Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un milieu libéral et européen

 | 
Laurence Badel

Deuxième partie. À la rencontre de l’idée européenne

Chapitre III. De la promotion du commerce extérieur à celle de l’Europe

Texte intégral

  • 1 Une réflexion d’ensemble sur les grands mouvements du commerce extérieur de la France depuis un si (...)
  • 2 Jean-Baptiste Duroselle, Politique étrangère de la France. La décadence (1932-1939), Paris, 1979, (...)

1Le commerce extérieur reste encore essentiellement pensé en termes économiques et n’est pas intégré à une réflexion sur la politique étrangère de la France1. Est-ce parce qu’il demeure pour les historiens d’aujourd’hui ce qu’il était, selon Jean-Baptiste Duroselle, pour les esprits de 1930 : « un élément secondaire » de cette politique étrangère ? Selon cet historien, « l’idée qu’il peut exister un rapport étroit entre la prospérité du commerce extérieur et la puissance était rarement exprimée, ou même ressentie. Un accroissement d’exportation était considéré comme un moyen parmi d’autres d’aider à résoudre la crise en fournissant un peu plus de travail aux Français, non comme l’élément d’une grande stratégie »2. L’idée que le commerce extérieur n’a servi qu’à la régulation du marché intérieur et de la vie sociale, qu’il a été conçu essentiellement comme levier technique – accroître les exportations, ou contrôler les importations – a un fondement certain. Quand la crise commence à se faire véritablement sentir en France en 1931, c’est par l’arme commerciale, en généralisant les contingentements d’importation, que l’État compte en estomper les effets. Pour autant, certains responsables n’ont-ils pas imaginé d’en faire autre chose qu’un facteur pesant sur la politique intérieure et de l’intégrer à une ambition plus vaste ? Faut-il attendre Munich pour que la France découvre « les liens entre la puissance et le commerce » ? L’inadaptation des structures ministérielles aux nouveaux enjeux économiques explique en grande partie le recours qui a été fait à un certain nombre d’organismes extérieurs qui s’étaient illustrés dans la lutte pour la libéralisation des échanges. L’analyse que ces diplomates font des besoins du commerce extérieur français est à la source de l’importance croissante qu’ils accordent au marché européen.

I. PROMOUVOIR L’INFORMATION COMMERCIALE

A. AU SERVICE DE L’EXPANSION

  • 3 Cf. l’historique succinct dressé par Robert Catherine, L’industrie, Paris, 1965 ; et Pierre Gousse (...)
  • 4 Alexis Charmeil, Les services français d’expansion commerciale, conférence faite à l’Institut des (...)

2Le ministère du Commerce et de l’Industrie est né le 7 janvier 1886. On se plaît à souligner son rôle modeste jusqu’à la Première Guerre mondiale, encadré par trois directions : celle des Affaires industrielles et commerciales, celle du Personnel, des Expositions et des Transports, et celle de l’Enseignement technique. La nomination de Daniel Serruys en 1920, comme directeur des Accords commerciaux, correspond à une modification de l’organisation du ministère. La loi du 25 août 1919 organise les services de l’Expansion commerciale, le décret du 10 mars 1920 rattache la direction de l’Enseignement technique au ministère de l’Instruction publique3. Durant l’entre-deux-guerres, le ministère va reposer sur quatre directions organisées par la loi du 10 avril 1919. La direction des Affaires commerciales et industrielles s’occupe de tout ce qui concerne la production nationale. On la prétend traditionnellement protectionniste. De fait, l’un de ses services : celui de la Législation douanière française a un « rôle principal au point de vue de la protection de l’industrie française », selon l’estimation d’Alexis Charmeil, conseiller d’État, en charge de la direction de l’Expansion commerciale4. Elle coiffe aussi le service des chambres de commerce et des régions économiques. Vient ensuite la direction des Accords commerciaux et de l’Information économique qui élabore les conventions commerciales avec les pays étrangers. La direction de la Propriété industrielle est en charge de la préparation et de l’élaboration des lois et règlements relatifs aux brevets d’invention et marques de fabrique. Enfin, l’ancienne direction du Personnel, des Expositions et des Transports est devenue direction du Personnel, de l’Expansion commerciale et du Crédit. Son rôle de soutien des industries exportatrices et d’informateur sur les obstacles et facilités des marchés extérieurs s’affirme au cours des années vingt. Elle est censée travailler étroitement avec les ministères de l’Agriculture, des Colonies, des Travaux publics, de la Marine marchande et de l’Aéronautique.

  • 5 Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme en France au xxe si (...)
  • 6 Pierre Clerget, Manuel d’économie commerciale. La technique de l’exportation, 1925.
  • 7 Ibid., chapitre 3.
  • 8 Bruno Ricard, L’Étal et l’expansion commerciale de la France ; l’information économique extérieure (...)
  • 9 Jean Caumartin, Les principales sources de documentation statistique, Paris, 1935, p. 8.

3L’impulsion donnée par Clémentel a eu un rôle déterminant dans cette restructuration administrative et sur la politique commerciale qui l’inspire5. Cette impulsion gouvernementale a paradoxalement pour fin une libéralisation des échanges qui profite à l’exportation d’industries nouvelles, nées de la guerre. Les motivations de ce volontarisme exportateur sont sans doute multiples. Les raisons politiques – réasseoir le prestige de la France – sont importantes. Mais pèse aussi beaucoup, par-delà la guerre, le défi que continue à constituer le modèle commercial allemand, qui reste une référence dans les années vingt. Pierre Clerget, directeur de l’École supérieure de commerce et de l’École de préparation coloniale de Lyon, rédige en 1925 un Manuel d’Économie commerciale dont les références bibliographiques sont l’ouvrage de Georges Blondel, L’essor industriel et commercial du peuple allemand, de 1900, celui de Daniel Bellet, Le commerce allemand, de 1916, et celui de Henri Hauser, Les méthodes allemandes d’expansion économique, de 1916, et il cite en exemple les succès de l’industrie allemande6. Il insiste sur la nécessité de développer de façon prioritaire l’information du commerçant français : la documentation est « l’épine dorsale » des affaires d’exportation et le commerçant doit posséder des connaissances géographiques et économiques précises sur le marché qu’il veut pénétrer (distances, usages, densité de population, occupations professionnelles)7. Cette attitude correspond à un moment capital de l’histoire de l’information économique extérieure : celui du passage d’une information destinée au seul usage de l’État à une information devenue « un service public que tout un chacun pouvait exiger et consulter afin de mieux exporter »8. Dans les faits, le système fut lent à se développer, puisque dix ans après Charmeil, Jean Caumartin, ancien élève de l’École des hautes études commerciales, relevait, pessimiste : « La documentation économique est malheureusement décentralisée à l’extrême en France, et de nombreuses difficultés s’élèvent devant les commerçants [...] qui ont besoin de ces données »9. L’information commerciale est assurée à la fois par des agents rattachés au ministère du Commerce et par un certain nombre d’offices de renseignements. Les consuls ont longtemps été les protecteurs traditionnels des intérêts commerciaux français à l’étranger, agents du Quai d’Orsay, en relation directe avec le ministère du Commerce depuis 1906.

  • 10 Ibid., p. 45.
  • 11 Alexis Charmeil, Les services français..., op. cit.
  • 12 Sur leur origine, cf. Bruno Ricard, L’Etat et l’expansion commerciale de la France, op. cit., p. 1 (...)

