Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Deuxième partie. À la rencontre de l’idée européenne

Chapitre IV. Associations privées et Europe

Texte intégral

  • 1 Denis de Rougemont, Vingt-huit siècles d’Europe. La conscience européenne à travers les textes. D’ (...)
  • 2 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie de 1919 à 1939, Grenoble, 1978 ; cf. aussi Cari H. Pegg, Evo (...)

1« Il faut que de Locamo une Europe nouvelle se lève », déclarait Aristide Briand le 18 octobre 1925 dans Le Temps. Lors d’un discours à la Chambre des députés le 26 février 1926, il rappelait : « Nous avons parlé européen. C’est une langue nouvelle qu’il faudra bien que l’on apprenne ». La stabilisation diplomatique engendrée par les accords de Locamo d’octobre 1925 entre la France et l’Allemagne a coïncidé avec l’émergence d’un mouvement perceptible dans divers cercles de l’opinion publique et des affaires, qui, au-delà d’une réconciliation franco-allemande a eu pour finalité une union de l’Europe. La période de l’entre-deux-guerres se caractérise ainsi par l’incarnation de l’idée européenne, dont des ouvrages ont retracé la préhistoire1, en un certain nombre de mouvements – unions, comités, associations... – encore relativement peu étudiés. L’un des tout premiers, Jean-Luc Chabot a tenté de replacer l’idée européenne dans le contexte social et culturel des années vingt et trente, en entreprenant la recension systématique des actions individuelles ou collectives en faveur d’une union européenne2. Notre ambition a été de prolonger ce travail en tirant l’idée européenne hors du champ de l’histoire intellectuelle, où Chabot la cantonnait encore, et en approfondissant l’étude des mouvements qui la propageaient et des cercles qui animaient ces derniers. Associations de militants ou comités techniques, ces divers mouvements ont rassemblé industriels, professeurs, banquiers, publicistes, commerçants, journalistes, hommes politiques, dans un combat pour l’unification de l’Europe dès le milieu des années vingt. Ils ont permis la constitution de premiers réseaux entre les milieux d’affaires, politiques, administratifs et intellectuels. Leur composition sera précisément analysée. Quelle fut leur influence sur la diplomatie française ? Quelle fut la vision européenne de ces mouvements ? Ces premières questions ont guidé nos recherches.

I. LES MOUVEMENTS PRO-EUROPÉENS DE L’ENTRE-DEUX-GUERRES

  • 3 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe..., op. cit., p. 15.

2On ne peut se méprendre sur leur importance quantitative. Par comparaison avec les années 1945-1950 qui connaîtront l’éclosion d’une cinquantaine de mouvements, l’entre-deux-guerres en voit à peine apparaître une dizaine entre 1919 et 1938. Jean-Luc Chabot a recensé les plus importants : l’Union paneuropéenne du comte Coudenhove-Kalergi, créée en 1923 ; l’initiative scandinave du Dr Heerfordt, en 1924, l’Union douanière européenne lancée en 1925 par Charles Gide et Edgar Stern-Rubarth ; le Comité franco-allemand d’information et de documentation, créé en 1926 par le luxembourgeois Emile May-risch ; la Fédération pour l’entente européenne lancée en 1926, d’où est issu en janvier 1927 le comité français pour la Coopération européenne d’Emile Borei ; l’Entente européenne, créée en 1933 par Paul Benazet ; la Ligue pour les États-Unis d’Europe, créée en 1934 par Gaston Riou et Robert Mangin ; et la Federai Union, créée à Londres en 1936 par William Beveridge3. Il faut adjoindre à cette liste le méconnu Comité d’action économique et douanière, créé en 1925 par Jacques Lacour-Gayet. L’essoufflement de cette première génération durant les années trente ne doit pas masquer les ponts établis avec la période d’après-guerre. Outre la Federai Union en Grande-Bretagne et le mouvement pan-européen, qui organise en 1943 son cinquième congrès à New-York et qui sera relancé avec vigueur par Coudenhove-Kalergi à la Libération, deux grands mouvements survivent à la guerre en France : l’Union économique et douanière européenne et le Comité d’action économique et douanière. Ils contribuent à assurer la continuité de la réflexion sur une Europe économique des années vingt aux années cinquante. En dépit de leur petit nombre, on ne peut que souligner la qualité des travaux fournis par les mouvements de l’entre-deux-guerres. L’activisme de certains a pu porter préjudice au sérieux des analyses de la majorité des autres. La lecture des rapports produits par ces mouvements convainc toutefois de l’impossibilité de reléguer leurs initiatives au rang d’utopies généreuses, comme elles le furent longtemps. Elles sont enracinées dans le contexte économique et diplomatique de leur temps. Elles ne cèdent pas à des schémas préconçus, mais sont évolutives. Elles reposent sur des réseaux actifs et efficaces. Enfin, les recherches que nous avons accomplies attestent leur influence sur la diplomatie française. Relais d’opinion, ces mouvements procurent aux administrations une documentation qui leur fait défaut et alimentent ainsi leur réflexion.

A. LES PRINCIPAUX MOUVEMENTS

3Sur la dizaine de mouvements décomptés par Jean-Luc Chabot, nous avons choisi d’en présenter cinq où la France est particulièrement présente : Pan-Europe, en raison de la propagande active menée en France par Coudenhove-Kalergi, la Coopération européenne fondée par le mathématicien Emile Borei, l’Union douanière européenne, le Comité d’action économique et douanière et le Comité franco-allemand d’information et de documentation.

1. Pan-Europe

  • 4 Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, t. 2, Paris, 1969, p. 259.
  • 5 Le caractère syncrétique du projet pan-européen est bien mis en valeur par Lubor Jilek, « Pan-Euro (...)

4Fondée à Vienne à la fin de 1923, l’Union pan-européenne est indis-sociablement liée à son fondateur le comte Richard de Coudenhove-Ka-lergi, le propagandiste européen le plus célèbre de l’entre-deux-guerres. « L’étrange et charmant bâtard gréco-autrichien métissé de japonais qui avait inventé le terme de Pan-Europe », comme se plaisait à le définir Louise Weiss4, trouvait sans doute sa première légitimité dans sa qualité d’Européen apatride. Né en Autriche-Hongrie, il se retrouve au lendemain de la guerre de 1914-1918 citoyen de la première République tchécoslovaque. Docteur en philosophie depuis 1916, il semble que les idées exprimées par Oswald Spengler dans Le Déclin de l’Europe en 1918 l’aient profondément marqué, tout comme les réflexions menées par le hongrois Alfred Fried sur le terme de Pan-Europe5. Auteur d’une programmatique Pan-Europa en 1923, déçu de n’avoir pu trouver en Masaryk ou Mussolini l’homme d’État susceptible de s’identifier à la cause européenne, Cou-denhove-Kalergi décide de lancer un grand mouvement populaire international. En avril 1924 paraît le premier numéro de sa revue Pan-Europe où figure le Manifeste pan-européen qui en appelle à l’opinion publique mondiale. Le mouvement essaime très vite : des comités nationaux apparaissent dans toutes les grandes capitales européennes. À l’automne 1926 se tient à Vienne le premier congrès pan-européen. Suivront ceux de Berlin en 1930, de Bâle en 1932 et de Vienne en 1935.

5L’histoire du mouvement pan-européen est marquée par un certain nombre de contradictions. L’importance prise par des comités nationaux, comme le comité autrichien ou le comité allemand, contribue à brouiller l’image de Coudenhove-Kalergi aux yeux de la diplomatie française. La revue Pan-Europe a en outre été fondée grâce aux subsides du banquier hambourgeois Max Warburg, tandis que l’installation du Bureau central du mouvement dans la Hofburg à Vienne bénéficiait de la générosité du chancelier Seipel. La conception très politique et enracinée dans une tradition géostratégique austro-allemande d’une Europe qui doit englober les États européens continentaux à l’ouest de l’Union soviétique ne laisse pas d’inquiéter. L’irritation française est accrue par les projets pan-européens de révision pacifique des traités. Enfin, l’objectif de constituer un mouvement populaire ne paraît pas avoir été atteint : les parterres impressionnants des congrès pan-européens sont composés d’hommes politiques, de journalistes, de savants, d’hommes d’affaires, et non de militants de la rue.

2. Le Comité fédéral pour la coopération européenne

  • 6 Il s’agit du secrétaire général du Bureau d’information de coopération européenne, ouvert à Genève (...)
  • 7 Archives de la Société des Nations, R 3589/ 50/ 22540/ 19816, rapport d’août-septembre 1930 du Bur (...)
  • 8 Archives de la Société des Nations, brochure de juin 1930 : statuts du comité fédéral de Coopérati (...)

6Apparue au milieu des années vingt, la Coopération européenne devait ôter à Pan-Europe l’exclusivité de la délivrance du message européen. À l’origine se trouvent des comités pour les intérêts communs de l’Europe, constitués par des parlementaires en France, en Allemagne, Grande-Bretagne et Pologne. Le 2 septembre 1926, ils se groupèrent en une Fédération pour l’entente européenne présidée par Emile Borel, mathématicien de formation, député de l’Aveyron d’obédience radicale-socialiste, ancien ministre de la Marine. Par suite de la création d’un comité français de Coopération européenne le 2 février 1927 eut lieu, le 24 novembre 1928, la refondation du mouvement en un comité fédéral pour la Coopération européenne qui resta sous la présidence d’Emile Borel. Comme le mouvement pan-européen, la Coopération européenne a une réelle implantation internationale et comprend vingt comités nationaux dès 1930. Elle organise également des congrès successifs à Bruxelles, Madrid, Zurich, Genève et Londres. Sa spécificité est d’être très proche de l’Union des associations pour la Société des Nations. Toutefois, comme cette dernière, elle ne bénéficie d’aucune reconnaissance officielle de ses services par la SdN. Une note émanant de cette dernière tempère même singulièrement ses ardeurs : « M. Albeniz6 has attached, in his enthusiasm for his cause, perhaps indue importance to what had been said to him. [...] Although it is possible that this organization may be of some use, we know very little about it and I think that in this stage we should adopt an attitude of great reserve »7. La Coopération européenne a un programme plus imprécis que d’autres organisations comme en témoigne cet extrait de l’article premier de ses statuts : « Ce comité a pour but de grouper méthodiquement, sans acception de partis, toutes les forces politiques, économiques et morales, qui tendent à organiser et à développer, entre les nations européennes dans le cadre et dans l’esprit de la Société des Nations, une constante coopération à l’effet d’abaisser progressivement les barrières qui les séparent, de raffermir leur désir de paix, de permettre la solution des questions qui leur sont propres, et, en général, d’augmenter leur bien-être moral et matériel »8.

  • 9 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Réponse du comité français de C (...)
  • 10 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Rapport provisoire présenté par (...)

7Son comité français a eu cependant un effet dynamisant au tournant des années trente. On constate d’abord que sa section des problèmes économiques est aux mains des principaux représentants d’une autre association, l’Union douanière européenne (UDE), puisque Yves Le Trocquer en est le président, et Lucien Coquet le rapporteur général. On peut estimer que la Coopération européenne constitua une plate-forme de diffusion des idées de l’UDE en matière d’organisation économique européenne. D’autre part, le comité français prend position lorsque Aristide Briand évoque, dans son célèbre discours du 5 septembre 1929 le « lien fédéral » qui doit exister entre les pays européens. La Coopération européenne, à l’instar d’ailleurs de Pan-Europe ou de l’Union douanière européenne, n’hésite pas à y déceler son influence : « Ainsi nos préoccupations, l’esprit de nos statuts, notre propagande à laquelle M. le président Briand rendait un éclatant hommage, dans ce même discours, se trouvent transportés sur le plan officiel, soumis aux délibérations des gouvernements de l’Europe ». C’est l’occasion de préciser son projet. Elle estime nécessaire l’extension de l’idée européenne au champ politique, car sinon, « comment obtenir les sacrifices nécessaires des producteurs, des groupements professionnels, des gouvernements, sans cet esprit européen dont procèdent nos principes et nos démarches, sans cette conscience européenne dont une des résolutions de notre dernière assemblée de Zurich, votée à l’unanimité, proclamait la nécessité ? »9 Elle se refuse à prendre pour modèle les États-Unis d’Amérique, la Confédération helvétique, ou le Reich allemand. De même que Pan-Europe, elle se refuse à inclure l’URSS dans l’Europe, ainsi que la Turquie, mais pour des motifs moins politiques, en raison de leur caractère géographique partiellement européen, de leur non-appartenance à la Société des Nations. Dans un rapport de décembre 1930, le secrétaire général de la Coopération européenne, Jules Rais, revient sur « l’incertitude provisoire d’une délimitation géopolitique de l’Europe » et évoque « le complexe de l’esprit européen quand on le considère dans ses origines orientales, ses contacts et ses projections ». Rejetant un modèle fédératif, il estime nécessaire « d’attacher moins de prix à une construction latine qu’aux leçons de l’empirisme britannique » et vain de rédiger la constitution d’une fédération européenne. Il souhaite enfin que son mouvement s’attache à conduire des études sur des objets concrets : les voies de communication, les passeports, les timbres, la police internationale, l’éducation, les migrations, l’emploi etc. et qu’il aboutisse à « la création successive et pratique d’organes d’application, de services communs pour la gestion des grands intérêts européens »10.

3. L’Union douanière européenne

8Cette association trouve ses racines dans un manifeste Appel aux Européens, lancé le 12 mars 1925 par dix personnalités internationales au nombre desquelles figurent l’économiste français Charles Gide, titulaire depuis 1921 de la chaire de coopération au Collège de France, l’allemand Edgar Stern-Rubarth, ancien rédacteur en chef de l’agence d’information Wolf à Berlin, le néerlandais Van Gijn, ancien ministre des Finances, et Elemer Hantos, ancien secrétaire d’Etat hongrois et professeur à l’Université de Budapest. On pouvait lire dans ce texte : « Ce n’est que la paix économique qui peut assurer la paix ; la paix économique de l’Europe ne peut être assurée que par l’union douanière européenne [...] » L’idée trouve un premier prolongement dans le questionnaire adressé par Stern-Rubarth à des personnalités du monde économique sur l’opportunité d’une telle union. Il obtient des réponses favorables de l’économiste français Charles Rist, de Walter Layton, directeur de l’Economist, et de Richard Riedl, secrétaire général du comité national autrichien de la Chambre de commerce internationale. À l’instar de Pan-Europe et de la Coopération européenne, le mouvement d’union douanière essaime très rapidement en ce milieu des années vingt. Trois comités nationaux – allemand, hongrois, autrichien – apparaissent en 1926-1927. À la fin de 1930, on en recense dix-huit. Le comité français d’Union douanière européenne (UDE), constitué le 28 janvier 1927, sous l’égide de Charles Gide et d’Yves Le Troc-quer, connaît un développement important. Il est représenté durant tout l’entre-deux-guerres par son secrétaire général Lucien Coquet, conseiller honoraire du commerce extérieur de la France, ancien animateur du Comité commercial franco-allemand. En compagnie de Gaston Riou, qui le rejoint dans les années trente, il assure la continuité de l’UDE par-delà la Seconde Guerre mondiale. L’association, reconnue d’utilité publique par décret du 14 avril 1933, révise ses statuts et modifie son titre en Union économique et douanière européenne (UEDE) en 1934.

4. Le Comité d’action économique et douanière

9Constitué à la mi-octobre 1925 par le représentant patronal des grands magasins, Jacques Lacour-Gayet, le CAED se distingue des trois mouvements précédents par son assise strictement nationale. Il n’a aucun homologue à l’étranger. Cela ne l’empêche pourtant pas de s’intéresser à l’évolution de la vie internationale, ni son délégué général Lacour-Gayet de développer ses relations avec des personnalités européennes du grand commerce, ce dont le CAED bénéficie par ricochet. Il est aussi l’un des rares à survivre à la Seconde Guerre mondiale. L’autre spécificité du CAED est d’être un comité technique de réflexion et non un mouvement de militants. Il a une politique très suivie de publication d’études sectorielles ou plus synthétiques, qui donnent des aperçus originaux sur l’économie française de l’entre-deux-guerres. Il demeure durant tout l’entre-deux-guerres, très discret sur la possibilité de création d’une union européenne. À l’instar de l’UDE, c’est par l’approche tarifaire qu’il en vient à une réflexion sur l’Europe. Mais là où l’UDE ne répugne pas à soutenir la constitution d’ententes de producteurs, le CAED se cantonne dans un discours libre-échangiste. La première Europe du CAED est une Europe commerciale, tandis que celle de l’UDE est une Europe économique, et celle de Pan-Europe, déjà une Europe politique.

5. Le Comité franco-allemand d’information et de documentation

  • 11 Jacques de Launay, Emile Mayrisch et la politique du patronat européen (1926-1933), Bruxelles, 196 (...)
  • 12 Fernand Lhuillier, Dialogues franco-allemands (1925-1933), Gap, 1971.
  • 13 Ministère des Affaires étrangères (MAE), Papiers d’agents (PA)-Seydoux, 261-5.
  • 14 Ministère des Affaires étrangères (MAE), Papiers d’agents (PA), lettre manuscrite de Pierre Viénot (...)
  • 15 Cf. la biographie et les références bibliographiques relatives à Pierre Viénot, données par Rita T (...)
  • 16 Vis-à-vis du CFAID, du CAED, de l’UDE, le Quai d’Orsay manifeste toujours la même discrétion bienv (...)
  • 17 MAE, PA-Seydoux, 261-1, note du directeur-adjoint de la direction des Affaires politiques et comme (...)
  • 18 Cf. Hans-Manfred Bock, « Connaître l’Allemagne et la reconnaître. Zur Entstehung und Zusammenhang (...)
  • 19 MAE, PA-Seydoux, 261-5, note du 15 juin 1926.

10Créé en mai 1926, le Comité franco-allemand d’information et de documentation (CFAID) a centré son effort sur un rapprochement de la France et de l’Allemagne. Le rôle initial moteur du sidérurgiste luxembourgeois Emile Mayrisch, directeur de l’ARBED, est bien connu11. Cette initiative fut une sorte d’aboutissement dans la vie de ce grand industriel qui, après le premier conflit mondial, devint une personnalité importante du monde européen des affaires. Il servit de médiateur dans les négociations qui menèrent à la création de l’Entente internationale de l’Acier à l’été 1926 qui organisait la production entre les entreprises allemandes, françaises, sarroises, belges et luxembourgeoises. Les relations entretenues depuis l’avant-guerre par sa femme avec des écrivains et des journalistes ont incité Mayrisch à souhaiter que le rapprochement économique franco-allemand se double d’un rapprochement intellectuel plus intime. C’est dans cet esprit qu’il lance le CFAID. Il bénéficie en France du soutien important de Jacques Seydoux, ce qu’a bien perçu Fernand L’Huil-lier12, et que conforte encore la lecture des papiers conservés au Quai d’Orsay13. Seydoux apporte dès 1925 un concours actif au recrutement d’industriels et de banquiers français, et contribue à lever les réticences de ceux-ci vis-à-vis d’un projet dont les finalités politiques suscitaient leur méfiance. Le même travail est fait à Berlin par Pierre Viénot, hommelige de Seydoux14 et devenu le gendre de Mayrisch15. La mission de Seydoux est d’encourager l’adhésion des milieux d’affaires français, mais sans jamais engager la responsabilité du gouvernement16. Il doit aussi expliquer les finalités du Comité à une opinion publique nationale et internationale inquiète qui y voit « une sorte de cartel spécial entre industries françaises et allemandes », ou le lieu de négociations économiques officieuses17. La réunion fondatrice du CFAID a lieu les 29 et 30 mai 1926 à Luxembourg. Elle décide la création d’un bureau à Berlin qui sera animé par Viénot et à d’un bureau à Paris confié à l’allemand Kruken-berg18. Le comité exécutif est placé sous la présidence d’Emile Mayrisch19. Fin janvier 1927, Jacques Seydoux, désormais en inactivité, accepte l’offre faite par Mayrisch d’entrer au CFAID.

  • 20 Ibid., 261-1, note du 25 octobre 1926.

11C’est par une approche économique des relations franco-allemandes que le CFAID permet à Seydoux de nourrir sa réflexion sur la nécessité d’une union européenne. À l’occasion de réunions à Paris, il rencontre des industriels allemands dont l’attitude confirme cette nécessité. Relatant ainsi un entretien personnel avec Deutsch, le président de l’AEG, il note à propos de ce dernier : « Il revient plus convaincu que jamais de la nécessité de créer au point de vue économique les États-Unis d’Europe et de le faire rapidement ». De Thyssen, de l’Union de l’industrie métallurgique et houillère, il rapporte le propos suivant : « Il faut marcher avec la France, faire avec elle des ententes économiques ; ensuite, ces ententes faites, abaisser des droits de douane qui n’auront plus de raison d’être, puisque les ententes auront supprimé ou réglé la concurrence, et ensuite s’adjoindre la partie viable des industries des autres pays, Tchécoslovaquie, Pologne, le reste mourant d’inanition ou tué par des prix de revient trop élevés. Alors toute l’industrie européenne sera inspirée par l’intelligence, par la technique, par la méthode allemande, pour former un seul champ d’action »20. Ce qui se met en place à travers le CFAID, c’est davantage l’Europe des producteurs de Louis Loucheur que le modèle tarifaire du CAED ou de l’UDE à ses débuts.

B. À LA RECHERCHE D’UN MILIEU EUROPÉEN

  • 21 Laurence Badel, « Les promoteurs français d’une union économique et douanière de l’Europe dans l’e (...)
  • 22 Ces dates ont été imposées par les sources dont nous disposions : les dossiers de lettres reçues p (...)

12Dès le début de cette recherche, notre attention a été attirée par l’étroitesse et l’interpénétration des cercles concernés par l’union européenne21. Croisant les listes des adhérents de différents mouvements, nous avons vu un certain nombre de noms se répéter d’une association à l’autre ; nous avons également saisi le caractère spécifique de chaque association en identifiant le secteur d’activité qui y est majoritairement représenté. En dépit des lacunes de la documentation, il est possible de présenter la composition socioprofessionnelle des mouvements et cercles européens de l’entre-deux-guerres spécialisés dans une approche économique de l’Europe et de remettre en cause des remarques superficielles portées sur l’engagement en leur sein. Associations servant au prestige d’hommes politiques connus, absence de corrélation entre l’adhésion d’une personnalité et un intérêt véritable pour l’Europe, manque de représentativité de l’individu interdisant d’induire de son intérêt pour la cause européenne l’intérêt du milieu dont il est issu, ce sont là des jugements que les réflexions suivantes aimeraient contribuer à redresser. Ces réflexions seront présentées dans un premier temps à partir de l’analyse de la composition de trois mouvements – l’Union douanière européenne saisie en 1928 et en 1934, le Comité d’action économique et douanière en 1930 et 1939, le Comité franco-allemand d’information et de documentation en 1926 et 1930 – et de deux cercles : celui constitué autour de Jacques Seydoux dans le conseil d’administration de le revue Pax en 1927, et celui des correspondants de Jacques Lacour-Gayet en 1928, 1939 et 194222. Il est clair qu’en ce qui concerne ce dernier cercle, il est tout autant fondé sur une sensibilité intellectuelle commune pour l’idée d’Europe que sur la défense d’intérêts économiques liés à l’existence des grands magasins. Mais la défense des intérêts de la branche n’exclut pas une démarche politique.

1. Les sympathisants d’une union économique de l’Europe

  • 23 Gaston Riou, Europe, ma patrie, Paris, 1928, lettre-préface de Raymond Poincaré du 1er novembre 19 (...)

13On trouve des sympathisants de l’idée européenne dans tous les milieux. Ils se recrutent dans trois grandes sphères d’activités : le domaine politique, le domaine intellectuel, le domaine économique. Les représentants de l’État – monde politique et administratif confondus – ont été nombreux depuis les années vingt à soutenir le développement de l’idée d’Europe unie. Tous les hommes politiques n’éprouvèrent d’ailleurs pas le besoin d’adhérer à des associations militantes ; mais il est remarquable qu’un ardent défenseur de la nation comme Raymond Poincaré ait su, à l’invitation du publiciste Gaston Riou, trouver en 1928 les mots pour parler d’« Europe, ma seconde patrie »23. À partir du milieu des années vingt, l’union européenne devient un thème du discours politique qui se décline suivant plusieurs axes – rapprochement franco-allemand, complémentarité des industries, communauté culturelle à affirmer face au modèle américain... – et en fonction duquel les hommes politiques sont appelés à prendre parti. Parmi eux, deux grandes figures radicales Aristide Briand et Edouard Herriot.

  • 24 Georges Suarez, Briand, sa vie, son œuvre, Paris, 1938-1952 ; Jacques Chabannes, Aristide Briand, (...)
  • 25 Jacques Kayser, Tendances de la vie politique française depuis 1789, Paris, 1960 ; Jean Touchard, (...)
  • 26 Cf. Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l’entre-deux- (...)
  • 27 Cf. Jacques Kayser : « M. Poincaré est le liquidateur de M. Poincaré ! », cité par Pierre Miquel, (...)
  • 28 Cf. Antoine Prost, Les anciens combattants (1914-1919), Paris, 1977, p. 118-119.
  • 29 « [...] Même lorsque Poincaré, Tardieu ou Laval durent subir sa collaboration, c’est encore – touj (...)
  • 30 Cf. Alexandre Werth, « Le mouvement Jeune Turc, un phénomène radical de l’entre-deux-guerres », Ca (...)
  • 31 Claude Lévy, « Autour de Jean Luchaire : le cercle éclaté de Notre Temps », dans Hans-Manfred Bock (...)
  • 32 Jean-Claude Delbreil, Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand (...)

14Le premier incarne la figure d’un Père fondateur, sur laquelle ses biographes ont glosé à l’envi24. On sera à peine surpris de son identification au radicalisme. Car, s’il est vrai que Briand n’appartint jamais au parti radical, on conviendra aisément qu’il se nourrit avec un bel appétit de ce « radicalisme sans frontières » (Jacques Kayser), de cette « sorte de très grande nébuleuse radicalisante » (Jean Touchard)25 qui, au-delà du parti, recrutait ses membres dans toute la société sur la base d’une profonde adhésion au pacifisme26. Le projet d’union européenne de Briand fit éclater le clivage traditionnel entre la gauche et la droite, unit en sa faveur toute la presse du centre droit au centre gauche, du Temps à L’Œuvre, et vit se dresser contre lui à la fois Le Figaro et L’Humanité. En dépit de divergences personnelles avec Briand, Joseph Caillaux approuva la politique de conciliation avec l’Allemagne ; Poincaré entérina de 1926 à 1929 la politique de son ministre des Affaires étrangères, s’attirant les quolibets des radicaux27. Autre témoignage capital de la nouvelle ligne de partage créée par la question européenne : le soutien important apporté par le milieu des anciens combattants, hâtivement assimilé à la droite militariste. Ici encore, l’élément structurant de cette adhésion est le pacifisme vif qui les anime : « arbitrage, sécurité, désarmement » sont des mots qu’ils revendiquent, une formule qui a un sens28. Le briandisme a véritablement constitué la politique étrangère des radicaux dans les années vingt29. Les Jeunes Turcs du parti – Pierre Mendès France, Jean Montigny, Jacques Kayser, Bertrand de Jouvenel, Pierre Cot – vouent un culte déclaré à Briand et soutiennent le projet de fédération européenne en particulier dans la revue Notre Temps30. Mais au-delà d’eux, il y a cette génération des « sans parti » qui s’expriment également dans l’hebdomadaire de Jean Luchaire, et qui ne revendiquent qu’une bannière, celle du « réalisme », et dont les autres porte-parole sont le socialiste Pierre Brossolette, le centriste Paul Kahn, le catholique Louis Martin-Chauffier ou les « laïcs » Jean Luchaire et Jacques Chabannes31. Conscientes du fossé que la guerre a creusé entre les adultes de 1914 et ceux qui étaient encore des enfants ou des adolescents, ces « nouvelles générations » ont puisé dans l’épreuve une expérience précoce et un attachement indéfectible à la paix. Si l’idée de fédération européenne est discutée dans leur journal, ils finissent en définitive par approuver le mémorandum de 1930, et, dès le milieu des années trente, le revendiquent comme un idéal politique qu’ils n’ont cessé de soutenir. Cette sensibilité pacifiste, briandiste, européenne existe encore dans d’autres couches de la société : citons en particulier les catholiques groupés autour de Marc Sangnier32. Aristide Briand a ainsi permis de rallier à l’idée d’Europe, grâce à son profil politique transversal, nombre de cercles pacifistes qui ont vu en l’union fédérale européenne la construction capable d’éviter une nouvelle Grande Guerre sur le continent. Edouard Herriot, l’un des rares ténors politiques et radicaux rescapés de la Seconde Guerre mondiale, assure la continuité politique au sein des mouvements européens. Parrainant sans compter nombre d’associations de l’entre-deux-guerres, conseillant tour à tour Pan-Europe, la Coopération européenne, l’UDE, il resurgit en 1946 pour offrir son patronage au Conseil français pour l’Europe unie créé par René Courtin. Auteur en 1930, d’un opuscule intitulé Europe, où il récapitule les premiers efforts en faveur d’un rapprochement des États européens, il cautionne par sa propre longévité, l’existence de ces associations par-delà le second conflit mondial.

