurs membres de cabinets (directeurs compris) entrent dans une entreprise publique ou privée. Le débouché le plus direct et le plus fréquent reste, à toutes les périodes, l’administration des Finances surtout, en dépit des alternances, douces ou fortes, et de l’instabilité ministérielle, qui peuvent freiner les testaments ministériels.

Tableau 8. Débouchés directsa

Type de poste occupé après le premier emploi en cabinet

Période

1

2

3

4

5

6

7

8

9

01/01/1919 – 31/12/1930

14

11

9

2

1

3

5

0

01/01/1931 – 01/07/1940

10

18

6

0

0

0

2

1

Type de poste occupé après le dernier emploi en cabinet

Période

1

2

3

4

5

6

7

8

9

01/01/1919 – 31/12/1930

8

0

14

1

1

4

6

0

0

01/01/1931 – 01/07/1940

7

0

10

0

1

0

8

1

2

Type de poste occupé après le dernier emploi pour de directeurs de cabinet

Période

1

2

3

4

5

6

7

8

9

01/01/1919 – 31/12/1930

2

0

3

0

0

0

4

0

0

01/01/1931 – 01/07/1940

2

0

4

0

0

0

5

0

0

a. La base de données construite sur les prises d’emplois n’ayant malheureusement pas été bâtie dans la perspective d’étudier les débouchés de chacun selon ses responsabilités au sein du cabinet, les précisions ne sont donc pas possibles. Elle permet néanmoins les regroupements par grandes catégories et évite la surreprésentativité de cas individuels. Le codage est le même que pour le tableau 3 ci-dessus : 1 = cadres ; 2 = cabinets et grands corps ; 3 = administration Métropole ; 4 = administration outre-mer ; 5 = administration à l’étranger ; 6 = organisation internationale ; 7 = entreprise Métropole ; 8 = entreprise liée à l’outre-mer ; 9 = entreprise à l’étranger.

  • 51 Dossier no 168, service de l’IGF.
  • 52 M. Rouffet, Frédéric François-Marsal, thèse de doctorat de 3e cycle, Paris-I, 1982, 2 vol., 539 p., (...)
  • 53 J.-M. Gaudibert, article nécrologique sur L. Petit dans Le Crayon vert, novembre 1950.

44Pour illustrer les réussites à la sortie des cabinets et en se limitant au ministère des Finances, on peut donner quelques exemples du plus étonnant au plus banal. Lucien Petit (1897) reste dans les cadres pendant vingt-deux ans (!) avant d’être nommé par le ministre des Finances Klotz conseiller technique à la commission financière et économique de la Conférence de la Paix en 191951. On ne sait ni comment ni pourquoi. Ses qualités intellectuelles (polytechnicien et succès à la première tentative du concours de l’Inspection) n’avaient jusqu’alors pas suffi pour le « sortir » de la « tournée » et ce n’est pas son père, notaire à Troyes, qui avait pu l’aider beaucoup52. C’est peut-être sa disponibilité (il n’était pas mobilisable), alors que les effectifs de l’Inspection sont clairsemés, qui explique cet emploi technique. Toujours est-il que son supérieur hiérarchique à la Commission est désormais François-Marsal (directeur de la BUP). Lorsque ce dernier devient ministre des Finances quelques mois plus tard, en janvier 1920, il le prend comme directeur de son cabinet et, en mai, le nomme sous-gouverneur du Crédit foncier où il reste jusqu’en 1931, date à laquelle il démissionne pour entrer dans les « affaires » : bel exemple de protection ministérielle. Ce parcours étonnant ne permet guère d’ajouter foi aux propos de Gaudibert (1901) dans sa notice nécrologique sur Petit en 1950 : « En 1930, Petit entra dans les affaires et montra – une fois de plus – que l’Inspection était et reste une des meilleures préparations pour la conduite des entreprises privées53. » En effet, si Gaudibert avait raison, Petit eut dû sortir dans les affaires dès 1919, après vingt-deux ans dans les cadres de l’Inspection, et non pas après quelques mois en cabinet et dix ans de Crédit foncier.

  • 54 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, décembre 1980.
  • 55 Cette réflexion montre bien la relativité des satisfactions de carrière. Dans le même temps, son co (...)
  • 56 G. Rousseau, L’Œuvre et l’action d’Étienne Clémentel, 1864-1936, Archives départementales du Puy-de (...)
  • 57 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. ci (...)
  • 58 Ibid., p. 145 : 5,5 % des 598 félicitations reçues et identifiées en 1935 émanent du personnel poli (...)

45D’autres nominations, moins spectaculaires, témoignent bien de l’efficacité de la filière cabinet. Du Buit, directeur de cabinet de Poincaré depuis 1926, est nommé, en janvier 1929, directeur du Crédit national où il restera jusqu’à son départ en 1942 pour raison de santé. Moeneclaey quitte le cabinet Flandin en mai 1932 pour le poste de directeur du Service des prestations en nature puis, en juillet 1934, pour la direction des Monnaies et Médailles, Tardieu, son ancien patron, étant redevenu ministre d’État. Il y reste jusqu’à ce que, en mars 1946, A. Philip, ministre des Finances socialiste, lui enjoigne de réintégrer les cadres « sous la pression du secrétaire du syndicat communiste54 ». Lorsque Barthou succède à Dubois, en 1923, à la direction de la Commission des réparations, il amène dans ses bagages Thomas, son chef adjoint de cabinet à la Justice. Ce dernier entrera ensuite au Service des prestations en nature auprès d’un ancien, Peyster (1907). « Je ne pouvais pas trouver mieux », nous dira Thomas55. Le ministre des Finances Clémentel56 nomme, le 5 février 1925, Farnier, son chef adjoint de cabinet depuis juin 1924, sous-directeur à la CP, fonction qu’il cumulera quelques mois, en 1926, avec celle de chef de cabinet de Péret, son successeur. Et c’est Chéron, radical, qui lui obtiendra la direction du prestigieux Mouvement des fonds, dont il devient directeur adjoint puis directeur en 1928, avant de devenir sous-gouverneur, en 1930, de la Banque de France. Le même Chéron offrira également à Jacques Brunet, son chef adjoint de cabinet, le poste de Farnier à la CP. En septembre 1930, la nomination par Paul Reynaud de Baumgartner, directeur de cabinet, comme sous-directeur du MGF est bien connue57. Mais pour obtenir, en 1935, du ministre des Finances Germain-Martin la direction du MGF et l’emporter sur son rival Rueff – Olivier Feiertag l’a bien démontré –, il faut à Baumgartner mobiliser un réseau politique plus étendu58. Paul Reynaud, ministre des Colonies, est également à l’origine directe de la nomination de Du Moulin de Labarthète, son chef adjoint depuis février 1931, comme inspecteur général à la Banque de l’AOF en mai 1932 (dont il deviendra directeur général en mai 1937). Germain-Martin confie à Paul Leroy-Beaulieu, son chef adjoint de cabinet depuis février 1934, la direction du Contrôle des régies en avril 1935, sans lui en donner le titre car il n’a pas 33 ans.

  • 59 Yves Bréart de Boisanger rencontre Bonnet au Budget en 1925, le suit au Commerce, aux Postes, aux T (...)
  • 60 J. Puyaubert « La création du ministère du Budget avec Georges Bonnet, 29 octobre-22 novembre 1925  (...)

46L’efficacité est encore plus grande pour les inspecteurs qui collaborent à plusieurs reprises avec le même ministre des Finances. Non seulement ils reçoivent d’eux des fonctions de direction importantes rue de Rivoli, mais ils cumulent fréquemment. Citons Bouthillier, sept fois chef adjoint ou chef de cabinet entre 1930 et 1935 de Germain-Martin ou de Piétri, tout en progressant dans la direction du Budget ; Boisanger, éternel chef de cabinet de G. Bonnet (six fois à son cabinet, dont deux fois comme chargé de mission), quel que soit le portefeuille ministériel de ce dernier59. Il occupe en même temps la fonction de directeur de la Dette inscrite en 1933, puis de celle du MGF quand Bonnet redevient ministre des Finances en 1934, avant d’être écarté à la direction générale des Contributions indirectes par le successeur de Bonnet aux Finances, Germain-Martin, en 1935. Le parcours de Ripert est moins connu : sept fois membre de cabinet entre 1930 et 1938, auprès notamment de Germain-Martin ou de Bonnet60 – essentiellement grâce à son camarade de promotion et ami Bouthillier –, il cumulera ces emplois avec celui de sous-directeur au Budget en 1935 et de directeur de la Dette inscrite en 1937.

47Ce clientélisme politique est autant de droite que de gauche, le ministre ayant besoin de fidèles aux postes clés de l’administration centrale. Vincent Auriol a suivi les mêmes pratiques en nommant Saltes (1930), son chef de cabinet de novembre 1936 à octobre 1937, sous-directeur du MGF en juin 1937 et son chef adjoint Tron (1930), sous-directeur du MGF en novembre 1936 puis, en avril 1937, directeur des Finances du Protectorat marocain.

48En passant, on voit à quel point la stabilité des hauts fonctionnaires, présentée si souvent comme contre-poids à l’instabilité des ministres, peut être une idée fausse sous la IIIe République.

  • 61 Dossier no 215, service de l’IGF, et Société générale, Livre du Centenaire, 1864-1964, op. cit., p. (...)
  • 62 Pour l’historiographe de la Banque, ce serait Caillaux qui l’aurait présenté à Thion de la Chaume, (...)
  • 63 P. Baudouin, Neuf mois au Gouvernement, avril-décembre 1940, Paris, La Table ronde, 1948, 429 p., p (...)