4La volonté de « parer à l’incompétence économique ou à la surcharge d’occupations et à l’insuffisante mobilité de nos consuls »10 conduit à la création, par la loi du 25 août 1919, d’une trentaine de postes d’attachés commerciaux auprès des ambassades, consulats ou légations françaises à l’étranger. Il s’agit en fait d’une recréation puisque la mise en place de ces agents spécialisés dans le commerce extérieur remonte à 1908. Ils étaient alors sous la responsabilité du Quai d’Orsay. La réforme de ce corps de fonctionnaires a été envisagée dès la guerre. Le directeur du Bureau des services économiques du Quai d’Orsay, Fernand Pila, eut la charge de préparer un projet de loi en ce sens au sein d’une commission interministérielle. La loi du 25 août 1919 entérine le rattachement du service de l’Expansion économique au ministère du Commerce et la modification du statut des attachés commerciaux. Ceux-ci ne constituent plus un corps de fonctionnaires. Ils ne sont plus obligatoirement issus du corps consulaire, mais nommés après examen de leur candidature par une commission mixte composée d’industriels et de commerçants. Ce sont dans leur grande majorité des professionnels issus de grands organismes économiques comme la CGPF, l’ANEE, des principales industries ou des grandes régions exportatrices. Cependant, en fonction du jeu des prorogations, la plupart des grands postes d’attachés commerciaux pourvus avant 1914 demeurent dirigés par des cadres du Quai d’Orsay : c’est le cas de Périer à Londres ou de Harismendy à Rome. En outre, les Affaires étrangères ont veillé à toujours avoir pour certains grands postes des candidats de qualité à proposer. Chargés de mission aux fonctions temporaires, renouvelables, les attachés commerciaux sont conduits à se spécialiser dans la connaissance d’un pays et par conséquent ne sont pas interchangeables comme tout fonctionnaire. Leur rémunération est assurée par les commerçants et industriels grâce à l’institution d’une taxe pour le développement du commerce extérieur, perçue sur les marchandises échangées. La commission contrôle la gestion des attachés leur accordant avances et indemnités complémentaires11. Agents d’information et de liaison entre les producteurs français et la clientèle étrangère, ils étudient les possibilités de débouchés, effectuent les démarches auprès des maisons étrangères, interviennent auprès des pouvoirs publics et des autorités locales pour faire valoir les intérêts français. Ils sont secondés par les offices commerciaux à l’étranger, filiales de l’Office national du commerce extérieur. Ce dernier organisme fondé en 1898 au moment de la réforme des chambres de commerce, a lui aussi été réorganisé par la loi du 25 août 1919 qui lui confère plus d’autonomie. Centralisant et diffusant tous les renseignements utiles au commerce extérieur, il reprend en 1923, la parution hebdomadaire du Moniteur officiel du commerce et de l’industrie. C’est le correspondant officiel de tous les services d’expansion commerciale de France et de l’étranger. Il possède des agences régionales en province. Il produit aussi une Circulaire mensuelle adressée à tous les agents à l’étranger, où sont résumés les principaux faits économiques, les notes et rapports de ses différents canaux d’informations – chambres de commerce, chambres syndicales etc. Les offices commerciaux à l’étranger diffusent ces informations auprès des attachés commerciaux. Ils sont administrés, sous le contrôle de ces derniers, par des comités d’exportateurs. Dans les tractations entre producteurs français et acheteurs étrangers, ils règlent tous les problèmes pratiques, s’ac-quittant de la présentation d’échantillons et de modèles d’essais, de la distribution des publicités, d’informations sur la solvabilité des clients, sur les prix d’achat, ainsi que du recouvrement de créances litigieuses. Ils sont donc les premiers auxiliaires des attachés commerciaux. À leurs côtés, on trouve le réseau des chambres de commerces françaises à l’étranger créées en 1884 et liées depuis 1907 par une Union12. Composées par les commerçants et industriels français établis à l’étranger, elles possèdent une parfaite connaissance des marchés locaux et sont donc fort utiles aux attachés. Elles sont subventionnées par le ministère du Commerce.

  • 13 Alexis Charmeil, Les services français..., op. cit.
  • 14 Ibid., p. 28.

5Il faut enfin mentionner une dernière institution méconnue, souvent confondue avec les précédentes – les conseillers du commerce extérieur de la France (CNCCEF) – et qui sera présentée un peu plus loin. Cette restructuration institutionnelle s’est doublée d’une restructuration financière. Clémentel encourage la fondation d’une Banque nationale française du commerce extérieur en mars 1920, destinée à mobiliser des crédits de longue durée et à les transformer en crédits liquides ou de courte durée pour les exportateurs. Par ailleurs de nouvelles assurances privées se développent pour parer à la non-solvabilité éventuelle des importateurs. Elles reposent sur une triple loi de compensation des risques, de leur division et de leur partage avec une compagnie du pays débiteur. C’est le cas de deux compagnies d’assurances parisiennes, l’Urbaine et la Nationale qui ont créé chacune une branche spécialisée, ou de l’Assurance française de crédit fondée à Lyon en 1924. En 1927, un consortium des principales compagnies d’assurances est créé afin de pratiquer l’assurance des crédits commerciaux internationaux. D’autre part, dans le cas des industriels ayant essentiellement pour clients des, administrations publiques (industries lourdes, chemin de fer, électricité...) l’État s’engage de par la loi du 10 juillet 1928 à garantir les sommes engagées jusqu’à 60 % de leur montant contre le paiement d’une prime annuelle13. Dressant en 1927 un bilan de l’action déployée depuis la fin de la guerre en faveur du commerce extérieur, Alexis Charmeil soulignait que le « souci de la continuelle pénétration réciproque du monde de l’industrie et du commerce dans les organismes d’expansion commerciale a été la pensée dominante de ceux qui ont créé ces organismes »14. Ce souci traduisait a contrario l’opposition existant de fait entre les intérêts des deux milieux et la volonté de les concilier.

B. LE DÉFICIT PERSISTANT D’INFORMATION

  • 15 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion (1932-1952), Paris (...)
  • 16 MAE, SDN (1918-1940), UDE 635.

6La crise des années trente devait entraîner des modifications de structure de l’appareil administratif français. Jusque-là, il n’y avait eu aucun effort pour promouvoir concrètement une politique économique d’ensemble. Pour la première fois est créé en février 1930 un sous-secrétariat d’État chargé de l’Économie nationale rattaché à la présidence du Conseil. Il faut attendre juin 1936 pour qu’apparaisse un ministère de l’Économie nationale aux vastes attributions, mais dépourvu d’une assise réelle et de services permanents. En ce qui concerne le ministère du Commerce, l’aggravation du protectionnisme conduit à son renforcement. Le décret-loi du 31 octobre 1935 charge la direction des Accords commerciaux de toutes les négociations commerciales avec l’étranger15. On peut supposer que ce renforcement est dû en partie à la pression exercée par une association pro-européenne militante : l’Union douanière européenne. Le 26 octobre 1933, son délégué général Lucien Coquet adresse à Serre, le ministre du Commerce, ainsi qu’à Daladier, le président du Conseil et à Paul-Boncour, le ministre des Affaires étrangères, une lettre détaillée dont la substance se résume à cette phrase d’un article paru dans L’Europe de demain, le journal de l’UDE : « La nouvelle politique française des contingents implique une transformation radicale et immédiate du ministère du Commerce ». Reprenant les réserves exprimées par Jean Proix, le directeur du CAED, dans le numéro du 5 décembre 1933 de La Journée industrielle, vis-à-vis de la nouvelle politique commerciale de contingents négociables et préférentiels, Coquet estime nécessaire une réforme du ministère du Commerce. Il en juge les effectifs trop réduits, les crédits insuffisants et propose par conséquent de faire du ministère du Commerce, et en particulier de la direction des Accords commerciaux, l’organe centralisateur de toutes les directions éparses ayant trait aux relations commerciales tant au ministère du Commerce qu’au Quai d’Orsay, au ministère des Finances, dans ceux de l’Agriculture, des Colonies, ainsi qu’en ce qui concerne les transports dans les services des Travaux publics, de la Marine marchande et de l’Air. Il travaillerait étroitement avec trois organes de liaison : le sous-secrétariat d’État de l’Économie nationale, le Conseil national économique et la CGPF. Ces organes auraient pour fonction de réunir la documentation commerciale auprès de six grands organismes qualifiés : le CNCCEF, l’AIAF, la section française de la CCI, le CAED, l’Union française des industries exportatrices (UFIÉ) et l’UDE16. En mars 1935, lors du second congrès de l’UDE, son président Yves Le Trocquer, dans une allocution devant une salle composée de nombreux responsables de mouvements pro-européens ou du commerce extérieur de la France – James Hennessy, Paul Bastid, Paul Hymans, Gaston Riou, Lucien Le Foyer, Robert Alterman, Paul Naudin – modifie cette revendication en émettant le vœu que le ministère du Commerce soit transformé en grand ministère de l’Économie nationale. Ces revendications ne furent pas suivies d’effet pour le commerce. La vraie modification structurelle interviendra en 1940 avec la création du ministère de la Production industrielle. Le contexte de guerre, de mobilisation économique et l’idéologie qui le sous-tend, mèneront au démantèlement pur et simple du ministère du Commerce.

  • 17 Elisabeth du Réau, « L’information du décideur et l’élaboration de la décision diplomatique dans l (...)
  • 18 Bruno Ricard, L’État et l’expansion économique..., op. cit., p. 359.
  • 19 Cité par Jean Caumartin, Les principales..., op. cit., p. 7.
  • 20 Comité parlementaire français du commerce. Séance du 9 mars 1939, La propagande économique françai (...)
  • 21 Ibid., p. 3.