  • 33 Cf. le jugement méchant de Louise Weiss : « Il ne connaissait de l’Europe que les propriétaires de (...)

15Plus que la fonction des politiques à la tête d’un ministère, c’est leur appartenance aux commissions parlementaires qui révèle leurs compétences et centres d’intérêt. Les associations pro-européennes sont peuplées de députés et de sénateurs issus des commissions du Commerce et de l’Industrie, des Affaires étrangères, des Douanes et Conventions commerciales, de la Marine, du Travail. Certains sont des personnages qui mériteraient d’être l’objet d’une étude historique poussée. Citons l’exemple de James Hennessy, ancien élève de l’École navale, devenu sénateur de la Charente en 1921, par ailleurs viticulteur et distillateur d’une marque de cognac célèbre, et qui, au sein de la commission de la Marine, s’intéresse de près aux questions commerciales : douanes et commerce extérieur. Il offre le profil-type de l’adhérent d’une association proeuropéenne – l’UDE – dont les motifs de l’engagement peuvent être entachés d’un soupçon légitime ! Son adhésion est-elle un acte politique en faveur d’une union européenne ou est-elle destinée à protéger des intérêts essentiellement économiques, voire personnels ?33

  • 34 Nous évoquons ici les seuls hauts fonctionnaires qui n’ont pas eu de parcours politique. À ce titr (...)
  • 35 Cf. Jacques Rueff, De l’aube au crépuscule, Paris, 1977. Annexe 1, p. 287 : note sur un projet de (...)

16En ce qui concerne les serviteurs de l’État présents dans les associations34, nous avons eu l’occasion d’évoquer précédemment le parcours de deux d’entre eux : Seydoux au Quai d’Orsay, Serruys au Commerce et à l’Industrie. Ils incarnent une haute administration sensibilisée de manière précoce à l’idée d’Europe et qui a eu un rôle certain dans le traitement de dossiers diplomatiques où se jouait une certaine idée de l’Europe. Ils ont contribué à créer, dès cette époque, un courant favorable au sein de ces ministères en faveur d’une première construction européenne. Tous deux présents au Comité franco-allemand d’information et de documentation et auteurs d’articles pour la revue Pax – Serruys encourageant en outre l’activité du Comité d’action économique et douanière – ont aidé de façon plus informelle, par des contacts privés, à la diffusion de leurs convictions dans des cercles élargis. La correspondance de Lacour-Gayet, outre des interlocuteurs au ministère du Commerce, livre une forte proportion de correspondants au ministère des Finances (Guillemin, Cournot, Bourgier, Rueff, Cathala, Drevon, Moreau-Néret, Boisanger, Panie, Ripert etc.). En l’occurrence, c’est en premier lieu le représentant des entreprises à commerces multiples qui s’adresse à eux pour traiter de la fiscalité frappant ces dernières. Cependant certains hauts fonctionnaires des Finances, Rueff en tête, ont dès les années vingt commencé à s’intéresser à l’organisation d’un Marché commun35.

  • 36 Cf. Lucette Le Van-Lemesle, « Les économistes français face à la crise des années trente : la remi (...)
  • 37 Cf. Lucette Le Van-Lemesle, L’enseignement de l’économie politique en France (1860-1939), thèse, ( (...)
  • 38 Mélanges Henri Lichtenberger, Paris, 1934.
  • 39 Henri Lichtenberger, L’Allemagne moderne, son évolution, Paris, 1907 ; id. et alii. Documents de l (...)
  • 40 Cf. Jean-Baptiste Duroselle, Les relations franco-allemandes de 1914 à 1939, Cours de Sorbonne, Pa (...)
  • 41 Cf. le numéro spécial de la Revue d’économie politique de 1932, p. 1771. Citons, pour son titre, l (...)
  • 42 Numéro spécial de la Revue d’économie politique de 1932, p. 1771.

17Seconde grande sphère présente dans les mouvements européens : le monde intellectuel. Professeurs de droit enseignant en faculté ou à l’École libre des sciences politiques, membres de l’Institut, publicistes ont contribué à théoriser l’union européenne et à la diffuser dans des revues. Le CAED attire les juristes comme Max Buteau ou Roger Picard. Ce dernier, professeur à la Faculté de droit de Lille, puis de Paris, fut révélé par la polémique publique qui l’opposa à Jacques Rueff en 1931 sur l’assurance-chômage36. Ses opinions socialistes ne l’empêchent pas de se retrouver au poste de conseiller juridique de la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples en 1938. L’UDE est plus éclectique : aux côtés de Georges Scelle, Henri Truchy, juristes éminents, on trouve le germaniste Henri Lichtenberger, l’économiste Charles Gide. Henri Truchy, agrégé de droit, enseigne à la Faculté de droit de Paris et offre la figure du « libéralisme persistant au xxe siècle »37. Son intérêt pour la cause européenne n’est pas de pure forme. Auteur d’articles sur le commerce extérieur de la France, il en vient par une critique de la législation protectionniste à promouvoir une Europe libérée de ses barrières douanières. Membre fort actif de l’Union douanière européenne, pour laquelle il rédige de nombreuses études, il y demeurera durant la Seconde Guerre mondiale et fera encore partie de ses cadres dirigeants à la Libération. La présence de Lichtenberger et de Gide apporte à l’UDE la caution morale de deux universitaires au faîte de leur carrière dont la sensibilité à la cause européenne s’est éveillée dans le pacifisme, l’internationalisme et la germanophilie. Issu d’une vieille famille alsacienne protestante, Henri Lichtenberger a vécu, enfant, le bombardement de Strasbourg en 1870. En 1876, il émigré en France et fait toute sa scolarité à Paris. En 1905, il devient professeur à la Sorbonne. En 1917, il est appelé dans le cabinet Painlevé pour organiser un service d’informations à la présidence du Conseil. Il dépouille la presse et la littérature de guerre allemandes. Il crée ensuite l’Institut d’études germaniques à Paris et en devient le premier directeur38. Sa réputation de germaniste est fondée par la traduction qu’il fit en 1933 du Faust de Goethe et par l’essor qu’il donne aux études nietzschéennes en France. Enfin, c’est un témoin lucide de l’évolution politique de l’Allemagne contemporaine39. Intellectuel engagé dans le débat entre la France et l’Allemagne, il est membre de la Dotation Carnegie pour la paix internationale. Cet organisme créé en 1910 par le magnat américain de l’acier Andrew Carnegie, dont le siège européen est à Paris, fut un des premiers à accueillir des professeurs allemands après la guerre40. C’est donc tout naturellement que Lichtenberger accepte dès sa création la vice-présidence du comité français de l’UDE. L’adhésion de Charles Gide, économiste libéral réputé, est, quant à elle, liée en l’occurrence à une autre facette de ses activités : celle de théoricien de la coopération. Gide a œuvré pour la diffusion du système des coopératives de production éclos en France sous le Second Empire. Cet engagement a son pendant dans le domaine des relations commerciales internationales. Faisant valoir l’essence pacifiste du commerce, il en appelle à une solidarité économique entre les peuples, non exempte d’idéalisme comme a pu le laisser entendre son ami et condisciple Charles Rist : « On pourrait dire de lui qu’il a été un moraliste de l’économie plus encore qu’un économiste ». Gide a cherché à élaborer une troisième voie : « La politique des coopérateurs n’est donc, ni le protectionnisme nationalisé, ni la libre concurrence internationale ; c’est l’association entre tous les peuples ; exactement ce qu’on voudrait s’efforcer de réaliser dans l’ordre politique sous le nom de Société des Nations [...] »41. C’est cette recherche qui le conduit à recommander la voie des « traités de commerce toujours plus étend42. À côté des professeurs, on trouve au sein de ces associations des publicistes ayant établi leur réputation sur un article ou un ouvrage qui a fait date : citons Wladimir d’Ormesson, auteur de « Confiance en l’Allemagne » dans la Revue de Paris en 1928, Gaston Riou et Europe, ma patrie en 1928, Francis Delaisi, qui écrivit Les deux Europe en 1929, Pierre Viénot, Incertitudes allemandes en 1931. Enfin, nombre de ces personnalités peuplent l’Institut, de préférence l’Académie des sciences morales et politiques – c’est le cas des correspondants de Lacour-Gayet –, le Collège de France ou l’Académie française. On remarquera d’autre part l’interpénétration des organismes proprement européens et des organismes pacifistes. Jean Ricard, Paul Elbel, Robert Bienaimé appartiennent à l’UDE et au CAED. Jacques Seydoux est présent au CFAID, à l’UDE et au sein de la rédaction de Pax. Emile Borei, de la Coopération européenne, est présent dans l’UDE. Théodore Ruyssen, dirigeant de l’Union des associations pour la SdN, est un adhérent de l’UDE, tout comme Lucien Le Foyer, du Bureau international de la Paix. L’Union douanière européenne se distingue des autres mouvements par l’importance accordée à la présence des politiques et du monde associatif en son sein ; mais, dans la mesure où des personnalités du monde intellectuel et politique se retrouvent dans tous les mouvements, c’est à l’analyse de la sphère économique qu’il faut s’attacher pour faire apparaître la spécificité de chacun.

18L’Union douanière européenne a eu un recrutement dans trois grands domaines : dans l’industrie – Pierre Parent, vice-président du Comité central des houillères de France pour l’industrie minière ; Alexis Duchon, vice-président de la Fédération de la mécanique pour l’industrie automobile ; Éd. Lamy, vice-président des Etablissements Kuhlmann pour l’industrie chimique –, dans les services et le domaine des transports – H. Mermier, délégué des Grands réseaux français ; Lucien Laine, président du bureau international des Auto-routes ; Pierre Loth, directeur des Wagons-Lits –, et dans le commerce extérieur – présence de nombreux conseillers du commerce extérieur tels que Lucien Coquet, Alfred Hirsch, Armand Megglé, Paul Cassoute et de négociants-exportateurs. Comme le CAED, dont nous détaillerons la composition, l’UDE a constitué un réseau reposant sur des activités dynamiques tournées vers les échanges internationaux. C’est la seule à avoir développé autant de liens avec le Comité national des conseillers du commerce extérieur, ce qui s’explique en premier lieu par l’origine de son délégué général et principal animateur, Lucien Coquet. Le Comité franco-allemand d’information et de documentation (CFAID) et Pax reposent sur le même tissu industriel. Le recrutement, très proche, des deux cercles est dû à la présence de Jacques Seydoux, soutien discret du premier et créateur de la seconde, engagé tout entier à la fin de sa carrière dans le rapprochement franco-allemand. On retrouve dans les deux cercles des représentants des industries textiles – Maurice Dubrulle, du Comité central de la laine,

19Paul Kempf de l’Union syndicale des tissus, Laederich, du Syndicat général de l’industrie cotonnière –, minières – Henry de Peyerimhoff, des Houillères de France, Richemond, de l’Union des industries minières et métallurgiques –, et chimiques – Duchemin, des Etablissements Kuhlmann, Despret, des Glaceries du Nord de la France etc. Enfin le milieu des correspondants de Jacques La-cour-Gayet recouvre en grande partie celui du CAED avec un réseau très développé dans les grands magasins, les syndicats commerciaux, et les banques, mais lié aux intérêts particuliers des entreprises dont il a la responsabilité.

  • 43 Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde (1872-1992), Paris, 1992, chapitre IV ; id., Horace F (...)

20En revanche, de manière générale, le monde bancaire n’est pas extrêmement présent dans les mouvements européens. Seul le CFAID en compte trois représentants : Charles Laurent, ancien ambassadeur à Berlin, président de l’Union des industries métallurgiques et minières, président du conseil d’administration de la Banque du Nord ; René Debrix, directeur général de la Société alsacienne de banque ; et Jacques Seydoux, administrateur de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Cette recherche sur les mouvements européens n’apporte pas de révélation particulière sur un engagement politique du monde bancaire dans la construction européenne. À l’exception de Paribas, aucune banque n’est le fer de lance d’un rapprochement européen. En l’occurrence, il faut plutôt considérer qu’il y eut des engagements ponctuels sur des projets définis qui présupposaient un rapprochement des économies européennes. Les recherches d’Eric Bussière sur Paribas ont ainsi fait apparaître la réorientation de la banque vers l’Europe dans les années vingt, et la diminution relative des investissements dans le reste du monde, ainsi qu’un accroissement significatif des prises de participations industrielles. Certes, cette politique fut la conséquence de la guerre et des bouleversements économiques qu’elle engendra. Mais elle fut aussi le fruit d’un engagement délibéré en faveur d’un rapprochement européen que Paribas soutint par deux moyens principaux : son appui aux stabilisations monétaires et son soutien aux ententes industrielles43. À cela s’ajoute l’engagement personnel de son dirigeant Horace Finaly, qui fit entrer Jacques Seydoux au conseil d’administration de Paribas et accorda des subventions au CFAID comme à l’hebdomadaire de Louise Weiss, L’Europe nouvelle. Présente dans les entreprises sidérurgiques, qui mirent en place l’Entente internationale de l’acier en 1926, comme dans la constitution du capital de Radio-Luxembourg, station qui revendiqua clairement son identité européenne, Paribas obéit en premier lieu à une logique économique, que vint ensuite conforter une adhésion de nature plus politique. En dernier lieu, l’analyse générale de la composition de mouvements européens favorables à une union économique européenne met en lumière l’engagement de certains secteurs dont le dénominateur commun est l’importance accordée à l’exportation. Le cas particulier du CAED illustre ce point de manière exemplaire.

2. Du CAED aux industries exportatrices et aux services

  • 44 Cet article 2 est reproduit dans chaque publication du CAED.
  • 45 Jacques Lacour-Gayet, La réforme douanière, op. cit., p. 21.
  • 46 Jean-Paul Caracalla, Le roman du Printemps. Histoire d’un grand magasin, Paris, 1989.
  • 47 Printania. Revue mensuelle réservée au personnel des grands magasins du Printemps. Recueil 1927-19 (...)
  • 48 GEGM, PV du 29 septembre 1932, nécrologie.
  • 49 Ibid., PV du 11 juillet 1919.
  • 50 Ce souci de discrétion a été évoqué à deux reprises dans les entretiens que nous avons recueillis  (...)

21L’analyse détaillée de la composition du Comité d’action économique et douanière met en évidence des secteurs économiques principalement unis par un libéralisme économique, mis à mal par la crise des années trente. La revue du CNCCEF, Le Conseiller du commerce extérieur, dépouillée de 1936 à 1939, a permis de reconstituer l’évolution de l’état d’esprit des responsables de ces divers secteurs. L’article 2 des statuts du CAED indique qu’il « se documentera sur les besoins des industries et commerces d’importation et d’exportation ainsi que des entreprises de transport44. Evoquant la composition du Comité, Jacques Lacour-Gayet mentionne les « coopératives de consommation, exportateurs industriels et agricoles, transporteurs internationaux » qui ont apporté leur concours45. Emanation du grand commerce, le CAED a en effet recruté dès l’origine ses principaux adhérents dans les milieux des industries exportatrices et des services. La présence des grands magasins, pourtant soutien financier principal, est assurée très discrètement. Lacour-Gayet s’est réservé dans les débuts du Comité le simple titre de trésorier et il y figure en tant que « membre du Comité consultatif supérieur du commerce et de l’industrie », occultant sa fonction principale de délégué du Groupement des grands magasins. Ceux-ci sont représentés par l’un des vice-présidents du CAED, Alcide Poulet, président de la Chambre syndicale du commerce de la nouveauté, et par un membre du Bureau, Léon Suzarelli, le secrétaire général de la Chambre syndicale des magasins et galeries. Poulet, juriste de formation, est entré au Printemps dont il a assuré le fonctionnement durant la Première Guerre mondiale en compagnie de Gustave Laguionie, le successeur à la tête du grand magasin en 1905 du fondateur Jaluzot, empêtré dans des spéculations, su-crières46. En décembre 1917, Poulet a été nommé cogérant du Printemps. À ce titre, il en sera le représentant au Groupement des grands magasins, aux côtés de Pierre Laguionie – qui, nommé gérant dès 1905, prend en main les rênes de la direction à la mort de son père en 1920 – et de Charles Vigneras, le gendre de Laguionie, nommé cogérant en 1928. Alcide Poulet appartient par ailleurs à de nombreux groupements commerciaux : élu en 1925 à la tête de la Chambre syndicale de la nouveauté, il est également vice-président de la Fédération de la soie, conseiller du commerce extérieur de la France et membre du Comité national français de la Chambre de commerce internationale47. À sa mort, en mai 1928, il est remplacé au Groupement par Michel Mâchait, présenté comme « membre de la Chambre de commerce de Paris ». Ce dernier, ancien élève de l’École des hautes études commerciales, est en fait l’un des dirigeants des magasins du Louvre et les représente au sein du Groupement des grands magasins. Élu en 1930 président de la Chambre syndicale de la nouveauté, il est également administrateur des Chemins de fer du Nord et du Crédit national48. Apparaît enfin en 1930 au CAED, Robert Lévy, présenté comme « délégué du Groupement des grands magasins », en fait l’un des dirigeants des Galeries Lafayette aux côtés du fondateur Théophile Bader et de son gendre Raoul Meyer49. Il deviendra l’un des vice-présidents du CAED à la mort accidentelle de Machart en 1932. À côté des représentants des grands magasins figure, immuable, durant tout l’entre-deux-guerres, Georges Maus, le président de la Fédération des commerçants-détaillants de France, qui eut la charge de faire le lien avec le milieu des petites maisons de commerce et les cercles gouvernementaux. Durant sa première décennie d’existence, le Groupement des grands magasins a visiblement agi dans l’ombre et s’est abrité derrière Georges Maus, puis le CAED pour faire valoir ses intérêts50.

  • 51 Article 2 des statuts du CAED.
  • 52 Jacques Boudet, Le monde des affaires en France de 1880 à nos jours, Paris, 1952, p. 386.
  • 53 Le Conseiller du commerce extérieur. Organe officiel du comité national des conseillers du commerc (...)
  • 54 Ibid., février 1939, article de Robert Bienaimé, « Une victime du protectionnisme mondial : le par (...)
  • 55 Jean-Charles Asselain, Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours, Paris, 1984, (...)

22En revanche, le commerce international est mis en avant dès la fondation du CAED. Les deux premiers présidents John Dal Piaz (1925-1928) et Georges Berger (1928-1932) en sont les représentants patentés. Ils ont vraisemblablement été recrutés par Jacques Lacour-Gayet au sein du comité national français de la Chambre de commerce internationale. Ancien commissionnaire-exportateur, vice-président de l’Alliance syndicale du Commerce et de l’Industrie, conseiller du commerce extérieur de la France depuis 1914, devenu président de la Chambre des négociants-commissionnaires et du commerce extérieur, Georges Berger était tout indiqué pour présider une association qui se donnait pour objectif de « favoriser l’abondance des produits, la facilité et la probité des échanges »51. À ses côtés, parmi les membres fondateurs du CAED, figurent les Chambres de commerce portuaires de Bordeaux et de Marseille, celles de Paris et de Strasbourg, ainsi que la Chambre de commerce française de Bruxelles. Les cercles favorables à la liberté des échanges ne se limitent pas au milieu des chambres de commerce et couvrent des secteurs déterminés. Le lancement du CAED a ainsi été soutenu par les représentants des industries exportatrices, au premier rang desquelles figurent en bon nombre les industries traditionnelles du luxe : Syndicat de la parfumerie française, Chambre syndicale des négociants en diamants, perles, pierres précieuses et des lapidaires, Chambre syndicale de la couture parisienne, Chambre syndicale de l’industrie et du commerce parisiens des soieries et rubans, Syndicat des négociants en objets d’art, tableaux et curiosités. Le président d’honneur du Syndicat de la parfumerie française, Robert Bienaimé, vice-président du CAED en 1925, en deviendra le troisième et dernier président en 1932. Issu de l’École de physique et de chimie, il rencontre en 1908 Paul Parquet, l’un des propriétaires d’Hou-bigant, puis travaille à son propre compte52. Il défend durant l’entre-deux-guerres les intérêts de la parfumerie française, dont les difficultés croissantes sont emblématiques de celles de tout un secteur industriel reposant sur l’exportation. La parfumerie a ainsi vu la valeur de ses ventes à l’étranger s’effondrer de 1926, où elle s’élevait à 740 millions de francs, à 1935, où elle est descendue à 187 millions. Elle est victime d’une crise plus générale, qui touche les industries de qualité telles la haute couture, la bijouterie autrefois « fleurons du commerce extérieur », et que Bienaimé impute aux « erreurs accumulées sur le plan économique dans le monde depuis 1918 » : augmentations des droits de douane, prohibitions, contingentements auxquelles la France elle-même a succombé53. Pour lui, la parfumerie – à l’instar des autres industries de luxe – est la « victime expiatoire des tendances protectionnistes de notre propre pays » : « Quand le beurre danois ou la banane espagnole se voient refuser l’entrée sur notre marché, c’est à la parfumerie que les pays lésés ferment leurs portes ! » L’adhésion de Bienaimé au CAED est celle d’un libéral orthodoxe qui dénonce des « mesures prises à l’encontre des lois naturelles qui régissent le monde » et qui estime souhaitable de revenir « pour que le mal ne s’aggrave pas, au libéralisme des échanges internationaux ». Il réitère cette demande avant la guerre, dénonçant les concessions « aux tendances protectionnistes exagérées qui ont souvent amené contre nos industries exportatrices des représailles cruelles »54. Son attachement au libéralisme est d’autant plus remarquable que cette industrie appartient à un secteur particulièrement atteint par la crise55.

  • 56 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., mai 1936, article de F.H., « L’industrie des mat (...)
  • 57 Ibid., article de R.P.Duchemin, « L’exportation des produits chimiques français ». Cf. Alain Beltr (...)
  • 58 Cf. Harm Schrôter, « The International Potash Syndicate », dans Dominique Barjot (dir.), Vues nouv (...)
  • 59 Cf. Harm Schröter, « The International Potash Syndicate », dans Dominique Barjot (dir.), article d (...)
  • 60 Ibid., article de R.G., « Produits pharmaceutiques et parfums. Leur place dans le commerce extérie (...)
  • 61 Ibid., article du Dr Leprince, « L’exportation..., op. cit.
  • 62 Ibid., juillet 1936, article de E. Sommer, « Le commerce extérieur des cuirs et peaux ».
  • 63 Ibid., article de André Jacob, « Le commerce extérieur des cuirs et peaux travaillés ».
  • 64 Jacques Boudet, Le monde des affaires..., op. cit., « Les affaires du sucre », p. 249-255. On assi (...)
  • 65 Jacques Lacour-Gayet, La réforme douanière, op. cit., p. 17-18.

23À ces industries traditionnelles s’ajoutent des industries récentes, au dynamisme accru, représentées au sein du CAED par le Syndicat général du commerce des produits chimiques et engrais et la Chambre syndicale des fabricants de produits pharmaceutiques. De façon générale, l’exportation des produits chimiques français a augmenté dans les années vingt grâce, notamment, au développement de l’industrie des matières colorantes dont l’exportatio56. Cette dernière frappe ainsi fortement l’exportation des engrais potassiques, assurée par la Société commerciale des potasses d’Alsace : en 1935, leur vente est en diminution de 30 % par rapport au niveau atteint en 192957. Mais, grâce à la constitution du Syndicat intern58. Cette cartellisation constitue une brèche évidente dans le libéralisme qui anime le CAED. Quant au secteur parachimique des produits pharmaceutiques, il connaît lui aussi un essor remarquable depuis la Première Guerre mondiale, fondé sur l’exportation des « spécialités ». Une industrie des médicaments, « préparés à l’avance [...], désignés par un nom correspondant à une formule déterminée et vendus sous la marque du fabricant », s’est mise en place, dont la France revendique l’antériorité59. Les années 1928 et 1929 marquent l’apogée d’une production dont l’exportation absorbe près de la moitié. Les marchés principaux sont les pays latins et les pays d’Europe centrale et balkanique. Depuis 1930, cette exportation connaît une régression sensible, pâtissant selon l’un de ses représentants de « conceptions économiques primaires présidant à l’extension dans tous les pays d’un protectionnisme aussi intolérant qu’incohérent »60. Elle est soumise à toutes les formes de la concurrence étrangère : la législation douanière draconienne des pays consommateurs rend toute importation française difficile ; la concurrence des pays anglo-saxons se développe grâce à une monnaie dépréciée ; l’Allemagne use de procédés de dumping et subventionne fortement cette industrie. Enfin, elle est victime d’un nationalisme économique, « nationalisme pharmaceutique » en l’occurrence, qui conduit à la copie des spécialités importées et à leur fabrication sur place. Face à ce recul des exportations pharmaceutiques, l’on sent en germe dans un article de mai 1936 du Dr Leprince, le président de la Chambre syndicale des fabricants de produits pharmaceutiques, en dépit d’une sympathie pour le libre jeu de la concurrence qui a permis jusqu’ici la diffusion des produits français, la réclamation implicite d’un soutien gouvernemental pour cette industrie « où tout est laissé aux initiatives individuelles » et sur laquelle pèsent des dépenses désormais trop fortes pour elle61. Ce nouveau bémol apporté à une pratique libérale à tout crin ne peut totalement surprendre dans la mesure où il émane lui aussi du secteur chimique, traditionnellement régulé par les ententes de produits. Mais ce réflexe protectionniste se retrouve dans d’autres secteurs industriels représentés au sein du CAED, exportateurs, mais victimes de la crise. E. Sommer, le président du Syndicat général des cuirs et peaux en poils, se félicite en juillet 1936 du maintien d’un tonnage à peu près constant à l’exportation, malgré la crise. Cette industrie très productive se place au troisième rang du commerce d’exportation après l’industrie charbonnière et l’industrie métallurgique62. Son syndicat a cependant demandé à partir de 1931 que le secteur des peaux œuvrées appartienne à la série des articles auxquels le contingentement à l’importation allait être appliqué, malgré les représailles prévisibles à l’exportation63. L’industrie alimentaire du sucre, que représente à partir de 1930 Edmé Sommier, le président de la raffinerie A. Sommier, a été de son côté contrainte d’organiser dès 1931 son marché. Depuis, l’économie sucrière française se développe en vase clos, indépendamment du marché mondial64. La conférence de Londres d’avril 1937 qui réunissait vingt-deux nations productrices, s’est prononcée pour la réduction générale des charges sociales applicables aux sucres et a fixé les taux-limites des exportations de chaque pays. Les positions du milieu sucrier qui réclame des droits de douane pour compenser les salaires et les charges sociales ne s’écartent pas de celles formulées par le CAED65. En revanche, l’organisation et la réglementation professionnelles du marché du sucre s’éloignent de celles du Comité sur les ententes. Le CAED se montre en effet très hostile à toute organisation générale des professions qui risque d’entraîner la formation de « féodalités » économiques. La déclaration suivante d’A. Monmirel, président de la Confédération générale des planteurs de betterave, reflète bien le déchirement idéologique et les ambiguïtés de secteurs qui ont crû depuis des siècles grâce au commerce international.

  • 66 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., janvier 1939, article de A. Monmirel, « Le march (...)

« Malgré nos préférences personnelles, malgré les désirs que nous portons en nous de rester libres sur le plan politique comme sur le plan économique, nous sommes bien forcés de reconnaître qu’une certaine direction de l’économie sur le plan international s’impose à tous, sinon par conviction, du moins par nécessité (...)66 »

  • 67 Ibid., juillet 1937, article anonyme, « Le film français dans les pays de langue anglaise ».
  • 68 « Tout ce que le génie humain a inventé ou conçu a été aussitôt propagé par le commerce. [...] Pas (...)