49Le cabinet peut aussi avoir une influence indirecte sur la carrière, évidemment plus difficile à discerner. Par exemple, Raoul Péret charge, en 1926, son chef adjoint de cabinet, Maurice Lorain, du contrôle des administrations financières et l’envoie comme fiscaliste au Comité des experts. C’est à ce comité que Lorain rencontre Simon, directeur général de la Société générale, qui lui offre ensuite le poste de secrétaire général adjoint sous l’autorité du jeune Henri Ardant (1918), recruté un an plus tôt61. Baudouin entre le 19 février 1925 au cabinet de Clémentel comme chef adjoint pour remplacer Farnier, nommé sous-directeur du MGF. Un an plus tard, il est nommé sous-directeur, au Budget cette fois. Est-ce par Caillaux qu’il rencontre Thion de La Chaume, collaborateur de Caillaux avant la guerre et président de la Banque de l’Indochine ? On sait par ailleurs qu’il est le fils naturel de Rouvier, peut-être disposait-il d’autres relations. Ou bien serait-ce Doumer, ministre des Finances, qui sert d’intermédiaire entre une Banque d’Indochine qu’il connaît bien, en tant qu’ancien gouverneur général de l’Indochine, et Thion de La Chaume, qui doit étoffer son équipe et entretenir de solides relations avec le ministère, alors que le privilège arrive assez vite à renouvellement62 ? Toujours est-il que dès 1926, il entre à la Banque de l’Indochine comme inspecteur puis directeur adjoint en 1928 et directeur en 1931. Avec Baudouin, ce n’est pas le manque de patrons politiques qui frappe, ce serait plutôt le trop-plein. Alors qu’il est à la Banque d’Indochine, l’industriel Petsche lui aurait présenté Paul Reynaud, ministre des Colonies, avec lequel, selon ses Mémoires, les relations s’intensifient : Baudouin « partage son point de vue sur la dépréciation du franc » et son « dédain pour les habitudes parlementaires63 ». En 1940, Paul Reynaud lui confiera le poste de ministre des Affaires étrangères.

  • 64 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

50Les avantages de carrière peuvent se faire attendre mais les liens noués au sein des cabinets ou commissions restent longtemps utiles. Ainsi, c’est bien Barthou qui nomme son chef adjoint de cabinet, Thomas, à la Commission des réparations mais c’est plus tard, en 1927, que Thomas trouve une sortie grâce à son ancien, Peyster, qu’il a rencontré justement à la Commission des réparations64, au Service des prestations en nature.

51Dans certains cas, la patience est remarquable. Filippi occupe sept emplois de cabinet avant que celui au ministère des Travaux publics le conduise provisoirement au poste de secrétaire général de la SNCF en 1937. Encore que, dans son cas et au vu de sa carrière ultérieure, le goût du pouvoir politique explique aussi certainement sa longue présence en cabinet.

52Les emplois obtenus ne sont pas toujours aussi importants qu’ils le souhaiteraient. Certains sont nommés dans des directions secondaires, on l’a vu, sans que l’on sache si ces emplois ont été vécus comme cela. Par exemple, d’Été entre au cabinet de Poincaré en 1927 comme chef adjoint. Cela lui ouvre certes les portes de la direction du Contrôle de la comptabilité et du personnel central mais dans un ministère secondaire, le ministère des Pensions. Dans son cas, on peut penser qu’il s’agit d’un choix délibéré de sa part puisqu’il est lui-même ancien brillant combattant de 1914-1918. Mais il semble plutôt qu’il ait été « oublié », au moins jusqu’à la guerre. En effet, en septembre 1940, alors qu’il est en fonction au secrétariat général des Anciens Combattants, dépendant du ministère de la Guerre, il est nommé au Crédit foncier comme secrétaire général.

  • 65 Lettre à l’auteur du 28 janvier 1981.

53Les effets peuvent être positifs dans l’immédiat mais éphémères. Roumilhac a bien été, en sortant du cabinet, en 1931, attaché financier à Rome mais, à son retour en Métropole, il devra se contenter de fonctions modestes à l’agence judiciaire du Trésor et de liquidateur de la BNC. C’est un ancien de l’Inspection, Baugnies (1896), qui lui permettra d’en sortir, dans le privé cette fois, comme administrateur à la Compagnie fermière de Vichy. Sa veuve, qui ne l’a connu que plus tard, a témoigné de son regret d’avoir démissionné « parce qu’il fallait en “sortir” pour aller un peu plus haut » et de « sa déception et de son amertume […] de n’avoir pas fait la carrière qu’il escomptait65 ».

  • 66 J. du Buit, notice nécrologique de Schweisguth, La Gazette de l’Inspection, no 2, mai 1940, p. 39-4 (...)

54Les insuffisances du patronage politique ne sont pas rares en effet. Ainsi, on pourrait croire que la collaboration de Schweisguth avec Millerand explique sa nomination en 1920 à la direction du Crédit national. Après six passages en cabinet, dont trois ans avec Ribot, c’est bien le ministre Ribot qui le nomme directeur général des Finances d’Alsace-Lorraine, où il devient « l’un des grands collaborateurs de M. Millerand, le nouveau commissaire général, qui le prise spécialement ». Mais Jean du Buit explique : « En 1920, sa tâche terminée, le hasard d’une promesse ministérielle fait qu’il n’aura pas à Paris la direction qui le fixerait dans l’Administration66. » Résultat ? Sa carrière se poursuit tout de même brillamment. Le nouveau Crédit national, qu’il dirige pendant six ans, est un beau lot de consolation avant de reprendre les affaires familiales : administrateur délégué à la Société alsacienne de construction mécanique et vice-président des Assurances générales de France.

  • 67 Appert (1922), dans son entretien avec l’auteur en 1982, citait Delsériès parmi les inspecteurs à p (...)

55La carrière en cabinet (11 emplois !) de Delsériès semble avoir été longtemps contre-productive. Son ministre, Fallières, ministre du Travail, le nomme directeur adjoint de la Caisse générale de garantie des assurances sociales jusqu’en avril 1931. Mais ce n’est pas là un emploi prestigieux et jusqu’en 1935, il restera contrôleur des dépenses engagées, puis contrôleur financier jusqu’en 1940, tout en cumulant avec plusieurs passages dans des cabinets, puis, à nouveau, contrôleur des dépenses engagées à l’Économie nationale et aux Finances de 1943 à 1945. En revanche, après la guerre, son origine modeste (son père est directeur de l’École normale de Moulins), sa sensibilité « de gauche » et sa réserve sous Vichy lui vaudront une promotion inattendue en 194567. Il succède à Appert (1922) à la direction générale des Contributions indirectes puis, en 1946, il est nommé à la tête d’un nouvel organisme : la future Caisse de l’énergie, appelée alors Caisse nationale d’équipement de l’électricité et du gaz, dont il devient président-directeur général jusqu’en 1952. Pour Gregh non plus, le cabinet n’aboutit pas. Malgré sa collaboration fidèle auprès de plusieurs ministres cartellistes, il devra se contenter du contrôle financier. Mobilisé et affecté au ministère du Ravitaillement, il en devient directeur en octobre 1940. C’est son arrivée à Alger, en 1943, qui lui offrira de hautes responsabilités, d’abord au CFLN, comme responsable de la direction du Budget, puis, à la Libération, comme directeur du Budget de 1945 à 1949. Ces dernières fonctions n’ont donc rien à voir avec sa collaboration en cabinet d’avant-guerre, si ce n’est une certaine sensibilité « de gauche ». Autre exemple d’inefficacité du cabinet (mais non de l’étiquette politique), celui que raconte Georges-Picot. Il a bien fait du cabinet auprès de Laurent-Eynac, ministre de l’Air, mais il a bien vite compris qu’il valait mieux revenir au « soleil », rue de Rivoli, où il est nommé sous-directeur du Budget. Selon lui, ses appuis politiques étant nuls, c’est Bouthillier, pourtant plus jeune mais protégé de Germain-Martin, qui prend la direction du Budget en 1934. On peut citer bien d’autres cas de passages en cabinet inefficaces, en terme de carrière, surtout lorsqu’il s’agit de cabinets hors de la rue de Rivoli. Maringe (1924), malgré sa collaboration de février 1931 à juin 1932 auprès du ministre des Finances Flandin, réintègre les cadres. C’est lors d’une tournée d’inspection en Afrique du Nord qu’il rencontrera le résident général du Maroc, Ponsot, qui le soutiendra dans sa candidature contre Georges-Picot en 1935 au poste convoité de directeur des Finances du Protectorat.

  • 68 SAEF C 5595.
  • 69 Dossier no 316 (2), service de l’IGF.
  • 70 Dossier no 228, service de l’IGF.

