Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Deuxième partie. À la rencontre de l’idée européenne

Chapitre V. Deux secteurs d’activité à la recherche d’une voie européenne

Texte intégral

1L’activité de Jacques Lacour-Gayet durant l’entre-deux-guerres ne se cantonne pas dans le seul terrain français, mais se déploie dans deux domaines aux ramifications internationales : la radiodiffusion et la distribution. Il contribue si bien au redressement de Radio-Luxembourg, jeune station aux débuts hasardeux, qu’il en demeure l’administrateur-délégué, d’août 1932 à sa mort en août 1953. D’autre part, les relations acquises dès le début des années vingt au sein de la Chambre de commerce internationale lui permettent d’y favoriser la présence de Pierre Laguionie, le directeur du Printemps, qui va prendre part de manière active aux débats des années trente sur la modernisation des circuits de distribution. L’intérêt de Lacour-Gayet pour la radiodiffusion et la modernisation de la distribution a un fondement économique certain. Il parie sur l’essor de la nouvelle industrie radiophonique et sur les ressources que ne manquera pas d’apporter la publicité. De la même façon, assainir les circuits de distribution permettra d’en réduire le coût et d’accroître les marges des grands magasins. Mais cet intérêt a aussi une dimension plus politique à lier à son engagement européen : la radio peut être un puissant vecteur d’unification des peuples et contribuer à la prise de conscience par les Européens de leur communauté de destin. Cela sera réaffirmé avec force après 1945 face au déploiement de l’impérialisme américain. La référence à l’Amérique est également omniprésente dans les débats sur la distribution à la Chambre de commerce internationale. Car les dirigeants de grands magasins européens prennent conscience de l’avance de la réflexion théorique des Américains, de la modernité de leurs formes de distribution. La menace que peut représenter la montée en puissance du « modèle » américain fortifie leur volonté d’un renforcement des structures économiques de la branche et contribue à renforcer l’identité de cette dernière, qui s’affirme parallèlement à l’échelle nationale. Le défi américain conduit les grands distributeurs à affermir les liens qui les unissent depuis le xixe siècle. On ne saurait parler d’un modèle européen d’organisation de la distribution, néanmoins, dès la fin des années vingt, les dirigeants européens des grands magasins manifestent la volonté de se connaître, de se rencontrer et d’harmoniser leurs méthodes de gestion. Radiodiffusion, distribution, deux secteurs qui connaissent des mutations importantes dans l’entre-deux-guerres, et sur lesquels l’itinéraire de Jacques Lacour-Gayet permet d’apporter de nouveaux aperçus.

I. LA RADIODIFFUSION, OUTIL D’UNE « MEILLEURE COMPRÉHENSION ENTRE LES PEUPLES »

2En 1932, le recours qui fut fait à Jacques Lacour-Gayet pour reprendre en main les destinées de Radio-Luxembourg n’était certainement pas le fruit du hasard. La première manifestation de son intérêt pour la radiodiffusion remonte à 1929, date à laquelle se tint à Paris, sous la présidence d’honneur du ministre des Postes et Télécommunications Louis Germain-Martin, du sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts André François-Poncet, et du sous-secrétaire d’État à l’Enseignement technique Léon Baréty, un Congrès national de la radiodiffusion.

A. UNE NOUVELLE TERRE DE CROISADE POUR LE LIBÉRALISME

1. Le Congrès national de la radiodiffusion de 1929

  • 1 Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), IV – 3.50 (2), Congrès national de la radiodif (...)

3Dans le comité d’honneur, l’on retrouve des personnalités animant des mouvements pro-européens ou de promotion du commerce extérieur tels que Georges Berger, président du CAED, Emile Borel, de la Coopération européenne, Yves Le Trocquer, de l’UDE, Daniel Serruys, le sénateur Charles-Chaumet, Etienne Clémentel ou encore Etienne Fougère. Le Congrès rassemble toutefois une majorité de grands spécialistes, industriels et techniciens de la radiodiffusion : le Général Ferrié, commandant supérieur des troupes et services de transmission ; le Commandant Brenot, président du Syndicat professionnel des industries radio-électriques ; Emile Girardeau, président d’honneur de ce même syndicat ; René Tabouis, vice-président de l’Union internationale de radiodiffusion ; Pierre Gaubé, secrétaire général de la Fédération française des postes privés d’émissions radiophoniques, Jacques Trémoulet, directeur de Radio-Toulouse etc. L’analyse du prospectus annonçant le Congrès et celle de la composition des différentes commissions d’études fait clairement apparaître le noyautage opéré par l’équipe de Lacour-Gayet, puisque l’on y trouve pas moins de dix de ses connaissances et collaborateurs disséminés dans les différentes commissions : Georges Berger, Paul Janet, Daniel Serruys, J.-H. Ricard, Paul Mantoux, Paul Elbel, Max Hermant, Paul Naudin, Max Buteau, Jacques Bon-doux. Une mention discrète indique que le congrès est « organisé par le CAED »1. L’exposé préliminaire rend compte de l’évolution qui s’est produite dans la perception du rôle de la radiodiffusion dans le monde, ainsi que de la prise de conscience de l’enjeu qu’elle constitue : de simple divertissement, elle devient un « puissant moyen d’activité économique et de concurrence ». Pour les organisateurs du Congrès, il convient de remédier à la situation précaire qui est la sienne en France, en grande partie en raison des incertitudes législatives qui paralysent les initiatives privées. Si Jacques Lacour-Gayet s’est intéressé à la radiodiffusion, c’est en premier lieu parce qu’elle lui apparaissait comme une nouvelle terre de croisade pour le libéralisme qu’il ne cessait de défendre à travers le CAED.

  • 2 CCIP, op. cit., Rapport de M. Duchenois, secrétaire général du comité national français de la CCI, (...)
  • 3 Cf. Pascal Griset, Les révolutions de la communication (xixe-xxe siècle), Paris, 1991, p. 39-40 et (...)
  • 4 Cécile Méadel, Histoire de la radio des années trente, Paris, 1994, p. 26.
  • 5 CCIP, IV – 3.50 (2), Congrès national de la radiodiffusion, 1929. Rapport de M. Antoine Daudet, di (...)
  • 6 Ibid. Rapport de M. Duchenois, op. cit.
  • 7 Ibid. Rapport de M. Aymé Bernard, administrateur-directeur de l’Association industrielle, commerci (...)

4De fait, les divers rapporteurs ont beau jeu d’entériner le retard de la France dans ce domaine – au 34e rang européen pour la puissance d’émission, au 13e rang mondial pour le nombre de récepteurs – et de l’imputer à « l’absence d’un régime stable et libéral »2. L’entre-deux-guerres se caractérise en effet en France par l’absence d’un cadre législatif clair et durablement fixé. En théorie, le décret du 1 février 1903 a inclus la télégraphie sans fil dans le champ du monopole d’État sur les télécommunications institué par la loi de mai 1837. Toutefois une brèche dans le monopole a été ouverte par la convention du 29 octobre 1920 qui autorise la Compagnie générale de télégraphie sans fil (CSF), dont le président est Emile Girardeau, à exploiter les liaisons radio-électriques entre la France et les pays étrangers, à travers sa filiale Radio-France. Depuis lors un système mixte qui associe stations privées et stations d’État s’est mis en place : le premier poste public Paris-PTT est créé en 1923, suivi par Radio-Tour Eiffel. Un article de la loi de Finances du 30 juin 1923 étend le monopole d’État « aux communications radio-électriques de toute nature », aussitôt aménagé par le décret « libéral » du 24 novembre 1923, qui permet d’accorder une autorisation spéciale d’émission à des postes privés. Cependant, le caractère très conditionnel de cette autorisation – révocable à tout moment, sans indemnité etc. – n’assure aucune garantie à la pérennité de l’entreprise. Les incertitudes sur le statut sont évidemment préjudiciables à tout projet de développement d’envergure3. Le décret du 28 décembre 1926 pris sous le ministère Poincaré, sous la pression de l’administration des PTT, et endossé par Maurice Bokanowski, alors ministre des PTT, a été interprété comme « un brutal retour vers le monopole », car il maintient l’autorisation à laquelle sont soumises les stations privées et prévoit, en plus, le terme de leur existence : en 1933, l’État devrait être à même de les racheter. Les industriels s’insurgent contre ce décret qui est renforcé par un article de la loi de Finances du 19 mars 1928 qui interdit toute nouvelle création de postes privés4. C’est dans ce contexte que le Congrès de la radiodiffusion va clairement se prononcer contre le monopole d’État et réaffirmer « le principe de la liberté du commerce et de l’industrie [qui] subsiste malgré tout jusqu’à nouvel ordre dans notre droit public ». Antoine Daudet, directeur de l’ANEE, développe l’idée d’une « liberté contrôlée » par laquelle n’est dévolu à l’État que le droit de police, et est réaffirmée la vocation de la personne privée à l’exercice de la radiodiffusion. Concrètement, l’État doit surveiller l’attribution des fréquences, mais ne contrôler les émissions qu’a posteriori5. Cette revendication d’un statut libéral de la radiodiffusion se double d’une réclamation de dégrèvements fiscaux : « L’essor de notre industrie a été arrêté, en 1926, par la taxe de luxe, impôt anti-économique »6. Aymé Bernard insiste de son côté sur l’apport considérable qu’offre la radio à l’économie française dans les domaines de la publicité, de la propagande, de l’enseignement : « L’économie française est déjà très avisée de l’intérêt considérable que la radiodiffusion lui offre. Les postes de radiodiffusion comprennent parfaitement leur devoir d’expansion économique, qui est si étroitement solidaire de leur intérêt ». Il prêche lui aussi en faveur de la création de conditions favorables au développement de la radiodiffusion7.

2. Les premières initiatives de coopération internationale

  • 8 Pascal Griset, Entreprise, technologie et souveraineté. Les télécommunications transatlantiques de (...)
  • 9 Pascal Griset, Les révolutions..., op. cit., p. 98-99.
  • 10 CCIP, IV – 3.50 (2), Congrès national de la radiodiffusion. Rapport de Robert Tabouis, commission (...)

5L’intérêt du CAED pour ce domaine se double d’une dimension politique : la radiodiffusion peut être un facteur puissant d’unification européenne. Dans les vœux émis par le Congrès de 1929 figure le souhait que « la radiodiffusion française soit mise à même, par son statut, de collaborer dans la plus large mesure du possible à une organisation internationale des émissions propre à faciliter une meilleure compréhension entre les peuples, leur rapprochement intellectuel et moral, leur communion dans un même idéal de paix et de progrès ». Il est précisé un peu plus loin qu’il serait bon que les stations françaises fissent une large part dans leurs programmes à « toute activité ou production ayant une portée internationale et notamment aux travaux de la Société des Nations ». En l’occurrence, « international » est synonyme dans ces textes d’ « européen ». Il est fait clairement appel à l’adoption d’une discipline commune, d’un standard international, et à la mise en commun des possibilités artistiques de « toutes les stations de radiodiffusion européennes ». Se fondant sur le fait que, par nature, les ondes hertziennes ne connaissent pas de frontières, et sur les premières initiatives de coopération internationale telle la Conférence radiotélégraphique internationale de Washington de 1927, Robert Tabouis, vice-président de l’Union internationale de radiodiffusion (UIR), demande une nouvelle organisation internationale des émissions. En fait, un besoin de coopération dans le domaine technique s’était fait sentir dès la fin du xixe siècle. Une première conférence radioélectrique avait eu lieu en 1906 à Berlin afin de procéder à une première attribution des fréquences, que devait réviser en 1912 la conférence de Londres. La conférence de Washington en 1927 a réactualisé les réglements de Londres, mais aux dépens des Européens puisque s’impose la conception américaine d’une répartition des fréquences, non plus en fonction des nations, mais en fonction des services proposés8. Cette coordination internationale s’est étendue aux activités radiophoniques elles-mêmes avec la création en août 1925 de l’UIR et l’adoption du plan de Genève de répartition des fréquences en Europe, destiné à réduire les interférences et les brouillages. Ce plan est accompagné d’un code de conduite destiné à ne porter « aucune atteinte à l’esprit de coopération et de bonne entente internationale »9. En 1927 un centre de distribution des programmes pour les pays d’Europe centrale est créé à Prague. Cette initiative s’étend en 1928 aux pays Scandinaves, puis des relais sont installés à l’hiver 1929 entre la Grande-Bretagne, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne. On met en place un programme-type adaptable à chaque pays. Le premier, consacré à l’Espagne, est diffusé par vingt-huit stations européennes au cours de l’hiver 192610.

  • 11 Pascal Griset, Entreprise, technologie..., op. cit., p. 527-530.
  • 12 Louis Merlin, C’était formidable, Paris, 1966, p. 181-183.
  • 13 Pascal Lefèbvre, L’agence Havas et l’audiovisuel (1923-1987), thèse de doctorat en histoire, dir. (...)

6Jacques Lacour-Gayet est donc certainement un homme qui a réfléchi à ces questions et qui est convaincu du rôle économique et politique de la radiodiffusion, quand on l’appelle aux fonctions d’administrateur-délégué de Radio-Luxembourg en 1932. Nul doute qu’à l’instar d’autres investisseurs français, la précarité du statut français n’ait été la raison initiale de son intérêt pour la radio du grand-duché. Ce sont ainsi les mêmes incertitudes qui amèneront la Compagnie générale de télégraphie sans fil (CSF) dans le cadre de son redéploiement industriel de la fin des années vingt, à participer de manière très importante à la création de Radio-Luxembourg dès 1929 : l’intérêt particulier qu’y rencontra la CSF étant d’obtenir des contrats importants pour le matériel de la Société française radioélectrique (SFR) dans laquelle elle avait une forte participation11. À cela il convient d’ajouter maintenant une dimension plus personnelle, d’ordre psychologique, rapportée par plusieurs témoins. Dans les entretiens qu’il eut avec nous, Michel Lacour-Gayet a toujours insisté sur l’ouverture d’esprit de son père et sur son enthousiasme pour les idées nouvelles, modernes. Jacques du Closel a attesté de son côté la conscience précoce qu’eut son ancien patron de l’importance de la communication et de son nouveau support, la radio. Louis Merlin, devenu à la Libération le président-directeur général d’Informations et Publicité, filiale d’Havas, fut, de ce fait, professionnellement très proche de Lacour-Gayet. Il en dresse un portrait contrasté où l’aspect physique guindé de ce dernier s’oppose à la « joie de vivre » dont il a fait un mode de vie12. Mathias Felten, entré en 1931 à Radio-Luxembourg comme directeur des studios, dépeint la relation de sympathie qui unit Lacour-Gayet à Merlin, fondement selon lui de la relance de la station après 1945, et laisse entendre que le premier reconnaissait dans le second, « le bateleur, l’amateur de cirque et de music-hall », les qualités qu’il dissimulait derrière une carapace bourgeoise13. Cette relation fut préjudiciable à l’entente de Merlin avec le successeur de Lacour-Gayet décédé en 1953, Robert Tabouis. Merlin quitta Radio-Luxembourg en décembre pour rejoindre Europe n° 1.

B. LA RENAISSANCE FINANCIÈRE ET ADMINISTRATIVE DE RADIO-LUXEMBOURG

  • 14 René Duval, Histoire de la radio en France, Paris, 1979, chapitre III, p. 254-267. Cf. également l (...)

7Radio-Luxembourg est née deux fois : la première, le 11 mai 1929, avec la constitution de la Société luxembourgeoise d’études radiophoniques (SLER) issue des démarches d’Henry Etienne, ancien directeur de L’Antenne, et grâce au soutien d’Émile Girardeau, président de la CSF, et d’Ernest Chamon, président de la Compagnie des compteurs ; une seconde, quand il fut décidé de recourir à Jacques Lacour-Gayet, lors d’un conseil de direction qui se tint à Paris, le 1er août 1932. Dans la mesure où les archives de la station, non encore classées, demeurent d’un accès difficile, le meilleur récit de la naissance avortée de Radio-Luxembourg demeure celui qu’a fait René Duval à partir des archives du Bas-Rhin14. Nous l’enrichirons de l’apport des archives conservées par la banque Paribas, qui fournissent des renseignements sur le printemps 1931 et la constitution du capital de la future CLR.

1. La SLER

  • 15 Cf. Denis Maréchal, Radio-Luxembourg..., op. cit., p. 29-34. Le chapitre II fournit une bonne mise (...)
  • 16 Cité par René Duval, Histoire de la radio..., op. cit., p. 255.
  • 17 Pascal Lefèbvre, L’agence Havas..., op. cit., p. 235-237.