24Le dernier grand secteur industriel exportateur présent au CAED est celui des industries de la communication. Joseph Bourdel, président d’honneur de la Fédération des syndicats des maîtres-imprimeurs de France, Maurice Langue-reau, président du Syndicat des éditeurs, Jules Demaria, président d’honneur de la Chambre syndicale française de la cinématographie et des industries qui s’y rattachent, attestent par leur présence l’intérêt porté par le CAED à des industries exportant la pensée française67, rejoignant l’ambition première du commerce, répétée à plaisir par Jacques Lacour-Gayet : exporter des produits et des idées68. La présence de l’industrie moderne du cinéma manifeste aussi la vigilance du CAED pour les nouvelles formes de communication propres à diffuser sa vision européenne. On en trouvera une preuve nouvelle et éclatante dans le soutien apporté aux débuts de la radiodiffusion.

  • 69 Jean-Charles Asselain, Histoire économique..., op. cit., p. 76.
  • 70 Louis Roux, La marine marchande. L’avenir de la construction navale et de l’armement maritime en F (...)
  • 71 Alain Beltran, Pascal Griset, L’économie française .... op. cit., p. 59.
  • 72 Cf. Comité central des armateurs de France, Le commerce extérieur de la France et la marine marcha (...)
  • 73 John Dal Piaz, préface du livre de Louis Roux, La Marine marchande, op. cit.
  • 74 Louis Roux, La Marine marchande, op. cit., introduction, p. XI.
  • 75 Louis Roux, La Marine marchande, op. cit., introduction, p. XII-XIII.
  • 76 Alain Beltran, Pascal Griset, L’économie .... op. cit., p. 59.
  • 77 Cf. sa longue notice biographique dans J. Jolly (dir.), Dictionnaire..., op. cit., t. III, Paris, (...)
  • 78 Jules Charles-Roux, Le péril de notre marine marchande, Paris, 1917, p. 132.
  • 79 Gratien Candace, Les zones franches maritimes, publications du CAED, n° XIV, Paris, 1930.

25Le CAED a également bénéficié de l’appui d’un autre grand secteur de la vie économique alors en pleine expansion : celui des services. Ce dernier a en effet continué à s’étendre dans l’entre-deux-guerres : il employait 28,8 % de la population active en 1913 ; sa part est passée à 36,3 % en 1938 et a dépassé celle (32,3 %) de l’industrie69. Nous avons mentionné plus haut la place tenue par le grand commerce français au sein du CAED. Elle s’inscrit dans le cadre global de la croissance des établissements commerciaux depuis le début du siècle, même si la part de ce grand commerce, nous y avons insisté à plusieurs reprises, varie peu et demeure très minoritaire par rapport à celle du petit commerce, protégé par la législation. Deux autres cercles ont appuyé le combat du CAED : celui des transports et celui des assurances. Les transports maritimes ont soutenu en 1925 l’initiative de Lacour-Gayet : le premier président du CAED est John Dal Piaz, le président de la Compagnie générale transatlantique et vice-président du Comité central des armateurs de France. À sa mort en 1928, Georges Philippar, le président de la Compagnie des messageries maritimes et président du Comité central des armateurs, devient un des vice-présidents du CAED. La Compagnie des messageries maritimes et la Compagnie générale transatlantique comptent alors parmi les plus importantes. La reconstitution de la flotte française après la guerre a vu dès 1920 l’augmentation de son tonnage marchand de près d’un tiers par rapport au tonnage d’avant 1914. Une relance du commerce extérieur de la France a été assurée par l’ouverture de nouvelles lignes70. Toutefois la date de création du CAED correspond à l’apogée d’un secteur qui, en dépit d’évolutions technologiques qui permettent la spécialisation des bateaux, et du lancement de paquebots de prestige, connaît un important recul à partir de 193071. En 1933, le Comité central des armateurs de France ne dissimule pas la forte diminution du commerce maritime – sa part dans le commerce extérieur total est passée de 58,78 % en 1900 à 47,8 % en 1932 -tandis que celle des pavillons étrangers dans le trafic des ports français ne cesse de s’accroître72. Le milieu des armateurs français où se distinguent les noms de Georges Philippar, de John Dal Piaz, de Jean Fraissinet, d’Henri Cangardel, de Louis Nicol, constitue néanmoins un vivier important de sympathisants de l’idée européenne telle qu’elle commence à être propagée par des associations comme le CAED, ou son pendant plus militant, l’Union douanière européenne. Cette sympathie trouve ses fondements dans des déclarations libérales qui rencontrent les vues du CAED. John Dal Piaz fait valoir que les problèmes rencontrés par la marine marchande présentent un caractère international qui rend impossible leur résolution par la France seule73. Depuis 1920, explique Louis Roux, prévalent un « nationalisme outrancier » et un « protectionnisme maritime » qui ont entraîné une paralysie du commerce maritime. Une expérience sociale unilatérale de la France, l’application de la loi du 2 août 1919 sur la semaine de huit heures dans ce secteur, s’est révélée ruineuse et n’a fait qu’accentuer la crise de la marine marchande française74. Louis Roux se prononce contre toute solution « étatiste » générale, les subsides et primes en tout genre à la construction navale et à l’armement maritime qui amoindrissent l’initiative individuelle et suscitent une croissance artificielle : « Une industrie aussi difficile doit, pour prospérer, compter avant tout sur l’initiative, la compétence, l’activité et l’étendue de vues de ceux qui la dirigent, c’est-à-dire des armateurs ». Citant en exemple, l’échec de la constitution en 1918 d’une grande flotte d’État par le gouvernement, il estime que « la navigation commerciale n’a rien de bon à espérer d’une gestion directe par des organes de la puissance publique, impropres à la conduite de tout commerce comme de toute industrie »75. On saisit toute la contradiction entre ces revendications libérales et le soutien étatique de fait dont ont profité la construction et l’armement navals au lendemain de la guerre. L’intervention de l’État se renforça avec la crise. Les pouvoirs publics intervinrent notamment pour renflouer la Compagnie générale transatlantique76. Néanmoins, un courant se développe dans les années vingt dans le milieu des armateurs, qui préconise de relancer la construction navale en agissant sur le seul terrain douanier. Le navire est par définition un produit d’exportation et pour qu’il se vende, son prix doit être compétitif, c’est-à-dire qu’il doit être produit au coût moyen des chantiers étrangers. Or, en raison de tarifs douaniers élevés pour protéger la métallurgie nationale, les armateurs français paient à un prix beaucoup trop élevé leurs commandes de matières premières nécessaires. Le prix de production du navire français est alors supérieur de 20 % au prix du marché international. Les armateurs demandent par conséquent la levée partielle de la protection douanière et l’admission temporaire en franchise de toutes les matières destinées aux constructions navales. Le CAED ira même plus loin que ces souhaits formulés au début des années vingt en soutenant le projet de loi de création de zones franches portuaires déposé par le député de la Guadeloupe Gratien Candace le 15 juin 1928. Celui-ci, ami personnel de Lacour-Gayet, est au sein du CAED, le vecteur entre le milieu maritime et le milieu politique77. L’idée de la création de zones franches avait déjà été défendue durant la guerre par le président du Comité central des armateurs de l’époque, Jules Charles-Roux : « Elles ouvriraient en France un champ nouveau à des industries qui ne sauraient se créer sous la législation actuelle et imprimeraient certainement une beaucoup plus grande activité à notre commerce d’exportation »78. Dans une publication du CAED, Candace passe à son tour en revue les avantages que présenterait la création de ces zones portuaires, exterritorialisées sur le plan douanier : attirer les marchandises étrangères qui ont besoin d’être manipulées ou transformées avant de repartir pour l’étranger, accroître le fret lourd de la marine marchande française, permettre aux ports français de devenir de grands marchés de redistribution. Il dépose un projet de loi qui devait recevoir l’appui du Comité central des armateurs, de l’Union des chambres de commerce maritimes, de l’Association des grands ports français et du CAED79.

  • 80 Maurice Goudard, Défense du libéralisme, Paris, 1944, p. 62.
  • 81 André Citroën, L’industrie automobile, publications du CAED, n° XVIII, Paris, 1931.
  • 82 Rémi Baudouï, « Raoul Dautry, la conscience du social », Vingtième siècle, n° 15, juillet 1987, p. (...)

26En 1928, deux représentants des transports terrestres font leur apparition au CAED : André Citroën, le constructeur automobile, et Maurice Goudard, le président de la Chambre syndicale des fabricants d’accessoires du cycle et de l’automobile. Ils appartiennent à un secteur, l’automobile, qui est le champ d’application par excellence des théories d’organisation scientifique du travail : Goudard, fondateur des usines de carburation Solex, a d’ailleurs créé en 1926 le Bureau de normalisation de l’automobile. Ils n’en sont pas moins convaincus des bienfaits de l’exportation. C’est ce qui motive principalement leur adhésion au CAED. Maurice Goudard s’est targué, plusieurs années après, d’avoir « toujours été un libre-échangiste convaincu, et c’est dans cet esprit que je me suis attaché particulièrement à pousser l’exportation ». De fait, au début des années trente, Solex et son principal concurrent Zénith équipent 95 % des voitures européennes de leurs carburateurs80. De son côté, Citroën a une attitude plus nuancée : il demande que l’on maintienne dans les pays producteurs d’automobiles – dont la France – un « tarif protecteur raisonnable » et que l’on contingente les importations étrangères si la demande les rend nécessaires81. En revanche, il souhaite une organisation rationnelle de l’exportation vers les cent sept pays consommateurs, où le nombre des automobiles est encore faible, et il propose la création d’une Société internationale d’exportation d’automobiles réunissant les pays constructeurs. Elle négocierait avec le gouvernement de chaque pays importateur la suppression totale des barrières douanières établies. En 1938 enfin, apparaît parmi les membres du CAED, Raoul Dautry, directeur général honoraire des chemins de fer de l’État. Polytechnicien, membre du Redressement français, et du mouvement X-Crise, il apparaît comme relativement atypique parmi les membres du CAED, offrant un profil nettement néolibéral qui tranche avec le libéralisme classique que prône Lacour-Gayet. On peut en revanche affirmer que c’est proprement une sensibilité pro-européenne qui le conduit à rejoindre ce cercle. Dans tous les débats concernant les transports – réorganisation de l’Aéropostale en 1931, commission économique franco-allemande en 1933 – il se prononce en faveur d’une concertation et d’une union européenne. Il développe dès cette époque une conscience européenne qui le conduira à s’engager dans les mouvements européens de l’après-194582.

  • 83 Jacques Boudet, Le monde des affaires..., op. cit., p. 74-78.
  • 84 Une industrie française exportatrice : l’Assurance, publications du CAED, n° X, Paris, 1929, p. 17
  • 85 Max Hermant, La coopération européenne dans l’ordre économique, Paris, 1927, p. 4.

27L’autre grand secteur des services qui soutient le CAED est celui des assurances. Henry Desprez jusqu’en 1931, puis Max Hermant viennent apporter le soutien sans faille du Comité général des assurances qu’ils président. Cet appui est conforté par le fait que Jacques Lacour-Gayet lui-même appartient au conseil d’administration de la Prévoyance, compagnie d’assurances fondée en 1880 et est proche de Maurice Grimprel, le directeur général de la Nationale, autre grande compagnie créée en 184883. Le CAED édite d’ailleurs, en 1929, une brochure de propagande – due sans doute à Max Hermant – en faveur de cette exportation française, méconnue car invisible : l’Assurance. Se fondant sur le fait que l’organisation des compagnies s’étend par-delà les frontières, et que la France opère alors dans cinquante-deux pays étrangers, il affirme que « l’Assurance a été la première industrie à montrer la voie de l’interpénétration des intérêts, gage de la paix. Elle a ouvert ainsi et elle continue chaque jour d’ouvrir la voie à la politique économique de la Société des Nations »84. Tout en déplorant la montée des protectionnismes en Europe et en soutenant la lutte du Comité contre la diversité des tarifs, des nomenclatures et des formalités douanières, Max Hermant manifeste la même prudence que Lacour-Gayet à l’égard d’une organisation européenne : « L’unité douanière de l’Europe, c’est un vaste idéal ; mais ce n’est pas une réalité pour demain »85.

  • 86 Gaston Prache, Les coopératives en France, Paris, 1943.
  • 87 Gaston Prache, La coopération et la paix, Paris, 1937.
  • 88 Ibid., p. 17-19.
  • 89 Gaston Prache, La coopération... op. cit., p. 35-36.
  • 90 Ibid., p. 39, Congrès de Vienne de l’ACI en 1930.

28Deux derniers secteurs approuvent enfin la constitution du CAED : les coopératives et certains milieux agricoles. La stratégie déployée par Jacques Lacour-Gayet pour contrebalancer l’influence des producteurs sur les pouvoirs publics l’a en effet conduit à composer son comité de commerçants, mais également de représentants de consommateurs. On trouve donc parmi les membres fondateurs Ernest Poisson, le secrétaire général de l’Union des coopérateurs et Cassin, le secrétaire général de la Fédération nationale des coopératives de consommation (FNCC). Après la naissance du mouvement coopératif sous le Second Empire vers 1865 dans le nord et l’est de la France et sa relance sous l’impulsion de Charles Gide, son principal théoricien français, on assiste à une nouvelle poussée coopérative après la Première Guerre mondiale, et à la naissance de la FNCC, qui va bientôt disposer de représentants au sein des organismes officiels tel le Conseil national économique. Le but général des coopératives de consommation est l’acquisition et la répartition entre leurs membres de denrées alimentaires de base, d’articles de ménage et de mercerie et d’objets courants86. Grâce à leurs théoriciens (Charles Gide, Edgar Milhaud), au rôle de l’Alliance coopérative internationale (ACI) dès avant 1914, au soutien d’un Albert Thomas, elles développent aussi toute une vision de l’organisation des relations internationales. De façon innée, « les principes fondamentaux de la coopération sont des principes de paix »87. Cette vision s’approfondit tout au long des années vingt. Le Congrès de Bâle de l’ACI en 1920 vote une motion appelant à un désarmement général et au recours à la méthode de l’arbitrage. La vision coopérative de la paix a des fondements politiques et juridiques certains : elle accorde une importance primordiale à la notion de sécurité en Europe et soutient le rôle de la Société des Nations. Ernest Poisson, alors délégué de la FNCC au Congrès mondial de la paix, à la Haye, en 1922, déclare que « [la coopération] crée des milieux de paix qui se substituent au milieu économique de guerre » et réclame « le recours obligatoire à l’arbitrage de la Société des Nations »88. En 1923, l’ACI prend position contre l’occupation franco-belge de la Ruhr, ferment de discorde en Europe. Cette conception est cependant avant tout économique : elle s’enracine dans une réflexion sur les problèmes de matières premières, de main-d’œuvre et de débouchés que la guerre n’a pas résolus. C’est un véritable programme de politique commerciale internationale que définit l’ACI. Lors du Congrès de Bâle en 1920, elle renvoie dos à dos le protectionnisme et l’expansionnisme tous deux fauteurs de guerre. La plaie du conflit mondial est encore très fraîche : « Les coopérateurs dénoncent la concurrence et la guerre sous toutes ses formes. Ils reconnaissent que, dans bien des cas, le système du libre-échange a servi le consommateur en réduisant le coût de la vie. Leur propre politique toutefois ne peut être ni nationaliste, ni protectionniste, ni de libre concurrence internationale »89. À la fin des années vingt, face à la montée des protectionnismes, l’ACI est cependant conduite à choisir son camp et à se prononcer clairement en faveur d’un programme que ne saurait désavouer le CAED et qui explique l’adhésion des coopérateurs français à ce comité : pour « des traités de commerce à long terme et animés d’un esprit libéral », pour « l’unification de la nomenclature douanière », pour « des accords bilatéraux et plurilatéraux sur les questions de transit », pour « la multiplication des unions douanières »90.

  • 91 Cf. la rectification qu’apporte Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français : histo (...)
  • 92 Michel Augé-Laribé, La politique agricole de la France de 1880 à 1940, Paris, 1950, troisième part (...)
  • 93 Michel Augé-Laribé, Situation de l’agriculture française (1930-1939). Ses capacités de développeme (...)
  • 94 On assiste durant l’entre-deux-guerres à une augmentation de la part du commerce colonial dans le (...)
  • 95 Michel Augé-Laribé, La politique agricole..., op. cit., p. 384.
  • 96 Ibid., p. 381.
  • 97 Ibid., p. 400.
  • 98 J.-H. Ricard, L’exportation des produits agricoles, publications du CAED, n° III, Paris, 1926.

29La présence de Michel Augé-Laribé, secrétaire général de la Confédération nationale des associations agricoles (CNAA), parmi les fondateurs du CAED peut davantage surprendre, tant l’agriculture est traditionnellement associée à des visées protectionnistes. Or, il faut bien saisir que celles-ci ne sont pas incompatibles avec une politique d’exportation, par ailleurs vitale pour certains secteurs91. À la suite du premier Congrès de l’agriculture française du 30 juin 1919 a été créée la CNAA dont les présidents ont été J.-H. Ricard, ingénieur agronome, devenu ministre de l’Agriculture de janvier 1920 à janvier 1921, vice-président du CAED en 1925, et Jules Gautier. Augé-Laribé est le second secrétaire général. Selon lui, la CNAA n’a jamais pu être vraiment représentative de toutes les associations agricoles. Elle subit notamment la concurrence de nombreuses associations spécialisées : Association générale des producteurs de blé, Association générale des producteurs de viande, Confédération générale des planteurs de betterave etc. Elle n’en contribua pas moins à donner à la profession agricole une place nouvelle dans la société française et eut une influence réelle dans l’élaboration de la politique douanière de la France92. La structure des échanges agricoles de la France présente durant l’entre-deux-guerres une augmentation (en poids) des importations et une réduction (en poids) des exportations93. Cette situation est imputable à la concurrence internationale des pays étrangers (blé des Amériques) et également à celle des colonies de la France (riz indochinois, margarine algérienne) qui déversent leurs surplus sur le marché français94, mais aussi, selon Augé-Laribé, au choix économique de l’après-guerre qui privilégie une reconstruction « délibérément anti-agricole » au profit de l’industrie95. Afin d’assurer un approvisionnement important du marché national, le redémarrage de l’industrie et « l’alimentation de ses salariés », le gouvernement a rétabli prioritairement – encore qu’imparfaitement – le courant des importations en supprimant les prohibitions d’entrée et en exemptant de la surtaxe ad valorem les denrées alimentaires et les matières premières nécessaires à l’industrie. Ce souci du ravitaillement intérieur a eu également comme conséquence une fermeture des débouchés pour les produits agricoles français. Par crainte d’une raréfaction des denrées sur le marché intérieur, le gouvernement a maintenu les prohibitions de sortie96. Augé-Laribé et Ricard s’insurgent contre une vision protectionniste imputée aux agriculteurs français, en réalité victimes d’une politique restrictive qui s’exerce contre leur gré et à leur détriment : « Après l’avoir entravée, on reprochait à l’agriculture de ne pas aller vite et de ne pas rétablir sa propre balance commerciale »97. En décembre 1925, Ricard organise une Semaine nationale de l’exportation des produits agricoles qui attire l’attention des pouvoirs publics sur une situation injuste et dommageable pour les agriculteurs français. Contre ceux qui accordent une attention excessive au poids des importations agricoles, il fait valoir le caractère particulier des exportations françaises qui, en valeur, sont excédentaires en raison de la qualité des produits : la France exporte en effet des denrées rares ou des variétés particulières (pêches, cerises, fraises) et importe des produits plus courants (oranges, citrons). Il serait préjudiciable de maintenir sur le marché français des produits de qualité, chers et de vente incertaine, alors que leur exportation au contraire rapporte à la France. De façon plus générale, les exportations agricoles stimulent la production française et lui assurent des débouchés larges et réguliers. Le cas du beurre français, qui était avant 1914 le premier sur le marché britannique, qui pâtit des prohibitions et de l’instabilité des transactions de l’après-guerre et fut supplanté en 1924 par les beurres danois, néozélandais, australien etc, est un excellent contre-exemple de ce phénomène98.

  • 99 Michel Augé-Laribé, Situation..., op. cit., quatrième partie. Cf. Jacques Marseille, Empire coloni (...)
  • 100 J.-H. Ricard, L’exportation..., op. cit., p. 8.
  • 101 Paul Elbel, Les prohibitions d’entrée et de sortie..., op. cit.
  • 102 J.-H. Ricard, L’exportation..., op. cit., p. 22.
  • 103 Michel Augé-Laribé, La politique agricole..., op. cit., p. 393.
  • 104 Michel Augé-Laribé, Situation..., op. cit., p. 237.

30De même, la présence au CAED du président de l’Union des fabricants d’huile de France n’est-elle pas fortuite. Au sein des productions végétales, les oléagineux, huiles et tourteaux constituent une des rubriques les plus importantes du commerce international agricole et l’on observe une bonne résistance française de ce secteur dans l’entre-deux-guerres. Les usines marseillaises rivalisent avec les entreprises italiennes : l’exportation d’huile d’olive est demeurée en 1939 à peu près au niveau de 191499 Citant Augé-Laribé, Ricard répète donc que « la conclusion qui s’impose, ce n’est pas de fermer nos frontières, de réduire à tout prix nos importations, mais c’est d’accroître nos exportations »100. La CNAA rejoint donc les revendications de principe du CAED, exprimées par Paul Elbel101, et se prononce pour l’abolition des prohibitions de sortie, pour une « politique d’accroissement de la production agricole et d’expansion économique »102. Dressant en 1941 le bilan de l’action de la CNAA, Michel Augé-Laribé souligne qu’elle fit prendre conscience à beaucoup que « la politique agricole cesse d’être une affaire de chefs-lieux de canton pour devenir internationale, intercontinentale »103. Envisageant alors l’avenir du commerce extérieur agricole, il estime nécessaire de se placer dans « l’hypothèse d’un marché européen élargi », entérinant l’évolution des esprits depuis deux décennies et la diffusion de l’idée européenne au sein de tous les milieux économiques français, y compris agricoles. Le modèle allemand d’« Europe nouvelle » joue, nous le verrons, en ce début de nouveau conflit mondial le rôle d’un accélérateur. « On parle d’autarcie européenne. Mais que faut-il exactement entendre par là ? Cela n’a pas été dit », note Augé-Laribé. « Qui sait ce que sera demain l’Europe économique ? Faut-il imaginer une Europe avec ou sans la Russie, avec ou sans l’Empire britannique ? Une Europe partagée en plusieurs secteurs, celui des pays industrialisés, celui des pays agricoles, celui des pays qui ont équilibré dans leur économie, l’agriculture et l’industrie ? Une Europe unie à tout le bassin méditerranéen ? Une Europe tellement ravagée et détruite qu’elle sera obligée de mendier sa vie et les moyens de son achèvement chez les Américains ? »104.

  • 105 Cf. la thèse récente de Marc de Ferrière, Christophle, une aventure industrielle, 1793-1940, thèse (...)
  • 106 Marc de Ferrière, « L’industrie du luxe en France depuis 1945, un exemple d’industrie compétitive  (...)
  • 107 Cf. le débat animé par Albert Broder, « Luxes et services : quelle politique d’implantation frança (...)
  • 108 Cf. Prosopographie des élites françaises (xvie-xviie siècles). Guide de recherche IHMC-CNRS, Paris (...)
  • 109 Cela rejoint le vœu exprimé par Michel Dumoulin et Eric Bussière, dans « L’émergence de l’idée éco (...)

31L’étude de la composition du CAED fait ainsi apparaître la grande complexité des attitudes des milieux exportateurs face à l’évolution des échanges internationaux. Nul doute que des études segmentées au sein de chaque grande branche (chimie, industries du luxe etc.) ne viennent accroître cette complexité et démontrer la fragilité de conclusions trop globales. Confronté à un problème particulier, chaque milieu peut réagir de manière inattendue, apparemment en contradiction avec l’idéologie qui l’inspire. Aussi est-il nécessaire de confronter tout discours avec des pierres de touche qui en font surgir les limites. Jacques Marseille a ainsi démontré que l’évolution de l’Empire français avait suscité des revirements importants au sein de certains secteurs économiques. De la même manière, la question européenne, qui naît dans les années vingt et se construit, dans le cas présent, avec l’appui des milieux exportateurs sur un projet libéral, vient buter sur le problème posé par la multiplication des cartels et des ententes internationales. Unis au sein du CAED par le caractère vital que représente l’exportation pour leurs produits, certains évoluent vers une voie contractuelle et régulée qui les conduira à une idée d’Europe fondée sur des ententes de producteurs ; d’autres s’en tiennent à une approche tarifaire. Nombre des secteurs d’activités mentionnés ci-dessus n’ont pas encore fait l’objet d’études historiques poussées qui permettraient d’approfondir les recherches sur l’intérêt que pouvait constituer pour chaque branche une union européenne. La structure générale des échanges de la France dans les années vingt et trente est en effet établie : certaines branches gagneraient cependant à être mieux connues comme les industries du luxe (diamantaires, orfèvrerie105, haute couture)106, ou certains services (assurances, transitaires, entreprises de négoce international)107. En dernier lieu, on peut se demander si l’enquête que nous avons ébauchée ici sur la connaissance d’un « milieu européen » ne gagnerait pas à être élargie et systématisée par une analyse plus large, à caractère prosopogra-phique, afin d’approfondir la connaissance des réseaux européens. Les données dont nous disposions – listes lacunaires d’adhérents, saisie à des dates variées, absence de notices individuelles complètes sur chacun – interdisaient de s’appuyer sur un corpus homogène et exhaustif d’individus, fondement de toute enquête prosopographique véritable. La finalité n’était pas de théoriser un modèle-type d’adhérent de mouvement européen et de repérer ceux qui échappent à des normes d’« européanité »108. Le cadre de notre recherche et la démarche adoptée ne permettaient pas de répondre à cette ambition. Cela pourrait en revanche constituer un programme, à affiner, pour une recherche future qui mériterait d’être engagée parallèlement dans plusieurs pays européens109.

II ASSOCIATIONS PRIVÉES ET DIPLOMATIE FRANÇAISE

32Les associations privées ont joué un rôle essentiel dans la naissance d’une conscience européenne propre aux milieux économiques. Leur rôle de médiatrices entre ces milieux privés et les pouvoirs publics a été tout aussi important : il a permis aux projets européens d’acquérir une légitimité politique et a accrédité l’idée que la constitution d’un marché économique commun était le préalable à toute union politique. Or, si les milieux d’affaires ont utilisé les associations comme groupes de pression destinés à défendre leurs intérêts, le Quai d’Orsay n’a pas été en reste pour intégrer leur combat à des desseins diplomatiques plus vastes. L’enjeu que constitue la maîtrise de ces instruments officieux de la politique extérieure de la France se traduit à la fois par le voile de mystère dont le ministère enveloppe ses relations avec ces organismes et par la guerre intestine auquel se livre le petit monde des mouvements européens pour obtenir les faveurs du pouvoir. À cet égard, les archives permettent de relativiser le beau rôle que s’attribua Pan-Europe dans la défense de l’idéal européen.

A. LE RECOURS À UNE DIPLOMATIE PARALLÈLE

33De tous les mouvements pro-européens précédemment évoqués, l’Union douanière européenne a peut-être eu les liens les plus étroits avec la diplomatie française. La documentation conservée dans les archives du Quai d’Orsay permet de retracer l’histoire des modalités de cette diplomatie pro-européenne parallèle qui se met en place dès le milieu des années vingt.

1. Les ingérences du Quai d’Orsay

  • 110 MAE, série Y(1918-1940), 635, note du directeur politique du 19 novembre 1928.
  • 111 Ibid., note du directeur politique du 26 avril 1929.
  • 112 MAE, série Y(1918-1940), 635, télégramme de Mathieu de Vienne, envoyé extraordinaire à Budapest du (...)
  • 113 Ibid., télégramme de Charvériat à Budapest, Vienne, Prague et Berlin, du 18 novembre 1930.