7Malgré les réformes administratives des années vingt et trente, on demeure frappé par l’incurie structurelle qui fait qu’en définitive, une partie importante de la diplomatie commerciale de la France est élaborée en dehors des administrations. On peut se demander si cela ne traduit pas l’échec du dispositif destiné à valoriser et à encadrer l’information économique. Ce problème avait été abordé par Elisabeth du Réau dans un article consacré à l’information du « décideur » du Quai d’Orsay dans l’entre-deux-guerres. Passant en revue les différents canaux d’information, de nature politique et militaire, à sa disposition – service d’information et de presse, deuxième bureau de l’état-major, ambassadeurs étrangers en poste à Paris, valise diplomatique, etc. – elle mettait en valeur la mauvaise circulation entre les diverses directions et sous-directions et concluait que les structures ne semblaient pas avoir évolué en fonction des nouvelles exigences suscitées par les mutations diplomatiques. Si elle s’interrogeait sur le poids nouveau des experts dans l’entourage de l’homme d’État et sur la place tenue par les attachés militaires et financiers, elle cantonnait cependant sa réflexion dans l’examen des seules structures publiques d’information17. Or, l’analyse de l’information commerciale que nous avons esquissée fait apparaître l’importance prise dans ce domaine par de nombreux groupements privés qui viennent suppléer aux insuffisances de l’administration. La cause principale de ce fait a été bien identifiée par Bruno Ricard : la pauvreté financière de l’administration du Commerce. La crise financière a eu, dès 1924, des répercussions sur le budget affecté aux agents à l’étranger. En de nombreux postes, l’attaché commercial n’a pas d’adjoint et ne dispose que de trois ou quatre dactylographes et commis. À cela s’ajoute « une déficience documentaire qui frise parfois le ridicule »18. L’attaché commercial français en Australie avoue en 1928 aux ministres du Commerce australien et néo-zélandais ne pas disposer de statistiques officielles du commerce extérieur français. Son collègue installé en Tchécoslovaquie se déclare trop pauvre pour s’abonner au Journal Officiel. Beaucoup renoncent aux trop dispendieuses Statistiques générales des douanes françaises. En 1935 encore, Julien Durand, rapporteur du budget du ministère du Commerce, témoignait : « Le ministre ne dispose ni de la documentation, ni du personnel qui lui seraient indispensables pour être renseigné à tout moment, non seulement sur la marche générale de la production française, mais encore sur les besoins de ses divers éléments »19. Cette incurie structurelle est perçue comme un facteur nuisant à la puissance de la France dans le monde. Lors d’un exposé devant le Comité parlementaire du commerce, Maxence Bibié établit ce lien entre le commerce et le rayonnement de la France : « Chacun pense que le défaut d’organisation de notre propagande diminue le dynamisme de notre pays et nuit au rayonnement qu’il devrait avoir dans les milieux internationaux »20. Il donne une vision un peu moins négative que celle de Durand des efforts entrepris depuis 1919 pour réorganiser le commerce extérieur : « On peut dire que l’instrument de notre propagande économique à l’extérieur est en état et qu’il a fait ses preuves ». Il estime néanmoins qu’il faudra y intégrer d’autres facteurs de rayonnement – comme le tourisme – et tirer parti des progrès techniques : « Le cinéma doit être utilisé comme moyen d’instruire le consommateur français et le consommateur étranger. De même, la TSF doit servir à faire connaître nos produits : elle est intéressante pour le consommateur, et peut-être encore davantage pour l’exportateur et l’importateur »21.

8Ministère du Commerce, mais aussi Quai d’Orsay, paraissent avoir été dépourvus à la fois des services qui leur auraient permis de rassembler la documentation nécessaire à l’élaboration de la prise de décision, et également du personnel compétent susceptible de la traiter. Aussi ont-ils recours à des organismes privés tels l’ANEE ou le CAED qui leur transmettent la documentation élaborée à l’origine pour leurs ressortissants : simples dossiers de documents collectés ou études précises sur tel problème de l’heure. De ce fait, les deux ministères sont très tributaires de ces organismes. Ce fait nous paraît confirmer de manière très concrète l’hypothèse qu’ils auraient été soumis durant l’entre-deux-guerres, à un lobbying qui découlait directement de cette dépendance instaurée aux dépens des administrations centrales.

II. TROIS ORGANISMES IMPORTANTS DE PROMOTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR

A. L’ANEE

  • 22 Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République, l’argent et le pouvoir, 1914-1940, Paris, 1 (...)

9Il a été précédemment établi que l’Association nationale d’expansion économique naquit durant la guerre de l’action d’un certain nombre d’associations (FICF, AIAF, Comité Mascuraud) décidées à relancer l’exportation française après le conflit et à reprendre des marchés aux Allemands. Très liée à la Chambre de commerce de Paris à ses débuts – David-Mennet, président de la Chambre, est le premier président de l’ANEE – elle s’en détache rapidement dès 1919, apparemment en raison des tentatives d’hégémonie de la Chambre. Après des débuts hésitants, liés à l’imprécision de ses revendications politiques, elle trouve une cohérence d’ensemble sous la férule d’Etienne Fougère, qui devient son président en 1925 et conduit ses destinées jusqu’en mars 1943. L’ANEE est le fer de lance de Fougère, comme le CAED est celui de Lacour-Gayet. Avec Etienne Fougère, on tient là un nouveau spécimen de ces hommes d’affaires de l’entre-deux-guerres, étroitement liés au monde politique, dont François de Wendel constitue le prototype22. Fougère est à l’origine le dirigeant d’une entreprise familiale lyonnaise de soieries. Il entame pendant la guerre une carrière politique. Il est élu conseiller général du Rhône en 1913, puis conseiller municipal de Lyon. Candidat malheureux de la Fédération républicaine à Lyon aux élections législatives de 1906, 1910 et 1914, il est élu député de Montbrison (Loire) en 1928 avec l’investiture de l’Alliance démocratique. Au lendemain de la guerre, il entame parallèlement une carrière de représentant patronal de groupements professionnels et interprofessionnels. Il est le président de l’Association industrielle, commerciale et agricole de Lyon et sa région en 1918, et le fondateur de la Fédération des associations régionales du commerce, de l’industrie et de l’agriculture en 1921. Il œuvre pour l’intégration de cette dernière à la CGPF en 1923 : elle en devient le 25e groupement (Associations régionales) dont il prend la présidence. À partir de 1926, il préside la Fédération internationale de la Soie. Il va aussi prendre en main les destinées d’un hebdomadaire L’Européen, fondé en avril 1929. Il en est le directeur politique de 1930 à 1936, puis de mars 1939 à mars 1940.

  • 23 Guillaume Kérouredan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : l’Association national (...)
  • 24 Ibid., p. 476, note 2, citation du conseil d’administration de l’ANEE du 17 juin 1921.

10Ses nombreuses relations politiques et économiques vont contribuer à la reconnaissance de l’ANEE par les pouvoirs publics durant l’entre-deux-guerres. Placée sous le patronage du ministère du Commerce et de l’Industrie et du Quai d’Orsay, elle est subventionnée par ce dernier dès le début des années vingt23. Grâce à Fougère, elle trouve aussi sa place au sein du monde patronal : elle comble une lacune et devient clairement l’organe du commerce extérieur, laissant à la CGPF, la gestion des questions intérieures – économiques, fiscales et financières. Elles partagent à partir de 1926 un bulletin commun : Production nationale et expansion économique. Du fait de la présence à sa tête d’un industriel d’une branche exportatrice, la soie, l’ANEE acquiert une image idéologique plus claire, en affirmant, la primauté de la lutte pour l’exportation sur la défense du marché intérieur. À partir de Fougère, ses dirigeants appartiendront à des secteurs industriels exportateurs : Fougère, donc de 1925 à 1943, Paul Gilbert, de 1945 à 1950, président de la Fédération syndicale des produits chimiques, et Robert Bienaimé, de 1950 à 1951, président d’honneur du Syndicat de la Parfumerie française. On a vu en effet qu’à ses débuts, écartelée entre des associations fondatrices aux conceptions divergentes, elle se refusait à trancher : « L’ANEE a toujours pris soin d’affirmer qu’elle ne professait pas de doctrines absolues en matière de libre-échange ou de protection [...] [et qu’elle s’employait à] rechercher des solutions transactionnelles [...] »24. Les statuts d’ailleurs mettaient plus en avant la préférence à accorder à la production nationale que la conquête de marchés extérieurs (article 2). Toutefois, il est nécessaire d’ajouter que son soutien de l’exportation est inspiré par une foi libérale moins forte que celle du Comité d’action économique et douanière ; et que, par ailleurs, son rôle d’association interprofessionnelle et de coordonna-trice au sein du monde patronal demeure peut-être sa véritable spécificité et son activité principale. L’ANEE donne donc son avis sur chaque initiative marquant la politique commerciale française, de la grande Enquête sur la production de 1915 à la création de groupements d’exportateurs prévue par le décret-loi du 24 mai 1938, en passant par les innombrables avatars de la réforme douanière lancée par Lucien Dior ou la création du Comité Rist, en 1936. Ses prises de position sont plus focalisées sur l’esprit politique général qui anime telle décision que sur des problèmes techniques.- Elle a un rôle essentiellement politique de militante en faveur de l’exportation plus que de conseillère technique ; c’est là une différence majeure avec le CAED. Elle est aussi une tribune politique pour Etienne Fougère. Une dernière originalité doit être soulignée : son engagement en faveur de l’enseignement commercial. L’ANEE crée en décembre 1927 des cours de formation des agents du commerce extérieur inaugurés par le directeur de l’Enseignement technique du ministère de l’Instruction publique. Ils sont sanctionnés à partir de juillet 1933 par un brevet professionnel pour les agents du commerce d’exportation.

B. LE CAED

  • 25 MAE, Relations commerciales, B. Information économique, vol. 18, dossier CAED, lettre de Paul Elbe (...)
  • 26 Ibid., lettre de Robert Coulondre du 21 avril 1928.

11Ce Comité, constitué à l’initiative de Lacour-Gayet, au milieu du mois d’octobre 1925, a tenu dès sa création à développer une action à l’étranger. Il a reçu immédiatement l’appui de la Chambre de commerce internationale, des chambres de commerce françaises à l’étranger, des chambres de commerce étrangères à Paris. Il a développé des liens suivis avec le Quai d’Orsay, en l’occurrence la direction des Relations commerciales, dirigée par Robert Cou-londre (directeur) et Saint-Quentin (sous-directeur). Une affaire illustre de façon exemplaire l’intégration du comité à la politique commerciale étrangère de la France. Le CAED édite en 1928 une publication intitulée L’effort de la France, véritable brochure de propagande en faveur du commerce extérieur français. Axée sur la reconstruction de l’après-guerre, la mise en valeur des colonies et l’essor du commerce extérieur et des activités touristiques, elle valorise les résultats obtenus en divers domaines par des séries de pourcentages et des graphiques assez grossiers. Elbel obtient en février 1928 la diffusion de cinquante exemplaires auprès de chacun des 110 postes diplomatiques et consulaires de la France à l’étranger25. Coulondre lui fait savoir : « Comme je vous l’ai dit de vive voix, le Département est des plus favorables à votre intéressante initiative et vous pouvez compter pour la mener à bien sur tout son appui »26.