8À l’origine, on trouve un radioélectricien François Anen, qui, tandis que se multiplient depuis 1920 les groupes de sans-filistes dans le grand-duché, installe en 1924, un émetteur de 100 W dans un grenier et anime l’association sans but lucratif, Radio-Luxembourg. Le vide juridique concernant la radiodiffusion au Luxembourg15 attire un certain nombre de Français comme le patron de Radio-Toulouse Jacques Trémoulet, qui vend à Anen un émetteur de 3 kW ; ou comme Henry Etienne qui a l’idée d’obtenir du gouvernement luxembourgeois, la concession d’un service de radiodiffusion qui serait exploité par une société privée luxembourgeoise, mais dont les capitaux seraient en majorité français et belges. Soutenu par Emile Girardeau et Ernest Chamon, unis dans Le Bloc des compagnies associées, dont Robert Tabouis assure le secrétariat général, Etienne obtient la création de la SLER, société anonyme, au capital de 280 000 francs belges, qui a pour objet « l’étude et les travaux préliminaires concernant la construction et l’exploitation d’un poste de radiodiffusion dans le grand-duché »16. La SLER, Société luxembourgeoise d’études radiophoniques, entièrement française, est contrôlée majoritairement par la Compagnie des compteurs d’Ernest Chamon, représentée par Jean Le Duc, ingénieur qui débuta dans le domaine de la radiotélégraphie militaire et qui devait reprendre en main les destinées de Gaumont. L’apparition de cette société a un effet d’entraînement ; du fait découle la loi puisque, par suite de pressions diverses, est approuvée le 19 décembre 1929 une loi sur les stations radioélectriques réservant au gouvernement le pouvoir de céder à des particuliers le droit d’installer et d’exploiter ces stations sur le territoire du grand-duché. La signature du cahier des charges a lieu le 20 août 1930 ; et la SLER obtient celle du contrat de concession le 29 septembre 1930. Il lui confère la mission de constituer une société – la future CLR, Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion, qui sera créée le 30 mai 1931 – destinée à mettre sur pied et à exploiter dans un délai de dix-huit mois une station de radiodiffusion, sur le territoire du grand-duché, où elle aura le monopole des émissions radioélectriques. Lui est garanti le concours technique de la CSF, de ses ingénieurs et techniciens qui assureront la surveillance et le contrôle technique. La publicité sera permise, soit en français, soit dans une langue étrangère autorisée par le gouvernement. Dans la mesure où la grande majorité des pays environnants fait peu de publicité radiophonique, la future station sera quasiment la seule à bénéficier de ces ressources considérables, avantage qui ne saurait laisser indifférents investisseurs et actionnaires. Elle est immédiatement assurée de l’appui d’Informations et Publicité, société filiale d’Havas. L’Avenir Publicité, première filiale d’Havas, avait en charge depuis 1923 la gestion des informations de la station Radiola. Elle créa Informations et Publicité en 1928 pour répondre à l’accroissement du marché de la publicité radiophonique. Au moment de la nationalisation de Radiola, sa régie fut transférée à cette dernière. En 1931, dans la mesure où Havas apparaît comme un gros actionnaire potentiel, il est fait appel à Informations et Publicité pour assurer la régie de Radio-Luxembourg. Elle entrera d’ailleurs dans le capital de la CLR, lors de la première augmentation de capital, le 30 novembre 193217.

2. La place de Jacques Lacour-Gayet lors de la constitution de la CLR

  • 18 Denis Maréchal, Radio-Luxembourg..., op. cit., p. 40-43.
  • 19 Cité par René Duval, Histoire de la radio..., op. cit., p. 257. Cf. également Antoine Lefébure, Ha (...)
  • 20 Archives Paribas, secrétariat de M. Antoine, Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion. Collecti (...)

9Les ouvrages dont on dispose actuellement ne donnent pas encore une vision claire des modalités de la constitution du capital de la future Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion. Même la dernière étude en date, celle de Denis Maréchal, ne présente les principaux actionnaires du capital de la CLT qu’une fois celui-ci définitivement constitué. Et ses références sont trop elliptiques pour qu’on sache avec précision si la paternité des regroupements qu’il impute à certains mandataires est bien la bonne18. Les quelques documents contenus dans les archives de la banque Paribas donnent en tout cas une vision parfois différente de la sienne, et, surtout, valorisent l’apport capitalistique que fut, dès l’origine celui de Lacour-Gayet, et ce, dès avant sa nomination comme administrateur délégué en août 1932. Nous livrons donc ci-dessous une documentation complémentaire sur la période antérieure à la constitution de la Compagnie, c’est-à-dire celle qui va de début mars au 30 mai 1931. Citant un rapport de la Sûreté générale française à Strasbourg, René Duval apporte des précisions sur le climat politique qui a entraîné la recherche de nouveaux investisseurs : la menace de manœuvres britanniques et allemandes pour mettre la main sur la radio à Luxembourg aurait conduit le président du Conseil Pierre Laval et son ministre des Affaires étrangères Aristide Briand à intervenir auprès de Paribas et de la Banque parisienne pour l’industrie19. Le capital social de la future CLR est initialement fixé à 20 millions de francs belges divisés en 200 000 actions de 100 francs, dont 36 000 sont dévolues à la SLER et 164 000 proposées à la souscription. Il est prévu que les actionnaires touchent un premier dividende cumulatif représentant 6 % d’intérêt sur le capital libéré et non amorti de leurs actions. Les prévisions sur l’avenir financier de la station sont de fait très optimistes : les dépenses annuelles sont évaluées à 9,6 millions de francs, les recettes à 11 millions, ce qui dégagerait, dès la première année un bénéfice net de 1,4 million, soit 7 % du capital. Il faut dire que les administrateurs parient sur au moins 10 millions de recettes publicitaires que doit assurer Informations et Publicité20. En six mois, ces prévisions sont revues à la baisse, attestant des difficultés rencontrées pour rassembler les capitaux nécessaires à la constitution de la société. Une lettre émanant de la CSF adressée au sous-directeur de Paribas le 24 mars 1931 indique que le capital a été ramené à 15 millions de francs belges, divisés en 30 000 actions de 500 francs, dont 6 000 dévolues à la SLER et 24 000 à la souscription. Sur ces dernières, 14 000 sont à souscrire ferme et sont inaliénables pour trois ans. Les 10 000 autres sont réservées au public luxembourgeois. Le premier projet concernant la répartition des 14 000 actions inaliénables est donc le suivant :

  • 21 Cf. Pascal Griset, Entreprise, technologie..., op. cit., p. 529, note 18 ; et l’allusion d’Eric Bu (...)
  • 22 Archives Paribas, collections de rapports (1933-1956), s.-d. 6 Capital. Projet de lettre du 23 avr (...)
  • 23 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 19 mars 1992.
  • 24 Denis Maréchal, Radio-Luxembourg..., op. cit., p. 41.

10En ce qui concerne les actionnaires fondateurs, la plus grosse part est potentiellement prise par une banque « X », que l’on n’a aucun mal à identifier avec Paribas, partenaire privilégiée de la CSF et d’Havas, présents également dans le capital21. On trouve aussi le Groupe Dupré, qui représente en fait la Compagnie française des câbles télégraphiques, la Compagnie pour la fabrication des compteurs et matériels d’usines à gaz, et surtout le groupe Union économique et douanière qui a immédiatement attiré notre attention, car cet intitulé paraissait être dérivé du Comité d’action économique et douanière, constitué par Jacques Lacour-Gayet. Ce groupe Union économique et douanière nous semble pouvoir être identifié au Groupe Lacour-Gayet, qui figure dans un projet de lettre de la CSF à la SLER, et qui dévoile les actionnaires suivants, unis sur le papier par une accolade : l’Hydro-Énergie, Robert Bienaimé, Pierre François, l’administrateur-délégué des Docks rémois et Lacour-Gayet lui-même22. Ces deux documents nous ont conduite à penser que ce dernier s’est donc préoccupé de la station dès cette date, c’est-à-dire avant sa nomination comme administrateur-délégué. A-t-il été sollicité par Jean Le Duc, le secrétaire général de la Compagnie des compteurs, alors que toute la famille était alors en Suisse, comme s’en souvient son fils23 ? L’homme du recours de 1932 n’est en tout cas pas l’homme du hasard, mais représente alors, après le groupe Empain (2 800 actions) et Paribas (2 300 actions), le troisième grand actionnaire potentiel de la future société, mandaté pour la prise de 2 050 actions. Second point : à lire ces documents, il aurait été le mandataire de l’Hydro-Énergie, alors que, selon Denis Maréchal, ce rôle aurait été tenu, en mai-juin 1931, par Charles Mazeaud24. Le projet de lettre sur lequel nous nous fondons repose-t-il sur une erreur ? Nous sommes encline à ne pas le penser dans la mesure où l’un des deux autres actionnaires qu’aurait également recrutés Lacour-Gayet, Robert Bienaimé, est un industriel bien connu de lui, président du Syndicat de la Parfumerie française et membre du CAED. Le 30 mai 1931 a lieu la constitution de la Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion (CLR) sur la base d’un capital social fixé à 15 millions de francs belges et divisé en 30 000 actions de 500 francs chacune. La répartition définitive est la suivante :

En qualité de fondateurs

En qualité de fondateurs

En qualité de souscripteurs

En qualité de souscripteurs

11Dix mille actions demeurent à répartir dans le public luxembourgeois. La répartition définitive des actions entre les quatre actionnaires du Groupe Lacour-Gayet est la suivante :

  • 25 Cf. Catherine Vuillermot, L’Hydro-Énergie : société de participations et établissement financier d (...)
  • 26 Lettre de Catherine Vuillermot à l’auteur du 3 janvier 1996.

12soit un total de 2 050 actions, qui correspond aux 2 050 actions imputées dans la note sur les souscripteurs du 24 mars 1931 au groupe Union économique et douanière. Cette concordance des chiffres semble confirmer notre interprétation. La place majoritaire dans ce groupe revient à l’Hydro-Énergie, détentrice de 1 125 actions. Elle est encore en mars 1931 l’organisme financier du groupe hydro-électrique Marchena, installé dans le Sud-Ouest. Elle a été constituée « avec l’objet principal de coopérer aux entreprises de distribution d’énergie électrique en France et à l’étranger, et plus particulièrement à celles basées sur l’utilisation de forces motrices hydrauliques », ce qui n’exclut pas « la prise de participation dans toutes opérations ou entreprises françaises, coloniales ou étrangères, sous toutes formes, [...] »25. La prise d’actions dans le capital de la CLR entre dans ce cadre. En juin 1931, à la suite du décès d’Albert Marchena, l’Énergie industrielle de Pierre-Marie Durand incorpore 10 % du portefeuille de l’Hydro-Énergie à celui de sa propre société financière, la SFAE, Société financière auxiliaire pour l’électricité. L’absorption complète de la SFAE par l’Hydro-Énergie interviendra fin 1934. Dans une lettre qu’elle nous a adressée, Catherine Vuillermot confirme au 30 juin 1931 la prise de participation de l’Hydro-Énergie dans le capital de la CLR à hauteur de 1 125 actions. Elle fait remarquer qu’en revanche, au 30 avril 1931, il n’y a aucune trace d’action dans le portefeuille « ce qui sous-entend un achat en mai ou juin 1931 ». Elle estime le montant de cette participation à 80 328,70 francs et fait observer qu’il s’agit d’un « élément mineur dans le porte-feuille qui se monte à 2,37 millions de francs ». Elle confirme pour les années 1933 et 1934 l’existence d’une « participation de 1 125 actions de 500 francs belges totalement libérées de la Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion »26.

  • 27 Archives Paribas, collection de rapports (1933-1956), s.-d. Capital. Note manuscrite du 25 août 19 (...)
  • 28 Cf. le document cité par René Duval, relatif aux plaintes de l’allemand Rawitzki, directeur de l’a (...)
  • 29 La CLR a acheté un terrain sur le plateau de Junglister, à 400 mètres d’altitude. Y est installé u (...)
  • 30 René Duval, Histoire de la radio..., op. cit., p. 260.

13La première assemblée générale de la CLR nomme les neuf membres du Conseil d’administration. Emile Reuter, président de la Chambre des députés du grand-duché, en devient le premier président. Henry Etienne est nommé directeur, et Pierre Gaubé, directeur général. La société connaît des difficultés immédiates, financières et de gestion. Le public n’est guère attiré par les 10 000 actions qui lui ont été réservées. Il faut faire appel aux gros actionnaires pour débloquer les fonds garantissant ce tiers de capital non souscrit. Envisagée dès mars 1931, la participation de Paribas dans ce capital libre s’élève à 3 174 actions en août 1931. Au total, elle détient donc 5 474 actions du capital de Radio-Luxembourg, soit 2,8 millions de francs belges, 2 millions de francs français de l’époque27. Les difficultés sont également liées à la mauvaise gestion de la société et au manque de crédibilité de Henry Etienne auprès de ses interlocuteurs et clients. L’apogée de la crise se situe à l’été 1932 avec la découverte de l’absence de comptabilité, de dépenses somptuaires, de versements de pots-de-vin et du trafic de stupéfiants auquel se livre Henry Etienne28. Par suite de la radiation d’Etienne des cadres de la CLR, « l’ingénieur de la CSF, Jean Proix, venu diriger les travaux de montage de l’émetteur de Junglister29, est chargé d’assurer la direction intérimaire durant quelques semaines »30.

  • 31 Pascal Lefèbvre, L’Agence Havas..., op. cit., p. 125.
  • 32 Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure. Annuaire 1935. No (...)
  • 33 Groupement d’études des grands magasins (GEGM), PV du 30 janvier 1930.
  • 34 Ibid., PV du 2 juillet 1930.
  • 35 Entretien avec M. Jacques du Closel du 2 avril 1992.
  • 36 Archives Paribas, département industriel. Réf. 159. Compagnie Radio-Luxembourg, n° 11, dossier 1, (...)
  • 37 Entretien avec M. Jacques du Closel du 2 avril 1992.
  • 38 Archives Paribas, collection de rapports (1933-1956), collection de rapports antérieurs à 1956. Ra (...)

14On relève que Jean Proix est qualifié d’ « ingénieur de la CSF » par René Duval, erreur reprise d’ailleurs par Pascal Lefèbvre31. Ils ignoraient apparemment le parcours de ce proche collaborateur de Lacour-Gayet. Mobilisé en août 1914, moins d’un an après sa réussite au concours de la rue d’Ulm, blessé à la bataille de la Marne, il a été affecté comme interprète à l’armée anglaise jusqu’à la fin de la guerre. Reçu à l’agrégation d’anglais en 1919, il renonce à toute carrière universitaire. Sera-t-on surpris d’apprendre que ce futur collaborateur de Jacques Lacour-Gayet sort lui aussi de la guerre convaincu de l’importance des questions économiques et fait également un détour par le ministère du Commerce ? Il y est en 1919 l’un des collaborateurs de Daniel Serruys lors de la Conférence de la Paix. Il devient ensuite le sous-directeur de l’Union des fabricants d’huile de France, puis premier secrétaire à la Chambre de commerce internationale, où il retrouve un autre condisciple René Arnaud. « Homme de France qui parlait l’anglais le plus pur : il [y] fut de longues années interprète-traducteur »32. Il devient en janvier 1930 le directeur du Comité d’action économique et douanière33. Actif lors de l’organisation du congrès de la radiodiffusion en 1929, rapporteur de la commission sur l’Union postale européenne en 193034, il s’entend très bien avec Lacour-Gayet, qui en fait son bras droit à Luxembourg et à Paris, jusqu’à sa disparition prématurée en 193435. Son arrivée à Radio-Luxembourg est un nouveau témoignage de l’emprise de Lacour-Gayet sur la station dès avant sa nomination officielle. Un comité de direction se tient à Paris, le 1er août 1932. Il y est décidé d’appeler Jacques Lacour-Gayet aux fonctions d’administrateur-délégué. Ce dernier accepte « à titre temporaire et pour faire au conseil toutes propositions utiles concernant la réorganisation de la direction et de la situation financière de la compagnie ». Cette mission temporaire devait durer plus de vingt ans... Les pouvoirs de l’administrateur-délégué sont importants : il assure l’administration courante de la compagnie et la préparation et l’exécution des décisions du Conseil ; il donne les instructions au directeur et vise les propositions de la direction avant qu’elles ne soient soumises au directeur ; il engage et congédie le personnel, en fixe les émoluments. Enfin, il contresigne avec un administrateur, appartenant au comité de direction, ou avec le directeur, tout acte concernant la société – contrat, retrait, transfert, mandat, virement, etc36. « Main de fer, précis et dur, il remit de l’ordre », résume Jacques du Closel des années après37. Jusqu’en 1934, Jean Proix, secrétaire du conseil d’administration, demeure l’adjoint de l’administrateur-délégué38. La délégation des pouvoirs à Lacour-Gayet est confirmée par une résolution du 7 novembre 1932. Le nouveau directeur de la CLR est Jehan Martin, ancien sous-chef de cabinet de Pierre-Etienne Flandin, au ministère des Travaux publics, ancien journaliste économique au Journal des Débats et à la Société d’études et d’informations économiques. Celui-ci demeure directeur, de décembre 1932 jusqu’à sa mort en août 1935. Lui succède le 15 décembre de la même année, René Peulvey, autre normalien, camarade de promotion de l’administrateur-délégué, rejoint en 1937 par Jacques du Closel admissible à l’Inspection des finances, recalé à l’oral, et que Lacour-Gayet vient de recruter comme secrétaire général du CAED.