34Dès sa constitution, le Comité français bénéficie du soutien du ministère. Yves Le Trocquer, ancien ministre des Travaux publics en accepte la présidence après approbation de Briand110. Quand les premiers contacts avec la Belgique ont lieu, dans le cadre de l’expansion du mouvement à l’échelle européenne, le ministère envoie des instructions à son ambassadeur Maurice Herbette pour faciliter les négociations de Lucien Coquet avec l’Association belge de coopération économique internationale (ABCEI), présidée par Theunis afin que celle-ci devienne le correspondant belge de l’UDE111. De la même manière, pour des raisons politiques, il veille au bon déroulement d’une série de conférences organisées par l’UDE en Europe centrale en novembre 1930. À son représentant à Budapest qui réclame « d’urgence toutes indications utiles au sujet de ce voyage et [...] des instructions s’il y a lieu », Briand assure que « le comité français d’études pour l’Union douanière européenne [...] est en contact fréquent avec [s]on Département qui suit ses travaux avec sympathie » et qu’il ne verrait « qu’avantages à ce que vous prêtiez à M. Le Trocquer [...] l’appui de vos bons offices »112. Un télégramme de Charvériat, chef-adjoint du cabinet de Briand, que dirige Alexis Léger, aux ambassadeurs d’Europe centrale, précise les modalités de cette aide et prône la discrétion : « Par contre, et dans l’intérêt même de l’œuvre de rapprochement entreprise par M. Le Trocquer, il conviendra d’éviter tout ce qui tendrait à laisser croire que son initiative, de nature purement privée, ait été provoquée et se développe sous l’impulsion et suivant les directives de mon Département »113.

  • 114 MAE, PA Seydoux, 261-5, lettre de René Debrix du 14 janvier 1926.
  • 115 Ibid., note du directeur-adjoint des Affaires politiques du 9 janvier 1926.
  • 116 Ibid., note du directeur-adjoint pour M. Berthelot du 3 février 1926.
  • 117 Ibid., note du directeur-adjoint des Affaires politiques du 15 juin 1926.
  • 118 MAE, PA Seydoux, 261-5, note du directeur-adjoint des Affaires politiques du 9 janvier 1926.
  • 119 Ibid., note du 25 juin 1926.
  • 120 Ibid., 261-1, note du 25 octobre 1926.

35On ne peut manquer ici de dresser un parallèle avec les débuts du Comité franco-allemand d’information et de documentation, revendiqué au grand jour comme une initiative purement privée, mais de fait constitué sous l’égide du Quai d’Orsay. Méfiante, la majorité des industriels français pressentis a réclamé la bénédiction du ministère avant d’entrer au Comité. Ainsi de René Debrix, directeur général de la Société générale alsacienne de banque, qui remercie Jacques Seydoux « d’avoir bien voulu [lui] faire connaître les sentiments dans lesquels le gouvernement français envisage la création du Comité [...] »114. Ainsi de Schneider qui « trouvait très délicat de s’engager dans un Comité dans lequel figurerait également un représentant de la maison Krupp » et qui « ne voulait faire partie du Comité que si M. Seydoux lui faisait dire officiellement qu’il y avait une tâche patriotique à accomplir »115. Ainsi encore de Théodore Laurent, « tout à fait favorable au projet de M. Mayrisch », mais désireux de « ne donner une réponse définitive qu’après s’en être entretenu avec M. Briand, en raison des relations personnelles qu’il entretient avec le président du Conseil »116. Or, dans ces trois cas, l’engagement du président français est clair. Il encourage Debrix à adhérer au Comité ; il fait savoir à Schneider « que l’on ne verrait pas d’inconvénient à ce qu’il entrât dans le Comité » ; quant à Laurent, Seydoux estime qu’ « il serait très désirable que le président du Conseil encourageât M. Théodore Laurent à faire partie du Comité d’information franco-allemand ». En outre, les finalités diplomatiques du CFAID, le symbole qu’il représente, sont bien connus des industriels : « Les Allemands se sont rendus compte, et notamment les banquiers et les industriels, qu’ils ne trouveraient de crédit à Londres et à New York, que s’ils pratiquaient ouvertement une politique de paix, qu’ils devaient donner à ce point de vue de véritables gages aux prêts éventuels [...]. C’est à ce point que dernièrement, M. Thyssen, ayant eu besoin de faire appel au crédit américain, le groupe auquel il s’était adressé, lui a répondu en lui demandant s’il était bien d’accord avec les industriels français. M. Thyssen s’est alors empressé [...] de faire partie du Comité [...] »117. Mais officiellement, le Quai d’Orsay se refuse à toute déclaration de soutien et se défend à la fois des suspicions de l’opinion publique française et de celles en provenance de l’étranger. C’est donc du bout des lèvres qu’il incite Schneider à entrer au Comité : « Il s’agissait là d’une initiative purement privée ; le gouvernement n’avait nullement l’intention de la faire sienne et de prendre une responsabilité quelconque à cet égard. Que M. Schneider n’attende donc aucune pression du gouvernement français pour vaincre ses scrupules »118. Jacques Sey-doux insiste auprès de son administration pour qu’on explique bien à l’opinion le but du Comité : « Certains articles de journaux ont en effet plus ou moins volontairement confondu l’action du Comité avec les négociations qui ont lieu entre industriels français et allemands. Or, le Comité d’information ne doit s’occuper d’aucune négociation économique ou politique de quelque nature que ce soit, et ce serait donner une idée tout à fait fausse de sa nature et des préoccupations qui l’animent si l’on faisait croire qu’il s’agit d’une réunion d’industriels ayant pour objet de se mettre d’accord sur le marché de la tôle ou de l’acier »119. Il rapporte ailleurs que « les Anglais ont demandé aux Allemands des renseignements sur le Comité franco-allemand d’information créé à Luxembourg, dont ils ne comprenaient pas le caractère.[...] Au fond, les Anglais croyaient que nous avions formé là une sorte de cartel spécial entre industriels français et allemands et ils voulaient faire la même chose »120.

  • 121 MAE, série Y(1918-1940), 635, lettre de Jean de la Grèze du 7 octobre 1934.
  • 122 MAE, série Y(1918-1940), 635, lettres des 9 et 16 juin 1932.

36Union douanière européenne, Comité franco-allemand agissent donc comme des relais efficaces du Quai d’Orsay dans les milieux politiques et économiques. Le ministère ne tient pas compte des débordements rhétoriques propres à ces associations dont ses diplomates ne manquent pas de se faire l’écho. Nous avons relevé le jugement du consul de France à Lugano sur le xxxe Congrès international de la Paix : « Je ne surprendrai personne en avouant que je n’en ai pas retiré grand-chose. Il serait difficile d’imaginer palabres plus désordonnées, plus bourrées de lieux communs et de déclarations filandreuses ». Et celui de cet autre, sur une réunion à Locarno du comité international d’Union douanière européenne : « Avant l’arrivée de M. Le Trocquer, le comité international avait quelque peu pataugé dans des idéologies : la création, par exemple, d’une nationalité qui ressortirait à la SdN, celle de « citoyen européen », avec passeport européen »121. Mais le Quai d’Orsay défend pourtant sans hésitation les associations qui lui semblent aller dans le sens de sa politique. De 1927 à 1939, il va ainsi soutenir l’UDE de façon continue, en dépit des changements ministériels : de Briand à Bonnet, en passant par Herriot et Paul-Boncour, se manifeste la même fidélité envers une association qui, de ce fait, acquiert une audience exceptionnelle. Quand, par exemple, Edouard Herriot devient en juin 1932 président du Conseil en charge des Affaires étrangères, Yves Le Trocquer s’empresse de le féliciter de sa déclaration d’intentions du 7 juin, dans laquelle il a promis de réaliser « le programme de coopération internationale qui a toujours été le sien ». Il lui rappelle également le soutien qu’il a apporté à l’UDE depuis sa création et lui demande de « continuer à collaborer avec lui comme par le passé ». Herriot lui adresse une réponse favorable le 16 juin, attestant la continuité de l’influence de l’UDE d’un ministre à l’autre122.

2. Les fonds secrets au service de l’Europe

  • 123 MAE, série Relations commerciales (1920-1940), B. vol. 47, lettres du 12 septembre 1931, du 5 févr (...)
  • 124 Jean-Noël Jeanneney, « Les fonds secrets : argent d’État contre argent privé », L’argent caché. Mi (...)
  • 125 MAE, série Relations commerciales, B., vol. 47, lettre du 14 avril 1932.
  • 126 Ibid., note remise à M. Moysset, directeur du cabinet de M. Tardieu, du 28 avril 1932.
  • 127 Ibid., note du 2 septembre 1932.
  • 128 MAE, série Relations commerciales, B., vol. 47, note du 9 mars 1933. De la même manière, il a été (...)

37En septembre 1931, le comité français d’UDE sollicite sa reconnaissance comme établissement d’utilité publique. Questionnée par le ministère de l’Intérieur sur l’opportunité d’une telle décision, la sous-direction des Affaires commerciales fait savoir qu’elle n’y voit pas d’objection. Le Service français de la SdN et le ministère du Commerce sont également saisis123. La reconnaissance intervient enfin, par décret en date du 14 avril 1933, ce qui permet à l’UDE de recevoir une dotation de 10 000 francs. Elle n’empêche pas l’UDE de solliciter d’autres subventions, prises sur ces « fonds spéciaux », qui, pour reprendre l’appréciation de Jean-Noël Jeanneney, « dans la mythologie des bas-fonds de la vie publique, [...] tiennent [...] brillamment leur place »124. L’UDE a demandé à plusieurs reprises au Quai d’Orsay de soutenir financièrement ses publications. Elle a essuyé un premier refus pour une subvention forfaitaire de 5 000 francs qu’elle réclamait pour la publication de statistiques sur les échanges franco-allemands125. Elle réitère sa demande auprès d’André Tardieu, alors ministre des Affaires étrangères, en lui transmettant une note détaillée sur ses frais de propagande, dont le total se monte à 25 000 francs : « Nous serions très reconnaissants au ministère des Affaires étrangères s’il voulait bien, sur les fonds dont il peut disposer, nous aider à couvrir totalité ou partie essentielle de ces frais »126. Une nouvelle demande est adressée à Edouard Herriot en septembre 1932. Yves Le Trocquer le prie « d’examiner la possibilité de nous accorder, sur les fonds spéciaux de votre Département, l’assistance nécessaire », ajoutant : « Nous espérons très prochainement obtenir la reconnaissance d’utilité publique et pouvoir, de cette manière, provoquer en faveur de notre Comité, les donations indispensables pour l’extension de sa propagande ». Il lui transmet le justificatif pour des dépenses s’élevant à 61 498 francs127. Les archives ne fournissent pas la preuve que ces subventions ont été accordées, mais l’ensemble du dossier laisse penser qu’elles le furent, dans la mesure où la plupart des appréciations émises par le ministère sur l’UDE ont la tonalité de cette note de la sous-direction des Relations commerciales : « Le comité d’Union douanière est en somme un comité d’avant-garde auquel on ne saurait donner une investiture officielle, mais qu’il convient à la fois d’encourager et de diriger »128. Autre association importante à faire le siège du Quai d’Orsay, mais avec une fortune moindre : Pan-Europe.

B. PAN-EUROPE ET LA FRANCE : LA FIN D’UN MYTHE

  • 129 Martin Posselt, Richard Coudenhove-Kalergi und die europäische Parlementarier-Union, Graz, 1987 ; (...)

38Les recherches menées sur les mouvements pro-européens de l’entre-deux-guerres ne pouvaient manquer de nous faire rencontrer à plusieurs reprises le comte Coudenhove-Kalergi et le mouvement pan-européen. Précurseur indéniable de la construction européenne, qui fit le lien de la façon la plus opiniâtre qui soit entre l’avant et l’après-guerre, il fut auréolé d’une légende dorée qui occulta durablement les autres initiatives nées dans l’entre-deux-guerres. Certaines études substantielles récentes ont des difficultés à se déprendre d’une forte admiration pour une vie soigneusement mise en scène par son auteur129. Or, la correspondance de Jacques Seydoux, les papiers de Louis Loucheur, ceux de Coudenhove-Kalergi conservés aux Archives centrales d’État de Moscou, permettent d’acquérir une vision plus équilibrée de ce que fut l’influence réelle de Coudenhove-Kalergi sur la diplomatie française.

1. Rendez-vous manqués avec la diplomatie française

  • 130 Richard Coudenhove-Kalergi, J’ai choisi l’Europe, Paris, 1952.
  • 131 Ibid., p. 173.
  • 132 François Seydoux, Mémoires d’outre-Rhin, Paris, 1975, p. 29.

39Le témoignage laissé par le comte dans les années cinquante insiste sur la bienveillance manifestée à son endroit par Aristide Briand et Louis Loucheur. La recommandation de Thomas Masaryk, le président de la République tchécoslovaque, lui permet d’entrer en contact en 1924 avec des hommes politiques français : Painlevé, Loucheur, Paul-Boncour, Caillaux, Herriot, Thomas. Sa première entrevue avec Briand date de janvier 1926. Le ministre lui promet tout son appui moral et, à cette occasion, lui aurait prodigué le célèbre « Marchez vite, vite ! » Lorsque se tient du 3 au 6 octobre 1926 le premier congrès pan-européen à Vienne, Briand envoie ses vœux par télégramme et charge son ambassadeur à Vienne, Beaumarchais, de venir les exprimer. Dès son retour, il reçoit au Quai d’Orsay la délégation française. En mai 1927, le conseil central de l’Union pan-européenne se réunit à Paris et Briand accepte alors la présidence d’honneur de l’Union. En décembre, Coudenhove-Kalergi s’entretient avec Briand de la formation du comité français de son mouvement. Ce dernier lui conseille de demander à Loucheur de présider le comité français. Dressant un premier bilan de son action en France, à l’automne 1928, Coudenhove-Kalergi en souligne une « contradiction frappante. [...] Depuis que Briand était président d’honneur de l’Union, j’attendais d’un mois à l’autre une initiative de la part du gouvernement français. Mais Briand gardait le silence. [...] À chacune de mes visites à Paris, j’allais voir Briand [...]. Sa réponse n’était jamais négative [...] mais le moment n’était pas venu [...] »130. Parmi les collaborateurs de Briand, il mentionne avec une reconnaissance particulière Alexis Léger : « Collaborateur intime du ministre et homme aussi exceptionnel qu’intelligent, ce jeune diplomate-poète était devenu le bras-droit de Briand pour tout ce qui avait trait à la politique étrangère. Notre amitié survécut aux nombreuses vicissitudes de l’année suivante »131. Enfin, François Seydoux rapporte l’hommage rendu en 1970 à Aix-La-Chapelle par Coudenhove-Kalergi à son père qui lui aurait « ouvert largement les portes du Quai d’Orsay »132. La correspondance de Coudenhove-Kalergi maintenant accessible témoigne qu’il a beaucoup surestimé, pour les besoins de sa propagande, les amitiés politiques qu’il revendique et qu’une partie, non négligeable, de son combat en faveur de l’Europe consistait, dès l’entre-deux-guerres, à acquérir une position hégémonique au sein des mouvements pro-européens.

  • 133 Fonds Union pan-européenne : photocopies des archives centrales d’Etat (Moscou) déposées auprès de (...)
  • 134 Lubor Jilek, « Pan-Europe... », op. cit., p. 426.
  • 135 Fonds Union pan-europeenne, op. cit., 554, lettre de Philippe Berthelot du 7 juillet 1927.
  • 136 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 8 septembre 1926.
  • 137 Papiers Loucheur, copie microfilmée déposée à l’Institut Pierre Renouvin, box 4, folder 12, lettre (...)
  • 138 Ibid., lettre anonyme adressée à Coudenhove-Kalergi du 8 février 1928 : « Monsieur Loucheur consi (...)
  • 139 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 3 mai 1928.
  • 140 Ibid., lettres de Loucheur des 22 mai 1928 et 28 juin 1928.

40Les premiers malentendus avec les hommes politiques français remontent quasiment aux débuts de Coudenhove-Kalergi en France. Sa première rencontre avec Louis Loucheur – alors député de Paris – date du 13 mars 1925, mais dès ce moment, il semble que les engagements concrets de Loucheur se soient fait attendre. En août 1926, il se désiste pour le premier congrès pan-européen prévu à Vienne à l’automne, au désespoir du comte qui estime que son absence « serait pour le congrès et notre cause, une perte tout à fait irréparable ! » et qui s’emploie à lui forger un itinéraire et un programme qui lui fassent perdre le moins de temps possible133. Selon Lubor Jilek, Loucheur a pris l’initiative de solliciter lui-même en avril 1927 le concours de Coudenhove-Kalergi en vue d’associer Pan-Europe au travail préparatoire de la diplomatie française pour la conférence économique internationale de Genève prévue en mai134. Mais dès l’été 1927, alors que le comte cherche à organiser à Bruxelles en octobre un second congrès pan-européen dont la présidence d’honneur serait confiée à Briand, ce dernier lui fait savoir par l’entremise de Berthelot qu’il ne pourra y assi135. En août, le comte décide d’ajourner le congrès. Parallèlement, le comte a sollicité en vain dès janvier 1926 Edouard Herriot pour lui proposer la présidence du futur comité pan-européen français. Il a essuyé avec amertume un refus définitif en septembre 1926136. Les contacts pour gagner Louis Loucheur reprennent de manière intensive à la fin de l’année 1927. Le début de 1928 est marqué par un échange de lettres où Loucheur apparaît très occupé et se désiste en permanence pour les réunions prévues. Dans une brève lettre adressée à un tiers, Loucheur ironise : « Je sens que je suis vaguement chargé de m’occuper de quelque chose, sans que personne ne m’ait précisé de quoi il s’agit ! »137 – Aristide Briand a en fait, fin décembre 1927, conseillé au comte de recourir à Loucheur pour la formation du comité français. Début février, Loucheur semble se préoccuper de gagner des soutiens financiers pour le prochain congrès pan-européen, et accessoirement pour le futur comité français138. Rapidement, ce comité prend le tour d’un comité essentiellement économique : Coudenhove-Kalergi annonce la collaboration de nombreux chefs d’industrie allemands « sous la condition qu’il se forme à Paris un comité des premiers chefs de l’économie »139. Mais au printemps 1928, Loucheur prend de nouveau ses distances. « Voici une lettre de Coudenhove », écrit-il en mai, « Il me demande des impossibilités, occupé comme je le suis ». Et en juin, lapidaire : « Très pris par travaux fin de session parlementaire. Suis dans impossibilité faire réunion actuellement »140. Or, le printemps 1928 est justement le moment où le Quai d’Orsay prend le plus de recul avec Coudenhove-Kalergi. Citons ces échanges de lettres entre Seydoux, Léger et Berthelot. En avril 1928, Berthelot écrit à Seydoux :

  • 141 MAE, PA-Seydoux, 261-43, année 1928, lettre de Philippe Berthelot du 5 avril 1928.

« Je suis un peu en retard pour vous remercier de vos notes toujours très intéressantes. En ce qui concerne Coudenhove, je l’ai toujours trouvé assez suspect (au moins de fausseté d’esprit et de germanophilie plus ou moins apparente). J’en ai parlé à M. Briand qui, après avoir été un petit peu prévenu en sa faveur, pense exactement comme vous et moi et s’en gardera dorénavant. [...]141 ».

41En mai 1928, c’est au tour d’Alexis Léger d’être saisi par Seydoux :

  • 142 MAE, PA-Seydoux, 261-43, année 1928, lettre de Jacques Seydoux du 2 mai 1928.

« Voilà une éternité que je n’ai pas correspondu avec vous, et plus longtemps encore que je ne vous ai vu ; je le regrette bien vivement pour moi. Je saisis une occasion pour vous signaler que M. de Coudenhove-Kalergi se sert du nom de M. Briand et l’inscrit comme président d’honneur de son Union : cela n’aurait aucune importance s’il y avait d’autres présidents d’honneur, mais le fait que M. Briand est seul indiqué, fait croire que notre ministre des Affaires étrangères sanctionne et approuve complètement ce que fait Coudenhove. À la fin de mars, j’avais reçu la visite de Theunis qui venait me demander ce que je pensais de Coudenhove et de son affaire, car il devait voir Loucheur à ce sujet ; il était d’avis que l’Union paneuropéenne « sentait le boche à plein nez ». Je lui ai dit que c’était tout à fait mon avis et j’ai rendu compte à Berthelot de cette visite ; Berthelot m’a répondu qu’il en avait d’ailleurs dit un mot à M. Briand qui partageait ma manière de voir. Le moment n’est évidemmment pas venu d’ennuyer M. Briand de cette petite affaire, mais sans doute voudrez-vous aviser aux moyens d’empêcher Coudenhove de se servir ainsi du nom de notre ministre [...]142. »

42La méfiance et la réticence politiques de l’administration du Quai d’Orsay ont vraisemblablement concouru à accentuer la volonté de Loucheur de se démarquer d’un mouvement dont le chef a un goût immodéré pour la publicité donnée à son action. La tension se cristallise autour d’un déjeuner des deux hommes, auquel le comte avait cru bon de convier un photographe, et d’une conversation privée que le comte a rendu publique. Loucheur le lui reproche dans une lettre du 12 juin 1929 :

  • 143 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Loucheur du 12 juin 1929.

« Je m’étais déjà aperçu [...] que nous n’avions pas la même façon de comprendre l’action extérieure de notre Comité. [...] J’ai été, cette fois-ci je dois le dire, froissé de ce que, sans me consulter, vous ayez cru devoir envoyer un rapport sur notre conversation à Paris du 13 mai 1929. Si j’ai réuni autour d’une même table, un certain nombre de personnalités pour échanger des idées, ce n’était pas dans le désir de donner à une pareille réunion un caractère officiel. Un échange de vues a eu lieu, vous avez cru devoir transformer cela en une sorte de séance du conseil d’administration, et vous avez, sans me consulter encore, envoyé toute une série de ces copies, notamment l’une d’entre elles à Monsieur Briand. Cette façon de travailler n’est pas celle que nous employons, en général, en France. Plusieurs fois déjà, je me suis aperçu de divergences de détails. Je crois, dans ces conditions, que le mieux est que je cesse ma collaboration à l’œuvre que vous avez entreprise ; je vous prie de me considérer, en conséquence, comme démissionnaire143. »

  • 144 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Coudenhove-Kalergi du 1er novembre 1929.
  • 145 Ibid., lettres de René Duchemin du 12 avril 1932 et de Coudenhove-Kalergi du 27 septembre 1932.
  • 146 Ibid., lettre de Dolléans du 17 septembre 1932.

43Coudenhove-Kalergi se justifie dans une longue lettre en date du 20 juin, prétendant que l’entrevue du 13 mai était à ses yeux « une conférence préliminaire du comité économique ». Il demande à Loucheur de revenir sur sa décision. Ce dernier va poser ses conditions : que le comte s’abstienne d’intervenir dans l’organisation du mouvement pan-européen en France ; que le comité français pan-européen soit exclusivement un comité économique. Piqué au vif, Coudenhove-Kalergi fait remarquer à Loucheur qu’il s’est gardé durant deux ans d’interférer dans les affaires françaises, mais que celles-ci n’avaient guère avancé. « Je sais bien », ajoute-t-il, « qu’il n’y a pas de votre faute, que vous ne pouviez pas vous occuper de l’organisation de notre Union, car quelques semaines après que vous aviez accepté la présidence de l’Union pan-européenne en France, vous êtes entré dans le gouvernement de votre pays [...]. Pour cette raison et dans l’intérêt du mouvement pan-européen, je ne pouvais m’abstenir plus longtemps de créer une organisation centrale pour notre mouvement à Paris, à l’instar de ce que j’ai installé dans les autres capitales de l’Europe ». Il refuse d’autre part la transformation du comité français en un comité économique et plaide pour le maintien de personnalités politiques et intellectuelles144. À la suite de cet échange, les relations entre les deux hommes s’améliorent quelque peu. En janvier 1930, le comte écrit à Loucheur pour lui proposer de « prendre la parole sur l’interdépendance du problème des cartels et sur l’union économique de l’Europe » lors d’une manifestation. Ce deuxième congrès paneuropéen a lieu à Vienne du 17 mai au 19 mai 1930. Jusqu’à la mort de Loucheur en novembre 1931, ses relations avec le comte sont constituées de signes de bonne volonté, puis d’ajournements et de désistements. On peut se demander si les démêlés personnels de Loucheur avec Coudenhove-Kalergi ne reflètent pas la méfiance réelle vis-à-vis de Pan-Europe éprouvée par les industriels français que Loucheur était censé entraîner derrière lui. Nous citerons deux exemples pour étayer cette hypothèse, liés à l’organisation du troisième congrès pan-européen à Bâle en 1932. La première réticence est manifestée par la Confédération générale de la production française. Des réunions d’industriels prévues à Paris et à Bâle sont ajournées en avril et René Duchemin se refuse à fixer une nouvelle date : « Nous conservons le désir comme vous le savez d’aider par tous les rapprochements, comme ceux que vous avez si utilement créés, à améliorer la situation européenne, mais il est des heures, nous semble-t-il, où il faut savoir attendre ». René Duchemin ne se rendra pas au congrès de Bâle145. De la même manière, Dolléans, le secrétaire général de la Chambre de commerce internationale décline l’invitation qui lui est faite de présider la première commission (Reconstruction européenne) de la commission économique du congrès en invoquant le « formalisme » de la CCI et des membres qu’il a pu consulter : « Il leur a semblé [...] – étant donné qu’il existe un « Comité Europe » [au sein de la CCI] – qu’il était préférable que je m’abstienne de présider, à titre officiel, les réunions d’une commission comme vous me l’avez proposé. Croyez, cher Monsieur, que cela n’implique pas de ma part un doute sur l’importance des travaux de Bâle et sur l’utilité de l’action que vous menez »146.

2. Querelles intestines

44Les relations ambiguës du mouvement pan-européen avec le personnel politique français et les milieux d’affaires se doublent de relations nettement antagonistes avec les autres mouvements pro-européens. Derrière l’enthousiasme pour la cause européenne se cachent des rivalités importantes pour s’attirer les faveurs des dirigeants politiques français. C’est d’ailleurs une constante de l’histoire des mouvements européens. Les combats de chefs réapparaissent avec une vigueur renouvelée après 1945, encore accrus par l’augmentation du nombre de ces mouvements. Une des premières manifestations de ces luttes intestines apparaît en 1926 lors de l’organisation du congrès pan-européen de Vienne, quand Emile Borei, alors président de la Fédération pour l’entente européenne, décline l’offre de participation qui lui est faite et déplore une dispersion des efforts des différents mouvements. L’épisode le plus révélateur est celui qui oppose Coudenhove-Kalergi et Francis Delaisi, secrétaire général du comité français pan-européen dans le cadre de la préparation du congrès pan-européen d’octobre 1927. Delaisi écrit en juin 1927 une lettre véhémente au comte.

« [...] j’avais cru que vous étiez d’accord pour la collaboration avec les autres groupements. Je vois que je m’étais trompé. Vous repoussez catégoriquement tout congrès commun avec les autres groupements : Entente européenne, Coopération européenne, Union des associations pour la Société des Nations, Union parlementaire etc. sous prétexte qu’elles ne sont pas exclusivement économiques, comme Pan-Europe d’ailleurs. Il semble que vous ayez pris un brevet pour la formation de l’unité européenne, et vous estimez que quiconque, personnalité ou groupement, se propose le même objet, est un plagiaire, un contrefacteur, et même un « traître ». Ce n’est pas l’avis, je crois, de M. Briand qui, tout en donnant son patronage à Pan-Europe, a décidé M. Le Trocquer, ancien ministre, à accepter la présidence du comité français de l’Union douanière européenne. Ce n’est pas non plus l’avis de M. Loucheur qui, tout en étant président de notre section française, a fait récemment un discours au comité de Coopération européenne de M. Borel. Je crains que vous n’ayez de la peine à faire accepter ici ce point de vue trop exclusif. »

  • 147 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Delaisi du 17 juin 1927.
  • 148 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 25 juin 1927.
  • 149 Ibid., lettre de Delaisi du 27 juin 1927.
  • 150 Ibid., lettre de Delaisi du 4 juillet 1927.
  • 151 Ibid., lettre de Delaisi du 7 juillet 1927.
  • 152 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Coudenhove-Kalergi du 13 juillet 1927.