  • 27 Ibid., lettre d’Alfred Blanche, consul général de France en Irlande, du 14 avril 1928.
  • 28 Ibid., circulaire du 22 juin 1928.
  • 29 Ibid., lettre de Peretti de la Rocca, ambassadeur de France en Espagne du 29 juin 1928 ; lettre de (...)
  • 30 MAE, Relations commerciales, B. Information économique, vol. 18, dossier CAED, lettre de Sudreau, (...)
  • 31 Ibid., lettre de Vacher-Corbière, gérant du consulat de France à Valparaiso, s.d.
  • 32 Ibid., lettre de Perrot, chargé d’affaires de France au Paraguay du 12 août 1928.

12Les réactions suscitées par la brochure dans les postes français à l’étranger parviennent en nombre au Quai d’Orsay. Le zèle du consul en Irlande va faire florès : il a adressé un exemplaire aux principaux organes de presse des grandes villes irlandaises, ainsi qu’à des personnalités influentes. Dès le lendemain, Irish Times, organe unioniste ordinairement peu favorable à la France lui consacre un éditorial, tandis que Irish Indépendant en fait l’objet d’une notice détaillée27. Ravi, le ministère envoie à tous les autres postes une circulaire où il vante l’initiative du consul, « de nature à donner des résultats très intéressants pour notre expansion économique, étant donné la possibilité de large diffusion que présente l’insertion d’articles de propagande dans les journaux étrangers à grand tirage »28. En retour, de nombreuses dépêches montrent parfois de grands ambassadeurs piqués au vif et réclamant des brochures supplémentaires29. De manière révélatrice, elles font apparaître les difficultés diplomatiques et commerciales de la France, confrontée dans les pays autoritaires à la puissance de leur propagande ou dans un pays donné, à la propagande d’un pays tiers, qui y campe en concurrent résolu. On peut dans ce dernier cas citer en exemple l’accueil modeste réservé à la brochure dans les Indes britanniques, imputé au désintérêt de la presse anglaise des Indes pour tout ce qui n’est pas british. « Elle a même le talent de dénaturer les faits pour les faire parler en faveur de sa propagande »30. Le Chili subit de la même façon l’activisme des propagandes italienne et allemande, inondé « de brèves dépêches ou articles à manchettes souvent charlatanesques sur la merveilleuse activité italienne ou la néo-puissance germanique »31. Le consulat demande davantage de moyens financiers pour un minimum de réclame permettant le placement d’articles français choisis et appropriés. Il indique la marche à suivre : s’entendre avec les directeurs des grosses maisons de commerce françaises du Chili, pour une insertion combinée, mais non simultanée, de leurs réclames et des notes du Quai d’Orsay. Le chargé d’affaires dans un autre pays d’Amérique latine, le Paraguay, demande à Elbel de compléter sa brochure par un graphique exposant les progrès de l’exportation du livre français : « J’estime en effet que nous devons faire état des progrès indéniables que nous avons fait à cet égard, progrès qui attestent la force d’expansion de notre culture, de nos méthodes et de nos idées »32.

  • 33 Ibid., lettre de Laforcade, consul général de France à Milan, du 6 juillet 1928.
  • 34 Ibid., lettre de Margerie, ambassadeur de France à Berlin, du 10 juillet 1928.
  • 35 Ibid., lettre de Georges Berger du 5 novembre 1929.

13Les réactions les plus marquantes proviennent des représentants français en Italie et en Allemagne. Ainsi le consul à Milan annonce-t-il qu’aucun des organes de presse milanais n’a reproduit la brochure. « Malgré l’amitié qu’ils professent volontiers pour la France en ma présence, les journalistes de l’Italie fasciste sont trop disciplinés pour se lancer en ce moment dans quoi que ce soit qui puisse ressembler au panégyrique d’un pays qui n’est pas le leur, fut-ce de leur “sœur” latine. La consigne est d’exalter l’Italie par tous les moyens et en toute occasion »33. En revanche, c’est sciemment que l’ambassadeur de France en Allemagne n’a pas diffusé la brochure qui montre « la France trop brillamment relevée des ruines trop souvent causées par les Allemands », et qui donne des chiffres trop précis et trop frappants « sur lesquels il ne convient guère que nous attirions nous-mêmes l’attention, si nous ne voulons pas qu’on les invoque contre nous quand nous parlons « réparations » ou « Sarre » par exemple ». Et Pierre de Margerie d’ajouter : « Si le mot de propagande est séduisant, la réalisation de la propagande est chose infiniment délicate »34. L’importance des réactions suscitées par une brochure publicitaire pourtant très mince et rudimentaire montre l’attention prêtée par le Quai d’Orsay à ces associations privées à l’action officieuse, qui constituent un relais indispensable de l’influence française. En retour, le CAED fait clairement allégeance à la politique briandiste. Lors d’un remaniement ministériel à l’automne 1928, Georges Berger, son président, exprime à Briand sa satisfaction de le voir maintenu au Quai d’Orsay et réaffirme que le CAED « sera heureux d’applaudir à toutes les initiatives, qui sous votre haute direction, pourront être prises »35.

C. LE COMITÉ NATIONAL DES CONSEILLERS DU COMMERCE EXTÉRIEUR DE LA FRANCE

  • 36 Le premier groupement fut présidé par Jules Siegfried, le père d’André Siegfried, le professeur de (...)
  • 37 Pierre Clerget, Manuel..., op. cit.
  • 38 Les congrès de l’entre-deux-guerres ont lieu à Marseille, en 1922 ; à Lyon, en 1924 ; à Bordeaux, (...)

14Il est né du décret du 21 mai 1898 qui crée des conseillers du commerce extérieur parmi les industriels et commerçants intéressés au développement de l’exportation. Aussitôt nommés, ils se constituent en un Groupe colonial des conseillers du commerce extérieur avant de s’élargir en 1903 à tous les pays étrangers comme Comité du commerce extérieur36. Devenus membres du Comité des conseillers du commerce extérieur en 1907, ils trouvent en 1920 une dénomination définitive : Comité national des conseillers du commerce extérieur. Perçus comme trop nombreux, mal choisis, et détenteurs d’un titre purement honorifique, ils sont réorganisés par le décret du 6 mars 192137. Leur association est reconnue établissement d’intérêt public le 9 mars 1921. Devenus correspondants du ministère du Commerce et de l’Industrie, ils sont dorénavant nommés pour une période de cinq ans et exercent gratuitement leurs fonctions. Les conseillers résidant en France doivent, pour être nommés, avoir une expérience de quinze années de pratique commerciale. Organisés en commissions techniques et géographiques, ils tiennent des réunions mensuelles et organisent un congrès en principe tous les deux ans38. Ce Comité a constitué un vivier de membres pour l’une des associations pro-européennes que nous étudierons dans le chapitre suivant, le comité français d’Union douanière européenne créé en 1927. Sa revue mensuelle, créée en 1911, Le Conseiller du commerce extérieur, livre une mine d’informations sur le commerce international et les milieux de l’exportation de l’entre-deux-guerres. Présidé par Etienne Clémentel de 1919 à 1934, il est ensuite dirigé par J.-H. Ricard. Son Comité d’honneur comprend de nombreux anciens ministres du Commerce : Jean Gruppi, Julien Durand, Louis Dubois, Lucien Lamoureux, Alfred Massé, Eugène Raynaldy, Louis Serre. Son Bureau est composé de personnalités que l’on retrouve dans d’autres associations ; E. Baubé, vice-président du Comité républicain du commerce, de l’industrie et de l’agriculture (« Comité Mascuraud »), Georges Berger, ancien président du CAED, Louis Bréguet, président d’honneur de la Chambre syndicale des industries aéronautiques, Alexis Charmeil, directeur honoraire au ministère du Commerce, Maurice Dubrulle, président de la Fédération lainière internationale, Louis Nicol, directeur de la compagnie des Chargeurs réunis. On y relève aussi au poste d’archiviste-bibliothécaire la présence de Lucien Romier.

III. LES MILIEUX EXPORTATEURS FACE À L’ÉVOLUTION DES ÉCHANGES

A. COMMERCE EXTÉRIEUR ET MARCHÉ EUROPÉEN

  • 39 Paul Bairoch, « La France dans le contexte international : politique commerciale et commerce extér (...)
  • 40 Jacques Marseille, Empire colonial.... op. cit.