  • 39 Archives Paribas..., collection de rapports (1933-1936), collection de rapports antérieurs à 1956. (...)
  • 40 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 15 mai 1934.
  • 41 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 21 mai 1935.
  • 42 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 19 mai 1936.
  • 43 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 18 mai 1937.

15Le premier exercice social, du 30 mai 1931 au 31 décembre 1932, se clôture avec la décision d’une première augmentation de capital de 10 millions de francs39. En raison du caractère tardif des premiers encaissements publicitaires, le premier bilan est déficitaire de 2,6 millions de francs. Le conseil d’administration et le comité de direction renoncent à toute rémunération pour l’exercice de 1933 et celui en cours. Un émolument de 120 000 francs est accordé au seul Lacour-Gayet40. Les demandes publicitaires augmentant en 1934, le déficit est ramené à 18 563 francs41. L’arrivée de René Peulvey à la direction de la station correspond à un renversement de situation : « Malgré une situation internationale peu propice », le rapport du conseil de mai 1936 fait état du maintien des demandes de publicité radiophonique et d’un premier bénéfice de 141 435 francs42. Le regain se confirme l’année suivante avec un bénéfice de 385 365 francs43.

C. UNE RADIO À VOCATION EUROPÉENNE

  • 44 Ibid., s.-d. Capital. Note sur la Société luxembourgeoise de radiodiffusion, SA au capital de 20 m (...)
  • 45 Ibid., s.-d. collections de rapports antérieurs à 1956. Rapport du CA à l’AG du 16 mai 1933.
  • 46 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 15 mai 1934.
  • 47 Cf. Pascal Griset, Entreprise, technologie..., op. cit., p. 516-518.
  • 48 Archives Paribas, collection de rapports (1933-1956), s.-d. 6 Capital. Note sur la Société luxembo (...)
  • 49 Cf. dans René Girault, Robert Frank (dir.), La puissance en Europe (1938-1940), Paris, 1984, p. 39 (...)
  • 50 Cité par Pascal Lefèbvre, L’agence Havas..., op. cit., p. 132.
  • 51 Archives Paribas, collections de rapports (1933-1956), s.-d. Correspondance. Lettre de Robert Tabo (...)

16Si l’intérêt économique que représente Radio-Luxembourg, station aux capacités techniques prometteuses, est vraisemblablement à la base de l’engagement de Lacour-Gayet, l’ambition politique qui inspire sa création n’en a pas moins été un facteur non négligeable. Elle est liée à la prise de conscience du caractère central de son lieu d’implantation, le Luxembourg. Le rayon d’action de la station, compris entre 1 000 et 1 500 kilomètres permet d’atteindre entre 250 et 320 millions d’habitants, et donc de toucher entre 82 % et 93 % du nombre des récepteurs européens. « Cette station aura donc bien le caractère d’un véritable émetteur européen »44. Avec le début des émissions régulières d’essais – entre 19 heures et 23 heures – à partir du 15 mars 1933 et la volonté d’atteindre le « grand public européen », Radio-Luxembourg s’affirme nettement comme un vecteur des idéaux pacifiques de la Société des Nations, souhaitant « être une grande station internationale, travaillant à créer, grâce à un échange d’idées et de créations artistiques, et à l’exposé impartial des problèmes économiques, cette solidarité entre les peuples qui doit être la plus sûre garantie du maintien de la paix »45. Au moment de l’organisation de son service d’informations, elle réaffirme son « caractère de grand poste international, travaillant, en dehors des batailles politiques, à l’entente entre les nations et à la meilleure connaissance des peuples entre eux »46. L’épithète « international » qui revient à plusieurs reprises, ne doit pas tromper. Avec la même ambiguïté qui, au tournant des années trente, conduit la SdN à maintenir dans ses discours son ambition internationale, mais à se consacrer de fait à apporter des solutions aux problèmes et conflits européens, en les circonscrivant de manière régionale, « international » doit selon nous être interprété dans le cas présent comme « européen ». En dépit des gains stratégiques irréversibles réalisés par les États-Unis dans les années vingt, en particulier à la conférence de Washington de 1927, symbolisés par l’adoption qui y est faite de la langue anglaise dans les débats47, on peut estimer que, dans ce secteur d’activité économique et culturel qu’est la radiodiffusion, l’Europe se pense aussi et encore comme le monde. En témoigne cette magnifique extrapolation : « De par sa position géographique, le grand-duché de Luxembourg se trouve pratiquement au centre de la région civilisée la plus peuplée d’Europe, et partant du monde entier », « au centre de la région mondiale, dans laquelle la radiodiffusion a reçu le plus grand développement »48. Dans ce domaine des télécommunications encore, on constate un décalage entre la perception de la puissance qu’ont les Européens et leur puissance réelle dans les années trente49. Ce caractère de poste européen a été confirmé par Mathias Felten dans un entretien avec Pascal Lefèbvre : « Car avant-guerre, le poste grandes ondes était multilingue. Tous les jours, toutes les informations, toutes les annonces étaient diffusées en français et en allemand, sauf le dimanche qui était réservé à l’Angleterre. Mais en dehors de ces deux langues principales, nous avions un jour du néerlandais, un jour de l’italien, nous étions déjà un poste européen avant-guerre et cela, les Anglais, aussi bien que le gouvernement français d’ailleurs, en ont profité en 1938, juste avant l’époque de Munich, pour avoir une certaine influence sur les Allemands »50. Il faut attendre la Libération pour que le caractère européen de la station soit revendiqué pour lui-même, à un moment où ses résultats financiers médiocres, inférieurs à ceux d’avant-guerre, la font, un temps, hésiter à recourir aux capitaux américains. En 1948, les résultats de l’exploitation de Radio-Luxembourg demeurent en effet déficitaires. Or, la réglementation pesant sur les échanges européens, en particulier le blocage des transferts de capitaux par l’Office des changes français, entravent la reprise des activités. La participation de la World Wide Broadcasting Foundation dans le capital de la société est alors envisagée. Une lettre de Robert Tabouis, devenu le directeur général de la CSF, au président de l’American Radio, va lui opposer les objections des gouvernements luxembourgeois et français à la perte du contrôle de l’affaire par le Luxembourg, la Belgique et la France, et réaffirmer l’intérêt qu’il y a « à ce que Radio-Luxembourg garde son caractère de poste de l’Europe occidentale »...51

17Radio-Luxembourg s’est donc construite dès l’origine sur la conscience d’une communauté culturelle européenne, autour d’un noyau franco-belgo-luxembourgeois, et grâce à l’association de capitaux français et belges. C’est par un processus analogue, que les entreprises européennes d’un autre secteur économique, le grand commerce, vont être conduites à réfléchir à leur spécificité et à des formes d’association destinées à mettre en commun leur expérience et la défense de leurs intérêts.

II. LES DÉBATS SUR LA MODERNISATION DE LA DISTRIBUTION

  • 52 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle dans l’économie française au xxe siècle. Étude sur l (...)
  • 53 Ibid., troisième partie, p. 922-923 : « La crise a amené cet organisme à s’occuper des problèmes d (...)
  • 54 Marc Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France (1881-annèes 1980), thèse (dir. Mauri (...)
  • 55 Ibid, volume 3, p. 727-741.
  • 56 Ibid, p. 814-860.
  • 57 Ibid, p. 713.

18Jacques Lacour-Gayet avait été associé dès sa création aux travaux du comité national français de la Chambre de commerce internationale. Mais dans ce domaine, il va laisser agir deux hommes qui lui sont proches et qui accèdent à des responsabilités importantes au sein de ce comité : René Arnaud, qui en devient en 1933 le secrétaire général, et Pierre Laguionie, l’un des vice-présidents. C’est ce dernier, avec lequel il était très lié, qui va représenter et défendre les intérêts de la distribution française sur la scène internationale dans les années trente. Le rôle de Pierre Laguionie dans diverses instances internationales confirme la place hégémonique du milieu patronal des grands magasins dans l’ensemble du commerce français dans l’entre-deux-guerres. Elle atteste aussi sa participation active au débat plus général sur la rationalisation de l’économie française qui s’épanouit à partir du milieu des années vingt. Car à lire les travaux les plus récents sur la modernisation des méthodes de production et de gestion dans les entreprises, on ne peut que s’interroger sur l’absence de représentants des milieux commerciaux au sein des organismes où est promue la rationalisation, et sur la passivité de ces milieux, qui, au mieux, se seraient laissé imposer des méthodes élaborées hors de leurs propres cercles. La thèse récente d’Aimée Moutet est délibérement consacrée à la rationalisation du secteur industriel dans l’économie française52. Elle ne manque pas de relever cependant l’élargissement des activités d’un important organisme comme le Comité national de l’organisation française (CNOF) à des secteurs autres que l’industrie53. Mais sur le fond, il n’en demeure pas moins que ses recherches font clairement apparaître une impulsion initiale issue des milieux patronaux de l’industrie et des cercles d’ingénieurs en contact avec eux. De la même manière, en dépit de l’étude approfondie que Marc Meuleau consacre au Printemps54, on retire de la lecture de sa thèse qu’il s’agit d’un cas isolé, et le sentiment général que la critique de la vétusté des circuits de distribution est née chez les fabricants, chez les industriels, et non dans les milieux qui avaient la charge d’assurer cette distribution – grossites, dépositaires, voyageurs de commerce – ou d’en assurer la vente directe aux consommateurs – détaillants. La croissance des années vingt a en effet conduit les entreprises qui en profitaient, comme les industries métallurgique, automobile, chimique, électrique, alimentaire etc., à concevoir une politique commerciale résolument offensive. Elles ont dénoncé l’inadaptation du réseau commercial en place et réfléchi aux moyens de constituer un nouveau réseau de distribution dont les membres, des grossistes aux voyageurs de commerce, auraient leurs intérêts suffisamment liés à ceux de la firme pour être mobilisés plus efficacement55. Parallèlement, elles se dotaient d’une direction commerciale56. Comme le résume Marc Meuleau : au cœur des schémas organisateurs de l’entre-deux-guerres, l’on trouve la production, au service de laquelle tous les départements administratifs doivent œuvrer. L’industrie a lancé et porté le mouvement et lui a donné son visage définitif ; la réorganisation des services comptables, commerciaux ou du personnel conserve pour finalité l’efficacité de la production57. Face au rôle moteur tenu par les entreprises industrielles dans la mise en place du processus de modernisation de la distribution, et malgré les carences de la recherche qui font que l’on ne dispose pas pour le milieu commercial d’études synthétiques aussi approfondies que celles d’Aimée Moutet ou de Marc Meuleau pour l’industrie, il convient de poser un certain nombre de questions qui ne trouveront pas ici de réponses définitives, mais qui permettront d’ordonner les éléments apportés, pour l’essentiel, par la consultation des débats de la Chambre de commerce internationale.

  • 58 C’est une tendance historiographique qui s’observe dans un certain nombre d’articles du numéro 4 d (...)

19Nous le ferons en posant un premier postulat : si initiative commerciale il y a eu dans le processus de modernisation, elle a été, dans ce domaine encore, l’apanage du grand commerce, plus précisément du milieu des grands magasins qui, institutionnellement, étaient les mieux placés pour faire entendre leurs voix et qui, dans la pratique, ont été à l’origine de la mise en place de structures auxquelles ont été invitées à participer d’autres formes de commerce. Le grand commerce confirme son rôle d’encadrement de toute la profession. Ainsi s’il est probable que des études ultérieures sur d’autres organisations et syndicats patronaux du commerce viendront confirmer la réflexion menée dans ces cercles sur la modernisation et la rationalisation des circuits de distribution – que ce soit pour la promouvoir ou s’en défendre –, il serait plus étonnant que soient remis en cause le primat donné ici au milieu des grands magasins dans cette réflexion et l’effet d’entraînement qu’il tenta d’avoir sur l’ensemble de la profession. Sa réussite ou son échec est un autre débat ; il n’en demeure pas moins que la prise de conscience d’impératifs de restructuration s’est fait jour en premier lieu dans ce secteur. Ceci posé, on se demandera comment le grand commerce s’est inscrit dans le cadre général du débat sur la gestion des entreprises mené de 1919 à 1939, placé sous le signe de l’ « organisation », de la « rationalisation », qui s’exprime par deux grands courants théoriques : le taylorisme et le fayolisme. Quels ont été ses liens avec les principaux organismes de diffusion de la rationalisation tels le CNOF déjà cité, la CEGOS (Commission générale d’organisation scientifique), ou l’IIOST (Institut international de l’organisation scientifique du travail) ? Dans quelle mesure les méthodes d’organisation sont-elles appliquées dans les entreprises que sont les grands magasins ? Comment s’est organisé le combat plus général conduit en faveur de la diffusion des grands principes d’organisation scientifique du travail et de leur extension au monde commercial dans son ensemble ? Comme indiqué, l’analyse des débats qui marquèrent les congrès de la Chambre de commerce internationale a été le fil conducteur de notre étude. La CCI a été un haut lieu d’échanges entre Européens et Américains sur les problèmes que posait la modernisation de la distribution. Mais plutôt que de poser le problème en termes d’hégémonie d’un continent sur l’autre58, nous souhaiterions analyser les modalités de cet échange au sein de la Chambre de commerce internationale, et tenter de faire apparaître les spécificités européennes qui ont pu être imprimées à certains thèmes du débat. Si le grand commerce européen se montra dans son ensemble réceptif au débat engagé au début des années trente à la CCI sur la rationalisation de la distribution, c’est sans doute en partie parce qu’il était déjà soudé par des origines communes et par des organismes dont il avait eu l’initiative.

A. UN RESEAU EUROPÉEN DE RÉFLEXION SUR LA DISTRIBUTION

20Au cœur du dynamisme de la réflexion européenne, on trouve l’établissement de solides relations entre dirigeants européens, difficiles sans doute, interrompues parfois, mais qui, sur le long terme, n’ont cessé de s’affermir.

1. L’impulsion donné par un patron belge : Émile Bernheim

  • 59 Cette mise au point sur les magasins belges a bénéficié de l’aide importante et des recherches de (...)

21Dès la fin du xixe siècle s’est en effet mis en place un réseau européen du grand commerce. Les grands magasins belges offrent un exemple remarquable des interférences européennes ayant présidé à leur naissance : à leur origine, on trouve en effet des Français et des Allemands59. Les guerres franco-allemandes de 1870 et de 1914-1918 ont renforcé ces interpénétrations. Les hasards de l’histoire ne sont pas en la matière une clause de style. La famille pionnière, fondatrice du Bon Marché de Bruxelles en 1845, des Grands Magasins de la Bourse en 1872, la famille des Thiéry, originaire de Lorraine, a bâti sa fortune sur la frontière franco-belge. De colporteurs textiles – Verviers est un centre drapier réputé – ils deviennent commerçants sédentaires en ouvrant en 1843 à Saint-Ghislain dans le Borinage, en Belgique, leur premier magasin. Ils ouvrent leur première succursale A la Ville de Verviers à Charleroi en 1845. Très vite, ils essaiment dans les grandes villes belges à Bruxelles, Liège, Anvers, Gand etc. Ils continuent à entretenir des liens avec la France en y ouvrant des maisons et en recrutant dans leur ancien arrondissement de Briey, leurs jeunes employés et futurs dirigeants des magasins. C’est ainsi que François Vaxelaire, ancien vendeur à la Belle Jardinière, devient le directeur du Bon Marché de Bruxelles avant de le racheter avec l’appoint de la première vendeuse Mlle Claes qu’il va épouser. Outre les succursales belges, Vaxelaire ouvre des magasins en France : à Lille, Nancy, au Havre, à Besançon etc., puis en 1919 à Metz, après la récupération de l’Alsace-Lorraine. À la mort du fondateur François Vaxelaire en 1920, ses fils se concentrent sur leurs affaires belges, cèdent leurs magasins français et acquièrent d’ailleurs la nationalité belge. Les Thiéry conservent en revanche la nationalité française et développent leur commerce en France avec les magasins Armand Thiéry.