56Les recommandations d’anciens ministres ou de députés ne semblent guère efficaces mais il faut reconnaître qu’elles laissent peu de traces écrites et que dans la mesure où elles n’ont pas été suivies d’effet, elles ne sont pas évoquées par les témoins. Nous n’avons trouvé que trois cas de recommandations écrites d’anciens ministres employeurs, chaque fois en vain. Mais le bouche-à-oreille, qui ne laisse pas de trace, est-il plus efficace ? Ainsi, dans le dossier personnel de Cousin (1920), on trouve une lettre de recommandation du 22 février 1926 de Clémentel, ancien ministre et sénateur du Puy-de-Dôme, en faveur de la nomination de son ancien collaborateur au cabinet (et chargé de mission au Budget) au poste de sous-directeur du Budget. En vain. Le ministre des Finances, Doumer, lui répond le 3 mars 1926 qu’il n’a pu le satisfaire, ayant dû donner la sous-direction à l’un « de ses collègues détaché avant lui à la direction du Budget » et étant ainsi « privé des moyens de tenir compte, quant à présent du moins, de l’intérêt que vous lui portez68 ». Cousin ne fera pas carrière dans l’administration centrale et, après avoir contrôlé les Mines de la Sarre, partira en Indochine comme directeur financier. Autre exemple : le 17 octobre 1939, Chappedelaine, ancien ministre de la Marine marchande, écrit à Paul Reynaud (par le service de l’IGF) une lettre louant les compétences d’André Brunet (1930), son ancien chef adjoint de cabinet parti pour le front : « Au moment où mon collaborateur a rejoint son poste de mobilisation, j’ai tenu à vous dire les services qu’il a rendus à la Marine marchande pendant plus de quinze mois69. » Il souligne les délicates missions, les qualités apportées à ses fonctions, « une intelligence toujours en éveil, un esprit clair et méthodique, une activité inlassable, une courtoisie et un tact parfait ». La lettre est transmise à Leca (1932), directeur de cabinet de Reynaud, avec soulignés « les délicates missions » et « un tact parfait », et n’aura aucun effet. En 1941, il devient contrôleur financier puis directeur des Services économiques et financiers du secrétariat d’État auprès du Ravitaillement et en juin 1942, réintègre le cadre des contrôleurs financiers. Pour faire carrière aux Finances, il faut des recommandations mieux placées, plus directes, plus actualisées et pas nécessairement écrites, semble-t-il. Il se trouve même un chef de Service hostile aux recommandations. Ainsi Aris bénéficie-t-il des recommandations auprès du Service de l’ancien ministre Lasteyrie, de Machart et Thivrier. Le chef du Service Drevon n’apprécie pas et écrit à Aris, le 20 février 1925 : « Je ne veux pas vous cacher qu’il n’est pas d’usage dans l’Inspection des Finances de se faire recommander et il me faut constater qu’en fait je n’ai mémoire d’avoir reçu de recommandations que pour vous. » Un ordre du ministre des Finances ne se discute pas et la sortie s’opère, mais une recommandation de parlementaire ou d’ancien ministre au chef du Service est malvenue70.

V. Le rôle du patronage politique – hors passage en cabinet – dans la carrière

57Bien entendu, certaines promotions spectaculaires – ou certaines évictions – ne concernent pas seulement les membres des cabinets, et le parrainage politique et ses effets positifs ou négatifs ne passent pas toujours par le passage en cabinet. Entre 1918 et 1940, nous avons identifié 28 inspecteurs ayant bénéficié d’atouts politiques sans être passés par un cabinet, soit 11 %. Ces chiffres recouvrent : ceux qui ont disposé d’atouts politiques hérités ; ceux qui ont noué des contacts politiques alors qu’ils exerçaient déjà des fonctions dirigeantes, acquises par d’autres filières ; ceux qui ont bénéficié de protections politiques, nées au cours de l’exercice de leurs fonctions administratives, sans collaboration fonctionnelle avec un homme politique. Ces parcours ne sont pas quantifiables avec exactitude car ils relèvent de sources aléatoires et nous ne pouvons qu’en donner quelques exemples illustrant la variété des opportunités, des rencontres, de leur efficacité et de leurs dangers.

58Donnons d’abord la parole à l’un d’entre eux, exceptionnel par son témoignage et par la confusion des protections politiques et privées dont il a bénéficié. Jean Watteau (1922), fils d’un receveur principal des Douanes de Dieppe, reçu 1er au concours, ne parvient à sortir modestement de la tournée qu’en 1928, comme contrôleur des dépenses engagées, pendant trois ans. Faute de mieux, il part ensuite pour trois ans comme conseiller de la Banque nationale de Bulgarie, chargé des services du commissariat de la SDN à Sofia. Réintégré en 1934, il occupe alors les fonctions d’adjoint au chef du Service, fonctions peu actives mais stratégiques car ils y voient passer toutes les offres d’emplois pour des inspecteurs. En 1934, il prend le poste, modeste à l’époque, de secrétaire général de la Loterie nationale dont il redresse, raconte-t-il, rapidement l’activité et les résultats. On est en 1934-1935 :

  • 71 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« Donc la Loterie nationale fonctionnait à plein rendement et un beau jour, on me dit : “Le président du Conseil veut vous voir.”, c’était Albert Sarraut je crois. Bon, je me transporte et je me fais introduire chez le président du Conseil qui était avec un monsieur, petit, discret et le président du Conseil me dit : “Voilà, vous ne connaissez pas Monsieur Boussac, je vous présente Monsieur Boussac. Monsieur Boussac s’intéresse à l’élevage des chevaux en France, il en tire pour la France des rentrées de devises considérables, que ce soit des chevaux qu’il vend, que ce soit des saillies ou des prix qu’il va gagner en Amérique ou Angleterre, etc.” C’était l’époque où les écuries étaient particulièrement florissantes. Et il m’explique : “L’élevage est compromis, tous les propriétaires n’ont pas le background financier dont dispose Monsieur Boussac, et encore il n’en a pas besoin puisqu’il gagne beaucoup d’argent avec ses écuries. Il faut que le gouvernement fasse quelque chose et j’y suis décidé. Seulement je ne peux pas demander au Parlement de voter des crédits budgétaires pour arroser les sociétés de courses [c’était en 1935]. Alors j’ai pensé à la Loterie. Malheureusement le produit de la Loterie est affecté par la loi [aux anciens combattants]. C’est très ennuyeux. Vous ne pouvez pas me trouver un procédé ?» Je lui dis : «Écoutez, Monsieur le Président, je commence à être un rond-de-cuir un peu avancé. Par conséquent, je vous dis à quoi doit servir la Loterie. Vous me dites, le gouvernement tient absolument à passer outre. Alors mon devoir de fonctionnaire, après vous avoir bien informé, c’est d’essayer de faire ce que vous dites que le gouvernement désire qu’on fasse. Seulement il faut le faire d’une certaine façon… Monsieur le Président, si vous voulez que j’institue une deuxième loterie à côté de la première, en forme de sweepstake, alors à ce moment-là, il n’est pas pensable que cela se fasse sans la Société des courses. Par conséquent il est normal que cela se rétribue.” En bref j’ai loué le Grand Prix de Paris, et bien d’autres. […] Cela permettait, sous le vocable de Loterie nationale, des revenus supplémentaires par un nouveau procédé se rajoutant au premier. Vous voyez le jésuitisme. Mais, en fait, cela permettait au gouvernement d’approuver. Il fallait que le ministre des Finances approuve la gestion de son secrétaire général de la Loterie qui avait trouvé utile de louer le Grand Prix et autres manifestations moyennant des centaines de millions de l’époque. Ainsi fut fait. Alors il me dit : “Monsieur le directeur, cela me donne toute satisfaction, vous avez carte blanche, je préviens le ministre des Finances.” Moi qui pensais faire cela mais qui n’avais jamais pu y arriver pour la Loterie parce que de fortes influences jouaient contre, parce que les loteries clandestines rapportaient beaucoup à certains intermédiaires, associations d’anciens combattants ou autres. Jamais je n’avais pu le faire mais j’avais quand même un programme tout fait. […] Je suis sorti de la place Drouot avec Monsieur Boussac que je ne connaissais pas une heure avant et qui m’a dit : “Monsieur Watteau, je vous félicite parce que vraiment vous avez de l’imagination. Vous avez été très ferme sur les principes.” Je dis : “Monsieur, c’est comme cela que je conçois le métier de fonctionnaire.”
De ce jour-là, et je ne lui ai jamais rien demandé, mais j’ai eu l’impression que ma carrière par la suite a pu être influencée par ces relations […]. Je suis donc resté lié avec lui. Et alors cela a été d’abord l’accès dans un monde différent de celui que je connaissais et puis, deux ans plus tard, je crois, il s’est trouvé avoir une direction générale au ministère vacante. Vous devez savoir qu’après avoir fait mon devoir à la Loterie, j’aimais bien tout de même faire des choses plus intéressantes. Il s’est trouvé que Georges Bonnet m’a nommé directeur général des Contributions directes et du cadastre71. »

59Par la suite et après la guerre, il sera, de 1945 à 1949, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, puis en 1952, gouverneur de la Banque de l’Algérie et de Tunisie.

60Il est rare de rencontrer des bifurcations de carrière aussi spectaculaires mais il en est d’autres plus discrètes et sans passage par un cabinet, comme celles que nous étudierons plus en détail dans le chapitre sur les attachés financiers. Mönick et Appert, l’un et l’autre attachés financiers aux États-Unis, ont eu l’occasion à ce titre de rencontrer et grandement aider, le premier, le président Édouard Herriot en 1932, venu négocier le moratoire Hoover, le second, Georges Bonnet en 1937, qui revient en France avec lui et le nomme directeur général des Contributions indirectes. Mönick partira comme attaché financier à Londres et se liera avec Blum, que Herriot lui présente. Dans ces deux cas, ces inspecteurs provinciaux, sans réseaux et sans accès aux cabinets, se sont d’abord exilés aux USA, emplois qu’ils ont pu saisir grâce à leur fonction d’adjoint au chef du Service ; dans les deux cas, la protection politique (et leurs mérites bien sûr) leur assurera un retour brillant dans l’administration des Finances.