15Durant l’entre-deux-guerres, la France conserve le rang mondial qui est le sien depuis 1875 : elle est la cinquième puissance commerciale derrière le Royaume-Uni, l’Allemagne, les États-Unis et le Japon. Mais, en partie à cause d’une croissance démographique plus lente que celle des autres pays européens, la part de ses exportations par habitant en Europe stagne entre 1890 et 1913. Elle connaît une augmentation importante et unique entre 1913 et 1925, avant de fléchir, puis de diminuer inexorablement jusqu’en 193739. On peut superposer à cette analyse celle de la balance commerciale, qui prolonge la phase exportatrice faste jusqu’en 1927 dans la mesure où cette balance ne fut positive que quatre fois dans l’entre-deux-guerres : en 1924, en 1925, en 1926 et en 1928. Pendant cette période, la structure géographique des échanges de la France devient de plus en plus franco-française. Sa faible expansion commerciale outre-mer, ailleurs que dans ses colonies, tendance qui s’affirme depuis 1890, se confirme et s’accentue. La part de la France dans le total des exportations agricoles mondiales régresse sensiblement dans les années vingt. Dans le domaine des exportations mondiales d’articles manufacturés, elle régresse au cinquième rang, dépassée par les États-Unis dès 1919 et le Japon vers 1936-1937. Les années trente sont enfin marquées par le repli sur l’Empire français, en particulier africain40.

  • 41 André Siegfried, « Les marchés étrangers et notre action diplomatique », Notre diplomatie économiq (...)
  • 42 Henri Hauser, « Les nouveaux aspects du commerce extérieur de la France », Bulletin de la Société (...)
  • 43 Ibid, p. 7.
  • 44 Pierre Lyautey, « L’organisation publique et privée de l’expansion économique », Notre diplomatie (...)
  • 45 Paul Bairoch, « La France dans le contexte international... », op. cit. La part de la France en Eu (...)
  • 46 Jacques Marseille, Empire colonial..., op. cit.. p. 38.
  • 47 Albert Algoud, Le commerce extérieur de la France et l’effort d’expansion de la France depuis 1913 (...)
  • 48 Julien Durand, Commerce extérieur. Nécessité nationale, Paris, 1938, p. 37 et p. 186.
  • 49 Albert Algoud, Le commerce extérieur..., op. cit., tableaux établis à partir des chiffres de la So (...)

16Les analyses contemporaines montrent que ces grandes tendances ont été diversement perçues. Dans une conférence donnée en mars 1925 à l’École libre des sciences politiques, André Siegfried reprend à son compte le stéréotype du caractère peu aventureux de l’exportation française lié à un trait de la mentalité française : le goût du fini qui s’oppose à la nécessité nouvelle de production et qui suscite une « exportation d’artisanat »41. Mais cette image est combattue presqu’au même moment, par Henri Hauser qui fait apparaître le « vrai visage économique » de la France de 1913 : elle n’est déjà plus exclusivement une vendeuse de produits chers et luxueux. Depuis 1910, la part des produits lourds a augmenté. En bon historien-géographe, il se souvient : « Quand j’étais écolier, on m’avait appris que la France était pauvre en minerai comme en combustible »42. Il rappelle les changements survenus et, depuis 1880, la découverte des gisements phosphoreux de Lorraine qui fit de la France un grand producteur de fer européen, et partant, une exportatrice de fontes, poutrelles, tubes et machines, mais aussi de minerai brut. Cette nouvelle tendance a été renforcée par la réintégration des provinces perdues et la reconstitution du bassin ferrifere lorrain. C’est une Europe d’abord géographique qu’Hauser appréhende : l’existence du foyer sidérurgique, qui s’étend de la Moselle à la Ruhr, lui fait prédire l’union inéluctable de la minette lorraine et de la houille « que la politique peut retarder, mais qui n’en reste pas moins inscrite sur la carte et dans les entrailles de la terre »43. De fait, le nouveau dynamisme du secteur sidérurgique dont la production doubla, passant de 4,7 à 9,7 millions de tonnes entre 1913 et 1929, bénéficia au commerce extérieur. De son côté, Pierre Lyautey, neveu du maréchal et directeur-adjoint du Comité national des conseillers du commerce extérieur, passant en revue pour la décennie 1913-1923 les grands secteurs exportateurs textiles (soierie, lingerie, confection), métallurgiques et chimiques, concluait que les bons résultats étaient redevables à « l’industrie de transformation française », c’est-à-dire aux articles manufacturés44. De fait, même si à 1,’échelle mondiale, la France se voit reléguée au quatrième rang par les États-Unis après la guerre, elle n’en maintient pas moins de 1913 à 1929, une part importante dans l’exportation de ces produits45. Sur le fond, l’appréciation de Pierre Lyautey est caractéristique des jugements de la plupart de ses contemporains, tributaires des statistiques publiées par la direction générale des Douanes, Tableau général du commerce et de la navigation de la France, qui regroupent les produits échangés en trois grandes rubriques — objets d’alimentation, matières nécessaires à l’industrie, objets fabriqués. Trop générales, elles ont tendance, comme le soulignait Jacques Marseille, à masquer de « singulières mutations » au sein de chaque secteur industriel46. Ainsi, parmi les articles manufacturés dont Lyautey appréciait globalement les bons résultats, les articles métallurgiques ont connu une forte croissance de leurs exportations, tandis que les exportations d’articles textiles reculaient beaucoup. Des contemporains, comme Albert Algoud, remettent en cause l’idée d’une paresse congénitale de l’industrie française. En pleine Occupation, il réfute la thèse – « une légende » – reprise par Henri Hauser, du stimulant essentiel que fut pour l’exportation française des années vingt, la dépréciation du franc. Les exportations ont crû dès les années 1919-1922 tandis que le franc demeurait encore fort. La période de 1922 à 1926 voit certes le franc se déprécier, mais Algoud réhabilite l’influence des nombreux traités de commerce conclus durant la période, qui ont ouvert de nouveaux débouchés à l’exportation. Enfin, si la balance commerciale demeura positive en 1926 et 1927, le franc était néanmoins entré dès 1926 dansune ère de stabilisation que la dévaluation n’avait fait qu’entériner47. D’autres, comme Julien Durand, commencent avec le recul à relativiser la prospérité du commerce français dans les années vingt. Selon lui, un fléchissement global a débuté dès 1913 et une baisse constante des échanges s’observe depuis 1926. Plus que d’autres, il met l’accent sur le ralentissement des importations de matières premières depuis 1929, signe du ralentissement des activités industrielles françaises. Inversement, il tend à corriger la vision négative que l’on peut avoir des années trente, en insistant sur la reprise commerciale de 1936, qui entraîne un nouvel essor des importations grâce à la suppression en octobre d’un quart des contingents d’importations, l’abaissement de 15 à 20 % des droits d’entrée sur les produits non contingentés et de 20 % sur les taxes accessoires. Sensible à la menace de guerre qui se profile, Julien Durand dramatise son analyse, déplorant que le commerce extérieur soit « trop souvent considéré comme un négoce superflu » et il appelle de ses vœux une « politique économique conforme à la nécessité du commerce extérieur de la France »48. L’Occupation apporte une nouvelle leçon de relativisme. Sous le coup des « récentes études publiées dans la presse [qui] font craindre que les bons esprits ne soient entraînés trop loin par le démon de la critique, et qu’à vouloir imputer au passé toutes les faiblesses et toutes les erreurs, ils ne glissent à un dénigrement général », Albert Algoud propose lui aussi une vision plus sereine du commerce extérieur français en 1938. La France a mieux conservé sa capacité d’achat à l’extérieur que le reste de l’Europe et elle a mieux maintenu son activité à l’exportation. Comparant son commerce extérieur avec l’Europe et le monde à celui de l’Europe avec le reste du monde, sur la base d’un indice 100 en 1925, il démontre que la France a des résultats meilleurs que ceux de la moyenne européenne49.

  • 50 Pierre Clerget, Manuel d’économie commerciale. La technique de l’exportation, Paris, 1925, p. 43.
  • 51 Pierre Lyautey, « L’organisation publique... », op. cit., p. 108.
  • 52 André Siegfried, « Les marchés étrangers..., op. cit., p. 223.
  • 53 Ibid., p. 224.
  • 54 Henri Hauser, « Les nouveaux aspects... », op. cit.
  • 55 René Hoffherr, La politique commerciale de la France, Paris, 1939, p. 73 ; cité par Jacques Marsei (...)
  • 56 Julien Durand, Commerce extérieur..., op. cit., p. 27.
  • 57 Julien Ducand, Commerce extérieur..., op. cit., p. 202 et p. 204.