  • 60 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim, histoire d’un grand magasin, Bruxelles, 1972, p. (...)

22Un autre parcours exemplaire est celui de la famille Bernheim. Le patriarche Julien, dans l’Alsace allemande, a épousé la fille d’une famille de filateurs de coton et de laine de Mulhouse, les Meyer. Rêvant d’expansion, il se heurte aux tracasseries de l’administration impériale et décide d’émigrer. Tenté par la France, il y renonce en raison du climat passionnel engendré par l’affaire Dreyfus, mais aussi à cause des récriminations contre le développement des grands magasins, alors à leur apogée. C’est dans le climat libéral de la Belgique qu’il choisit de fonder, en 1897, le premier magasin A l’Innovation que son fils Emile Bernheim va faire prospérer durant tout le xxe siècle. Peu avant le premier conflit mondial apparaît un concurrent sérieux, les magasins allemands Tietz, qui possède déjà une filiale à Anvers, et qui ouvre en 1910 un nouvel établissement à Bruxelles, à trois pas de L’Innovation. La défaite condamne l’expansion allemande au repli. À la fin de la guerre en 1918, Tietz, considéré comme bien ennemi, est mis sous séquestre et placé en vente publique. L’Innovation va racheter le magasin de Bruxelles aux dépens de ses concurrents : le Bon Marché belge et le groupe français Paris-France. À la tête d’une entreprise beaucoup plus vaste, Emile Bernheim se préoccupe de renforcer l’organisation des achats et négocie le 26 mars 1920 un accord commercial avec les Galeries Lafayette qui ont développé leurs propres ateliers de confection et mettent leur organisation d’achat à la disposition de L’Innovation. Théophile Bader, le fondateur des Galeries Lafayette, entre au conseil d’administration de L’Innovation et des cadres français viennent soutenir le magasin belge. Cette tentative de rapprochement connaît un échec rapide en raison de la crise qui sévit en Belgique en 1921-1922 et, peut-être aussi, du goût différent des consommateurs belges et français. Craignant de perdre la majorité dans la société, Bernheim décide de rompre la convention60.

  • 61 Ibid., p. 67-82.

23Après la guerre de 1914-1918, cette tentative de rapprochement sans lendemain de L’Innovation avec les Galeries Lafayette a convaincu Emile Bernheim de la nécessité du renforcement des échanges d’expériences entre les grands commerçants européens. Le voyage qu’il fait aux Etats-Unis à l’été 1927 est déterminant. Il a obtenu d’être envoyé en mission officielle aux États-Unis, où il visite Harvard, les entreprises commerciales, les bureaux d’organisation. Il revient convaincu de la nécessité de renforcer les liens entre les entrepreneurs. Ce voyage a des conséquences internes immédiates : faisant œuvre de pionnier en Europe, Bernheim modernise son propre grand magasin en y créant un bureau d’études, un service de formation et de recyclage du personnel et un service de contrôle budgétaire. Il a également des conséquences externes. Le rôle de la Retail Research Association qui existe aux États-Unis depuis 1927 et permet aux commerçants de confronter leurs expériences, conduit Bernheim à promouvoir une organisation de ce type en Europe. C’est à la même époque qu’il fait la connaissance à Paris de Pierre Laguionie. Grâce à son appui et à celui de son ami personnel Ragnar Sachs, le dirigeant suédois du grand magasin de Stockholm, la Nordiska Kompaniet, il met sur pied un Groupement d’études pour le perfectionnement des méthodes de travail dans les grands magasins, dont le premier président est Laguionie61. Ce Groupement se transforme en 1931 en une Association internationale des grands magasins (AIGM), à laquelle adhèrent l’allemand Tietz, le néerlandais De Bijenkorf, le danois Magasin du Nord, la milanaise Rinascente et le barcelonais El Siglo. Le siège de l’AIGM se trouve à Paris dans les locaux du Printemps. La création de cette AIGM est inspirée par la réflexion pionnière d’Emile Bernheim : les grands magasins européens peuvent trouver un véritable intérêt économique dans un rapprochement ; bientôt ce rapprochement deviendra une nécessité et s’imposera comme une évidence. Avec Bernheim est formalisé dans le milieu du grand commerce, pour la première fois à notre connaissance à ce jour – mais l’enquête devra être étendue au grand patronat du commerce européen – une réflexion en termes de logique de branche. En l’occurrence, il semble que la conscience et la crainte du développement de la concurrence américaine aient été à l’origine de cette réflexion.

  • 62 Cité par Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim, histoire d’un grand magasin, Bruxelles, (...)

24À l’instar d’autres grands patrons de l’industrie Bernheim comme Lacour-Gayet ont dès cette époque un œil rivé sur l’Amérique. Ils y retourneront tous deux après 1945 et en rapporteront de nouveaux enseignements pour la pratique commerciale. Dès 1927, Emile Bernheim a pris ombrage de l’implantation de Woolworth en Angleterre et en Allemagne et s’est ému de la ruine possible des chaînes européennes naissantes qu’engendrerait cette concurrence. En 1932, il propose à ses collègues de l’AIGM de créer un holding international destiné à contrôler les chaînes de magasins à prix uniques existantes et à devenir un rempart commercial et financier contre les incursions américaines. Il écrit à ce propos à Ragnar Sachs : « Je crois que tôt ou tard, des intérêts seront pris, sous une forme ou sous une autre, entre plusieurs pays et que, du point de vue de l’avenir de notre Association même, cette question mérite une sérieuse considération ». Les arguments qu’il apporte sont clairement de nature économique : puissance de la centralisation des achats ; productivité accrue en raison du regroupement de certaines fonctions ; financement plus aisé, diminution des risques dus aux politiques monétaires nationales, possibilités d’expansion décuplées62. Prématurée, l’initiative est rejetée par les partenaires de Bernheim : seul Tietz lui réserve un accueil favorable. Elle sera reprise par Bernheim au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Dans l’immédiat, les responsables du grand commerce européen souhaitent s’en tenir à des échanges d’expérience sans se lier par des formules trop étroites.

  • 63 Galeries Lafayette, registres de délibération du conseil d’administration, réunion du 1er septembr (...)
  • 64 Ibid., réunion du 15 juillet 1922.
  • 65 Ibid., réunion du 5 novembre 1927.
  • 66 Ibid., réunion du 15 novembre 1927.
  • 67 Ibid., réunion du 20 juin 1929.
  • 68 Ibid., réunion du 10 juin 1931.

25Cela n’a toutefois pas empêché le développement de liens financiers entre grands magasins européens. La cas des Galeries Lafayette incite à des recherches approfondies en ce sens : la lecture des registres de leur conseil d’administration permet de relever des indices clairs de prises de participation de ces grands magasins dans des affaires étrangères. En 1920, ils entrent en pourparlers avec des commerçants londoniens « en vue de l’acquisition d’un fonds de commerce leur appartenant à Regent Street et Kingly Street, comprenant droit au bail, marchandises, achalandages, matériel etc, pour le compte des Galeries Lafayette ou d’une nouvelle société à créer sous la forme anglaise »63. Le 27 avril 1922, des accords commerciaux sont signés à Biarritz avec la société Grandes Almacenes Victoria de Madrid64. En novembre 1927, une convention est en cours avec « MM. Schlesinger, Trier et C° à Berlin, qui reçoivent l’autorisation d’exploiter à Berlin et dans sa banlieue sous la marque et l’enseigne Aux Galeries Lafayette de Paris des maisons de commerce de nouveautés durant 25 ans »65. Le 15 novembre, le conseil d’administration donne à Théophile Bader l’autorisation de coopérer à la fondation d’une société d’exploitation de ces magasins berlinois et de « souscrire au nom de la S.A. Galeries Lafayette des actions ou parts d’intérêts pour un montant de 100 000 Reichsmarks »66. On note encore des projets de convention avec des magasins marocains67, roumains68, qui attestent un dynamisme des grands magasins français qu’il conviendrait de mesurer à la pratique de leurs voisins étrangers. Le renforcement des liens entre responsables européens de la distribution va être vivement encouragé par la Chambre de commerce internationale (CCI) à partir de son congrès de Washington en 1931.

2. Les organismes de promotion des méthodes nouvelles d’organisation dans la distribution

  • 69 Laure Bravard, La Chambre de commerce internationale dans l’entre-deux-guerres (1919-1935), maîtri (...)
  • 70 CCIP, I – 7.40 (1), ensemble 1920-1927.

26On rappellera que depuis la conférence d’Atlantic City en octobre 1919 – et à l’exception du congrès constitutif de Paris de juin 1920 – la Chambre de commerce internationale a, dans l’entre-deux-guerres, tenu régulièrement ses congrès tous les deux ans jusqu’à celui de Copenhague en 1939. Forte de son indépendance politique – elle n’est pas un établissement public soumis à la tutelle d’un ministère – c’est un organisme privé reposant sur la fédération de comités nationaux représentatifs des principales forces économiques de chaque pays. Elle est également structurée par le caractère international de son comité exécutif, composé des hommes d’affaires les plus éminents de leurs pays respectifs, de sa présidence tournante en moyenne tous les deux ans, et des commissions géographiques ou thématiques qui se réunissent périodiquement. Sa force dans l’entre-deux-guerres est de bénéficier de l’appui américain, ce qui en fait un partenaire privilégié de la SdN, rôle qui n’échappait pas à son premier président Etienne Clémentel69. L’implantation de son secrétariat international est Paris, au 8, cours Albert Ier à partir de 1926, et ses deux secrétaires généraux sont des Français : Edouard Dolléans de 1919 à 1933, et Pierre Vasseur de 1933 à 1937. Constitué dès 1920, le comité national français a pu être décrit comme soumis au Comité des forges et, pourtant, il n’en comprenait pas moins de nombreux représentants des milieux du commerce et des services. En outre dès 1921-1922, aux côtés du comité Production apparaissaient un comité Finance, un comité Transport et un comité Distribution70.

  • 71 Chambre de commerce internationale (CCI), Congrès de Vienne, 29 mai-3 juin 1933. Distribution. But (...)
  • 72 GEGM, PV du 15 février 1933.

27En raison de la crise économique, la Chambre de commerce internationale décide en 1931 de mettre sur pied un ensemble de structures de réflexion sur les problèmes rencontrés par la distribution. Le comité exécutif de la CCI constitue le 7 juillet 1931 un comité de la distribution, approuvé en octobre par le conseil. Lors de sa première réunion, les 25 et 26 mai 1932 à Paris, est décidée la création d’un Bureau international pour l’étude de la distribution, présidé par Francis Goodenough, président de l’Incorporated Sales Manager’s Association of the United Kingdom, et dont le vice-président est Emile Bernheim. Son secrétaire général est Willard Hill. Le représentant de la France est Pierre Laguionie. Ce Bureau repose sur un comité central technique et un sous-comité de financement, dont le président est Emile Bernheim71. Par ailleurs, les comités nationaux de la CCI sont incités à créer des comités de coordination pour l’étude de la distribution dans leurs pays respectifs. Lors de sa première session, du 12 au 15 décembre 1932, le Bureau international se félicite de l’apparition de premiers comités nationaux en Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas etc., et mentionne la tenue d’une réunion préparatoire en France le 9 mars 1933. Pierre Laguionie annonce dès février au Groupement d’études des grands magasins la création probable d’un bureau d’études en France « afin de répondre aux vœux récemment exprimés par la CCI ». Ce bureau comprendra les représentants de toutes les formes de distribution – petit et grand commerce de détail, magasin à prix uniques, magasins à succursales, coopératives etc. Laguionie précise que le comité national français de la CCI, dont il est le vice-président, lui a demandé de prendre la tête de ce bureau, qui sera constitué au siège social du Comité d’action économique et douanière et en liaison étroite avec ce dernier72.

  • 73 Cf. Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », Annales ESC, (...)
  • 74 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., deuxième partie, p. 429-432.
  • 75 GEGM, PV du 4 janvier 1926.
  • 76 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., troisième partie, p. 918.
  • 77 Jean Milhaud, Chemins faisant (Tranches de vie), Paris, 1956.
  • 78 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., deuxième partie, p. 435.

28Le Bureau français pour l’étude de la distribution est effectivement constitué le 19 mai 1933 au siège du CAED, 60, rue Taitbout. On retrouve parmi ses cadres, en 1935, les animateurs du CAED : Jacques Bondoux comme secrétaire général, Roger Picard, son directeur, et Jacques Lacour-Gayet, l’un de ses vice-présidents. Son conseil d’administration compte de nombreux membres du CAED. S’y ajoutent les représentants des diverses formes de distribution tels que Edouard Duhem, président du Syndicat général de l’épicerie de gros en France, Fernand Hémier, président de la Fédération des syndicats de l’épicerie française et de l’alimentation générale, Robert Dian, président du Syndicat des maisons et sociétés d’alimentation à succursales, ou Georges Maus, président de la Fédération des commerçants-détaillants. Le conseil d’administration de ce Bureau français de la distribution constitue l’un des viviers dans lequel Jacques Lacour-Gayet puisera en 1941 pour constituer le comité directeur du Comité général d’organisation du commerce. Il faut relever enfin la présence en son sein d’adeptes des théories sur la rationalisation du travail : Alex Brûlé, délégué de l’Institut d’organisation commerciale de la Chambre de commerce de Paris ; Louis Férasson, président du Comité national de l’organisation française ; Jean Milhaud et Paul Planus. Tous ces hommes participent au regain d’intérêt important qui se manifeste vers 1926-1927 en faveur des théories de rationalisation du travail déjà répandues avant et après la Première Guerre mondiale73. Le mouvement général est imprimé par les industriels dont certains comme Michelin, Citroën, Detœuf, Bréguet, ont découvert les méthodes américaines par des voyages d’études aux États-Unis, dont d’autres tels Duchemin ou Peyerimhoff, ont été impressionnés par l’efficacité de la concentration menée par l’Allemagne dans de grands secteurs comme l’industrie chimique ou la construction électrique. Parmi les grands organismes de réflexion patronaux qui fleurissent dans les années vingt, le Redressement français animé par Ernest Mercier depuis décembre 1925, est sans doute le plus représentatif de toutes les tendances du monde industriel français. Toutefois, ce caractère généraliste n’en fait peut-être pas le plus en pointe sur les problèmes d’organisation du travail, même si ses Cahiers ont accueilli des études sur la rationalisation des entreprises. En revanche, à l’initiative du ministre Maurice Bokanowski, la Confédération générale de la production française est appelée en 1926 à mettre sur pied une Commission générale de l’organisation scientifique du travail (CEGOS) qui orienterait l’industrie française vers des « formules nouvelles »74. Mais faute d’un soutien financier de l’État et d’un véritable engagement patronal, la CEGOS demeure sans grande influence. Jacques Lacour-Gayet y avait été désigné à l’origine à titre de suppléant du dirigeant du Louvre, Michel Machart, qui y représentait le Groupement d’études des grands magasins75. Il s’y familiarisa avec l’idée de rationalisation et y rencontra vraisemblablement Jean Milhaud que l’on trouve en 1935 dans le Bureau français pour l’étude de la distribution. Milhaud était alors le directeur réel de la CEGOS. Ce polytechnicien, que Aimée Moutet dépeint pratiquant « une discrétion et un dilettantisme apparent qui est assez caractéristique des élites françaises qui se veulent avant tout hommes de bonne compagnie »76, et qui débuta sa carrière à l’Institut international d’organisation scientifique du travail (IIOST), devint ensuite secrétaire général de la CEGOS, puis membre du CNOF. Il eut de ce fait un itinéraire assez représentatif de l’interpénétration de ces organismes d’études animés par les mêmes groupes d’hommes77. C’est ainsi que la Chambre de commerce de Paris participe également au mouvement en créant en mars 1929 un Institut d’organisation commerciale et industrielle auquel adhèrent le CNOF, la CEGOS et le Service d’organisation scientifique du travail de l’Union des industries métallurgiques et minières, et dont un représentant, Alex Brûlé, figure aussi en 1935 dans le Bureau français de la distribution78.