VI. La solidarité du corps devant les risques du patronage politique

  • 72 Il va de soi que les effets de l’alternance touchent l’ensemble des hauts fonctionnaires et pas seu (...)
  • 73 On le reverra dans la dernière partie sur « Les inspecteurs dans la tourmente ».

61Le plus grand risque pour un membre de cabinet comme pour toute nomination dépendant du ministre est bien la défaite électorale du patron, et plus encore, la mort politique du ministre qui ne concerne, bien entendu, pas seulement les membres des cabinets mais toutes les nominations prises par le ou les ministres. La progression de carrière alors s’interrompt en attendant des jours meilleurs ou bien bifurque, comme en 1924 et surtout 1936, ou même se brise pour longtemps ou pour toujours, comme en 1940 et en 194472. On en aura maintes illustrations dans les chapitres suivants. La solidarité des camarades de l’Inspection dépend du contexte politique de l’alternance et aussi du parcours antérieur de la « victime » et donc de sa notoriété au sein du corps73.

62Sans entrer ici dans le détail des parcours individuels, il nous semble que cette réflexion de Gilbert Devaux résume assez bien ce que nous avons décelé au fil des dossiers et des interviews. Dans sa réponse développée sur l’esprit de corps, il écrit :

  • 74 L’italique est de nous.
  • 75 Toutes les citations de Gilbert Devaux sont tirées de sa réponse écrite à notre questionnaire de ju (...)

« L’obligation traditionnelle de solidarité en présence des vicissitudes du pouvoir politique. Ce principe est essentiel et donne à l’Inspection son originalité. Il résulte d’une doctrine qui mérite d’être clairement établie […]. Dans un grand nombre de cas, notre carrière dépend de celle des hommes politiques auxquels nous sommes attachés. Il existe donc entre nos “patrons” et nous une solidarité naturelle. La réussite de ces patrons peut nous donner accès à des postes administratifs importants. Leur échec nous affaiblit, renforce nos rivaux, peut même nous contraindre à abandonner notre emploi pour un poste marginal ou pour une “sortie” semi-publique ou privée. Nous mesurons ce risque (personnel ou conjoncturel) qui fait partie des “règles du jeu”. Mais ce que nous refusons d’admettre, c’est qu’à chaque époque de grand “changement” politique, l’inévitable renouvellement du personnel politique soit suivi d’un complet renouvellement du haut personnel administratif74 comme aux États-Unis. Nous nous sentons alors moralement tenus d’intervenir, chacun dans la limite de ses forces et de son influence, pour arrêter l’épuration. Nous ne pouvons guère résister à ceux qui ont “choisi le bon cheval” et veulent avancer ; nous leur donnons cependant mauvaise conscience et nous essayons de soutenir ceux qui sont menacés – en leur trouvant des postes de repli, des occasions de revanche, des moyens de gagner du temps. Certains hommes politiques (aux deux extrémités de l’hémicycle) et leurs collaborateurs disent que cette attitude collective de l’Inspection est contraire à la justice. La faveur dont certains ont bénéficié a contribué à retarder le “changement” et est implicitement condamnée par le changement lui-même. Il faut donc sans scrupule faire marche arrière et donner toutes les places aux fonctionnaires qui ont souffert pour la bonne cause. Nous repoussons cette thèse. D’abord parce qu’il ne s’agit pas d’un problème de justice (la répartition des hauts postes administratifs ne suit jamais des principes d’équité), mais d’un problème de bonne gestion des affaires publiques. Ensuite parce que les principes qui inspirent le gouvernement de la France et les équipes d’hommes qui composent ce gouvernement ne peuvent subir de mutation brusque s’il n’existe pas une administration souple qui amortisse les effets. Enfin parce que l’histoire démontre que ce sont toujours les agents de l’»ancien régime” qui parviennent à mettre en œuvre les idées du “nouveau régime” sans casser les rouages75. »

  • 76 Jardel n’est pas inspecteur.

63À la suite de cette déclaration, il donne l’exemple de juin 1936 tel qu’il s’en souvient. « Vincent Auriol s’installe rue de Rivoli. Ses collaborateurs ne cachent pas que les principaux directeurs, responsables à leurs yeux de la politique de déflation, doivent perdre leur poste. Je suis peut-être le seul fonctionnaire intouchable. » Il est alors chargé des liaisons entre le ministre des Finances, Auriol, et la commission des finances du Sénat, profondément opposée au Front populaire et présidée par Joseph Caillaux. Bouthillier et Ripert, respectivement directeur et sous-directeur du Budget, sont renvoyés rapidement, Baumgartner directeur du MGF en 1937, avec plus d’égard. Pour succéder aux deux directeurs, Devaux remarque que ce sont leurs adjoints, pourtant non ralliés aux doctrines du Front populaire, qui sont nommés, respectivement Jardel et Rueff (1923)76. En 1938, quand le gouvernement Blum cède la place à Daladier, Paul Reynaud, garde des Sceaux, prépare avec la collaboration de Bouthillier et Leca (ancien chargé de mission au Budget) un plan détaillé de redressement économique qu’il met en œuvre quand le 31 octobre 1938, Daladier le nomme aux Finances.

« Dans la nuit même – tout avait été minutieusement prévu –, un décret est remis au Journal officiel, lequel annonce le lendemain matin que Bouthillier est nommé secrétaire général du ministère des Finances. […] Immédiatement installé – même les locaux étaient prêts –, Bouthillier […] met au point les décrets-lois de Paul Reynaud, comme il avait mis au point les décrets-lois de Laval quatre ans plus tôt. Cet homme dont la carrière avait été naguère délibérément brisée jouissait maintenant d’une puissance administrative sans précédent rue de Rivoli. De surcroît, il était protégé par un ministre avec lequel il avait collaboré pendant quelques mois, qui ne lui ménageait pas sa confiance et qui avait désigné comme chef de cabinet Dominique Leca, ancien chargé de mission de Bouthillier. Quelle revanche ! »

64On comprend que Paul Reynaud ait pu écrire :

  • 77 P. Reynaud, Mémoires. Envers et contre tous, t. II, Paris, Flammarion, p. 229. L’italique est de no (...)

« On dit souvent que la France est gouvernée par ses hauts fonctionnaires et que c’est la cause de sa relative stabilité. Lorsqu’il en est ainsi, la règle du jeu est faussée car le rôle des fonctionnaires n’est pas de prendre des risques. Agir et au besoin risquer, voilà l’affaire du ministre. Avec les mêmes hauts fonctionnaires, je vais faire le contraire des politiques suivies ici depuis sept ans77. »

  • 78 M. Margairaz y voit, dans sa thèse, une conversion des esprits. Cf. L’État, les finances et l’écono (...)

65Se sont-ils reniés ? Se sont-ils convertis ? Ont-ils simplement poursuivi leur trajectoire ? Nos sources ne permettent pas de répondre à cette question. Ce sont à d’autres historiens, comme Michel Margairaz78, ou à des biographes de répondre. Toujours est-il que Bouthillier a pris sa revanche en 1938 et en 1940, comme le dit Gilbert Devaux qui ajoute :

  • 79 Très relative en effet. Si ce sont, en effet, des inspecteurs des Finances qui occupent la plupart (...)

« Devenu à son tour ministre des Finances en juin 1940, Bouthillier ménagera l’Inspection en dépit des haines qu’il sait avoir suscitées. L’appel aux plus jeunes s’est fait dans des postes vacants ou neufs sans épuration et les anciens directeurs se retrouvent sous son autorité sans grands changements, si ce n’est d’organisation. Comment s’explique la relative bienveillance de Bouthillier à l’égard de son corps d’origine79 ? Le comportement de Bouthillier envers l’Inspection s’explique par un calcul. Il sait ce que représente la tradition de solidarité, surtout dans les périodes d’épuration. Il ne veut pas devenir “l’ennemi public de la rue de Rivoli”. Par ailleurs, à l’heure où disparaissent les traditionnelles élites parlementaires, serait-il prudent d’attaquer un corps comme l’Inspection ? Il ne faut pas laisser les militaires – notamment les marins – occuper tous les postes de direction de l’État. Dans l’équilibre de la nouvelle France, les grands corps civils sont appelés à jouer un rôle. Il est indispensable de les ménager. »

66Dans les cas d’épuration masquée ou bien visible, douce ou forte, en 1924, 1936, 1940 et 1945, on peut alors parler de politisation et de système des dépouilles à la française plus que de patronage politique ou technique, quels que soient les discours et en dépit de l’étiquette technique du ministre des Finances.

VII. Neutralité technicienne ? Clientélisme ? Ou politisation ?

67Il y a lieu de distinguer leur discours, leurs options politiques – si tant est qu’on peut les déceler – et leur engagement politico-professionnel auprès d’un homme politique. Mais auparavant, il faut souligner le sentiment de supériorité qui se dégage de l’ensemble de leur témoignage, vis-à-vis des autres fonctionnaires certes mais aussi vis-à-vis de la classe politique. Ainsi Du Buit, dans sa réponse à notre question sur les rapports avec les hommes politiques, écrit :

  • 80 Réponse écrite à notre questionnaire en juillet 1981.