17Enfin, les analyses contemporaines attestent nettement, dès le début des années vingt, la prise de conscience de plus en plus nette de l’importance du marché européen pour la France. « C’est ainsi qu’en dehors des États-Unis, c’est dans les six pays qui nous entourent que nous exportons le plus », note Pierre Clerget50. Pierre Lyautey remarque qu’ « en 1913 comme en 1923, nous avons quatre grands clients et fournisseurs : nos meilleurs clients sont nos meilleurs fournisseurs. Les vies économiques de l’Angleterre, de l’Allemagne, des États-Unis, de la Belgique, sont intimement liées à la nôtre »51. De son côté, André Siegfried écrit qu’ « après comme avant la guerre, nous restons surtout des Européens : dans notre exportation, ni les pays étrangers hors d’Europe, ni nos colonies ne tiennent une place primordiale »52. Cette première série de témoignages repose sur une analyse de la structure géographique des échanges de la France et le constat d’un commerce essentiellement centré sur les pays voisins. Pierre Clerget fournit une explication prosaïque : le voisinage réduit les frais de transport. André Siegfried oppose le cas britannique au cas français. 34 % seulement des exportations de la Grande-Bretagne se font vers l’Europe en 1923, tandis que la France exporte 67 % de ses marchandises vers l’Europe. La Grande-Bretagne exporte en revanche 36 % de ses marchandises vers ses colonies contre seulement 14 % pour la France. « Ces proportions, qui révèlent une base d’activité économique complètement autre, soulignent à quel point l’Angleterre s’appuie davantage que nous sur son empire colonial, et surtout combien elle est au fond plus mondiale que strictement européenne. On s’explique alors que, tout en ne pouvant se désintéresser de l’Europe, elle hésite tant à se solidariser étroitement avec le continent européen »53. Au milieu des années vingt, Henri Hauser représente de manière exemplaire ceux qui militent pour une libéralisation internationale des échanges et l’ouverture de la France sur le monde. Dénonçant les industriels victimes de « l’hypnose du marché intérieur » et de « l’hypnose des régions libérées », il exhorte à la recherche de marchés avantageux, de nouveaux débouchés, mais aussi à la relance des échanges coloniaux54. La crise des années trente va intensifier ces échanges et entraîner en fait le repli maintenant bien analysé de la France sur son Empire, avec une élévation de ses exportations vers l’Empire à 20 % en 1930 et 30 % en 1937. On va peu à peu passer d’un voisinage européen subi et perçu comme une évidence à un voisinage européen désiré et aménagé. Du protectionnisme implacable des années de crise est paradoxalement issue l’affirmation d’un besoin européen libéral. René Hoffherr remet ainsi en cause l’économie fermée du système impérial de la France, qui garantit à la métropole l’exclusivité des matières premières coloniales : « Cette conception, inspirée par les souvenirs du pacte colonial, et qui considère nos dépendances comme de véritables chasses gardées, conserve trop d’attraits sur les esprits pour qu’il ne soit point nécessaire de mettre en garde contre certaines de ses conséquences »55. Julien Durand préconise de « ne pas se laisser bercer d’illusions démesurées sur les capacités de l’apport colonial, et au mirage décevant d’une économie en circuit fermé, selon laquelle la France envisagerait de vivre de ses propres ressources, en s’isolant de l’économie mondiale »56. Il dresse un bilan pessimiste des premières tentatives de rapprochement européen : « De grands hommes d’État proposèrent, sinon la création des États-Unis d’Europe, tout au moins l’établissement d’une union douanière européenne. Ces espérances furent déçues. [...] Toutes ces tentatives ont échoué. [...] Les paroles envolées, la bataille économique était reprise » ; mais il n’en voit pas moins dans les pactes régionaux une « étape heureuse vers les conceptions primitivement envisagées, et dont l’heure n’a pas encore sonné »57. Entre deux échecs : celui du retour au libre-échange international et celui du repli colonial, la solution « régionale » européenne apparaît comme une troisième voie possible.

B. LE PROBLÈME DU CONTINGENTEMENT

18Le renforcement du protectionnisme qui caractérise les années trente en France démarre dès 1929 avec la crise agricole : soumis à la pression d’un certain nombre de producteurs, le gouvernement commence par intervenir ponctuellement en accordant par exemple, un crédit de financement public pour le stockage du blé ou en réglementant le sucrage du vin. Parallèlement, il augmente les droits de douane sur les produits agricoles en prenant de premières, mais limitées mesures de restriction quantitative sur le blé.

  • 58 Jean Proix, Le congrès du commerce des produits contingentés, publications du CAED, n° XIX, Paris, (...)

19Le véritable tournant de la politique commerciale se situe à l’été 1931 avec la généralisation de ces mesures, c’est-à-dire les contingentements d’importations. Jusque-là, on l’a vu, depuis le milieu des années vingt qui avait connu la levée des dernières prohibitions issues de la guerre, le protectionnisme s’exerçait par le jeu des différents droits applicables sur les produits. Dorénavant, il se renforce d’un important volet quantitatif : 61 décrets sont pris entre le 16 juillet 1931 et le 2 juin 1932 afin de limiter les importations en France des marchandises les plus diverses, correspondant à 1131 postes du tarif douanier, soit plus d’un septième de ce tarif. L’association privée qui réagit avec le plus de promptitude et d’hostilité au contingentement est le CAED. Il organise à la fin du mois de juin 1932 à Paris un congrès sur ce thème, présidé par Louis Serre, président de la commission du Commerce et de l’Industrie au Sénat et vice-présidé par Robert Bienaimé, Jacques Lacour-Gayet, Georges Maus, et Brinon, le président du Comité de l’alimentation parisienne. Le rapport général est l’œuvre de Jean Proix, le directeur du CAED. Fondé sur la consultation des trois grands secteurs en jeu : produits alimentaires et agricoles, matières premières nécessaires à l’industrie, objets fabriqués, il dresse un premier bilan des conséquences du contingentement. Il commence par rappeler les arguments invoqués en faveur de ce dernier : la protection de la production nationale frappée par la crise économique. Celle-ci entraîne l’accroissement du volume des importations étrangères et met sur le marché des produits aux prix inférieurs aux prix français. Elle a également des conséquences sur la consommation des Français et sur les courants commerciaux : des marchés d’exportation se ferment. La contre-argumentation du CAED est à la fois formelle et fondamentale. Proix indique qu’à tout prendre, il est préférable que le mode de détermination des contingents n’appartienne pas à l’administration, mais résulte d’ententes entre producteurs français et étrangers, entérinées par le gouvernement français sous forme de décret. Mais il déplore que ni les industries transformatrices, ni les commerçants, ni les consommateurs n’aient été consultés dans l’année écoulée. Sur le fond, il n’est pas convaincu que la réduction de la consommation soit due à la crise. Selon lui, la consommation est essentiellement élastique et varie en fonction des besoins saisonniers. Il observe d’autre part que la limitation des importations contribue à la hausse des prix et se fait donc aux dépens du consommateur. Enfin, le contingentement risque d’entraîner des représailles sur le commerce d’exportation et la ruine des ports maritimes français. Le libéralisme est à la base de l’argumentation de Jean Proix : « Le principe même du contingentement, en se généralisant de plus en plus, est une évolution dans le sens de l’étatisation des échanges »58. En outre, dans le domaine des prix, il met les producteurs français en face de leurs responsabilités : le contingentement ne change rien aux conditions fondamentales de la concurrence, notamment aux différences entre les prix de revient, et à la cherté du prix de revient français.

  • 59 L’Europe de demain, numéro de septembre 1932, p. 10.

20Parallèlement au congrès du CAED a lieu en juin 1932 la création de l’Union française des industries exportatrices (UFIE) présidée par Etienne Vautheret, le président du Syndicat des fabricants de soieries de Lyon et dont le délégué est Robert Altermann, délégué général de l’Union des syndicats patronaux de l’industrie textile sedanaise. Parmi ses vice-présidents, on relève la présence de Paul Charbin, de la Chambre de commerce de Lyon, de Bertrand de Mun, de la Chambre de commerce de Reims, d’Edouard Rasson, de la Chambre de commerce de Roubaix et de Joseph Toulemonde, du Syndicat des fabricants de tissus de Roubaix-Tourcoing. Le programme de l’UFIE est d’agir pour un abaissement progressif des barrières douanières, en développant les pourparlers directs entre industriels français et étrangers d’une même branche. Son objectif immédiat est clairement affiché : s’opposer à toute mesure nouvelle de contingentement et obtenir la suppression des contingents déjà existants59.

  • 60 La Journée industrielle, numéro du 5 septembre 1933.

21La politique commerciale française connaît un second tournant à l’été 1933. Le régime des contingents est modifié afin de permettre à la France de déconsolider l’ensemble de ses tarifs en révisant ses conventions commerciales : on tend vers des contingents négociables et non plus calculés proportionnellement aux chiffres antérieurs des exportations dans chaque pays et préférentiels. À l’encontre d’Etienne Fougère (ANEE) et de Robert Altermann (UFIE) qui approuvent ces modifications, Jean Proix demeure très réservé vis-à-vis de la nouvelle politique commerciale : selon lui, « le commerce a besoin d’une stabilité que compromettraient sans nul doute les imprévisibles dosages et les remaniements perpétuels qu’entraînera la nouvelle formule de répartition des contingents »60. Le CAED occupe dans ce domaine la position la plus extrême sur l’échiquier des associations privées. L’alarme a été répercutée, mais sans éclats, par le Conseil national économique. Dans sa session du 5 juillet 1935, même s’il insiste sur le second point, il préconise à la fois de protéger et d’élargir le marché.

  • 61 Conseil national économique. La crise des exportations françaises, Paris, 1935.

« Il importe de favoriser et d’intensifier la propagande de l’exportation française : I. par l’amélioration des méthodes de l’expansion et de la publicité commerciales et par un développement des ententes entre exportateurs ; II. par un encouragement donné aux missions commerciales à l’étranger et par une plus grande diffusion des informations que donnent sur les marches extérieurs les attachés commerciaux61. »

  • 62 Ibid., La protection et les encouragements à donner par les pouvoirs publics aux diverses branches (...)