  • 79 Ibid., p. 457. Paul Planus travailla ainsi pour les Galeries Lafayette et rédigea une brochure int (...)
  • 80 Paul Planus, « L’état actuel de l’organisation industrielle et commerciale aux États-Unis », Bulle (...)
  • 81 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., deuxième partie, p. 485 sqq.
  • 82 Ibid., troisième partie, p. 932-934.
  • 83 CCIP, ensemble 1932-1937, XLVe session du conseil de la CCI, 9 mars 1934.
  • 84 Cf. Jean Milhaud, op. cit., qui voit en Filene « un précurseur du Général Marshall », p. 48, mais (...)
  • 85 Aimée Moutet, op. cit., deuxième partie, p. 419-420.
  • 86 Ibid., troisième partie, p. 936 sqq.
  • 87 CCI, Congrès de Vienne, op. cit., p. 7.

29À côté de ces représentants patronaux, on relève dans ce Bureau la présence d’un « ingénieur-conseil en organisation », Paul Planus. Elle est révélatrice de l’engagement du milieu des ingénieurs en faveur de la rationalisation, qui, s’il demeura, selon l’estimation d’Aimée Moutet, sous la domination des industriels, n’en développa pas moins un organisme de réflexion aussi important que le CNOF, sur lequel nous allons revenir, ou des bureaux d’organisation-conseil dont le plus célèbre dans l’entre-deux-guerres a sans doute été celui de Paul Planus. Mobilisé en 1914, alors qu’il préparait les concours d’entrée aux grandes écoles d’ingénieurs, blessé et affecté au ministère de l’Armement, Planus s’établit conseiller en organisation en 1929. À la fin des années trente, son Bureau comptait une petite quarantaine de collaborateurs qui offraient aux entreprises leurs services pour réorganiser leurs usines et entreprises79. Paul Planus apportait au Bureau français l’expérience retirée d’un voyage aux États-Unis en 1933, durant lequel il avait passé « huit jours consécutifs dans un même magasin de nouveautés (Macy) pour l’étudier »80. Enfin le CNOF, auquel il a été déjà plusieurs fois fait allusion, a été placé dès sa naissance en 1926 sous le signe d’une action strictement technique au service des industriels. Bien qu’issu de milieux d’ingénieurs, il est soutenu financièrement par les grandes entreprises métallurgiques. Les études qu’il entreprend portent dans trois directions : l’application de l’organisation scientifique du travail dans l’industrie ; son extension à de nouveaux domaines comme l’agriculture et l’économie domestique ; et la méthode administrative81. La présence de Louis Férasson, le vice-président de la Chambre de commerce de Paris, à sa tête à partir de 1935 et l’adhésion parallèle de Pierre Laguionie, témoignent de l’extension des préoccupations du CNOF au domaine commercial. Selon Aimée Moutet, cet intérêt nouveau est lié à sa collaboration nouvelle avec la Chambre de commerce de Paris, renforcée à l’occasion du congrès international de l’organisation scientifique du travail, à Amsterdam en 1932. En 1934, Pierre Laguionie viendra présenter au CNOF une conférence sur l’organisation scientifique de la distribution et le cas des grands magasins82. Ce n’est donc pas un hasard si le Bureau français pour l’étude de la distribution accueille un certain nombres de prosélytes de la rationalisation de l’économie française, et ce d’autant moins que le Bureau international pour l’étude de la distribution a lui-même bénéficié lors de sa création du soutien financier de l’Institut international d’organisation scientifique du travail (IIOST)83. Ce dernier avait été fondé en 1927 par le Bureau international du travail (BIT) grâce au soutien financier de la Twentieth Century Found, organisme de mécénat économique créé par Edward A. Filene, grand commerçant de Boston, célèbre pour le caractère avancé de la politique sociale qu’il prônait pour les entreprises84. L’idée d’un institut qui propagerait en Europe le système de Taylor remontait à un voyage fait par Albert Thomas aux États-Unis en 1923. Son tout premier directeur fut en janvier 1927 Paul Devinat, mais dès septembre, le major Urwick en prenait la tête. Un échange de lettres entre Thomas et Filene est révélateur de la volonté de Thomas de préserver une autonomie européenne d’application des systèmes d’organisation qui existent aux États-Unis. Filene souhaitait l’envoi d’ingénieurs américains dans les entreprises européennes, Thomas, en revanche, une formation moins directe des esprits européens85. Albert Thomas parvint à endiguer l’influence américaine sur l’IIOST, mais en 1931, Edward Filene annonça son désir de retirer son soutien financier, décision qui devint effective en 1933. L’IIOST survécut peu de temps à la mort de son fondateur Albert Thomas en 1932, et disparut en 193486. Malgré cette disparition le Bureau international pour l’étude de la distribution n’en marqua pas moins sa volonté d’« attirer l’attention du monde des affaires sur l’opportunité indiscutable qu’il y a à employer des méthodes de vente scientifique et à recourir aux services d’un personnel spécialement instruit et exercé »87. Le rôle de la CCI fut ainsi d’encourager la diffusion des principes élémentaires d’organisation scientifique du travail dans les milieux commerciaux. Elle justifiait son engagement par les bouleversements engendrés par la crise qui avait mis au jour les carences du secteur et accéléré certaines mutations.

B. LA CCI ET LA RATIONALISATION DE LA DISTRIBUTION

  • 88 CCI, Congrès de Vienne, op. cit., Rapport de Jules Menken, chef du Department of Business Administ (...)

30Le congrès de Washington de la CCI en 1931 a été perçu par ses acteurs comme « la première prise de conscience du rôle capital de la distribution dans la vie économique et le bien-être social »88. Il constitua la première étape d’une réflexion qui devait se poursuivre lors des congrès suivants de Vienne (1933), Paris (1935) et Berlin (1937).

1. Du commerce à la distribution

  • 89 Ibid., p. 5.
  • 90 Ibid., p. 11.
  • 91 Ch. B. Thumen, « L’organisation de la distribution et la documentation économique », Bulletin du C (...)
  • 92 Robert Caussin, La statistique et l’étude de la distribution en Belgique, Bruxelles, 1936.
  • 93 Jean Caumartin, Les principales sources de documentation statistique, Paris, 1935, p. 9.
  • 94 Marc Meuleau, Les НЕС..., op. cit., t. III, p. 844-846.
  • 95 Michel Voile, Histoire de la statistique industrielle, Paris, 1982, p. 17.
  • 96 Id., « L’organisation des statistiques industrielles en France dans l’après-deuxième guerre mondia (...)

31Un premier rapport synthétique sur la situation de la distribution en Europe et aux États-Unis y est présenté par L. Urwick, directeur de l’IIOST et par F.P. Valentine, vice-président de l’American Telephone and Telegraph Company (ATT). Il fait apparaître la méconnaissance globale de l’état de ce secteur économique, qui paralyse en partie la recherche de remèdes adéquats. Il insiste sur la nécessité première d’aboutir à une « définition du problème, à une unification de la terminologie et à une coordination organisée des efforts en ce sens »89. Il souligne une importante carence en matière statistique, thème qui va revenir comme une antienne dans les débats de la CCI, et indique qu’« un premier effort doit être consacré dans presque tous les pays à l’établissement de données statistiques essentielles »90. En la matière, les États-Unis sont nettement présentés comme le modèle de référence. Historiquement, la conférence faite par l’industriel Dennison devant la section de New England de la Taylor Society en 1921 est considérée comme le grand tournant : pour la première fois, on demandait l’application à la vente des principes de l’organisation scientifique du travail. Un important travail pionnier de documentation économique est engagé dans les grandes entreprises privées qui mettent en place des services de statistiques. Il est relayé par l’État qui centralise les informations au département du Commerce. Il faut également signaler l’important comité de recherches économiques de Harvard91. Dans le cadre de la première session du Bureau international de la distribution et de l’élaboration d’un premier programme de travail, L. Urwick préconise que soient lancées dans chaque pays européen une série de publications statistiques, appuyées par une étude des mécanismes et des coûts de l’appareil distributeur. Les organismes désignés pour mener ces travaux sont la CCI, l’IIOST, la Confederazione nazionale fascista del commercio, et la Forschungsstelle fur den Handel du Reichskuratorium für Wirtschaftlichkeit. Ce dernier organisme, créé conjointement en 1921, par l’Association des ingénieurs allemands et le Reichsverband der deuts-chen Industrie, grâce à l’aide financière de l’État, manifeste l’avance prise par l’Allemagne en Europe en matière d’organisation du travail et d’étude statistique. Il sert d’intermédiaire pour répartir les crédits de l’État entre les différents organismes de recherche comme la Forschungstelle für den Handel en charge des problèmes de distribution. En matière statistique, la Belgique est nettement moins équipée92. Pour sa part, la France souffre également d’un sous-équipement important. Il n’est comblé ni par l’État, ni par la Statistique générale de la France, laquelle a été placée à partir de 1930 sous l’autorité de la présidence du Conseil et du sous-secrétariat d’État de l’Économie nationale, puis, à partir de 1934 et du gouvernement Doumergue, du ministère du Travail. Jean Cau-martin, ancien élève de l’École des hautes études commerciales, témoigne en 1935 de l’éparpillement des relevés statistiques effectués dans les divers ministères et du manque d’homogénéité des méthodes utilisées93. Peu de firmes industrielles disposent par ailleurs à l’époque, selon Marc Meuleau, d’un centre de documentation. La tradition du secret des affaires pèse de manière négative, car les patrons refusent de divulguer les chiffres concernant leur entreprise, fût-ce aux groupements professionnels les représentant94. Cette interprétation a été confirmée par les travaux de Michel Voile qui attribue le retard français à trois raisons principales : l’emprise du « libéralisme dogmatique », de la « prédominance des considérations liées à la « marche des affaires » – on se préoccupe davantage des résultats financiers de l’activité économique que de cette activité elle-même –, l’absence d’attention envers les faits »95. Michel Voile a insisté sur le premier facteur en stigmatisant la quasi-incompatibilité de principe entre libéralisme et statistique. Après 1861, date du dernier grand recensement du xixe siècle et de l’ouverture d’une ère libérale, les industriels ont refusé de répondre aux enquêtes statistiques, « menace pour la liberté », car interprétées comme une intrusion de l’État dans la vie économique96. Dans le cas du grand commerce, le Groupement d’études des grands magasins, puis la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples sont parvenus à instaurer dès 1919 une certaine discipline collective qui permet une information mutuelle et l’élaboration de Notes dressant des synthèses de la situation du commerce de détail. Il n’en reste pas moins que l’information demeure à usage interne et que la collecte systématique de chiffres ne put être entreprise en France avant la mise en place du Comité général d’organisation du commerce.

  • 97 AN, F 60 335, dossier C2 Ll, VHP Congrès de la Chambre de commerce internationale. Rapport sur les (...)
  • 98 CCIP, I – 7. 60 (3), dossier Congrès de Paris de la CCI, 24-29 juin 1935. Séance sur l’organisatio (...)
  • 99 Edward A. Filene, Vers l’organisation rationnelle du commerce de détail, Paris, 1939, préface de R (...)
  • 100 Marcel Rives, Traité d’économie commerciale, t.l, Paris, 1958, p. 63.
  • 101 Robert Lengelé, La direction commerciale des entreprises, 1940, p. 5.

32Lors du congrès de Paris qui se tient en juin 1935 au château de Vaux-le-Vicomte, les intervenants font le point sur les répercussions de la crise sur la distribution et se livrent à de premières interprétations97. Ils s’accordent pour reconnaître la modification globale du système de distribution engendrée par la crise et son irruption paradoxale au premier plan de la scène économique, alors même que la crise est d’abord perçue comme une crise de surproduction industrielle. La crise est révélatrice pour Edward A. Filene de la révolution qu’engendre une production de masse, en série, standardisée, à laquelle le système actuel de distribution se révèle inadapté98. La distribution en masse et pour la masse est la seule qui puisse désormais réussir99. De manière plus approfondie, Emile Bernheim revient au cours des débats sur l’hiatus existant entre une production excessive et une consommation qui ne permet plus son absorption, hiatus qui a conduit à la crise et dont il impute la responsabilité à un circuit distributif dont la modernisation n’a pas suivi les progrès de la production. Le coût de la distribution a eu tendance à croître en fonction de l’épar-pillement des zones de consommation et du morcellement des centres de distribution : 80 à 85 % des transactions au stade du commerce de détail sont effectuées par de petits détaillants. Il évalue enfin le coût du transfert des marchandises du lieu de production au consommateur à 40 % du prix payé par ce dernier. De fait, la faible concentration du secteur commercial durant l’entre-deux-guerres est un problème à appréhender sur la longue durée. Les chiffres moyens donnés par Emile Bernheim correspondent à une réalité européenne. Si l’on reprend le seul exemple français, rappelons que la part du petit commerce, même si elle passe de 92,65 % en 1906 à 88,77 % en 1936, demeure très majoritaire, une part bien supérieure à ce qu’elle est dans les autres pays. Ce manque de concentration est préjudiciable à la modernisation que la CCI appelle de ses vœux et à laquelle les dirigeants des grands magasins – les grandes entreprises du secteur – ne peuvent que souscrire. La concentration présente d’indéniables avantages. Comme le rappelle Marcel Rives, « la concentration dont il s’agit ici n’est pas celle du langage courant, c’est-à-dire le rassemblement dans une région donnée d’un grand nombre d’entreprises. C’est la concentration des économistes, c’est-à-dire la tendance à l’agrandissement de la dimension moyenne des entreprises »100. Or, dans le commerce de détail, elle se fait principalement de manière verticale. Il s’agit d’une intégration qui concentre dans une même entreprise les fonctions de gros et de détail. Elle permet de réaliser des achats à meilleur compte, des économies dans les frais généraux et de main-d’œuvre et d’accroître les bénéfices, toutes choses qui sont au cœur de l’action des grands magasins français dans les années trente. Le débat sur l’intégration des entreprises commerciales prendra une dimension particulière au début des années quarante, le pouvoir politique tendant à l’imposer de manière autoritaire et discriminatoire et à favoriser l’absorption des entreprises commerciales par les entreprises industrielles. Le coût élevé de la distribution qu’évoque Bernheim est également dénoncé par un spécialiste contemporain de la distribution, Robert Lengelé, ancien élève de l’École des hautes études commerciales et docteur en droit. Son évaluation de la part des frais de distribution dans le prix de vente final est encore plus pessimiste que celle de Bernheim : ils oscillent entre 30 et 70 % du prix de vente au consommateur et représentent en moyenne 40 à 50 % de ce prix101. Ils ont augmenté en raison de la complexité croissante des opérations commerciales. Dans leur calcul, il faut en effet inclure la rémunération des vendeurs et celle des transporteurs, le coût des matières premières, mais aussi celui du matériel de transport, de l’amortissement du matériel et des immeubles commerciaux, de leur entretien etc.

33Si les congressistes de la CCI ont donc bien identifié les grandes causes de la vétusté des circuits de distribution, ils sont tout à fait conscients du retard pris par les commerçants pour y remédier, de l’initiative laissée aux producteurs, et du caractère pionnier du congrès de Paris. C’est la première fois que les distributeurs dépassent leurs problèmes individuels pour réfléchir à l’ensemble du système (E. A. Filene) et qu’ils sortent de leur isolement pour affirmer l’autonomie et la spécificité de leur champ d’action à la face du monde économique : « La distribution est une activité propre dans la vie économique, activité complexe et difficile, et qui exige pour son fonctionnement efficace et économique, de l’adresse, des connaissances, de l’expérience, de la compétence et de l’organisation » (J. Menken). Emile Bernheim affirme que, sous la pression de la crise, la distribution est devenue « le centre nerveux de la vie économique ».

  • 102 Ibid., p. 32.
  • 103 Ibid., p. 14.
  • 104 Cité par Emile Bernheim, La distribution..., op. cit., p. 7.
  • 105 CCI, Congrès de Vienne, op. cit., p. 4.
  • 106 CCIP, I – 7.60(3), op. cit., intervention d’Emile Bernheim.