« De même que l’Inspection était tenue pour réactionnaire, elle considérait avec dédain les hommes politiques. Bien entendu, si le rapporteur de quelque commission parlementaire faisait appel à un inspecteur en tant que professionnel pour éclairer une question, on se rendait auprès de lui : mais non sans en avoir rendu compte au cabinet80. »

68Saltes, évoquant « la classe » de l’Inspection, le « gratin », précise :

« C’est ça en partie l’esprit de corps. Cette espèce de sentiment qu’on fait partie d’une caste, le mot est peut-être un peu fort, d’un groupe intellectuel qui ne se connaît pas beaucoup d’équivalent, même vis-à-vis du côté politique. Cette espèce de supériorité de dire : ces gens sont en train de faire des bêtises, des trucs que nous ne ferions pas nous les gens raisonnables. »

  • 81 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

69Grièges (1935), conservateur catholique, qui n’a jamais participé à un cabinet, n’en ayant ni les qualités ni le goût selon lui, éprouvait « un certain mépris du pouvoir politique81 ». Il sortira de la tournée, comme bien d’autres, par l’autre filière, celle des chargés de mission dans une direction ; ce sera celle du Budget.

  • 82 Entretien transcrit et dactylographié du 27 janvier 1977, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mo (...)
  • 83 Jacques de Fouchier parle de l’amiral Platon comme d’une « buse » dans son entretien enregistré ave (...)

70Cette condescendance pour les hommes politiques est rarement mise en rapport avec une personnalité précise sauf exception, comme pour le « père Chéron », apprécié pour ses qualités d’homme mais guère pour ses compétences, ou comme pour Vincent Auriol, dont Bloch-Lainé (1936) raconte : « À l’époque, les techniciens, et singulièrement ceux du corps de l’Inspection générale des Finances, ne trouvaient pas qu’il fut très compétent ni que son équipe était excellente82. » En revanche, lorsqu’ils évoquent « leur » ministre – celui qu’ils ont servi –, ils lui reconnaissent toujours quelques vertus, sauf rare exception83.

  • 84 Réponse écrite anonyme au questionnaire de l’auteur en 1981.

71Tous ceux qui ont témoigné et fait du cabinet dans cette période ont insisté sur l’aspect technique de leur fonction et sur leur neutralité, non pas personnelle mais professionnelle. Un seul, de la promotion 1926, qui n’a d’ailleurs fait ni cabinet ni carrière dirigeante, réserve l’apolitisme à ceux qui n’ont pas d’ambition84. Cette neutralité unanimement proclamée et revendiquée surtout lors des fortes alternances mérite qu’on s’y attarde par quelques citations et explications.

72Du Buit estime que, « chargé du portefeuille » au cabinet de François-Marsal en 1920, il n’a pas joué de rôle politique.

« Je faisais partie d’un service qui évidemment se rattachait de très près au cabinet du ministre mais ne partageait pas ses attributions politiques […]. Le service où j’entrai, tenant la place d’un titulaire durant ses vacances, était celui du courrier du ministre, appelé couramment le “portefeuille”. »

73En juillet 1926, chef du cabinet Finances de Poincaré, il explique :

  • 85 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1980.

« Statutairement en quelque sorte, le rôle politique qui incombe à tout cabinet ministériel (relations avec les membres du parlement, avec d’autres cabinets ministériels) se trouvait exercé par le cabinet “Présidence du conseil”. Par exemple c’était le bureau de mon collègue Monsieur Grignon, qui disposait du réseau téléphonique direct des ministères, préfectures, etc.85. »

  • 86 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1980.

74Moeneclaey affirme que la participation à un cabinet n’entraînait aucune étiquette politique et revient sur le fait que « Tardieu nous avait rappelé dès notre admission à son cabinet que pour la politique, il s’y connaissait mieux que nous et n’avait pas besoin de nos conseils86. » Thomas tient à préciser, à propos de son passage au cabinet civil de Barthou, ministre de la Guerre :

  • 87 Entretien avec l’auteur en 1981.

« On ne peut pas dire que j’ai eu un rôle dans la politique. Le cabinet militaire était dirigé par un général. C’est lui qui faisait la politique militaire. Alors le rôle du cabinet civil c’était d’avoir des relations avec le Parlement. Nous recevions des parlementaires toute la journée87. »

75La génération en fonction dans les années trente ne dit pas autre chose un demi-siècle plus tard. Paul Leroy-Beaulieu, rappelant sa collaboration avec un ministre radical-socialiste en 1932, alors qu’il est lui-même modéré et maire d’une petite localité, tient à dire :

  • 88 Entretien avec l’auteur en 1981.

« À son cabinet, les fonctionnaires sont des fonctionnaires, ils servent la France et pas un parti politique […]. Le ministère est tombé, je ne me rappelle plus sur quoi, et Germain-Martin est resté avec le ministère [inaudible] qui était plus à gauche. […] Mais moi, le fait que le ministère ait changé, cela ne m’a pas du tout changé, non plus que le fait que la majorité ait changé, cela n’a pas changé mon travail88. »

76Saltes est chargé du courrier en 1932 au cabinet du ministre des Finances radical Chéron, sur la recommandation du chef de cabinet Campion, un ami d’ami :

« Alors qu’est-ce que je faisais ? Je ne faisais pas de politique du tout. Je faisais de la technique. Un inspecteur des Finances cela sert à cela. Je n’ai pas fait un brin de politique avec le père Chéron. […] J’ai été après chez Pierre Cot, j’ai été deux fois chez Delesalle au ministère de l’Air, bon qu’est ce que j’ai fait ? Je n’ai pas fait de politique là non plus, j’ai fait des contrôles des marchés de l’air […]. »

77Avec la victoire du Front populaire, ce discours devient moins crédible mais Saltes continue : « Et au cabinet Auriol, au moment du Front populaire, j’ai fait aussi du courrier, dans une autre atmosphère parce que je connaissais bien les politiques autour d’Auriol. » Et il se différencie de Jean Forgeot (1943), futur inspecteur des Finances, qui était déjà très engagé, lui, politiquement : « Moi qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai fait aussi du courrier. J’ai fait aussi du contrôle budgétaire et financier et fiscal. » Et il donne une anecdote sur ses activités qui ont contribué à le classer « socialiste » par la rumeur de l’Inspection :

« J’ai, je crois, à la grande indignation de Baumgartner, prévu l’intervention des Banques populaires pour faire des avances aux petits commerçants qui venaient évidemment d’encaisser les charges sociales et les congés payés et qui étaient suspendus à mes basques pour nous dire : “On va crever avec ça.” On a dit : “Bon, si les banques ne vous aident pas, on a prévu un texte pour que les Banques populaires puissent faire des avances.” Et Baumgartner, qui était encore pour moi Dieu le Père et moi un infime corpuscule de cabinet, m’a dit : “Dites-moi, Saltes, mais qu’est-ce que vous préparez ? La nationalisation des banques ?» »

  • 89 Entretien avec l’auteur en 1981. Rappelons qu’Auriol le nommera sous-directeur dans la prestigieuse (...)

78Puis il précise : « Le cabinet n’était pas un contre-pouvoir [vis-à-vis des directions du ministère], cela l’était un peu sur le plan politique […], mais pour des gens comme moi, il n’y avait pas de contre-pouvoir technique. » Les grandes questions comme la dévaluation lui échappent, elles sont traitées, dit-il, directement entre le ministre et le directeur du MGF, les « 200 familles » et la Banque de France : « Tout cela se passait très au-dessus […] cela ne se traitait pas avec de jeunes camarades […]. J’ai fait du travail très courant89. » Ces propos, tenus quarante-cinq ans après, ne correspondent pas à l’image qu’il a donnée à ses camarades en acceptant le poste de chef de cabinet d’un ministre des Finances socialiste en 1936 et à nouveau, brièvement, lors du retour de Blum en 1938.

79Leur discours sur la neutralité des fonctions de cabinet s’appuie souvent sur leurs responsabilités réellement exercées dans les cabinets. Responsabilités techniques et mineures, disent les témoins. Faute de monographie ou de biographie et même dans ces cas-là, il est bien difficile de déduire des titres et fonctions l’influence réelle des hommes. Mais il est certain qu’à cette époque, l’autorité des directeurs d’administration centrale, notamment aux Finances, leur pouvoir, leur prestige sont bien supérieurs à ceux des jeunes fonctionnaires détachés en cabinet, fussent-ils inspecteurs, dès lors qu’ils ne sont pas des amis politiques du ministre. À ce sujet, Saltes rapporte une anecdote significative du rapport de force entre cabinets et directions, anecdote qui se situe en 1932 lorsqu’il est jeune chargé du portefeuille du ministre des Finances :

  • 90 Haguenin est directeur du Budget de 1932 à 1935.

« Je peux vous dire que l’influence des directeurs était intuitu personnae sur les ministres […]. J’ai apporté un jour au directeur du Budget, qui s’appelait Haguenin, une lettre de réponse à une perception, je crois qui venait de chez nous, que j’avais arrêtée en lui disant : “Monsieur le directeur, j’ai le sentiment en regardant le dossier que ce percepteur n’avait pas tort.” Haguenin m’a dit : “Mais mon cher camarade, je suis tout à fait de votre avis, mais ce serait la première fois que la direction du Budget perdrait une affaire comme cela. Donnez-moi le dossier si cela vous gêne, je le ferai signer moi-même au ministre.” Du moment que je n’avais pas à la faire signer, ça allait mieux. Et c’est cela, on était très petit garçon90. »

  • 91 Bref entretien avec l’auteur à la mairie du 8e, non enregistré, en 1988.