45Le second grief de Delaisi porte sur le caractère politique que compte donner Coudenhove-Kalergi au congrès pan-européen de Bruxelles et qui risque de lui faire perdre auprès des milieux d’affaires la crédibilité de la réflexion qu’il avait engagée sur les problèmes économiques. Le congrès se réduira à « une grande manifestation politique, à caractère oratoire, comme celle de Vienne, sans autre résultat pratique qu’une publicité que je souhaite grandiose ». Pan-Europe risque de voir se liguer contre elle les autres mouvements pro-euro-péens, qui pourraient tenir un vaste congrès économique sous l’égide belge. Elle n’aurait alors plus le choix qu’entre une action économique parallèle : « Ce sera un double emploi dont personne ne vous saura aucun gré » ; ou une propagande économique dans le même sens : « Alors Pan-Europe tendra à se confondre avec les autres, et sans avoir le mérite de l’initiative et de l’organisation ». Delaisi souligne en conclusion « le danger d’une politique d’isolement et, fatalement, de rivalités » qui porterait préjudice à l’unité européenne147. Coudenhove-Kalergi a paru dans un premier temps se laisser gagner par ces arguments148. Mais Delaisi intervient à nouveau pour plaider l’action commune avec les autres associations et la liberté d’expression de ces dernières149. Toutefois le congrès de Bruxelles semble compromis : le ministre belge Theunis refuse de présider la conférence économique du congrès pan-européen150. Le coup de grâce est porté par Briand qui refuse de patronner le congrès151. Atteint, Coudenhove-Kalergi a le sentiment d’être victime d’un complot : « Ce n’est pas nous qui avons créé les rivalités. Ce sont les autres qui sans aucune nécessité ont créé des autres groupements pour la seule raison des rivalités personnelles. Des personnages qui prennent cette attitude contre notre mouvement sont plutôt des traîtres de notre grande idée que des collaborateurs »152. En août, il se décide à ajourner le congrès.

  • 153 Ibid., lettre ouverte à Son Excellence Edouard Herriot, président du Conseil des ministres françai (...)
  • 154 Lubor Jilek, « Pan-Europe... », op. cit., p. 428-431.
  • 155 Fonds Union pan-européenne, 554, lettre manuscrite d’Edouard Herriot du 22 septembre 1932.
  • 156 MAE, série Y (1918-1940), 635, lettre de Lucien Coquet à Edouard Herriot du 26 septembre 1932.

46Une nouvelle querelle éclate, cette fois-ci avec l’Union douanière européenne, à propos d’une lettre ouverte adressée par Coudenhove-Kalergi à Edouard Her-riot, président du conseil et futur président d’honneur du congrès pan-européen de Bâle, le 19 septembre 1932, qui se serait prononcé négativement sur l’égalité des droits de l’Allemagne et dont les journaux auraient résumé la déclaration à un « Non, jamais rien ! » vigoureux. S’adressant publiquement à Herriot, Coudenhove-Kalergi lui fait part de « l’incompatibilité de [ses] propres conceptions d’union européenne avec [sa] déclaration : « Non, jamais rien ! ». Selon lui, « la réconciliation européenne deviendra, de ce fait, impossible, tant que la France s’opposera au principe élémentaire d’égalité des droits »153. Il faut savoir que, depuis l’été 1930, Pan-Europe est engagée dans une revendication d’égalité des droits entre la France et l’Allemagne en matière de sécurité, qui a pour but une révision des traités, fondement de la fédération européenne de demain154. En l’occurrence, les propositions de Coudenhove-Kalergi sont d’une grande hardiesse dans le contexte politique du début des années trente : enlisement du projet briandiste, entrée des nationaux-socialistes au Reichstag, tension nouvelle des relations franco-allemandes. Il défend en effet « une nouvelle conception européenne [...]. Cette politique se baserait sur un pacte européen d’assistance mutuelle et d’arbitrage obligatoire, sur une force aérienne commune, sur une alliance militaire et un état-major intereuropéen, contrôlant tous les armements européens ». Cette lettre suscita immédiatement la riposte d’Her-riot : « Non seulement je n’ai pas prononcé les paroles qui me sont attribuées (non, jamais rien) mais j’ai pris soin de les démentir officiellement. [...] Pour vous dégager, je renonce à toute présidence d’honneur du congrès pan-européen, même à toute participation et vous prie de bien vouloir considérer cette décision comme définitive »155. Cette démission provoqua aussi la vive réaction de l’Union douanière européenne, qui saisit cette occasion pour bien se placer aux yeux du président du Conseil. Lucien Coquet dénonce le goût excessif du comte pour la publicité : « Nous nous serions contentés de vous écrire à titre privé ou de vous rendre visite » ; ainsi que le dévoiement prévisible du congrès de Bâle : « Nous avons précisé à M. le comte Coudenhove-Kalergi que notre participation se limiterait exclusivement à sa partie économique ». Sur le fond, il met en évidence les contradictions du programme pan-européen avec la politique d’Aristide Briand (l’exclusion de la Grande-Bretagne de l’union européenne) et donc « l’illogisme entre le patronage de la présidence d’honneur de Pan-Europe dont le comte Coudenhove-Kalergi s’est toujours fait une gloire, et des critiques aussi directes adressées à la politique du président Briand » qui soutient la Grande-Bretagne ; les attaques du comte contre la politique française, textuellement taxée de « politique de rivalité et d’hégémonie, d’inégalité et de menace, de méfiance et de revanche » et le parti que pourra en tirer la presse allemande. Lucien Coquet dénonce enfin une « conception de l’Union européenne [...] nullement pacifique, mais au contraire, militaire, de façon à former un front commun contre la Russie soviétique à l’aide d’une armée internationale », et donc « en contradiction avec les idées du président Briand »156. À cette opposition manifestée pour le programme pan-européen s’ajoute vraisemblablement le dépit ressenti par l’UDE par suite des fins de non-recevoir de Coudenhove-Kalergi à l’encontre de ses projets d’unification des mouvements pro-européens. « Je me demande », lui écrit Coquet en août 1932, « si le moment ne serait pas venu de profiter de votre congrès de l’Europe pour provoquer une Fédération des nombreux groupements européens qui, au fur et à mesure que l’idée progresse, se créent de toutes parts ». Et de citer en exemple le traité de bon voisinage passé entre l’UDE et la Coopération européenne : « Notre comité [l’UDE] a ceci de spécial qu’il s’est volontairement confiné dans l’étude des questions économiques. Déjà pour éviter de faire double emploi avec la section économique du comité de Coopération européenne, nous avons fait un accord avec le comité que préside M. Borel pour que sa section économique soit fusionnée avec notre comité. Cela s’est fait sous la forme suivante : la section économique du comité de Coopération européenne est présidée par M. Le Trocquer et je suis moi-même le rapporteur général de cette section économique en même temps que je suis, avec mon collègue Régis de Vibraye, secrétaire-général adjoint du comité de Coopération européenne ».

  • 157 Fonds Union pan-européenne, 554, lettre de Lucien Coquet du 11 août 1932, numéro 2.

47De fait, aux côtés des premiers grands mouvements pro-européens : Pan-Europe, Coopération européenne, UDE, apparaissent au début des années trente une floraison de groupuscules tels France-Europe de Gaston Riou ou le Foyer de la Nouvelle Europe de Mme Kellerson. L’UDE plaide donc dès cette époque, pour une homogénéisation de l’action de ces divers mouvements : « Tous ces comités s’adressent aux mêmes personnes aussi bien à Paris que dans toute l’Europe, où ils cherchent à créer des sections nationales, si bien que les efforts sont dispersés et les personnes sollicitées hésitent souvent à donner quatre ou cinq fois leur cotisation pour le même objet. [...] Si tous ces comités, notamment Pan-Europe, la Coopération européenne et l’UDE pouvaient trouver une formule d’accord pour entreprendre des campagnes de propagande commune, je crois qu’un grand progrès serait fait auprès de l’opinion publique »157. Cette idée se heurte à l’hostilité de Coudenhove-Kalergi. Mais elle prendra un nouvel essor au lendemain de la guerre, quand, au terme de luttes d’influence tout aussi vives, verra le jour en 1948 un Mouvement européen unifié, fruit des efforts de l’entre-deux-guerres.

C. RAMIFICATIONS INTERNATIONALES

48En raison de ses réseaux internationaux, l’Union douanière européenne est vraisemblablement avec Pan-Europe, le mouvement pro-européen de l’entre-deux-guerres qui eut la plus grande influence en Europe sur les opinions publiques. Les tensions évoquées plus haut confortent d’ailleurs la position prédominante en Europe de ces deux groupements, et leur lutte pour l’hégémonie.

1. La constitution du réseau international de l’UDE

  • 158 MAE, Relations commerciales (1920-1940), B. information économique, vol. 47, lettre de Lucien Coqu (...)
  • 159 Archives de la Société des Nations, R. 2623/10 A-5121-172, cf. lettre de l’ABCEI du 24 juillet 192 (...)
  • 160 MAE, Relations commerciales, B. vol. 47, lettre de Lucien Coquet, op. cit.
  • 161 Ibid., lettre du Secrétariat général du 9 février 1929.
  • 162 Ibid., lettre du Secrétariat général du 11 février 1929.
  • 163 Ibid., lettre de Maurice Herbette, ambassadeur, du 15 février 1929.

49Dès sa fondation en janvier 1927, le comité français d’Union douanière européenne s’est efforcé de provoquer la création d’un comité analogue en Belgique et au Luxembourg. Son postulat de départ repose sur la conviction que toutes les mesures préparatoires à une union des pays européens, comme la stabilisation douanière ou la conclusion d’ententes industrielles, ne peuvent être envisagées que s’il existe un accord préalable entre deux grands groupements constitués : la France, la Belgique et le Luxembourg d’une part, de l’autre, l’Allemagne. Cet accord conduira à la « première grande Union douanière franco-belgo-luxembourgo-allemande », noyau de la future Europe158. Or, c’est paradoxalement en Belgique et au Luxembourg que l’organisation des comités est la plus tardive. Depuis l’Appel de mars 1925 sont en effet apparus des comités en Allemagne, en Autriche, en Grèce, en Hongrie, en Italie, en Suisse, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie. Les pays d’Europe centrale se sont mobilisés avec plus de promptitude que les pays occidentaux. Les premiers contacts avec la Belgique datent de la conférence de 1927. Lucien Coquet a un entretien avec Georges Theunis qui lui recommande d’entrer en relation avec Maurice Ansiaux, recteur de l’Université de Bruxelles et accepte pour lui-même le principe d’une présidence d’honneur. Or, le 19 septembre 1927, Ansiaux fait paraître dans Le Bulletin commercial un article où il exprime sa défiance vis-à-vis d’une union douanière européenne : il craint que l’on ne s’appuie sur le modèle du Zollverein de 1834 et que l’on n’exclut la Grande-Bretagne. Il prône la création d’une Association pour la réduction des droits de douane, à l’intitulé moins ambigu. De son côté, Theunis redoute qu’une telle union ne favorise essentiellement un rapprochement économique austro-allemand. Le comité français apporte deux démentis catégoriques et se prononce pour la participation britannique et contre un Anschluß. Plus précisément, il rejette l’idée d’une connexion préalable austro-allemande : l’Autriche ne pourra s’agréger à l’Allemagne que si existe préalablement un groupement franco-belgo-luxembourgeois. Ce démenti n’empêche pas Theunis de soutenir la fondation autonome d’une Association belge de coopération économique (ABCEI) en septembre 1927, qui se veut l’organe de diffusion des principes et travaux de la conférence économique internationale de mai 1927. L’ABCEI envisage d’encourager la création dans tous les pays d’associations poursuivant un but similaire au sien, comme en témoigne sa correspondance avec le secrétariat général de la Société des Nations à l’été 1928159. À la suite d’une nouvelle rencontre de Lucien Coquet avec Georges Theunis, lors d’un banquet du CAED, le comité français d’UDE entre en relation avec l’ABCEI et tente d’en faire son correspondant privilégié en Belgique. Parallèlement, Coquet demande en janvier 1929 à Philippe Berthelot d’étudier la possibilité d’un soutien de l’action de l’UDE par le Quai d’Orsay, en lui donnant notamment quelques mots d’introduction pour l’ambassadeur de France à Bruxelles160. Il reçoit en février une réponse favorable : « Les services compétents de mon Département suivent avec soin les travaux et les efforts de votre comité depuis sa création, et je puis vous assurer qu’ils ne négligent rien pour favoriser votre action dans toute la mesure où elle tend à améliorer les relations économiques entre les pays d’Europe »161. Le Quai d’Orsay écrit en ce sens à l’ambassadeur Maurice Herbette162. Ce dernier fournit en retour une description précise de l’état d’esprit des Belges vis-à-vis de l’union douanière européenne. Le réalisme belge se méfie des projets français à long terme jugés a priori chimériques, « de la bouillie pour chats ». Malgré les démentis, les Belges redoutent toujours une action dirigée contre les Anglo-Saxons. À cela s’ajoutent des querelles d’hommes. Pour les Belges, l’UDE est entachée du passage en son sein de Francis Delaisi – il a été nommé secrétaire général du comité français à sa fondation – « que ses relations avec Pan-Europe ont rendu suspect. [Il] a pu être écarté par les dirigeants de l’Union, son souvenir reste et rafraîchit les vélléités de concours »163.

  • 164 MAE, série Y(1918-1940), 635, communiqué paru dans la presse, 29 novembre 1929.
  • 165 MAE, série Y(1918-1940), 635, relations commerciales, B. 47, lettre de Yves Le Trocquer du 17 mars (...)

50Le voyage de Coquet à Bruxelles a lieu le 14 et 15 février 1929. Il marque le rapprochement de l’UDE et de l’ABCEI puisqu’avec l’accord de Theunis, est créée, au sein de cette dernière, une Section spéciale d’études des questions douanières, et qu’on laisse entendre qu’elle pourra un jour se développer en section autonome sous le nom de comité belge d’études de l’UDE. L’extension du mouvement d’Union douanière européenne continue jusqu’à la fin des années vingt, et, en octobre 1930, on recense de nouveaux comités en Belgique donc, mais aussi en Espagne, en Grande-Bretagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Pologne, en Roumanie, en Bulgarie, en Lettonie et en Turquie. De la même manière que la Belgique, le comité néerlandais fait entendre sa différence libérale. Tout en se rattachant à l’UDE, il prend le titre de comité néerlandais pour l’Entente douanière européenne, « afin de mieux faire ressortir qu’on ne songe qu’à un accord mutuel pour la réduction des tarifs, et non pas à la fondation d’une union douanière – laquelle pourrait facilement provoquer des antagonismes avec les États qui seraient restés à l’écart »164. Parmi les membres fondateurs figure Colijn, ancien ministre des Finances. Le comité britannique recrute également dans les cercles libéraux. Les principaux interlocuteurs d’Yves Le Trocquer sont Walter Layton de The Economist, Norman Angell, éditeur du Foreign Affairs, Sir Clive Morrison-Bell, Harold Butler, le secrétaire général de la Chambre de commerce britannique, et les membres du Cobden Club165. En octobre 1930 apparaît l’un des derniers comités constitués : le comité luxembourgeois, dirigé par Albert Calmés, directeur de l’ARBED. L’étude de la tournée entreprise par le comité français d’UDE en Europe centrale fournit une bonne illustration de l’intégration de ces associations privées dans la politique du Quai d’Orsay. Le projet régionaliste de l’UDE, fondé sur un noyau central franco-belgo-luxembourgo-allemand, affermi par les négociations lors de la constitution du comité belge, sert en effet les intérêts diplomatiques de la France en Europe centrale au tournant des années trente.

2. L’UDE en Europe centrale

  • 166 Ibid., lettre d’Edgar Stern-Rubarth du 9 septembre 1929.
  • 167 Ibid., lettre de Lucien Coquet du 13 septembre 1929.
  • 168 MAE, série Y (1918-1940), 636, ensemble de documents préparatoires à la conférence européenne de G (...)
  • 169 Catherine Horel, « L’Europe danubienne, nostalgie ou idée d’avenir ? », dans René Girault, Gérard (...)
  • 170 Jacques Droz, LEurope centrale. Evolution historique de l’idée de Mitteleuropa, Paris, 1960. Miche (...)

51L’Union douanière européenne, à l’instar de la Coopération européenne, avait d’autant plus soutenu le discours de Genève d’Aristide Briand sur l’instauration d’un lien fédéral entre les États européens, qu’elle y voyait la légitimation et la concrétisation de sa propre action. Edgar Stern-Rubarth se plaignit auprès de Coquet que le plaidoyer de Briand fût demeuré un peu vague et n’eût pas désigné nommément l’Union douanière européenne comme principale inspiratrice « bien qu’il ait apparemment cela et rien que cela en vue »166. Coquet calma le jeu : « Il ne convenait certainement pas dans des discours officiels de faire des allusions autres que très discrètes et anonymes au concours que des comités comme le nôtre ont apporté jusqu’ici à l’idée de fédération économique européenne telle que vous l’avez officiellement exposée pour la première fois à Genève en présence des groupements intéressés. [...] Aucun de nous ne cherche à se faire une réclame personnelle »167. Six mois après, le comité français d’UDE soutenait avec un enthousiasme renouvelé le mémorandum de Briand rendu public le 1er mai 1930, en insistant sur « la parfaite concordance des articles essentiels des statuts du comité français d’UDE avec les déclarations officielles de Briand en 1929 et le mémorandum »168. C’est afin de propager les idées que venait d’officialiser la diplomatie française, que le comité français entreprit, à la fin de l’automne 1930, une tournée en Europe centrale. Celle-ci fut immédiatement prise en charge par le Quai d’Orsay. L’Europe centrale est, en effet, de nouveau au cœur des préoccupations françaises à la fin des années vingt. Dès la guerre surgissent des plans destinés à redonner une unité à une région que les traités de paix vont inexorablement démanteler. Il y a la réflexion conduite par Frédéric Neumann dans son ouvrage Mitteleuropa, paru en 1915, et dont l’influence a été grande dans l’entre-deux-guerres169. Il y a aussi le projet plus concret, présenté en 1917 par le tchèque Thomas Mazaryk aux Alliés, d’organisation économique des États situés entre la Baltique et la mer Egée. La crise de 1929 relance la réflexion sur la nécessité d’un rapprochement économique des pays danubiens. Ceux-ci souffrent d’un endettement chronique vis-à-vis des nations occidentales, débiteurs principalement de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis. La crise économique leur ôte toute possibilité d’honorer leurs créances. En outre, le problème prend une acuité nouvelle avec la récupération de la notion de Mitteleuropa pour justifier les visées impérialistes allemandes, ainsi que le développement de la théorie des grands espaces économiques et l’essor d’un pan-germanisme qui préconisent une collaboration intime (Zusammenschluß), voire une réunion (Anschluß) des Allemands d’Autriche et du Reich170.

  • 171 MAE, Relations commerciales, B. 47, télégramme au départ du 18 novembre 1930, 21h 15.
  • 172 Ibid., série Y (1918-1940), 635, dépêche de Mathieu de Vienne, ambassadeur en Hongrie du 30 novemb (...)
  • 173 Ibid., dépêche de Clauzel, ambassadeur en Autriche du 30 novembre 1930.
  • 174 MAE, Relations commerciales, B. 47.
  • 175 Cf. « Mémoire du comité national autrichien adressé à la Chambre de commerce internationale du 10 (...)

52La diplomatie française a soutenu, à l’initiative de Philippe Berthelot, la Petite Entente constituée par la Tchécoslovaquie, le Roumanie et la Yougoslavie, comme une alliance de revers destinée à contenir l’Allemagne et à créer un contrepoids démocratique à la Russie soviétique. L’imprécision que laissent subsister les accords de Locamo quant aux frontières orientales de l’Allemagne, constitue une brèche d’importance dans le dispositif français. À la fin des années vingt se réaffirment en Allemagne et en Autriche des ambitions rattachistes qui ne laissent pas d’inquiéter le Quai d’Orsay. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’initiative de l’Union douanière européenne. Yves Le Trocquer et Lucien Coquet entreprennent du 27 novembre au 4 décembre 1930 une tournée de conférences dans les grandes capitales d’Europe centrale : Budapest, Vienne, Prague et Berlin171. Charvériat, chef-adjoint du cabinet de Briand, envoie des directives à tous les ambassadeurs afin qu’ils facilitent les démarches de l’UDE. L’action de cette dernière est clairement intégrée à la politique de la France en faveur d’une organisation économique de l’Europe, qui passe par un rapprochement des pays danubiens. « On ne peut manquer d’être frappé [...] », écrit un diplomate à Briand, « que la France soit le seul pays qui sache et ose encore dire : « comprenons-nous, aidons-nous les uns, les autres ». Votre Excellence est la personnification de ce noble effort. Et voilà qu’en moins de six mois, M. Loucheur, M. Flandin, M. Le Trocquer, ont été à travers l’Europe, qu’ils ont développé en plein accord avec vous, le thème de la solidarité européenne et abordé de front un problème économique dont le sort de l’Europe peut dépendre »172. Et cet autre réaffirme que Le Trocquer, dans ses discours, s’inspire « fidèlement des idées exposées par votre Excellence dans le mémorandum du gouvernement français et dans son discours de Genève »173. C’est la conférence organisée par la Chambre de commerce de Vienne qui suscite la préparation la plus attentive. « Conformément [aux] instructions [de votre Excellence] je n’avais pas manqué de donner au préalable à l’ancien ministre des Travaux publics [...] les indications nécessaires pour l’adaptation de son exposé au milieu technique, en même temps que de tendances nettement rattachistes, dans lequel il allait se trouver », rapporte Clauzel à Briand174. De fait, la constitution d’un comité national viennois d’Union douanière européenne s’est trouvée entravée par le débat qui a opposé deux grands groupements économiques : le Mitteleuropäischer Wirtschaftstag et le Mitteleuropa Institut. Le premier est animé depuis la guerre par Richard Riedl, économiste, ancien ministre, favorable à la création d’une fédération européenne175, mais nettement partisan d’une union douanière préalable de l’Autriche avec l’Allemagne. À l’inverse, le second est rallié à la thèse défendue par Elemer Hantos qui se prononce pour le regroupement économique des États successeurs : l’Autriche et la Hongrie actuelle, la Petite Entente et la Pologne. L’union de cet ensemble régional avec l’Allemagne ne pourra se faire que si une entente franco-allemande existe préalablement.

  • 176 Elemer Hantos, « Le projet Briand et les États-Unis économiques d’Europe. Union douanière européen (...)

« Le pivot pour la réalisation de l’unité économique de l’Europe est la solution de la question franco-allemande. Aucune organisation de l’Europe n’est réalisable sans le règlement préalable de ce vieux différend. À côté d’une entente économique franco-allemande, l’union économique des États successeurs de l’Autriche-Hongrie serait le premier degré, le plus important d’une union économique européenne. La petite Europe centrale des États successeurs pourrait, avec le temps, devenir par l’adjonction de l’Allemagne la grande Europe centrale. Le système politique des accords régionaux, fondé à Locamo, pourrait être employé pour édifier l’union douanière européenne par régions176. »

  • 177 MAE, Relations commerciales, B., 47, sous-direction des Relations commerciales, notes pour le cabi (...)
  • 178 MAE, Relations commerciales, B. 47, série Y (1918-1940), 635, dépêche de Clauzel, op. cit.

53Or c’est cette thèse que soutient le Quai d’Orsay. Il prend d’ailleurs à sa charge, à la demande de l’UDE, la publication en décembre 1931 d’un autre texte de Hantos, Mémorandum sur une nouvelle organisation économique de l’Europe centrale, car il développe « des idées qui sont dans la ligne politique suivie par le Département et, à ce titre, le service ne peut que signaler à la bienveillante attention du cabinet la demande de M. Coquet »177. Dans son discours du 29 novembre 1930, Yves Le Trocquer s’emploie à ancrer l’Autriche dans la Société des Nations, en rappelant qu’elle est bénéficiaire des protocoles de Genève de 1922. Se gardant de tout encouragement à l’ Anschluß, il insiste sur la méthode à employer : « la conclusion d’ententes régionales, qui ne sauraient être une fin en elles-mêmes, mais une étape vers des ententes plus larges résultant de leur agglomération, soit d’ententes portant sur des produits nettement déterminés et groupant tous les pays intéressés à leur production et à leur consommation »178. Cette méthode, on l’aura saisi, est celle préconisée par Louis Loucheur : les ententes directes entre producteurs au moyen de la constitution de cartels internationaux. Quant à leur support géographique, l’UDE défend nettement la position d’Elemer Hantos. Dès 1928, elle rend officielle sa propre vision du processus d’union européenne par l’entremise de l’important discours prononcé par son délégué Pawlowski lors de la conférence économique internationale de Prague d’octobre 1928. Lors de cette conférence, le délégué autrichien Breza évoque « la possibilité et l’autorisation de se conjuguer économiquement avec d’autres pays », euphémisme voilant à peine l’idée d’Anschluß. Par la voix de Pawlowski, le comité français d’UDE expose sa conception du processus qui doit conduire à l’union européenne :

  • 179 Ibid., Relations commerciales, série B, 47.

« Nous considérons, en effet, que l’Union doit être instituée par paliers par l’agrégation progressive des divers États autour d’un noyau central. Ce noyau central, nous le voyons nécessairement dans une association de la France, de l’Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg, ces derniers déjà réunis. Les autres États pourraient venir, à leur gré et à l’heure qui leur conviendrait le mieux, s’adjoindre au noyau précédemment constitué. Dans ces conditions, nous admettons tout naturellement que l’Autriche pourrait se conjuguer douanièrement avec l’Allemagne, elle-même déjà rattachée à la France, à la Belgique et au Luxembourg. Mais notre comité français pour l’Union douanière européenne ne se dissimule pas que l’opinion publique nationale serait totalement opposée à une connexion préalable, sur le terrain économique, de l’Autriche et de l’Allemagne, parce qu’elle verrait – et nous partageons son impression – dans cet état économique, un acte politique inavoué. Nous admettons, par ailleurs, que, tandis que se poursuivront les négociations entre la France, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg, pour la création du noyau que nous jugeons indispensable, les principaux États de l’Europe centrale, c’est-à-dire l’Autriche, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, la Roumanie pourraient, de leur côté, s’agréger en un second noyau qui viendrait, dans son intégralité, se fondre dans le noyau franco-allemand179. »

  • 180 Ibid., série Y (1918-1940), 635, lettre de Clauzel, ambassadeur de France en Autriche, du 30 novem (...)
  • 181 Catherine Horel, « L’Europe danubienne... », op. cit., p. 26-27.
  • 182 MAE, série Y (1918-1940), 636, « Les conditions techniques d’une fédération économique et douanièr (...)

54En Europe centrale, Yves Le Trocquer défend de nouveau cette position, se faisant le porte-parole officieux de la politique du gouvernement français. Dressant le bilan de cette tournée, l’ambassadeur Clauzel conclut de manière révélatrice : « Le succès de bon aloi, obtenu par M. Le Trocquer, servira très utilement l’œuvre de rapprochement à laquelle il se consacre [...] en même temps qu’il contribue, malgré le caractère privé de son action à préparer opportunément les voies pour la prochaine réunion en janvier de la Commission d’études de l’union européenne »180. Après la publication du Mémorandum du gouvernement français sur l’organisation d’un régime d’union fédérale européenne et des réponses faites par vingt-sept États européens, a, en effet, été mise sur pied en 1930, une Commission d’études pour l’union européenne (CEUE), dont la première session se tient à Genève, le 23 septembre. La seconde session doit avoir lieu à la mi-janvier 1931. L’Europe centrale est au cœur des préoccupations de la CEUE, puisque la première question technique mise à l’étude est celle de l’écoulement des céréales danubiennes. Rappelons pour mémoire la présentation lors de la troisième session en mai 1931 du Plan constructif de reconstruction économique de l’Europe centrale et orientale, dû à André Fran-çois-Poncet, alors sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale et président du Comité pour l’écoulement des stocks. André Tardieu devait également soutenir en mars 1932 un nouveau plan d’accords commerciaux préférentiels de cinq États danubiens : Tchécoslovaquie, Roumanie, Yougoslavie, Autriche, Hongrie, visant à garantir la souveraineté autrichienne et la réorganisation d’une Europe centrale autour d’elle, qui n’eut pas de lendemain181. Tous ces projets ont été ardemment défendus par le comité français d’UDE182.

  • 183 Citons comme exemple cette annotation au crayon à papier de Philippe Berthelot sur cette lettre de (...)

55L’étude du cas danubien met ainsi en valeur les interférences entre diplomatie officielle et diplomatie privée, et l’effet d’entraînement sur la décision qu’ont pu avoir, à certains moments, les associations privées, quelles qu’aient été les réticences des diplomates chevronnés183. L’influence des associations tient à ce qu’elles possèdent une information sur le terrain et que leur réflexion théorique est en avance. La dépendance du Quai d’Orsay, déjà évoquée, se trouve confirmée. L’approche régionale que fait prévaloir l’UDE permet enfin d’amorcer une réflexion sur la vision de l’Europe qu’ont eue ces associations.