34Émile Bernheim contribue surtout à mettre nettement en valeur le glissement sémantique qui est en train de s’opérer avec la diffusion de la notion de « distribution » : de l’ancienne conception d’un « commerce » qui prolonge la production, on est passé à la conception moderne de la « distribution » qui procède de l’étude de la consommation pour conditionner la production. Ce renversement de perspective est repris dans des termes quasiment similaires par Robert Lengelé : « On ne vend plus pour écouler la production d’une usine, mais au contraire, on produit pour vendre dans la mesure où l’on a pu se procurer les débouchés nécessaires »102. Il faut rappeler que pour l’économie politique classique, le monde économique était régi par quatre opérations : la production, la distribution, la circulation et la consommation. Le terme de « distribution » recouvrait alors la répartition des richesses entre les individus tandis que celui de « circulation » désignait la distribution dans l’acception nouvelle qui s’affirme dans les années trente. Comme le précise Robert Lengelé : « Le nom de commerce ne s’applique en fait qu’à des rapports assez simples, tandis que la distribution comporte une chaîne assez complexe de relations entre vendeurs et acheteurs successifs. [...] La distribution englobe [...] la série complète des opérations de ventes, d’achats, de transports et de publicité, qui prennent place entre le producteur et le dernier acheteur [...] »103. S’impose donc, au sein d’une chaîne complexe, une fonction intermédiaire entérinée en 1931, au congrès de Washington, comme : « l’ensemble des opérations et activités qui s’exercent entre la production des marchandises dans la forme définitive qu’elles ont pour être mises en circulation, et le moment où il en est pris livraison par les consommateurs »104. Parallèlement la consommation émerge comme un paramètre nouveau et capital de la vie économique. À la remise en cause du système vétuste de distribution est liée, en ce début des années trente, la naissance corollaire d’une réflexion sur la consommation par laquelle le consommateur est clairement défini, dès le congrès de Washington également, comme le « régulateur et le but de l’activité économique »105. Les remèdes à la crise sont clairement placés par Emile Bernheim sous le signe d’une logique libérale : il ne s’agit pas de limiter délibérément la production afin de l’adapter à la capacité déficitaire du marché, mais il faut parier sur la hausse potentielle de la consommation. Pour cela, il faut disposer d’une connaissance plus scientifique de la demande, et une réflexion sur la modernisation de la distribution s’avère essentielle et indispensable106. Il convient donc de favoriser la connaissance de ce domaine économique.

2. Nouvelles méthodes de gestion et de vente : lente adaptation des entreprises commerciales

  • 107 Chambre de commerce internationale. Congrès de Paris (1935), Projet de résolution 4, L’organisatio (...)
  • 108 Ibid., titre III.
  • 109 Cf. Robert Lengelé, op. cit., p. 63.
  • 110 Cf. Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., troisième partie, p. 1110 : « C’es (...)

35De manière générale, la méthode préconisée par la Chambre de commerce internationale est l’application des théories de l’organisation scientifique à la distribution : « Ses divers éléments doivent faire l’objet d’études scientifiques aussi approfondies que celles dont a bénéficié jusqu’ici la production »107. Elle recommande ainsi « la diffusion parmi les entreprises de distribution d’idées nouvelles et pratiques concernant les méthodes d’organisation et la direction des entreprises. L’organisation scientifique, comportant le contrôle budgétaire, le contrôle des ventes et des stocks, et la formation professionnelle du personnel sont parmi les principes et les méthodes modernes que le Bureau international pour l’étude de la distribution préconise particulièrement »108. C’est faire porter la modernisation sur deux points principaux : la gestion administrative de l’entreprise et la formation des hommes. Le principe du contrôle budgétaire, expérimenté dans les entreprises industrielles, a été retenu par la CCI comme valable également pour les entreprises commerciales. Fondé sur « l’analyse des faits passés » et « la prévision des faits probables afin d’établir un programme rationnel d’action »109, il a une incidence au-delà du seul domaine comptable puisqu’il permet l’adaptation de la production aux impératifs de la vente et aux fluctuations des prix. Il est pratiqué en France par quelques entreprises pionnières depuis l’avant-guerre (Compagnie du Paris-Orléans depuis 1912, Renault depuis 1916), mais se généralise seulement à partir de 1932 grâce à la propagande faite par le CNOF et le service d’organisation scientifique du travail de l’Union des industries métallurgiques et minières110. Quel fut le degré d’application réelle de ces nouvelles méthodes dans les grandes entreprises commerciales ? On dispose encore de trop peu d’études monographiques pour avoir une vision définitive de l’application de la rationalisation aux grands magasins. La réussite de certaines grandes entreprises pionnières ne doit pas cacher la lenteur des adaptations dans la majorité d’entre elles. La modernisation des méthodes de gestion des magasins fut néanmoins une réalité pour certaines entreprises.

  • 111 1865-1965. Printania. Cent ans de jeunesse, p. 97.
  • 112 Max Heilbronn, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, 1989, p. 9-10.
  • 113 Ibid., p. 7.
  • 114 Printania. Revue mensuelle réservée au personnel des grands magasins du Printemps (1927-1936), été (...)
  • 115 Marc Meuleau, Les НЕС..., op. cit., volume 4, p. 1095.
  • 116 Ibid., p. 1150.
  • 117 Ibid., p. 1113.

36L’AIGM s’emploie depuis sa création à encourager ses membres à créer des bureaux d’études et des services de contrôle budgétaires analogues à ceux mis en place à l’Innovation dès 1927. Le Printemps crée ainsi son bureau d’études confié à Albert David en 1928. Ce bureau s’occupe de l’organisation et de la répartition du travail au sein de l’entreprise, de suivre la politique commerciale des autres entreprises, et d’organiser des voyages d’études aux États-Unis. « [...] L’on désire s’informer de ce qui se fait à l’étranger dans des entreprises non concurrentes. C’est l’époque où commencent les premiers pèlerinages techniques vers l’Amérique »111. Max Heilbronn, centralien, gendre de Théophile Bader, le fondateur des Galeries Lafayette, témoigne de l’importance qu’eurent sur le jeune homme qu’il était au début des années trente, ses voyages bimensuels à Londres. Il emprunte aux magasins Woolworth non seulement une série d’échantillons de parfums, bijoux, papeterie etc. qu’il fait copier à Paris, mais aussi l’idée d’un nouveau service pour la clientèle, un « bar », en fait un service de restauration rapide qu’il installe aux Galeries avec un équipement matériel écossais. C’est à Londres qu’il découvre avec Marks and Spencer les magasins à prix uniques. À la suite de mauvais résultats des Monoprix lancés par les Galeries en France, il raconte comment il alla trouver Simon Marks, le fils du fondateur. Ce dernier lui conseilla de : « faire du Ford dans le domaine de l’habillement, choisir quelques objectifs, peu nombreux – « concentre », disait constamment Simon Marks – mais ambitieux, en qualité, en style [...]. Les étudier d’une manière scientifique et apporter le même soin à leurs conditions de fabrication. À cette fin, sélectionner un industriel animé du même esprit de progrès, tenté par des commandes de séries longues [...] »112. De fait, quel contraste avec l’attitude du fondateur des Galeries dépeinte avec verve par Heilbronn ! « C’était un pragmatique qui « sentait tout, quelque soit le domaine : le présent, l’avenir, l’art et le commerce. [...] Il ne fallait certes pas lui demander d’indiquer une méthode ou de conduire un raisonnement. La situation des stocks, l’état des engagements, les positions de trésorerie se réduisaient à une large feuille de papier quadrillée, zébrée de quelques coups de crayon »113. De son côté, E. Rachinel, le directeur du personnel du Printemps, relate dans Printania, son voyage aux États-Unis, sa découverte des grands magasins : Macy, Gimbel, Sacks, Wanamaker, Lord and Taylor, Altman, la « grandeur et la monotonie » dégagées par l’uniformité et la standardisation du matériel114. Les réformes structurelles engagées par le Printemps en 1926-1932 vont en faire « un modèle d’organisation et de rationalisation »115. Comme le résume Marc Meuleau au terme de l’étude de cas qu’il lui consacre, « l’organisation a été privilégiée. Pionnier parmi les grands magasins français, il précède également bien des grandes entreprises industrielles. Pierre Laguionie, en digne disciple de Fayol, a considéré la structure comme l’instrument d’assise de son pouvoir »116. La rationalisation du Printemps se traduit notamment par l’adoption en 1929 d’une structure fonctionnelle de direction qui distingue sept fonctions : achats, ventes, publicité, comptabilité et finances, personnel, exploitation, et études. Elle entraîne la séparation des fonctions achats et ventes jusque là dévolues à une même personne, ce qui va permettre la constitution d’une centrale d’achats : la SAPAC, Société anonyme parisienne d’achat en commun. Autre réforme importante : l’introduction en 1930 du contrôle budgétaire qui facilite la gestion de la nouvelle direction et également l’acquisition de nouveaux magasins. « Recevant mensuellement les écarts que calcule le bureau des études ainsi que l’extrapolation du résultat annuel, la gérance adapte constamment ses directives aux variations de la conjoncture »117.

  • 118 Franco Amatori, « Managers and owners in an italian department store : La Rinascente from 1920 to (...)
  • 119 Ibid., p. 4.

37Toutes les entreprises européennes membres de l’AIGM ne sont cependant pas affectées dès les années trente par la rationalisation de leur administration. Une étude récente de Franco Amatori montre en effet que le grand magasin milanais La Rinascente n’entame véritablement sa réforme managériale que dans le milieu des années cinquante, avec l’introduction de ces techniques de direction que nous venons d’évoquer. La Rinascente subit une double influence, celle, américaine, de la Harvard Business School et de son centre d’études du commerce, et celle, française, de la CEGOS. C’est seulement en 1956 qu’elle crée son propre Bureau d’organisation et d’études, destiné en grande partie à former ces véritables dirigeants d’entreprises, ces cadres, qui lui ont fait jusqu’ici défaut118. Franco Amatori signale certes l’ambition proclamée en 1921 de Brustio, le repreneur de la firme initiale des magasins Bocconi – qui devait donner naissance à La Rinascente – de refonder les grands magasins « sur la base d’un système et non sur la capacité d’un seul individu »119. Mais il montre bien que les intérêts divergents des différents propriétaires de l’entreprise s’opposent et sont préjudiciables à la modernisation de son administration. Par conséquent, Brustio concentre ses efforts de modernisation à adapter ses magasins à la demande d’une clientèle populaire. Publicité, catalogues, soldes, attention accrue à la formation des employés sont autant d’éléments de la relance de La Rinascente. À la suite d’un voyage en Allemagne en 1927, il se lance dans l’aventure des magasins à prix uniques en créant en 1928 la chaîne Upim (unico prezzo italiano milano). La crise économique le pousse d’ailleurs à lui donner une importance accrue : de 14 en 1930, le nombre de magasins UPIM est passé à 36 en 1940. Dans le même temps, il réduisait le nombre de ses grands magasins de 19 à 5.

  • 120 CCI. Congrès de Paris (1935). Projet de résolution 4. L’organisation de la distribution (biens de (...)
  • 121 Marc Meuleau, op. cit., volume 4, p. 1150.
  • 122 Marie-Emmanuelle Chessel, « La formation des vendeurs en France dans l’entre-deux-guerres », dans (...)
  • 123 Ibid, p. 4-5.
  • 124 Marc Meuleau, Les НЕС..., op. cit., p. 870.

38Comme le montre l’exemple français, le second domaine concerné par la modernisation, la formation des hommes, a également suscité des réticences. La CCI a soutenu sans ambiguïté les efforts conduits en faveur de la formation professionnelle du personnel. Parmi les résolutions adoptées par le congrès de Paris figure le souhait « de développer l’enseignement de la vente dans les écoles professionnelles et du degré moyen, et des principes et méthodes de distribution dans les universités et les écoles supérieures, en vue de la formation professionnelle des employés attachés à la vente et de celle du personnel directeur »120. Or l’analyse fine menée par Marie-Emmanuelle Chessel de la naissance d’un enseignement spécifique de la vente dans les années vingt sous l’impulsion principale des chambres de commerce démontre le « faible degré d’implication » des grands magasins dans ce processus, leur « manque de coopération ». Peu d’élèves issus de l’École technique de vente (ETV) fondée en 1925 par la créatrice d’HEC Jeunes Filles, Louli Sanua, sont recrutés à leur sortie par les grands magasins. Ils se retrouvent essentiellement dans les magasins spécialisés. Pour M.-E. Chessel, il y a une hostilité immédiate et fondamentale des grands magasins à un type de formation qui leur échappe. Ils préfèrent développer leurs propres « écoles-maisons qui diffusent l’esprit-mai-son » et un savoir-faire interne, transmis de génération de vendeuses en génération de vendeuses. Ce fut le cas des Galeries Lafayette et du Louvre, et aussi du Printemps. Marc Meuleau reconnaît que « les relations humaines apparaissent plus tardivement » au Printemps121. Comme le suppose M.-E. Chessel, « la nature familiale des grands magasins et la volonté de faire cohabiter paternalisme social et modernité de gestion a freiné le recours aux écoles de vendeurs et favorisé des modes de formation interne alternatifs »122. Il a sans doute existé un décalage entre l’intérêt indéniable manifesté par le grand commerce français pour la modernisation globale de son secteur économique et sa pratique quotidienne, ce qui tend à corroborer l’idée, déjà exprimée, d’un milieu très conservateur dans le domaine social. La modernisation ne concerne que les domaines de « vente passive » : l’espace de vente, le matériel de vente, les méthodes objectives de vente – comptabilité, droit commercial etc. Elle s’arrête à la porte de la « vente active », celle qui met en jeu l’homme, le vendeur, sa « science », sa « psychologie de la vente »123. À ce poids des pesanteurs sociales, s’ajoute peut-être aussi le décalage classique entre le temps de l’invention et celui de sa diffusion et de son application à l’échelle industrielle. Car, en l’espèce, il y eut sans doute prise de conscience concomitante de la nécessité nouvelle d’une formation spécifique des vendeurs dans les écoles et chez le patronat des grands magasins : l’ETV naît en 1925, l’année même où le Printemps met en place des cours de vente. Or, l’ETV place peu d’élèves dans les grands magasins. L’exemple donné par M.-E. Chessel est cependant emprunté à l’année 1934, soit seulement neuf ans après la création de l’École. Une école remplit-elle dès les premières promotions les objectifs ayant présidé à sa naissance ? Dans le cas présent, il conviendrait de prolonger l’analyse sur une durée élargie aux années quarante et cinquante pour saisir s’il s’agit d’un phénomène structurel et donc d’une spécificité du milieu des grands magasins, ou si, au contraire, il existe un moment de rupture marquant l’acceptation de ces méthodes de « vente active » par les grands magasins. Étudiant l’influence des méthodes américaines de gestion sur les industriels et ingénieurs français, Marc Meuleau relevait pareillement le décalage entre le moment de la découverte et celui de la diffusion : « Dans les années vingt, le temps de latence entre l’importation de l’idée et les premières tentatives d’application est souvent de quelques années. Les chefs d’entreprise ne semblent pas se précipiter sur ces idées nouvelles »124. Aussi faut-il se garder de toute extrapolation et ne pas imaginer une modernisation commerciale dans l’entre-deux-guerres à l’aune de la réussite de quelques entreprises dynamiques.

3. Une structure au service de la diffusion d’éléments modernisateurs venus des États-Unis

  • 125 CCI, Congrès de Paris (1935), op. cit., titre III.
  • 126 CCIP, I – 7. 60 (3), op. cit., séance La technique et le coût de la distribution, interventions du (...)
  • 127 Cf. Marc Meuleau, op. cit., volume 3, p. 814-816.
  • 128 Archives de la Société des Nations (SdN), R 4480 10B/7512/221, Jacket 2, Chambre de commerce inter (...)