80On verra dans les études par direction à quel point les « seigneurs » de l’Inspection étaient les directeurs et non les membres des cabinets, fussent-ils chefs de cabinet. En cela, la Ve République a réellement inversé le rapport de force. Couve de Murville (1930) nous a raconté qu’à son arrivée au ministère des Finances (31 mai 1968-11 juillet 1968), il avait invité tous les directeurs du ministère, à leur grand étonnement, cela ne leur étant encore jamais arrivé91.

81Mais leur discours s’explique aussi par la proximité politique entre certains inspecteurs dans les cabinets et les ministres, d’autant plus qu’en dépit du changement de majorité, les ministres des Finances étaient toujours choisis parmi les plus modérés des partis en présence. Lorsque le fossé se creuse politiquement entre inspecteurs et ministres, comme ce fut le cas pour quelques-uns en 1924 et pour beaucoup en 1936, ceux qui participent aux cabinets sont vite étiquetés par les autres, comme si plus le ministre est perçu à gauche, plus la neutralité du fonctionnaire diminue !

82En effet, dans l’entre-deux-guerres, les inspecteurs des Finances ne se répartissent pas également sur l’échiquier politique et sont plus souvent à droite ou au centre-droit lorsqu’ils veulent bien se situer.

83Quand Du Buit parle de lui, il se dit clairement républicain modéré, mais républicain :

  • 92 Il a en effet été élève de Polytechnique et non des facultés avant le concours, mais on peut s’éton (...)
  • 93 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en juillet 1981.

« Mon point de vue sur la politique ? Je pense que, tous, nous étions orientés dans le même sens que nos pères. À moins que les camaraderies des facultés n’exerçassent quelque influence étrangère ; et tel ne pouvait être mon sort92. Or mon père, qui était républicain du Second Empire, avait alors subi l’influence de Thiers – les libertés nécessaires – et non celle de Jules Ferry – les destructions nécessaires. Thiers, en 1877, meurt, il avait suivi Grévy. Pour terminer, je préciserai que je ne fus pas attiré – comme tant d’autres – par l’Action française qui m’est toujours apparue comme une sorte de curiosité archaïque aux vues irréalisables93. »

  • 94 Entretien du fils avec l’auteur en 1982.

84Selon son fils, André de Chalendar, fervent catholique, n’a pas accepté de travailler dans un cabinet « cartelliste », trop éloigné de ses convictions, alors qu’il a appartenu à celui de Lasteyrie94.

  • 95 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 64-69.

85Des inspecteurs militants déclarés « Action française », il n’y en eut qu’un, à notre connaissance, et pour quelques années : Du Moulin de Labarthète (1925), ce qui ne l’a pas empêché de collaborer au cabinet de Chéron puis de Paul Reynaud. Les sympathisants ont sans doute été plus nombreux (Lacour-Gayet par exemple) sans que nous ayons pu toujours les identifier. Certains reconnaissent avoir été séduits, jeunes, par l’Action française, puis avoir évolué. Jacques de Fouchier raconte, dans ses Souvenirs, comment il a été élevé dans une famille traditionaliste, avec un frère antirépublicain et grand lecteur de Daudet et Maurras, qu’il a, un jour, accompagné à un rassemblement. Il en est revenu critique et allergique à toute forme d’engagement partisan. Le 6 février 1934 l’inquiète, la droite de Doumergue lui paraît bien falote. En 1936, le programme social du Front populaire, les nationalisations suscitent sa sympathie mais les socialistes lui paraissent tout de même mieux dans l’opposition ou alors brièvement au pouvoir95. Seynes (1936) explique :

  • 96 Entretien no 1 avec L. Quennouëlle-Corre en 1990, IGPDE.

« Mes deux familles étaient royalistes. J’avais une admiration pour Maurras. C’était un système d’une logique extrême. Mais le 6 février, j’avais déjà vu l’autre côté. J’avais déjà rencontré Pierre Cot. J’ai accueilli le Front populaire avec joie. […] Quand j’étais à Janson-de-Sailly, j’étais inscrit aux Jeunesses d’Action française. Quand j’avais 12 ans, j’ai reçu une convocation pour me rendre sur le tombeau de Philippe Daudet [le fils de Léon] avec un gourdin. J’ai été convoqué par mon père. Cela s’est arrêté là. C’est pendant mes études supérieures que j’ai évolué96. »

86François Bloch-Lainé, reçu en 1936, en réponse à une question sur le Front populaire et les hauts fonctionnaires, déclare :

  • 97 Entretien transcrit et dactylographié le 27 janvier 1977, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mo (...)

« Incontestablement, le corps de l’Inspection n’était pas très à gauche à cette époque-là […]. Je me souviens que, débutant à l’Inspection, je recueillais parmi mes anciens des propos plutôt critiques, voire ironiques, sur ces camarades qui sortaient des normes en figurant dans le cabinet d’un socialiste97. »

  • 98 Entretien avec l’auteur en 1985.

87Lorsque nous avons demandé à Guy de Carmoy (1930), adjoint au chef du Service en 1936, si, au sein de l’Inspection, dans l’entre-deux-guerres, les engagements politiques jouaient un rôle, il nous a répondu : « Ils jouaient assez peu. La physionomie générale était centre-droit et l’exception était centre-gauche. Il y avait moins de clivage peut-être qu’aujourd’hui98. »

  • 99 Mais l’entretien a lieu en 1981 et le personnage (il est notamment devenu sous-gouverneur de la Ban (...)
  • 100 Entretien de Mme Tron avec l’auteur en 1981.
  • 101 Mère couturière dans les Hautes-Alpes, père paysan et douanier.

88La décrue des inspecteurs en cabinet sous le Front populaire semble confirmer les propos sur une Inspection majoritairement à droite. Pourtant, nous avons démontré plus haut que la participation nombreuse dans des cabinets radicaux plaide pour un échantillon plus large des positions politiques, des inspecteurs nombreux ayant servi des ministres radicaux. En revanche, rares sont les inspecteurs ayant servi des ministres socialistes en 1936-1937 puis en 1938. On trouve : Fourmon (1931) et Auboyneau (1928) au cabinet de Spinasse, ministre de l’Économie ; Delsériès (1922), directeur de cabinet de Spinasse, devenu ministre du Budget en mars-avril 1938 dans le second ministère Blum ; Arnoult (1920), auprès de Huysmans, ministre SFIO du Commerce en 1937 ; et enfin Tron et Saltes, chef adjoint et chef de cabinet d’Auriol. Ces deux derniers, tous deux polytechniciens, ont davantage frappé les esprits. Tron et Saltes étaient-ils socialistes ? Ni l’un ni l’autre n’appartiennent à la SFIO. L’un comme l’autre ont participé à des cabinets de coalition radicaux ou modérés. Saltes a commencé auprès de Chéron pour continuer auprès de Cot et Delesalle, puis Déat, au ministère de l’Air. Tron a rencontré Marchandeau par un camarade de l’X, Assémat, et de là est passé au cabinet de Paganon, ministre de l’Intérieur de Laval. Pourtant, tous deux n’hésitent pas à poursuivre leur expérience de cabinet auprès du socialiste Auriol aux Finances, en dépit de l’opinion hostile de certains de leurs camarades. Si Saltes ne parle que d’une collaboration technique99, la veuve de Tron est plus franche. Elle nous a raconté qu’en sortant d’une conférence de Siegfried sur Hitler, en février 1934, le groupe d’amis de l’Inspection qu’ils formaient à une dizaine apprend qu’on se bat du côté de la Concorde : « Saltes et nous, nous nous apercevons que nous n’allons pas avec les gens qui allaient place de la Concorde. » Elle comprend alors qu’ils ne partagent pas tous les mêmes convictions. À notre question : « Pourquoi Ludovic Tron est-il entré au cabinet d’Auriol ? Par idéologie, par intérêt professionnel ? », elle répond : « Je crois qu’il l’a fait par idéologie. Je crois que c’était au fond de lui, même très caché, une espèce de désir que ce ne soient pas toujours les mêmes100. » On peut penser que l’origine très modeste de Tron101 l’a convaincu de la légitimité du Front populaire. En 1945-1946, il dirigera le cabinet d’André Philip, ministre socialiste des Finances, et lorsqu’il sera élu sénateur des Hautes-Alpes, il sera rattaché au groupe SFIO et participera à la Convention des institutions républicaine de François Mitterrand.

89Sans se tromper, on peut donc dire que dans la première moitié du xxe siècle, les inspecteurs des Finances sont, sauf exception, tous républicains, majoritairement à droite ou au centre-droit, une minorité pouvant être considérée comme radical-socialiste et quelques-uns proches des socialistes. La diversité relative des opinions politiques des inspecteurs autorisait donc les différents gouvernements de l’entre-deux-guerres à y puiser tous les membres de cabinet nécessaires.

90Le développement de la filière cabinet dans cette période et l’entrisme spectaculaire dans les cabinets des ministères dépensiers, surtout à partir des années trente, témoigne de la puissance croissante du ministère des Finances et donc de l’Inspection des finances.

91Désirée par les inspecteurs eux-mêmes, séduits par l’intérêt du travail et les débouchés, la collaboration avec l’ensemble des ministres a été encouragée par le Service, les ministres des Finances et leurs directeurs, mais aussi par les autres ministres. Facilitée par l’esprit de corps, elle s’est aussi appuyée sur les réseaux politiques, hérités ou acquis, variés de ces jeunes inspecteurs des Finances.

92Il s’agit d’une étape provisoire, certes, dans leur carrière, mais d’une étape bienvenue dans un marché de l’emploi devenu plus difficile, dans les années trente, en raison de la baisse de l’offre privée, de la saturation des offres publiques traditionnelles et de l’attraction insuffisante des nouveaux emplois publics de contrôle.