III. DEUX VOIES POUR UNE EUROPE

56Quels contours et quel contenu donner à l’Europe ? Nous avons choisi de traiter cette question en étudiant l’évolution peu à peu divergente de la vision des deux associations au cœur de ce travail, l’Union douanière européenne et le Comité d’action économique et douanière, car elles sont représentatives de deux grandes tendances. Comme nous l’avons déjà souligné, elles figurent parmi les très rares mouvements de l’entre-deux-guerres à avoir survécu à la Seconde Guerre mondiale. Aussi les avons-nous suivies tout au long de cette recherche de leur naissance à leur disparition. L’analyse de leur itinéraire fait apparaître une évolution dans leur conception de l’Europe qui est perceptible dès les années trente, qui s’accentue sous l’Occupation, et se confirme après 1945. Ce sont donc les prémices de cette évolution que nous présentons ici, en nous gardant dans la mesure du possible de toute anticipation sur les périodes ultérieures.

A. LA VOIE LIBÉRALE

  • 184 Jacques Lacour-Gayet, La réforme douanière, Paris, 1926, p. 21-22.
  • 185 Paul Elbel, Le projet de trêve douanière et la convention de Genève du 24 mars 1930, Paris, 1930, (...)
  • 186 Eric Bussière et Michel Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un ap (...)
  • 187 Eric Bussière, « La SdN, les cartels et l’organisation économique de l’Europe durant l’entre-deux- (...)
  • 188 Le Temps, numéro du 25 septembre 1931, « M. Loucheur à Pavilly » ; cité par Véronique Pradier, Lou (...)
  • 189 Pour une présentation plus détaillée de ces idées, on se reportera dans le chapitre suivant à la p (...)

57Ce dernier souci conduit à reconnaître la relative imprécision de la vision du CAED durant tout l’entre-deux-guerres. Idéologiquement, il est tributaire des convictions de son fondateur Jacques Lacour-Gayet. Pétri de réminiscences historiques, mais attentif aux mutations de la vie internationale contemporaine, libéral convaincu, ouvert à toute forme de modernité technique, Lacour-Gayet n’a pu qu’être séduit par l’idée d’union européenne, et qu’être favorable au rapprochement franco-allemand qu’elle impliquait. La manifestation la plus évidente de son engagement dès cette époque– et quelles qu’aient pu en être les motivations économiques – réside dans le soutien qu’il apporta à la création de Radio-Luxembourg. L’essor de cette dernière reposait en effet sur ce socle idéologique. Toutefois, représentant principalement les grands magasins, il préconise une démarche prudente. C’est la mise en garde, dès 1926, que nous avons déjà citée : « [...] prenons garde, petits pays de la vieille Europe [...] de nous réveiller un jour désunis et vieillis en présence des forces jeunes qui auront conquis les marchés du monde »184. C’est encore l’approbation donnée à l’automne 1929 par le CAED au projet de trêve douanière, « premier essai de rationalisation économique », qui a le mérite de ne pas « aller jusqu’à une union douanière qui l’imposerait brutalement et avec d’irréparables dommages »185. Le CAED va demeurer en retrait dans le débat sur la méthode pour unir l’Europe, même si sa religion en la matière est faite. Deux grandes approches prévalent alors : l’approche libérale fondée sur l’abaissement des tarifs douaniers ; l’approche contractuelle qui repose sur l’organisation du marché par la constitution d’ententes entre industriels. Mais ces deux positions ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Comme l’a démontré Eric Bussière, il y a eu une troisième voie qui tendait à les concilier et que Louis Loucheur s’est employé à définir. Le « modèle Loucheur » repose sur le postulat qu’il est possible de « combiner l’action des cartels capables d’organiser et de rationaliser la production sur une base européenne et la politique tarifaire des États. L’organisation de la production permettrait une réduction parallèle et progressive du niveau de la protection »186. La constitution d’ententes aurait pour fin ultime la libéralisation des échanges. Mais en dépit des conciliations recherchées, pour un zélateur averti du libéralisme comme le CAED, l’entente est intrinsèquement mauvaise dans la mesure où elle introduit, en régulant les échanges, une brèche dans le libéralisme. De fait, malgré les subtilités et le caractère conciliant du projet d’ententes internationales que Loucheur conçoit pour l’Europe, on ne peut perdre de vue qu’il est sous-tendu par l’idée d’une « organisation régulée de l’économie associant État, organisations patronales, syndicats ouvriers », issue de son expérience de ministre des Armements durant la guerre, comme le rappelle Eric Bussière187. Véronique Pradier rapporte cette déclaration faite peu de temps avant sa mort à un journaliste : « Je suis anti-étatiste, si cela veut dire que l’Etat doit diriger les industries. Mais je suis étatiste quand il s’agit de protéger la production »188. En outre, il faut également insister sur le fait que Louis Loucheur est issu de ce milieu d’ingénieurs – lui-même est polytechnicien – pour qui la notion de rationalisation de l’économie fait office de nouveau credo. Sans y appartenir, il est proche du cercle de réflexion constitué en 1926 par Ernest Mercier, Le Redressement français, et compte de nombreuses connaissances comme André Citroën ou Louis Bréguet dans les secteurs économiques gagnés par les idées d’organisation scientifique du travail189. Dès la fin de la guerre, Loucheur a placé l’accroissement de la production au cœur de sa politique : c’est le fameux appel à l’« hymne à la production » qui doit être dans la bouche de tous les Français, de son intervention à la Chambre du 14 février 1919 ; c’est le recours à la mécanisation pour réduire les coûts de production.

  • 190 « Extraits du discours prononcé par Louis Loucheur à la conférence économique internationale de Ge (...)
  • 191 Laure Bravard, La Chambre de commerce internationale dans l’entre-deux-guerres (1919-1935), maîtri (...)
  • 192 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle dans l’économie française au xxe siècle. Étude sur l (...)
  • 193 Cf. deux études récentes : Odette Hardy-Hemery, « Une limite au libéralisme intégral ? Ententes et (...)
  • 194 Cf. Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., quatrième partie, p. 1649-1683.
  • 195 Terushi Hara, « Organisation professionnelle et ententes. Une analyse de l’enquête du Conseil nati (...)
  • 196 Cf ! Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, (...)

58Il préconise donc de reporter le décalque de cette approche à l’échelle européenne. Afin de relancer la consommation européenne, il enjoint dans un important discours à la conférence économique internationale de Genève de mai 1927 de reconquérir les marchés extérieurs : « [...] et pour cela un effort de rationalisation, de compression des prix de revient s’impose sans délai, mais pour pouvoir rivaliser avec ceux qui sont réalisés dans les pays ayant d’énormes marchés intérieurs, il faut que la rationalisation des industries ne soit pas limitée à tel ou tel pays mais qu’elle puisse s’étendre à l’ensemble de l’Europe. Ce qui nous conduit déjà à une première raison de création d’ententes internationales pour un certain nombre d’industries »190. Loucheur va être de ceux qui contribuent à donner à la notion de « rationalisation » une acception internationale et à en faire un synonyme d’« organisation européenne ». Laure Bravard remarque ainsi que le terme revient souvent dans les publications de la Chambre de commerce internationale, et qu’il tend à désigner le système que ses membres souhaiteraient voir s’instaurer en Europe191. L’un des principaux dirigeants du comité national de la CCI, Jean Coutrot, membre du groupe de réflexion X-Crise à partir de novembre 1931, défend lui aussi cette extension de la rationalisation comme le moyen de réorganiser l’économie internationale192. Confronté à ces schémas, le CAED ne peut que refuser pour l’Europe ce qu’il rejette dans le débat intérieur pour la France : réguler le marché par le jeu des ententes. Il faut attendre 1939 et l’enquête menée par le Conseil national économique (CNE), pour qu’il prenne officiellement position dans le débat français sur le problème des ententes. Mais il le fait alors de manière nette et détaillée. Ce problème fait partie, on le sait, des débats économiques importants de l’en-tre-deux-guerres193. En principe, l’article 419 du Code pénal interdit les ententes visant à déterminer les prix et les quotas de production. Pourtant il a été contourné dès le xixe siècle avec l’essor des comptoirs de vente et des cartels. La loi du 3 décembre 1926 en élargit la portée, mais son application est si complexe qu’elle décourage les poursuites et devient de plus en plus inopérante. Le débat est réactualisé en mars 1935 avec l’adoption par l’Assemblée nationale du projet de loi Marchandeau « fixant les conditions dans lesquelles des accords professionnels peuvent être rendus obligatoires en période de crise ». En raison des résistances manifestées, le projet de loi n’a pas été adopté au Sénat. Le problème resurgit en 1936 à l’initiative de Jean Coutrot, auquel le gouvernement de Front populaire vient de confier un Comité national d’organisation scientifique du travail (COST) afin de permettre à l’État de relancer et de coordonner les initiatives patronales en matière de rationalisation194. Le gouvernement saisit le Conseil national économique d’une demande d’avis. Ce dernier met en place une commission qui entreprend une grande enquête auprès des associations professionnelles en mars 1939. On y trouve une première partie relative à l’organisation professionnelle ; la seconde concerne les ententes195. L’enquête est l’aboutissement de la tendance qui se dessine depuis le milieu des années vingt en faveur d’une réorganisation de l’économie française en rupture avec les principes du libéralisme classique196.

  • 197 Organisation professionnelle et ententes professionnelles. Réponse au questionnaire du Conseil nat (...)
  • 198 Cf. Harm Schröter, « The International Potash Syndicate », et Jean-Pierre Daviet, « Saint-Gobain e (...)
  • 199 Terushi Hara, « Organisation professionnelle et ententes... », op. cit., p. 96.

59La réponse du CAED, par son libéralisme intégral, bat en brèche l’interprétation sans nuances qui tendrait à faire de cette tendance modernisatrice aux composantes multiples – planisme, taylorisme, corporatisme – un mouvement majoritaire et inexorable. Le CNE distinguait deux types d’ententes : les ententes libres constituées à l’initiative des seuls producteurs ou commerçants, et les ententes obligatoires imposées autoritairement à des branches d’activité par l’État. En ce qui concerne les premières, dénoncées comme occultes et donc susceptibles d’abus, sont proposées l’obligation de leur déclaration et l’élaboration d’un statut permanent. Les secondes résulteraient de la généralisation potentielle de ces ententes sous la férule de l’État, qui réglementerait leur organisation et leur fonctionnement. Le CAED se prononce contre la déclaration obligatoire des ententes libres en raison des imprécisions relatives à l’autorité apte à recueillir cette déclaration. Il se déclare surtout hostile à la rédaction d’un statut légalisé présidant à leurs formation, fonctionnement et dissolution, généralisant les ententes et les rendant de fait obligatoires. Elles réduiraient la production, fermeraient la profession, provoqueraient la hausse des prix, renforceraient le protectionnisme et conduiraient à l’étatisme économique. « On s’acheminerait au statut autoritaire de toutes les professions, ne laissant plus trace des libertés économiques et menaçant bientôt toutes les libertés individuelles ». En conclusion, le CAED « appelle instamment l’attention du Conseil national économique sur le danger de propositions qui, en voulant régir l’activité économique par voie d’autorité, risquent de compromettre la production et de gêner la consommation, sans apporter avec certitude la contrepartie d’une meilleure répartition des richesses.[...] À chacun sa tâche : à l’État, l’administration générale, aux syndicats libres, la défense des intérêts professionnels, aux chefs d’entreprises, qui ont seuls la responsabilité de leurs affaires, l’autorité sans partage pour les diriger dans le respect des lois et des droits d’autrui »197. On peut s’étonner d’une position qui semble négliger la réalité des relations économiques : des études sectorielles récentes – sur l’industrie de la potasse ou l’industrie du verre198 – ont ainsi montré que la cartellisation n’avait pas toujours été un frein pour l’innovation. Mais il faut bien comprendre que la position du CAED est avant tout une attitude politique qui s’exprime par une pétition de principe : l’étude de la composition de ses listes d’adhérents a fait apparaître une réalité plus complexe. En outre, cette position est loin d’être isolée. L’analyse minutieuse des réponses de chaque secteur d’activité qu’a réalisée Terushi Hara a révélé l’emprise du libéralisme sur les milieux économiques. Les ententes obligatoires ne sont une réalité que dans une minorité de secteurs : le sucre, la chicorée, la meunerie, la pêche maritime, la chaussure. Les industries à forte tendance corporatiste – industries extractives, alimentaires... – ne concernent que 12 % des sections du CNE. La réponse négative de la grande majorité des secteurs s’appuie sur les mêmes arguments que ceux du CAED. L’intervention de l’État nuit aux progrès techniques et aux initiatives individuelles ; un modèle unique obligatoire n’est pas applicable à des réalités économiques très diversifiées. « La France reste un pays où le libéralisme économique domine la pensée des industriels [...] », écrit Terushi Hara. « Le milieu économique n’accepte pas la forme hybride du néo-libéralisme [...] »199. L’étude du cas que présente le grand commerce contribue à accentuer cette revalorisation de la persistance du modèle libéral dans les milieux économiques, à l’orée de la Deuxième Guerre mondiale.

  • 200 Eric Bussière, « La SdN, les cartels... », op. cit., p. 280.
  • 201 Eric Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe (1918-1935), Paris, (...)
  • 202 Ibid, p. 327-329.
  • 203 Cf. supra, chapitre 2.

60De la même façon, le CAED rejette le système des ententes internationales. Certes, nous n’avons pas trouvé de textes où Jacques Lacour-Gayet ou un dirigeant du CAED s’exprime directement sur ce sujet. En revanche, le combat clair en faveur de l’abaissement des droits de douane dans lequel le Comité se lance avec vigueur dès sa naissance fait apparaître par défaut, mais avec netteté, qu’il a opté pour la voie tarifaire. Pour lui, la logique qui préside à la constitution des cartels internationaux, en régulant la concurrence, est une démarche fondamentalement antilibérale et donc mauvaise. Dans la pratique, les conclusions de différents comités d’experts de la SdN et de la Chambre de commerce internationale à l’automne 1931 ont pu renforcer le CAED dans la conviction que la voie de compromis préconisée par Loucheur n’était peut-être pas la bonne. Examinant secteur économique par secteur économique, produit par produit, la validité de son approche, les experts estiment en effet que les ententes, si elles régulent la production et stabilisent les prix, n’ont fondamentalement pas d’effet sur les tarifs douaniers, permettant au mieux la stabilisation de la protection. « Leur équilibre interne, lié aux niveaux de protection existant au moment de leur signature, comme leur caractère fondamentalement provisoire, ne permettait pas d’en faire une méthode de réduction tarifaire »200. En fait, en ce début des années trente, le point de vue du CAED oscille selon toute vraisemblance entre le scepticisme qui gagne l’un de ses soutiens, Daniel Serruys, et le point de vue mitigé qu’exprime Louis Baudin, professeur à la Faculté de droit de Dijon et fervent libéral. Même s’il avait œuvré de concert en 1919 avec Louis Loucheur, alors ministre de la Reconstruction industrielle, pour un rapprochement économique franco-belge, notamment dans le domaine métallurgique201, puis de nouveau en 1927, réfléchi en compagnie de ce dernier au sein du comité économique de la Société des Nations à la définition d’une Europe des producteurs202, Daniel Serruys était demeuré fondamentalement attaché au principe du libéralisme économique. En témoignait sa prise de position radicale lors de la conférence dite « de la trêve douanière » en février 1930 : il se prononçait alors pour le rejet d’une trêve qu’il avait pourtant appelée de ses vœux, mais qui, du fait du retournement de la conjoncture, lui paraissait susceptible de cristalliser les hausses tarifaires qui avaient eu lieu depuis l’annonce de la tenue de cette conférence en septembre 1929203. Par ailleurs, le foisonnement des processus proposés pour construire l’Europe le laissait songeur. C’est ce qui ressort de cette lettre rédigée en octobre 1930, au moment où il quitte le comité économique de la SdN et renonce à tout poste dans la haute fonction publique. Il y dresse le bilan d’une décennie d’efforts :

  • 204 MAE, Papiers Avenol, vol. 37, lettre de Daniel Serruys du 13 octobre 1930.

« Bien que ne participant plus officiellement aux travaux du comité économique, mon effort, associé à celui des grands groupements français ou des organismes internationaux de propagande, se poursuivra dans le sens de mon activité antérieure, que je tâcherai d’adapter aux hypothèses nouvelles. Celles-ci malheureusement sont multiples et parfois contradictoires. D’après les milieux que j’aborde, soit en France, soit à l’étranger, je constate soit une tendance à une démobilisation concertée des tarifs, octroyée à tous en vertu du principe de la clause de la nation la plus favorisée, soit au contraire la tendance opposée vers la constitution de groupes d’Etats associés dans un régime préférentiel ; soit la préoccupation d’étendre les grandes ententes industrielles de caractère privé, soit la préoccupation inverse de concilier les deux Europe, industrielle et agricole, par des accords de gouvernements souvent inconciliables avec les cartels et les trusts.[...] Il faudra pourtant un jour mettre un peu d’ordre dans tout cela204. »

  • 205 MAE, série Y (1918-1940), 636, article de Louis Baudin, « Quelques aspects économiques d’une fédér (...)
  • 206 Le Mémorandum sur l’organisation d’un régime d’union fédérale européenne est reproduit dans les Œu (...)

61De son côté, Louis Baudin manifeste sa suspicion à l’égard des cartels et sa crainte « que ces puissantes organisations ne profitent de leur monopole de fait pour pratiquer une politique de sous-production ». En revanche, il approuve toutes les tentatives faites en faveur de l’abaissement des droits de douane. Estimant la fédération européenne « un idéal irréalisable dans les circonstances présentes », il conclut ainsi : « Laissons aux « fédérations », aux « internationalistes », aux « blocs économiques » leur valeur d’idées directrices et souhaitons seulement que ces tendances aboutissent à abaisser les murailles douanières devenues excessives. Entre l’« union » et l’« autarchie », il y a encore place pour bien des réformes »205. La position du CAED sur la question européenne évolue peu jusqu’à la guerre et se définit de la façon suivante : s’il apporte son appui à toutes les initiatives gouvernementales en faveur du désarmement douanier, qui, de fait, est un des moyens définis comme prémices d’une union européenne, il ne conçoit pas à cette date de projet structuré d’Europe. En revanche, se rattachant à la tradition de groupements comme l’ANEE ou la FICF, actifs dès le début du siècle, soucieux de la défense des intérêts économiques, et en particulier de la liberté commerciale, il offre un terrain non incompatible avec l’idée d’une Europe des échanges. Il se reconnaît dans la partie du mémorandum du gouvernement français de mai 1930, qui préconise le retour au libre-échange et la simplification méthodique de la circulation des marchandises, des capitaux et des personnes, mais n’aspire pas à une intégration poussée des politiques économiques européennes206. L’impulsion décisive viendra après 1945, avec l’engagement clairement européen de Jacques Lacour-Gayet et celui de Daniel Serruys qui rejoindra alors les rangs du CAED.

B. LA VOIE FÉDÉRALE

  • 207 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit.
  • 208 MAE, série Y (1918-1940), 635, 636.

62À la prudence du CAED s’oppose le militantisme de l’UDE. Se revendiquant dès sa fondation comme un mouvement d’Européens décidés à unir leur pays respectifs, l’Union douanière européenne développe une vision de l’Europe qui subit des mutations importantes des années vingt aux années quarante. Jean-Luc Chabot les a bien analysées207. Les dossiers du Quai d’Orsay corroborent les conclusions qu’il a tirées de sa lecture des publications des membres de l’association208. Aussi nous bornerons-nous à en reprendre les lignes principales. On étudiera en revanche la méthode préconisée par l’UDE pour unir l’Europe, car elle constitue la principale ligne de partage avec le CAED, ainsi que la période moins connue des années trente.

  • 209 Henri Truchy, 1934 ; cité par Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit., p. 113.
  • 210 Statuts du comité français d’études, cité ibid., p. 115.

63À l’origine, frappés par les « nombreuses frontières nouvelles jalousement gardées par des murailles de tarifs », les signataires de l’Appel du 12 mars 1925 se rattachent à la tradition libre-échangiste incarnée par le CAED. Elle se double d’une vision universaliste de l’Europe conçue comme un tout où aucune distinction n’est faite entre les pays. « Elle avait pour objet d’embrasser l’Europe entière. Les hommes de pensée qui ont formulé après la Grande Guerre la conception de l’UDE la voulaient pure de toute idée de domination. Grands et petits États devaient s’associer librement et en égaux, pour leur avantage économique commun, dans le respect mutuel de leur indépendance »209. La création du comité français en janvier 1927 correspond à la désignation des deux méthodes également préconisées pour rapprocher les pays européens : « la pratique pacifique des ententes industrielles et des accords douaniers »210. Cette vision « moyenne » est celle qui a emporté l’adhésion du Quai d’Orsay sous l’influence de Jacques Seydoux. Ce dernier a été conduit dès les années vingt à réfléchir aux conditions d’un rapprochement européen.

  • 211 PA Seydoux, 261-42, lettre à Carbonnel de novembre 1926.
  • 212 Ibid., lettre à Henri Massis du 28 avril 1927.

64La nécessité d’un rapprochement politique s’impose à lui à partir de 1925. Ce sont des raisons de sécurité et d’équilibre géopolitique qui priment désormais. La configuration future de l’Europe est esquissée à tâtons, mais la fin est dorénavant bien affirmée : « Nous nous creusons la tête pour savoir par où commencer et je ne peux pas dire que ce soit commode. Il faut cependant y arriver, car c’est d’une politique commune de la France et de l’Allemagne en Europe que dépend le sort de la paix »211. Après la lecture du livre d’Henri Massis sur La défense de l’Occident, il écrit à l’auteur que l’âme allemande actuelle a pris parti non pas contre l’Europe, mais pour l’Europe212. Par-delà l’analyse des politiques nationales, Seydoux est conduit à réfléchir à de nouvelles configurations et à exprimer publiquement ses préférences par l’intermédiaire de la revue Pax qu’il a créée. Il semble que cette réflexion ait été accélérée par le retentissement des idées pan-européennes de l’autrichien Cou-denhove-Kalergi et par la vive hostilité ressentie par Seydoux à son encontre. Sur le fond, il reproche au programme pan-européen ses ferments bellicistes.

  • 213 PA Seydoux, 261-51 (1), Pax, article du 2 mai 1927, « La paix pour tous ».

« Un certain mouvement d’opinion tend à faire de la coopération européenne, un organe contre la puissance américaine ou contre la puissance asiatique.[...] Pax s’élève contre certaine propagande pan-européenne qui ne voit dans l’Europe unie qu’une arme puissante, qu’un élément de guerre213. »

65Il dénonce aussi le caractère militant et mystique de son idéologie.

  • 214 Ibid., article du 27 avril 1928, « La leçon des élections ».

« L’idéologie, qu’elle soit de politique extérieure ou intérieure n’a jamais rien créé : laissons là les idées et voyons les faits. Ce sont les masses qui nous gouvernent aujourd’hui. [...] Il est nécessaire avant tout d’élever le niveau matériel des masses, c’est-à-dire d’augmenter leur bien-être et leur richesse.[...] Voilà pourquoi, une fois de plus, nous sommes en désaccord avec M. Coudenhove-Kalergi qui, dans un article de sa revue Pan-Europe, prêche encore l’idéologie pan-européenne et demande que l’électeur connaisse l’attitude adoptée par son candidat à l’égard de l’Europe : le candidat est-il pan-européen ou anti-européen ? et il ajoute qu’il faut enthousiasmer les électeurs européens pour la cause de la Pan-Europe. S’il y a un mythe quelque part, c’est bien dans la Pan-Europe. Soyons d’abord nous-mêmes, sans regarder trop à droite, ni à gauche214. »

66L’organisation d’une Europe politique en grands blocs lui semble dangereuse.

« On a soutenu qu’il fallait créer une sorte de Pan-Europe qui permettrait la division du monde en grands groupements : Pan-Europe, Pan-Amérique, Empire britannique, groupement russe et groupement mongol. On ne saurait trop s’élever contre une pareille conception qui mènerait à de nouveaux antagonismes, générateurs de guerre.[...] Toute entente spéciale entre les États d’Europe ne doit comporter aucune pointe contre l’Empire britannique, l’Amérique ou la Russie... »

67Il suggère par conséquent d’organiser l’Europe sur le plan économique, en procédant par des ententes régionales entre pays voisins.

« Des marchés s’établissent, des courants qu’il faut fortifier [...]. Ce qui doit se faire en Europe ne peut pour le moment porter aucun nom. Plus tard, ce nom se trouvera tout seul. Il faut se rapprocher, s’entraider et avant tout le faire dans le domaine économique. »

  • 215 Ibid., article du 26 février 1928, « États-Unis d’Europe. Il n’est pas d’idée plus généreuse que c (...)
  • 216 MAE, série Y (1918-1940), 636, numéro de L’Europe nouvelle du 30 avril 1927, article « Les entente (...)

68Il convient de tenter d’abaisser les barrières douanières et de multiplier les ententes économiques sur les principaux produits comme le cartel de l’acier, l’arrangement sur les potasses215. L’Europe que Seydoux a en vue est très proche de celle d’un Louis Loucheur : une Europe des producteurs, une Europe des ententes industrielles internationales fondée sur l’interpénétration des économies française et allemande. Ce n’est pas un hasard si la liste des membres du comité de direction de sa revue de politique étrangère Pax est composée de grands noms de l’industrie française – Charles Laurent, Henri de Peyerimhoff, Maurice Dubrulle, Richemond, Dalbouze, Deretz etc. – que l’on retrouve pour une partie d’entre eux sur la liste des membres de la section française du CFAID : il y là interpénétration de deux organismes aux projets économiques européens similaires. Un article de L’Europe nouvelle, que l’on sait très proche de Jacques Seydoux au moment de la préparation de la conférence économique internationale de Genève de mai 1927, exprime clairement les vues de ces cercles d’industriels. Les ententes industrielles internationales sont la meilleure solution aux problèmes actuels. En revanche, « ce n’est ni par le système des unions douanières, ni par les traités de commerce, ni par le régime de préférence que la solution pourra être trouvée ». Le « régime des unions douanières appliqué à de grands États, c’est un moyen d’un radicalisme si excessif que sa réalisation apparaît comme tout à fait chimérique »216. Disparu en mai 1929, Jacques Seydoux ne pourra prendre position sur le mémorandum d’Aristide Briand de mai 1930, texte qui tentait de mettre en forme l’idée d’une fédération européenne...

  • 217 Archives de la Société des Nations, R 2716/10C-2291-231. Mémorandum présenté à la XXIVe conférence (...)
  • 218 MAE, série Y (1918-1940), 636, Documentation présentée au congrès d’Amsterdam de la Chambre de com (...)

69En 1927, l’Union douanière européenne maintient encore l’équilibre entre les deux méthodes, avec une préférence pour la voie tarifaire. Le mémorandum qu’elle présente à la conférence de l’Union interparlementaire de Paris, en août 1927, est une de ses premières interventions officielles. Ce rapport reprend les idées développées dans le mémorandum qu’elle vient de proposer en mai à la conférence économique internationale de Genève. Exposant les problèmes économiques de l’Europe, il mentionne le développement des cartels, « premiers commencements pratiques d’un élargissement organique des territoires économiques »217 ; mais il estime que la cartellisation ne peut à elle seule résoudre les problèmes. Les industriels ne veulent pas renoncer sans contrepartie à la protection douanière dont ils jouissent. En revanche, l’UDE préconise un désarmement douanier immédiat. Il aurait lieu en deux temps : dans un premier temps, on établira selon le statu quo actuel les limites maximales des droits ; puis grâce à une « convention collective entre trois ou quatre États », on abaisserait graduellement les taux en vigueur. L’UDE évalue à quarante années le laps de temps nécessaire pour parvenir à l’union douanière des États signataires. Elle va suivre avec attention durant trois ans les efforts destinés à aboutir à une trêve douanière, soutenir et alimenter les initiatives du gouvernement français en ce sens. Mais parallèlement, elle ne manque pas de relever l’essor de la cartellisation internationale. Yves Le Trocquer constate que la première union européenne qui est en train de se dessiner est une union des producteurs, qui au mieux pourra être accompagnée d’unions douanières partielles « qu’on peut considérer comme les avant-gardes de la grande union future »218.