39C’est bien consciente des inerties et des résistances inévitables à tout changement de fond que la CCI a conçu en toute lucidité son rôle comme essentiellement incitatif, en ce qui concerne la diffusion des méthodes modernes à l’ensemble des entreprises commerciales. Elle encourage donc des initiatives de long terme comme l’élaboration d’enquêtes. Elle approuve ainsi en 1935 celle que « le Bureau international pour l’étude de la distribution se prépare à entreprendre sur le coût de la distribution dans le commerce de détail de différents pays » tout comme « celle qu’il a déjà lancée en vue de dresser un tableau comparatif du mécanisme de la distribution dans divers pays »125. Elle encourage aussi des études locales, sur une région, une ville, voire un quartier. Car si l’exemple en la matière vint des États-Unis, le rôle de la CCI fut de favoriser l’extension des études à l’Europe. Depuis l’élan donné en 1931, on constate qu’en moins de quatre années, les organismes nationaux ont étendu le champ d’études à des domaines d’application spécifiquement européens. C’est ainsi que la Forschungsstelle fur den Handel a adapté les travaux menés aux États-Unis sur le volume des transactions, les frais de gestion, et le contrôle des stocks dans les grands magasins, aux petites entreprises familiales qui constituent 80 % du commerce de détail allemand. De la même manière, le Comité italien de coordination de la distribution a adapté sa grille d’analyse aux commerces d’alimentation et d’habillement majoritaires en Italie dans le secteur du commerce de détail indépendant, qui constitue lui-même 60 % des magasins existants. De leur côté, les membres européens de l’AIGM revendiquent le perfectionnement de la technique d’exploitation de leurs grands magasins126. Par l’intermédiaire du Bureau international pour l’étude de la distribution et des bureaux nationaux, la CCI aborde l’étude de toute une série de thèmes qui donnent lieu à des publications synthétiques et d’ordre pratique destinées à l’ensemble des commerçants comme en 1935, Un moyen d’augmenter les bénéfices des détaillants ; L’utilisation des chiffres-mesures dans la distribution des marchandises ; ou encore en 1937, Les statistiques dans la vie commerciale ; À la recherche du consommateur. Par ailleurs, les congrès de la CCI continuent de consacrer jusqu’à la guerre certaines de leurs séances à la distribution. Le comité de la distribution de la CCI se réunit régulièrement jusqu’en 1939, sous la présidence d’Emile Bernheim. Les Français, membres permanents, sont en 1937-1939, Jacques Bondoux, Roger Picard et Paul Nicolas. Le premier est devenu en 1934 le secrétaire général du Groupement d’études des grands magasins, et il fait partie du Bureau français pour l’étude de la distribution ; Roger Picard vient d’être nommé conseiller juridique de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples et du CAED. Paul Nicolas, secrétaire général de l’Association des directeurs commerciaux de France, membre de l’Union douanière européenne, est le directeur de la revue Vendre et l’apôtre de la place éminente que commence à revendiquer le directeur commercial au sein de l’organigramme de chaque entreprise à la fin des années vingt127. Dans les débats du comité, il se montre particulièrement attentif aux progrès réalisés en France dans le domaine des études de marché et cite à l’appui les documents élaborés par l’UIMM, le CNOF, et également le rapport annuel de sa propre revue Vendre. Il préconise en la matière l’établissement d’un guide général de méthode sur les études de marché : la CCI élaborerait une trame générale que chaque Bureau national de la distribution adapterait à son propre pays128.

  • 129 Ibid., Document n° 6437. 15. 2. 1938. International Distribution Commission, report on the meeting (...)
  • 130 SdN, R 4480 10B/7512/221, op. cit.
  • 131 Ibid. Document n° 6620. 15.5.1938. Bureau international pour l’étude de la distribution. Projet de (...)

40En janvier 1938, rappelant les grandes lignes tracées par le congrès de Berlin pour 1938-1939, Emile Bernheim réaffirme la priorité donnée à deux objectifs : la réduction des coûts de distribution et la croissance de la consommation129. Cette double préoccupation de l’immédiat avant-guerre trouvera son prolongement dans les travaux du Comité général d’organisation du commerce constitué en France durant l’Occupation qui se préoccupa de poursuivre les études engagées et d’approfondir la connaissance du milieu commercial. La difficulté principale rencontrée dans la réduction des coûts réside dans des méthodes comptables, variables suivant les entreprises, qui ne permettent pas de se livrer à des enquêtes homogènes et d’établir des résultats fiables. En janvier 1938, la CCI décide de commander à Paul Planus pour la mi-mai une brochure sur la comptabilisation des frais dans le commerce de détail contenant un plan comptable-type. Ce dernier se met au travail en précisant qu’il « ne saurait être question de présenter un véritable manuel de comptabilité, mais plutôt un exposé de la comptabilisation des frais indispensable pour la gestion rationnelle des entreprises de distribution »130. Pour alimenter son travail lui sont cités en exemple trois manuels allemands : l’un destiné à l’ensemble des commerçants, le deuxième contenant un plan de contrôle financier à l’usage des petits commerçants, le troisième à l’usage des pharmacies. Lui est également signalée une brochure émanant du ministère américain du commerce et portant sur les coûts dans le commerce de détail. Une enquête-pilote sur la comparaison des coûts de distribution est parallèlement confiée au comité allemand dans le but de servir de modèle aux autres comités. Elle devra présenter les réactions des petits détaillants, leur témoignage éventuel sur les bénéfices retirés de la lecture de cette brochure, et permettre ainsi aux autres comités d’éviter certaines erreurs. Des éléments d’information sont enfin demandés à l’université Harvard, à la Banque d’Angleterre et à l’Institut des classes moyennes des Pays-Bas. Dressant la synthèse de ces diverses études, Paul Planus conçoit donc une brochure à l’usage des commerçants-détaillants intitulée : La gestion dans le commerce de détail. La comptabilité et la comparaison des frais : sources de bénéfices131, dont on trouvera le plan ci-dessous.

PLAN DE LA BROCHURE
I. Meilleure organisation de la distribution
II. Le commerçant a besoin d’informations
III. Nécessité d’une comptabilité d’informations
IV. Tenue de la comptabilité : plan comptable et livres de comptabilité
V. Comptabilisation des frais
VI. Comptabilisation des résultats dans l’entreprise
VII. Conclusion
Annexes :
Plan comptable-type (tableau A)
Journal de caisse (tableau B)
Journal – Grand libre (tableau C)
Balance mensuelle des comptes généraux (tableau D)
Exemple de ventilation d’un compte de frais (tableau E)

41La brochure met en place un véritable dispositif destiné à convaincre les petits détaillants de l’utilité de moderniser leurs méthodes de gestion. Ainsi s’adresse-t-elle non seulement à eux, mais à tous ceux qui, en contact professionnel quotidien avec eux, peuvent les influencer en ce sens.

  • 132 Souligné par nous dans ce paragraphe et le paragraphe suivant.

« Les chefs de groupements et fédérations de détaillants pourront y puiser d’utiles arguments pour amener leurs adhérents à se perfectionner du point de vue comptable132. Nous espérons également que les professionnels de la comptabilité voudront bien aider à la diffusion de cette publication, non pas que cette brochure ait la prétention de leur apprendre quoi que ce soit, mais en considération de l’intérêt qu’il peut y avoir pour eux à grouper leurs efforts avec les nôtres pour convaincre les commerçants-détaillants de l’importance des problèmes comptables. Nous recommandons enfin tout spécialement cette brochure aux organismes de crédit au petit et moyen commerce (organismes spécialisés, banques, etc.). Il est de leur intérêt évident d’encourager dans leur clientèle la tenue d’une bonne comptabilité qui constituera souvent la meilleure garantie de l’emploi convenable et de remboursement final des crédits consentis. [Leur clientèle] pourrait bénéficier de crédits plus larges dans la mesure où elle serait mieux à même d’en justifier les besoins et l’utilisation. »

42Plus loin, la brochure précise sa demande de concours aux comptables :

« [...] leur fournir une arme, des arguments pour les aider à persuader les petits commerçants de la nécessité absolue de contrôler leurs frais d’exploitation, de surveiller la marche de leurs ventes, leurs stocks, leurs amortissements, etc. s’ils veulent survivre et prospérer auprès des grandes entreprises. Ce résultat ne peut être atteint que s’ils disposent d’une comptabilité en ordre, tenue suivant un modèle uniforme, mis au point par les professionnels de la Comptabilité et confirmé par l’expérience pour chaque branche de commerce et chaque catégorie ou dimension d’entreprise. »

  • 133 Le même effort en faveur du petit commerce est fait en Belgique. Cf. Emile Bernheim, La distributi (...)
  • 134 SdN, R 4480 10B/7512/221, op. cit., Document n° 6809. 7/2/1939. International Distribution Commiss (...)

43On a là les prémices d’une véritable coalition des grands magasins, de leurs organisations patronales, et des banques, pour inciter le petit commerce à se moderniser133. Il convient cependant de signaler que la brochure de Paul Planus fut moyennement bien reçue par les divers comités nationaux de la CCI. Si le plan comptable-type fait globalement l’unanimité, les conseils pour la tenue des livres de compte rencontrent des réticences liées à la variété des méthodes employées dans chaque pays. Le comité belge s’en prend au plan comptable lui-même, lui reprochant son caractère compliqué et sa terminologie alambiquée134. Planus se vit donc commander une nouvelle brochure...

  • 135 SdN, R 4480 10B/7512/221, op. cit. Document n° 6437, op. cit., p. 5.
  • 136 Ibid. Document n" 6809, op. cit., p. 6.
  • 137 Ibid. Document n° 6437, op. cit., p. 5.

44Autre grande préoccupation de la Chambre de commerce internationale : l’approfondissement de la connaissance du milieu commercial. La commission de la distribution met sur pied à cet effet un programme d’études sur les commerçants-détaillants. Chaque comité national a pour mission de remplir un questionnaire portant sur le nombre, l’importance et la variété des groupements de détaillants existants, leur rôle, leur méthode de constitution etc. De premières réponses affluent de Belgique, Tchécoslovaquie, Allemagne, Pays-Bas, Suède et Suisse. Le but poursuivi par le secrétariat de la CCI est de permettre un véritable échange d’expériences au niveau international. Un débat s’amorce alors au sein de la commission où s’opposent ceux qui plaident pour que l’étude se concentre sur les groupements de petits détaillants et ceux qui insistent pour que les grossistes ne soient pas oubliés. Allemands et Néerlandais soutiennent cette dernière position. Emile Bernheim, président de la commission, fait alors observer à plusieurs reprises qu’il est nécessaire que cette dernière continue à observer « une attitude de stricte impartialité » et qu’elle veille en permanence à assurer une égalité de traitement à toutes les formes de distribution135. Selon lui, les distributeurs doivent être appelés à comparer leurs méthodes dans des domaines pratiques et techniques sans avoir à prendre parti en faveur de telle ou telle forme de distribution136. Une connaissance approfondie du milieu commercial passe également par l’établissement de statistiques destinées à servir de base à l’établissement de statistiques nationales plus détaillées. Emile Bernheim préconise de les présenter en trois grandes catégories qui serviront de trame pour ces dernières : I. Le nombre total de détaillants dans un pays ou une région donnés ; II. La répartition de ces détaillants par branche d’activité (alimentation, textile, produit pharmaceutique...) ; III. Le pourcentage des diverses catégories professionnelles représentées au sein de chaque bran6he (par exemple, au sein du secteur alimentaire : les grossistes, les boulangers, les marchands de vin...). En matière statistique, tout est à faire en cette fin des années trente. Et en premier lieu, il faut veiller à établir et à homogénéiser les outils de travail. Enfin, de manière révélatrice, corroborant l’analyse de Jean Caumartin livrée plus haut, le directeur de l’Institut international de la statistique, Allessandro Molinari, en appelle à la collaboration des hommes d’affaires et des statisticiens : « [...] Il y avait un début à tout, et les hommes d’affaires pourraient être d’un grand secours pour les statisticiens en de nombreux points... »137.

  • 138 Cf. Louis Gasser qui, préfaçant une brochure produite par l’Union des industries métallurgiques et (...)

45La réflexion initiée par la Chambre de commerce internationale sur la modernisation de la distribution devait servir de référence aux travaux poursuivis sur la question en France pendant la guerre et à la Libération. Elle contribua à la mise en place de structures d’études où des responsables d’horizons divers apprirent à confronter leurs expériences. Lieu d’échanges entre Américains et Français, elle permit à certains grands patrons européens tels Emile Bernheim d’acquérir dans ce domaine une assise internationale. Le dialogue engagé à l’échelle internationale se trouva renforcé après guerre. Il ne faut cependant pas se leurrer sur l’importance des résultats obtenus avant la guerre. La Chambre de commerce internationale a élaboré un certain nombre de questions, a pris acte d’importantes inerties et a commencé à diffuser certains principes de modernisation commerciale afférents à la gestion des entreprises et à la formation des hommes. Des réussites s’observent dans les grandes entreprises. Toutefois, la très grande partie du tissu commercial européen demeure encore imperméable à ces réformes. Le chapitre suivant fera apparaître, à travers l’exemple français, les réticences des petits commerçants à des mesures perçues comme bureaucratiques et vexatoires – sentiment exacerbé par la guerre. La rationalisation fut également un enjeu pour les entreprises commerciales dans les années trente. Dans une certaine mesure, émanant à l’origine d’un milieu d’ingénieurs gagnés aux idées néo-libérales, elle peut être perçue comme une brèche dans le libéralisme intégral incarné par le milieu du grand commerce138. Cependant, ce n’est pas la conception allemande consistant en une organisation du marché par la voie d’ententes que privilégie ce dernier. Il se rattache plutôt à la vision américaine de la rationalisation : améliorer l’organisation interne des entreprises pour mieux s’imposer dans la concurrence internationale. La guerre et l’occupation allemande en France vont révéler les ambiguïtés de cette notion de « rationalisation ». La modernisation des entreprises commerciales va être récupérée et intégrée au dessein dirigiste de l’administration française.

Notes

1 Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), IV – 3.50 (2), Congrès national de la radiodiffusion, 1929.

2 CCIP, op. cit., Rapport de M. Duchenois, secrétaire général du comité national français de la CCI, « Le développement de l’industrie et du commerce de la radiodiffusion dans le monde ».

3 Cf. Pascal Griset, Les révolutions de la communication (xixe-xxe siècle), Paris, 1991, p. 39-40 et p. 53-54.

4 Cécile Méadel, Histoire de la radio des années trente, Paris, 1994, p. 26.

5 CCIP, IV – 3.50 (2), Congrès national de la radiodiffusion, 1929. Rapport de M. Antoine Daudet, directeur de l’Association nationale d’expansion économique, « Projets et propositions de loi fixant le statut de la radiodiffusion française ».

6 Ibid. Rapport de M. Duchenois, op. cit.

7 Ibid. Rapport de M. Aymé Bernard, administrateur-directeur de l’Association industrielle, commerciale et agricole de Lyon, « L’utilisation en France de la radiodiffusion par le commerce et l’industrie ».

8 Pascal Griset, Entreprise, technologie et souveraineté. Les télécommunications transatlantiques de la France (xixe-xxe), Paris, 1996, p. 516 sqq.

9 Pascal Griset, Les révolutions..., op. cit., p. 98-99.

10 CCIP, IV – 3.50 (2), Congrès national de la radiodiffusion. Rapport de Robert Tabouis, commission de l’organisation internationale des émissions.

11 Pascal Griset, Entreprise, technologie..., op. cit., p. 527-530.

12 Louis Merlin, C’était formidable, Paris, 1966, p. 181-183.

13 Pascal Lefèbvre, L’agence Havas et l’audiovisuel (1923-1987), thèse de doctorat en histoire, dir. Patrick Fridenson, EHESS, janvier 1995, p. 237-239.

14 René Duval, Histoire de la radio en France, Paris, 1979, chapitre III, p. 254-267. Cf. également le livre récent de Denis Maréchal, Radio-Luxembourg (1933-1993). Un média au cœur de l’Europe, Nancy, 1994. Ce dernier a exploité les archives publiques luxembourgeoises et celles du Quai d’Orsay, et il apporte des compléments intéressants sur le contexte politique et juridique.

15 Cf. Denis Maréchal, Radio-Luxembourg..., op. cit., p. 29-34. Le chapitre II fournit une bonne mise au point sur le statut de la radiodiffusion au Luxembourg.

16 Cité par René Duval, Histoire de la radio..., op. cit., p. 255.

17 Pascal Lefèbvre, L’agence Havas..., op. cit., p. 235-237.

18 Denis Maréchal, Radio-Luxembourg..., op. cit., p. 40-43.

19 Cité par René Duval, Histoire de la radio..., op. cit., p. 257. Cf. également Antoine Lefébure, Havas. Les arcanes du pouvoir, Paris, 1992. Une note d’Havas indique que Paribas « a mis plusieurs millions dans Radio-Luxembourg à la demande écrite du président du Conseil de l’époque, Monsieur Pierre Laval, en accord avec le ministre des Affaires étrangères pour rendre service à l’intérêt général », cité p. 195. Toutefois, comme nous l’apprend Denis Maréchal, grâce à sa lecture des archives du Quai d’Orsay, le gouvernement français est attentif depuis mars 1929 aux démarches visant à installer un poste émetteur au Luxembourg et soucieux d’y voir affirmer les intérêts français (cf. Denis Maréchal, Radio-Luxembourg..., op. cit., p. 19-21).