93Que ces passages en cabinet ne soient ni une garantie de carrière dirigeante ou triomphante ni un passage obligé, c’est certain, mais plus d’un inspecteur sur trois a tenté l’aventure et si ceux-ci n’ont pas réussi également leur sortie de cabinet, ils ont tous réussi, au moins provisoirement, à échapper à leur métier traditionnel et à ses contraintes.

  • 102 Pour une étude comparative des grands corps dans les cabinets ministériels depuis 1945, la synthèse (...)

94Cette collaboration a contribué à rapprocher l’exécutif et la haute administration, mais elle a aussi entraîné une dépendance accrue de ces hauts fonctionnaires envers les hommes politiques. À cette époque, cette dépendance apparaît, sauf en 1936, moins partisane que professionnelle en raison des coalitions au pouvoir et de la nature des travaux effectués. Cette perception du patronage (ou du clientélisme), neutre politiquement, se maintient, moins aisément, lors des alternances politiques plus fortes comme en 1936 ou en 1940. Après la Libération et les clivages idéologiques plus apparents, ce clientélisme politique prendra un autre visage et on parlera de politisation pour ces hauts fonctionnaires passés par les cabinets ministériels. Mais cette plus grande visibilité a fait oublier que la politisation de leurs carrières, apparue dès la fin du xixe siècle, s’est amplifiée après la Première Guerre, fruit d’un désir partagé par eux et leurs ministres102.

Notes

1 Ce chapitre est une version actualisée d’un article paru en 2004 : « Les inspecteurs des finances dans les cabinets ministériels 1918-1940, neutralité ou clientélisme ? », J.-P. Barrière, M. de Ferrières (dir.), Aéronautiques, marchés, entreprises, Mélanges en mémoire d’Emmanuel Chadeau, Douai, Pagine Éditions, 2004, 598 p., p. 375-412.

2 On trouvera les publications les plus importante dans la bibliographie en fin de volume.

3 R. Rémond, A. Coutrot, I. Boussard, Quarante ans de cabinets ministériels, Paris, PFNSP, 1982, 275 p.

4 On utilisera indifféremment les termes de « parrainage », « patronage » ou « clientélisme » dès lors qu’une promotion de carrière est sans conteste le fruit d’une relation avec un homme politique.

5 Ces professions de foi de neutralité ou d’impartialité n’ont pas cessé, comme l’ont bien démontré E. Suleiman, dans Les Hauts Fonctionnaires et la politique, Paris, Seuil, 1976, 238 p., notamment p. 147, ou J.-L. Bodiguel et J.-L. Quermonne dans La Haute fonction publique sous la Ve République, Paris, PUF, 1982, 270 p., notamment p. 60-64. Affirmation de neutralité que l’on retrouve aussi chez les directeurs des administrations centrales, nommés pourtant par le ministre. Cf. chapitres suivants.

6 Comparaison possible grâce aux travaux d’E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, mémoire de maîtrise sous la direction de M. Lévy-Leboyer, université de Paris-X-Nanterre, 1977, 112 p.

7 Rappelons que notre propos ici n’est pas ici d’analyser le rôle personnel ou collectif qu’ont pu jouer les membres de cabinet par rapport à la classe politique dans l’entre-deux-guerres.

8 J. Siwek-Pouydesseau, Les Cabinets ministériels, thèse de troisième cycle en sciences politiques, exemplaire dactylographié, 1962, et Le Personnel de direction des ministères, coll. « U, Sciences administratives », Paris, Armand Colin, 1969, 144 p., p. 8. Cf. aussi notre article « Les cabinets ministériels », Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, sous la direction de J.-F. Sirinelli, Paris, PUF, 1995, p. 117-121.

9 Ils doivent être nés de parents français et le directeur ou chef doit appartenir à la fonction publique ou avoir été fonctionnaire pendant cinq ans. Cette loi est abrogée en 1944 et remplacée par une circulaire du ministre des Finances Lepercq limitant les membres des cabinets à huit unités : « Les dispositions de ce texte ne sont plus adaptées à l’organisation actuelle du Gouvernement. J’estime pour ma part inopportun de reprendre un nouveau texte mais il me paraît indispensable que l’esprit de la réglementation antérieure demeure respecté et que le nombre des membres de cabinets ministériels n’excède jamais 8 unités. » Le décret du 28 juillet 1948, no 48-1233 (modifié par les décrets du 21 août 1951 et du 11 mai 1954), limite à dix le nombre de membres de cabinets, y compris les chargés de mission – 11 pour les Finances, l’Intérieur et les Affaires étrangères –, mais fait exception pour les ministres de la Défense et de l’Outre-Mer. SAEF B 11870, chemise 1944.

10 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, op. cit., p. 44. Il y a lieu, par conséquent, de ne pas tenir compte des chiffres donnés sans référence dans son ouvrage publié ultérieurement : Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914), profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, 184 p., p. 31, où l’on peut lire : « Quelque 101 inspecteurs travaillèrent ainsi dans les cabinets ministériels entre 1880 et 1912. », propos qui contredit ses calculs antérieurs.

11 P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1959, 224 p., p. 162.

12 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, op. cit., p. 51. Il donne plusieurs exemples comme celui de Courtin (1884), sous-chef de cabinet en 1896 puis sous-directeur en 1897 et directeur en 1898 de la direction du Personnel.

13 Redisons-le, les chiffres entre parenthèses correspondent à l’année du concours d’entrée à l’Inspection des finances. Ils permettent ainsi d’identifier aisément les inspecteurs et de les situer dans le temps.

14 28 prises d’emploi ont lieu entre juillet 1940 et décembre 1942.

15 Réponse écrite à notre questionnaire en décembre 1980.

16 Il compte 19 inspecteurs chefs de cabinet Finances sur 40, soit 48 % en dix-sept ans, de 1920 à 1937. P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, op. cit., p. 162-164 et p. 169.

17 Cf. J.-L. Seurin, « Les cabinets ministériels », Revue du droit public et de la science politique, nov.-déc. 1956, p. 1209‑1294, p. 1285.

18 Signalons l’existence de deux cartons concernant les travaux de Du Buit aux cabinets de Poincaré, conservés aux archives contemporaines du Centre d’histoire de Sciences-Po, BU 1 et 2. L’inventaire est consultable sur le site : http://centre-histoire.sciences-po.fr/archives/fonds/jean_du_buit.html.

19 Cf. ci-dessous chapitre XIII sur le pantouflage.

20 Correspondance recopiée et confiée à l’auteur par Pierre Barnaud, son fils.

21 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1981.

22 Réponse dactylographiée à notre questionnaire en 1981, deuxième partie, p. 3.

23 Il ne s’agit ici que du premier contact avec l’homme politique et, bien entendu, nous ne mentionnons pas les vaines tentatives qui sont parfois évoquées dans les témoignages. Citons, à titre d’exemple, Philippe de Seynes (1936), en 1990, qui regrette de ne pas avoir réussi à entrer au cabinet du ministre Jean Giraudoux en 1938. Entretien no 1 avec L. Quennouëlle-Corre en 1990, IGPDE.

24 Cf. G. Le Béguec, L’Entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), thèse pour le doctorat d’État, Paris-X-Nanterre, 1989, 4 tomes, 1751 p.

25 Cf. P. Miquel, Poincaré, Paris, Fayard, 1984, 636 p., p. 74. Il faut noter que dans sa réponse écrite, Jean Du Buit ne nous a pas signalé les circonstances de sa nomination.

26 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, décembre 1980.

27 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

28 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

29 F. Kupferman, dans sa biographie de Laval, cite Boissard à deux reprises, p. 84 et p. 98, mais ne fournit pas d’élément de réponse. Cf. Laval, 1883-1945, Paris, Balland, 1987, 570 p.

30 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

31 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, 1982, première partie, p. 4, et deuxième partie, p. 3.

32 É. Minost, Sous le signe de la balance, 139 p. dactylographiées, s. d., écrit, semble-t-il, au début des années soixante-dix, archives privées.

33 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, de la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920-1971, Introduction et notes de H. Bonin et N. Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, 428 p., p. 79.

34 La présence de son père et de son frère au Conseil d’État ne semble pas avoir joué pour ce premier emploi, si l’on en croit l’échange de correspondances trouvé dans son dossier personnel, dossier no 239, service de l’IGF.

35 Sur ce sujet, cf. l’exemple de Corréard. N’exerçant plus d’emploi public, il ne parvint pas à conserver sa mise en disponibilité, d’autant moins qu’il s’était engagé dans un combat « national » contre une certaine presse, jugée défaitiste, en 1923 et fut conduit à démissionner en 1925. Dans un courrier écrit le 27 août 1923 au chef du Service et accompagnant sa lettre de démission, il exprime sa crainte : « Les hommes qui s’occuperont des affaires publiques ne devront en aucun cas être choisis parmi les fonctionnaires expérimentés et consciencieux de notre corps à moins qu’ils n’espèrent y pêcher une situation lucrative, qu’ils ne jouissent d’une grosse fortune ou qu’ils ne soient hommes à tout risquer pour leur pays : ce dernier cas sera trop rare. » Dossier Corréard, Affaires spéciales, service de l’IGF.

36 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.

37 Dossier no 226, service de l’IGF, et Société générale, Livre du Centenaire, Paris, Chaix, 1964, 273 p.

38 P. Reynaud, Mémoires, t. I, Venu de ma montagne, Paris, Flammarion, 1960, 418 p., p. 289.

39 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 271 p., p. 127.