  • 219 Henri Truchy, 1934 ; cité par Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit., p. 120.

70L’échec de la conférence dite « de la trêve douanière » en février-mars 1930, qui voit l’arrêt de la discussion en faveur de la stabilisation et de l’abaissement des tarifs douaniers, correspond à un tournant qui s’est déjà opéré au sein de l’UDE : la relégation au second plan de la voie tarifaire et la promotion des ententes de producteurs. Dès juin 1929, au congrès de Madrid du comité fédéral de Coopération européenne, Henri Truchy proposait de « procéder par catégories de marchandises – Il ne peut y avoir ni un plafond unique, ni un type unique de réduction progressive – ; dans chaque catégorie de marchandises, [de] distinguer selon l’état d’avancement du produit [...] ; [de] consulter tous les intéressés, producteurs, commerçants, transporteurs, consommateurs »219. Le comité français de l’UDE prend l’habitude de fonctionner par interpellation des responsables politiques et économiques, en ayant notamment recours à l’envoi de questionnaires récapitulant l’état de chaque question. En mai 1929, il adresse aux grands groupements économiques un questionnaire révélateur des préoccupations du moment.

  • 220 MAE, série Y (1918-1940), 636, lettre adressée par le comité français d’études pour l’Union douani (...)

« [...] En particulier, accepteriez-vous le principe de conventions collectives auxquelles participerait le plus grand nombre possible de peuples européens et dont l’objet serait : A / De fixer, par catégories de produits, le taux maximum des tarifs de douane, aussi bien conventionnels qu’autonomes ; B / D’abaisser progressivement ces tarifs, en étalant ces abaissements progressifs sur des périodes de temps assez longues pour laisser se faire les adaptations nécessaires ? Dans quelle mesure les ententes industrielles internationales, telles que les ententes déjà réalisées dans les industries chimiques et métallurgiques, vous paraissent-elles propres à faciliter le rapprochement économique des peuples d’Europe et l’abaissement progressif des tarifs de douane ?220 »

  • 221 Henri Truchy, 1934 ; cité par Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit., p. 116-117.
  • 222 MAE, série SdN, Secrétariat général, 1428, note de Paul Elbel pour le ministère du Commerce du 16 (...)
  • 223 Ibid., compte rendu de la réunion interministérielle du 15 novembre 1929.
  • 224 MAE, série SdN, Secrétariat général, 1430, lettre à Henri Gueyraud du 8 février 1930.
  • 225 Ibid., « La politique protectionniste des États-Unis d’Amérique en face des États-Unis d’Europe », (...)
  • 226 Ibid., fascicule 8.
  • 227 MAÉ, série Y (1918-1940), 636, Ensemble de documents préparatoires à la conférence européenne de G (...)

71Dès 1927, l’UDE doit également mettre un bémol à ses aspirations univer-salistes. Le mémorandum que présente l’UDE à la conférence économique internationale de mai 1927 stipule qu’« une association douanière ne signifie pas pour le présent immédiat, l’union douanière. Celle-ci est un idéal mais dont la possibilité pratique n’existe pas encore. [...] Une association douanière européenne pourrait avoir pour point de départ une convention conclue entre quelques États seulement »221. Comme on l’a vu précédemment, les menaces d’Anschluß marquent une nouvelle étape vers la régionalisation : les déclarations de Pawlowski en octobre 1928 tracent les contours de trois unions successives préalables à une union générale : union des pays occidentaux ; union des pays danubiens ; union germano-autrichienne. Cela correspond à une évolution parallèle de l’administration française. Paul Elbel, le directeur des Accords commerciaux, préconise en octobre 1929 de « s’attacher surtout à trouver un terrain d’entente qui permette d’engager des conversations entre groupes de nations [...] »222 ; et, en novembre 1929, envisage la « conclusion d’un gentleman’s agreement aux termes duquel les États de l’Europe occidentale prendraient simplement l’engagement de ne pas procéder au relèvement de leurs tarifs pendant un certain temps »223. De son côté, conscient de la régionalisation de l’Europe, René Massigli qui dirige alors le Service français de la Société des Nations, demande que l’on « prenne des précautions pour que ce système n’aboutisse pas à la constitution d’un groupement économique de l’Europe occidentale qui laisserait « en l’air » la Pologne, la Roumanie et la Yougoslavie »224. Toutefois, en dépit de l’antiaméricanisme qui anime l’UDE depuis le printemps 1929, l’union européenne demeure toujours conçue comme le prélude à une lointaine union mondiale225. Ses promoteurs se refusent à la vision obsidionale qui devient celle de Pan-Europe en ce même tournant des années trente : « Une entente européenne faciliterait les relations avec les vastes groupements politiques ou entités économiques tels que les États-Unis d’Amérique, et permettraient d’ouvrir des négociations collectives susceptibles d’amener par la suite la réalisation d’ententes et d’unions douanières qui s’étendraient progressivement au monde entier »226. La double évolution de l’UDE « vers une régionalisation nécessaire des travaux de la SdN » et vers une organisation prioritaire de la production, est entérinée lors de son 1er congrès, organisé à Paris, au Quai d’Orsay, les 30 juin et 1er juillet 1930227.

  • 228 Ibid, fascicule 9.
  • 229 Ibid., L’Europe de demain, septembre 1932, « Autour de la conférence de Lausanne ».
  • 230 Ibid., L’Europe de demain, septembre 1934, p. 2, note 1.
  • 231 MAE, série Y (1918-1940), 636.

72Les années trente marquent une seconde époque pour l’UDE : elles correspondent à une remise en cause de son action devant la maigreur des résultats obtenus. Il est vrai que le début de cette période voit la mort de Loucheur en 1931, le retrait de Briand en 1932, l’extension de la crise économique en Europe et le désastre de la conférence de Londres en juillet 1933. Dès juin 1930, l’UDE dresse le pénible constat d’un enlisement de l’union européenne. La sensibilisation de l’opinion publique a bien été faite, mais « on est obligé de constater aussi que malgré l’évolution progressive de cette même « idée-force », les États européens demeurent isolés et continuent à pratiquer, comme par le passé, une politique commerciale désastreuse, impérialiste et protectionniste qui livre les peuples à ce qu’on pourrait appeler les deux meules tournant en sens inverse de la nécessité mutuelle d’expansion économique et de la pratique contradictoire de l’isolement protégé »228. En septembre 1932, les articles de L’Europe de demain prennent un tour alarmiste : « Nous côtoyons la catastrophe », écrit Lucien Coquet229. Un nouvel Appel aux Européens est remis par Coquet, le 30 janvier 1933, aux dirigeants de la Société des Nations, du Bureau international du travail et du Quai d’Orsay. Prenant acte que le premier Appel de mars 1925 et les résolutions de Genève de mai 1927 sont restés lettre morte, il adresse un nouvel Appel à la responsabilité des gouvernements. L’année 1934 se veut celle du renouveau. La reconnaissance d’utilité publique du comité français est obtenue. Les statuts de l’UDE sont révisés en septembre 1934 : elle devient Union économique et douanière européenne (UEDE), « afin de bien préciser que non seulement les questions douanières, mais toutes les autres questions d’économie générale font partie de son programme »230. Le comité international réuni à Locarno lance le 4 septembre 1934 un Suprême Appel pour la tenue d’un « Locarno douanier », et réclame l’organisation d’une session extraordinaire de la CEUE décidée à « créer un marché commun au moyen de rapprochements susceptibles de se développer jusqu’à l’union économique et douanière complète de l’Europe »231. S’attelant à la préparation du second congrès de l’UDE, à Bruxelles, prévu en mai 1935, Yves Le Trocquer prêche un optimisme raisonné, même si la lucidité l’emporte.

  • 232 Ibid.

« Que sera l’année 1935 ? Sera-t-elle l’année des réalisations fécondes ? Ou n’enregistrera-t-elle que la continuation des hésitations et des atermoiements ? Il serait tout au moins sage d’affirmer que 1935 sera l’année cruciale, au cours de laquelle ou bien l’Union européenne sortira de l’ère des conférences et des négociations pour entrer dans la période des décisions constructives, ou bien l’anarchie continuera de régner dans les relations entre les trente-sept États d’Europe, et ce sera la guerre atroce, la guerre anti-humaine où sombreront non seulement tous les États grands et petits, mais encore la civilisation elle-même232. »

  • 233 Cf. Serge Berstein qui parle du camp de ceux qui se reconnaîtraient volontiers dans « une nouvelle (...)
  • 234 Cf. Laurence Badel, dans Franz Knipping (dir.), « Du Vivarais à l’Europe : itinéraire d’un fédéral (...)
  • 235 Gaston Riou, Europe, ma patrie, Paris, 1928, chapitre X.
  • 236 MAE, série Y (1918-1940), 636, L’Europe de demain, novembre 1931.
  • 237 Mémorandum sur l’organisation d’un regime d’union fédérale européenne, op. cit., p. 594.

73Mais parallèlement, vers 1934-1935, apparaît au sein du comité français une nouvelle orientation du mouvement sous l’égide de Lucien Coquet et de Gaston Riou, nouvelle recrue de l’UDE : une orientation vers une Europe fédéraliste. Gaston Riou, jeune publiciste, proche des cercles de Notre Temps de Jean Lu-chaire et des Cahiers bleus de Georges Valois, est entré en politique grâce au soutien d’Edouard Herriot qui avait patronné ses débuts littéraires. En 1934, membre de la mouvance « Jeunes Turcs », il vient d’être élu premier vice-président du parti radical radical-socialiste. Son itinéraire illustre alors peu à peu la dérive droitière de ce parti233. Il s’est surtout fait connaître à la fin des années vingt par la publication de deux ouvrages consacrés à l’union européenne Europe, ma patrie et S’unir ou mourir234. Il y défend la constitution d’une Europe continentale, excluant la Grande-Bretagne, et fédérée par des organismes politiques, législatifs et judiciaires : il faut construire « non pas une Société des Nations d’Europe, mais un Reich d’Europe, mais des États-Unis d’Europe [...], un véritable État, avec unité douanière, monétaire, diplomatique, militaire et navale »235. Il a lancé le 26 juin 1930 son propre groupement proeuropéen, la Ligue France-Europe, à l’existence éphémère. En décembre 1934, Riou conduit sa fusion avec deux autres groupuscules, qui donne naissance à une Ligue pour les États-Unis d’Europe, qu’il co-dirige avec Robert Mangin et Mme Kellerson. Lui-même fait dorénavant partie des vice-présidents du comité français de l’UDE, où il va prendre des responsabilités croissantes qui culmineront durant l’Occupation. Le 7 novembre 1931, Lucien Coquet a fait adopter par le comité international de l’UDE un Plan quinquennal pour l’Europe, qui prône, à côté d’une organisation rationnelle de la production et l’exécution d’un vaste programme de travaux publics internationaux, l’élaboration de toute une série d’unions : union postale, union des transports, union bancaire et monétaire, union fiscale, union des institutions sociales, union juridique etc236. En 1934, il réactive ce plan qui traduit une volonté d’intégration poussée des États européens. Il faut rappeler que toutes ces propositions figurent à titre de « modalités et voies de réalisations » de l’union européenne dans la quatrième partie du Mémorandum sur l’organisation d’un régime d’union fédérale européenne, conçu par Alexis Léger et rendu public le 1er mai 1930. On y trouve énumérées toute une série de « questions d’application » parmi lesquelles : le « contrôle de la politique des unions et cartels industriels entre différents pays », la réalisation d’une coordination entre les grands travaux publics exécutés pour les États européens (routes à grand trafic automobile, canaux etc.) », « coordination et travaux des commissions fluviales européennes ; ententes entre chemins de fer ; régime européen des postes, télégraphes et téléphones ; statut de la radiodiffusion, etc. » ; « application d’un pays à un autre des lois sur les accidents du travail, les assurances sociales, les retraites ouvrières, etc. »237.Toutefois, la réalisation immédiate de ces propositions novatrices est écartée en raison de la nécessité préalable de s’entendre sur la finalité politique qui doit les orienter et leur donner un sens. Le Quai d’Orsay se refuse à s’engager dans une défense de la supranationalité et dans une voie proprement fédéraliste.

  • 238 Georges Scelle, « Nationalité ou citoyenneté européenne », L’Europe de demain, septembre 1934, p. (...)
  • 239 MAE, série Y (1918-1940), 636, L’Europe de demain, septembre 1934, p. 7.
  • 240 MAE, série Y (1918-1940), UDE 635, lettre d’Yves Le Trocquer à Chiappe, préfet de police, mai 1933 (...)
  • 241 Archives de la Société des Nations, R 2716/ 10C- 2291-231, lettres de Lucien Coquet à Arthur Salte (...)
  • 242 Ibid., Note pour le contrôle des étrangers du 24 juin 1933. Avis de la sous-direction d’Europe.
  • 243 MAE, Relations commerciales, B., vol. 47, lettre de Julien Durand à Aristide Briand du 3 décembre (...)

74L’UEDE va s’engager dans cette voie et prôner en particulier le principe d’une nationalité européenne. Consulté par le comité français, le juriste Georges Scelle explique qu’en l’état actuel, aussi longtemps que l’Europe ne serait pas effectivement fédérée, il ne peut être question, en droit international strict, que de « citoyenneté » et pas de « nationalité » européenne. Il préconise donc d’utiliser le terme de « ressortissant », « d’appartenance » ou de « citoyenneté »238. Volontariste, l’UEDE n’en décide pas moins que « par anticipation sur ce que sera l’Europe, actuellement en voie de fédération, un organisme de propagande [...] peut envisager utilement d’octroyer [...] une carte d’identité et de légitimation de la nationalité européenne ». C’est ainsi qu’elle met sur pied en mars 1933 à Genève un Office de la nationalité européenne destiné à mener, selon les termes de Lucien Coquet, « une active propagande en faveur d’une Europe pratiquement organisée sous la forme fédérale »239, et à enregistrer les adhésions à la proclamation adoptée par l’UEDE le 14 janvier de la même année, celle d’une nationalité nouvelle : la « nationale fédérale européenne ». L’Office en question développe une petite organisation bureaucratique émettant des cartes de nationalité européenne ; l’une, verte, donnant le droit d’assister aux diverses réunions des sections régionales de l’Office ; l’autre bleue, garante des futurs privilèges à obtenir des diverses autorités nationales, notamment son assimilation à un laissez-passer international, voire à un passeport international240. En 1930, Lucien Coquet recherche la caution de la Société des Nations : « Sans me donner son avis officiel, qu’il n’a pas l’habitude de donner dans ce genre de question, j’ai eu l’impression tout au moins que le Quai d’Orsay n’avait pas d’objection à ce que ce projet soit mis en discussion dans un congrès ». Mais Stoppani lui répond sèchement qu’il était « impossible de soumettre au Conseil les propositions contenues dans cet article. Le Conseil, en effet, ne peut prendre en considération que les propositions qui lui sont soumises par un gouvernement »241. Sollicité à son tour, le Quai d’Orsay ne peut qu’opposer son veto à un projet qui oscille entre le fantaisiste et le révolutionnaire : « Les deux requêtes formulées par M. Le Trocquer ne semblent pas susceptibles de recevoir satisfaction en vertu d’une simple décision administrative. [...] Il s’agirait en fait d’un véritable dessaisissement de l’autorité nationale au profit d’un groupement international [...] qui, au point de vue du droit, ne représente qu’une association privée »242. Parmi les propositions faites par l’UDE, il en est une qui a été en grande partie initiée par le Comité d’action économique et douanière : l’union postale européenne. Estimant qu’elle serait « un premier moyen pratique d’appliquer aux réalités économiques l’idée de fédération européenne », il constitue une commission d’études ad hoc présidée par Julien Durand, ancien ministre des PTT, et président de la commission du Commerce à la Chambre des Députés. La commission devait travailler à l’élaboration d’un projet de convention dans le cadre de la convention postale universelle de Londres243.

  • 244 MAE, Relations commerciales, série Y (1918-1940), 636, L’Europe de demain, septembre 1934 ; 635, L (...)

75En 1938, s’esquisse un rapprochement, sans lendemain, de l’UEDE et du CAED par suite du décès d’Yves Le Trocquer au début de l’année : Paul Elbel, le premier directeur du CAED (1925-1928) devient le président du comité français de l’UDE lors de l’assemblée du 9 décembre 1938. Cette réunion est par ailleurs l’occasion d’un bilan de l’action de l’entre-deux-guerres. Elle prend acte de la disparition de nombreux comités nationaux : en Espagne, « les vicissitudes de la politique n’ont pas encore permis de reconstituer définitivement le comité fondé en 1930 » ; le comité autrichien a été dissous après l’Anschluß ; le comité néerlandais a suspendu son activité. De son côté, une première fois dissous « à la suite des mesures prises contre les associations à caractère international, et plus particulièrement celles présidées par des Allemands d’origine juive », le comité allemand, reconstitué le 7 mars 1934, interrompt ses relations avec la France ; ses membres « avaient pourtant été désignés par les autorités du IIIe Reich »244.

76Paul Elbel rejoint les conclusions auxquelles avait abouti huit ans plus tôt son collègue Serruys, et se livre à une critique sans concessions de l’activité diplomatique de l’entre-deux-guerres.

  • 245 Ibid., 635, L’Europe de demain, janvier 1939.

« On a voulu, jusqu’à maintenant, traiter des questions comme la question douanière un jour, un autre jour la question monétaire, un troisième jour, la question des dettes, et un quatrième jour, la stabilité des changes et la question du désarmement. On a fait de vastes conférences qui paraissaient immenses dans leur sujet. On y a convié les représentants de soixante nations. On y a pris de belles résolutions au début, qui se sont traduites par des motions nègre-blanc, parce qu’on s’est aperçu que pour réaliser l’unanimité, il fallait les atténuer et les émasculer jusqu’à ce qu’elles n’aient plus de consistance, faute de quoi, les plénipotentiaires qui reviennent chez eux se seraient fait désavouer245. »

77Les défenseurs de l’union européenne n’étaient pas loin de conclure à un échec en 1939. Conscients des erreurs de méthode, ils tireraient toutefois après le second conflit mondial les leçons de leur expérience en s’y référant explicitement. À cet égard il y eut une forte continuité de réflexion. Par ailleurs, étaient en place en 1939 les deux grandes voies qui s’offriraient en 1945 à l’Europe en construction – la voie libérale et la voie fédérale – et qui donneraient lieu à des débats animés au sein du Mouvement européen.

Notes

1 Denis de Rougemont, Vingt-huit siècles d’Europe. La conscience européenne à travers les textes. D’Hésiode à nos jours, Paris, 1961 ; Achille Albonetti, Préhistoire des États-Unis de l’Europe, Paris, 1963 ; Bernard Voyenne, Histoire de l’idée européenne, Paris, 1964 ; Henri Brugmans, L’idée européenne (1918-1965), Paris, 1965 ; Jean-Baptiste Duroselle, L’idée d’Europe dans l’histoire, Paris, 1965.

2 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie de 1919 à 1939, Grenoble, 1978 ; cf. aussi Cari H. Pegg, Evolution of the European idea (1914-1932), Chapel Hill, 1983.

3 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe..., op. cit., p. 15.

4 Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, t. 2, Paris, 1969, p. 259.

5 Le caractère syncrétique du projet pan-européen est bien mis en valeur par Lubor Jilek, « Pan-Europe dans les années vingt : la reception du projet en Europe centrale et occidentale », Relations internationales, n° 72, hiver 1992, p. 409-432.

6 Il s’agit du secrétaire général du Bureau d’information de coopération européenne, ouvert à Genève en juin 1930.

7 Archives de la Société des Nations, R 3589/ 50/ 22540/ 19816, rapport d’août-septembre 1930 du Bureau d’information de Coopération européenne. Note du 23 octobre 1930.

8 Archives de la Société des Nations, brochure de juin 1930 : statuts du comité fédéral de Coopération européenne.

9 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Réponse du comité français de Coopération européenne au questionnaire établi conformément à la résolution de l’assemblée générale, 31 janvier 1930.

10 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Rapport provisoire présenté par Jules Rais, Copenhague, 15 décembre 1930.

11 Jacques de Launay, Emile Mayrisch et la politique du patronat européen (1926-1933), Bruxelles, 1965, p. 35-52 ; Jacques Bariéty, « Sidérurgie, littérature, politique et journalisme ; une famille luxembourgeoise : les Mayrisch entre l’Allemagne et la France après la Première Guerre mondiale », Bulletin de la société d’histoire moderne, n° 10, 1962 ; Id., « Le sidérurgiste luxembourgeois Emile Mayrisch, promoteur de l’Entente internationale de l’acier après la Première Guerre mondiale », dans Raymond Poidevin, Gilbert Trausch (dir.), Les relations franco-luxembourgeoises de Louis XIV à Robert Schuman, Metz, 1977.

12 Fernand Lhuillier, Dialogues franco-allemands (1925-1933), Gap, 1971.

13 Ministère des Affaires étrangères (MAE), Papiers d’agents (PA)-Seydoux, 261-5.

14 Ministère des Affaires étrangères (MAE), Papiers d’agents (PA), lettre manuscrite de Pierre Viénot à Jacques Seydoux du 10 décembre 1926 : « J’achève actuellement mon séjour à Berlin. Je crois pouvoir dire que j’y ai fait un très bon travail préparatoire. D’accord avec l’ambassade, j’ai pu arrêter [...] la composition allemande du Comité et me ménager tous les intermédiaires nécessaires. J’ai rencontré, même dans des cercles qui appartiennent nettement à la droite (quoique modérés) le meilleur accueil. Lorsque M. Mayrisch viendra ici faire les dernières démarches, il trouvera le terrain bien préparé ».

15 Cf. la biographie et les références bibliographiques relatives à Pierre Viénot, données par Rita Thalmann, « Du cercle de Sohlberg au Comité France-Allemagne : une évolution ambiguë de la coopération franco-allemande », dans Hans-Manfred Bock, Reinhardt Meyer-Kalkus et Michel Trebitsch (dir.), Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années trente, t. I, Paris, 1993, p. 69, note 8.

16 Vis-à-vis du CFAID, du CAED, de l’UDE, le Quai d’Orsay manifeste toujours la même discrétion bienveillante. Il fit de ces divers mouvements des instruments au service de la diplomatie française.

17 MAE, PA-Seydoux, 261-1, note du directeur-adjoint de la direction des Affaires politiques et commerciales du 25 octobre 1926 ; ibid., 261-5, note du 15 juin 1926.

18 Cf. Hans-Manfred Bock, « Connaître l’Allemagne et la reconnaître. Zur Entstehung und Zusammenhang der deutschen Analyse von Pierre Viénot, 1922 bis 1932 », Lendemains, 66, 1992, p. 38 sqq.

19 MAE, PA-Seydoux, 261-5, note du 15 juin 1926.

20 Ibid., 261-1, note du 25 octobre 1926.

21 Laurence Badel, « Les promoteurs français d’une union économique et douanière de l’Europe dans l’entre-deux-guerres », dans Antoine Fleury, Le plan Briand d’union fédérale européenne – Actes du colloque de Genève, septembre 1991, Berne, Peter Lang, 1998.

22 Ces dates ont été imposées par les sources dont nous disposions : les dossiers de lettres reçues par Jacques Lacour-Gayet au moment de la publication de trois opuscules importants, Arbitrages et prohibitions douanières, Les charges sociales et fiscales des entreprises à commerces multiples et Commerce et économie dirigée.

23 Gaston Riou, Europe, ma patrie, Paris, 1928, lettre-préface de Raymond Poincaré du 1er novembre 1928.

24 Georges Suarez, Briand, sa vie, son œuvre, Paris, 1938-1952 ; Jacques Chabannes, Aristide Briand, le père de l’Europe, Paris, 1973 ; Friedrich Siebert, Aristide Briand, ein Staatsmann zwischen Frankreich und Europa, Stuttgart, 1973 ; Vercors, Moi, Aristide Briand, Paris, 1981 ; Bernard Oudin, Aristide Briand, Paris, 1987.

25 Jacques Kayser, Tendances de la vie politique française depuis 1789, Paris, 1960 ; Jean Touchard, La gauche en France depuis 1900, Paris, 1977, p. 134.

26 Cf. Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, 1988 ; le numéro du printemps 1988 : « Le pacifisme de 1920 à nos jours » de Relations internationales ; le numéro de janvier-mars 1993 : « S’engager pour la paix dans la France de l’entre-deux-guerres » de Matériaux pour l’histoire de notre temps ; Maurice Vaïsse (dir.), Le Pacifisme en Europe des années vingt aux années cinquante, Bruxelles, 1993.

27 Cf. Jacques Kayser : « M. Poincaré est le liquidateur de M. Poincaré ! », cité par Pierre Miquel, Poincaré, Paris, 1961.

28 Cf. Antoine Prost, Les anciens combattants (1914-1919), Paris, 1977, p. 118-119.

29 « [...] Même lorsque Poincaré, Tardieu ou Laval durent subir sa collaboration, c’est encore – toujours ! - la politique étrangère du parti radical qu’il a faite au Quai d’Orsay », écrit L’Ère nouvelle, du 9 mai 1934 [AN, 317 AP/10, fonds Louis Marin].

30 Cf. Alexandre Werth, « Le mouvement Jeune Turc, un phénomène radical de l’entre-deux-guerres », Cahiers de la République, 1956 ; Serge Berstein, Histoire du Parti radical, Paris, 1982, t. II, Crise du radicalisme (1926-1939).

31 Claude Lévy, « Autour de Jean Luchaire : le cercle éclaté de Notre Temps », dans Hans-Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch (dir.), Entre Locarno et Vichy...., op. cit., p. 121-130.

32 Jean-Claude Delbreil, Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand (1920-1933), Metz, 1972. Cf. également Elisabeth du Réau, « Jean de Pange : un intellectuel catholique devant l’idée de rapprochement franco-allemand », Entre Locarno et Vichy, op. cit., p. 241-252.

33 Cf. le jugement méchant de Louise Weiss : « Il ne connaissait de l’Europe que les propriétaires de yachts, les joueurs de polo et les marchands de fine », Mémoires..., op. cit., p. 64.

34 Nous évoquons ici les seuls hauts fonctionnaires qui n’ont pas eu de parcours politique. À ce titre Paul Elbel, ancien directeur des Accords commerciaux, directeur du CAED, devenu député, n’apparaît pas.

35 Cf. Jacques Rueff, De l’aube au crépuscule, Paris, 1977. Annexe 1, p. 287 : note sur un projet de « pacte économique » (décembre ¡928-1929) ; annexe 2, p. 294 : lettre à Alexis Léger (Saint-John Perse) sur l’exception d’Europe à la clause de la nation la plus favorisée, du 17 décembre 1929.

36 Cf. Lucette Le Van-Lemesle, « Les économistes français face à la crise des années trente : la remise en cause des politiques économiques », L’année sociologique, n° 36, 1986, p. 43.

37 Cf. Lucette Le Van-Lemesle, L’enseignement de l’économie politique en France (1860-1939), thèse, (dir. Antoine Prost), Université de Paris-1, 1993, p. 715.

38 Mélanges Henri Lichtenberger, Paris, 1934.

39 Henri Lichtenberger, L’Allemagne moderne, son évolution, Paris, 1907 ; id. et alii. Documents de la guerre, 1915-1918 ; id., L’Allemagne d’aujourd’hui dans ses relations avec la France, Paris, 1922. Cf. Gilbert Merlio, « Lichtenberger, d’Harcourt, Vermeil : trois germanistes français face au péril allemand », Entre Lo-carno et Vichy, op. cit., p. 375-390.

40 Cf. Jean-Baptiste Duroselle, Les relations franco-allemandes de 1914 à 1939, Cours de Sorbonne, Paris, 1967, p. 68 : « Les relations intellectuelles entre la France et l’Allemagne entre les deux guerres ».

41 Cf. le numéro spécial de la Revue d’économie politique de 1932, p. 1771. Citons, pour son titre, la biographie bucolique de A. Lavondès, Charles Gide. Un précurseur de l’Europe unie et de l’ONU. Un apôtre de Ta coopération entre les hommes, Paris, 1953.

42 Numéro spécial de la Revue d’économie politique de 1932, p. 1771.

43 Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde (1872-1992), Paris, 1992, chapitre IV ; id., Horace Finaly. banquier, Paris, 1996, p. 223-225.