20 Archives Paribas, secrétariat de M. Antoine, Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion. Collection de rapports (1933-1956), s.-d. 6, Capital. Note sur la Société luxembourgeoise de radiodiffusion, SA (en formation) de 20 millions de francs belges.

21 Cf. Pascal Griset, Entreprise, technologie..., op. cit., p. 529, note 18 ; et l’allusion d’Eric Bussière dans Paribas, l’Europe et le monde (1872-1992), Paris, 1992, p. 167-168.

22 Archives Paribas, collections de rapports (1933-1956), s.-d. 6 Capital. Projet de lettre du 23 avril 1931 de la CSF à la SLER.

23 Entretien avec M. Michel Lacour-Gayet du 19 mars 1992.

24 Denis Maréchal, Radio-Luxembourg..., op. cit., p. 41.

25 Cf. Catherine Vuillermot, L’Hydro-Énergie : société de participations et établissement financier du groupe Durand (1930-1946), étude remise à l’Association pour l’histoire de l’électricité en France, octobre 1988, p. 1 et p. 4.

26 Lettre de Catherine Vuillermot à l’auteur du 3 janvier 1996.

27 Archives Paribas, collection de rapports (1933-1956), s.-d. Capital. Note manuscrite du 25 août 1931.

28 Cf. le document cité par René Duval, relatif aux plaintes de l’allemand Rawitzki, directeur de l’agence Wolf, dans Histoire de la radio..., op. cit., p. 259.

29 La CLR a acheté un terrain sur le plateau de Junglister, à 400 mètres d’altitude. Y est installé un poste émetteur de 200 kW, occupant le premier rang des pays européens. La villa Louvigny, au milieu du parc de la ville de Luxembourg, accueille studios et auditoriums.

30 René Duval, Histoire de la radio..., op. cit., p. 260.

31 Pascal Lefèbvre, L’Agence Havas..., op. cit., p. 125.

32 Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure. Annuaire 1935. Notice nécrologique de Jean Proix rédigée par René Arnaud, p. 71-75. Cf. annexe 1.

33 Groupement d’études des grands magasins (GEGM), PV du 30 janvier 1930.

34 Ibid., PV du 2 juillet 1930.

35 Entretien avec M. Jacques du Closel du 2 avril 1992.

36 Archives Paribas, département industriel. Réf. 159. Compagnie Radio-Luxembourg, n° 11, dossier 1, sous-dossiers, documents administratifs. Extrait du PV de la séance du conseil d’administration du 29 août 1932.

37 Entretien avec M. Jacques du Closel du 2 avril 1992.

38 Archives Paribas, collection de rapports (1933-1956), collection de rapports antérieurs à 1956. Rapport du conseil d’administration (CA) à l’assemblée générale annuelle (AG) du 21 mai 1935.

39 Archives Paribas..., collection de rapports (1933-1936), collection de rapports antérieurs à 1956. Rapport du CA à l’AG du 16 mai 1933.

40 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 15 mai 1934.

41 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 21 mai 1935.

42 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 19 mai 1936.

43 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 18 mai 1937.

44 Ibid., s.-d. Capital. Note sur la Société luxembourgeoise de radiodiffusion, SA au capital de 20 millions de francs belges.

45 Ibid., s.-d. collections de rapports antérieurs à 1956. Rapport du CA à l’AG du 16 mai 1933.

46 Ibid. Rapport du CA à l’AG du 15 mai 1934.

47 Cf. Pascal Griset, Entreprise, technologie..., op. cit., p. 516-518.

48 Archives Paribas, collection de rapports (1933-1956), s.-d. 6 Capital. Note sur la Société luxembourgeoise de radiodiffusion, SA au capital de 20 millions de francs belges.

49 Cf. dans René Girault, Robert Frank (dir.), La puissance en Europe (1938-1940), Paris, 1984, p. 391. René Girault y dresse un bilan de l’étude comparée de la perception de la puissance en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne et en Italie en 1938-1940 à travers l’analyse, faite durant ce colloque, de différentes sphères où et par lesquelles s’exerce cette puissance (le domaine militaire, le domaine économique etc.). Il relève un trait commun à ces nations, à l’exception de la Grande-Bretagne : leur sentiment d’appartenir à un continent qui domine encore le monde, même si, à l’échelon national, le regard porté sur soi est empreint d’une lucidité plus grande. « [En France, en Italie], « le monde réel », celui dont on se soucie vraiment, n’englobe ni l’Asie, ni 1 Amérique latine. [...] Seule au fond, la Grande-Bretagne joue sa partie à l’échelle mondiale ; à Londres, les États-Unis, les Dominions, le Japon sont constamment pris en compte.[...] Tout compte fait, la perception de la puissance par les quatre États se place dans un cadre nettement européen, sauf pour la Grande-Bretagne. [...] La France fut une puissance ; son déclin ou sa décadence est un fait, apprécié dans l’Allemagne nazie, déploré chez la partenaire britannique, remarqué avec appétit par l’Italie fasciste, confusément ressenti par les Français eux-mêmes, même si leur patriotisme joue encore en profondeur en 1939 ».

50 Cité par Pascal Lefèbvre, L’agence Havas..., op. cit., p. 132.

51 Archives Paribas, collections de rapports (1933-1956), s.-d. Correspondance. Lettre de Robert Tabouis, président-directeur général de la CSF à A. Haase-Dubosc, président de l’American Radio, New-York, du 24 novembre 1948.

52 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle dans l’économie française au xxe siècle. Étude sur les rapports entre changements d’organisation technique et problèmes sociaux (1900-1939), thèse, (dir. Maurice Levy-Leboyer), Université de Paris-X, 1992.

53 Ibid., troisième partie, p. 922-923 : « La crise a amené cet organisme à s’occuper des problèmes de la commercialisation et à rechercher les possibilités de rationaliser le travail de bureau, ce qui concernait directement les banques ».

54 Marc Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France (1881-annèes 1980), thèse (dir. Maurice Lévy-Leboyer), Université de Paris-X, avril 1992, volume 4.

55 Ibid, volume 3, p. 727-741.

56 Ibid, p. 814-860.

57 Ibid, p. 713.

58 C’est une tendance historiographique qui s’observe dans un certain nombre d’articles du numéro 4 de la revue Entreprises et histoire de novembre 1993. Cf. l’éditorial d’Emmanuel Chadeau évoquant l’entre-deux-guerres comme l’époque du passage de relais de l’innovation de l’Europe vers les États-Unis et citant à l’appui la formule des magasins à prix uniques ; cf. aussi, l’article de Jean-Marc Villermet, « Histoire des grandes surfaces : méthodes américaines, entrepreneurs européens », p. 41-43, parlant d’une « Europe en retard » et d’Américains « précurseurs en matière d’innovation commerciale ».

59 Cette mise au point sur les magasins belges a bénéficié de l’aide importante et des recherches de M. Paul de Coster, archiviste de GIB-Group, à Bruxelles, qui nous a fait parvenir une documentation précieuse.

60 Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim, histoire d’un grand magasin, Bruxelles, 1972, p. 62-63. Les registres de délibération du conseil d’administration des « Galeries Lafayette » ne font pour leur part qu’une mention laconique, à la date du 18 novembre 1922, des « difficultés nées avec la SA des grands magasins de l’Innovation à Bruxelles [...]. Faire que les parties recouvrent leur entière liberté commerciale ».

61 Ibid., p. 67-82.

62 Cité par Jacques Lacrosse, Pierre de Bie, Emile Bernheim, histoire d’un grand magasin, Bruxelles, 1972, p. 93.

63 Galeries Lafayette, registres de délibération du conseil d’administration, réunion du 1er septembre 1920, réunion du 7 septembre 1920.

64 Ibid., réunion du 15 juillet 1922.

65 Ibid., réunion du 5 novembre 1927.

66 Ibid., réunion du 15 novembre 1927.

67 Ibid., réunion du 20 juin 1929.

68 Ibid., réunion du 10 juin 1931.

69 Laure Bravard, La Chambre de commerce internationale dans l’entre-deux-guerres (1919-1935), maîtrise, (dir. François Caron), Université de Paris-IV, 1991. Bénédicte Constantin, La Chambre de commerce internationale dans l’entre-deux-guerres, maîtrise (dir. René Girault), Université de Paris-I, 1989.

70 CCIP, I – 7.40 (1), ensemble 1920-1927.

71 Chambre de commerce internationale (CCI), Congrès de Vienne, 29 mai-3 juin 1933. Distribution. Buts et travaux du Bureau international pour l’étude de la distribution.

72 GEGM, PV du 15 février 1933.

73 Cf. Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », Annales ESC, n° 5, septembre-octobre 1987, p. 1031-1060.

74 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., deuxième partie, p. 429-432.

75 GEGM, PV du 4 janvier 1926.

76 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., troisième partie, p. 918.

77 Jean Milhaud, Chemins faisant (Tranches de vie), Paris, 1956.

78 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., deuxième partie, p. 435.

79 Ibid., p. 457. Paul Planus travailla ainsi pour les Galeries Lafayette et rédigea une brochure intitulée Comment équilibrer les stocks et les ventes par une comptabilité-matières rationnelle et son interprétation. L’exemple des Galeries Lafayette de Paris, 1935, mémoire déposé au VIe congrès international d’OST [non consulté].

80 Paul Planus, « L’état actuel de l’organisation industrielle et commerciale aux États-Unis », Bulletin du CNOF, mai 1933 ; cité par Marc Meuleau, Les HEC... op. cit., p. 871.

81 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., deuxième partie, p. 485 sqq.

82 Ibid., troisième partie, p. 932-934.

83 CCIP, ensemble 1932-1937, XLVe session du conseil de la CCI, 9 mars 1934.

84 Cf. Jean Milhaud, op. cit., qui voit en Filene « un précurseur du Général Marshall », p. 48, mais aussi un homme « d’une vanité sans pareille », p. 59.

85 Aimée Moutet, op. cit., deuxième partie, p. 419-420.

86 Ibid., troisième partie, p. 936 sqq.

87 CCI, Congrès de Vienne, op. cit., p. 7.

88 CCI, Congrès de Vienne, op. cit., Rapport de Jules Menken, chef du Department of Business Administration à la London School of Economics. Cf. le témoignage d’Emile Bernheim – La distribution des marchandises, Bruxelles, 1937, p. 7 – sur le congrès de 1931 : « Le néologisme ‘distribution’ fut dès lors définitivement consacré ».

89 Ibid., p. 5.

90 Ibid., p. 11.

91 Ch. B. Thumen, « L’organisation de la distribution et la documentation économique », Bulletin du CNOF, avril 1929, p. 5-14.

92 Robert Caussin, La statistique et l’étude de la distribution en Belgique, Bruxelles, 1936.

93 Jean Caumartin, Les principales sources de documentation statistique, Paris, 1935, p. 9.

94 Marc Meuleau, Les НЕС..., op. cit., t. III, p. 844-846.

95 Michel Voile, Histoire de la statistique industrielle, Paris, 1982, p. 17.

96 Id., « L’organisation des statistiques industrielles en France dans l’après-deuxième guerre mondiale », Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale, 1979, 116, p. 1.

97 AN, F 60 335, dossier C2 Ll, VHP Congrès de la Chambre de commerce internationale. Rapport sur les travaux de la CCI en 1934-1935.

98 CCIP, I – 7. 60 (3), dossier Congrès de Paris de la CCI, 24-29 juin 1935. Séance sur l’organisation de la distribution des biens de consommation, p. 29-31 ; intervention de Edward Filene.

99 Edward A. Filene, Vers l’organisation rationnelle du commerce de détail, Paris, 1939, préface de Roger Picard.

100 Marcel Rives, Traité d’économie commerciale, t.l, Paris, 1958, p. 63.

101 Robert Lengelé, La direction commerciale des entreprises, 1940, p. 5.

102 Ibid., p. 32.

103 Ibid., p. 14.

104 Cité par Emile Bernheim, La distribution..., op. cit., p. 7.

105 CCI, Congrès de Vienne, op. cit., p. 4.

106 CCIP, I – 7.60(3), op. cit., intervention d’Emile Bernheim.

107 Chambre de commerce internationale. Congrès de Paris (1935), Projet de résolution 4, L’organisation de la distribution (biens de consommation), titre I.

108 Ibid., titre III.

109 Cf. Robert Lengelé, op. cit., p. 63.

110 Cf. Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., troisième partie, p. 1110 : « C’est entre 1932 et 1936 que le contrôle budgétaire s’est imposé dans l’industrie française ».

111 1865-1965. Printania. Cent ans de jeunesse, p. 97.

112 Max Heilbronn, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Paris, 1989, p. 9-10.

113 Ibid., p. 7.

114 Printania. Revue mensuelle réservée au personnel des grands magasins du Printemps (1927-1936), été 1929, p. 1-3 et p. 9-10.

115 Marc Meuleau, Les НЕС..., op. cit., volume 4, p. 1095.

116 Ibid., p. 1150.

117 Ibid., p. 1113.

118 Franco Amatori, « Managers and owners in an italian department store : La Rinascente from 1920 to 1970 », dans Geoffrey Crossick, Serge Jaumain, Cathedrals of Consumption : the European Department Store (1850-1939), Ashgate [à paraître]. Cité avec la permission de l’auteur. Cf. également Vera Zamagni, « Le développement de formes modernes de commerce organisé en Italie aux xixe et xxe siècles », Culture technique, n° 27, 1993.

119 Ibid., p. 4.

120 CCI. Congrès de Paris (1935). Projet de résolution 4. L’organisation de la distribution (biens de consommation), titre III.

121 Marc Meuleau, op. cit., volume 4, p. 1150.

122 Marie-Emmanuelle Chessel, « La formation des vendeurs en France dans l’entre-deux-guerres », dans Geoffrey Crossick, Serge Jaumain, Cathedrals..., op. cit.. p. 18 de sa communication orale.

123 Ibid, p. 4-5.

124 Marc Meuleau, Les НЕС..., op. cit., p. 870.

125 CCI, Congrès de Paris (1935), op. cit., titre III.

126 CCIP, I – 7. 60 (3), op. cit., séance La technique et le coût de la distribution, interventions du Dr Joachim Tiburtius et du Dr Gugliemo Tagliacarne, p. 12-15 ; intervention de Pierre Laguionie, p. 21-23.

127 Cf. Marc Meuleau, op. cit., volume 3, p. 814-816.

128 Archives de la Société des Nations (SdN), R 4480 10B/7512/221, Jacket 2, Chambre de commerce internationale. Secrétariat général. Section Production-Distribution. Document N° 6436. 8.2.1938. International Distribution Commission, sub-committee on the study of consumption markets, report on the meeting held on January 27th, 1938.

129 Ibid., Document n° 6437. 15. 2. 1938. International Distribution Commission, report on the meeting held on January 28 th, 1938.

130 SdN, R 4480 10B/7512/221, op. cit.

131 Ibid. Document n° 6620. 15.5.1938. Bureau international pour l’étude de la distribution. Projet de brochure. La gestion dans le commerce de détail.

132 Souligné par nous dans ce paragraphe et le paragraphe suivant.

133 Le même effort en faveur du petit commerce est fait en Belgique. Cf. Emile Bernheim, La distribution..., op. cit., p. 10 : « Et c’est incontestablement vers l’amélioration des méthodes du petit commerce de détail que l’on doit porter ses efforts ».

134 SdN, R 4480 10B/7512/221, op. cit., Document n° 6809. 7/2/1939. International Distribution Commission. Meeting of January 27 th, 1939.

135 SdN, R 4480 10B/7512/221, op. cit. Document n° 6437, op. cit., p. 5.

136 Ibid. Document n" 6809, op. cit., p. 6.

137 Ibid. Document n° 6437, op. cit., p. 5.

138 Cf. Louis Gasser qui, préfaçant une brochure produite par l’Union des industries métallurgiques et minières – La lutte contre le gaspillage, Paris, 1935 – défend sans ambiguïté la rationalisation de la vie économique contre les « zélateurs d’un libéralisme intégral ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre En qualité de fondateurs
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre En qualité de souscripteurs
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540