40 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, 1982.

41 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p.

42 G. Wormser, « Témoignage », dans G. Thuillier, J. Tulard (dir.), Origines et histoires des Cabinets des ministres en France, CNRS et IFSA, Genève, Droz, 1975, 179 p., p. 83.

43 SAEF, 1 C 5596, dossier no 223, service de l’IGF.

44 Il précise : « J’envisage pour mettre fin aux difficultés rencontrées par mes collègues d’appliquer à compter du 10 septembre 1944 les solutions ci-après. » Les différents budgets comprendront, au titre d’indemnités de l’administration centrale, une dotation permettant d’allouer aux non-fonctionnaires les rémunérations suivantes : directeur, 16 000 francs ; chef, 12 000 francs ; chef adjoint, 10 000 francs ; plus les allocations familiales éventuelles. Un crédit de 130 000 francs est en outre ouvert pour allouer une indemnité variable pour les membres appartenant à la fonction publique, destinée à tenir compte des sujétions inhérentes à leur présence dans un cabinet ministériel. SAEF, B 11870, chemise 1944.

45 É. Minost, Sous le signe de la balance, op. cit.

46 Ibid., p. 11.

47 J.-N. Jeanneney, L’Argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, Paris, Fayard, 1981, 364 p., p. 33.

48 Réponse écrite à notre questionnaire, deuxième partie, p. 5.

49 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

50 L. Rouban, « Les inspecteurs des Finances entre public et privé », Vida Azimi (dir.), Les Élites administratives en France et en Italie, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2006, 279 p., p. 209-224, p. 218. Il distingue trois groupes de « pantoufleurs » : les politiques, les financiers et les neutres.

51 Dossier no 168, service de l’IGF.

52 M. Rouffet, Frédéric François-Marsal, thèse de doctorat de 3e cycle, Paris-I, 1982, 2 vol., 539 p., mais celui-ci n’en parle pas.

53 J.-M. Gaudibert, article nécrologique sur L. Petit dans Le Crayon vert, novembre 1950.

54 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur, décembre 1980.

55 Cette réflexion montre bien la relativité des satisfactions de carrière. Dans le même temps, son concurrent, Minost, devenait secrétaire général du Crédit foncier égyptien, emploi qui, lui, n’était pas éphémère.

56 G. Rousseau, L’Œuvre et l’action d’Étienne Clémentel, 1864-1936, Archives départementales du Puy-de-Dôme, 1998, 184 p., et « Étienne Clémentel, un ministre technicien devant les dilemmes budgétaires au temps du Cartel des gauches, 1924-1925 », « La naissance de la direction du Budget et du Contrôle financier et les grandes étapes d’un développement contrasté », La Direction du Budget entre doctrines et réalités, 1919-1944, Actes de la Journée d’études du 10 septembre 1999 à Bercy, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 195-234.

57 Cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit., p. 139-144.

58 Ibid., p. 145 : 5,5 % des 598 félicitations reçues et identifiées en 1935 émanent du personnel politique.

59 Yves Bréart de Boisanger rencontre Bonnet au Budget en 1925, le suit au Commerce, aux Postes, aux Travaux publics et le retrouve, en 1933 puis en 1937, aux Finances. Cf. chapitre IX ci-dessous sur le Mouvement des fonds et notre article « Les inspecteurs des Finances à la Banque de France au xxe siècle », Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe, (xii-xxe siècle), Le Bicentenaire de la Banque de France dans la perspective de l’identité monétaire européenne, Paris, Bibliothèque Albin Michel, mai 2003, p. 569-590.

60 J. Puyaubert « La création du ministère du Budget avec Georges Bonnet, 29 octobre-22 novembre 1925 », La Direction du Budget entre doctrines et réalités, 1919-1944, Actes de la Journée d’études du 10 septembre 1999 à Bercy, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 235-268 ; et, plus récemment, Les Combats d’un pacifiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 371 p.

61 Dossier no 215, service de l’IGF, et Société générale, Livre du Centenaire, 1864-1964, op. cit., p. 105-106.

62 Pour l’historiographe de la Banque, ce serait Caillaux qui l’aurait présenté à Thion de la Chaume, mais il ne cite aucune source. Cf. M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque d’Indochine, 1875-1975, Paris, Fayard, 1990, 690 p. Toujours est-il que la carotte est de taille si l’on en croit le journal D’Artagnan : 150 000 francs alors qu’un inspecteur de 1re classe, 2e échelon gagne 28 000 francs.

63 P. Baudouin, Neuf mois au Gouvernement, avril-décembre 1940, Paris, La Table ronde, 1948, 429 p., p. 13.

64 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

65 Lettre à l’auteur du 28 janvier 1981.

66 J. du Buit, notice nécrologique de Schweisguth, La Gazette de l’Inspection, no 2, mai 1940, p. 39-42.

67 Appert (1922), dans son entretien avec l’auteur en 1982, citait Delsériès parmi les inspecteurs à part à l’Inspection, ces « gens un peu différents, un peu originaux, qu’on ne voit jamais dans les réunions par exemple. Dans ma promotion il y en avait un qui s’appelait Delsériès qui n’avait jamais aucune relation mondaine avec qui que ce soit ».

68 SAEF C 5595.

69 Dossier no 316 (2), service de l’IGF.

70 Dossier no 228, service de l’IGF.

71 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

72 Il va de soi que les effets de l’alternance touchent l’ensemble des hauts fonctionnaires et pas seulement les inspecteurs. On peut rappeler le cas de P. de Mouy, « renvoyé par avancement du MGF vers les Douanes » par Clémentel, ministre de Herriot.

73 On le reverra dans la dernière partie sur « Les inspecteurs dans la tourmente ».

74 L’italique est de nous.

75 Toutes les citations de Gilbert Devaux sont tirées de sa réponse écrite à notre questionnaire de juillet 1981, 2e partie, p. 11-28. Notons qu’il écrit en juillet 1981, peu de temps après la victoire de la gauche et l’appel du socialiste Quilès en faveur d’un changement rapide de têtes.

76 Jardel n’est pas inspecteur.

77 P. Reynaud, Mémoires. Envers et contre tous, t. II, Paris, Flammarion, p. 229. L’italique est de nous.

78 M. Margairaz y voit, dans sa thèse, une conversion des esprits. Cf. L’État, les finances et l’économie, histoire d’une conversion, 1932-1952, 2 vol., Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991.

79 Très relative en effet. Si ce sont, en effet, des inspecteurs des Finances qui occupent la plupart des nouvelles directions, Devaux « oublie » que Fournier (1919), gouverneur de la Banque de France ainsi que Rueff, sous-gouverneur, sont renvoyés dès l’été 1940 par Bouthillier ; que ce dernier écarte Alphand (1930) de la direction du Commerce extérieur au profit de Leroy-Beaulieu et exile Saltes, sous-directeur du MGF, à la direction de l’Économie générale. Cf. ci-dessous, cinquième partie et notre communication : « Les inspecteurs des Finances sous l’Occupation : les passages de l’entreprise à l’État », L’Occupation, l’État français et les entreprises, sous la direction d’O. Dard, J.-C. Daumas et F. Marco, Actes du colloque tenu à l’Université de Besançon, mars 1999, Paris, Éditions ADHE, avril 2000, 487 p., p. 261-276.

80 Réponse écrite à notre questionnaire en juillet 1981.

81 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

82 Entretien transcrit et dactylographié du 27 janvier 1977, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

83 Jacques de Fouchier parle de l’amiral Platon comme d’une « buse » dans son entretien enregistré avec l’auteur en 1982, mais reste plus courtois dans ses souvenirs publiés. Cf. J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit.

84 Réponse écrite anonyme au questionnaire de l’auteur en 1981.

85 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1980.

86 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1980.

87 Entretien avec l’auteur en 1981.

88 Entretien avec l’auteur en 1981.

89 Entretien avec l’auteur en 1981. Rappelons qu’Auriol le nommera sous-directeur dans la prestigieuse direction du MGF, ce qu’il ne pouvait espérer au vu de ses fonctions antérieurement exercées. Cette promotion et celle de Tron ont sans doute contribué à l’irritation de leurs camarades.

90 Haguenin est directeur du Budget de 1932 à 1935.

91 Bref entretien avec l’auteur à la mairie du 8e, non enregistré, en 1988.

92 Il a en effet été élève de Polytechnique et non des facultés avant le concours, mais on peut s’étonner d’entendre que la scolarité à l’X n’exerce aucune influence.

93 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en juillet 1981.

94 Entretien du fils avec l’auteur en 1982.

95 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 64-69.

96 Entretien no 1 avec L. Quennouëlle-Corre en 1990, IGPDE.

97 Entretien transcrit et dactylographié le 27 janvier 1977, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit de Tron et de Saltes dans le cabinet de Vincent Auriol.

98 Entretien avec l’auteur en 1985.

99 Mais l’entretien a lieu en 1981 et le personnage (il est notamment devenu sous-gouverneur de la Banque de France) a bien changé, comme il le reconnaît lui-même.

100 Entretien de Mme Tron avec l’auteur en 1981.

101 Mère couturière dans les Hautes-Alpes, père paysan et douanier.

102 Pour une étude comparative des grands corps dans les cabinets ministériels depuis 1945, la synthèse la plus récente se trouve dans D. Chagnollaud, Le Premier des ordres, les hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, 399 p., notamment p. 268-273.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540