44 Cet article 2 est reproduit dans chaque publication du CAED.

45 Jacques Lacour-Gayet, La réforme douanière, op. cit., p. 21.

46 Jean-Paul Caracalla, Le roman du Printemps. Histoire d’un grand magasin, Paris, 1989.

47 Printania. Revue mensuelle réservée au personnel des grands magasins du Printemps. Recueil 1927-1936, n° de juillet-août 1928, p. 2-8.

48 GEGM, PV du 29 septembre 1932, nécrologie.

49 Ibid., PV du 11 juillet 1919.

50 Ce souci de discrétion a été évoqué à deux reprises dans les entretiens que nous avons recueillis : par M. Jacques du Closel, le 2 avril 1992, et par M. Max Heilbronn, le 21 avril 1994. Les liens avec Maus ont été confirmés par M. Max Heilbronn et par M. Jacques Thomas, le 5 juin 1992.

51 Article 2 des statuts du CAED.

52 Jacques Boudet, Le monde des affaires en France de 1880 à nos jours, Paris, 1952, p. 386.

53 Le Conseiller du commerce extérieur. Organe officiel du comité national des conseillers du commerce extérieur de la France, mai 1936, article de Robert Bienaimé, « La parfumerie française, industrie d’exportation ».

54 Ibid., février 1939, article de Robert Bienaimé, « Une victime du protectionnisme mondial : le parfum ».

55 Jean-Charles Asselain, Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours, Paris, 1984, t. II, p. 87. Cf. Elisabeth de Feydeau, De l’hygiène au rêve : l’industrie française du parfum (1830-1939), (dir. François Caron), thèse de doctorat, Université de Paris-IV, 1997.

56 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., mai 1936, article de F.H., « L’industrie des matières colorantes ».

57 Ibid., article de R.P.Duchemin, « L’exportation des produits chimiques français ». Cf. Alain Beltran, Pascal Griset, L’économie française (1914-1945), Paris, 1994, p. 98.

58 Cf. Harm Schrôter, « The International Potash Syndicate », dans Dominique Barjot (dir.), Vues nouvelles sur les cartels internationaux (1880-1980), Caen, 1994, p. 75-92.

59 Cf. Harm Schröter, « The International Potash Syndicate », dans Dominique Barjot (dir.), article du Dr Leprince, « L’exportation française des produits pharmaceutiques. La spécialité ». Cf. Alain Beltran, Pascal Griset, L’économie française (1914-1945), Paris, 1994, p. 94-95 ; et Pierre Cayez, Rhône-Poulenc, Paris, 1988.

60 Ibid., article de R.G., « Produits pharmaceutiques et parfums. Leur place dans le commerce extérieur français ».

61 Ibid., article du Dr Leprince, « L’exportation..., op. cit.

62 Ibid., juillet 1936, article de E. Sommer, « Le commerce extérieur des cuirs et peaux ».

63 Ibid., article de André Jacob, « Le commerce extérieur des cuirs et peaux travaillés ».

64 Jacques Boudet, Le monde des affaires..., op. cit., « Les affaires du sucre », p. 249-255. On assiste dans l’entre-deux-guerres à un mouvement de concentration des entreprises sucrières. Les raffineries sont traditionnellement aux mains de quelques vieilles familles dont la famille Sommier. En 1929, elle constitue avec la raffinerie Lebaudy Frères, la société nouvelle de raffinerie Lebaudy-Sommier.

65 Jacques Lacour-Gayet, La réforme douanière, op. cit., p. 17-18.

66 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., janvier 1939, article de A. Monmirel, « Le marché des sucres et les ententes qui le régissent ».

67 Ibid., juillet 1937, article anonyme, « Le film français dans les pays de langue anglaise ».

68 « Tout ce que le génie humain a inventé ou conçu a été aussitôt propagé par le commerce. [...] Passagères invisibles, les idées ont souvent voyagé avec les marchandises », dans Jacques Lacour-Gayet, Histoire du Commerce, t. I, Paris, 1950, p. XX.

69 Jean-Charles Asselain, Histoire économique..., op. cit., p. 76.

70 Louis Roux, La marine marchande. L’avenir de la construction navale et de l’armement maritime en France, Paris, 1923, seconde partie « La navigation maritime ».

71 Alain Beltran, Pascal Griset, L’économie française .... op. cit., p. 59.

72 Cf. Comité central des armateurs de France, Le commerce extérieur de la France et la marine marchande française en 1932, Paris, 1933.

73 John Dal Piaz, préface du livre de Louis Roux, La Marine marchande, op. cit.

74 Louis Roux, La Marine marchande, op. cit., introduction, p. XI.

75 Louis Roux, La Marine marchande, op. cit., introduction, p. XII-XIII.

76 Alain Beltran, Pascal Griset, L’économie .... op. cit., p. 59.

77 Cf. sa longue notice biographique dans J. Jolly (dir.), Dictionnaire..., op. cit., t. III, Paris, 1963.

78 Jules Charles-Roux, Le péril de notre marine marchande, Paris, 1917, p. 132.

79 Gratien Candace, Les zones franches maritimes, publications du CAED, n° XIV, Paris, 1930.

80 Maurice Goudard, Défense du libéralisme, Paris, 1944, p. 62.

81 André Citroën, L’industrie automobile, publications du CAED, n° XVIII, Paris, 1931.

82 Rémi Baudouï, « Raoul Dautry, la conscience du social », Vingtième siècle, n° 15, juillet 1987, p. 45-58.

83 Jacques Boudet, Le monde des affaires..., op. cit., p. 74-78.

84 Une industrie française exportatrice : l’Assurance, publications du CAED, n° X, Paris, 1929, p. 17.

85 Max Hermant, La coopération européenne dans l’ordre économique, Paris, 1927, p. 4.

86 Gaston Prache, Les coopératives en France, Paris, 1943.

87 Gaston Prache, La coopération et la paix, Paris, 1937.

88 Ibid., p. 17-19.

89 Gaston Prache, La coopération... op. cit., p. 35-36.

90 Ibid., p. 39, Congrès de Vienne de l’ACI en 1930.

91 Cf. la rectification qu’apporte Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français : histoire d’un divorce, Paris, 1984, p. 234-238. La concurrence coloniale accrue par la crise conduit les agriculteurs métropolitains à rechercher pour leurs propres produits d’autres débouchés que le marché français et donc à préconiser le desserrement des liens douaniers unissant l’Empire à la métropole. J. Marseille les affuble de l’épithète de « faux libéraux ».

92 Michel Augé-Laribé, La politique agricole de la France de 1880 à 1940, Paris, 1950, troisième partie.

93 Michel Augé-Laribé, Situation de l’agriculture française (1930-1939). Ses capacités de développement. Sa part dans les échanges internationaux, Paris, 1941, quatrième partie.

94 On assiste durant l’entre-deux-guerres à une augmentation de la part du commerce colonial dans le commerce extérieur de la France. Cf. Jacques Marseille, Empire colonial..., op. cit., p. 57 : « Dans l’entre-deux-guerres, l’Empire devenait le premier partenaire commercial de la France, il lui fournissait la quasi-totalité de ses matières premières importées (...) »

95 Michel Augé-Laribé, La politique agricole..., op. cit., p. 384.

96 Ibid., p. 381.

97 Ibid., p. 400.

98 J.-H. Ricard, L’exportation des produits agricoles, publications du CAED, n° III, Paris, 1926.

99 Michel Augé-Laribé, Situation..., op. cit., quatrième partie. Cf. Jacques Marseille, Empire colonial..., op. cit., p. 231-234. Etudiant la position des huiliers marseillais dans le débat colonial des années trente, il met en lumière le libéralisme d’un secteur hostile au repli sur l’Empire – refus de la stratégie « autarchique » -et militant en faveur de l’ouverture de l’économie coloniale à l’économie mondiale.

100 J.-H. Ricard, L’exportation..., op. cit., p. 8.

101 Paul Elbel, Les prohibitions d’entrée et de sortie..., op. cit.

102 J.-H. Ricard, L’exportation..., op. cit., p. 22.

103 Michel Augé-Laribé, La politique agricole..., op. cit., p. 393.

104 Michel Augé-Laribé, Situation..., op. cit., p. 237.

105 Cf. la thèse récente de Marc de Ferrière, Christophle, une aventure industrielle, 1793-1940, thèse, (dir. François Caron), Université de Paris-IV, 1993 ; id., Christophle. Deux siècles d’aventure industrielle, 1793-1993, Paris, 1995.

106 Marc de Ferrière, « L’industrie du luxe en France depuis 1945, un exemple d’industrie compétitive ? », Entreprises et histoire, mai 1993, n° 3, p. 85-96.

107 Cf. le débat animé par Albert Broder, « Luxes et services : quelle politique d’implantation française en Extrême-Orient ? », Entreprises et histoire, 1995, n° 8, p. 107-116 ; Michèle Ruffat, L’UAP et l’histoire de l’histoire de l’assurance, Paris, 1990.

108 Cf. Prosopographie des élites françaises (xvie-xviie siècles). Guide de recherche IHMC-CNRS, Paris, 1980, introduction, p. 3-7. Cf. aussi Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, 1994, p. 12-13. Appréhendant le milieu universitaire à travers « l’analyse systématique d’échantillons de biographies de professeurs », C. Charle cherche à reconstituer la « logique des structures » et les « données sociales et culturelles » leur permettant d’évoluer, afin de saisir les « marges de jeu du système » et ses limites éventuelles. « L’approche prosopographique et différentielle a le mérite », écrit-il, « de casser le modèle unifié et reçu sans critique de l’universitaire idéal-typique ».

109 Cela rejoint le vœu exprimé par Michel Dumoulin et Eric Bussière, dans « L’émergence de l’idée économique européenne d’un après-guerre à l’autre », dans René Girault (dir.), Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, 1994, p. 90 : « Il serait grand temps d’entreprendre un travail d’ensemble visant a établir une typologie de l’homme d’affaires européen du xxe siècle, un peu à l’instar de l’exceptionnel travail que Pierre Renouard consacra à l’homme d’affaires italien du Moyen Âge ».

110 MAE, série Y(1918-1940), 635, note du directeur politique du 19 novembre 1928.

111 Ibid., note du directeur politique du 26 avril 1929.

112 MAE, série Y(1918-1940), 635, télégramme de Mathieu de Vienne, envoyé extraordinaire à Budapest du 12 novembre 1930 ; télégramme de Lebfèvre de Laboulaye, directeur-adjoint des Affaires politiques et commerciales.

113 Ibid., télégramme de Charvériat à Budapest, Vienne, Prague et Berlin, du 18 novembre 1930.

114 MAE, PA Seydoux, 261-5, lettre de René Debrix du 14 janvier 1926.

115 Ibid., note du directeur-adjoint des Affaires politiques du 9 janvier 1926.

116 Ibid., note du directeur-adjoint pour M. Berthelot du 3 février 1926.

117 Ibid., note du directeur-adjoint des Affaires politiques du 15 juin 1926.

118 MAE, PA Seydoux, 261-5, note du directeur-adjoint des Affaires politiques du 9 janvier 1926.

119 Ibid., note du 25 juin 1926.

120 Ibid., 261-1, note du 25 octobre 1926.

121 MAE, série Y(1918-1940), 635, lettre de Jean de la Grèze du 7 octobre 1934.

122 MAE, série Y(1918-1940), 635, lettres des 9 et 16 juin 1932.

123 MAE, série Relations commerciales (1920-1940), B. vol. 47, lettres du 12 septembre 1931, du 5 février 1932 et du 3 mars 1932.

124 Jean-Noël Jeanneney, « Les fonds secrets : argent d’État contre argent privé », L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, p. 273.

125 MAE, série Relations commerciales, B., vol. 47, lettre du 14 avril 1932.

126 Ibid., note remise à M. Moysset, directeur du cabinet de M. Tardieu, du 28 avril 1932.

127 Ibid., note du 2 septembre 1932.

128 MAE, série Relations commerciales, B., vol. 47, note du 9 mars 1933. De la même manière, il a été trouvé trace du soutien financier accordé par le Quai d’Orsay au comité français de Coopération européenne. Toutefois, celui-ci a un caractère officiel dans la mesure où il s’inscrit dans le cadre de la subvention générale allouée aux associations de propagande pour la Société des Nations et votée par le Parlement. Cf. Jean-Michel Guieu, Emile Borel et la Coopération européenne. Pacifisme genevois et idée européenne des années vingt aux années quarante, mémoire de DEA, (dir. Robert Frank), Université de Paris I, juin 1997, p. 68-69 : carton 1917, 25 dans MAE, Société des Nations, Secrétariat général.

129 Martin Posselt, Richard Coudenhove-Kalergi und die europäische Parlementarier-Union, Graz, 1987 ; Franz Vereecken, La lutte pour les États-Unis d’Europe. Richard Coudenhove-Kalergi en exil (1938-1947), thèse pour le doctorat en science politique, (dir. Jean-Michel Palmier), 1993.

130 Richard Coudenhove-Kalergi, J’ai choisi l’Europe, Paris, 1952.

131 Ibid., p. 173.

132 François Seydoux, Mémoires d’outre-Rhin, Paris, 1975, p. 29.

133 Fonds Union pan-européenne : photocopies des archives centrales d’Etat (Moscou) déposées auprès de la Fondation Archives Européennes, Genève, 554, UPE, Secrétariat central (Vienne), 1923-1938, lettre de Coudenhove-Kalergi du 26 août 1926.

134 Lubor Jilek, « Pan-Europe... », op. cit., p. 426.

135 Fonds Union pan-europeenne, op. cit., 554, lettre de Philippe Berthelot du 7 juillet 1927.

136 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 8 septembre 1926.

137 Papiers Loucheur, copie microfilmée déposée à l’Institut Pierre Renouvin, box 4, folder 12, lettre de Loucheur du 31 janvier 1928.

138 Ibid., lettre anonyme adressée à Coudenhove-Kalergi du 8 février 1928 : « Monsieur Loucheur considère avec raison que les deux questions vraiment essentielles sont, d’une part le financement du Congrès, et d’autre part, le choix du secrétaire général. Tout le reste, c’est-à-dire la réorganisation et la composition du comité de Paris, se réglera facilement quand les deux questions centrales seront résolues. Pour la question finances, M. Loucheur va entreprendre une série de démarches auprès des personnalités de l’Industrie et de la Banque qui lui paraissent pouvoir s’intéresser au Congrès [...] ».

139 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 3 mai 1928.

140 Ibid., lettres de Loucheur des 22 mai 1928 et 28 juin 1928.

141 MAE, PA-Seydoux, 261-43, année 1928, lettre de Philippe Berthelot du 5 avril 1928.

142 MAE, PA-Seydoux, 261-43, année 1928, lettre de Jacques Seydoux du 2 mai 1928.

143 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Loucheur du 12 juin 1929.

144 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Coudenhove-Kalergi du 1er novembre 1929.

145 Ibid., lettres de René Duchemin du 12 avril 1932 et de Coudenhove-Kalergi du 27 septembre 1932.

146 Ibid., lettre de Dolléans du 17 septembre 1932.

147 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Delaisi du 17 juin 1927.

148 Ibid., lettre de Coudenhove-Kalergi du 25 juin 1927.

149 Ibid., lettre de Delaisi du 27 juin 1927.

150 Ibid., lettre de Delaisi du 4 juillet 1927.

151 Ibid., lettre de Delaisi du 7 juillet 1927.

152 Fonds Union pan-européenne, op. cit., 554, lettre de Coudenhove-Kalergi du 13 juillet 1927.

153 Ibid., lettre ouverte à Son Excellence Edouard Herriot, président du Conseil des ministres français, Gstaad, le 19 septembre 1932.

154 Lubor Jilek, « Pan-Europe... », op. cit., p. 428-431.

155 Fonds Union pan-européenne, 554, lettre manuscrite d’Edouard Herriot du 22 septembre 1932.

156 MAE, série Y (1918-1940), 635, lettre de Lucien Coquet à Edouard Herriot du 26 septembre 1932.

157 Fonds Union pan-européenne, 554, lettre de Lucien Coquet du 11 août 1932, numéro 2.

158 MAE, Relations commerciales (1920-1940), B. information économique, vol. 47, lettre de Lucien Coquet à Philippe Berthelot du 10 janvier 1929.

159 Archives de la Société des Nations, R. 2623/10 A-5121-172, cf. lettre de l’ABCEI du 24 juillet 1928 : « Notre groupement se sent fortement encouragé par votre marque d’intérêt et le soutien que vous avez bien voulu donner à sa propagande ».

160 MAE, Relations commerciales, B. vol. 47, lettre de Lucien Coquet, op. cit.

161 Ibid., lettre du Secrétariat général du 9 février 1929.

162 Ibid., lettre du Secrétariat général du 11 février 1929.

163 Ibid., lettre de Maurice Herbette, ambassadeur, du 15 février 1929.

164 MAE, série Y(1918-1940), 635, communiqué paru dans la presse, 29 novembre 1929.

165 MAE, série Y(1918-1940), 635, relations commerciales, B. 47, lettre de Yves Le Trocquer du 17 mars 1930.

166 Ibid., lettre d’Edgar Stern-Rubarth du 9 septembre 1929.

167 Ibid., lettre de Lucien Coquet du 13 septembre 1929.

168 MAE, série Y (1918-1940), 636, ensemble de documents préparatoires à la conférence européenne de Genève et élaborés lors du premier congrès d’UDE. Fascicule 7.

169 Catherine Horel, « L’Europe danubienne, nostalgie ou idée d’avenir ? », dans René Girault, Gérard Bossuat (dir.), Europe brisée, Europe retrouvée, Paris, 1994, p. 13-37.

170 Jacques Droz, LEurope centrale. Evolution historique de l’idée de Mitteleuropa, Paris, 1960. Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, 1990.

171 MAE, Relations commerciales, B. 47, télégramme au départ du 18 novembre 1930, 21h 15.

172 Ibid., série Y (1918-1940), 635, dépêche de Mathieu de Vienne, ambassadeur en Hongrie du 30 novembre 1930.

173 Ibid., dépêche de Clauzel, ambassadeur en Autriche du 30 novembre 1930.

174 MAE, Relations commerciales, B. 47.

175 Cf. « Mémoire du comité national autrichien adressé à la Chambre de commerce internationale du 10 octobre 1929 », dans Les cercles économiques et l’Europe au xxe siècle, recueil de textes réunis à l’initiative de Michel Dumoulin et Eric Bussière, Louvain-La-Neuve-Paris, 1992, p. 81-83.

176 Elemer Hantos, « Le projet Briand et les États-Unis économiques d’Europe. Union douanière européenne », Le Monde nouveau, août-septembre 1929, BDIC, 4° P 433.

177 MAE, Relations commerciales, B., 47, sous-direction des Relations commerciales, notes pour le cabinet du ministre du 29 août 1931.

178 MAE, Relations commerciales, B. 47, série Y (1918-1940), 635, dépêche de Clauzel, op. cit.

179 Ibid., Relations commerciales, série B, 47.

180 Ibid., série Y (1918-1940), 635, lettre de Clauzel, ambassadeur de France en Autriche, du 30 novembre 1930.

181 Catherine Horel, « L’Europe danubienne... », op. cit., p. 26-27.

182 MAE, série Y (1918-1940), 636, « Les conditions techniques d’une fédération économique et douanière danubienne, étape essentielle de la fédération européenne », par Lucien Coquet, Rapport présenté à la conférence économique pan-européenne de Vienne, décembre 1933.

183 Citons comme exemple cette annotation au crayon à papier de Philippe Berthelot sur cette lettre de Lucien Coquet du 10 janvier 1929, cité au début du présent développement, qui lui présentait le projet européen de l’UDE : « Ceci est intéressant », et en particulier devant la phrase préconisant la « première grande union douanière franco-belge-luxembourgo-allemande » : « C’est aller vite », trahissant la réticence fondamentale de Berthelot vis-à-vis de l’idée de fédération européenne, qu’il dut, malgré tout, défendre sous l’égide de Briand et l’influence d’Alexis Léger.

184 Jacques Lacour-Gayet, La réforme douanière, Paris, 1926, p. 21-22.

185 Paul Elbel, Le projet de trêve douanière et la convention de Genève du 24 mars 1930, Paris, 1930, introduction de juin 1930.

186 Eric Bussière et Michel Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un après-guerre à l’autre », dans René Girault (dir.), Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, 1994, p. 83.

187 Eric Bussière, « La SdN, les cartels et l’organisation économique de l’Europe durant l’entre-deux-guerres », dans Dominique Barjot (dir.), Vues nouvelles..., op. cit., p. 275.

188 Le Temps, numéro du 25 septembre 1931, « M. Loucheur à Pavilly » ; cité par Véronique Pradier, Louis Loucheur, Organiser l’Europe par l’économie ou le projet d’un homme d’affaires en politique, maîtrise, (dir. François Caron), Université de Paris-IV, 1991, p. 190.

189 Pour une présentation plus détaillée de ces idées, on se reportera dans le chapitre suivant à la partie consacrée à la distribution, p. 207.

190 « Extraits du discours prononcé par Louis Loucheur à la conférence économique internationale de Genève en mai 1927 », dans Michel Dumoulin, Eric Bussière, Les cercles économiques et l’Europe au xxe siècle, Paris, 1992, p. 46.

191 Laure Bravard, La Chambre de commerce internationale dans l’entre-deux-guerres (1919-1935), maîtrise d’histoire, (dir. François Caron), Université de Paris-IV, 1991, p. 67-68.

192 Aimée Moutet, La rationalisation industrielle dans l’économie française au xxe siècle. Étude sur les rapports entre changements d’organisation technique et problèmes sociaux (1900-1939), thèse de doctorat d’État (dir. Maurice Lévy-Leboyer), 1993, troisième partie, p. 904-907.

193 Cf. deux études récentes : Odette Hardy-Hemery, « Une limite au libéralisme intégral ? Ententes et cartels dans le monde au xixe et dans le premier tiers du xxe siècle », Revue du Nord, tome LXXV, n° 300, avril-juin 1993, p. 319-341 ; Dominique Barjot (dir.), Vues nouvelles..., op. cit.

194 Cf. Aimée Moutet, La rationalisation industrielle..., op. cit., quatrième partie, p. 1649-1683.

195 Terushi Hara, « Organisation professionnelle et ententes. Une analyse de l’enquête du Conseil national économique (1939) en France », The Waseda Business and Economics Studies, n° 30, Tokyo, 1994.

196 Cf ! Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, 1984 ; Adrian Rossiter, Experiments with corporatist politics in Republican France (1916-1939), D. Phil., Oxford, 1986.

197 Organisation professionnelle et ententes professionnelles. Réponse au questionnaire du Conseil national économique, publications du CAED, n° XXII, juin 1939.

198 Cf. Harm Schröter, « The International Potash Syndicate », et Jean-Pierre Daviet, « Saint-Gobain et les ententes internationales (1862-1939) », dans Dominique Barjot, Vues nouvelles..., op. cit., p. 75-92 et p. 105-116.

199 Terushi Hara, « Organisation professionnelle et ententes... », op. cit., p. 96.

200 Eric Bussière, « La SdN, les cartels... », op. cit., p. 280.

201 Eric Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe (1918-1935), Paris, 1992.

202 Ibid, p. 327-329.

203 Cf. supra, chapitre 2.

204 MAE, Papiers Avenol, vol. 37, lettre de Daniel Serruys du 13 octobre 1930.

205 MAE, série Y (1918-1940), 636, article de Louis Baudin, « Quelques aspects économiques d’une fédération européenne », Documents politiques, diplomatiques et financiers, juillet-août 1930, p. 470-472.

206 Le Mémorandum sur l’organisation d’un régime d’union fédérale européenne est reproduit dans les Œuvres complètes de Saint-John Perse, parues chez Gallimard en 1982 dans la bibliothèque de la Pléiade. Cf. p. 592, III. C.

207 Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit.

208 MAE, série Y (1918-1940), 635, 636.

209 Henri Truchy, 1934 ; cité par Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit., p. 113.

210 Statuts du comité français d’études, cité ibid., p. 115.

211 PA Seydoux, 261-42, lettre à Carbonnel de novembre 1926.

212 Ibid., lettre à Henri Massis du 28 avril 1927.

213 PA Seydoux, 261-51 (1), Pax, article du 2 mai 1927, « La paix pour tous ».

214 Ibid., article du 27 avril 1928, « La leçon des élections ».

215 Ibid., article du 26 février 1928, « États-Unis d’Europe. Il n’est pas d’idée plus généreuse que celle-là ».

216 MAE, série Y (1918-1940), 636, numéro de L’Europe nouvelle du 30 avril 1927, article « Les ententes industrielles internationales ».

217 Archives de la Société des Nations, R 2716/10C-2291-231. Mémorandum présenté à la XXIVe conférence interparlementaire de Paris, 25-30 août 1927, p. 10.

218 MAE, série Y (1918-1940), 636, Documentation présentée au congrès d’Amsterdam de la Chambre de commerce internationale, juillet 1929, article d’Yves Le Trocquer, « L’Union douanière européenne. Est-elle désirable ? Est-elle réalisable ? », p. 9-13.

219 Henri Truchy, 1934 ; cité par Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit., p. 120.

220 MAE, série Y (1918-1940), 636, lettre adressée par le comité français d’études pour l’Union douanière européenne aux présidents des Chambres de commerce et des grands syndicats et groupements industriels, agricoles et commerciaux de France, 21 mai 1929. Cette méthode d’interpellation sera reprise par Lucien Coquet et Gaston Riou sous l’Occupation.

221 Henri Truchy, 1934 ; cité par Jean-Luc Chabot, L’idée d’Europe unie..., op. cit., p. 116-117.

222 MAE, série SdN, Secrétariat général, 1428, note de Paul Elbel pour le ministère du Commerce du 16 octobre 1929.

223 Ibid., compte rendu de la réunion interministérielle du 15 novembre 1929.

224 MAE, série SdN, Secrétariat général, 1430, lettre à Henri Gueyraud du 8 février 1930.

225 Ibid., « La politique protectionniste des États-Unis d’Amérique en face des États-Unis d’Europe », Le Monde nouveau, avril 1929.

226 Ibid., fascicule 8.

227 MAÉ, série Y (1918-1940), 636, Ensemble de documents préparatoires à la conférence européenne de Genève et élaborés lors du 1er congrès d’UDE, fascicule 7, fascicule 8.

228 Ibid, fascicule 9.

229 Ibid., L’Europe de demain, septembre 1932, « Autour de la conférence de Lausanne ».

230 Ibid., L’Europe de demain, septembre 1934, p. 2, note 1.

231 MAE, série Y (1918-1940), 636.

232 Ibid.

233 Cf. Serge Berstein qui parle du camp de ceux qui se reconnaîtraient volontiers dans « une nouvelle droite dynamique, nationale, capable de résoudre les problèmes sociaux par la voie corporatiste », in Histoire du parti radical. Paris, 1982, t. II, p. 335.

234 Cf. Laurence Badel, dans Franz Knipping (dir.), « Du Vivarais à l’Europe : itinéraire d’un fédéraliste, Gaston Riou », Federal conceptions in EU member states : traditions and perspectives, Baden-Baden, 1994, p. 59-70.

235 Gaston Riou, Europe, ma patrie, Paris, 1928, chapitre X.

236 MAE, série Y (1918-1940), 636, L’Europe de demain, novembre 1931.

237 Mémorandum sur l’organisation d’un regime d’union fédérale européenne, op. cit., p. 594.

238 Georges Scelle, « Nationalité ou citoyenneté européenne », L’Europe de demain, septembre 1934, p. 17-18.

239 MAE, série Y (1918-1940), 636, L’Europe de demain, septembre 1934, p. 7.

240 MAE, série Y (1918-1940), UDE 635, lettre d’Yves Le Trocquer à Chiappe, préfet de police, mai 1933, s.d.

241 Archives de la Société des Nations, R 2716/ 10C- 2291-231, lettres de Lucien Coquet à Arthur Salter du 1er avril 1930 et de Stoppani à Lucien Coquet du 30 avril 1930.

242 Ibid., Note pour le contrôle des étrangers du 24 juin 1933. Avis de la sous-direction d’Europe.

243 MAE, Relations commerciales, B., vol. 47, lettre de Julien Durand à Aristide Briand du 3 décembre 1930.

244 MAE, Relations commerciales, série Y (1918-1940), 636, L’Europe de demain, septembre 1934 ; 635, L’Europe de demain, janvier 1939.

245 Ibid., 635, L’Europe de demain, janvier 1939.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540