22En 1936, il se prononce plus nettement en faveur d’une intervention de l’État afin de protéger l’économie française. Il se fait l’écho des revendications de groupements industriels et agricoles en faveur du maintien des contingents ; il est aussi le témoin de l’évolution de la plupart des industries exportatrices – laine, soie, confection, ameublement... – qui demandent l’institution de primes à l’exportation62. Le 10 juillet 1935, le Comité national des conseillers du commerce extérieur lance une vaste Enquête sur les besoins urgents du commerce extérieur auprès de ses conseillers. Elle coïncide avec l’institution d’un comité économique permanent chargé de présenter toute proposition de nature à favoriser l’activité commerciale par une adaptation du régime douanier aux conditions économiques, et placé sous la présidence de Charles Rist (décret du 8 août 1935). Dans une large mesure, les propositions résultant de l’enquête du CNCCEF se retrouveront dans le rapport présenté par Rist. Durant le second semestre 1935, le Comité national a reçu de nombreuses réponses de groupements économiques, d’associations professionnelles et de chambres syndicales.

  • 63 Le Conseiller du commerce extérieur. Organe officiel du Comité national des conseillers du commerc (...)
  • 64 Ibid., numéro de février 1936.
  • 65 Ibid., numéro d’avril 1936.

23Dans le contexte de « perspectives sombres » de janvier 1936, « en plein inconnu », pour reprendre les expressions pessimistes de l’éditorial de J.-H. Ricard, le président délégué du CNCCEF, il est intéressant de dresser le tableau des positions d’associations qui désirent toutes la relance des échanges, mais ne montrent pas une égale ardeur. L’ANEE se prononce pour le maintien des contingentements, « mesure de défense indispensable contre les excès de la concurrence étrangère » et contre toutes les manipulations monétaires, pour une protection douanière solide pour les produits agricoles, voire une élévation générale du tarif douanier qui rendrait plus facile l’obtention d’avantages au profit des exportateurs. La crise a rendu l’ANEE à la tentation protectionniste de ses débuts aux dépens de son discours libéral. Tandis qu’à son assemblée générale du 30 juin 1932, Fougère estimait les droits de douane encore suffisants, il se ralliait aux mesures de contingentement prises par la France dès l’été 1931, puis approuvait le principe des contingents préférentiels de l’été 1933. Figures intermédiaires, l’UFIE réclame « l’assouplissement » du régime des contingentements, alors que le comité français de l’UDE, proche du CNCCEF, demande la suppression globale des entraves au commerce et préconise la multiplication des ententes régionales, « de manière à s’acheminer vers l’union européenne, prélude de l’union économique et douanière mondiale ». Le CAED a l’attitude la plus clairement hostile au progrès du protectionnisme, et chiffre les postes atteints par la majoration des droits et le contingentement63. Par-delà la position prise sur le problème commercial, il faut relever le lien établi par toutes les associations entre la situation commerciale et la situation financière. Elles prennent position dans le débat en cours sur l’opportunité d’une nouvelle dévaluation du franc depuis la crise monétaire de mai 1935. De manière logique, l’ANEE la rejette, tandis que le CAED estime qu’il ne faut pas faire du régime douanier le moyen de parer à la dévaluation. L’UFIE et l’UDE plaident pour le retour à l’étalon-or. Aucune ne prend parti pour la dévaluation, mais le CAED n’exclut pas qu’elle devienne nécessaire. Le 24 janvier 1936, une délégation du CNCCEF conduite par J.-H. Ricard et Julien Durand est reçue par le Comité Rist et lui transmet les résultats de l’Enquête. Elle plaide pour une stabilisation monétaire corollaire du démantèlement des contingentements64. Comparant ces résultats aux conclusions du dernier congrès de la Chambre de commerce internationale, en juin 1935, René Arnaud – alors secrétaire général du comité national français de la CCI – souligne leur similitude. La CCI insiste particulièrement sur la relance d’accords plurilatéraux qui permettent la constitution d’un noyau de nations favorables à la reprise des échanges, et préconise de procéder par « étapes », par « zones », « spécialement entre pays qu’unissent déjà de nombreuses affinités d’économie et de civilisation »65.

  • 66 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 84-85.
  • 67 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., numéro de juillet 1936.
  • 68 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., numéro de juillet 1936.
  • 69 Ibid., numéro d’août-octobre 1936.

24On peut estimer que les milieux de l’exportation rejoignent les analyses qui se font jour au sein des cercles administratifs français « austéro-libéraux » dépeints par Michel Margairaz : forts de leur expérience internationale, Emmanuel Mônick, Jacques Rueff, Hervé Alphand prônent une politique d’assainissement financier intérieur associée à des mesures de libéralisation des échanges : à ce titre, ils envisagent dès l’été 1935 de recourir à la dévaluation du franc66. En juin 1936, le CNCCEF remet aux ministres de l’Économie nationale et du Commerce, Charles Spinasse et Paul Bastid, une longue note Pour la défense du commerce extérieur de la France. Elle contient une critique importante des récentes lois sociales jugées néfastes pour l’exportation, car elles augmentent la disparité des prix de revient français et étrangers et constituent de nouvelles entraves pour les échanges : « Ainsi la France, par suite de la hausse des prix de revient est amenée à adopter une politique de plus en plus autarcique et à constituer dans le monde un « lot de hauts prix et de rendements inférieurs »67. Bien que le gouvernement ait écarté l’idée de dévaluation, le CNCCEF réitère son appel pour une stabilisation générale des monnaies. Enfin, s’il réaffirme son attachement à la liberté d’initiative, le CNCCEF n’en sollicite pas moins des interventions étatiques en faveur de l’exportation comme l’attribution de primes à l’exportation68. Les conclusions du Comité Rist souhaitent le rétablissement d’une monnaie internationale servant d’étalon monétaire dans tous les pays. Mais sans attendre cette stabilisation, il convient d’envisager le remplacement des contingents par un tarif douanier compensateur pour les cercles de pays à monnaie stable. Il se range ici à l’avis du CNCCEF, et plus particulièrement à celui de l’ANEE, qui tend à faire du tarif un outil de protection de la production nationale. Mais sur le principe, le Comité Rist rejoint le libéralisme intransigeant du CAED : les contingents doivent être considérés comme une mesure provisoire. Leur prolongation au-delà de la durée imposée par la stricte nécessité ne peut apporter que de graves modifications dans la structure économique du pays : « Les contingents poussent inéluctablement vers un système d’économie dirigée dans tous ses détails, tendant à placer l’économie tout entière sous la direction de l’État »69. En septembre 1936 intervient la dévaluation du franc dans le cadre de l’Accord tripartite conclu le 25, qui stabilise les parités du dollar, de la livre et du franc. Une semaine après le 2 octobre, le gouvernement adopte par décrets certaines propositions allant dans le sens du rapport du Comité Rist : suppression de nombreux contingents, abaissement des droits de douane sur les produits non contingentés et des taxes de licence sur les produits contingentés.

  • 70 Ibid., numéro de février 1937.
  • 71 Ibid., numéro de janvier 1938. Cf. l’analyse de cette mission par Michel Dumoulin, « La mission Va (...)
  • 72 Le Conseiller du commerce extérieur, op. cit., numéro d’avril 1938.

25Au début de 1937, Le Conseiller du commerce extérieur se fait l’écho d’un « regain de confiance ». Le 21 janvier, Paul Bastid souligne lors d’un banquet du Comité national le « regain antiprotectionniste » même si le « superprotectionnisme n’est pas mort ». Il rappelle que « quelque grande que soit la capacité d’absorption d’un marché intérieur, il n’en est pas qui puisse se suffire à lui-même »70. En février 1937, Julien Durand lance un grand cycle de conférences sur le commerce extérieur où interviennent d’éminents professeurs et juristes : Gaétan Pirou, Charles Rist, W.Oualid. Son ouvrage Commerce extérieur. Nécessité nationale, paru en 1938, en est issu. 1937 est un court moment d’espoir pour les milieux de l’exportation, qui, dès le début de 1938, retombent dans une morosité dont ils ne sortiront plus. Les mesures d’octobre 1936 ont été rapportées par le ministère Chautemps ; « perplexité », « menaces de guerre » sont à l’ordre du jour de l’éditorial de janvier 1938 du Conseiller du commerce extérieur. La mission dont Paul Van Zeeland a été chargé en mars 1937 a fait naître un peu d’espoir : « En cette action concertée réside une des plus importantes chances pour le monde de revenir à des méthodes de collaboration plus souples et plus conformes à l’intérêt de tous les peuples »71. Mais le rapport qui en est issu déçoit les milieux de l’exportation : texte de technicien, parfois elliptique, il n’offre rien de très nouveau et en revient au cadre primitif de la coopération internationale, l’accord bilatéral72. Paradoxalement, c’est au moment où l’Europe sombre dans la guerre que les milieux de l’exportation se font l’écho de deux discours prophétiques de Paul Reynaud et d’Edouard Da-ladier. Reynaud demande que l’on pense dès à présent à l’après-guerre :

  • 73 Ibid., numéro de novembre 1939.

« Il y aura, un jour, une Europe. Ce n’est pas dans la violence, mais dans la justice qu’elle peut se faire. Au jour de la paix, il sera tenu compte des légitimes besoins, économiques des peuples. Dans ce travail de reconstruction, le rôle des États-Unis sera grand73. »

26Le 29 décembre 1939, Daladier fait une déclaration au Sénat :

  • 74 Ibid., numéro de décembre 1939-janvier 1940.

« Je conçois très bien que l’Europe nouvelle, celle qui sortira de la guerre présente, ne pourra pas vivre si elle ne reçoit pas une organisation autrement vaste, autrement large que l’organisation actuelle, et nous concevons une liberté de circulation des hommes entre les nations, et nous envisageons des échanges de marchandises, et nous admettons même, une fois les garanties matérielles et positives assurées, la construction de systèmes fédé-ratifs entre les différentes nations de l’Europe et pour cela l’accord économique franco-britannique donne déjà des bases solides sur lesquelles les autres pays d’Europe pourront construire à leur tour à nos côtés, s’ils sont animés du même esprit libéral que nous-mêmes74. »

Notes

1 Une réflexion d’ensemble sur les grands mouvements du commerce extérieur de la France depuis un siècle a été menée en 1992 lors d’une journée d’études organisée par le Comité pour l’histoire économique et financière – Le Commerce extérieur français de Meline à nos jours, Paris, 1993. Mais, à l’exception peut-être de la thèse de Jacques Marseille sur l’Empire français – Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, 1984 – le commerce extérieur a rarement été associé à une histoire des relations internationales.

2 Jean-Baptiste Duroselle, Politique étrangère de la France. La décadence (1932-1939), Paris, 1979, p. 222-223.

3 Cf. l’historique succinct dressé par Robert Catherine, L’industrie, Paris, 1965 ; et Pierre Gousset, « Évolution historique de l’administration centrale du commerce et de l’industrie », Revue administrative, mars-avril 1961, p. 132-137.

4 Alexis Charmeil, Les services français d’expansion commerciale, conférence faite à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lille, le 22 décembre 1927.

5 Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme en France au xxe siècle, Paris, 1981, p. 94-100.

6 Pierre Clerget, Manuel d’économie commerciale. La technique de l’exportation, 1925.

7 Ibid., chapitre 3.

8 Bruno Ricard, L’Étal et l’expansion commerciale de la France ; l’information économique extérieure, des consuls aux attachés commerciaux (1681-1939), thèse, École des Chartes, 1992, p. 34.

9 Jean Caumartin, Les principales sources de documentation statistique, Paris, 1935, p. 8.

10 Ibid., p. 45.

11 Alexis Charmeil, Les services français..., op. cit.

12 Sur leur origine, cf. Bruno Ricard, L’Etat et l’expansion commerciale de la France, op. cit., p. 164-170.

13 Alexis Charmeil, Les services français..., op. cit.

14 Ibid., p. 28.

15 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion (1932-1952), Paris, 1991, t. 1, p. 81.

16 MAE, SDN (1918-1940), UDE 635.

17 Elisabeth du Réau, « L’information du décideur et l’élaboration de la décision diplomatique dans les dernières années de la IIIe République », Relations internationales, n° 32, hiver 1982, p. 525-541.

18 Bruno Ricard, L’État et l’expansion économique..., op. cit., p. 359.

19 Cité par Jean Caumartin, Les principales..., op. cit., p. 7.

20 Comité parlementaire français du commerce. Séance du 9 mars 1939, La propagande économique française à l’étranger, p. 1.

21 Ibid., p. 3.

22 Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République, l’argent et le pouvoir, 1914-1940, Paris, 1976.

23 Guillaume Kérouredan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : l’Association nationale d’expansion économique (décembre 1915-mars 1951), thèse de 3e cycle, Université de Paris-I, 1986, dir. Jean Bouvier, p. 463, note 2.

24 Ibid., p. 476, note 2, citation du conseil d’administration de l’ANEE du 17 juin 1921.

25 MAE, Relations commerciales, B. Information économique, vol. 18, dossier CAED, lettre de Paul Elbel du 13 février 1928 ; lettre du ministère du 25 février 1928.

26 Ibid., lettre de Robert Coulondre du 21 avril 1928.

27 Ibid., lettre d’Alfred Blanche, consul général de France en Irlande, du 14 avril 1928.

28 Ibid., circulaire du 22 juin 1928.

29 Ibid., lettre de Peretti de la Rocca, ambassadeur de France en Espagne du 29 juin 1928 ; lettre de Jean Herberte, ambassadeur de France en Belgique du 3 juillet 1928.

30 MAE, Relations commerciales, B. Information économique, vol. 18, dossier CAED, lettre de Sudreau, consul de France à Bombay, du 19 septembre 1928.

31 Ibid., lettre de Vacher-Corbière, gérant du consulat de France à Valparaiso, s.d.

32 Ibid., lettre de Perrot, chargé d’affaires de France au Paraguay du 12 août 1928.

33 Ibid., lettre de Laforcade, consul général de France à Milan, du 6 juillet 1928.

34 Ibid., lettre de Margerie, ambassadeur de France à Berlin, du 10 juillet 1928.

35 Ibid., lettre de Georges Berger du 5 novembre 1929.

36 Le premier groupement fut présidé par Jules Siegfried, le père d’André Siegfried, le professeur de géographie économique de l’École libre des sciences politiques. L’oncle de ce dernier Jacques Siegfried présida également le groupement après 1906 (Le Conseiller du commerce extérieur, numéro de mars 1937).

37 Pierre Clerget, Manuel..., op. cit.

38 Les congrès de l’entre-deux-guerres ont lieu à Marseille, en 1922 ; à Lyon, en 1924 ; à Bordeaux, en 1926 ; à Nice, en 1928 ; à Alger, en 1930 ; à Lille, en 1936 ; à Strasbourg, en 1938.

39 Paul Bairoch, « La France dans le contexte international : politique commerciale et commerce extérieur (1890-1990) », Le commerce extérieur français de Meline à nos jours, Paris, 1993, p. 33. Cf. tableaux 3 et 4, p. 11 et p. 13.

40 Jacques Marseille, Empire colonial.... op. cit.

41 André Siegfried, « Les marchés étrangers et notre action diplomatique », Notre diplomatie économique, Paris, 1925, conférence prononcée le 16 mars 1925.

42 Henri Hauser, « Les nouveaux aspects du commerce extérieur de la France », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, mai 1925, conférence prononcée le 29 avril 1925, p. 4.

43 Ibid, p. 7.

44 Pierre Lyautey, « L’organisation publique et privée de l’expansion économique », Notre diplomatie économique, op. cit., conférence du 26 janvier 1925.

45 Paul Bairoch, « La France dans le contexte international... », op. cit. La part de la France en Europe (URSS) non comprise passe de 14,4 % en 1911-1913 à 15,3 % en 1926-1929 (tableau 12, p. 25). Affinant l’analyse pour le même période, mais pour un ensemble élargi à l’Amérique du Nord et au Japon, Paul Bairoch estime que la part de la France dans les exportations de métaux passent de 5,2 % à 9,9 % ; de 4,1 % à 5,2 % dans les exportations de machines ; de 13,3 % à 14,1 % dans les exportations de produits chimiques et de 14,8 % à 15,5 % dans le textile et l’habillement (tableau 13, p. 27).

46 Jacques Marseille, Empire colonial..., op. cit.. p. 38.

47 Albert Algoud, Le commerce extérieur de la France et l’effort d’expansion de la France depuis 1913, Paris, 1942.

48 Julien Durand, Commerce extérieur. Nécessité nationale, Paris, 1938, p. 37 et p. 186.

49 Albert Algoud, Le commerce extérieur..., op. cit., tableaux établis à partir des chiffres de la Société des Nations de décembre 1940 :
Image img01.jpg

50 Pierre Clerget, Manuel d’économie commerciale. La technique de l’exportation, Paris, 1925, p. 43.

51 Pierre Lyautey, « L’organisation publique... », op. cit., p. 108.

52 André Siegfried, « Les marchés étrangers..., op. cit., p. 223.

53 Ibid., p. 224.

54 Henri Hauser, « Les nouveaux aspects... », op. cit.

55 René Hoffherr, La politique commerciale de la France, Paris, 1939, p. 73 ; cité par Jacques Marseille, Empire colonial..., op. cit., p. 37.

56 Julien Durand, Commerce extérieur..., op. cit., p. 27.

57 Julien Ducand, Commerce extérieur..., op. cit., p. 202 et p. 204.

58 Jean Proix, Le congrès du commerce des produits contingentés, publications du CAED, n° XIX, Paris, 1932, p. 22.

59 L’Europe de demain, numéro de septembre 1932, p. 10.

60 La Journée industrielle, numéro du 5 septembre 1933.

61 Conseil national économique. La crise des exportations françaises, Paris, 1935.

62 Ibid., La protection et les encouragements à donner par les pouvoirs publics aux diverses branches de l’économie nationale, Paris, 1936.

63 Le Conseiller du commerce extérieur. Organe officiel du Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France, numéro de janvier 1936.

64 Ibid., numéro de février 1936.

65 Ibid., numéro d’avril 1936.

66 Michel Margairaz, L’État, les finances..., op. cit., p. 84-85.

67 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., numéro de juillet 1936.

68 Le Conseiller du commerce extérieur..., op. cit., numéro de juillet 1936.

69 Ibid., numéro d’août-octobre 1936.

70 Ibid., numéro de février 1937.

71 Ibid., numéro de janvier 1938. Cf. l’analyse de cette mission par Michel Dumoulin, « La mission Van Zeeland : essai de clearing diplomatique de l’appeasement (1937-1938) », Relations internationales, n° 39, 1984, p. 355-372.

72 Le Conseiller du commerce extérieur, op. cit., numéro d’avril 1938.

73 Ibid., numéro de novembre 1939.

74 Ibid., numéro de décembre 1939-janvier 1940.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable